AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 "Qui est le plus fou des deux, le fou ou alors le fou qui le suit ?" [Vils]

Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Spoiler:
 

7 juin 2009

Tout de cuir vêtu, la mine sombre et les traits crispés, Leopold Marchebank pénétra dans la pièce secrète qui abritait le cercle des vils. Il avança d'un pas martial dans la salle, se posta devant la table et planta ses mains sur ses hanches, avant de foudroyer Roy d'un regard colérique et fier. Merlin, il détestait perdre des paris ! Surtout quand le prix à payer était une humiliation devant tout son cercle de fidèles, comment pourrait-il jamais retrouver une crédibilité à présent ? Il avait l'air d'un vieux membre des Bizarr Sisters avec son ensemble de cuir noir qui moulait son corps, certes athlétique, de cinquantenaire. Décidé malgré tout à jouer le jeu, il avait jugé une paire de lunettes de soleil sur ses yeux qui achevaient de lui donner un air mal luné - ou un air de motard moldu, au choix.

Un silence abasourdi suivi son entrée dans la pièce, et il contempla un à un chacun de ses collègues avant de marmonner :

"Allez-y, lâchez-vous, riez un bon coup."

A vrai dire, certains d'entre eux s'étaient passés de son autorisation. Il souhaita à Roy de s'étouffer de rire et nota l'air consterné d'Hailey, démenti par un frémissement au coin des lèvres. Marmonnant quelque chose dans sa barbe, Leopold posa sa sacoche - de cuir - sur la table, se laissa tomber sur sa chaise et entreprit de farfouiller à la recherche de ses feuilles et d'un stylo.

"On a un programme chargé aujourd'hui", ajouta-t-il d'un ton irascible, le regard fixé sur son parchemin vierge pour ignorer sa honte. Jamais plus il ne jouerait au poker avec Roy, le gamin avait une chance de cocu. Des rires parvinrent à ses oreilles et il explosa :

"Marcus ! Ca avance, Leopoldgrad ?!"



Christoph Waltz, merci à Roy
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Marcus Peyne, 54 ans, directeur du Département des Transports Magiques

« De toute façon, t’es comme b dans plomb, t’es lourd et tu sers à rien ! »

Le regard que lui retourna le co-gérant des lieux fut plus interloqué qu’autre chose, tandis que Marcus déposait sa mallette sur la table en clamant triomphalement cette réplique sortie de nulle part. Cet homme ne savait jamais dire bonjour comme tout le monde, décidément, il fallait toujours qu’il fasse les choses de façon théâtrale.

« Ok… Tu testes un sketch pour des enfants de primaire sur moi ?
-Non mais attends, respecte un peu, c’est la dernière punchline de ma petite Lisbet, se rengorgea le politicien. Tu le crois, ça ? Neuf ans, la petite. Elle m’a complètement ôté les mots de la bouche. Elle est beaucoup trop forte pour moi. Elle t’aurait mis K.O aussi.
-Evidemment, ricana Roy. T’es vraiment gaga, Marcus. »

Avec un geste de la tête qui devait signifier qu’il le snobait avec dignité -c'était faux d'abord, ce n'était pas comme s'il parlait de ses enfants la moitié du temps et avait toujours dix photos d'eux à dégainer de son portefeuille-, Marcus s’assit à son siège en sortant machinalement ses dossiers, au milieu de ce cercle qui était tout de même plus sympa que ses réunions austères avec ses assistants au ministère. Attrapant le regard de Danielle face à eux, qui avait dû entendre leur petit échange, Marcus poursuivit :

« Dis-lui Danielle, que ma petite dernière ira loin. Elle est aussi flamboyante que sa mère, et plus maligne que moi. Dans dix ans, elle putsche Leopold. Un regard autour de lui comme pour faire réagir le concerné. Il est où, Leopold ? »

La réponse ne tarda pas à venir. Presque comme s’il l’avait appelé, son vieil ami et ministre de ce pays pénétra dans la pièce. Moulé dans une combinaison en cuir. La main dans sa mallette, stoppé dans son geste pour en ôter un dernier papier, Marcus laissait glisser son regard de haut en bas sur la silhouette de Leopold, parfaitement abasourdi. Roy Calder fut en fait le premier de la bande à réagir, d’un énorme fou rire, comme s’il n’était pas aussi surpris que les autres. Hébété d’abord, puis laissant un grand sourire gagner ses lèvres à son tour face à cette situation plus que cocasse, Marcus fit mine de s’indigner :

« J’y crois pas ! Vous avez encore fait un pari, tous les deux ? Pourquoi je ne suis pas là quand se prennent les vraies grandes décisions de ce monde ? Le cuir, fallait y penser, c’est sexy, ça vend du rêve... Nouvelle image de marque, le FREE relance sa com ! Le regard luisant de malice, il reporta son attention sur Leopold, pas le moins du monde impressionné par sa tentative de ramener l’ordre en haussant le ton. Ce moment était beaucoup trop épique pour qu’il n’en profite pas un peu. Je croyais qu’on pouvait pas faire pire que moi, à me faire remettre en place par une enfant de neuf ans. Leopold, arrête de jouer contre lui, la jeunesse est toujours plus forte, je te le dis. »

A cette plaisanterie, le rire du mafieux redoubla mais il réussit néanmoins à se calmer suffisamment pour commenter, un sourire à la fois hilare et aguicheur  :

« T’es quand même sacrément bien conservé, je suis impressionné. »
Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 661

Voir le profil de l'utilisateur
Comme toujours au Ministère de la Magie, les réunions avaient pris du retard et Isobel était sortie vingt-minutes après l'heure prévue du Département de la Justice Magique. Le temps de repasser à son bureau au niveau un et de reprendre une Cheminette pour Bristol, elle avait presque cru être en retard mais lorsqu'elle arriva aux Folies Sorcières, la salle qui accueillait leur petit cercle n'était pas encore remplie. Laissant échapper un bref soupir de soulagement, elle adressa un sourire à la cantonade et un bonjour avant de s'assoir sur l'une des chaises, à côté de Danielle. Tout en sortant de son sac un bloc-notes et un stylo, elle entreprit de discuter avec sa collègue, laissant échapper quelques rires de temps à autres. Elle salua Roy d'un sourire et d'un signe de la main lorsqu'elle le vit avant de reprendre sa conversation, qui ne tarda pas à être interrompue par Marcus et - encore - une anecdote sur ses enfants. Elle n'avait sûrement pas l'instinct maternel (et ne voulait certainement pas d'enfants, Dieu merci) mais même en dehors de cela, elle ne comprenait pas la lubie qu'avaient les gens pour leurs progénitures et le Directeur de Département était un bel exemple de père gaga. Elle n'eut néanmoins pas le temps de s'appesantir sur le sujet que la porte s'ouvrit sur le Ministre en tenue... Particulière.

Suspendant sans même sans rendre compte son geste pour reprendre son stylo, Isobel ne fut pas en reste quant au silence stupéfait qui s'était brusquement installé dans la salle, silence uniquement troublé par un grand éclat de rire qu'elle aurait pu reconnaître entre cent. Elle n'eut même pas besoin de voir le regard que posa Leopold sur Roy pour comprendre d'où venait l'accoutrement du chef de leur gouvernement, du fonctionnaire le plus haut placé de toute la hiérarchie politique. Tout de cuir vêtu, des lunettes sur le nez, la première réaction d'Isobel fut tout à fait américaine et fut une pensée consternée pour l'extravagance des anglais. La seconde fut l'immense fou-rire qui la guettait en contemplant le Ministre s'installer et elle baissa la tête sur sa feuille pour dissimuler le sourire qui ornait ses lèvres et qu'elle essayait désespéramment de réprimer. Ne pas rire. Ne pas rire. Ne pas rire. Le ton irascible de Leopold n'arrangea rien, bien au contraire, et Isobel avait l'impression d'être une adolescente qui menaçait d'éclater de rire en cours et elle n'avait certainement pas envie de revenir à cette période là de sa vie et surtout pas devant ses supérieurs hiérarchiques. Sachant très bien que si elle croisait le regard de Roy, elle était absolument terminée, Isy garda les yeux fixés sur sa feuille en se mordant la lèvre pour ne pas rire. Rester concentrée, elle pouvait le faire. Date du jour. Objet de la réunion. Souligner tout ça proprement.

Elle presque pu tenir, vraiment. Elle aurait presque pu lutter contre le rire silencieux qui l'agitait légèrement, elle aurait presque pu recouvrer son sérieux en récitant dans sa tête la composition parfaite de l'Essence de Circée que l'on faisait à la Nouvelle-Orléans, différant quelque peu selon chaque coven, elle aurait pu. Et puis il y eut la remarque de son meilleur ami. Et sans savoir pourquoi, quel mauvais esprit la poussa à relever la tête, l'espace d'un bref instant pourtant. Instant qui suffit à ce qu'elle croise le regard rieur de Roy et c'en fut fini de son sérieux. Elle sentit le rire lui échapper et même la main qu'elle mit devant sa bouche pour l'étouffer ne suffit pas à la calmer, ses épaules secouées par son rire. Elle s'efforça pourtant de rester la plus discrète possible et se tut - et pourtant, il y en aurait eu des choses à dire - avant d'atteindre le point de non-retour. Le Ministre. En combinaison de cuir. Ce pays était dingue. Elle l'adorait.


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Leopold MarchebankMinistre de la Magieavatar
Messages : 674

Voir le profil de l'utilisateur
Malheureusement, Leopold devait se rendre à l'évidence : cette réunion était fichue avant même d'avoir commencé. Il le savait, pourtant, qu'en rentrant dans cette pièce vêtu de cette façon, il s'exposait à des moqueries à jamais de la part de ses collaborateurs. Finie, la belle crédibilité de celui qui avait su prendre le pouvoir et imposer ses réformes ! Envolée, l'autorité charismatique du ministre ! Désormais, ses quelques alliés les plus proches auraient toujours cette image de lui dans l'esprit quand Leopold essayerait d'avoir l'air impressionnant.

Confronté aux remarques moqueuses de ses camarades et au rire silencieux d'Isobel, Leopold secoua la tête d'un air profondément désespéré, et finit par laisser tomber, les épaules basses. Bon, au moins, cela ne changeait pas grand chose avec Marcus et Roy : ces derniers avaient déjà une pile de dossiers à son sujet suffisamment haute pour concurrencer le Mont Blanc. Quant à Isobel, à en juger par sa courageuse tentative pour ne pas rigoler trop ouvertement, elle le considérait toujours avec le respect d'une subordonnée - ou en tout cas, elle faisait bien semblant. Quant aux autres... ma foi, ces réunions secrètes consistaient justement à voir au-delà du masque et à aller, en toute transparence ou presque, plus loin que ces réunions proprettes du ministère. Leopold se dévoilait aujourd'hui dans cet esprit : il était un homme avec suffisamment d'ego pour préférer se ridiculiser plutôt que de ployer face à un défi lancé par Roy.

"C'est Roy l'enfant de neuf ans ?", répliqua-t-il, amusé, à Marcus. "Ravi de voir que ça te plait, je te prête ma combinaison avec plaisir, tu auras beaucoup de succès avec !"

Il glissa un regard au chef de la mafia qui l'avait jugé "bien conservé" et ajouta, un sourire machiavélique au coin des lèvres :

"Tu plairas beaucoup à Roy, on dirait qu'il a un truc pour les vieux bien conservés en cuir. Je commence à comprendre pourquoi tu m'as donné ce gage..."

Un peu détendu, Leopold décida de jouer le jeu jusqu'au bout. Après cela, peut être qu'ils réussiraient à être sérieux le temps du reste de la réunion ! Ils avaient des sujets importants à aborder, après tout... Mais cela impliquerait qu'ils parviennent à se concentrer sur autre chose que Leopold en cuir, car le gage impliquait qu'il le garde pour la soirée. Merlin, si Rosaleen le voyait avec ça ! Remarque, songea Leopold pour lui-même, peut-être que ça lui plairait, qui sait, même s'il gageait plutôt qu'elle allait ouvrir des yeux grands comme des soucoupes et se moquer gentiment de lui... M'enfin ! Il fallait tester son pouvoir de séduction-en-cuir sur les dames.

Se levant de sa chaise, il se dirigea vers Isobel et fit un tour sur lui-même en bombant le torse d'un air avantageux, avant de lui adresser un sourire exagérément séducteur.

"Je vous plais ? Qu'en dites-vous, je peux porter ça pour la prochaine affiche du FREE ?"



Christoph Waltz, merci à Roy
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1903

Voir le profil de l'utilisateur
« Oh tu me donnes des idées qui vont plaire à ma femme, coquin va ! »

Un rire secoua le trafiquant à la réponse de Marcus, qui entrait bien volontiers dans le délire. S’il y avait un chef de département qu’il appréciait, c’était bien lui, il avait la plaisanterie facile et une tendance à ne pas trop se prendre au sérieux, ce qui plaisait bien à Roy. La remarque de Leopold agrandit davantage son sourire, si c’était possible, qui répliqua aussitôt en faisant mine de lui envoyer un baiser :

« Oh oui, tu viens de réaliser un de mes fantasmes, mon Leopoldounet. »

La cour de récré ? Pas du tout, c’était une assemblée très sérieuse qui se tenait ici. D’ailleurs, on finissait toujours par en revenir à des sujets très importants, ainsi que Leopold le montra en allant recueillir l’avis d’une professionnelle de la communication. Ce qui lui faisait penser… qu’il fallait immortaliser ce moment, c’était impératif. Dégainant sa baguette pour lancer un Accio, Roy se retrouva avec un appareil photo dans les mains et le bruit du flash interrompit l’échange entre Isobel et Leopold.

« Et voilà ! Si jamais tu veux faire une affiche, c’est dans dans la boîte. Ne me remercie pas, ça me fait plaisir. »

Il allait plutôt le conserver précieusement dans un dossier secret, pour le ressortir le jour où il aurait envie d’en rire à nouveau. L’action arracha un sourire mi-amusé, mi-outré à Marcus, qui s’exclama :

[color=#85C17E]« Le serpent ! Mais c’est que Mildred déteint sur toi ! Tu fais quoi, un dossier de chantage ou un album souvenir ? Avant de proposer avec entrain : Si c’est la deuxième option, moi, je propose qu’on pose tous avec Leopold, ça nous fera une chouette photo de classe ! »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

"Qui est le plus fou des deux, le fou ou alors le fou qui le suit ?" [Vils]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Qui est le plus fou des deux, le fou ou alors le fou qui le suit ?" [Vils]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-