AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 L'Art de l'Illusion [Pv Isobel]

Meredith KaneDirectrice de Skyeavatar
Messages : 142

Voir le profil de l'utilisateur
27 Avril 2009, Hôpital Saint-Mangouste, Cabinet du Docteur Kane...

Si le cumul des fonctions était passible de la peine de mort, il y a longtemps que le Docteur Kane aurait passé l'arme à gauche. En femme active et déterminée à le rester, elle ne pouvait se résoudre à abandonner ses anciennes activités, gardant toujours un pied là où avait débuté sa carrière, dans sa seconde demeure que représentait l'hôpital de Saint-Mangouste. Pourtant depuis sa prise de fonction comme Directrice de la Prison de Skye, elle ne faisait que jongler entre les lignes d'un agenda surchargé; N'hésitant pas à se déplacer aux quatre coins de la Grande-Bretagne magique, elle s'assignait également à merveille à ses charges de mère de famille. Mais que voulez-vous? En femme d'action, déterminée à s'investir dans la bonne marche de son pays, Meredith ne faisait pas cas des efforts consentis. Perfectionniste dans l'âme, souhaitant maitriser chaque détail de sa vie, elle attribuait une grande importance à la vision qu'elle renvoyait aux autres. Tout devait être lisse et impeccable, sans la moindre aspérité qui puisse venir égratigner son image d'épouse, de mère, de femme modèle. A l'image de son Cabinet, où tout devait être soigneusement rangé et disposé aux millimètres près, la psychomage se révélait profondément maniaque dans son obsession pour la perfection.

Cette semaine s'annonçait particulièrement éprouvante! Douglas étant partit au Sénégal, en Casamance Magique, afin de venir en aide à des enfants mutilés, elle devait s'acquitter seule des charges familiales. Hasard ou coïncidence, durant la matinée, Eva avait ressenti une douleur au creux de l'oreille droite, probablement une otite. Meredith lui avait pourtant enseigné l'adage qui prescrivait qu'en Avril, il ne fallait pas se découvrir d'un fil; Mais voilà la jeune fille n'en faisait parfois qu'à sa tête! Sauter dans les flaques, aller dans le vent sans bonnet, la petite fille payait le prix de sa mauvaise conduite. Meredith l'avait conduite chez un médicomage réputé de Londres, tout en indiquant à la nourrice Gertrude de venir la récupérer. Inquiète à l'extrême pour ses enfants, même quand il s'agissait d'une broutille; La psychomage ne cessait d'envoyer des Patronus pour prendre des nouvelles d'Eva. Apparemment, il ne s'agissait que d'un vulgaire bouchon, mais Meredith se montrerait ce qu'elle fasse un peu mieux sa toilette d'oreille. Mais pour l'heure, ce n'était pas le rôle de mère qu'elle devait endosser, mais plutôt celui de conseillère psychologique, alors que l'hypocondriaque Susan Goyle venait de s'installer dans son divan...

Cette riche sang-pur déboursait une fortune en consultation, ne trouvant personne pour l'écouter et avec qui se complaindre. Elle ne souffrait véritablement d'aucun maux, si ce n'est de se croire le centre des malheurs du Monde magique. Pour Meredith Kane, les hypocondriaques n'étaient clairement pas un sujet d'étude intéressant, mais une grande partie de clientèle reposait sur cette classe d'individu. Tandis que Susan Goyle croassait toute l'étendue de sa souffrance à l'idée de perdre son chat Apollon, l'esprit de la psychomage s'envola quelque peu en direction d'autres préoccupations plus captivante. Une employée du Ministère devait passer dans la matinée afin de l'aider à travailler l'image publique de la Prison de Skye. Entre ce qui pouvait être dit, et ce qu'il fallait dissimuler, ce projet de réhabilitions sorcières demeurait des plus sensibles. Meredith Kane avait pour consigne de ne rien dévoiler de ses activités, pas même à son entourage proche. Par souci de sécurité, elle s'était abstenue de commettre la moindre bévue, se contentant de dire qu'il ne s'agissait que d'un laboratoire de recherche neuroscientifique. Mais nul ne doute que cette réponse évasive ne fonctionnerait qu'un temps, avant qu'elle soit contrainte de fournir de plus amples informations au public.  

Afin d'éclaircir les zones d'ombres en lien au projet de l'Île de Skye, Meredith Kane s'était empressée d'envoyer un hibou au Ministère. Ne souhaitant commettre aucune erreur répréhensible, elle jouait la carte de prévoyance afin d'obtenir de l'aide de ses supérieurs. Une réponse ne tarda pas à lui parvenir, l'informant qu'une conseillère en communication proche du ministre viendrait l'informer de la conduite à tenir en ce concernait sa prison. N'écoutant que d'une oreille les lamentations de sa patiente, Meredith jeta un regard furtif sur sa montre qui indiquait la proximité de ce rendez-vous crucial. Au moins, elle saurait à quoi s'en tenir et disposerait d'un contact au Ministère dans sa noble entreprise de réhabilitation. L'attention de la psychomage se reporta de nouveau sur l'intarissable Susan Goyle qui venait d'achever le récit de son calvaire.

"Docteur Kane! Je vous le demande comment dois-je prendre une offrande aussi ignoble!? N'est-ce pas la preuve qu'il me hait et souhaite ma mort? Chose qui arrivera surement, tant ma tumeur à l'intestin me fait souffrir! J'implore vos conseils avant qu'il ne soit trop tard... "

Afin de redonner un brin de courage à une patiente qui en était totalement dépourvue, Meredith appuya ses propos d'un sourire discret et sincère.

"Madame Goyle. Je tiens avant tout à vous rassurer sur le fait que votre chat ne vous déteste aucunement. La psychologie animal repose en grande partie sur des instincts primitifs, et ce vous percevez comme un acte ignoble est en vérité une réelle preuve d'affection... "

Susan Goyle arqua un sourcil désapprobateur.

"Un mulot décapité? Une preuve d'affection? "

Meredith hocha lentement la tête en signe d'assentiment.

"Parfaitement, madame Goyle. Votre chat malgré le confort de sa vie, demeurera pour toujours un prédateur. C'est pourquoi, ce mulot capturé n'est rien d'autre qu'une manifestation de gratitude quelque peu maladroite dont le but est de remercier sa maitresse de maison. N'y voyez donc rien de négatif. Quand à votre tumeur à l'intestin, même si je ne suis pas médicomage de formation; De simples palpations suffisent à prouver que vous ne souffrez que de ballonnements passagers. Varier votre alimentation avec des fruits et légumes, et vous devriez rapidement assainir votre flore intestinale. Maintenant, si vos douleurs et vos doutes persistent, n'hésitez pas à prendre contact avec moi. Ma porte vous sera toujours grande ouverte! "

Une poignée de main cordiale et l'hypocondriaque s'en alla couver d'autre maladies. Meredith poussa un soupir de soulagement, tant s'occuper de cas aussi pathétique ne lui procurait aucune motivation. Quand elle reporta son attention à sa liste de rendez-vous, elle constata qu'il ne lui en restait plus qu'un : Une certaine Isobel Lavespère.
La porte de son bureau étant restée ouverte après le passage de l'autre folle, la psychomage éleva la voix afin d'inviter sa dernière patiente à rejoindre la sphère privée de son bureau.

"Mademoiselle Lavespère, veuillez entrer, je vous prie. "

Quand celle-ci franchit le seuil du Cabinet de Psychomagie, Meredith releva les yeux sur l'arrivante. Elle ne manquait ni de classe ni d'allure, devant sans doute fréquenter les mêmes boutiques vestimentaires que la psychomage. Son visage d'une grande beauté lui était familier, comme si elle l'avait déjà vu auparavant. Mais où? D'un geste gracieux de la main, Meredith l'invita à s'asseoir.

"Installez-vous confortablement et dites-moi les raisons de votre venue. "

La psychomage ne se doutait pas encore que cet entretien très privé n'allait pas s'orienter sur les états d'âmes de cette mystérieuse Isobel Lavespère, mais bien sur un projet qu'elle partageait en commun avec le Ministère de la Magie.


Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 640

Voir le profil de l'utilisateur
Isobel avait très mal dormi cette nuit-là, hantée par des cauchemars. Cela faisait déjà quelques mois que son sommeil était perturbé mais depuis quelques jours, cela atteignait des sommets. Elle savait parfaitement ce qui se passait, elle touchait à des magies puissantes, des arts anciens et capricieux et jouait un jeu dangereux, elle en avait parfaitement conscience. Mais elle expérimentait des choses qu'elle n'aurait jamais pu penser approcher en quittant son coven, où la magie était réalisée sous l'étroite surveillance des expérimentées prêtresses et où les sorcières pouvaient enchanter en toute sécurité, leurs arrières étaient assurés par leurs consœurs. Isy, elle, était seule, livrée à elle-même. Elle savait qu'elle aurait dû ralentir la cadence et s'était d'ailleurs promis de le faire dans les jours à venir, après avoir terminé l'enchantement qui l'agitait tant. Un dernier grand sort avant de se reposer un peu en espérant apaiser son esprit agité. Elle avait tant méprisé sa mère, durant des années, qui pratiquait le vaudou avec une passion démesurée, au point de passer des nuits entières à s'échiner sur des sorts résistants mais voilà qu'elle se laissait entraîner peu à peu sur le même chemin... Mais elle n'était pas sa mère, se répétait Isobel avec détermination. Sophie était fragile, instable et surtout, faible. Isobel se savait plus solide que sa mère et elle était surtout persuadée d'avoir les pouvoirs de maîtriser ce qu'elle invoquait. N'avait-elle pas été pendant des années et des années l'espoir de sa famille ? Elle avait toujours été douée, c'était un fait et même si elle avait endormi tout cela pendant des années, c'était toujours présent, c'était là, en elle, c'était son héritage, son sang.

Elle ne parlait de tout cela à personne, taisait ses nuits agitées, ses cauchemars, ses sursauts, les images qui s'imposaient à son esprit brusquement, les frissons qui parcouraient ses doigts parfois. De toute manière, à qui aurait-elle pu en parler ? Le Royaume-Uni n'était pas familier de ce genre de pratiques et le seul qui aurait pu comprendre, c'était Abel et ils ne s'adressaient pas la parole. C'était d'ailleurs quelque chose qui empêchait Isobel de dormir, parfois, et qui n'avait rien à voir avec ses pratiques magiques. Elle passait des heures à y penser, à essayer de comprendre la situation dans laquelle ils étaient. Même s'ils ne se parlaient pas, Abel était là et il semblait bien décidé à rester, sans pour autant chercher à lui nuire, à moins qu'il n'ait pas encore agit mais s'il avait dû le faire, il l'aurait fait plus tôt, non ? Alors que faisait-il ici ? Elle mentirait en disant qu'elle n'avait pas de coup au cœur lorsqu'elle le croisait pour le projet sur lequel ils travaillaient tous les deux. Elle mentirait en disant qu'elle était aussi indifférente qu'elle n'aimait à le faire croire, parfaite reine des glaces sur son piédestal alors que son esprit bouillonnait de peur, d'angoisse, de doutes et autres sentiments confus. Elle supportait de moins en moins ce statut quo, cette situation qui n'évoluait pas qui ressemblait trop à une accalmie avant la véritable tempête pour qu'elle puisse s'apaiser. Elle mourait d'envie de le faire réagir, sans pour autant s'y résoudre, partagé entre l'envie de reprendre le contrôle de la situation et la peur de l'affronter une nouvelle fois. Elle était dans l'attente, dans l'attente de quoi, elle ne savait pas, mais Isobel attendait et la patience n'était pas toujours son maître mot.

C'était à tout cela qu'elle pensait, assise dans une salle d'attente de l'hôpital Sainte-Mangouste, ses dossiers sur Skye soigneusement rangés dans un sac ensorcelé pour que personne ne puisse l'ouvrir. Malgré tout ce qui la préoccupait, Isobel réalisait toujours consciencieusement son travail et à vrai dire, elle travaillait parfois encore plus que d'habitude, ne serait-ce que pour occuper son esprit et retarder le moment où elle rentrerait seule chez elle et devrait composer avec son sommeil et ses rêves. Roy était distant en ce moment, ses quelques autres amis n'étaient au courant de rien et Isobel ne se voyait pas leur annoncer qu'elle rêvait d'esprits qu'elle avait réveillé. Alors à défaut de pouvoir parler à quelqu'un, Isy se taisait et travaillait encore plus dur. Elle n'avait plus le droit à l'erreur maintenant qu'elle avait été intégrée dans les sphères du véritable pouvoir et elle comptait bien honorer la nomination du Ministre. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle avait ce rendez-vous avec Meredith Kane, la Médicomage qui gérait Skye. Quelques rumeurs commençaient à courir sur le centre et il était urgent de proposer à la population une lecture claire et surtout très politiquement correct de ce projet. Le service de communication avait réfléchi à plusieurs angles d'attaque et ils adapteraient en fonction de ce qui semblait le plus probable et pratique aux yeux du Docteur Kane.  Quand la voix de cette dernière s'éleva de son bureau pour l'inviter à entrer, Isobel se leva, ajusta le col de son chemisier, chassa de son esprit la moindre pensée dérangeante et arbora son plus joli professionnel, comme si rien n'était jamais venu la tracasser. Après tout, c'était son métier : Isy savait maîtriser les apparences, les images et la sienne avant tout.

- Docteur Kane, c'est un honneur, lança-t-elle avec un sourire. Votre travail a toujours eu une grande résonance au sein du Ministère, c'est un plaisir de vous rencontrer enfin.

Après tout, un projet aussi important que Skye ne lui avait pas été confié en vain. Encore une femme à un poste clé du pouvoir, d'ailleurs, songea Isobel. Elle avait conscience qu'on pouvait reprocher de nombreuses choses au gouvernement Marchebank - elle était bien placée pour le savoir, c'était elle qui les présentait de manière positive malgré tout - mais il fallait avouer qu'il était plus paritaire que d'autres pays européens, bien trop fournis en hommes aux yeux d'Isy.

- Je suis venue ici pour établir avec vous une stratégie de communication pour le centre de réhabilitation de l'Île de Skye, commença Isobel, consciente qu'un travail efficace nécessitait de parler franchement. Le Ministère est intimement convaincu de l'utilité publique de ce dernier mais certaines franges de la population, plus conservatrices, ont besoin d'être rassurées, conclut-elle avec un sourire.

Rassurées, endormies... C'était du pareil au même.


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Meredith KaneDirectrice de Skyeavatar
Messages : 142

Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Kane éprouva un net soulagement à l'idée de pouvoir s'exprimer librement sur un sujet brulant que celui de l'Île de Skye. Si dans l'art de conserver la discrétion, la psychomage était aussi muette que pouvait l'être une pierre tombale; Le fait de pouvoir enfin tomber le masque et parler à visage découvert lui procurait un réconfort salutaire. Un sourire vint briser l'expression froide de son visage, tandis que la porte-parole du ministre de la magie lui exprimait son désir de tisser une stratégie de communication. Chose plus que nécessaire, tant le mensonge par omission avait ses limites. Fidèle à son engagement auprès du FREE, Meredith Kane n'avait révélé aucune précision quant à sa nouvelle fonction de Directrice de l'Île de Skye. Pas même ses proches les plus intimes n'était au courant de ce qui se passait dans les entrailles du vieux phare écossais. Convaincue du bien-fondé de cette entreprise de réhabilitation et avertie des mesures sécuritaires que celle-ci nécessitait, le Docteur Kane avait fait le choix de n'en parler à personne. Aucun écho de la dure réalité de Skye n'était parvenu aux oreilles de son mari. Douglas se cantonnait à l'idée que son épouse œuvrait pour le Ministère, afin de poursuivre une mission d'utilité publique et dans le but de faire avancer la recherche neuroscientifique. Ne pas révéler les dessous de la vérité mettait à l'abri sa famille, et protégeait également l'avancée de ses travaux sécuritaires. Meredith Kane justifiait pleinement la confiance placée en elle, preuve si besoin l'était, que le secret médical n'était pas aussi éloigné des plus indicibles conspirations politiques.

Alors qu'elle s'apprêtait à offrir une réponse à la chargée en communication, Meredith Kane balaya des yeux l'espace de son bureau. Traquant la moindre imperfection, elle constata avec grande satisfaction que chaque élément qui composait sa sphère professionnelle était au bon endroit. Elle ne tolérait aucune forme de désordre, ni l'idée de savoir qu'un simple bibelot ne se trouvait pas à l'endroit assigné par ses soins. Cette obsession pour le rangement ne faisait que respecter son propre équilibre intérieur et son désir d'ordre. De son point de vue, aussi multiple soient les composantes du Monde magique, tout élément à une place qui lui était attribuée. Le bien-être et l'équilibre de la société dépendait complètement de cette nécessité absolue, et son rôle de psychomage allait d'ailleurs dans ce sens : Pour que le tableau de ce monde soit parfait, elle ramenait les petits atomes égarés dans la bonne direction. Même si cet effort pouvait s'apparenter parfois à de la torture mentale, c'était la seule manière de garantir la paix en ce monde. Meredith ressentait une certaine injustice à devoir toujours dissimuler une vérité pourtant salvatrice, et celle que Skye était un mal nécessaire pour le bien du tous. Dans ce programme de réhabilitation, elle avait fait le choix noble de l'engagement pour le bien de la cause commune. Alors pourquoi se cacher?

Meredith n'avait pas pour vocation de nuire ou de mettre en péril le projet de Skye, mais elle profita de la venue de la porte-parole du Ministère pour s'exprimer plus librement sur ses troubles.

"Avant toute chose, je tenais à vous dire que je suis intimement convaincue du bien-fondé de cette entreprise de réhabilitation. Il en va de notre sécurité à tous, et jamais je ne reculerai devant l'ampleur de la tâche, aussi ardue soit-elle... "

Meredith Kane se pencha au-dessus de la surface impeccable de son bureau, avant de poursuivre son discours d'une voix empreinte d'une sérénité glacée.

"Mais je suis également convaincue que le fait de toujours vouloir édulcorer la vérité, ne finisse par compromettre complètement les avancées d'un projet si nécessaire que celui de Skye. Mademoiselle Lavespère, comprenez bien que nous marchons sur des charbons ardents. Croyez-vous que les citoyens du Monde magique se montreront cléments s'ils venaient à apprendre la dure réalité qui se cache dans les profondeurs de Skye? "

Avec un sang-froid exemplaire, Meredith Kane exposa alors la sinistre réalité.

"Même si la fin justifie les moyens, nous parlons là d'usage interdit de la Magie et d'expérimentions proche de la torture. Nous enfreignons quotidiennement toutes les règles morales et les droits les plus strictes du prisonnier. Comme je ne cesserai de vous le répéter, je ne reculerai jamais devant le fait d'avoir à me salir les mains pour une cause qui me semble vitale à l'équilibre de notre société. Au contraire, la confiance du Ministre Marchebank m'honore, et je vois en cette mission, le plus grand combat de ma vie. Mais vous devez savoir que je suis également une mère de famille et cela implique certaines responsabilités : Comme celle, de ne jamais vouloir entacher la réputation de mes proches du fait de mon engagement personnel. Mon époux est à la solde de l'une des plus grandes associations caritatives du Monde Magique, tandis que mes enfants sont tous promis à un grand avenir. Est-ce que pouvez comprendre que j'éprouve certaines réticences à l'idée de vivre avec la crainte que le secret de Skye ne soit un jour découvert? Une vérité pleinement assumée ne vaut-elle pas mieux qu'un mensonge déguisé? Pourquoi endormir les consciences, alors que nous devrions au contraire éveiller nos citoyens sur les vertus de cette cause? "

En psychomage avertie, Meredith savait que ce genre de secret ne tenait guère longtemps. Tôt ou tard, une langue finirait par se délier, pour offrir au monde une cinglante vérité. Ce jour-là, la Directrice serait aux premières loges et la cible de toutes les critiques. Sans doute que les hautes sphères politiques nieraient leur implication dans ce projet, plutôt que de sombrer avec l'eau du bain. Meredith n'était point naïve, et elle acceptait de prendre ce risque : Toute noble cause a besoin de héros, acceptant l'éventualité de finir en martyr. Mais ce qui l'inquiétait davantage, était l'idée que sa famille puisse en souffrir...


Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 640

Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Kane était quelqu'un de profondément lucide, Isobel le comprit dès les premiers mots qu'elle prononça. Elle était intelligente, réfléchie et droite. Le dernier adjectif aurait pu être contestable si l'on se penchait sur les entrailles du centre de réhabilitation de Skye, si l'on découvrait vraiment ce qui s'y passait, si l'on venait à apprendre les vérités que le Docteur Kane énonçait doctement. Et pourtant, c'était le cas, c'était quelqu'un de droit, qui croyait profondément en ses valeurs et était décidée à se battre pour elles. C'était ce qu'elle disait mais ce n'était pas que des mots, ce n'était pas que quelques phrases dans le dossier que le Ministère possédait sur elle, c'était des vérités palpables si l'on savait lire l'aura qui se dégageait de la psychomage. Tandis que cette dernière parlait, elle se laissa aller à  la lecture de l'aura, quelques secondes seulement, avant de retrouver un sourire rassurant - presque machinalement - lorsque Meredith lui fit part de ses inquiétudes, légitimes au demeurant.

Pourquoi ne pas dire la vérité à la population ? Tout simplement parce que le tollé serait général. La majorité de la population, même ceux qui soutenaient le Ministre Marchebank et son gouvernement, trouverait quelque chose à y redire tout simplement parce que évidemment que oui, ce qui se passait à Skye était contestable et discutable. Dire la vérité à la population était une chose, la dire à l'internationale en était une autre. Il était certain que la communauté magique internationale aurait largement son mot à dire sur la question et sûrement pas en bien : les gouvernements étaient toujours prompts à se faire la morale entre eux, comme s'ils étaient irréprochables... Dire la vérité sur ce qui se passait à Skye était pour le moment impossible et si l'on demandait son avis personnel à Isy, il ne serait jamais possible de le dire. Cela resterait l'un de ses secrets d’État comme il y en avait beaucoup. Est-ce que cela finirait par se savoir ? Sûrement. Il y aurait toujours des gens pour trouver la vérité, il suffisait de voir Guantánamo aux États-Unis même si de nombreuses zones d'ombres étaient encore présentes. Aux yeux d'Isobel, le plus tard serait le mieux. Était-ce reculer pour mieux sauter ? Peut-être mais cela valait toujours mieux que de se jeter dans le vide. La côte de popularité du Ministre était certes haute mais pas au point de supporter un tel scandale et ils avaient besoin de cette popularité pour continuer à faire avancer le pays dans le bon sens.

- J'entends bien vos craintes, commença-t-elle avec un sourire, et je tenais tout d'abord à vous réassurer de l'entier soutien de tout le Ministère et de son gouvernement. Votre dévouement au bien-être de cette société est admirable. 

Après tout, elle ne le faisait même pas par carriérisme, elle le faisait par conviction et c'était souvent les plus efficaces et les plus investis. Avec une telle femme à la tête du projet, le Ministère pouvait être assuré du bon fonctionnement de Skye.

- Comme vous le dites, le centre de réhabilitation est un projet délicat et risquerait d'être mal vu par une part importante de la population - doux euphémisme - s'il était révélé maintenant.

Se penchant l'espace d'un instant pour sortir de son sac le dossier de communication qu'ils avaient préparé au Ministère et qu contenait les différentes propositions de présentation au public.

- Il ne s'agit pas de mentir ou d'en faire un secret, poursuivit-elle, mais plutôt d'en présenter petit à petit les différents côtés de manière positive afin de convaincre la population sorcière du bienfondé du projet.

Elle comprenait les peurs de Meredith mais ne pouvait accéder à sa requête de lever sur le voile alors il ne lui restait plus qu'à la convaincre du bienfondé de toute cette opération de communication et ça, c'était son métier. Depuis le début de l'entretien, elle n'était que sourire rassurant et mots bien tournés, pour prouver que tout était sous contrôle. Elle donnait raison à Meredith en la citant, tout en l'amenant doucement vers la conclusion qu'elle voulait obtenir.

- Comme vous le savez très bien, la population du Royaume-Uni est assez conservatrice et très marquée par les deux guerres des décennies précédentes. Avec ce passif, elle a tendance à se méfier des innovations y compris de celles qui sont nécessaires, comme vous l'avez souligné. Or, Skye est nécessaire. Le présenter de manière brusque aux électeurs le mettrait en péril et ce n'est pas ce que nous voulons, n'est-ce pas ? Il ne s'agit pas d'endormir les consciences mais plutôt de les éveiller peu à peu, avec pédagogie.

Avec un nouveau sourire, Isobel ouvrit le dossier et en sortit plusieurs papiers.

- Une présentation claire et honnête, même si partielle pour le moment, du projet permettra d'habituer peu à peu les esprits de la population à la présence de Skye, assura-t-elle. Vous n'avez pas à vous inquiéter du devenir de votre famille, vous avez le soutien absolu du Ministère et elle aussi. Au contraire, être associés à vous, l'un des plus grands soutiens du gouvernement sera très positif pour vos enfants. Quant à votre mari, ses projets caritatifs seront mis en lumière grâce aux nombreuses rencontres que vous allez pouvoir faire en menant la tête de ce projet.

Elle s'appuya contre le dossier de sa chaise, relevant ses yeux sombres sur Meredith.

- Nous travaillons main dans la main, Docteur Kane. Le Ministère sera avec vous tant que vous serez avec lui. Je suis certaine que cette collaboration peut mener à des résultats absolument parfaits.


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Meredith KaneDirectrice de Skyeavatar
Messages : 142

Voir le profil de l'utilisateur
La psychomage éprouva un réel réconfort à l'idée de se sentir épaulée dans sa mission si ardue de réhabilitation sociétale. L'intervention de la chargée du Ministère fournissait de nombreux conseils sur la manière de gérer publiquement une opération aussi peu justifiable que l'était la prison de Skye; Si bien que Meredith n'avait plus l'impression de marcher seule sur le sombre chemin de l'expérimentation scientifique. Point dénuée de raison et de pragmatisme, la doctoresse pouvait aisément entrevoir les limites légales et justifiables d'un tel procédé carcéral. Certes innovant et nécessaire, ce projet lui donnait aussi l'impression de jouer parfois aux savants fous. Les bavures étaient bien là, preuve si besoin l'était que l'on ne pouvait pas jouer en toute impunité avec l'esprit des condamnés à la réhabilitation. Mais Meredith Kane n'était pas du genre à reculer à la première difficulté rencontrée. Au contraire, elle irait jusqu'au bout des choses, de manière à justifier ses actes et la noblesse de son entreprise. En l'intronisant à la tête de la prison de Skye, le Ministère s'était assuré les services d'une femme dont l'engagement allait de pair avec une loyauté inébranlable.

La Directrice de la prison de Skye posa longuement son regard sur le fascicule que lui présentait la chargée en communication. Il y avait là toutes sortes de subterfuges ou de poudre aux yeux, octroyant la légitimité nécessaire à son projet d'envergure. Il faut dire que dans les entrailles de la prison, les cobayes désireux d'amoindrir leur peine étaient nombreux; Ce qui avait tendance à accélérer les avancées scientifiques et médicales. Dans le secret de Skye, un vaccin contre la consumeuse était notamment en élaboration, ainsi que de nouvelles pistes d'études dans la lutte contre la lycanthropie. Un traitement contre la dépression chronique était également à l'étude, Meredith Kane cherchant un procédé magique qui puisse anéantir le mal insidieux qui brouillait les connexions neuronales défaillantes. Bref, même s'il faudrait probablement des années, voire des décennies pour mener à bien de telles expérimentation : Skye se révélait comme une étape nécessaire dans la marche du progrès. C'est pourquoi, Meredith Kane voulut rassurer immédiatement la chargée en communication sur sa volonté d'engagement.

"Vous pouvez croire en notre étroite collaboration. Vous pouvez rassurer le Ministre, et lui dire à quel point ma loyauté sera indéfectible. Je ne suis pas du genre à faire volte-face dans mes engagements, surtout quand je les juge nécessaires et salvateurs. "

Meredith plongea à son tour son regard gris et polaire dans celui de la représentante du ministère.

"Je veux éradiquer la violence, ce cancer qui ronge notre société depuis trop longtemps, afin d'offrir à nos enfants un monde meilleur et plus sécuritaire. Quand je vois la horde d'individus en perdition qui ne cherchent qu'à détruire l'harmonie possible de notre Monde Magique; Je me dis qu'il est de mon ressort de faire en sorte que les choses évoluent différemment. J'accepte et je suis honorée d'être au centre d'une telle responsabilité! "

"Mais", car il y avait toujours un "Mais", surtout dans l'acceptation d'une tâche aussi ardue que celle de gérer la Prison de Skye; Prétendre le contraire aurait été un mensonge. C'est pourquoi, Meredith se sentit dans l'obligation de dévoiler au grand jour, l'ombre qui obscurcissait ses pensées.

"Il est de ma responsabilité de vous dire également, que émotionnellement parlant : Se retrouver à devoir gérer un tel concentré de souffrance carcérale est loin d'être une chose aisée. Et ce même pour une psychomage de mon envergure... "

Sa main pâle vint balayée une mèche blonde, tandis qu'un léger sourire laissant poindre une légère inquiétude vint refroidir davantage le visage de la psychomage.

"Même si mon sens aiguisé du professionnalisme me protège moralement, il peut s'avérer parfois très déstabilisant d'exercer un métier tel que le mien. Chaque jour, je suis confrontée à violence à l'état pur, avec notamment l'usage de la torture psychologique. Avec les cas les plus récalcitrants, je suis parfois dans l'obligation de revêtir le sombre costume du bourreau. Et croyez-moi, personne n'est préparée psychologiquement à endosser ce rôle, surtout pas une mère de famille honnête comme moi... "

Meredith éprouva soudain la sensation que son mal-être pouvait être perçue comme une défaillance professionnelle, c'est pourquoi elle se sentit dans l'obligation de se justifier et de cerner ses attentes.

"Je vous rassure immédiatement, je juge cela comme un mal plus que nécessaire pour le plus grand bien de tous et je ne vous demande en rien de faire ma propre thérapie. D'une part parce que je suis suffisamment armée pour le faire moi-même, et d'autre part parce que je suis blindée moralement pour résister à ce genre d'épreuve. Ma principale source d'inquiétude réside dans le fait de savoir que rien n'exclut un jour une défaillance de  notre système, et que certaines informations puissent filtrer des murs de la Prison de Skye... "

La psychomage sonda le regard ténébreux de la chargée en communication, avant de poursuivre ses explications.

"J'ai vouée toute mon existence à me forger une image de respectabilité et de droiture. Pour rien au monde je n'aimerai que celle-ci soit écornée par des interprétations erronées sur mon rôle dans le processus de réhabilitation de Skye. Je suis considérée comme une psychomage de renommée mondiale, une mère de famille modèle, et une fervente catholique aux yeux de mon voisinage. Rien ne m'effraierai plus que d'être trainer dans la boue par les nombreuses critiques qui pourraient s'ériger à mon encontre. En l'espace de quelques secondes ma vie et ses certitudes s'effondreraient. La première victime étant forcément mon entourage : Quelle image donnerai-je à mes enfants? Comment justifier mes non-dits? Pourrai-je alors compter sur votre appui et votre protection? "

Meredith craignait à juste titre certain automatisme politicien qui ne visait qu'à se diriger dans le sens du vent et de l'opinion publique. Dans ce contexte politique, elle n'était qu'un pion, placé en première ligne et dont il ne se serait guère préjudiciable de sacrifier au cas où les choses ne tourneraient pas comme prévu. Meredith espérait se tromper et attendait avec impatience d'entendre comment la représentante du Ministère justifierait à son tour sa loyauté, et celle du Ministre Marchebank. Ce qu'elle voulait avant tout, c'était obtenir des garanties qui justifiaient le poids de ses actes.


Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 640

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Meredith l'assura de nouveau de sa parfaite et entière collaboration, Isobel eut un sourire d'assentiment. Elle n'avait pas de peine à croire à la sincérité de ses propos, pour plusieurs raisons. La plus rationnelle était que la psychomage n'avait pas été choisie au hasard pour mener ce projet aussi ambitieux que controversé. Son profil avait été étudié, on avait relevé ses références, on avait enquêté sur elle pour s'assurer qu'elle était la meilleure candidate à la direction de Skye. La seconde, bien plus floue, était qu'elle le sentait en l'écoutant. Elle le sentait parce qu'elle avait l'habitude de sonder la sincérité des gens dans son métier, c'était une part du travail pour essayer d'anticiper les choses et elle le sentait également parce qu'elle examinait son aura alors qu'elle parlait. Meredith Kane dégageait un ressenti de droiture, de rigueur, de dureté et de sévérité même. En somme, la personne idéale pour ce projet. Hochant légèrement la tête, Isobel fixa cette dernière dans les yeux.

- Nous le savons, Docteur Kane, assura-t-elle. Le Ministre Marchebank possède une pleine confiance en vous et dans vos capacités à mener ce projet à bien.

Elle mentionnait volontairement le Ministre en personne, pour asseoir ses propos. Encore plus que la mention de l'Institution, l'idée que Leopold Marchebank lui-même la soutenait ne pouvait qu'être réconfortante, cela tendait à prouver qu'elle tenait une place particulière auprès de lui : c'était la chose la plus efficace parfois. Elle l'écouta réaffirmer de Skye avec passion, à savoir éradiquer la violence de la société, remettre sur le droit chemin les individus « déviants » pour remettre un monde plus stable aux générations suivantes. A la mention du mot enfant, Isy songea au dossier qu'elle possédait sur le Docteur Kane, ainsi que les propos qu'elle lui avait tenu un peu plus tôt. C'était la seconde fois qu'elle mentionnait sa position de mère de famille, montrant ainsi à quel point cela lui tenait à cœur. S'ils voulaient asseoir encore plus la loyauté de Meredith – elle doutât que ce soit le cas mais c'était toujours bon à savoir – il y avait quelque chose à faire du côté des enfants. Notant cette information dans un coin de son esprit, elle songea également qu'il y avait quelque chose de bien ironique à entendre cette grande spécialiste lui parler avec passion de l'élimination des personnages déviants afin de rendre la société meilleure. Si elle savait à qui elle parlait... Isobel pratiquait une magie qui était considérée comme plus que déviante par les gens d'ici, elle était un mage noir selon eux. Si on devait vraiment éliminer les déviances de la société, elle y passerait, ainsi que la moindre sorcière de sa famille. Sans compter ses amis, elle pensait à Roy, elle pensait à Sofya, qui faisaient partie de cette frange violente de la population exécrée par le Docteur Kane. Il faudrait même éliminer le Ministre lui-même, qui était loin d'être un saint... Mais elle ne le saurait pas.

Aussi, Isobel tendit l'oreille, aux aguets, précédant le « mais » qui allait arriver. Il fallait absolument qu'elle rassure la psychomage afin d'être certaine que ce dossier était réglé et entre de bonnes mains, qu'il n'y avait plus de doutes de son côté. Les doutes empoissaient l'esprit, empêchaient de concentrer, elle était bien placée pour le savoir. Or, il fallait que le Docteur Kane soit entièrement et pleinement concentrée sur sa mission. Elle sentait son inquiétude, sa légère tension alors qu'elle lui parlait des retombées morales importantes sur une tâche telle que la sienne. Elle manqua de froncer les sourcils – elle voulait bien entendre que ce n'était pas facile mais elle ne pouvait pas se permettre de faiblir, sinon devraient-ils y remédier – mais Meredith s'empressa de la rassurer. Isobel lui sourit, comme pour la rassurer, mais elle avait tout de même noté l'information. Il valait mieux être au courant de tout plutôt que de se voiler la face... Elle ne savait pas ce que c'était, de torturer quelqu'un, mais elle doutait que pour quelqu'un d'aussi droit que la psychomage en face d'elle, ce n'était pas la chose la plus facile au monde.

- Je n'en doute pas, affirma-t-elle quand elle était assez blindée moralement pour y faire face. C'est pour cela que nous vous avons choisi, répéta-t-elle.

L'inquiétude principale résidait donc dans le fait que Skye et son contenu fuite... Isobel ne pouvait nier que c'était une inquiétude entièrement légitime, partagée par tous les services du Ministère qui travaillaient dessus. La Milice s'occupait de la sécurité, en traquait les failles. Les personnes qui travaillaient sur le projet, qu'ils soient sur Skye ou au niveau administratif étaient triées sur le volet. Même au service communication, le dossier n'était pas connu de tous. Elle était chargée de projet et avait choisi des collaborateurs en qui elle avait confiance et encore : ces derniers avaient été inspectés par la Milice. Néanmoins, malgré toutes les sécurités du dossier, le risque zéro n'existait pas. C'est également pour cela qu'ils prévoyaient une grande campagne de communication pour assurer leurs arrières, présenter les choses du mieux possible en cas de fuite. Si c'était le cas, les conséquences seraient difficiles à maîtriser, ils en avaient tous conscience, Isy la première. Cela serait une crise de grande ampleur, surtout si la véritable nature des activités de l'île était révélée. Meredith Kane avait raison de penser qu'elle serait en première ligne des critiques si tout explosait, elle était lucide. Mais c'était le rôle d'Isy de la rassurer du mieux possible et plus que de la rassurer, de l'assurer dans son rôle afin qu'elle puisse continuer sereinement.

- Docteur Kane, commença-t-elle, nous entendons entièrement vos légitimes craintes. Il faut que vous sachiez que nous sommes entièrement là derrière vous pour vous soutenir. Vous êtes certes à la tête du projet, ce qui pourrait vous placer en première lignes des critiques, mais le domaine de Skye est entièrement marqué du sceau du Ministère. Cela pourra sembler être une fantaisie de vocabulaire, mais il ne s'agit même plus d'appui, comme vous le demandez, qui sous-entendrait que vous êtes seule responsable du projet et que vous nous donnons votre bénédiction. C'est bien au delà de cela : nous marchons main dans la main, vous et le Ministère, pour mener à bien Skye. C'est une entière et pure collaboration. L'image que vous donnerez à vos enfants est celle d'une véritable membre du Ministère de la Magie du Royaume-Uni, une entière collaboratrice au même titre que les Directeurs de Départements dévoués qui mènent le pays. Vos non-dits n'en sont pas, ils sont, comme tout projet mené par l’État, des informations qui restent confidentielles pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité de tous, aussi bien des agents de Skye que des patients et de la population. Personne n'irait accuser la Justice Magique de mener des procès à huis-clos, en appelant ça non-dits.

Elle eut un sourire rassurant, posant sa main fine sur le dossier qu'elle lui avait remis.

- S'il venait à arriver une malencontreuse fuite de Skye, le Ministère sera en première ligne pour gérer cette crise et vous protéger, ainsi que protéger le bien-fondé du projet. Au service communication du Ministère, nous travaillons d'ailleurs actuellement sur plusieurs scénarii de crise, à plusieurs échelles, afin de nous projeter dans un éventuel scandale causé par la divulgation d'informations confidentielles. Si vous le souhaitez, nous pouvons organiser un rendez-vous avec le reste de l'équipe afin que vous puissiez y assister et participer, nous éclairer de vos avis, afin que nous décidions ensemble de la meilleure marche à suivre.

Ouvrant le dossier et le feuilletant rapidement à l'envers, elle avança jusqu'à des parchemins bleus pastels remplis de chiffres et de schémas.

- Si vous le souhaitez, nous avons également déjà réalisé des rapports sur la question, je pense qu'il peut être enrichissant pour vous de les lire. Vous remarquerez que dans tous les cas, vous êtes mise au premier plan des préoccupations du Ministère, précisa-t-elle en tapotant du doigt un paragraphe. Elle laissa Meredith lire quelques instants l'objet désigné avant de reprendre la parole. Mais notre but premier est de ne pas avoir à se servir de ce genre de campagnes. Nous voulons assurer l'image de Skye auprès de la population, petit à petit, afin que tout soit entièrement maîtrisé. Si le public connaît le projet et en a une image positive, nous avons de nombreuses propositions pour s'en assurer, il sera bien plus facile d’œuvrer sereinement pour ce noble projet.

Toujours souriante, rassurante, elle se redressa dans sa chaise, posant une main sur le bureau. Elle sentait que la confiance de la psychomage Kane ne leur était pas entièrement et pleinement acquise, aussi décida-t-elle de retourner la chose. Meredith était quelqu'un de droit et de loyal et en piquant ce point-là, Isobel songeait qu'elle pouvait faire quelque chose.

- J'espère, Docteur, que vous ne pensez pas que le Ministère aurait envers vous un comportement répréhensible ou bien que le Ministre Marchebank agirait comme ses prédécesseurs envers leurs anciens soutiens... Laissant planer un léger silence, elle reprit. J'ose espérer Docteur, que l'entière et profonde confiance que nous avons à votre égard, aussi bien dans votre personne que dans vos capacités professionnelles, est réciproque.

Elle avait abandonné son sourire, se contentant de fixer Meredith de ses yeux noirs.


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Meredith KaneDirectrice de Skyeavatar
Messages : 142

Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Kane ignorait encore si c'était le grand professionnalisme dont faisait preuve l'envoyée du Ministère, ou le regard franc et honnête de celle-ci; Mais la Directrice de la prison de Skye se sentit immédiatement plus légère et rassurée vis-à-vis des nombreux doutes inhérents à sa fonction. Le Ministre Marchebank était réellement un homme de conviction, qui n'hésiterait pas à se battre jusqu'au bout pour la mise en place d'un modèle de société idéal. Malgré la distance, Skye et le Ministère travaillaient main dans la main, afin de protéger au mieux ce projet de réhabilitation. Une équipe qui ferait toujours front à la critique. Se savoir entourée dans cette entreprise risquée ne pouvait que motiver davantage la psychomage, qui se voyait dès lors propulsée dans les hautes sphères étatiques. Grisée par l'idée laisser son empreinte sur le Monde Magique, la mère de famille sans histoire se sentit investit du rôle de sa vie. Plutôt que des individus et du cas par cas, elle allait enfin pouvoir guérir une société entière des maux qui la rongeaient depuis trop longtemps. Pour la première fois, on lui donnait les armes de ses ambitions...  

Riche de son expérience de Psychomage, elle avait trop souvent eu l'impression de se battre contre des moulins à vent. Que ce soit contre la schizophrénie ou même certain type de dépression, il n'y avait guère de solution miracle qui puisse venir à bout du mal insidieusement implanté dans les connexions neuronales des malheureux patients. Face aux grands maux de l'âme et en restant dans le domaine du légalement acceptable, Meredith s'était longtemps sentie aussi impuissante qu'une souris qui voudrait vaincre un dragon. Le progrès scientifique se heurtait systématiquement aux barrières éthiques, laissant au point mort la recherche et toutes avancées médicales. Jadis, le père de Meredith Kane avait tenté d'ouvrir la voie vers une plus grande liberté expérimentale, mais il l'avait sévèrement payé. Reprenant le flambeau, sa fille se sentait investit d'une mission sacrée, alors qu'elle n'entrouvrait encore qu'à peine la fabuleuse boite de Pandore.

Dans le souci de construire une société future idéale, dans laquelle ses enfants pourraient s'épanouir en toute sécurité; Meredith négligeait les risques et les dangers pour ne se préoccuper que du rendu final. Elle n'était pas le genre de personne qui louvoyait, ou brisait sa parole au premier vent contraire. Aussi honnête que courageuse dans ses pensées, elle était du genre à se battre jusqu'au bout pour ses idées. C'est pourquoi, elle fut quelque peu piquée dans sa droiture par le regard sombre et insidieux que lui lança la porte-parole du Ministère. Elle ne doutait aucunement de la sincérité de Leopold Marchebank, en revanche elle craignait l'émergence grandissante des ennemis du FREE. La Milice faisait tout son possible pour écraser les odieux groupuscules terroristes, mais les logos du "Kraken" ou de la "Salamandre" continuaient de fleurir les murs. Meredith Kane avait clairement réfléchi à la question, et éprouvait la désagréable sensation que le Ministère ne s'y prenait pas de la meilleure manière pour éradiquer cette menace invisible. Pour vaincre une idée, il ne suffisait point d'user de la force.

En réponse au regard perçant d'Isobel Lavespère, la psychomage ne vacilla pas d'un cil et s'exprima d'une voix toujours aussi calme et empreinte d'honnêteté.

"Au risque de me répéter, je peux vous certifier que je ne doute en rien du soutien total du Ministère dans notre entreprise commune. Je suis suffisamment confrontée à la nature humaine, pour me rendre compte de la profonde sincérité de Leopold Marchebank. Il appartient à la race des grands sorciers, et de ceux qui veulent écrire l'histoire du Monde Magique, sans avoir jamais à se dérober de ses idéaux. Je partage ses opinions, et ma loyauté envers lui et sa cause est absolument indéfectible! "

Meredith jeta un bref regard inquiet en direction de la fenêtre, ou le soleil commençait à être voiler par la masse nuageuse. Elle se demandait si la nounou qui gardait Eva avait bien pensé à la munir de son parapluie et de son écharpe. Sa fillette avait le rhume si facile. Elle chassa rapidement cette préoccupation de mère de famille, pour soumettre sa vision des choses sur le contexte assez délétère qui frappait le Monde Magique.

"En revanche, je dois avouer que je suis fortement préoccupée par la recrudescence de la pensée extrémiste au sein de notre société magique. Le centre de réhabilitation de Skye ne désemplit pas d'individus qui affichent ouvertement une haine aveugle et démesurée envers notre modèle politique, ce qui me pousse à m'interroger sur l'efficacité des moyens mis en œuvre pour contrecarrer les groupuscules terroristes dans leur dangereuse mission de propagande. A tort, je pensais que le nombre de ces nihilistes ne se limitait qu'à quelques marginaux disséminés, mais je suis forcée de constater que leurs effectifs grandissent. Phénomène nouveau, les extrémistes anti-Free ne se limitent plus à des sociopathes activement recherchés de la trempe d'Ana Sorden, mais bien souvent à des jeunes en mal de repère, souvent indécelables avant leur passage à l'action. Je tenais vivement à vous alerter sur le fait que la menace est en train de muer et de se propager... "

Meredith Kane joignit ses mains dans une attitude de pière, tandis qu'elle poussait un peu plus loin son analyse.

"Que ce soit ce Kraken ou cette Salamandre, ces deux organisations criminelles ont de nuisible qu'elles agissent à la manière d'une secte. Elles bercent d'utopie les plus faibles d'entre nous, sème la graine du chaos dans leurs esprits, dans le but évident de les pousser à commettre des actes absolument ignobles. Si le centre de Réhabilitation de Skye s'attaque aux esprits déjà corrompus, elle ne peut rien en revanche sur ceux qui sont susceptibles de l'être. Est-ce que vous me suivez? Je crains que notre Milice et moi-même, nous soyons encore démunis face à la propagation de cette dangereuse utopie. Cela provient sans doute du fait que Skye et ses expérimentations doivent encore demeurer secrètes. A force de dissimuler les choses, on se dirige forcément vers une dangereuse extrapolation. Après tout, est-ce que délivrer des criminels de leurs folies est un acte répréhensible en soi? "

Meredith Kane poussa un long soupir avant de lâcher une dernière phrase lourde de sens.

"Plus j'y pense et plus je me dis que ce nous faisons à Skye avec les criminels, pourrait s'élargir aux communs des mortels... Qui ne rêve pas d'un autre départ dans la vie? Pourquoi laisser nos citoyens les plus fragilisés aux mains de ces dangereux extrémistes? Pourquoi ne prendrions-nous pas les devants? "

La psychomage finit par esquisser un léger sourire gêné, avant d'ajouter :

"Excusez-moi, Mademoiselle Lavespère, je crains qu'en vous disant cela, je ne fasse que dépasser le cadre des attributions... "

Au moins, Meredith Kane pouvait se targuer d'avoir exprimé son opinion et tenter de balayer certaines barrières éthiques qui ne faisaient qu'entraver l'accès à une société idéale.


Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 640

Voir le profil de l'utilisateur
Isobel eut la satisfaction de voir que sa petite manœuvre avait été efficace : piquer le sens de la droiture de Meredith Kane la fit réaffirmer immédiatement son entier soutien au pouvoir en place. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle était à cette même place : sa droiture et sa loyauté au Ministère étaient son plus grand atout sur l’échiquier politique. Ce qui était le plus intéressant, c'est qu'il ne s'agissait pas d'une fidélité intéressée, comme la plupart des gens qui pouvaient tourner dans les sphères gouvernementales, la plupart intéressés par le pouvoir plus que par les idées. Isobel, en soi, n'était pas tant en reste. Elle croyait dans ce que voulait développer le FREE, elle croyait en une société plus moderne, à l'image de ce qu'elle connaissait en Amérique, elle pensait que le gouvernement pouvait accomplir de bonnes choses dans le pays. Elle croyait dans les politiques avantageuses pour les loup-garous, elle qui avait grandi avec des lycanthropes à la Nouvelle-Orléans, elle croyait dans la rénovation des structures magiques, dans le développement de Cosmos, dans Leopolgrad, dans toutes les lois sur l'égalité des femmes, sur les structures qui se développaient pour aider les familles, elle croyait en l'école primaire obligatoire, aux nouveaux fonds développés pour Poudlard, dans l'autorisation de port de baguettes pour les créatures intelligentes, en l'impôt sur les vieilles fortunes qui ne créaient pas d'emplois... Mais elle faisait aussi tout cela parce qu'elle aimait son travail, parce qu'elle aimait son poste important au service de communication, parce qu'elle aimait monter les échelons. Meredith Kane, elle, n'était guidée que par une pure et profonde vocation, un sentiment du devoir si prégnant qu'il la menait jusqu'à l'aveuglement.

Comment expliquer sinon qu'elle parle avec toute la sincérité du monde de la profonde probité de Leopold Marchebank ? Isy ne remettait pas en cause les convictions et les idées personnelles du Ministre, ne remettait pas en cause le fait qu'il ait une vision pour le pays, elle ne le connaissait pas assez pour cela. Mais elle doutait que l'honnêteté soit la qualité première de leur Ministre, ce qui n'était pas en soi un défaut : un politicien honnête n'en n'était plus un. La vérité ne dirigeait pas des pays, elle dirigeait des utopies. La vérité n'était qu'un outil dans ce genre de cas, elle était dévoilée lorsqu'elle était avantageuse, lorsqu'elle pouvait servir. Isobel ne voulait pas penser que le Docteur Kane était naïve au point d'ignorer ce fait : elle semblait tout simplement croire que ce gouvernement était différent et c'était bien pour cela qu'elle s'y donnait à cœur et à corps. Que Leopold Marchebank n'ait jamais à se défaire de ses idéaux... Cela pouvait être vrai mais Isy aurait pu parier que les idéaux que leur Ministre n'abandonnerait jamais n'étaient pas forcément ceux que Meredith Kane défendait avec tant d'ardeurs. Elle n'en dit rien, pourtant, se contentant d'adoucir la mine si sérieuse qu'elle avait pris, prouvant par là son interlocutrice qu'elle adhérait entièrement à ses propos.

- Alors notre collaboration pourra aller loin, annonça-t-elle, bien qu'elle n'en n'eut jamais vraiment douté.

Leur discussion prit une autre tournure et à la posture qu'adopta le docteur Kane, Isobel sentit qu'elle s'apprêtait à lui confier quelque chose. Curieuse, elle posa sa plume, cessant de prendre des notes pour mieux écouter ce que la psychomage avait à lui dire. Cette dernière ressentait visiblement des préoccupations quant au centre de réhabilitation et aux programmes qui y étaient menés, cela se sentait dans sa posture : elle semblait également avoir beaucoup réfléchi à la question. De par son métier, Isobel avait une position particulière dans tous les dossiers du Ministère de la Magie. Comme beaucoup d'autres chargés de communication, elle avait un pied dans des secrets d’État, des projets de lois en préparations, des scandales qu'on cherchait à dissimuler... Ils connaissaient toujours beaucoup de détails, beaucoup de choses sur ces sujets, centralisaient parfois beaucoup d'information. Pour autant, malgré cette connaissance, nécessaire pour qu'ils puissent exercer leurs talents dans les meilleures conditions, ils n'étaient pas des acteurs de ces projets. Cela se vérifiait particulièrement pour Skye : Isobel connaissait du centre énormément de choses, des noms, des idées, des lieux, des plans... Elle les connaissait pour mieux savoir les vendre ou les défendre, au choix. Pour autant, elle n'avait sur ces derniers aucune influence : elle se contentait de récupérer les informations qu'on lui donnait et elle traitait ces dernières. On ne lui demandait pas son avis sur ce genre de choses, elle n'était pas politicienne : elle était la main, ou plutôt la voix, de ces derniers.

Mais parfois ses interlocuteurs avaient tendance à l'oublier et l'entretenaient de leurs idées, envies, projets pour les dossiers sur lesquels ils travaillaient. C'était toujours intéressant en soi, cela lui permettait parfois de trouver l'inspiration pour un discours ou un communiqué ou même pour avoir une idée de la direction dans laquelle se dirigeait le projet – histoire d'anticiper d'éventuels problèmes – mais elle ne pouvait rien faire, la plupart du temps. Aussi, quand Meredith Kane commença à lui parler de ces radicalisation qu'ils ne pouvaient pas repérer, des limites d'action de la Milice, des méthodes d'endoctrinement du Kraken et de la Salamandre, Isy comprit qu'elle avait à faire à quelque chose qui dépassait ses attributions. Pour autant, c'était intéressant et les personnes concernées auraient beaucoup d'intérêt à entendre cela. Elle était certaine que le cercle officieux du pouvoir serait très intéressé par ce genre d'informations, sans parler de Danielle Coleman et de Hailey Peterson. C'est pourquoi elle eut un sourire et secoua doucement la tête lorsque le Docteur Kane s'excusa de dépasser le cadre de ses attributions à elle : il ne fallait pas qu'elle pense qu'elle n'était pas écoutée et surtout, il ne fallait pas qu'elle cache ses doutes et questionnements au sujet de ce dossier : c'était avec ce genre d'informations nouvelles qu'ils pourraient perfectionner le tout.

- Je vous suis très bien, Docteur Kane, assura-t-elle. Elle réfléchit quelques secondes, ses doigts tapotant la couverture beige de son dossier, le temps de centraliser toutes les informations qu'elle venait d'entendre. Votre raisonnement est tout à fait intéressant et je pense qu'il gagnerait à être entendu, malheureusement, je ne suis pas la meilleure personne pour cela, le pouvoir décisionnaire ne réside pas entre mes mains.

Surtout, songea-t-elle, pour de si grandes décisions : ce qu'elle comprenait du discours de la Médicomage posait beaucoup de questions et nécessitait d'être traité à un niveau bien plus supérieur que celui de la communication.

- Si vous avez des idées concrètes pour traiter ce qui semble être une faille du système, nous pouvons tout à fait organiser un rendez-vous avec les experts et fonctionnaires concernés pour que vous puissiez présenter au mieux cette dernière. Je peux vous mettre en relation et même, si vous en ressentez le besoin, vous aider à monter tout un dossier à ce sujet.

Elle se doutait bien qu'une professionnelle aussi émérite et gradée que Meredith Kane n'en n'était pas à sa première présentation mais savait-on jamais : Isobel ne refusait jamais un peu de travail, surtout quand elle avait l'intuition qu'il pouvait déboucher sur quelque chose d'important.

- Vous aviez une idée précise pour « élargir » l'action de Skye, comme vous le formulez ?


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

L'Art de l'Illusion [Pv Isobel]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» La musique est une illusion qui rachète toutes les autres • Astoria
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Un entrainement à l'ombre d'une illusion [Pv: Eldaln Silhae et Roy Shinku Hibana]
» La vie n'est qu'illusion ... [END] / Imani || Validé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Sainte-Mangouste,-