AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1912

Voir le profil de l'utilisateur
Quelques semaines plus tôt Nora n'aurait jamais cru qu'elle passerait sa toute dernière soirée de fin d'année à convaincre Jayden Valentyne de bien vouloir lui servir un verre. Mais rien n'était comme elle l'avait imaginé de toute façon. Elle aurait pensé passer cette soirée avec ses amis, à revivre leurs meilleurs souvenirs d'école, à pleurer à l'idée de les quitter, à s'amuser et à profiter tant qu'elle le pouvait encore. Au lieu de quoi elle était perdue au milieu de la foule de ses camarades, au sein de laquelle elle ne se sentait plus à sa place, à supplier Jayden de lui filer des cigarettes. Si elle avait été suffisamment sobre pour se rendre compte de la situation, elle n'aurait pas été très fière.

- Okay...répondit-elle simplement avec un haussement d'épaules quand Jayden lui demanda de le laisser se "bousiller les poumons" tout seul. Elle ne savait pas fumer de toute façon.

La jeune fille laissa son camarade l’entraîner un peu à l'écart et entreprit de s'installer en face de lui, non sans vaciller un peu au cours de l'opération. Une fois assise en tailleur dans l'herbe, elle attrapa la bouteille qu'il lui tendait, la décapsula d'un coup de baguette et en but plusieurs longues gorgées. Elle n'aimait pas vraiment ça, la bieraubeurre n'avait jamais été sa tasse de thé, mais elle n'en pouvait plus de ce sentiment d'anxiété qui ne la quittait pas. Sa gorge était encore serrée comme si elle allait fondre en larmes d'un instant à l'autre et son ventre s'était noué d'angoisse à la seconde où elle était arrivée sur le stade.

- Merci, lança-t-elle finalement à l'adresse du Gryfondor après avoir vidé la moitié de la bouteille en grimaçant. Qu'est-ce qui t'dis que j'cherche à résoudre quelque chose ? reprit-elle. L'alcool ne résout rien, j'suis pas idiote, assura-t-elle. Bien qu'elle ne puisse pas lui reprocher de penser le contraire à cet instant précis. C'est juste...une solution temporaire. Pour oublier, c'est ça qu'on dit non ? Elle en avait entendu, des Katy Scott et autres filles plus âgées, assurer qu'elles allaient noyer leurs peines de cœur dans des cocktails. Elle avait un peu plus qu'une peine de cœur à noyer mais le principe restait le même, non ? D'ailleurs tu bois bien toi aussi, pourquoi tes raisons seraient meilleures que les miennes ?

Quand Jayden mentionna les personnes qu'elles risquaient d'inquiéter avec son comportement elle se contenta de hausser les épaules. Elle cachait -difficilement- un meurtre depuis des semaines et mis à part Artémis personne ne s'était rendu compte de rien, alors ce n'était pas quelques bières qui allaient alerter qui que ce soit. Et puis ses amis avaient tous bien d'autre chose à faire ce soir, chacun profitait de la fête à sa façon et ils avaient bien raison.

Ses yeux se posèrent sur Grady et Kessy un peu plus loin, en pleine conversation au milieu de la piste de danse et elle détourna rapidement le regard. Pendant une seconde, elle avait eu envie d'être à la place de Kessy. Pas forcément pour être celle que Grady dévorait des yeux ce soir, juste pour être celle qui dansait, qui s'amusait et qui flirtait avec lui, l'esprit léger. Elle avait été à sa place, un an plus tôt. Peut-être aurait-elle encore pu l'être cette année, mais elle avait fait des choix. Des choix qu'elle n'avait pas regretté un seul instant, parce qu'elle aimait Irving et pas Grady, mais dont elle venait de douter, pendant une seconde de trop.  

Elle vida la seconde moitié de la bouteille, pour la peine, avant de reporter sur Jayden un regard désabusé quand il la décrivit comme "la Poufsouffle que tout le monde apprécie". Pendant une seconde elle eut l'impression qu'elle allait fondre en larmes, parce qu'elle n'en pouvait plus de prétendre à cette réputation qu'elle ne méritait plus, puis elle eut envie de lui hurler qu'il ne la connaissait pas et qu'elle faisait ce qu'elle voulait, mais elle éclata finalement de rire. D'un rire qui sonnait affreusement triste, et un peu dément. Parce que c'en était ridicule, à quel point l'image qu'elle laisserait à ses camarades était fausse. C'était plutôt une bonne chose après tout, alors mieux valait en rire qu'en pleurer.

- On ne t'a jamais dit de ne pas te fier aux apparences ? se reprit-elle finalement, soudainement sérieuse. Toi tu es bien Jayden, ce Gryffondor dont toutes les filles se méfient, et je dois t'avouer que tu n'es pas vraiment à la hauteur de ta réputation. Faut pas croire ce que tout le monde raconte !


Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy laissa échapper un rire ravi quand Grady accepta sa proposition et la fit tournoyer en l'appelant princesse. C'était son surnom préféré, d'ailleurs, elle avait toujours rêvé d'être une princesse et c'était un peu ce qu'elle avait l'impression d'être devenu en se découvrant fille de ministre, et Miss en plus de ça ! Elle avait le droit de porter de belles robes, les gens la reconnaissaient parfois dans la rue et connaissaient des bouts de sa vie, elle avait même été dans certains magasines ! Bref, c'était la belle vie, et cela ne faisait que commencer.

La danse échevelée avec Grady et leurs camarades sur les derniers tubes à la mode acheva de rendre la jeune fille aussi joyeuse qu'un enfant le jour de Noël. Leur soirée débutait à la perfection, exactement comme ils l'avaient imaginée, avec la déco et les tenues lumineuses qui tranchaient dans le noir de la nuit. Les gens avaient l'air de s'amuser, du moins ceux qui les avait rejoints sur la piste de danse, ce qui n'avait rien d'étonnant : Kessy avait toujours pensé que les meilleures soirées étaient celles qui impliquaient beaucoup de danse, et de la bonne compagnie. La piste était bondée et l'ambiance musicale parfaite - forcément, elle avait personnellement choisi la bande son ! - quant à la compagnie... Ma foi, elle n'avait pas forcément imaginé passer sa soirée avec Grady lorsqu'ils avaient commencé à organiser l'évènement ensemble, mais les préparatifs les avaient rapprochés et elle ne pouvait s'en plaindre.

Le compliment qu'il lui glissa maladroitement, très maladroitement même, lui tira un rire attendri et flatté. Car, si les mots auraient pu être mieux choisis, l'idée sous-jacente était mignonne et elle ne s'y attendait pas forcément. Il y avait entre Grady et elle cette chose silencieuse dont il ne parlait pas, et cette chose, c'était James : il était surement aussi étrange à Grady qu'à elle de sympathiser maintenant, alors qu'ils n'avaient jamais vraiment appris à se connaître du temps où elle sortait avec le meilleur ami de Grady. Certains garçons auraient laissé cela être une gêne entre eux, mais ce n'était visiblement pas le cas de Grady qui, loin de maintenir une distance avec elle, allait même jusqu'à la complimenter... à sa façon. Pour un peu, elle aurait presque pensé qu'il essayait de flirter avec elle, ce qui ne lui aurait pas forcément déplus. Derrière un comportement un peu maladroit parfois, et sa grosse couche d'humour, Grady était quelqu'un d'intéressant et de gentil, sans oublier qu'il n'était pas désagréable à regarder... Mais elle se faisait sans doute des idées. Peut-être que son "t'es belle" avait la même valeur que les compliments que pouvait lui glisser Kendall, de façon parfaitement platonique...

Amusée, Kessy pencha légèrement la tête sur le côté et utilisa ce que Kaly appelait son arme fatale : un large sourire ingénu qui creusait ses fossettes et faisait pétiller son regard.

"J'aimais bien l'idée du phare, qui sert de point de repère et guide les matelots jusqu'au port...", répliqua-t-elle, malicieuse, avant d'ajouter : "Merci du compliment, c'est gentil..."

Elle l'observa un instant et ne résista pas à l'envie de le taquiner un peu : "Toi, tu es beau comme un réverbère, alors on est assortis !"

Sur la piste, une nouvelle musique endiablée retentissait, mais Kessy était à bout de souffle et son estomac commençait un peu à grogner. Il fallait dire que la journée avait été longue, avec tous les préparatifs à mettre en place au nez et à la barbe du corps enseignant. Le plus long avait sans doute été ensuite de se faire belle pour l'évènement, aussi était-elle contente que ses efforts aient été remarqués par son camarade...

"Ca te dirait d'aller goûter nos supers tapas magiques avant que tout le monde ne se soit jeté dessus ? J'ai une faim de Poufsouffle ! Enfin... sans vouloir t'offenser."

Oups, la gaffe ! Elle sourit à Grady, un peu gênée, avant de quitter la piste de danse avec le jeune homme sur ses talons. Arrivés au buffet, ils purent constater que certains avaient en effet déjà commencer à se régaler, et que certains de leurs mets avaient eu plus de succès que d'autres. Comme prévu, les tapas magiques - une invention piquée au traiteur sorcier le plus en vue de Londres - avaient fait l'unanimité, puisqu'ils prenaient le goût de la saveur la plus appréciée ou la plus désirée par la personne qui les avait en bouche. Kessy croqua dedans et frémit de plaisir en reconnaissant le goût du caviar. C'était divin, par Godric ! Mais comme il fallait savourer les bonnes choses, elle se laissa ensuite tenter par des mets plus traditionnels, et attrapa une part de tarte à la citrouille.

S'éloignant en compagnie de Grady, ils allèrent s'affaler sur des poufs avec leurs victuailles et contemplèrent le stade animé par leurs camarades.

"Ça fait bizarre de se dire que dans quelques jours tout ça ne sera plus qu'un souvenir, tu ne trouves pas ?", s'enquit-elle, un peu nostalgique. "Ça donne envie de profiter à fond des derniers jours, avant que nos années Poudlard soit finies."

Elle observa l'ombre gigantesque et fantastique du château qui se découpait au loin sur le ciel étoilé. Cet endroit représentait tant de choses pour elle, comme bien des nés-moldus certainement, qu'il lui serait étrange de le quitter... Elle avait été si heureuse, ici ! Mais cela ne signifiait pas qu'elle ne serait pas heureuse au dehors. Le monde magique avec encore tant de choses à lui apporter ! Peut être qu'un jour, elle regarderait Leopoldgrad de la même façon qu'elle regardait Poudlard aujourd'hui. Rassérénée par cette idée, elle tourna un visage curieux vers Grady et l'interrogea :

"Qu'est-ce que tu as prévu de beau pour cet été ?"




MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1099

Voir le profil de l'utilisateur

Priam Carrow, 6ème année Gryffondor


Priam écouta Abigail énumérer les personnes déjà membres du bureau de rédaction de Miniplettes qui ne comptait pas encore de photographe officiel. Il ne doutait pas que la liste des potentiels intéressés s'allongerait à la rentrée aussi se félicita-t-il d'avoir été le premier à manifester son intérêt pour le journal . Cela lui laissait une longueur d'avance pour le choix des types de reportages qu'il aimerait faire.

"Bien sûr, dis moi quand tu as un moment et je te montrerai quelques clichés. Je n'ai pas encore de book mais je ferais une sélection de ce qui pourrait t'intéresser."
expliqua-t-il en réfléchissant d'hors et déjà aux photographies qu'ils pourraient présenter.

Il avait une longue série de portraits des membres de sa famille ou d'anciens amis du clan Carrow qu'il appelait pour lui même la série de "l'élite déchue", beaucoup de photos d'Anwar en train de faire tout et n'importe quoi mais qui s'avérait être un reportage  plutôt efficace sur plus de six ans d'amitié et sur le passage à l'âge adulte et enfin sa plus grosse production sur les Voyageurs: Etudiants attendant le  Poudlard Express, usagers du Magicobus, clients d'Auberge ou d'hôtel...

Priam avait pour ambition de rejoindre l'Académie des Arts Magiques en fin de septième année pour parfaire sa technique en photo tout en suivant le cursus "photojournalisme" de l'E.M.J.C, l'Ecole Magique de Journalisme et de Communication qui allait bientôt déménager de Londres à Leopoldgrad. L'école allait s'installer dans l'un des immeubles de verre de la future ville ambulante et le Gryffondor espérait que  les reportages pour  Miniplettes seraient un bon tremplin pour intégrer ces institutions. Priam ne comptait pas laisser passer sa chance. Avec son nom de famille, il avait plutôt intérêt à avoir un dossier en béton, il le savait...

"Je dois avoir quelques photos où tu apparais d'ailleurs... ajouta-t-il alors en réfléchissant aux clichés qu'il avait fait sur le quai de la voie 9 3/4. Il en avait au moins deux en tête, une photo où Abigail paraissait un peu fébrile et une autre où elle semblait aller nettement mieux en dévorant des yeux un de ses amis..., enfin j'ai à peu près tous les élèves de Poudlard, ajouta-t-il afin qu'elle ne se fasse pas d'idée.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
"Super, on pourra voir ça dans la semaine alors, avant les vacances", proposa Abigail d'un ton joyeux. "La ligne éditoriale de Miniplettes n'est pas encore bien définie, on en parlera lors de la réunion de rentrée, mais il devrait y avoir des besoins assez variés : portraits, matchs de Quidditch, photos plus thématiques pour illustrer tel ou tel reportage... Ca devrait te permettre de t'entraîner à des photographies variées."

C'était ainsi qu'elle voyait ce projet, un bon moyen de s'entraîner et de tester différentes choses dans le journalisme pendant qu'elle était à l'école. Poudlard, avec ses nombreux clubs et son équipe pédagogique ouverte qui acceptait aisément les projets des élèves, était un parfait terrain de jeu pour expérimenter diverses activités afin de trouver leur voie. Si Aby s'était toujours vue dans le journalisme, du fait de l'influence exercée par ses deux parents, elle comptait bien tester cette voie avant de se lancer après ses ASPICs. Il serait un peu tard pour se réorienter et décider de devenir auror si elle laissait tomber la défense contre les forces du mal au profit de l'étude des runes ! Enthousiaste et débordante d'idées, Aby comptait s'entourer de journalistes en herbe qui avaient le même état d'esprit qu'elle, et à en juger par ce premier échange, Priam était prometteur.

Elle esquissa un sourire amusé quand il évoqua les nombreuses photos des élèves de Poudlard qu'il avait déjà accumulé. Ce n'était pas elle qui allait le juger là-dessus...

"Je suis curieuse de voir ça, alors", répondit-elle, peu effrayée par la perspective d'avoir été photographiée à son insu. Elle n'avait pas vraiment de problèmes avec son image, contrairement à certaines de ses camarades de classe qui faisaient la moue chaque fois qu'Aby tentait de les photographier, prétextant des cheveux gras ou une sale tête...

"Sélectionne quelques photos et puis on verra ça ensemble dans les prochains jours !", proposa-t-elle avant de jeter un coup d'oeil du côté d'Andrew et de Gowan, qui venaient de l'appeler dans l'intention apparente de lui raconter une blague. "Je pense qu'on peut faire quelque chose d'intéressant de ce journal, en tout cas, je suis contente que le projet t'intéresse. Hé, si tu as ton appareil ce soir, n'hésite pas à immortaliser les moments forts de la soirée..."

Elle lui adressa un petit clin d'oeil entendu avant d'aviser la piste de danse qui s'emplissait à vue d'oeil. Les soirées clandestines de fin d'année étaient généralement mouvementées et fournissaient assez de ragots pour alimenter l'école durant l'année qui suivait... Bien sûr, ils ne pourraient pas en faire un article, de peur qu'un des numéros ne parvienne entre les mains d'un enseignant, mais il serait amusant d'avoir des photos.

"Bon, je te laisse, mes amis m'appellent ! Amuse-toi bien ce soir, à plus !", lança-t-elle avant de faire volte-face pour revenir auprès des Gryffondor. Toujours affalés sur des poufs, ceux-ci avaient fait une razzia au buffet et avaient amassé des tonnes de nourriture et de boissons. Aby piqua une chips à la citrouille et revint s'affaler à côté d'Andrew, à qui elle demanda d'un ton faussement sérieux :

"Tu m'accorderas des interviews quand tu seras un joueur de Quidditch riche et célèbre ?"
Spoiler:
 
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 272

Voir le profil de l'utilisateur
Vautré dans un des poufs, à côté de celui de Gowan, Andrew observait Henry qui battait légèrement la mesure du bout du pied. Son camarade balançait la tête, ses lunettes bougeant légèrement sur son visage rond, ses yeux fixés sur la piste de danse où la plupart de leurs camarades dansaient sur les derniers tubes à la mode. Peu attentif à la conversation de ses copains, il préférait fixer Henry avec un sourire, jusqu'à ce que Gowan tourne la tête vers eux. Remarquant le manège de son meilleur ami, ils échangèrent un regard tandis que Henry continuait de dansoter sur son pouf, remuant en rythme.

- Hé, Henry, va danser, lança soudain Andrew, interrompant les conversations. T'as l'air d'en avoir envie.

Leur camarade sursauta, cessant immédiatement son petit manège, remontant précipitamment ses lunettes sur son nez. Tous les regards s'étaient tournés vers lui et il fronça les sourcils, les joues un peu rouges. Dans les faits, Henry Hallchurch était un garçon timide, pas très à l'aise, qui se sentait souvent écrasé par les autres, à commencer par ses trois autres frères. Sa répartition à Gryffondor avait surpris tout le monde, ses camarades de dortoir en premier lieu – qui l'auraient volontiers vu à Serdaigle – et il avait mis un petit temps à véritablement s'intégrer à leur petite bande de copains. Il cachait sa timidité derrière une bonne couche de rigueur et d'Aaronnitude de râleries et avait fini par se faire son nid en leur tenant tête, Andrew en premier lieu. Même s'ils avaient eu du mal à s'entendre en premier lieu, on pouvait désormais dire que les deux garçons étaient à peu près copains, même si Andrew ne résistait jamais à l'envie de charrier Henry, tout comme Henry ne résistait jamais – et ne se privait d'ailleurs largement pas – de corrigeait tout ce que pouvait dire, faire, penser, son camarade ou le reste de l'école,d 'ailleurs.

- Trop pas, répliqua-t-il brusquement.

Andrew eut un sourire un peu moqueur et se pencha sur ses coudes tandis que Henry se redressait, le dos droit comme la justice.

- T'es timide ? Faut pas : regarde, tout le monde danse !
- Il ne veut pas y aller tout seul, ajouta Gowan avec le même sourire.
- Tu veux une cavalière ? On peut t'en trouver une !

Gowan rit et tourna la tête vers les autres troisième années, des filles de Poufsouffle, assises pas très loin mais Henry s'était levé brusquement pour lui donner un coup sur la tête avant qu'il ne puisse les interpeller.

- Fermez-là, vous deux, asséna-t-il. J'ai besoin de rien.
- Comme il est mignon, répondit Gowan en se frottant le crâne, ébouriffant ses cheveux bruns.
- Adorable ! renchérit Andrew en se renfonçant dans son fauteuil, un sourire aux lèvres.

Henry se tourna vers lui, visiblement énervé et avec l'intention de dire quelque chose mais il ferma brusquement la bouche, leur lança un regard noir et tourna les talons avant de s'éloigner d'un pas énervé.

- Bah, reviens ! lança Gowan. Alleeez, promis, on arrête !
- Vous êtes lourds, les gars, soupira John, de Poufsouffle, en leur lançant un regard désabusé. Lâchez-le un peu.
- Il est trop sensible, affirma Gowan en soupirant de manière exagérée. Qu'est-ce qu'on y peut ?
- On fait ça pour lui, confirma Andrew en prenant une gorgée de sa Biéraubeurre. Il ne serait même pas venu sans nous.
- Si vous voulez vraiment faire quelque chose pour lui, laissez-le tranquille, répéta John. Sérieusement.

Andrew leva les yeux au ciel et s'apprêtait à renchérir lorsque Aby se laissa tomber à côté de lui, ce qui lui tira un sourire. L'arrivée de son amie eut au moins le mérité de le faire taire au sujet du pauvre Henry, tandis que Gowan se plongeait dans la nourriture, semblant remarquer les chips à la citrouille posées devant lui avec un ravissement certain. La question d'Aby, posée d'un ton tout à fait sérieux, fit rire Andrew qui se redressa un peu plus dans son pouf. Elle était jolie, songea-t-il l'espace d'un instant avant de reprendre la parole, tout auréolé de ses ambitieuses certitudes.

- Ca dépendra des contrats d'exclusivité de mon club, répondit-il avec fierté. Flaquemare, bien évidemment, précisa-t-il.

Comme s'il pouvait aller ailleurs ! Comme chez ces horribles Pies de Montrose que soutenaient Gowan et Henry, les ennemis ancestraux de Flaquemare. Non, Andrew pouvait bien envisager les Frelons, les Tornades, à la limite, mais jamais chez les Pies ! Il savait bien qu'il était un peu utopique, être recruté à la sortie de Poudlard était déjà une chance rare, on ne pouvait pas choisir son club mais Andrew préférait ne pas jouer du tout plutôt que d'aller chez les Pies !

- Mais, nuança-t-il, pour toi, je pourrais bien faire une exception !

Il lui adressa un nouveau sourire tandis que Gowan, la bouche pleine, levait une main vers eux.

- Tu chais pas, chi cha che trouve – et quelques craquements de chips – Aby chera dans un magachine comme Multiplettes – il finit sa bouchée – et tu ne voudras pas lui accorder d'interview ! J'veux dire, la honte de finir dedans ! C'est un peu le Sun sorcier et croyez-moi, mes parents m'ont toujours dit de pas lire le Sun !

Aby lisait Multiplettes, Andrew le savait, aussi ne renchérit-il pas même s'il était plus d'accord avec son meilleur ami : sa famille avait plusieurs fois fini dans ce genre de journaux et cela l'avait suffisamment marqué. On prêtait des relations adultères à son père, on racontait que lui et sa belle-mère divorçait ou des soi-disant soupçons de triche... Alors qu'il n'en n'était rien ! Néanmoins, s'il se serait emporté en temps normal, il conserva le silence : Aby savait bien se défendre toute seule et puis surtout, il n'avait pas très envie de la contrarier, plutôt envie qu'elle continue à lui sourire comme elle le faisait...


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Badass Beard.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire affectueux apparut sur le visage d'Aby face aux allégations pleines de certitudes d'Andrew. Elle lui souhaitait de tout coeur d'être recruté dans le club de son choix après Poudlard, mais elle restait persuadée qu'il saisirait n'importe quelle chance de jouer en tant que pro, même si ce n'était pas à Flaquemare...

"Bien évidemment", approuva-t-elle avec sérieux.

L'évocation de Multiplettes par Gowan lui fit froncer le nez, et elle ne put s'empêcher de réagir au tac-au-tac :

"Tu parles de ce que tu ne connais pas, quand est-ce que tu as lu un article de Multiplettes pour la dernière fois ? Est-ce que tu l'as seulement fait une seule fois dans ta vie ? Je ne savais pas que tu étais du genre à répéter les opinions de tes parents sans te faire ton propre avis..."

Elle avait prononcé ces derniers mots avec une certaine malice, persuadée que cela piquerait l'ego de Gowan. C'était peut-être son côté Serdaigle, mais elle n'aimait pas que l'on prenne ses préjugés pour des vérités établies, sans même avoir la curiosité de se faire son propre avis. Bien sûr, elle était la première à être influencée par les propos de son père, mais elle se targuait, à tort ou à raison, de savoir se défaire des préceptes paternels pour se forger sa propre opinion... Même si la remarque de Gowan l'avait sûrement agacée pour une raison plus profonde, qui était que sa propre mère travaillait en tant que photographe pour un journal du même acabit. Aux yeux d'Aby, elle n'avait pas à rougir de son travail sous prétexte que certains le trouvaient indigne ou vulgaire. Ces journaux là étaient parmi les plus lus, côté sorcier comme moldu !

"Multiplettes a beaucoup évolué depuis l'élection du FREE, sa ligne éditoriale a fléchi. Moins d'articles people, plus d'articles de fond et d'analyses politiques. Certes, ça ne sera jamais le Gringotts Time, mais Multiplettes n'en a pas la prétention. S'il rencontre un public aussi large aujourd'hui ce n'est pas pour rien, c'est qu'il y a de nombreux sorciers qui se sentent plus attirés par ce type de format que par des journaux plus complexes. Pourquoi est-ce que les lecteurs devraient avoir honte ? C'est important aussi, la vulgarisation, tu ne crois pas ? Tout le monde devrait avoir le droit à l'accès à l'information, mais tout le monde ne dispose pas de ton intelligence supérieure pour comprendre des articles comme ceux de mon père", affirma-t-elle d'un ton faussement snob, avant de donner une pression affectueuse sur l'épaule de Gowan pour lui montrer qu'elle n'était pas réellement contrariée.

"Non, moi je me verrais plutôt dans un quotidien comme la Gazette, en fait", ajouta-t-elle avant de hausser les épaules. "Ça me paraît être un bon compromis, même si le niveau de la Gazette est carrément en baisse... C'est pour ça que Multiplettes gagne en audience aussi."

Des mauvaises langues auraient pu dire que le journal sulfureux bénéficiait aussi de la censure de la concurrence, mais Aby trouvait ces allégations ridicules. La presse était libre en Angleterre, mais il y avait des limites à ne pas dépasser, comme l'apologie du terrorisme par exemple... Pouvait-on vraiment blâmer le Ministère pour placer de telles limites ?

Sentant qu'elle risquait de monopoliser la conversation avec de la politique alors que l'ambiance était à la fête, Aby attendit la réponse de Gowan puis se tourna vers Andrew :

"Je suis flattée d'obtenir une exception, en tout cas. Je veux la première interview exclusive du grand Andrew Dubois-Cavill, fils d'Olivier Dubois, nouvel espoir de Flaquemare !"

Elle écarta les mains, comme pour matérialiser le titre de l'article dans le ciel nocturne.

"J'aurai plein d'anecdotes de Poudlard à ajouter dans l'article, en plus", le taquina-t-elle.

Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 272

Voir le profil de l'utilisateur
Andrew laissa échapper un sifflement devant l'argumentation d'Aby. Et bah, il n'était pas mécontent d'avoir gardé le silence pour une fois et de ne pas être rentré dans le débat, il n'aurait pas apprécié de devoir répondre à tout cela ! Il faut dire que leur amie était douée avec les mots, lorsqu'il l'était beaucoup moins, et se montrait toujours passionnée lorsqu'il s'agissait de sujets qui la touchait. Enfoncé dans son fauteuil, il envoya un sourire à Gowan pour lui souhaiter bonne chance alors qu'il voyait très bien que ce dernier était plutôt froissé dans son égo. Il n'avait pas dû aimer la partie sur ses parents !

- J'ai pas besoin de lire pour voir le niveau, répliqua-t-il. Suffit de voir les titres ! "Un nouveau gang de méduses viles et méchantes attaque les plages de Bristol !" Tous aux abris ! C'est fait pour vendre, Aby, pas pour informer les gens alors que c'est quand même le but d'un journal !

Andrew ne comprenait pas trop l'opposition de Gowan, surtout que lui, il trouvait les arguments plutôt convaincants... Aby était une fille très intelligente et si elle trouvait que Multiplettes s'améliorait, alors... Le seul grief qu'il avait contre ce type de journaux, c'était les spéculations qu'ils faisaient sur la vie des personnes célèbres parce que sa famille en avait fait personnellement les frais et pas qu'une seule fois. Si les articles people diminuaient, tant mieux, c'était une bonne chose ! Il ne comptait de toute manière pas s'écharper avec elle sur une ligne de journal, il préférait parler de bien d'autres choses plus chouettes. Si Gowan en avait envie, il ne le suivrait pas dedans, quitte à se faire traiter de faux-frère !

- Y'a une différence entre la vulgarisation et le mensonge ! répondit Gowan avec un sourire. C'est bien pour ça que ces journaux se prennent tout le temps des procès ! Enfin, je ne sais pas, quand Multiplettes parle des aventures du père d'Andrew, tu vas pas les défendre ! Hein, Andrew ?

Faire mine de ne rien avoir entendu... ? Non, pas très crédible. Agissant pour une fois comme le contraire de ce qu'il était - c'est-à-dire un Gryffondor - Andrew eut un grand sourire.

- Je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler !

Gowan lui renvoya un regard désabusé avant de secouer la tête, amusé.

- Bouffon.

Renvoyant un sourire à son meilleur ami, il saisit l'occasion de pouvoir changer de sujet lorsque Aby affirma qu'elle se verrait bien dans un journal de type La Gazette du Sorcier.

- Ca t'irait bien ! Ou bien, faire ton propre journal. Comme ça, tu mettras ce que tu veux dedans et Gowan arrêtera de râler.
- Et Andrew sera ton plus grand fan, à tes pieds à te demander des autographes, répliqua-t-il du tac-au-tac.
- Et Gowan sera un vieux pépé grincheux sans ami.
- Et Andrew une vraie serpillère face aux filles.
- Parce que tu sais ce qu'est une fille, toi ? balança-t-il avec malice.
- Nananère.

Clôturant le débat sur cette réplique très mature, les deux garçons se tournèrent vers Aby qui avait repris la parole, projetant déjà des titres d'articles, ce qui fit rire Andrew.

- J'espère bien qu'un jour, je serai autre chose que le fils d'Olivier Dubois ! Même si mon père est trop cool, il est encore pressenti pour avoir la place de capitaine pour la prochaine Coupe du Monde !

Et il le disait avec beaucoup de fierté, même s'ils n'avaient pas gagné la dernière fois, il y croyait ! Son père profitait de sa carrière avant de prendre sa retraite, une idée qu'il vivait très mal. Il se refermait dès que le sujet venait sur le tapis ! Andrew le comprenait. Le Quidditch, c'était toute sa vie ! Il avait commencé très jeune, sous l'égide de son père, père qui avait été capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor en son temps ! Olivier, lui, avait été gardien sous le capitanat brillant de Charlie Weasley, avait donné sa chance à Harry Potter, l'avait entraîné, avait été lui-même capitaine dès sa quatrième année ! Il était devenu pro dès sa sortie de l'école, il était capitaine de l'équipe de Flaquemare, jouait dans l'équipe nationale ! Une carrière modèle et Andrew espérait bien avoir la même et plus encore. Néanmoins, Aby le fit revenir sur terre lorsqu'elle mentionna qu'elle aurait plein d'anecdotes sur Poudlard, ce qui lui fit plisser le nez. Il n'avait pas très envie que les journaux sachent un jour qu'il s'était régulièrement battu avec l'un de ses camarades de classe...

- Tu vois, Aby, ça, c'est du niveau de Multiplettes ! fit Gowan avec satisfaction, ce dernier n'ayant visiblement pas dit son dernier mot.

Il savait très bien que ses deux amis étaient capables de parler politique pendant des heures - sérieusement, comment pouvait-on parler d'un sujet pendant des heures lorsque ce n'était pas du Quidditch ? - Andrew décida de mettre tout de suite fin à la situation. Avant même qu'Aby ait pu répliquer, il se leva, se mettant un peu entre les deux.

- Naan, vous n'allez pas parler de ça toute la soirée, vous vous mangerez le nez demain ! Ce soir, c'est notre première soirée de fin d'année et y'a intérêt à ce qu'on s'amuse !

Tendant sa main à Aby pour qu'elle la saisisse, il se tourna vers elle.

- Viens, je veux te montrer un truc !

Entraînant son amie, il prit la peine de tirer la langue à Gowan quand ce dernier les traita de lâcheurs, avant de s'éloigner, se frayant un chemin parmi tous les invités.

- Tu vois, fit-il sans lâcher la main d'Aby, je trouve ça absolument scandaleux qu'on profane un noble stade de Quidditch pour faire la fête, affirma-t-il avec sérieux. Mais du coup, le truc pratique, c'est que je connais bien !

Quittant la foule, ils se dirigèrent vers les gradins de Serpentard, escaladant les marches de manière un peu précaire, seulement guidés par les lumières de la pelouse. Andrew passa les premiers rangs sans faire mine de s'arrêter, remontant tout en haut, jusqu'au dernier banc, celui sous les tentures qui battaient au vent. Au Quidditch, ce n'était pas la meilleure des places. On distinguait peu l'attrapeur et les joueurs volaient un peu en contrebas, il suffisait que les gens se mettent debout pour que tout le terrain soit caché. Néanmoins, cette place-là avait un sérieux avantage dès qu'il ne s'agissait plus de Quidditch. Sans lâcher la main d'Aby, il la fit monter debout sur le banc, la guidant par les épaules. De là, on pouvait voir tout le château, les fenêtres illuminées par les flammes des chandelles intérieures. Mais surtout, quand on tournait le dos au collège... On apercevait le lac et les montagnes environnantes, avec une vue sur toute la campagne qui s'éloignait du domaine.

- Je n'aime pas trop les Serpentard mais... Sur ce coup-là, ça vaut le coup d'aller chez eux !



Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Badass Beard.
Grady McNeilEleveur de licornesavatar
Messages : 124

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy ne semblait pas vexée par son horrible compliment, plutôt le contraire au vu de son rire qui n'avait rien de méchant. Soulagé, Grady lui retourna un nouveau sourire. Il était vraiment le Voldemort des compliments ! Cela partait d'une bonne intention pourtant mais il n'était vraiment pas doué lorsqu'il s'agissait de manier les mots et la langue anglaise. Il tombait toujours à côté de la plaque et pour le supporter au quotidien, il ne fallait pas être susceptible, sinon c'était vite le drame. Mais c'était plus fort que lui, les choses se mélangeaient dans sa tête, il pensait à tout en même temps, passait de la Mandragore au Bulbobus. Ses enseignaient se plaignaient du côté brouillon de ses copies mais comment pouvait-il rendre un plan organisé quand sa propre tête ne l'était pas ?  Et il fallait dire que le sourire que lui envoyait Kessy était bien loin d'aider... Avec ses grands yeux sombres, ses lèvres roses, la manière ont elle le regardait et... Non, non, non, surtout pas. Surtout ne pas penser ainsi. Surtout ne pas y penser et se marteler qu'il avait en face de lui, non pas n'importe quelle fille mais l'ex-copine de son meilleur amie et donc un énorme panneau stop, gigantesque panneau lumineux avec alarme sonore et petit gendarme qui faisait la circulation devant.

Il devait tout simplement penser à autre chose, ce qui n'était pas bien difficile, non ? Penser aux licornes, c'était bien les licornes. Elles étaient là, les animaux les plus cools de la terre, avec leur pelage blanc et soyeux, pas comme n'importe quel cheval ! Les licornes n'étaient jamais embêtées par les mouches, par exemple, ce qui prouvait à quel point elles étaient l'élite des chevaux. Heureusement qu'elles n'étaient pas embêtées par les mouches d'ailleurs... Comment est-ce qu'elle pourrait se gratter ? Parce que pour un cheval, c'était plutôt simple, il pouvait y aller avec son museau, mais la licorne... Elle ne pouvait pas se gratter avec sa corne, c'était un truc à se faire super mal. Auto-meurtre de licorne par grattage de corne. C'était horrible comme idée ! En fait, être une licorne, ça devait être super dur ! Et si leur museau les grattait ? Elles n'avaient pas de mains. Les autres animaux non plus d'ailleurs. Mais comment est-ce qu'ils se grattaient le nez ? Mais c'était une super question ! Ils ne l'apprenaient pas en Soins aux Créatures Magiques ! Est-ce qu'il y avait des gratteurs de museaux ? Après tout, son oncle disait bien que le Ministre de la Magie était entouré de gratteur de c... Non, il n'allait pas penser cette phrase vulgaire. Il était un garçon bien élevé (et après il devait mettre une noise dans l'urne à grossièretés tenue par sa mère.) Revenant à l'instant présent, il se retint de se gratter le bout du nez pour hocher la tête aux propos de Kessy.

- De rien ! Et c'est gentil ! Je suis sûr que je ferai un super réverbère... Enfin, s'il n'y a pas trop de chiens autour quoi.

Il eut de nouveau envie de se taper la tête quelque part - pourquoi il n'y avait pas d'arbres, sur ce fichu terrain ? Les joueurs de Quidditch étaient d'un snobisme écologique, c'était dingue ! - en prononçant ces mots mais encore une fois, Kessy ne sembla pas s'en formaliser. Cette fille était une perle, sérieusement. La plupart des gens l'auraient sûrement planté plusieurs fois mais pas elle. Comme quoi, tout ceux qui disaient qu'elle était juste une fille superficielle faisaient de la méchanceté gratuit : il suffisait de lui parler pour s'en rendre compte. C'était de toute manière la philosophie de Grady avec beaucoup de choses et de gens, surtout : on gagnait toujours à les connaître. Soit on confirmait son avis soit, et c'était ce qui arrivait le plus souvent, on se rendait compte qu'on avait tort. C'est pour ça qu'il aimait beaucoup parler à tous ceux qu'il rencontrait ! Une autre chose avec laquelle il voulait bien faire connaissance, c'était toute la nourriture qu'ils avaient amené pour la fête et qu'il s'était retenu de manger toute la journée (d'où le paquet entier de Chocogrenouilles dévoré avec James avant de venir) et il suivit Kessy de bon cœur vers le buffet.

- Ça me dit ! Il rit de bon cœur quand elle déclara qu'elle avait une faim de Poufsouffle, ne se formalisant pas du cliché. Tu peux le dire, t'inquiètes, nous sommes des bons vivants ! Si tu veux même un secret, ajouta-t-il en baissant la voix, on a tous un test de nourriture en première année. Si tu n'arrives pas à trouver la cuisine et à en ramener quelque chose, on te refile à notre blaireau géant, que l'on garde dans une pièce super-secrète. C'est notre Chambre des Secrets à nous, sauf qu'on l'appelle Chambre du Sucré et que notre Basilic est méga-mignon. Poufsouffle style.

En vrai, ça serait super cool si c'était le cas ! Et peut-être que les gens arrêteraient de les regarder comme s'ils n'étaient rien. Ça y est, Gryffondor avait son Harry Potter, Serpentard son Voldemort - enfin, un type qui n'avait pas de nez, un peu de sérieux ! - Serdaigle n'avait pas grand-chose, mais bon, soi-disant qu'ils étaient intelligents... Alors qu'à Poufsouffle, personne ne les prenaient au sérieux. Annoncer que vous étiez à Poufsouffle, c'était presque comme annoncer que vous aviez la Consummeuse en phase terminale, condamné à la médiocrité toute votre vie ! C'était faux. Peut-être que Poufsouffle ne brillait pas aux yeux des gens mais leurs rangs comptaient tout autant de héros et de sorciers brillants. Les Poufsouffle s'étaient battus à Poudlard lors de la guerre, comme tous les autres. Peut-être qu'ils avaient moins de grands noms dans leurs rangs, peut-être. Mais ils étaient des héros du quotidien, voilà tout. Aller à Poufsouffle, c'était apprendre la patience, le sens de la l'amitié, la loyauté, la Justice, la persévérance. Des vertus peut-être moins éclatantes que le courage ou l'ambition mais bien plus morales. Aller à Poufsouffle, c'était trouver une famille, l'assurance de toujours trouver un sourire lorsque vous rentriez le soir à la Salle Commune après une mauvaise journée. Il était fier de sa maison, voilà tout ! La quitter aller lui faire étrange, comme le soulignait Kessy alors qu'ils s'asseyaient sur des poufs.

- Ça fait super bizarre, soupira-t-il. J'ai pas très envie. Je sais que la plupart des gens sont super pressés de quitter l'école mais moi j'étais bien ici, avec mes potes, ma routine... C'est super dur d'y passer sept ans puis t'es viré sans espoir de retour. Ça va me manquer ! Donc clairement, ces jours qui restent... Je vais les savourer !

Il suivit le regard de Kessy vers le le château éclairé qui se dessinait dans la nuit, le fixant quelques secondes. A tous les coups, il s'accrocherait aux poteaux du portail au moment de rejoindre les calèches pour Pré-au-Lard où le Poudlard Express les attendait ! C'était trop déprimant de quitter l'école, il n'en n'avait pas envie. Ce n'était même pas par angoisse de la vie adulte - il était content de vivre avec James - mais juste qu'il était bien ainsi, sans responsabilité, loin de tous les problèmes de dehors. Ses pensées dérivèrent vers Julia jusqu'à ce que Kessy lui pose une question, à laquelle il mit quelques secondes à répondre, en décalage avec sa spontanéité habituelle. En temps normal, cette simple question ne lui aurait pas posé de problèmes mais là, c'était une donnée assez inconnue. Il y a quelques mois, sa tante et lui s'étaient retrouvés en secret à Pré-au-Lard pour qu'il soit le Gardien du Secret du Kraken. Il avait accepté sans hésité car il avait confiance en Julia, en ses idées, en ses combats et parce que la logique était bonne : qui irait le soupçonner lui ? En plus, il était en sécurité à Poudlard. Mais maintenant qu'il en sortait... Cette histoire l'inquiétait beaucoup plus. Il ne pouvait néanmoins pas en parler à Kessy alors il passa ses bras derrière sa tête.

- Pas grand-chose de plus que d'habitude, j'en ai peur ! Déjà, dormir. Parce que bon, les ASPICS c'est bien gentil mais c'est pas le truc le plus reposant du monde. Puis j'ai décroché un petit job à l'épicerie de Nimbus, donc ça va m'occuper. Mais sinon : fêtes, copains, plage ! Et mon anniversaire, fin août, auquel tu es évidemment invitée ! Et j'ai mon déménagement aussi, on va emménager avec James !

Son anniversaire, le 31 Août, sonnait toujours la fin de l'été et la rentrée à Poudlard. Désormais... Ils allaient devoir lui trouver une autre signification ! Il ne gardait pas un très bon souvenir du dernier, où de l'été dernier en général. C'était l'été qui suivait la mort de son grand-père et Nimbus - oui, il était allergique à Cosmos - était rempli de souvenirs de lui et de gens qui présentaient leurs condoléances. En plus, Nora l'avait largué quelques semaines avant son anniversaire, donc il n'avait pas passé une super soirée. Il avait même espéré qu'elle vienne, même si tous ses copains lui avaient dit que c'était débile. Bref, l'été de ses dix-sept ans n'était clairement pas le meilleur été de sa vie ! Il comptait bien changer ça cette année.

- Et toi ? Je suppose que Miss Monde Magique a plein de choses de prévues ? Paris, Milan, Barcelone ? Défilés de mode, joueurs de Quidditch célèbres et autres obligations de star ? la taquina-t-elle.


   
outcast
Gobstone is the new Quidditch.@ ALASKA.


Avatar by Evie.
Jayden ValentyneSoigneur de dragons à Gringottsavatar
Messages : 215

Voir le profil de l'utilisateur
La Poufsouffle était clairement à côté de ses baskets. Et dire que James était tellement doué pour aider les autres. Pourquoi cela devait-il tomber sur lui ?

Enfin ... pas tant que ça quand il y réfléchissait. Sa réflexion sur ses propres raisons à boire le fit rire. Pas le genre de rire forcé et amer qu'il sortait à ses condisciples qui tentaient de le blesser, ni même celui blasé et plein de rancoeur qu'il adressait à sa mère. Non, le genre de rire réellement gai et plein de chaleur qu'il réservait à sa jeune soeur.
Quelque part, Nora Weaver lui faisait penser à Lillybeen. Il espérait que lorsqu'elle rentrerait à Poudlard, elle éviterait ce genre de situations. Ou si c'était le cas, qu'elle tomberait sur un imbécile qui n'avait aucune mauvaises intentions à son égard.

- Je bois de la bierraubeurre, Weaver. Pas du whisky pur feu. J'ai largement déconné l'année dernière lors de la précédente soirée. Cette fois, pour la dernière édition à laquelle j'ai du participé, je me suis dit que j'allais la jouer soft. , lui fit-il avec un clin d'oeil.

Lorsqu'il argumenta sur le bien de la "Petite Poufsouffle aimée de tous" la jeune femme eut un rire triste qui aurait presque conféré à la démence s'il ne l'avait pas déjà croisée. Sa réponse l'étonna. Les apparences ... Depuis sa première année à Poudlard, Jayden avait fait face à ces apparences trompeuses. Il en avait pris son parti et avait clairement amplifié ce qu'on avait pensé de lui, poussant toujours le vice plus loin. Au final, arrivé en dernière année, il était isolé. Sans l'arrivée de James, il serait également mort comme une lavette dans le parc de Poudlard. Son comportement général ainsi que son rapport à l'autorité lui avaient fermé les portes de la carrière qu'il avait souhaité et envisagé d'exercer. Les sorciers comme les moldus avaient ça en commun de ne juger les gens que sur ce qu'ils voyaient et pas sur la qualité de ce qu'ils pouvaient donner. Après tout, les aurors ne s'étaient pas royalement planté dans l'histoire du Vengeur Masqué. Qu'un taré comme Keller ait pu les duper ne l'étonnait pas. Les manières et l'apparence du Serpentard étaient savamment étudiées et parfaites.

La mention le concernant et la déception qu'elle lui avoue éprouvé face aux commérages qui le concernaient continua de l'amuser.
Effectivement, il ne fallait pas se fier aux apparences.

- T'as raison, miss Sainte Poufsouffle, lui dit-il avec amusement avant de poursuivre avec un mouvement désolé de la tête, Navré que mon comportement ne soit pas à la mesure de la réputation que j'ai acquise. Tu m'en vois désolé.

Regardant un groupe un peu plus loin qui poussait la beuverie un peu trop loin, Jayden secoue lentement la tête.

- Cela dit, ça n'résout pas le problème de savoir ce qui te pousse à agir de la sorte, Nora. Je me fais peut-être passé pour un imbécile mais je suis loin de l'être et je n'ai qu'une seule parole. Si tu as envie d'en parler, je peux écouter et me taire jusqu'à la mort.



- Never be down again. -
@Exception
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
"C'était de l'humour, tu connais le concept ?", répliqua Abigail, piquée, quand Gowan l'accusa de faire du Multiplettes alors qu'elle n'avait fait qu'une simple blague. Merlin, elle avait beau apprécier les Gryffondor, ce qu'ils pouvaient s'estimer supérieurs et se montrer arrogants parfois ! Elle détestait cette attitude qui consistait à classifier ce qui se faisait et ce qui s'écrivait, selon une élite intellectuelle snobinarde. Multiplettes, comme tous les journaux, avait ses défauts et ses qualités, il y avait des choses à améliorer bien entendu mais tout n'était pas forcément à jeter. Pour qui se prenait donc Gowan à décider du niveau des choses ?

Fulminante, elle remarqua à peine qu'Andrew avait saisi sa main, fait qui l'aurait plongé dans un abîme de réflexions en temps normal. Elle se laissa entraîner à sa suite, pas mécontente de s'éloigner de leur ami qu'elle appréciait pourtant mais qui se montrait parfois proprement exaspérant. Aby se drapa dans sa dignité en lui lançant un regard agacé, puis marcha avec Andrew au milieu des invités.

Comme toujours, ce dernier trouva le moyen de parler de Quidditch dès sa première phrase, comme quoi on avait tous son cheval de bataille ! Cela eut le don d'adoucir la jeune fille, qui sentit sa colère s'évanouir peu à peu en réalisant qu'elle était seule avec le garçon qui lui plaisait, à la soirée de fin d'année, et qu'il l'entraînait quelque part. Son coeur battit un peu plus vite à cette révélation, mais elle se força de garder la tête froide. S'il avait dû se passer quelque chose entre Andrew et elle, cela aurait été fait depuis bien longtemps, mais non. Elle avait eu son histoire avec Ahren, il avait eu la sienne avec Kath, et Aby avait tenté d'étouffer ses sentiments. Hélas, elle avait beau se bercer régulièrement d'illusions à ce sujet, Aby n'avait en réalité jamais perdu espoir qu'il se passe quelque chose entre eux. Elle avait plu à Andrew, autre fois, il le lui avait déjà fait comprendre, et il était aujourd'hui célibataire. Comment, dans ces conditions, et alors qu'ils étaient enfermés ensemble dans un château dix mois par an, devait-elle l'oublier ? C'était impossible !

Elle fut un peu surprise de le voir se diriger vers les tribunes de Serpentard, mais il avait raison sur un point : c'était lui le pro ! Si Andrew surmontait sa répulsion envers cette maison, alors il devait y avoir une raison. Elle grimpa les marches à sa suite, son coeur s'emballant d'excitation à l'idée de ce moment en tête-à-tête qui les attendait. Où l'emmenait-il ? Ils arrivèrent finalement à la dernière rangée, un peu essoufflés, et Aby put observer la plus belle vue sur Poudlard qu'il lui avait été donné de voir.

Emerveillée, la jeune fille tourna sur elle-même pour observer le château et le paysage. Le lac s'étendait sous leurs yeux, grande étendue sombre qui scintillait sous les rayons lunaires, et les montagnes se devinaient au loin dans la pénombre.

"C'est magnifique !", s'exclama-t-elle avec ravissement. "Je n'arrive pas à croire que les Serpentard ont une vue pareille, je ne l'avait jamais remarqué. Il faudra que je revienne avec un appareil photo, je suis sure qu'on peut faire de superbes photos du lac..."

Elle plissa des yeux en essayant de distinguer les détails du paysage, puis finit par se détourner pour reporter son attention sur Poudlard. Le château restait l'élément le plus spectaculaire du décor, avec ses tours, ses piques, ses fenêtres lumineuses et son ombre gigantesque projetée sur le parc. C'était un lieu légendaire, et ils avaient une grande chance de pouvoir passer des années à vivre dans un tel endroit. Un air de nostalgie passa sur son visage, à la pensée qu'ils s'en iraient bientôt pour deux longs mois. Plus les années passaient et plus Aby était pressée de retrouver Poudlard à la rentrée. Elle n'imaginait pas à quel point les septième année devaient se sentir nostalgique ce soir...

L'adolescente s'assit sur le gradin pour pouvoir observer le château tout à son aise. Une brise nocturne rafraîchissait l'air chaud, et le son de la musique et les clameurs leur provenaient d'en bas. Une douce sensation de chaleur l'envahit à la pensée qu'il s'agissait d'une situation particulièrement romantique, et elle remercia la faible luminosité qui dissimulait ses joues empourprées. La présence d'Andrew avait toujours tendance à la transformer en guimauve, alors là...

"Merci pour cette découverte", dit-elle en tournant son visage vers lui pour l'observer. Andrew commençait à grandir, il faisait plus adolescent qu'enfant, contrairement au moment de leur rencontre. Elle le trouvait plus craquant que jamais, et elle se hâta de détourner son regard, qui brillait un peu trop.

Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur
"Je te comprends, c'est un peu pareil pour moi", répondit Kessy quand Grady évoqua ce qui allait lui manquer à l'école. Pour certains, Poudlard représentait l'âge ingrat et tout ce qui l'accompagnait, mais pour elle, et pour Grady, c'était une partie heureuse de leur vie qui s'achevait... Difficile de ne pas être nostalgique. Kessy avait beau se promettre mille fois de revoir chacune de ses copines et de ses potes une fois l'école terminée, elle se doutait que les choses seraient plus compliquées dans la pratique, quand le monde extérieur, la distance, la politique et mille autres raisons se chargeraient de les séparer.

Elle l'interrogea au sujet de ses plans de l'été, tout en picorant sur le buffet et en examinant la nourriture proposée. Son esprit s'égara bien vite du côté des précédentes paroles de son interlocuteur, et elle s'imagina en train de câliner un blaireau dans la Chambre du Sucré. C'était un peu comme une grosse peluche, non ? Mais vivante et qui bougeait, alors c'était encore mieux... Et puis la Chambre du Sucré, c'était vraiment trop mignon comme nom. Cela lui évoquait un endroit rose et confortable, avec des petites lumières dorées et des sucettes géantes dans des pots. Sans oublier les cupcakes au glaçage délicat, les smoothies de fruits et les glaces onctueuses... Pourquoi avait-elle été répartie à Gryffondor, au juste ? C'était une question qu'elle se posait parfois, persuadée qu'elle aurait été tout aussi bien dans la maison de Poufsouffle, la maison des sociables et des gentils. Kessy ne se trouvait pas particulièrement brave ni brillante comme pouvaient l'être de nombreux rouge et or... Mais elle ne se plaignait pas, car elle avait noué de nombreuses amitiés à Gryffondor et y avait passé sept magnifiques années ! Et la salle commune était plutôt confortable aussi.

Kessy ne remarqua donc pas le léger trouble du jeune homme, et reporta son attention sur lui lorsqu'il lui évoqua ses projets de vacances. Elle battit des mains avec enthousiasme lorsqu'il l'invita à son anniversaire, et retint une grimace à l'évocation de l'emménagement avec James. Pourquoi cette idée la gênait-elle un peu ? Elle n'en avait aucune idée, mais ce n'était pas une émotion agréable et elle préféra ne pas s'y attarder. A l'inverse, ses hypothèses sur son été lui tirèrent un rire :

"Oh, non, rien de tout ça mais j'aimerais tant !", répondit-elle, le regard brillant à l'idée de ces grandes villes célèbres. "Non, je vais passer l'été chez ma mère à Londres, comme d'habitude, rien de très glamour tu vois... Mais on a prévu une semaine en camping toutes les deux, comme on le fait tous les ans."

Elle sourit doucement avant de boire une gorgée de jus de citrouille. Enfant, Kessy avait parfois envié les vacances fantastiques que prenaient certains de ses camarades d'école, mais elle avait appris à aimer ces semaines en tête-à-tête en bord de mer avec sa maman. Oui, elles allaient toujours dans le même camping, un peu bas-de-gamme, un peu beauf, mais elles passaient toujours de bons moments et économiser sur les vacances leur permettait de passer l'année sans trop se priver. Kessy aimait faire du shopping et sortir avec ses copains, elle ne se privait pas pendant son été londonien, et cela supposait donc de ne pas dépenser toutes les économies du foyer en vacances en hôtel à Ibiza. Bien sûr, elle aurait pu demander de l'argent à son père maintenant qu'elle en connaissait l'identité, et qu'elle soupçonnait l'étendue de son compte en banque, mais elle préférait réserver cela pour son projet...

"Ca, c'est fin juillet. En août, je vais sans doute passer tout mon temps à prévoir l'ouverture de mon centre de fitness, que je vais lancer à Leopoldgrad. Normalement, on devrait le lancer le lendemain de ton anniversaire ! Mais ne t'en fais pas, je trouverais le moyen de me libérer pour toi", assura-t-elle avant d'ajouter, le regard joueur : "Je ne manquerais pas l'évènement de l'été, quand même !"

Tout en parlant, elle avait posé la main sur son bras, machinalement, sans réfléchir, comme elle le faisait parfois car elle était plutôt tactile avec ses interlocuteurs. Pourtant, elle prit très vite conscience de son geste qui, fait inhabituel, lui procura une certaine chaleur alors qu'elle sentait son pouls s'accélérer. Etrange sensation, qu'elle ne chercha pas à repousser cependant, allant même jusqu'à suivre son envie de l'instant pour proposer, non sans une certaine timidité :

"Peut-être que l'on pourrait passer du temps ensemble cet été alors, puisqu'on ne part pas beaucoup ? Ça pourrait être sympa d'aller manger une glace, boire un verre, aller à la plage... T'en penses quoi ?"

Retirant finalement sa main du bras de Grady, elle saisit une de ses mèches brune et la fit tourner machinalement entre ses doigts, sans le lâcher du regard. Elle ne savait pas exactement d'où lui venait cette envie de passer plus de temps avec son co-organisateur de soirée, mais elle sentait qu'ils commençaient à se rapprocher et n'avait pas envie de se séparer de lui à cause de la fin des cours... Bien au contraire.


Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 272

Voir le profil de l'utilisateur
A force d'arpenter le domaine de l'école sur son balai, Andrew avait finit par repérer les meilleurs endroits. C'est lors des entraînements, en passant au dessus des gradins des Serpentard qu'il avait finit par comprendre qu'ils étaient les mieux placés de tout le stade, pour la vue sur le terrain mais également pour la vue sur le reste du paysage. Cela lui faisait un peu mal de l'admettre mais c'était ainsi. Depuis qu'il avait découvert ça, il n'avait pas eu l'occasion d'y retourner à pieds et ce soir, il avait eu envie d'y emmener Aby. Ses copains riraient sûrement de le savoir mais Andrew ne comptait pas leur dire : il préférait passer ce moment avec elle. Il avait beaucoup pensé à elle ces derniers mois, et s'il devait être entièrement et complètement honnête, il avait (un peu) pensé à elle quand il était avec Kat. Il ne savait pas vraiment pourquoi et il n'avait pas très envie de s'attarder, il n'était pas vraiment un fanatique des grandes introspections. Il savait juste qu'il l'aimait beaucoup et que... Voilà. Il aimait bien passer du temps avec elle. Plein de temps. Un tantinet mal à l'aise, il détacha puis réattacha dans un même geste le bracelet de sa montre tandis que Aby contemplait le paysage... et qu'il contemplait Aby.

- Ouais, renchérit-il pour se donner une contenance, les Serpentard sont bien tranquilles ici... Je suis sûr qu'ils ont fait un coup bas à quelqu'un pour obtenir ces gradins, reprit-il avec sa verve habituelle de Gryffondor.

C'était bien connu que les Serpentard n'obtenaient jamais rien légalement, malgré tout le respect qu'il avait pour Sasha.

- Je t'accompagnerai si tu veux ! proposa-t-il quand Aby songea à revenir prendre des photos du lac.

Il entendait déjà Gowan se ficher de lui. Ignorant la voix imaginaire de son meilleur ami dans sa tête, il s'assit à coté d'Aby sur le banc, leurs bras se frôlant (chose qu'il n'avait évidemment pas remarqué). Il contempla le stade en contre-bas, illuminé de centaines de photophores et rendu bruyant par la musique et les gens qui dansaient en bas. Il crut capter le regard d'Aby sur lui mais quand il tourna la tête, il ne remarqua rien. Elle finit par reprendre la parole, ce qui lui tira un grand sourire.

- De rien, j'avais envie qu'on y soit tous les deux.

Il gratta le parquet du gradin du bout de sa chaussure, cherchant comment formuler ce qu'il avait à dire. Ce n'était pas vraiment son genre de réfléchir autant mais Aby le rendait un peu étrange. Même quand il était sorti avec Kathrina, il ne s'était pas posé autant de questions. Il l'aimait bien, elle était gentille, jolie... Aby aussi, encore plus même, mais c'était différent.

- Au fait, Aby, j'voulais te dire... Ça a été un peu bizarre cette année, je crois, et... Enfin, je suis désolé quoi.

Un peu de courage, se morigéna-t-il. Gryffondor en carton.

- Mais j'ai envie que ce soit un peu différent, tu vois ?


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Badass Beard.
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1912

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Jayden lui recommandait d'y aller doucement sur la boisson, Nora rétorqua qu'il buvait lui aussi et qu'elle n'avait donc aucune raison de se priver. La réponse du Gryffondor la surprit un peu et elle fronça les sourcils en s'efforçant de se souvenir de la dernière soirée de fin d'année. Elle n'y avait pas bu autant que ce soir et ses souvenirs auraient dû être un peu plus clairs mais elle se rappelait surtout avoir dansé toute la soirée avec Grady, abusé un peu de la bieraubeurre malgré tout, prêté sa couronne de nymphe à Anwar qui n'avait jamais accepté de la lui rendre, et de s'être réveillée sur un des poufs de la soirée le lendemain matin.

Avant qu'elle n'ait eu le temps de se rappeler quoi que ce soit d'autre, Jayden réagit à sa remarque sur les apparences qui se révélaient souvent trompeuses, surtout à Poudlard. Ils n'étaient pas très nombreux dans chaque année et trouvaient très vite leur place au sein de leur promotion. Il suffisait en général de quelques mois, au mieux quelques années, pour que leurs camarades leur collent une étiquette qui ne les quitterait plus pendant sept ans. Nora n'avait vraiment pas à se plaindre, elle s'était toujours bien entendu avec tout le monde et on l'avait très vite cataloguée comme la fille un peu trop gentille, ce dont elle s’accommodait très bien.

Mais ils changeaient, en sept ans. Ceux qui étaient agressifs et solitaires en première année pouvaient se révéler plus ouverts et sociables avec le temps, et inversement. Malheureusement il était souvent difficile de faire oublier aux autres une première impression, qu'elle soit bonne ou mauvaise, et de faire évoluer leur regard et leur jugement. Nora se demandait à quel point Jayden était victime de cet effet, et à quelle hauteur il méritait sa réputation de mauvais garçon peu fréquentable. Il ne lui avait pas l'air si terrible ! Elle le connaissait un peu, ils avaient travaillé ensembles plusieurs fois en soins aux créatures magiques, une matière qu'ils affectionnaient tous les deux, et il n'avait jamais été désagréable avec elle.

- Je te pardonne ! lança-t-elle quand il s'excusa justement de ne pas être à la hauteur de sa réputation. Aux apparences trompeuses ! Elle leva sa bouteille de bieraubeurre et en but une longue gorgée.

Elle secoua négativement la tête quand le jeune homme lui assura qu'elle pouvait lui parler de ce qui la tracassait si elle le voulait. Non, elle ne pouvait pas. Même imbibée d'alcool, elle restait consciente de cela. Elle ne pouvait pas se permettre de faire une nouvelle erreur et de mettre quelqu'un d'autre en danger. Elle avait déjà pris tant de risques...Elle but une nouvelle gorgée de sa bouteille -désormais vide- pour noyer sa culpabilité.

Même ivre, même en pleine soirée de fin d'année, assourdie par la musique, elle n'y échappait pas. Il suffisait qu'elle songe à ce qui pourrait arriver si Artémis ou le Professeur Corrigan venaient à parler pour qu'elle sente ses entrailles se tordre d'inquiétude et son cœur s'affoler. Et s'il leur arrivait quelque chose, à l'une ou à l'autre, par sa faute ? Et si elle et Irving étaient découverts ? Avait-elle déjà signé leur arrêt de mort ? S'arrachant à ses préoccupations, Nora se força à reporter son attention sur Jayden, bien qu'elle ait un peu de mal à avoir le regard fixe après avoir bu si vite, et lui adressa un vague sourire.

- Je ne voudrais pas t'imposer un tel fardeau ! répondit-elle sur le ton de la plaisanterie. Tes pauvres épaules ne le supporteraient pas, ajouta-t-elle en se forçant à rire. Parle moi plutôt ! reprit-elle plus sérieusement. Qu'est-ce qui s'est passé l'année dernière ?

Elle avait toujours été plus douée pour écouter que pour parler de toute façon. Elle était incapable de garder ses propres secrets mais savait veiller sur ceux des autres et être une oreille attentive.

- Dans l'état où je suis je ne te jugerai pas, promis, ajouta-t-elle doucement. Je sais ce que c'est...

Oui, maintenant elle savait ce que c'était que de boire "pour oublier", que d'espérer noyer sa peur et sa culpabilité le temps d'une soirée. Elle savait ce que c'était que de vouloir perdre pied, décrocher, au moins quelques heures. Vouloir se libérer de soi, de sa conscience, ne plus être, ne plus penser à rien. Ne plus être enfermé dans sa propre tête, dans ses problèmes et ses doutes. C'était quelque chose qu'elle n'avait jamais vraiment compris auparavant, mais maintenant elle savait.


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Si Aby se contenta d'hocher distraitement la tête suite à la pique d'Andrew sur les Serpentard, son coeur fit en revanche un bond lorsqu'il lui proposa de la raccompagner ici pour ses photos. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas manifesté ainsi le désir de passer du temps avec elle, encore moins seuls, et elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver beaucoup trop d'espoir pour son propre bien. Elle avait beau savoir qu'elle allait certainement au devant d'une déception, Aby ne pouvait se résoudre à brider ses sentiments. Ils avaient grandi depuis trop longtemps, plantant leurs racines trop profondément chez l'adolescente pour qu'elle puisse se raisonner aujourd'hui. Pourtant, la douleur de son premier rejet était restée trop vive en elle pour qu'elle ose faire le premier pas de nouveau. Croisant son regard, elle se prit à espérer qu'il n'ait pas le même raisonnement, auquel cas ils n'étaient pas sortis de l'auberge.

Mais, pour la première fois depuis plus longtemps, le timing était parfait. L'endroit était parfait. Tout était parfais, depuis l'atmosphère romantique et festive jusqu'à l'alchimie qui régnait entre eux, et pourtant, Aby n'osait trop y croire. Quelque chose allait venir une fois de plus se mettre en travers de leur chemin. Peut-être qu'Andrew n'était pas intéressé, même si elle priait de toutes ses forces pour que ce soit le cas. Ses propos semblaient indiquer le contraire, tout comme leur proximité qui tirait des frissons à Aby chaque fois que leurs bras nus se frôlaient. L'estomac noué, elle lui rendit son regard en tentant de lui faire comprendre ses doutes et ses espoirs. Andrew semblait plongé dans des pensées bien à lui, visiblement sur le point de dire quelque chose, et elle se tendit comme un arc, le souffle court, osant à peine respirer.

C'était bien d'eux dont il voulait parler, mais pour dire quoi exactement ? Confuse, son coeur battant entre espoir et déception, Aby essaya de comprendre où il voulait en venir, sans grande réussite. Elle finit par l'interroger du bout des lèvres, les yeux plongés dans les siens :

"Différent comment ?"
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 272

Voir le profil de l'utilisateur
Différent comment ? La réponse était plutôt claire aux yeux d'Andrew mais il ne savait pas vraiment comment le formuler. Il ne manquait pas de courage pourtant d'habitude, ni de gouaille ou de verve quand il s'agissait de s'exprimer et de dire ce qu'il avait à dire. Il était pourtant un Gryffondor, il le revendiquait, il en était fier et il essayait d'appliquer les valeurs de sa maison dans son quotidien mais face à Aby et ses grands yeux bleus, il ne savait plus vraiment parler. Gêné, il défit et renoua le bracelet de sa montre d'un même geste machinal. Il avait beaucoup réfléchi à cela et pourtant ce n'était pas tellement son genre, il n'avait jamais autant pensé avec Kathrina, mais avec elle, c'était facile. Avec Aby, il avait l'impression que l'enjeu était plus grand, qu'il ne pouvait pas vraiment faire d'erreur une nouvelle fois. Il n'avait pas toujours bien agi avec elle c'est vrai, et surtout, il n'avaient pas toujours réussi à être tous les deux au point en même temps. Cette fois-ci, c'était différent, il sentait qu'ils pouvaient arriver à ce qu'il voulait. Il avait envie d'être plus proche d'elle, qu'ils puissent passer encore plus de temps ensemble que d'habitude, qu'ils se voient pendant les vacances et puis qu'ils aient cette relation qu'il n'avait pas avec ses autres amis. Il ne voulait plus qu'Aby soit son amie. Il voulait qu'elle soit un peu plus que cela parce qu'elle était déjà un peu plus que cela dans son cœur à lui. Songeant que Gowan se ficherait largement de lui s'il savait qu'il pensait cela, il lui reprocherait d'avoir lu les Hauts de Hurlelune en secret, ce qui était faux, il eut un léger sourire et secoua légèrement la tête, abandonnant son tic avec sa montre.

Il ne savait pas vraiment comment dire tout cela de manière intelligente et surtout cohérente, il n'était pas très doué avec ce genre de choses et doutait qu'il le soit un jour. Mais tant pis, il se débrouillerait avec ça. Alors il regarda longuement Aby, sans hésiter sur la marche à suivre mais savourant le moment parce qu'il avait la sensation que c'était important, plus important que tous les autres moments. Et, doucement, il se pencha vers elle et posa ses lèvres sur les siennes, dans un geste tendre. Il posa une main sur son épaule et finit par reculer en lui adressant un sourire, caressant sa joue du bout du doigt. Il se redressa et s'adossa au banc de derrière, tout content, le cœur un peu battant. Il porta son regard un instant sur le stade illuminé de bougies en contrebas avant de se tourner de nouveau vers Aby, haussant les épaules.

- Différent comme ça, fit-il avec un sourire en coin. Si ça te va.

Parce que lui, il était clair que cela lui allait beaucoup. Aby n'était pas la première fois qu'il embrassait, il avait déjà embrassé Kat, plusieurs fois, mais cela n'avait pas été pareil. Cela avait été mieux et surtout, il avait déjà envie de recommencer.


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Badass Beard.
Grady McNeilEleveur de licornesavatar
Messages : 124

Voir le profil de l'utilisateur
- Tu iras un jour, affirma Grady avec conviction. Je suis certain que tu en auras l'occasion ! Tu sais, même moi j'ai pu aller en Europe un jour alors toi, tu pourras faire le tour du monde ! Je suis allé en Belgique, faire du camping avec mes parents ! Bah... Il pleuvait. Mais c'était bien cool !

Et puis cela avait donné l'occasion aux McNeil de s'initier un peu au monde moldu. En plantant sa tente, Grady s'était senti un peu comme Martin Miggs, le Moldu Fou, dans l'épisode où il essaye de camper sur le dos d'un dragon endormi (parce qu'il pense que c'est une montagne), mais sans montagne et sans dragon. Mais c'était cool, il s'était bien amusé. Mais il supposait que Kessy n'était pas du genre à aller dans des campings, elle qui était toujours si jolie, apprêtée, élégante... Ce qu'elle s'empressa de contredire sans le savoir en révélant ses plans de vacances à Grady, qui la fixa de deux grands yeux ronds avant de se reprendre. Cela lui apprendrait à se faire des idées trop vite ! Il se promit d'offrir une offrande de muffins à Helga Poufsouffle pour cela et s'empressa de raccrocher le fil de la conversation.

- Mais c'est super cool ! C'est bien que vous passiez du temps ensemble et puis c'est trop cool le camping, dormir dans une tente, c'est vraiment les vacances ! Puis y'a plein de gens de notre âge qui veulent plus passer de temps avec leur famille alors que c'est important. Je passe un peu pour un fils à maman quand je dis ça - alors que pas, hein - mais j'aime bien passer du temps avec mes parents. Je vois mes potes aussi, mais c'est pas mal la famille.

Il espérait que Kessy ne le prenne pas trop pour un gamin, l'idée le dérangeait. Pour autant, ce que pensaient les autres ne le touchait pas plus que cela d'habitude, mais c'est bien parce que ce n'était jamais vraiment méchant. Mais, sans vraiment savoir pourquoi, il avait envie qu'elle le voie autrement, pas juste comme le meilleur ami un peu bêta de son ex. Il voulait paraître plus affirmé face à elle, plus sûr de lui, moins maladroit. Et surtout pas donc, comme un gamin qui serait entièrement accroché à ses parents. Ce n'était même pas le cas, c'est juste que Grady aimait beaucoup sa famille et était proche d'eux. Cela ne l'empêchait pas de passer du temps avec ses amis, bien au contraire, c'était pour cela qu'il emménageait avec James d'ailleurs. Il ne comptait pas rester chez ses parents toute sa vie.

- Aaah, le fameux centre ! J'ai entendu Kalamity en parler, oui, c'est un super projet ! Je viendrais vous voir pour travailler mes fameuses tablettes de chocolat... à la guimauve ! fit-il en riant. Il fut un peu troublé par le regard que lui lança Kessy et il détourna machinalement le regard vers James, qui était penché vers Marlene, qui lui souriait. Oh, tu sais, ça ne sera rien de grandiloquent ! corrigea-t-il quand elle parla de "l'évènement de l'été". Ca sera un grand barbecue, mes parents me laissent la maison, y'a la piscine gonflable dans le jardin, c'est toujours cool ! On met de la musique et les voisins ne sont pas pénibles, on fait des jeux ! Y'aura des gens de l'école, des copains de Nimbus... Tiens, y'aura Sam Miller par exemple ! fit-il en adressant un grand coucou joyeux à la jeune fille.

Mais son attention fut très vite distraite de Samantha par la main que Kessy posa sur son bras, qui le fit entrer dans un léger moment de mort cérébrale. La main de Kessy. Sur son bras. Son bras à lui. Le bras relié à son corps. Et la main de Kessy reliée à son bras à elle, bras relié à son corps. En contact. Volontairement. Il fixa sa main sans trop savoir quoi faire, ressentant particulièrement ce contact et incapable de reprendre ses esprits. Il avait déjà été touché par une fille, hein, il était sorti avec Nora mais depuis leur rupture, cela revêtait un étrange sentiment. La proposition suivante de Kessy ressemblait étrangement à un rendez-vous mais il devait se faire des idées. Jamais une fille comme elle ne voudrait de rendez-vous avec un garçon comme lui. Elle sortait avec des garçons comme James, pas lui. Et elle l'avait touché juste parce que c'était une fille tactile et chaleureuse. Il se faisait des idées parce que les Kessy ne sortaient pas avec les Grady. Seule Nora était sortie avec lui et c'était sûrement parce qu'elle l'avait pris en pitié ou parce qu'elle ne pouvait pas avoir son Irving. Grady était le second choix, il l'était toujours. Mais il avait l'habitude, songea-t-il en fixant Kessy quelques secondes. L'essentiel était de le savoir et de ne pas se faire d'idées : elle voulait juste un ami. Il était bon à cela, il pourrait le faire. Il en avait envie de toute manière parce qu'il aimait bien Kessy, elle était drôle, gentille, lumineuse. Il voulait bien être son ami.

- Ça me ferait plaisir, accepta-t-il en lui adressant un sourire. Je connais une super fête foraine, si tu aimes ça, on pourra s'amuser !

Il voulait même bien être son second choix, tant qu'elle voulait bien un peu de lui.

- Je serai vraiment heureux de passer du temps avec toi, Kessy. T'es une fille géniale. Je suis content d'avoir fait tout ça avec toi !


   
outcast
Gobstone is the new Quidditch.@ ALASKA.


Avatar by Evie.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Le silence qui suivit sa question mit Aby au supplice. Son esprit fourmillait de questions et d'hypothèses pendant qu'Andrew se plongeait dans d'obscures réflexions, visiblement concentré sur sa montre. A quoi pensait-il ? A une façon de lui exprimer ce qu'elle-même avait envie de lui dire ? Ou bien à un moyen de la remettre gentiment mais fermement à sa place ? Tous les espoirs étaient permis, et Aby se surprit à surprendre sa respiration, jusqu'au moment où Andrew posa son regard chaud sur elle. Et soudain, tout devint clair.

A vrai dire, tout l'était sans doute depuis longtemps. Mais à force de se chercher sans jamais tout à fait se trouver, ils en étaient tous les deux venus à douter. Aujourd'hui, enfin, le doute n'était plus permis et Aby lisait sur le visage d'Andrew ce qu'elle souhaitait lire depuis longtemps... Un léger sourire illumina son visage, mais elle resta silencieuse, se contentant de lui retourner son regard en savourant l'instant. Ces quelques secondes précieuses étaient parfaites, car ils anticipaient ce qui allait suivre, et ne ressentaient plus le besoin de se presser. A quoi bon, puisqu'ils s'étaient enfin trouvés ?

Enfin, Andrew se pencha pour l'embrasser. Aby ferma ses paupières et répondit doucement à son baiser, à la fois surprise et ravie de découvrir la sensation de ses lèvres contre les siennes. C'était encore mieux que ce qu'elle avait imaginé, car cette fois, c'était réel, c'était bien lui, Andrew, en train de l'embrasser elle... Il s'écarta, presque trop vite, avant de caresser sa joue en un geste tendre qui acheva de la faire fondre, et elle ne put retenir un sourire béat.

Merlin, Rowena, Godric ! Ils s'étaient embrassés !!!

Ah, qu'il était craquant, Andrew, avec son petit sourire au coin, qu'il était beau et mignon, et aaah... Elle se sentait flageoler et n'était pas mécontente d'être assise sur les gradins de bois. La pénombre dissimulait joliment ses joues rouges pivoine, pour son plus grand soulagement.

"Ca me va", répondit-elle avec une lueur d'amusement dans le regard. En doutait-il, depuis le temps qu'elle soupirait après lui ?

Timidement, elle se rapprocha un peu plus de lui pour venir se glisser dans ses bras, et son coeur se mit à tambouriner dans sa poitrine. Combien de fois avait-elle rêvassé à ce moment précis, le menton dans la main, pendant le cours d'histoire de la magie ou de métamorphose ? Des millions, sans doute... C'était comme de vivre un rêve, son rêve, et pourtant, la réalité était encore meilleure.

Entre le bras du jeune homme qui lui entourait les épaules, et ses émois intérieurs, Aby sentait une chaleur agréable l'envahir. Elle leva la tête pour venir l'embrasser de nouveau, plus longuement cette fois. Emerveillée par les émotions que ce simple geste lui procurait, Aby finit par caler sa tête contre l'épaule d'Andrew et entremêla ses doigts aux siens. Un silence bienheureux s'installa quelques instants, pendant qu'ils observaient la fête animée en contrebas.

"Tu en as mis, du temps...", le taquina-t-elle finalement, avant de demander : "Tu avais déjà ça en tête en me proposant de venir ici ?"
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 272

Voir le profil de l'utilisateur
Devant le grand sourire d'Abigail, Andrew ne pouvait que sourire en retour, étrangement très heureux. Sa réponse le soulagea, même si, avec le regard qu'elle posait sur lui, il aurait été bête de douter. Quand elle se glissa contre lui pour lui faire un câlin, il referma ses bras autour d'elle, savourant le moment. Cela faisait longtemps qu'il en rêvait, même s'il n'aimait pas trop l'admettre : il suffisait de voir sa jalousie lorsque Aby était sortie avec ce Véracrasse d'Ahren Keller l'année dernière. Il avait envie d'être avec elle, de pouvoir passer plein de temps avec elle et de pouvoir continuer à lui faire des câlins comme cela alors qu'elle était tout contre lui. Il se fichait de ce que diraient ses copains, qui allaient sûrement le vanner à ce sujet - c'est juste qu'ils étaient jaloux, il en était entièrement persuadé d'abord - et de ce dirait le reste de l'école. Il sentait que cela serait différent du temps où il sortait avec Kathrina parce qu'embrasser Abigail ne lui avait pas du tout fait le même effet que les baisers qu'ils échangeaient avec son amie. C'était sûrement pour cela d'ailleurs : parce que Kat était son amie tandis que Aby... était bien plus que cela.

Il le ressentit d'ailleurs particulièrement quand elle releva le visage pour l'embrasser longuement, ce qui lui fit une drôle de sensation au niveau du plexus. Il posa sa main dans son dos jusqu'à ce qu'ils se séparent, Andrew lui retournant un grand sourire réjoui. Il prit sa main dans la sienne et ils restèrent ainsi quelques instants, à contempler les lumières et l'agitation de la fête qui se poursuivait en contre-bas. Cela valait le coup d'abîmer la pelouse du stade, pour le coup ! Il eut un sourire en pensant qu'il venait d'embrasser une fille dans son endroit préféré au monde - et pas n'importe quelle fille ! - et rit doucement quand Aby lui fit remarquer qu'il avait mis du temps.

- Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! répliqua-t-il en déposant une pichenette affectueuse sur le bout de son nez.

Cette histoire s'était faite en plusieurs temps, il fallait l'admettre, ils avaient eu du mal à se mettre sur la même longueur d'ondes mais il était content que cela soit maintenant. Quand sa toute nouvelle petite-amie - il était heureux de le penser ! è lui demanda s'il avait prémédité tout cela, il secoua la tête.

- Non, je suis un Gryffondor moi, mademoiselle ! Je n'anticipe jamais, fit-il avec un sourire. Je voulais te montrer la vue, par contre, je voulais le faire ce soir et puis... Il m'a semblé que c'était un bon moment. Il déposa un bref baiser sur ses lèvres. Et sans me vanter, je crois que j'ai eu raison !

Il reprit la main d'Aby dans la sienne, caressant le dos de sa main.

- Et donc... On sort ensemble, hein ? Je peux t'offrir des chocogrenouilles romantiques, n'est-ce pas ? Parce qu'il y a une grosse différence avec les chocogrenouilles amicales, affirma-t-il avec un sérieux trahi par le sourire malicieux qu'il retenait avec difficulté.


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. © by anaëlle.



Avatar par Badass Beard.
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsqu'elle avait imaginé cette soirée, et pendant tout le temps où ils la préparaient, Kessy n'avait pas prévu un seul instant de rester en tête-à-tête avec Grady pendant aussi longtemps. Et pourtant, elle se surprenait à apprécier leur discussion au point qu'elle voulait la prolonger autant que possible. Plus ils parlaient et plus elle apprenait à le connaître, au-delà de cette image de gars rigolo qu'il se donnait. C'était un garçon intéressant, simple et qui ne se prenait pas la tête, qui avait un vrai bon fond. Elle ne pouvait s'empêcher de lever les yeux au ciel lorsque ses copains dénigraient leurs familles ou jouaient les rebelles, en pensant se rendre intéressants. Elle savait très bien l'importance que pouvait jouer une famille et trouvait toujours que cette attitude dévoilait des enfants pourris-gâtés qui n'avaient pas encore grandi. Grady n'en avait peut-être pas l'air, mais il était plus mâture sur ce point là que bien des gens de son âge.

Elle devinait à ses réponses que lui aussi avait encore beaucoup de choses à apprendre à son sujet. Si Kessy était en effet attirée par la gloire, le luxe et les paillettes, c'était sans doute parce qu'elle était une jeune fille simple, qui se contentait de peu et n'avait pas grandi dans un monde sophistiqué, alors cet univers la faisait rêver. Mais si l'identité de son père pouvait l'aider à se rapprocher de cette ambition, elle ne comptait pas pour autant oublier d'où elle venait ni mépriser les joies simples de l'existence - comme un anniversaire à base de grand barbecue, par exemple, ou les fêtes foraines.

"J'adore les fêtes foraines !", s'exclama-t-elle en battant des mains avec enthousiasme. "Surtout les jeux avec les pinces, pour attraper les peluches licorne, et puis les barbes à papa... Oh, et les maisons de la peur ou les trains fantômes !"

Oui, c'était peut-être un peu cliché, mais elle ne boudait jamais son plaisir dans ce type d'endroits. Il y avait toujours plein de jeunes, de familles, et elle appréciait l'ambiance nocturne et festive qui y régnait. Kessy n'avait jamais eu l'occasion d'aller dans les immenses parcs d'attraction des moldus, mais elle ne ratait jamais les fêtes foraines qui étaient organisées près de chez elle.

Kessy sentit son coeur faire une embardée aux paroles suivantes du jeune homme, aussi flatteuses qu'inattendues, et elle releva sur lui de grands yeux noirs et interrogateurs. Voulait-il dire qu'il l'appréciait en tant qu'ami, ou... Autre chose ? C'était difficile de le dire, avec quelqu'un comme Grady, qui était toujours si gentil et sociable avec tout le monde. Est-ce qu'elle lui plaisait, ou bien est-ce qu'elle allait se faire des idées ? Et d'ailleurs, de quoi avait-elle envie, elle-même ? Elle ne le savait pas bien, mais Kessy préférait se laisser porter par l'instant que de se poser des questions sans fin. C'était selon elle le secret du bonheur, se laisser porter et ne pas hésiter à se lancer, pour obtenir ce qu'elle souhaitait...

Un instant de flottement avait suivi les paroles du jeune homme, le silence de Kessy comblé par le son de la musique et le brouhaha des conversations. Elle finit par lui retourner un sourire ingénu, et par lui répondre :

"Je te retourne le compliment, je suis contente aussi qu'on ait fait tout ça ensemble. On forme une super équipe."

Elle se hissa alors sur la pointe des pieds et, sans réfléchir, elle déposa une bise sur sa joue, non loin de ses lèvres. Kessy s'écarta tout aussi vite et se mit à l'observer, troublée par ce contact. Elle se demandait ce qu'il pensait de ce geste un peu audacieux. Son coeur battait un peu trop vite dans sa poitrine, et elle réalisa qu'elle avait envie de se rapprocher encore de lui, mais à moins de prétexter vouloir attraper cette patacitrouille sur le buffet près de lui, elle n'en avait pas vraiment de raison... Alors elle glissa discrètement sa main sur sa taille et, faisant mine de resserrer la ceinture de sa robe, effleura sa baguette magique qui y était coincée. Aussitôt, la musique changea, de rock sorcier endiablé à slow romantique. Zut alors, quelle coïncidence !

Elle attrapa sa main pour l'écarter du buffet et le rapprocher de la piste de danse, puis posa ses doigts sur son épaule.

"Tu danses ?", l'invita-t-elle en redressant la tête pour pouvoir lui glisser un regard qui se fit aguicheur, presque malgré elle. C'était étonnant, c'était Grady McNeil, le garçon qu'elle côtoyait sans vraiment lui prêter attention depuis des années, et c'était leur dernière soirée... Mais elle avait aimé l'entendre la complimenter, elle avait apprécié le contact de sa joue sous ses lèvres, et l'idée de flirter avec lui l'emplissait d'une douce euphorie. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti cette sensation si agréable, alors elle ne comptait pas se priver...


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Si Aby avait du recevoir un gallion chaque fois qu'elle avait entendu Andrew mettre en avant son statut de Gryffondor, elle serait riche aujourd'hui. Elle lui répondit par un rire affectueux et hocha la tête, des paillettes plein les yeux. Oui, il avait eu raison, l'instant était parfait, la soirée était parfaite, et elle se souviendrait de ce moment pendant toute sa vie, c'était certain ! Les adultes avaient raison lorsqu'ils disaient qu'il fallait profiter des années Poudlard car c'était les meilleures. Aby avait l'impression de ne jamais avoir été aussi heureuse, tant tout lui souriait : elle sortait avec Andrew, elle avait un projet génial de journal de l'école pour sa quatrième année, ses résultats scolaires étaient bons et l'été s'annonçait génial.

La question d'Andrew la tira de ses pensées et lui tira un nouveau rire. Allons bon, avait-il vraiment besoin de poser la question ? Alors c'était que ses sentiments n'étaient pas assez clairs, car Andrew était SON petit-ami à partir de ce soir, non mais !

"Hummm, laisse-moi réfléchir...", dit-elle en posant l'index sur son menton, la mine pensive. "Tu sais que j'adore les Chocogrenouilles alors c'est sur que si tu utilises des tactiques déloyales... C'est d'accord, on sort ensemble !"

Comme pour officialiser ces paroles, elle sauta à son cou et déposa un gros baiser exagérément sonore sur ses lèvres. C'était encore un peu étrange d'embrasser celui qui avait été son ami pendant plusieurs années, celui après qui elle avait soupiré pendant de longs mois, et elle avait encore un peu de mal à réaliser. Alors elle préférait prolonger leur moment à deux plutôt que de retourner tout de suite à la fête, même si elle n'était pas contre l'idée de voir les réactions des copains d'Andrew. Quant à elle, elle avait hâte de tout raconter à ses copines, qui trouveraient l'histoire incroyablement romantique. Mais, pour le moment, elle comptait bien profiter de la présence de son tout nouveau petit-ami...

"Alors, dis-moi... elles ont quel goût, les Chocogrenouilles d'amoureux ?"

Fin du RP pour Andrew et Aby Choupi
Grady McNeilEleveur de licornesavatar
Messages : 124

Voir le profil de l'utilisateur
- J'adore trop les fêtes foraines aussi, renchérit Grady avec enthousiasme (pour peu, il aurait frappé dans ses grandes mains comme Kessy mais se rappela à la dernière minute qu'il était un homme super viril). Les manèges à sensations, surtout, ceux où tu as un peu l'impression que tu vas mourir, mais en fait, ça va. C'est vachement dommage qu'on ait pas de parc comme ça chez les sorciers, les moldus en ont tout plein. Tu sais, moi je suis fils de sorciers et petit-fils de sorciers du coup, j'ai dû attendre d'avoir des copains nés-moldus comme James pour découvrir mais si j'avais su avant... Il écarta les bras, dans un geste empathique. Et bien j'aurais passé ma vie là-bas : pas besoin de Poudlard si tu peux faire des montagnes russes !

Grady aimait à se faire peur et cela allait avec sa passion pour les films d'horreurs qu'il allait voir au cinéma avec James, les bandes-dessinées avec des zombies qu'il dévorait ou le fait, qu'un jour, il ait pris le métro tout seul, ce trucs de moldu hyper sauvage où tu n'avais pas le droit de traverser les voies (évidemment qu'il avait essayé, comme sur une route, ce n'était pas évident qu'il ne fallait pas traverser les voies du métro, hein, contrairement à ce que disaient les contrôleurs qui l'avaient menacé de le traîner en hôpital psychiatrique pour cela.) Mais le battement de cœur qu'il avait ressenti quand il avait manqué de se faire écraser par un métro malpoli l'été de ses quatorze ans ne valait pas celui qu'il avait alors que Kessy posait ses grands yeux noirs sur lui avant de déposer un baiser sur sa joue, tout près de ses lèvres. S'il avait été frappé par le métro, sûrement que cela lui aurait fait le même effet. Même après qu'elle ait suspendu son contact, il sentait encore la chaleur de ses lèvres douces sur la peau de sa joue et le regard qu'il posait sur elle était perdu.

Il y a trois minutes à peine, il se disait que Kessy devait le prendre pour un bon copain, ce bon copain un peu bêta qu'on aimait bien mais pas trop longtemps non plus parce qu'après il se mettait à parler comme un coucou déréglé et cela finissait par être agaçant. Mais ce contact soufflait tout ce qu'il avait pu penser auparavant, le laissant perturbé et le cerveau vide comme un emballage de Chocogrenouille après Noël. On embrassait pas un bon copain comme ça, non ? Parce que si c'était cela, il voulait bien être le bon copain de la moitié des filles de l'école. Mais pourquoi est-ce que Kessy aurait fait cela ? Il voulait dire, il n'était pas James ou Josh Bennett, ou Jeremy Baker, il n'avait pas le cheveu naturellement soyeux et le regard vif comme un Niffleur aux aguets, sans parler de ce petit ton velouté-de-courgettes qu'ils employaient tous, les garçons de ce genre, avec les filles qui leur plaisaient. Grady, lui, était très différent. La seule fois où il avait dragué une fille, c'était avec quelques notions de botanique et Nora avait beaucoup de patience avec lui. Ou bien elle avait pitié de lui et c'était, à ses yeux, la théorie la plus probable à ses yeux pour expliquer leur relation. Elle avait eu pitié de lui, et puisque Irving n'était pas à Poudlard et bien, il fallait s'occuper avant de le rejoindre. Le pire, c'est qu'il ne lui en voulait même pas. Il la comprenait, après tout, elle n'aurait pas vraiment eu de raison de sortir avec lui sinon.

Toutes ces pensées se mélangeaient dans son cerveau et le regard que lui lança Kessy alors qu'elle l'invitait à danser un slow fut la cerise sur la crème chantilly sur le milk-shake de sa confusion. Il posa ses grandes mains sur sa taille fine, baissa les yeux vers elle et promena son regard sur son joli visage. Il était perdu et honnêtement, être si proche d'elle alors qu'ils dansaient ne l'aidait pas tellement... Qu'est-ce qui était le plus improbable ? Qu'il se fasse idées ou que Kessy soit vraiment intéressée par lui ? La seconde hypothèse, sans hésiter. Mais... Si elle n'était pas intéressée par lui, pourquoi tout cela ? Ce baiser, pas anodin, ces regards... Grady était prompt à s'emporter des fois mais il n'était pas si idiot, si idéaliste que cela, non ? Au contraire, il en fallait beaucoup pour et convaincre qu'on pouvait s'intéresser à lui alors s'il en avait l'impression, c'est que cela devait être vrai... Et s'il avait raison, alors... Alors l'ex-copine de son meilleur ami, son best bro, son poto, son cervelet gauche, le draguait un peu. Machinalement, ses yeux se portèrent du côté de James qui discutait avec d'autres Poufsouffle, avant de regarder de nouveau Kessy, ce qui lui fit un coup au cœur. James. Kessy. James. Kessy. Kessy. Kessy. Son meilleur ami fut chassé de son esprit par la partie de lui qui avait un peu de courage – et qui était surtout dominée par l'envie – et il se pencha un peu plus vers la jeune fille. Elle était jolie, et elle était drôle et elle était marrante et intelligente et charmante et carrément déstabilisante. Et il y avait James. Mais... Il se pencha un peu plus vers elle, le cœur battant, hésitant, dévorant du regard tous les petits détails de son visage, de la longueur de ses cils aux reflets dans ses yeux à cet éclat de paillettes qui tombait sur le haut de sa paupière. Il aurait été si facile, presque, presque comme dans un rêve de se pencher et de l'embrasser. Il en avait envie. Mais, quelque part dans les méandres embrumées de son cerveau, un vieux réflexe se manifesta.

- Kessy, murmura-t-il de sa voix basse, je te trouve merveilleuse, belle, parfaite, vraiment. Et je... Il soupira et se redressa, baissant les yeux. Vraiment. C'est juste que... Je suis le meilleur ami de James.

Et ce prénom, dans son esprit, sonnait comme un couperet.


   
outcast
Gobstone is the new Quidditch.@ ALASKA.


Avatar by Evie.
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy avait été happée par le regard de Grady, qui paraissait si sérieux tout d'un coup. Quelques secondes à peine s'écoulèrent mais qui lui semblèrent une éternité, pendant laquelle elle put deviner le trouble et l'hésitation de Grady, et prier pour qu'il se décide. Inconsciemment, Kessy arrêta de respirer et redressa un peu plus le menton vers lui, comme pour le tenter de ses lèvres brillantes au gloss framboise. Alors, elle crut qu'elle avait gagné, lorsqu'il pencha lentement vers elle, infiniment lentement. Ses entrailles se nouèrent d'anticipation et un frisson la parcourut quand il prononça son nom d'une voix grave...

Pour mieux la repousser. Au prénom de James, Kessy fronça ses sourcils fins et fit un léger mouvement en arrière. Elle croisa les bras sur sa poitrine, comme pour se protéger du froid de la nuit qu'elle semblait ressentir pour la première fois, et tourna la tête pour chercher le jeune homme du regard.

James... Ne lui avait-il pas causé assez de peine comme cela ? Il lui avait déjà brisé le coeur, fallait-il en plus qu'il la retienne de connaître enfin une nouvelle histoire ? Kessy ne s'en était jamais ouvert à personne, mais sa rupture avec James l'avait marqué bien plus durement qu'elle ne s'y attendait. James n'avait pas été son premier copain, mais bien son premier amour, et le voir gambader constamment sous son nez avec cette potiche de Marlene Barcley avait été un crève-coeur pendant des mois. Il lui avait fallut du temps pour se faire à l'idée, pour ne plus sentir ce trou dans sa poitrine chaque fois qu'elle croisait James dans un couloir, ou même simplement qu'elle pensait à lui. Jamais elle ne s'était sentie aussi seule qu'après sa rupture avec James, et la jalousie l'étreignait chaque fois qu'elle apercevait un couple heureux et amoureux.

Elle aussi voulait connaître cela, cette sensation d'aimer et d'être aimée en retour, et pourquoi n'y aurait-elle pas droit ? Sous prétexte que James et Grady étaient amis ? Par une obscure raison de loyauté ? Pourtant, Kessy était la première à faire passer ses amis avant ses relations amoureuses et à estimer qu'il y avait des règles à respecter et des limites à ne pas dépasser avec sa meilleure amie... Mais elle réalisait aujourd'hui qu'elle trouvait cette règle absurde, si cela devait tenir deux personnes éloignées, et laisser deux coeurs esseulés.

Son coeur n'était plus à la fête, et elle détourna vite son regard de James, qui avait l'air de bien s'amuser. Reportant son attention sur Grady, elle rétorqua :

"Et alors, il y a prescription, non ? Tu crois vraiment que James en a quelque chose à faire, de moi ? C'est plutôt clair qu'il est fou amoureux de sa Marlene..."

Après tout, Grady était certainement mieux placé qu'elle pour le savoir. En réalité, l'argument lui semblait tellement injuste qu'elle en vint à douter. Et si Grady s'était servi de James comme d'une excuse, d'un moyen de la repousser en douceur ? C'était une possibilité, après tout, rien ne lui indiquait que son attirance était partagée. Kessy serra un peu plus les bras contre sa poitrine, en essayant de repousser l'impression de rejet qu'elle éprouvait.

"Tu ne crois pas qu'il voudrait te voir heureux ?", s'enquit-elle avant d'ajouter, l'hésitation lisible au fond de ses yeux : "A moins que la vraie raison, c'est que je ne te plais pas ? Tu peux me le dire, si c'est ça..."



Grady McNeilEleveur de licornesavatar
Messages : 124

Voir le profil de l'utilisateur
Grady baissa les yeux, honteux, comme pris en faute devant le recul de Kessy. Il n’assumait pas totalement ce qu’il venait de faire, tout simplement parce qu’une part de lui aurait souhaité continuer et embrasser véritablement la jeune fille, sans retenue. Mais une autre part de lui savait qu’il n’était pas le genre d’ami à se comporter ainsi, à faire des choses dans le dos de son meilleur ami surtout pour ensuite le mettre devant le fait accompli. Grady se considérait comme honnête. Il ne se trouvait pas beaucoup de qualités mais il se trouvait honnête et loyal et persévérait au quotidien dans ces deux vertus, qui étaient aussi celles de sa maison. Il n’aurait pas pu assumer le fait de voir Kessy dans le dos de James et de toute manière, il mentait très mal : il n’aurait jamais pu le cacher. Parce que c’était clair maintenant qu’il ne s’était pas fait d’illusions, qu’elle était aussi un peu attirée par lui, cela se voyait dans l’air qu’elle arborait désormais. Il se sentait vraiment coupable. Comme pour fuir le regard de Kessy et sa propre déception, il se mit à fixer l’herbe ou plus exactement la peinture blanche qui ceignait l’herbe pour délimiter les différentes zones du terrain. Sur une échelle de zéro à dix de de la honte, de « être à Darren O’Connor » à « Se faire prendre à rester dans la salle de bains trop longtemps pour être honnête par sa mère », il était environ à sept.

- C’est pas ça, protesta-t-il faiblement lorsque Kessy lança qu’il y avait prescription.

La difficulté ne reposait pas dans le fait qu’ils ne soient plus ensemble depuis plus d’un an mais qu’ils aient été ensemble à un moment. Le pire étant que cette relation avait duré un peu. À partir de là, Grady n’avait pas l’impression d’avoir d’autres choix que de rendre des comptes à James. Après tout, Kessy avait longtemps été « la petite amie de son meilleur ami » puis « l’ex de son meilleur ami » et c’était difficile de perdre ce genre de réflexes. Embarrassé et surtout, peinant à s’expliquer devant la jeune fille qui paraissait courroucée, il commença à gratter l’herbe du bout de sa chaussure, effaçant un peu la peinture dans une sorte de ballet peu gracieux. S’il continuait, un joueur de Quidditch sauvage allait surgir des hautes herbes et le provoquer en duel. Bon, il préférait cela à la discussion qui s’annonçait : avec un peu de chance, le joueur de Quidditch lui taperait dessus et il serait évacué en sang et surtout, dispensé de s’expliquer ou plutôt de s’enfoncer. Dans la nature, Grady aurait sûrement été l’un de ces petits animaux qui simulaient la mort pour ensuite se sauver à toutes jambes de peur de s’enfoncer. Car s’il ouvrait la bouche, il était certain de dire des bêtises, il ne faisait que cela toute la journée. Il avait autant de tact que le professeur Hellsoft en son temps et prononçait assez de paroles à la minute pour être un militant politique. Il se fatiguait lui-même, des fois. Souvent. Tout le temps. Comment pourrait-il trouver grâce aux yeux de Kessy ? Mais sa politique de la monosyllabe fut vite interrompue lorsque son interlocutrice lança l’hypothèse la plus folle qui soit. Aussitôt, Grady écarquilla grand les yeux et secoua la tête, posant ses longues mains sur les épaules de Kessy.

- Non, n’importe quoi, c’est pas ça. J’te jure. J’te le jure sur la tête de mon chat. Et j’aime trop mon chat.

Tout le monde pouvait l’attester vu comment il en parlait mais peu connaissaient en réalité l’existence de ce fameux animal. En effet, il sortait très peu parce qu’il était trop gros : c’était donc plus marrant de rester dormir sur le lit. Les gens en entendaient beaucoup parler, donc,  mais ne le voyaient jamais. C’était un peu une licorne, quand on y pensait bien. Une licorne chez les moldus, pas chez les sorciers. Un nargole, du coup. Les nargoles étaient les licornes du monde magique. Une thèse éclairée et éclairante par Grady McNeil. Ça claquait comme nom de bouquin en vrai, il fallait absolument qu’il le note. Et qu’il l’écrive. Et le publie. Mais après tout ça, c’était un bouquin qui pouvait vachement claquer. Notant cette idée géniale dans un coin de son esprit aussi désordonné que son dortoir, il se reconcentra sur le sujet actuel.

- Je te trouve merveilleuse, Kessy, genre vachement belle et gentille et tout. C’est promis. Je suis même choqué que tu puisses… Enfin… Tu sais, moi. La phrase complète était « t’intéresser à un garçon comme moi » mais comme Grady avait parfois la capacité élocutoire d’une râpe à fromage, elle ne sortit pas en entier. Tu me plais beaucoup.

En soi, ce n’était pas cela le problème selon lui, c’était même le postulat de base. Le niveau supérieur, c’était qu’il lui plaise également - chose improbable encore une fois - et le niveau d’après… Merlin, il n’osait même pas y penser tellement cela relevait du domaine nargolétique pour lui (oui, c’était un mot. Il l’expliquait dans son nouveau livre « Gradygrad, les dessous - et le dessus - d’un succès ».)

- C’est juste… Je sais bien que James est avec Marlene et sûrement qu’il dirait rien mais… n’empêche. Je peux pas… Sans lui en parler avant. Il avait failli dire « demander avant » et fut retenu par un étrange instinct de préservation qui lui faisait usuellement défaut. Je peux pas faire les choses comme ça, en douce, j’y arrive pas. C’est pas toi, Kessy, franchement, c’est moi qui suis un peu stupide. Je suis désolé.

Et il le pensait sincèrement. Il aurait aimé être doté de plus d’assurance, agir sans réfléchir aux conséquence, être cool, déterminé, genre Killian Gray en moins alcoolique. Mais il n’y arrivait pas et au final, il gâchait toujours tout.


   
outcast
Gobstone is the new Quidditch.@ ALASKA.


Avatar by Evie.
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 102

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy frissonna en sentant les larges mains de Grady se poser sur ses épaules. Paradoxalement, elle voulait ce contact et le rejetait en même temps, l'amertume surpassant désormais son attirance. Elle dût se faire violence pour ne pas dégager ses épaules et pour rester patiemment face à Grady, en attendant qu'il daigne sortir des mots de sa grande bouche de benêt. Cette fois, elle n'avait pas envie de rire à ses plaisanteries, car elle se sentait blessée d'être rejetée et humiliée que la raison soit James. La blague sur son chat ne fit donc que l'agacer d'avantage, tout comme ses explications balbutiantes.

S'il la trouvait merveilleuse, alors les choses n'avaient pas à être si compliquées, pas vrai ? Ils se plaisaient tous les deux, et c'était tout ce qui devait compter. Si Grady était sincère dans ses sentiments, alors il pourrait aisément régler ce "léger" détail en s'en ouvrant à son meilleur ami. Et si James s'avérait de se mettre en travers de leur chemin, après s'être affiché pendant des mois avec cette pimbêche de Marley, il allait découvrir la fureur de Kessy Brooks. Cela n'était jamais beau à voir.

Sans complaisance malgré les excuses de Grady, Kessy se dégagea de son emprise et décroisa les bras pour poser les mains sur ses hanches.

"Eh bien la solution est simple, non ?"

Elle se tourna vers James et Marlene, enlacés sur la piste de danse, puis reporta son attention sur Grady.

"Si je te plais vraiment, alors tu n'as qu'à lui en parler. Tu sauras où me trouver..."

Ses pupilles sombres s'accrochèrent à lui quelques instants, s'attardant sur sa silhouette, puis elle finit par se détourner et par s'éloigner dans l'obscurité du terrain de Quidditch. Se mêlant à la foule des élèves en joie, elle marcha sans but pendant quelques minutes, insensible à la musique et à la douceur de la soirée qu'elle avait pourtant organisé.

Kessy était trop fière pour rester là à essayer de convaincre un garçon de quoi que ce soit. Merlin, ne se rendait-il pas compte à quel point il pouvait être difficile pour une fille de faire le premier pas, surtout lorsqu'elles étaient aussi courtisées que Kessy ? Le rejet n'en était que plus douloureux. Il fallait croire qu'elle les choisissait toujours bien, songea-t-elle tristement en allant s'asseoir dans un coin avec son gobelet de jus de citrouille. Les seuls qui lui plaisaient étaient justement ceux qu'elle ne pouvait pas avoir. La jeune femme resta là quelques minutes à s'apitoyer sur son propre sort, puis finit par se mettre une claque mentale : allons, elle était Kessy Brooks-Marchebank, elle n'allait pas s'effondrer pour si peu ! Et puis Grady ne lui avait pas dit "jamais", il lui avait simplement dit "pas tout de suite". C'était son ego qui était blessé, à cause de la satané loyauté de ce satané Poufsouffle.

Se juchant de nouveau sur ses talons, elle gambada jusqu'à la piste de danse, bien décidée à profiter de la suite de la soirée sans penser à Grady. Avec un sourire, elle reconnut Kylian-Kevin et Sanson qui faisaient le show en dansant comme des demis-dieux grecs. Kylian-Kevin la faisait trop rire avec ses expressions de racaille moldue, et Sanson avait trop de style avec sa crête et ses tatouages. En l'avisant qui se dirigeaient vers eux, ils arrêtèrent leur concours de cabrioles pour venir l'entourer et danser avec elle. Bientôt, elle s'éclatait sur la piste entourée des deux garçons, en véritable reine de la soirée. C'était leur dernière nuit à Poudlard, leur dernière année. Elle n'était pas prête de l'oublier.

RP terminé pour Kessy

HRP:
 


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]

Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]
» L'amour brille sous les étoiles ~ [ Neiry ]
» L'amoûr brille sous les étoiles ! [Pv Aaron, Darren, Natasha & Swann)]
» L'amour ne brille jamais sous les étoiles... ... [Fe]
» Malheureusement l'amour n'a pas brillé sous les étoiles...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Parc, :: Terrain de Quidditch,-