AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Guess who's back ? [Théo]

Cassandre HarperSeptième annéeavatar
Messages : 342

Voir le profil de l'utilisateur
21 Juin 2009

Le Royaume-Uni était une grande Nation, c'était un fait établi. Elle avait produit des choses remarquables : Merlin, Les Bizarr's Sisters, le décret de coopération vampirique de 1769, les scones, Poudlard et bien évidemment, Cassandre Harper. Elle partait un an aux États-Unis et la moitié de la société partait en vrille, si cela n'était pas un signe que ce pays avait besoin d'elle alors elle ne voyait vraiment pas ce que c'était ! Alors lorsque Cassie posa un pied sur le sol anglais à la descente du Portoloin, elle eut l'agréable sensation de revenir chez elle et la ferme intention de le faire savoir au monde entier. Débarquée à Salem l'été dernier suite à quelques malencontreux évènements indépendants de sa volonté - ou presque - elle avait passé toute une année scolaire à Abigail Williams College où son oncle Edmund, paix à âme, avait réussi à lui obtenir une place à la dernière minute. Qu'on se le dise, rien n'égalait l'Angleterre mais il fallait concéder aux américains un certain sens du spectacle et de l'accueil. Si Poudlard représentait le néant de sa vie sociale (et qu'on se le dise, ce n'était pas les autres qui ne voulaient pas être amis avec elle, c'était elle qui ne voulait pas être amie avec eux) elle s'était plutôt bien épanouie à Abigail Williams, profitant du fait d'être le centre de l'attention en tant que petite nouvelle d'un pays étranger. Chose remarquable, elle s'était même fait des amis et pas qu'un seul. Que ce soit de bonnes copines ou des confidentes plus proches, voire même quelques charmants copains, Cassandre avait fait une scolarité normale durant toute une année et elle en ressortait satisfaite. C'était presque à contrecoeur qu'elle avait fait ses bagages pour revenir en Europe mais elle n'aurait raté pour rien au monde sa dernière année d'études à Poudlard. Et puis après tout... Elle était sûre qu'elle leur avait manqué, ici, dans le fond.

Elle était arrivée quelques jours auparavant et avait passé sa première semaine à assister à de multiples déjeuner avec les Harper, les Bones, les Harris et tous les sorciers de Sang-Pur que ses parents pouvaient connaître, c'est-à-dire beaucoup. Elle avait également eu un rendez-vous avec le Professeur Mason pour assurer sa réinscription à Poudlard en septembre prochain et se retrouvait donc un peu désœuvrée. En effet, l'année scolaire aux USA finissait début juin et elle était rentrée alors que les examens de fin d'année ici n'avaient pas encore eu lieu. Les élèves du collège étaient encore un cours - elle eut un petit souvenir nostalgique de la soirée de fin d'année - et en dehors des mondanités, elle ne connaissait pas tant de monde que cela. Elle avait beau arpenter la Cité Nimbus - pas trop tout de même, elle avait encore un certain standing à tenir - elle n'avait pas trouvé Irving mais ne s'était pas privée de lancer un regard méprisant aux architectes qu'elle avait croisé là. Elle ne portait pas foncièrement l'endroit dans son cœur, trop de poussière, insectes et gens pauvres à son goût, mais grâce à Irving, elle avait bien compris que l'endroit avait une âme et que les gens y étaient attachés. Elle s'était battue contre la Consummeuse et les Nimbus de Pompadour auprès d'Irving et de Samantha, allant contre sa propre famille, mettant en difficulté son propre père et n'appréciait pas tellement la récupération politique qu'en faisait le gouvernement. Évidemment elle aurait fait la même chose si elle avait été à leur place. Mais Cassandre s'estimait assez pour se permettre d'avoir comme philosophie de vie le fameux « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ».

En dehors de la Cité Nimbus, le gouvernement Marchebank lui plaisait néanmoins assez. Elle aimait les réformes pour le droit des femmes engagées par ce dernier, elle aimait le dynamisme de ses membres et le fait que l’État fasse enfin quelque chose. La chute de Fiennes lui avait attiré une profonde satisfaction mesquine - douce revanche concernant la fin de la carrière de son père - et elle appréciait Marchebank depuis qu'il lui avait offert un stage dans son Département il y a deux ans. Elle espérait bien rentrer au Ministère après ses ASPICS, à la Justice Magique, et comptait largement sur ses contacts, en plus évidemment de ses brillants résultats scolaires et de son expérience à l'international, pour y arriver. Ce stage lui paraissait loin pourtant, il s'était passé tant de choses entre temps... Le Bloody Sunday l'avait profondément marquée, bien plus qu'elle ne daignait l'admettre. Elle avait enfoui tout cela au plus profond d'elle-même avec les évènements de Laponie, se contentant d'une froide réplique assassine dont elle avait le secret lorsque cela était mentionné. Son année américaine lui avait fait du bien aussi, elle avait l'impression d'avoir changé : un an loin de ses parents dans un environnement nouveau lui avait permis des expériences qu'elle n'aurait jamais songé réaliser mais qu'elle ne regrettait pas. Elle était majeure désormais, avait dix-sept ans et demi et alors qu'elle se promenait au soleil dans les rues de Pré-au-Lard pour occuper son après-midi, on aurait presque pu ne pas reconnaître la petite fille qu'elle était il y a encore quelques temps. Cassandre finissait son adolescence et en toute objectivité, comme toujours, elle trouvait que cela lui allait bien.

Elle était en train d'observer la vitrine de Scribenpenne lorsqu'elle aperçut dans le reflet de la vitre une silhouette bien familière. Elle n'eut même pas besoin de se retourner pour reconnaître Théo Nott et la vision lui tira un sourire. Ils avaient été très peu en contact cette année, entre son départ pour l'étranger à elle et son éloignement à lui des cercles qu'ils fréquentaient tous les deux, suite à, comment dire ? Quelques petits scandales qui avaient offusqué les ménagères de plus de cinquante ans. Être à Salem ne l'avait pas tenue éloignée de tous les ragots qui pouvaient se murmurer sur son ami, ce genre de choses traversaient aisément l'Atlantique, mais elle avait suffisamment d'estime en Théo pour s'en défaire. Elle l'appréciait, l'avait plus qu'apprécié à une époque d'ailleurs, et le revoir en cette après-midi de juin lui faisait un drôle d'effet, entre amusement et le plaisir de recroiser un visage si familier. Abandonnant la contemplation des plumes, elle se retourna, un sourire sur les lèvres.

- Ne serait-ce pas Théo Nott que j'aperçois ici ?

Elle fit quelques pas dans sa direction, ses yeux bleus vrillés sur lui.

- On ne dit plus bonjour à ses vieux amis ?

Mais derrière son sourire sardonique, c'était un brin de tendresse qui se cachait. Oui, l'Angleterre lui avait manqué et certaines personnes plus particulièrement. Que ce soit Nora ou Irving, Théo ou Darren, leurs liens s'étaient distendus durant cette année mais maintenant, elle était de retour. Et, pour évidemment le plus grand plaisir de tout à chacun, elle n'était pas prête de repartir...



   
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Depuis qu'il avait déménagé d'Aberystwyth pour revenir à Londres, Théo Nott avait recommencé à incarner le sorcier de pure souche, que ce soit dans son comportement, dans ses opinions ou dans son habillement. Ce n'était pas parce qu'il avait épousé un homme et causé un beau scandale dans le petit milieu si conservateur de la haute société, ni parce que le FREE semblait bien décidé à faire voler l'univers des sangs-purs en éclat, que Théo allait cesser de vivre selon les principes qui l'avaient guidé toute sa vie. D'ailleurs, il voyait d'un très mauvais oeil un grand nombre des changements apportés par le régime à leur société, tout comme il avait déploré la frénésie moldue qui avait accompagné l'avènement du MIM quelques années auparavant.

Oui, l'Angleterre dérivait plus que jamais dans une voie qui était loin de plaire au fils Nott, et il continuait pour sa part de vivre sa vie comme il l'entendait, faisant fi des critiques et moqueries qui semblaient pleuvoir de toutes parts. Avec le temps, Théo avait fait sa paix avec la destruction de son image, bien décidé à regagner ses lettres de noblesse en montrant qu'il était capable d'accomplir de grandes choses. Déjà oubliés, ses rêves de devenir Oubliator et de faire carrière au Ministère, sacrifiés pour faire place à de nouveaux projets. Théo exerçait désormais un emploi plus confidentiel à la Bibliothèque magique de Londres, où il pouvait passer une partie de son temps le nez plongé dans de vieux manuels rares comme il aimait tant le faire. Ce travail lui permettait d'avoir suffisamment de temps libre pour se consacrer à la nouvelle cause qui lui était chère, la Salamandre...

Mais aujourd'hui était consacré à des considérations plus triviales. Tout de noir vêtu, Théo remontait la ruelle principale de Pré-au-Lard dans le but de s'immerger dans l'ambiance si particulière et traditionnelle du seul village sorcier d'Angleterre. Il aurait tout aussi bien pu faire ses courses sur le Chemin de Traverse, mais il aimait revenir à Pré-au-Lard de temps en temps, ce qui lui rappelait ses années Poudlard et lui permettait d'échapper un peu à la frénésie et à la molduisation - oui c'est un vrai mot - de la capitale. Il avait envie de lécher les vitrines pour trouver un petit cadeau pour Gabrielle, la fille de Jeremy et Juliet dont il était tellement gaga que Jeremy en devenait jaloux parfois. Mais enfin, ce n'était tout de même pas de sa faute si Gaby adorait son tonton Théo et tous les contes magiques qu'il lui racontait ! Chaque fois que son père essayait de lui raconter des aventures de valeureux Gryffondor, la petite se mettait à pleurer, aussi Théo nourrissait l'espoir de la voir entrer un jour dans une maison un peu plus respectable que celle de ses parents, comme Poufsouffle ou Serpentard...

Tout à ses pensées, il ne remarqua pas tout de suite la jeune femme qui se trouvait devant la vitrine de Scribenpenne, mais s'approcha plutôt dans l'espoir de voir des crayons pour enfant. Ce ne fut que lorsqu'elle se retourna, dévoilant deux beaux yeux bleus, que Théo reconnut son ancienne camarade et amie. Surpris de la trouver au pays, il marqua un temps d'arrêt avant de laisser un sourire ravi étirer ses lèvres. Par Helga, mais c'était Cassandre Harper, en chair et en os ! Il aurait dû s'y attendre, l'année touchait à sa fin et la jeune femme devait avoir terminé ses études américaines.

"Vous devez faire erreur, mademoiselle, je ne vous reconnais pas, on dirait presque que vous êtes une adulte", répliqua-t-il avec amusement, tout en la détaillant du regard, appréciateur.

"Eh bien, l'Amérique te sied, Cassandre. Je suis très heureux de te retrouver ! Depuis combien de temps es-tu rentrée au pays ? As-tu le temps pour un jus de citrouille ? Nous avons du temps à rattraper..."


Cassandre HarperSeptième annéeavatar
Messages : 342

Voir le profil de l'utilisateur
- Presque ? répliqua Cassandre en haussant un sourcil. Tu me vexes, j'aurai dix-huit ans dans quelques mois.

Dans sept mois en réalité puisqu'elle était née à la mi-février mais elle avait toujours eu tendance à se vieillir légèrement face à Théo, qui avait quelques années de plus qu'elle. Elle était en cinquième année lorsqu'ils s'étaient rencontrés alors qu'il était en dernière - sa deuxième dernière année d'ailleurs - et elle avait ressenti le besoin à plusieurs reprises qu'elle n'était pas tant une enfant que cela, qu'elle était plus vieille - et surtout plus mature - que le reste de ses camarades du même âge. A une époque, elle avait tendance à souligner les années qui passaient pour elle auprès de Théo pour une raison bien précise mais c'était fini désormais, son année aux États-Unis avait eu l'avantage de bien lui occuper la tête. Son sourire vint néanmoins bien vite contredire ses propos prétendument vexés.

- Je suis très heureuse aussi, répondit-elle avec sincérité. Je ne suis rentrée que depuis quelques jours, j'ai terminé les cours à Salem la semaine dernière.

Elle avait validé cette année à l'étranger avec d'excellents résultats - rien de bien surprenant selon elle - et avec la conviction que Poudlard était décidément la meilleure école de sorcellerie, les cours américains lui ayant paru bien plus faciles à côté. Néanmoins, si elle trouvait le niveau de l'établissement anglais bien plus intéressant, elle avait préféré le fonctionnement américain, bien plus libre. Elle-même était en internat pour des questions pratiques mais ce n'était pas le cas de tout le monde : certains rentraient tous les soirs, d'autres tous les week-end avec un système assez perfectionné de bus magiques de transports qui desservaient tout le pays. Ils étaient bien plus libres dans leurs choix de matières, leurs options étaient bien plus variées - la population magique était de toute manière bien plus nombreuse - et l'offre d'études supérieures était immense par rapport au Royaume-Uni, qui préférait un système d'apprentissage. De plus, elle avait échappé à sa directrice de maison durant toute une année et ça, ça n'avait pas de prix.

- Volontiers, accepta-t-elle lorsqu'il lui proposa un jus de citrouille, j'ai toujours le temps pour de vieux amis.

En particulier lorsqu'elle était désœuvrée ainsi : elle avait tout son temps à consacrer à Théo bien qu'elle se doutait que ce n'était sûrement pas réciproque. Si elle vivait une période de creux à cause des vacances d'été qui arrivaient, lui était dans le monde du travail qui avait son propre rythme. Ils se dirigèrent vers les Trois Balais, le pub le plus proche et prirent une table à l'intérieur. Il était presque vide en cette journée d'été, beaucoup de sorciers étant au travail et les élèves qui envahissaient normalement le village étaient retenus au sein des murs de l'école. Commandant un sirop à la cerise lorsque Rosemerta vint s'enquérir de leurs envies, elle se tourna par la suite vers Théo, curieuse.

- Comment vas-tu depuis le temps ? Je suis désolée de ne pas avoir beaucoup écrit, j'ai été très occupée mais je suppose que toi aussi... Toujours au Ministère de la Magie ?

La dernière fois qu'ils s'étaient vus, à son mariage avec Samaël Smith - Irving s'imposa dans son esprit à cette pensée - il faisait partie des Oubliators, au Département des Catastrophes. Néanmoins, d'après son père, le Ministère avait fait face à plusieurs démissions suite à l'élection de Marcjebank et plus particulièrement suite à plusieurs mesures controversées. Elle savait Théo engagé politiquement et elle avait surtout entendu dire, sans pouvoir le constater encore par elle-même, que les Sang-Pur souffraient beaucoup de ce nouveau gouvernement. C'était du moins le sujet qui était largement revenu lors de ses visites de courtoisie à sa famille et aux amis de ses parents : les Sang-Pur ne portaient pas Marchebank - pourtant l'un des leurs - dans leurs cœurs. Ils étaient notamment très taxés et visés par des décrets de loi qui faisaient frémir Helen Harris, ce qui n'était pas peu dire... Malgré tout ce qui avait pu se passer entre son monde et Théo, notamment son histoire avec un homme, Cassandre se doutait bien qu'il y était encore attaché : cela se voyait tout simplement dans la manière dont il était vêtu et ne devait donc sûrement pas être ravi de tout cela...


   
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Théo chemina vers les Trois Balais aux côtés de Cassandre en cheminant intérieurement. Elle serait toujours la petite Cassandre pour lui, une petite peste à l'esprit piquant, certes, mais aussi quelqu'un de brillant qu'il ne serait pas étonné de voir devenir quelqu'un d'important. Ils s'étaient bien entendus tous les deux, et c'était un plaisir de la retrouver aussi rayonnante - oui, il lui semblait que Cassandre avait changé au cours de cette année à l'étranger, même s'il ne savait pas encore dire en quoi. Il était donc heureux qu'elle ait accepté sa proposition qui leur donnerait l'occasion de rattraper le temps perdu. Théo ne travaillait pas cette après-midi et pourrait donc s'éterniser avec Cassandre aux Trois Balais. Voilà qui le rendait agréablement nostalgique...

"Une biéraubeurre", commanda-t-il à Mrs Rosmerta en l'honneur du bon vieux temps. Il s'apprêtait à interroger Cassandre sur sa scolarité à Salem quand la jeune femme le devança. Merlin, cela faisait vraiment trop longtemps qu'ils n'avaient pas échangé de nouvelles ! Elle en était encore à son travail au Ministère, qu'il avait quitté depuis de nombreux mois désormais. Signe que les rumeurs n'allaient pas si bon train chez les familles de sang-pur, qui avaient désormais d'autres chats à fouetter que de juger les faits et gestes des électrons libres tels que Théo.

Un sourire contrit apparut sur le visage de Théo lorsqu'il répondit : "Hé non, j'ai donné ma lettre de démission pour voguer vers d'autres horizons !"

A vrai dire, il avait toujours du mal à assumer sa décision de quitter le bureau des oubliators et son stage si fructueux et instructif auprès d'Alastair Brennan. Théo avait ainsi décidé de faire passer ses convictions profondes et ses valeurs politiques avant son ambition et sa carrière, un vrai choix de Poufsouffle s'il en était un... Mais qui n'avait pas été facile à faire. Faire carrière au Ministère avait toujours été le rêve de Théo, ça et fonder une respectable famille, et voilà qu'il avait aussi abandonné celui-ci. Qui plus est, les Oubliators n'avaient pas été qu'un moyen pour lui d'atteindre cet objectif, il s'était découvert un véritable intérêt pour ce métier qui allait tant le travail de terrain que la recherche, et ce dernier aspect l'intéressait énormément. Il n'y avait donc pas renoncé sans un pincement au coeur, mais il s'était senti beaucoup trop mal à l'aise au sein du BDO pour y rester indéfiniment. Avec l'instauration de la milice et les recherches au département des Mystères, le BDO subissait des changements qu'il n'était pas sûr d'apprécier...

"Je n'ai pas beaucoup écrit moi non plus car cette année a été un peu floue de mon côté. J'ai mis du temps à prendre ma décision de quitter cet emploi, et ensuite j'ai passé un certain temps à en trouver un nouveau... Mais c'est chose faite, désormais."

Ecartant les bras, il lança d'un ton fier : "Tu as devant toi le nouveau Bibliothécaire Magique de Londres ! Oui, je sais, cela fait moins prestigieux ou intéressant qu'Oubliator, mais en réalité ça me plait beaucoup. A Poudlard, je passais tellement de temps à la bibliothèque que je faisais presque partie des livres... Et la bibliothèque nationale est tellement extraordinaire ! Il y a des originaux des plus grands auteurs de la littérature sorcière, des rangées entières d'ouvrages sur la recherche magique, des parchemins qui datent de l'Antiquité... C'est passionnant ! Je fais donc un travail de bibliothécaire assez classique, comme tu peux l'imaginer, chercher les livres et les ranger pour le public, mais je participe aussi à la recherche et à l'achat de nouveaux manuels, à l'organisation d'expositions ou d'évènements littéraires, je peux m'instruire à loisir, bref, cela me plait beaucoup."

Théo s'interrompit le temps de payer les deux boissons qui étaient arrivées, galanterie oblige, puis de boire une gorgée de biéraubeurre.

"En plus de cela, j'ai un peu plus de temps libre et le salaire est tout à fait correct", conclut-il avec un petit sourire en coin. "Ce n'est pas ce que j'avais imaginé pour mon futur mais pour l'instant, je ne regrette pas d'avoir quitté le Ministère, vu la tournure des choses..."



Cassandre HarperSeptième annéeavatar
Messages : 342

Voir le profil de l'utilisateur
L'annonce de la démission de Théo du Ministère de la Magie surprit véritablement Cassandre qui posa sur lui un regard étonné. Aussi loin qu'elle puisse se rappeler, c'est-à-dire devant la porte du bureau d'Edmund, un jour dans un couloir à Poudlard, il avait toujours voulu entrer au Ministère, avait même été déçu de ne pouvoir être pris à la Justice Magique. Les Oubliators étaient, certes, un peu moins prestigieux - surtout pour elle qui briguait encore ce Département élitiste, comme beaucoup d'étudiants qui sortaient de l'école - mais cela restait encore un Bureau important et renommé du Ministère. De plus, avant qu'elle ne quitte le pays pour rejoindre Salem, Théo lui avait paru plus qu'intéressé par son métier et sa formation en cours. Sans le quitter des yeux, elle l'écouta parler de son année un peu floue, pour le citer, sans pour autant cesser de réfléchir à ce qui avait pu le pousser à quitter son poste d'Oubliator. Ce n'était sûrement pas la difficulté du métier. Théo avait toujours été un très bon sorcier, très appliqué et travailleur et Cassie était certaine que s'il avait un jour rencontré une difficulté dans l’exercice de sa fonction, il l'eut prise à bras-le-corps pour la résoudre.

Puisqu'elle ne pouvait concevoir qu'on quitte un emploi à cause d'une mésentente avec quelqu'un ou hiérarchique - il fallait plutôt rester et s'imposer, telle était sa vision des choses, manger ou être mangé - la dernière solution qui s'imposait à son esprit était d'ordre politique. Des élections avaient eu lieu l'été de son départ, élections qui avaient vu le tout nouveau parti de Marchebank être porté au pouvoir à la suite de Fiennes. Contrairement à son habitude, Cassandre n'avait pas suivi l'actualité politique en détails cette année. Elle avait commencé pourtant, lors de ses premiers mois américains, comme si elle était encore au Royaume-Uni. Mais les semaines avaient passé, elle s'était retrouvée entraînée dans l'agitation de son nouveau pays et avait fini par ouvrir le Salem Tribune plus facilement que la Gazette du Sorcier, à s'intéresser aux débats du MACUSA (Magical Congress of the United States of America) plus qu'aux réformes des portoloins en Écosse. Les lettres de son père lui servaient de boussole et elle avait une vision néanmoins assez claire de la situation pour comprendre ce qui avait pu déranger Théo dans le nouveau gouvernement. Le chômage suite à un changement politique, elle le connaissait bien avec ce qui était arrivé à son père voilà quelques années mais que l'on souhaite se retirer pour des raisons politiques... Elle était plutôt d'avis de rester et de tout tenter pour faire changer les choses - le meilleur moyen de bouleverser une politique était d'en faire partie - mais elle pouvait comprendre la frustration quotidienne que l'on pouvait éprouver à effectuer certains ordres que l'on ne cautionnait pas aussi pouvait-elle également comprendre la position de Théo. Son enthousiasme à parler de son nouveau métier lui tira un sourire et elle appuya sa tête dans la paume de sa main tandis qu'il lui en expliquait les implications.

- Ça te va bien, commenta-t-elle sincèrement. Et puis tu dois porter merveilleusement la robe en tweed et à carreaux qui sied si bien aux bibliothécaires... ajouta-t-elle, un peu plus mordante mais toujours aussi souriante.

Elle le remercia lorsqu'il paya les consommations que venait de leur apporter Rosmerta et prit une gorgée de son soda frais, délicieux dans la chaleur de Juin qui commençait déjà à peser sur le pays.

- Je viendrais te voir, promit-elle. Cela fait quelques années que je n'ai pas eu la chance de voir un Théo Nott dans son environnement naturel, cela me manquerait presque !

Il faut dire que Poudlard s'éloignait de plus en plus pour lui, même si elle y était encore. Il lui restait une année avant de pouvoir rejoindre le monde du travail et même si elle était heureuse d'être revenue au pays, l'idée de glisser de nouveau dans la routine du collège lui faisait étrange. Elle avait quitté Poudlard lors de temps troublés, avaient passé un an dans une école complètement différente, que ce soit dans son fonctionnement ou dans sa mentalité et à côté des États-Unis, Poudlard lui semblait terriblement familier alors qu'il ne le serait sûrement plus dans les faits. Elle était en septième année désormais, ce qui signifiait que la plupart des gens qui étaient ses amis, les gens plus âgés, n'y seraient plus. Nora partait par exemple et si ses relations avec les gens de sa promotion s'étaient apaisées au fil de sa cinquième année, les retrouvailles ne seraient sûrement pas très chaleureuses. L'équipe enseignante aussi avait changé, il y avait de nouveaux professeurs et si elle remerciait de tout cœur Merlin, Morgane, ou les Fondateurs que Hellsoft soit loin de l'école - quelqu'un avait donc enfin compris que cette bonne femme n'avait rien d'une enseignante ? - certains lui manqueraient. Edmund, par exemple. Ils n'avaient jamais été très proches mais elle avait toujours eu l'habitude de le croiser dans les couloirs, la moustache frémissante après quelques Gryffondor, son éternel monocle sur le bout du nez, il avait toujours gardé un œil sur elle depuis qu'elle était entrée à l'école. Cela ferait bientôt un an qu'il était décédé et ses lettres lui manquaient un peu, son ton si sérieux, sa manière d'expliquer les choses. Voir quelqu'un d'autre derrière son bureau lui ferait étrange. Elle avait peu connu le deuil dans sa vie, Edmund était le premier qu'elle connaissait et y penser lui faisait toujours un pincement au cœur. Elle fut reconnaissante à Théo de la sortir de ses sombres pensées sans même le savoir et releva la tête vivement lorsqu'il mentionna la tournure du Ministère.

- Marchebank a vraiment pris ses aises, à ce qu'il paraît ? interrogea-t-elle. Je n'ai pas vraiment suivi tout en détails, expliqua-t-elle, mais tout cela est terriblement libéral. Je ne parle pas de tout ce qui concerne les avancées sociales, nuança-t-elle en songeant aux droits des femmes. C'est bien que l'OFFRE ait été écoutée. Mais sur le plan économique... Cet impôt sur la fortune est absolument scandaleux. Et celui sur le vin des Elfes ? Je dois t'avouer que j'ai bien cru que Helen Harris allait faire une crise d'apoplexie à Noël. Toute cette politique anti-Sang-Pur en fait... Certes, Leopold Marchebank n'a jamais été conventionnel mais son épouse... Enfin, tu la connais mieux que moi ! lança-t-elle en secouant légèrement la main.

Désireuse de ne pas s'appesantir sur cet épisode étrange de fiançailles Lestrange - Nott, Cassandre enchaîna.

- Et puis toutes ces histoires de plein pouvoir... Honnêtement, c'est bien trop politicard pour être honnête mais cela n'a rien de surprenant : Marchebank est intelligent et quand on regarde cela de loin, cela passe étonnamment bien. Si je n'avais pas reçu les lettres de mon père, je ne sais pas si j'aurais vu quelque chose. Tu en penses quoi, toi ? finit-elle par interroger, coupant toute la diatribe qu'elle aurait pu faire à ce sujet (et quiconque connaissait Cassandre savait que l'art d'argumenter sans s'arrêter faisait partie intégrante de ses talents.)


   
Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 964

Voir le profil de l'utilisateur
Un petit rire secoua Théo quand Cassandre évoqua les robes des bibliothécaires. D'un air faussement arrogant, Théo écarta les bras et lâcha : "Tout me va, que veux-tu, c'est ça d'être un Nott."

Comme elle affirmait qu'il lui manquerait presque, il ajouta d'un ton sincère : "Ton ton mordant m'a manqué aussi, je suis content que tu sois de retour."

Théo avait trouvé un certain équilibre dans sa vie qui lui plaisait bien, même s'il était loin de ce qu'il avait pu imaginer. Son quotidien était rythmé par sa vie de couple avec son époux, et les moments passés avec ses collègues ou ses amis de Poudlard, et notamment les Baker et leur petite fille. Théo n'avait pas de quoi se plaindre, mais il se sentait malgré tout un peu isolé parfois, éloigné des oubliators et surtout des sangs-purs qui avaient constitué, si longtemps, ce qu'il considérait comme sa famille. Cassandre faisait partie des rares à appartenir encore à ce monde et à continuer de le considérer comme un ami, alors il n'était pas mécontent de retrouver sa compagnie.

Il aurait aimé lui demander si elle repartait à Salem pour terminer sa scolarité, ou si elle était de retour pour de bon. Curieux au sujet de son expérience aux Etats-Unis, Théo avait mille questions à lui poser sur l'école et la vie là-bas, et il souhaitait aussi savoir comment elle s'était intégrée et si elle s'était fait des amis. Mais comme bien souvent dans ce pays, la politique, au coeur des préoccupations de bon nombre de citoyens, prenait le pas sur la conversation...

Théo esquissa un sourire un peu triste à l'évocation de Rosaleen. Théo n'avait jamais regretté son coming out, en dépit des conséquences qu'il avait eu sur sa vie, car il se sentait bien plus en phase avec lui-même et plus heureux qu'il ne l'aurait été dans un mariage de façade, mais... Il ne pouvait s'empêcher de sentir une certaine pointe de culpabilité à l'égard de Rosaleen. Parfois, il songeait que s'il avait été "normal", alors il aurait pu lui offrir la vie qu'elle méritait et elle n'aurait pas eu à épouser un type qui avait l'âge de son grand-père et qui, vu la façon dont il dirigeait le pays, ne devait pas être le meilleur des maris.

Noyant ces pensées dans son verre, Théo savoura la fraicheur de sa biéraubeurre tout en prenant le temps de réfléchir à sa réponse. En réalité, il avait une opinion bien forgée sur le sujet, mais il fallait faire attention à la façon dont on l'exprimait, dans ce monde où les murs avaient des oreilles...

"La situation est assez compliquée", répondit-il en posant son regard pensif sur Cassandre. "Beaucoup des mesures prises par le FREE sont difficilement contestables, ou du moins aisément justifiables - Merlin, la plupart figuraient dans son programme et les gens ont malgré tout voté pour lui ! C'est bien le problème... Qui, à part nous, va se plaindre de l'impôt sur la fortune ou sur le vin des elfes, quand la pauvreté augmente dans le pays, que le chômage augmente tandis que le prix de la vie et des loyers grimpe ? En apparence, Marchebank agit effectivement pour l'égalité et la sécurité de tous..."

Il esquissa une moue qui en disait long sur son avis : "Mais à bien y regarder, c'est tout l'inverse qui se produit, les inégalités se creusent comme jamais. Il remplace simplement une élite par une autre, il déplace le pouvoir au bénéfice de quelques chefs d'entreprise et entrepreneurs, en se contentant de quelques mesures "poudre aux yeux" pour contenter le reste des masses. L'OFFRE a eu son service au Ministère, certes, mais le jour où les femmes seront payées autant que les hommes n'est pas prêt d'arriver, tu peux me croire. Et je peux te dire que le sexisme et le machisme règne au Ministère, plus que nulle part ailleurs. Certes, Nimbus, pardon..Cosmos a de nouveaux logements sociaux mais comment sont-ils attribués ? Les bénéficiaires sont parfaitement triés sur le volet, tu peux me croire, et ce ne sont pas les plus nécessiteux qui en bénéficient - les ouvriers de la cité n'ont pas vu leurs conditions de vie améliorées avec la nationalisation de l'entreprise - à part la fin de la Consumeuse, c'est vrai."

Il baissa sa voix d'un octave pour qu'elle ne parvienne qu'aux oreilles de Cassandre, et souffla : "On a pu voir le processus de sélection des logements de Cosmos avec Jeremy et Juliet. On pourrait penser qu'ils ont été choisis parce qu'ils sont dans le besoin, de jeunes parents sans revenus avec un bébé... Tu parles ! Issus de deux familles de sorciers de longue date, un cousin lieutenant auror qui se porte garant, et puis des jeunes adultes prometteurs : un à l'académie Lycaon, l'autre qui saura de nouveau se faire une place dans le Quidditch un jour ou un autre... Ce sont des gens comme eux que le FREE veux favoriser, pour pouvoir ensuite raconter une belle histoire, celle de deux jeunes parents, victimes de la crise Chaudrillon, qui ont su se remettre sur pieds et bâtir une vie modèle à la sueur de leur front, grâce à l'appui du FREE."

Théo haussa les épaules avant d'ajouter : "Mais ils ne sont pas dupes. Quoi qu'il en soit, si on creuse, on peut trouver plein d'histoires comme celle-ci... Plein de vérités dissimulées qui sont bien moins reluisantes que ce qu'on peut voir au premier abord. Les pleins pouvoirs ne sont que la partie immergée de l'iceberg, tu peux me croire. Plein de gens considèrent encore que le maintien des pleins pouvoirs est largement justifié si cela peut éviter de nouveaux bains de sang, face au maintien de la menace terroriste... Et ce n'est pas une menace fantôme. Le problème, c'est une personne ne se demande pourquoi cette menace se développe, au nez et à la barbe du FREE en dépit de ses moyens toujours plus grands, et s'il n'y a pas une raison pour laquelle la résistance, pardon, le terrorisme... continue de prendre de l'ampleur. Personne ne se demande pourquoi ces gens prennent les armes et si ce n'est pas parce qu'ils ont été voir au-delà des mesures affichées... Parce que quand on sait certaines choses..."

Il marqua un léger silence, avant de poursuivre :

"Enfin, disons que je n'ai pas quitté le BDO simplement parce que je n'étais pas en accord avec l'impôt sur la fortune", plaisanta-t-il avant de passer une main gênée sur sa nuque. Théo savait qu'il ne pouvait pas trop en dire. Il avait appris beaucoup de choses au sein du Ministère, auprès d'un tuteur influent, mais s'il voulait éviter de se mettre dans des ennuis, il devait se contenter de garder cela pour lui. Il se contenta de conclure sur des généralités :

"C'est ça, Marchebank : tout est dans l'apparence du progrès, mais en réalité, si on regarde à qui tout ça profite... On réalise que rien ne change. Il est simplement doué pour faire croire que certaines choses sont faites pour de bonnes raisons, quand ce sont en réalité des mauvaises qui les motivent. Leopoldgrad en constitue le meilleur exemple : de nouveaux logements, oui, mais pour qui ? Comme son nom l'indique, les fidèles de Marchebank... Je peux te parier que jamais je ne pourrais m'installer là-bas si je le souhaitais. Pas avec Nott comme nom de famille et ma présence dans certaines manifestations désormais interdites."

Oui, Théo était certainement marqué comme contestataire aujourd'hui, et c'était pourquoi il n'était pas mécontent de vivre une vie plus tranquille et moins exposée de bibliothécaire. La vie d'agent double, comme celle de Gaetan Baker, ne semblait pas enviable, et il savait qu'il n'avait pas les épaules pour cela.

Conscient de s'être un peu emballé dans ses explications, parce qu'il savait qu'il pouvat lui faire confiance, Théo esquissa un petit sourire d'excuse : "Comme tu peux le voir, je ne suis pas convaincu par notre nouveau ministre, ni par l'ensemble du gouvernement d'ailleurs. C'est bien gentil, je peux désormais me marier en Angleterre, mais je n'arrive pas à trouver le moindre article de journal qui critique de près ou de loin le régime depuis plusieurs semaines et crois-moi, ce n'est pas faute de chercher... Un peu louche tout ça, pas vrai ? Notre pays a toujours aimé les héros, les grandes figures charismatiques à la Dumbledore et à la Potter, je te l'accorde, le problème de Marchebank... C'est qu'il m'a tout l'air d'un héros auto-proclamé. Ou proclamé par Multiplettes ce qui revient un peu au même, on dirait..."

Sur ces bonnes paroles, Théo acheva son verre puis reporta son attention sur Cassandre, se demandant quel effet aurait son petit discours sur son amie.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Guess who's back ? [Théo]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guess who's back?
» GUESS WHO'S BACK MOFOS!!!!
» KATHLEEN ► guess who's back?
» Guess who's back... ft. Arianne Martell & Oberyn Martell
» R.M.S TITANIC IS BACK!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-