AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 [JR] C'est reparti comme en 14 [Madison & Abel]

Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
14 octobre 2009, fin de soirée

La galerie Rowena figurait parmi les galeries d’art les plus reconnues du Londres magique. Abel n’était pas le seul sorcier étranger à franchir le passage sous l’Albert Memorial, en plein coeur du chic quartier de Kensington. Et pour cause : la galerie s’était bâtie sa réputation en accueillant diverses oeuvres des quatre coins du monde, comme les quatre continents représentés par les statues du mémorial. Prenant soin d’être à l’abri des regards des derniers touristes, Abel avait tapoté la corne du bison d’Amérique avant de disparaître dans une faille magique, derrière laquelle de délicats sons de musique l’appelaient.

Il aperçut rapidement Isaac près du buffet à cocktails. Ce dernier lui fit un grand signe de la main et tira avec lui sa soeur jumelle qu’Abel reconnut aussitôt.

« Bonjour, Diane, la salua t-il en se penchant pour lui faire la bise.
-Abel ! Ca fait longtemps ! C’est gentil à toi de venir, répondit la brune avec un grand sourire.
-Eh bien… Ton frère m’a fait une sacrée pub de ton expo, alors j’avais plutôt intérêt à venir, glissa Abel en lançant un bref regard à son ami associé.
-Aaah, c’est bien, je vois que tu as sorti le costume, ça aussi, t’avais plutôt intérêt ! » renchérit Isaac, avec son emphase habituelle.

Abel fit son sourire à moitié exaspéré qu’il réservait à son meilleur ami, et attrapa une coupe de vin des Elfes qui passait sous son nez pour éviter de répondre.

« Je suis sûre qu’il a été inutilement bavard et vantard comme d’habitude, lança Diane, d’un ton indulgent. Ce n’est pas « mon » expo, on est plusieurs artistes américains à exposer nos photos.
-Mais c’est quand même les tiennes les meilleures ! Tu devrais faire un tour, Abel, je pense que certaines vont beaucoup te plaire… On te rejoindra plus tard, on attend quelques personnes de notre famille. »

Hochant la tête, Abel se dirigea vers le début de l’exposition de photos tout en noir et blanc. Le thème était de toute évidence un nostalgique portrait des Etats-Unis, et il resta un certain temps à contempler des prises de vue des premiers gratte-ciel de Chicago. Il fut littéralement captivé par des photos des couloirs du collège de Salem, où il crut reconnaître quelques professeurs se mouvoir. En tournant sur un autre couloir, une petite silhouette familière attrapa son regard, dont il resta un instant à distance. Lorsqu’il fut certain de l’avoir reconnue, il s’approcha avec un sourire surpris aux lèvres, lançant à la jeune femme rousse :

« Madison, c’est toi ? Qu’est-ce que tu fais là ? »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

La Californie manquait parfois à Madison depuis qu’elle était en Angleterre. Elle ne regrettait pas d’avoir fait une pause dans sa vie trop mouvementée dernièrement mais l’Angleterre manquait un peu de distraction. Madison avait été élevée dans une famille où les week-ends se passaient en bonne société entre des brunchs et des vernissages. Lorsqu’elle avait quitté la côte est et ses parents, elle avait troqué les réunions de la haute société pour des galeries d’arts underground et des concerts dans des caves à la recherche du groupe qui bouleverserait la musique d’aujourd’hui.

Lorsqu’elle avait appris qu’une exposition de photo sorcière ouvrait à Londres, avec des Américains qui plus est, elle avait sauté sur l’occasion. Sortir ses robes de soirée avait ramené une foule de souvenirs de son adolescence. Elle avait fini par opter pour une robe noire qu’elle trouvait particulièrement chic. C’est armé de son plus beau sourire qu’elle avait pénétré dans la galerie, rapidement happée par les photos accroché sur les murs.

Elle observait avec attention une photo grand format reproduisant un immeuble newyorkais illuminé par le soleil d’hiver. La photo était en noir et blanc mais elle parvenait à capter les froids rayons. Derrière une fenêtre, une famille prenait son petit déjeuner alors que dans une autre une médicomage retirait sa blouse pour aller se coucher.

Elle ne s’aperçut pas tout de suite qu’on l’appelait et sursauta légèrement lorsqu’elle l’entendit.

« Abel ? »

Le ton était incrédule.

« Mais qu’est-ce que tu fiches ici ? »
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
La surprise d’Abel fit si bien écho à celle de Madison qu’ils se posèrent mutuellement la même question. Avec un certain amusement, l’archimage répondit le premier :

« Eh bien, la soeur de mon meilleur ami expose ici, alors je suis venu faire un tour. Il jeta un oeil à l’écriteau de la photographie que Madison observait avant qu’il n’arrive. C’est justement celle qui a pris ce cliché, visiblement, Diane Wells. Je crois qu’elle a orienté son travail sur le quotidien des familles américaines. »

Certains artistes avaient préféré se focaliser sur le caractère très graphique et spectaculaire des gratte-ciels, d’autres sur les contrastes très forts de l’hyper-urbanisation et la nature florissante des parcs new-yorkais. Diane, elle, avait réalisé surtout des clichés de scènes quotidiennes, touchantes ou banales, dans des appartements, des squares pour enfants, ou encore des bars et des restaurants.

C’était à la fois surprenant et pas si étonnant de tomber par hasard sur Madison dans une galerie d’art. Abel la connaissait assez pour savoir qu’elle aimait fréquenter ce genre de lieux, c’était globalement le cas des gens comme eux, amateurs d’art ou d’architecture qu’ils étaient. Ce qui le questionnait en revanche, c’était de la trouver à des milliers de kilomètres des Etats-Unis, et il s’en montra curieux :

« Et toi alors, que fais-tu si loin de la Californie ? »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

« Sérieusement, tu connais Diane Wells ? Je suis une admiratrice de son travail ! Je trouve très intéressant qu’elle ait pris l’angle social de la ville de New-York. J’ai beau aimer les photographies d’architecture et de nature, je trouve qu’ils manquent souvent de vie. Or une ville ne peut exister sans ses habitants, heureusement qu’elle est présente pour représenter cet aspect de ma ville de naissance… »

Madison avait beau avoir quitté New York depuis un certain nombre d’années maintenant, elle n’en restait pas moins une enfant de la Grosse Pomme. Retrouvé à Londres les photos des lieux de son enfance était assez ironique mais elle appréciait ces retrouvailles… Tout comme celles qui était en train de se passer.

« Et bien, j’ai décidé de prendre un peu de vacances loin de la côte ensoleillée et j’ai retrouvé une amie qui habite à Londres depuis quelques temps. Je n’avais pas encore eu le temps de découvrir sa nouvelle vie. »

Elle offrit un sourire à Abel avant de poursuivre.

« Quant à ma présence ici ce soir, tu me connais, je ne peux pas résister à une expo d’art, encore moins à une exposition de photo sur New York ! »

Quelques instants passèrent où elle prit finalement conscience de la présence d’Abel à ses côtés.

« Ca me fait vraiment plaisir de te revoir ! »

Emportée par son enthousiasme californien, elle prit l’archimage dans ses bras et le serra contre elle, ravie de retrouver un ancien ami.  
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
Avec un certain plaisir, Abel retrouva une Madison fidèle à celle qu’il avait connue, curieuse et toujours prompte à parler de ses centres d’intérêts. Il hocha la tête à son commentaire, puis renchérit :

« Je te rejoins là-dessus, elle est douée pour ça en plus : pour capturer des petits moments qui paraissent insignifiants comme ça, mais c’est ce qui donne une vraie âme à ses photos. Si tu aimes ce qu’elle fait, je peux te la présenter, c’est la soeur jumelle de mon ami et associé, donc on se connaît bien, et ça lui fera plaisir
, déclara t-il sincèrement. Un coup d’oeil en arrière lui fit ajouter : Enfin, pour le moment elle a l’air occupée, mais tout à l’heure, si tu veux. »

Diane était toujours contente de parler photographie avec des amateurs, et Isaac était toujours plus que ravi d’en rajouter une couche derrière pour glorifier sa soeur trop modeste à son goût.

Madison ne tarda pas à lui expliquer les raisons de sa venue, qui amusèrent Abel : il n’y avait bien qu’une californienne pour aller chercher des vacances « loin de la côte ensoleillée » qu’elle voyait tous les jours, et trouver que le gris de Londres ferait parfaitement le contrepoids. Pourquoi pas, il y avait après tout plein de choses à voir dans cette ville.

« Je ne suis pas surpris de te trouver là, en effet, de tous les endroits où on aurait pu se recroiser par hasard, celui-ci est le plus probable. » répliqua t-il en répondant à son sourire.

L’étreinte qu’elle lui offrit le prit un peu de court, seulement l’espace de quelques secondes, car il la connaissait affectueuse et expansive. Ce qui le déstabilisa davantage fut le naturel, et en même temps le léger scrupule qu’il ressentit à la serrer contre lui en retour. Comme un geste dont il avait eu l’habitude un jour, mais dont il ne savait pas tout à fait s’il était à propos aujourd’hui.

« Ca me fait plaisir aussi, ça fait longtemps, dit t-il toutefois avec sincérité. Quand ils s’écartèrent et que son regard tomba sur son visage, il ajouta : Tu as bonne mine, en tout cas. Alors, que deviens-tu depuis la dernière fois ? Ca fait quelques années maintenant, j’ai du manquer des choses. »

Curieux, mais laissant à Madison toute la latitude de répondre évasivement si elle le souhaitait, Abel attrapa pour eux deux coupes de champagne qui passèrent sous son nez.


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel


« Je ne voudrais pas la déranger mais lorsqu’elle sera un peu plus disponible, je serai ravie d’échanger avec elle ! »

Madison rit doucement lorsqu’Abel affirma ne pas être si surpris que cela de la trouver dans une galerie d’art.

« Il y a des choses qui ne changent pas. Tu me connais suffisamment pour te souvenir de mon goût pour l’art. Pour être tout à fait franche, ce n’est pas un si grand hasard de te trouver là aussi. »

Elle plongea quelques instants dans ses souvenirs.

« Tu te souviens de cette expo qu’on était allés voir ensemble ? Tu sais, celle où il y avait des sorciers enfermés dans des espèces de cubes transparents et qui prenaient la pose comme des mannequins. On avait eu du mal à garder notre sérieux face à leurs postures parfois vraiment loufoques. »

Madison avait beau apprécier l’art contemporain, certaines expositions la laissait parfois totalement perplexe mais c’était un risque qu’elle aimait prendre, ça faisait partie du jeu.

Les retrouvailles suivaient leur cours et après les souvenirs échangés, l’heure était à prendre des nouvelles.

« J’ai travaillé pendant plusieurs années dans un label de musique, le cours actuel de l’économie m’a valu mon poste alors je suis venue changer d’air en Angleterre auprès d’amis ayant immigré. Et toi alors ? J’ai cru comprendre que tu étais devenu un archimage avec une certaine renommée. Félicitations ! »

La jeune femme suivait le milieu de l’art aussi n’avait-elle pu manquer la montée d’un jeune archimage dont le nom lui était plus que familier.

« Qu’est-ce qui t’a attiré en Angleterre ? »
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Finalement on se retrouve là où on s’est rencontrés la première fois, c’est cohérent » consentit Abel, avec un sourire.

Et cette rencontre datait de presque sept ou huit ans, si les souvenirs d’Abel étaient bons. A une époque où la situation était difficile pour eux deux, ils s’étaient rencontrés au détour d’une exposition et avaient su rapidement sympathiser. Abel tendit la coupe de champagne à la jeune femme, tandis qu’elle lui rappelait justement quelques souvenirs de cette époque. Il replaça assez vite l’exposition contemporaine dont elle lui parlait, il s’en souvenait parce qu’ils en avaient beaucoup ri à ce moment-là, mais aussi parce qu’ils s’étaient rapprochés à cette occasion.

« Je m’en souviens. Je songe encore à la douleur qu’ils devaient ressentir dans leurs articulations en fin de journée, ça me redonne du courage quand je me plains de rester penché sur ma table de dessin toute la journée. Un éclair d’humour moqueur traversa le regard de l’archimage. Il y a des gens qui n’ont vraiment pas un travail facile. »

Il fut d’ailleurs content d’avoir des nouvelles du parcours de Madison. S’ils s’étaient très vite rapprochés au moment où ils s’étaient rencontrés, ils s’étaient également perdus de vue à peu près tout aussi vite. Après quelques semaines passées ensemble, chacun s’était fait rappeler par leurs carrières personnelles, et ils ne s’étaient plus vraiment revus. Il fut un peu déçu pour la jeune femme d’apprendre qu’elle avait perdu son poste. Lui offrant un sourire désolé, il répondit :

« J’espère que tu trouveras un autre label, ça devait te passionner comme travail. »

Mais, enjouée, Madison ne tarda pas à lui renvoyer la balle sur sa propre carrière, avec une remarque qui l’amusa.

« Tu as appris ça en étant aux Etats-Unis, ou ici ? Que je mesure cette renommée ? plaisanta t-il, avant de dire plus sérieusement. C’est gentil, Madison. J’ai eu de la chance, j’ai décroché un gros projet ici, ça m’a fait décoller. D’ailleurs, j’ai ouvert ma propre agence maintenant ! Je suis mon propre patron tyrannique. »

En contrepartie, il travaillait encore plus qu’avant pour pouvoir maintenir son agence naissante à flots.

« Je suis venu pour gérer un projet pour l’agence dans laquelle je travaillais, à la base, le projet de Cosmos. Je pensais repartir ensuite, mais finalement j’ai eu une deuxième opportunité, celle de Leopoldgrad. Et me voici toujours là, à profiter des projets que l’Angleterre peut m’offrir, répondit t-il à sa question, en taisant volontairement tout l’aspect qui concernait une certaine Isobel Lavespère. Et toi, alors, tu es ici depuis combien de temps ? Tu penses rester ? »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

Madison avait oublié l’humour d’Abel, des petites piques dites d’un ton très sérieux qui faisaient toujours mouche avec elle. Elle rit de bon cœur à sa réplique sur les métiers difficiles avant que leur conversation reprenne un ton plus sérieux.

« Je ne dirais pas que c’était le travail de mes rêves. J’ai certes toujours rêvé de travailler dans un label mais celui-ci était une grosse machine où je n’étais qu’un pion sans importance. J’étais bien loin de pouvoir proposer mes découvertes musicales pour pouvoir les partager au monde. J’essaye de me dire que ce licenciement est peut-être un mal pour un bien. »

C’est avec malice qu’elle répondit à la question d’Abel.

« Je t’ai suivi depuis les Etats-Unis mais ne prend pas la grosse tête, je suis une habituée des petits magazines d’art. Tu sais, ceux qui font de longs articles sur des homme-mannequins dans des boites… L’un d’entre eux a posté un article où ton nom était évoqué, comme je te connais ça m’a marqué. »

Si elle se souvenait bien, il s’agissait d’un article à propos d’un projet sur lequel il avait travaillé pour l’entreprise qui l’avait ensuite mené en Angleterre.

« Félicitations pour ton agence ! C’est un grand pas en avant pour un archimage, j’espère que tu vas bien te développer mais si j’en crois ta renommée anglaise, je ne me fais pas trop de souci pour toi. »

Si Madison fut surprise d’apprendre qu’Abel comptait passer un moment en Angleterre, elle se garda bien de le montrer. Elle ne connaissait plus vraiment le jeune homme et ne pouvait se permettre de juger ses choix.

« Je ne suis là que depuis quelques jours. Je n’ai pas encore fixé de date de retour car j’ai bien besoin d’une pause mais mon séjour ne s’éternisera pas. Je vis sur le canapé d’une copine, c’est marrant quelques semaines tout au plus ! Et puis, le soleil californien me manquerait trop. Tu as déjà visité la Californie ? »
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Je vois, oui… Tu as raison de le prendre comme ça, la soutint Abel. Au moins, ça t’a permis de voir comment la grosse industrie fonctionne et acquérir de l’expérience. Maintenant, si tu le souhaites, tu pourrais ouvrir ta propre affaire pour être plus en accord avec tes valeurs. »

C’était le chemin qu’avait suivi Abel et il ne le regrettait pas. Après quinze ans à travailler pour d’autres personnes, sans être forcément toujours d’accord avec la ligne imposée, il avait engrangé suffisamment de matière pour se lancer dans l’entreprenariat. Il était encore trop tôt pour en tirer un bilan, puisqu’il venait juste d’ouvrir son agence, mais il ne regrettait pas et il se sentait stimulé par ce nouveau tournant professionnel.

« Je vois, je vois, je suis donc paru dans la case « Bizarrerie du mois », à côté des boîtes en verre humaines et autres frasques artistiques, je suis particulièrement flatté. » répliqua t-il, sur le même ton malicieux qu’elle.

En vérité, son ego allait très bien, le projet Leopoldgrad avait fait la une de nombreux journaux anglais, et même quelques journaux d’information américains, au moment où la ville avait été officiellement inaugurée. C’était après tout un grand coup de pub pour le Royaume Uni, qui cherchait à accueillir avec ce projet des hommes et femmes d’affaires de tous horizons.

« J’espère aussi ! On a ouvert un bureau à New York aussi, avec Isaac, révéla t-il. C’est assez risqué, mais on voulait garder un pied dans les deux pays, on verra si on arrive à tenir. Sinon, eh bien, on reviendra probablement aux Etats-Unis, difficile de se séparer de sa patrie d’origine. »

Surtout pour un américain, dirait les mauvaises langues. Abel reporta son attention sur Madison, qui lui confiait ses projets. Il crut voir entre les lignes qu’elle était un peu perdue sur son avenir, malgré son air joyeux et léger, que sa venue n’était pas vraiment prévue, et qu’elle y cherchait probablement une ressource pour rebondir. Gardant ses propres analyses pour lui, il répondit à sa question :

« Une fois, oui, j’y ai passé quelques semaines, c’était parfait pour des vacances. Ca fait quelques années déjà, ça a probablement changé depuis, c’est une région qui bouge beaucoup j’ai l’impression… Je comprends que ça te manque, je viens d’une ville aussi ensoleillée que la Californie, ça fait du bien d’y retourner de temps en temps et couper avec la grisaille du Nord. »

Qu’il s’agisse de Salisbury, de New York ou de Londres, dans le cas d’Abel. Il réfléchit à ce que Madison avait dit plus tôt, puis proposa après un instant d’hésitation :

« Si tu ne restes pas longtemps ici, on ne va peut être pas avoir l’occasion de se voir davantage. On pourrait aller boire un verre après l’expo, si ça te dit ? »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

« Vous avez ouvert un bureau à New York en parallèle ? Et bien, vous n’avez pas froid aux yeux ! En même temps, vous auriez tort de vous en priver vu la publicité que Leopoldgrad vous a fait… »

Madison était impressionnée par le parcours d’Abel, elle avait eu l’intuition lors de leurs rencontres passées qu’il était destiné à de grandes choses mais ç’avait été bien plus rapide qu’elle ne l’avait alors imaginé.

« C’est vrai que c’est dur de s’arracher à sa terre natale. Tu vois, j’ai beau adoré la Californie et vanter ses mérites à travers le monde, si je ne vais pas à New York régulièrement je me sens nostalgique… Los Angeles a certainement évolué depuis que tu t’y es rendu. J’habite Carmel-by-the-sea, c’est une ville côtière avec un rythme beaucoup moins effréné, j’ai besoin de me poser au calme lorsque je ne suis pas au travail. Si jamais tu as l’occasion, je serais ravie de t’héberger quelques jours pour que tu découvres le paysage unique ! »

Madison était particulièrement fière de sa ville, elle avait envie de montrer à la Terre entière les beautés de la côte pacifique.

La proposition d’Abel était plus que bienvenue. Si Madison était contente de changer d’air, elle était un peu trop seule à ruminer ses problèmes. Isobel et Logan travaillaient beaucoup et avaient peu de temps à lui consacrer malgré leur bonne volonté. Aussi, retrouver un vieil ami était une chance inespérée.

« Avec plaisir ! On termine notre tour et on y va ? »

Le reste de la visite se poursuivit dans une entente amicale, ils s’extasièrent devant les clichés et alors qu’ils se dirigeaient vers la sortie, Abel tint sa promesse en présentant Madison à Diane Wells. C’est tout enthousiasmée par cette rencontre que Madison sortie de la galerie.

« Alors, toi qui connais la ville, où nous conseilles-tu d’aller ? »
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Je connais pas du tout cette ville, ça sonne pas mal en tout cas, sourit Abel. J’y penserai, je te ferai signe si je passe un jour en Californie. »

Sur cette aimable proposition, ils terminèrent leur tour de l’exposition. Isaac râla pour la forme en voyant son ami partir si vite, puis afficha cet air pénible qu’il affichait quand il voyait Abel en compagnie d’une femme. Abel fut bien content qu’à l’époque où il avait rencontré Madison, il ne l’avat pas présentée à Isaac, il aurait eu deux fois plus de raisons de lui lancer des regards appuyés.

Faisant mine de ne pas y prêter attention, Abel conduisit Madison à l’extérieur, sur la pelouse de l’Albert Memorial, qu’il contournèrent pour emprunter la rue latérale. L’air frais de la soirée fit du bien à Abel, après tout ce monde près du buffet. La voix de Madison lui fit tourner la tête vers elle.

« Hum, réfléchit t-il à haute voix, en vérité je suis sur Londres depuis peu de temps, j’habitais à Cosmos avant. Mais j’ai eu le temps de repérer quelques bars irlandais sympathiques dans un quartier près de chez moi. On peut transplaner, si ça te dit ? »

Après son accord, Abel s’arrêta de marcher et sa main chercha celle de Madison. Quelques secondes plus tard, ils atterrirent dans une rue plus animée, où Abel chercha son repère.

« Par là, la devanture verte. »

Lâchant doucement la main de Madison, il s’avança vers la porte du bar qu’il ouvrit en lui laissant le pas. Une des tables près de la fenêtre qu’Abel affectionnait beaucoup était libre, il les y emmena  puis tendit la carte à Madison.

« Je dirais... Cosmos-politain ? Si tes goûts n’ont pas changé »
lança t-il, comme un défi-devinette, avant de plaisanter, en guise d’explication. « C’était facile à retenir, ça allait même avec tes cheveux. »



MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

« Un bar irlandais ? C’est une excellente idée ! Rien de mieux qu’un pub pour se mettre dans l’ambiance du Royaume-Uni ! »

Madison saisit la main que lui tendait Abel, la sensation la surprit quelque peu, faisant resurgir de vieux souvenirs qu’elle pensait avoir oublié. Mais déjà, ils avaient transplané et la jeune femme s’écartait. Le pub était facilement reconnaissable, arborant un vert manquant d’originalité.

« Les anglais aiment beaucoup trop tout ce qui est classique… A Los Angeles un bar comme celui-ci aurait forcément une petite touche pour le différencier. Soit un énorme leprechaun ensorcelé, soit des meubles modernes, voir même des néons pailletés, que sais-je ? »

Ils entrèrent dans l’établissement qui avait l’avantage d’être chaleureux, Madison comprit pourquoi Abel l’affectionnait. La carte à la main, elle parcourut les boissons du regard, tâchant de comparer les prix anglais aux prix américains mais son choix était déjà fait. Un sourire fleurit sur son visage lorsqu’Abel la perça à jour, était-elle si prévisible ?

« J’aurais bien envie de te répondre non pour ôter ce sourire arrogant de ton visage mais malheureusement je tiens trop à mon Cosmos-politan. Par contre… Quel est le rapport avec mes cheveux ? »

Le regard perplexe, Madison écouta la réponse d’Abel qui fut interrompu par l’arrivée du serveur.
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
La petite critique de Madison amusa Abel, qui hocha volontiers la tête :

« C’est vrai, on voit des bars bien plus décalés à Los Angeles ou New York. Mais, histoire de faire un peu l’avocat de la défense, je dirais que les anglais sont quand même très distingués dans leurs classiques. Ils font ça mieux que nous. »

Abel commençait à apprécier ce qui faisait le charme de ce pays, même si en arrivant, il avait forcément tout critiqué et comparé aux Etats-Unis, bon expatrié qu’il était. Il avait déménagé à Londres car il appréciait son côté foisonnant et vivant, tout en élégance. Il commençait à y trouver son train-train, d’ailleurs, et typiquement, avoir un bar et une table préférée en était la preuve.

Content de voir que sa prédiction se réalisait, il n’eut pas toutefois vraiment le temps de fanfaronner. Le serveur vint prendre leur commande, ce qu’il fit, tout en répondant à la question de Madison :

« Juste la couleur. Rouge-orangé… Même si ça tire sur le rose dans certains bars. » Et il lui semblait que c’était le cas de celui-ci. En attendant de le vérifier, Abel conclut : « Bref, j’ai des moyens mnémotechniques tout à fait élaborés, comme tu peux le voir. »

Abel retenait souvent des images, des couleurs, des éléments visuels forts, plus que des choses écrits ou des discours prononcés. C’était probablement ce qui le rendait particulièrement sensible aux paysages. Même dans son rapport avec les gens, il leur associait souvent des lieux, des ambiances, des couleurs, et c’était ce qui l’aidait à se souvenir de multiples détails sur eux.

« Même si ça fait longtemps, je me souviens de pas mal de trucs bêtes de ce genre, sur toi, tu serais surprise. » révéla t-il sérieusement, une certaine malice au fond de son regard.


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

« Tu ne te fais pas l’avocat du diable Abel, tu es carrément devenu un vendu à la solde des Anglais… Qu’a donc ce pays de si extraordinaire qui arrive si bien à retenir les Américains qui le dénigraient ? »

Le ton de Madison était rieur, légèrement moqueur mais pas mauvais. Abel lui faisait un peu penser à Isobel qui vantait les qualités de l’Angleterre à ses amis. Elle était amusé par ce comportement mais aussi ravi pour eux, cela signifiait qu’ils y avaient trouvé leur place et ce n’était pas toujours chose facile. Elle devait avouer qu’ils lui faisaient un peu penser à elle-même vantant les mérites de la Californie aux grandes familles de la « East Coast ».

« Je ne sais pas trop comment prendre cette information, tu penses donc que j’ai des cheveux qui tirent sur le rose, c’est bien ça ? »

Madison était agréablement étonnée de la facilité qu’elle avait à discuter et plaisanter avec Abel. Elle ne l’avait pas vu depuis des années et leur passé commun aurait pu leur valoir une petite gêne mais elle avait juste l’impression de retrouver un vieil ami. Malgré cela, la dernière réflexion d’Abel amena Madison à détourner le regard. Un petit sourire timide apparu alors qu’elle lui répondait.

« J’ai quelques bons souvenirs de mon côté aussi… Tu détestes toujours autant les bonbons à la fraise ? »

Le ton était de nouveau malicieux même si l’atmosphère était devenue un peu plus intime. Comme si leurs confidences les rapprochaient de ce qu’ils avaient été auparavant.
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Peut-être qu’en restant un peu, tu finiras par le voir… Cela dit, je ne compte pas non plus m’installer définitivement ici, si ça peut te rassurer ! » affirma Abel, clôturant ainsi le sujet.

Il aimait découvrir de nouveaux pays et estimait n’avoir pas fini de découvrir l’Angleterre, alors qu’il comptait prendre son temps. Mais il ne doutait pas du fait qu’il reviendrait au bercail, trop de choses le retenaient aux Etats-Unis, à commencer par son attachement fort à sa famille et sa ville d’origine.

Le ton avec lequel Madison répondit à sa remarque sur ses cheveux lui fit comprendre qu’elle n’était pas vexée -on ne savait jamais avec les femmes- et Abel se permit donc de renchérir :

« Ce n’est pas ce que je pense, mais pourquoi pas, il y a des femmes qui portent très bien les cheveux roses ! »

Une fois leurs commandes prises, Abel eut tout le loisir de savourer ses retrouvailles avec Madison. Il ne pensait pas du tout la croiser ici, c’était une jolie surprise, et une bonne occasion de se changer les idées. Sa vie était assez tumultueuse ces derniers temps, entre l'ouverture de son agence et toute la complexité qui allait avec, Abel ne dormait plus beaucoup. Mais il y avait aussi une femme qui hantait ses pensées et l’empêchait au moins autant de trouver le repos…

Sentant que ses pensées commençaient à s’égarer vers une voie qu’il ne désirait pas, Abel se ressaisit et s’efforça de profiter de l’instant présent avec Madison. Un instant simple, chaleureux, qui commençait même à devenir intime. L’évocation de ces bonbons à la fraise, qui pouvait paraître anodine à n’importe qui les écoutant, ne l’était pas tant que ça…

« Toujours, et j’ai même pas cherché à en goûter ici, c’est une abomination, quelque soit le pays qui les fabrique ! Il y a des fruits que les industries ne devraient pas transformer, franchement. La fraise, l’orange, aussi… »

Secouant la tête face à ce débat qu’ils avaient déjà eu, Abel laissa un bref silence planer, pendant lequel il se laissa embarquer dans ses souvenirs. Ces bonbons à la fraise, elle les lui avait proposés un soir dans un contexte bien particulier. Elle, sous ses draps, pendant qu’elle se moquait de son aversion pour ces friandises, et lui qui cherchait à la faire taire en usant de chatouilles déloyales… Une bataille physique qui avait rapidement dévié vers une étreinte un peu plus charnelle. Le même petit sourire qu'elle perça ses lèvres quand il reprit :  

« Et toi alors, tu détestes toujours autant les chatouilles ? »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

Madison rit de bon cœur à l’expression horrifiée d’Abel, comme si manger des bonbons à la fraise était une torture…

« L’orange aussi ? Mon pauvre Abel, tu as dû avoir une enfance bien malheureuse si tu n’aimais ni les bonbons à l’orange ni ceux à la fraise… Autant je te comprends pour le goût chimique de la fraise autant je trouve que certains arômes d’orange sont assez bien réussis ! »

Etaient-ils réellement en train de débattre des aromes alimentaires en buvant un verre après s’être perdus de vue pendant des années ? C’était ce que Madison avait toujours apprécié avec Abel, ils pouvaient partir dans de longues discussions sur des sujets très variés.

Le sourire d’Abel se fit plus charmeur alors qu’il faisait appel à leurs souvenirs communs et Madison se prit au jeu, se penchant légèrement vers lui tout en lui parlant à voix basse.

« Les chatouilles sont une attaque parfaitement déloyale ! Je t’interdis de l’utiliser de nouveau contre moi… »

Son sourire disait cependant qu’elle n’était pas contre retrouver le reste de la situation.
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Je n’ai jamais été très bonbons, de toute façon. Plutôt gâteaux et beignets ! »

Combien de beignets fondants avait t-il dégusté dans son enfance, en longeant les bords du Mississippi en compagnie d’Isob… Non, ne pas penser à elle, il avait dit.

Heureusement il n’était pas trop difficile de se laisser porter par l’instant avec Madison, dont il retrouvait avec plaisir la compagnie agréable. Il y avait toujours eu quelque chose de simple et naturel à discuter avec elle, leurs personnalités s’ajustaient bien l’une à l’autre, et ils parvenaient à ne jamais franchir les limites de l’autre. C’était ce qui avait rendu leur relation si simple et même salvatrice, lorsqu’ils s’étaient rencontrés quelques années plus tôt, tous les deux en quête de réconfort pour des raisons plus ou moins semblables.

Son sourire s’agrandit tandis qu’elle lui renvoyait la balle, et Abel n’eut pas vraiment à tergiverser pour comprendre qu’elle voulait bien se laisser entraîner sur le terrain de la séduction. Il connaissait bien ce regard… Il répliqua, en répondant à son injonction silencieuse :

« Vraiment ? Je ne garantis rien, ça pourrait m’échapper… »

Les chatouilles et le reste, disait son regard. Se sentant joueur, il ajouta à voix basse comme elle :

« Qu’est-ce que tu ferais, dans ce cas ? »



MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

L’atmosphère avait définitivement changée maintenant qu’ils avaient reconnu les intentions de l’autre. C’était comme un flash-back, Madison avait l’impression d’être revenue presque dix ans plus tôt alors qu’elle flirtait pour la première fois avec Abel. C’était agréable de retrouver l’insouciance de ses vingt ans, elle était beaucoup moins blasée à l’époque ayant vécue moins de déconvenues professionnelles et amoureuses. Le ton plein de sous-entendus d’Abel lui tira un sourire malicieux.

« Quoi ? Tu oserais de nouveau utiliser ces moyens retors ? Tu n’as appris aucune nouvelle méthode pour t’attirer les faveurs d’une jeune femme innocente ? »

Madison n’avait pas draguée depuis de longs mois, préoccupée par son emploi chronophage pour lequel elle avait tout donné mais n’avait rien reçu. Retrouver la complicité et la pointe d’excitation du flirt lui faisait le plus grand bien.

« Ce que je ferais ? Crois-moi, je ne me laisserais pas faire… Je répliquerais sans doute de la même manière et si ce n’est pas suffisant pour te faire apprendre la leçon, j’utiliserais peut-être des méthodes moins catholiques… »
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
« Qui sait… répondit t-il avec ce calme dont il avait le secret, tandis qu’elle l’interrogeait sur ses nouvelles méthodes. Tu n’as qu’à le découvrir par toi-même, si tu es curieuse. »

Amusé par leur façon de tourner autour du pot tout en se faisant clairement du pied, Abel ne lâchait pas Madison du regard. Il ne leur avait pas fallu longtemps pour retomber dans leurs jeux familiers, c’en était presque déconcertant. Il n’aurait su dire exactement ce qui, chez elle, le mettait si vite à l’aise pour se montrer aussi entreprenant. Il ressentait la même grisante hâte à sauter les étapes aujourd’hui qu’en la rencontrant, neuf ans plus tôt. Sans doute parce qu’il se trouvait dans la même chaotique situation sentimentale qu’à l’époque. Or, avec Madison, tout était simple, léger, sans conséquences. Il ne demandait rien de mieux à cet instant.

« Me faire apprendre la leçon ? Tu as gagné en autorité, dis-moi. »
sourit t-il, en se rapprochant volontairement d’elle.

Il se figurait à peu près bien les méthodes qu’elle menaçait d’utiliser, et la voir en préciser la perspective le remplissait d’une satisfaction toute humaine : celle de plaire, de se savoir apprécié, désiré, même. Nul meilleur baume pour le coeur et l’ego que celui-ci, et nul meilleur réconfort quand on se sentait en baisse d’estime de soi. Ce fut la même chose qu’Abel offrit à Madison en savourant du regard les traits de son visage qu’il voyait de bien près, maintenant. Il pouvait même percevoir le souffle de sa respiration sur sa peau. Mais il laissa juste ce qu’il fallait de distance pour lui laisser le choix de franchir le pas ou non, même s’il l’y poussa d’une réponse provocatrice :

« Ca ne sera clairement pas suffisant, tu devrais plutôt passer à des méthodes préventives. »



MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

Le regard d’Abel se faisait de plus en plus insistant. Il ne la lâchait plus, semblant la détailler de ses yeux gris. Madison se soumit bien volontiers à cet examen, en tirant même un léger frisson. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas senti ce type de regard sur elle. Cela n’avait rien à voir avec un inconnu la dévisageant dans la rue… C’était une personne la connaissant personnellement qui posait sur elle un regard chargé de désir.

Instinctivement, elle s’approcha d’Abel alors qu’il se penchait vers elle.

« Si tu savais ce que j’ai dû apprendre pour survivre dans ce monde de requin qu’est un gros label musical ! Crois-moi, il faut être autoritaire… Et imaginative… »

Elle le laissait déduire dans quel autre domaine l’imagination était la bienvenue. Abel n’était pas en reste dans ce jeu de séduction et son souffle qui frôlait ses lèvres depuis plusieurs longues secondes devenait une source de distraction. Les yeux de Madison dérivèrent sur les lèvres légèrement humides à cause de la boisson qu’il tenait dans ses mains. Il suffit d’une phrase prononcée telle une invitation accompagnée d’un regard provocateur pour la faire céder.

« Ce genre de méthodes ? »

Avec un petit sourire narquois, Madison se pencha vers Abel jusqu’à ce que leurs lèvres se rencontrent.
Abel LaveauArchimage urbanisteavatar
Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur
Grisé par ses réponses audacieuses, Abel laissa Madison s’approcher de lui en sachant pertinemment ce qui allait se produire. Il posa les coudes sur la table pour se rapprocher davantage et accueillit son baiser en fermant les yeux, caressant ses lèvres des siennes à son tour. Pendant qu’il l’embrassait, toute réflexion quitta son esprit, décidé à profiter sans réserve de cette étreinte.

Mais lorsqu’ils se détachèrent, un bref flash passa devant le regard d’Abel. Un souvenir tout récent se superposa à la vision qu’il avait juste sous les yeux, et le troubla profondément l’espace d’une seconde. A peine trois semaines plus tôt, c’était Isobel qui plongeait son regard dans le sien de la sorte, c’était elle qu’il embrassait avec ferveur. Il s’était bien gardé d’évoquer le sujet avec elle depuis. Qu’allait t-il lui dire quand lui-même peinait à trier ce qu’il ressentait ? Il se sentait coincé avec lui-même, entre des élans qui avait complètement pris le dessus sur lui, ce fameux soir sur les bords du Mississippi, et une longue liste d’arguments raisonnables expliquant chacun pourquoi il ne pouvait décemment pas entamer quoique ce soit qui ait l’air d’une relation intime avec Isobel Lavespère. Le premier argument en tête étant qu’il s’était déjà laissé piéger dans des sentiments qu’elle ne lui avait jamais rendus, et qu’elle avait même piétinés en partant.

Pour être franc, il avait décidé d’opter pour la tactique de l’autruche, tant qu’il ne serait pas certain de ce qu’il désirait développer avec sa meilleure amie d’enfance. Ce soir, face à Madison qui lui paraissait tellement plus accessible, Abel n’avait pas du tout envie de ressasser ses questionnements. Il avait plutôt envie de tout oublier et se laisser porter par une attirance plus simple, moins conflictuelle, juste un moment…

Alors il enterra définitivement cet étrange sentiment de malaise qui flottait en lui et qui lui soufflait qu’il agissait mal, pour retrouver le même sourire que tout à l’heure, séduit et séducteur.

« Exactement ce genre de méthodes. Je dois avouer que ça m’avait manqué. »

Comme pour appuyer ses dires, il saisit entre les doigts le menton de Madison, pour l’embrasser à nouveau, avec douceur. Quand il se sépara, il ajouta, un sourire sincère aux lèvres.

« Je suis content de te retrouver, Madison. »


MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Madison Montgomery, amie d'Isobel

La douceur des baisers d’Abel lui firent remonter des souvenirs d’une autre époque où ls s’étaient consolés dans les bras l’un de l’autre. Madison avait rencontré Abel peu de temps après une rupture très douloureuse et elle avait trouvé du réconfort dans ses bras. Leur histoire n’avait pas duré très longtemps mais elle lui avait mis du baume au  cœur. C’était drôle de le retrouver de nouveau alors qu’elle n’était pas au meilleur de sa forme.

Les gestes vinrent naturellement, le baiser était agréable sans la maladresse d’un premier baiser. Ils avaient retrouvé leurs anciens automatismes. La caresse s’éternisa jusqu’à ce que Madison se recule.

« Ca me fait vraiment plaisir de te retrouver, moi aussi, Abel. »
 


Elle posa sa main sur la sienne et joua un instant avec ses doigts avant de lui lancer un regard espiègle.

« Ca te dirait de sortir d’ici te balader un petit peu ? »
 


L’archimage acquiesça et ensemble ils quittèrent le café. Main dans la main, ils discutèrent un long moment ponctuant leurs paroles de gestes tendres. C’est naturellement qu’ils se retrouvèrent à la porte de l’appartement d’Abel pour poursuivre leurs retrouvailles.


[Fin du RP]
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

[JR] C'est reparti comme en 14 [Madison & Abel]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu comptes allez ou comme sa ? ( Pv Madison x Vertige )
» Vif comme un Serpent I [Pv Abel]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres,-