AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Le transfert [Eliott, Samantha, Darren & Irving]

Irving WhitakerAubergisteEn ligneavatar
Messages : 3442

Voir le profil de l'utilisateur
19 septembre 2009, Londres.

Irving attendait patiemment dans la chambre d'hôtel du "Blue Peacock", debout, un sac de voyage posé sur son épaule. Le nom tout à fait banal de l'établissement ne laissait en rien présager de ce qui se tramait entre ses murs: Rien qu' en montant l'escalier jusqu'à sa chambre, Irving s'était vu proposer de la drogue et même les services d'une prostituée.

L'horaire et le lieu avait été choisi par les cadres de la Salamandre. Pour eux, ils s'agissaient surtout d'éviter que de nouveaux membres  de la résistance soient confondus par la Milice. Quoi de mieux qu'un hôtel perdu dans la banlieue du Londres moldu et un gérant pas très regardant pour organiser ce transfert à haut risque ?
En effet, en cette soirée de septembre, Irving avait été mandaté par Heaven pour accueillir au sein de sa future auberge son premier résistant en transit. Un homme, lui avait-on dit, hospitalisé à Avalon depuis plusieurs mois suite à des heurts avec les miliciens. Il était en attente d'un plan d'exfiltration vers l'étranger qui tardait à se mettre en place et la Salamandre avait besoin de le loger dans une planque le temps qu'elle puisse organiser tout ça. L'Entrepot'es étant complet, Heaven s'était rabattue sur Mallowsweet-Inn qui allait ouvrir ses portes dans quelques jours.

L'homme allait revêtir une nouvelle identité qui justifierait sa présence à Mallowsweet. Le sac de sport refermait une vie entière, façonnée de toutes pièces par les services de la Salamandre: Une nouvelle baguette, des papiers d'identité, des vêtements et surtout un artefact magique qui permettrait à l'individu d'acquérir sa nouvelle apparence.

D'après Heaven, le transfert serait assuré par deux autres résistants de la faction d'Avalon qui devaient se présenter d'ici quelques minutes.

En attendant, Irving posa le sac sur le lit et s'appuya contre la commode de la chambre. Son regard passa sur la tapisserie jaunie, les craquelures au plafond avant de se fixer sur son propre reflet dans le miroir en face. Il poussa un léger soupir tandis que ses pensées vagabondaient vers Klemens, comme souvent ces derniers temps. Il avait appris la mort de son ami quelques jours plus tôt, dans la presse. Un soit- disant suicide d'après l'article qui se réjouissait à l'idée que le "terroriste" soit dorénavant hors d'état de nuire.

Irving était triste, bien évidemment, mais aussi fatigué de tous ces morts. Depuis trois ans, il n'avait pas eu de répit: Son père, Danny son meilleur ami, et maintenant Klemens. Toutes les personnes dont il se sentait proches finissaient par s'envoler. Pourtant, cette fois,  il n'était pas plongé dans la même mélancolie que précédemment. Il avait bien conscience de s'être endurci depuis le meurtre de Dalhiatus et c'était dans ce genre d'épreuve qu'il en prenait toute la mesure. Klemens connaissait les risques, comme lui. Il s'était engagé dans la résistance en connaissance de cause et Irving devait  accepter cette réalité avec un certain fatalisme.  Il avait traversé assez d'épreuves cette année pour voir quelle était la conduite à tenir dorénavant: Honorer la mémoire de Klemens en poursuivant le combat contre le gouvernement. Il était persuadé que Klem n'aurait pas voulu le voir se morfondre dans son chagrin mais au contraire aller de l'avant. Encore et toujours. Et c'est ce qu'Irving comptait faire. Dans une semaine Mallowsweet-Inn serait officiellement ouvert et dès ce soir l'auberge allait accueillir son premier résistant. Un homme qui aurait pu être Klemens. Un rebelle, un indomptable, prêt à donner sa vie pour une cause.

Les trois coups frappés sur la porte de la chambre tirèrent Irving de ses pensées. L'heure était venue. Il attrapa sa baguette dans la poche arrière de son jeans et s'approcha précautionneusement de l'entrée.
"Puffapod." souffla-t-il à travers le battant.
Les  membres du  transfert répondirent par le mot de passe donné par Heaven si bien qu'Irving les laissa finalement entrer...


Darren O'ConnorFugitif sous couvertureavatar
Messages : 839

Voir le profil de l'utilisateur
Plus de neuf mois que le grand Darren O'Connor se voyait contraint et forcé de rester entre les quatre murs de cette maudite chambre secrète. Tel un lion en cage avide de retrouver sa savane natale, le jeune sorcier faisait les cent pas, sans comprendre pourquoi on s'évertuait ainsi à le priver de sa liberté. Syndrome de Stockholm inversé, ceux qui l'avait pourtant sauvé des griffes de la Milice commençaient à endosser le costume de vils geôliers. En effet, même s'ils avaient soigné ses jambes meurtries et son traumatisme crânien suite à sa chute presque mortelle qu'il avait malencontreusement effectué depuis les hauteurs du toit des locaux de la Fosse; Pourquoi le retenait-il encore captif alors que sa période de convalescence semblait bel et bien terminée? Un mystère qui tardait à s'éclaircir...

Darren savait pertinemment qu'il était activement recherché par la horde de Miliciens à la solde de cet imposteur de Marchebank. Ses convictions pro-sang-purs, son soutien à Daniel Rowles, son attitude frondeuse à l'encontre des réformes du FREE, tous cela faisaient de lui un ennemi du FREE. Sans l'intervention de ce mystérieux groupe d'opposants qui l'avaient trainé jusqu'à cette cachette secrète, Darren serait peut-être aujourd'hui dans une cellule d'Azkaban. Quelle différence cela faisait-il avec sa situation actuelle? Cloitré dans une chambre d'hôpital secrète, l'ancien serpentard détestait voir sa destinée tributaire du bon vouloir de sombres inconnus. Certes, ils l'avaient soigné, et l'encourageaient sans cesse à garder espoir, mais... Depuis quand n'avait-il pas revu la lumière du jour? Neuf mois ou presque une éternité, que ce plafond gris et ces maudits murs ternes servaient de décor à sa vie de convalescent captif...

Sa santé rétablit et sa fougue orgueilleuse complètement retrouvée, Darren redevenait l'homme qu'il avait toujours été. Fini le temps où il était obligé de s'uriner dessus, faute de pouvoir se déplacer sans aide extérieurs. Personne ne ferait plus sa toilette intime comme un vulgaire vieillard impotent. Il était redevenu le Grand Darren O'connor, et il comptait bien le faire entendre à quiconque passerait à proximité de sa chambre d'hôpital secret. Cela faisait des jours qu'il avait retrouvé sa fougue naturelle, et martelait le bois de la porte de ses poings. Au moindre signe de vie extérieure, le moins serpentard des serpentards ne cessait d'hurler l'ordre de le libérer de cette convalescence forcée.

"Combien de temps allez-vous encore me retenir ici? Bande de bâtards! Je suis Darren O'connor, l'ultime héritier de l'une des plus pure lignée de sorciers de ce fichu Monde Magique! Vous rendez-vous seulement compte de l'outrage dont vous êtes la cause? Puis-je au moins parler à ma mère? Ou sortir de ce trou puant?! "

Sa majesté Darren n'avait pas l'habitude d'être ignoré, et ne comprenait pas pourquoi on s'obstinait à l'isoler du Monde extérieur. Comme s'il était réellement en danger de mort. Certes il n'avait cesser de profiter de sa position de star du Quidditch pour hurler son dégout de la politique du FREE, et il avait vu à l'œuvre la Milice sanglante de Leopold Marchebank, mais il n'avait pas peur pour autant. Darren voulait combattre, et affronter ceux qui avaient manquer mettre un terme définitif à sa destinée qui se devait d'être grandiose! Si un bigleux de sang-mêlé comme Harry Potter avait réussit à devenir un héros, alors pourquoi pas lui?! Le groupe de résistance qui le retenait prisonnier se comportait avec lui, comme s'il n'était qu'une vulgaire victime! Un pauvre petit fugitif qu'il fallait protéger comme une mère le ferait avec un nourrisson! Ne voyait-il pas en lui son énorme potentiel de résistant? Darren se voyait comme le seul sorcier, à même de pouvoir déloger Leopold Marchebank de son trône doré de Dictateur. Isolé du monde extérieur depuis bien trop longtemps, il ignorait encore qu'il n'avait plus sa place dans le Monde que voulait bâtir le FREE...

Mais Darren n'avait qu'une obsession, celle de revoir la lueur du jour, même si cela devait le conduire à sa perte. C'est pourquoi il décida de se montrer particulièrement odieux avec ceux qui l'hébergeaient de force, au risque d'en payer le prix fort; Passé en mode rébellion, Darren renversa son lit et brisa la petite table d'appoint qui jouxtait sa couchette de fortune! La destruction de son petit monde s'accompagnait d'une réplique qui tournait en boucle: "Je VEUX sortir! ". Face à cette attitude puérile d'adolescent privé de sortie, la punition ne tarda pas à intervenir, lorsque des ombres finirent par surgir dans l'encadrement de la porte. Darren n'eut que le temps d'entendre une voix prononcée le sortilège "Stupéfix", avant qu'une cagoule malodorante ne vienne glisser sur son si noble visage. Il attendit alors quelqu'un parler de "transfert", puis les ténèbres tournoyèrent autours de lui, le plongeant dans un état d'inconscience.

Lorsqu'il se réveilla, sa cagoule lui obstruait encore la vision, tandis que deux individus le soutenaient de part et d'autre, le faisant glisser sur une vieille moquette démodée. Où était-il? Qu'allait-il faire de lui? Il voulut parler mais sa langue était aussi pâteuse qu'après un lendemain de cuite au Whisky Pur-Feu. Il se contenta alors de grogner, quand il entendit quelqu'un frapper distinctement trois fois sur une surface boisée. C'est alors qu'une voix féminine finit par briser le silence, en prononçant une mystérieuse formule, dont le sens échappait au grand Darren O'connor. Il invectiva alors directement la femme qui le soutenait sur sa gauche!

"Lâche-moi femelle, ou je te jure que tu vas le regretter! "

Depuis quand les femmes pouvaient porter des charges lourdes? Darren se sentait humilier à l'idée d'être cagoulé, et trainé de la sorte par une représentante du sexe faible. Il voulut alpaguer également la personne qui se tenait sur sa droite, quand le bruit d'une porte pivotant sur ses gonds se fit entendre. C'est alors que l'inconnu de droite lui arracha sa cagoule, et que Darren fit face à sa plus grande surprise.

"Quoi!??? Toi!!! Le bouclé!!!? "

Aussi surprenant que cela puisse être, Irving Whitaker se tenait face à lui, laissant le grand Darren O'connor sans voix, et aussi perplexe qu'une carpe venant de mordre à l'hameçon. C'est alors que les deux personnes qui l'avaient entrainés dans ce lieu sordide, prirent la parole et lever quelque peu le voile de mystère qui reposait sur ce mystérieux transfert...


❝ Darren O'Connor ❞
×××××× est Michelle Middleton ×××××××
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 386

Voir le profil de l'utilisateur
Eliott et Samantha travaillaient ensembles depuis déjà presque deux mois et de l'avis du jeune homme ils formaient une très bonne équipe. Il n'était pas certain d'être le formateur le plus professionnel et le plus protocolaire qui soit, mais son apprentie progressait et elle avait l'air de s'intéresser de plus en plus à son futur métier, il ne devait donc pas être trop mauvais. Et puis, il appréciait réellement la jeune femme, son naturel et son coté débrouillard, il était persuadée qu'elle deviendrait une excellente ambulancière.

Mais ce soir ils n'étaient pas là en tant que binôme d'ambulanciers de Ste-Mangouste, du moins pas vraiment. Tout prêtait à le croire pourtant. Les blouses, l'ambulance magique stationnée derrière eux, leurs mines soucieuses. Tout était fait pour faire croire à un transfert de blessé. Sauf que d'après le planning du service ils ne travaillaient pas ce soir, que l'ambulance était censée être hors-service (son capteur de position ne marchait plus, ce qui les arrangeaient bien), et que l'homme qu'il transférait ce soir n'était pas blessé, ou du moins ne l'était plus. Pour la première fois les deux jeunes gens intervenaient en binôme pour une mission de la résistance.

Eliott avait déjà rendu quelques services à la Salamandre ou au Kraken par le passé. Loin d'être un des membres les plus engagés, il n'hésitait jamais à venir en aide aux résistants qui en avaient besoin. Il avait très vite compris que Samantha partageait beaucoup de ses opinions, et l'avait tout naturellement aiguillé vers la résistance. Il n'avait pas vraiment réfléchi sur le coup -il restait un incorrigible instinctif- mais maintenant qu'ils étaient tous les deux sur le terrain, il se demandait s'il avait eu raison de faire courir tant de risques à une adolescente de dix-huit ans. Sans doute que non. Mais c'était un peu tard pour faire demi-tour.

"Ça devrait bien se passer !" assura-t-il avec conviction, plus pour lui-même que pour Samantha, en guettant l'entrée secrète du centre de soins de la résistance.

Deux médicomages finirent par apparaitre dans leur champ de vision, soutenant de part et d'autre le corps de ce qui devait être un jeune homme de taille respectable. Un certain Darren O'Connor, de ce qu'on leur avait dit. Le nom de famille lui disait évidement quelque chose, et au vu de leurs âges respectifs il avait forcément dû croiser ledit Darren a une réception de sang-purs ennuyante à mourir, mais il n'en gardait aucun souvenir. Il n'avait jamais prêté grande attention aux garçons de son âge dans ce genre de réception, trop occupé à chercher celle des jeunes filles de bonne famille.

L'un des deux médicomages les salua et tendit à Eliott un papier sur lequel était inscrit l'adresse à laquelle ils étaient attendus. Ils étaient censé emmené Darren à Londres, où il serait pris en charge par un résistant qui pouvait l'héberger dont Eliott et Samantha ignoraient pour le moment l'identité. Tout était toujours très secret. Les deux ambulanciers s’efforcèrent ensuite d'allonger le corps de leur passager sur une civière à l'arrière du véhicule, et partir sans demander leur reste.

Plus vite cette mission serait finie et mieux ce serait, songeait Eliott en conduisant à pleine vitesse dans les rues de Londres. Il n'y avait -théoriquement- aucun risque que quoi que ce soit se passe mal. Les moldus ne pouvaient pas les voir, et si par malheur ils étaient contrôlés par des officiers de la PM ou de la Milice, ils présenteraient leurs badges et prétendraient devoir se rendre à Ste-Mangouste le plus vite possible pour une urgence vitale -cela suffisait généralement à abréger le contrôle.

"J'habitais pas loin avant, lança-t-il alors que l'ambulance s'engageait dans un quartier de Londres pas vraiment réputé pour sa population. Ça craint par ici, commenta-t-il en évitant de justesse un couple de cyclistes qui avaient du sentir le vent leur frôler les oreilles. C'est juste là apparemment..." lança-t-il finalement en arrêtant le véhicule devant un vieil hôtel un peu miteux.

Le "Blue Peacock" avait l'air d'être complètement laissé à l'abandon, seule la présence d'un employé à l'uniforme délavé en train de fumer sur le trottoir devant l'établissement indiquait qu'il était toujours ouvert.

Décidant qu'ils passeraient plus facilement inaperçu sans leurs blouses blanches, Samantha et Eliott abandonnèrent leurs tenues d'infirmier ainsi que la civière à l'arrière du véhicule et entreprirent de trainer Darren -toujours inconscient- jusqu'à la chambre qu'on leur avait indiqué.

"Ils auraient pu prendre une chambre au rez-de-chaussé...soupira Eliott alors qu'ils montaient les marches menant au troisième étage."

Personne ne s'étonna de voir deux jeunes gens en trainer un troisième -cagoulé et inconscient- dans la cage d'escalier. C'était probablement le genre de scènes qui se jouaient souvent ici. L'épreuve des marches avait visiblement réveillé leur passager qui émit un grognement plaintif alors qu'Eliott frappait à la porte de la chambre où le rendez-vous était fixé. Samantha donna le mot de passe et Darren O'Connor en profita pour prononcer ses premiers mots depuis le début du trajet, une remarque insultante qui lui valu un coup de pied -parfaitement accidentel- de la part d'Eliott.

Un mot de passe retour leur fut communiqué et la porte finit par s'ouvrir sur une chambre d’hôpital miteuse au milieu de laquelle se tenait un jeune homme qui lui paraissait étrangement familier. Toujours en fouillant ses souvenirs à la recherche de l'identité de ce jeune homme, Eliott retira sa cagoule à Darren, qui visiblement connaissait également leur hôte, et qui ne semblait pas ravi de le voir.

"Irving Whitaker ! s'exclama finalement Eliott à qui la mémoire revenait. On s'est croisé il y a un moment !"

Un moment où le dénommé Irving était portier et où Eliott était encore taxi. Et voilà qu'ils se retrouvaient à participer à un transfert secret pour la résistance. Le monde était décidément minuscule.


Samantha MillerAmbulancière magiqueavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Dans l'attente de sa première mission pour la résistance, Samantha paraissait moins nerveuse que son tuteur. Plutôt détendue, quoi qu'un brin impatiente, elle observait l'entrée du centre de soin en attendant l'arrivée de leur mystérieux patient. Peut-être était-ce son jeune âge, le fait qu'elle avait déjà été confrontée à des situations périlleuses au cours de sa vie, ou son âme de révoltée, mais Sam n'avait pas ressenti beaucoup d'anxiété dans l'attente de cette mission. Au contraire, elle se sentait presque soulagée depuis que Lauren et elle avaient pris la décision de rejoindre la résistance. Enfin, elles agissaient ! Enfin, elles prenaient part au mouvement de contestation qui commençait à gronder dans l'ensemble du pays ! C'était comme si le poids de la culpabilité et de l'inaction s'ôtait de ses épaules.

Sam n'avait pas attendue que la Consumeuse se guérisse d'elle-même, non, elle était partie chercher le rapport incriminant jusque dans les tiroirs de Jordan Nimbus de Pompadour, et aujourd'hui, elle ferait de même avec la dictature Marchebank ! Que son meilleur ami porte son nom ne devait pas influer sur sa décision. Sam et Lauren étaient des femmes de conviction, et surtout, des femmes d'action. Elles étaient jeunes, trop jeunes et trop idéalistes, sans doute, pour se résoudre à une vie d'oppression. Le Kraken avait semblé une voie logique pour ces deux adolescentes désireuses de prendre leur destin en main et d'agir à leur niveau. Le Serment Inviolable, un engagement de toute une vie ? Peut-être, mais cela n'effrayait pas Samantha. Ce Serment là, elle avait au moins le loisir de le choisir. Elle ne pouvait pas en dire autant de la malédiction qui lui était imposé par les lacunes du gouvernement précédent. Gouvernement auquel appartenait alors Leopold Marchebank...

Lauren et Sam étaient déjà tellement convaincues qu'il avait suffit de quelques discussions avec Eliott au sujet de la résistance pour qu'elles passent à l'acte. Il avait été décidé que Sam aiderait son tuteur dans ses missions, avec le Kraken mais aussi la Salamandre, ce qui lui simplifierait certainement la tâche. Qui irait soupçonner le jeune papa ambulancier, et sa stagiaire blonde et innocente, de mener des missions pour la résistance ? Personne. C'était l'équipe parfaite.

L'élément déclencheur, pour Sam, avait sans doute été la nouvelle de Klemens que la presse avait froidement traité comme un suicide. Elle ne prétendait pas avoir bien connu Klemens, mais suffisamment pour savoir qu'il y avait Strangulot sous roche. Un homme ne vivait pas les épreuves que Klemens avait vécu, il ne supportait pas mois après mois des métamorphoses éprouvantes qui le transformaient en bête sanguinaire pour ensuite bêtement se suicider... Klemens était mort pour une cause qu'elle allait rejoindre, elle aussi : la résistance.

"J'en suis persuadée", répondit Sam avec l'ombre d'un sourire quand Eliott lui offrit des paroles de réconfort.  

La première partie du plan s'était effectivement déroulée comme prévue, puisque le corps inanimé du patient à transférer venait d'arriver dans leur champ de vision, soutenu par deux médicomages. Sam sentit son pouls s'accélérer quand leur partie de la mission débuta. Il s'agissait de ne pas se planter, pour sa première mission avec la résistance, et surtout de ne pas se faire repérer. L'enjeu lui semblait d'autant plus important qu'elle connaissait le jeune homme qu'ils transportaient...

Sam avait été particulièrement étonnée en entendant son nom. Darren O'Connor n'était pas de ceux que l'on oubliait, et elle l'avait croisé bien assez souvent dans la salle commune à l'époque pour se rappeler de lui. Se souviendrait-il d'elle, rien n'était moins sur, mais elle aimait autant que cela ne soit pas le cas. ll faisait partie de ces quelques Serpentard qui entretenaient la mauvaise réputation de la maison : raciste, arrogant, se vantant continuellement de la pureté alléguée de son sang, se pensant au-dessus des hommes et des lois. Pas étonnant qu'un tel homme se retrouve en bisbille avec le FREE et sa politique anti-sangs purs...

Qu'importe, si O'Connor n'était pas sa personne préférée au monde, il fallait malgré tout mener la mission à bien.

"Ah ouais, ça a l'air un peu glauque", commenta Sam en observant distraitement le quartier dont lui parlait Eliott au volant. L'hôtel devant lequel ils s'arrêtèrent n'inspirait pas confiance, mais c'était certainement pour cela qu'il avait été choisi. Ils entreprirent de faire monter Darren au bon étage.

Le bougre pesait son poids, songea Sam en montant péniblement les escaliers, soutenant une moitié de Darren. Comme Eliott se plaignait lui aussi, elle ne put s'empêcher de le taquiner, pour alléger l'atmosphère :

"Bah alors chef, fatigué ?"

Les insultes de Darren, visiblement tiré de sa sieste, tirèrent un soupir désabusé à Sam. Non, décidément, O'Connor n'avait pas changé, et il fallait rajouter "macho" à la longue liste de ses défauts. Elle raffermit légèrement sa poigne, agacée, mais ne répondit pas à la provocation. Elle avait mieux à faire, comme donner le mot de passe pour se décharger au plus vite de cet encombrant fardeau.

Quand la porte de la chambre s'ouvrit, sa surprise fut telle qu'elle se sentit soudain beaucoup moins pressée de partir. Ces bouclettes, elle les reconnaîtrait entre mille ! Jamais elle ne se serait attendue à ce que la personne derrière la porte soit Irving, et pourtant, à bien y réfléchir, c'était logique... Il avait comme elle le tempérament nécessaire pour rejoindre la lutte, et des convictions de nimbusien bien ancrées. Ne manquait plus que Cassandre, et ils seraient prêts pour arpenter les rues et faire signer des pétitions comme au bon vieux temps... Tout cela semblait si vieux aujourd'hui, comme dans une autre vie !

Irving, c'était un peu cela, pour Sam, quelqu'un qui avait beaucoup compté dans une autre vie, et son coeur s'emballait encore un peu en le voyant, comme par habitude. Surprise, elle le dévisagea sans prêter attention aux deux autres, notant les subtiles changements qui s'étaient opérés en lui. Irving avait toujours la même dégaine caractéristique, mais ses traits semblaient plus matures, son regard plus marqué, presque habité. Un même changement se lisait-il sur son propre visage ? Elle aurait bien aimé le savoir...

Une fois remise de sa surprise, elle lui sourit avec chaleur :

"Irving, ça alors ! Ça fait plaisir de te voir ici !"

Son regard balaya la pièce miteuse et l'infâme O'Connor, et elle nuança :

"Enfin plaisir... vu les circonstances ! Je suis contente de voir que tu poursuis la lutte toi aussi."



Irving WhitakerAubergisteEn ligneavatar
Messages : 3442

Voir le profil de l'utilisateur
Irving ne s'attendait certainement pas à tomber sur ces trois là, ensemble. C'était comme si des petites bribes de son existence, indépendantes les unes des autres, avaient été regroupées ici dans cette chambre d'hôtel miteuse.

Le grand frère de Paige Warlock tout d'abord, ce chauffeur de taxi qu'il avait croisé chez les moldus, un an plus tôt quand il était encore portier de nuit dans un grand hôtel de Bristol. Et comment s'appelait-il déjà ? Ethan ? Eliott ? Oui c'était ça. Irving se rappelait vaguement d'avoir parlé de politique sorcière avec lui et de...Marchebank ! Tout lui revenait en mémoire maintenant, Eliott était le neveu du Ministre. L'ancien Gryffondor était forcé de constater que ni la soi-disant politique d'ouverture de Marchebank ni les liens du sang n'avaient su séduire le jeune homme aux idées rebelles. Si ça avait été le cas, il ne serait pas là, à participer à un transfert pour le compte de la Salamandre avec Samantha.

Sam, quand à elle, était le profil type de la résistante. Irving n'aurait jamais pensé se trouver face à elle ce soir mais cette situation ne l'étonnait pas. Engagée, elle l'avait toujours été: Contre la consumeuse ou pour faire accepter sa lycanthropie. Elle était le genre de femme à prendre des risques et à se battre pour ces idéaux. Ils ne s'étaient pas revus depuis un bout de temps -depuis cette gobière avec Klemens pour être précis- et il avait envie de prendre le temps de discuter avec elle. De s'assurer qu'elle allait bien. Ils avaient partagé un peu plus qu'une belle amitié et aux yeux d'Irving, Sam faisait partie des personnes dont il se souciait sincèrement du bonheur.

Malheureusement ce n'était pas vraiment le moment et l'endroit pour renouer contact car Sam et Eliott encadraient la personne qu'Irving allait devoir accueillir chez lui, sous son toit, pour le cacher de la Milice: Darren O'Connor. Il avait été l'un des premiers activistes recherchés en décembre dernier après l'affaire de la rafle des syndicalistes.  Le moins que l'on puisse dire c'est que l'ancien Gryffondor n'était pas du tout emballé par l'idée de devoir protéger une teigne dans le trempe du Serpentard ! A peine avait-il entendu le son de sa voix et vu son air méprisant qu'Irving s'était tendu. Il n'était pas fou: Darren était le genre d'homme à entrainer tout le monde dans sa chute. La star déchue du quidditch était imbue d'elle-même, égoïste et ingrate. Il suffisait de voir l'accueil qu'il venait de leurs réserver pour être sûr qu'O'Connor n'avait pas changé. Hors Irving n'était pas prêt à tout risquer pour cet homme. Il ne lui avait pas fallu plus de dix secondes pour arriver à cette conclusion. Nora et lui avaient redoublé d'efforts pour remonter la pente après le meurtre de Dalhiatus, et leur abnégation commençait tout juste à porter ces fruits. Ils avaient failli craquer, Irving avait même pensé au suicide mais ils s'étaient accrochés, tous les deux,  et Mallowsweet agissait un peu comme une bouée de sauvetage. Ils s'investissaient dans ce projet depuis plusieurs mois et le jeune homme ne comptait certainement pas laisser l'ancien Serpentard tout gâcher.

"Si t'es pas content d'me voir O'Connor, vas t'en. La porte est grande ouverte, rien n'te retient." lâcha-t-il avant même de prendre le temps de saluer les deux autres membres du convoi. Il contourna Darren et ouvrit la porte de la chambre pour allier le geste à la parole, vas-y. J't'en prie. T'es libre."

C'était en réalité un pari peu risqué. Certes Darren pouvait décider de partir en ayant vu leurs visages et en connaissant leurs identités  mais le Serpentard n'était pas sans savoir qu'il était activement recherché à l'extérieur. L'endroit le plus sûr pour lui restait cette chambre d'hôtel. Irving l'observa donc durant  quelques secondes avant de détacher son regard du joueur de quidditch. Non, il n'allait pas se laisser malmener. Il avait les cartes en main et il appliquait ses règles. Il ne retiendrait pas Darren contre son gré alors soit il acceptait de se plier aux contraintes -c'était dans son intérêt- soit  il partait sur le champ. Rien de plus simple au premier abord mais cela semblait être une notion difficile à comprendre pour le cerveau atrophié de l'ancien capitaine des vert et argent.

Irving reporta donc son attention sur Samantha pour lui offrir son premier sourire de la soirée sans parvenir toutefois à se détendre complètement.

"Pourquoi j'uis pas étonné d'te voir là ?" souffla-t-il en lui faisant une brève accolade. La question était purement rhétorique aussi ajouta-t-il, content d'te voir aussi."

Il se tourna alors vers Eliott pour le saluer d'une énergique poignée de main.

"Ouais ça fait un bail."
se contenta-t-il de répondre.

S'il n'y avait pas eu Darren, le jeune homme aurait surement proposé aux deux urgentistes d'échanger plus longuement des nouvelles mais le contexte ne s'y prêtait pas vraiment. Irving n'était pas serein et il voulait dans un premier temps s'assurer que Darren et lui étaient bien sur la même longueur d'onde. Sans ça, il annulerait le transfert jusqu'à Mallowsweet.

"Entrez, mettez vous à l'aise, dit-il  en désignant l'intérieur de la chambre, puis il ajouta à l'attention de Darren, Alors ? T'es encore là ?"

Il laissa planer quelques secondes de silence et repris:

"j'préfère t'prévenir tout d'suite: "l'bouclé" comme tu dis, c'est celui qui a l'pouvoir t'aider alors qu'on soit bien d'accord: J'peux l'faire mais c'est pas dit qu'j'le veuille. Pour le moment j'vois clairement pas pourquoi j't'aiderai d'ailleurs, lâcha-t-il en croisant les bras sur son torse,  T'arrives là, comme si tout t'était dû. Tu veux pas qu'ce soit moi qui soit chargé d'ta protection, très bien, ça m'arrange même, mais ne viens pas  nous gueuler d'ssus. Tu crois qu'j't'ai pas entendu mal lui parler dans les escaliers ? grogna-t-il en désignant Samantha d'un mouvement de tête. Tu t'crois où bordel ? Nous trois là, on prend des risques pour sauver tes fesses alors j'pense que tu nous dois un peu plus de respect. Il faut que tu t'mettes ça dans l'crâne: On est pas obligé d't'aider." assena-t-il.

Irving attrapa le sac de sport abandonné sur le lit et poursuivit:

"Des dizaines de personnes se sont mises en danger pour t'façonner une nouvelle identité. Ils t'ont fait des faux papiers , une nouvelle baguette, ils t'ont crée une apparence pour que tu puisses vivre presque normalement en attendant ton exfiltration. Quelqu'un -je sais pas qui- a pris le soin d'ach'ter des vêtements neufs,  pour toi, d'les repasser, d'les plier et d'les foutre dans c'sac,  et toi, qu'est-ce que tu fais ? Tu râles ? T'es pas content ? martela-t-il en s'approchant à quelques centimètres de Darren,  Sincèrement, est-ce que t'as conscience de la chance que tu as eu jusqu'ici ? Parce que dis toi qu'ça peut s'arrêter comme ça, Il claqua des doigts devant le visage du Serpentard. Fini. Évanoui. T'es enfin seul. Tout seul. C'est c'que t'as toujours voulu non ?"

L'ancien Gryffondor marqua une courte pause.

"J'vais pas y aller par quatre chemins, vieux, reprit-il finalement un ton plus bas, si tu veux  rester on acceptera qu'tu l'fasses seulement si tu suis nos règles: Primo, tu t'calmes et tu nous parles sur un autre ton, deuxio, tu t'excuses pour la manière dont tu viens te comporter. Grandis putain, on dirait un gosse qui fait un caprice !  Et tercio,... "

Comment pouvait-il formuler cela ?

"Tercio, ben,... tu nous fais confiance. Si tu joues le jeu on s'ra les trois seules personnes à connaitre ta véritable identité. Les seuls qui pourront t'aider en cas d'coup dur. Faut qu'on agisse comme une équipe et qu'on puisse compter les uns sur les autres. Et ça faut qu'ça marche dans les deux sens: on doit pouvoir avoir confiance en toi nous aussi. Je dois pouvoir avoir confiance en toi, insista-t-il, Tu vas vivre chez moi, à mes côtés, dans ma famille, 24h/24. On va pas s'mentir, j'vais surement être sur ton dos et te taper sur les nerfs -c'est clair même- , t'en auras marre de voir ma tronche et mes bouclettes mais faut juste qu'j'sois certain d'une chose: Qu'tu vas être capable de prendre sur toi et d'pas faire imploser nos vies. C'est dans notre intérêt à tous."

Irving se recula quelque peu avant de demander:

"Alors, est-ce qu'j'peux t'donner cette valise ?"


HJ:
 


Darren O'ConnorFugitif sous couvertureavatar
Messages : 839

Voir le profil de l'utilisateur
Aussi humiliante soit la solution, l'un des protagonistes de son transfert ne trouva rien de mieux à faire que de lui botter son noble fessier de sang-pur, pour lui inculquer les bases les plus élémentaires du respect. Bien plus efficace qu'un long monologue, ce geste déplacé suffit à calmer les élans machistes et l'arrogance du Serpentard. Ce dernier se réfugia alors dans un silence boudeur, qui ne faisait que corroborer avec les caprices de l'ancienne star déchue du Quidditch. S'il ne connaissait en rien le zèbre qui avait osé lui botter l'arrière-train, cette entrevue mystérieuse prenait la forme d'une petite réunion d'anciens collègues de Poudlard. Le "bouclé" comme il se plaisait à le surnommer jadis, se tenait bel et bien devant lui; Si Darren l'avait tout de même reconnu de par sa touffe capillaire si caractéristique, il fallait reconnaître que le nabot au Nimbus Furtif avait bien changé. Ce n'était pas le fait qu'il avait vieillit, ou qu'il se soit étoffé physiquement, non, ce n'était pas cela... La transformation de la larve en papillon se percevait plus dans l'attitude et l'assurance qui se dégageait désormais de lui. Son regard, lui aussi, était moins fuyant et n'offrait aucune lueur de naïveté comme jadis. Petit Whitaker serait-il devenu un homme?

Dans l'art de la métamorphose, la jeune et jolie femelle qui se trouvait sur sa gauche n'était pas en reste. Darren avait d'ailleurs eu bien du mal à reconnaître immédiatement cette gamine férue du Quidditch qui avait pris sa relève au poste d'attrapeur au sein de l'équipe de Serpentard. Darren ne se rappelait pas lui avoir adressé un jour la parole, ne gardant d'elle que l'image d'une petite blondinette toute discrète qui ne faisait que trainer auprès des terrains d'entrainement de Quidditch. Peut-être lui avait-il confier l'honneur de nettoyer ses chaussures après un match, comme il avait coutume de le faire auprès de ses admiratrices... Qui sait? A vrai dire, si Darren l'avait reconnu, ce n'était pas en raison de leurs affinités. Mais simplement, parce que monsieur avait enragé en apprenant qu'une femme l'avait remplacé au poste d'attrapeur. De son point de vue, la Maison Verte et Argent était tombée bien bas. Mais plutôt que prendre un second coup dans le postérieur pour remarque sexiste, l'ancien serpentard préféra arborer un air mesquin, tout en se figeant les bras croisés sur le seuil de la porte. L'orgueilleux jeune homme en avait plus que marre de fuir, et de devoir se cacher. Il était temps de leur montrer le vrai visage du GRAND Darren O'connor! Mais la réplique cinglante d'Irving à son encontre, rinça quelque peu sa fierté mal placée. Celui-ci, plutôt que de la contraindre à rester, l'exhortait à partir si telle était son intention.

"Alors qu'il en soit ainsi! Je m'en vais! "

Planté sur le seuil et malgré l'assurance qu'il cherchait à maintenir, Darren ressentit un certain malaise à l'idée de rejoindre ce monde extérieur qu'il ne connaissait plus et dans lequel il n'était plus qu'une cible à abattre. Quelle mouche l'avait piquée de vouloir se lancer dans un combat perdu d'avance? Pourquoi cet entêtement à vouloir tant lever le voile de mystère qui planait encore sur la mort de Kelsey? Quand lui était venue cette volonté stupide de s'engager auprès de Daniel Rowles et sa clique de syndicalistes anti-Marchebank? Darren avait merdé sur toute la ligne, préférant s'attirer l'inimitié d'un dangereux despote et de sa redoutable Milice, plutôt que de rester tranquillement au chaud dans sa villa de luxe! Mais voulait-il vraiment d'une vie routinière et sans danger? Depuis les soupçons de dopage qui reposait sur sa personne, Darren n'avait fait que cirer le banc de l'équipe des pies de Montrose. Sa vie ne se cantonnait qu'à baiser des groupies écervelées, sans qu'aucune d'entre elles n'arrivent ne serait-ce qu'à la cheville de sa regrettée et pulpeuse Kelsey Lorgan. Ne valait-il pas mieux se jeter directement dans la fournaise plutôt que de devoir mourir à petit feu? Darren fut soutiré de ses pensées existentielles par un Irving excédé par le nombrilisme détestable dont faisait toujours preuve le serpentard.

Profondément déstabilisé par le torrent de vérité qui déferlait sur lui, Darren O'connor se sentait beaucoup moins grand face à cet Irving versus 2.0; Le bouclé n'avait strictement plus rien à voir, avec le petit bigleux insignifiant d'autrefois. Ce dernier se permettait de le vilipender avec une telle détermination, qu'il en devenait carrément convaincant. Darren O'connor demeura interdit, tandis que le Gryffondor en venait à lui reprocher son ingratitude envers ses sauveurs. Blessé dans son orgueil, il aurait voulut cracher son dédain à la face de ce fieffé moralisateur, voir feindre l'indifférence , mais au contraire l'arrogant irlandais sentit monter en lui un sentiment nouveau; Celui de la culpabilité. Car pourquoi contredire de telles vérités? Même dans son égo surdimensionné, Darren ne pouvait pas ignorer le fait que des gens avaient risqué leurs sécurités pour sauver la sienne. Ces mêmes personnes qui l'avaient soutiré de la toile de la Milice, au moment où tout espoir venait de s'envoler. Et que dire de cette si gracieuse infirmière du nom de Tara, qu'il se plaisait méchamment à surnommer sous le sobriquet peu élogieux de "Petite Potelée" : Cette médicomage de l'ombre ne lui avait-elle pas sauvé la vie? Durant toute sa convalescence, Tara s'était occupée de lui, redonnant à ses jambes la motricité qu'elles avaient perdu après sa chute. Oui, il devait tout à ses inconnus, à ses héros anonymes qui œuvraient dans le secret; Et comment les remerciait-il?

"Attends Irving, ce que je... "

Mais Irving n'en avait pas encore finit avec son déluge de reproches, lâchant une dernière salve de vérité qui commençait sérieusement à creuser sa carapace de certitude. En effet, Darren pouvait très bien faire le choix de partir et ne pas suivre le diktat imposé par ce trinôme. Pour cela, il lui suffisait de franchir le seuil de cette chambre d'hôtel miteuse, pour s'en retourner vers le Monde extérieur. Dès lors, il retrouverait sa liberté, mais celle-ci durerait combien de temps? Fugitif, il ne serait qu’une proie isolée, qui finirait tôt ou tard par se faire capturer. Darren savait que sa tête était mise à prix, et pour avoir vu la Milice en action, il savait que celle-ci ne lui pardonnerait pas le moindre faux-pas. Fallait-il pour autant réagir comme un couard et passer ses journées à se cacher? Cela lui ressemblait si peu. Pieds et poings liés, Darren se sentait dépossédé de ses propres choix. Jamais de sa vie, il ne s'était sentit aussi isolé. Oui, il pouvait claquer la porte derrière lui dans un ultime élan de fierté, mais où irait-il? Partout il était considéré comme un paria. Sa mère, Karen O'connor, représentait sa seule famille et l'unique proche susceptible de l'accueillir; Mais était-ce nécessaire de la mettre en danger? En se réfugiant auprès d'elle, il l'entrainerait forcément dans sa chute, tant la Milice ne plaisantait pas avec ce genre de complicité. De plus, suite à leurs trop nombreux différents, les ponts semblaient définitivement brisés entre la mère et le fils. Suite aux affaires de dopages, Darren avait semé tant de déshonneur et de déception dans le cœur de sa mère qu'il lui paraissait impossible qu'elle puisse un jour lui pardonner. Son salut ne viendrait pas du modèle de droiture que représentait la dirigeante des Crécelles de Kenmare, mais peut-être bien d'Irving et de sa clique...

Darren lorgna un long instant en direction de la valise que lui désignait l'ancien Gryffondor, cherchant à ravaler toute fierté mal placée qui pourrait compromettre ses chances de survie. Même si les trois règles imposées par Irving n'avaient rien d'une formalité, l'ancien serpentard savait qu'il n'avait guère d'autre choix. Passant une main dans sa barbe naissante pour masquer le gène qui l'habitait, il finit par se retourner en direction du duo qui l'avait escorté jusqu'à cette chambre d'hôtel. Même à demi-mot, un compliment finit par s'extirper de la mâchoire serrée du sang-pur.

"Merci pour votre aide, et de veiller à ma sécurité... " Puis au prix d'un effort considérable, il tourna difficilement son regard hautain en direction de Samantha, afin de se lancer dans une tentative d'excuse pour ses paroles quelque peu outrancières à l'égard de cette représentante du sexe faible. "Je te demande pardon si mes propos t'ont choquée. Désormais, je ferai profil bas, je vous le promets... "

Pour l'arrogant jeune homme qu'il incarnait, c'était déjà un énorme effort que de bien vouloir se rabaisser de la sorte, et de formuler ce genre de promesse. Darren se retourna quelque peu renfrogné en direction d'Irving, afin de lui demander l'autorisation de se saisir du précieux sésame et de cette valise qui recelait sa nouvelle identité.

"Alors, c'est bon, je peux? "

Une fois l'autorisation obtenue, Darren ne se priva pas d'une énième remarque arrogante dont il avait le secret :

"Ne compter pas sur moi pour me dévêtir devant vous! Même si vous me venez en aide, vous n'êtes pas encore digne d'un tel spectacle! J'espère au passage que vous m'avez trouvé une nouvelle identité à la hauteur de ma personne!  "

Puis sans omettre de lâcher un dernier soupir de dépit, il saisit la poignée de ladite valise pour aller se réfugier dans la petite salle de bain attenante à la chambre. Claquant la porte derrière lui, il jeta sans ménagement l'objet contenant sa nouvelle identité sur une table à langer, avant de fixer son reflet dans le miroir sale qui se trouvait face à lui. La simple idée de perdre ce si parfait visage et son sourire enjôleur le terrifiait. Même si cela n'était que pour un temps, l'idée de perdre de vue son enveloppe charnelle le glaçait d'effroi. Hors de question de dévoiler sa trouille au trio qui l'attendait de l'autre côté de la porte, la situation était déjà assez humiliante pour que Darren se donne encore un peu plus en spectacle! Dans son for intérieur, il osait espérer que sa nouvelle apparence ne soit pas trop disgracieuse, ce qui rendrai la chose davantage supportable que s'il se trouvait transformer en Gobelin ou bossu obèse. Mais rien n'était moins sûr, tant Irving ne louperait certainement pas cette occasion unique de pouvoir se venger de son pire ennemi de Poudlard. Darren contempla une dernière fois son noble reflet, prit une longue inspiration, avant de se présenter devant la valise mystérieuse...

* Rien ne saurait effrayer le grand Darren O'Connor! Pas même un dragon! Alors ce n'est pas le fait de revêtir un vulgaire masque qui me fera trembler! *

Rassuré à l'idée de pouvoir faire face à ce chamboulement identitaire, Darren posa ses mains sur le rebord de la valise, avant de l'ouvrir d'un coup sec. Farfouillant dans les vêtements de femme qui servaient sans doute à camoufler l'objet ensorcelé qui lui permettrait d'arborer son identité secrète, Darren passa complètement à coté du dossier qui contenait la pièce d'identité et sa nouvelle baguette. Ne sachant s'il devait trouver une potion, un collier ou une cagoule magique, Darren agit comme un sanglier labourant un champ à la recherche de patate. L'ancien serpentard commença à s'interroger sérieusement sur la présence de nombreuses petites tenues toutes très féminines. Etait-ce la valise de Samantha? Pourquoi ne pas lui avoir donné l'objet magique directement, plutôt que de le contraindre à devoir fouiller dans les petites culottes de la jeune femme!? Etait-ce une ruse pour tester sa volonté, ou lui arracher des remarques machistes? En serpentard avisé, Darren pensa qu'il s'agissait d'un stratagème pour duper la vigilance de la Milice. Qui se douterait à première vue qu'un artefact magique se trouvait dans ce foutoir féminin?

Le jeune sorcier finit par poser la main sur une sorte de chainette dorée dont le simple touché révélait une nature magique. En effet, alors qu'il la saisissait au creux de sa paume, Darren pouvait sentir le petit fourmillement si caractéristique des objets enchantés. Mais ce collier paraissait bien trop étroit pour encercler le cou de l'ex-serpentard sans l'étrangler. Même au tour des poignets, rien de magique ne se produisait! Darren commençait à pester sérieusement contre cette perte de temps, quand il se pencha en direction de sa cheville droite; Comme par enchantement, la petite chainette s'enroula d'elle-même autours de celle-ci, comme un petit serpent constricteur venant piéger sa proie. Rien de stupéfiant ne se produisit, du moins jusqu'à ce que Darren ne se décida à relever son regard en direction du petit miroir de la salle de bain. C'est alors qu'il découvrit horrifié, une jeune femme tout aussi horrifiée que lui en train de l'observer de l'autre côté du miroir. La troublante ressemblance avec sa regrettée Kelsey lui arracha un cri de stupeur, alors qu'il ne comprenait pas ce qui était en train de se produire. Refusant de céder à la panique, alors qu'il secouait frénétiquement la tête de gauche à droite sous l'emprise de la surprise. Il tenta de connaître l'identité de la jeune femme blonde qui se trouvait piégée dans le reflet du miroir. Ne réussissant point à formuler sa question, il ne fit que bégayer le même mot de manière inaudible!
 

"Qui? Qui? "

Mais le reflet du miroir semblait bien décidé à vouloir dire la même chose que lui, tandis que la blonde inconnue jouait les perroquets à la perfection. Cela en était trop pour Darren qui se précipita à l'extérieur de la salle de bain pour rejoindre ses trois hôtes d'infortune.

"Il y a une femelle dans le miroir magique de la salle de bain ! Aussi blonde que le blé! Dîtes-moi que ce n'est qu'un rêve! Mais... "

Ce ne fut qu'à cet instant que le Grand Darren fut secouer d'un doute affreux, alors que sa propre voix lui était devenue soudainement étrangère. Baissant ses yeux sur ses pectoraux d'ordinaire si musclés, il découvrit alors que ceux-ci avaient gonflés de manière ahurissante. Darren comprit très vite qu'il n'était pas au bout de ses surprises quand une mèche blonde vint obscurcir le champ de sa vision. Le visage liquéfié par une trouille sans nom. Il dévisagea chacun des trois occupants de la chambre d'hôtel, avant de poser la question qui lui nouait les entrailles :

"Qu’est-ce qui m'arrive, bordel de troll!? "

Mister Darren commençait à perdre totalement ses moyens, alors que Miss Michelle venait de prendre possession de son corps!


❝ Darren O'Connor ❞
×××××× est Michelle Middleton ×××××××
Eliott WarlockAmbulancier magiqueavatar
Messages : 386

Voir le profil de l'utilisateur
Le regard d’Eliott passait d’un des résistants à l’autre alors qu’il suivait leurs échanges avec curiosité. Il avait un peu l’impression d’être tombée au milieu d’une réunion d’anciens élèves, à laquelle il se serait trompé de promotion. Si Samantha et Irving avaient l’air heureux de se retrouver, il n’en était visiblement pas de même pour leur quatrième acolyte qui semblait décidé à s’accrocher à son mépris et à son ingratitude.

Eliott leva les yeux au ciel en l’entendant accepter la proposition d’Irving d’emprunter la porte encore ouverte s’il n’était pas satisfait de son sort. Il était d’un ridicule !

"Bon courage avec la Milice !" lança-t-il avec un sourire ironique.

Évidement Darren ne bougerait pas. Eliott l’avait rencontré à  peine quatre minutes plus tôt et pourtant c’était comme s’il le connaissait, et le détestait, déjà. Il était tout ce qu’il haïssait, tout ce qu’il aurait pu être s’il s’était contenté de l’éducation qu’on lui avait donné : un sang-pur rétrograde, arrogant, et sexiste. Eliott était pourtant quelqu'un d'un naturel plutôt positif et il partait assez rarement avec un mauvais à priori sur les gens, mais il y avait des choses qu'il avait du mal à supporter, et Darren incarnait beaucoup de ces choses.

Eliott et Sam s'avancèrent un peu plus dans la chambre d’hôtel et échangèrent rapidement avec Irving. Après quelques minutes ils ne purent que constater que Darren était, bien sûr, toujours là. Il faisait moins le fier, tout à coup. Visiblement déjà un peu mal à l'aise de réaliser qu'il était incapable de se débrouiller tout seul, l'ancien Serpentard donna l'impression de se ratatiner sur lui-même au fur et à mesure qu'Irving lui exposait les règles du jeu avec une certaine brusquerie. Eliott n'avait discuté que quelques minutes avec le jeune homme, quand il s'était croisé plus d'un an plus tôt, mais il n'aurait jamais soupçonné qu'il puisse avoir l'air si sûr de lui et intimidant.

N'ayant rien à ajouter à ses explications plus que claires, Eliott se contenta d'appuyer les paroles d'Irving d'un hochement de tête. Il fallait impérativement que Darren comprenne les risques qu'il prenait, et surtout les risques qu'ils prenaient tous les trois pour lui. Ils avaient des métiers, des familles, des gens qui comptaient sur eux. Eliott avait toujours eu l'esprit de solidarité, et il n'hésiterait jamais à se mettre en danger pour aider un autre membre de la résistance, mais il ne tomberait pas pour un imbécile qui n'était pas fichu de réaliser la chance qu'il avait d'être encore en vie. Irving disait vrai, ils allaient devoir se faire confiance s'ils voulaient que ça marche, dans un sens comme dans l'autre. Et pour le moment Eliott n'avait qu'une confiance très limitée dans leur camarade.

Ce dernier semblait néanmoins revenir un peu à la raison, ou du moins avait-il compris ce qu'il devait faire s'il voulait sauver sa peau. Eliott leva les yeux au ciel en l'entendant affirmer que sa nouvelle identité avait intérêt à être à la hauteur de sa personne. Il ignorait ce que la résistance avait prévu pour le jeune homme mais espérait qu'il se retrouverait métamorphosée en veille femme tout fripée, ça lui clouerait un peu le bec.

En attendant le retour de l'ancien Serpentard, Eliott s'assit sur un coin du lit et observa tour à tour ses deux acolytes.

"Alors vous vous connaissez tous les deux ? lança-t-il pour occuper le temps. Une histoire d'amour passionnelle à Poudlard ?" ajouta-t-il en riant.

Eliott avait appris récemment que Samantha était en couple avec sa colocataire, et il y avait donc peu de chances pour que ce soit le cas -sans quoi il ne se serait pas permis ce genre de remarque- mais il était en revanche vraisemblable qu'ils aient été dans la même année à l'école, ils devaient avoir à peu près le même âge.

Ils n'eurent toutefois pas le temps de discuter bien longtemps puisqu'une jeune femme blonde ne tarda pas à sortir de la salle de bain, complètement catastrophée. Le cerveau d'Eliott mit une seconde à faire le lien et à comprendre qu'il s'agissait de la nouvelle identité de Darren et son regard sur la jeune femme -plutôt jolie- changea subitement. Il était assez perturbant de savoir que cette charmante personne n'était autre que cet imbécile de sang-pur. La situation ne manquait pas d'irone et Eliott eut du mal à réprimer un fou rire.

"T'es pas mal en blonde ! ne put-il s'empêcher de commenter avec un sourire amusé.Tu ne te présentes pas ?"

Ils étaient censés s'assurer que Darren connaisse un minimum sa nouvelle identité avant de le laisser repartir avec Irving, pour éviter une erreur malheureuse.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Le transfert [Eliott, Samantha, Darren & Irving]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Samantha Montoya ( une nouvelle pas si nouvelle) [VALIDEE]
» Le retour de Samantha Carter
» Eliott Tyler
» Samantha Nightingale [OVER]
» Un malheureux évènement [PV Darren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-