AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Miniplettons! [JR Abi]

Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Vendredi 25 Septembre 2009, quelques minutes avant minuit...

Mildred Magpie avait été contrainte de patienter plusieurs semaines, avant de pouvoir s'octroyer enfin l'un de ses petits plaisirs interdits dont elle attendait monts et merveilles. Prenant soin de ne pas faire grincer les gonds de la porte de ses appartements privés; La professeur de Théâtre jeta un coup d'œil furtif au-dehors, à l'affut du moindre signe de vie qui puisse venir compromettre ses projets. Mais rien ne bougeait, Poudlard semblant déjà dormir sur ses deux oreilles. Un petit sourire espiègle naquit alors sur les lèvres pincée de la presque quinquagénaire, alors qu'elle s'apprêtait à se lancer dans une petite escapade nocturne digne d'une adolescente. Enroulée dans son peignoir léopard et pieds nus pour demeurer aussi silencieuse qu'une panthère, Mildred entreprit le trajet qui la conduisait jusqu'à l'endroit qu'elle avait toujours rêvé d'intégrer. Dans la liste de ses plus grandes déceptions, l'ancienne Poufsouffle comptait celle de n'avoir jamais été élue Préfète de Maison, et donc de n'avoir jamais pût jouir des innombrables commodités que pouvait offrir cette honorable distinction; Et notamment celle de la Salle de Bain des préfets...

Dans l'optique de rétablir ces manquements du passé, la romancière à succès s'était mise en tête l'idée farfelue mais au combien tentante de s'offrir un bain de minuit dans cet espace privilégié. Quelle revanche formidable cela serait sur cette école qui n'avait jamais réellement sût reconnaître son immense talent! Sous sa forme animagi de Pie Grièche, l'insidieuse journaliste avait récolté le mot de passe secret de la salle des bains des Préfets quelques jours auparavant, alors qu'elle furetait dans les vestiaires homme après un match de Quidditch. Ce qu'elle faisait dans un endroit aussi inapproprié ne regardait qu'elle, mais Mildred avait obtenu le précieux sésame de la bouche même du capitaine de l'équipe. Se penchant vers le verrou magique, elle susurra avec excitation la petite formule secrète qui lui ouvrait les portes de ses rêves jusqu'alors irréalisés.

"Fraicheur des pins... "

La porte pivota, et Mildred s'empressa de découvrir ce lieu magique qui devenait enfin une réalité. Pour elle, il ne s'agissait que de réparer une énorme défaillance du passé, et à en juger par le vitrail sertie d'une belle sirène rousse qui lui ressemblait si étrangement : Cet endroit avait été conçut pour une personne comme elle! Se sentant comme chez elle, la romancière laissa glisser son peignoir sur son corps pour se retrouver dans sa plus parfaite nudité. Même si la salle de bain des préfets invitait à la relaxation, elle devait faire vite et se montrer prudente, car trouver une professeur en pareil endroit ne serait pas du meilleur effet. Qui sait comment réagirait la Directrice Mason? Peut-être lui mettrait-elle un blâme? Mais l'exubérante professeur de Théâtre n'en avait que faire et se comportait en diva sans scrupule. Elle pénétra dans l'eau bouillante du bain, poussant au passage un petit gémissement d'extase à l'idée de profiter de ce luxe interdit. Elle fit quelques brasses avant de s'agripper au rebord comme une moule sur son récif. Les paupières mi-closes de bonheur, elle savourait cet instant divin quand tout à coup un grincement derrière elle la fit sursauter! Dans sa hâte, la sorcière de Bristol avait oublié de refermer la porte, et voila qu'une silhouette inconnue se dressait devant elle. Le visage mortifié de la romancière blêmit à vue d'œil.


"Par Merlin! Jeune fille, que faites-vous là à une heure pareille!? "

Demeurant immergée à hauteur d'épaule, Mildred Magpie tentait vainement de couvrir sa poitrine opulente, du regard innocent de la jeune élève. Quelle bourde immense! Et comme son peignoir Léopard lui semblait loin! La journaliste ressentit alors tout le désarroi que devait éprouver les cibles de ses paparazzis de Multiplettes. La professeur s'abrita derrière une bouée gonflable qui flottait sur l'eau, languissant déjà de s'extirper de ce moment de profonde solitude...


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
HRP:
 


Abigail n'avait pas souvent exploré le château de nuit, après l'heure du couvre-feu, tout simplement parce que les occasions se faisaient rares de transgresser le règlement. Lors de ses premières années, elle avait passé bien assez de temps à en explorer les coins et les recoins de jour pour ne pas avoir besoin de poursuivre la nuit, au risque de se faire attraper par une ronde des préfets ou pire, du concierge... Bonne élève et - relativement - sage Serdaigle, Aby n'avait jamais causé trop de tourments à ses professeurs. Mais l'adolescence pointait le bout de son nez, et avec elle, les ennuis...

La fillette fluette, malicieuse et écervelée qui avait débarqué à l'école il y a quatre ans était bien loin désormais. Du haut de ses quatorze ans, Aby avait vu avec un certain plaisir son corps grandir et évoluer, pour ressembler d'avantage aux jolies jeunes filles de septième année qu'elle admirait tant. Un peu moins écervelée, toujours aussi ambitieuse, Aby était également devenue plus coquette et nourrissait des rêves de réussite, mais aussi de grande histoire d'amour. Ses romans d'aventure étaient parfois remplacés par de belles romances épiques - et même par les Hauts de Hurlelune, même si elle ne l'avouerait jamais à sa camarade Linnet de peur qu'elle ne tente de l'exorciser ou quelque chose comme ça. Et, surtout, Aby était amoureuse, du beau Gryffondor qui hantait ses rêves depuis bien longtemps maintenant...

C'était d'ailleurs par sa faute qu'elle se trouvait hors du dortoir à une heure indue. Aby revenait d'un rendez-vous romantique nocturne près de la tour de Gryffondor et avait l'impression de flotter sur un nuage tant elle était heureuse. Un air béat flottait sur son visage, qui se mua bientôt en expression de surprise lorsqu'elle avisa une porte entrouverte, d'où émanait des bruits de clapotis... La salle de bain des préfets ! Aby savait où se trouvait cette pièce, éden dissimulé aux yeux des simples élèves, et qui attirait bien des convoitises. Elle-même rêvait de devenir préfète l'an prochain, et escomptait donc bien la découvrir un jour ou l'autre, mais si elle avait la possibilité d'en avoir un aperçu avant, pourquoi se priver...

Mue par la curiosité, et l'envie de surprendre un élève en pleine infraction pour donner lieu à une juteuse rumeur, Aby pénétra dans la pièce en laissant son regard errer sur l'endroit idyllique. Elle n'eut guère le temps d'admirer, néanmoins, puisque l'occupante des lieux l'apostropha. Ses yeux s'arrondirent de surprise en constatant qu'il ne s'agissait ni plus ni moins de Mildred Magpie en personne, nue comme un ver ! Ça pour un scoop !

Que faisait Aby ici ? C'était une excellente question. Une fois de plus, l'adage selon lequel la curiosité était un vilain défaut se vérifiait à ses dépends...

"Je...", commença-t-elle en hésitant, avant de finir par retourner la question : "Et vous d'ailleurs, que faites-vous là, cette pièce n'est-elle pas réservée aux élèves ?"

Son esprit travaillait à toute allure pour fonctionner une parade, et l'apprentie journaliste qu'elle était trouva bien vite. Loin de s'excuser ou de partir, Aby fit quelques pas vers le bassin en observant autour d'elle avec enthousiasme.

"Je ne savais pas que l'équipe pédagogique avait accès à cette pièce, c'est génial, ça me fait une info de plus pour mon article ! Je souhaite faire une rubrique "Les lieux secrets de Poudlard" dans Miniplettes et je pensais que les élèves seraient curieux d'en savoir plus au sujet de la fameuse salle de bain des préfets ! Je pensais que ça ferait un bon sujet d'article, qu'en pensez-vous ? J'ai plein d'idées pour le journal, d'ailleurs, peut-être que je pourrais vous montrer la maquette du prochain numéro pour avoir vos avis ?"

Aby préparait son projet de journal depuis des mois, dès la fin de l'année précédente. Son équipe était constituée, les idées fusaient, mais elles n'avaient pas encore été soumises à la journaliste déjà bien occupée avec l'atelier théâtre. Ainsi l'adolescente tentait-elle subtilement de noyer le poisson, ou plutôt la sirène...
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur

Mildred Magpie avait beau se retrancher derrière un sourire de façade, elle savait à quel point elle venait de commettre une grossière bévue en se faisant prendre en flagrant délit de bain de minuit interdit. D'une part sa carrière de professeur risquait de s'achever prématurément, tant Daisy Mason se montrait intransigeante en matière d'exemplarité professorale, et d'autre part même s'il n'y avait pas mort d'homme, cette situation incongrue générait suffisamment de ridicule pour porter atteinte à sa crédibilité de grande journaliste du Monde Magique. Celle qui traquait continuellement le moindre ragot croustillant, se retrouvait prise à son propre jeu. Pour ne pas arranger l'affaire, l'arroseuse arrosée semblait être tombée sur une version miniature d'elle-même; Une jeune journaliste en herbe soucieuse d'engendrer sa propre création et une version locale de Multiplettes. Mais plutôt que de voir le danger de figurer à la une des ragots, Mildred Magpie se jeta sur cette perche tendue par l'élève de manière à s'extirper de la mouise actuelle.

"Comme c'est adorable! Tu veux devenir journaliste? En voila une bien belle vocation! Saches que rien ne me ferait plus plaisir que de t'apporter mon expérience et mes conseils dans l'élaboration de ton prochain numéro. Tu sais que j'ai débuté au même âge que toi. J'avais fondé un club secret portant le nom de "Ship'n'Chips, dans lequel je m'amusais à écrire des potins sur les éventuels couples de Poudlard. Aaaaaah! C'était le bon vieux temps! "

Un souffle de nostalgie balaya la mémoire de Mildred Magpie, alors qu'elle se remémorait le nombre incalculable d'élèves dont elle avait détruit la réputation par de simples rumeurs. Mais ses lèvres pincées se crispèrent alors qu'elle se trouvait elle-même au centre d'un ragot fumant.

" Mais si je dois te soutenir dans ton projet, j'aimerai que tu passes sous silence cette rencontre disons... quelque peu incongrue. Je ne suis ici que pour soulager mes articulations, et je ne pensais réellement pas tomber sur quelqu'un à une heure aussi tardive. "

La journaliste à scandale lorgna alors en direction de son peignoir, jonché à même le sol de la salle de bain des préfets.

"Tu serais vraiment mignonne si tu m'apportais mon peignoir. Ainsi nous pourrions faire plus amples connaissances et poursuivre cette discussion. N'est-ce pas là une merveilleuse idée? "

Alors qu'elle ne connaissait même pas son nom, une sensation d'avoir déjà vue quelque part le visage de cette jeune fille effleura soudain l'esprit de Mildred Magpie. Mais où était-ce?


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire matois étira les lèvres de la petite Serdaigle quand elle entendit Mildred lui promettre son soutien pour Miniplettes. C'était tout ce qu'Aby désirait pour le bon développement de journal et de son réseau. Hélas, il n'était pas aisé d'obtenir l'attention de la célèbre Mildred Magpie, qui devait déjà s'occuper de sa carrière de romancière, de journaliste, de son cabaret et du club de théâtre... Eh bien elle venait de la capter de la plus efficace des façons, son attention !

"Merveilleuse idée, vous avez raison !", s'enthousiasma-t-elle en se dirigeant vers le peignoir moelleux de Mildred. Histoire de bien enfoncer le clou, elle revint auprès d'elle et s'immobilisa à deux mètres du bassin, un sourire aux lèvres. Sans détourner le regard de la journaliste dénudée, elle dit d'un ton innocent :

"Je souhaite devenir journaliste, je suis toujours à l'affût du moindre ragot, moi aussi. Je tiens ça de mon père, William Scavo, vous le connaissez non ? C'est lui qui m'a appris l'importance de maîtriser l'information, de savoir quand révéler ou non ce que l'on sait..."

Se penchant vers l'eau clapotante, elle tendit le peignoir à la journaliste pour qu'elle puisse se couvrir. Avant de le lâcher complètement, elle ajouta, comme pour sceller leur accord :

"Je sais donc garder le silence quand il le faut. Je suis très heureuse de pouvoir compter sur votre aide !"

Puis elle se redressa et laissa à Mildred le loisir de se couvrir. Elle comptait réellement garder secrète cette entrevue, car Aby non plus n'était pas censée courir les couloirs ni prendre des bains par cette heure tardive, mais elle savait aussi que Mildred avait beaucoup plus à perdre qu'elle dans cette histoire. Alors elle comptait bien s'assurer que ses paroles deviennent réalité. Avoir une mentor telle que Mildred pourrait lui ouvrir bien des portes...
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque la jeune finit par révéler l'identité de son tendre paternel, ce fut un tel choc pour la journaliste à scandale qu'elle manqua couler à pic, tel le Titanic venant de heurter la surface d'un maudit iceberg. Quel comble de malchance! D'une part, il fallait qu'une fichue gamine vienne de l'interrompre dans l'un de ses trop rares moments de plaisir nocturne, et en plus cette dernière se trouvait être la fille de son pire concurrent journaliste! Bien plus qu'une coïncidence, il s'agissait d'un désastre pour l'image de marque que cherchait désespérément à se forger Mildred Magpie. En effet, en acceptant un poste aussi sérieux à Poudlard, la quadragénaire souhait autant soigner sa popularité que la crédibilité de son quotidien Multiplettes, qui souffrait des critiques acerbes de "l'intelligentsia journalistique". William Scavo avait toujours été l'un de ses pires détracteurs, et la sorcière rêvait du jour où elle le verrait définitivement chuter de son piédestal de condescendance. Mais prise à son propre jeu, Mildred chercha à masquer son inimitié avec l'arrogant chef de file du Gringotts Times.

"William... Bien entendu que je le connais. C'est un confrère de la Presse Magique. Comment se porte-t-il?  "

Loin d'être innocente, un léger parfum de scandale irradiait des propos de la jeune élève qui cherchait assurément à profiter de la situation. Etait-ce un acte délibéré de sa part? Une embuscade sciemment préparée? Mildred préféra écarter cette affreuse hypothèse, tandis qu'elle s'enroula avec hâte dans son peignoir léopard. Quelque peu éhontée de s'offrir en spectacle de la sorte, Mildred chercha à soigner sa sortie. En guise de remerciement, elle offrit son plus beau sourire à la jeune fille, avant de lui caresser avec délicatesse la joue.

" Pour te remercier de ta discrétion, je t'offrirai une version dédicacée de mon dernier roman, ainsi qu'une carte de visite sur laquelle tu trouveras les coordonnées magiques de Multiplettes. Tu n'auras qu'à contacter mon équipe, et je t'offrirai une visite gratuite des locaux de la rédaction. N'est-ce point merveilleux? "

Une promesse qui n'engageait en rien, mais qui avait l'art d'étouffer toute étincelle de scandale. Sourire mielleux aux lèvres, Mildred tenta alors de s'esquiver.

"Bon, je crois qu'il est temps de te souhaiter une merveilleuse nuit. N'hésites pas à me demander des conseils pour ton futur... journal. "

Avec l'exubérance la caractérisant et pensant le sujet définitivement clos, Mildred se dandina alors en direction de la sortie...


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
"Mon père se porte très bien, merci", répondit Abigail avec un sourire serein tandis que Mildred s'enveloppait dans son peignoir. Elle avait bien conscience d'avoir mis la reine du scandale dans l'embarras, et elle n'avait pas l'intention de la laisser s'éclipser de sitôt. Aby se découvrit une âme de Serpentard en réalisant qu'elle avait l'intention de tirer tout le parti possible de la situation, tout en veillant néanmoins à ne pas pousser le bouchon trop loin. Mieux valait ne pas sous-estimer une femme telle que Mildred Magpie, ni s'en faire une ennemie ! Contrairement à son cher père, Aby admirait la carrière de Mildred et estimait qu'elle avait beaucoup à apprendre d'elle. Ce fut avec un plaisir non feint qu'elle accueillit l'offre de la journaliste :

"Oh, ça serait formidable, je rêve de visiter la rédaction, je suis sure que j'apprendrai plein de choses sur ce métier. Je pense que nous pourrons faire ça aux prochaines vacances scolaires, merci beaucoup", répondit-elle en se promettant de ne pas faire oublier sa promesse à Mildred.

Cette dernière semblait un peu trop pressée de s'en aller au goût d'Aby, qui ne se laissa pas distancer et emboîta aussitôt le pas de Mildred.

"Ah, c'est gentil de votre part, ça tombe bien parce que j'ai des mil-lions de questions à vous poser", dit-elle d'une voix rapide en sortant avec elle de la salle, avant d'embrayer : "Miniplettes est une expérience très enrichissante et notre premier numéro a bien plu mais il nous manque l'expérience d'un vrai journaliste tel que vous, alors j'ai souvent peur de commettre des erreurs. Vous savez un château tel que Poudlard regorge de secrets et de rumeurs, c'est vraiment facile de mettre la main sur tout un tas d'informations lorsque l'on cherche un peu, parfois même sans chercher ! Mais comment savoir quand une information est trop sensible pour être publiée ? Comment est-ce que vous décidez quelle information porter sur le papier et quelle autre garder pour éviter de blesser quelqu'un ?"

C'était une vrai question. Elle se souvenait encore de ce qui s'était passé avec Sean Fitcher, et s'en souviendrait toute sa vie, et c'était sans doute ce qui la tourmentait le plus lorsqu'elle écrivait pour Miniplettes. Il lui fallait constamment se demander quel était le bon équilibre entre investigation et atteinte à la vie privée, entre information et ragots. Aby comptait, à tort ou à raison, sur la sulfureuse Miss Magpie pour lui délivrer quelques conseils d'éthique journalistique...

Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
Par Merlin! Il était encore plus difficile de se dépêtrer de cette gamine que d'un Ballongomme du Bullard collé à la semelle de son escarpin de luxe! Voyant que la jeune fille lui emboitait le pas, et ne voulant se faire apercevoir à ses côtés, la rédactrice de Multiplettes choisit l'option du repli stratégique. En reine du scandale, le flair de Mildred Magpie était suffisamment aguerri pour sentir là où il y avait strangulot sous roche et un éventuel scoop sulfureux. Derrière l'innocente jeunesse d'Abigail Scavo se cachait une future hyène journalistique qui maniait à la perfection l'art des menaces déguisées. La toute nouvelle directrice de l'atelier théâtre ne pouvait pas se permettre d'écorner son image de marque dans une sombre affaire d'exhibitionnisme nocturne. Halte au chantage, ce n'était certainement pas une adolescente d'à peine quinze ans qui allait se jouer de la grande Mildred Magpie! Se réfugiant à nouveau dans le secret de la salle de bain des préfets, la romancière choisit de s'attirer les bonnes grâces de la jeune apprentie en lui divulguant quelques précieux conseils.

"Ma chérie! Si tu veux réussir dans ce métier, la première règle à retenir est qu'il faut apprendre à te débarrasser de toute considération d'ordre éthique. Tu n'es pas là pour sombrer dans l'empathie, ni pour te faire des amis, mais bien pour dénicher la vérité aussi cruelle soit-elle! Parfois il te faudra griffer la surface lisse et propre d'une paroi, afin de découvrir si elle ne dissimule pas derrière elle d'odieux secrets. L'investigation est le terreau fertile sur lequel poussent les meilleurs scoops, et pour les cueillir il faut bien souvent savoir repousser les limites de sa conscience. La vérité de ce métier est que nous autres journalistes, du moins les meilleurs d'entre nous; Nous ne sommes rien d'autres que des charognards en quête d'une carcasse encore fumante. Ce n'est certainement pas aussi glamour que tu l'imaginais, n'est-ce pas? Es-tu toujours prête à vouloir faire ce métier? "

Cherchait-elle à la décourager dans son projet de Miniplettes ou au contraire à tester sa volonté, dans tous les cas Mildred arqua un sourcil interrogateur en direction de la jeune Serdaigle.


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Abigail fut quelque peu surprise lorsque Mildred fit marche arrière, pour revenir entre les murs de la salle de bain des préfets. Sans doute préférait-elle ce cadre plus intime pour lui prodiguer des conseils qui n'étaient pas exactement politiquement corrects. La réponse de Mildred ébranla quelque peu les convictions de l'adolescente. Elle qui avait fini par se persuader qu'elle pourrait conjuguer ses ambitions, sa carrière et ses valeurs commençait à se demander si elle n'avait pas une vision un peu trop utopiste des choses... C'était en tout cas ce que semblait penser Mildred Magpie, qu'Aby considérait comme une sorte de modèle.

La question finale de Mildred résonna longuement en elle, et elle l'observa songeusement. Il n'y avait pas à dire, le style de Miss Magpie, comme son discours, étaient à l'opposé de ceux de son père. William Scavo tenait en bien piètre estime la journaliste qu'il surnommait effectivement de charognarde et promouvait un journalisme sérieux, éthique et responsable. Pourtant, William lui-même n'avait-il pas épousé une sorte de Mildred moldue ? Car la mère d'Aby avait des méthodes de travail qui évoquaient bien plus celles de Mildred que celles de William... Un peu perdue entre ces multiples influences, Aby réalisa qu'un peu d'expérience pratique pour se faire sa propre opinion lui ferait en effet le plus grand bien.

"J'en ai toujours rêvé, mes deux parents font ce métier", répondit-elle finalement en tournant son regard impatient vers la journaliste. "Mais ils le font très différemment, ma mère est photographe chez les moldus et elle fait des photos de stars, ils appellent ça des paparazzis et elle non plus ne s'embarrasse pas d'éthique... Mais mon père fait les choses très différemment. Moi, j'ai envie d'aller sur le terrain, de faire des articles sur la politique, les stars du monde magique, l'actualité et même à l'international ! Mais vous avez raison, je ne sais pas trop si la réalité du métier me plairait, ni dans quel type de journal je voudrais travailler, alors un stage m'aiderait sûrement beaucoup. Grâce à Miniplettes, je vais aussi pouvoir expérimenter beaucoup de choses. Pour notre premier numéro, on a fait une interview exclusive de miss Monde Magique, la fille du ministre, et on a eu de bons retours ! Notre second numéro parlera de votre atelier théâtre, avec des photos du casting, des interviews des candidats retenus et tout ça ! "

Et voilà Aby qui s'emballait de nouveau, car la passion du journalisme la gagnait toujours, malgré ses doutes. Peut-être que Mildred avait raison, et qu'elle finirait par comprendre qu'il ne fallait pas s'embarrasser d'une conscience... Ou peut-être qu'elle parviendrait à imiter la carrière fulgurante de son aînée, mais à sa propre manière.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
La jeune Scavo se révélait beaucoup plus pertinente qu'il n'y paraissait. Elle était à cet âge magique où elle avait encore le privilège de faire les choix qui changeraient à jamais sa destinée... ou sa personnalité. Des décisions guère aisées, surtout lorsque vos parents avaient la fâcheuse tendance de vous inculquer des valeurs diamétralement opposées; Comme chez les Scavo. Bien que cela ne soit pas chose connue, Mildred Magpie connaissait plus que bien la mère de la jeune Abigail qu'elle côtoyait à des fins journalistiques. Bien décidée à jouer son rôle de garce impitoyable envers le pédant William de Gringotts Times, la journaliste à scandale divulgua alors un secret professionnel qui pouvait avoir l'effet d'une bombe sur l'unité du couple Scavo.

"Oui, je connais bien ta mère, c'est une légende dans l'art de prendre les clichés au moment le plus opportun. Elle et moi, je peux dire sans me tromper que nous sommes même de bonnes amies. Il faut dire que je la sollicite en tant que paparazzi depuis de nombreuses années. Ses photos font souvent un malheur, et je la rémunère plus que grassement. Mais pour des raisons que j'ignore, elle ne veut pas que la chose se sache. Elle veut s'en doute se protéger des retombées juridiques que génère bien souvent ses clichés. Noyer le poisson du scandale dans l'eau trouble du bain... Mais j'imagine qu'en ce qui te concerne, je ne t'apprend rien. Non? "

La graine de la discorde familiale plantée, Mildred se dirigea vers un large miroir afin d'inspecter la netteté de son visage. Tirant sur ses pommettes à l'aide d'une grimace experte, elle éprouvait un grand soulagement de voir ses quelques rides disparaître sous sa peau lisse... et quelque peu retendue.

"En tout cas, c'est une excellente idée que ton projet de Miniplettes. Une belle trouvaille qui m'honore! Et qui sait? Peut-être qu'à l'heure de ma retraite, tu seras celle qui prendra la relève en tant que Directrice de Multiplettes? "

Cette idée quelque peu saugrenue fit glousser Mildred, tant celle-ci ne se voyait pas lâcher les rênes de son journal.  

"Saches que je répondrai à toutes tes questions en ce qui concerne l'Atelier Théâtre, car rien n'est plus valorisant qu'une bonne publicité pour booster l'attente sur ce projet. En ce qui concerne notre Miss Monde Magique, c'est un excellent choix stratégique! Les jeunes garçons fantasment sur Kessy Brooks, et les jeunes filles veulent absolument lui ressembler. Bref, ça va cartonner! "

Et pas que les jeunes filles, puisque Mildred Magpie s'était décidée elle-même à rejoindre son cours d'aérobic, histoire de tonifier quelque peu un corps en passe de se ramollir.

"Mais pour que Miniplettes crève le plafond en terme de popularité, il te manque encore quelque chose... Un parfum de scandale qui attirerait les lecteurs comme autant de papillons de nuit sur la flamme d'une bougie. As-tu un scandale en magasin, jeune fille? "

La journaliste adressa alors un sourire dangereusement complice à la jeune serdaigle.


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
Les sourcils de l'adolescente se froncèrent à mesure que Mildred Magpie parlait de sa mère. Depuis quand Mrs Scavo faisait-elle des clichés pour le compte des sorciers ? Pour les vendre à l'ennemie jurée de son père, qui plus est ? Voilà une information aussi surprenante qu'étrange, et Aby se promit de faire la lumière sur cette histoire. Il était hors de question que des secrets sordides s'insèrent dans le fabuleux couple que formaient ses parents ! Hors de question qu'elle devienne une fille de divorcée comme certains de ses camarades de classe. Certes, ils avaient deux fois plus de cadeau à Noël et aux anniversaires, mais Aby voyait bien qu'ils préféreraient les sacrifier au profit de l'harmonie familiale.

Son inquiétude fondit bientôt comme neige au soleil, et elle rosit de plaisir à l'idée que Mildred Magpie puisse la voir comme une digne repreneuse de son magasine. Aussitôt, Aby s'imagina apprendre les ficelles du métier auprès de la romancière, nouer une relation privilégier avec elle puis, alors qu'elle serait encore jeune - la retraite de Magpie ne devait pas être si loin -, reprendre Multiplettes pour en faire une version améliorée, avec encore plus de succès !

"Oh, ce serait génial !", s'exclama Aby avec des paillettes plein les yeux. "Je suis ravie que l'idée vous plaise ! Je suis super motivée, je vais travailler énormément pour devenir une journaliste reconnue comme vous."

L'approbation de Mildred la rendait aux anges, et elle nota qu'elle avait eu du flair avec le choix de son portrait. Aby raisonnait comme Mildred, en terme de lectorat : il fallait cibler ce qui intéressait les gens et leur en parler, plutôt que de faire des articles pompeux au style ampoulé, sur des sujets barbants. Pourtant, l'adolescente avait conscience d'avoir encore énormément de choses à apprendre de la journaliste chevronnée qu'était Mildred, qui savait comment capter l'attention du public.

"Un scandale...", dit-elle en réfléchissant, le regard dans le flou. Des scandales, elle en avait bien un ou deux en rayon, mais aucun qu'elle ne soit prête à divulguer : soit ils étaient trop sensibles, et elle ne voulait pas risquer de détruire de nouveau la vie de quelqu'un, soit trop communs. En revanche, un article de fond se basant sur des événements réels de l'école, voilà qui pourrait l'intéresser, tout en restant juteux.

L'adolescente redressa finalement la tête pour plonger son regard volontaire sur Mildred.

"J'ai bien une collection de remarques hyper sexistes qui ont été entendues à l'école. Par exemple, un préfet qui veut bien laisser passer une infraction au règlement si une fille accepte de lui montrer sa poitrine ! Et toutes ces blagues douteuses à base de manches de balais et de taille de baguette... Imaginez si je rassemble des témoignages et que je publie toutes ces petites phrases anonymement, ça pourrait faire un article sur la place des femmes à l'école, et même dans la société magique en général ! Et tout le monde se demanderait qui a osé dire une chose pareille, et irait de sa supposition pour trouver l'auteur de telle punchline macho..."

A mesure qu'elle parlait, l'article se dessinait dans sa tête et l'enthousiasme la gagnait. Elle guetta l'approbation de Mildred, tout en sachant qu'elle n'hésiterait pas à mener sa ligne éditoriale comme elle l'entendait si celle-ci désapprouvait. Après tout, elle avait des ambitions, et pour les mener à bien, il lui faudrait se montrer audacieuse et suffisamment courageuse pour assumer ses positions.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 660

Voir le profil de l'utilisateur
La simple hypothèse de pouvoir prendre la relève de la légendaire Mildred Magpie à la tête de Multiplettes, suffit à faire chavirer de bonheur le cœur de la petite journaliste en herbe. Une joie si communicative qu'elle réussit même l'exploit d'atteindre l'âme de la romancière la plus nombriliste du Monde Magique, touchée par la grâce de l'émotion. Aussi étrange que cela puisse paraître, la célébrissime Mildred Magpie ressentie immédiatement énormément d'empathie pour cette jeune fille qui la ramenait des décennies en arrière. Au temps des souvenirs où tout comme la petite Scavo, elle cherchait à dénicher le moindre ragot croustillant à divulguer. Combien de rumeurs destructrices n'avaient-elle pas lancé pour détruire la morosité ambiante de l'école magique ! Un frisson de nostalgie lui parcourut l'échine, tandis qu'elle se remémorait ces premiers plaisirs éhontés qu'elle avait éprouvé jadis à propager des scandales destructeurs. C'était le bon vieux temps, celui des débuts, là où tout était encore possible ! A cette époque, Mildred était la reine du club des "Ship'n'Chips", un cercle de réunion très sérieux dans lequel se réunissait les pires chipies de Poudlard. Que c'était terriblement amusant que de pouvoir se moquer en toute impunité de cette grosse baleine de Susie Mary Lee, ou de cet affreux bègue Jilmund Hildegueu-gueu...

Mais il serait trompeur de dire que Poudlard n'avait été qu'un concentré de bonheur pour la romancière en devenir. Mildred y avait même connu ses pires désillusions amoureuses ! En effet, sa vie s'était même littéralement arrêtée au temps de ce diable d'Ethan Luther, qui après avoir cruellement refusé ses avances, l'avait odieusement laissé tomber pour une certaine Marlène McKinnon. Tout comme la jeune Abigail, elle avait commencé à nourrir un féminisme exacerbé dans lequel les garçons n'étaient que de grossiers goujats. En effet, combien de fois Mildred ne s'était-elle pas retrouvée la dinde de la farce à cause de ces maudits machos sans cœur !? Lorsqu'elle n'était encore qu'une pauvre poufsouffle innocente, elle s'était si facilement laissée duper par les mensonges de ces diables déguisés, qui lui promettaient à chaque fois monts et merveilles. Soucieuse de trouver le grand amour, et un cavalier pour le bal de Noël ; Mildred se laissait faire, et répondait à leurs exigences lubriques, en dévoilant certaines parties cachées de sa morphologie. Malheureusement pour elle, au grand soir de Noël, elle se retrouvait systématiquement seule et sans le moindre partenaire de danse. Aucun garçon ne voulait s'afficher au bras de celle que l'on surnommait vulgairement la "Mildy couche-toi-là". Elle n'avait alors que ses yeux pour pleurer...

Voilà pourquoi Mildred se sentit particulièrement impliquée et concernée par le ragot fumant de la jeune Minipletteuse. Son regard s'arrondit, tandis que sa bouche demeura béante face au scandale ! Ainsi un préfet de maison osait faire subir le même genre de chantage qu'elle avait subi jadis, à une pauvre et innocente jeune fille ! Non, il ne fallait pas laisser passer un tel outrage !

"Mais c'est absolument affreux! Tu dois tout faire pour que cette histoire de préfet lubrique soit connue de tous, de manière à détruire sa réputation ! Poudlard ne doit en aucun cas laisser se développer ce genre de comportement ! Dans cette odieuse affaire, tu auras mon soutien indéfectible! "

Elle soupira, avant d'ajouter :

"Ma pauvre enfant. Je crains que tu n'apprennes très vite à quel point les hommes peuvent se comporter en de vieux porcs répugnants. Je suis une féministe de la première heure, et toute ma vie je lutterai pour défendre notre cause. Le machisme n'aura pas sa place au sein de cette école. Je te le promets ! "

Comme une simple adolescente, Mildred Magpie tendit sa main en direction d'Abigail, comme pour mieux "checker" une alliance secrète contre l'ennemi masculin.


Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 175

Voir le profil de l'utilisateur
L'air scandalisé de la journaliste conforta Abigail dans son idée. Il y avait bien là une histoire à exploiter, et en plus, ce n'était pas un simple ragot sordide mais bien un article de fond qu'elle pourrait réaliser ! Après tout, si ce préfet commençait déjà à abuser de sa position de pouvoir à Poudlard, qu'est-ce que ça serait le jour où il se lancerait dans une carrière en politique, au Ministère ? Si on laissait passer des affronts de ce genre lorsqu'il était jeune, alors tout lui serait permis par la suite...

Son opinion, déjà favorable, à l'égard de la romancière s'améliora encore lorsque Mildred se revendiqua féministe. Son père avait beau lui tenir bien des griefs, Mildred n'était pas une simple journaliste people sans scrupules, elle avait aussi des principes et des causes à défendre ! Grâce au soutien de la célèbre romancière, Aby pourrait faire des articles qui avaient du sens et oeuvrer à faire de Poudlard un lieu meilleur, où le sexisme et le harcèlement seraient bannis.

Avec un sourire de victoire, elle serra la main que lui secouait Mildred, scellant ainsi une alliance qu'elle espérait durable et profitable.

"Merci miss Magpie, vous êtes vraiment une bonne journaliste et une vraie pédagogue", répondit Aby avec une lueur d'admiration au fond du regard. Elle d'ordinaire perspicace se laissait volontiers aveugler par la gloire et le glamour qui entouraient Mildred. "Vous avez raison, il ne faut pas laisser passer une chose pareille ! Mais comment détruire sa réputation ? C'est un sixième année, on dit même qu'il pourrait devenir préfet-en-chef, et les enseignants l'adorent, toujours mielleux, bon en cours... Mais il est lubrique comme un porc et lui et sa bande n'hésitent pas à marcher sur les plus petits."

Les bras croisés sur sa poitrine, indignée, Aby se rêvait justicière de l'école. Il fallait exposer ceux qui faisaient de Poudlard un lieu où il ne faisait plus bon vivre, tout comme les bons citoyens signalaient les résistants à la milice pour qu'elle puisse assurer la sécurité de tous.

"Heureusement qu'ils ne sont pas tous comme ça, les garçons, mon Andrew, lui, il est gentil avec les filles", ajouta-t-elle avec des paillettes plein les yeux, à la pensée de son amour naissant...
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Miniplettons! [JR Abi]

Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Salle de bain des préfets,-