AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 The name of the game [Chloé]

Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3246

Voir le profil de l'utilisateur
25 Avril 2009

On pouvait reprocher plusieurs choses à l'ancienne université magique instaurée par le MIM, mais certainement pas le choix de sa localisation, songea Daisy en tournant la tête vers la mer. Installée à la terrasse du café de la Constitution Hill d'Aberystwyth malgré le vent, elle fixait la vue magnifique depuis de longues minutes. Elle n'était pas venue ici depuis la fermeture de l'université mais elle avait toujours aimé la ville, désormais bien moins fournie en population sorcière. La plupart des étudiants magiques qui s'était installés ici étaient repartis dans des villes plus grandes, laissant derrière eux la période d'expérimentation de l'université. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait donné rendez-vous à Chloé ici, lorsqu'elles avaient convenu de se retrouver pour partager un café. Une envie de calme peut-être, de s'éloigner de Poudlard. Un peu de nostalgie, sûrement aussi. Aberystwyth lui rappelait l'apogée du MIM, lorsqu'elle travaillait au Ministère, ayant laissé l'enseignement derrière elle pour une année. Les choses semblaient plus simples à l'époque, malgré les Mardoliens. Pas de Bloody Sunday qui leur avait trop quitté, pas de régime contestable au pouvoir, le pays n'était pas au bord du conflit civil comme maintenant, ils étaient encore tous à Poudlard, Margot, Edmund...

Un soupir lui échappa tandis qu'elle appuyait son menton dans la paume de sa main, le visage toujours tourné vers la côte. C'était idiot de penser ainsi aux temps d'avant, ce n'étaient pas eux qui l'aideraient à faire l'avenir et à affronter les problèmes d'aujourd'hui. Oui, la vie semblait plus facile avant, c'était vrai mais... C'était ainsi, non ? Tout semblait toujours plus facile, après coup. Peut-être que dans quelques années, elle ne verrait dans cette année qu'une mauvaise période de sa vie, peut-être que les choses s'amélioreraient. Tout semblait aller mal parfois mais c'était la théorie des dominos, un problème en entraînait un autre dans un cercle vicieux mais la roue finirait bien par tourner, se répéta-t-elle une nouvelle fois. Et puis certaines choses étaient positives, elle aimait son travail par exemple, même si elle sentait la pression du Ministère de plus en plus et que les tensions au sein de l'école n'étaient pas en voie de disparaître. Malgré tout cela, elle aimait être directrice de Poudlard et avait envie de recommencer pour l'année à venir, malgré les problèmes qui s'annonçaient. C'était bien l'une des seules choses qui lui donnait la motivation de se lever le matin, d'ailleurs. Avec la fin de l'année, elle voyait ses filles s'éloigner, elles quitteraient toutes les trois le nid pour vivre leur vie de jeunes adultes et Wendell et elle se retrouveraient seuls tous les deux.

En parlant de Wendell... Encore une chose qui était mieux avant. Plus rien n'allait entre eux deux et les fois où ils s'adressaient la parole, cela finissait invariablement en disputes sur les mêmes sujets. Elle ne supportait plus ses reproches constants et se braquait à chaque fois qu'il essayait d'aborder le sujet, tandis qu'il l'accusait de refuser de voir le problème en face pour le traiter à bras le corps. Au final, ils n'en parlaient plus du tout et le silence finissait par s'imposer de lui-même. On aurait pu croire que c'était un mieux, après les cris mais c'était mille fois plus pesant. Au moins, quand ils criaient, ils se remarquaient. Désormais, elle avait l'impression qu'ils vivaient dans l'indifférence de l'autre, comme deux étrangers qui n'avaient plus rien à se dire. C'était peut-être bien ce qu'ils avaient fini par devenir, avec le temps. Ils n'étaient plus les jeunes adultes qui s'étaient croisés dans les couloirs du Ministère, cela faisait vingt-ans qu'ils se connaissaient, peut-être qu'était arrivé le moment où ils ne se connaissaient plus, justement. Un bruit de pas la fit sortir de ses pensées et elle tourna la tête pour apercevoir Chloé qui avançait vers elle. Se levant pour l'accueillir, Daisy chassa de son esprit ses ruminations incessantes et adressa un sourire à son amie et ancienne collègue, l'invitant à s'assoir en face d'elle.

- Comment vas-tu ? Je me suis dis que changer un peu d'air nous ferait du bien, ça nous ferait un peu de vacances.

Après tout, elle n'était pas la seule à avoir changé de vie cette année-là et à avoir de nouvelles fonctions prenantes, sur tous les plans.



Merci Irving
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:18, édité 1 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
Trouver le temps de prendre un verre avec Daisy était devenu autant nécessaire que plaisant, songeait Chloé en transplanant pour Aberystwyth. Dans des circonstances normales, elle aurait juste pris plaisir à prendre des nouvelles de son amie et ancienne collègue et à discuter de leurs familles respectives, à se remémorer certaines de leurs années de travail en commun. Mais, et c'était là le hic, rien n'était normal. Outre les changements dans leurs vies respectives, les activités clandestines de Chloé et les mesures prises par le nouveau dictateur, la mort de Margot avait laissé un grand vide. Et Daisy était devenue directrice d'une école de magie dirigée par son sous-directeur. L'apparente passivité de l'ancienne Poufsouffle stupéfiait Chloé, plus bouillonnante derrière son masque froid. Elle savait que Daisy avait tendance à voir le positif plus que de raison, mais les exactions commis par certains élèves lui étaient parvenues et elle ne comprenait pas le comportement de son amie. Aussi était-elle décidée, aujourd'hui, à aborder le sujet. Elle n'oubliait pas que, durant la dernière guerre, le destin du monde sorcier s'était joué à Poudlard.

Chloé embrassa Daisy et s'assit en face d'elle, commandant rapidement une bière, puisqu'elles étaient en terrain moldu.

"Ah, ma vie pour des vacances!" soupira-t-elle un peu théatrâlement. "On peut au moins dire que l'air frais nous fera du bien."

Elle réfléchit un instant avant de répondre à Daisy. Comment allait-elle? Elle n'avait pas vraiment eu le temps de se poser la question. Elle courrait au travail, serrant les dents pour ne pas laisser paraître son écoeurement d'être membre d'un tel gouvernement. Lorsqu'elle avait commencé la Salamandre, Chloé s'était longtemps demandé comment ne pas se faire démasquer. Adopter une attitude servile serait suspect. Elle n'avait que trop laissé paraître son caractère fier et obstiné lorsqu'elle croyait encore que Marchebank était démocrate. Etre trop contestataire aurait provoqué, au mieux une grande méfiance qui l'aurait exclue des confidences, voire carrément du gouvernement, au pire, lui aurait attiré des ennuis qu'elle n'avait pas voulu imaginer. Quant à feindre d'être transportée par le système dictatorial en place, afin de pouvoir rejoindre le cercle très privé du Ministre, ça n'avait pas une chance d'être crédible. Outre le fait qu'être à ce point hypocrite était au dessus de ses forces, son altercation avec Dalhiatus aux débuts de Skye l'avait définitivement grillée, et on ne pouvait la mettre simplement sur le compte de l'irascible caractère de feu Jacob.

Elle avait donc choisi d'être commodément aveugle. Complaisante, elle déléguait tout ce qui relevait de Skye à Deborah Lewis, sa sous-directrice, et faisait mine de ne pas voir les exactions commises sur l'île. Elle laissait une grande marge de manoeuvre à ses Langues-de-Plomb qui y travaillaient - certains prenaient plaisir à l'expérience, d'autres étaient trop fascinés par la recherche pour s'apercevoir des dérives, et enfin, certains qu'elle avait judicieusement placés là lui permettaient d'être au courant de ce qu'il s'y tramait. Elle prétendait également ne faire que parcourir les rapports sur les sujets déplaisants qu'on lui envoyait, alors qu'elle les lisait attentivement pour repérer les dévoiements et ce qui était tu. Pour compenser son manque d'implication dans cette énorme machine du régime, elle s'investissait énormément dans un autre projet cher au Ministre: la recherche sur les maladies magiques. Enfin, pour que tout cela ne paraisse pas trop lisse, elle se permettait de laisser ressortir parfois son vrai caractère: outre les piques habituelles à ses subordonnés, qui faisaient pâlir les élèves de Poudlard dans le temps, elle se permettait parfois de laisser s'échapper une critique ou deux sur la gestion du Ministère - toujours sur l'efficacité, au grand jamais sur la finalité. Chloé se composait ainsi un personnage qui balançait entre droiture et ambition, la seconde ayant légèrement tendance à l'emporter sur la première.

Cette comédie aurait pu être épuisante si elle n'était pas utile à la Salamandre. Comme Scarlett l'avait prédit, Chloé s'épanouissait dans son rôle de leader clandestine. Bien sûr, à chaque défaite, à chaque mission d'Irving ou à chaque fausse alarme, son coeur manquait de lâcher, mais cela lui rappelait la Seconde Guerre, les risques qui en valaient la peine. L'adrénaline remontait et lui donnait la foi de continuer, de subir les coups. Elle avait honte de se l'avouer à elle-même, mais cette situation lui plaisait presque. Espionner, se montrer plus maligne, avoir un pas d'avance... Elle prenait parfois part aux missions sous son identité de Vivian, bien que cela soit dangereux. C'était aussi nécessaire au cas où elle se faisait prendre: au grand jamais le régime ne devrait soupçonner qu'elle était plus qu'une simple membre. C'était pourquoi elle faisait très attention aux renseigments qu'elle donnait au réseau. Marchebank était un homme tortueux, et donc dangereux.

"Tu vas me trouver bizarre de dire ça, mais... ça va bien, je crois" confessa-t-elle pourtant à Daisy. "Lou, Maeva et Peter vont bien et je pense qu'en ce moment, c'est le plus important. Et toi?"


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3246

Voir le profil de l'utilisateur
L'arrivée animée de Chloé fit sourire Daisy tandis que ses premiers mots lui arrachèrent un rire avant qu'elle n'appuie sa tête dans la paume de son menton, toute son attention portée sur son ancienne collègue. Oui, sortir de Poudlard lui faisait du bien, recroiser d'anciens visages aussi. Elle avait beau aimer l'école de sorcellerie et s'y investir de plus en plus, l'ambiance hostile qui commençait à s'y installer malgré elle lui pesait et revoir Chloé la renvoyait à des temps plus faciles, à une époque désormais révolue mais qui lui manquait parfois un peu. Les choses changeaient, pas que en mal, mais c'était facile d'être un peu nostalgique du passé avec ce qui avait lieu actuellement. Elle hocha la tête, buvant une gorgée de café lorsque Chloé affirma que cela allait bien, ajoutant qu'elle trouverait sûrement cela bizarre.

- Pas vraiment, répliqua-t-elle en haussant les épaules, un léger sourire sur les lèvres.

Elle pouvait comprendre cette position, elle-même attachait à sa famille beaucoup d'importance, même si c'était moins facile en ce moment. Lorsque Chloé lui retourna la question, elle prit quelques secondes de silence, laissant son regard plonger dans les méandres de sa tasse. Comment elle allait ? C'était compliqué à dire. Pas mal, déjà, parce qu'elle avait pour principe de vie de toujours relever le positif dans une situation mais il aurait été mentir que de dire qu'elle n'était pas affectée par tout ce qui se passait et que cela allait bien.

Il y avait Poudlard, bien évidemment, sur lequel elle essayait de maintenir un contrôle même si cela s'avérait de plus en plus difficile. Elle avait beau essayer de la limiter, l'influence du Ministère de la Magie était présente au sein du collège et Adonis savait manœuvrer de manière habile. Dans les faits, on ne pouvait pas lui reprocher beaucoup de choses qui soient concrètes mais insidieusement, quelque chose changeait dans l'école. Les Jeunesses du Ministère, les bruits qui couraient dans les couloirs, les murmures politiques... Elle avait beau essayer de protéger l'école au maximum, elle ne pouvait pas opposer une poussée herculéenne contre le gouvernement. S'opposer directement au Ministère ne donnerait rien de bon mais plus l'année passait, plus elle avait l'impression de faillir à sa tâche de directrice. Elle n'avait pas la trempe d'un Dumbledore, d'une McGonagall ou d'une Margot et commençait à se demander si sa nomination n'avait pas été une erreur. Bien sûr qu'elle aimait l'école de tout son cœur, bien sûr qu'elle voulait le meilleur pour le collège Poudlard et en temps normal, son mandat se serait sûrement très bien déroulé. Mais avec ces temps agités, en cette période charnière, était-elle vraiment la mieux placée pour protéger l'enceinte de l'établissement ? Toute la bonne volonté du monde suffisait-elle face à quelque chose de plus puissant ?

Ces question tournaient sans cesse dans son esprit sans qu'elle ne puisse véritablement trouver quelqu'un auprès de qui s'ouvrir sans hésitation. Il y avait eu Wendell auparavant mais leur mariage battait tellement de l'aile... Plus les semaines passaient, plus leur relation se dégradait, cela faisait même quelques jours qu'ils ne s'étaient pas vus. Il restait dans l'Oxfordshire, elle à Poudlard et n'avaient pas échangé un mot. Ce silence la tuait sans pour autant qu'elle puisse arriver à le rompre : à quoi bon, si c'était pour se disputer encore ? S'ignorer valait peut-être mieux que se déchirer sans but encore et encore. Elle ne savait pas comment ils avaient pu en arriver à cette situation. C'était le résultat d'années de lassitude, de non-dits, de reproches, de problèmes qui n'avaient jamais été réglés. C'était peut-être le temps, le changement, ils en étaient arrivés à un point où ils ne se retrouvaient plus ou n'avaient plus envie de se retrouver, de faire des concessions. Elle ne pouvait pas lui parler de tout ce qui lui pesait en tant que directrice de Poudlard alors que c'était justement le fond de l'un de leurs plus grands problèmes, ce poste à Poudlard. Il ne voudrait pas l'entendre et elle était fatiguée d'essayer de lui faire comprendre.

- Je... Elle soupira, mélangeant son café doucement. Disons que ce n'est pas vraiment une bonne période. C'est compliqué, en ce moment. La direction de l'école est plus compliquée que je ne l'aurai cru, disons que je me retrouve un peu entre deux chaises. Ce n'est pas très facile de mener la barque avec l'ambassadeur du Ministère assis derrière.

Chloé avait beau être un membre haut-placé du gouvernement, Daisy la connaisait assez et lui faisait assez confiance pour s'ouvrir à elle avec assez de sincérité. Elle savait que son investissement au Ministère ne lui ferait pas autant cautionner l'implication de ce dernier dans l'école : son ancienne collègue avait toujours fait partie de ceux qui défendaient l'indépendance de l'école.

- Je ne sais pas vraiment quoi faire, avoua-t-elle. J'essaye mais... J'ai les mains un peu liées.

Comment avaient fait ses prédécesseurs pour rester si intègres et fiers ? Elle passait souvent de longues minutes à fixer leurs portraits, dans son bureau, pour y trouver la recette miracle qui lui permettrait de tenir ses positions et ses ambitions pour l'école.

- Quant au reste... Disons qu'il y a de fortes chances pour que je sois divorcée avant la fin de l'année.

Elle avait essayé de dire cela du ton le plus léger possible, comme si ce n'était pas la première fois qu'elle prononçait le mot à voix haute.



Merci Irving
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:18, édité 1 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
Le discours de Daisy ne surpris pas Chloé. Son amie avait toujours été pacifiste, animée des meilleures intentions du monde envers l'école, dévouée à l'enseignement et à l'éducation. Travailler avec un ambitieux comme Adonis Greengrass ne devait pas lui être agréable, et voir ressurgir les fantômes du temps de Dolorès Ombrage sans pouvoir rien y faire ne lui simplifiait pas la tâche. Sans remettre en cause les compétences de Daisy, Chloé pensait qu'elle aurait pu faire plus si elle n'avait pas été réticente à aller au combat. En temps que directrice, elle était une figure publique et, malgré la censure qui s'instaurait peu à peu, sa voix aurait été entendue dans la Gazette ou par des parents d'élèves qu'elle aurait pu mobiliser. Mais Daisy n'était, encore moins qu'elle, pas un animal politique.

"Tu ne peux pas t'appuyer sur le conseil d'administration?" demanda-t-elle, curieuse.

Elle n'avait pas fait attention à la composition du conseil cette année, mais il changeait peu. Si, du temps de Dumbledore, de nombreux Sang-Purs conservateurs occupaient les sièges, ce n'était plus le cas aujourd'hui. L'affaire Sorden, puis la Pleine Lune Sanglante, avaient remodelé les volontés des parents d'élèves. Pour autant que Chloé se souvienne, les parents militaient farouchement pour la sécurité de leurs bambins, mais s'indignaient également à la moindre restriction de leurs libertés, à la moindre injustice. Il fallait qu'ils puissent sortir tous les jours à Pré-au-Lard, mais que le corps enseignant, sous peine d'être traité d'incapable, les empêche de quitter la rue principale. Il fallait qu'ils aient des A et des O aux ASPICs, mais sans avoir de devoirs pendant les vacances. Il fallait être plus souple sur le couvre-feu, mais ne surtout pas leur donner l'occasion d'avoir une vie sexuelle. Avec un tel conseil, Daisy pourrait très bien pointer du doigt l'injustice que constituait les Jeunesses, lâchés hors de tout contrôle dans les couloirs, face aux autres élèves. Après tout, l'entraide n'avait pas besoin d'un badge pour exister: les Sabliers étaient là pour récompenser les élèves méritants.

Mais Daisy n'avait, bien évidemment, pas que l'école en tête. L'annonce de son potentiel divorce surpris Chloé. Oh, bien sûr, elle savait que cela faisait plusieurs années que le couple Mason n'était plus animé par l'amour de leur jeunesse. Mais elles parlaient trop peu souvent pour qu'elle se soit aperçue de la profondeur de leurs failles.

"Je suis désolée. Je ne savais pas que ça allait si mal entre vous. Qu'est-ce qu'il s'est passé?"


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3246

Voir le profil de l'utilisateur
La mention du Conseil d’Administration laissa Daisy songeuse un instant. Évidemment qu'elle avait songé à s'appuyer sur eux mais elle n'était pas sûre de remporter tous leurs suffrages. Ils prônaient avant tout le bien-être de leurs chères têtes blondes mais la question des Jeunesses et de son sous-directeur était bien plus insidieuse. Les pointer du doigt officiellement serait déclarer la guerre à Adonis et elle ne voulait pas se lancer dans un rapport de force aussi ouvert pour le moment. De plus, certains des parents avaient des enfants chez les Jeunesses et la plupart trouvaient ça très bien – Jane y était d'ailleurs mais Daisy préférait y voir un simple, même si mesquin, tacle à son égard - si ça pouvait aider une éventuelle future carrière ou servir de plus dans un dossier. Dans les faits, le dossier des Jeunesses était bien ficelé et en apparences, à part l'espèce de concurrence officieuse qui s'était instaurée avec les préfets. Adonis Greengrasse était peut-être jeune mais il n'était pas idiot et il savait assurément comment y faire. Prenant une gorgée de sa boisson, Daisy finit par hausser les épaules.

- Je pourrais mais j'ai l'impression que la majorité du Conseil est favorable à Marchebank : il faut dire que d'un point de vue extérieur, il y a des choses très positives : des nouveaux fonds pour l'école, la Salle des Quatre Maisons... C'est trivial mais cela joue. Et si je saisis le conseil pour chaque chose que fait mon sous-directeur, on pourra facilement m'accuser d'obstruction et si quelque chose de plus important arrive, je serai en difficulté pour l’affronter...

La vérité étant, et Daisy en avait honte, c'est qu'elle ne savait pas vraiment comment gérer cette situation. Elle aurait aimé avoir la trempe et la carrure de ses prédécesseurs – même Phinéas Black et ses remarques acides – mais elle se sentait en difficulté face à la pression du Ministère. Elle avait beaucoup de projets pour l'école mais elle n'était pas de la trempe de ceux qui se battent aveuglément. Elle était déterminée et tenace, certes, mais était plus une force tranquille qu'autre chose. Elle ne comptait pas abandonner pour autant : il fallait juste qu'elle trouve les bonnes prises. C'est dans ces moments-là que ses collègues lui manquaient, peu importe les tensions qui avaient pu émailler les moments où ils avaient travaillé ensemble : Edmund n'aurait sûrement pas laissé un jeune homme du tiers de son âge lui tenir tête, Margot aurait eu la position à la fois raisonnable et ferme qu'elle avait l'air de trouver et tous réunis, ils auraient pu gérer cela de manière plus aisée. Mais ce n'était pas le cas et malgré la sympathie de la plupart de ses nouveaux collègues, Daisy devait compter sur elle-même et les soutiens qu'elle savait sûrs.

Si encore elle avait pu compter sur Wendell... Mais comme elle venait de l'avouer à Chloé, rien n'était plus sûr de ce côté là non plus. Haussant les épaules, elle tourna la tête quelques secondes pour essayer de se contenir un peu, avant de reprendre d'un ton un peu plus lent, un peu plus hésitant, un peu plus cassé.

- Rien, c'est sûrement ça le pire. Rien de bien flamboyant qui puisse expliquer de manière certaine comment on en est arrivés là. On y est arrivés, c'est tout.

Leur relation s'émaillait depuis quelques années déjà mais fut un temps, Daisy fermait les yeux sur tout cela, faisait comme si de rien n'était puis comme si cela allait passer.

- Il y a des raisons, bien sûr. Je travaille trop selon lui, c'est toujours Poudlard avant tout. Il y a eu un mieux quand j'étais au DOM, je crois qu'il avait même l'espoir que j'y reste, il m'en avait parlé mais... Le boulot au Ministère, ce n'était pas pour moi. J'ai beaucoup aimé c'est sûr, mais je préfère l'école.

Et Wendell l'avait toujours su, ça. Avant, cela ne le dérangeait pas. Ou alors avant, il ne le montrait pas.

- On est mariés depuis vingt-ans, j'ai pensé que c'était une phase mais... Je ne pense pas. J'ai l'impression que c'est fini, qu'on le sait tous les deux mais qu'on reste là quand même. Des jours je me dis que non, il y a encore plein de choses à faire, qu'on pourrait tous les deux faire des efforts si on voulait et d'autres jours... Je me dis que je n'ai même plus envie d'essayer.



Merci Irving
MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Chloé Hellsoft le Sam 17 Déc 2016 - 12:18, édité 1 fois
Chloé Hellsoft Ancien Personnage
Chloé comprenait, bien sûr, les objections de Daisy à utiliser le conseil d'administration contre son propre sous-directeur, mais elle ne pouvait s'empêcher de bouillir intérieurement. Elle aurait rêvé d'être à sa place et de pouvoir faire face frontalement au régime, de poser ses objections de façon ferme et définitive et de rabattre le caquet de Greengrass comme de Marchebank. Cacher son engagement lui coûtait et Daisy occupait un poste qui lui permettait de s'élever publiquement contre cette dictature en devenir, quelqu'un contre le Ministère ne pouvait rien. Oui, la Salamandre avait besoin de Daisy Mason parmi elle. Mais le moment de lancer le sujet était malvenu: son amie avait besoin de se confier sur sa vie privée et la situation n'était pas critique au point qu'elle ne puisse amener le sujet plus tard.

"Avec un peu de chance, il fera une erreur grossière et les élèves pousseront d'eux-mêmes leurs parents à le désavouer."

C'était ce qui avait perdu Ana Sorden à l'élection du poste de directrice, deux ans auparavant - non que Chloé souhaita qu'une telle chose ne se reproduise. Sur cette réponse, la conversation se recentra sur Wendell Mason. L'ancienne enseignante ne savait que répondre aux doutes de Daisy. Son divorce n'avait rien eu de semblable. Il s'était fait, comme toujours avec elle, par une décision unilatérale et irrévocable de sa part. Elle l'avait imposé à James sans l'écouter et ne l'avait jamais regretté. Mais James cumulait les défauts et la guerre des tranchées entre eux était latente. Rien de tel chez les Mason, qui semblaient simplement engourdis dans leurs habitudes: plus d'amour, mais pas de haine non plus... Comme beaucoup de couples, peut-être.

"Je vois ce que tu veux dire. Vous en avez parlé entre vous?" Chloé soupçonnait que la réponse était non: c'était ce qui ressortait des propos de son ex-collègue, bien plus portée qu'elle sur la longue et difficile voie de la diplomatie. "Et surtout... de quoi est-ce que tu as envie, toi?"


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3246

Voir le profil de l'utilisateur
- Ce n'est pas Ana, répondit Daisy en faisant sans le savoir écho aux pensées de Chloé. Il est plus intelligent que cela, plus subtil. Tu sais, il l'est tellement que parfois, j'en arrive même à me demander si je ne vois pas le mal partout et je suis juste de la vieille garde qui ne veut rien voir changer...

Elle but une gorgée de sa boisson, songeuse. Elle savait pourtant qu'il n'en n'était rien, mais des fois, quand elle pensait trop longtemps avant de s'endormir, l'idée lui venait à l'esprit.

- C'est un peu comme tout le reste du pays en fait, tu ne trouves pas ? Si tu fermes les yeux et te contente de tendre l'oreille, c'est très rassurant, tu n'entends que protection, progression, projets... Un monde dans lequel tu voudrais élever tes enfants. Il faut gratter un peu la surface pour voir les rouages plus problématiques de la situation et beaucoup ne le font pas. C'est plus facile d'y croire et de se laisser porter, non ?

C'est du moins la seule théorie qu'elle avait pour expliquer cet engouement et la manière d'agir du conseil et de la plupart des gens de son entourage. Même Wendell disait qu'elle voyait le mal partout. Et pourtant, Daisy pouvait reconnaître au gouvernement de Marchebank de nombreuses choses positives, pour les droits des femmes, des nés-moldus, des loups-garous, des créatures magiques, pour l'économie... Tout aurait pu sembler idyllique ! Mais justement, en politique, rien n'était idyllique et il se dégageait de ce gouvernement des relents sombres, que ce soit dans la manière de boucler Bristol, dans cette Milice qui semblait échapper aux instances habituelles ou dans cette communication peut-être trop présente pour être honnête. Posant son regard doux sur Chloé, Daisy l'évalua un instant. Après tout, son amie faisait partie de ce gouvernement et elle connaissait ses principes... C'est peut-être qu'elle se faisait vraiment trop d'idées, comme disait Wendell. Wendell, d'ailleurs, qui était de nouveau sur le devant de la conversation.

- Un peu, pas vraiment. Il se braque quand on en parle, comme s'il ne voulait pas entendre le mot "séparation" mais sans pour autant régler la situation.

Même si, des solutions pour régler la situation, elle-même n'en voyait pas tant que cela. Ce dont elle avait envie ? Grande question. Elle n'avait pas de réponse à cela non plus.

- Que tout redevienne comme avant ? proposa-t-elle avec un petit rire jaune. Non, je ne sais pas... Sortir de ce marasme, je suppose. Ca m'étouffe. Je suppose que ça s'appelle le divorce mais... C'est effrayant. Tu l'as vécu comment, toi ?



Merci Irving
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

The name of the game [Chloé]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The name of the game [Chloé]
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Aberystwyth,-