AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Petits détails de la vie quotidienne [Azénor/Arielle]

Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
5 août 2009

La journée avait été longue, il y avait eu plusieurs accidents de Cheminette et donc des interventions d’urgence qui entraînait un tas de paperasse. Epuisée, Azénor traînait des pieds sur le chemin de son appartement. Le temps était chaud, lourd, elle se demandait s’il n’allait pas tonner lorsque la nuit tomberait.

Les terrasses devant lesquelles elle passait étaient bondées mais elle n’avait aucune envie de s’y prélasser ce soir. Elle ne souhaitait que retrouver le confort de son appartement et s’étaler sur son canapé en plaçant le ventilateur magique sur la table basse. Malheureusement, avant ça, elle avait promis à Arielle de passer faire quelques courses.

Le quartier moldu dans lequel vivaient les deux sœurs était assez éloigné du centre-ville mais la magie leur permettait de voyager plus rapidement que les moldus. Et puis, le taux de change très avantageux pour les sorciers leur permettait de louer un appartement pas trop minable, ce qui était une chance à Londres.

Azénor salua Miss Watson qui sortait promener son caniche et emprunta l’ascenseur avec soulagement. Lorsque la porte s’ouvrit sur le troisième étage, elle saliva en sentant l’odeur du poulet au curry que préparait leurs voisins d’origine indienne. Elle se sentait bien dans cet immeuble, elle s’y était fait sa place.

Elle sortit sa clé de sa poche et lança un discret sortilège en déverrouillant la porte. On n’était jamais trop prudent et elles étaient toutes les deux habituées à sentir les protections magiques entourant le manoir ou Poudlard, c’est donc plus par habitude que par nécessité qu’elles avaient lancé ce sort.

« Arielle, c’est moi, je suis rentrée ! Je suis passée à l’épicerie, par contre, je n’ai pas eu le temps de passer côté sorcier alors on mangera moldu cette semaine ! »

Le régime alimentaire n’était pas si différent d’un monde à l’autre, après tout, grand nombre de sorciers avaient des liens avec le monde moldu mais certaines saveurs ou ingrédients différaient tout de même.

« Ca te dirait pas de manger un plat au curry ce soir ? Les voisins m’ont mis l’eau à la bouche ! »

C’était bon d’être chez-soi ! Azénor rangea rapidement les courses, se servit un grand verre de jus de pamplemousse et le refroidit d’un coup de baguette avant de se diriger vers le salon, le canapé l’attendait.



©️Vivi-le-seul-l'unique
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Arielle Reynolds - 21 ans - Grande sœur d'Azénor

Arielle s'était plaint tout l'hiver du froid, de la grisaille et de la pluie. Elle avait toujours adoré l'été et préférait de loin passer ses journées à bronzer -ou plutôt à attraper des coups de soleil- allongée dans un parc  qu’emmitouflé sous quatre épaisseurs de pulls. Elle se souvenait trop bien s'être languie, des mois durant, du soleil et de sa chaleur. Maintenant qu'il faisait plus de trente degrés en plein cœur de Londres, elle commençait à regretter. Mais elle n'allait certainement pas recommencer à se plaindre et donner raison à tout ceux qu'ils l'avaient prévenu d'un "tu verras quand tu crèveras de chaud, tu changera de refrain !". Elle avait un coté un peu têtue, parfois.

La jeune femme remonta ses lunettes de soleil sur ses cheveux le temps de chercher ses clés dans son sac à main en pagaille. Elle poussa un soupir de soulagement en passant la porte de l'immeuble, abandonnant la chaleur étouffante de cette fin d'après-midi pour retrouver la fraîcheur du hall. Au début de l'été elle avait décidé de prendre l'escalier tous les jours, pour faire un peu d'exercice, mais aujourd'hui elle estimait avoir le droit de se rabattre sur l’ascenseur. Monter quatre étages par ce temps c'était carrément dangereux ! Elle ne voulait pas risquer un malaise, ce serait trop bête.

A peine avait-elle passé la porte de l'appartement qu'Arielle se débarrassa de ses chaussures en les balançant dans un coin. Elle lâcha son sac à main par terre, enleva ces gros bracelets qu'elle adorait et qui allaient parfaitement avec sa robe mais qui faisaient un bruit d'enfer, abandonna ses lunettes de soleil sur le meuble de l'entrée et s'affala sur le canapé comme une loque. Bonheur. Elle resta ainsi sans bouger pendant quelques minutes avant de réaliser qu'il lui manquait quelque chose. La jeune femme se redressa un peu et avisa son sac, qu'elle avait abandonné un peu plus loin. Après quelques contorsions digne d'un spectacle de cirque, elle parvint à attraper la bride avec le bout de son pied et traîna son sac jusqu'au canapé, assez près pour qu'elle puisse fouiller à l'intérieur et en tirer sa baguette magique. Un sortilège plus tard et le ventilateur était en marche, puissance maximum. Voilà, c'était parfait.

Arielle adorait son boulot. Elle avait fait des stages dans différents services avant d’atterrir au bureau de désinformation et elle s'y plaisait vraiment bien. Ses collègues étaient adorables, et puis il y avait plus pénible comme travail que d'inventer des bobards pour couvrir un peu les bavures des sorciers. Elle avait toujours adoré inventer des histoires, de toute façon, elle en racontait toujours plein à Azénor quand elles étaient petites. Et elle était de nature curieuse, alors elle aimait en apprendre un peu plus chaque jours sur le monde moldu.

La jeune femme trouvait ça bien plus correct d'inventer quelques mensonges plutôt que de lancer des Oubliettes à tout va. Un moldu croyait avoir aperçu une voiture qui flottait au-dessus du sol ? C'était une expérience toute nouvelle de Google ! Elle ne savait pas exactement qui était Google mais les moldus semblaient croire qu'il était capable du pire et du meilleur.

Oui, elle adorait son travail, mais elle devait reconnaître que le meilleur moment de la journée restait celui où elle rentrait chez elle. Surtout ces derniers temps, où l'ambiance était un peu plus tendu au Ministère. Beaucoup de choses changeaient, il y avait des réformes dans tous les services et cela divisait un peu les employés. Ils étaient plutôt tranquilles au bureau de désinformation, le FREE ne se préoccupait pas trop des moldus pour l'instant, trop occupé à lutter contre une soi-disant résistance, mais Arielle écoutait ce qui se disait dans les autres services et n'aimait pas toujours ce qu'elle entendait.

Contrairement à Azénor qui avait toujours été une incorrigible bavarde, Arielle aimait écouter les autres, surtout ceux qui en savaient un peu trop et ne savaient pas tenir leur langue. Sa copine Karen, du secrétariat, lui racontait toujours tous les ragots du Ministère -elle était toujours au courant de tout- et Arielle enregistrait toutes les informations que la petite blonde lui livrait sans s'en rendre compte. Un jeudi Karen lui soufflait que les employés de la justice étaient débordés, le mardi suivant elle lui racontait qu'il y avait de plus en plus de membres dans la nouvelle Milice, qui commençait même à recruter. Et elle laissait filer ainsi des morceaux d'information visiblement sans valeur et sans danger mais qui, mis bout à bout, avaient de quoi inquiéter un peu.

Décidant qu'elle avait assez fait la larve pour aujourd'hui, et qu'elle ferait mieux d'oublier tout ce que Karen racontait -son amie n'était pas une source très fiable de toute façon- Arielle se leva et entreprit de ranger un peu l'appartement. Elle nettoya d'un coup de baguette la vaisselle qu'elles avaient laissé traîner ce matin, fit son lit, et arrosa un peu leurs quelques plantes qui en avaient bien besoin ! Elle venait de se rasseoir sur le canapé quand elle entendit Azénor rentrer.

"Tu sais que j'adore manger moldu de toute façon !" répondit-elle en se levant pour aider sa sœur à ranger les courses.

Elle était vraiment contente de vivre avec Azénor. Elles avaient toujours été proches toutes les deux et sa petite sœur lui avait manqué pendant l'année qu'elle avait passé à Poudlard alors qu'Arielle en était déjà sortie. Elles se trouvaient une nouvelle forme de complicité depuis qu'elles étaient colocataire. Arielle ne se sentait plus seulement comme la grande sœur qui écoutait Az parler pendant des heures et essayait de la conseiller quand elles en avaient besoin. désormais elles faisaient plein de choses toutes les deux, comme de vraies copines, elles sortaient, elles s'amusaient, elle profitaient de la vie. Et c'était assez agréable.

"Tu veux vraiment manger épicé ? Tu n'as pas assez chaud comme ça ? répliqua-t-elle en riant quand sa sœur suggéra de faire un plat indien pour le dîner. Moi je ne mange presque que de la pastèque depuis deux jours ! Tu veux pas faire une salade plutôt ? On peut même mettre du poulet au curry dedans ! On peut faire une salade au curry !"

Leurs expériences culinaires plus ou moins réussies étaient partie intégrante de leur routine quotidienne, et c'était un miracle qu'elles n'aient pas encore mis le feu à l'immeuble - et heureusement qu'elles pouvait se servir de leurs baguettes !

"Tu as passé une bonne journée ?" demanda-t-elle finalement en s'asseyant sur le canapé à coté de sa sœur.
Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
Faire la cuisine était toujours plus amusant à deux, aussi Arielle et Azénor avaient pris l’habitude de ce charger toutes les deux de cette tâche et bien qu’elles aient des goûts plutôt similaires, il leur arrivait parfois de discuter un moment avant de convenir du plat du soir. Ce jour-là semblait être l’un d’entre eux.

« Le curry c’est bon tout le temps ! Et puis, l’argument de la chaleur est un faux argument, après tout, c’est dans les pays chauds qu’on mange épicé. D’ailleurs, ça demanderait bien quelques minutes de réflexion ça ! Pourquoi est-ce qu’on mange épicé dans les pays chauds alors qu’il serait bien plus intelligent de manger épicé dans les pays où il fait froid : ça réchaufferait ! Enfin, bref, j’y peux rien, les voisins m’ont donné envie ! »

Heureusement, Arielle était un as lorsqu’il s’agissait de gérer les lubies de sa sœur et avec une fratrie comme la leur, elle était devenue la reine des compromis.

« Une salade avec du poulet au curry ! Ca c’est une excellente idée ! Et de la pastèque en dessert, histoire de me déshydrater et d’atténuer la sensation de piquant ! »

Contente de cette décision, Azénor prit sa boisson et s’échoua sur le canapé comme elle en rêvait depuis qu’elle était sortie du Ministère, peut-être même avant… Elle se tourna vers Arielle alors qu’elle s’installait à ses côtés et la tête posée sur le dossier du canapé, elle entreprit de lui répondre.

« Epuisante… Mais passionnante ! J’ai vraiment eu de la chance d’obtenir ce poste ! J’avais raison lorsque je te disais que le service était en pleine expansion… J’ai une tonne de boulot. Dire que je n’étais pas sûre d’être prise au Ministère et me voilà dans un poste de confiance ! Je me sens vraiment utile pour une fois. En plus, comme j’ai pas mal travaillé aux archives pendant mon stage, je suis plus efficace que les autres pour retrouver les documents d’ouverture de cheminée par exemple. C’est fou parce que je n’aurais jamais pensé trouver ça intéressant de faire de la paperasse mais j’aime assez ça. J’aime fouiller dans les vieux papiers, sans doute ma curiosité qui prend le dessus. Et toi alors, ça a été ta journée ? »

Azénor aimait ces moments où elles prenaient le temps de se raconter leur vie, elle se sentait plus proche de sa sœur dans ces moments-là qu’elle ne l’avait été depuis des années. A Poudlard même si elles passaient du temps ensemble, elles ne se voyaient pas assez pour se connaître aussi bien que lorsqu’elles étaient enfants, cette complicité revenait peu à peu à leur grand plaisir.



©️Vivi-le-seul-l'unique
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur
S'il y avait bien un sujet avec lequel Arielle ne plaisantait pas, c'était la nourriture. Gourmande de nature, elle avait toujours aimé cuisiner, pour elle et surtout pour les autres. Elle n'avait malheureusement pas de talent particulier en la matière, mais elle s'améliorait ! Disons qu'elle ne faisait plus systématiquement brûler sa tarte à la tomate, ce qui était un progrès notable ! Elle se plongea donc dans une intense réflexion lorsque sa jeune sœur lui fit remarquer que, justement, on avait tendance à manger épicé dans les pays où il faisait le plus chaud.

"C'est vrai que c'est bizarre...répondit-elle, pensive. Je crois que j'avais lu un truc là-dessus ! se rappella-t-elle soudainement en se redressant sur le canapé. En fait, quand tu bois quelque chose de froid, de la limonade par exemple -elle leva son verre encore à moitié plein- ton corps doit le mettre à température quand il le digère, et pour ça il produit de la chaleur, expliqua-t-elle vivement, à grand renfort de geste. En mangeant et buvant des trucs qui sont déjà plus ou moins à 37 degrés, le corps fournit moins d'effort, donc de chaleur ! Particulièrement fière d'elle, elle se laissa retomber dans le canapé, satisfaite. Bon, par contre pour le rôle des épices dans tout ça, je sais pas trop..."

Heureusement qu'elle n'avait pas fait médicomagie, finalement. Elle y avait pensé un temps, pendant ses premières années à Poudlard. Elle adorait le contact avec les gens, et elle était toujours à l'écoute, les relations médecin-patient lui auraient plu, elle en restait persuadée. L'aspect "soin" et "diagnostic" un peu moins, par contre. Elle aurait pu devenir psychologue mais les études étaient si longues...Le service de désinformation c'était très bien, elle apprenait tout les jours, elle voyait du monde, c'était parfait, et puis elle pourrait sans doute évoluer et explorer d'autres services en lien avec les moldus.

Azénor semblait se plaire dans son nouveau poste elle aussi. Arielle ne la comprenait pas trop, elle n'avait jamais imaginé sa sœur dans ce type de service, mais elle ne pouvait que la supporter. Sa cadette avait eu un peu de mal à trouver sa voie après Poudlard, et Arielle était sincèrement heureuse de la voir épanouie, même s'il lui arrivait de se demander à quoi ressemblerait l'avenir professionnel de sa sœur. Le service des transports magiques faisaient partie de ceux qui commençaient à faire parler un peu, et pas toujours en bien...

"C'est marrant que vous soyez débordés ! s'étonna-t-elle. Touts les services tournent au ralenti en ce moment, même la cafeteria du ministère était presque vide ce midi ! Et quoi de plus normal au mois d'août ? Chez nous c'était plutôt calme aujourd'hui, on en a profité pour boucler quelques vieux dossiers, rien d'extraordinaire ! Qu'est-ce qui vous tiens si occupés ?" demanda-t-elle avec curiosité.
Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
Arielle avait toujours été sa grande sœur, celle vers qui elle se tournait pour avoir des réponses, celle qu’elle allait voir lorsqu’il y avait un bruit bizarre dans la maison et qu’elle avait besoin d’être rassurée, celle qui inventait des explications plus ou moins vraisemblables pour rassurer Azénor et qui y parvenait alors qu’elle-même était un peu inquiète. En somme, pour Azénor, Arielle était LA grande sœur et aujourd’hui encore ce lien subsistait alors qu’elle écoutait avec attention les explications qu’Arielle lui fournissait.

« Je n’avais aucune idée de tout ça. Donc si je comprends bien, boire de la limonade n’est pas une bonne idée… »

Elle secoua doucement la tête avant de reprendre une gorgée.

« J’y peux rien, j’aurais beau savoir que c’est contre-productif, je ne pourrai pas m’empêcher de boire des boissons glacées lorsqu’il fait aussi chaud qu’aujourd’hui. »

Elle rajouta quelques glaçons dans son verre en riant. Puis entreprit de raconter sa journée comme le lui demandait sa sœur.

« Le Ministère tourne au ralentit ? Je ne m’en étais même pas aperçu… Nous, au département des Transports, on est à fond. La partie recherche du département est en train de mettre en place de nouvelles choses et ils ont besoin de pas mal d’information, notamment dans les archives, ce que je fais à merveille si j’en crois mes supérieurs. On est en train de réviser les accords pour le réseau de Cheminette, c’est un travail qui se fait régulièrement, en été parce que c’est sensé être une période moins chargée, et ça tombait cette année donc je bosse aussi là dessus. Et puis, une grosse partie du département travaille à la construction de Leopoldgrad. Tout doit être près en septembre et les travaux ne vont pas aussi vite qu’il aurait fallu, on doit donc relier les bâtiments au reste du Réseau encore plus vite que prévu. En plus, les sorts ne sont pas habituels du fait de la particularité de Leopoldgrad donc c’est encore plus compliqué. Comme tu vois, on ne chôme pas de notre côté ! »

Chaque matin lorsqu’elle entrait dans le département des Transports, Azénor avait l’impression de plonger dans une ruche en pleine effervescence et elle appréciait assez cela même si elle rentrait épuisée le soir. Au moins, elle était efficace et faisait la satisfaction de ses supérieurs ce qui était assez nouveau pour Azénor qui n’était pas spécialement une bonne élève à Poudlard. Elle savourait les quelques compliments qu’elle pouvait glaner à droite et à gauche.

« C’est bizarre que vous ne soyez pas occupés vous aussi, il doit bien y avoir des sorciers qui décident d’aller passer des vacances parmi les moldu ou sur des territoires mixtes, non ? Après tout, les plages sorcières sont plutôt rares il me semble. »



©️Vivi-le-seul-l'unique
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur
Plutôt fière de sa petite explication scientifique, Arielle n'avait même pas songé au fait qu'elle contredisait sa propre démonstration en sirotant sa limonade glacée dans l'espoir de se rafraichir un peu. Elle dévisagea son verre avec une moue sceptique et se contenta de hausser les épaules.

"Bah, je n'ai jamais été une femme de sciences de toute façon ! Je continuerai d'apprécier la limonade glacée avec toi, ajouta-t-elle en riant."

Elle fit mine de trinquer avec sa petite sœur avant d'avaler une autre gorgée de sa boisson. Ça faisait quand même beaucoup plus de bien qu'un thé tiède, il n'y avait pas à dire ! La science c'était beau en théorie, mais celui qui avait pondu cette explication n'avait jamais habité sous les combles à Londres en pleine canicule !

Leur débat sur le menu du diner clos par cette vaine tentative de raisonnement scientifique, la conversation des deux jeunes femmes dériva naturellement sur la journée respective et Arielle s'étonna, comme souvent, d'entendre Azénor lui parler de l'activité du service des Transports. Comment se débrouillaient-ils pour être débordés alors que même le département de la justice magique semblait plus calme en ce mois d'août ?

"C'est vrai que vous bossez sur Léopoldgrad ! réalisa-t-elle soudainement. Ça doit être compliqué effectivement ! Ce projet va vraiment couter une fortune..."

En soi l'idée de créer une nouvelle ville sorcière un peu plus moderne n'était pas une mauvaise idée. Mais non seulement son nom était ridicule, et en plus cela semblait être un projet vraiment ambitieux. Il donnait visiblement du fil à retordre au service des transports et devait réclamer des millions de galions, mais au moins cela faisait travailler pas mal de monde. Arielle n'avait pas encore d'avis tranché sur la question, elle attendrait de voir si le résultat valait la dépense.

"J'espère qu'il y aura des boutiques sympas, que ça vaille le coup de créer une ville aussi spéciale ! Tu as des infos sur le projet ? s'enquit-elle, curieuse. Tu sais combien ça a couté exactement ?"

Arielle était curieuse, elle l'avait toujours été. Elle se doutait bien que si sa cadette avait des informations sur Léopoldgrad via son boulot elle était certainement tenue à la confidentialité, mais elle était sa grande sœur alors ça ne comptait pas, si ? Azénor était une incorrigible pipelette de toute façon ! C'était fatiguant parfois, mais ça pouvait aussi se révéler utile. Évidement Arielle n'aurait jamais mis sa sœur dans une situation qui puisse lui attirer des problèmes, et elle avait l'intention de garder toutes ces informations pour elle, c'était simplement de la curiosité.

Et puis, elle avait bien envie de connaitre l'avis de sa jeune sœur sur ce projet. Elles parlaient rarement politique toutes les deux. Ce n'était pas un sujet qui intéressait Arielle outre mesure et elle avait tendance à dire qu'elle ne s'y connaissait pas assez pour donner son avis. Mais, que ce soit au travail ou au sein de ses amis, on voyait apparaitre des avis de plus en plus tranchés sur le gouvernement du FREE. Arielle se rangeait plutôt dans la catégorie des sans-opinion, elle était de ceux qui écoutaient les autres débattre en terrasse en sirotant silencieusement leur cocktail. Du moins elle l'avait été jusqu'à présent, mais elle commençait à être un peu sceptique face à certains projets du gouvernement, et n'était pas certaine qu'Azénor partage son point de vue...
Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
Azénor fut légèrement surprise par le commentaire d’Arielle. Elles n’avaient pas l’habitude de commenter les choix politiques du Ministère. Cela pouvait paraître étrange en sachant qu’elles y travaillaient toutes deux mais ça n’avait jamais été dans leurs habitudes de discussions. Arielle était sa grande sœur, celle à qui elle pouvait se confier sur ses petits ou gros tracas. Elles avaient des discussions personnelles, intimes mais aussi dénuées de sens et amusantes comme tous les frères et sœurs mais des discussions politiques, jamais. C’était plutôt Rosalyn qui lançait ce genre de sujet, agaçant Azénor au plus haut point. Rosalyn était toujours obligée de se faire remarquer et la politique était un moyen comme un autre. Azénor détestait quand elle parlait de cela lors des rares moments où ils se retrouvaient tous au manoir alors qu’ils se voyaient si peu souvent. C’était comme son engagement à l’OFFRE, elle était certaine que c’était uniquement pour faire enrager grand-mère Ingrid !

Néanmoins, le commentaire d’Arielle n’engageait pas à grand chose et était plus un avis concernant son travail. Et puis, si Arielle voulait parler de politique, pourquoi pas… Après tout, elles vivaient ensemble et il était peut-être idiot de ne pas parler de ce genre de sujets.

« Ca a l’air d’être très compliqué en effet, après moi je ne m’en rends pas forcément compte, je fais des plus petites tâches. Je suis dans l’administration et c’est plutôt sur le terrain que les choses sont complexes. Nous on a juste des tonnes de documents à remplir pour que tout se passe bien. Il faut donner des autorisations – même si ce n’est pas trop mon domaine – mais aussi créer tous les dossiers relatifs aux nouveaux bâtiments. Pout te donner un exemple lorsqu’un bâtiment est relié au Réseau de Cheminettes, il faut qu’on ouvre un dossier aux Transports avec le numéro du bâtiment et le numéro sur le réseau. Ca ne paraît pas bien dur comme ça mais c’est un travail méticuleux car si on fait une erreur, l’ouverture de Leopoldgrad peut tourner au fiasco voire même devenir dangereux. Le plus difficile est que les travaux vont très vites et qu’on reçoit des listes longues comme le bras de bâtiments raccordés. »

C’était peut-être un peu trop technique pour Arielle mais Azénor était de plus en plus passionnée par son travail – à moins que ce ne soit simplement la passion qu’elle mettait habituellement à raconter ses expériences personnelles. Et puis, elle ne pouvait pas vraiment s’étendre son les difficultés particulières dues au nouveau type de raccord que les agents devaient mettre en place. Secret professionnel.

« Concernant l’argent, j’avoue ne pas être très au fait de tout cela, je n’ai aucune idée du coût global mais je pense bien que ça doit coûter cher puisqu’on est très nombreux à travailler sur le projet. Toutefois, je crois que ça en vaut la peine ! Les bruits de couloirs que j’ai entendu des personnes ayant eu la chance de s’y rendre annoncent une ville grandiose qui sera le fleuron de notre pays. »

Les récits étaient tous plus extraordinaires les uns que les autres. On parlait d’immenses bâtiments en verre, d’une modernité à faire pâlir les moldu. De grandes avenues s’ouvrant sur des magasins qui abriteraient les plus grandes marques, des parcs splendides se mêlant harmonieusement à la ville. Oui, vraiment, Azénor avait hâte de découvrir tout cela !

« Je suis sûre qu’il y aura plein de boutiques trop géniales ! Normalement de grandes marques devraient s’y installer ! Avec mon augmentation, j’essaye de mettre de côté un peu d’argent, dès que ça ouvrira, je t’embarquerais avec moi pour une virée shopping ! Je rêve d’une nouvelle paire d’escarpins ! »

Un grand sourire éclairait le visage d’Azénor, elle revenait en terrain plus habituel. Elle adorait faire les boutiques avec sa sœur aînée, elle était toujours de bon conseil et savait réfréner sa petite sœur en cas de besoin. Si Azénor râlait sur le coup, son portefeuille l’en remerciait ensuite.



©️Vivi-le-seul-l'unique
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur
Arielle écouta les explications de sa sœur cadette en hochant la tête à intervalles réguliers. Elle n’aurait jamais imaginé que raccorder de nouvelles cheminées au réseau puisse être si compliqué ! A vrai dire elle n’y avait jamais vraiment réfléchi, cela faisait partie de ces choses qu’elle imaginait se faire un peu « toutes seules », mais évidemment cela demandait plus de manipulations et de paperasses que ça ! Cela expliquait donc l’effervescence du service des Transports. Arielle ne comprenait pas vraiment comment on pouvait être aussi passionné que l’était Azénor pour toutes ces procédures et ces papiers administratifs, mais soit. Si sa sœur se plaisait dans ce qu’elle faisait c’était tout ce qui importait.

« J’imagine que ça fait du boulot ! »

De l’avis d’Arielle, ils étaient bien mieux au service de désinformation, à distribuer des guides aux sorciers qui partaient en vacances à la plage pour leur recommander de ne pas équiper leurs bambins avec les nouvelles bouées canards qui caquetaient mieux que des vrais et s’amusait à agiter leurs plumes pour faire rire les enfants.

Leur discussion sur ce sujet, un peu différente de leurs conversations habituelles, mais pas moins intéressante, aurait pu s’arrêter là si Azénor n’avait pas conclu par une déclaration qui fit froncer les sourcils à sa sœur ainée.

« Je croyais que c’était censé être le nouveau Nimbus le fleuron de notre pays ? répliqua-t-elle un peu dubitative. Si tu veux mon avis, notre Ministre est une vraie girouette ! »

Elle avait lancé ça sur le ton de la plaisanterie mais elle n’en pensait pas moins. Elle n’avait rien contre Marchebank, elle avait voté pour lui aux dernières élections et elle était très contente des mesures qu’il prenait en faveur des femmes ou des créatures magiques, mais il fallait reconnaitre qu’il était plutôt dépensier. C’était un peu facile de se plaindre quand on ne s’y connaissait pas, et il ne prenait certainement pas ces décisions seul, mais Arielle continuait de trouver qu’il jetait un peu l’argent par les fenêtres –aussi moderne et progressiste soit-il.

Le ministre de la magie n’était toutefois pas le seul à aimer dépenser puisque c’était aussi un des passe-temps préféré d’Azénor. Arielle devait reconnaitre qu’elle adorait faire du shopping elle aussi, mais elle et sa sœur n’avaient pas vraiment la même stratégie. Arielle était du genre à avoir une idée assez précise de ce qu’elle voulait et elle pouvait passer des heures à explorer la moindre boutique à la recherche de la perle rare. Elle était têtue et un peu difficile, et il était rare qu’elle craque pour un achat sur un coup de tête ! Contrairement à Azénor qui avait tendance à fonctionner au coup de cœur…et à avoir beaucoup trop de coups de cœur.

« Si tu as besoin d’une paire d’escarpins, il est de mon devoir de t’accompagner dans cette virée shopping ! lança-t-elle en riant. Ne serait-ce que pour éviter que tu ne termines la journée avec deux paires de bottines et pas le moindre escarpin ! »

Leurs journées shopping étaient toujours de bons moments ! Elles ne se pressaient pas, prenaient tout leur temps pour les essayages, et en profitaient pour s’arrêter régulièrement en terrasse prendre un café ou une glace. Et puis, ce serait l’occasion de voir de ses propres yeux ce si grand projet qu’était Léopolgrad, et de juger si cela valait bien la peine de dépenser des millions.
Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
En effet, ça leur faisait du boulot… Mais Azénor ne s’en plaignait pas, elle aimait être occupée et puis elle faisait quelques heures supplémentaire comme ça… Elle avait d’ailleurs pour projet d’aller passer quelques jours de vacances en dehors de Londres. La vie à la ville commençait à lui peser et elle avait envie de découvrir du pays !

Azénor n’avait pas énormément d’information concernant Leopoldgrad, elle n’était qu’une simple stagiaire et le projet était entouré d’une part de mystère. Toutefois, elle semblait en savoir un peu plus que sa sœur, aussi entreprit-elle de lui donner quelques informations tout en veillant à ne pas enfreindre les clauses de confidentialité de son nouveau contrat.

« Nimbus ou plutôt Cosmos est un des projets majeurs de notre Ministre mais ça y est, la ville a été rénovée et il est temps maintenant de passer à d’autres projets d’une autre envergure ! Avec Leopoldgrad, le Ministre entend redonner une splendeur au pays tout entier ! Et puis, ça créé beaucoup d’emplois d’après ce que j’ai entendu dire… Rien qu’aux Transports, on a dû embaucher… »

Elle réfléchit quelques instants supplémentaires sur le terme de girouette qu’Arielle avait employé.

« Je ne pense pas qu’on puisse dire de Mr Marchebank qu’il soit une girouette… J’ai l’impression au contraire qu’il sait très bien ce qu’il fait… Et puis, comme je l’ai dit, Cosmos c’est fait ! »

Azénor n’avait jamais été très attentive à la politique, elle n’avait pas éveillé son esprit critique sur le sujet lorsqu’elle était à Poudlard. Maintenant qu’elle travaillait au Ministère, côtoyait les politiciens, croisait les directeurs de départements dans les ascenseurs, il lui était quasiment impossible de prendre du recul. Ce qui se disait ne pouvait qu’être vrai puisque ç’avait été dit par des gens qu’elle connaissait !

Le sujet était suffisamment inhabituel entre les sœurs pour qu’il disparaisse rapidement de leur conversation. Le shopping était bien plus neutre comme discussion et Azénor avait encore plus de chose à dire.

« Tu es mauvaise langue Ari ! Je suis sûre que je reviendrais avec des escarpins… Enfin… Presque sûr… Par contre, je risque d’acheter des bottines aussi c’est clair ! Mais franchement, t’es d’accord avec moi, c’est trop beau les bottines, non ? Et puis, il faudrait que je me rachète des nu-pieds aussi pour profiter des quelques rayons de soleil ! Vraiment, le shopping devient urgent ! Je suis même pas sûr que ça puisse attendre l’ouverture de Leopoldgrad ! »

Azénor avait toujours été assez féminine mais depuis qu’elle avait quitté Poudlard, elle avait l’impression que cela s’aggravait, notamment d’un point de vue shopping. Oh, elle n’était pas au point de dépenser plus que ses moyens mais avoir un salaire et un petit loyer - puisqu’elle vivait loin du centre de Londres, le partageait avec sa sœur et qu’elles avaient un coup de pouce de leur parents – lui avait donné une certaine liberté dont elle profitait.



©️Vivi-le-seul-l'unique
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Petits détails de la vie quotidienne [Azénor/Arielle]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petits détails de la vie quotidienne [Azénor/Arielle]
» What's up ? — Éclaircissements et autres petits détails.
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Les petits santons ;-)
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-