AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Operation Scapegoat [Lilly & Juliana]

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
20 septembre 2009, St James’s Park, Londres

Appuyée contre la balustrade du pont, Juliana observait l’eau calme du lac qui s’étendait sous ses pieds. L’île aux canards lui faisait face et, si elle se tournait un peu, elle avait vue sur une série d’arbres et de statues qui menait au palais de Buckingham. Un rendez-vous en terre moldue, au cœur de la ville neutre de Londres, voilà qui lui avait semblé le plus approprié. Il s’agissait d’une véritable rencontre au sommet, entre les deux fondatrices du Kraken. Les deux femmes avaient tout vécu ensemble avant de se séparer d’une manière déchirante, entre accusations de trahisons, déceptions et rancœur. Ce qui s’était passé au mois de juillet avec les membres du Kraken avait été si dur à encaisser pour Juliana qu’elle n’aurait jamais imaginé se sentir prête à renouer contact avec Lilly si rapidement. Pourtant, c’était bien elle qu’elle attendait au plein cœur du St James’s Park, sous les traits d’une grande blonde musculeuse acquis par polynectar.

C’était une femme plus optimiste que Lilly s’apprêtait à retrouver aujourd’hui, mais Julia n’était pas dénuée de toute nervosité pour autant. Des mots particulièrement durs avaient été échangés entre elles en juillet, dans un contexte des plus sombres, et Julia n’était pas sure que la réconciliation soit possible. Elle avait beaucoup réfléchi avant de lui proposer ce rendez-vous, par messagers interposés, mais avait fini par se décider. Malgré tout, un lien puissant l’unissait à Lilly, celui des moments difficiles et des combats passés ensemble. Maintenant qu’elle avait réussi à faire un peu de tri dans sa vie, à se remettre sur pieds et à faire de nouveaux projets de résistance, elle ressentait le besoin de faire le point avec Lilly. S’il s’avérait que leur opposition était définitive et que toute alliance était à proscrire, Juliana pourrait sans regrets disparaître aux yeux de Lilly au profit de sa nouvelle identité. Si, à l’inverse, elles parvenaient à arranger les choses… Alors Juliana verrait au fil du temps si elles pouvaient regagner la confiance l’une de l’autre. La résistance était trop ténue, trop désorganisée et impuissante face à la grosse machine du FREE pour se faire ainsi miner par des dissensions internes. L’enjeu était plus grand que Lilly, Juliana ou Roy, plus grand que le destin d’une personne isolée. C’était ensemble qu’ils devaient tous combattre ou pas du tout, or la résistance n’avait jamais été aussi dispersée qu’aujourd’hui, de nombreux groupuscules se heurtant les uns aux autres. A côté de cela, ils subissaient des pertes sévères, telles que celle de Klemens, que Juliana n’avait guère pu pleurer en compagnie de ses anciens camarades.

Juliana poussa un profond soupir pour dénouer son estomac et se redressa pour observer aux alentours. Son cœur fit une embardée nerveuse en reconnaissant les cheveux blonds de Lilly qui brillaient au soleil. Elle était venue, ce qui était déjà un point positif, mais dans quel état d’esprit ? Au moins, elles ne pourraient pas trop se taper dessus au beau milieu d’un parc moldu…

Lorsque Lilly parvint à sa hauteur, la jeune femme accrocha un sourire nerveux aux lèvres pâles  de son apparence d’adoption.

« Salut Lilly », la salua-t-elle en l’observant avec attention. C’était une vision un peu étrange, car les traits de Lilly lui semblaient très familiers, mais quelque chose en elle était subtilement différent. Peut-être était-ce leur relation qui avait changé.  

Après de tièdes salutations, les deux résistantes quittèrent le pont pour aller s’installer au pied d’un arbre, dont le feuillage touffu les abritait du soleil. Ce dernier tapait encore fort, leur offrant une dernière journée d’été avant l’automne. Elles s’observèrent un moment en chiens de faïence, puis Juliana prit son courage à deux mains pour lancer la conversation :

« Alors… Je suis contente de te voir. Comment vas-tu ? J’ai été désolée d’apprendre pour… Pour Klem. »

Désolée, et profondément dégoutée, s’il fallait tout dire, puisque c’était la libération de Klemens de Skye qui avait été à l’origine de son départ du Kraken... tout ça pour ça, avait-elle songé avec frustration et colère, tout ça pour qu’il aille se faire tuer en mission à peine rétabli. Mais blâmer Lilly pour cela n’aurait aucun sens et ne serait pas constructif : elle pouvait parier que Klem n’en avait fait qu’à sa tête, et ils savaient tous à quoi ils s’engageaient.

Elle guetta la réponse de Lilly, non sans appréhension. Sa propre colère s’était apaisée, même si certaines choses resteraient probablement marquées au fond d’elle, mais qu’en était-il de son interlocutrice ?  

Spoiler:
 



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly sentit son estomac se nouer au fur et à mesurer qu’elle approchait du lieu de rendez-vous. Elle appréhendait cette rencontre plus qu’elle n’avait voulu se l’avouer lorsque Juliana l’avait recontacté. Au moment du départ de Juliana, elle avait cru sa décision légitime, sensée. Elle pensait ne plus pouvoir avoir confiance en Julia. Aujourd’hui, elle avait un peu honte et la situation passée lui paraissait bien dérisoire par rapport à ce qu’il pouvait se passer aujourd’hui dans les rues du monde magique ! Si elle avait été en colère, déçue, tous ces sentiments négatifs s’étaient peu à peu apaisés. Ce n’était pas pour autant que l’idée de revoir son amie ne l’effrayait pas. Elle eut un petit sourire en songeant à l’ironie de cette situation. Elle, Lilly Callaghan, chef d’un mouvement de résistance, la Gryffondor intrépide, avait peur d’une rencontre !

Mais elle devait bien avouer que les choses avaient bien changé. Comme elle était loin, cette époque où elle se sentait libre des contraintes, prête à affronter le monde sans réfléchir, capable de franchir des montagnes par la seule force de sa volonté ! Elle repensa, nostalgique, aux moments passés à l’étranger, à s’enrichir d’une culture différente de la sienne, à vivre avec d’autres sorciers, d’autres moldus, dans des conditions de vie parfois précaires. Depuis que Juliana et elle avaient fondé le Kraken, Lilly avait senti le poids des responsabilités peser sur ses épaules. Elle se sentait responsable d’eux, de leur vie. Une mauvaise décision de sa part et la catastrophe pouvait arriver. Elle avait déjà été assez ébranlée par la mort de Klemens pour le revivre une seconde fois… Et pourtant, elle savait que tôt ou tard, cela allait arriver. Ils ne vivaient pas dans un monde où, lorsque deux camps s’affrontent, les gentils gagnent toujours sans pertes. Tout n’était pas noir ou blanc, même si Lilly s’était surprise à l’espérer de temps à autre. Et pourtant, elle avait déjà vécu la guerre, l’année de ses quatorze ans. Elle avait déjà vécu la terreur, la torture. Elle avait déjà vu la mort de près, elle avait déjà combattu. Elle avait pensé qu’elle serait préparée à ça, qu’elle y arriverait plus facilement. Et elle s’était lamentablement trompée. Il lui était toujours aussi difficile d’envoyer les membres du Kraken en mission, surtout quand celle-ci était périlleuse. Elle savait bien que personne n’était forcé de s’engager, qu’ils avaient tous décidé de le faire par conviction. Mais la peur qu’ils ne reviennent pas était toujours présente.

Et c’était peut-être ça, qui avait changé. Cette peur l’avait assagi, raisonné. Elle n’hésitait pas à demander de l’aide, des conseils, alors que la Lilly d’avant aurait foncé tête baissée dans une situation ardue, plutôt que de prendre la peine de l’analyser avant. Finalement, c’était aussi sûrement ce qui faisait d’elle une bonne leadeuse.

Lorsque la jeune femme arriva finalement à la hauteur de Juliana – ou du moins, de la jolie blonde dont elle avait emprunté les traits – elle resta silencieuse quelques secondes,  avant de lui rendre son salut, un timide sourire flottant sur ses lèvres.

« Salut, Julia. »

Suivant Juliana dans le but d’aller s’installer dans un endroit plus calme, Lilly songea à l’étrangeté de la situation. Comment avaient-elles pu en arriver là ? Elles qui avaient été si proches, quelques mois auparavant ? Malheureusement, Lilly connaissait déjà la réponse.

« Ca me fait plaisir aussi. » répondit Lilly, avant d’enchainer : « Et oui, ça va plutôt bien, et toi ? » – C’était vrai, excepté les quelques problèmes auxquels elle était confronté aujourd’hui – une dictature, par exemple – elle allait bien. « Je suis désolée aussi, je sais que vous étiez assez proches. » souffla-t-elle, le ventre tordu par la douleur. Si elle essayait de faire bonne figure, elle ne s’était pourtant pas encore remise de la mort de son ami, qui, à un certain moment, avait été plus que ça, pour elle. Il avait été son pilier à un moment où elle se sentait si seule et si abandonnée qu’elle faisait n’importe quoi. Ils avaient réuni leur solitude, comme elle se plaisait à lui dire.

Un silence pesant s’installa entre elles, mettant Lilly mal-à-l’aise. Après quelques instants de réflexion, elle se décida à se lancer, préférant crever l’abcès maintenant.

« Ecoute Juliana… » Ecoute quoi ? Lilly ne savait même pas ce qu’elle allait dire. Elle opta pour parler avec son cœur, ce qui lui semblait être la meilleure solution. « Je suis désolée, vraiment. Lorsque j’ai appris pour Roy et toi… J’ai eu l’impression que tu m’avais trahie. Je sais bien que tu n’y pensais pas, mais cet aspect-là que ça m’a renvoyé. J’ai été stupide, je sais. J’aurai dû essayer de te comprendre. Mais comprends-moi, Julia, j’avais peur. Peur des conséquences que ça aurait pu avoir sur le Kraken, peur pour nos membres. Parce que… Pendant un moment, j’ai pensé à l’éventualité qu’il puisse te manipuler, ou que sais-je. Et je me rends compte, maintenant, que c’était stupide. Mais je ne connais pas Calder, si ce n’est de sa réputation de mafieux… » Lilly posa un regard incertain sur Juliana, tiraillée entre les remords et l’envie de se justifier. Non, elle n’avait pas agi seulement par colère. Sur le moment, elle avait des raisons qu’elle pensait fondées, logiques. Maintenant, elles avaient moins de sens. Mais elle voulait que Juliana comprenne qu’elle n’avait jamais agi dans le but de lui nuire. « Si on pouvait revenir en arrière, crois-moi que je changerai ça. Mais comme on ne peut pas, je préfère seulement m’excuser. »

Lilly et Juliana avaient toutes les deux leurs torts dans cette histoire. Et le fait de s’en rendre compte était sûrement déjà un grand pas, après ces mois de silence.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
Juliana ne répondit pas lorsque Lilly mentionna la proximité qui la liait autrefois à Klemens. Qu'y avait-il à dire ? Elles avaient toutes deux perdu un ami, et elles ressentaient probablement une douleur comparable lorsqu'elles pensaient à cette perte. Juliana se demanda aussi si Lilly éprouvait le même sentiment étouffant de culpabilité qu'elle. Certes, Klem n'était plus sous sa responsabilité lorsque cela c'était passé, mais il s'était mis en danger au sein du mouvement qu'elles avaient créé toutes les deux. Au fond d'elle, Juliana sentait qu'elle porterait à vie le poids des pertes des membres du Kraken, même celles à venir...

Plongée dans ses réflexions, Juliana ne fit pas particulièrement d'efforts pour amorcer la discussion. Elle attendait que Lilly se lance, comme si elle ne voulait pas abattre ses cartes avant d'avoir pu déceler dans quel état d'esprit elle se trouvait. Lilly était venue, ce qui était déjà bon signe, mais sa colère et sa défiance étaient-elles retombées ? Rien n'était moins sûr. De son côté, Juliana ne pouvait prétendre avoir abandonné toute rancoeur, mais elle était ouverte à la discussion, ce qui était déjà un progrès en soi.

Lilly finit par rompre le silence de plomb pour amorcer des excuses. Aussitôt, le regard de Juliana se braqua sur la jolie blonde. Voilà à quoi Juliana ne s'était pas attendu, des excuses, si vite et si franchement, et elle en fut prise au dépourvu. Aussi braquée et indignée soit-elle, Juliana avait toujours eu conscience de la situation impossible dans laquelle elle avait mis sa partenaire. L'entendre s'excuser de la sorte fit fondre sa colère comme neige au soleil, remplacée par de la culpabilité.

"Ce n'était pas stupide", répondit-elle finalement d'une voix éraillée. "C'est de ne pas se méfier qui aurait été stupide, mais... Il y a une marge entre se méfier, et condamner sans appel, j'aurais aimé que tu m'accordes le bénéfice du doute. Je pensais que tu me faisais confiance."

Juliana n'avait pas son véritable visage à montrer à Lilly, mais les expressions qui étiraient ces traits d'emprunts étaient sans équivoque. Elle ne cherchait même pas à dissimuler la blessure cruelle et le terrible sentiment de trahison que la réaction de son amie, et de tout leur groupe, avait provoqué chez elle. Sans doute ne s'était-elle jamais sentie aussi seule et perdue que pendant cet été là, et c'était bien Roy - et Joel - qui lui avaient permis de tenir, et même de se relever.

Les excuses de Lilly étaient comme un baume sur son coeur. Lilly était loin d'être la seule à avoir des torts dans cette histoire, mais ces paroles, Juliana n'avait même pas osé les espérer. C'était comme si Lilly venait de rétablir une sorte de pont entre elles, permettant à Juliana de s'exprimer et de pardonner, pour s'excuser à son tour.

"Mais je sais aussi que je t'ai mis dans une situation... vraiment compliquée", ajouta-t-elle, l'air coupable. "Pour être honnête, je suis incapable de dire comment j'aurais réagi à ta place. Si cela avait été quelqu'un d'autre je me serais méfiée aussi, je... J'ai simplement suivi mon coeur, mes convictions les plus profondes, j'ai fait ce choix là parce que c'était un sacrifice que je ne pouvais tout simplement pas faire. Alors ce qui m'est arrivé, et bien, j'en assume les conséquences, même si elles ont été douloureuses, même si j'aurais aimé qu'on puisse tenir. Je suis vraiment désolée Lilly, jamais je n'aurais pensé qu'on en viendrait là mais..."

Mais la vie était imprévisible, comme toujours, et c'était arrivé. Maintenant, elles n'étaient pas liées par le passé. Personne ne les empêchait de transformer un terrible gâchis en nouvelle opportunité... Une relation nouvelle pouvait naître des cendres de l'ancienne, si elles parvenaient à surmonter rancoeurs, gêne et malentendus.

"Enfin, j'accepte tes excuses, et j'espère que tu voudras bien me pardonner aussi. Tu m'as manqué", avoua-t-elle avec un certain embarras, qui firent rougir les joues de son apparence d'adoption.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Si Lilly était véritablement heureuse de retrouver Juliana, elle sentait cependant son estomac se tordre au fur et à mesure que la jeune femme parlait. Le bénéfice du doute… Lilly aurait tant aimé pouvoir lui accorder. Si elle pouvait revenir en arrière, elle le ferait avec plaisir. Mais on ne pouvait pas modifier le passé et c’était pour cela qu’elle préférait se concentrer sur l’avenir. Au moment de la découverte de l’idylle entre Juliana et Roy, Lilly avait été tiraillée par tant de sentiments contradictoires qu’elle ne savait plus où se donner de la tête. Elle avait peut-être réagi excessivement à l’époque, elle ne le niait pas, mais c’était par intime conviction de faire ce qui était pour le mieux pour le groupe. Elle tenait des vies entre ses mains, celles et ceux et celles qui avaient prêté serment au Kraken. L’enjeu était tellement important, tellement immense, qu’à l’époque elle ne s’imaginait pas prendre une autre décision. Avec le recul, elle voyait pourtant les failles de son choix.

« Moi non plus, je n’aurai pensé qu’on puisse en arriver là. » déclara Lilly sur un ton désolé. Elles avaient toutes les deux leurs torts, et le fait de les reconnaître était déjà un grand pas. Et cela réjouissait réellement Lilly de pouvoir parler de ce qu’il s’était passé avec Juliana sans cris ou larmes. Elle avait été également blessée par cette histoire, et cela semblait apaiser ses blessures. De plus, Juliana était une personne vraiment spéciale aux yeux de Lilly. C’était avec elle que tout avait commencé, c’était ensemble qu’elles avaient créé le Kraken… Et Lilly n’envisageait pas de rester à jamais en mauvais termes avec elle.

Les excuses de la jeune femme tirèrent un véritable sourire à Lilly, qui les accepta immédiatement d’un hochement de tête.

« Moi aussi je te pardonne. Et tu m’as beaucoup manqué aussi. » déclara-t-elle en serrant doucement la main de celle dont Juliana prenait maintenant les traits.

C’était réellement agréable de la retrouver. D’un coup, Lilly eut envie de tout lui confier. Combien la gérance du Kraken était difficile, à quel point elle avait peur, tout le temps, pour tout le monde. Elle voulait lui parler de la mort de Klemens, et de la culpabilité qui l’étreignait depuis. Depuis le départ de Juliana, elle n’avait pas grand monde à qui se confier. Evidemment, il y avait Charlotte, mais elle n’avait pas envie de trop l’impliquer dans ce combat – la naissance de Bianca avait réellement fait changer les choses. Il y avait également Seamus, Jensen, mais ce n’était pas pareil. Si tous les membres du Kraken avaient le même statut, Lilly voulait conserver une image forte d’elle-même et refusait de montrer ses faiblesses. Mais plus les jours avançaient, plus elle avait dû mal à être neutre, à cacher ses peurs.

« Comment vas-tu ? Comment ça se passe ? » s’enquit-elle en plongeant son regard dans celui de Juliana. Elle ne voulait pas non plus l’ennuyer avec ça, ne sachant même pas si Juliana voulait encore être mêlée à toutes ces histoires. « Que fais-tu maintenant ? » questionna-t-elle. Elle laissa quelques secondes s’écouler avant d’ajouter, peur sûre d’elle : « Et… Avec Roy ? »


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
Ce fut seulement lorsque le puissant sentiment de soulagement s'empara d'elle que Juliana réalisa à quel point la situation avec Lilly lui avait pesé. Pendant des mois, chaque fois qu'elle pensait à sa partenaire du Kraken et à ses anciens compagnons, ses entrailles se tordaient en un noeud douloureux. Au départ, c'était tout le temps, et puis au fil des semaines, elle y pensait moins souvent, mais la sensation était toujours là. Que Lilly et elle ne puissent plus mener leur groupe de résistance ensemble était une chose, mais Juliana n'aimait pas être fâchée avec quelqu'un qu'elle aimait, et qu'elles puissent reprendre contact sereinement lui apportait une véritable paix de l'esprit.

Comme Lilly, Juliana avait mille questions à lui poser, tout d'un coup avide de savoir comment les choses s'étaient déroulées depuis son départ. Vivre dans le noir, coupée du monde, avec les seules informations que leur apportaient Roy et Multiplette avait été particulièrement difficile pour Juliana. Néanmoins, il lui faudrait répondre aux questions de son interlocutrice avant d'assouvir sa propre curiosité...

"Cela se passe bien", répondit-elle avec sincérité, tandis que son visage s'illuminait malgré elle. "Cela a été très compliqué au début, mais Joel et moi avons pu nous cacher et nous avons eu l'idée d'un nouveau projet. Roy nous a beaucoup aidé et nous avons pu le concrétiser, c'est un nouveau restaurant, que nous allons tenir avec de nouvelles identités. Bref, une seconde vie commence, cela va nous permettre de reprendre pied dans le monde normal, au nez et à la barbe de ceux qui nous recherchent, et pourquoi pas de recommencer à mener des actions de résistance..."

Juliana restait volontiers floue, peu désireuse de dévoiler ses plans à Lilly tant que la confiance ne serait pas rétablie entre elles d'une manière durable et réciproque. Il suffisait pour l'instant à son amie de savoir que Juliana et Joel étaient toujours de la partie, et cela malgré la milice qui leur courait toujours aux trousses...

"Les choses se passent bien avec Roy, mieux, même", avoua-t-elle avec un sourire. "Ce n'est toujours pas l'amour fou entre Joel et lui, mais il faut bien reconnaître que sans Roy, je ne sais pas où nous en serions aujourd'hui... Notre vie sociale s'est plus ou moins résumée à Roy pendant l'été, alors heureusement qu'il a réussi à mettre de l'eau dans son vin. Ce n'est pas facile de voir son visage placardé sur tous les murs du pays, je te souhaite de parvenir à l'éviter le plus longtemps possible."

Elle grimaça en songeant aux longues heures de solitude, voire de désespoir, qu'ils avaient connu. Joel avait failli finir entre les mains de la milice une fois, et s'ils n'y échappaient aujourd'hui, ce n'était que par la grâce d'un artefact vaudou dont elle ignorait l'origine et la composition...

"Enfin, les nouvelles sont plutôt positives, contre toute attente. J'ai l'impression qu'on est enfin repartis dans une démarche constructive, et je me sens mieux."

Et cela se lisait dans sa posture, plus sereine, plus détendue, mais surtout au fond de son coeur. La noirceur qui l'avait habitée depuis la mort de son père, jusqu'à prendre le contrôle de sa vie, semblait s'être enfin dissipée. Juliana éprouvait une curieuse impression de retour à la normale, qui l'amenait à porter un regard distant sur l'année écoulée, comme si c'était une autre personne qu'elle qui avait animé son corps. Elle avait l'impression d'avoir changé en très peu de temps, et d'être aujourd'hui une personne différente... En mieux ? Difficile de le dire. Si sa motivation pour faire tomber le régime était intact, elle n'était plus sure de pouvoir s'y engager aussi pleinement qu'auparavant.

"Et toi, alors, comment ça se passe ?", s'enquit-elle doucement en interrogeant Lilly du regard. "J'ai suivi vos actions dans la presse, mais c'est vraiment dur d'avoir un compte-rendu honnête... On ne trouve plus un seul article qui ne soit pas de parti-pris depuis quelques temps."




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly écouta Juliana lui parler de sa nouvelle vie avec attention. Elle sentait toujours cette pointe de culpabilité, mais était également réellement soulagée de retrouver son amie. Cela n’effaçait pas ce qu’il s’était passé quelques mois plus tôt, et la jeune femme était bien consciente qu’il leur faudrait plus d’une conversation pour avoir de nouveau confiance l’une en l’autre. Mais c’était un premier pas, un premier pas honnête sur lequel elles pourraient essayer de reconstruire une relation.

Lilly grimaça en hochant la tête lorsque Juliana mentionna les affiches placardées sur les murs. Elle ne pouvait pas les louper, vu les nombreuses qui ornaient les murs à l’abord du ministère de la Magie. Chaque fois qu’elle se rendait au QG des Oubliators, elle se retrouvait face à face avec les visages de Juliana et Joël, et s’était fait un sang d’encre pour eux ces derniers mois. Son propre visage n’était pas connu du ministère, ce qui était une véritable aubaine. En effet, comme elle travaillait toujours au ministère, il aurait été bien trop facile pour la milice de la coincer afin de l’envoyer directement sur Skye. Elle vivait perpétuellement avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, sachant pertinemment que si la milice obtenait son nom, elle n’aurait quasiment aucune possibilité de s’échapper.

Malgré les risques qu’elle encourrait, elle avait cependant décidé de continuer de travailler. Déjà, parce qu’il serait trop louche de quitter le ministère comme ça, et qu’elle ne pouvait pas se permettre d’éveiller les soupçons. Ensuite, parce qu’il était toujours utile de pouvoir laisser trainer ses oreilles dans les couloirs du ministère… Ainsi, elle parvenait parfois à glaner des informations précieuses de la part du personnel trop bavard.

« Oh, tu peux être sûre que quasiment tous les journaux du pays sont tombés sous le contrôle du Ministère. Difficile de donner une bonne image de la résistance à la population, quand ils lisent des horreurs pareilles sur nous dans la presse. » commenta-t-elle avec amertume. « Les dernières nouvelles sont assez bonnes pour nous également. Malheureusement, on manque toujours cruellement de moyens, mais je ne t’apprends rien. »

Malgré toute la motivation dont pouvait faire preuve les membres du Kraken, le manque de moyens se faisait cruellement sentir. Cela était d’autant plus difficile car ils se battaient contre le ministère, qui lui possédait des ressources quasiment illimitées.

« Nous avons aussi un peu changé nos façons de faire. Après la mort de Klem, sa voix faiblit un peu, mais elle se reprit rapidement nous avons décidé qu'il était primordial d’assurer la sécurité des opposants au régime. Tu sais, ceux que le ministère se fait une joie d’envoyer à Skye… On essaie de faire ce que l’on peut, même si on n’est pas assez nombreux. On mène aussi quelques missions d’espionnage. En fait, on essaye de tout faire pour mener des actions de plus grande ampleur, du coup, forcément, ça passe par l’espionnage, le repérage… »

Lilly passe une main sur sa nuque, et resta silencieuse quelques instants. Elle menait de front ce combat depuis quelques mois, et encaissait la fatigue à chaque fois qu’elle prenait le temps de s’asseoir deux minutes. En réalité, parler de tout cela lui faisait du bien, mais lui faisait également prendre conscience de la charge qui pesait sur ses épaules et de la fatigue qu’elle accumulait.

« En tout cas, je suis véritablement heureuse que les choses aillent bien pour toi. Enfin, comme elles peuvent aller pour quelqu’un dans nos situations. » corrigea-t-elle avec un petit rire. « Il serait bien plus reposant de s’inquiéter de nos crédits pour acheter nos maisons, tout de même. Quoique. Je n’ai jamais été vraiment crédit. Ni maison. » lança-t-elle pour détendre l’atmosphère. « Et… Si jamais tu en as envie, nous pourrions peut-être, un jour, retravailler ensemble.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que Lilly lui donnait les dernières nouvelles, Juliana l'observa autant qu'elle l'écouta. De toute évidence, l'Oubliator était fatiguée, par ce combat et par le double-jeu qu'elle menait. La charge devait sembler deux fois plus lourde maintenant qu'elle était seule à la porter... Mais Lilly comme Julia savaient que ce n'était pas un combat duquel elle pouvait se retirer. Elles en avaient fait le Serment car elles avaient, l'une comme l'autre la même conviction : une vie qui n'était pas libre n'en valait pas la peine. Et si elles ne combattaient pas contre ce régime, quelqu'un d'autre le ferait-il ? Alors c'était leur lourde peine, mais une peine qu'elles avaient choisi.

Juliana adressa un sourire de compassion à la jeune femme qui évoquait les problèmes simples de la vie, auxquels elles devraient être confrontés à leur âge. Un crédit, une maison... Jamais de telles préoccupations ne lui avaient semblé aussi éloignées. Pourtant, ces derniers temps, elle s'était employé à investir de l'énergie dans sa vie personnelle et dans sa vie professionnelle au même titre que dans ses actions de résistance. Il lui avait fallut un peu de temps, mais Juliana avait réalisé que c'était seulement par ce biais là qu'elle parviendrait à tenir la distance avec la résistance. Un sacrifice absolu ne pouvait se faire dans la durée...

La proposition de Lilly accentua son sourire, et elle laissa son regard balayer le parc ensoleillé. Des moldus insouciants paressaient au soleil, se promenaient en famille ou faisaient leur jogging, inconscients des déchirures qui se vivaient dans un monde parallèle au leur. Une envie terrible d'appartenir à cet univers où tout semblait plus simple la saisit, et elle commenta :

"Au début on est portés par l'indignation, pleins d'énergie et survoltés par les progrès du début mais le temps passe, la situation se stabilise et on se rend compte qu'on s'est engagés dans quelque chose de long... La chute du régime me semble si lointaine, inaccessible !"

Avec un soupir, elle reporta son attention sur Lilly afin de se recentrer sur la discussion. Elles n'avaient pas le luxe de pouvoir fuir leurs responsabilités, alors inutile de se faire du mal.

"Oui, nous pourrions retravailler ensemble un jour, avec plaisir. Je ne me vois pas réintégrer le Kraken bien sûr, d'autant plus que je vais bientôt complètement disparaître en tant que Juliana McNeil... Mais lorsque mon groupe sera sur pied, nous pourrons coordonner nos actions, mener des actions communes, pourquoi pas. Plus la résistance semble unie, plus nous sommes nombreux à parler d'une même voix et meilleures seront nos chances de convaincre d'autres sorciers de nous rejoindre."

Aujourd'hui, la résistance n'était qu'une constellation de mouvements divers, plus ou moins contestataires, et de groupuscules. Le Kraken et la Salamandre étaient parmi les plus connus mais il y en avait encore d'autres et cela n'aidait pas forcément à rendre leurs actions crédibles. Pour autant, chacun de ces groupes présentait des avantages que les autres n'avaient pas, et c'était bien une action concertée qui avait permis la libération de Klem... La situation n'était donc pas si désespérée, et Juliana était persuadée que Joel et elle pouvaient encore apporter des compétences complémentaires. Ses liens avec des résistants tels que Lilly et Irving ne pourraient que les aider à agir en bonne intelligence avec les autres groupes de résistance.

"On va y arriver, Lilly", lâcha finalement Juliana en posant une main déterminée sur le bras de la jeune femme. "Un jour, Marchebank mordra la poussière, avec son FREE et sa milice, ce pays retrouvera la paix et nous n'aurons pas fait tout ça pour rien, c'est certain."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Lilly retrouva ses propres pensées dans les paroles de Juliana. En effet, la chute du régime lui semblait si loin, si impossible. Ce n'était pas des pensées qu'elle partageait, de peur de voir sa propre motivation s'effriter. Mais, plus elle avançait dans son combat, plus elle avait des doutes sur l'aboutissement. Le ministère avait tellement de ressources, tellement de fortune à mettre à disposition de la milice ! Ce qui était loin - très loin - d'être leur cas. Pourtant, elle n'avait jamais envisagé de se retirer du Kraken. Parce qu'elle ne pouvait vivre sous un régime oppressant, parce qu'elle s'était fait la promesse, des années plus tôt, de ne jamais laisser une telle chose se reproduire. Alors oui, elle ne savait pas si tous leurs efforts aboutiraient un jour à la chute du régime. Mais elle continuerait à y croire de toute son âme ; elle continuerait à se battre de toutes ses forces.

"Je suis bien d'accord." approuva Lilly en hochant la tête, lorsque Juliana mentionna l'unification des mouvements de résistance. Si les deux jeunes femmes avaient créé le Kraken, c'était parce qu'elles désiraient un mouvement plus radical que la Salamandre. Cependant, depuis quelques mois, Lilly se rendait compte qu'ils avaient tout à gagner à s'allier à la Salamandre. Et pas seulement à eux, songea-t-elle, mais à tous les autres mouvements de résistance. Tous étaient motivés par une seule et même chose : la chute du régime Marchebank.

"Comment tu comptes faire disparaître Juliana ?" questionna Lilly en baissant la voix - on n'était jamais trop prudent. "Est-ce que le ministère a une idée d'où "elle" est en ce moment ? J'ai essayé de me renseigner discrètement, mais ça n'a pas été un véritable succès." avoua la jeune femme. La milice ne laissait pas passer beaucoup d'informations. Certains membres étaient plus bavards que d'autres, et échangeaient parfois des informations dans des conversations qui leur semblaient parfaitement anodines. Cependant, jamais Lilly n'avait pu apprendre quelque chose sur les "ennemis du régime", tant les informations semblaient être protégées - ou alors, elles n'étaient tout simplement pas connues par la milice.

"J'espère." répondit Lilly avec un sourire aux paroles réconfortantes de Juliana. "De toute façon, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue si c'est pour vivre sans libertés." affirma la jeune femme avec force. Malgré les années, elle se rappelait encore en détail de sa vie pendant la période des Ténèbres. De sa solitude, des doloris subi pendant les retenues, de la peur, de la mort omniprésente...

Secouant légèrement la tête pour faire sortir ces idées noires de ses pensées, Lilly reporta son regard sur la jeune femme en face d'elle. Elle lui adressa un léger sourire, en se remémorant les débuts de leur amitié, la création du Kraken... Même si elle était plus que bien entourée au sein du mouvement, le départ de Juliana avait créé un manque chez elle.

"Ca n'a jamais été pareil sans toi." lâcha Lilly d'une petite voix. "J'ai passé les derniers mois à prendre des décisions en me demandant "qu'est-ce qu'on ferait, avec Julia, dans cette situation ?" avoua-t-elle avec un petit rire d'auto-dérision. La situation, en réalité, n'était même pas drôle. C'était un véritable sentiment de solitude qu'elle avait rencontré ces derniers temps. Et le pire, c'est qu'elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même.


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
La confidence de Lilly fit naître une impression de chaleur dans la poitrine de Juliana. Après la dispute froide et dévastatrice, après les mois de silence, c'était un véritable soulagement de constater qu'elles pouvaient retrouver un contact cordial, certes, mais surtout que leur complicité n'avait pas disparu. Ce qui les reliait était fort, puissant et précieux, un lien indestructible né dans le sang, sur le pavé de l'Allée des Douze Chênes. Juliana ne s'était jamais sentie aussi seule que privée de cette relation, et surtout de l'estime que Lilly avait pour elle.

"C'est pareil pour moi", avoua-t-elle en arrachant nerveusement des brins d'herbe, avant de tendre un regard timide vers Lilly. Le soleil l'aveuglait et elle reporta son attention sur la pelouse. "Heureusement, j'avais Joel avec moi mais... Joel, ce n'est pas pareil. Il est devenu comme une partie de moi, c'est clair que je serais complètement perdue sans lui, mais j'avais aussi besoin de toi. J'ai l'impression d'avancer à l'aveuglette la plupart du temps et je me suis souvent dit aussi "Que ferait Lilly" quand j'étais perdue."

Après ces révélations, le moment était venu de répondre à la question de Lilly qu'elle avait éludé deux minutes plus tôt. Juliana le sentait, elle pouvait lui faire confiance pour garder ce secret - et surtout, elle en avait besoin. Garder un secret pouvait s'avérer terriblement difficile, elle connaissait ce poids écrasant et s'apprêtait à en garder un nouveau, alors il lui fallait quelques personnes de confiance auprès de qui elle pourrait s'épancher. Lilly serait de ceux-là.

"C'est pour ça que je vais te dire ce que j'ai prévu... Mais tu dois me promettre, me promettre absolument, de garder ça pour toi, quoi qu'il arrive. C'est très important."

Juliana insista en transperçant le regard clair de Lilly, comme pour la sonder et s'assurer une fois de plus qu'elle était digne de sa confiance. Il s'agissait après tout de confier sa vie entre ses mains, une fois de plus... Une fois rassurée, Juliana prit une grande inspiration pour tenter de calmer son coeur qui s'emballait face à l'ampleur de la révélation qu'elle s'apprêtait à faire.

"Avec Joel, nous allons faire croire à la milice qu'ils ont réussi à nous avoir. On va se faire passer pour morts", souffla-t-elle finalement en scrutant le visage de Lilly, anxieuse de sa réaction. "Roy va nous aider à trouver des... des corps qui nous ressembleront en tout point, ils vont les trouver dans une planque en pleine campagne, avec tout un paquet de preuves compromettantes pour un certain nombre d'attaques. On fera croire à un règlement de comptes."

Ce qui était crédible, avec tous les ennemis qu'ils avaient réussi à se faire en l'espace d'une simple année.

"Et nous, pendant ce temps là, on prendra une nouvelle identité définitive. Du moins jusqu'à la fin de la guerre... C'est le meilleur moment pour qu'ils relâchent la pression au niveau des recherches et pour qu'on puisse continuer à résister, et... on pourra repartir à zéro."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Les confidences de Juliana agirent comme un baume pour le cœur de la jeune résistante. Elle observa son amie avec un léger sourire, alors qu’une sensation de soulagement l’envahissait. Lilly avait passé les derniers mois à s’en vouloir. Pour sa dispute avec Julia, pour la mort de Klemens, pour ces personnes qui étaient envoyées de force à Skye avant qu’elle n’ait pu les protéger… Et savoir que sa relation avec Juliana pouvait s’améliorer, qu’elles possédaient encore ce lien si particulier qui les unissait, cela lui enlevait un poids énorme au niveau du cœur.

« Oui, je te le promets. » répondit immédiatement Lilly lorsque Juliana insista sur le caractère secret de ce qu’elle s’apprêtait à lui révéler.

Elle attendit, fébrile, l’information que Juliana voulait lui dévoiler. Lorsque cette dernière finit par lui expliquer le plan qu’elle allait mettre en place pour faire disparaître sa véritable identité, la première réaction de Lilly fut de froncer les sourcils, sceptique. Elle écouta les détails de la stratégie, l’esprit bouillonnant de questions. Tuer Juliana et Joël… Cela lui semblait complètement fou, et en même temps incroyablement intelligent. Elle préféra cependant ne pas poser de question sur la façon dont Roy allait trouver des corps ressemblant aux deux amis, et éloigna ce détail de sa pensée.

« C’est sûrement le mieux, en effet. » finit-elle par dire, d’une voix douce, en plongeant son regard dans celui de son amie. « La milice est suffisamment désespérée de trouver des résistants qu’elle ne cherchera sûrement pas assez loin pour deviner la supercherie. D’autant plus que la découverte risque de faire les gros titres des journaux, et s’ils se rendent compte, quelques jours après, qu’ils se sont trompés… Ils n’oseront jamais démentir, tant ils ont peur de passer pour des imbéciles – ce qu’ils sont, entre nous – devant toute la population magique d’Angleterre. » lança-t-elle avec un sourire. « C’est un bon plan, Julia. Ça vous permettra de vivre sans avoir la menace d’être démasqués en permanence. Et... merci de me l'avoir dit. Tu peux avoir confiance en moi, ton secret est en sécurité. Et puis... Je crois que si jamais j'avais appris ta mort dans les journaux, sans être au courant de tout ça... Je ne sais pas si je m'en serai remise. »

La décision n’avait pas dû être simple à prendre, songea Lilly en pressant doucement le bras de la jeune femme. Même si la personne ne mourrait pas en tant que telle, il s’agissait tout de même d’une mesure plutôt drastique, et le fait de vivre définitivement sous une nouvelle identité n’était pas chose aisée, car cela nécessitait tout de même de rester sur ses gardes en permanence pour ne pas faire d’erreur.

« Que comptez-vous faire, au niveau de la résistance, une fois que vos nouvelles identités seront définitives ? » demanda Lilly, avant qu’une autre question ne lui traverse l’esprit : « Qui est au courant ?  Tu en as parlé à tes frères ou tes neveux ? »


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
Quelques nuages paresseux vinrent dissimuler le soleil, et une petite brise fit frissonner Juliana, qui croisa les bras sur sa poitrine. L'expression sur le visage de Lilly en disait long sur sa perplexité face au plan complètement fou qu'elle venait de lui exposer. Se faire passer pour morte, disparaître complètement aux yeux de toutes les personnes qu'elle avait connu... Cette simple pensée suffisait à lui donner le vertige. Son coeur se serrait douloureusement dans sa poitrine à l'idée que sa mère, ses frères, ses cousins et le reste de sa famille allaient avoir à connaître le choc d'apprendre sa mort. Mille questions se bousculaient dans sa tête, mille scénarios tous plus horribles les uns que les autres - allaient-ils lui en vouloir, d'être partie ainsi ? Lui en vouloir pour son combat, ou pire, pour les actions qu'elle avait pu mener ? Auraient-ils honte de leur lien de parenté ? Son frère chéri, auror, chérirait-il son souvenir, ou bien se dépêcherait-il d'oublier l'existence de cette soeur honnie par l'ensemble de l'Angleterre ? Finiraient-ils par reprendre le cours de leur vie, comme si elle n'avait jamais été là ? Et elle, parviendrait-elle à maintenir la supercherie aussi longtemps qu'il le faudrait, des années peut-être, sans jamais aller les voir ?

Juliana allait se couper de la quasi totalité des personnes qui avaient fait son quotidien, d'une manière radicale et définitive. Cela comptait aussi ses amis, ses connaissances, ses anciens compagnons de lutte, et chaque sorcier qui avait pu croiser sa route à Nimbus, à Poudlard ou à Bristol. Bientôt, Juliana McNeil sombrerait dans l'oubli, et ne resterait plus qu'une inconnue, à l'apparence dérobée, à la personnalité falsifiée. Jamais elle n'avait connu un tel sentiment de solitude qu'à cette idée : bientôt, elle connaîtrait la mort, tout en restant bien vivante pour le constater... La seule chose qui la faisait persévérer dans ce plan suicidaire était la certitude d'avoir Joel et Roy avec elle dans cette épreuve.

Que Lilly finisse par lui accorder son soutien, en validant leur idée, la réconforta et elle lui adressa un sourire lumineux. Qu'il était bon de retrouver sa partner in crime !

"Je crois que si jamais j'avais appris ta mort dans les journaux, sans être au courant de tout ça... Je ne sais pas si je m'en serai remise."

Touchée, Juliana tendit des doigts tremblants vers la main de Lilly, qu'elle serra doucement. Elle essayait de ne pas s’appesantir sur la boule de culpabilité qui ne quittait plus ses entrailles. Oui, elle risquait de faire souffrir des gens avec sa fausse mort et elle en avait conscience. C'était un acte de guerre pour elle, une ultime arme face à la milice qui ne saurait mettre la main sur une résistante qu'elle pensait avoir déjà attrapé. Elle restait persuadée que l'enjeu était suffisamment fort pour justifier cette décision - mais elle culpabilisait néanmoins.

Ce sentiment transparaissait dans le regard qu'elle posa sur Lilly :

"Seules quatre personnes seront au courant : Joel, Roy, Grady et toi. Si je veux que ça fonctionne, je ne peux pas me permettre de mettre plus de monde au courant."

Son expression se durcit quand elle ajouta :

"Mes frères s'en remettront. Ils sont assez forts pour cela."

Et surtout, ils n'avaient pas le choix, songea-t-elle en arrachant quelques touffes de la pelouse moelleuse.

"Nous allons ouvrir un nouveau restaurant. Pour tout te dire, le Triton me manque beaucoup et je suis vraiment impatiente d'être à l'ouverture", avoua-t-elle avec un sourire. "Cela va faire du bien de retrouver un semblant de vie normale, un quotidien, un travail... Ce sera un restaurant solidaire, une partie des bénéfices nous permettront de tenir une cuisine populaire à l'intention des sans-abris. Et dans l'arrière-boutique, nous pourrons monter une petite cellule de résistance : du soutien aux personnes en difficulté, persécutés par le régime, de la communication, de l'information, des actions diverses... Ce sera à adapter en fonction des gens que nous avons. L'idée c'est que la soupe populaire devrait nous permettre d'identifier des gens dans le besoin, pourquoi pas des alliés potentiels, et de glaner des informations. Peut-être identifier d'autres mouvements de résistance dans la ville. Enfin, on verra bien... Pour le moment, on se concentre sur l'ouverture, il reste beaucoup à faire."

Son sourire s'agrandit et elle ajouta : "L'avantage quand on est en fuite, c'est qu'on a beaucoup de temps à tuer."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Lilly CallaghanChef du Krakenavatar
Messages : 219

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Juliana mentionna ses frères, Lilly sentit son estomac se tordre. Les proches de Juliana allaient la croire morte. En quittant le monde de cette manière, elle allait laisser des personnes derrière elle qui n’auront aucune explication, et que la nouvelle de sa mort allait probablement anéantir. Ce fut en réalisant cela que Lilly pu mesurer le courage de son amie, qui allait tout laisser derrière elle, qui s’apprêtait à rayer son ancienne vie, sa famille, ses amis. La gorge nouée par l’émotion, Lilly serra la main de Juliana en tremblant.

« Tu peux changer d’apparence si tu veux, mais je n’oublierai jamais Juliana. » lui assura-t-elle en observant les traits du visage modifié de son amie.

Elle écouta ensuite la jeune femme lui parler de son projet de restaurant, ce qui lui tira un sourire amusé. C’était du Juliana tout craché ça, de savoir rebondir, même dans les situations les plus redoutables. Elle avait toujours un plan, toujours des idées, et était toujours là pour remonter le moral des troupes, même quand la situation ne s’y prêtait pas. Et c’était admirable, songea Lilly en lui adressant un sourire.

« C’est une très belle idée, je suis sûre que tu t’y épanouiras. » lui assura Lilly avec force, avant de lâcher un petit rire à la dernière remarque de Juliana. « Je suis étonnée que tu ne passes pas ce temps à tricoter des écharpes et à lire les potins des magazines moldus ! » lança-t-elle avec amusement.

Son sourire s’effaça pour laisser place à un air plus grave. Elle saisit les deux mains de son amie et plongea ses yeux dans ceux de Juliana – légèrement troublée par ce visage qu’elle ne reconnaissait pas.

« Merci, Julia, d’avoir partagé tout ça avec moi. Je sais qu’on a eu des moments difficiles mais… J’aimerai vraiment qu’on avance, qu’on puisse de nouveau redevenir une équipe aussi soudée qu’auparavant. Je sais que pour l’instant, la question n’est pas là mais… Mais si un jour, tu as besoin de quoique ce soit, fait moi signe, et je ferai ce qui est en mon pouvoir pour t’aider. » déclara-t-elle d’une voix basse mais convaincue. « J’espère que tout ira bien pour toi, » lança-t-elle avant de se rectifier : « Je sais que tout ira bien pour toi. »

Lilly sentit son cœur se gonfler, sous le coup de tous ces sentiments contradictoires : la joie d’avoir retrouvé son amie, mais aussi la peur de la perdre de nouveau, l’envie de lui montrer qu’elle était prête à tout recommencer… Parce qu’il y a des liens, comme ça, qui ne s’épuisent pas. Des liens qui surmontent toutes les épreuves de la vie, tous les obstacles. La version amicale de pour le meilleur et pour le pire.
RP TERMINE


Au nom de tous nos camarades

Martyrisés et massacrés

Pour n’ avoir pas accepté l’ombre

Il nous faut drainer la colère

Et faire se lever le fer

Pour préserver l’image haute

Des innocents partout traqués

Et qui partout vont triompher.
- Eluard

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Operation Scapegoat [Lilly & Juliana]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Comite de Defense du Bel-Air rejette l'operation Bagdad 2
» Merci A Lilly,Peluche,CC, et Clémennnnnt!!!!!
» Initiation Operation World War 2
» Lilly Kane
» Présentation : Lilly Jédusor [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-