AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 I Need A Man to Love [Irina et Juliana]

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur

14 septembre 2009

C'était la première fois que Juliana se rendait à Londres depuis plusieurs mois. Depuis que Roy avait dévoilé son rôle de chef du Kraken au régime et que la milice avait placardé le pays d'avis de recherche à son effigie, plus exactement. Ce n'était peut-être pas l'idée la plus prudente du siècle, mais Juliana en avait plus qu'assez de se cacher. Ce n'était pas pour rester planquée dans des caves ou des appartements aux rideaux tirés qu'elle s'était lancée dans la résistance, mais bien pour faire tomber un dictateur, et pour cela, il fallait agir ! Et pour agir, il fallait être sain d'esprit, et donc prendre l'air de temps en temps, et s'octroyer quelques moments de détente, et surtout, reprendre le chemin d'une vie normale...

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Juliana avait réussi à nouer de nouvelles relations au cours de son combat. Elle avait perdu beaucoup, des amis et compagnons de bataille, mais elle avait malgré tout l'impression de commencer à reprendre pied. Comme si elle sortait d'un brouillard infini dans lequel elle s'était perdue, des mois durant. Aujourd'hui, elle reprenait le contrôle de sa vie, protégée par le bijou vaudou qui ornait son cou. Elle aimait sa nouvelle identité, elle aimait être Anya, cette australienne insouciante et pleine d'idéaux qui mettait toute la force de sa jeunesse dans son projet de restaurant. Lorsqu'elle se fondait dans la peau d'Anya, elle en oubliait les soucis de Juliana et sentait son fardeau s'alléger considérablement.

Aujourd'hui, elle allait boire un verre au plein coeur de la capitale, côté moldu. Boire un verre ! Quand était la dernière fois qu'elle avait fait quelque chose d'aussi simple et trivial que d'entrer librement dans un bar pour boire un verre ? Il y a bien longtemps, assurément, car la vie nocturne de Bristol n'était plus ce qu'elle était... Mais elle n'était plus à Bristol, elle n'était plus Juliana. Elle était Anya de Manchester, qui rendait visite à sa nouvelle amie, une honnête médicomage.

Son sourire n'était pas feint lorsqu'elle entra dans le bar où l'attendait Irina. Elle appréciait de plus en plus celle qu'elle commençait à surnommer sa "belle-soeur", car cela lui donnait inconsciemment l'impression de retrouver une famille, quand elle ne pouvait plus contacter la sienne. Irina avait de nombreux points communs avec son frère, mais elle avait un rapport au régime qui plaisait nettement plus à Juliana, et sa présence était lumineuse et rafraîchissante. Elle n'avait donc pas hésité longtemps avant d'accepter la proposition de la médicomage, qui souhaitait visiblement faire plus ample connaissance avec la petite-amie de son frère.

Immobilisée à l'entrée du bar à l'atmosphère joyeuse et enfumée, Juliana balaya l'endroit du regard pour repérer la jeune femme. Elle lissa machinalement le pan de sa jupe et traversa la pièce étroite en direction d'Irina, perchée sur un tabouret haut devant une petite table. Elles seraient tranquilles ici, loin des regards de la milice et même, probablement, de n'importe quel sorcier. Il n'y aurait personne pour écouter leur conversation avec la musique et les rires qui emplissaient l'endroit.

"Salut Irina !", s'exclama-t-elle joyeusement en arrivant à sa hauteur, avant de s'installer en face d'elle. "Comment ça va, depuis la dernière fois ? Tu as passé une bonne journée à l'hôpital ?"




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, 24 ans, médicomage

Irina examina son reflet une dernière fois dans la glace, avant d’attraper ses clés et son sac, et pousser la porte de son petit appartement londonien. Elle avait à peine eu le temps d’arranger ses cheveux et de changer de tenue en rentrant de son travail, mais elle savait que son invitée ne lui en tiendrait pas rigueur. Ce serait une soirée toute simple dans un des nombreux bars londoniens, sans manières, avec sa chère belle-soeur, comme elle se plaisait à l’appeler. Cela amusait beaucoup Irina d’avoir une « belle-soeur », surtout du côté de Roy qu’elle prenait pour un cas perdu. Elle l’avait souvent tanné en lui disant qu’un jour, il leur rapporterait un ou deux bébés Roy échoués de nulle part, mais une femme, une histoire sérieuse ? Irina allait mettre un certain temps à cesser de s’en étonner.

C’était plaisant de voir son frère changé par cette relation, mais ce qui restait tout aussi plaisant pour Irina, c’était de pouvoir profiter elle aussi de la présence de Juliana. Elles avaient le même âge, elles s’entendaient bien, elles discutaient facilement… Et une part d’elle, la petite fille qui s’était sentie frustrée de grandir au milieu de garçons, ne pouvait s’empêcher de voir en Juliana une potentielle soeur qu’elle n’avait jamais eue. Alors elle tentait de créer un contact comme elle le pouvait, en allant de temps en temps la visiter elle et Joel, dans leur appartement à Manchester. C’était la première fois qu’elle lui proposait un rendez-vous à l’extérieur. Elle avait senti que cela pourrait faire du bien à Juliana de sortir, loin de sa cachette, surtout maintenant qu’elle maniait bien sa nouvelle identité : il fallait bien profiter de tous les avantages que cela offrait. Et puis, il y avait certains sujets de discussion qu’elle avait envie d’aborder dans un tête à tête féminin, sans un Joel dans les parages…

Irina connaissait la route par coeur jusqu’au bar, qu’elle avait l’habitude de fréquenter, pour la simple et bonne raison qu’il était à quelques pas de chez elle. Saluant d’un signe de tête quelques clients qu’elle reconnaissait, elle marcha jusqu’au comptoir de bar derrière lequel s’affairait le propriétaire des lieux, qui fut le premier à réagir en la voyant arriver :

« Hey ! Irina, ça va ? Ca fait un petit moment que je ne t’ai pas vue, dis-moi.
-Tu me connais, Salman, je suis un vrai bourreau du travail. » se contenta t-elle de répondre avec un sourire.

Elle se garda bien de préciser que ce qui occupait à ce point ses journées était en vérité des activités qui pourraient bien lui attirer quelques ennuis avec la Milice. Heureusement, le barman à la peau basanée ne lui demanda pas plus de précisions, préférant la taquiner sur un autre sujet :

« Est-ce que j’ai des raisons de croire que tu es aussi un bourreau des coeurs ce soir ?
-Oh ! Non, rit elle en agitant la main. Enfin, j’attends quelqu’un, mais c’est une amie. On sera à la table là-bas, tu pourras nous apporter deux gobières quand elle sera là ? »

Sa commande passée, elle hissa près d’une table dans un coin du bar, qu’elle savait suffisamment tranquille. Elle n’eut pas à patienter bien longtemps avant que Juliana, sous sa fausse identité, ne se présente à elle. La médicomage ne l’avait pas si souvent vue sous ces faux traits, ce qui fit qu’elle ne réagit pas immédiatement, mais elle trouva vite les bons réflexes :

« Ah Anya ! » Irina lui offrit un grand sourire en l’invitant à s’asseoir. « Pas trop mal ! Plutôt fatiguante, j’ai bien choisi ma soirée pour décompresser, reconnut t-elle. Et toi, ça va ? »

Echangeant quelques politesses avec elle, Irina prit le soin de l’observer et remarquer qu’elle avait l’air plutôt détendue. Il devait y avoir quelques bonnes nouvelles dans sa vie, ou peut-être qu’elle commençait tout simplement à trouver ses marques.

« Tu as plutôt bonne mine en tout cas ! Tout se passe bien à l’appart’, vous ne manquez de rien ? Joel va bien aussi ? »

Elle ne l’avait peut-être pas invité, mais elle était toujours contente d’avoir de ses nouvelles. Elle était même toujours contente de passer du temps avec lui, lui souffla une petite voix qu’elle chassa, pour enchaîner sur un autre sujet :

« Et votre restaurant, ça avance ? »
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
"Oh merci !", répondit Juliana quand Irina la complimenta sur sa bonne mine. "C'est vrai que je me sens particulièrement bien en ce moment, comme si je commençais enfin à me faire à..."

Elle s'interrompit en voyant le serveur approcher, avec deux gobières sur son plateau. Bon choix, songea la jeune femme assoiffée, qui lui tendit quelques pièces de monnaie. Juliana attendit qu'il s'éloigne pour finir sa phrase :

"Je commence enfin à me faire à ma nouvelle vie."

Juliana échangea un regard entendu avec Irina avant de porter sa gobière à ses lèvres pour en avaler une longue gorgée. Elle ne pouvait pas exactement parler ouvertement de cette fameuse nouvelle vie, même si elle ne risquait pas grand chose en terres moldues, on ne savait jamais si un autre sorcier ne se trouvait pas parmi eux, prêt à tiquer au mot "Kraken"...

Reposant son verre, elle reprit la parole pour répondre à l'avalanche de questions d'Irina, visiblement en verve ce soir.

"Tout va bien à l'appart, oui, maintenant que j'ai ma... que je peux sortir quand je veux, j'ai pu explorer Manchester et ses boutiques, donc pas de soucis à se faire. En plus, en cas de souci je peux toujours faire appel à ton frère, enfin, quand j'arrive à le croiser."

Roy restait quelqu'un de très occupé. Il fallait dire que c'était prenant, de gérer les célèbres Folies Sorcières tout en parrainant la mafia...

"Joel se porte bien aussi, il n'arrête pas de cuisiner", ajouta-t-elle avec un sourire attendri à la pensée du jeune homme. Il lui était un peu étrange de l'évoquer sous ce nom, celui d'Alyssa venant plus naturellement à son esprit lorsqu'elle était Anya, mais elle repoussa l'image de la douce jeune femme pour évoquer celle de son grand dadais de meilleur ami.

"Il passe la moitié de ses journées à tester de nouvelles recettes pour le restaurant, il va me faire prendre du poids à force, il faut que tu viennes m'aider à goûter tout ça !"

Un petit rire la secoua à la pensée des montagnes de nourriture qui attendaient à l'appartement que l'on vienne les déguster.

"Le reste du temps, il s'investit beaucoup dans l'ouverture du nouveau restaurant et... de ce qui va avec", dit-elle en songeant qu'Irina comprendrait la formulation vague, référence à leur nouveau groupe de résistance en cours de création.

"Les choses se présentent bien. Nous avons trouvé un local, à trois rues de l'appart, assez bien placé dans le quartier magique. C'est une ruelle assez résidentielle, il y a simplement un café, donc le restaurant n'aura pas trop de concurrence. Ce n'est pas l'endroit qui connait le plus de passage, mais on se fera connaître par notre concept. Nous avons signé le bail hier, il n'y a plus qu'à tout installer maintenant. On table sur une ouverture au premier octobre, c'est un challenge car il reste encore l'autorisation de débit de boisson à obtenir, ainsi que le feu vert de l'inspection sanitaire et l'embauche des serveurs. Mais nous avons presque arrêté la carte, nous avons les fournisseurs, commandé les meubles et le matériel... ça devrait le faire !"

Même si elle n'en avait pas conscience, Juliana n'avait pas semblé aussi enthousiaste depuis bien longtemps. Le regard d'Anya brillait d'excitation tandis que son corps d'adoption s'animait de grands gestes et de sourires...



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur
« C’est super ça, je suis contente pour toi » déclara sincèrement la médicomage, alors que Juliana lui annonçait se faire à sa nouvelle vie.

Ce n’était pas gagné du tout, au départ. Irina se souvenait du premier jour où elle les avait trouvés dans leur appartement, elle et Joel, dans une situation de fuite, défaits, soucieux, anxieux après une altercation avec la Milice. Elle leur avait témoigné son soutien et avait respecté sa parole de les aider comme elle le pouvait. Maintenant qu’elle les voyait reprendre des couleurs, elle était contente d’avoir contribué, même un petit peu, à ce regain d’espoir. Juliana semblait s’être faite remarquablement vite à sa nouvelle identité, songea la brune, en l’examinant discrètement du regard. Elle se tenait beaucoup plus naturellement dans ce corps, au gabarit pourtant différent de sa véritable apparence. Pourtant, la médicomage avertie qu’était Irina était bien placée pour savoir que les changements fréquents de corps par la magie pouvaient avoir quelques effets secondaires fâcheux : des douleurs articulaires ou musculaires à force que le corps s’allonge ou se rétrécisse, des troubles au niveau des sens, voire même, des conséquences psychologiques… Mais Juliana semblait se porter comme un charme, il y avait visiblement dans ce petit bijou vaudou autour de son cou des mystères qu’Irina n’était pas en mesure de percer.

Elle éloigna toutefois ces pensées, plus encline à plaisanter avec la résistante :

« Dans ma grande bonté, je veux bien t’aider à finir tous ces plats de notre grand chef cuisinier, et ce n’est pas du tout parce que je suis un estomac sur pattes, évidemment, pas mon style. » Son air faussement sérieux se détendit d’un sourire. « C’est super, ça a l’air de bien avancer, votre projet ! Si jamais vous avez besoin d’un coup de main, faites-moi signe, je peux venir vous aider un week-end. Je peux par exemple, hum… Tester et valider la carte. C’est complètement dans mes cordes ! Plus sérieusement, s’il y a de la peinture à faire, c’est moi qu’il faut appeler, je suis passée pro dans ce domaine depuis que j’ai refait toute seule tous les murs de ma chambre et de mon salon l’an dernier. »

Et elle n’en était pas peu fière, son appartement avait encore l’air tout neuf. Elle en avait même profité pour s’essayer à un peu de bricolage. De façon générale, Irina était une jeune femme largement débrouillarde, malgré sa fratrie d’hommes forts qui s’évertuaient à vouloir prendre soin d’elle. Elle avait cherché son indépendance le plus vite possible, prétexté vouloir vivre près de l’hôpital pour quitter la maison familiale au cours de ses études, et elle s’en portait très bien.

Reportant son attention sur Juliana, elle eut un petit frappement de main enthousiaste, comme excitée par les perspectives qu’elles évoquaient :

« Ah, j’ai vraiment hâte de voir votre restaurant, ça va être génial ! Vous vous êtes fixés sur un nom ou pas encore ? Elle but une gorgée de sa gobière avant d’ajouter en regardant sa bouteille, un sourire flottant sur ses lèvres. J’ai bien proposé à Joel de l’appeler Chez Irina, mais il m’a rétorqué que je serai obligée de travailler avec vous dans ce cas. Maaaais… Il ne m’a pas convaincue, je crois que je vais rester avec ma blouse verte de médicomage encore un moment. » conclut t-elle, en prenant une mine snob.

Non ce n’était pas du tout la deuxième fois qu’elle calait Joel dans la conversation. C’était plus fort qu’elle !
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana rit de bon coeur face à l'appétit d'ogre d'Irina. En digne Calder, la médicomage aimait les bonnes choses, et c'était agréable d'avoir une nouvelle amie qui, comme Juliana autrefois, était une bonne vivante ! Elle lui parlait peinture et nourriture et, comme par magie, Juliana s'éveillait un peu plus et le poids sur ses épaules s'allégeait. Irina avait l'air d'être une femme débrouillarde et elle leur proposait spontanément son aide, ce qui représentait un réel soulagement. Il était plus que temps que Joel et Juliana sorte de leur isolement et retrouvent de l'aide pour les aider à accomplir leurs ambitieux projets.

Irina s'enthousiasmait d'ailleurs presque autant qu'eux et elle ne fut pas surprise d'apprendre que son meilleur ami lui avait déjà fait une proposition. Il est vrai qu'elle aurait formé une bonne recrue, si son emploi n'était pas aussi prenant... et puis la paie ne serait pas vraiment la même, impossible de rivaliser ! Les médicomages reconvertis en serveurs ne couraient pas les rues.

"Huuum je te comprends, mais je comprends aussi pourquoi Joel te veut dans notre équipe", répliqua-t-elle avec malice. Se penchant légèrement vers Irina, elle ajouta d'une voix plus basse : "Mais peut-être que tu pourrais nous aider dans l'arrière-boutique, qui sait."

Son instinct de recruteuse de résistants, qu'elle avait pu éprouver au sein du Kraken, la trompait rarement. Or, face à Irina, tous ses sens étaient en alerte... Alors elle plantait patiemment les graines de la révolte, en espérant les voir bourgeonner sous peu. Comme l'heure n'était pas au business mais à la détente, elle se redressa et revint à des considérations plus légères :

"On pensera à toi pour les travaux en tout cas, on doit s'occuper de tout l'aménagement et la déco alors un peu de main d'oeuvre n'est pas de refus, bien au contraire ! Tu seras nommée responsable en chef des travaux de peinture ! Cette fois on voudrait partir sur une ambiance chaude pour rappeler les pays du sud, et notre chère maison Gryffondor, du rouge, de l'or, du bois... A voir, on compte sur ton sens artistique", la taquina-t-elle.

Elle s'interrompit le temps d'une gorgée de gobière, l'autre interrogation d'Irina lui revenant en mémoire.

"Pour le nom, on a un peu du mal à trouver. En fait, on a déjà le nom de... tu-sais-quoi, mais pas encore celui du resto. Ça va bien finir par venir ! Si tu as des idées, d'ailleurs... Autres que Chez Irina, du coup, puisque Joel a opposé son veto !", rit-elle en piquant dans le bol d'olives qui se trouvait sur la table.




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 23 ans


« Vous pouvez compter sur moi. » assura Irina d’une voix tranquille, lorsque Juliana évoqua l’arrière-boutique.

Elle avait participé au dessin du projet, après tout. Projet qui s’était scellé lors de cette fameuse soirée avec Roy, où ils avaient pu discuter des choses à faire, des précautions à prendre. Irina participait comme elle le pouvait, même si cela s’était concrètement résumé à peu de choses. Elle n’avait pas les moyens de son frère, elle n’avait pas autant de contacts, elle pouvait pas débloquer des sommes d’argent pour lancer quoique ce soit, alors elle s’était contentée de soutenir Julia et Joel, de donner son avis et d’apporter son expérience de médicomage quand c’était nécessaire. Mais maintenant que le restaurant se concrétisait, il y aurait plus de choses à faire, à sa portée, et elle comptait bien continuer d’aider le duo.

La remarque de Juliana sur la décoration lui tira un rire et elle répondit avec cette frimousse fière dont elle avait le secret :

« Ah ! Tu titilles mon honneur d’architecte d’intérieur autodidacte ! Ca tombe bien, je n’ai rien de prévu le week-end prochain, j’irai vous débusquer de bons meubles, et les nuanciers qu’il vous faut » promit t-elle avec un clin d’oeil.

Elle adorait faire ça, courir les magasins de façon générale, mais particulièrement toutes les boutiques autour de l’aménagement, du matériel de maison. Son propre appartement était plein de trouvailles en tout genre, pas forcément toutes utiles, mais pleines d’un indéniable charme.

« Pour le nom, huuum… Ca pourrait être bien d’avoir un nom qui évoque à la fois le côté restaurant méditerranéen et le projet caritatif, déclara t-elle pensivement, puis elle balança ce qui lui passait par la tête. La Soupe Dorée, par exemple. Ou Au Gryffonbol, si Gryffondor t’inspire ! » rigola t-elle.

Elle se servit une généreuse gorgée de gobière, enthousiasmée par ce projet qui voyait le jour. Elle laissa ses pensées vagabonder sur le restaurant, puis sur les conversations qu’elle avait eues avec Joel à ce propos, et de fil en aiguille, sur Joel tout court… Un bref silence s’était installé, pendant lequel Irina s’entortillait les pensées. Le sujet du restaurant était plaisant, mais elle savait au fond d’elle de quoi elle avait le plus envie de parler à Juliana. Une scène ne cessait de lui revenir quand elle n’y prenait pas garde, cette fameuse après-midi dans la cuisine avec Joel qui se rejouait régulièrement dans sa tête et qui la rendait confuse… Elle pensait que cela allait lui sortir de l’esprit, puisqu’elle s’était plus ou moins pris un vent, mais elle constatait presque malgré elle qu’elle y pensait un peu plus de jour en jour. Le fait qu’elle rende régulièrement visite au beau cuisinier y était sans doute pour quelque chose : c’était tellement plus dur de se persuader qu’elle n’était pas sous le charme, quand il était juste sous ses yeux !

Allez, se secoua t-elle intérieurement. Elle était une grande fille, elle savait maîtriser ses émois, elle n’avait qu’une chose à faire, c’était de tâter un peu le terrain avant de se laisser aller plus en avant. Qui de mieux que la meilleure amie de Joel pour lui apporter des réponses ? Tournant son regard vers Juliana, Irina cessa de jouer avec sa gobière et reprit la parole, plus précautionneusement que tout à l’heure, en reprenant les mots que Julia avait elle-même prononcés :

« Tu crois que ça ferait vraiment plaisir à Joel, si j’intégrais votre équipe ? » Elle guetta du regard la réaction de son interlocutrice, avant de poursuivre, tout aussi prudemment. « On a eu… un moment bizarre, un jour. Je venais voir comment allait son bras, c’est le jour où on t’a fait un gâteau, si tu te souviens. Avant que tu arrives, on papotait joyeusement, à propos de plein de choses, mon travail, la cuisine, nos souvenirs de Poudlard… Peu à peu, on a… en quelque sorte commencé à flirter ? glissa t-elle, avec un sourire un peu niais. Se faire des compliments, des petits commentaires, tu vois ?  Puis voilà, à un moment, on s’est un petit peu rapprochés, mais je sais pas, y a eu un moment de malaise, on a détourné la tête »

Son sourire s’était évanoui, pour laisser place à une expression plus résignée. D’un geste machinal, Irina replaça une mèche derrière son oreille, comme toujours quand elle était un peu nerveuse.

« Je sais pas trop comment me positionner, du coup, on en a pas reparlé, j’espère que ça ne l’a pas trop gêné. Je me dis juste que si je ne lui plais pas vraiment, ou s’il a quelqu’un dans sa vie… Je comprends pourquoi il a fait un pas en arrière. »

Et son regard posé sur Juliana était désormais interrogateur. C’était des questions qu’elle n’avait pas osé poser franchement à Joel, encore moins depuis ce petit épisode qui l’avait laissée sur une pointe de déception.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
"Au Gryffonbol ! C'est sympa", rit Juliana en notant intérieurement les propositions d'Irina. Elle sentait qu'ils allaient avoir droit à quelques soirées brainstorming sur le nom du restaurant avec Joel, et il ferait bon d'y inclure Irina, puisque les idées semblaient lui venir assez naturellement.

Les pensées au sujet du restaurant se bousculaient dans l'esprit de Juliana, qui avait du mal à décrocher. C'était très stimulant d'avoir un tel projet et elle passait ses journées et ses soirées à y travailler avec Joel, ses nuits à en rêver. Entière et engagée, Juliana ne savait pas comment faire autrement, ayant parfois du mal à séparer vie professionnelle et vie privée. Ce qui la passionnait ou la préoccupait finissait toujours par lui occuper l'esprit des heures durant. Alors elle faisait des listes mentales, des projections et des supputations, même en compagnie d'Irina.

Heureusement, cette dernière n'avait visiblement pas l'intention de discuter travail toute la soirée. Juliana finit même par comprendre que cette invitation n'était pas tout à fait sans arrières-pensées, et que la belle médicomage avait quelque chose derrière la tête... D'abord surprise à la mention du flirt entre Joel et Irina, Juliana esquissa un sourire qui s'agrandit au fil du récit. Ainsi donc, son meilleur ami avait encore frappé, s'attirant malgré lui les faveurs de la belle Irina... Ce n'était pas la première fois, il fallait bien le dire : la plupart du temps, Joel était complètement aveugle aux faveurs des femmes qu'il s'attirait. Il ne réalisait pas son propre charme et Juliana avait dû endosser plusieurs fois le rôle de l'entremetteuse.

Attendrie par Irina, qui semblait à la fois gênée et déjà entichée de Joel, Juliana posa une main rassurante sur l'avant-bras de la jeune femme.

"Il ne m'en a pas parlé, donc je ne peux pas te dire avec certitude ce qui se passe dans sa tête. Joel est très discret sur ces sujets là, même avec moi. Mais, ce que je peux déjà te dire..."

Tout en parlant, elle ramena sa main vers elle pour jouer machinalement avec son collier.

"C'est qu'il se pose sans doute beaucoup de questions. S'il s'est éloigné, ce n'est pas forcément qu'il n'est pas intéressé, peut-être simplement qu'il ne sait pas trop où il en est..."

Elle hésita, consciente qu'elle devrait se montrer plus précise si elle voulait se faire comprendre. Bon, dévoiler la dernière relation de Joel à Irina n'était pas vraiment le trahir, si cela pouvait l'aider à développer une nouvelle idylle avec quelqu'un d'autre, si ? Après avoir tergiversé avec elle-même, elle croisa le regard d'Irina et reprit :

"Joel se pose des questions au sujet de son orientation sexuelle, car sa dernière histoire était avec un homme."

Guettant la réaction d'Irina, dont elle ne connaissait guère les opinions sur ce sujet sensible, elle poursuivit :

"Je ne dis pas que tu n'as aucune chance, pour être honnête, je n'en sais rien. Je suis la preuve vivante qu'on peut être attirée par les hommes comme par les femmes, et me voir sortir avec Alicia n'a pas découragé ton frère...", souffla-t-elle avec un petit sourire. "Mais je pense que cela peut expliquer pourquoi il a eu ce moment de recul. Peut-être qu'il pense être gay, ou, si tu lui plais aussi, peut-être qu'il se demande ce que ça veut dire pour lui."




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Roy CalderChef de la mafiaavatar
Messages : 1903

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 23 ans

La révélation de Juliana fut comme un coup de massue au sommet du crâne d’Irina, qui ne réagit pas tout de suite, profondément surprise. Elle eut juste l’air hébétée -et certainement bien stupide- sur le coup, puis baissa brièvement le regard. C’était… Eh bien, elle ne s’y attendait pas. Et c’était assez dur à avaler. Elle se demandait si elle n’aurait pas préféré savoir qu’il était avec quelqu'un, plutôt qu’apprendre qu’elle n’aurait aucune chance de lui plaire un jour pour des raisons auxquelles elle ne pouvait pas grand-chose. Sans qu’elle n’en soit complètement consciente, sa réaction laissait deviner que son coup de coeur pour le beau cuisinier était réel, autrement, la Irina que l’on connaissait se serait contentée de dire aimablement « tant pis » et passer à autre chose…

Juliana dut voir l’expression de son visage changer car elle changea un peu son discours, et prononça des paroles qui laissèrent la médicomage pensive. Comme si elle avait lu dans ses pensées, Juliana la rassura sur le fait que cela ne signifiait pas qu’elle n’avait aucune chance. Elle sourit un petit peu à l’évocation de Roy. Son frère avait toujours su ce qu’il voulait après tout, cela ne l’étonnait même pas qu’il se soit accroché, même après avoir été largué d’une part, et largué pour une femme d’autre part… Et elle ? Etait t-elle de cette trempe, elle aussi ? Elle pouvait faire preuve d’une certaine pugnacité quand quelque chose lui tenait à coeur, ainsi que de beaucoup de patience. Mais en avait t-elle envie ? Parce qu’il fallait bien dire quelque chose, Irina finit par sortir de ses réflexions et répondre, sans tout à fait réussir à masquer son trouble :

« Je… Je n’aurais jamais imaginé ça, mais du coup, je comprends un peu mieux, merci de me l’avoir dit. »

Juliana n’y était pas obligée après tout, et si elle lui faisait cette révélation, c’est qu’elle lui faisait confiance et qu’elle avait sincèrement envie de lui apporter son aide. Irina ne savait pas trop ce qu’elle pouvait se permettre de demander ou pas. Elle se posait plein de questions, maintenant, c’était un peu comme si Joel lui apparaissait sous un jour qu’elle n’aurait même pas envisagé. Peut-être parce qu’elle n’avait que peu de personnes homosexuelles dans son entourage proche, à sa connaissance en tout cas, l’idée que Joel puisse l’être ne lui avait même pas traversé l’esprit. Il fallait dire que ce n’était pas tellement l’impression qu’il dégageait, puisque Irina avait cru à certains moments lui plaire, même juste un petit peu. Alors peut-être était t-il bisexuel, comme semblait le suggérer Juliana ? Irina ne pouvait pas tellement en juger, encore moins si Joel ne savait pas lui-même.

« Si ce n’est pas trop indiscret… Est-ce que Joel est déjà sorti avec des femmes avant ? C’est pour évaluer jusqu’à quel point ma cause est perdue » plaisanta t-elle.

Mieux valait en rire qu’en pleurer, même si l’annonce que lui avait faite Juliana avait creusé une certaine déception en elle. Avant même qu’elles n’en parlent, Irina avait déjà décidé de rester prudente et ne pas trop brusquer les choses avec Joel, attendre de voir ce qu’il voulait, et ce qu’elle voulait. Savoir qu’il y avait des chances qu’il soit gay venait de dédoubler ses défenses. Sans s’avouer vaincue, Irina ne pouvait s’empêcher de se demander si le jeu en valait la chandelle.

« Je ne sais pas trop comment réagir, en fait, avoua t-elle finalement. J’aimerais bien voir si j’ai quand même des chances de lui plaire, mais en même temps, je ne veux pas le braquer s’il est en plein questionnement sur lui-même. Tu savais, toi, en sortant avec une fille que tu pouvais quand même être attirée par des hommes ? Ou mon cher frère a dû s’accrocher bec et ongles avec l’obstination qu’on lui connaît ? » ajouta t-elle pour finir sur une légère note d’humour.



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
La déception d'Irina était nettement perceptible, à son ton, à ses propos, mais surtout à l'expression de son visage. Juliana la couva d'un regard de compassion, désolée de ne pas pouvoir lui dire ce qu'elle attendait, à savoir qu'elle avait toutes ses chances avec son meilleur ami. C'était pourtant une idée séduisante, car Irina allait être sa belle-soeur et ils formeraient ainsi tous une sorte de famille. De plus, elle appréciait beaucoup la jeune femme et sa présence ne pourrait faire que du bien à Joel, pour qui l'année écoulée avait été particulièrement rude. Joel ne supportait pas bien l'isolement et elle avait pu le voir s'illuminer à la présence d'Irina, mais quelle conclusion pouvait-elle en tirer ? C'était peut-être simplement la perspective d'une amitié nouvelle et d'un soutien dans leur lutte qui l'enthousiasmait ainsi... Ou alors, peut-être qu'il y avait effectivement Strangulot sur roche.

Hélas, Juliana n'était pas celle à détenir cette réponse. Ce serait bien auprès de Joel qu'Irina devrait la chercher, même si cela signifiait prendre le risque de se brûler les ailes... Silencieuse, elle observa Irina qui lui exposait ses réflexions, tentant de déterminer à quel point son coup de coeur était important. Un petit rire la secoua à la mention de Roy. Se mordillant l'intérieur de la joue, elle s'efforça de ne pas trop laisser paraître sa joie à ce sujet, consciente que ce n'était pas le meilleur moment pour inonder Irina de son bonheur sentimental. C'était pourtant plus fort qu'elle, Juliana avait l'impression de flotter sur un nuage quand elle pensait à lui. Cette émotion était si nouvelle pour la jeune femme qu'elle avait encore du mal à l'apprivoiser.

"Oh, il a dû s'accrocher, mais c'est surtout parce que j'étais encore fâchée de notre rupture", rit-elle à ce souvenir. "En réalité, quand j'ai rompu avec Alicia, puis quand je me suis remise avec Roy... Je n'avais pas vraiment toutes ces préoccupations en tête, je ne pensais qu'à la lutte, et je ne me posais pas tant de questions au sujet de mon orientation. C'est toujours le cas aujourd'hui, d'ailleurs, peut-être que j'aime les hommes, les femmes, les deux..."

Elle haussa les épaules avant d'avouer : "Ça ne semble pas si important, en comparaison d'autres choses. Peut-être qu'un jour ça me perturbera plus, après la guerre..."

Pour l'instant, elle n'avait pas vraiment envie de faire le tri dans son orientation sexuelle alors qu'elle n'était même pas sure de survivre à l'année. Réalisant qu'elle avait légèrement détourné la conversation, Juliana revint au sujet qui intéressait Irina :

"Joel, j'ai l'impression que ça l'a un peu plus travaillé que moi, cette histoire, certainement parce qu'il a eu plusieurs copines quand il était à l'école, ou les années qui ont suivi. Des filles gentilles, mais cela ne durait jamais très longtemps. Joel est assez pudique, il peut sembler dur à approcher et les filles finissent parfois par se lasser de lui courir après. En plus j'ai parfois eu le sentiment que notre amitié lui causait des problèmes à ce niveau, entre les filles qui pensent qu'on est en couple et celles qui étaient jalouses de notre amitié.. il a perdu sa dernière copine comme ça, d'ailleurs, elle l'avait mis au pied du mur : il devait choisir entre sa coloc' avec moi, et leur - jeune - couple. Il a choisi."

Elle roula des yeux au souvenir de cette fille qui l'avait singulièrement agacé, puis reporta son attention sur Irina :

"Si j'étais toi, je n'abandonnerais pas. Je ne te dis pas de t'accrocher éternellement, ni de le brusquer, mais si tu n'essaies pas tu ne sauras jamais ce qu'il en est et... Lui non plus, au final. Ce n'est pas en tergiversant intérieurement au sujet de son orientation qu'il sera fixé, tu ne crois pas ? C'est plutôt en se laissant aller, avec toi s'il en ressent l'envie, pourquoi pas. Ce qui est certain, c'est que si tu attends que Joel prenne les devants... Tu risques d'attendre longtemps. Même si tu lui plais."

Juliana avait conscience qu'elle en demandait beaucoup à la belle médicomage : tenter d'apprivoiser le beau Joel et se montrer entreprenante, en sachant qu'elle risquait de se heurter à un non ferme et définitif... Elle ressentait pourtant le besoin de l'aider, séduite à l'idée de cette idylle.

"Je peux essayer de tâter un peu le terrain pour toi, si tu veux", proposa-t-elle avec malice.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 24 ans


Irina écouta silencieusement Juliana lui exposer ses réflexions. Elle pouvait à peu près comprendre ce qu’elle lui racontait, au moins essayer, même si elle ne s’était jamais trouvée dans une position où elle remettait en question sa sexualité. Les hommes lui avaient toujours plu, elle n’avait jamais eu la sensation d’être attirée par autre chose, elle n’avait pas d’amis proches non hétérosexuels, à part Valery à une époque, mais elle s’en était éloignée un bon moment. Elle n’avait que sa cousine Carla qui avait lâché une petite bombe dans leur famille il y a quelques années, en se mettant à sortir avec une fille. A cette époque, Irina se souvenait avoir trouvé cette situation un peu étrange, sans pour autant estimer qu’on devait lui jeter la pierre. Elle s’y était rapidement faite, d’ailleurs, et lui avait témoigné son soutien face aux personnes de leur famille moins ouvertes là-dessus.

Alors maintenant, cela lui faisait étrange de penser que Joel pouvait être attiré par les hommes, non parce que l’idée la repoussait, mais plutôt parce qu’elle ne l’aurait jamais imaginé. Elle était persuadée qu’un court instant, il s’était passé quelque chose entre eux… Et si elle avait rêvé ? A présent, elle doutait même d’elle, elle se demandait si elle n’avait pas mal interprété les signes, si elle ne s’était pas faite des idées. C’était difficile de cacher sa déception à Juliana, qui semblait vouloir la rassurer. Elle ne sut pas comment interpréter le fait que Joel était déjà sorti avec plusieurs filles : étaient t-elles des expériences ratées qui l’avaient poussé à penser que finalement, il n’était pas tellement attiré par les femmes ? Ou avait t-il fini par comprendre que l’un n’empêchait pas l’autre et qu’il pouvait aimer les hommes aussi ? Irina était bien incapable de trancher elle-même, surtout quand Joel semblait hésiter lui-même, d’après ce que Juliana lui révélait. Elle eut un petit sourire réflexe en l’entendant expliquer que leur amitié fusionnelle avait découragé bien des femmes de s’accrocher à Joel, auparavant.

« C’est vrai que vous avez l’air très proches, j’aurais pu me poser la question aussi si je ne savais pas pour toi et mon frère. » avoua t-elle.

Elle se souvenait d’ailleurs l’avoir pensé un court instant en les voyant ensemble, ce jour-là quand Joel s’était fait blesser, et qu’elle avait fini par apprendre ce qui liait Juliana à Roy. Elle n’y avait jamais vraiment pensé, mais si elle ne ressentait pas du tout de jalousie ou de rivalité envers elle, c’était sans doute parce qu’elle savait que le coeur de Juliana était déjà pris. Mais qu’en était t-il du coeur de Joel ? C’était ce qui préoccupait désormais Irina, comme elle aurait aimé pouvoir le savoir. Et pourtant, elle se prenait peut-être trop la tête, se rendit t-elle compte en écoutant Juliana conclure. Il y avait toujours un très simple moyen de savoir, qui nécessitait simplement une bonne dose de courage : c’était de tenter sa chance.

« C’est vrai… » souffla t-elle pensivement, avant de reporter son regard sur la jeune femme. « Je ne dis pas non, si tu peux tâter le terrain pour moi, c’est gentil de me le proposer ! »

Un vrai sourire était revenu sur son visage. Le discours de Juliana avait fait son oeuvre. Sans balayer complètement ses doutes, ses paroles avaient au moins réussi à lui rappeler qui elle était : une enfant de la maison Poufsouffle, une fière Calder, une jeune médicomage accomplie qui savait s’accrocher autant qu’il le fallait pour obtenir ce qu’elle souhaitait !

« Tu as raison, Anya, je vais tenter de voir ce qu’il en est, il n’y a que comme ça que je peux savoir après tout. Puis ce n’est pas dans mon ADN d’abandonner quoique ce soit, tu dois en savoir quelque chose, ajouta t-elle avec un petit clin d’oeil. Dans le pire des cas, je me prendrai un râteau, j’ai connu pire dans ma vie… J’imagine qu’on réussira à devenir de simples amis, dans ce cas, lui et moi. »

Même si ce n’était pas vraiment ce qu’elle souhaitait et d’ailleurs cette pensée lui tirait une petite moue.

« Mais bon, j’imagine que j’ai quelques chances. Il faut que je sorte le grand jeu ! »s’exclama t-elle, en rejetant ses cheveux noirs en arrière, dans une posture enjôleuse volontairement théâtrale, qui lui tira un petit rire. « Plus sérieusement, tu connais bien mieux Joel que moi, tu dois savoir ce qui peut lui plaire ou pas. Tu as des petits conseils à me donner ? »
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana retint un sourire quand Irina mentionna sa proximité avec Joel. Oui, ils étaient proches, si proches que les choses auraient pu être confuses si elles n'avaient pas toujours été limpides dans l'esprit de Juliana. Qu'elle aime les hommes, les femmes n'y changeait rien : Joel ne l'avait jamais attiré, pas de cette façon-là. Oh, elle le trouvait beau, objectivement, et se sentait fière parfois d'être sa meilleure amie, mais jamais elle ne l'avait envisagé comme un petit-ami potentiel. Leur amitié pouvait surprendre ou dérouter, mais Joel faisait désormais partie de sa famille au même titre que ses grands frères - plus encore, peut-être. Grady et Joel, voilà les deux hommes de sa vie si l'on omettait Roy, qui avait encore un statut à part... Alors elle serait la première heureuse si Joel parvenait à trouver l'amour, malgré la guerre et leur cavale, d'autant plus s'il s'agissait d'une femme courageuse et pétillante comme Irina. Ce serait comme un ajout supplémentaire à leur famille de bras cassés, même si elle redoutait quelque peu la réaction de son cher et tendre...

"Je tâterai le terrain alors, en essayant d'être subtile, même si ce n'est pas mon fort", promit-elle en riant.

Elle fut heureuse de constater qu'Irina semblait moins abattue, et toujours déterminée à tenter sa chance. Joel méritait bien un peu de douceur et d'amour après l'année qu'ils avaient vécu et tout ce qu'il avait sacrifié, et si elle pouvait contribuer à lui offrir ça, elle en serait ravie.

"Je ne vois pas comment il peut te résister !", s'exclama-t-elle avec amusement, face à la pause enjôleuse d'Irina. "Tu es sublime, ce serait moi, tu n'aurais même pas besoin de faire le grand jeu..."

Soudain, elle réalisa qu'elle venait de dire ça à sa future belle-soeur, et grimaça en se maudissant pour sa maladresse.

"Je plaisante, bien sûr, ne dis surtout pas que j'ai dit à ça Roy, il a tendance à se montrer un peu... possessif, alors là !"

Secouant la tête, elle s'efforça de reporter son attention sur leur problème présent.

"Alors, si je devais séduire Joel... Hum...", réfléchit-elle en jouant avec son verre du bout des doigts. Un petit sourire apparut sur ses lèvres à cette pensée. Juliana savait parfaitement ce qu'elle ferait : elle lui sauterait dessus, quitte à se prendre un vent. Mais ils étaient beaucoup plus proches que Joel et Irina, et elle se doutait que ce conseil serait dur à appliquer pour la médicomage.

"Je pense que je ferais une tentative d'approche assez franche, mais que je n'essaierais pas de... trop en faire non plus. Joel aime les femmes spontanées, authentiques, avec du caractère mais simples, tu vois, pas prises de tête, plutôt optimistes et généreuses... Je trouve que tu corresponds carrément bien, en fait, j'espère que ça va se faire !"

Envahie par l'enthousiasme à la pensée de ce couple potentiel, Juliana jaugea la jeune femme d'un air expert. Il était agréable de se concentrer sur un objectif qui semblait si futile et, paradoxalement, fondamental...

"Une jolie robe noire, quelques battements de cils et un peu de parfum, et surtout de la bonne nourriture, cela devrait suffire... Joel, on l'achète par son estomac, c'est bon à savoir ! Je me fais toujours pardonner comme ça et je crois qu'il n'a toujours pas compris ma technique", plaisanta-t-elle avec affection.




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 24 ans

Le petit compliment de Juliana fit ouvrir des yeux ronds à Irina, puis lui arracha presque aussitôt un éclat de rire, qui redoubla lorsqu’elle lui parla de Roy. Ah ça, son frère n’apprécierait pas, c’était sûr… Mais c’était drôle et inattendu comme commentaire.

« Je ne dirai rien, t’inquiète , dit t-elle en se retenant de rire à nouveau. Même si c’est tentant… Il ferait une tête tellement énorme, je le vois d’ici. Genre comme ça :  elle mima une expression de choc silencieux. Puis il irait faire la gueule, en se drapant dans sa fierté, mouahaha. Mais bon, je vais me contenter de le prendre comme un compliment. »

Cette petite incartade eut le don de détendre complètement Irina, qui put aborder sereinement les petits conseils que lui donnait Juliana. Elle notait tout mentalement. Une tentative assez franche, donc… Cela devait être dans ses cordes, en temps normal, elle n’avait pas peur de flirter ou de faire comprendre à un homme qu’il lui plaisait. Ce qui rendait les choses plus délicates cette fois-ci, c’est qu’elle avait toutes les chances de se faire rembarrer et qu’elle avait moins confiance en elle maintenant qu’elle savait qu’il n’était peut-être pas attiré par les femmes. Enfin, se reprit t-elle intérieurement, elle devait mettre ça de côté et croire un peu en ses chances, ou elle n’y arriverait jamais.

« Je note , rit t-elle à sa conclusion, c’est drôle on a un point commun là-dessus. Moi aussi, on peut carrément m’acheter par l’estomac. Quand il m’a dit qu’il était cuisinier, boum, il a gagné mille points d’un coup !  plaisanta t-elle en ouvrant ses mains. Il a des goûts simples, en résumé… Ca me plaît. »

D’ailleurs c’était ce qu’elle appréciait chez Joel. C’était de toute évidence un gentil garçon, plein de bonne volonté et d’humour, qui agissait comme il était convaincu qu’il fallait le faire, et non pas selon ce que les autres attendaient de lui. Plus facilement attirée par les coeurs tendres, plutôt que par les mauvais garçons, elle avait rapidement trouvé quelque chose d’attendrissant chez Joel.  Et puis c’était peut-être superficiel mais… Merlin, il était beau ! De la gentillesse, du courage et un physique agréable à regarder, il n’en fallait pas beaucoup plus pour plaire à la jeune médicomage.

Se rendant compte qu’elle était silencieuse et qu’elle devait avoir un sourire mièvre, Irina se ressaisit et se racla la gorge. Elle offrit un sourire pétillant à la résistante sous couverture, requinquée :

« J’espère aussi que ça va se faire, il me plaît vraiment. Merci de tes conseils, Anya. Je suis contente que Roy ait choisi une fille comme toi, dis donc, pour une fois qu’il fait un bon choix dans sa vie » taquina t-elle, en reprenant une gorgée de sa gobière.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
"Je sens que tu vas être notre meilleure cliente au restaurant alors, entre Joel et ses repas", répliqua Juliana, taquine, quand Irina mentionna son goût pour la nourriture.

Son interlocutrice semblait plongée dans des réflexions très personnelles qui impliquaient très certainement Joel, à en juger par son sourire rêveur. Juliana esquissa un sourire attendri puis en profita pour faire un signe en direction du vendeur. Leurs premiers verres s'étaient vidés autour de cette conversation sur Joel, mais leu soirée entre filles ne faisait que commencer. Il y avait un autre sujet que Juliana souhaitait aborder ce soir, et comme le hasard faisait bien les choses, Irina lui tendit justement une perche involontaire...

Juliana ne put retenir un sourire ravi en entendant Irina se réjouir du choix de son frère. L'opinion d'Irina à son sujet lui tenait beaucoup à coeur, et elle était heureuse de voir qu'elle approuvait. Ce n'était pourtant pas gagné d'avance, étant donné ce qu'elle faisait de sa vie et la clandestinité de leur relation. Juliana avait conscience qu'elle n'était pas l'épouse idéale... Mais, d'un certain point de vue, Roy n'était pas l'époux idéal non plus. Ils s'étaient donc plutôt bien trouvés !

Son coeur s'emballa dans sa poitrine quand elle comprit que le moment de l'annonce était venu. Mi-anxieuse, mi-impatiente, elle repoussa une mèche brune qui lui obstruait la vision puis chercha à capter le regard d'Irina.

"Je suis contente que tu approuves, parce que... C'est un choix définitif, on dirait", commença-t-elle en jouant par habitude avec son annuaire, là où la bague aurait dû se trouver - mais elle ne la portait pas en Anya, qui n'était pas censée être fiancée.

Elle ne put retenir plus longtemps son sourire quand elle explicita : "Il m'a demandé en mariage, et j'ai dit oui."

Le regard brillant, Juliana guetta anxieusement la réaction d'Irina.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 24 ans

Si tout à l’heure Irina se moquait de l’expression de choc que pouvait produire son frère, cette fois ce fut elle qui eut l’air d’être tombée sur la tête. Ses yeux parfaitement ronds posés sur Juliana virent rapidement qu’elle était sérieuse, et pourtant elle ne put s’empêcher de demander, comme un réflexe de surprise :

« C’est vrai ? Il a vraiment fait ça ? Pour de vrai ? »

Oui, la tête d’Irina devait être impayable à ce moment-là, mais il fallait dire qu’elle avait toujours cru plus probable que les Canons de Chudley remportent la coupe du monde, plutôt que son frère se « case » un jour. Déjà qu’il ait une petite amie officielle (ou du moins, autant officielle qu’elle pouvait l’être en tant que résistante) et qu’il ait l’air sincèrement amoureux, Irina trouvait cela fou, et elle en aurait volontiers disserté avec ses frères et ses cousines pour savoir quel miracle s’était produit dans la tête de Roy, si elle n’était pas tenue de garder cette relation secrète. C’était simple, Roy n’avait jamais ramené de fille chez eux, pas même quand il était adolescent, et pourtant il ne cachait aucunement son attrait pour la gente féminine. Très vite, tous avaient fini par saisir qu’il s’agissait d’un coureur de jupons perdu pour la cause, et qu’il valait mieux ne pas trop lui demander de détails là-dessus. Et voilà que soudain, la première femme qu’il présentait à Irina comme sa petite amie était celle qu’il demandait en mariage dans la foulée ? L’espace d’une seconde, la médicomage se fit la réflexion que finalement, c’était presque logique, mais son flot de paroles alla plus vite que sa pensée :

« Han, Merlin, il t’a demandé quand ? Comment ? Qu’est-ce qu’il a dit ? Progressivement un sourire avait grandi sur sa figure, ne laissant aucun doute sur l’excitation que cette nouvelle éveillait en elle. Elle se demanda alors si elle n’avait pas une réaction un peu immature, et chercha d’une certaine façon à se rattraper. C’est super, hein ! Je suis méga surprise, mais je suis contente, c’est… Cherchant un mot pour exprimer ce qu’elle pensait de la nouvelle en elle-même, elle déclara faute de mieux : C’est énorme, en fait. Juliana McNeil, mais qu’as-tu fait de mon frère ? la taquina t-elle avec un sourire mystérieux. Je pensais pas qu’il se marierait un jour, celui-là, franchement, dis-moi c’est quoi ton secret ! »

Passé la surprise, la situation revêtait maintenant une allure comique. Irina tentait de se figurer Roy posant un genou à terre pour effectuer solennellement sa demande, ce qui la prêtait plus à rire aux éclats qu’autre chose. Elle avait momentanément écarté le sujet Joel de sa tête, car désormais mille nouvelles questions se bousculaient dans sa tête au sujet de cette demande, certaines plus sérieuses que d’autres. Mais pour le moment, elle avait surtout envie de satisfaire sa curiosité, alors elle poussa Juliana à parler à son tour :

« Raconte-moi tout, je suis sûre qu’il y a eu un bug quelque part. Je le vois tellement pas faire ça dans les règles de l’art. »
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1272

Voir le profil de l'utilisateur
Si Juliana s'attendait à une réaction de surprise d'Irina, elle ne fut pas déçue. Heureusement, elle comprit bien vite que l'étonnement de la jeune femme n'avait d'égal que son enthousiasme. Elle n'avait pas l'attitude d'une soeur protectrice qui désapprouvait une possible mésalliance, mais plutôt celle d'une soeur qui avait désespéré de voir son frère se caser un jour. Et pourtant, il y avait parfois un monde entre l'image que Roy renvoyait et ce qu'il avait au fond de lui. C'était un homme plus complexe qu'il n'y paraissait, et c'était sans doute ces mille-et-une nuances de sa personnalité qui l'avaient séduite.

"Pour de vrai", confirma-t-elle doucement avant d'être emportée dans un flot de questions. Un immense sourire apparut sur son visage d'adoption à l'entente du monologue d'Irina, visiblement surexcitée, et dont l'attitude était contagieuse. Un rire niais la secoua et elle se demanda comment elle pouvait éprouver autant de joie et d'insouciance, pour un sujet aussi superficiel qu'un mariage, elle la résistante-terroriste-féministe. C'était justement toute la noirceur et la peur qui avaient empli sa vie récemment qu'elle ressentait avec d'autant plus d'intensité ce type d'émotions aujourd'hui. Aujourd'hui, Juliana était plus éloignée que jamais de cette adolescente blasée qu'elle était encore trois ou quatre années en arrière.

"Alooors", répondit-elle finalement en faisant traîner sa réponse, savourant sa rétention d'informations. "Pour mon anniversaire, au début du mois, il m'avait fait une surprise adorable. Il m'a emmené sur une plage du Pays de Galles, où vous alliez petits, visiblement. Un endroit isolé, où je pouvais être moi-même..."

Sa main se porta inconsciemment au médaillon qui lui ceignait le cou. Elle avisa ensuite le visage d'Irina qui trépignait d'impatience, mais pris tout son temps pour lui décrire l'endroit, la belle plage romantique au ciel ombragé, et l'atmosphère hors du temps qui y régnait. Elle mentionna aussi le beau moment qu'ils avaient passé et la complicité qui les unissait, en glissant rapidement sur les détails les plus croustillants, avant de parvenir au moment fatidique :

"C'était parfait, on se sentait si bien là-bas, à cet instant, qu'on s'est mis à parler du futur, de ce que nos vies pourraient être et... Je ne sais pas, j'imagine que ça l'a fait réfléchir. On était enlacés, il m'a embrassé, m'a murmuré quelques mots en espagnols et c'est là qu'il me l'a proposé... Toujours en espagnol. Avant de traduire, des fois que je n'ai pas compris."

Un rire attendri la secoua à ce souvenir.

"J'étais aussi surprise que toi, tu peux l'imaginer, alors je lui ai demandé si c'était sérieux. J'ai bien vu qu'il n'avait pas pris le temps d'y réfléchir, c'était complètement spontané ! Et pourtant, il ne s'est pas rétracté, au contraire, il m'a fait la demande une seconde fois, plus sérieusement. Et... Et j'ai accepté, parce que c'était la seule réponse qui faisait sens, à cet instant, je crois."

Un silence serein suivit ses paroles et elle échangea un immense sourire avec celle qui allait devenir sa belle-soeur. C'était la première fois qu'elle racontait cette demande, et cela lui faisait plaisir de partager cet instant avec une amie, comme n'importe quelle fille normale. Oh, elle ne s'y trompait pas, normale, elle ne l'était pas. Elle ne le serait jamais plus, pas plus que son couple avec Roy, mais c'était si agréable de l'oublier par moments...



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Irina Calder, médicomage, 24 ans

Dès que Juliana évoqua une plage d’enfance, Irina songea immédiatement à celle qui n’était qu’à quelques kilomètres de la maison de leur grand-mère, où ils avaient de nombreux souvenirs de vacances. Elle fut assez surprise et en quelque sorte touchée de savoir que son frère considérait cet endroit comme suffisamment fort de significations pour avoir emmené Juliana y passer une journée en amoureux. Lui qui avait pris ses distances avec leur famille, surtout lorsqu’il était autour de ses vingt ans, au point qu’elle s’était demandé si cela avait une quelconque importance pour lui, voilà encore un petit détail qui démentait cette apparence. Il y avait peu de personnes auxquelles Roy acceptait de s’ouvrir, Juliana en faisait indubitablement partie. Un sourire attendri flottait sur les lèvres de la médicomage, qui se laissait porter par le récit émerveillé de la jeune fiancée. Elle en était presque envieuse, et pourtant, elle n’avait jamais vraiment songé au mariage. Pas pour le moment, en tout cas, elle se voyait trop jeune. Juliana avait son âge, d’ailleurs, mais la situation était différente, Irina comprenait qu’elle ait fait ce choix, alors qu’elle ne l’avait sans doute pas prévu : elle était sincèrement amoureuse, cela se voyait, et sa situation de résistante en fuite devaient rendre ce genre de perspective quasiment inespérées, impossibles. C’était maintenant ou jamais pour elle, devinait Irina à travers ses mots.

Un immense sourire s’étalait sur son visage, quand elle eut terminé son récit. Le premier commentaire qu’elle lança fut sur une note plus humoristique, car elle ne put s’empêcher de revenir sur un détail :

« Il t’a carrément fait sa demande en espagnol, je rêve, monsieur joue les lovers ! Un joyeux éclat de rire franchit ses lèvres, puis elle retrouva un peu son sérieux, tandis qu’elle posait un regard affectueux sur elle. Ca devait être tellement fort, comme moment. C’est super, je suis contente pour vous ! Et je suis contente qu’il t’ait choisie toi. »

Elle se hissa depuis sa chaise pour prendre dans ses bras sa désormais future belle-soeur dans ses bras. Elle n’allait pas pleurer, mais l’émotion était là ! Et cela se sentit dans l’étreinte spontanée qu’elle offrit à Juliana. Lorsqu’elle la relâcha, le même sourire était accroché à ses lèvres.

« Pour une fois qu’il fait un bon choix dans sa vie ! ajouta t-elle avec un clin d’oeil. Elle se rassit et contempla un instant Juliana, avant de reprendre avec un soupir presque nostalgique. C’est fou, tu fais vraiment ressortir le meilleur de lui, on ne peut pas tous s’en vanter. Ma mère tomberait dans les pommes si elle savait, je crois , dit t-elle en riant. Alors, ne parlons pas de mes frères… Enfin, ils ne seront pas au courant, j’imagine. Pas tout de suite. Héhé, je détiens le plus gros secret de Roy, maintenant. J’ai du pouvoir sur lui, dis donc. »

Elle mima une expression machiavélique avant de rire de ses propres bêtises. Plus curieuse que jamais, Irina continua de poser des questions et faire parler Juliana sur le sujet du mariage, curieuse de connaître ce qu’elle s’imaginait comme cérémonie. Ainsi se poursuivit la soirée, entre rires aux éclats et confidences complices…
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

I Need A Man to Love [Irina et Juliana]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I Need A Man to Love [Irina et Juliana]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-