AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 The girl next door [Jozéphyr]

Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
12 novembre 2009

Joséphine s’étira paresseusement et jeta un œil au réveil orange posé sur sa table de chevet : il était presque quinze heures. Un des inconvénients du travail aux Folies était d’avoir un rythme de vie complètement décalé par rapport au reste de la population. Elle ne se couchait jamais avant six heures du matin et passait une grande partie de ses journées à dormir. Elle était capable de rester au lit jusqu’à ce qu’il soit l’heure de prendre son service du soir –dormir était une de ses passions- mais il arrivait qu’elle se motive à faire quelque chose d’un peu plus productif.

On était lundi, et il y avait un cours de Zumba chez K&K d’ici une bonne heure qui ferait l’affaire, cela lui donnerait bonne conscience. Elle devait se dépêcher, il lui fallait au moins une heure pour se lever, se doucher, s’habiller, se coiffer et se maquiller rapidement. Joséphine accordait toujours beaucoup de temps à sa préparation, même pour aller faire du sport. Certains trouvaient sûrement ça ridicule, mais ils n’avaient pas vu les abdos de Julien. Il était hors de question que Josie soit moins que sensationnelle au cours du séduisant coach sportif.

La jeune femme poussa un profond soupir et s’arracha finalement à son lit, qu’elle s’empressa de faire pour ne pas être tentée de s’y jeter à nouveau. Une fois ses draps rose fuchsia bien lissés et ses coussins multicolores joliment disposés, elle fila prendre une douche rapide.  Il n’y avait rien qu’elle aimait plus que de passer de longues minutes sous une douche bouillante mais elle essayait de réduire sa facture d’électricité. Celle du mois suivant attendait toujours d’être réglée, elle était coincée sous le pot d’Albert -son cactus- dans l’entrée depuis plus longtemps que Joséphine ne voulait bien l’admettre. Elle la paierait, avec ses prochains gros pourboires. Promis.

La danseuse fut donc relativement rapide. Elle sortit de la douche enveloppée dans une serviette violette en chantant à pleine voix le dernier tube de Queenie. Elle s’installa à la petite table branlante qui lui servait de coiffeuse et commença à se préparer en musique. Elle regrettait son immense coiffeuse à l’ancienne et son ancien dressing qui était presque aussi grand que l’intégralité de son studio actuel, mais elle faisait avec ce qu’elle avait. Elle avait récupérée une vieille table chez un voisin qui n’en voulait plus, l’avait peint en blanc et dessiner des fleurs colorées dessus. Elle avait accroché un miroir tout simple au-dessus et suspendu plusieurs de ses colliers fantaisie autours pour habiller un peu le tout. Elle n’était pas mécontente du résultat !

Une heure plus tard, Josie quittait son appartement dans une tenue de sport moulante aux couleurs flashys, ses cheveux attachés dans une queue de cheval travaillée. Elle envisagea un moment de prendre l’ascenseur mais se ravisa : elle ne voulait pas faire partie de ses gens qui se ruinaient en abonnement à des salles de sport mais qui fuyaient la moindre occasion de faire de l’exercice. Elle valait quand même mieux que ça !

Fière d’elle, la jeune femme emprunta donc les escaliers d’un bon pas. Elle était un peu en retard, comme d’habitude, le cours commençait dans trois minutes. Pressée qu’elle était, elle déboula un peu vite dans un virage et ne vit qu’au dernier moment la personne qui montait les escaliers. Ou plutôt le carton qui montait les escaliers puisqu’elle percuta de plein fouet un carton qui lévitait dans les airs.

- Oups ! lança-t-elle avec une grimace en faisant un pas en arrière. Désolée !

Elle se pencha sur le côté pour apercevoir l’individu qui se tenait de l’autre côté de l’imposant carton –il ne pouvait quand même pas léviter tout seul – et avisa un jeune homme tout à fait charmant à qui elle adressa un grand sourire.

-Je suis désolée,  répéta-t-elle. Ça ne rentrait pas dans l’ascenseur hein ? devina-t-elle en désignant le gros carton.  Son esprit finit par additionner deux et deux et à faire le lien entre un gros carton et le visage  inconnu. Vous emménagez ?  s’enquit-elle avec enthousiaste. Elle adorait l’idée d’avoir un nouveau voisin. Joséphine Chevalier, j’habite au sixième, première porte à droite, enchantée ! Et bienvenue !

Elle lui adressa son sourire le plus chaleureux et lui tendit la main. Elle allait clairement louper son cours de sport, mais aider un charmant voisin à faire des allers-retours dans les escaliers musclaient tout autant, pas vrai ?



Avatar par Roy
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Les cartons s'entassaient dans la rue. Zephyr les avait gardés, dans un premier temps, dans la tente de l'exposition mais il ne pouvait décemment pas laisser ses affaires personnelles à proximité des animaux et du public. Il avait mis plus de temps que prévu à trouver un appartement qui lui convenait. Il lui fallait de la place pour mettre toutes ses affaires et pour Chimère. Il savait son Fléreur très exigent en matière de confort personnel. Il avait donc veillé à ce que tout le monde y trouve son compte. Chaque visite avait eu l'avis de la demoiselle. Et ils avaient fini par se mettre d'accord.

Un charmant appartement dans le centre de Leopolgrad. Après les derniers événements, il avait fortement hésité à s'y installer. Le traumatisme que certains de ses pensionnaires avaient vécus l'avait presque convaincu de plier bagage et de partir vers de nouveaux horizons. L'explosion ne les avait pas touché directement, il n'y avait pas eu besoin de grosses réparations. Les enclos magiques avaient tenu le coup. Mais les animaux avaient eu très peur. Il avait eu besoin de toute l'aide de ses collaborateurs pour les calmer. Et aujourd'hui certains encore n'osaient pas sortir de leur abris magique. Chaque espèce d'animal avait le droit à une reconstitution à l'identique de son habitat naturel. De cette façon, ils se sentaient chez eux et se montraient plus aisément au public curieux. Mais après l'attentent, certains d'entre eux restaient cloîtrés.

C'était une préoccupation importante pour Zephyr qui n'aimait pas savoir ses petits protégés apeurés. Mais il ne pouvait pas non plus se permettre d'arrêter de vivre. Il avait donc continué sa recherche active d'un nouveau logement. Et avait décidé de ne pas donner de stress supplémentaire aux animaux en leur infligeant un nouveau déménagement. La solution la plus adéquate pour tout le monde était donc de s'adapter à son nouveau chez lui. Leopoldgrad n'était pas une ville désagréable. Au contraire, elle était très active et vivante. La population sorcière était à la pointe de la mode. Il envisageait même d'acquérir très prochainement un Pear1 et d'en offrir un à Lachésis et à Eucléia. Il avait gardé de très bon contact avec sa soeur et sa cousine et parfois le fait de ne pouvoir leur écrire que des lettres sans voir leur visage était pesant.

Mais pour le moment, il avait plus urgent à traiter. La masse de carton amoncelée dans la rue n'allait pas se monter toute seule dans son nouvel appartement. Et Chimère ne semblait prête à l'aider. Elle se frottait contre ses jambes en ronronnant, explorant les alentours pour revenir se coller à lui. Une vraie trouillarde. Un sourire affectueux se dessina sur les lèvres du jeune homme alors qu'il se baissait pour la caresser. Il se redressa ensuite prêt à affronter les escaliers. L'ascenseur étant impossible à emprunter à cause de l'ampleur de ses affaires. Il remonta ses manches et commença l'ascension de ses cartons en les faisant léviter devant lui. Il ne voyait strictement rien. Et ce n'est que lorsqu'il entendit une voix féminine derrière son carton qu'il comprit ce qu'il venait d'arriver. Il se dépêcha de le poser au sol pour faire face à la jeune femme qui avait percuté son carton. Il se mordilla légèrement l'intérieur de la joue en rougissant d'embarras. Il esquissa un léger sourire à la jolie rousse et s'empressa de la déculpabiliser.

"Oh non non, ne vous excusez pas. C'est moi qui ne voyait pas où j'allais non plus."

Son sourire s'agrandit légèrement alors que la jeune femme reprenait d'une voix enthousiaste.  

"Effectivement, ça ne veut pas rentrer dans l'ascenseur."

Il haussa légèrement les épaules dans un sourire.

"J'ai des jambes solides heureusement."

Une lueur amusée traversa son regard alors que sa future voisine se présentait. Il nota son prénom typiquement français.

"Effectivement, j'emménage avec Chimère."

Il désigna le Fléreur qui s'était enroulé autour de ses jambes et qui fixait à présent Joséphine.

"Je crois que nous allons être voisin direct, Joséphine."

Il lui adressa un sourire éclatant.

"Nous emménageons au sixième étage, la première porte à gauche."

C'était tout de même une sacrée coïncidence de tomber sur sa future voisine dès l'emménagement.

"Zephyr Von Schwartzberg, reprit-il avec un sourire en coin. Magizoologiste. Enchanté également de faire votre connaissance Joséphine. Si je ne m'abuse, vous avez des origines françaises ou vous êtes vous même française non ? J'ai moi-même vécu en France pendant quelques années et votre nom de famille me paraît typiquement français."

Si en plus, il était tombé sur une française, ils pourraient avoir de longues discussions. Zephye était déjà plus qu'enthousiaste à l'idée de revoir la jeune femme et de pouvoir partager ses souvenirs avec elle. Elle semblait vraiment très gentille et dynamique. Il était certain qu'ils deviendraient amis très vite. Et cette perspective enchantait le jeune homme.



I'm just watching
The flowers grow
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
Par Merlin qu'il était mignon, songea Joséphine alors que son nouveau voisin se mordillait la lèvre, gêné de l'avoir bousculée avec son carton. La jeune femme balaya ses excuses d'un geste de la main tout en notant le léger accent de son interlocuteur. Un étranger, forcément. Les étrangers avaient toujours plus de charme, ce qui l'arrangeait bien dans la mesure où elle avait vécu à l'étranger toute sa vie d'adulte.

Elle dut décrocher son regard du sourire ravageur de son interlocuteur quand il attira son attention sur l'étrange créature qu'il venait de désigner comme étant "Chimère", son colocataire visiblement. A première vue on aurait dit un drôle de chat, mais à en croire ses grandes oreilles, il s'agissait plutôt d'un Fléreur. Pour ce que Joséphine en savait, ce n'était pas un animal de compagnie très répandu ! Mais elle n'y connaissait rien en créatures magique -Albert le cactus était son seul partenaire de vie- aussi ne fit-elle aucun commentaire.

"C'est vrai ? s'exclama-t-elle avec enthousiasme quand le jeune homme lui annonça qu'il serait son voisin de palier. C'est génial ! Elle sautilla de joie sur place en frappant dans ses mains. Vous verrez, l'appartement est lumineux, et très silencieux. Elle l'avait visité, avant de se rabattre sur le studio qui était en face. J'habite seule, glissa-t-elle en toute innocence, ou presque. Je ne devrais pas trop vous déranger ! Mais passez boire un café un de ces jours, quand vous serez installé !" *Ou maintenant*.

Joséphine avait définitivement abandonné l'idée d'aller à son cours de zumba chez K&K. Son nouveau voisin était largement aussi mignon que le coach, dans un autre genre, et ça aurait été très impoli de sa part de le planter ici. Elle voulait être une voisine aimable ! Elle s'était promis d'aller à la salle deux jours par semaine, mais on était que lundi, elle aurait le temps de se rattraper !

"Oooh, souffla-t-elle, impressionnée, quand il se présenta comme étant Magizoologiste. Ça explique le Fléreur, reprit-elle avec un regard en direction de l'animal. C'est bien un Fléreur n'est-ce pas ? s'inquiéta-t-elle. Je suis désolée, je ne m'y connais pas vraiment..."

Elle adressa au dénommé Zéphyr une grimace d'excuse qui se changea bien vite en un sourire ravi quand il la questionna sur son nom français. Elle n'arrivait pas à croire à sa propre chance ! Non seulement son voisin de palier était terriblement mignon mais en plus il avait vécu en France ! Joséphine avait définitivement abandonné l'idée de retourner vivre dans son pays natal mais Paris lui manquait, parfois. Elle aurait adoré pouvoir flâner dans les allées sorcières des grands magasins haussmanniens...avec quelques centaines de galions en poche. Au moins maintenant elle aurait quelqu'un avec qui parler de la France, peut-être même que Zéphyr parlait français ! Mais son accent n'avait rien de français, à la réflexion.

"Tout à fait cher Monsieur répondit-elle avec un sourire mutin. Je suis arrivée en Angleterre il y a un peu plus d'un an seulement. Je suis effectivement française, mais j'ai habité en Allemagne les dix dernières années, expliqua-t-elle. D'ailleurs, Von Schwartzberg, ne seriez-vous pas allemand ?"

Elle n'avait pas autant profité de l'Allemagne qu'elle l'aurait voulu, sa découverte du pays s'étant surtout limitée au bar miteux dans lequel elle avait travaillé et joué à la voyante toutes ces années, mais elle serait ravie d'en apprendre plus. Quoiqu'il en soit, il était curieux de voir la façon avec laquelle leurs chemins étaient similaires. Joséphine espérait toutefois qu'ils n'avaient pas fréquenté les mêmes endroits aux mêmes moments. Elle préférait que Zéphyr ignore tout du scandale autour de l'arrestation de son père, et de ses activités au Chaudron Rouge à Berlin. C'était tellement plus agréable d'apprendre à se connaitre petit à petit !



Avatar par Roy
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Un immense sourire enjoué se dessina sur les lèvres de Zephyr lorsqu'il vit Joséphine sauter de joie en apprenant qu'ils seraient voisins directs. Il rougit d'ailleurs un peu en songeant qu'il était un peu trop heureux que la réjouissance de la jeune femme. Elle était très jolie et attirer l'attention des jolies demoiselles n'étaient pas vraiment dans ses habitudes. Ou alors, il n'y avait jamais fait attention. Mais il était tout de même très touché par son enthousiasme.

"Oui, c'est ce qui m'a décidé à le prendre lorsque je l'ai visité. Sa luminosité et l'espace qu'il propose. J'ai beaucoup de possessions et j'aime avoir de la place. Il suffit qu'un de mes protégés soit un peu malade, j'aime bien rester auprès d'eux dans ces cas là. Et s'ils sont suffisamment petit, je m'accorde le droit de les ramener chez moi. Je ne le ferais pas avec un Eruptif mais avec un Demiguise, je cours moins de risque."

Zephyr esquissa un sourire amusé à sa dernière remarque. Avant de reporter son attention sur sa voisine. Elle laissa entendre qu'elle vivait seule ce qui attrista légèrement le jeune homme. Il n'aimait pas savoir les gens isolés. Il avait toujours la sensation que c'était quelque chose de triste.

"Vous n'avez même pas un petit compagnon pour vous tenir compagnie ?, demanda-t-il néanmoins juste par acquis de conscience. Je serais ravi de passer prendre un café. Dès que l'occasion se présentera."

Un grand sourire illumina son visage juvénile alors qu'il enchaînait sur Chimère. Il était ravi de voir que la jeune femme, malgré ses dires, reconnaissait un Fléreur quand elle en voyait un. Beaucoup de gens prenait la pauvre petite pour un chat. Ce qui était vraiment grossier. Comment pouvait-on confondre ces deux animaux diamétralement opposés ? Il fallait vraiment avoir de la boue dans les yeux. Néanmoins, Zephyr était quelqu'un de poli et il restait tout à fait courtois face à l'amalgame. Ce qui n'était pas toujours le cas de Chimère malheureusement. Il avait dû faire face à des situations délicates et retenir son Fléreur plus d'une fois.

"C'est bien un Fléreur, lâcha-t-il avec un grand sourire. Chimère alla même s'enrouler autour des jambes de Joséphine pour confirmer ses dires. Elle vous aime bien, ajouta le Magizoologiste avec une lueur amusée dans le regard. Vous avez de la chance. Elle peut parfois se montrer assez caractérielle."

Chimère tourna ses grands yeux dans sa direction comme pour le réprimander avant de lui tourner le dos avec tout le dédain dont elle était possible. Zephyr laissa échapper un petit rire en secouant la tête.

"Qu'est-ce que je disais ?"

Il ne pouvait décemment pas cacher sa passion pour les animaux. Il était bien trop obnubilé par eux. Toutefois, il savait aussi s'intéresser aux gens qu'il rencontrait. Et Joséphine était clairement le genre de personne qu'il avait envie de côtoyer. Il avait d'ailleurs vu juste sur ses origines et il ne put retenir sa surprise lorsqu'elle lui avoua avoir passé dix ans en Allemagne. Il écarquilla les yeux et esquissa un immense sourire incrédule.

"Vraiment ?! Mais c'est incroyable ! Nous aurions effectivement pu nous croiser avant. Ich bin ein Berliner chère Mademoiselle."

Il inclina légèrement la tête dans sa direction les yeux pétillants de malice.  

"Si j'avais deviné en venant ici... C'est vraiment fantastique ! J'ai vécu toute mon enfance en Allemagne. Je suis donc allemand. C'est correct. Mais j'ai passé toute ma vie d'adulte à voyager à travers le monde. Je reconnais que j'ai un faible tout romantique pour le Sud de la France. Mais les merveilles du Monde sont incomparables. Le pays qui m'aura le plus marqué et sans aucun doute le Kenya. Toute cette faune et cette flore. C'est juste... magique."

Ses yeux se mirent à pétiller d'enthousiasme et un sourire un peu bête s'étala sur son visage.

"Je suis si content ! J'espère que nous aurons l'occasion de discuter plus longuement. Si ça vous intéresse, je termine mon emménagement rapidement et je vous emmène voir l'exposition d'animaux magiques que je supervise. Nous pourrions peut-être parler de nos différents souvenirs communs sur les lieux qui nous ont marqué en France et en Allemagne."

Il était si enthousiaste à l'idée de lui montrer ses animaux qu'il choyait tant et de lui partager avec elle ses ressentis sur la France et l'Allemgne. De connaître sa pensée qu'il était prêt à expédier ses cartons dans son nouvel appartement sans prendre le temps de les déballer.


I'm just watching
The flowers grow
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine se sentit sourire malgré elle en écoutant Zéphyr parler de ses créatures avec tant d'affection. Il avait l'air réellement passionné et si attentionné ! Elle se demandait s'il était aussi bienveillant avec les femmes qu'il l'était avec ses animaux de compagnie. Il avait l'air si attaché à ses bêtes qu'il aurait presque pu la convaincre de prendre un compagnon elle aussi, mais au fond elle savait bien que ce serait une mauvaise idée. Elle n'était pas très responsable, il lui arrivait de s'absenter plusieurs jours ou de ne pas rentrer chez elle plusieurs soirs d'affilé. La pauvre bête serait bien malheureuse !

- Aucun compagnon, il n'y a que moi, répondit-elle sur le ton de la conversation, en se permettant un sourire qui donnait à ses dernières paroles un ton un peu différent. Comptez sur moi pour vous le rappeler ! assura-t-elle quand il accepta son invitation de passer chez elle pour boire un café. Ou ne pas boire de café. Ils décideraient le moment venu.

Josie avait beau ne pas vouloir d'animal de compagnie, elle n'était pas si ignorant qu'elle le pensait en matière de créature magique ! Le félin qui accompagnait son voisin se révéla effectivement être un fléreur, ce qui arracha un sourire de fierté à la jeune femme qui se pencha pour caresser la tête de l'animal venu s'enrouler autour de ses jambes.

-Entre femmes de caractère on se comprend ! répondit-elle avec malice quand Zéphyr souligna le côté caractérielle de la dénommée Chimère, qui parut plutôt vexée.

La discussion s'éloigna des créatures magiques et les deux jeunes gens en virent à évoquer leurs passés et à se trouver de nombreux points communs. Joséphine avait du mal à croire à sa chance. Elle en avait rencontré des hommes dans sa vie -plus qu'elle ne voulait bien l'admettre- elle en avait rencontré de tous les âges, de toutes les nationalités, de tous les milieux, et jamais elle n'avait croisé un garçon aussi mignon et intéressant. Il avait vécu en Allemagne, connaissait la France, et semblait avoir parcouru l'ensemble de la planète ! En plus de ça il avait l'air absolument adorable et était plutôt agréable à regarder. Il devait bien avoir un truc qui clochait. Il y avait toujours un truc qui clochait.

- Oh, le sud de la France...soupira-t-elle avec un soupire nostalgique. J'y passais toutes mes vacances quand j'étais enfant ! Et le Kenya, ça doit être si dépaysant ! Vous avez du découvrir plein de nouvelles créatures là-bas !

Elle avait beau ne pas être une experte, elle imaginait bien que les animaux magiques qui peuplaient le Kenya devaient être différents de ceux qu’ils avaient en Angleterre. Josie aurait pu continuer à discuter et à interroger son nouveau voisin pendant des heures –elle était une incorrigible bavarde– et ce sentiment était visiblement partagé, pour son plus grand bonheur. Elle hocha la tête avec enthousiasme quand ce dernier exprima le souhait de poursuivre leur conversation à l’occasion. Elle sentit un sourire niais s’étirer sur ses lèvres en voyant le regard pétillant de son interlocuteur et dût se faire violence pour décrocher ses yeux des siens.

- Oh oui avec plaisir ! répondit-elle avec entrain quand il proposa de l’emmener visiter l’exposition qu’il supervisait. Elle n’était pas plus intéressée que ça par les créatures magiques, mais la compagnie du jeune homme était plus qu’agréable et elle avait plusieurs heures devant elle avant de devoir aller travailler. Vous avez besoin d’aide pour l’emménagement ? Je peux vous filer un coup de main ! Laissez-moi juste le temps de me changer rapidement –j’allais à la salle de sport- et je vous rejoins !

Une fois convenu qu’ils se retrouveraient dans cinq minutes en bas de l’immeuble pour terminer d’acheminer les derniers cartons, Joséphine remonta en vitesse les deux étages qui la séparaient de son appartement et s’y rua en catastrophe. Cinq minutes pour se changer. C’était mission impossible. Elle se précipita dans sa chambre, ouvrit en grand les portes de son armoire et en parcourut le contenu d’un regard désespéré. Elle devait mettre la main sur sa robe préférée. Sa robe verte, celle qu’elle portait toujours au premier rendez-vous, avec un joli décolleté en forme de cœur et des petites manches arrondies. Elle pouvait la mettre en toute saison, avec ou sans collants, en bottines ou en sandales. C’était la robe parfaite. Par Merlin où était-elle cachée ? Ses doigts se refermèrent finalement sur le précieux vêtement, après avoir vidé la moitié de son armoire sur le sol de sa chambre. Elle enfila une veste en cuir et une paire de bottines avec, détacha sa queue de cheval et ébouriffa savamment ses cheveux, déposa une couche de rouge à lèvre couleur pêche sur ses lèvres et réalisa qu’elle avait déjà deux minutes de retard. Trente secondes plus tard, elle arrivait au rez-de-chaussée, les joues rosies et le souffle un peu court.

- Désolée, je ne trouvais plus mes clefs, c’est toujours pareil ! mentit-elle. Besoin d’aide avec les derniers cartons ? proposa-t-elle avec un sourire. Plus vite nous aurons terminé plus vite vous pourrez me montrer cette fameuse exposition !



Avatar par Roy
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Un rire amusé s'échappa de ses lèvres lorsque Joséphine se pencha pour caresser Chimère.

"Je comprends mieux alors."

Il rendit son sourire malicieux à la jeune femme avant que la conversation ne parte sur un tout autre sujet. Il se laissa entraîner et commença à parler de ses endroits préférés. Il ne croyait pas en sa chance, Joséphine semblait être tombée du ciel. Dans ces nombreux voyages, il n'avait encore jamais rencontré de jeune fille comme elle. Elle était française, avait vécu en Allemagne et elle se retrouvait juste sur son pallier. C'était une sacrée coïncidence. Et elle semblait réellement s'intéresser à ses histoires. Un immense sourire s'étira à nouveau sur ses lèvres, illuminant tout son visage.

"Vous n'avez pas idée ! J'ai pu voir dans leur état naturel des Focifères et des Musards, j'ai réussi à capturer un Nundu et un Tebo mais il faut être extrêmement prudent. Toutefois, je ne pouvais pas les laisser là-bas. Lorsque je les ai découverts, ils étaient gravement blessé. L'un a été chassé par l'homme et le second a été abandonné par son clan alors qu'il n'était encore qu'un bébé. Je ne pouvais décemment pas les laisser à leur sort."

Voir ou laisser une créature souffrir était au dessus de ses moyens. Peu importait leur dangerosité. C'était de son devoir de veiller au bien être des animaux. Qui d'autre à part lui sinon ? Depuis son enfance, il était passionné. Il avait même réussi à obtenir un endroit rien qu'à lui dans le parc du manoir chez son oncle pour les animaux qu'il recueillait. Il voulait les comprendre, il voulait tout apprendre d'eux. Il était bien plus qu'un simple Magizoologiste, il était un passionné. Et devant l'intérêt que semblait porter sa nouvelle voisine à ce qu'il racontait, il ne put s'empêcher de lui proposer de l'emmener voir son exposition. Et aussi parce qu'il voulait passer plus de temps avec la charmante jeune femme. Un sourire un peu niais éclaira son visage alors que ses yeux pétillait de joie lorsque Joséphine accepta sa proposition avec entrain. Il sentit même ses joues rougirent légèrement lorsqu'elle lui proposa de l'aider à finir de déménager.

"J'accepte avec plaisir."

Il regarda la jolie rousse disparaître dans les étages avec un petit sourire contemplatif. Il sentit le regard de Chimère sur lui et se mit à rougir de gêne et de plaisir mêlé.

"Quoi ? Elle est jolie et très gentille. Et puis t'as l'air de bien l'aimer aussi..."

Il glissa un sourire mutin en direction de sa Fléreur. Cette dernière se contenta de tourner la tête. Zephyr était certain que si elle pouvait parler, elle aurait eu une sacrée répartie. C'est donc avec un immense sourire que le jeune homme continua à monter ses cartons, la tête un peu ailleurs, il devait bien l'admettre. Un sourire illumina son visage lorsque Joséphine réapparut au bout de cinq minutes. Il ne put empêcher son regard de s'attarder sur sa tenue et il se fit la réflexion qu'elle était décidément très belle. Il se sentit rougir et détourna légèrement le regard.

"Ne vous inquiétez pas, s'exclama-t-il. C'est déjà très gentil à vous de m'aidez... Et vous êtes très élégantes dans cette robe."

Il ne put empêché ses joues de se tinter à nouveau de rouge alors qu'un petit sourire timide s'étirait sur ses lèvres. Il baissa le regard sur les derniers cartons qui occupaient l'entrée. Un seul voyage devrait suffire à tout transporter. D'un sort, il mit en lévitation plusieurs cartons et invita Joséphine à le suivre.

"Je ne vous ai pas demandé toute à l'heure mais... Et vous que faites vous dans la vie ?"



I'm just watching
The flowers grow
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Joséphine Chevalier le Lun 17 Avr 2017 - 19:23, édité 1 fois
Joséphine fut très satisfaite du regard de son nouveau voisin, qui s'attarda un peu sur sa tenue soigneusement choisie. cette robe était réellement un bon investissement. Aucun livret d'épargne à Gringott ne vous attirait ce genre de regard, ça c'était certain ! Elle s'attendrie en le voyant détourner les yeux, visiblement gêné, mais ne dit rien, et répondit à son compliment par un sourire éclatant.

"Oh merci, c'est gentil !" répondit-elle avec l'air de celle qui n'avait pas l'habitude. Elle l'avait, clairement, mais c'était toujours tellement agréable de recevoir des compliments !

Elle adorait ça, flirter un peu, sentir qu'elle plaisait, qu'on la trouvait jolie. Cela lui donnait confiance en elle, et l'impression de pouvoir conquérir le monde. C'était un sentiment qui lui avait longtemps été familier, du temps où sa fortune pouvait tout acheter. Désormais elle trouvait d'autres moyens de se sentir importante. Elle n'avait même pas vingt galions sur son compte actuellement mais elle avait de belles jambes et une robe porte-bonheur, c'était un autre type de richesse. On l'avait traité comme une princesse toute son enfance et parfois, quand les hommes la regardaient comme Zéphyr venait de le faire, où quand elle faisait tournoyer une robe neuve, elle en redevenait une.

Immitant le jeune homme, Josie fit léviter les derniers cartons et le suivit dans les escaliers.

"Je suis danseuse dans un cabaret à Bristol, répondit-elle avec entrain quand il l'interrogea sur sa profession. Vous devriez venir un soir ! C'est aux Folies Sorcières, je suis sûre vous aimeriez !" Quel homme n'aimerait pas, après tout ?

En vérité Joséphine n'était pas seulement danseuse. Elle ne refusait jamais quelques extras quand elle pouvait se faire de l'argent, et depuis un an elle avait ses clients plus ou moins réguliers. Elle était tombée là-dedans à Berlin et elle avait repris ses activités en arrivant en Angleterre. Mais ce n'était pas vraiment quelque chose que l'on racontait à son nouveau voisin de palier canon. Ce n'était même pas un mensonge, elle laissait simplement de côté un peu de la vérité. C'était important, de conserver une part de mystère.

"Wahou ! lança-t-elle quand ils arrivèrent sur le palier du jeune homme. C'est spacieux! commenta-t-elle avec envie en déposant délicatement les cartons au sol. Oh vous avez vu sur le sud de la ville ! Elle s'approcha de la fenêtre et posa son doigt sur la vitre pour indiquer une direction. La Marchbank était juste là, expliqua-t-elle, la mine sombre. Vous êtes arrivé après l'attentat ? C'était un bâtiment magnifique, avant, c'est terrible ce qui s'est passé..." Elle soupira et secoua la tête en signe de désapprobation.

Joséphine avait eu la chance de ne pas se trouver aux alentours de la place Merlin le jour du drame, mais comme tous les habitants de la ville, et du monde magique, elle avait été profondément chamboulée par cet évènement. Ces rebelles n'étaient-ils que des barbares pour commettre de telles atrocités ? Qu'ils manifestent s'ils voulaient se faire entendre ! On ne faisait pas exploser des bâtiments en tuant des centaines de personne simplement pour des désaccords politiques, c'était insensé !

"Et là c'est le centre commercial, indiqua-t-elle en retrouvant le sourire. Il est magnifique, très moderne, et il y a beaucoup d'enseignes, on trouve de tout ! Oh et il y a même un aquarium ! Avec beaucoup d'espèces exotiques, vous adoreriez ! Je vous emmènerai si vous voulez ? suggéra-t-elle en se tournant vers le jeune homme avec un sourire enjôleur. Mais d'abord, allons donc voir cette exposition ! lança-t-elle avec entrain. Sauf si vous voulez commencer à déballer un peu avant..." ajouta-t-elle en avisant tous les cartons entreposés autours d'eux.



Avatar par Roy
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
"Ah oui vraiment ?, s'exclama Zephyr avec un grand sourire. Et bien, je viendrais alors. Vous devez être magnifique sur scène.

Le jeune homme n'était pas du genre à fréquenter les cabarets ou tout autre endroit de ce genre. Mais pour faire plaisir à sa nouvelle voisine, il était prêt à faire un effort. Il n'aimait pas décevoir les gens et si elle affirmait que le spectacle lui plairait, il devait y avoir une raison. Il ne pouvait clairement pas se faire d'avis sans y avoir été avant. Et même si la foule avait tendance à le mettre mal à l'aise, il ne doutait pas de passer un bon moment. Rien que pour voir Joséphine encore une fois. Il ne voulait pas que les choses se passent mal entre eux. Surtout alors qu'elle l'aidait à transporter ses derniers cartons et qu'ils allaient partager le même palier. Les relations courtoises entre voisins étaient primordiales.  

Zephyr ne put retenir un sourire devant l'expression de la jeune femme lorsqu'elle franchit la porte de son appartement. Oui, il était grand et bien éclairé. A dire vrai, le jeune homme l'aimait déjà. Il savait précisément où il allait ranger toutes ses affaires. Quel coin serait dédié à telle chose. Tout était déjà clair dans sa tête. Mais il devait bien admettre qu'il n'avait pas vraiment fait attention à la vue qu'il avait. Il posa ses cartons au sol délicatement avant de rejoindre Joséphine, les mains dans les poches. Il observa la banque qu'elle lui désignait du bout du doigt, la mine sombre.

Tout n'était que désespoir et détresse depuis son arrivé. Au point qu'il avait écrit une longue lettre à Lachésis pour se débarrasser un peu de son poids. La perte de Klemens l'avait beaucoup trop affecté. Quelque chose en lui s'était brisé lorsqu'il avait su. Il s'en voulait. De ne pas avoir été présent, de ne pas savoir exactement ce qu'il s'était passé. De ne pas pouvoir démêler le vrai du faux. Il ne savait même pas la moitié de ce qu'il avait éprouvé. N'avait aucune tombe connue pour aller se recueillir. Il ne pouvait que chérir ses souvenirs et pleurer la perte d'un ami cher qu'il venait à peine de retrouver. Et les souvenirs de l'attentats venaient se greffer par dessus tout ça. Il n'avait perdu personne ce jour là. Il avait simplement eu très peur. Pour lui et ses animaux. L'exposition avait été épargné et c'était un soulagement immense.

"J'étais là, ce jour là, murmura-t-il d'une voix triste. Je n'ai pas compris tout de suite. L'exposition est assez loin de la banque. Mais... quand la foule a commencé à s'agiter et que la seconde détonation s'est faite entendre... C'était la débandade. Il a fallu calmer les animaux. Heureusement, les protections magiques ont tenu. Je n'ose imaginer le drame qui aurait suivi autrement."

Zephyr secoua la tête pour chasser toutes ces images de son esprit. Il ne voulait pas revivre cette journée. Il voulait tout oublier, ne plus y penser. Tout ceci était derrière lui désormais. Tout irait pour le mieux. Il ne faisait aucun doute que le gouvernement britannique trouverait les responsables de tout ceci et qu'il les punirait de la façon qu'il jugerait adéquate.

"Et vous ? Vous y étiez ?"

Le Magizoologiste posa son regard clair sur la jeune femme. Une pointe d'inquiétude dans le fond de son regard. Mais même si elle y avait assisté, elle se trouvait à ses côtés aujourd'hui. Et elle semblait en parfaite forme physique. Il espérait simplement qu'elle n'avait pas subi la perte d'un être cher. Il détourna ensuite son regard d'elle avec un sourire doux quand elle lui désigna le centre commerciale. C'était une bonne idée de changer de sujet. Son sourire s'agrandit d'ailleurs en réponse au sien, retrouvant toute la joie qui l'avait quitté auparavant.

"Vous feriez ça ?, s'exclama-t-il aux anges suite à sa proposition. J'adorerais aller voir cet aquarium."

Son regard brillait déjà d'excitation rien qu'à l'idée d'aller observer des merveilles aquatiques. Mais il fut rappelé à l'ordre par Joséphine qui lui rappela qu'ils avaient une exposition à voir avant.

"Mais oui, je vous y emmène de ce pas. Je déballerais tout ça plus tard."

Il balaya la pièce d'un geste de main avant de se tourner vers sa nouvelle voisine et de l'inviter à le suivre à l'extérieur. Son sourire ne le quittait plus alors qu'il descendait les escaliers quatre à quatre.

"Ce n'est pas très loin, je vous propose que nous y allions en marchant. Enfin sauf si vous préférez transplaner..."

Il esquissa une grimace d'excuse. Il oubliait souvent que les personnes préférait souvent s'éviter des pas inutiles. Castor et Pollux étaient de ce genre là en tout. Lui même avait toujours préféré marché plutôt que de se déplacer par la facilité. Il y avait tellement de choses à voir autour de lui. Pourquoi se priver du plaisir de la découverte perpétuelle ?


I'm just watching
The flowers grow
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine fut soulagée d'entendre que, même si son nouveau voisin se trouvait déjà à Léopoldgrad le jour de l'attentat, ni lui ni ses bêtes n'avaient été directement touchés, grâce aux barrières magiques qui protégeaient son exposition.

"Vous avez dû avoir peur, et vos animaux aussi...commenta-t-elle, pensive, fixant la direction de la place Merlin sans vraiment la voir. J'étais ici, répondit-elle quand Zéphyr lui demanda si elle se trouvait sur les lieux le jour de l'attentat. Enfin, dans l'appartement d'en face, précisa-t-elle avec un bref sourire. J'avais travaillé tard dans la nuit, je dormais encore, c'est le bruit qui m'a réveillée..."

Ce n'était pas tout à fait vrai. Elle s'était réveillée quelques minutes avant l'explosion. En sueur, après un terrible cauchemar. Un cauchemar dans lequel les murs de son appartement s'effondraient sur elle, l'emportant sous une pluie infinie de débris de pierre. Elle était dans sa cuisine, en train de faire infuser son thé d'une main tremblante pour essayer de se calmer, quand la première déflagration avait retenti, faisant exploser en elle un sentiment familier de culpabilité et d'incompréhension.

A quoi bon avoir des rêves prémonitoires si elle ne pouvait rien en faire ? C'était si nébuleux. Il lui arrivait de voir dans son sommeil des choses qui ne se concrétisaient que des mois ou des années plus tard. Mais il lui arrivait aussi de ne s'éveiller que quelques instants avant le drame qu'elle avait prédit, sans savoir qu'il était déjà sur le point de se réaliser. Et la plupart du temps elle était bien incapable de comprendre ce que ses rêves ou ses rares visions lui montraient. Elle savait qu'elle pourrait y arriver, avec quelques efforts. Elle pourrait reprendre ses études de divination, s'entrainer tous les jours, retrouver un état d'esprit plus ouvert, mais à quoi bon ? Il était dangereux, et souvent impossible, de changer l'avenir. Elle s'y était risquée parfois et cela avait toujours été un échec. Alors elle avait tout simplement arrêté d'essayer. Et parfois, comme ce matin du 30 octobre, elle s'en voulait terriblement d'avoir abandonné.

Consciente que l'ambiance s'était considérablement refroidie depuis qu'elle avait mentionné l'attentat, la jeune femme se hâta de changer de sujet en désignant à son nouveau voisin le centre commercial de la ville -indéniablement son endroit préféré- et le grand aquarium qu'il abritait. Comme elle s'y était attendue, le magizoologiste se montra très intéressé par ce dernier.

"Avec plaisir ! renchérit-elle. Et je compte sur vous pour m'empêcher de faire trop d'arrêts dans les boutiques sur le chemin de l'aquarium, ajouta-t-elle avec un sourire amusé. Je vous assure, ce ne sera pas une tâche facile !"

La perspective de ce rendez-vous l'enchantait -qui n'aurait pas été ravie à l'idée d'une sortie au centre commercial avec un charmant jeune homme ?- mais elle se renconcentra sur le programme du jour alors que Zéphyr assurait qu'ils pouvaient partir tout de suite pour l'exposition. Elle suivit le jeune homme dans les escaliers et lui emboita le pas alors qu'ils sortaient de l'immeuble.

"Oh non, marcher c'est très bien ! J'étais partie pour une séance de sport alors autant faire un minimum d'exercice ! ajouta-t-elle avec entrain. Je trouve que les sorciers manquent beaucoup d'exercice, à toujours utiliser la magie, c'est dommage. Même si j'avoue être plutôt contente de ne pas avoir dû monter les cartons à la force de mes bras, avoua-t-elle en riant. Ils y seraient probablement encore. Et elle l'aurait peut-être même abandonné face à une telle tâche. Vous avez une famille sorcière, ou moldue ? Ou un peu des deux ?"



Avatar par Roy
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Évoquer l'attentat avait quelque chose d'étrange. Sur le moment, il n'avait pas eu peur. Il avait été accaparé par ses animaux, il n'avait pas eu le temps d'avoir peur. Par la suite, en y réfléchissant et en analysant la situation, l'horreur l'avait envahie. Il ne pouvait donc pas franchement dire qu'il avait eu peur.

"Je n'ai pas vraiment eu le temps d'avoir peur... Je crois que les animaux ont été plus effrayé par le bruit que par les événements. Il esquissa un léger sourire pensif avant de se tourner vers la jeune femme. Nous avons tous les deux eux beaucoup de chance alors."

La situation aurait pu être encore plus dramatique et tragique. Il se savait chanceux tout comme ses créatures. Aucune perte à comptabiliser. Une vraie chance. Mais ils n'étaient pas ici pour se remémorer de mauvais souvenirs. C'était plus amusant de parler de choses légères et de planifier leurs sorties futures.

"Promis ! J'essayerais de vous stopper dans vos achats compulsifs, s'exclama-t-il dans un éclat de rire. Mais promettez-moi de me tirer par le bras quand je serais trop long devant les bassins ou trop ennuyeux avec mes explications à l'aquarium."

Zephyr avait conscience qu'il pouvait parfois embêter les gens avec sa passion débordante. Plus d'une fois ses frères l'avaient rabroué parce qu'il ne faisait que parler d'animaux magiques pendant les repas familiaux. Il énumérait tout ce qui faisait de telle ou telle espèce une pure merveille. Et il semblait que les jumeaux trouvait cela pénible. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi mais s'ils le disaient c'est que cela devait avoir un fond de vérité.

Un immense sourire accueillit l'annonce de Joséphine. Il adorait marcher. C'était parfait qu'elle veuille faire du sport. Lui même n'était pas un grand sportif mais la marche était l'une de ses activités favorite. Il commença donc à déambuler dans les rues de Leopoldgrad aux côtés de la jeune femme. Il ne pouvait s'empêcher de la dévorer du regard dans sa jolie robe. Il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pas eu de rendez-vous galant. Il n'arrivait même plus à ce souvenir à quand remontait le dernier. C'était pour dire.

"C'est vrai que la magie permet beaucoup de choses et offre une certaine liberté. Je suis heureux de ne pas avoir eu à monter ses cartons à la force de mes bras également, lâcha-t-il dans un rire. Et je reconnais que pour le ménage c'est bien pratique, il plissa légèrement le nez. Il n'aimait vraiment pas les tâches ménagères. Mais c'est vrai que l'activité physique n'est pas le point fort des sorciers. Quel sport pratiquez-vous ?"

Il avait enchaîné profitant de son éclat de rire pour répondre. Néanmoins, sa question le laissa surpris un instant. Il passa une main un peu gêné dans ses cheveux. Il n'avait pas honte de ses origines mais c'était toujours délicat de parler de sa famille. En Allemagne sorcière, le nom des Von Schwartzberg était tristement célèbre. Peu de famille ignorait le drame qui les avait touché et beaucoup blâmaient Helios.

"C'est assez compliqué en réalité..., le jeune homme marqua une légère pause en grimaçant légèrement. J'ai passé ma toute petite enfance dans le monde moldu. J'ignorais même que j'étais un sorcier jusqu'à mes cinq ans. J'ai passé le reste de mon enfance et de ma vie dans le monde sorcier. Ma famille est l'une des plus ancienne famille de sorciers allemands. Mon père était un Cracmol, il ne voulait donc pas vivre entouré de sorciers. Il s'est isolé dans le monde moldu avec ma mère. A leur mort, c'est mon oncle paternel qui nous a élevé dans le monde sorcier mes frères, ma sœur et moi. La famille Von Schwartzberg est très célèbre en Allemagne et il y a beaucoup de rumeurs à son sujet..."

Au point qu'il était quasiment impossible de s'appeler ainsi sans entraîner un murmure sur son passage. Il n'en avait pas vraiment souffert, il était au dessus de cela. Mais il savait que Lachésis avait été bien plus affectée que lui. Surtout qu'elle avait été très proche d'Egeon avant sa mort.

"Et vous ? Votre famille est plutôt sorcière ou moldue ? Vous avez des frères et sœurs ?"

Un léger sourire s'étira sur ses lèvres. Il ne voulait pas appesantir l'ambiance avec ses histoires de famille. Même s'il y avait beaucoup à dire.



I'm just watching
The flowers grow
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 22

Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine hocha vivement la tête quand Zéphyr répondit que la magie avait tout de même des avantages, surtout pour les tâches ménagère. Elle n'était pas très douée pour le ménage, ou le rangement, ou la cuisine. Elle avait grandi avec des elfes de maison et des gouvernantes et n'avait jamais eu à lancer un récurvite avant ses dix-huit ans. Son appartement n'était déjà pas un modèle de propreté, mais elle n'osait pas imaginé dans quel état il serait si elle ne pouvait pas utiliser la magie !

"Ca doit être tellement difficile pour les mordus, répondit-elle avec effroi, véritablement concernée. Cela doit leur prendre un temps fou !"

Elle avait du ranger le sol de sa chambre, un jour, pour trouver sa baguette qu'elle avait égarée sous une pile de vêtements. Elle avait trouvé ça très éprouvant. Et quelle perte de temps ! Elle n'y avait jamais vraiment pensé avant mais se sentait soudainement très triste pour tous ces moldus qui devaient nettoyer à la force de leurs bras, et faire la vaisselle ! Non, vraiment, elle ne pourrait pas. Les moldus étaient des gens très courageux !

"Principalement de la danse, pour le boulot, expliqua-t-elle quand le jeune homme lui demanda quel sport elle pratiquait, puisqu'elle ne suait pas en récurant son appartement. Et je me suis inscrite à la salle de sport qui vient d'ouvrir en centre-ville, ils proposent des cours assez variés, et les coach sont sympas ! J'ai essayé le Quidditch à Beauxbatons, une année, mais je n'étais pas très douée, je crois que j'ai un peu peur du vide. Et vous, vous faites du sport ?"

Les sorciers adultes qui pratiquaient régulièrement un sport étaient assez rares, mis à part ceux qui continuaient le Quidditch en professionnel ou en amateur à leur sortie de l'école. Il fallait dire que la culture magique n'offrait pas un vaste choix de sport, même si les choses commençaient à évoluer. Parce qu'on ne pouvait clairement pas compter les bavboules comme un sport !  Les moldus étaient décidément bien plus actifs que les sorciers ! La danseuse s'enquit d'ailleurs des origines de son interlocuteur, dans l'espoir de savoir s'il avait un jour dû balayer sans magie ou s'il avait pu pratiquer un sport comme le football.

Sans qu'elle ne comprenne pourquoi, elle sentit que sa question avait provoqué une gêne. Oups. Elle avait un don pour mettre les pieds dans le plat, c'était inné chez elle. Elle hésita à lui dire qu'il n'était pas obligé de répondre s'il ne le voulait pas, mais le jeune homme avait déjà entamé son explication. Au fur et à mesure de son récit, Joséphine se rappela des histoires qu'elle avait entendu en Allemagne, à l'époque.  

Ses souvenirs de ses dix ans à Berlin étaient un peu flous à cause des quantités de mona lisa qu'elle y avait consommé, mais elle se souvenait d'une histoire terrible, qu'elle avait entendu quelques fois racontée au bar. Une sombre affaire de père cracmol qui aurait abusé de ses enfants, au point que son ainé serait devenu un obscurus, ou quelque chose comme ça. Une histoire terrible. Elle ne se souvenait plus des noms de famille évoqués, elle avait toujours eu du mal avec les patronymes germaniques de toute façon, ils se ressemblaient tous ! Se pourrait-il qu'il s'agisse de la famille de Zéphyr ? Tout concordait en tout cas. Evidement elle n'osa pas poser la question. Et le jeune homme confirma de lui même ses soupçons en affirmant que beaucoup de rumeurs courraient au sujet de sa famille en Allemagne. Toutes ses rumeurs étaient-elles vraies ? Elle n'osa pas non plus le demander.

"C'est ce qui vous a poussé à quitter l'Allemagne ? L'envie de retrouver un peu d'anonymat ?"  s'enquit-elle avec compassion.

Elle savait ce que c'était que d'avoir honte de sa famille et de trainer un nom de famille un peu lourd à porter, c'était ce qui l'avait poussé à quitter la France.

"Toute ma famille est sorcière, répondit-elle quand le jeune homme lui retourna sa question. Enfin je pense, je n'ai pas connu ma mère et mon père parle peu d'elle, mais il assure que c'était une sorcière. Peut-être était-ce vrai, peut-être était-ce uniquement pour ne pas s'attirer les foudres de la haute société magique, elle ne le saurait jamais. C'est mon père qui nous a élevé moi et ma soeur. Il est resté en France. En prison. Et ma soeur est restée à Berlin avec son mari, qu'elle a rencontré là-bas. En prison, tous les deux. Mais je leur écris souvent. Une fois par mois au moins, sauf pendant l'été et les vacances, et quand elle oubliait. Nous sommes très proches."

Elle ne mentait pas, elle omettait des détails. Elle n'avait certainement pas quitté la France pour étendre la réputation de son père jusqu'au Royaume-Uni. Elle ne parlait jamais de lui et de ses problèmes avec la justice. Par chance, la majorité des clients qui avaient perdu toute leur fortune par la faute de son père étaient en France ou en Asie. Il avait conseillé de nombreux sorciers chinois sur de soi-disant placements financiers en Afrique, qui leur avait coûté tout ce qu'ils avaient. Le nom de Chevalier était certainement maudit à Shanghaï, mais elle était à l'abris des rumeurs en Angleterre.

"Et vous, vous avez de la famille en Angleterre ? Des amis ? Une petite-amie ? Histoire de vérifier si le champ était libre, l'air de rien, non pas que le contraire l'aurait forcément arrêté. Ou vous êtes venu seul ?"



Avatar par Roy
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

The girl next door [Jozéphyr]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [OVER] The Girl Next Door -- Mika & Jin
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» ♪ Who's that girl ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Leopoldgrad,-