AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Le plus beau métier du monde [Thelma & Jonah]

Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
10 Septembre 2009, milieu d'après-midi

Jonah n'était pas du genre à s'enfermer dans son bureau pour corriger ses copies. Il préférait davantage s'installer dans un coin de la salle des professeurs et étaler tous ses parchemins sur une table pour partager le quotidien de ses nouveaux collègues. Il avait vite compris que l'endroit était loin d'être le sanctuaire de travail qu'il s'était imaginé enfant.  En vérité la sacro-sainte salle des professeurs était davantage un lieu de détente et d'échanges. Jonah avait pu observer que certains enseignants s'y retrouvaient aux intercours pour boire un café et parfois le soir après le repas histoire de bavarder tranquillement de chose et d'autres. Pour être tout à fait sincère, l'ambiance n'avait rien de transcendante mais c'était assurément le meilleur endroit pour faire plus ample connaissance avec ses confrères si bien que Jonah squattait la pièce depuis dix jours.

Enfin, pour l'heure, il était seul, occupé à corriger un petit test de connaissances qu'il avait donné à ses quatrièmes années afin d'évaluer leur niveau. Le test - qui avait semblé d'une simplicité élémentaire à Jonah-  était composé de photographies d'objets moldus à identifier. Il en était à son vingtième parchemins et il était clair maintenant que l'enseignant avait quelque peu surestimé le niveau des adolescents. Il ne comptait plus le nombre de perles qu'il avait lu ces deux dernières heures !
Il attaquait tout juste son ultime copie lorsque sa collègue Thelma Corrigan pénétra dans la salle.  Bien qu'ils aient assisté à plusieurs réunions ensemble -notamment celle des directeurs de Maison avec Peter et Neville- Jonah et Thelma n'avaient pas encore eu vraiment l'occasion de se parler en tête à tête. De prime abord, sa jeune collègue lui avait fait une impression plutôt positive: Elle semblait être une femme dans la lignée de Pomona Chourave ou de Daisy -en un peu plus guindée peut-être.
Désireux de connaitre davantage la directrice de la maison détentrice de la si convoitée Coupe de Quidditch depuis trois ans, Jonah n'hésita pas à engager la conversation avec la jeune femme:

"C'est la première fois que je corrige des copies et j'hésite sincèrement entre pleurer et rire... C'est normal ?" s'enquit-il en levant les yeux vers sa collègue.

Il leva une des photographies qu'il avait donné aux quatrième années et lut à voix haute le parchemin qu'il avait sous les yeux.

"Ceci est une télévision, objet  facilement identifiable grâce à son écran et à la télécommande servant à la numérotation des chaines située au dessous. Sur le côté, on peut observer les fentes pour les disques vidéos... Les moldus peuvent rester des heures à regarder l'écran sans bouger. C'est un de leur objet préféré."
Jonah ratura la copie de sa plume tout en commentant oralement:
"Cindy, ...Alcyd Mardol va finir par te recruter pour briser le secret magique si tu continues comme ça..."

Il releva la tête en direction de Thelma et ajouta : "Elle a déjà confondu un fer à repasser et une bouilloire un peu plus haut."

Il en plaisantait mais il était vraiment inquiet concernant le niveau de plusieurs élèves ! Certain avait clairement besoin de travailler davantage et d'autres... avaient besoin d'un bon coup de pied aux fesses ! ( Surtout celui qui avait répondu "un démonte pneu" associé à un petit smiley qui tire la langue à la description de chaque photographie.)

Jonah inscrivit alors quelques commentaires sur le bas de la copie et la posa sur le tas de parchemins corrigés avant de s'étirer longuement en grognant. Il n'était pas fait pour rester assis si longtemps, songea-t-il en se levant. Sa jambe devenait douloureuse quant il restait immobile et c'était sans doute une des raisons de son hyperactivité. Attrapant sa canne, il fit quelques pas jusqu' à la théière pour se servir du thé dans son vieux mug Serpentard datant de ses années d'études qu'il avait ramené spécialement de chez lui. La tasse était lézardée d'une grande fissure -Virgil l'avait fait tombé en voulant l'attraper entre ses doigts de pieds pour amuser ses frères- mais elle avait été recollée avec un sortilège de glue perpétuelle. C'était le genre de relique que Jonah aimait conserver et qui témoignait de son attachement sincère à sa maison.

"Je t'en sers une ?" demanda-t-il en attrapant un mug fleuri sur l'égouttoir.

L'usage aurait voulu qu'il vouvoie Thelma -qu'il ne connaissait pas vraiment au fond-  mais il devait avouer qu'il trouvait cet usage un peu désuet. Ils allaient surement passer pas mal d'années à collaborer ensemble alors autant prendre le pli d'entrer de jeu: Ils n'allaient quand même pas se donner du "Bonjour Professeur Corrigan." "Bonjour Professeur Forbes." jusqu'à la fin de leurs carrières ! Il n'y avait guère que McGonagall et Dumbledore pour se conduire ainsi.
Reposant la théière, il rejoignit Thelma de sa démarche claudicante et s'appuya contre les casiers pour lui faire face. Balayant la pièce du regard comme s'il admirait les lieux pour la première fois, il ajouta:

"C'est amusant, je n'imaginais pas du tout cette salle comme ça quand j'étais élève. Hier j'ai ouvert un placard en m'attendant à tomber sur une pile de livres et au lieu de ça j'ai découvert  un pot de dragées surprises de Bertie Crochue avec écrit dessus "servez-vous ! Plutôt sympa comme initiative..."

Pour dire la vérité, Jonah était même tombé dedans:  Gourmand depuis toujours,  Il en avait mangé une petite dizaine avant de gouter une pastille à la saveur crotte de nez qui l'avait stoppé net dans sa dégustation.


Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 245

Voir le profil de l'utilisateur
Serrant un gros manuel de cuir contre sa poitrine, Thelma grimpait les escaliers de pierre, chacun de ses pas accompagné de bruit de ses talons. A ses côtés, le Moine Gras flottait en lui parlant des dernières frasques de Peeves, son gros bedon secoué par l'indignation. Thelma l'écoutait d'une oreille distraite, se contentant de ponctuer la conversation de quelques "hmm hmm" approbateurs. Le Moine Gras était un bon bougre, mais ce qu'il pouvait être assommant, par Helga ! Il ne se passait pas une journée sans qu'il ne vienne trouver la directrice de Poufsouffle pour lui asséner quelques vérités sur la vie et la mort, se plaindre de Poudlard qui "n'était vraiment plus ce qu'il était" ou tenter de la mêler aux affaires des fantômes. Avec le temps, elle était passée maîtresse dans l'art de faire semblant de l'écouter, et de le contenter de quelques paroles bien placées, mais cela supposait tout de même de le laisser se plaindre un bon quart d'heures. Alors elle travaillait mentalement à son prochain cours de septième année. Ce manuel trouvé au fin fond de la bibliothèque devrait pouvoir l'aider.

Heureusement pour son humeur qui commençait à décliner, Thelma parvint à se débarrasser du Moine Gras avant d'arriver vers l'aile des professeurs. Les fantômes savaient respecter l'intimité des enseignants, ce qui était déjà un bon point. Thelma s'immobilisa devant la porte de son appartement, la clef en main, et hésita à entrer. A l'intérieur, un bon lit confortable l'attendait et elle pressentait qu'elle aurait bien du mal à lui résister. Avec un soupir, elle se força à se détourner pour se diriger vers la salle des professeurs. Là bas, les distractions seraient moindres - la plupart de ses collègues donnaient cours à cette heure-là...

C'était sans compter sur Jonah Forbes, le petit nouveau de l'équipe, qui semblait plongé dans une correction de copies. Thelma n'avait guère eu l'occasion de faire plus ample connaissance avec le nouveau directeur de Serpentard jusqu'à présent. Il lui semblait sérieux au premier abord, mais elle était curieuse d'en savoir plus sur lui, d'autant plus que les nouvelles arrivées étaient rares au château.

Jonah leva la tête en l'entendant arriver et décida d'engager la conversation, lui tirant un rire.

"Parfaitement normal. Personnellement, je choisis d'en rire", répondit-elle en venant s'installer à sa table. Elle se déchargea de son gros livre avec un certain soulagement, et accrocha son sac au dossier de sa chaise. Jetant un coup d'oeil à la photographie que lui tendait son collègue, elle l'écouta lui lire une copie et rit à la mention de Mardol. Jonah avait donc le sens de l'humour, c'était un bon point, voilà qui animerait un peu la salle des professeurs !

"Cindy...", répéta-t-elle en jetant un coup d'oeil à l'intitulé de la copie, avant d'esquisser une grimace. "C'est une élève travailleuse, elle essaie vraiment, mais..."

Comment dire poliment que leur élève n'était pas bien fut-fut ?

"Disons qu'elle n'a pas toutes les frites dans la même barquette."

Imitant Jonah qui achevait sa correction, Thelma sortit de quoi noter de son sac et commença à feuilleter son manuel. Après quelques minutes, son collègue se leva dans l'intention de préparer du thé, en s'appuyant sur sa canne. Thelma le suivit du regard avec une certaine curiosité, mais elle s'abstint de lui poser des questions à ce sujet, préférant s'attarder sur le mug Serpentard de Jonah. Il ne semblait pas tout neuf et elle songea que Jonah avait l'air fier de sa maison. Ma foi, elle espérait bien lui ravir les coupes, surtout celle de Quidditch !

"Avec plaisir, merci !", accepta-t-elle lorsqu'il lui proposa une tasse. "Oui, Neville aime les bonbons alors il fait régulièrement des sauts à Pré-au-Lard pour nous en ramener, c'est plutôt sympa. De mon côté je ramène régulièrement des gâteaux dans la salle, n'hésite pas à en prendre ! L'ambiance est plutôt détendue ici, tu verras, pour le travail studieux et concentré il vaut mieux aller dans son bureau ou à la bibliothèque."

C'était en tout cas ce que faisait Thelma lorsqu'elle était en retard sur son travail.

"Mais c'est plus amusant de commenter les perles des élèves à plusieurs", ajouta-t-elle avec malice. Désireuse d'en savoir plus sur son nouveau collègue, elle enchaîna quelques questions : "Si je comprends bien, c'est la première fois que tu enseignes ? Alors, ton impression sur tes premiers cours ? Et qu'est-ce qui t'a amené à Poudlard ?"

Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
C'était donc Neville que Jonah devait remercier pour le paquet de dragées surprises. Il avait  déjà rencontré son collègue qui lui avait longuement fait visité ses serres et le parc.  Bien que Jonah ne soit pas particulièrement sensible à  la botanique, il avait écouté avec intérêt l'exposé de son collègue. Jonah savait reconnaitre un passionné quand il en rencontrait un et il n'y avait aucun doute possible, Neville faisait partie de ceux là.

Thelma lui expliqua alors qu'ils amenaient à tour de rôle quelques douceurs en salle des professeurs et que l'ambiance y était détendue.

"La prochaine fois que je rentre chez moi, je vous ramènerai quelques "Tartelines ". C'est une spécialité d'Appelby. Très franchement elles concurrencent les pâtisseries du Paradis d'Eden." dit-il en déposant la tasse fleurie devant Thelma.
Ravi de la tournure des événements -Thelma ne semblait pas disposée à aller corriger des copies dans un recoin de la bibliothèque- Jonah s'installa face à elle afin de poursuivre la conversation qui s'orienta logiquement vers leurs métiers et leurs parcours respectifs.

"Oui ce sont mes premiers cours, dit-il en agitant sa boule à thé dans son mug, je dirais que ça se passe plutôt bien même si je m'attendais à plus d'intérêt de la part des élèves, avoua-t-il en fronçant quelque peu les sourcils, Pourtant c'est une option qu'ils ont choisie mais je les trouve très passifs, attentistes. Ils n'osent peut-être pas encore. Je suis nouveau j'imagine qu'il faut le temps qu'ils s'habituent mais j'aimerai les voir plus volontaires, ajouta-t-il en tapant son poing dans la paume de sa main, tu vois ce que je veux dire ?"

Jonah se tut pour boire une gorgée de thé puis il reprit:

"Le problème c'est que le monde moldu est beaucoup trop abstrait pour eux. Il nous faudrait un appartement type au sein même de Poudlard avec l'électricité et l'eau courante, des simulateurs, une automobile, une salle informatique,- en gros de quoi faire exploser le budget alloué à l'enseignement de l'Etude des moldus- ajouta-t-il sur un ton mi-amusé mi-coupable,  On pourrait aussi organiser un séjour d'immersion en territoire moldu: C'est un déplacement qui vaudrait le détour: Les bruits, les odeurs, l'environnement,... tout est différent là-bas ! s'exclama-t-il . A bien y réfléchir, ce n'était pas une mauvaise idée. Il connaissait plusieurs familles de sorciers qui avait fait le choix d'un mode de vie moldu et Jonah était prêt à parier qu'un certain nombre d'entre eux seraient partants pour accueillir des élèves à leur domicile durant quelques jours... "Je vais parler de tout ça à Daisy..." souffla-t-il alors en attrapant sa plume. Il avait pris l'habitude de noircir les pages d'un petit cahier dans lequel il notait ses idées pour y revenir dessus un peu plus tard , Je lui dirais que l'enseignante de Défense Contre les Forces du Mal est prête à revoir son budget à la baisse pour m'aider dans cette vaste entreprise..." plaisanta-t-il en faisant mine de le notifier dans son livret.

Il referma son petit carnet recouvert de cuir de dragon en arborant un léger sourire taquin puis il se décida à répondre à la dernière question de Thelma:

"Et bien c'est justement Daisy - enfin je veux dire "Le professeur Mason"-  rectifia-t-il d'un ton faussement solennel , qui m'a ouvert les yeux sur l'enseignement.  On a bossé ensemble au DOM sous l'ancien gouvernement et c'est elle qui m'a proposé ce job. Elle savait que j'avais une expérience du monde moldu- j' ai vécu quasiment dix ans là-bas et écris deux livres à destination des sorciers sur les systèmes de communication non magique. J'étais déjà dans une démarche de transmission des connaissances à vrai dire donc j'ai accepté de bonnes grâces. Déjà c'est un réel plaisir de travailler avec Daisy et puis c'est un nouveau défi, un beau challenge pour moi... J'espère pouvoir transmettre mes passions aux plus jeunes que ce soit la culture moldue ou le vol sur balai."

Le nombre d'inscrits dans son option restait assez faible et Jonah avait comme buts inavoués de doubler ses effectifs et surtout d'élever le niveau de connaissances des élèves. Cela faisait deux ans que Daisy n'enseignait plus la matière et Jonah avait pu remarquer une différence de niveau énorme entre les élèves qui avaient eut l'ancienne directrice comme professeur et les autres.

"Enfin assez parlez de moi ! dit-il alors, soucieux de ne pas monopoliser la conversation, je ne vais pas te demander depuis combien de temps tu enseignes ici puisque je le sais déjà: Tu travailles à Poudlard depuis l'année dernière et tu as récupéré la direction de Poufsouffle en même temps que le poste de professeur de DCFM..."

Non Jonah ne s'était pas renseigné sur le parcours de sa collègue.  Loin de là ! Il avait tout simplement un de ces garçons dans la maison des blaireaux.

"Casey Forbes est mon fils" avoua-t-il en guise d'explication, "Mais c'est tout ce que je sais sur toi, rassures-toi ! lâcha-t-il en riant, Alors ? Comment en es-tu venue à enseigner une matière aussi sulfureuse que les DCFM ?"


Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 245

Voir le profil de l'utilisateur
Thelma observa Jonah qui s'installait face à elle, salivant intérieurement à la pensée des fameuses Tartelines d'Appleby. A vrai dire, elle n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait. Le nom lui évoquait des tartelettes à la praline, mais ce n'était sans doute pas cela. Qu'à cela ne tienne, elle avait bon appétit, surtout pour les mets sucrés et avait d'ailleurs déjà dépensé une partie déraisonnable de son salaire au Paradis d'Eden...

Le ressenti de son nouveau collègue au sujet de ses premiers cours lui tira un sourire amusé. Quel enseignant n'était jamais passé par là, que ce soit au début de sa carrière ou par la suite ?

"Je vois tout à fait", confirma Thelma. "Parfois on arrive à créer une bonne dynamique de groupe, mais ce n'est pas toujours évident. En plus, ça dépend aussi des années, certaines classes sont plus impliquées que d'autres... Mais parfois il ne faut pas grand chose pour que ça prenne, quelques élèves positifs qui entraînent tous les autres, un sujet qui les passionne..."

Ou un projet, tel qu'un voyage. Tout en sirotant son thé, Thelma écouta les idées que Jonah lui exposaient avec un intérêt non dissimulé. Elle était toujours intéressée par les projets pédagogiques de ses collègues, et par la façon dont les élèves y réagissaient. Cela lui donnait parfois des idées pour ses propres cours, car la matière qu'elle enseignait nécessitait de se montrer créatif en termes de travaux pratiques tant il pouvait être compliqué de convoquer les forces du mal dans Poudlard... Elle observa Jonah qui notait ses idées dans son carnet avec un sourire. L'enthousiasme du jeune enseignant était perceptible, et raffraichissant. Parfois, les plus vieux collègues étaient devenus aigris, à marmonner contre "les jeunes de nos jours", alors elle préférait l'attitude de Jonah - même s'il se heurterait peut-être à quelques désillusions dans le futur. Il lui fallait encore découvrir certaines réalités, comme les joies du conseil d'administration, les budgets serrés ou encore les élèves perturbateurs. Mais, avec de la patience et de l'optimisme, on parvenait à réaliser la plupart des projets.

"Hé", se défendit-elle en riant quand il la taquina, "laisse-moi donc le budget pour aller voir les Yéti de l'Oural, c'est quand même plus impressionnant que tes prises électriques ! Plus sérieusement je trouve que c'est un très bon projet, je suis persuadée que Daisy sera d'accord."

Thelma se permit de l'interrompre quand il répondit à ses questions : "Tu peux l'appeler par son prénom, c'est ce que je fais avec tous les collègues moi !"

Ils étaient une trop petite équipe pour se donner du Professeur. Une quinzaine d'adultes face à plusieurs centaines d'ados et un esprit frappeur... Il fallait se serrer les coudes, ou du moins, privilégier un peu d'esprit d'équipe. Ce n'était pas facile avec tout le monde, mais elle sentait plutôt bien ce Jonah pour l'instant. Il semblait sociable et positif, c'était déjà ça de gagné pour un directeur de Serpentard...

Thelma ne fut pas étonnée d'apprendre que Daisy avait débauché Jonah. C'était déjà elle qui l'avait fait revenir à sa passion de l'enseignment un an plus tôt, et sans doute cherchait-elle à bien s'entourer après les déboires que Poudlard avait connu, avec Ana Sorden notamment. Thelma accordait beaucoup de crédit au jugement de Daisy et cela renforça l'opinion positive qu'elle se faisait de son nouveau collègue. Elle fut également intéressée d'apprendre que Jonah écrivait, puisqu'elle même avait tenté de se livrer à cet exercice dans le passé, et elle nota de demander à Abigail si ses livres étaient trouvables à la bibliothèque.

Comme Jonah évoquait sa passion pour le vol, Thelma s'apprêtait à lui demander s'il supportait Appleby qu'il avait mentionné plus tôt. Mais il l'interrogea à son tour, mentionnant son fils en provoquant la surprise de l'enseignante.

"Mais oui, Casey ! Je n'avais pas fait le rapprochement", avoua-t-elle en observant les traits de Jonah avec attention. "C'est vrai, maintenant que tu le dis, je peux voir la ressemblance. Vous avez le même nez ! Il a mieux choisi sa maison que son père, alors..."

Elle guêta la réaction de Jonah à sa taquinerie, pour voir s'il faisait partie de ceux qui prennent la Coupe trop au sérieux pour plaisanter ou si une saine compétition de directeurs de maison pouvait s'engager.

"Ah, les DCFM et moi, longue histoire... C'est un peu triste mais je crois que cette vocation est née de la guerre, j'étais à Poudlard du temps de Harry Potter et j'ai pu voir de première main ce que les forces du mal pouvaient faire. Je crois que j'avais à la fois envie de pouvoir me protéger, et défendre mon pays, et à la fois... Disons que j'avais des choses à me prouver ! Au final, ce sont les circonstances de l'époque qui m'ont fait plonger dans ce domaine, qui s'est avéré tout simplement passionnant. Je l'ai découvert à travers des voyages en Europe de l'est et en Europe du Nord", raconta-t-elle, enthousiaste alors qu'elle évoquait l'une des périodes les plus stimulantes de sa vie.

"Le problème, c'est que les voyages, ça coûte de l'argent, alors j'ai fini par me stabiliser en Bulgarie et j'ai commencé à enseigner pour de jeunes élèves de primaires. C'est ainsi que j'ai trouvé ma vocation, l'enseignement... Durmstrang a été la première école de sorcellerie à me donner ma chance. Bien sûr, pas de cours de DCFM là bas, comme les rumeurs le disent", rit-elle avant de préciser : "J'étais en charge du cours de duel."

Cela surprenait parfois les gens que ce petit bout de femme bien apprêtée soit une duelliste accomplie, mais il n'y avait pas besoin de gros muscles pour savoir manier sa baguette, avec le parfait équilibre de puissance et de précision... Thelma regrettait beaucoup de ne pas avoir rejoint l'équipe avant le trépas d'Edmund Harris. Elle aurait aimé se mesurer à lui.

"J'ai fini par avoir le mal du pays et j'ai travaillé quelques années pour un labo londonien sur le thème de la Legilimancie, ma spécialité. Puis Daisy, que je connais depuis Poudlard, m'a convaincu de rejoindre l'équipe, comme toi."

Et les voilà collègues. Thelma s'interrompit pour boire une gorgée de thé, et releva un regard curieux sur Jonah.

"Pourquoi cette passion pour le monde moldu ? Est-ce que tu as des origines, ou bien est-ce que tu fais partie de ces sorciers fasciné par un autre mode de vie ?"
Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Jonah constata avec une certaine satisfaction que la compagnie de Thelma s'avérait plutôt distrayante. La jeune enseignante cachait derrière ses airs un peu guindés un certain humour et une belle répartie. Nullement impressionnée, elle ne se gêna pas pour chambrer gentiment sa matière en affirmant que les prises électriques n'avaient rien de transcendant.

"Désolé mais je ne peux pas te laisser dire ça, dit-il en fouillant dans son sac pour en sortir une rallonge - Il avait toujours quelques objets moldus sur lui pour ses cas pratiques- Cet objet... relève du Pur Génie, affirma-t-il en insistant bien sur ces derniers mots,  je t'assure, le yéti c'est de la gnognotte à côté... Il reposa la prise sur son sac avant de conclure légèrement amusé,  Sache-le, personne ne dénigre la manière dont les moldus ont rationalisé l'électricité en ma présence."

A vrai dire, il ne plaisantait qu'à moitié tant il était un ardent défenseur de l'ingéniosité moldue... Mais pour l'heure, il cherchait surtout à taquiner sa nouvelle  collègue... qui le lui rendait bien ! La jeune enseignante, visiblement de plus en plus aguerrie, n'hésita pas à laisser sous entendre que Poufsouffle était une maison bien plus respectable que Serpentard.

Un sourire carnassier éclaira le visage de Jonah et sa réponse ne se fit pas attendre:

"On reparlera de ça en juin quand la Coupe des Quatre Maisons et celle de Quidditch trôneront dans mon bureau", souffla-t-il avant d'ajouter sur un ton faussement innocent digne des plus vils représentants de sa maison, j'ai cru comprendre que vous aviez perdu votre Capitaine et  attrapeur vedette... C'est dommage ça..."

Casey, son fiston, lui avait dit que Nora -l'ancienne Capitaine qui avait raflé plusieurs Coupes de quidditch- avait fini sa scolarité. Il n'en fallait pas plus pour déstabiliser un groupe ! De plus Jonah comptait bien composer la meilleure équipe qui soit en choisissant comme capitaine un leader dans l'âme !

La conversation reprit toutefois un ton plus sérieux lorsque les deux enseignants échangèrent sur leurs vies respectives. Jonah s'avéra même particulièrement impressionné par le parcours de sa jeune collègue qui avait multiplié les expériences après sa sortie de l'école: Les voyages en Europe, son passage par la célèbre école de magie bulgare... Jonah était franchement admiratif. Il aurait aimé pouvoir voyager lui aussi mais Agathe et lui avaient fait un autre choix de vie en privilégiant un cadre stable et familiale pour leurs enfants. Le passage de la vie sorcière à la vie moldue avait déjà été une épreuve pour la famille Forbes si bien qu'ils n'avaient pas quittés l'Angleterre depuis plusieurs décennies.  Toutefois Jonah ne perdait pas espoir, il espérait pouvoir un jour découvrir davantage le monde "Quand Gaby aura fini ses Etudes ! "disait-il sans cesse...

"Professeur de Duel à Durmstrang, répéta-t-il avec admiration, Impressionnant. J'étais membre du club de duel à Poudlard, je trouve que cette matière convoque beaucoup de qualités: Concentration, adresse, ruse, maitrise de soi, inventivité...  C'est toi qui anime cet atelier ici ? demanda-t-il, J'aimerai vraiment voir comment ça se passe aujourd'hui. Un duel, c'est très révélateur." ajouta-t-il avec un brin de curiosité espérant que Thelma l'invite au prochain entrainement. On en apprenait davantage sur quelqu'un en l'observant durant un combat magique qu'en lui parlant pendant des heures...

En tout cas, ce petit brin de femme était plein de surprise ! Après son périple européen elle avait rejoint un laboratoire de recherche dans le fascinant domaine de la légilimancie avant d'être recrutée, comme lui, par l'actuelle directrice de Poudlard.

"Je crois que l'on peut dire, sans trop se tromper, que Daisy sait particulièrement bien s'entourer !" dit-il avant de reprendre plus sérieusement, En tout cas tu as vraiment un parcours atypique et vraiment rempli pour ton âge." assura-t-il en buvant une gorgée de thé.

Avec ses compétences, Thelma aurait pu briguer une place à Ministère et avoir une vie professionnelle toute tracée, au lieu de ça, elle s'était démenée pour découvrir de nouveaux horizons. En ça, ils étaient assez semblables. Jonah appréciait ce genre de personne qui prenait sa vie en main et qui cherchait toujours à découvrir de nouvelles choses.  Thelma lui demanda justement s'il tenait sa passion pour les moldus de ses origines ou d'une fascination pour la nouveauté.

Jonah prit quelques secondes de réflexions avant de répondre.

"Surement un peu des deux. Mon père était né-moldu et cette culture m'a toujours passionné depuis mon enfance... Enfin j'imagine que, comme toi, ce choix a été influencé par le contexte trouble dans lequel j'ai grandis et par mes expériences personnelles. C'était la guerre -la première pour mon cas- précisa-t-il avec un sourire, et les nés-moldus étaient persécutés et torturés. Je tiens ma lycatropie de cette période là uniquement parce que le statut du sang de mon père ne convenait pas aux partisans de Voldemort."

Jonah avait tout de suite été clair avec ses collègues le jour de la prérentrée, il avait révélé son statut de loup-garou dès le début et il avait fait de même avec ses élèves.

" Je crois que je voulais comprendre pourquoi les moldus étaient aussi haïs: Qu'est-ce qu'ils avaient bien pu faire pour qu'on les déteste à ce point ? Pour qu'on tue ou mutile des enfants ?  Jonah secoua la tête, Bon, rassures toi,  je me suis vite rendu compte que c'était en vérité les Mangemorts qui ne tournaient pas bien rond mais mon intérêt pour les moldus n'a jamais faibli, bien au contraire... Plus j'en découvrais sur eux, plus j'étais fasciné... Je pourrais vraiment te parler pendant des heures de cette prise électrique, ajouta-t-il en désignant la rallonge qui trônait toujours sur son sac de cours, je te garantis que je me retiens là !"

Jonah esquissa un sourire et reprit:

" A ma sortie de Poudlard j'ai ouvert un commerce d'objets moldus, j'ai épousé une née moldu, j'ai élevé mes enfants dans le monde moldu... Bref j'étais prédestiné à venir enseigner cette matière ! Et puis pour ne rien te cacher, lorsque j'ai su que le poste de directeur de Serpentard était à pourvoir je me suis dis que ce serait une belle revanche sur les Mangemorts: Un professeur d'Etudes des Moldus directeur de Serpentard. J'en connais plusieurs qui doivent raller au fond de leur cellule d'Azkaban !" lâcha-t-il avec un sourire satisfait.

Jonah attrapa sa tasse pour finir son thé et poursuivit:

"Enfin, je ne compte pas faire ça toute ma vie non plus, je ne veux pas devenir ce vieux prof qui fait partie des meubles. Quand on est trop bien installé, on a du mal à se renouveler, à être force de propositions... On ronronne et c'est à tout prix ce que je veux éviter ! Je me donne huit à dix ans maxi d'enseignements -Du moins si ça me plait et si Daisy veut bien de moi- le temps que tous mes gamins soient installés: Mon dernier né, Gaby, enfin Gabriel,  est rentré cette année à Poudlard et l'ainé, Dean, entame ses études supérieures... Au milieu j'ai Casey et Virgil qui doivent encore trouver leurs voies et je t'assure, ce n'est pas une mince affaire ! soupira-t-il . Ce n'était pas tant Casey qui l'inquiétait, son troisième avait un petit niveau mais il était travailleur, tout le contraire de Virgil qui semblait avoir fait de la procrastination sa religion ! Enfin, il n'était pas là pour ennuyer Thelma avec les déboires scolaires de ses fils...

"Et toi alors, tu as des enfants ?" s'enquit-il alors.


Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 245

Voir le profil de l'utilisateur
Le petit échange de piques intra-maisons entre les deux enseignants avait permis d’instaurer une certaine complicité entre eux. Visiblement, Jonah aimait le Quidditch ce qui ne ferait que rendre la coupe plus intéressante. Son ton admiratif lorsqu’il évoqua sa matière la fit rosir légèrement, puis sa question au sujet du club de duel fit naître une idée dans son esprit. Jonah semblait sincèrement intéressé par les duels et c’était exactement ce dont Thelma avait besoin.

« Hélas, le club de duel a été fermé il y a quelques années », révéla-t-elle en se penchant inconsciemment vers lui, le regard empli d’espoirs. « Le problème c’est qu’il n’y avait plus personne pour s’en occuper. J’ai souhaité le faire à mon arrivée l’an passé, mais il est nécessaire d’avoir deux enseignants pour encadrer le club et je n’ai trouvé aucun collègue qui soit disponible pour le faire. »

Elle but une gorgée de son thé sans lâcher Jonah du regard, espérant que la même idée germerait dans son esprit.

« Si tu as aimé le club à Poudlard, peut-être que nous pourrions réfléchir à le relancer ensemble », suggéra-t-elle en essayant de ne pas trop s’emballer tant qu’il n’avait pas accepté. « Réfléchis-y, je sais que c’est du travail mais ça pourrait être une bonne chose pour l’école. A mes yeux, tous les élèves devraient quitter Poudlard en sachant mener un duel… Et puis, on s’amuserait bien, j’en suis persuadée, les clubs sont aussi un bon moyen d’enseigner différemment et de mieux connaître les élèves. »

Pleine d’enthousiasme, Thelma pria intérieurement pour qu’il accepte, songeant déjà à tout ce qu’ils pourraient mettre en place au sein du club. Elle s’enjoint néanmoins à la patience, désireuse de ne pas faire fuir son nouveau collègue qui devait déjà s’adapter à son nouveau travail. En tant que jeune enseignant, il avait certainement déjà à cœur de bien préparer ses cours, de découvrir ses propres méthodes pédagogiques et de se faire une place au sein du château… Mais peut-être sauterait-il sur cette occasion de renouer avec son propre passé d’élève et de prendre part à une activité pédagogique. Ce serait également l’occasion pour eux de faire plus ample connaissance.

L’enseignante l’écouta avec intérêt évoquer son passé. L’histoire de sa transformation le désola. Ce n’était pas la première fois qu’elle entendait parler de morsures lycanthropes infligées à titre de punition pendant la guerre, mais cela lui semblait proprement barbare. De son côté, Jonah semblait avoir fait de cette maladie une force. Il avait lui aussi eu un parcours intéressant et semblait être quelqu’un d’équilibré – le deuxième enseignant lycanthrope de l’histoire de Poudlard, après Remus Lupin, et le premier à ne pas avoir dissimulé sa maladie. Même si les mentalités avaient évolué depuis l’époque de Lupin, il fallait tout de même avoir la tête sur les épaules pour accepter ce poste. Elle était donc assez impressionnée intérieurement.

« Je te crois », rit-elle en kidnappant sa rallonge, comme pour l’empêcher de lui faire un exposé de quatre heures en trois parties sur le sujet.

Elle hocha la tête pour approuver ses propos quand il mentionna les mangemorts qui devaient enrager de son embauche. Un « amoureux des moldus » loup-garou directeur de Serpentard, et une professeur de DCFM issue de Durmstrang à Poufsouffle… Ils démentaient les clichés !

Thelma fut un peu interloquée par l’affirmation suivante de Jonah. Pourquoi se donner une date de péremption en tant qu’enseignant ? Elle-même ne savait pas si elle terminerait sa carrière à Poudlard ou si elle finirait par quitter l’enseignement, mais elle préférait ne pas se mettre de barrière. Peut-être finirait-elle par se lasser ou s’encrouter mais l’inverse était tout aussi possible.

« J’imagine », répondit-elle d’un ton compréhensif lorsqu’il évoqua les difficultés de ses fils pour trouver leur voie. « C’est le cas de beaucoup d’entre eux à cet âge et les parents ne sont pas toujours armés pour les aider, surtout s’ils se braquent. »

Jonah lui posa alors LA question, celle qu’elle redoutait car elle ne savait jamais comment y répondre sans laisser paraître ses peurs et ses regrets. C’était pourtant une question légitime et innocente au milieu d’une conversation détendue, mais elle sentit automatiquement son cœur se serrer. Comme elle aurait aimer partager les inquiétudes de Jonah au sujet de ses nombreux fils. Thelma concevait difficilement sa vie sans enfants, et c’était une volonté qui s'était amplifiée plutôt récemment – le cap de la trentaine, peut-être. Plus le temps passait et plus elle se persuadait que son heure était passée et que tout ceci ne serait pas pour elle.

« Non, je n’ai pas d’enfants. J’aimerais beaucoup en avoir, mais je suis célibataire depuis un moment alors c’est un peu compromis pour le moment », répondit-elle doucement, arborant un sourire pour sauver les apparences. « Je suis directrice de maison, d’une certaine façon, mes élèves sont mes enfants, mais… Je me suis toujours vue mère de famille. »

Haussant les épaules comme pour relativiser ses doutes, Thelma se hâta de relancer la conversation :

« Tes fils n’ont pas trop râlé à l’idée de voir leur père enseigner dans leur école ? »

Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Le club de duel n'avait pas perduré après la mort d'Edmund Harris. Aucun enseignant -si ce n'est Thelma- n'avait jugé bon de reprendre la succession du professeur de Sortilèges. L'enseignante avait semble-t-il lancé un appel auprès de ses collègues qui était resté lettre morte. Mais c'était sans compter sur Jonah et son enthousiasme débordant...

"Je serai vraiment ravi de co-animer l'atelier avec toi ! C'est une excellente idée."

Fidèle à sa réputation d'homme d'action, il saisit son agenda afin de chercher un créneau horaire pour la mise en place de ce club. La charge de travail supplémentaire ne l'effrayait pas -au contraire, elle le stimulait- et il n'y voyait que des avantages comme découvrir de nouvelles méthodes pédagogique avec le co-enseignement et surtout élargir son public aux élèves des autres maisons que la sienne et aux non-amateurs de culture moldue. S'il connaissait tous les premières années par le cours de Vol, les autres promotions étaient un mystère pour lui...

"Je suis disponible les temps de midi -sauf le jeudi- sinon en nocturne le lundi ou le mardi soir, après le diner. Il faudrait voir ce qui t'arrange le mieux et on pourrait proposer plusieurs créneau aux élèves. J'imagine qu'il faut tenir compte des autres clubs, des entrainements de quidditch -surtout ceux de Serpentard-, de l'atelier Théâtre.... dit-il en cherchant une page vierge dans son carnet de notes.

Cela s'avéra plus long que prévu puisque les pages étaient couvertes de notes griffonnées en tout sens. De l'extérieur cela pouvait sembler quelque peu chaotique mais Jonah s'y retrouvait parfaitement.

"Voila, dit-il en marquant de son poing le pli d'une page blanche, On peut poser une affiche dans la salle des quatre maisons pour les inscriptions et faire une annonce au moment du déjeuner, il griffonna quelques mots et leva les yeux vers Thelma, Penses-tu qu'il nous faille l'autorisation parentale des élèves mineurs ? s'enquit-il en fronçant les sourcils -creusant un peu plus sa ride du lion au passage. Une petite blessure était vite arrivée dans ce genre de combat magique...

" Il vaudrait peut-être mieux voir ça avec Daisy."

Alliant le geste à la parole, il sortit sa baguette et fit apparaitre son patronus  (un loup garou- quelle surprise) et lui dicta son message.

"Madame la directrice, Le professeur Corrigan et moi-même désirions s'entretenir avec vous au sujet du club de duel que nous souhaiterions ré-ouvrir, Jonah y avait mis les formes avec son vouvoiement par ci et son" madame la directrice" par là mais son expression amusée contredisait sa bienséance. Il était d'ailleurs certain que Daisy ne se laisserait pas berner..., auriez-vous l'amabilité de nous recevoir à l'horaire qui vous conviendrait le mieux ?" s'enquit-il avant de libérer son patronus, Attendons sa réponse... ajouta-t-il à l'attention de Thelma.

Les deux enseignants en profitèrent pour  poursuivre la conversation qui pris rapidement une tournure plus personnelle. Après avoir évoqué leurs parcours respectifs voila qu'il était question de vie de famille et d'enfants. Jonah n'avait pas l'impression d'avoir posé une question tabou ou un peu trop indiscrète pour un premier échange entre collègues et il ne perçut pas réellement le trouble de Thelma lorsqu'elle lui répondit qu'elle n'avait pas encore de progéniture. Pourtant elle se voyait bien mère de famille, affirmait-elle, ce à quoi il répondit:

"Si tu le veux vraiment, tu seras mère." Affirma-t-il sur un ton catégorique. C'était sa philosophie de vie: Il ne se mettait pas de barrière quand il s'agissait d'accomplir ses rêves. Thelma était célibataire... Et alors ? Depuis quand le célibat empêchait-il d'avoir des enfants ? Il pouvait comprendre qu'elle souhaite attendre d'être dans une relation sérieuse pour assouvir enfin son désir d'enfanter mais si elle ressentait un réel manque elle pouvait très bien faire appel à un donneur anonyme ou envisager l'adoption...

"Il n'y a pas de problème, il n'y a que des solutions." assura-t-il avec un sourire confiant et convaincu, désireux de ne pas verser dans des remarques du type  "Tu es toute jeune, tu as encore le temps pour trouver baguette à ta main !" qui ne résolvaient en rien les attentes de Thelma.

Jonah n'envisageait pas sa vie sans ses  enfants. Il avait été clair avec Agathe dès le début de leur relation et cela aurait très certainement été un motif de rupture si elle n'avait pas partagé le même projet que lui. Il désirait une  fratrie de trois ou quatre enfants, sans grands écarts d'âges, pour qu'ils puissent jouer (et se chamailler) les uns avec les autres. Tout le contraire de son enfance en somme qu'il avait passé seul, dans sa chambre stérile de St-Mangouste. Il avait construit ce projet de vie, années après années, et même la guerre n'avait pas réussi à le faire déroger de son plan !

Bien sûr, il aurait voulu continuer à leur offrir un foyer uni, avec un père et une mère heureux, vivants sous le même toit, mais la vie en avait décidé autrement. Ne valait-il pas mieux avoir deux parents séparés mais épanouis à des parents ensemble mais frustrés ? Jonah avait tenté de faire entendre cela à ses fils mais il n'était pas sûr qu'ils l'aient tous compris...

La question de Thelma sortit Jonah de ses pensées . Il laissa échappé une légère exclamation avant de s'appuyer sur le dossier de sa chaise en coinçant ses deux mains derrière sa tête.

"Si tu savais ! J'ai eu droit à tout le panel de réactions possible ! Virgil, le plus vieux, pense que j'ai fait ça pour le surveiller, car, c'est bien connu, j'existe uniquement pour lui rendre la vie dure et j'adore être tout le temps sur son dos, c'est mon passe-temps favori même... Ironisa Jonah, Bon il n'a pas tout à fait tord, ajouta-t-il sur le ton de la confidence, je n'ai clairement pas accepté le poste pour ça mais j'avoue que je suis content de lui mettre un peu la pression. Quand je compare les résultats obtenus à ses BUSES et les capacités qu'il a... Jonah secoua la tête, C'est du gâchis !"

Et voila, son front était de nouveau plissé, autant  par l'inquiétude que par l'agacement.

"Gaby, le dernier, est surement le plus heureux des trois... Il est fier comme un hippogriffe, Merlin, si tu le voyais pendant mes cours de vol, le regard brillant d'admiration, levant la main systématiquement pour répondre à chacune de mes questions..."
Jonah esquissa un sourire mi-gêné mi-attendri, Il va être doublement catalogué " Lèche botte et Fils du Prof " s'il continue comme ça."
Il n'y avait aucun reproche dans le ton employé, au contraire. Jonah savait ce qui allait se passer dans les mois et les années à venir et il ressentait déjà une petite pointe de nostalgie. Cette adoration, il l'avait perçu dans le regard de chacun de ses fils lorsqu'ils étaient enfants. Il était leur Papa. Le plus grand, le plus fort, le plus drôle, le plus tout... Et puis, les garçons finissait par grandir, se rendant compte que leur super Papa n'était en réalité qu'un homme, avec ses qualités et ses défauts. Jonah ne lisait plus la même chose dans le regard de ses fils ainés alors il profitait des derniers sursauts d'enfance dans les yeux de Gabriel avant que cette page ne se tourne définitivement...

"Et puis il y a Casey, celui du milieu, reprit-il après quelques secondes de silence, qui lui a prit le parti de ne pas régir. Lorsque je lui ai annoncé que j'allais travailler ici, j'ai eu droit à un "Ah.", tout au mieux, et il est retourné vaquer à ses occupations comme si de rien n'était... Jonah se tut en songeant à son troisième garçon, qui était de loin le plus hermétique des quatre. Agathe avait toujours su comment l'amener à se confier contrairement à Jonah qui n'avait jamais réussi, et pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé. Son mutisme s'était légèrement accentué depuis le divorce mais  ses résultats scolaires n'avaient pas chutés, signe pour Jonah qu'il n'y avait pas trop de raison de s'inquiéter.   Casey se maintenait dans la moyenne en bon poufsouffle besogneux qu'il était. Il est très secret. finit-il par dire,  Enfin, tu le connais, tu l'as davantage côtoyé que moi l'année dernière!"

Thelma était sa directrice de maison et elle avait veillé sur lui dix mois sur douze durant l'année scolaire précédente.

"J'ai cru comprendre qu'il t'apprécie beaucoup... (En interprétant avec brio  l'intonation des réponses monosyllabiques de Casey) et je ne dis pas ça pour que tu lui mettes des bonnes notes! plaisanta-t-il, en tout cas si tu rencontres le moindre problème avec lui, ou avec n'importe lequel de mes fils:  absence de travail, insolence ou quoi que ce soit d'autre, n'hésites pas à me le faire savoir. Vraiment. Je ferais ce qu'il faut pour que cela ne se reproduise plus..." Ce n'était plus le collègue qui parlait mais le père de famille.

Jonah s'apprêtait à poursuivre la discussion lorsque trois coups sonores retentirent contre la porte de la salle des professeurs. Ce n'était pas un intercours et la grande majorité des élèves était censée être en classe. Qui cela pouvait-il être ?

Jonah lança un regard interrogateur à Thelma avant de se lever pour aller ouvrir...


Mildred MagpieAttention cougaravatar
Messages : 868

Voir le profil de l'utilisateur


Salle des Arts, quelques minutes auparavant...

S'affalant sur un fauteuil, le regard mi-clos de plaisir, Virgil tira une longue bouffée sur son petit cône en papyrus, dont le contenu illicite n'était rien d'autre que de la racine de Mandragore. Un délit dont l'adolescent se fichait pas bien mal des conséquences, tant il s'ennuyait dans cette école qui fleurait bon la naphtaline. Un peu de danger ne ferait que pimenter un peu cette nouvelle année scolaire qui s'annonçait d'ores et déjà tout aussi barbante que les précédentes. Son intrusion dans la salle des arts, et plus particulièrement dans la réserve où était stockée les multiples costumes de l'Atelier Théâtre, lui offrait enfin cet instant de liberté tant attendu. Mais pourquoi franchir la frontière des interdits en solitaire, quand une jeune poupée de la Maison Serdaigle se serait damnée pour vous accompagner du côté obscur de la force. En séducteur expérimenté, Virgil avait très vite compris que les filles de son âge étaient davantage excitées par les mauvais garçons, alors pourquoi se priver de jouer les voyous pour arriver à ses fins? L'arrière salle d'un atelier Théâtre n'était-il pas le lieu idéal pour démontrer ses qualités d'acteurs? C'est pourquoi, Virgil joua la carte de la fausse décontraction quand il tendit le petit joint en direction de la jeune et sexy Kasya Darmody.

"Hey Miss! T'en veux une latte? "

En fille de bonne famille, Kasya n'avait pas pour habitude de commettre des actes aussi répréhensibles. Même si la sensation de danger éprouvée avait quelque chose d'excitant, elle craignait de tousser comme une pestiférée et d'apparaitre quelque peu stupide auprès du beau Virgil. La jeune fille fit mine d'hésiter avant de refuser poliment la main tendue du séduisant Gryffondor.

"Non, je ne préfère pas. C'est pas que j'aime pas, mais tu vois j'ai pas envie de me faire gauler par la Corrigan. J'ai cours avec elle dans moins d'une heure, et elle à un flair infaillible pour détecter les embrouilles. C'est comme un sixième sens chez elle! "

Virgil esquissa un sourire ravageur à l'intention de la jeune serdaigle un brin trop timorée à son goût.

"Mouai, la Korrigan... Peut-être que si elle fumait un peu de mon herbe, cela lui enlèverait le balai qu'elle a entre les miches! "

Kasya se mit à glousser comme une dinde tandis qu'elle ne pouvait plus quitter des yeux le jeune et beau Bad boy en pleine représentation. Elle finit tout de même par aborder un point sensible sur lequel Virgil détestait s'atarder.

"C'est facile pour toi de dire ça. Mais si tu te fais attraper, tu sais que tu peux toujours compter sur ton père pour te sortir de la merde. Je me trompe? "

Le Gryffondor balaya l'espace d'un revers de la main, comme pour mieux chasser l'image de son paternel de sa mémoire.

"Tu sais pas d'quoi tu parles! Mon père, c'est pas du genre à me faire des fleurs. Au contraire, il chercherai plus à m'enfoncer que m'aider. Il est du genre vieux loup hargneux. T'sais, il a pas la baguette molle quand il s'agit de me punir. Mais moi j'men fiche, il peut bien aller se faire voir! Mon vieux, il craint un max... "

Comme une bête sauvage ne demandant qu'à être apprivoisée, Virgil esquissa un semblant de révolte désappointée qui n'avait que pour but d'attendrir la jeune Kasya. Cette dernière ne tarda pas à venir se poser à côté de lui, le regard vibrant d'émotion.

"Mon pauvre Virgilou, on dirait qu'il t'en fait vraiment baver ton paternel... "

L'adolescent secoua la tête de manière désabusée.

"T'as pas idée, Kalamity... "

Les sourcils de la serdaigle se froncèrent durement alors que son Don Juan venait de se tromper de prénom.

"Mais moi, c'est pas Kalamity. C'est Kasya... Tu crains! "

Conscient de sa bévue, Virgil ne vacilla point et conserva toute son assurance de séducteur.

"Kasya, Kalamity, Kendra, Katya... Franchement qu'est-ce que l'on s'en fiche du prénom! La chose la plus importante, c'est que je n'ai jamais eu la chance de contempler une fille aussi belle que toi. Est-ce que tu es consciente que tu as vraiment des yeux magnifiques? "

Les joues de la jeune fille en fleur s'empourprèrent à l'écoute de ce compliment.

"Oooh, c'est vraiment gentil de me dire ça. Tu sais Virgilou, toi aussi, tu es plutôt pas mal dans ton genre... "

Plutôt que de se laisser atteindre par le compliment, et de se jeter sur l'offrande des lèvres tendues de la jeune fille; Virgil écrasa sur le sol son mégot de Mandragore avant de se redresser, tel un acteur entrant en scène. Il saisit une cape du Prince Féodor qui trainait dans l'un des recoins de la salle des Arts, et se lança dans une longue tirade théâtrale.

"Ô belle princesse de mes nuits étoilée! Si je suis le chevalier sur son blanc destrier que vous attendiez tant, pourquoi ne viendriez-vous pas cueillir la douceur de l'un de mes baiser? "

Virgil finit par s'esclaffer de sa propre farce, en jetant négligemment la cape du Prince Féodor au sol. Derrière l'humour se cachait une réelle volonté de franchir le cap du premier baiser, et de pouvoir clamer enfin haut et fort n'être plus un vulgaire puceau. Bien entendu, pour protéger sa réputation, il avait menti à ses potes à ce sujet, se prêtant déjà de nombreuses frasques amoureuses. Mais rien ne valait mieux que la vérité, et peut-être que cette Katarina machin chose allait lui offrir ce fruit si ardemment défendu et désiré.  

"Franchement le théâtre, c'est une belle connerie! Quand je vois cette vieille peau de Mildred Magpie se dandiner dans ses robes moulantes léopard, comme si elle était élue jeune reine du bal; Moi perso, je trouve ça hyper malsain! Tu trouves pas? "

Kasya esquissa une moue quelque peu perplexe, tant elle ne concevait pas les choses de la même manière. Après tout, elle n'était pas objective sur la question, tant elle demeurait encore une grande fan de la romancière et des Hauts de Hurlelune.

"Je te trouve dur avec elle! Moi, je la trouve très distinguée et j'aimerai bien lui ressembler à son âge... Et puis si je n'avais pas une mémoire de Boullu, j'aurai adoré participer à son atelier Théâtre dans le rôle de la belle Peggy Black! Juste pour la scène mythique de Baiser avec Féodor! "

A la simple évocation de ce souvenir de lecture, la jeune fille était comme entrée en état de transe. Virgil sentit alors qu'il était temps de sauter sur cette occasion inespérée.

"Ok! Tu aimes le théâtre! Alors qu'est-ce que tu dirai si je jouais le rôle du Prince Féodor? La scène du baiser, ça me va! Pourquoi se contenter de tes lectures, alors que tu pourrai la vivre pour de vrai? "

Kasya se releva d'un bon comme une diablesse sortant de sa boîte. Sans l'ombre d'une hésitation, le dévorant des yeux, la jolie serdaigle lui caressa alors tendrement la joue.

"Vraiment mon prince? Si tel est ton désir, alors je l'exaucerai... "

Puis plaquant sa main sur la bouche de Virgil, elle lui administra un baiser comme l'avait enseigner Mildred Magpie dans son initiation au Théâtre. Le jeune homme en mal d'expériences nouvelles parut quelque peu décontenancé par ce baiser bâillonné.

"C'est quoi ça? Moi je veux un vrai baiser! "

La jeune serdaigle se laissa alors tomber langoureusement sur un amas de costumes entassés.

"Alors viens le chercher, gros bêta! "

Ivre de désir, Virgil Forbes voulut faire un pas en direction de Kasya, quand une voix aussi courroucée que nasillarde fit irruption dans leur espace amoureux.

"Certainement PAS! Non mais je rêve, vous vous croyez où, jeune gens? De vrais animaux! Est-ce des manières de se comporter!? Je vous assure que vous allez entendre parler de MOI! "  

Mildred Magpie venait de faire irruption dans la salle d'art, et comptait bien faire appliquer la discipline dans cet espace privé qu'elle gardait comme une louve protégeant sa tanière. Les deux jeunes élèves pris en flagrant délits, restèrent tétanisés l'espace d'un instant, sans même l'ombre d'une justification. Après des secondes qui parurent durer des heures, Virgil finit tout de même par avancer un vague mensonge.

"Ce n'est pas ce que vous croyez, Madame Magpie. Nous étions en train de nous entrainer à répéter la scène du baiser entre Peggy et Féodor... "

Mildred Magpie arqua un sourcil inquisiteur à l'intention du jeune homme, avant de rétorquer sur un ton toujours aussi cassant.

"Ce n'ai pas à une vieille pie que vous allez apprendre à pousser la chansonnette! Je sais exactement de quoi il s'agit! La salle des arts empeste encore de l'odeur de votre délit, et je ne suis pas née de la dernière pluie pour ne pas savoir distinguer deux jeunes sur le point de... batifoler, plutôt que de suivre leurs cours! "

Mildred Magpie se tourna brusquement vers la Serdaigle.  

"Miss Darmody, vous allez vous empresser de rejoindre vos quartiers, et sachez que je ne tarderai pas à narrer vos exploits à votre maitre de maison. Filez maintenant! "

Toujours plus impitoyable avec la gente masculine, Mildred Magpie saisit le jeune Virgil par le lobe d'oreille afin de le contraindre à la suivre.

"Quant à vous, monsieur Forbes, ce n'est pas l'envie de vous punir qui me manque, mais je pense qu'il est préférable de vous laisser encore une chance de vous justifier auprès d'une personne qui est mesure de discerner chez vous le moindre mensonge. Suivez-moi! "

Sans lui laisser le choix, Mildred Magpie le traina par l'oreille jusqu'à la salle des professeurs dans laquelle se trouvait très certainement son père.

*****

Pinçant toujours le garnement par l'oreille, Mildred Magpie frappa trois grands coups secs sur la porte de la salle des professeurs. Virgil finit alors par se lamenter sur son sort et tenter de convaincre la sévère reine du théâtre de bien vouloir le libérer.

"Aïe, vous me faites mal! Lâchez-moi! Je ne faisais rien de mal... "

Mildred Magpie lui jeta un dernier regard courroucé, avant de lui soumettre un précieux conseil.

"Gardes tes mensonges pour ton père, jeune homme, car je compte bien te livrer à lui! "

Le visage de Virgil devint alors aussi blême que le voile funeste d'un fantôme errant.

"Je vous prie! Vous ne pouvez pas faire cela! Je vous dirais tout, je... "

Virgil s'arrêta net en voyant la porte de la salle des professeurs s'ouvrir sur la silhouette menaçante de son père. Le jeune Gryffondor eut beau esquisser un bref sourire gêné en guise de salutation, il savait qu'il venait de plonger tête première dans la plus infâme bouse de licheur de sa courte vie.

"Salut Pa... " se contenta-t-il de dire.

Mildred lâcha alors l'oreille du petit galapiat, pour croiser ses bras sur sa poitrine opulente, avant d'adresser un petit signe de tête amical aux deux professeurs qui se trouvaient dans la salle.

"Bien le bonjour, Monsieur Forbes! De même, Miss Corrigan! Je m'excuse d'avance à l'idée de perturber la quiétude de votre pause, mais n'étant qu'une modeste intervenante je me devais d'exposer l'étendue de mon problème à des professeurs tels que vous; Car malheureusement, je crains que le jeune Virgil soit disposé à vous révéler beaucoup de choses concernant son comportement déplacé dans ma salle des arts. N'est-ce pas Virgil? "

Tout à coup, une vive tension venait d'engloutir la si tranquille salle des professeurs, tandis que Mildred Magpie arborait toujours une mine outrée.



               
“Ce qu'il y a de scandaleux dans le scandale, c'est qu'on s'y habitue.”
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 245

Voir le profil de l'utilisateur
Spoiler:
 


Avec grand intérêt, Thelma écouta son collègue qui lui parlait de ses fils et de leur réaction quand il avait annoncé devenir professeur. Il était intéressant de découvrir la vision du père sur ces enfants qu'elle connaissait seulement de son point de vue de professeur. Il était aisé de discerner l'amour et l'inquiétude du père derrière les propos de Jonah, qui lui tirèrent un sourire attendri. Elle ne put s'empêcher de ressentir un élan de fierté à l'idée que Casey l'apprécie. Effectivement, ce n'était pas le plus loquace de ses élèves, mais il était de bonne volonté et certainement plus facile que l'aîné Virgil...

"C'est vraiment un gentil garçon, très travailleur, on sent qu'il a la volonté de bien faire. Il est plein de qualités, curieux, intelligent, mais j'ai parfois le sentiment qu'il essaie un peu trop d'atteindre la perfection. C'est peut-être un trait de notre maison, Poufsouffle a toujours compté beaucoup de travailleurs et cela peut mettre une certaine pression sur ceux qui rencontrent le plus de difficultés scolaires", analysa-t-elle.

Elle s'apprêtait à rebondir sur les autres fils de Jonah lorsque trois coups se firent entendre à la porte. Thelma répondit au regard interrogateur de Jonah avec enthousiasme :

"Peut-être Daisy suite à notre message ?"

Elle avait hâte de parler de leur projet naissant avec la directrice, qui l'approuverait à coups sûrs ! Pourtant, comme cela arrivait souvent en salle des professeurs, ce n'était pas leur collègue qui arrivait - et qui n'aurait d'ailleurs pas frappé - mais bien les ennuis qui arrivaient...

Pressentant la catastrophe arriver, Thelma se leva de sa chaise au moment où Jonah ouvrait la porte. Elle fit deux pas dans sa direction avant de s'arrêter à la vue de la romancière Mildred Magpie, qui traînait un jeune homme par l'oreille. Ce dernier se révéla être le fameux fils de Jonah, le Gryffondor Virgil, qui semblait avoir commis quelque bêtise. Une grimace étira furtivement les traits de Thelma quand Mildred mentionna le "comportement déplacé" du jeune homme. Quelque soit ce fameux comportement, ce dernier faisait preuve de deux fois plus de malchance : non seulement il s'était fait attraper, mais en plus, Mildred l'avait emmené directement à son père !

Voilà une situation potentiellement conflictuelle sur le point d'éclater. Virgil avait déjà tendance à agir comme un pseudo-rebelle face à l'équipe professorale - il y en avait toujours un ou deux chaque année - alors qu'est-ce que ça serait, face à son père ? Quant à Jonah, réagirait-il en professeur responsable ou bien en parent furieux ? Thelma imaginait qu'il devait être particulièrement compliqué de faire la part des choses dans une situation telle que celle-ci. De plus, Mildred n'était pas une enseignante habituée à traiter avec tact des situations telles que celle-ci, ce qui ne pouvait qu'aggraver la situation : nul doute que le jeune Virgil n'avait pas du apprécier l'humiliation de se faire tirer par l'orelle jusqu'en salle des professeurs !

Aussi, dans un esprit d'apaisement, elle prit l'initiative de s'avancer à la hauteur de Jonah et d'intervenir :

"Merci pour nous l'avoir amené, miss Magpie", dit-elle d'un ton posé, en redressant la tête pour regarder la romancière dans les yeux, et non pas son généreux décolleté. "Vous avez bien fait, nous allons régler la situation."

Elle espérait parvenir à faire baisser la tension qui s'était instaurée brutalement dans la pièce, pour désamorcer une potentielle crise familiale. Alors qu'elle aurait affiché la mine sévère du professeur en l'absence de Jonah, ce fut d'un ton doux qu'elle interrogea l'adolescent, désireuse de ne pas le braquer plus qu'il ne devait déjà l'être :

"Que s'est-il passé, Virgil ?"

Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
En ouvrant la porte, Jonah ne s'attendait pas à trouver Mildred et ses ongles manucurés plantés dans l'oreille rougie de son propre fils. Le regard du professeur passa de l'un à l'autre et l'étonnement perceptible sur son visage laissa vite place à un masque sévère et contrarié. Il n'avait plus rien à voir avec le collègue jovial et bavard qui avait fait la conversation à Thelma durant la pause. D'ailleurs, il était bien impossible de savoir s'il était fâché contre Virgil qui avait manifestement fait une bêtise de plus, ou contre Mildred qui s'était permise de tirer son fils par les oreilles jusqu'à la salle des professeurs. A vrai dire, Jonah ne savait pas encore ce qui l'irritait le plus mais il pressentait que son degré d'énervement allait surement passer au stade supérieur d'ici quelques secondes aussi se contenta-t-il d'interroger son fils d'un regard insistant.

"Salut Pa... " souffla son cadet en contemplant ses souliers.

Pas de fanfaronnade ? Virgil s'était fait prendre la main dans le sac, Jonah y mettait sa baguette à couper !  Qu'avait-il encore fait ? songea-t-il en se remémorant les nombreux avertissements qu'il avait reçu de l'équipe pédagogique au cours de la scolarité de son fils.

Edmund Harris l'avait puni en première année pour avoir ensorcelé les plumes de ses camarades et les avoir entrainé à cracher de l'encre sur leurs utilisateurs. Samuel Nolan l'avait surpris  en pleine tentative de métamorphose sur des gnomes dans le parc de Poudlard, leurs faisant pousser des membres supplémentaires au milieu du visage (et je vous laisse imaginer quel membre ...). Enfin, Virgil s'était fait sermonné plusieurs fois par son directeur de maison pour avoir tenu tête à certains professeurs. Il était ce genre d'élève intelligent, certes, mais qui n'utilisait vraiment pas ses capacités à bon escient, au grand damne de son père.

C'était parfois difficile à admettre mais Virgil pouvait se conduire comme un vrai petit con prétentieux et Jonah sentait qu'il avait encore fait des siennes aujourd'hui. Pourtant le père de famille n'appréciait pas non plus le comportement de Mildred. Il avait juste envie qu'elle lâche immédiatement l'oreille de son fils. Il estimait qu'en tant que père, il pouvait exceptionnellement se permettre ce genre de geste sur ses enfants mais que Magpie n'en avait pas le droit. Ni sur Virgil, ni sur aucun autre élève de Poudlard d'ailleurs.

Mildred finit par relâcher son étreinte avant que l'enseignant n'ait à intervenir. C'était mieux ainsi. Jonah lui suggérerait entre quatre yeux d'arrêter les châtiments corporels envers les élèves mais il ne ferait pas ce plaisir à Virgil d'être le témoin de cette conversation. Il connaissait trop son fils pour savoir qu'il allait s'enorgueillir de la situation ! Ce qui était loin d'être le cas actuellement.  Les yeux toujours rivés au sol, Virgil massait son oreille endolorie tandis que le romancière  expliquait la raison de sa venue: Le cadet des Forbes avait eu un comportement déplacé dans la salle des arts.

"Quand même pas ! commenta Virgil avec virulence, C'était pas vraiment un comportement déplacé... commença-t-il avant de laisser mourir la fin de sa phrase sous l'insistance du regard de son père.
Virgil avait intérêt à ne pas la ramener car la patience de Jonah avait des limites. L'adolescent ne savait pas trop comment se tirer de cette situation. Quoiqu'il dise, son père allait lui tomber dessus, il en était persuadé.

Fort heureusement, Thelma vola à son secours et lui offrit l'échappatoire qu'il attendait. Enfin quelqu'un prompt à l'écouter...et peut-être plus facilement bernable que cette harpie de Magpie ou son paternel... Quoique ce n'était pas si sûr,  songea-t-il en se remémorant les dires de Kasya concernant Corrigan et son flair infaillible. Quoiqu'il en fut, l'adolescent prit une profonde inspiration et se concentra sur la directrice des Poufsouffle:

"C'est vrai, j'étais dans la salle des Arts mais jusqu'à preuve du contraire on a le droit de s'y rendre non ? débuta-t-il légèrement ragaillardi.
-Virgil.
Le ton menaçant de Jonah était sans équivoque:" Ne joue pas à ce petit jeu, là avec nous" semblait-il dire.

Virgil se tut quelques secondes, semblant évaluer les options qui s'offraient à lui: Mentir et jouer à l'innocent, dire la vérité et donc perdre la face devant ses professeurs et son père ou tenter de sortir son épingle du jeu en s'arrangeant avec la réalité et en omettant quelques détails du type "joint" et "Mandragore". Il opta finalement pour la troisième option puis reprit sans quitter des yeux l'enseignante de DCFM.

"Bon, j'avoue j'ai emprunté un costume de la pièce de théâtre mais je ne l'ai pas abimé,
s'empressa-t-il d'ajouter, on faisait rien de mal."
"On ?"
"... J'étais avec Kasya Woodrow, une sixième année de votre maison, expliqua-t-il à Thelma bien que ce soit Jonah qui ait posé la question, ...on cherchait juste un coin pour être tranquille... tous les deux. Le jeune homme sentit ses oreilles s'empourprées et cette douce coloration rosée n'avait rien à voir avec le fait que Mildred l'ai trainé par le lobe jusqu'ici. Finalement, c'était plus facile d'aborder ce sujet avec son propre père qu'avec sa prof estima-t-il en se tournant vers Jonah:

"J'ai enfilé le costume de Féodor pour la faire rigoler.!" ajouta-t-il en levant les paumes vers le ciel.

Kasya Woodrow. Kasya Woodrow.
Jonah cherchait dans ses souvenirs pour essayer de remettre un visage sur ce nom. Elle ne suivait pas les cours d’études des Moldus, il en était certain, mais il avait déjà entendu parler de la jeune femme en salle des profs. Il se tourna légèrement vers Thelma comme pour l'interroger sur l'identité de cette élève de sa maison avant que le visage de la gamine ne lui revienne en mémoire: N'était-ce pas cette étudiante un peu étrange,  gracieuse comme les portes d'Azkaban ?
Possible.  En tout cas, si le comportement inadapté de Virgil se résumait uniquement à cela, Jonah estimait qu'il n'aurait aucun mal à gérer la situation. C'était peut-être moins pire que prévu, songea-t-il. Il avait lui aussi cherché dans sa jeunesse des coins peu fréquentés du château pour passer du temps en tête à tête avec Agathe alors il pouvait comprendre la démarche de son fils.  Virgil s'était fait griller, il devait en assumer les conséquences, voilà tout, mais il n'y avait pas mort d'hommes.

" Tu n'as rien d'autre à ajouter ?" s'enquit Jonah en scrutant son fils de son regard sévère qui ne trahissait en rien son soulagement intérieur.

Ce dernier afficha une petite moue avant de se tourner vers Mildred. Jonah imita son fils, curieux d'avoir la version de la romancière.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Le plus beau métier du monde [Thelma & Jonah]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regroupement des codes oniriques des joueurs d'ACNL
» Métiers ∞ Je veux être faucheur de spaghetti, c’est un beau métier ça.
» Jounal ap sibi pèsekisyon : oh ! tiers-monde !
» PM • Tout le monde il est beau... ♥ Boromir && Vanity
» Listes des Postes & Métiers du Monde Magique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Aile Sud, :: Salle des profs,-