AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Casting Magique ~ à la recherche de la nouvelle star [Ouvert à tous]

Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 675

Voir le profil de l'utilisateur

Samedi 19 Septembre 2009,

Délivrant ses dernières instructions aux techniciens venus tout spécialement de Bristol, Mildred Magpie avait hâte de donner le coup d'envoi de l'un de ses projets les plus insensés. L'adaptation théâtrale de son roman vedette "Les Hauts de Hurlelune" pouvait s'apparenter à une énième excentricité de la part de la sorcière millionnaire, mais cette dernière n'y voyait qu'une issue fructueuse tant son public répondrait présent. D'ailleurs pour créer le Buzz Magique, elle n'avait cessé d'attiser la curiosité des lecteurs de Multiplettes sur son projet, laissant planer autant de mystère que de belles promesses dans sa campagne de promotion. Apparemment le poisson avait mordu à l'hameçon, à en juger par la foule nombreuse agglutinée dans les trop petits gradins du terrain de Quidditch. Une telle démesure ne correspondait pas vraiment à l'image si lisse et consensuelle de l'école de magie, mais la romancière avait pris soin de financer en intégralité le projet. Entre la dernière guerre et le passage de l'affreuse Ana Sorden, Poudlard avait besoin de retrouver de sa notoriété, et cette ouverture sur le Monde Magique allait dans ce sens. Daisy Mason était une excellente directrice qui avait apporté un vent de fraicheur à l'école magique, surtout après les démissions de la trop vieille Minerva MacGonagall, et de la trop déprimée Margot Adamson. Mildred Magpie, quant à elle, n'avait fait que s'engouffrer dans une brèche ouverte qui lui garantirait encore plus de prestige.

En femme d'affaire avisée, elle savait parfaitement ce qu'elle faisait en posant ses talons aiguilles dans ce haut lieu de la culture magique. La romancière voulait remonter la rivière à sa source, afin de capter d'emblée l'intérêt des jeunes lecteurs. Après tout, n'est-il pas plus aisé d'apprivoiser un jeune chiot, qu'un limier déjà bien aguerri? Son futur public se trouvait bien entre ses murs, et elle devait les capturer avant que d'autre ne le fasse. Car même si les affaires de Mildred Magpie étaient plus que florissantes, elle devait veiller au grain et guetter les éventuels concurrents. "Game of Brooms", par exemple, commençait à trouver son audience auprès de ses fidèles auditeurs. La RITM devenait une vraie source d'inquiétude pour Mildred Magpie, tant celle-ci devenait en vogue et lui grignotait peu à peu son nombre de lecteurs. La romancière savait qu'elle devait apprivoiser les nouvelles générations, au risque de voir ses ventes de livres diminuer grandement. Mildred Magpie devait apporter de la modernité, afin de retenir son public, et l'Atelier Théâtre faisait partie de cette stratégie.

Tandis que les vivats de la foule se faisait entendre, Mildred Magpie se décida enfin à rejoindre la table du Jury, qui aurait pour mission de dénicher les futures perles de sa grandiose pièce de théâtre. La sorcière rousse pouvait compter sur le professionnalisme de Sofya Belinski, l'une de ses artistes les plus talentueuses des Folies Sorcière. Assurément, cette dernière pointerait les forces et les faiblesses dans le jeu d'acteur de chaque candidat, de quoi éviter l'erreur de casting! Pour entrer dans l'ère de la modernité, et plagier certaines émissions à succès du Monde Moldu, Mildred avait ouvert ce vote au public; Le jury de professionnels ne servant qu'à orienter les votes de la masse populaire, tel un berger guidant ses blancs moutons vers de vert pâturage! Les quatre rôles à pourvoir n'étaient pas des moindres : Peggy Black, la douce héroïne - Féodor, le Prince courageux - Guacamole, le Mage Machiavélique - et Crapula, la méchante sorcière. Nul doute que les candidats, bien souvent fans de sa saga, allaient se bousculer au portillon. Lorsque la romancière fit son entrée en scène, un long cri hystérique balaya les gradins, signe de sa formidable notoriété.  

Mildred salua la foule de la main, comme le ferait une Miss Monde Magique, avant d'adresser un clin d'œil complice en direction de la table des Jurys. Cette dernière se trouvait juchée sur la plateforme des commentateurs de matchs de Quidditch, et offrirait aux juges une vue parfaite sur la performance des candidats en contrebas. Tandis qu'un doux soleil caressait les tribunes, la présidente du Jury décida de s'exprimer à la foule réunie autour de ce bel évènement.

"Quel bonheur que de vous voir si nombreux pour ce casting qui décidera de qui incarnera la version théâtrale des merveilleux personnages de ma célébrissime saga littéraire. Je tiens à vous remercier grandement pour l'amour que vous me témoigner si régulièrement, et qui me donne la force de me battre chaque jour. Sachez que votre bonheur est le mien également, et c'est pourquoi je compte vous offrir le plus merveilleux spectacle, jamais vu à ce jour! La version théâtre des Hauts de Hurlelune dépassera tous vos espoirs les plus fous et vous fournira bon nombre de surprises, croyez-moi! "    

Mildred Magpie vivait pour ces instants-là, où elle se sentait enfin aimée et adulée à sa juste valeur. Le tonnerre d'applaudissement qui accompagna ses dernières paroles se révéla presque aussi réjouissant qu'un orgasme; La romancière peinant à dissimuler sa joie débordante derrière un geste de fausse modestie. Levant la main pour apaiser la foule, elle finit par s'adresser à la file indienne de candidats qui attendait en contrebas du terrain de Quiditch . Mildred Magpie tenta de les rassurer, et de chasser tout stress qui puisse compromettre leur performance.


"Maintenant je sais que vous êtes tous anxieux à l'idée de passer devant le jury, et c'est pourquoi je vais écourter votre attente. N'ayez aucune crainte, et prenez cela comme une formidable opportunité. Voyez ce qu'il y a gagné et non ce que vous risquez de perdre. Pour devenir la star incontestée que je suis devenue, la route a été longue et pleine de détours. Ne perdez jamais espoir, et croyez en vous! Car derrière chaque être, il y a une star qui s'ignore! "  Nouvelle salve d'applaudissement qui ponctua le discours de la romancière qui se décida à lancer les hostilités : "Maintenant, à tour de rôle, chaque candidat devra entrer dans le cercle tracé sur la pelouse de ce si beau terrain de Quidditch. Puis il se présentera ainsi que le personnage qu'il aura choisi de défendre, avant de se lancer dans l'interprétation de la scénette choisie. Nous ne délivrerons notre verdict, ainsi que le vote du public, que lorsque la totalité des candidats seront passés devant nous. Maintenant, je n'ai plus qu'une chose à vous dire... " Mildred Magpie toisa la foule informelle de candidats, avant d'ajouter : "Faites-nous rêver! "

Les scénettes de Peggy Black:
 

Les scénettes du Prince Féodor:
 

Les scénettes de Guacamole:
 

Les scénettes de Crapula:
 


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 675

Voir le profil de l'utilisateur
"Que le premier candidat s'avance dans le cercle! "

[Hj : C'est tout bon, vous pouvez vous lancer!
 
Je voulais simplement vous dire que lorsque je parle de 300 mots, cela ne sera que la partie jouée par l'acteur que vous êtes. Je ne comptabiliserai pas les formules d'introduction de votre rp. Seulement la scénette jouée...
Vous pouvez également jouer une personne du public, sans forcément être un candidat!^^
Voili voilou!]


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur
HJ:
 


Priam Carrow, 17 ans, Septième année Gryffondor & Anwar Kabache, 17 ans,Septième année Poufsouffle.


"Je n'aurais jamais pensé qu'il puisse y avoir autant de monde." lâcha Priam en balayant les gradins du regard.
Il était lui même installé aux côtés d'Anwar dans la partie inférieure de la tribune de Poufssoufle et ils attendaient tous deux que les auditions commencent. Les deux garçons n'étaient pourtant pas des fans des Hauts de Hurlelune: Ils n'avaient jamais lus les livres et ils connaissaient les personnages uniquement parce que Peggy et Féodor étaient dorénavant passés dans la culture populaire. A moins de s'être fait laver le cerveau à Skye vous aviez forcément entendu parler d'eux !
A vrai dire, Priam avait répondu présent afin de couvrir l'événement pour Miniplettes, le nouveau journal de Poudlard. Il se chargeait du reportage photo, laissant le soin à Abigail ou à un autre rédacteur d'écrire l'article.  Anwar, quand à lui était simplement là pour s'amuser. Nul doute que ces castings allaient offrir leurs lots de moments gênants et de perles , bref, de quoi alimenter les fou-rires du duo jusqu'à la fin de l'année scolaire !
"J'ai tellement hâte que ça commence ! " répondit d'ailleurs Anwar en tapant frénétiquement des mains tel un enfant attendant impatiemment l'entrée des fauves au cirque.
Mildred Magpie venait de faire son entrée, le spectacle n'allait pas tarder à commencer...


Kristen White, 6ème année Gryffondor

"Vas-y Kristen."

"Tu vas tout déchirer ma belle !"
"T'es la meilleure, tu connais tout HH par cœur."
"Ce rôle est pour toi."
Kimberly et Karen n'étaient pas trop de deux pour tenter de rebooster la petite Kristen. Dès qu'elle avait entendu l'annonce de Mildred Magpie concernant l'adaptation théâtrale de son livre préféré, elle s'était immédiatement imaginée dans le rôle de la belle et charismatique Peggy. Elle avait étudié la psychologie du personnage, elle avait même émis des théories- dès la sortie du tome 1- sur le passé de la jeune sorcière qui s'étaient vérifiées dans les tomes suivant. Kristen connaissait Peggy par cœur. Elle était la seule à pouvoir endosser ce rôle.
Kristen en était persuadée, du moins jusqu'à aujourd'hui. Maintenant qu'elle se trouvait là sur les abords du terrain de quidditch,  la jeune Gryffondor n'était plus que l'ombre d'elle-même. Sa belle motivation semblait s'être fait grignoter par le stress et la pression. Pourtant elle devait réussir ! Il n'y avait pas d'autre alternative possible, se disait-elle en tordant ses mains moites. Ses copines comptaient sur elles, son père avait même pris une demi-journée de congés pour venir la voir: Son père quoi ! Pourtant Merlin seul savait à quel point leur relation était tendue. Mildred était là, elle aussi, surement très impatiente à l'idée de découvrir sa plus grande fan dans le rôle de son personnage fétiche. Non, Kristen ne pouvait pas se ridiculiser une seconde fois devant elle.

"J'crois qu'j'vais vomir..." lâcha-t-elle pourtant le teint aussi pâle qu'un inferi.
"Oh non Kristy, allez ! Tiens le coup." supplia Kimberly.
"Tu devrais peut-être attendre un peu avant de passer. Laisse moi le temps d'aller chercher madame Bloomwood. Elle aura peut-être  des exercices de sophrologie à te proposer avant que tu montes sur scène..." tempéra Karen en pressentant le carnage qui s'annonçait.
Mais au même moment la voix de Mildred retentit dans le stade pour inviter le premier candidat à se présenter.
"Oh Goddric..." souffla Kristen, c'est à moi..."
"Attends Kristen, s'il te plait..." lâcha Karen en tentant de la rattraper par le bras. Trop tard.  La jeune Gryffondor s'avançait déjà en direction du cercle sous les hourras du public.

Mais quelle idée avait-elle eu en se présentant au casting !? Etait-elle à ce point aveuglée par son amour des Hauts de Hurlelune pour ne pas avoir perçu l'évidence ? Elle qui stressait déjà avant un simple contrôle de métamorphose, comment pouvait-elle offrir une prestation de qualité aujourd'hui ? Plus Kristen avançait, plus son appréhension cédait la place à la panique: Elle n'y arriverait jamais.

"Bonso...euh... Bonjour." Dit-elle d'une voix tremblotante en se postant face aux quatre membres du jury.
Elles avaient l'air si impressionnantes ! Daisy Mason, la directrice de l'école, Sofya Belinski qui semblait si assurée et à l'aise dans son rôle de juré et surtout Mildred Magpie, LA Mildred Magpie, l'icône de toute une génération ! Heureusement Abigail O'Brien apportait un peu de normalité à cette brochette de femmes. Peut-être était-ce parce que Kristen avait l'habitude de la côtoyer à la bibliothèque et qu'elle la connaissait davantage que les autres qu'elle décida de s'adresser à elle. Elle était incontestablement la plus rassurante des quatre.

"Je m'appelle Kristen White, j'ai 16 ans et je suis en sixième année, reprit-elle en croisant ses bras sur sa poitrine. Elle déglutit difficilement et poursuivit, j'ai choisi  le personnage de Peggy Black, parce que... Je la trouve belle, forte et charismatique et que... j'aimerai lui ressembler."
Quelques rires un brin moqueurs se firent entendre dans l'assistance, si bien que Kristen posa un regard paniqué sur les membres du jury.
"Enfin je veux juste dire que j'aimerai bien l'interpréter. C'est tout." rectifia-t-elle en sentant ses joues s'empourprer, j'ai choisi la scène quatre, celle où Peggy est piégée dans la plus haute tour du donjon et qu'elle attend que l'on vienne la secourir..."
C'était l'un de ses passages préférés dans les Hauts de Hurlelune (Pages 563 à 566 de l'édition originale). Elle le connaissait de A à Z  et elle comptait bien mettre en avant sa maitrise du texte originel lors de cette audition... Tout n'était peut-être pas perdu...songea-t-elle en fermant les yeux pour se concentrer.
*
"Depuis combien de temps suis-je enfermée ici ? Plusieurs jours, plusieurs semaines. Je ne saurais le dire, commença-t-elle légèrement fébrile, Est-ce que quelqu'un a seulement remarqué mon absence au village ? Feodor peut-être ?" Dans le texte de base, Peggy affaiblie, tombait au sol alors Kristen se laissa choir par terre -sans beaucoup de  délicatesse, il faut le dire.
De nouveaux gloussements retentirent dans l'assistance, moins que précédemment certes, mais il s'avérèrent totalement audibles pour la jeune candidate tant le silence régnait dans le stade. Déstabilisée, elle voulut reprendre le fil de la tirade mais l'impensable arriva: Le trou noir. Que disait Peggy après ? Impossible de s'en souvenir.
Le silence complet plana durant quelques secondes.

*Trouve ! Trouve ! Trouve !* s'intimait-elle.

"Feodor, l'élu de mon coeur..." tenta-t-elle sans grande conviction. Non ce n'était pas ça !  Kristen leva une mine désolée en direction du jury et avoua d'un air piteux, Je...j'ai un trou de mémoire, ...Je peux reprendre du début. S'il vous plait ?"
Elle se releva, se racla la gorge et essaya donc une seconde fois:
"Depuis combien de temps suis-je enfermée ici. Plusieurs jours, plusieurs semaines. Je ne saurais le dire. Est-ce que quelqu'un a seulement remarqué mon absence au village. Feodor peut-être, récita-t-elle mécaniquement pour se remettre le texte en tête, en vain.

La jeune fille poussa un soupir et passa une main sur son visage. Elle était ridicule, devant tout Poudlard, sa famille ET Mildred Magpie.

"Feodor, mon amour, je..." Essaya-t-elle sans parvenir à ses fins. Elle se sentait tellement mal qu'il valait mieux ne pas insister. En plus, elle était à deux doigts de pleurer. "Oh je suis désolée je ne me souviens plus de la suite." Elle avait juste envie de quitter le stade et d'aller se cacher au fond de son dortoir, Je...je crois qu'j'vais m'arrêter là. " *finit-elle par dire en s'esquivant, le cœur meurtri, et la tête baissée sous les applaudissements polis du public...



Priam Carrow, 17 ans, Septième année Gryffondor & Anwar Kabache, 17 ans,Septième année Poufsouffle.

Priam avait su saisir la panique dans le regard de Kristen. La photo était parfaite mais il doutait qu'Abigail la choisisse pour illustrer  l'article des auditions. Dommage, c'était un très beau cliché qui montrait parfaitement le désarroi de la jeune fille.
"Elle doit être un peu masochiste cette nana." commenta-t-il tandis qu'Anwar jubilait à ses côtés.
"Ah mais moi je vote pour elle, direct. Elle est trop drôle. Tu as vu comme son visage à la capacité de passer d'une couleurs à une autre ? Ça c'est de la magie mon pote ! Avada Kedavra c'est du pipi d'niffleur à côté ! Blanc-Rouge-Blanc-Rouge, mima-t-il en faisant passer sa main devant son visage comme s'il changeait de coloris sur commande.

"Franchement, vous êtes trop des cognards !" Karen et Kimberly, les best-fucking-friends de Kristen se tenaient à côté des deux septièmes années. "C'est facile de s'en prendre à elle !"
Anwar posa une main sur son torse et s'exclama d'un air outré, "Moiii ? Un Cognard ? Mais j'ai dit que j'allais voter pour elle ! "
"Tu le fais pour te moquer !" répliqua Karen.
"C'est ta vision des choses mais j'estime que je l'aide à réaliser son rêve, tu vois, je suis altruiste, moi."
Priam se pencha vers les deux jeunes filles et prit la parole posément:
"Sincèrement, quand tu fais la démarche de t'inscrire à une audition publique tu sais bien qu'il y a un risque pour que tu te ridiculises complètement. Tu peux briller ou te planter. C'est le jeu. Si tu ne peux pas encaisser ça,  tu ne participes pas."
"Avec vos belles paroles, j'aimerai bien vous y voir !" pesta Kimberly, les bras croisés sur sa poitrine
"Chiche ?" s'exclama alors Anwar en se tournant brusquement vers Priam.
"Quoi chiche ?"
"J'y vais."
"Tu veux passer l'audition ? Toi dans les Hauts de Hurlelune ?"
"Ben ouai, pourquoi pas ? Si je décroche un rôle, tu me fais mes DM de Sortilèges jusqu'à la fin de l'année."
Priam partit d'un grand rire avant de répondre: " Pas moyen, juste le premier semestre."
"Ah ah ! Petit homme, tu as peur que je gagne !" reprit Anwar en se levant.
"D'abord je tiens à t'immortaliser en train de jouer du Magpie. Allez, dépêches-toi que je te tire le portrait." ajouta-t-il en réglant l'objectif de son appareil en direction du terrain.
Anwar se leva, fléchît les jambes trois fois en soufflant comme pour s'échauffer avant une course puis il s'arrêta devant Kimberly et Karen:
"Les filles, moquez-vous et riez tant que vous voulez, c'est bon pour la santé ! "


Il dévala les marches quatre à quatre et se trouva rapidement sur les abords du terrain où attendaient quelques candidats:
"Pardon, excusez-moi, pardon, je dois aller devant..." dit-il en les doublant un à un. Il se retrouva vite en première ligne pour rentrer dans l'arène, saluant le public d'un coucou volontairement crispée digne d' une miss monde magique fraichement élue.
"Bonjour Mesdames !" commença-t-il en s'inclinant devant le jury, Je m'appelle Anwar Kabache, j'ai 17 ans et j'ai été réparti dans la merveilleuse maison Poufsouffle !" Il accompagna cette révélation d'un clin d'œil très appuyé en direction de la directrice de l'école, ancienne représentante des Blaireaux.
"J'ai décidé de me présenter à cette audition aujourd'hui afin de gagner un pari et je compte interpréter le méchant taré de l'histoire..."
"Guacamole !" souffla quelqu'un dans le public.
"C'est ça, Guacamole ! reprit Anwar, Merci,... et donc je vais jouer la scène...." Il plissa les yeux pour lire le panneau d'affichage, prenant le temps de déchiffrer l'ensemble de la carte des propositions comme s'il étudiait le menu d'un restaurant... Hum... Et bien, celle où Guacamole est attristé de voir la belle, forte et charismatique Peggy - à laquelle j'aimerai ressembler moi aussi, je tiens à le dire-  se dérober à son amour..."

Il adressa un sourire radieux aux membres du jury et demanda: "Puis-je commencer mesdames  ?"

Dès qu'il eut obtenu l'autorisation, son sourire s'effaça. Il était cet homme qui avait tout fait pour que quelqu'un l'aime. Absolument tout. Anwar connaissait cette situation, il ne recherchait pas l'amour d'une femme mais celui d'un père absent et indifférent. Il pouvait comprendre la peine de Guacamole et sa rage aussi. Ce n'était pas dur à transposer. Il suffisait d'aller chercher au plus profond de soi...
*
"Je ne te comprends pas Peggy...commença-t-il d'une voix faible les yeux posés au sol. N'ais je pas toujours été là pour toi ? Quand nous étions enfants et que tes parents sont morts, je t'ai soutenue. Je ne savais pas quoi dire mais à cet âge là les mots importent peu... J'ai préféré tenir ta main, Peggy. T'en souviens-tu ?
Il releva la tête et capta le regard de Sofya.
" Pendant des heures. Il se tut, J'avais tellement peur que tu sombres, que tu ne tiennes pas le coup, je me disais, "il ne faut pas que je lâche cette petite main.".... Et je ne l'ai jamais lâché. Jamais." assena-t-il avec un peu plus de vigueur teintée d'amertume. "Je pensais qu'un jour... peut-être..."

Il leva la tête et toisa Sofya de son regard brillant où se mêlait tristesse et mépris.
"Mais aujourd'hui, tu te dérobes. Tu me fuis. Tu pars avec ce Feodor." Le nom avait été prononcé avec une animosité nouvelle comme s'il s'agissait d'une insulte. "Comment peux tu le préférer à moi ? Il est fourbe, il est faux et il ne t'aime pas d'un amour véritable, s'exclama-t-il en approchant du pupitre du Jury, Alors que moi... je t'aime Peggy,... tu le sais ?"
Un larme roula sur la joue du Poufsouffle et se perdit dans le col de sa chemise sans qu'Anwar ne quitte des yeux la comédienne.
"Bien sûr que tu le sais, gronda-t-il alors, et tu l'as toujours su ! N'est ce pas ?"Tonna-t-il en se penchant d'un air menaçant au dessus de la table des jurés, TU T'ES JOUÉ DE MOI ! TU M'AS MANIPULÉ !"
Son regard fou transperça Sofya mais l'étincelle de démence disparut aussi vite qu'elle était apparue. Anwar laissa échapper un sanglot et se laissa tomber sur le bureau, pleurant contre le bois vernis durant de longues secondes.
*

Lorsque le Poufsouffle se redressa, il avait le même sourire désinvolte qu'au début de l'audition. Guacamole s'était définitivement envolé.
"Tadaaaam !" lâcha-t-il en écartant les bras avant de faire quelques courbettes en direction du public. Il était plutôt content de lui. Étant donné le temps réduit qu'il avait eu à sa disposition il estimait avoir montré différentes facettes du personnage. Peut-être trop, mais au fond, ce n'était pas si grave puisqu'il était presque aussi bon que Priam en Sortilèges !
Il dénoua sa cravate aux couleurs de Poufsouffle et la métamorphosa en mouchoir dont il avait plus que  besoin après cette scène riche en larmes.

"Trop d'émotion ! souffla-t-il à Mildred Magpie en sortant la tête de son bout de tissu puis il ajouta à l'intention de la directrice: Ne vous inquiétez pas professeur, je  laverai ma cravate avant de la porter de nouveau." Il se tourna alors vers Sofya, "Madame Belinski vous avez fait une Peggy très inspirante. Merci."
Pour conclur, il les salua une dernière fois toutes les quatre et s'éclipsa en direction des gradins de Poufsouffle pour faire un débriefing avec son copain Priam. Alors sera-t-il retenu ?
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Kim Jeong, élève de Serdaigle, 6ème année

La foule était dense en cet après-midi ensoleillé. La rentrée était récente mais les élèves cherchaient déjà la moindre distraction que pouvait offrir Poudlard. L’enfermement était parfois difficile à gérer, surtout après deux mois de liberté alors l’arrivée de la célèbre romancière Mildred Magpie et de la grande comédienne Sofya Belinski pour le casting du projet théâtre était l’événement de début d’année à ne pas manquer ! Contrairement à certains de ses condisciples qu’il voyait trembler, Kim n’était pas inquiet du public, au contraire, il lui donnait encore plus envie de se dépasser.

Kim en était persuadé, il était fait pour être vu, pour être au centre de la scène, au centre de l’affiche et le projet théâtral était une opportunité en or qu’il se devait de saisir. Il n’était pas spécialement fan des Hauts de Hurlelune, c’était même plutôt le contraire, il n’avait eu de cesse de se moquer de la mièvrerie des personnages, néanmoins lorsque le projet avait été annoncé, il n’avait eu aucune hésitation. Ce fut de même pour le choix du rôle qu’il voulait interpréter, il n’était pas fait pour les seconds rôles : il serait Feodor ou il ne serait pas, qu’importe qu’il soit le personnage le plus niais qu’il ait rencontré. Il tâcherait de le dépeindre tel que le souhaitait la romancière et peut-être même de lui apporter une certaine profondeur qui n’existait pas dans le roman. Tel était son objectif !

Les premiers candidats se présentèrent et il grimaça face à la piètre performance de Kristen. Elle n’était clairement pas faite pour le théâtre et sa déconfiture lui faisait presque de la peine… Presque… Ca faisait une candidate en moins, il ne souhaitait pas l’avoir en tant que partenaire, il l’avait toujours considérée comme un peu idiote et sa volonté de ressembler à Peggy venait confirmer son impression. Non, pas de fan de Peggy face à lui, Merlin l’en préserve.

Le candidat suivant l’agaça au plus haut point, pour qui se prenait-il ce petit coq pour prendre le noble art qu’était le théâtre pour un simple défi ? Il était une insulte à toutes les personnes croyant en l’Art avec un grand A. Kim détestait ce genre de personnage, imbus d’eux-mêmes, se croyant drôles et se fichant des règles. Certes, il brisait lui aussi les règles mais il le faisait avec une intention parce qu’il était un artiste, un vrai !

La prestation d’Anwar haussa d’un cran son énervement. Il était bon comédien, très bon même s’il était sincère, mais il refusait d’accepter le talent d’un individu qui semblait se moquer de ce casting et du théâtre. Aussi, il n’applaudit que mollement à la fin de sa prestation et détourna la tête lorsqu’il passa à ses côtés.

Lorsque son tour arriva, il s’avança d’un pas conquérant vers l’espace qui faisait office de scène. Il adressa un sourire poli à la directrice, à la bibliothécaire et à l’auteur puis offrit un grand sourire à Sofya, espérant qu’elle reconnaîtrait en lui un pair.

« Mesdames, bonjour, je me présente : Kim Jeong. Je suis élève en 6ème année dans la maison Serdaigle. Je souhaite interpréter le Prince Féodor car j’apprécie la détermination dont il fait preuve pour surmonter les obstacles l’empêchant d’atteindre son bonheur, il lutte pour l’Amour et pour Peggy, ce que je trouve remarquable et très poétique. »

De l’art d’être hypocrite. Certes, il appréciait la détermination dont faisait preuve Féodor pour atteindre son but, il trouvait juste que ce but était particulièrement idiot ! Non pas qu’il ne croiyait pas en l’amour… D’accord… Il n’y croyait pas vraiment et encore moins avec quelqu’un comme Peggy… Enfin, il savait être parfaitement capable d’interpréter l’amour niais.

« Je vais vous interpréter la scène où le Prince Féodor rencontre Peggy pour la première fois. »

Voilà, c’était le moment de se lancer. Il inspira profondément, lança un regard assuré au jury et commença en affichant une mine étonnée.

*

« Qui êtes-vous, oh, douce créature ? Le prince que je suis a vu défiler bien des damoiselles mais aucune d’elles n’approchait votre beauté. »

Kim fit ensuite une longue pause semblant observer la jeune femme avec admiration.

« Vous n’êtes pas une de ces femmes conscientes de leur beauté qui en use et en abuse, se pavanant dans les couloirs du palais cherchant à se faire remarquer. Vous êtes d’une beauté simple et naturelle, de celles qui vous transcendent et vous laisse changé à jamais. Votre vision est enchanteresse et laisse entrevoir votre gentillesse et votre sagesse, vous, pauvre paysanne sans terre ni fortune. »

Il se dirigea de quelques pas dans la direction imaginaire de Peggy.

« Oserai-je un jour vous adressez la parole ? J’ai peur de vous effrayer, que mon rang vous affole et vous amène à changer celle que vous êtes. »

Il recula d’un pas et se fit pensif.

« Peut-être devrais-je vous approcher sans vous annoncez ma véritable identité, me grimer quelque peu mais ne serait-ce pas vous tromper ? Vous semblez être l’innocence incarnée, je ne saurais me supporter si je venais à vous mentir. »

Kim leva sa main et la posa dramatiquement sur son front.

« Oh, belle enfant, que vais-je faire ? Qu’avez-vous fait de moi ? Je viens seulement de vous rencontrer que déjà je suis perdu. En un seul regard vous avez fait de moi votre prisonnier et je serai l’esclave de ces sentiments que je sens naître en moi jusqu’à ce que la mort vienne me cueillir. »

Soupir dramatique.

« Il est temps pour moi que me retirer, je ne voudrais vous inquiétez par mon regard fixe posé sur vous. J’espèce, douce dame, que nos routes se croiseront de nouveau un jour. »

Il se détourna lentement, avança de quelques pas, jeta un regard derrière son épaule puis s’éloigna d’un pas déterminé.


*

Le silence plana quelques instant avant que Kim ne quitte son personnage et s’approche du jury avec un sourire aux lèvres.

« J’espère que mon interprétation vous a plu, mesdames, et qu’elle aura respecté votre œuvre, madame. »

Un léger sourire charmeur accompagna ses paroles, ça ne faisait jamais de mal de brosser le jury dans le sens du poil. Après avoir saluer les quatre femmes, il s’éloigna d’un pas toujours aussi assuré pour rejoindre les gradins. Il avait fait ce qu’il avait à faire et allait maintenant observer ses concurrents, il était toutefois confiant, fier de son interprétation.

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Euphémia Rowle, 18 ans, Septième année


Le terrain de quidditch était noir de monde. Qui aurait pu croire que l'événement attirerait autant de personnes ? A n'en pas douter tous ces condisciples ne venaient là qu'avec l'espoir insensé de devenir célèbre. Célèbre ! Quel drôle d'idée de vouloir l'être !
La jeune femme avait un nom de famille qui ne passait pas inaperçu. Rowle ... Cela faisait souvent penser à la sombre période mangemorte qu'avait connu sa famille. A son arrivée au sein de l'établissement, sa voisine de dortoir, cette insipide Isabella, lui avait demandé avec un air de méfiance quel était réellement son lien de parenté avec Thorfinn Rowle, le partisan de Voldemort.
Avec un rictus, la blondinette s'était fait un plaisir de lui répondre qu'il s'agissait de son oncle chez la femme duquel elle avait eu l'habitude de passer ses étés lorsqu'elle était enfant.
Euphémia avait même poussé le vice jusqu'à rajouter, d'un air malicieux, que son oncle était un homme charmant qui lui avait enseigné de nombreux tours pour quand elle serait en âge de tenir une baguette.
Si seulement ses compagnes savaient combien porter son nom de famille était difficile. La jeune femme était régulièrement coincée l'été avec sa mère superficielle, Ludovica. Cette dernière avait une langue bien pendue et lorsqu'elle n'était pas en train de lui raconter les derniers potins et les dernières tendances du monde sorcier, tout le manoir résonnait au son des "Euphémia Alienor Rowle , une jeune femme de bonne famille ne crapahute pas dans les champs !", "Euphemia, ma chère, vous me décevez ! Pratiquer un art si indigne !". Cette dernière sentence se partageait d'ailleurs régulièrement avec le fameux "Euphémia ! Qu'est-ce que cela ? Êtes-vous réellement aussi folle qu'on ne le prétend ? Pratiquez un tel art pour une jeune femme alors que c'est inconvenant ! Laissez cela aux hommes voulez-vous ma chère !".  La pauvre souffrait de ses nerfs et se plaignait régulièrement du destin qui lui avait enlevé un fils si parfait mais l'avait affublée d'une fille.
Il faut dire qu'Euphémia avait envie d'une vie bien remplie. C'était une jeune femme vive bien qu'assez asociale et renfermée avec ses camarades. Elle avait quelques amis avec lesquels elle montrait toute sa malice et sa joie. Toutefois, elle aspirait à vivre librement et non dans le carcan dans laquelle ses parents souhaitaient la voir vivre. Fille unique depuis le décès de son frère aîné, la mort de celui-ci l'avait profondément affectée et une rumeur s'était propagée selon laquelle elle était à moitié folle depuis sa disparition. Elle ne pouvait pas leur donner tort et ne le souhaitait de toute manière pas.
Son père, Augustus, était un homme froid comme son frère mangemort. S'il n'affirmait plus aussi ouvertement les idées qu'ils avaient en commun, il avait mis la pression sur les frêles épaules d'Euphémia pour qu'elle choisisse un mari qu'elle épouserait peu après avoir terminé ses études. Il fallait, bien sûr, qu'il fusse de sang pur et approuvé par les siens. Cela ne laissait dès lors que peu de choix.  Par dépit, elle avait été ainsi liée par une promesse - qui s'apparentait selon elle plus à un acte de vente qu'à celui d'amour - à Théophilius Goyle, un affreux personnage qui lui donnait la nausée.
Limité, idiot et ennuyeux, ses rêves d'un réel amour était loin de pouvoir se réaliser accompagné d'un tel homme. L'une de ses tantes, une femme charmante lui avait cependant conseillé de se montrer docile et de ... pourquoi pas, se débarrasser de ce mari gênant un fois le prince charmant trouvé ? C'est ainsi que la jeune femme s'était appliquée dans l'art des potions et dans celui ... des poisons. Autant bien faire les choses, n'est-ce pas !

Lorsqu'elle arriva devant l'estrade, Euphémia était toujours indécise quant à sa participation à cet événement. Son père désapprouverait clairement. Sa mère trouverait cela choquant, à la limite de la descendance, de très mauvais goût et presque avilissant. Mais c'était justement le fait que cela puisse éventuellement arrivé à leurs oreilles qui l'amusaient. C'était sa dernière année. Après, elle risquait de se retrouver en compagnie de ce charmant Théophilius voir pire si jamais elle se voyait découverte dans ses projets.

Lorsque le précédent participant fut descendu, Euphémia s'avança sur la scène.

- Bonjour., commença-t-il peu assurée avant de reprendre d'un timbre fier et plus sure d'elle, Je me nomme Euphémia Alienor Rowle.

La jeune femme prononça ses prénoms comme le faisait si souvent sa mère lorsque l'agacement la gagnait.

- Je suis élève en septième année et je compte concourir pour le rôle de ... Crapula. , fit-elle avec un sourire amusé, La scène en question est celle durant laquelle Crapula voit Féodor fricoter avec Peggy.

****

- Cette infâme petite morue !, tonna-t-elle en fixant un point plus loin censé représenté les deux amoureux,  Osez me voler l'être pur qui illuminait ma vie !  Cette affreuse sorcière !

Marquant une pause durant laquelle Euphémia finit mine de crever d'une jalousie extrême en foudroyant du regard ce vide représentant Peggy, elle reprit la mine amoureuse et enjouée.

- Oh Féodor, mon Féodor, être aimé et pur, pourquoi les dieux se jouent-ils ainsi de nous ?

Repoussant d'un mouvement ample de la main sa cape pour la remettre en arrière, la jeune femme arpenta la scène la mine préoccupée, cherchant visiblement une manière ou l'autre de faire tomber sa rivale.

- Tu verras, mon bien aimé ! Je te délivrerai de ces sortilèges et te ramènerai à moi.

Manquant de pouffer de rire en récitant ce texte qu'elle trouvait si mièvre mais que sa mère aimait tant bien qu'elle s'en cacha, Euphémia se cacha le visage en relevant sa cape devant celui-ci. Inutile de montrer les traits malicieux qu'elle avait bien du mal à dissimuler autrement.
D'un grand geste théâtral, elle refoula à nouveau sa pelisse avant de pointer du doigt sa rivale.

- Ma chère, profites bien de ces instants que tu m'as sournoisement volé. Féodor est mien à tout jamais !  Peu importe le pouvoir, l'argent ou les désirs que tu peux lui inspirer, je la ramènerai vers le droit chemin de mon coeur !

Ricanant bêtement, la main droite crispée devant elle, un rictus mauvais apparut sur le visage de la jeune femme.

- Tu disparaitras de nos vies, même si je dois te faire disparaitre moi-même !

Arborant un visage doux et calme, elle reprit ensuite.

- Patience, mon amour, nous serons à nouveau réunis d'ici peu !

****


- Je vous remercie de votre attention, fit-elle avec une petite révérence et un large sourire.

Se détournant, Euphémia quitta la scène.
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
Abigail avait longuement réfléchi à la meilleure manière de couvrir l'évènement. Un tel casting, qui avait attiré massivement les élèves de Poudlard, se devait de faire l'objet d'un article de Miniplette, c'était certain ! Il était rare de voir une telle foule amassée dans le parc si ce n'était pour assister à un match de Quidditch, et les élèves se partageaient entre curieux et fans de Mildred Magpie. Aby elle-même nourrissait à son égard des sentiments ambivalents, entre admiration et méfiance, du fait des critiques que nourrissait son père à l'égard de la journaliste. La polyvalence et la personnalité de cette sorcière haute en couleur avaient fini par conquérir le coeur de l'adolescente, qui rêvait à pareille carrière. Romancière, entrepreneuse, journaliste et désormais metteur en scène, les talents de Miss Magpie semblaient multiples et tous résidaient en un même don : celui de savoir parler aux foules...

Entre la volonté de plaire à celle qu'elle voyait comme une sorte de mentor, et le désir de réaliser un article exceptionnel pour son journal, Aby avait fini par se décider : elle aussi, elle serait candidate ! Comment, mieux qu'en participant, pouvait-elle ressentir l'angoisse et l'excitation d'un candidat sur le point de monter sur scène face à l'école entière ? Ainsi, elle pourrait montrer le dessous des cartes ! De plus, la petite Serdaigle avait l'esprit de compétition, et se mesurer à plus grand que soi ne lui faisait pas peur. De plus, Aby avait aimé les Hauts de Hurlelune et l'un des personnages en particulier avait su remporter son adhésion.

Postée près de la scène avec les autres candidats, Aby notait tout ce qu'elle voyait pour pouvoir le rapporter ensuite. Elle observa l'engouement de la foule, la terreur de cette première candidate et l'humiliation presque visible sur ses traits, les divers sentiments qui défilaient sur le visage des différents candidats. Ses lèvres se pincèrent avec réprobation lorsqu'un adolescent débarqué de nulle part se propulsa d'autorité à l'avant de la file, mais sa prestation lui tira des rires. Celui-là avait certainement un goût pour la comédie. Si ses souvenirs étaient bon, il s'agissait de l'acolyte de son photographe Priam, et elle nota de l'interviewer plus tard au sujet de ce fameux pari.

Quand son tour approcha, Aby délaissa son rôle de journaliste au profit de celui de candidate, et s'isola un instant pour se concentrer. L'adrénaline l'envahissait et la galvanisait, et elle se sentait à la fois pressée et anxieuse de son passage. Aby voulait le rôle, mais certainement pas au point de ces inconditionnelles de HH qui auraient vendu père et mère pour avoir la chance d'incarner Peggy. Elle se remettrait d'un échec sans trop de casse, mais elle préférait éviter de s'humilier devant l'école entière... Enfin, il n'y avait pas de raison que cela arrive, elle n'avait rien d'une greluche, elle !

Aby se força à redresser les épaules et à garder la tête haute quand elle s'avança sur la scène, un sourire un peu crispé aux lèvres. Elle salua le public d'un geste de main avant de se diriger vers le jury, son coeur s'accélérant à la vue de Mildred Magpie, pimpante comme toujours. La comédienne l'intimidait également et elle se rassura en posant son regard sur le visage familier et amical de la directrice de l'école.

"Bonjour, Mesdames, je m'appelle Abigail Scavo, j'ai quatorze ans et je représente la maison Serdaigle", se présenta-t-elle en sentant les muscles de son visage se détendre. Maintenant qu'elle était en train de s'exprimer, tout ceci lui paraissait moins inquiétant : elle était là pour s'amuser et tenter d'obtenir un rôle, rien de plus.

"Dans les Hauts de Hurlelune, j'ai toujours trouvé que les personnages secondaires étaient tout aussi intéressants que les personnages principaux et c'est pourquoi je souhaite interpréter le rôle de la sorcière Crapula. Je trouve que c'est un personnage de méchante réussi car elle peut être à la fois drôle, attachante ou horripilante comme une horrible bonne femme, et je la trouve réaliste."

Et elle comptait leur montrer à quel point, à travers une interprétation qui, si elle était réussie, devrait rappeler des souvenirs à certains membres du public, voire du jury...

"J'ai choisi d'interpréter la scène où Crapula, jalouse de la beauté inaltérée de Peggy, décide de tout mettre en oeuvre pour devenir la plus belle femme du royaume", annonça-t-elle avant de faire quelques pas pour se placer au centre de la scène, attendant le signal du jury pour démarrer.

***

« Miroir, mon beau miroir ! », lança Abigail avec détresse. « Toutes ces années, tu m'as renvoyé l'image d'une femme belle et désirable, dont les charmes sont recherchés par tous les seigneurs et les princes, tous ! Sauf mon bien-aimé Feodor...»

Son expression se durcit et elle tourna brusquement la tête vers le jury, pour fixer Sofya Belinski d'un regard noir.

« Lui me préfère cette affreuse Peggy. Ses cheveux filasse, son visage terne, son corps maigre et sa personnalité de poisson rouge, comment peut-il la préférer à moi, la grande Crapula ?! C'est sa jeunesse...»

Sa voix se fit murmure avant de s’éteindre, un silence planant sur la sorcière abattue.

« Le poids des années ne me sied pas, Miroir, mais je retrouverai ma gloire d’antan, et je gagnerai le cœur de Feodor, foi de Crapula ! Il est à moi, mon doux renard… »

L’air résolu, Aby s’exclama d’une voix perçante : « KARINE ! Ma chirurgienne esthético-magique, j’ai besoin de ton aide ! »

Elle clama, à l’attention d’un personnage invisible : « Tu dois m’aider à retrouver la beauté de ma jeunesse ! Une potion peut m’aider, dis-tu ? Alors, prenons-là ! »

Elle mima le geste de porter une fiole à ses lèvres et d’en boire goulument le contenu. Une expression de surprise et de ravissement se peignit sur son visage.

« Me voilà plus jeune et belle que jamais ! Adieux les rides, mais il manque encore quelque chose… »

Tirant prestement sa baguette magique de sa robe, Aby la pointa sur son torse et marmonna une formule. Aussitôt, le sort provoqua l’enflure de sa poitrine, qui devint ridiculement grosse.

« Ah, voilà ! C’est beaucoup mieux comme ça. »  

Une main sur la hanche, elle prit une pause de pin-up et souffla un baiser au public…

***

Abandonnant la pause, Aby fit une grande révérence au public avec un large sourire, plutôt contente de sa prestation. Ce n'était peut-être pas du grand art, mais elle s'était amusée et aurait bien aimé continuer plus longtemps : c'était l'important !

"Je vous remercie de votre attention", dit-elle aux trois membres du jury, avant de quitter la scène à son tour en bondissant intérieurement. L'adrénaline n'avait pas encore quitté son corps et elle aimait ça, par Rowena !

Parvenue au pied de la scène, elle se lança un Finite sur la poitrine - avec un certain regret, il faut bien l'avouer - puis elle reprit son poste d'observation, prête à voir les autres prestations.
Spoiler:
 
Lucas BlackTroisième annéeavatar
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur
Ce samedi-là, Lucas était d'une bonne humeur effrayante. Car ce samedi n'était pas un samedi comme les autres. Un peu plus de deux semaines après la rentrée, un événement exceptionnel venait égayer la célèbre école de magie écossaise. Ce samedi après-midi aurait lieu la sélection des rôles principaux pour l'atelier de théâtre. Ce samedi après-midi il pourrait être le centre de toutes les attentions. Habillé de sa plus belle chemise jaune canari et d'un pantalon à rayures vert pomme et rose fluo, il rejoignait le terrain de quidditch accompagné d'un Zach le nez plongé dans un roman. En jetant un regard vers son ami, un sourire facétieux étira ses lippes.

- A la fin, le héro tue sa sœur qui était la leader de la secte Alpha et il se barre sur la planète Forkys avec son meilleur ami qui est en fait son demi-frère jumeau, qui pour information est le fils caché du cousin de Kersno.
- Merci Luke, soupira-t-il en réponse, ça fait vraiment plaisir de voir à quel point tu te sens concerné par mes lectures.
- Mais pas de quoi ! Tu sais bien que tu peux toujours compté sur moi.

Il se contenta de lever les yeux au ciel et de ranger son livre dans son sac alors que le sourire de Lucas s'agrandissait à mesure qu'ils se rapprochaient du stade. Zachary avait pris l'habitude du petit branquignol qui lui servait d'ami et ne se risquait plus à chercher la petite bête avec lui. Ça n'empêchait pas Black de continuer à l'importuner mais au moins n'y prenait-il pas ce plaisir malsain.

- Hé, dis ! Tu veux vraiment participer à cet enfumage de cerveaux ?
- Ben ouais. Attends, s'exclama-t-il, c'est l'occasion rêvée pour épater la galerie !
- Mais t'as même pas lu ce fichu bouquin !
- Pas besoin, suffit d'avoir un peu d'imagination. Et puis j'ai un très bon modèle, si tu veux tout savoir.
- Tu parles de ta cousine ?
- Bien sûr, de qui d'autre ? Cette pimbêche est une vraie mine d'or à niaiseries.

Il fallait admettre que Jennifer péronnelle Chase qui, quand elle n'était pas occupée à lui chercher querelle, passait son temps à minauder au sujet de son petit-ami (qu'il se doutait être imaginaire tant il était parfait selon ses dires).

- T'es pas croyable, soupira l'autre.
- Je sais ! Allez, sourie un peu, tu verras, je vais faire un malheur sur scène !
- C'est ce qu'on verra. Et tu aurais quand même pu faire un effort de présentation.
- Elle est très bien, cette tenue !
- Je ne ferais aucun commentaire sur le choix des coloris mais ta chemise est effroyablement froissée.
- A ce que je sache, j'ai pas de planche à repasser sous la main.
- Et la magie, c'est pour les trolls peut-être ?
- Tu connais un sort pour repasser, toi ?
- Non.
- Pourquoi tu parles, alors !
- Pour rien, pour rien… Allez, dépêche-toi, je vais plus avoir de place à cette allure !

Le blond attrapa le bras de son ami et le tira avec toute la force que lui procuraient ses petits muscles. Ils parvinrent finalement à bon port alors qu'une bonne femme qui devait être Mildred Magpie terminait son discours sous les acclamations du public. Les gradins étaient noirs de monde et Zach partit retrouver d'autres camarades tandis qu'il se glissait dans la file de participants, chouravant au passage plusieurs places. Il était peut-être en retard mais ce n'était pas une excuse pour passer dans les derniers. La prestation catastrophique de la première le fit bien rire et il se dit qu'il n'avait rien à craindre d'une pareille concurrence ; celui qui venait de tous les doubler était particulièrement brillant et il le siffla bruyamment ; Kim lui parut plus orgueilleux que jamais mais il l'acclama tout de même, tant pour soutenir sa maison que pour souligner sa maîtrise ; la suivante était tout simplement terrifiante et Abigail provoqua son fou rire. C'était enfin son tour et en passant à côté d'elle, il ne put s'empêcher de lâcher d'une voix goguenarde :

- T'aurais dû laisser le sort, ça t'aurait au moins donné un physique plus féminin et tu te serais trouvé un copain en moins de deux ! C'est dommage, Scavo, tu vas finir vieille fille. T'en fais pas, va ! T'as tout mon soutien, vraiment !

De son pas traînant, il monta sur les planches et offrit un sourire éclatant au public.

- Salut la compagnie ! Enfin, je voulais dire, c'est un plaisir d'être face à vous en ce splendide après-midi de septembre, mesdames, se reprit-il en se courbant solennellement (et surtout exagérément). Je me présente, Lucas Sebastian Black, fils d'Elias et Marjorie Black, en troisième année dans la noble et mirobolante maison de notre déesse, j'ai nommé Rowena Serdaigle.

Il fit une pause en espérant des applaudissements, ou à défaut quelques rires, mais continua bien rapidement dans sa lancée.

- Je m'apprête en cet instant à vous présenter un passage parfaitement en accord avec tout mon être, roulement de tambour… Celle où Peggy s'est énamourée de Feodor et gambade gaiement dans la forêt pour faire part aux créatures enchantées de sa merveilleuse euphorie. J'admire énooormément Peggy qui est pour moi le symbole de l'espoir et de la perfection à leurs états les plus purs (elle était surtout horriblement horripilante, mais mieux valait taire cet aspect). Et je me sens en osmotique symbiose avec elle, nous avons après tout le même nom de famille ! Cette performance est dédicacée à la femme de ma vie sans qui je n'aurais pas eu la chance d'avoir autant d'inspiration ! Jenny chérie, celle-là est pour toi !

Lucas aurait préféré se couper la langue plutôt que de prononcer ces mots, mais il aimait plus que tout attirer l'attention, et quoi de mieux qu'une muse secrète pour enflammer les rumeurs ? Improviser ? Il savait faire, et à merveille, puisqu'il s'agissait de son train-train quotidien. Il était bon comédien et ne lui manquait qu'un costume. Malheureusement, il ne s'y connaissait pas en sorts de couture et la seule fille qui aurait pu potentiellement lui prêter une robe d'un rose pétant avait refusé et il se retrouvait donc en habits usuels.

*

D'un habile mouvement de baguette, il fit apparaître une gerbe de fleurs multicolores, bientôt suivies par une multitudes de petits papillons et de bulles roses en forme de cœur. Il commença à sautiller sur le plateau et à balancer ses bras tout en admirant ses créations. Prenant sa voix la plus claire (ce qui ne manqua pas de rater puisque timbre vaguait entre aigu et grave), il entama :

- Ô, mirifiques gardiens sylvestres ! Que ne puis-je témoigner de votre beauté folle lorsque règne en mon cœur l'image incorruptible de l'être le plus somptueux de la création.

Il tendit un doigt à un des papillons qui se posa négligemment dessus.

- Je ne puis user de simples palabres pour décrire toute l'ardeur de cette inclination. Mes mirettes d'ambre ont eu ce privilège de se poser sur ce visage délicieux et je manquai tomber en pâmoison lorsque nos regards se croisèrent. Depuis, les flammes violines de la passion consument pernicieusement mon humble entité.

Il apporta un bras languissant à son front et son visage se tordait d'une lueur d'adoration mêlée au désespoir.

- Qui êtes-vous, gracieux inconnu dont la présence se substitue aux battements charmants de ses créatures frivoles ? Il m'est impossible de nier allégresse qui me berce tendrement au rythme mélodieux du bruissement des feuilles dans ces cimes gigantesques.

Il jeta un regard mouillé vers le ciel avant de le tourner vers la plateforme sur laquelle se tenait le jury.

- Aujourd'hui encore le soleil se couchera sur l'horizon mais mes sentiments demeureront inchangés. M'accompagneront éternellement ces fidèles alliés aux ailes virevoltantes telles des cristaux miroitants de somptueuses couleurs. Leur poussière m'est apaisante et mes songes seront marqués de ce visage d'ange et de ces papillons de l'amour. Que vous me manquerez durant cette séparation.

Il s'affala le plus lentement possible sur le parterre de fleurs et resta ainsi immobile.

*

Après une dizaine de secondes, le comédien en herbe se releva et reçut avec emphase les applaudissements. Il fit ensuite disparaître le décor improvisé et se retourna vers le public.

- Merci, merci, c'est bien trop d'honneur. Je voudrais également remercier mes parents et ma sœur qui n'ont malheureusement as pu venir, mon frère qui doit se cacher quelque part, toute ma maison, et bien évidemment les membres du jury pour votre temps ! Message spécial pour Zachary Jenkins, je t'avais bien dit que j'allais tout déchirer !

Il descendit ensuite de scène et partit rejoindre son ami qu'il découvrit rouge de honte.

- Fais pas cette tête, ça partait d'une très bonne intention !
- Mais bien sûr… Abruti !

Le roman de son ami vint frapper l'arrière de son crâne, et tout en le massant, Lucas ne perdit pas son sourire. Dans tous les cas, il s'était exceptionnellement bien amusé et il se dit que le théâtre était vraiment fait pour lui.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Felicia Rosebury, 17 ans, septième année de Serdaigle

C'est au travers une longue lettre d'Eden – accompagnée d'un panier de muffins à la framboise – que Felicia avait appris que Mildred Magpie organiserait une pièce de théâtre inspirée des Hauts de Hurlelune à Poudlard. Même si elle n'avait rien dit tout de suite, elle était intéressée par cette idée. Elle aimait bien le théâtre, elle aimait bien l'idée de monter un spectacle avec ses camarades de classe alors pourquoi pas ? Même si l'idée de monter sur scène devant tout le monde la rendait un peu nerveuse – elle avait peur de se ridiculiser – elle se disait qu'elle pouvait toujours faire une bonne prestation. C'était également une bonne expérience pour apprendre à s'exprimer devant les gens – et c'était important dans une carrière de Médicomage – et surtout, la sixième année était la seule année sans examens, autant en profiter.

Avec sa meilleure amie Lydia, elles avaient convenu de participer ensemble. Choisir des rôles différents leur aurait permis d'être ensemble dans la pièce mais elles avaient envie de jouer Peggy alors elles avaient décidé qu'elles se soutiendraient et s'entraîneraient ensemble. Elles avaient déjà – bien évidemment – lu le livre et avaient passé des soirées entières à réviser dans leur dortoir, à voix basse parfois pour ne pas réveiller leurs camarades qui dormaient. Peggy était le rôle principal aussi était-ce une entreprise difficile mais Crapula ne lui disait pas vraiment. Felicia ne se voyait pas incarner cette femme aussi sûre d'elle, alors qu'elle était plus du genre effacée. Elle se retrouvait mieux dans Peggy qui prenait confiance en elle au fil de l'ouvrage, mais qui était au début un peu timide et qui n'était pas la cible de tous les regards. Néanmoins, pour être tout à fait honnête, l'idée de jouer devant les gens la rendait anxieuse et surtout, l'idée d'embrasser un garçon sur scène – alors qu'elle ne l'avait jamais fait en vrai – rendait également les choses un peu délicates. De toute manière, s'admonesta-t-elle, elle verrait bien : elle n'était même pas sûre d'avoir le rôle, loin de là.

Lorsque Mildred Magpie fit son discours d'encouragement, Felicia applaudit avec application. Mildred Magpie n'était pas son auteur préférée mais elle avait bien aimé ses livres et leur histoire. Nerveuse, elle regarda les prestations se dérouler, se sentant mal pour Kristen, une fille de l'année en dessous, quand cette dernière bafouilla sur scène avant de s'enfuir. La boule au ventre, Felicia la regarda passer. Et si elle aussi elle oubliait le texte ? Elle l'avait bien appris, c'est vrai, mais le stress... Et puis monter sur scène devant tout le monde, elle n'avait pas très envie qu'on se moque d'elle ! Tout en se rongeant l'ongle de l'index, elle se tourna vers les gradins pour essayer d'apercevoir ses copines de classe. Mais ce fut une silhouette tout en rose qui faisaient des grands signes qui attira son regard. Eden se trouvait là, visiblement heureuse d'être revenue à Poudlard pour soutenir sa sœur. A côté d'elle, il y avait Isadora qui piochait dans le panier de cupcakes et qui lui fit un grand salut la bouche pleine quand elle constata que Felicia les regardait. Cette dernière ne savait pas si elle devait se réjouir de la présence de ses sœurs ici. Elle adorait Eden, vraiment, mais cette dernière pouvait se montrer tellement démonstrative... Elle n'avait pas très envie d'être appelée « Felili d'amour » par tout le reste de l'école. Se détournant, elle prit la main de Lydia dans la sienne pour observer les prestations suivantes. Anwar Kabache fit une super prestation en Guacamole et Felicia applaudit avec enthousiaste, tandis que Lydia riait aux éclats.

- Il était trop cool ! fit sa meilleure amie en se hissant sur la pointe des pieds pour le voir regagner les gradins. J'espère qu'il aura le rôle !

Les prestations s’enchaînèrent, Lydia et Felicia se montrèrent très attentives à la performance de Kim, qui était dans leur maison de Serdaigle. Il s'en sortit honorablement bien et Felicia songea un instant que s'il avait le rôle et qu'elle avait le rôle, c'est lui qu'elle devrait embrasser et c'était une pensée un peu bizarre mais pas trop dérangeante... Et elle n'avait pas envie de penser à cela. Pour se détendre, elle récita son texte dans sa tête tandis que Euphémia Rowles faisait une bonne prestation en Crapula. Comment est-ce qu'ils faisaient pour ne pas être nerveux ? Elle-même avait la boule au ventre et avait l'impression qu'elle ressemblerait plus à Kristen rougissante qu'à Euphémia, belle et tranquille sur scène. La prestation du petit d'avant eut au moins le mérite de la faire rire, même si elle restait angoissée... Lorsque ce fut son tour, Lydia lui pressa la main très fort en lui adressant un sourire tandis que Felicia avançait sur la scène. Elle avait mis une jolie robe blanche qui lui tombait au genou, avait laissé ses cheveux sur ses épaules comme Peggy le faisait – alors qu'elle les attachait souvent – et portait un collier en argent, comme celui de l'héroïne à quelques détails près. La boule au ventre et les jambes un peu tremblantes, elle se força à sourire au jury. Elle avait les joues rouges et la voix un peu faible, mais elle ne buta pas sur les mots.

- Bonjour, je m'appelle Felicia Rosebury, je suis en septième année à Serdaigle et j'auditionne pour le rôle de Peggy Black. Je trouve que c'est un personnage très intéressant qui évolue beaucoup au fil des tomes et j'aimerais le montrer au travers de mon interprétation. J'ai choisi la scène où Peggy trouve un animal blessé dans la forêt.

Elle l'avouait, elle avait appris cette présentation par cœur pour ne pas hésiter au moment de s'introduire auprès du jury. Un peu tremblante, elle prit une grande inspiration avant de commencer à jouer. Debout au milieu de la scène, elle fit mine d'apercevoir quelque chose côté jardin.

- Mais... commença-t-elle un peu faiblement. Elle se força à monter la voix pour la suite. Que vois-je dans le lointain ? Doucement, à pas feutrés, elle s'approcha d'un point imaginaire, tendant lentement la main dans le vide. Oooh, mon petit, souffla-t-elle. Tu m'as l'air blessé... Viens, attends, laisse moi t'approcher.

Elle avait l'impression de devoir approcher le chat de son voisin qui s'était cassé la patte l'année dernière et qu'elle avait trouvé dans le fond du jardin, aussi s'inspirait-elle de cet événement. Les yeux tout ronds et apeurés du chat et la voix douce qu'elle avait pris pour qu'il n'ait pas peur. En y réfléchissant bien, cela marchait aussi avec Carla le matin lorsqu'elle vivait encore chez eux. Cette pensée – et le stress – manquèrent de la faire sourire mais elle espéra que cela ne s'était pas trop vu alors qu'elle reprenait la parole.

- Je ne te veux pas de mal, promit-elle. Juste t'aider... Elle s'interrompit, ayant un blanc. Paniquant légèrement, elle repassa le fil du texte dans sa tête, bégayant sur les derniers mots. Juste t'aider... Je suis Peggy Black, reprit-elle plus vivement alors que cela lui revenait, les animaux sont mes amis. Mes pouvoirs magiques peuvent te guérir et ensemble, nous pourrons vivre dans la forêt enchantée !

Elle fit mine de déchirer un pan de sa robe, ce qui la déséquilibra quelque peu. Posant le genou sur la scène de manière un peu brusque – ce qui la fit rougir – elle se concentra sur la scène malgré ses mains tremblantes.

- Tiens, laisse moi soigner ta plaie, puis je te chanterai des chansons pour que ma voix te porte vers le repos...

Elle se releva, ayant terminé sa scène et adressa un bref sourire au jury, nouant ses mains.

- Merci beaucoup de votre écoute.

Et se dépêcha de sortir de scène, le cœur battant à vive allure.
Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 291

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha sentait le trac monter doucement en elle à mesure qu'elle observait les prestations des premiers candidats, certaines plus crédibles que d'autres. Elle avait beau avoir fait plusieurs années de théâtre et de danse, elle était toujours un peu nerveuse au moment d'entrer en scène. C'était certainement une bonne chose, c'était signe que sa prestation était assez importante pour qu'elle ait réellement peur de ne pas l'exécuter parfaitement. Et celle d'aujourd'hui était d'une importance toute particulière !

Ce n'était pas tant que Sasha soit une fan de la première heure des Hauts de Hurlelune -bien qu'elle ait lu et apprécier le premier tome- mais plutôt que c'était une chance incroyable d'être sous le feu des projecteurs. Il aurait pu s'agir d'une pièce historique ennuyante à mourir avec uniquement des rôles de troll qu'elle aurait auditionné avec autant de zèle et de volonté. Mais elle devait reconnaitre qu'elle préférait de loin le rôle de la jolie Peggy à celui d'un troll des montagnes.

Sasha n'avait pas hésité une seconde avant de s'inscrire à ces auditions. Le théâtre était une de ses activités favorites depuis qu'elle était petite. Il y avait peu de choses qu'elle appréciait autant que de se retrouver sur scène, face à un public admiratif, et de sentir qu'elle les avait convaincu. Elle aimait jouer la comédie, elle adorait se prêter à des rôles différents, et plus que tout elle aimait être le centre de l'attention.

Son expérience dans le domaine du spectacle était un avantage que Sasha ne pouvait pas négliger. Non seulement il lui éviterait les trous de mémoire dus au stress, comme cette pauvre Kristen qui avait livré une performance pathétique, mais en plus cela pouvait lui permettre d'intimider un peu ses concurrents. Il n'y avait rien de plus déstabilisant que de réaliser qu'on avait des adversaires peut-être plus doués que soit. Sasha se souvenait avoir observé, pétrifiée de stress, des danseuses plus souples qu'elle s'étirer avant un concours, et chaque fois elle avait eu envie de partir en courant.

"J'avais prévu de de faire une diagonale pour sortir côté cour mais vu que la scène est un cercle je vais devoir changer mon déplacement, soupira-t-elle suffisamment fort en s'adressant à Cindy, qui était venue l'encourager. Je suis morte de stress ! ajouta-t-elle. J'ai peur d'avoir la langue qui fourche, il n'y a rien de pire pour ruiner un monologue!"

Sa langue ne fourcherait pas. Elle avait l'habitude des longs discours et elle avait répété une bonne dizaine de fois "Si six cent six sphynx sont sans savoir ces six cent six sphynx sont sans succès" et autres exercice d'articulation moldus et sorciers pour travailler son élocution, mais il était toujours bon de communiquer quelques craintes irrationnelles à ses camarades.

Sasha était toutefois un peu nerveuse tandis qu'elle observait une septième année de Serdaigle livrer une performance tout à fait crédible, bien qu'un peu maladroite. Ce serait bientôt à elle. Elle prit plusieurs grandes inspirations, ferma les paupières une seconde et détendit les muscles de ses épaules. Quand elle rouvrit les yeux la candidate précédente venait de sortir de scène. Elle respira un grand coup et s'avança au centre de la scène.

"Bonjour Mesdames, commença-t-elle d'une voix claire en faisant attention à ne pas parler trop vite comme il pouvait lui arriver de le faire. Un peu intimidée par la présence de cette comédienne qu'elle ne connaissait pas, Sasha se concentra sur les visages familiers de Mildred Magpie et de Daisy Mason. Je m'appelle Sasha Benson, j'ai quatorze ans, je suis à Serpentard et j'auditionne aujourd'hui pour le rôle de Peggy Black. C'est un personnage que j'admire énormément pour son courage et que je pense être un excellent modèle de femme forte pour les adolescentes et adolescents."

Face à un jury féminin, un petit discours sur le courage de Peggy ferait certainement plus d'effet qu'une énième tirade sur sa beauté et sur la chance qu'elle avait d'être aimé par le merveilleux Féodor. Sasha avait d'ailleurs choisi une scène qui lui permettrait à la fois de montrer ses talents d'oratrices, mais qui insistait également sur une facette de Peggy différente de celle de l'amoureuse transie.

"J'ai choisi d'interpréter la scène où Peggy se fait couronner et s'adresse pour la première fois à son peuple. J'espère être à la hauteur de l’œuvre et vous remercie de votre attention."

L'adolescente recula de quelques pas et tira sa baguette de sa poche. Une formule et un geste du poignet plus tard, une fine couronne d'argent apparaissait sur ses longs cheveux. Elle avait répété ce sort pendant des soirées entières, et c'était à vrai dire la partie de sa performance qu'elle redoutait le plus. Maintenant que son sortilège était parfaitement exécuté, elle se détendit complètement et se lança dans sa prestation.

***

« Gens de Hurlelune ! commença-t-elle d'une voix forte, la tête haute et le regard lointain, fixant la foule immense. En ce jour de gloire j'ai l'immense honneur de devenir votre souveraine. Je vous remercie de la confiance que vous avez placé en moi, et promet de ne rien faire qui puisse vous décevoir. Ce privilège s'accompagne de lourdes responsabilités mais j'espère avoir la force, la sagesse, et la bienveillance de mon défunt père pour gouverner avec autant de justesse qu'il le fit en son temps... »

Elle marque une pause, émue, et baissa légèrement son regard larmoyant pour finalement revenir accrocher celui du jury.

« Mais ce jour n'est pas seulement le miens, reprit-elle avec ferveur. Ce jour nous appartient à tous ! Aujourd’hui je m’engage à consacrer chaque minute que durera mon règne, à vous protéger des forces du mal qui vous menacent ! clama-t-elle avec force. J’empêcherai les ténèbres de venir assombrir nos belles journées d’été, polluer notre air parfumé et massacrer notre si beau royaume… »

Sa détermination laissa momentanément place à un visage plus doux, marqué d’une expression douloureuse. Elle s’avança alors de quelques pas et balaya l’assistance du regard, reprenant une mine grave et déterminée.

« Mais je ne saurai mener à bien cette mission sans votre aide, avoua-t-elle. J’aurai besoin de chacun et de chacune d’entre vous pour lutter contre la sorcellerie et les forces obscures. Ensembles nous pouvons réussir, et prouver que la fraternité et le bien triomphent toujours du mal, affirma-t-elle avec émotion. Ensembles, nous vaincrons ! Gens de Hurlelune, êtes-vous avec moi ? »

L’adolescente laissa passer un instant de silence, pour la clameur de la foule qui répondait au discours de Peggy dans le roman. Un sourire satisfait et ému apparut sur son visage tandis qu’elle contemplait son peuple invisible.

***

Sa prestation terminée, des applaudissements s’élevèrent des gradins et le sourire de Sasha s’agrandit. L’adolescente effectua une jolie révérence et remercia le public et les membres du jury avant de quitter le cercle pour laisser la place au candidat suivant. Son cœur battait à toute allure et elle ne parvenait pas à effacer de ses lèvres son sourire ravi. Elle était plutôt contente d’elle, même si elle regrettait quelques petits défauts dans sa performance.

Mais Sasha n’avait pas l’intention de perdre son temps à revivre et à refaire son audition. La première épreuve était passée, mais deux autres restaient à venir et elle se devait de les préparer au mieux, ce qui impliquait de se trouver un Féodor. Elle avisa alors Kim, ce Serdaigle de sixième année qu’elle avait croisé sur le chemin de Traverse et qui était passé parmi les premiers candidats pour le rôle de Féodor. Il ferait très bien l’affaire, sa performance avait plutôt réussie !

Alors qu’elle se dirigeait vers le jeune homme, Sasha passa devant Abigail et décida de s’arrêter pour la féliciter. Depuis qu’elle avait appris sa relation avec Andrew, elle était animée d’une certaine animosité envers la jeune Serdaigle, mais il était évidemment hors de question de laisser entrevoir la moindre jalousie. On était comédienne ou on ne l’était pas ! Et puisqu’elles auditionnaient pour des rôles différents, elle pouvait se permettre de la féliciter chaleureusement sans risquer de passer pour une hypocrite.

« Salut Aby ! la salua-t-elle avec un sourire éclatant. On se sent mieux une fois qu’on est passé pas vrai ? lança-t-elle avec un soupir de soulagement très convaincant. Tu étais géniale en tout cas, j’ai adoré ! Surtout la fin ! ajouta-t-elle avec un éclat de rire presque complice. J’espère que tu auras le rôle ! affirma-t-elle chaleureusement. Je dois te laisser, je suis en quête d’un Féodor maintenant ! »

Elle ponctua sa phrase d’un nouvel éclat de rire, comme elle l’aurait fait auprès d’une meilleure-amie et s’éclipsa d’un pas léger. Elle ne tarda pas à être rejointe par Cindy qui la félicita à son tour pour sa performance, avant de jeter un regard en arrière en direction d’Aby.

« Mais…Tu ne lui en veux pas ? s’étonna la petite blonde.
- Mais bien sûr que non ! Pourquoi est-ce que je lui en voudrais de quoi que ce soit ?
- Bah tu sais, elle et Andrew…La jalousie était largement perceptible dans la voie de Cindy. Aucune retenue !
- Oh, ça ! Andrew et moi ne sommes qu’amis, je suis très contente pour lui au contraire ! Et Aby est une fille géniale, il ne pouvait pas mieux tomber ! »

Son cœur se serra alors qu’elle songeait que si, il aurait pu mieux tomber. Avec elle par exemple. Ravalant sa rancœur, Sasha adressa un sourire éclatant à sa camarade et lui demanda de l’attendre là pendant qu’elle parlait à Kim. Abandonnant son sourire digne d’une publicité pour dentifrice, l’adolescente s’approcha du Serdaigle avec une attitude un peu plus réservée, ne souhaitant pas le faire fuir en ayant l’air trop sûre d’elle.

« Salut Kim, le salua-t-elle presque timidement. On s’est croisés l’autre jour sur le Chemin de Traverse, précisa-t-elle au cas où il l’aurait oublié –bien qu’elle espérait que ce ne soit pas le cas ! Ton audition était géniale ! Et…Je me demandais si tu avais déjà quelqu’un pour ta scène avec Peggy… ? Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille, faussement nerveuse, avant de poursuivre avec un peu plus d’aplomb. Je sais danser la valse, et je n’ai encore personne pour ma scène avec Féodor, donc si jamais ça t’intéresse… »

Elle haussa les épaules avec un sourire qui se voulait désinvolte et attendit la réponse du jeune homme. Elle venait tout de même de lui proposer de jouer une scène où ils étaient censés s’embrasser et elle sentait ses mains devenir un peu moites. Elle avait l’habitude, pourtant, des baisers « pour de faux », c’était même les seuls qu’elle ait jamais connu. En primaire elle avait échangé son premier baiser au cours de la pièce de théâtre de fin d’année, et l’an dernier quand Ahren l’avait embrassé, c’était uniquement pour gagner leur jeu stupide. A croire qu’à force de jouer les comédiennes, elle finissait par ne plus vivre que dans le mensonge.



Kathrina KellerQuatrième annéeavatar
Messages : 146

Voir le profil de l'utilisateur
Avec une certaine appréhension, Kathrina regardait les élèves enchaîner les prestations, certaines plus drôles que d’autres, certaines plus impressionnantes. Tous les candidats se jugeaient les uns les autres, elle-même ne pouvait s’empêcher de se comparer à chacun d’entre eux. Ils espéraient tous obtenir le rôle pour lequel ils concouraient, même si certaines prestations relevaient visiblement plus d’un pari amusant qu’autre chose. Kathrina prêtait une oreille plus ou moins attentive à ce qui se passait sur scène, car elle répétait intérieurement son texte, sentant l’adrénaline grandir en elle. Elle réussit cependant le temps du passage d’Abigail à oublier sa nervosité et l’écouter avec attention. La fin de sa prestation lui tira un rire -elle avait osé !- et elle leva les pouces en l’air dans sa direction lorsqu’elle croisa son regard.

« C’était super, Aby ! Tu fais une Crapula plus vraie que nature, rit t-elle, avant de croiser les mains en prière. Oh faites qu’on ait un rôle toutes les deux, ça serait tellement bien de jouer ensemble ! »

Elle voyait cet atelier théâtre comme une occasion de s’amuser et passer du bon temps en dehors des cours, mais pas seulement. L’an dernier, Kathrina n’aurait jamais osé se présenter à une telle compétition et s’offrir ainsi au regard de tous. Elle avait grandi et était restée dans l’ombre de son frère aîné, jusqu’à sa mort. Lorsqu’il était parti, il avait par conséquent laissé un immense vide en elle et bousculé ses repères les plus stables. A quoi se raccrocher ? Il lui avait paru impossible de se redresser par elle-même, seule, alors elle s’était appuyée sur toutes les personnes proches d’elle. Gillian lui avait offert l’épaule d’une meilleure amie, Nora, les bras d’une grande soeur, elle s’était même un peu rapprochée d’Ahren. Sa relation avec Andrew avait été une étape supplémentaire, car il avait su la rendre heureuse l’espace de plusieurs mois, et surtout, il l’avait aidée à prendre confiance en elle, quand elle s’était persuadée qu’elle vivrait toujours dans l’ombre protectrice d’Ulrich. Même s’ils avaient fini par se séparer en bons termes, Andrew restait aux yeux de Kathrina quelqu’un qui lui avait fait voir ses propres qualités et lui avait fait comprendre qu’elle valait quelque chose, sans avoir à se définir par rapport à ses frères.

C’était un pas considérable, pas seulement dans son deuil, mais aussi dans la définition de son identité, brinquebalante à cette étape de sa vie. Kathrina se voyait changer, à tous les niveaux. Son corps changeait, ses envies aussi, elle se sentait plus assurée qu’avant, moins naïve et prête à s’écraser pour les autres. Cet atelier théâtre lui apparaissait comme l’occasion de se prouver qu’elle avait changé et qu’elle pouvait devenir « quelqu’un ». Tous ses amis proches occupaient une certaine place dans l’école. Gillian et Andrew faisaient partie de l’équipe de Quidditch de leurs maisons respectives. Abigail connaissait plein de monde et plein de ragots. Et elle, Kathrina Keller ? Eh bien, elle, elle en avait assez d’être « la pauvre petite dont le frère est mort l’an dernier » ou « la fille de cette famille bizarre à qui il est arrivé un drame ». Elle avait envie qu’on parle d’elle en bien, et surtout, elle avait envie qu’on l’évoque pour des actions qu’elle avait accomplies, et non pas sur des évènements qu’elle avait subi sans y avoir la moindre prise.

Lorsqu’elle se trouva face au jury, sur la scène, toutes ces pensées étaient la toile de fond de son esprit, et un puits de courage dans son coeur. Elle prit la parole, s’efforçant de faire disparaître le tremblement de sa voix, et de parler fort et clair :

« Bonjour. Je m’appelle Kathrina Keller, je suis en quatrième année, à Poufsouffle. Se raclant la gorge, elle s’éclaircit tout à fait la voix et parla sans frémir. J’aime beaucoup la saga des Hauts de Hurlelune et je me reconnais bien dans le personnage de Peggy que j’ai choisi d’interpréter. Elle paraît discrète et passive… Mais en réalité, elle est capable de se surpasser et d’accomplir de grandes choses pour les personnes qu’elle aime. Je vais interpréter la scène où Peggy attend qu’on vienne la secourir dans le donjon. »

Kathrina chercha du regard sa meilleure amie Gillian dans la foule, et finit par la voir lui faire signe encourageant qui la détendit un peu. Elle recula de quelques pas et s’allongea sur le sol, s’efforçant d’oublier toutes les prestations précédentes, celle de Sasha qui avait été plus que convaincante, celle de Kristen qui avait tourné au fiasco, celle de Lucas qui avait parfaitement manié son texte… Elle inspira un grand coup et il n’y eut plus que elle et ses souvenirs de la scène du livre qu’elle avait relu des dizaines de fois.

***

Kathrina se redressa en clignant des yeux, comme tirée d’un difficile sommeil, et fit mine de regarder tout autour d’elle.

« Mais où suis-je ? Que m’est t-il arrivé ? Cette pièce sent le rance… Les murs sont si froids et humides » geignit t-elle, en posant ses mains sur des murs imaginaires autour d’elle.

Elle se leva péniblement en se tenant le bras, comme s’il était blessé. Elle prit le temps de jeter un regard perdu vers le jury, vers la foule d’élèves, sans les regarder trop longtemps pour ne pas se déconcentrer. Puis elle baissa la tête, et marmonna, honteuse :

« Je n’ai plus toute ma tête… Cela fait déjà plusieurs nuits que je me réveille dans ce lieu morbide. Elle tendit les bras pour attraper les barreaux de sa fenêtre et les secouer dans un instant de panique. Cette torture va t-elle prendre fin ? Où es-tu mon Feodor ? »

Son regard se projetait au loin, inquiet et apeuré.

« Il lui est peut-être arrivé quelque chose à lui aussi… A moins que… M’a t-il oubliée ? M’a t-il abandonnée ? »

C’était le moment où elle prenait quelques libertés par rapport à l’oeuvre originale. Ce fugace sentiment de doute envers son prince charmant ne figurait pas dans le livre, car mais Kathrina en répétant la scène dans son dortoir s’était laissée transportée et avait insufflé un peu d’elle-même à la Peggy originale. Elle aurait eu des doutes, elle en aurait même partiellement voulu à Feodor, et se serait sentie abandonnée si elle s’était trouvée à sa place… Comme elle en avait voulu à son frère après son départ.

« Non, poursuivit t-il avec un geste de la main, comme pour chasser cette odieuse pensée. Il m’aime de tout son coeur, il ferait tout pour moi, il me l’a dit… Mais s’il se laissait tenter par les forces maléfiques ? S’il se laissait sombrer sans que je ne puisse rien y faire ? Son regard devint implorant, tout comme sa posture, alors qu’elle priait vers le ciel. Oh, faites qu’il puisse me sauver, et que je puisse le sauver en retour ! »

***

Sa scène s’arrêta là. Le coeur battant, Kathrina salua le public et le jury d’une petite révérence, sans réellement croire qu’elle était allée jusqu’au bout. Elle avait craint tout le long de perdre son texte ou de se laisser déconcentrer. Mais elle avait réussi ! Elle avait ses chances, se prit t-elle à espérer. Elle n’osa pas trop regarder Mildred Magpie dans les yeux, elle ne savait pas si ce petit remaniement du personnage de Peggy lui avait plu ou si elle s’en était sentie offensée. Alors elle s’accrocha au regard d’une autre femme, la belle comédienne blonde qui faisait partie des jurés et lança :

« Merci pour votre attention ! »

Puis elle se sauva vers le public et retrouva Gillian, à la fois surexcitée et soulagée d’être passée. Elle put apprécier le reste du casting en étant plus tranquille, pressée d’en voir le bout et d’entendre les résultats.


Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 675

Voir le profil de l'utilisateur
En reine du jury et future directrice de l'Atelier Théâtre, Mildred n'avait qu’une seule obsession : Celle d'apparaitre sous son meilleur jour, afin de combler son jeune public d'adorateurs. Même si elle avait beau être une femme infecte dans la vie réelle, ne cessant de multiplier les comportements de diva odieuse avec son entourage professionnel; La romancière cherchait toujours à véhiculer une image idyllique de sa personne. Aussi charitable qu'un détraqueur, elle s'affichait pourtant régulièrement en première ligne de toutes les œuvres de bienfaisances. Que ce soit pour défendre la veuve et l'orphelin, la mauvaise foi de Mildred Magpie n'avait aucune limite quand il s'agissait d'asseoir sa popularité. Bien entendu, ce casting magique pour l'adaptation théâtrale de son plus grand chef d'œuvre littéraire "Les Hauts de Hurlelune" revêtait une importance capitale en termes d'image, mais aussi au point de vue de ses recettes futures. La vénale femme d'affaire ne pouvait se résoudre à abandonner ce filon tant que celui-ci s'avérait juteux, financièrement parlant. C'est pourquoi, derrière le sourire hypocrite de ses auditions, se cachait une panthère prête à bondir à la première fausse note.

Quand la première participante s'avança vers la tribune du jury pour y jouer une scénette de Peggy Black, Mildred conserva son sourire le plus mielleux durant tout le temps de son audition. La jeune Kristen White avait peut-être perdu totalement le fil de son texte, la romancière vola rapidement à son secours au moment du verdict.


"Ma pauvre chérie, tu t'es laissée dévorer par le stress... Ce n'est jamais facile que de passer la première, et nous ne pouvons que saluer ton courage. Avec ta frimousse d'ange, et sans cet affreux trou de mémoire, nul doute que tu ferai une Peggy Black absolument adorable! Je me souviens bien de toi et je sais à quel point tu es fan de mon roman, c'est pourquoi tu dois garder à l'esprit que d'une manière ou d'une autre, les portes de mon théâtre te seront toujours ouvertes! Merci à toi! "

Tandis que la jeune fille s'en retournait toute penaude vers les tribunes du terrain de Quidditch, la plume à papote de Mildred griffonna une note et une critique sur un petit calepin rose. Un second concurrent à la démarche un brin désinvolte finit par prendre la suite du concours, forçant la reine du jury à relever un regard inquisiteur. Le jeune dandy aux allures de playboy souhaitait jouer les mauvais garçons et tenir le rôle de Guacamole, ce qui attisa encore davantage la curiosité de la quadragénaire. Au moment du débriefing, Mildred ne cacha point son ravissement, malgré les égarements romanesques du jeune homme.


"J'aime beaucoup ton... culot, Anwar! Tu te présentes devant nous avec classe et désinvolture, sans même connaître une ligne de notre roman, et pourtant tu as parfaitement saisi la personnalité du méchant mage Guacamole. Tu es désarmant de naturel et de spontanéité! Bravo à toi! Mais pour ta gouverne, saches que le père de Peggy n'est pas mort, mais s'est seulement vu transformé en Gobille de Vase par Guacamole justement, avant d'être lancé dans les marais sombre de l'oubli. Mise à part quelques incohérences, c'était vraiment excellent. Merci à toi! "

Mildred ne le quitta pas des yeux, tandis qu'il s'éclipsait. De son coté, sa petite plume s'activa à nouveau, rédigeant un nouveau compte-rendu dans son petit calepin. Le nouveau participant du nom de Kim Jeong finit par s'avancer, et le regard de l'écrivaine se teinta d'un voile de perplexité. A vrai dire, Mildred n'avait jamais envisagé que son prince charmant puisse être d'origine asiatique. En bonne anglaise éprise de protectionnisme, Mildred voyait son Féodor sous les traits d'un beau mâle brun, musclé et aux regards aussi bleuté que l'azur. Kim venait détruire ce cliché du prince charmant et chatouiller les certitudes de la romancière. Cette dernière l'écouta attentivement, comme happée par un vent d'admiration.


"Je ne savais pas que Poudlard dissimulait de tels poètes entre ses murs! Je suis très émue, Kim! Quelle formidable émotion, j'en ai encore des frissons! Nul doute que si je ne dépensais pas une fortune faramineuse en épilation intégrale auprès de mon esthéticienne, tous les poils de mon corps se seraient redresser pour saluer ta performance! C'est une version de Feodor absolument débridée par la grâce que tu viens de nous livrer! Merci à toi! "

Mildred Magpie fit mine d'éponger une larme de crocodile, avant de se replonger dans la suite du casting. Prétendant au rôle de Crapula, une jeune femme blonde et de souche sang-pur s'avança vers le jury. Rowle, un nom pas inconnu dans les souvenirs de l'ancienne collabo pro-mangemort qui se cachait en Mildred Magpie. Jadis Mildred avait peut-être léché les bottes des sang-purs, mais désormais elle avait bien retourné son manteau de luxe en fourrure de renard argenté. Elle prenait même parfois un malin plaisir à les prendre de haut; Elle la roturière devenue l'une des femmes les plus fortunée du Monde Magique. Mais elle cacha son mépris derrière un sourire forcé, quand Euphemia acheva sa performance.


"C'est vraiment intéressant Euphémia, mais tu sembles avoir mélangé certains textes de mon chef-d'œuvre littéraire avec d'autres romans disons plus méconnus du monde sorcier. Quand tu dis - je te cite - "Oh Feodor, mon Féodor, être aimé et pur...", tu as confondu mon roman avec une tirade émanant d'un célèbre livre moldu de William Shakespeare. Même si je peux aisément comprendre qu'il est parfois difficile de dissocier nos styles, tu risques de perdre quelques points dans ta performance. Dommage! Mais merci à toi! "

Mildred exprima une petite moue désappointée à l'intention de la jeune participante, tandis qu'une jeune fille, loin d'être une inconnue de la journaliste se présenta à son tour. La seule évocation de son nom de famille manqua faire lever les yeux de Mildred aux cieux, en signe de mépris, mais celle-ci se retint de le faire. Un seul mot d'ordre, "soigner sa popularité". A la fin du récital de la petite Scavo, Mildred ne bouda pas son plaisir, ni son amusement.


"Si je ne connaissais pas la profession de ton père, j'oserai dire que tu es une journaliste en devenir, tant tu as parfaitement réussis à décrypter les informations glanées dans le caractère de Crapula. Tu sais très bien osciller entre la gravité et l'humour, n'hésitant point à souligner la nature narcissique et sociopathe de Crapula, avant de basculer dans une satire amusante sur sa peur de vieillir. J'aime ton jeu d'actrice! Merci à toi! "

Comme absorbée dans ses pensées, la directrice de Multiplettes ne quitta pas des yeux la jeune pousse de William Scavo tandis que celle-ci se fondait dans la foule d'élèves peuplant les gradins. C'est alors qu'un petit lutin facétieux, haut comme trois pommes se présenta à elle. Mildred l'aurait presque trouvé choupinet, si celui-ci ne s'était pas révélé un poil trop provocateur à son goût. Mais si le petit bout d'homme l'exaspérait, Mildred fit mine de trouver sa scénette plutôt drôle et loufoque, daignant même lui accorder un sourire pincé. Après tout, il n'était pas question de se mettre Poudlard à dos.  


"Jouer le rôle d'une princesse aussi complexe que Peggy se révèle être un exercice des plus périlleux en soi, surtout pour le jeune garçon que tu es. Malgré l'humour qui te caractérise, je pense que tu n'as pas fait le bon choix. Une erreur de casting qui se révèle tout de même... plutôt distrayante. Mais tu dois savoir que nous cherchons également des figurants intéressés pour jouer les créatures de la forêt enchantée. Peut-être aimerai-tu jouer un poney rose? Ou un laminac? En tout cas, merci à toi d'être venu! "

La romancière détourna rapidement le regard du petit farceur, laissant aux autres juges le soin d'émettre leurs avis. La nouvelle personne à se présenter n'était pas une inconnue aux yeux de Mildred Magpie, puisqu'il s'agissait de Felicia Rosebury, l'une des sœurs de sa meilleure amie pâtissière. La présidente du jury se permit le luxe d'adresser un bref clin d'œil à l'attention d'Eden, avant de se murer à nouveau dans un masque plus impartial. Même après sa performance, Felicia paraissait très stressée, les jambes encore flageolantes. Mildred tenta alors un peu d'humour afin de détendre l'atmosphère.


"Inutile d'acheter mon vote en m'offrant un des délicieux cupcake de la Maison d'Eden, car je demeurerai absolument incorruptible! J'en suis d'ailleurs la première désolée. " Mildred gloussa toute seule de sa plaisanterie, avant de se lancer dans un précieux conseil d'artiste. "Il faut absolument que tu apprennes à gérer la pression, car je peux t'assurer que tu as toute les qualités pour devenir une excellente comédienne. Avec une professionnelle comme Sofya Belinski à tes côtés, je suis persuadée que l'atelier théâtre pourrai te donner toutes les ficelles du métier. La confiance glanée t'aidera dans ta carrière, ainsi qu'à mieux t'exprimer en public. Merci à toi, Felicia! "

Mildred jeta un bref regard d'encouragement à son amie Eden, qui devait être réellement soulager de voir sa jeune sœur réussir son casting sans s'être couverte de ridicule. La romancière clientéliste était même prête à lui octroyer le rôle quand vint le tour de la star de la journée. Sasha Benson était l'héroïne de la Nation, celle qui avait délivré le monde magique et Poudlard du joug terrifiant de l'horrible bonne femme, Ana Sorden. Depuis leur entrevue, la journaliste de Multiplettes s'était jurée de surfer sur ce tsunami de popularité qui propulsait la jeune serpentard sous les feux des projecteurs. Mildred s'empressa alors d'applaudir avec une frénésie presque hystérique la venue de cette légendaire et jeune sorcière. Au bord de l'asphyxie durant toute la performance de Sasha Benson, la romancière finit par déverser un déluge de superlatifs exaltés en guise de conclusion.



"Ma chéééérie! Ta performance est tout bonnement grandiooose! Incommensuraaable! Je dirai même que tu pousses les limites de la perfection au delà de tout entendement. Tu es un big-bang artistique à toi toute seule! C'est juste époustouflant! Nul doute que les dieux de la magie se sont penchés sur ton berceau au moment de ta naissance! Par la fée Morgane, j'en ai encore la chair de poule! J'espère que le public et le jury ici présent se rendent bien compte de la chance qu'ils ont d'assister à l'éclosion d'un tel prodige! Quelle finesse dans les dialogues! L'osmose parfaite entre beauté et subtilité! Nous avions Harry Potter, les nouvelles générations auront Sasha Benson! "

Dans le but de soulever une standing ovation, Mildred Magpie se tourna alors vers les gradins noirs de monde du terrain de Quidditch.

"J'aimerai que vous accordiez un tonnerre d'applaudissement à celle qui en plus de nous avoir délivré de l'affreuse Ana Sorden, se révèle être une artiste au talent incroyable! Merci à toi, Sasha! "

Une ovation accompagna la sortie de l'héroïne de la nation, tandis que Katrina Keller s'avançait à son tour. Sans doute pour faire de la figuration, tant Mildred Magpie était persuadée d'avoir d'ores et déjà trouvé son casting idéal. La romancière venait même de refermer son petit calepin rose, signe qu'elle se fichait éperdument de la performance de la dernière candidate. Dans l'esprit de la journaliste à scandale, il n'y avait pas l'ombre d'un match entre l'héroïne de la Nation et la sœur d'un défunt psychopathe qui alimentait jadis les chroniques des faits divers de Multiplettes. La vie se révélait incroyablement cruelle pour ceux qui n'étaient pas nés sous la bonne étoile. Pressée d'en terminer et de passer au verdict, Mildred ne daigna accorder pas l'ombre d'un intérêt à la vibrante performance de Katrina Keller. Une injustice ô combien triste pour la jeune Katrina, tant cette dernière insufflait une émotion des plus personnelles à son personnage. Mais la romancière balaya sa performance d'un revers de la main, ne quittant des yeux la jeune Sasha Benson.


"Oui, c'était pas mal. Je te remercie... Comment c'est ton nom déjà? Ah oui... Katrina Keller. Mais maintenant, je pense qu'il est grand temps de rendre public le vote du jury, et de révéler qui de ses nombreux participants incarneront les rôles vedettes de l'adaptation théâtrale de mon chef d'œuvre littéraire : Les Hauts de Hurlelune. Dans un premier temps, le jury énoncera son vote, puis cela sera à votre tour. Vous déposerez les quatre noms que vous désirez voir monter sur les planches dans l'urne magique qui se trouve au centre du Terrain de Quidditch. Nous ferons alors une moyenne entre vote du jury et le vote du public, et nous aurons alors les noms de ceux qui incarneront Peggy Black, Feodor, Guacamole et Crapula! Est-ce bien clair pour tout le monde? Alors nous pouvons passer aux délibérations du jury... "

Mildred jaugea un instant le public, avant d'énoncer les résultats de son vote. Un roulement de tambour magique renforça quelque peu le suspense, et la romancière se lança enfin dans le verdict de son casting.  

"Avec une note de 07/10... Le rôle de Crapula revient à ... "

* roulement de tambours *

vote de Mildy:
 

"Avec une note de 08/10... Le rôle de Guacamole revient à ... "

* roulement de tambours *

vote de Mildy:
 

"Avec une note de 09/10... Le rôle de Feodor revient à ... "

* Roulement de tambours *

Vote de Mildy:
 

"Avec une note de 10/10... Le rôle de Peggy revient à ... "

* Roulement de tambours *

Vote de Mildy:
 

*****

HJ : Si vous êtes curieux et curieuses, voici l'intégralité des critiques et des notes inscrites par Mildred durant le casting.


Calepin rose de Mildy:
 

Les autres membres du jury peuvent désormais énoncer leurs choix, nous ferons ainsi la moyenne du jury. Pour le vote du public, j'hésitais entre un sondage à choix multiples dans la cabane, ou alors les votants peuvent exprimer leurs choix à la suite de ce post. Je laisse aux admins ce choix...


Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3303

Voir le profil de l'utilisateur
C'était une expérience inédite que de se retrouver juge de théâtre mais en soi, pas désagréable songeait Daisy juchée sur sa tribune. Elle était seulement heureuse de ne pas avoir à juger ses filles, elle était persuadée que Jane aurait participé mais aurait également été très vexée de ne pas avoir le rôle, comme l'année dernière avec le post de préfète-en-chef qu'elle lui avait fait payer en rejoignant les Jeunesses d'Adonis Greengrass... Mais l'ambiance sur le stade de Quidditch était beaucoup plus détendue et cela lui faisait plaisir de voir le succès de cette nouvelle activité extra-scolaire ! C'était bien la preuve que les élèves avaient besoin de se détendre en dehors des cours et du Quidditch - et des Bavboules, certes - et avaient besoin de nouvelles activités. A chaque évènement de ce genre, le tournoi de rugby par exemple, les élèves répondaient présents. C'était toujours un peu compliqué à organiser et nécessitait toujours des fonds importants mais elle se battait pour qu'ils puissent y avoir accès. Si l'Atelier Théâtre était une réussite cette année, il pourrait être reconduit l'année prochaine !

Aussi, Daisy se montrait toujours bienveillante à l'égard des candidats qui se présentaient, se doutant que cela devait être difficile de faire ainsi face à la moitié de l'école et à des figures comme Miss Magpie - qui était quand même aussi connue que particulière - et Miss Belinski, qui avait eu un grand succès sur les planches cette année (et qui était d'ailleurs très sympathique comme l'avait constaté la jeune directrice en la rencontrant). Elle adressait donc un sourire très chaleureux à tous les élèves qui passaient, se sentant mal pour eux quand un petit incident arrivait. Miss Magpie menait tout cela d'une main de maître et Daisy lui laissait le loisir d'organiser tout cela comme cela lui plaisait : elle avait bien compris que cela serait le meilleur moyen de faire durer leur collaboration tranquillement. D'ailleurs, elle la trouva même adorable avec des élèves comme Kristen White, qui avait eu une prestation difficile, ou bien Kim, ou encore Felicia. Elle nota même comment la romancière s'attacha à montrer les bons côtés de toutes les prestations des élèves et salua intérieurement cet effort pédagogique, se distant que l'Atelier Théâtre ne pouvait que bien se passer s'il était mené avec autant de bienveillance. Peut-être avait-elle jugé Miss Magpie trop vite ! Elle lui adressa un large sourire quand elle croisa son regard, après qu'elle eut commenté la prestation de la jeune Benson.  Quant à Daisy, elle rit de bon cœur devant le petit spectacle d'Anwar, qui était toujours si charmant et de bonne humeur, fut impressionnée par la prestation presque professionnelle de Miss Benson et par l'interprétation presque comique - mais talentueuse - de Miss Scavo. Elle ignorait que tant de talents se cachaient parmi leurs élèves !

Néanmoins, elle vit bien la manière expéditive dont fut traitée la jeune Keller et se sentit mal pour elle. C'était une jeune fille si adorable, de sa maison, qui avait connu des épreuves difficiles mais qu'elle voyait grandir avec affection et devenir une jeune femme droite, honnête et douce. Daisy lui adressa donc un signe de la main et un grand sourire quand cette dernière sortit de scène, l'applaudissant ensuite avec attention et menant les autres gens de l'école à la rejoindre. Kathrina méritait autant d'attention que les autres ! D'ailleurs, elle avait aimé tous les gens qui étaient passés sur scène et elle espérait qu'ils auraient tous un rôle dans la pièce, même un petit, pour saluer leurs efforts ! Le moment du vote fut donc difficile et elle dû y réfléchir longuement, choisissant ses noms avec un petit pincement au cœur. Il fallait bien décider...

- Bonjour à tous, lança-t-elle en se levant. Avant toute chose, je voudrais remercier tous les gens qui ont eu le courage de venir se présenter, c'était difficile, je pense, d'affronter tous ces regards. C'est un plaisir de mener ce genre de projets avec vous, de vous voir aussi enthousiastes ! J'espère que nous pourrons continuer sur cette lancée et que tout le monde pourra participer à cette pièce, un grand projet commun pour toute l'école ! Je tenais à dire aussi que j'ai aimé toutes les prestations, sans exception, même ceux qui ont l'impression d'avoir échoué. Vous avez tous été très bons.

Elle déroula son parchemin, lisant peu à peu les noms.

- Avec une note de 8 / 10, mon vote pour Crapula va à...

Spoiler:
 

- Avec une note de 10 / 10, mon vote pour Guacamole va à...

Spoiler:
 

- Avec une note de 7 / 10, mon vote pour Féodor revient à...

Spoiler:
 

- Et enfin, avec une note de 8 / 10, ma Peggy préférée est...

Spoiler:
 

Elle se rassit avec un sourire, rangeant ses papiers. Ce qu'elle n'avait néanmoins pas dit, c'est qu'elle pensait qu'il serait plus sain pour la jeune Kathrina d'avoir le rôle. Cela lui permettrait de sortir de sa coquille, de l'ombre écrasante de ses frères, de se faire de nouveaux cercles d'amis et de prendre confiance en elle, c'était une bonne chose. En revanche, la jeune Benson souffrait déjà assez d'exposition comme cela, il suffisait de voir comment Mildred Magpie avait remis Ana Sorden sur le tapis... Sasha avait besoin de se concentrer sur elle-même, sur ses études et d'être un peu protégée du monde extérieur pour grandir en paix. Elle adressa un sourire aux élèves déçus, particulièrement à Kristen White, qui, elle en était persuadée, aurait pu faire une bonne Peggy Black, c'était son stress qui avait joué. Mais Daisy avait dû se résoudre à choisir celle qui s'en était le mieux sortie. Elle espérait que Kristen, qui avait aussi vécu une année difficile l'année dernière, s'en remettrait vite, elle le méritait : elle aimait beaucoup cette élève.



Merci Irving
Sofya BelinskiMembre des Veilleursavatar
Messages : 208

Voir le profil de l'utilisateur
Contrairement à ses collègues du jury, Sofya n'avait pris aucune note pendant les prestations des jeunes candidats. Enfoncée au fond de son siège, elle n'avait pas lâché les élèves du regard, enregistrant leurs prestations dans son esprit, notant les qualités et les défauts de chacun. Comme l'on pouvait s'y attendre face à des candidats jeunes et inexpérimentés, les prestations furent très inégales. Sofya avait noté les personnes à qui il faudrait confier de précieux conseils sur la gestion du stress. Elle avait également repéré quelques talents, et en particulier celui d'une jeune fille qui avait très certainement déjà joué auparavant. Elle s'apprêtait d'ailleurs à voter pour cette dernière candidate, quand deux évènements changèrent la donne.

Le premier fut le passage d'une certaine Kathrina Keller, dont l'interprétation très personnelle de sa scène lui fit reconsidérer son choix. La décision si évidente de caster Sasha ne l'était soudain plus autant, et elle regarda Kathrina quitter la scène en regrettant presque de ne pas pouvoir lui demander un autre passage pour se décider. Sur un plan purement artistique, les deux jeunes filles feraient sans doute de bonnes Peggy Black et les deux choix pouvaient se justifier, si bien que Sofya était en plein dilemme. Laquelle décrocherait le rôle principal, laquelle serait la doublure ?

L'intervention de Mildred Magpie, dont elle connaissait pourtant l'exubérance pour la cotoyer quotidiennement aux Folies Sorcières, lui permis néanmoins de faire son choix. Jamais Sofya n'avait vu jury plus partial, et la façon dont elle encensa Sasha pour mieux dédaigner Kathrina lui fit tourner un regard éberlué sur la sorcière rousse. Un tel traitement aurait déjà fait grincer des dents un comédien de carrière, mais pour une adolescente, c'était particulièrement dur à encaisser. Mildred réalisait-elle que faire jouer des adolescents n'était pas la même chose que de travailler avec des professionnels chevronnés ? Il y avait là des contraintes supplémentaires à intégrer, mais c'était aussi pour cela qu'elle s'était entourée d'une comédienne professionnelle comme Sofya. Cette dernière considérait comme son rôle de se montrer pédagogue envers ces jeunes acteurs en herbe et de leur fournir conseils et soutiens. Sofya pouvait se permettre de jouer les divas capricieuses aux Folies, mais à Poudlard, il lui faudrait plutôt suivre l'exemple de Daisy Mason, patiente et bienveillante. Cette dernière avait ainsi à coeur de faire de l'atelier théâtre un lieu d'apprentissage pour tous, et Sofya entendait suivre son exemple.

Elle attendit que la directrice termine son intervention, puis se leva à son tour. Sofya rejeta une boucle de cheveux derrière son oreille, lissa sa robe colorée en faisant cliqueter ses bracelets, puis engloba l'assemblée du regard. Maintenant que le casting était achevé, le public commençait à s'impatienter, et elle décida d'aller à l'essentiel.

"Merci à tous pour ces prestations pleines de talents, je constate que Poudlard renferme de nombreux potentiels ! Que vous soyiez retenus ou non pour jouer l'un des quatre rôles principaux, n'hésitez pas à venir me voir pendant l'atelier théâtre pour obtenir des conseils ou pour en savoir plus sur le métier de comédien. Oui, c'est un véritable métier, qui s'apprend et il est donc tout naturel d'avoir du mal à retenir son texte ou à gérer son stress, par exemple. Il ne faut pas que cela vous décourage, bien au contraire, persévérez et vous y arriverez."

Sofya tourna un sourire qui se voulait rassurant en direction de certains candidats, et en particulier Kristen White et Félicia Rosebury. Son regard s'arrêta ensuite sur le jeune homme qui s'était présenté dans le rôle de Peggy, hésita à dire quelque chose, puis s'abstint. Contrairement à Mildred, elle n'avait pas trouvé qu'il s'agisse là d'une erreur de casting. Il n'aurait pas été le premier homme à jouer une femme, ou inversement, mais Sofya avait là une vision de comédienne, tandis que Mildred pensait plutôt à son personnage issu de son roman, dont elle avait une vision bien précise. Il ne fallait pas que Mildred ait un blocage sur la Peggy castée.

Se tournant légèrement vers le public, elle annonça ses votes à son tour :

"Avec une note de 8/10, pour l'humour qu'elle apporte au personnage, j'accorde mon vote pour le rôle de Crapula à Abigail Scavo."

Euphémia n'avait pas démérité, mais elle avait admiré l'audace de la petite Serdaigle. Elle n'aurait visiblement pas trop de mal à gérer son stress.

Une expression amusée sur le visage, un air de défi au fond des yeux, Sofya observa un instant cette grande pousse d'Anwar avant d'ajouter :

"Avec une note de 8/10, pour son Feodor inspirant, et parce qu'il faut toujours se méfier des paris que l'on fait, j'accorde mon vote pour le rôle de Guacamole à Anwar Kabache."

Jusqu'à présent, elle ne se différenciait guère de ses collègues. Ce serait encore le cas pour le rôle suivant :

"Avec une note de 9/10, pour sa prestation mâture et son interprétation juste du personnage, j'accorde mon vote pour le rôle de Feodor à Kim Jeong."

Vint alors le moment d'annoncer son vote pour le rôle phare :

"Quant au rôle de Peggy, nous avons eu plusieurs prestations de grandes qualités, et notamment les deux dernières qui m'ont impressionné. Miss Magpie a justement souligné les qualités de la prestations de Miss Benson, je voudrais pour ma part féliciter la très belle interprétation de miss Keller."

S'adressant directement à Kathrina, elle la complimenta avec sincérité : "Vous nous avez fait pleinement ressentir les émotions de Peggy, ses doutes, sa confusion, sa peur de l'abandon, et vous avez livré une prestation puissante. Je trouve que vous apportez une véritable profondeur au personnage en vous livrant à votre interprétation personnelle. Pour ces raisons, mon vote vous revient, avec une note de 10/10."

Sofya adressa un sourire tranquille à Mildred en se rasseyant, consciente que son vote et celui de Daisy ne suffiraient peut-être pas à faire pencher la balance en faveur de Kathrina, mais que cela permettrait au moins à Kathrina de ne pas être découragée du théâtre. Quelle que soit la Peggy choisie, elle espérait bien retrouver les deux adolescentes dans la pièce dans un rôle ou dans un autre, pour pouvoir les aider à développer leurs potentiels...



Margarita Levieva, kit par Vingounet
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Casting Magique ~ à la recherche de la nouvelle star [Ouvert à tous]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Casting Magique ~ à la recherche de la nouvelle star [Ouvert à tous]
» A la recherche de la nouvelle star...
» Répliques cultes : à la recherche de la nouvelle star...
» WCF ... Une nouvelle ère ... [ OUVERT A TOUS ]
» Un nouveau monde, nouvelle vie (Ouvert à tous)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Parc, :: Terrain de Quidditch,-