AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Fall Away [RP commun]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Nahuel MuñozExilé clandestinavatar
Messages : 336

Voir le profil de l'utilisateur
Nahuel ne prit même pas la peine de répondre à Irving. Il était bien trop obnubilé par la médicomage et son geste précédent. Ce n'était certes pas le plus judicieux mais il était évident que le petit n'aurait pas survécu de toute façon. Son dos était bien trop tordu et il avait une position bizarre. Qu'une de ses côtes ait transpercé l'un de ses organes vitales que ça ne l'aurait même pas étonné. Il posa un regard dur sur le bouclé.

"Arrête tes bêtises cinq minutes. Si tu n'es pas capable de réfléchir rationnellement et dans l'intérêt de tous. Ferme là !"

Tout ce qu'il allait gagner dans tout ça, c'était se faire griller. Mieux ne valait pas trop s'attaquer au personnel médical surtout après un attentat. Il tourna donc le regard vers la médicomage et la supplia d'aider Dean. Il était inconscient depuis bien trop longtemps à son goût. Il délaissa donc le sort d'Irving et de sa copine aux mains de la rousse qui venait de les rejoindre. Il fit à peine attention à la seconde médicomage qui venait d'arriver. Le regard rivé sur Dean et son visage livide. Il serrait sa main dans la sienne après avoir déposé son corps au sol comme demandé.

Il se mordillait la lèvre inférieure d'anxiété attendant un diagnostique. Ce qui suivi lui tordit l'estomac. Il jeta un regard perdu sur la quarantenaire. C'était aussi grave que cela ? L'angoisse lui tordait le ventre. C'est à ce moment là qu'un patronus apparut devant eux. Il était destiné à Dean. Nahuel reconnu aussitôt la voix de Jonah. Il se plaça devant la forme argentée et prit le parti de répondre à la place du jeune homme inconscient. Jonah devait savoir ce qu'il se passait. Il attrapa la baguette de Dean qu'il avait ramassé plus tôt et fit apparaître son patronus.

"Jonah... C'est Nahuel ! Je suis avec Dean... Il... Il est inconscient. Je suis avec des médicomages. On... On l'emmène à l'hôpital."

Son regard se fit farouche alors qu'il voyait son furet disparaître dans un halo argenté. Il reporta son attention sur Dean et sur la médicomage. Il était prêt à aider s'il fallait. Des transplanages d'escortes, il en avait fait plus qu'à son tour.

"Dites moi ce que je peux faire pour vous aider..."



Nahuel Muñoz
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 675

Voir le profil de l'utilisateur
Résignée à son triste sort, Mildred Magpie demeura prostrée dans un recoin de l'ascenseur, tandis que son banquier lui claironnait un discours empreint de positivisme sur leurs prétendues appartenances à la race des vainqueurs. Certes, la romancière avait tout d'une gagnante quand il s'agissait de monter une affaire fructueuse, ou de dénicher un scoop destructeur pour Multiplettes ; Mais en matière de survie, elle s'apparentait plus à un koala que l'on aurait plongé dans un bassin de crocodiles affamés. En effet, rien que dans le maniement de sa baguette, sa magie s'était évertuée à se limiter exclusivement à des sortilèges de type confort : Comme celui de réchauffer l'eau de son Jacuzzi, ou encore à faire léviter une multitude de robes de son dressing. Durant toute sa vie, Mildred s'était cantonnée à se faciliter la vie, plutôt qu'à se préparer à affronter sa propre mort. A l'image de sa condition physique et sportive, qui elle aussi, n'était en rien taillée pour un combat survivaliste. Une simple séance dans le célèbre club de remise en forme de Kessy Brooks, suffisait à la mettre sur les genoux, et à lui faire regretter la multitude de pâtisseries ingurgitée de manière boulimique. Dans ses conditions, devoir s'extirper d'un ascenseur en apesanteur revêtait de l'ordre du miracle.

Malgré tout, elle leva un regard plein d'espoir sur Ronald Klump qui cherchait activement une manière de s'éclipser par la trappe du plafond de l'ascenseur. Et dire, qu'il voulait lui confier le beau rôle, celui de reine de la survie et d'héroïne du peuple! Mildred se rendait compte que s'il n'y avait qu'un héros dans cette cabine s'était bien lui : En effet, le banquier ne baissait pas les bras et affrontait avec courage cette horrible épreuve. Une lueur d'admiration brilla un instant dans le regard de la sorcière, alors qu'elle remettait sa vie et celle de ses bébés galions entre les mains du financier. Mais ce dernier jeta un froid quand il avoua, non sans humour, regretter ne pas avoir suivi de régime. Cette trappe se révélait aussi étroite que leur chance de survie. Après avoir jeté un regard désabusé sur sa poitrine opulente et ses hanches décidemment trop larges pour se glisser dans le conduit, Mildred poussa un profond soupir avant de joindre ses propos à la complainte du banquier.

" Et moi donc! Si vous saviez comme je regrette de n'avoir point suivit à la lettre les conseils minceur de mon coach personnel! Que Merlin en soit témoin : Si par miracle je devais sortir indemne de cette épreuve, je jure de faire une liposuccion magique dans les règles de l'art! "

Mais même dans l'impasse la plus sombre, Ronald Klump ne manquait jamais d'astuce pour dénicher une tangente salvatrice. Tel un petit rat s'échappant d'un navire en perdition, il trouva une forme de salut dans le statut d'Animagi de la romancière. Mais pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt? Etait-ce la faute de la panique? Sous sa forme volatile, Mildred pouvait effectivement se faufiler à l'extérieur et demeurer saine et sauve. La journaliste à scandale retrouva quelque peu de sa superbe, alors qu'elle acceptait la main tendue de son ingénieux banquier. Une fois dehors, Mildred Magpie n'avait pas la certitude d'être en mesure de pouvoir faire descendre l'ascenseur, et de sauver ainsi le valeureux Ronald. Mais même dans le pire des scénario, l'essentiel n'était-il pas sa propre survie? Si son héroïque banquier venait malencontreusement à disparaître dans la chute de l'ascenseur, elle lui érigerait le plus bel hommage posthume qui soit au travers d'un article de Multiplettes. Mais sa confiance retrouvée se ternit subitement tandis qu'un épineux problème vint enrayer son beau projet d'escapade : Comment transporter ses galions avec elle sous sa forme de Pie? Instinctivement, elle s'agrippa à la bride de son sac à main.

"Mais je ne peux pas me résoudre à abandonner mes galions! C'est purement inconcevable! Qu'est-ce qu'il adviendrait d'eux si cet ascenseur venait à chuter? "

Aussi rusé que clairvoyant, Ronald Klump s'arma de son plus sourire avant de prendre en otage les "bébés" en or massif de l'avare romancière. Mais derrière cette main tendue et protectrice à l'égard du portefeuille de la millionnaire, se cachait en réalité un stratagème habile pour s'assurer de son aide indéfectible. Les sourcils arqués, les lèvres pincées, Mildred Magpie s'adonna alors à cette petite moue de mécontentement dont elle était si coutumière ( ). Mais plutôt que de perdre du temps précieux dans un débat stérile, Mildred opta pour le plan du banquier, qui se révélait la solution la plus logique.

"C'est entendu! Je vais me transformer. Mais vous avez intérêt à prendre soin de mes galions en mon absence! Car si vous avez dans l'espoir de devenir mon conseiller financier attitré, vous devez penser à leur survie avant de penser à la vôtre! Est-ce bien clair? "  

Bien qu'elle détestât cet exercice, Mildred Magpie consentit tout de même à se métamorphoser sous sa forme Animagus. De tous les volatiles, la romancière aurait préféré adopter un oiseau au vol plus gracieux et à l'attitude plus altière, à l'instar d'un phénix ou d'une colombe ; Mais c'est bien en pie grièche à tête rousse qu'elle se transforma, avant de disparaître dans les ténèbres de la trappe entrouverte. Malgré son vol désordonné, elle s'éleva rapidement dans le conduit de l'ascenseur qui était bel et bien retenu que par la grâce d'un seul fil magique. Suivant un trait de lumière, la pie finit par trouver une faille dans laquelle s'engouffrer : Une échappatoire qui la conduisit directement dans le hall dévasté de la banque. Tout n'y était que chaos et carnage, les cris de douleur répondant aux hurlements de détresse. Une odeur de mort planait dans l'air devenue quasiment irrespirable du fait des vapeurs de fumée. La pie tourbillonna en arc de cercle avant d'atterrir non sans mal près des portes de l'ascenseur. Dans la vague de panique qui secouait le hall, il était difficile de trouver une âme charitable pour lui venir en aide. C'est pourquoi elle chercha par ses propres moyens à venir au secours de ses galions, ainsi qu'à son banquier. Recouvrant sa forme humaine, Mildred Magpie resta quelque peu hébétée face au tableau magique qui dirigeait le mouvement ascensionnel de l'ascenseur. Elle posa un index incrédule sur sa bouche écarlate, alors qu'elle tentait de trouver la solution la moins dangereuse pour délivrer la cabine de son piège. La richissime célébrité avait toujours eu pour habitude qu'un domestique actionne lui-même ce genre d'engin, plutôt qu'elle n'ait à le faire elle-même, de façon à ne pas défraichir sa french-manucure.

Son regard de diva perdue dans l'inconnu se posa alors sur une manivelle magique, auprès de laquelle il était inscrit : "Ouverture manuelle des portes, à n'utiliser qu'en cas d'urgence absolue". N'étions-nous pas dans le cas d'une situation d'extrême urgence? Plutôt que de tergiverser éternellement, elle actionna celle-ci non sans effort. Un grincement métallique et strident se fit entendre alors que les portes s'entrouvraient avec lenteur. Mildred Magpie poursuivit ses efforts et se rendit compte alors du ridicule de la situation, quand les portes finirent par s'ouvrir sur la cabine et Ronald Klump. En vérité, l'ascenseur ne risquait aucune chute mortelle puisqu’il n'était suspendu qu'à quelque centimètres à peine au-dessus de son plancher. En d'autre circonstance, cette scène loufoque se serait révélée amusante, mais les yeux de la romancière tournèrent de dépit dans leurs orbites. Sans la moindre once d'amabilité pour le banquier, elle tira son sac à main et ses bébés galions contre sa poitrine, avant de lui rappeler les priorités.

"Maintenant, il est temps de redorer mon image et de faire de moi, l'héroïne de tout un peuple. La presse doit déjà s'agglutiner à l'extérieur, alors vous n'aurez donc qu'à faire mes louanges, tandis que je jouerai les pauvres victimes... "

Son âme de journaliste avait toujours rêvé de se retrouver dans ce genre de situation, où elle n'était plus un simple témoin privilégié de l'action mais bel et bien au cœur de l'évènement. Mildred Magpie frémit de plaisir tandis qu'elle imaginait déjà les gros titres et les articles élogieux qui allaient enflammer les éditions du lendemain. "Mildred Magpie s'extirpe des flammes et alerte les secours!" - 'La romancière courage! " - "Et si l'héroïne de la Nation, c'était elle? ". Bref que du bon, pour satisfaire l'égo! Mais alors que le souvenir de Leopold Marchebank soulevant le corps frêle d'un bébé au dessus de la foule déchainée du Bloody Sunday lui revenait en tête, Mildred Magpie chercha du regard une victime idéale, tout en informant son complice de ses intentions.

"Ne devrions-nous pas trouver un enfant à sauver, ou quelque chose du genre pour donner plus d'impact à notre récit? J'ai toujours rêve de faire la une avec... "

Mais tout à coup, la journaliste à scandale stoppa net son récital froid et superficiel, alors que son regard venait subitement de se poser sur le corps sans vie d'un jeune garçon, à moitié recouvert sous les gravats.

"Ô mon dieu, non!!! Par pitié, pas lui! "

Dans un sursaut d'humanité, Mildred Magpie se précipita en direction du tas de décombre, avant de s'agenouiller auprès du corps moitié ensevelit de la malheureuse victime. Il n'y avait strictement plus rien de croustillant dans cette tragédie, quand celle-ci venait à toucher un proche ou une personne d'inconnue. L'horreur n'avait plus rien d'anonyme, quand Mildred Magpie vint à reconnaître le visage livide et ensanglanté de son Guacamole. Les larmes ne tardèrent pas à inonder les joues de la romancière, tandis qu'elle passait sa main dans la longue chevelure de son élève.

"Non, pas toi, Anwar... Tu ne peux pas mourir si jeune... quel gâchis! "

Mildred Magpie avait été la première à cerner le talent incroyable de ce jeune homme volubile, qui incarnait à la perfection le rôle du grand méchant de son roman épique. Sans même connaître, ni avoir lu "Les Hauts de Hurlelune", il avait su capter l'essence même de Guacamole. Anwar était un surdoué, promit au plus grand avenir, et qui aurait incontestablement brulé de son talent les planches de son théâtre, avant de devenir une immense star... Et pourtant, le voilà mort, étendu sous les décombres d'une explosion. Le cœur de Mildred Magpie s'étreignit douloureusement dans sa poitrine alors qu'elle contemplait le visage froid du jeune homme, comme endormi. Fauché en plein vol, le Monde Magique venait de perdre l'un de ses plus grands artistes en devenir. Et son projet d'atelier théâtre se retrouvait lui-aussi anéantit.

Etait-ce de la honte, de la souffrance, ou éprouvait-elle une profonde culpabilité ; Dans tous les cas, Mildred Magpie pleura à chaude larmes. Mais très vite, alors qu'elle n'aimait guère se montrer si friable, elle se ressaisit. Ressentant la présence de son banquier juste derrière elle, elle balaya d'un revers de la main ses larmes. Puis se retournant vers son complice, elle arbora à nouveau un visage pincé tandis qu'elle lui asséna une question vide d'émotion.

"Alors monsieur Klump? Qu'attendons-nous pour faire les gros titres? "


Azénor ReynoldsEmployée aux Transportsavatar
Messages : 407

Voir le profil de l'utilisateur
Comme elle aurait pu le deviner si elle avait été plus lucide, Logan refusa de quitter le parvis de la banque. Il s’accrochait avec désespoir au corps de sa mère. Azénor le comprenait, elle n’avait pas besoin de s’imaginer à sa place pour comprendre son geste. Néanmoins la banque semblait presque tanguer sous leurs yeux alors que des sorts étaient lancés pour la soutenir. Ils devaient fuir et vite !

« Logan ! Logan ! Il faut absolument qu’on s’en aille ! Je sais que c’est dur mais il faut qu’on quitte Leopoldgrad. »

Elle se saisit de son bras pour l’inciter à la suivre mais il était bien plus fort qu’elle et il se dégagea rapidement. L’impuissance submergea Azénor. Alors que Logan s’enfonçait dans la panique, la jeune fille devenait de plus en plus lucide et comprenait la dangerosité de la situation. L’attentat semblait terminé mais rien n’était stabilisé. Une détermination qu’elle ne se connaissait pas s’empara d’elle, sans doute l’instinct de survie.

Elle aurait pu fuir seule, elle faillit même le faire mais un regard sur l’homme blond qui appelait sa mère comme un enfant perdu la fit se raviser. C’est d’une voix autoritaire qu’elle parla :

« Logan ! Tu bouges ! Maintenant ! Ta mère t’aimait, elle aurait certainement sacrifié sa vie pour la tienne alors ne lui fait pas l’injure de mourir en voulant veiller son corps sans vie ! On se tire d’ici tout de suite ! »

Jamais Azénor n’aurait pensé lui parler ainsi un jour mais ses mots semblèrent porter leur message car lorsqu’elle se saisit de son bras une nouvelle fois, il ne se dégagea pas. Prenant cela pour un accord, Azénor ferma les yeux, se concentra et transplana, arrachant Logan du corps de sa mère.


[Fin pour Logan et Azénor]



©️Vivi-le-seul-l'unique
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Fall Away [RP commun]

Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» [Événement commun] Infestation
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Un guérisseur hors du commun ! {Amarante}
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Leopoldgrad,-