AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 [JR] Urgences (ouvert à tous)

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1084

Voir le profil de l'utilisateur
30 Octobre 2009, après l'attentat de Leopoldgrad, aux urgences de Ste Mangouste.


Emma Winston ~ Médicomage


L’agitation régnait. L’alerte avait été donnée et déjà des blessés avaient été rapatriés. Les médicomages, infirmiers, aides-soignants s’affairaient de toutes parts et tentaient de calmer les blessés qui s’entassaient dans les couloirs des urgences de Sainte Mangouste.

« - Mais j’ai atrocement mal au bras ! se plaignait un sexagénaire au look luxueux.
- Je sais monsieur mais d’autres blessés sont prioritaires. Calmez-vous, la potion anti-douleur va commencer à faire effet, on s’occupera de votre bras ensuite, » tenta de le raisonner une infirmière.

Emma n’entendit pas la suite mais compris que l’homme s’énerva sur la pauvre infirmière. Le psychomage Kane et elle venaient de transplaner en provenance de Leopoldgrad où beaucoup d’autres blessés attendaient d’être secourus. Les deux femmes encadraient un brancard magique lévitant au-dessus du sol sur lequel reposait un jeune garçon plongé dans le coma. Derrière eux, suivait l’homme qui avait amené le blessé à Meredith Kane. Emma songea qu’il devait être perdu au milieu de tant d’agitation, de cris et de pleurs. Pour dire vrai, cela faisait bien longtemps qu’Emma n’avait pas vu les urgences de Sainte Mangouste autant débordée. Quand tous les blessés auront été rapatriés, plus leurs proches, les locaux ne seront pas assez grands et les blessés mineurs devront attendre encore un moment…
La sorcière était encore couverte de poussière mais le choc de l’attentat était pour elle secondaire désormais. La priorité absolue était de sauver ce pauvre garçon dont l’état se dégradait chaque seconde. Dès lors que sa consœur Kane avait posé son diagnostic, les deux sorcières n’avaient pas perdu une minute et après s’être assurée qu’Irving Whitaker et ses amis pouvaient se débrouiller seuls, Emma avait aussitôt suivi Meredith et Nahuel dans leurs transplanages d'urgence.
En passant devant le secrétariat Emma héla la secrétaire médicale par dessus le comptoir du bureau qui faisait face à l’une des salles d’attente des urgences.

« - Madame Dicker ! C’est une urgence ! Une petite femme au chignon très serré et à la blouse impeccablement bien repassée apparut. Envoyez un message à tous les personnels soignants en repos, on a besoin d’avoir le plus de personnes possible.
- C’est déjà fait madame, répondit la secrétaire dont les traits trahissaient son stress. Ils ne devraient pas tarder. Emma avait toujours apprécier l’exemplarité et l’efficacité de Madame Dicker. Même dans des moments pareil, elle gérait incroyablement bien son travail.
- Très bien, est-ce qu’un bloc opératoire est libre ? On a un trauma crânien sévère, il faut l’opérer tout de suite.
- Le bloc 6 madame, je vous envoie des infirmiers pour vous épauler, » dit-elle en envoyant immédiatement un message par badges ensorcelés.
Le personnel de l’hôpital magique communiquait grâce à leur badge où étaient inscrits leur nom et leur métier en apparence mais en réalité, ce badge magique leur permettait également de s’envoyer des messages entre eux. Cet objet s’avérait utile chaque instant, que ce soit pour transmettre le cas d’un patient ou encore appeler des personnes en renfort.
En repartant accompagnée de sa consœur Kane, Emma s’adressa à Nahuel.

« - Vous pouvez rester ici monsieur, lui indiqua-t-elle en désignant les sièges de la salle d’attente. Nous vous tiendrons au courant à la fin de l’opération. Si vous voulez aider, tentez de rassurer les blessés qui attendent. Le brancard s’arrêta devant une lourde porte à double battant qui s’ouvrit pour les laisser passer. Avant de franchir la porte, la sorcière lança au sorcier. Mais pour nous, vous avez déjà sauvé une vie, » le rassura-t-elle en désignant Dean.

Enfin presque… Songea-t-elle en franchissant la porte. Il fallait opérer le jeune homme et peut-être que, même avec l’intervention des médicomages, il garderait des séquelles de son traumatisme.
Emma et Meredith se trouvaient désormais dans une zone où seul le personnel soignant et les patients autorisés avaient le droit de pénétrer et elles purent donc accélérer le pas. Elles débouchèrent ensuite dans un grand espace octogonal aux murs et au sol d’un blanc froid et immaculé. Sept ouvertures, hormis le couloir d’où les sorcières émergeaient, s’organisaient sur chaque mur de la salle froide. Derrière se trouvaient les différents blocs opératoires. Au-dessus des encadrements scintillaient des numéros qui changeaient de couleur en fonction de l’occupation du bloc. Rouge pour « intervention en cours » et bleu pour « libre ». Les médicomages se dirigèrent vers la porte au-dessus de laquelle un six brillait d’un éclat bleu glacé. Alors que le brancard et les sorcières pénétraient dans le bloc opératoire, Emma avisa un jeune interne qui sortait du bloc 4, le teint pâle. Ça va être sa journée, songea Emma avant de l’interpeller.

« - Toi là ! L’urgence de la situation la rendait un peu directive. Tu n’as jamais vu d’opération d’un TC ?
Pris de court, l’interne bredouilla quelques mots incompréhensibles. C’est ton jour de chance, reprit Emma. Ramène toi, on a besoin de mains, le pronostic vital est largement engagé. Tout de suite ! » ordonna-t-elle alors que l’interne semblait hésiter, perdu.

La médicomage pénétra dans le bloc à la suite de Meredith qui était déjà en train de s’habiller et de se désinfecter, dans le sas adjacent à la salle d’intervention, alors que le brancard se dirigeaient de lui-même vers la table d’opération. Deux infirmières déjà prêtes appelées en renfort par Madame Dicker arrivèrent en courant. L’une aida le docteur Kane à se vêtir d’une blouse d’opération et l’autre se chargea de faire léviter Dean du brancard à la table d’opération avant de commencer à sortir les outils chirurgicaux nécessaires. Emma pénétra à son tour dans le sas de décontamination et d’habillage, elle tira un rideau pour se déshabiller en toute intimité, se nettoyer et se désinfecter de toute cette poussière et enfiler sa blouse, puis le jeune interne l’aida à terminer sa panoplie avant de se diriger comme elle vers la table d’opération. Dean était déjà branché et intubé et l’électrocardiographe magique qui lévitait à côté de la table d’opération affichait tous les renseignements concernant l’activité cardiaque du garçon en émettant des « bips » de temps à autre. En découvrant les chiffres affichés sur l’écran et l’état de l’électrocardiogramme, Emma ne put que constater qu’il fallait agir très vite. Désormais, la vie de Dean reposait sur les compétences des deux médicomages.

HRP:
 
Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 106

Voir le profil de l'utilisateur
Le brancard d'Emma Blackbonnes percuta la porte battante et l'ouvrit à la volée. Dans son sillage, des infirmiers, des médecins, et Jonah qui peinait à suivre le rythme imposé par le personnel médical. Il avait laissé son balai à l'entrée de Sainte Mangouste mais il aurait clairement préféré pouvoir se déplacer avec plutôt que d'avoir à claudiquer cinq mètres derrière les médicomages.  Le brancard lévitait à toute vitesse dans les couloirs encombrés des urgences et il fallait slalomer entre les blessés qui attendaient des soins pour leurs proches.

Même s'il suivait l'équipe en charge de son élève, Jonah n'était pas là pour Emma. Il avait d'ailleurs envoyé un patronus à Daisy afin que quelqu'un vienne le suppléer à l'hôpital pour  représenter Poudlard. Il n'était  plus l'enseignant d'Etudes des Moldus, ni le directeur de Maison mais bien le père de famille rongé par l'inquiétude. Dean faisait partie des victimes. Dean, son fils. Jonah avait reçu un patronus de Nahuel l'informant que son ainé était transféré ici et l'enseignant n'avait pas eu de nouvelles depuis.

"Excusez-moi,
dit-il alors en attrapant le bras d'un jeune interne qui croisait sa route, Je cherche mon fils, Dean Forbes, il était à Leopoldgrad."

-Il faudrait aller voir à l'accueil monsieur, répondit le jeune en cherchant à se dégager de la poigne de Jonah en vain.

-J'en viens mais personne n'était en mesure de me répondre là-bas. Les blessés arrivent par dizaines !

-Je ne peux pas vous renseigner monsieur, désolé, mais on m'attend au bloc, répondit l'interne.

Jonah le laissa repartir à contrecœur en pestant. Il aurait voulu le retenir jusqu'à ce qu'il retrouve Dean mais c'était tout bonnement impossible. Le personnel était débordé et il n'y avait pas assez de médicomages pour le nombre de victimes. Il suffisait de regarder le chaos qui régnait dans les allées de Sainte Mangouste pour en être persuadé.  Jonah secoua la tête et se massa les tempes quelques secondes pour se forcer à garder les idées claires. Il refusait d'envisager le pire. Dean allait bien. Il allait s'en sortir. Son fils était de la race des champions. Il allait s'en tirer.
Tandis que Jonah se répétait ses phrases tel un mantra, quelqu'un arriva dans son dos et l'interpela...

HJ:
 


Nahuel MuñozExilé clandestinavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
Nahuel ne savait pas vraiment dans quoi il venait d'entrer. L'agitation était à son comble dans le hall de l'hôpital. Il suivait sans trop savoir où aller le brancard de Dean. Il écoutait sans vraiment comprendre de quoi il retourner. Néanmoins, il avait parfaitement compris traumatisme crânien sévère et bloc. L'angoisse lui tordait l'estomac. Il en était presque à prier Merlin pour qu'il épargne Dean. Il était bien trop jeune et trop gentil. Ce n'était pas juste. Ses poings se serrèrent alors qu'il fixait le corps inerte du jeune homme. Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi lui ? Il secoua la tête pour chasser ses pensées. Il ne devait pas se laisser abattre. Encore moins alors que l'une des médicomages s'adressait à lui.

"Euh... Je... Merci."

Il tourna les yeux vers les sièges qu'elle lui avait indiqué avant de poser un dernier regard sur Dean. Il n'avait pas particulièrement envie de rassurer qui que ce soit. Il avait déjà du mal à se rassurer lui même. Et se mêler aux gens était la pire des choses à faire. Il venait déjà d'agir bêtement en accompagnant son camarade jusqu'ici. Il était exposé aux yeux de tous. Un Milicien pouvait parfaitement débarquer à tout moment et lui demander des papiers qu'il ne possédait pas. C'était stupide et inconscient de rester ici. Et pourtant... Il n'arrivait pas à s'en aller. Il voulait savoir si Dean allait s'en sortir. Et comment il s'en sortirait. Il avait peur. Pour la première fois de sa vie, le sort d'un autre le préoccupait autant que son propre sort. Même lorsqu'il était dans la résistance, il n'avait jamais eu aussi peur pour quelqu'un. Bien entendu, il avait toujours le cœur serré lorsque l'un de ses compagnons d'arme ne revenait pas ou lorsqu'ils partaient en mission. Mais jamais à ce point là. Jamais au point de vouloir être à la place de la personne.

Il aurait tout donné pour que ce ne soit pas Dean allongé sur ce brancard. Il aurait même volontiers pris sa place. Juste pour revoir son sourire qui faisait briller ses yeux. C'était bête et sentimental. Mais à ce moment là, il comprenait le sacrifice de Miguel. Et il s'en voulait tout autant. Il ne pouvait pas se permettre de se laisser aller au sentimentalisme. Encore moins dans ce hall bondé de gens. Il s'installa donc sur l'un des sièges en plastique et attendit patiemment que quelqu'un revienne pour lui donner des nouvelles. Les brancards défilaient les uns après les autres. Parfois en même temps dans un bazar continu et incessant. La tête entre les mains, il fut tiré de sa contemplation aveugle par une voix familière. Il pouvait entendre le désespoir et la panique qui perçaient. Il ressentait exactement la même chose à se moment précis. Il se leva de son siège et chercha l'homme dans la foule. Il poussa sans ménagement plusieurs personnes de son chemin jusqu'à l'atteindre.

"Jonah !"

L'homme se retourna pour lui faire face. Nahuel put lire sur son visage la même angoisse que la sienne. Et pourtant, il ne savait pas encore dans quel état se trouvait son fils. Lui, il savait. Il savait à quel point s'était grave. Et les mots refusaient de sortir. Il n'arrivait pas à parler. Lui qui avait pourtant la parole facile habituellement. Lui qui savait quand parler et quand se taire. Il était dans la situation où il devait expliquer ce qu'il se passait. Et les mots restaient coincés. Il inspira profondément, se passa une main tremblante dans les cheveux avant de déglutir. Retenant ses émotions et les larmes qui menaçaient de perler d'un moment à l'autre.

"Dean..., sa voix se brisa avant qu'il ne se reprenne en s'éclairant la gorge. Il est au bloc. Traumatisme crânien sévère. Je n'en sais pas plus..."

Il baissa la tête abattu. C'était difficile de supporter le regard de Jonah alors que c'était lui le plus âgé. C'était à lui de protéger Dean. Et il avait échoué. Il n'avait pas su veiller sur lui suffisamment pour l'éloigner du danger à temps. S'il avait été plus attentif, peut-être qu'il aurait pu agir à minima...

"Je suis désolé... Je... Je n'ai pas eu le temps de... Il était déjà inconscient quand je l'ai trouvé et... Je l'ai emmené aussi vite que possible auprès des secours mais..., il secoua la tête incapable de continuer. Je suis désolé."

Il fallait que Dean se batte. Il n'avait pas le droit de les abandonner. Il avait une famille qui comptait sur lui. Il avait un avenir. Il avait toute la vie devant lui. Il ne pouvait pas mourir. Pas aujourd'hui en tout cas.  



Nahuel Muñoz
Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 106

Voir le profil de l'utilisateur
Jonah vit emerger une silhouette bien connue qui tentait de se frayer un chemin au milieu de la foule.

"Nahuel." souffla-t-il.

Dans ce chaos,  l'argentin était surement la personne la plus à même de lui donner des nouvelles de son fils. Nahuel était avec Dean au moment de l'accident et c'était lui qui avait prévenu Jonah du transfert de son fils vers Sainte Mangouste. Bien avant l'attentat, le père de famille avait pu constater que les deux garçons s'entendaient particulièrement bien. Depuis que Nahuel avait intégré l'équipe de quidditch amateur d'Appleby, ils faisaient généralement route ensemble depuis Bristol, et, lors des repas de famille Dean ne tarissait pas d'éloge sur son ami.
Jonah fit donc  quelque pas pour aller à la rencontre du jeune homme et l'attrapa par les épaules avant de l'assaillir de question.

"Ou est Dean ? Comment va-t-il ? Est-ce qu'il a retrouvé conscience ? "

Plein d'espoir, il jeta un coup d’œil derrière Nahuel, espérant voir son ainé sur ses talons, ou patientant sagement sur un brancard immobilisé près du mur, mais il n'en fut rien. Le père de famille reporta donc son attention sur l'argentin et constata avec effroi qu'il semblait au bord des larmes. Non. Jonah secoua la tête.  Il ne pouvait pas envisager le pire. Il ne voulait pas.

"Parle-moi !" insista -t-il alors refusant de rester une seconde de plus dans l’expectative.

Si Dean était mort, Jonah préférait le savoir tout de suite tant il ne pouvait pas endurer le silence de l'ami de son fils. Plus rien n'avait d'importance autour de lui. Ni les victimes, ni les infirmiers débordés. Jonah était pendu aux lèvres de Nahuel attendant que la sentence tombe. Comme pour se préparer à l'annonce de la terrible nouvelle, il s'accrocha un peu plus fort aux épaules de l'argentin et finit par dire:

"Dis-moi qu'il est vivant."


Cette phrase sonna comme une supplique car Jonah ne voulait pas entendre autre chose. Comment se préparer à l'annonce de la mort de son enfant ? C'était tout bonnement impossible. Cela faisait partie des éléments inconcevables de la vie. Il était le plus vieux, il était celui qui devait partir avant sa progéniture.
Avant Dean.

Il accueillit donc les mots de Nahuel avec un profond soulagement. Il lui fallut toutefois quelques secondes pour bien comprendre ce que venait de lui dire l'ami de son fils. Dean était bien vivant mais il souffrait d'un traumatisme crânien sévère nécessitant une opération qui avait déjà débutée. L'enseignant hocha finalement la tête, comme pour montrer qu'il avait bien compris, puis il libéra Nahuel de son étreinte pour se masser les tempes. Tout tournait dans sa tête et il se devait de garder les idées claires. Concrètement, il ne pouvait rien faire si ce n'est attendre. Dean faisait partie des victimes qui avaient été prises en charge très rapidement. Même si cela indiquait clairement que son pronostic vital pouvait être engagé, Jonah se raccrocha à l'idée que son fils était entre de bonnes mains quand d'autres gisaient encore dans le couloir en attente de soin.

L'enseignant parcourut des yeux l'allée des urgences encombrée et tira finalement Nahuel sur le coté afin de libérer un peu de place pour le passage des brancards. Il devait rester calme et faire preuve de sang-froid. Ne pas céder à la peur et à l'inquiétude qui lui vrillait les entrailles.  Il avait confiance en les médicomages et surtout confiance en Dean. Son fils ne lâcherait rien. Il avait toujours su faire preuve de volonté. Ce qu'il pouvait se montrer obstiné parfois ! Jonah se souvenait de lui installé au piano du salon de leur maison à Londres. Il le revoyait clairement à cet instant précis lors d'une belle journée d'été:  Une petite tête blonde, torse nu avec son short des flèches d'Appleby dévoilant ses genoux cagneux - Il avait fait une chute de balai une semaine plus tôt-, à cette époque Dean ne devait pas avoir plus de dix ans et il avait essayé de passer un enchainement au piano pendant plusieurs heures. L'air concentré, il n'avait pas bougé de son siège, refusant d'aller gouter ou jouer avec ses frères. L'histoire familiale se souvenait qu'il avait réveillé Gaby de sa sieste et que le benjamin des Forbes avait pleuré jusqu'à ce que son grand frère parvienne enfin à enchainer les accords sur le piano familial. En vérité Gabriel avait chouiné encore toute la nuit suivante - il faisait ses dents- mais il avait vraiment arrêté de pleurer au moment où son frère avait réussi. Quelques secondes, certes, mais quand même !

On ne pouvait que saluer la force de caractère de Dean et Jonah voulait se persuader que son fils n'abandonnerait pas ce combat. Il se raccrochait à cette idée fixe, refusant de céder à l'angoisse à l'idée de perdre son enfant. L'enseignant reporta alors son attention sur Nahuel qui semblait particulièrement choqué et qui ne faisait que se confondre en excuse.

"Tu n'as pas à t'excuser, lâcha-t-il presque agacé par l'attitude défaitiste de Nahuel, allez ressaisis-toi, ça va bien se passer." ajouta-t-il avec assurance autant pour convaincre Nahuel que pour se convaincre lui-même. Conscient qu'il était peut-être peu dur avec l'argentin, il lui pressa brièvement l'épaule et ajouta: "Tu lui as peut-être sauvé la vie en l'amenant directement auprès des secours alors arrête de te blâmer."
A bien y réfléchir, cela sonnait plus comme un ordre que comme un conseil mais Jonah n'avait pas à cœur de réconforter Nahuel à cet instant précis. Il avait mille autres préoccupations en tête aussi enchaina-t-il rapidement:

" Est-ce que tu connais le numéro de sa salle d'opération ? Le nom des médicomages qui l'ont pris en charge ?"

Jonah avait pas mal de connaissances à Sainte Mangouste et s'il pouvait faire jouer ses relations pour être sûr que le meilleur médicomage se charge de l'opération de son fils, il n'hésiterait pas à le faire. Il n'était pas directeur de Serpentard pour rien, qu'on se le dise. Il était d'ailleurs sur le point d'envoyer un patronus à Douglas Kane  lorsqu'il reporta son attention en direction de la porte d'entrée:  Il avait appelé Agathe sur son Pear One dès qu'il avait su pour Dean et il ne voulait pas rater son arrivée. Il se hissa donc sur la pointe des pieds pour chercher la chevelure blonde de son ex-femme tout en écoutant la réponse de Nahuel.


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

[JR] Urgences (ouvert à tous)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Questions ouvert à tous.
» Cours théorique (ouvert à tous pour le moment)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Sainte-Mangouste,-