AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La jeune fille à la perle {Emma}

Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 361

Voir le profil de l'utilisateur
18 Décembre 2009, manoir des Blackbonnes, Norfolk

Une tempête de neige sévissait sur tout le pays, plongeant l'Angleterre dans un froid polaire. Les transplanage étaient déconseillés ces derniers jours, des Portoloins internationaux avaient été annulés à la dernière minute, perturbant les fêtes de Noël qui devaient se tenir quelques jours plus tard. Tout cela aurait pu pousser Rosaleen à annuler sa visite mais elle y tenait particulièrement. Aussi, puisqu'elle ne pouvait décemment pas prendre le Magicobus, même accompagnée de ses gardes du corps, on lui avait accordé une voiture du Ministère pour se rendre dans le Norfolk, avec Nicholas qui gigotait sur ses genoux. Elle avait hésité à le laisser à la maison mais elle ne voulait pas trop fatiguer Leopold qui avait encore besoin de repos, selon elle, après les évènements tragiques de Leopoldgrad. La famille en avait été profondément secouée, avec ce qui était arrivé à Dave, à Griselda, à son époux... Même Nicholas, qui était pourtant encore si petit, avait compris que quelque chose n'allait pas et avait été agité tout le mois de Novembre, passant des mauvaises nuits et refusant de quitter les bras de sa mère. Ne pas voir son père durant quatorze jours l'avait perturbé. C'est donc aussi pour le distraire qu'elle l'avait emmené, demandant aux Blackbonnes si cela ne les dérangeait pas lorsqu'elle avait annoncé sa visite.

C'était une autre victime de l'attentat qu'elle allait voir, elle avait dû attendre les fêtes de Noël pour cela. Elle n'avait pas pris le temps de visiter Emma juste après l'attentat, préoccupée par l'état de Leopold et de Dave. Pourtant, elle avait été touchée de voir son nom parmi les blessés, elle qui était si jeune et si gentille... Elle savait très bien que Dave et elle ne se fréquentaient plus mais elle avait eu l'occasion de la rencontrer à cette époque et elle l'appréciait, voyait en elle une jeune femme intelligente et douce, comme la bonne société savait en faire. Elle désirait prendre de ses nouvelles après cet horrible évènement, aussi se rendait-elle au manoir Blackbonnes à cet effet, durant les vacances de Noël, pour être certaine que la jeune femme serait sortie de Poudlard. Elle avait fait livrer des fleurs le matin-même, un peu tardivement après l'attentat, elle l'accordait mais elle espérait que le geste avait fait plaisir tout de même. Après un énième déplacement magique qui fit trembler les vitres, la voiture se stabilisa devant une grande demeure, dont le portail s'ouvrit. Nicholas bien au chaud dans une cape pour enfant, elle remonta l'allée et la porte s'ouvrit avant qu'elle n'ait pu frapper, sur Mrs Blackbonnes qui lui assura qu'Emma allait descendre très vite. On la guida jusqu'à un salon, on s'extasia sur le petit Nicholas aux joues rosies par le froid et elle fut installée dans un canapé moelleux. Elle échangea quelques mots avec les parents de l'adolescente quand des pas se firent entendre dans l'escalier.

- Emma, la salua Rosaleen avec un sourire alors que le visage de cette dernière apparaissait dans l'encadrement de la porte. Je suis heureuse de te voir. J'espère que ma visite ne t'incommode pas trop.


Avatar par Outlines

Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
"Je mets tes fleurs ici ma chérie !"

Emma jeta à peine un regard à sa mère qui arrangeait le bouquet qu'elle venait de poser sur le marbre rose de la cheminée.

"Tu n'oublieras pas de remercier Mrs Marchebank lorsque tu la verras. Elle a insisté pour venir te rendre visite tu sais..."

La jeune fille hocha légèrement la tête, les yeux fixant la neige tombant à gros flocons. Elle sentait que sa mère allait rajouter quelque chose. Elle se retenait depuis le début des vacances. La scrutant en silence. Se retenant de critiquer son choix. Mais elle n'avait pas besoin de le faire. Emma sentait parfaitement la désapprobation de ses parents.

"Ecoute ma puce... Je sais que ça n'a pas été facile dernièrement... J'ai cru bêtement que tu avais réussi à dépasser les événements passés. J'ai pensé que tu allais mieux. Et c'était le cas. Tu étais heureuse avec Dave non ? Enfin, je ne dis pas que... Maintenant qu'il... Enfin tu sais bien. Je ne te demande pas de... Mais je pense que tu devrais peut-être profiter de la visite de sa belle-mère pour prendre de ses nouvelles. Je pense que tu as besoin de te changer les idées. Tu sais... Je ne suis pas certaine que MemoRise soit la meilleure des solutions..."

Emma détourna le regard de la fenêtre et fixa sa mère.

"Tu conseilles donc que je reste toute ma vie hantée par l'horreur de mes souvenirs ?"

La jeune fille en avait assez que tout le monde contredise en permanence ses choix. Il n'y avait que Marlene pour la soutenir entièrement.

"Je... non. Bien sûr que non, ma chérie. Tu sais bien que je ne souhaite que ton bonheur..."

"Alors, je pense que le débat est clos."

Elle poussa un soupir lassée avant de se radoucir légèrement. Elle avait été dure avec sa mère. Elena ne cherchait pas à la blesser. Elle souhaitait seulement l'aider. Mais elle appréhendait les fêtes de Noël plus que jamais. Elle s'attendait encore à subir les réflexions de sa grand-mère maternelle et elle n'était pas sûre de le supporter. D'habitude, elle adorait Noël et les vacances qui l'accompagnait. Et les autres années, ce n'était pas sur elle qu'était portée l'attention familiale. C'était plus sur Théo. Mais comme ce dernier avait décidé de fêter Noël avec son petit-ami, il n'y aurait même pas de moyen de détourner l'attention.

"Excuse moi maman. Je suis juste un peu fatiguée. Si ça ne te dérange pas, je voudrais me reposer un peu avant que Rosaleen arrive."

Emma vit sa mère hocher la tête et s'éloigner après avoir caressé ses cheveux. La situation n'était facile pour personne et le fait qu'elle se renferme sur elle-même n'aider pas ses parents à appréhender ses besoins. Mais pour être honnête, elle ne savait pas réellement ce qu'elle voulait. Elle se perdit dans ses pensées tout en continuant à fixer l'extérieur tout blanc. Sursautant de temps à autre lorsqu'une bûche éclatait dans le brasier de la cheminée. Elle vit la voiture ministérielle s'arrêter devant le manoir mais elle ne descendit pas tout de suite. Elle n'était pas sûre d'être prête à affronter la gentillesse de Rosaleen. Elle inspira profondément avant de se décider à descendre. Les voix dans le salon se faisant de plus en plus audibles à mesure qu'elle s'approchait. Elle afficha un sourire presque jovial lorsqu'elle passa l'encadrement de la porte.

"Bonjour Rosaleen ! Je suis heureuse de te voir également. C'est très gentil à toi de venir me rendre visite. Surtout par ce temps. Je te remercie pour les fleurs. Elles sont magnifiques."

Son sourire s'agrandit légèrement alors qu'elle s'approchait de la jeune femme pour la saluer. Elle se pencha ensuite vers le petit garçon qu'elle tenait dans ses bras.

"Bonjour Nicholas. Comme tu as grandi depuis la dernière fois que je t'ai vu."

Elle n'avait vu le bébé qu'une fois. C'était peu après sa naissance alors qu'elle rendait visite à Dave. Elle était néanmoins heureuse que Rosaleen l'ait emmené avec elle. Cela ferait une bonne diversion si la conversation devenait trop difficile. La jeune fille s'installa face à son invitée alors que sa mère se retirait après avoir apportée un plateau avec du thé et des petits gâteaux.

"Comment vas-tu ? Et comment va Mr Marchebank ? Et... Dave ?"

Elle baissa le regard en prononçant son prénom. Elle avait été horrifiée en apprenant ce qu'il lui était arrivé. Tout en se disant que la même chose aurait pu se produire pour elle. Ce qui aurait peut-être été mieux dans un sens.



Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Rosaleen MarchebankPremière dameavatar
Messages : 361

Voir le profil de l'utilisateur
L'Institut Lycaon était une école dont la renommée internationale n'était plus à faire et cette donnée conférait aux étudiants la possibilité de fréquenter des sorciers issus de tous les pays et de toutes les riches cultures qui constituaient le monde magique. Rosaleen avait elle-même dans ses amis Keiko, qui venait du Japon, et Connor, qui était né dans l'Ohio aux États-Unis. Elle peinait à conserver le contact avec Keiko, qui n'avait pas fait le choix de poursuivre ses études au cycle supérieur et travaillait actuellement à Milan, toutes deux étant très occupées mais fréquentait encore Connor dès qu'elle allait à l'école. Elle aimait son caractère doux et humble, il ne la mettait jamais dans une position délicate en lui posant des questions auxquelles elle n'aurait pas voulu répondre. Elle aimait ce lien qui lui permettait de respirer, de quitter un peu la sphère familiale dans laquelle elle évoluait, elle aimait redevenir une simple élève en travaillant en silence à ses côtés à la bibliothèque.

Quoi qu'il en soit, Connor lui avait raconté un jour, il y a quelques années, qu'il avait fréquenté une femme – il avait cette tendance à courir les jupons – qui venait de New-York et avait mentionné quelque chose qu'elle appelait « le coup d’œil Manhattan » et qu'elle pratiquait à outrance. Il s'agissait, en un regard, d'estimer la personne en face de soi, selon ce qu'elle portait, d'où venaient ses vêtements, son style et en somme, d'en faire le portrait et l'appréciation avec ces informations. L'idée avait fait rire Rosaleen, qui s'était empressée de la raconter à Caecilia et aux quelques autres jeunes filles de bonne famille qu'elle croisait dans les réceptions et qu'elle appréciait. Ces dernières s'étaient empressées d'adapter la chose à leur petit monde et avaient théorisé le « coup d’œil Méméttan », autant en hommage à Helen « Mémé » Harris qui le pratiquait en permanence, qu'aux autres femmes âgées de leur société qui passaient leurs journées à évaluer les autres. Au final, elles le faisaient toutes mais certaines étaient plus promptes que d'autres à le reconnaître. Rosaleen elle-même pratiquait le Méméttan mais souvent dans une autre optique.

Lorsque Emma Blackbonnes apparu devant elle, ses yeux verts évaluèrent sa mine fatiguée, mais pas blessée, son regard, sa mise, la manière dont elle se tenait devant elle, non pas pour se faire un avis sur elle, puisqu'elle la connaissait, mais comme pour mieux estimer les dégâts de l'attentat sur la jeune fille, aussi gracile que fragile. Ce qu'elle retint surtout fut le sourire jovial qu'elle lui adressait et Rose se détendit, lui souriant en retour, soulagée. Les conséquences de l'attentat avaient été graves pour de nombreuses personnes et la famille Marchebank avait payé un lourd tribut. Il y avait quelque chose de soulageant, une satisfaction assez humaine à voir que Emma, elle, semblait aller bien. C'était presque la preuve que le monde continuait, autour, et que certaines victimes pouvaient continuer à vivre et être bien : c'est tout ce qu'elle souhaitait pour Dave et Leopold.

C'est tout à fait normal, je ne pouvais rester indifférente à tout cela, à cette tragédie. Je suis heureuse que les fleurs t'aient fait plaisir.

Apprendre que deux élèves de l'école étaient morts, alors que Emma était blessée, renvoyait Rosaleen à de sombres moments de son passé, à la Bataille de Poudlard où son frère avait perdu la vie, à la guerre où chacun craignait à chaque instant pour la vie de ses proches. Elle connaissait tant ces tragédies familiales que de chaque nouvelle semblait dégorger un amer goût d'usage. La mort de sa mère, de Regulus, la lente déliquescence de son père à Azkaban, sa mort soudaine, la tragédie qui avait emporté ses grands-parents et maintenant l'attentat, qui avait failli coûter la vie à son mari et à Dave. Reyna vivait à Leopoldgrad, il aurait pu également lui arriver quelque chose. Il semblait parfois à Rosaleen que c'était un cycle sans fin, une encre indélébile qui entachait les portraits de tout ceux qui formaient sa famille, une tâche qui les menait à mort, inlassablement, tandis qu'elle restait là, à essayer de rassembler les morceaux de ce qui restait...

Désormais, il lui faudrait veiller sur Leopold, veiller à ce qu'il se remette, qu'il ne s'abîme pas plus dans les néants de la colère et du deuil comme il le faisait déjà... Rosaleen se défit de ces pensées qui obscurcissaient déjà bien assez son esprit, pour baisser les yeux son fils, bien emmitouflé dans des vêtements chauds au point qu'il semblait que seul son petit nez dépassait. Emma avait bien raison de dire qu'il grandissait, il semblait changer de jour en jour et elle essayait d''attraper chacun des petits moments avec son enfant, surtout dans des temps aussi troublés. Elle dégagea doucement le bonnet qui entourait sa tête. Elle sourit en réponse à ses mots gentils et suivit la jeune fille dans le salon, où Mrs Blackbonnes leur déposa des petits gâteaux. Rosaleen la remercia chaleureusement et termina de retirer les couches épaisses qui protégeaient Nicholas, révélant ses vêtements. Content de retrouver une plus grande liberté de mouvement, le petit garçon secoua ses petites jambes arquées en poussant un petit cri, ses grands yeux verts mangeant le monde autour de lui et ce nouvel environnement. Emma débuta la conversation en demandant des nouvelles de Leopold et de Dave, baissant les yeux sur ce dernier prénom. Prenant le temps de réfléchir, la main de Rosaleen vint écarter une mèche de cheveux blonds de cheveux blonds qui s'était échappée de sa coiffure.

Les choses sont un peu compliquées, finit-elle par dire. Elle ne voulait pas s'attarder sur les états d'âmes de son époux, qui ne concernaient pas la jeune Emma. Le deuil et la violence de cet attentat sont des éléments difficiles à gérer.

Le manoir Marchebank semblait bien plus vide, sans la présence de Griselda, que Rosaleen avait appris à apprécier autant qu'elle l'estimait. Elle sentait Leopold étreint par la culpabilité et la colère, elle ne savait comment panser ses blessures et l'apaiser. La blessure irréversible de son fils ne semblait qu'être un rappel quotidien de cette douleur.

Quant à Dave... Et bien, je pense que tu as appris ce qui lui était arrivé et, sa toute nouvelle condition. C'est quelque chose qui est difficile à accepter, il lui faudra du temps.

Elle hésita quelques instants à rajouter qu'Emma devrait lui écrire, que cela lui ferait plaisir. Les choses étaient tellement difficiles pour lui en ce moment, qu'elle ne voulait pas présumer de ses sentiments et de sa volonté d'entretenir des liens sociaux. Elle se contenta de baisser les yeux quelques secondes sur Nicholas, dépliant tout doucement ses doigts minuscules.

- Et toi, Emma, comment-vas tu ? s'enquit-elle avec un sourire doux, redressant la tête après quelques secondes. Comment te portes-tu, sur tous les plans ?


Avatar par Outlines

Emma BlackbonnesPréfète en Chefavatar
Messages : 390

Voir le profil de l'utilisateur
Son cœur se serra dans sa poitrine lorsque Rosaleen évoqua la complexité de la situation. Elle s'en voulait d'avoir posé la question mais d'un autre côté, elle ne pouvait pas faire comme si elle était indifférente. Elle ne l'était pas et ne le serait jamais. Dave occupait encore une trop grande partie de ses pensées pour qu'elle fasse comme si elle s'en moquait. Elle s'était souvent demandée si une lettre ou une visite réconforterait son ex-petit-ami. Elle en ressentait l'envie et le besoin mais il n'en était peut-être pas de même pour le jeune homme. Elle ne voulait pas qu'il se sente forcé. Elle allait poser la question lorsque la première dame changea de sujet. Emma baissa légèrement le regard, essayant de dissimuler son mal-être.

"Je... Physiquement, je vais bien, elle redressa le regard et esquissa un léger sourire. Mais pour le reste... j'essaye d'oublier. C'est... compliqué. Je me sens submergée de tout côté, le moindre bruit, la moindre personne suspecte me fait peur. Mes nuits sont hantés de cauchemars. Je ne suis pas sûre de réussir à oublier toute seule..."

Son regard se posa sur le plateau de la table basse. Était-il judicieux d'évoquer son projet avec Rosaleen ? Mais qui sinon elle pouvait le mieux approuver son choix ? C'était une idée du gouvernement après tout. Un programme censé aider les personnes perdues et elle faisait clairement partie du public visé.

"Je songe depuis un certain temps à entrer dans le programme Memo-Rise. Je n'arrive pas à vivre normalement. J'ai besoin d'aide et cette solution... me semble la meilleure."

Elle esquissa un léger sourire à Nicholas qui gazouillait sur les genoux de sa mère. Il était encore bien trop petit pour comprendre ce qui se passait autour de lui. Emma dans un sens l'enviait de son innocence. Elle aurait aimé garder la même force d'insouciance, celle qu'elle avait perdue. Elle releva le regard sur son interlocutrice.

"Je ne sais pas si j'ai raison mais... j'en ai assez de me morfondre. J'ai tout essayé mais rien ne fait effet et je n'ai pas envie d'être hanté par cet événement toute ma vie. Je sais que je suis égoïste, que certains n'ont pas la possibilité de tout simplement oublier mais... je me dis que j'ai cette chance et que je dois la saisir avant de devenir folle."

Elle resta un moment silencieuse, espérant que la jeune femme l'encouragerait. Peut-être se trompait-elle finalement, peut-être était-elle folle d'envisager cette possibilité. Elle resta songeuse un long moment avant de reprendre la parole.

"Je... me demandais si... Dave accepterait que je vienne lui rendre visite. Je sais que c'était... compliqué entre nous avant l'attentat mais... j'aimerai lui parler. Voir comment il va et... essayer de... lui changer les idées... au moins un peu."

Sa belle-mère était sans doute la mieux placée pour accepter ou non sa visite et la plus à même de dire si Dave était capable de recevoir de la visite. Elle avait beaucoup de choses à lui dire après avoir longtemps réfléchi à ce qu'elle ressentait ou avait ressenti pour lui. Elle sentait qu'elle devait parler avec lui avant de tourner complètement la page et avant d'effacer une partie de ses souvenirs.



Emma Blackbonnes

Sur une idée originale de Vigounet pour la signa
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La jeune fille à la perle {Emma}

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Avril] Pullip La Jeune Fille à la Perle
» Arneval Malicia, jeune fille pas si pur [terminée]
» Jeune fille aux cheveux de feu, brûle le mal de tes paroles. [Yaelle]
» Un casier, une jeune fille dans ses pensées... et PAFF ... || Justin Alambra [Terminé]
» Arrivée de la jeune fille triste [ LIBRE !!!!!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-