AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Wedding crashers [PV les invités, et même les pas-invités]

Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 382

Voir le profil de l'utilisateur
Oxford - Chez les Meyer - 21 Juin 2009

Ils en parlaient depuis plus d'un an, avaient été débordés par les préparatifs pendant des semaines, et pourtant Eliott avait du mal à croire que c'était aujourd'hui. Ils allaient se marier. Il allait épouser Charlotte dans quelques heures. Une pensée aussi réjouissante qu'angoissante. S'engager pour la vie auprès de sa fiancée ne l'inquiétait -étrangement- absolument pas. Ils avaient Bianca maintenant et formaient déjà une famille, ce mariage n'apportait qu'un coté officiel à un engagement que son cœur avait déjà pris. Non, ce n'était pas tant le mariage qu'il redoutait, mais plutôt la cérémonie.

Dès le début ils avaient souhaité des choses très différentes pour cet évènement. Là où Eliott envisageait plutôt une cérémonie civile entre quatre témoins suivie d'une soirée avec quelques-uns de leurs amis communs, Charlotte rêvait d'un grand mariage avec toute sa famille et ses amis, et il n'avait pas eu le cœur de l'en priver. Il avait réussi à faire passer le nombre de convives de 200 à 80, ce dont il se félicitait, mais désigner ces 80 heureux invités n'avait pas été une chose aisée. Andrew était son témoin, sa présence était donc plutôt indispensable. Paige l'aurait tué s'il avait invité Andrew et pas elle. Et sa mère aurait été peinée de ne pas assister au mariage de son fils. Sauf qu'inviter sa mère signifiait inviter son père, dans le jardin des Meyer, à une cérémonie moldue. C'était probablement la pire décision qu'il ait prise dans l'organisation de cette cérémonie, mais il avait décidé de tenter le coup -un peu forcé par Charlotte, aussi.

Il commençait déjà à regretter cette décision, puisque sa mère avait semblé comprendre que toute la famille était invitée. Heureusement, elle avait eu la décence de se limiter à la famille proche et leur avait ainsi épargné la présence de la moitié des familles de sang-purs d'Angleterre, mais ils attendaient une partie de la famille Diggory ainsi que sa tante Meredith. Du coté des Meyer, toute la famille de Charlotte serait là. Eliott avait essayé de retenir les prénoms et les liens de parenté mais ne savait déjà plus si le cousin Jack était le fils de la tante Margareth ou de l'oncle Jaime. Leurs amis seraient également présents, de leurs anciens camarades de Poudlard à leurs collègues actuels en passant par de vieux amis moldus de Charlotte et par ses coéquipiers de hockey. Beaucoup de monde, en somme. Un peu trop même.

Eliott soupira, réajusta sa cravate pour la trente-sixième fois avant de décider qu'il risquait plutôt d'aggraver les choses à force de vouloir les arranger. Privilège de la mariée, Charlotte avait la chance de pouvoir rester cachée dans sa chambre jusqu'au moment de la cérémonie alors que revenait à Eliott la tâche d’accueillir les invités dans le jardin. Mission qui n'avait rien de trop compliqué, à première vue, mais dont il se serait bien passé. Il allait forcément faire au moins une gaffe, il se connaissait. Quelques coups timides frappés à la porte le firent sursauter et le forcèrent à détacher son regard du miroir -non sans avoir lissé encore une fois la veste de son costume.

"Entrez !"

La porte s'ouvrit sur Paige et Eliott ne put retenir un sourire mi-attendri mi-amusé en découvrant sa sœur. Il était évident qu'elle avait fait des efforts, et elle avait visiblement fait des recherches pour savoir comment s'habiller "façon moldue" à un mariage. Recherches qui l'avaient apparemment conduite tout droit dans une revue de mode datant des années 50, à en croire la robe à épaulettes, les gants blancs, le collier de perles et la grande capeline. Bah, le vintage était la mode !

"Mrs Meyer m'a dit que je te trouverai là, lança-t-elle en entrant. Tout le monde commence à arriver, tu devrais descendre, poursuivit-elle alors qu'Eliott la serrait brièvement dans ses bras. J'ai déjà discuté avec la grand-mère de Charlotte, elle a hâte de te rencontrer !

- Tu ne veux pas t'occuper de saluer tout le monde pour moi ? demanda-t-il, à demi sérieux. Tu es bien plus douée que moi pour ce genre de chose...

- Désolée, c'est un honneur qui te revient ! répondit la jeune fille avec malice tandis qu'ils quittaient la chambre d'ami pour rejoindre l'escalier. Ce n'est pourtant pas compliqué ! Un compliment, un sourire, et le tour est joué ! Je fais ça depuis que j'ai quatre ans, tu es sûr qu'on est de la même famille ? Eliott lui jeta un regard sombre et Paige éclata de rire alors qu'ils arrivaient dans le jardin. Je suis sûre que tu vas faire ça très bien ! Tout est parfaitement bien organisé, grâce à Charlotte j'imagine, je ne vois pas ce qui pourrait mal se passer...

Le frère et la sœur s'arrêtèrent net à l'entrée du jardin, les yeux braqués sur le dernier invité qui venait d'arriver.

- Qui a invité Léopold ? demanda Eliott d'une voix blanche.

- Lui-même, j'imagine... répondit Paige avec une grimace. Ça complique un peu les choses..."

Avant qu'il n'ait eu le temps de penser à une façon de régler ce très léger soucis, à savoir la présence de son oncle, qui se trouvait être le ministère de la magie, à une cérémonie où étaient invités plusieurs membres de réseaux de résistance engagés contre le régime, Eliott fut entrainé par Mr Meyer vers un groupe d'invités un peu plus loin. Il n'écouta que d'une oreille distraite les présentations, s'efforçant de surveiller à la fois Bianca qui s'agitait dans les bras d’Allison et Léopold qui s'avançait parmi les invités déjà présents. Il serra la main de plusieurs cousins, glissa quelques compliments sur la coiffure de la grand-mère de Charlotte et se libéra enfin, prétextant avoir d'autres personnes à saluer. Balayant le jardin du regard, Eliott cherchait désespérément quelqu'un qui pourrait l'aider à régler cette crise majeure.

Il l'avait dit que c'était une mauvaise idée, ce grand mariage...

HRP:
 


Charlotte Meyer-WarlockAuroravatar
Messages : 542

Voir le profil de l'utilisateur
Selon Magique Mariage, Juin était le mois idéal pour un mariage et selon Charlotte - et Lavande, qui avait tiré quelques cartes de tarot (la divination et elle, une grande histoire), le vingt-et-un Juin était le jour idéal. C'était le solstice d'été, la journée la plus longue de l'année et le temps était radieux sur le sud de l'Angleterre et plus particulièrement sur Oxford. Au moins, songeait-elle en regardant le ciel bleu au travers de la fenêtre de sa chambre d'adolescente, si ce mariage virait au cauchemar, cela ne serait pas à cause de la météo. C'était sûrement des pensées un peu pessimistes pour une jeune femme qui se marierait dans quelques heures mais Charlie ne pouvait pas s'en empêcher.

Tout était organisé pourtant et elle venait de passer quasiment une année entière sur cette journée, entre deux biberons, balades au parc et reprise du travail quelques semaines auparavant à la fin de son congé maternité. Une fois le nombre d'invités réduits - concession faite pour Eliott - le jardin de ses parents s'était imposé comme une évidence. Il était grand, calme, elle aimait l'idée de se marier chez elle, là où elle avait grandi et d'un mariage en extérieur relativement simple. Ils avaient prévu un grand dais blanc en cas de pluie, qui abritait d'ailleurs le buffet et tous les composants électriques, notamment pour la musique. Une dizaine de tables étaient reparties de manière régulière dans le jardin, ornées de nappes blanches et de photophores, de jolies compositions florales et de bougies et elle avait contrôlé chaque table ce matin très tôt lorsqu'elles avaient été installées. Leur traiteur était très bon, leur gâteau de mariage aussi, tout était planifié avec la minutie d'une descente d'Aurors - déformation professionnelle - et malgré toutes ces choses, elle était inquiète.

Il faut dire que même réduite, leur liste d'invités était impressionnante. Pas dans son nombre de présents, non, plutôt dans leurs noms. Des résistants - certains plus qu'affirmés - des Aurors, des Sang-Pur... Un échantillon assez représentatif de de la population du Royaume-Uni se trouvait dans le jardin de ses parents et à l'image de ladite population, tous les ingrédients étaient réunis pour que ce soit explosif. C'est tout cela qui l'inquiétait tandis qu'elle se regardait dans le miroir de sa coiffeuse, dans sa robe de mariée. Sa mère venait de fixer un voile en tulle blanc sur le dessus de sa tête avant de l'embrasser, les yeux un peu humides et de redescendre accueillir les invités. Des boucles d'oreilles aux pierres bleues ayant appartenu à sa grand-mère ornaient les côtés de son visage - quelque chose de vieux, quelque chose de bleu - elle portait un bracelet que Lilly lui avait prêté - quelque chose d'emprunté - et ses chaussures avaient été achetées pour l'occasion, pour le quelque chose de neuf. Poussant un soupir, Charlotte se retourna vers Lilly, sa témoin et demoiselle d'honneur, la seule personne qu'elle avait autorisé dans sa chambre alors que ses cousines se pressaient à sa porte, ainsi que le reste des demoiselles d'honneur qu'étaient Harriet, Ellen et Alicia.

- C'est normal que j'ai aussi peur ? lança-t-elle en s'efforçant de sourire. Ce n'est même pas du trac pré-nuptial, c'est... du trac pré-"ce mariage va tellement mal finir, heureusement que j'ai des Oubliators dans mes amis".

Il ne lui restait plus que quelques minutes avant de descendre et de retrouver Eliott, Bianca et leurs invités. Nerveuse, elle tendit la main en direction de Lilly pour trouver un peu de confort dans cette étreinte.

- Au début, on était un couple tranquille et je ne sais pas comment, on a été liés à la moitié du monde magique à moitié en révolte... C'est un complot.


All of me
loves all of you
Love your curves and all your edges, all your perfect imperfections.

You're my end and my beginning, even when I lose I'm winning 'cause I give you all of me and you give me all of you. •°¤ Mags.

Beating Heart.
Mika RosaldenAncien personnageavatar
Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur
Buenos Aires, 5 h du matin

Lorsque les enquêteurs de la coalition anti-terrorisme internationale pénétrèrent dans la salle  de réunion des services de renseignements, le chef de la sureté argentine devina immédiatement que la perquisition n'avait mené à rien de tangible. Un simple regard à sa compatriote Paola qui faisait partie de l'équipe confirma ses craintes. Cette dernière secoua la tête de manière presque imperceptible avant de couler un regard discret en direction de l'Auror Stein, son homologue anglais, qui avait mené cette action. Appuyé sur le dossier d'une chaise qu'il semblait prêt à briser de ses propres mains, Ralph peinait à contenir sa colère.

Pourtant sa source avait été fiable jusqu'à aujourd'hui. Elle lui avait donné les noms et les adresses de plusieurs activistes Mardoliens, aussi, quand elle lui avait assuré que Mardol effectuait un bref passage sur sa terre natale, l'équipe en poste à Buenos Aires avait tout mi en œuvre pour le coincer: Des centaines de policiers magiques,  presque autant d'oubliators et deux douzaines de baguettes d'élite  avaient investi pendant la nuit un quartier moldu de la ville. Et tout ça pour rien. Nada. Aucune trace d'Alcyd Mardol. Un sortilège dans l'eau. Juste de quoi tendre encore un peu plus les relations diplomatiques entre les mondes magiques et moldus argentins.

"Auror Stein, je veux un rapport sur mon bureau avant midi." martela le responsable argentin avant de quitter la pièce, laissant derrière lui un silence pesant et une tension palpable.

Mika se laissa tomber sur un des fauteuils et renversa la tête en arrière sur le dossier. Il se sentait fatigué et frustré. Comme tous les autres membres de l'équipe, il aurait aimé que cette perquisition aboutisse à l'arrestation du terroriste. Cela faisait six mois que les services internationaux s'étaient alliés et qu'il avaient infiltré les réseaux mardoliens argentins -du moins ce qu'il en restait- dans l'espoir de retrouver Mardol rapidement après son évasion. Et pourtant, ce dernier restait introuvable. Toutes les polices du monde magique étaient aux aguets mais le constat était dur à admettre: Mardol était passé entre les mailles du filet.
Ralph Stern était surement celui qui, dans l'équipe, avait le plus à cœur de remettre la main sur le dangereux terroriste. L'explosion d'Azkaban qui avait permis son évasion était dans toutes les mémoires et même si les discours politiques affichés prônaient l'unité face au terrorisme, les agents des polices étrangères maudissaient les saxons d'avoir laissé filé Mardol et une bonne douzaine de mangemorts dans la nature ... Mika lui-même avait plutôt mal réagit en apprenant la nouvelle mais cela faisait maintenant de nombreuses années qu'il travaillait avec Ralph et il se doutait que ce dernier était tout autant que lui, si ce n'est plus, irrité par la tournure des événements.

"Ralph, tu ne pouvais pas savoir." intervint alors Paola qui était arrivée à la même déduction que Mika.
"C'est vrai, ta source nous a toujours bien aidé par le passé."  ajouta Enrique, l'Auror espagnol, en désenchantant ses vêtements des sorts de protection qu'il avait mi en place pour la perquisition.
"Ce qui me gène ce n'est pas qu'elle se soit trompée, c'est plutôt le fait que ça ressemblait à un putain de guet apens ! s'emporta Stern, que faisaient tous ces moldus regroupés au même endroit en pleine nuit ? Je pense plutôt qu' mon indic' c'est bien foutu de ma gueule !"
Mika qui était resté silencieux jusque là se redressa sur son siège pour faire face à son collègue.

"Écoute Ralph, ça ne sert à rien de s’énerver. Essaye de chopper ta source pendant qu'il est encore temps, je reste là pour commencer à rédiger le rapport."
"Parce que tu crois qu'elle va m'attendre bien sagement ?" grinça Stern.
"Je ne sais pas moi. Tu n'as pas mis un mouchard dans sa baguette ?"
Le silence qui suivit fut tout aussi révélateur qu'une réponse. Agathe Dufore, l'Auror française, fit claquer sa langue contre son palais, excédée,  mais Mika s'abstint de faire un commentaire. Il avait pris plusieurs fois ce risque avec des indics, lui aussi. C'était quitte ou double.

"Bon. On va renforcer les contrôles des portoloins internationaux et envoyer des équipes dans les aéroports et les gares moldus. Il faut que tu nous transmettes le signalement de...
"Mais qu'est ce que tu fais ?" le coupa Stern.
Étonné Mika fronça les sourcils avant de lever les paumes vers le ciel.
"Quoi, qu'est ce que je fais ? Je prends des décisions ! Tu crois que je fais quoi ?"
"Non, tu arrêtes ça tout de suite. Tu es en congé. J'ai déjà bien abusé de toi en te demandant de les décaler pour pouvoir être là cette nuit mais maintenant tu vires. Tu as le mariage de Charlie."
"Ralph enfin ! Charlotte comprendra. Elle fait le même boulot que nous, elle sait que parfois nous ne sommes pas disponibles."
"Tu vas à ce mariage. Je suis déjà assez déçu de ne pas pouvoir être là pour elle alors je ne vais surement pas te retenir ici. Paola et Enrique vont me donner un coup de main et Agathe va commencer le rapport."
"Ben voyons..." souffla la française.
"Ralph tu ne peux pas me faire ça. Charlotte va se marier certes, mais je n'ai pas vraiment besoin d'y être ! Ce n'est pas comme si j'étais son futur époux après tout, lâcha-t-il en tentant la carte de l'humour.
"Ne joue pas à ce petit jeu là, je sais que tu ne l'as pas vu depuis longtemps et que tu as envie d'assister à son mariage."
"Moui, bon, peut-être, pour les demoiselles d'honneur, à la rigueur..." plaisanta-t-il.
"Je t'ai dis Mika: Pas de ça avec moi, reprit Stern sur un ton qui rappelait celui de Seamus Finnigan son compatriote,  Tu y vas et tu lui donnes mon cadeau."
"Mais, vous avez besoin de moi ici. Admettez-le au moins ?" répondit Mika en prenant à témoin Agathe, Enrique et Paola.
"Tu as déjà fait les gardes de Noël, du nouvel an, tu as remplacé chacun de nous au moins une fois pour nous dépanner... Il serait temps que tu prennes enfin tes jours de congé".
-Ce n'est quand même pas de ma faute si je n'ai pas de vie sociale...
"Malgré ce que tu crois Rosalden, le coupa Agathe en s'installant pour commencer le rapport, Tu es loin d'être indispensable et tu nous fait juste perdre un temps précieux là... Alors sois gentil..."
Mika jeta un coup d'œil en direction d'Enrique qui se contenta de finir la phrase entamée par l'Auror Dufore:
"Vire."
"Très bien, la coalition internationale anti-terroriste à parler, grogna Mika en se levant, Ne venez pas vous plaindre si vous laissez filer la source...  "
Il quitta à son tour la salle de réunion et referma la porte derrière lui avant de s'appuyer contre le mur. Il était en congé. Dans quelques heures, il assisterait au mariage de son ancienne binôme avant de s'envoler, le lendemain, pour la Laponie et retrouver les siens: Ses frères, ses neveux, ses parents.  N'importe quelle personne normalement constituée se serait réjouie d'un tel programme et pourtant Mika était un peu gêné  à cette idée. C'était triste à dire mais il s'ennuyait chez lui. La joie et le plaisir de retrouver sa famille était bien réelle mais terriblement éphémère, au point qu'il se mettait à penser à ses missions alors que son père ou son grand frère commençaient tout juste à lui raconter les dernières nouvelles familiales.

Alors qu'il songeait à ce constat, la porte du QG s'ouvrit de nouveau pour laisser sortir Paola.
"Qu'est ce que tu fais encore là ?"
"Je vous espionne avec des oreilles à rallonges..." souffla Mika la tête toujours appuyée contre la cloison, ses yeux rieurs remplacés par un regard de chien battu.
Paola laissa échapper un petit rire et l'entraina par le bras en direction des vestiaires.
-Qui est cette Charlie ?
-Charlotte, rectifia-t-il , C'est une anglaise. On a travaillé ensemble entre l'attentat de Vaaltivara et l'arrestation de Mardol. Une chic fille.
- Elle était présente lors du briefing des équipes internationales en décembre ? interrogea-t-elle en s'efforçant de chercher dans sa mémoire.
-Non, elle était en congé maternité.
- Oh. Et... toi et elle, vous ... ? s'enquit-elle alors, un brin de curiosité dans la voix.
Mika laissa fleurir un léger sourire sur ses lèvres avant de dire.
- Je croyais que tu devais interroger les terroristes plutôt que tes collègues. Il secoua la tête de gauche à droite avant de répondre en toute sincérité. J'aurais bien aimé mais non. Le futur mari était déjà en course et il faut croire que je ne faisais pas le poids." conclut-il en feignant un air abattu.


-C'est pour ça que tu ne veux pas prendre ta perm' ? demanda alors l'argentine.
Le prikaati, soucieux de rétablir la vérité,  s'arrêta tout net pour faire face à sa collègue.
"Ça n'a rien avoir avec ça. Je ne voulais pas laisser Ralph après cette nuit. J'avais envie d'être là. Avec vous. C'est tout. Mais ça n'empêche pas que je suis très heureux d'assister au mariage de Charlotte et de revoir toute ma famille. Percevant un brin d'inquiétude dans les questions de son équipière il ajouta, Je vais très bien Paola, c'est juste que j'aime mon boulot."

***
Mika repensait encore à cette conversation, en arrivant devant le jardin des Meyer quelques heures plus tard. Oui, il aimait son boulot. Après avoir laissé Paola, il avait pris une douche et enfilé un de ses nombreux costume moldu avant de prendre un portoloin international. Les trois heures de décalage horaire lui avaient à peine laissé le temps de déposer ses affaires dans un petit hôtel du coin avant de rejoindre le lieu de la noce. Un quartier tranquille, une belle villa blanche aux volets fraichement repeints, des tables dans un jardin verdoyant...Un cadre sain, serein, normal, si éloigné de son quotidien et de ce qui le faisait réellement vibrer. Comment pouvait-on vivre une vie entière ici ? Ce devait être d'un ennui mortel, songea-t-il en avançant en direction de la maison.

Son cadeau dans une main et celui de Ralph dans l'autre, il pénétra sur la pelouse impeccablement tondue pour s'approcher du petit comité d'accueil composé vraisemblablement des familles des mariés. Mika ne se gêna pas pour complimenter la mère et la sœur de Charlie en vantant "le sourire Meyer reconnaissable entre mille" avant de se présenter à son tour comme un ancien collègue de travail de Charlotte.
"Enchantée M. Rosalden." Répondit Mme Meyer en le débarrassant de ses présents. Elle désigna d'un geste la main le clan Warlock qui s'agitait sur le côté et ajouta, vous connaissez surement Elliott."
"Pas vraiment à vrai dire mais je suis ravi de vous rencontrer enfin." lança Mika en s'approchant de lui la main tendue, Mes sincères félicitations."
Le futur marié répondit poliment mais sans vraiment lui prêter attention tout comme sa jeune sœur qui semblait tout aussi préoccupée. Mika rejoignit donc le cœur des festivité sur la pelouse, attrapa une coupe, avant de rejoindre quelques connaissances du BDA, installés à l'ombre d'un cerisier. Il salua Seamus, sa femme et tout un tas d'Aurors qu'il connaissait au moins de vue avant de s'arrêter devant Stanfort et Jones:

"James, Angie, vous avez pu vous libérer ?" lança-t-il aux deux autres Aurors anglais ayant intégrés la coalition anti-terroriste, Vous êtes en poste à Salem non ? s'enquit-il en serrant la main de James Stanfort.
"Oui, nous sommes en permission depuis  hier, répondit Angie Jones, D'ailleurs, on a écouté la RITM ce matin mais ils n'ont pas parlé de votre intervention à Buenos Aires. Qu'est ce que ça a donné ?"
Mika secoua la tête .
"Rien. Ralph est encore là-bas pour pondre le rapport. Vous aurez surement tout ça à votre retour."
Le Prikaati but une gorgée de Champagne afin de clore définitivement la conversation tandis qu'Angie et James chuchotaient entre eux. Un mariage moldu n'était pas l'endroit le plus approprié pour parler des dossiers top secret magique. Mika se tourna donc pour observer le reste des convives et vint se poster à côté de Seamus:
"Alors la reine de la journée se fait désirer ? " souffla-t-il en balayant les invités. C'est seulement à ce moment là que son regard accrocha une silhouette bien connue parmi la foule, Je ne savais pas que Charlotte avait des amis si haut placé. Votre Ministre fait partie de ses intimes ?" s'étonna-t-il en se tournant vers Finnigan.


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1085

Voir le profil de l'utilisateur


Avatar par gentle heart sur Bazzart

Paige Warlock - 19 ans - Soeur d'Eliott

Paige avait toujours adoré les mariages. Ce n'était pas tant l'idée du mariage en lui-même qui lui plaisait -elle ne croyait pas vraiment au grand amour- mais plutôt la réception qui allait avec. Elle aimait les jolies robes, le vin de elfes, la pièce montée ensorcelée, la pluie d'étoiles sur les jeunes mariés au moment de l'échange des vœux. Elle avait assisté à de nombreux mariages depuis son enfance, tous des mariages de sang-purs orchestrés selon la tradition sorcière, mais c'était son premier mariage moldu. Eliott avait beau lui avoir assuré que presque rien ne changeait, la jeune femme s'était tout de même procurer un livre sur le sujet, elle voulait à tout prix se fondre dans la masse.

C'était son truc à elle, depuis toujours. Elle s'adaptait à toutes les situations, des réceptions chez Helen Harris à l'heure du thé aux soirée de fin d'année de Poudlard, en passant par les fêtes d'après match de Quidditch et les déjeuners familiaux du dimanche. Elle était toujours parfaitement à sa place, faisait exactement ce que la situation exigeait et jouait son rôle à la perfection. Alors elle avait lu, elle s'était renseigné et avait fait de son mieux pour pouvoir être à l'aise aujourd'hui. Il fallait bien que quelqu'un dans la famille fasse l'effort, de toute façon.

A vrai dire Paige avait été surprise de recevoir un faire-part pour le mariage d'Eliott. Et encore plus surprise de constater que ce faire-part s'adressaient non seulement à Andrew et elle, mais également à leurs parents. Elle était ravie qu'Eliott ait finalement décidé de mettre ses vieilles rancunes de coté -même si elle soupçonnait un lobbying de la part de Charlotte- et espérait que tout se passerait bien.

Toute la famille transplanna dans une petite impasse non loin de la maison des Meyer et s'y rendit à pieds en suivant les indications laissées par Eliott. Ils ne tardèrent pas à arriver devant une jolie petite maison blanche aux volets colorés, très...moldue, en fait. Le genre de maison qu'on trouvait en photographies dans les manuels d'étude des moldus de la bibliothèque.

"C'est très charmant, non ?"

Elle n'obtint de réponse ni de son père ni de son frère mais fut reconnaissante à sa mère d'enchainer avec un commentaire sur les bégonias. Ils furent rapidement accueillis par la famille de Charlotte dont l'attitude chaleureuse et bienveillante contrastait avec la retenue des Warlock. Ce fut, comme souvent, Paige qui s'efforça de faire bonne figure.

"Vous avez une très jolie maison, et le jardin est splendide !"

Elle enchaina avec quelques questions sur le quartier, proposa d'aider aux derniers préparatifs et glissa un compliment sur la robe de Mrs. Meyer. Les apparences étaient sauves !

Constatant que les invités commençaient à arriver en nombre, Paige chercha Eliott dans la foule, en vain. Elle se résolut finalement à demander à Mrs.Meyer où était son frère, persuadée de la trouver en panique avec une cravate dans chaque main et un smoking mal repassé. Mais, étonnement, Eliott était prêt et ne cherchait qu'à fuir ses obligations sociales -on ne le changerait pas !

La jeune femme traina le futur marié hors de la chambre d'ami et s'évertuait à lui démontrer qu’accueillir une petite centaine d'invités n'avait rien de terrifiant quand ses yeux se posèrent sur un invité qui, justement, pouvait poser problème. Elle échangea un regard paniqué avec Eliott et reste un instant bouche-bée, sur le pas de la porte, les yeux rivés sur Léopold Marchebank.  Elle ne répondit que vaguement aux salutations d'un "ancien collègue de Charlotte", notant tout de même qu'il n'était pas désagréable à regarder, et se mit à chercher une solution.

Eliott s'était déjà fait attiré un peu plus loin par Mr. Meyer, et il ne pouvait certainement pas abandonner à nouveau la cérémonie pour aller régler ce problème. Et puis de toute façon, comment pourrait-il faire ? On ne demandait pas simplement au Ministre de la magie de quitter les lieux. D'un autre coté, réunir son père et Léopold Marchebank à un mariage moldu n'était pas forcément moins dangereux. Sans compter sur le fait qu'elle était persuadée que bon nombre d'amis des futurs-mariés appartenaient à ces dangereux groupuscules de résistants qui ne cherchaient qu'à renverser le régime du FREE.

Paige venait de trouver une situation à laquelle elle n'était pas certaine de pouvoir s'adapter.

Elle traversa rapidement la foule mais fut ralenti par une veille dame qui la complimenta longuement sur son collier de perles et lui assura qu'elle trouverait vite un mari elle aussi avec une "adorable bouille comme la sienne". Elle atteignit finalement son frère ainé et l'attira un peu à l'écart de leur parent.

"Il faut que tu ailles saluer Léopold, lui souffla-t-elle
- Quoi ? Hors de question ! Il n'a rien à faire ici, lui rétorqua Andrew. Elle soupira bruyamment et lui jeta un regard noir qui aurait pétrifié de peur n'importe qui.
- C'était pas une question, répondit-elle sèchement. Écoute moi bien, ça pourrait très mal se passer, alors tu vas voir Léopold, tu lui sers un ou deux verres de vin si possible, et tu essaie de savoir pourquoi il est là. Moi j'essaie de distraire papa, et de récupérer Eliott. Compris ?"

Elle n'attendit pas la réponse de son frère et retourna vers ses parents qu'elle força à saluer la vieille dame qui lui avait tenu la jambe un peu plus tôt. Elle devrait les occuper un moment ! La jeune fille se mit alors à la recherche du futur marié qu'elle intercepta alors qu'il retournait à l'intérieur de la maison.

"Je peux savoir où est-ce que tu comptes filer comme ça ? pesta-t-elle à voix basse.
Elle savait Eliott capable du pire, mais il n'allait quand même pas prendre la fuite le jour de son mariage ?
- Il faut prévenir Charlotte, je peux pas la laisser descendre l'allée pour apercevoir le ministre de la magie dans l'assemblée ! lui répondit-il sur le même ton.
- Mais tu ne peux pas aller la voir !
- Et pourquoi ça ?
- Le futur époux ne doit jamais voir la mariée dans sa robe ! Tu ne respectes donc aucune tradition ?
- Tu veux une réponse à cette question où c'est rhétorique ?
- Tss, laisse moi faire, je vais prévenir Charlotte. Toi essaie de faire en sorte que tes éventuels amis "engagés politiquement" ne croisent pas Léopold. Je doute que tu veuilles d'un coup d’état le jour de ton mariage."

Elle planta son frère là et monta l'escalier qui menait à la chambre de Charlotte. Elle inspira profondément et frappa trois coups à la porte. Elle n'avait pas le temps de préparer un discours, il fallait faire vite. On l'invita à entrer et elle poussa doucement la porte de la chambre avec un sourire qui dissimulait parfaitement sa nervosité.

"Oh, Charlotte tu es magnifique ! s'exclama-t-elle, sincèrement. Elle s'avança pour étreindre brièvement la mariée et profita de leur accolade pour lui souffler quelques mots à l'oreille. Il faut que je te parle, seule."

Une fois débarrassée des demoiselles d'honneur, Paige décida de ne pas y aller par quatre chemins. Charlotte devait déjà s'inquiéter du sujet de cette conversation secrète et ce n'était pas très charitable de torturer ainsi une future mariée.

"Il y a un petit problème avec la liste des invités, commença-t-elle. Rien de grave, tempéra elle aussitôt en levant ses deux mains devant elle en signe d'apaisement. Rien de très grave, se corrigea-t-elle. Je ne sais pas si Eliott te l'a déjà dit mais notre tante Méredith était mariée à Léopold Marchebank jusqu'à récemment, ce qui fait que c'était notre oncle par alliance et...du coup...il est dans le jardin."

Consciente qu'elle venait de lâcher une bombe, Paige tendit le bras pour attraper la main de Charlotte, autant pour lui apporter un peu de soutient que pour l'empêcher de partir en courant. La fuite n'aurait pas été la moins censée des réactions.

"Il n'y a pas de raison que ça se passe mal, Léopold aimait bien Eliott, il n'a sans doute que de bonnes intentions, assura-t-elle. Je suis sûre que ça se passera bien ! Mais si tu veux je peux t'aider à nouer des draps pour fuir par la fenêtre, Eliott s'en remettra !" ajouta-t-elle avec un sourire dans l'espoir de détendre l'atmosphère.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 654

Voir le profil de l'utilisateur

«  Je crois que mon invitation s’est égarée ! »


Eliott Warlock avait toujours été son neveux préféré. La famille de son ex-épouse Meredith n'avait jamais été très drôle, entre l'infâme John Warlock, et son pâlichon d'avocat de fils Andrew, mais Eliott leur était en tout points différent. Loin d'être auréolé d'une aura de sang-purisme - oui, cela existait, et cela consistait à être snob, hautain et coincé - Eliott était un gamin tout à fait décent. Gryffondor dans l'âme, il n'avait pas peur de salir ses précieux vêtements en jouant au Quidditch, de picoler avec son oncle Leopold pendant les réceptions de la haute société en commentant les tenues de ces dames, ou encore de risquer l’opprobre en allant travailler chez les moldus. Cet acte que Leopold avait interprété comme une pure provocation avait suffit à Eliott pour qu'il s'attire l'admiration éternelle de son ancien oncle par alliance - qu'il le souhaite, ou non.

Eliott était un bon vivant, qui savait s'amuser, et Leopold était persuadé que son mariage, avec une charmante lieutenant auror, serait tout à fait intéressant. Hors de question pour le ministre de rater l'évènement, les noces du seul Warlock qu'il appréciait ! Ce serait l'occasion d'imposer sa présence délicieuse aux autres Warlock, de lancer quelques provocations à John pour le plaisir de le voir bouillir intérieurement, et de se détendre un peu. Leopold avait donc décidé de s'y rendre, à moitié persuadé que son invitation s'était perdue dans la masse de courrier qu'il recevait régulièrement - il avait généralement tendance à jeter les invitations à des trucs et des machins sans les regarder. De toute façon, si son fils Dave, qui avait du sang de Warlock dans les veines - personne n'était parfait - était invité, alors Leopold l'était forcément par extension... C'était évident. Et si cela ne l'était pas, ma foi, son cher neveux Eliott serait forcément content de la surprise !

Rosaleen n'avait pas souhaité l'accompagner, se sentant fatiguée entre sa grossesse qui arrondissait chaque jour un peu plus son ventre, et ses études à Lycaon. Quant à Dave, il se rendrait au mariage de son côté, avec sa mère. Leopold se rendit donc seul à la maison qui hébergeait l'évènement, même s'il savait Alan désillusionné quelque part, des fois qu'un invité décide de lui planter une fourchette entre les deux yeux. On ne savait jamais, c'était des choses qui pouvaient arriver entre le fromage et le dessert... et cela n'aurait pas été la première fois, Leopold ayant déjà tendance à provoquer ce type de réaction avant même d'être nommé ministre investi des pleins pouvoirs.

Les mains enfoncées dans les poches de son beau costume de mariage, Leopold se rendit dans le jardin en sifflotant un air. Il était de bonne humeur, conscient que personne ne pourrait l'embêter avec des histoires de politique aujourd'hui, dans la mesure où le mariage était moldu. Pour une partie des invités, il n'était donc qu'un homme parmi d'autres, sans rien de remarquable. Néanmoins, en arrivant, il constata bien vite que de nombreuses têtes lui étaient connues - Warlock, mais aussi divers employés du ministère de la justice qui travaillaient sans doute avec Charlotte. Leopold appréciait également la jeune femme qu'il avait déjà eu l'occasion de rencontrer, puisqu'il avait souhaité rencontrer la petite Bianca après sa naissance, puis à l'occasion de l'arrestation d'Ana Sorden. Eliott et Charlotte étaient en tout point de vue des citoyens modèles du FREE, d'après les apparences en tout cas...

Leopold salua quelques personnes et serra quelques mains, sans repérer son neveux ou sa famille qui devaient se trouver un peu plus loin. Il se retrouva bien vite au beau milieu d'un petit groupe d'aurors, dont un homme qu'il identifia rapidement comme l'un des lieutenants. Leopold avait régulièrement eu affaire aux membres du BDA, non pas à travers sa fonction de Ministre mais plutôt de son temps à la tête du département des créatures magiques. Il s'agissait sans doute du département qui faisait le plus souvent appel aux aurors tant les créatures magiques les plus sombres et dangereuses nécessitaient l'intervention de personnel aguerri.

"Bonjour, Monsieur le Ministre", le salua Gaetan Baker en lui offrant une poignée de main vigoureuse.

"Bonjour Monsieur Baker, comment vous portez-vous ? Belle journée, n'est-ce pas ? Ce mariage se présente merveilleusement bien", répondit Leopold avec bonhomie. "Même si le choix de la date est surprenant de la part de mon neveux, mais je suppose qu'il a dû faire des concessions auprès de sa belle-famille... Voilà qui devrait lui donner un avant goût de la vie maritale."

Quelques rires retentirent parmi le petit groupe d'hommes, et certains hochèrent la tête en signe d'approbation. Nul besoin de leur préciser de quoi il parlait : aujourd'hui était le dernier jour du championnat de Quidditch et le classement était si serré que le titre allait se jouer sur le dernier match, qui opposait les Orgueil de Portree aux Chauves-Souris de Ballycastle. Leopold avait hésité à sécher le mariage pour se rendre au match en compagnie de son ami Gordon, mais il aurait été dommage de manquer pareil évènement... Il avait même préparé un petit show pour l'occasion !

"Je suis sur le coup, Monsieur", lui répondit Gaetan avec le même ton sérieux qu'il avait utilisé après l'évasion des plus grands criminels d'Azkaban. Le grand sorcier se pencha vers Leopold, faisant tomber une mèche blonde devant ses yeux, et il montra la petite oreillette qui était accrochée à son lobe. "J'ai les résultats en direct, vous n'aurez qu'à venir me voir dans la soirée. Personnellement, je mise sur Ballycastle."

"Ah, tant d'audace ! Portree a pourtant démontré un bien meilleur niveau sur ses derniers matchs, mais on n'est jamais à l'abri d'une surprise au Quidditch..."

"Exactement, et leur attrapeur s'est blessé contre Appleby."

"Très juste, très juste."

Leopold continua de papoter Quidditch avec les aurors pendant quelques instants, mais son regard finit par capter un convive plus intéressant, et il prit congé. Se glissant dans la foule tel un serpent à la recherche de sa proie, Leopold surgit face à deux hommes à l'allure austère.

"Tiens tiens tiens, John Warlock.", lança-t-il en affichant son plus horripilant sourire. Il examina son rival de haut en bas, avant de poser un regard indifférent sur son fils : "Et mini John. Toujours aussi souriants à ce que je vois. Vous êtes pâles comme le Baron Sanglant... On dirait que vous avez vu un Kraken. Détendez-vous enfin, nous sommes là pour un heureux évènement, le mariage de notre cher Eliott !"

Spoiler:
 



Christoph Waltz, merci à Roy
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Wedding crashers [PV les invités, et même les pas-invités]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wedding crashers [PV les invités, et même les pas-invités]
» Les Invités de mon père [DVDRiP]Comédie dramatique
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Le Partenariat est-il ouvert aux invités?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-