AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Going back to Hogwarts [Jeremy]

Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3281

Voir le profil de l'utilisateur

1er Octobre

Le conseil d'administration criait aux dépenses inutiles, Daisy y voyait le meilleur moyen de développer le collège Poudlard. En effet, le monde magique était en pleine expansion depuis la fin de la guerre, les naissances explosaient et les populations magiques n'avaient jamais été aussi nombreuses. Le gouvernement palliait à cela en construisant par exemple de nouvelles magiques afin d'assurer le logement des nouvelles familles qui se formaient mais aux yeux de Daisy, ce n'était pas suffisant : l'école qui éduquait ces nouvelles générations devaient se montrer à la hauteur des nouveaux enjeux qui se présentaient à elle. Cela commençait d'abord par le personnel, dont le nombre restreint peinait parfois à contenir le nombre croissant de jeunes esprits à former, mais également par l'extension des bâtiments de l'école en elle-même. Le château était un lieu immense mais l'ensemble n'était pas utilisé, puisque certaines parties n'étaient plus en état de recevoir des élèves et les dortoirs commençaient à être bondés. A terme, on pourrait presque doubler voire tripler la capacité d'accueil du collège si le besoin s'en faisait sentir. Les travaux étaient titanesques mais elle était persuadée qu'ils valaient le coup. En attendant que le Ministère se penche sur le dossier qu'elle avait présenté afin d'obtenir la réfection de certaines parties des bâtiments et l'agrandissement magique des dortoirs, sans modifier la structure extérieure de la silhouette si reconnaissable de Poudlard, Daisy ouvrait un nouveau poste de dépenses : le recrutement.

Les professeurs de l'école avaient toujours énormément travaillé pour assurer leurs heures et cela devenait de plus en plus difficile avec les promotions toujours plus importantes qui foulaient le sol du collège. Pour pallier à cela, elle avait initié une grande campagne pour doubler les postes des matières principales : sortilèges, métamorphoses, potions, DCFM, botaniques. Une autre idée lui était venue à l'esprit afin de faire naître des vocations parmi les étudiants : ouvrir l'apprentissage si cher au reste du monde magique au sein de l'école. Cela permettrait en plus d'assurer la surveillance en dehors des cours, chose qui pêchait un peu parfois (qui avait dit Harry Potter ?) : des étudiants stagiaires auprès des chaires des professeurs afin d'assurer des cours de soutien en petits groupes, de l’étude ou d'autres activités pédagogiques.  La campagne de recrutement avait commencé au mois de septembre et elle avait déjà reçu plusieurs personnes. Aujourd'hui, elle recevait un élève dont elle se souvenait très bien et, elle devait le dire, elle était un peu partiale.  

Installée dans son bureau où le soleil d'après-midi éclairait les  nombreuses peintures au mur, Daisy  travaillait sur la redistribution des fonds du trimestre dans les différentes matières. L'ouverture des nouveaux postes de professeur avait modifié les schémas habituels de l'école.  Quelques coups furent frappés à la porte et elle redressa la tête, reposant sa  plume dans son encrier. Elle se leva, lissa sa robe de sorcière d'un violet sombre et contourna son bureau au moment où elle lançait  au nouveau venu d'entrer. William Silvester fit entrer un grand jeune homme blond et elle lui adressa un sourire chaleureux malgré elle, toujours heureuse de recevoir de nouveaux élèves, surtout ceux qui avaient si bien réussi.

- Tiens, tiens, Monsieur Baker ! lança-t-elle avec un sourire. C'est un plaisir de vous revoir entre ces murs pour autre chose qu'une énième altercation avec Monsieur O'Connor, ajouta-t-elle un peu malicieusement. Elle lui serra la main avec énergie et l'invita à s'asseoir sur le siège devant son bureau.

Elle-même revint se mettre dans son fauteuil, agitant sa baguette magique pour faire venir du thé à la cannelle qu'elle servit dans deux tasses. Elle souleva quelques parchemins au hasard pour retrouver le curriculum vitae du jeune candidat devant lui. Elle l'avait déjà lu, ainsi que sa lettre de motivation mais préférait les avoir sous les yeux.

- Alors, dites-moi tout. Pourquoi vouloir revenir si vite sur les bancs de Poudlard ?

Elle comprenait que les gens puissent avoir une affection particulière pour cet établissement qui avait accueilli toute leur jeunesse mais généralement, une fois étudiants, il s'écoulait quelques années avant de ressentir de la nostalgique envers le collège. Elle était presque surprise de voir un jeune aussi prometteur que son ancien élève revenir si vite vers eux. Elle avait appris par Samuel quand il était encore là qu'il avait été admis dans la prestigieuse Académie Lycaon de Bristol et par les journaux qu'il avait eu un bébé avec son ancienne camarade de classe Juliet Wilson, qui avait eu une éphémère carrière dans le Quidditch. Daisy se disait que c'était sûrement ce dernier point qui le poussait à venir chercher un poste auprès d'eux. Ce nouveau type de contrat offrait une rémunération plus intéressante que la plupart des petits boulots usuellement accessibles aux étudiants. Néanmoins, elle savait aussi, et ce depuis qu'il était élève, que Jeremy avait une inclination naturelle à la métamorphose et un côté charismatique qui le poussait à être un leader naturel : il avait été un excellent Capitaine de l'Equipe de Quidditch de Gryffondor même si Poufsouffle leur avait volé la Coupe sans cesse, ce qui était bien normal, en toute impartialité évidemment.        



Merci Irving
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
De tous les lieux du monde magique, Poudlard avait toujours été son préféré. Chaque fois qu'il était amené à fouler de nouveau l'herbe verte du parc, à observer la silhouette fantasque du château qui se découpait sur le ciel et à revoir les anneaux et les gradins du terrain de Quidditch, Jeremy sentait un mélange de nostalgie et de joie l'envahir. Se trouver sur ces terres familières lui faisait le même effet que rentrer à la maison après une trop longue absence, et cela en dépit des années qui passaient et de son propre foyer qui s'épanouissait. Pourtant, comme la plupart de ses camarades, il avait quitté l'école sans regret une fois ses ASPICs en poche : sept ans, c'était long, et tous avaient hâte d'entamer une nouvelle étape de leur vie, sans doute toute aussi excitante. De plus, l'adolescence était une pérode ingrate, voire cruelle, que certains n'étaient pas mécontents de laisser derrière eux - mais Jeremy n'avait jamais été de ceux-là.

Pourtant, l'âge adulte et son lot de soucis et de responsabilités étaient venus le trouver remarquablement vite, avec la naissance de Gabrielle, mais s'il ne regrettait pas ses choix, il se sentait parfois nostalgique de cette époque dorée où il arpentait les couloirs de Poudlard, portant fièrement son uniforme de Gryffondor ou sa tenue de Quidditch. Jeremy avait été comme un poisson dans l'eau entre ces murs, heureux, entouré de ses amis, sans trop se soucier de chercher sa voie. Si le professeur Nolan, alors en charge des métamorphoses, n'avait pas su repérer un potentiel en lui, Jeremy aurait sans doute suivi un chemin bien plus classique et aurait sans doute tenté sa chance dans le monde aride du Quidditch professionnel. Mais la vie était pleine de surprise et le voilà, deux ans plus tard, de retour sur la pelouse du château, pour postuler à un emploi qu'il n'aurait jamais imaginé convoiter.

Tout en montant les marches familières du perron et en déambulant dans les couloirs, Jeremy échangea quelques nouvelles avec William Silverster, le concierge de l'école. Il était heureux de voir que William faisait toujours partie du décor, contrairement à bon nombre de ses anciens professeurs qui avaient depuis quitté l'équipe. Il fallait dire que Poudlard en avait vu de toutes les couleurs ces dernières années, et les décès sanglants et tragiques d'Edmund Harris et de Margot Adamson avaient choqué leurs anciens étudiants. C'était donc une équipe partiellement renouvelée que Jeremy espérait rejoindre, et il ne connaissait d'ailleurs pas l'identité du nouvel enseignant de métamorphoses. De son côté, il avait gardé contact avec Samuel Nolan, son ancien mentor, à qui il racontait régulièrement sa scolarité à Lycaon. En revanche, c'était la première fois qu'il revoyait le professeur Mason depuis sa scolarité. Sa vue, ainsi que celle de son bureau majestueux, déclenchèrent une nouvelle vague d'émotions chez le jeune homme, dont le regard accrocha furtivement le portrait du professeur Adamson.

Jeremy reporta son attention sur l'actuelle directrice, qu'il trouva presque décalé dans ce décor, jeune, pimpante et souriante. Jeremy avait connu ce bureau sous la direction sévère et charismatique de Minerva McGonagall, et Daisy Mason lui semblait à la fois plus accessible et moins légendaire que certains de ses augustes prédécesseurs. Ce fait le mis en confiance et il se permis même de répondre à sa blague avec une pointe d'impertinence :

"Professeur Mason, c'est un plaisir de vous revoir dans un autre cadre qu'une victoire de Poufsouffle au Quidditch."

Trop souvent, Jeremy avait vu la coupe s'envoler au profit de Nora et de ses coéquiipers, pour le plus grand plaisir de la directrice de maison.

"Félicitations pour votre nomination au poste de directrice", ajouta-t-il avec sincérité, avant de prendre place face à son ancienne enseignante. Une appréhension toute naturelle monta en lui lorsque Daisy mit la main sur son CV et sa lettre de motivation, qu'il avait longuement travaillé avec les conseils et la relecture de Juliet. Jeremy n'était guère habitué à l'exercice, mais il espérait que le fait que Daisy se souvienne de lui jouerait en sa faveur - ça, et bien sûr la mention de Lycaon dans son parcours...

"Comme vous pouvez le voir dans mon CV, j'étudie actuellement la métamorphose à l'académie Lycaon, et c'est une discipline qui me passionne réellement. Au cours de ma septième année à Poudlard, j'ai préparé le concours avec le professeur Nolan qui m'a notamment aidé à devenir animagus, et cette année de préparation m'a permis de développer mon goût pour cette matière, de consolider mes connaissances et même de me découvrir un attrait pour l'apprentissage et la transmission des connaissances."

Un peu stressé sous le regard de son ancienne enseignante, et des divers tableaux de directeurs qui l'observait, Jeremy avait prononcé son discours d'une manière un peu rapide et mécanique. Il avait réfléchi au préalable à ce qu'il comptait dire, mais son discours se fit plus naturel lorsqu'il évoqua son parcours en tant que capitaine :

"Déjà à Poudlard, j'ai pris grand plaisir à jouer mon rôle de capitaine de Quidditch et à apprendre des techniques de vol et des stratégies à mes coéquipiers. A Lycaon, même si j'ai pris une année de retard à cause de ma vie familiale, j'ai toujours fait partie des têtes de classe, ce qui m'a conduit à donner des cours informels à certains de mes camarades au moment des examens. Bref, c'est un rôle dans lequel je me plais beaucoup lorsque la matière m'intéresse, ce qui est largement le cas de la métamorphose. Je ne sais pas si une carrière dans la recherche et l'enseignement sont faits pour moi, mais l'apprentissage que vous proposez serait justement la meilleure manière de le découvrir. Et puis..."

Jeremy hésita un instant, puis se décida à sortir de la poche de son costume une photographie pliée en deux. Il la déplia, révélant le visage poupin de la petite Gabrielle, avec ses boucles blondes et son sourire plein de malice.

"Mon autre motivation, c'est elle. Ma fille Gabrielle, elle a dix mois. Si vous saviez tout ce qu'elle mange, professeur !", s'exclama-t-il d'un air étonné. "Je savais qu'un bébé exigeait beaucoup d'attention et un compte en banque bien rempli, mais je n'imaginais pas à quel point. Juliet et moi avons de l'aide de notre famille mais j'ai quand même peur d'être poursuivi par un gobelin chaque fois que je passe devant Gringotts... Alors j'enchaîne les petits boulots, qui n'ont rien à voir avec la métamorphose, ce qui ne fait que compliquer mes études, déjà ce que ce n'est pas simple de se rendre à Bristol ces temps-ci, il faut parfois faire une heure de queue au check-point, il y a des contrôles d'identité aléatoires et... Bref, c'est évident qu'un apprentissage auprès de l'enseignant de Poudlard serait bien plus bénéfique à mes études, je n'aurais plus besoin de ces petits boulots et je pourrai me consacrer entièrement à l'apprentissage de la métamorphose et du métier d'enseignant. Pour l'instant, ma formation à l'académie reste très théorique alors je trouve que c'est une opportunité formidable, et que vous avez eu une très bonne idée en mettant ce système en place."

L'enthousiasme et les espoirs de Jeremy se lisaient dans son regard et dans ses gestes, et il se força à revenir à plus de retenue. D'un caractère passionné, il n'avait jamais été très doué pour dissimuler ce qu'il ressentait ni pour faire des ronds-de-jambe, mais il savait aussi que son enseignante n'était pas du genre guindée. Avec un dernier sourire, il conclut :

"En plus de ça, je suis nostalgique de Poudlard ! Je vis dans les nouveaux quartiers de Nimbus, et je travaille à Bristol, et ça a nettement moins de charme."

Jeremy regagna le silence après cet exposé sincère de ses motivations, en espérant avoir convaincu son enseignante. Pour cela, il était même prêt à dégaîner son célèbre regard de chien battu...


Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3281

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy ne put retenir un rire joyeux lorsque son ancien élève - et ancien fier capitaine de l'équipe de Gryffondor - mentionna les nombreuses victoires de Poufsouffle. Qu'elle avait pu en être fière ! Voir l'équipe de sa maison, sous la supervision de la jeune Nora Weaver, que tout le monde sous-estimait, gagner à plusieurs reprises la Coupe, avec talent ! Personne ne se méfiait de Poufsouffle, on parlait des équipes mythiques de Gryffondor, de Serpentard, ces grandes maisons prestigieuses ou encore de Serdaigle, ces esprits brillants ! Mais Poufsouffle, et bien, c'était là où on allait lorsqu'on n'avait pas pu aller ailleurs, dans les esprits des gens. Daisy avait longtemps, en tant que directrice de maison et fière membre des élèves d'Helga, lutté contre ces clichés tenaces. Alors voir leur équipe, que personne n'attendait au tournant, dominer la Coupe des Quatre Maisons et rester invaincue trois années de suite ? C'était une belle revanche !

- Oh, attendez, l'année n'est pas encore finie, lança-t-elle avec humour.

Il est vrai que Miss Weaver avait quitté leurs murs en Juin dernier, entraînant avec elle des joueuses comme leur batteuse, Artémis Nott, mais Daisy - en toute impartialité - savait que l'équipe saurait redresser la barre et tout faire pour conserver leur titre. Il faudrait attendre le premier match de l'année, Poufsouffle / Gryffondor pour voir ce qu'il en était. Néanmoins, on murmurait que le jeune et nouveau capitaine des Gryffondor, Andrew Dubois, avait pris de son père - dont les trophées étaient encore dans la salle dédiée - toute la détermination pour mener à bien son équipe. Sûrement de quoi enthousiasmer Monsieur Baker...

- Merci beaucoup ! Et félicitations à vous aussi pour votre admission à Lycaon, c'est toujours une fierté de voir nos élèves rejoindre de grandes écoles. Et cela plaît beaucoup au conseil d'administration, aussi !

Chaque année, à l'issue des ASPICS, le conseil examinait les orientations des élèves, c'était toujours une réunion un peu laborieuse. Mais elle sortit bien vite des souvenirs des entretiens avec le conseil, sûrement pas la partie la plus sympathique de son métier, pour se concentrer entièrement sur cet entretien. Pour être tout à fait honnête, elle était un peu parti pris : elle connaissait bien Monsieur Baker pour avoir suivi sa scolarité, elle connaissait ses qualités, ses défauts - en tant qu'élève et capitaine - et elle aimait le fait d'engager un élève qu'elle avait connu et apprécié (on se rappelait encore d'Eliott Warlock professeur), pour consolider son équipe qu'elle souhaitait solide. Heureusement qu'il possédait un atout de poids en étant élève de Lycaon : cela lui donnait des arguments rationnels pour rationaliser son favoritisme. Heureusement pour elle, le discours de son ancien élève était également solide et il sut mettre en avant ses atouts aussi bien scolaires qu'extra-scolaire et la prédisposition qu'il avait dans le contact avec les autres. Elle prit des notes d'une écriture appliquée, hochant régulièrement aux différents points. néanmoins, malgré tout son sérieux et toute la volonté qu'elle avait de faire cet entretien de la manière la plus neutre possible, elle ne put s'empêcher de laisser un sourire attendri naître sur ses lèvres lorsque Jeremy sortit la photo de sa fille de sa poche, absolument adorable et lumineuse.

- Je me doute, Monsieur Baker, fit-elle d'un ton légèrement malicieux lorsqu'il mentionna l'appétit vorace de sa petite. Après tout, elle avait eu trois filles et d'ailleurs, même si elles étaient grandes, elles semblaient toujours manger en impressionnantes quantités, surtout Beth.

Elle baissa quelques secondes les yeux sur son parchemin de notes, lorsqu'il eut finit de parler, comme pour se relire. Malgré toute sa bonne volonté, les arguments qui l'avaient le plus touchée était ceux concernant la jeune Gabrielle. Daisy avait toujours eu ce côté très maternel, c'était plus fort qu'elle et elle se souvenait si bien de Juliet Wilson et de Jeremy Baker dans les couloirs de l'école, qu'elle les voyait encore un peu comme des enfants, qu'elle souhaitait aider. C'était cela aussi, le problème, songea-t-elle en regardant le mur derrière Monsieur Baker où le tableau de Phinéus Black la fixait avec attention. Le jeune homme n'avait pas quitté l'école depuis si longtemps que cela, trois ans, et elle le voyait encore comme un élève. Recruter des jeunes gens faisait partie du programme, pour faire naître des vocations mais elle devait aussi apprendre à les voir comme des collègues. Pourrait-elle en être capable ? Sûrement, en voyant leur changement de statut et les adultes qu'ils étaient devenus, même si elle aurait sûrement un léger temps d'adaptation. Après tout, l'expérience avec Monsieur Warlock avait été très positive et il n'était pas bien plus âgé que Monsieur Baker. Elle pourrait faire la part des choses, mais son ancien élève le pourrait-il ?

- Vous avez un profil très intéressant, je ne vous le cache pas, c'est ce que l'on recherche. Nous voulons faire naître des vocations, l'idée d'enseigner à Poudlard est terrifiante - et c'est effectivement un travail exigeant et difficile mais je pense que cela rebute aussi de potentiels candidats. Néanmoins, vous êtes jeune, Monsieur Baker. Je sais, admit-elle avec un léger sourire. C'est un argument que vous avez dû entendre plusieurs fois et que vous devez trouver illégitime, vous qui êtes entré si vite dans l'âge adulte. Mais par là, je veux dire que vous avez quitté les murs de cette école depuis peu de temps. Parmi nos étudiants se trouvent des camarades que vous connaissez, que vous appréciez... Serez-vous capable de faire la part des choses ? De sortir de l'étudiant nostalgique qui revient dans son école pour devenir un véritable acteur de l'équipe pédagogique ? En somme, de passer de l'autre côté du miroir ?



Merci Irving
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Les questionnements que soulevait la directrice étaient tout-à-fait recevables, et Jeremy savait qu'il ne pouvait se contenter de les écarter avec désinvolture. Il s'était déjà posé ces mêmes questions, en réfléchissant à ses anciens amis ou adversaires de Quidditch qui étaient encore dans les murs. Pourrait-il réellement traiter Andrew Dubois avec impartialité, par exemple ? Mais, après en avoir longuement discuté avec Juliet, Jeremy avait fini par se laisser convaincre de tenter l'expérience. S'il était loin d'avoir perdu son caractère soupe-au-lait, le jeune homme avait tout de même gagné en maturité par rapport à Poudlard et il pensait être capable de faire la part des choses. La preuve, il arrivait même à gronder Gabrielle ! Des fois. Enfin, une fois, ou deux. Mais ses élèves seraient moins mignons, de toute façon.

"A vrai dire, je me suis posé la même question", avoua-t-il avec un petit haussement d'épaules. "Je ne dis pas que ça sera forcément facile au début, il me faudra peut-être un temps d'adaptation, mais je ne serai pas seul dans cette tâche, pas vrai ? J'aurai un enseignant référent pour m'aiguiller, je ferai partie d'une équipe. Je pense que je suis capable de faire la part des choses, je suis nostalgique, certes, mais je ne suis plus le même pour autant. Je n'ai pas envie de revenir ici en tant qu'étudiant, c'est une époque révolue de ma vie et j'ai changé depuis, même si mon départ ne semble pas si lointain. Beaucoup de choses se sont passées depuis."

Il s'interrompit un instant, cherchant comment formuler ses pensées. Comment décrire cette impression, celle que la vie hors de Poudlard avait pris une telle ampleur qu'il ne pourrait jamais plus accorder la même importance à une coupe de Quidditch ou des rivalités entre maisons ? Depuis qu'il avait quitté Poudlard, Jeremy avait perdu des amis, vu les prémisses d'une guerre s'instaurer, un mouvement de Résistance s'organiser, et c'est dans ce contexte qu'il tentait de faire vivre une famille et son mariage de perdurer. De fait, il ne pouvait pas revenir dans l'école de la même façon qu'il y était entré...

"Ce que je souhaite aujourd'hui, c'est apporter quelque chose à ces élèves, leur apprendre à aimer la métamorphose et à comprendre cette matière, pour que leurs apprentissages aient du sens. C'est souvent perçu comme une discipline difficile, mais c'est aussi l'un des arts les plus nobles et les plus anciens de la magie, et c'est une véritable satisfaction pour un sorcier que d'arriver à la maîtriser une fois que l'on a eu le déclic... J'ai envie d'aider ceux qui y sont réfractaires à avoir ce déclic, et de pousser d'avantage les plus talentueux pour les encourager à sortir de leur zone de confort, comme le professeur Nolan l'a fait avec moi. Et pour cela, j'ai besoin d'être leur enseignant, pas leur ami. Je crois pouvoir réussir à me montrer impartial et à éviter le favoritisme, même avec les élèves que je connais."

Quoi qu'il en soit, le seul moyen de le savoir était encore que le professeur Mason lui laisse une chance d'essayer, de faire ses erreurs et de se faire sa propre expérience. Après tout, n'était-elle pas elle-même la plus jeune directrice que Poudlard ait connu depuis fort longtemps ? L'âge n'était pas forcément le meilleur critère, lorsque quelqu'un était prêt, pourquoi attendre ? Mais ce n'était pas à lui de faire ce choix. Un sourire nerveux aux lèvres, Jeremy regagna le silence en attendant la réponse de son interlocutrice.


Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3281

Voir le profil de l'utilisateur
Daisy aurait aimé être de ces professeurs à l'impassible figure, impressionnants dans leurs carrures, qui imposaient le respect sans même prononcer un mot, être, en somme, auréolée du prestige de la fonction. Ce n'était pas vraiment le cas, sa bonhommie naturelle perçant sur ses traits mais elle avait fini par s'y faire et composait ainsi. Durant sa carrière d'enseignante, cela ne lui avait pas tant posé de problèmes que cela : elle enseignait une option et les élèves qui la prenaient étaient souvent très contents d'être là, ne posant pas trop de problèmes. Quant aux cas récalcitrants, elle avait toujours su les gérer : Ahren Keller, par exemple, ne lui avait plus posé de problèmes sérieux après sa première année et la punition - tout à fait pédagogique - qu'elle lui avait infligée. Par la suite, au Ministère et lors de la fondation du regretté DOM, elle avait réussi à gérer cette image qui se dégageait d'elle. En tant que directrice, c'était un peu plus compliqué. Daisy n'avait clairement pas la carrure d'une Minerva McGonagal ou d'une Dumbledore, cet air de respect qu'ils imposaient naturellement. Face au jeune Jeremy Baker, elle aurait apprécié d'avoir l'air neutre et distante, presque imposante, pas ravie par ses propos alors qu'elle l'était.

Jeremy était parfaitement le genre de profils auquel elle songeait lorsqu'elle avait proposé ces nouveaux postes au conseil d'administration. Des jeunes gens intelligents, réfléchis, qui sauraient établir un bon contact avec les élèves tout en se préparant, éventuellement, à rentrer dans l'enseignement. C'était ce genre de figures positives qu'elle voulait à Poudlard, plutôt que des serpents comme Adonis Grengrass. Le sourire qu'elle retourna à Jeremy après qu'il eut fini de parler ne pouvait pas être plus éloquent au sujet de la satisfaction qu'elle trouvait dans ses propos. Il lui semblait qu'il avait véritablement mûri depuis son diplôme, sûrement en raison de sa situation personnelle, mais il contrait à ses inquiétudes des arguments justes, pesés, posés et humbles, qui ne pouvaient que satisfaire Daisy et qui ne pourraient que satisfaire le reste de l'équipe pédagogique. Elle cherchait à réunir autour d'elle une nouvelle génération d'enseignants, modernes, dynamiques et impliqués. Une génération qui pourrait transmettre des valeurs positives aux élèves qui arrivaient et qui devaient sortir dans ce monde qui devenait de plus en plus difficile. Une génération d'enseignants qui pourraient transmettre les grandes valeurs initiales de Poudlard, si malmenées par les drames et les mauvais sorciers tels qu'Ana Sorden ces dernières années... Des valeurs de tolérance, d'entraide et de camaraderies, loin des Jeunesses du Ministère ou des préjugés qui sévissaient dans l'école. Daisy n'avait peut-être pas la carrure de Dumbledore, de Minerva ou de Margot mais elle avait un véritable projet pour l'école, une véritable vision et elle voulait s'entourer de gens en qui elle pouvait avoir confiance. Et elle pouvait avoir confiance en Jeremy Baker, elle le sentait.

- Vous avez beaucoup réfléchi à la question, Monsieur Baker, constata-t-elle avec un sourire. C'est une bonne chose. Je vais être tout à fait honnête avec vous : vous êtes le genre d'étudiants qui correspondent parfaitement au poste. Je m'en doutais lorsque j'ai reçu votre candidature et vous ne faites que me conforter dans cette impression.

Il lui semblait même, au travers de son discours, qu'il avait une véritable inclination pour le métier d'enseignant... C'était peut-être une vocation à développer et, qui sait, peut-être prendrait-il sa place un jour !

- Maintenant, je me dois de poser la question, mais ce n'est pas pour vous mettre en difficulté : vous sentez-vous capable d'assumer la charge de cet emploi, en plus de vos études et de votre vie personnelle ? Évidemment, nous pouvons aménager vos horaires à votre meilleure convenance et vos obligations scolaires à Lycaon prendront toujours le pas, notre but n'est pas de vous mettre en difficulté. Mais ce poste inclue parfois des nuits de garde, des week-end, des surveillances... Pour le soutien, vous devrez effectuer une préparation de vos séances et cela prend du temps, même si nous serons là pour vous épauler. Qu'en pensez-vous ?



Merci Irving
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
Malgré ses efforts, Jeremy ne parvint pas à dissimuler son large sourire face aux propos du professeur Mason. Décidément, son ancienne enseignante était toujours aussi agréable et il était persuadé que Poudlard gagnait une grande directrice avec elle. Ses compliments manquèrent de le faire rougir et il sentit l'excitation l'envahir à l'idée qu'elle allait peut-être accepter sa candidature. Cet entretien n'avait fait que le conforter dans l'idée que ce poste était fait pour lui, et il avait déjà hâte de commencer.

Pour autant, le professeur Mason avait encore une question à lui poser, à laquelle Juliet et lui avaient déjà longuement réfléchi avant qu'il ne se décide à postuler. Un sourire mi-figue, mi-raisin apparut sur son visage et il répondit :

"J'ai l'habitude de devoir courir après le temps depuis que la petite est née, et je pense être en capacité de l'assumer. Ses grands-parents sont très présents pour s'occuper de Gabrielle, car ils souhaitent que Juliet et moi puissions mener des études et une vie professionnelle... et puis ils en sont gaga, il faut bien l'avouer."

Mais comment ne pas l'être, face à sa bouille adorable et ses bouclettes à faire pâlir de jalousie un Whitaker ? C'était tout simplement impossible.

"Quant à Lycaon, j'ai échangé avec le directeur au sujet de ce projet et il pense que je peux parvenir à faire les deux, en m'organisant bien. Je pense que cela ne sera pas facile tous les jours mais j'ai conscience de l'investissement exigé par ce poste et j'ai postulé en connaissance de cause, soyez-en assurée."

En réalité, Jeremy savait que conjuguer ses diverses responsabilités serait un véritable défi, mais il était un homme de challenges. C'était quelque chose qu'il avait découvert au sortir de l'adolescence, alors qu'il préparait le concours de Lycaon en même temps que ses ASPICs et que ses entraînements intensifs pour devenir animagus. Multiplier les activités et les défis le poussait à se surpasser et le survoltait, comme au Quidditch, même s'il devait aussi apprendre à identifier ses limites et sa fatigue. C'est vrai, les après-midis à glandouiller chez Horace en jouant aux jeux vidéos se faisaient rares, mais Jeremy ne voyait pas tant cela comme un sacrifice : il adorait sa vie, il aimait sa petite Gaby et appréciait son rythme de vie à cent à l'heure, qui lui donnait l'impression de s'accomplir. C'était ainsi qu'il s'épanouissait, et il compensait en dormant douze heures d'affilée lorsqu'il avait un temps calme ou une période de vacances... et que Gaby le laissait faire.

Jeremy laissa passer un silence, le temps d'évaluer l'état d'esprit de la directrice, puis il estima qu'il pouvait se permettre une plaisanterie.

"Alors, quand est-ce que je commence ?", lança-t-il d'un air exagérément enjoué, tout en croisant les doigts mentalement.

Il sautillait presque sur sa chaise d'impatience, non sans évoquer le chien qui remue la queue lorsque son maître arrive avec son jouet préféré...


Daisy MasonDirectrice de Poudlardavatar
Messages : 3281

Voir le profil de l'utilisateur
Ce fut avec une attention non-feinte que Daisy écouta la réponse de son ancien étudiant. Pour elle, qui l'avait connu plus jeune, adolescent, avec tous les travers de cet âge, il était évident qu'il avait beaucoup mûri et en peu de temps. Elle se souvenait encore très bien de cette promotion et malgré tous les événements qui s'étaient déroulés entre-temps, elle avait l'impression de les voir encore arpenter les couloirs de l'école, au moment où les deux septième année s'étaient scindées après l'incendie des ASPICS. Jeremy Baker et Horace Gullivern, suivis de la jeune Eva, d'Olivia Fowler et de Juliet Wilson, qui ne s'appelait même plus ainsi maintenant. Swann Twilift, la regrettée, la si brillante, talentueuse et prometteuse, une généreuse jeune femme qui avait marqué l'école, qui était partie bien tôt dans les conflits sanglants qui secouaient de nouveau leur société, avec à ses côtés Natasha Damian. Et qui aurait pu oublier Darren O'Connor, dont Chloé parlait si souvent, qui courait sans cesse après Miss Damian, entre deux scandales sur le terrain de Quidditch et quelques bagarres avec les Gryffondor ? Kelsey Lorgan, toujours derrière lui, qui avait elle-aussi connu un destin qu'elle ne méritait pas... Aaron Finnigan, porté disparu depuis un an sans que personne n'ait d'indices, que lui était-il arrivé ? Et puis Killian Gray, l'inimitable et ses copies dédicacées à Margot qu'elle montrait toujours en salle des professeurs ! Le discret Sean Fitcher, que Daisy avait toujours apprécié et puis ses Poufsouffle, Théo Nott, si brillant et si secret, Samaël Smith, qui était passé de ce jeune garçon timide et renfermé à ce jeune apprenti Médicomage ! Et tous les autres, ceux dont elle avait encore des nouvelles et ceux dont ils avaient perdu la trace...

Face à Jeremy Baker, qui avait si bien réussi, de qui elle était fière, Daisy ne pouvait pas s'empêcher de penser, avec beaucoup de tristesse, à tous les élèves de cette génération qui n'auraient jamais cette chance. Que s'était-il passé dans le monde magique pour que cette jeunesse soit si durement touchée ? Que s'était-il passé pour Swann Twilfit, Kelsey Lorgan, Aaron Finnigan ? Et pour Danny Sneals ? Cecilya Richardson ? Roxanne Prewett ? Et même, pour les autres, pour Margot, pour Edmund ? Face à Jeremy Baker, Daisy ressentit une vague de mélancolie à laquelle elle ne s'attendait pas et son regard se perdit dans le vide quelques instants. Le monde ne tournait décidément pas rond. Ce fut la plaisanterie de son ancien élève qui la ramena à la réalité de la conversation et elle secoua légèrement la tête, un peu amusée, un peu touchée dans le fond. Elle reposa les yeux sur lui, et sourit, essayant de chasser de son esprit toutes ces pensées pour tous ces sorciers qui n'étaient plus là.

- Je dois d'abord m'entretenir avec les autres candidats mais... Vous avez toutes vos chances, Monsieur Baker. Vous me semblez être un candidat sérieux et appliqué et je suis certaine que vous saurez mener les choses au mieux, surtout avec le soutien de votre directeur. Et puis, à titre personnel... Je serai heureuse que vous ayez ce poste.  Je pense que vous le méritez et que cela pourrait apporter de bonnes choses, à vous, et à l'école. Voyez dans cela un peu de sentimentalisme professoral.

Son regard se posa brièvement sur les portraits derrière Jeremy, ceux des anciens directeurs qui sommeillaient dans leurs cadres.

- Je ne veux pas vous le cacher, les choses sont difficiles pour Poudlard en ce moment. Je pense que nous sommes dans une ère de changement du monde magique, tout va très vite et des drames arrivent, tout le monde en a conscience. Le collège n'est pas épargné. Notre jeunesse n'est pas épargnée, vous le savez particulièrement, je pensais à votre promotion et... Les visages de Kelsey, de Swann, de tous, s'imposèrent devant elle et elle secoua la tête. Poudlard doit garder le cap dans la tempête, Poudlard doit rester Poudlard et j'essaie de mener cela avec des gens en qui je peux avoir conscience, des gens qui ont des valeurs. Je pense, Monsieur Baker, que vous pouvez faire partie de ces gens-là. Rentrer ici ne peut pas être qu'un emploi alimentaire, ou que du soutien scolaire. Dans un monde comme celui-ci, je pense que notre jeunesse, que les adultes de demain ont besoin de repères.



Merci Irving
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1006

Voir le profil de l'utilisateur
L'atmosphère de la pièce venait de subtilement changer, Jeremy en avait le pressentiment, qui se confirma quand Daisy évoqua sa promotion. Il sentit aussitôt sa gorge se serrer, mais il s'efforça de ne pas détourner le regard et ne chercha pas à éviter cette discussion grave. Les paroles sentimentales de la directrice trouvaient un écho particulier chez lui, tant se trouver entre ces murs de pierre lui évoquait de souvenirs. Pour la plus grande part, il s'agissait de souvenirs heureux, voire merveilleux, mais beaucoup avaient désormais une saveur douce-amère. Leur promotion avait été la plus attaquée de toutes depuis la fin de la grande guerre, et nul n'en était resté indemne, pas même lui. Jeremy était fort, oui, il avait un moral d'acier, mais il se disait parfois que sa façon de croquer la vie à pleines dents était aussi un moyen de ne pas penser. Et quand à l'occasion, comme aujourd'hui, il s'arrêtait pour réfléchir, une seule conclusion s'imposait à lui : il devait continuer à vivre coûte que coûte.

Une dizaine des élèves qui avaient participé à sa soirée Mousse & Mandragore n'étaient plus là aujourd'hui pour en parler. Parmi ces disparus, il comptait des personnes qu'il avait aimé. Et il n'y avait pas que les morts, non, il y avait aussi les autres. Ceux que la vie avait gardé en son sein pour mieux les abîmer, c'était Irving et Nora, c'était Théo et Samaël, c'était Juliet et lui, qui avaient dû grandir bien trop vite, bien trop tôt. Peu étonnant dans ces conditions qu'il se sente prêt, et pressé, à prendre de nouvelles responsabilités et à vivre de nouvelles expériences : la vie n'attendait pas toujours...

Tous, ils devaient apprendre à vivre avec le poids de ces disparitions. Pour Jeremy, cela impliquait de trouver un moyen d'honorer ces morts et d'agir, selon ses moyens et à son échelle, pour rendre le monde meilleur.

Il approuva les dernières paroles de la directrice d'un hochement de tête, l'air grave. Donner des repères aux jeunes... mais en avait-il lui-même ? Parfois il avait l'impression d'avoir la maîtrise complète de sa vie, mais d'autres fois, il lui semblait qu'il nageait en pleine confusion. Que tout lui échappait et qu'il ne faisait que semblant de savoir où il allait. Mais ce n'était pas le lieu ni le moment d'exposer ses doutes existentiels...

"Je pense que vous avez raison", répondit-il humblement, son regard se perdant sur les portraits des directeurs illustres qui écoutaient leur conversation. "Ma promotion... Pour le moment, je ne peux pas marcher dans un couloir de l'école sans penser à eux, quand je pense à tout ce qu'il nous est arrivé, c'est quand même complètement fou."

Il ne chercha pas à dissimuler la tristesse sur son visage, puisque le professeur Mason avait abordé le sujet elle-même, et approfondit sa pensée :

"C'est très important d'avoir une équipe pédagogique investie et consciente du rôle qu'elle peut jouer auprès des élèves, parce qu'ils vont ensuite sortir dans un monde qui est loin d'être tout rose, parce que parfois ils ne sortiront même pas... et puis parce que les futurs décideurs passent aussi sur ces bancs, ils sont marqués, façonnés par leur expérience à Poudlard. On n'est plus la même personne à la sortie des ASPICs qu'à son arrivée en première année et les enseignants ont un rôle à jouer là-dedans, je pense."

Que pouvait-il y avoir de plus gratifiant que de transmettre le savoir et de servir de guide, de repère à de jeunes générations, pour les voir devenir des sorciers et des citoyens accomplis ? Peut-être pourrait-il trouver là un sens à sa vie, ou tout du moins à sa carrière...

"Quand je pense à mes amis de Poudlard, à Kelsey, à Aaron, à Danny et tous les autres, je me sens très triste bien sûr mais j'ai envie de me dire que je peux en tirer de la force et du courage plutôt que de me laisser envahir par l'abattement. J'ai envie de leur rendre hommage et de ne pas gâcher ma vie parce que j'ai eu la chance de la garder, et eux pas, et c'est très injuste, alors je veux vivre pour eux aussi, en trouvant un moyen de... Oui, leur rendre hommage, en essayant d'aider et de protéger mes proches, et pourquoi pas une nouvelle promotion d'élèves... Parce qu'à l'extérieur, c'est tellement compliqué ! Souvent, je vais à Bristol avec l'escorte de sécurité de la première dame, Rosaleen", avoua-t-il avec un petit rire effaré. Lui, profitant de la protection d'un régime qu'il méprisait !

"Personne ne marche plus serein dans les rues de Bristol, et ça me fait toujours étrange de croiser les avis de recherche de Juliana avec qui je jouais au Quidditch il y a quelques années seulement... Et puis je rentre tous les soirs à la cité Nimbus avec Juliet, où la misère ne fait qu'empirer et où on essaie d'aider comme on peut. Mais cela devient de plus en plus compliqué de se rendre utile dans un contexte pareil. Si je peux l'être à Poudlard, si je peux faire quelque chose de bien ici, alors je crois que ça me fera du bien aussi."

Ce que disait Jeremy sans pouvoir réellement le dire, c'était à quel point il était frustrant de tenter d'aider la résistance aujourd'hui, tout en poursuivant ses études et en tentant d'élever sa fille. Les situations de conflits d'intérêt étaient nombreuses et les réussites rares et faibles. Le sentiment d'impuissance qu'il l'envahissait face à leurs maigres accomplissements était souvent si fort qu'il doutait de la pertinence et de l'utilité de son engagement. Peut-être y avait-il d'autres moyens pour lui de participer à l'évolution de leur société et à la résistance contre la tyrannie, en agissant de l'intérieur, comme une force positive et inébranlable, comme le professeur Mason...



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Going back to Hogwarts [Jeremy]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Back to Hogwarts...
» TOTALLY AWESOME | get myself to Hogwarts
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Aile Sud, :: Bureau du directeur,-