AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les amis de mes amis sont mes amis [Nora, Irving & Zephyr]

Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
5 novembre 2009 ~ Mallowsweet

Il avait suffisamment laissé les choses traîner. Le contre-coup de l'attentat était désormais passé. Les animaux reprenaient petit à petit un rythme de vie correct. Zephyr avait passé jours et nuits à leur chevet afin de les aider au mieux et de calmer leurs peurs. Il savait le traumatisme que cela avait été pour eux. Chimère ne l'avait pas quitté d'une semelle. Le collant encore plus que d'habitude. Ce qui n'était pas peu dire. Il devait bien admettre qu'il avait eu très peur lui même mais il n'avait pas vraiment eu le temps de s'interroger réellement sur ses propres ressentis. Il avait plus urgent à régler. Le bien-être des animaux était sa priorité.

Maintenant qu'il avait l'assurance qu'ils étaient tous apaisés, il pouvait reprendre ses recherches. Après tout, il n'avait pas choisi l'Angleterre complètement par hasard. Klemens lui avait écrit plus d'une lettre pour lui demander de lui rendre visite. Lettres auxquelles il avait répondu avec entrain en promettant sa visite prochaine à chaque fois. Mais il n'était pas facile de quitter ses petits protégés. Alors il avait repoussé à chaque fois avec en tête, l'idée d'installer son exposition en Angleterre. Il y était enfin parvenu. Trois mois après sa dernière lettre. Il y avait un moment que le lycanthrope ne lui avait pas donné de nouvelles. En un sens cela lui ressemblait beaucoup mais il aurait aimé comprendre.

Lorsqu'il faisait cela la plupart du temps, c'était qu'il fuyait quelque chose ou quelqu'un. Et Zephyr devait bien reconnaître que c'était assez rageant de voir son ami disparaître pile au moment où ils pouvaient enfin se retrouver. Et utopiquement, peut-être retrouver leur amitié passée. Alors il avait été à la dernière adresse qu'il lui avait donné. Aucune trace du polonais. C'était presque à prévoir. Il avait néanmoins appris par une voisine que le voisin du dessus avait déménagé aussi et qu'il semblait ami avec Klem. Il avait donc pris les coordonnées que lui avait donné la petite femme rondouillarde. Si elle disait vrai peut-être que l'ancien voisin saurait où se trouvait son ami.

C'était donc par une matinée pluvieuse qu'il s'apprêtait à prendre quelques jours de vacances en compagnie de Chimère. Il avait laissé ses animaux entre de bonnes mains et il ne se faisait pas trop d'inquiétude. Il s'inquiétait toujours un peu lorsqu'il s'éloignait de ses créatures mais il savait aussi qu'il pouvait faire confiance à ses collaborateurs. Il partait donc l'esprit plus ou moins serein. Et puis, il avait laissé l'adresse de l'auberge dans laquelle il se rendait au cas où. Donc vraiment aucune raison de s'en faire.

"Allons-y Chimère ! Sinon, on ne partira jamais."

Il esquissa un sourire en direction de son Fléreur et la prit dans ses bras avant de transplaner. Zephyr la relâcha lorsqu'ils furent arrivé à destination, la caressant un moment pour la rassurer un peu. Chimère n'avait jamais trop aimé le transplanage. Il avait songé une fois à la laisser sur place. Mais la scène qu'elle lui avait fait lorsqu'il était revenu avait été telle qu'il l'emmenait désormais à chacun de ses déplacements. Il ne fallait jamais sous estimé un Fléreur. Il en avait l'amère constatation. C'est avec un sourire amusé à ce souvenir qu'il se redressa pour observer le petit cottage qui lui faisait face.

L'endroit était indéniablement charmant. Le vent qui soufflait l'obligea à redresser le col de sa veste mais pour le reste, il était conquis. Il s'avança d'un pas assuré vers la porte d'entrée. Chimère sur ses talons. Il toqua quelques coups à la porte et attendit qu'on vienne lui ouvrir. Il en profita pour observer les alentours et remarqua une petite ménagerie un peu plus loin. Un immense sourire se dessina sur ses lèvres à cette constatation. Les propriétaires de l'endroit devaient être de charmantes personnes. Les animaux étaient libres de déambuler à l'air libre. Leur enclot n'était pas trop petit et ils semblaient réellement en bonne santé. Que demander de mieux ? Le bien-être animal était sa priorité et il n'avait rien à redire. C'est gens étaient donc déjà dans sa liste de connaissances fiables et adorables. Même s'il ne les connaissait pas encore. Mais cela ne saurait tarder.

"Bonjour, je me nomme Zephyr Von Schwartberg et j'aurais voulu savoir s'il était possible d'occuper l'une de vos chambres pendant deux-trois jours ?"

Sa tirade avait été accompagné d'un immense sourire lorsqu'une tête bouclée avait ouvert la porte. Il n'avait pas laissé le temps à l'autre d'en placer une tant il était impatient d'entrer et de connaitre ses gens merveilleux. Il ne voulait pas paraître impoli.



I'm just watching
The flowers grow
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3360

Voir le profil de l'utilisateur
-Le petit-dejeuner était délicieux !
-Oui votre tarte à la Mélasse est vraiment divine.
-Merci, c'est une recette familiale transmise de génération en génération, répondit Irving tout en débarrassant la table d'un coup de baguette.

Mary et Richard était un couple de personnes âgés qui avait loué une des chambre de l'Auberge pour une petite semaine. Ils venaient tout droit de Londres et appréciaient la quiétude de Mallowsweet. En tant que randonneurs aguerris, ils avaient découvert avec une joie non dissimulée les chemins de Dartmoor National Park et ils ne tarissaient pas d'éloge sur la beauté des paysages et sur le confort de l'Auberge. Bref, des perles !  Heureusement d'ailleurs que Nora et Irving avaient eut des clients si faciles  juste  après l'attentat.  Irving était toujours en convalescence -il devait surveiller sa jambe- mais il assurait tout de même la préparation et le service de tous les repas. Quoiqu'il en soit, il ne serait pas passé à côté de ce moment convivial qui lui changeait les idées et il passait même de longues heures en soirée à discuter de choses et d'autres avec Mary et Richard. Irving en venait presque à redouter le moment où les deux anciens allaient se coucher et où il se retrouvait seul avec ses pensées et ses remises en question.

Toutefois, l'heure n'était pas aux interminables discussions près de la cheminée. Les deux septuagénaires avaient chaussé leurs chaussures de randonnée et lesté leurs balais de sacoches afin de passer une journée dans le parc.

-Quel chemin doit-on emprunter déjà pour espérer voir des licornes ? s'enquit Mary en enfilant son sac à dos par dessus sa cape.
-Vous savez qu'c'est pas à moi qu'il faut d'mander ça ! répondit l'ancien Gryffondor en faisant léviter un panier depuis la cuisine, C'est Nora l'experte dans ce domaine, ajouta-t-il en désignant la jeune femme d'un sourire.

Il se tourna alors vers Richard et poursuivit en lui tendant le panier repas, C'est votre pique nique pour midi: Sandwichs, boissons chaudes et froides, fruits - il s'assura que Mary n'écoutait pas et ajouta sur le ton de la confidence- et j' vous ai mis deux parts d'tarte à la mélasse."

Richard le gratifia d'un clin d'œil assorti à un pouce levé avant de rejoindre sa femme pour écouter les explications de Nora. Après avoir étudié la carte et planifié leurs itinéraires de longues minutes ils décidèrent enfin de partir.
"Passez une bonne journée ! A c'soir !" lança Irving à la cantonade tandis qu'ils passaient la porte.

"Merci ! répondit Mary d'un ton chaleureux, Vous aussi !"

La porte claqua et la pièce à vivre de l'Auberge fut subitement plongée dans un profond silence. Le sourire jovial d'Irving  se fana presqu'instantanément tandis qu'il s'approchait  de la fenêtre afin de regarder le vieux couple s'éloigner. Quant ils ne furent plus que deux minuscules silhouettes à l'orée de la forêt, l'ancien Gryffondor poussa un léger soupir et fit face à Nora:

"Sont sympas, souffla-t-il en revenant sur ses pas pour nettoyer la table, ils forment un joli couple..." ajouta-t-il d'un air morose.

Il aurait voulu leur ressembler dans cinquante ans. Ils semblaient si complices et encore si amoureux ! Ils avaient dû en traverser des épreuves mais ils étaient encore là, plus soudés que jamais.
Nora et lui étaient-ils promis à un tel avenir ?
Irving le souhaitait sincèrement mais il avait l'impression que ce ne serait pas si simple. Entre le meurtre de Dalhiatus, l'attentat et son énième pétage de plomb devant Kane, il était plus que jamais chamboulé. Depuis la mort de Dalhiatus, il avait pensé pouvoir prévenir ses sautes d'humeurs incontrôlables mais il était forcé de constater qu'il avait lamentablement échoué. Une fois encore.
Et Nora dans tout ça ? Et bien, elle ramassait les pots cassés, elle subissait ses dérives et il l'entrainait inexorablement dans sa chute. C'était la réalité. Elle était tombée amoureuse d'un garçon un peu paumé, certes, mais drôle et gentil. Que restait-il de cet Irving là ? Rien. Il ne trouvait plus la force de dédramatiser les situations et il n'avait plus rien du grand dadet qui n'aurait jamais fait de mal à un doxy depuis qu'il avait tué un homme de ses mains.

Il se demandait parfois si sa petite amie ne serait pas plus heureuse sans lui. Il y pensait souvent ses derniers temps: Elle méritait de se trouver un passionné de la cause animal aussi enthousiaste qu'elle à l'idée d'adopter un chiot ou d'avoir un nouveau pensionnaire à la ménagerie. Un garçon gentil, qui lui redonnerait le sourire. Pas comme lui qui ne lui causait que du tracas.

Trois coups sur la porte sortirent Irving de ses sombres pensées. Il échangea un regard interrogateur avec Nora avant de se diriger vers l'entrée. Il s'agissait sans doute de Mary et Richard qui avaient oublié quelque chose se dit-il en ouvrant la porte. Mais contre toute attente il ne découvrit pas un vieux couple mais un jeune sorcier particulièrement souriant, souhaitant s'installer à l'Auberge pour quelques jours.

"Oh. lâcha Irving un peu étonné en passant une main dans ses boucles brunes -ils avaient rarement de visites impromptues et la plupart des clients réservaient leurs séjours à l'avance- ce qui expliquait sa surprise,  Oui, bien sûr, entrez monsieur..., ajouta-t-il prestement en s'effaçant pour laisser passer monsieur Von Strazberg ? Shartzberg ?  Shwar... Bref, excusez-moi mais j'ai peur d'pas avoir compris votr' nom, ajouta-t-il d'un air contrit avant de s'immobiliser en découvrant le fléreur du sorcier.

Aux aguets, Irving leva un index tout en balayant le salon du regard à la recherche du chiot de Nora. Il devait absolument le mettre dans une autre pièce avant qu'il ne remarque la petite bête accrochée à Von Quelque-chose. Mais c'était sans compter avec l'œil acéré du petit monstre poilu qui déboula de nulle part en jappant de son aboiement mi-aigu mi-grave de chien adolescent. Il s'arrêta au pied du nouveau venu et posa ses deux pattes avant boueuses sur le pantalon de Zéphyr...
Voila une entrevue qui  commençait bien !



Irving Whitaker
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1909

Voir le profil de l'utilisateur
Penchée sur la carte que Mary et elle venaient d'étaler sur la table tout juste débarrassée, Nora était occupée à tracer au crayon un itinéraire de randonnée qui permettrait à la sorcière et à son mari d'apercevoir des licornes, s'ils avaient un peu de chance. Elle les avait accompagné deux jours plus tôt jusqu'à une petite clairière perdue au milieu du parc où les licornes se reposaient souvent en fin de journée mais une pluie diluvienne s'était abattue sur toute la région et avait forcé Nora et les deux clients à rentrer en vitesse à l'auberge, trempés jusqu'aux os.

"Ils ne prévoient pas de pluie pour aujourd'hui, vous devriez avoir plus de chance que la dernière fois ! assura la jeune femme avec un sourire amusé au souvenir de leur dernière mésaventure. Mais avec tout ce qui est tombé ces deux derniers jours, il devrait y avoir plein de grenouille lunaires près de l'étang, faites-y un détour, ajouta-t-elle en ajoutant une boucle à son itinéraire alors que Richard venaient rejoindre les deux femmes autours de la table.
- Vous êtes sûre de ne pas vouloir venir avec nous ? s'enquit Mary en repliant la carte.
- C'est gentil, mais j'ai du jardinage à faire ici, et puis vous connaissez suffisamment bien les lieux maintenant ! lui répondit Nora avec un sourire bienveillant. Mais n'hésitez surtout pas à m'envoyer un Patronus si besoin !"

Le couple termina de s'équiper et de se couvrir pour la randonnée, attrapèrent le pique-nique préparé soigneusement par Irving et sortirent de l'auberge avec enthousiasme. Nora leur fit signe depuis la fenêtre alors qu'ils s'éloignaient et resta un instant à les observer aux côtés d'Irving, hochant la tête quand il affirma qu'ils formaient un joli couple.

"Je les ai entendu dire la même chose de nous hier soir pendant qu'on préparait le dessert..." répondit-elle avec un sourire qui s'estompa bien vite à la vue de l'air morose de son petit-ami.

Elle pouvait comprendre que le couple de septuagénaires pense cela d'eux, Irving savait plutôt bien donner le change. Il était toujours enjoué et souriant quand il s'agissait de discuter avec Richard près de la cheminée ou de livrer quelques secrets de cuisine à Mary, mais leurs deux clients emmenaient cette bonne humeur avec eux dès qu'ils quittaient l'auberge. Nora soupira. Elle aurait voulu savoir comment faire pour réussir à lui redonner le sourire pour de vrai, même juste pour un moment. Elle savait son petit-ami profondément traumatisé par l'attenta de Léopolgrad, et elle-même sentait qu'elle ne s'en remettrait jamais. C'était une épreuve de plus, une dont ils se seraient bien passé après la mort de Dalhiatus qui les avait déjà ébranlé, et elle craignait de plus en plus que ce soit celle de trop. Celle dont il ne se relèverait pas.

Étrangement, là où le meurtre du directeur de département l'avait laissé fragile, anxieuse et perturbée pendant des mois entiers, Nora accusait mieux le coup cette fois-ci. Les souvenirs de cette journée étaient pourtant bien présents, et ils se rappelaient à elle dès qu'elle arrêtait de se concentrer sur autre chose, mais elle trouvait toujours une façon de les rejeter en s'occupant les mains et l'esprit à une tâche ou une autre. Elle réussissait à lutter là où elle avait failli la dernière fois et à garder le dessus sur ses émotions. C'était comme si la détresse d'Irving l'obligeait à faire preuve d'une force qu'elle ne pensait pas posséder jusqu'alors. Elle voulait faire ça pour lui, lui rendre la pareille. Il avait été son seul soutient après la mort de Dalhiatus, et avec l'auberge il lui avait offert un nouveau départ. C'était uniquement grâce à lui qu'elle avait pu surmonter cet obstacle, et elle voulait l'aider à vaincre ses démons aussi. Seulement elle ne savait pas comment. Elle ne savait plus.

Elle essayait d'être présente au maximum, peut-être trop parfois, elle s'accrochait à leur quotidien et à leurs habitudes, comme si rien n'avait changé. Elle souriait, elle essayait de parler de projets, de ce qu'ils pourraient faire à l'auberge pour la période des fêtes - il faudrait ouvrir deux chambres supplémentaire pour pouvoir accueillir plus de monde. Elle avait essayé d'en parler, une ou deux fois, mais avait rapidement renoncé. Irving n'avait pas l'air de vouloir en parler et elle ne voulait pas le forcer. Elle faisait tout ce qu'elle pouvait, mais elle était en train de le perdre. Et il était hors de question qu'elle laisse ça arriver. Ce serait mal connaitre les Poufsouffles que de penser qu'elle baisserait les bras.

"Je pense qu'on a un ou deux potirons bien mûrs dans le potager, assura-t-elle en s'asseyant sur le banc près de l'entrée pour enfiler une paire de bottes en caoutchouc jaunes. Tu pourras en faire de la soupe ! suggéra-t-elle avec un sourire. Il faudrait qu'on aille faire quelques courses par contre, je crois qu'on n'a plus de..."

Elle fut interrompue par trois coups à la porte qui la firent sursauter. Elle échangea un regard surpris avec Irving. Ils recevaient rarement de visites spontanées. Fut un temps où elle aurait ouvert la porte sans hésitation mais elle se découvrait de plus en plus méfiante, et elle vérifia malgré elle la présence de sa baguette dans la poche de son manteau. Elle était ridicule. Elle se leva et se posta aux côtés d'Irving qui venait d'ouvrir la porte. Ils furent tous les deux surpris de découvrir un jeune sorcier qui venait pour passer quelques jours à l'auberge. Ils n'avaient pas l'habitude des séjours imprévus comme celui-ci -la plupart des clients réservaient- mais c'était plutôt une bonne chose !

Sa surprise passée, Nora retourna son sourire à leur visiteur avant de lui adresser une grimace d'excuse quand Irving avoua ne pas avoir bien saisi son nom. Il lui semblait que ça commençait par Van. Ou Von. Un truc de l'est. Ou du nord. Elle ne savait pas trop.

"Vous permettriez qu'on vous appelle Zéphyr ? s'enquit-elle avec un sourire contrit alors que le jeune homme entrait dans la pièce. Je suis Nora, ajouta-t-elle en lui tendant la main. Oh, vous avez un fléreur ! s'exclama-t-elle avec un sourire enthousiasme. Elle est magnifique ! Comment est-ce que...?"

Elle fut interrompu par un vif aboiement de l'autre côté de la tête. A peine s'était-elle retournée qu'une boule de poils beige fusait à travers la pièce.

"Looping, non !" s'écria-t-elle, son regard passant du chiot au Fléreur avec une certaine inquiétude.

Elle tendit les bras pour attraper son chien, mais ne fut pas assez rapide. Le chiot parvint jusque devant leur visiteur, les yeux brillants d'excitation, et posa sur le pantalon de ce dernier ses pattes pleines de terres avant de le saluer d'un jappement aigu.

"Looping ! le gronda-t-elle en attrapant l'animal dans ses bras. Je suis désolée, vraiment ! s'excusa-t-elle avec un sourire contrit. Il n'est pas encore très bien dressé, il n'a que quelques mois. Je vais le mettre dehors pour que votre fléreur ne risque rien !" assura-t-elle.

Ils n'avaient encore jamais eu de pensionnaires avec des animaux, ce serait une bonne occasion pour Looping d'apprendre à cohabiter, et peut-être arrêterait-il finalement d'aboyer sur les créatures de la ménagerie dès qu'il passait devant. Nora aimait ramener des animaux de la réserve à l'auberge quand ils étaient blessés ou malades, pour les surveiller le temps qu'ils se remettent, mais Looping n'était pas un grand fan de cette initiative.

La jeune fille résista au regard de chien battu de son animal de compagnie et le déposa sur le pallier avant de refermer rapidement la porte derrière elle pour faire face à Irving et Zéphyr.

"La zone est sécurisée ! affirma-t-elle avec un sourire. Je suis vraiment désolée pour votre pantalon, s'excusa-t-elle à nouveau. Je le nettoierai !" Elle n'était pas la meilleure pour les sortilèges ménagers -ils les utilisaient assez peu à Poudlard mais elle s'était beaucoup améliorer.

"Vous voulez boire quelque chose ? proposa-t-elle. Un thé ? Un café ?"



Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
"Von Schwartzberg !", répondit-il avec un sourire enjoué avant de préciser. Mais vous pouvez tout à fait m'appeler Zephyr."

La plupart des personnes qu'il croisait avait du mal avec son nom de famille. Il fallait dire qu'il était long et peu facile pour des personnes étrangères à la langue germanique. Il ne s'était donc pas offusqué outre mesure lorsque la gérante avait demandé à l'appeler par son prénom. D'autant plus lorsqu'elle reconnut en Chimère un Fléreur et sut même dire avec précision qu'il s'agissait d'une femelle. Il était décidément tombé au paradis. Un immense sourire s'exprima sur son visage juvénile prêt à répondre lorsqu'il sentit Chimère se tendre à ses côtés et se mettre à grogner férocement. Il la sentit se glisser derrière ses jambes et se plaquer contre ses mollets.

Il n'eut pas le temps de vraiment comprendre ce qui se passait lorsqu'un aboiement aiguë se fit entendre et que deux pattes se posaient sur son pantalon. Sa surprise laissa alors place à un rire amusé lorsque le chiot le salua. Il n'eut pas le temps ni le réflexe de se baisser pour caresser la petite tête du chiot qu'il était déjà dans les bras de sa maîtresse. Avec comme seule preuve de son passage deux traces de pattes sur son pantalon. Il tendit la main vers l'animal pour le caresser alors que la jeune femme se confondait en excuses.

"Ne vous excusez pas voyons ! Ce n'est qu'un peu de boue. Chimère pourra très bien supporter la compagnie de votre petit Looping, ce n'est pas la peine de le mettre dehors vous savez..."

Mais visiblement ses protestations ne servirent pas à grand chose puisque le chiot se retrouva bien vite sur le pallier. Mais ce n'était peut-être pas une mauvaise chose au fond. Looping pourrait ainsi se dégourdir les pattes, le chiot semblait plein de vie et d'entrain. Cela faisait plaisir à voir et montrait que ses maîtres s'en occupaient avec tendresse et patience. Ce petit coquin ne manquait de rien et prouvait à Zephyr que ses premières impressions étaient bonnes.

"Ce n'est rien, répliqua le Magizoologiste en sortant sa baguette de sa poche et en effaçant les traces de boues. Vous voyez, il n'y a déjà plus rien !, son sourire s'agrandit légèrement. J'ai l'habitude vous savez. Les tâches de boues ne font plus peur depuis le temps. Quand on fréquente des animaux en permanence, les tâches ne sont plus des obstacles."

Une lueur amusé apparut dans son regard alors qu'il souriait franchement. Il sentait qu'il allait être très bien ici. C'était parfaitement ce qu'il lui fallait après les événements de Leopoldgrad. Et s'il pouvait retrouver Klemens ici par la même occasion, ce serait vraiment parfait.

"Je ne dis pas non à une tasse de thé."

La pluie l'avait considérablement refroidie et la chaleur d'un thé lui ferait le plus grand bien. Il laissa son regard parcourir la pièce avant de se tourner vers le tenancier.

"Cela fait longtemps que vous êtes installés ici ? C'est vraiment très joli."

Un doux sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il s'approchait de la cheminée pour aller se réchauffer un peu.

"La présence de Chimère ne vous dérange pas j'espère ?, une moue soucieuse apparut sur son visage. Je n'aime pas trop me séparer d'elle. Ou plutôt, elle n'apprécie que moyennement que je parte sans elle. Mais si il y a le moindre soucis... Avec Looping ou avec vos autres pensionnaires, dites moi juste où elle peut rester lorsque je séjournerais ici. Je suis sûr qu'elle comprendra et qu'elle ne fera pas de caprice."

Il tourna le regard vers la demoiselle concerné et la fixa un instant. Il n'aimait vraiment pas l'idée d'être éloigné d'elle mais si vraiment il le fallait... Il était prêt à faire l'effort.



I'm just watching
The flowers grow
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3360

Voir le profil de l'utilisateur
Ils étaient manifestement tombés sur un client plutôt concilient puisque le prénommé Zephyr s'empressa de nettoyer son pantalon taché par Looping avant même qu'Irving ne le fasse. Soucieux de ne pas passer pour un maître trop coulant, l'aubergiste gratifia le chiot d'un regard sévère et s'approcha de lui pour le sermonner:

"C'est interdit d'faire ça Looping. Tu l'sais pourtant !
 lâcha-t-il en agitant son index et en faisant les gros yeux. En guise de réponse, le chiot poussa un jappement aigu, se tortilla dans les bras de Nora et se permit au final une léchouille sur le visage de son maître penché au dessus de lui qu'Irving ne parvint pas à esquiver.

Autorité, zéro.

Nora jugea bon de faire sortir le petit animal à cet instant -sage décision-  tandis qu'Irving essuyait le bout de son nez baveux dans le creux de son coude. L'art de passer pour un cognard devant un client ! Merci Looping ! On ne l'y reprendrait plus !

L'aubergiste afficha un sourire contrit -quelle image pathétique il devait donner de lui !- avant de passer une main nerveuse dans ses cheveux.

"Encore désolé, souffla-t-il à l'attention de Zephyr , Vous prendrez bien un peu d'tarte à la mélasse avec votr' thé... J'suis meilleur cuisinier qu'dresseur, j'vous assure "
ajouta-t-il en retrouvant un peu de contenance,  C'est la maison qui régale. On vous doit bien ça."

Irving s'échappa quelques secondes dans la cuisine pour attraper le  nécessaire et surtout rincer son nez qui fleurait bon la croquette pour chien puis il revint sur ses pas avec un plateau garni de douceurs en tout genre. Il n'avait pas raté grand chose lui semblait-il. Zephyr s'était rapproché de la cheminée pour se réchauffer toujours accompagné par la drôle de bestiole accrochée à  son bras. L'aubergiste tendit au jeune homme une tasse fumante et en servie une deuxième à l'intention de Nora en prenant bien garde de rester à bonne distance de la créature magique. Il n'avait jamais eu un très bon feeling avec les animaux - ils avaient généralement des réactions bizarres avec lui en témoigne le chat de Juliet ou le rat d'O'Connor. Bon. C'est vrai, pour le rat de Darren, Irving l'avait un peu cherché en lui jetant un sortilège de putréfaction mais d'une manière générale les bestioles ne l'appréciaient guère et Irving ne voulait pas prendre le risque de perdre un client potentiel en brusquant le petit animal. D'autant plus que les fléreurs n'étaient pas réputés pour leur bon caractère ! Il n'était pas l'expert en la matière mais il était sûr d'avoir lu quelque part que les fléreurs pouvaient se montrer agressifs... Il comptait bien demander confirmation à Nora.

Von Schwartzberg sembla lire dans ses pensée puisqu'il leur demanda de but en blanc si la présence de Chimère ne les gênait pas.

"Oh non, pas du tout. Nous avons l' label pour l'accueil des animaux de compagnie, le rassura Irving en secouant la tête, "Mary et Richard, les autres pensionnaires qu'nous avons actuellement ont une chouette eux aussi.  C'est juste que, personnellement, j' sais pas trop m'y prendre avec les bêtes -vous avez bien vu tout à l'heure- lâcha-t-il, Ça,  c'est la vocation de Nora, ajouta-t-il avec un sourire pour sa belle, pour tout vous dire, avant qu'elle dise qu'il s'agissait d'un fléreur, j'pensais qu'vous étiez v'nu avec votr' chat." confessa-t-il en grimaçant.  
"Mais sachez que les bêtes sont les bienvenues chez nous, sauf aux heures de repas."

C'était tout de même plus agréable de ne pas manger au milieu d'une ménagerie.

"Pour la nuit, vous pouvez garder votre créature dans votre chambre sinon nous avons une petite étable un peu plus loin pour accueillir les bêtes des voyageurs."

Ce n'était pas grand chose: Un peu de foin, des enclos magiques et des perchoirs dans l'une des maisons troglodytes mais cela faisait l'affaire.

"Vous comptez rester plusieurs jours ?" s'enquit-il alors.



Irving Whitaker
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1909

Voir le profil de l'utilisateur
Nora accepta la tasse qu'Irving lui tendait et sirota lentement une gorgée du liquide brûlant alors que leur nouveau client s'inquiétait de savoir si la présence de son fléreur ne les dérangeait pas. Le maitre des lieux se chargea bien vite de le rassurer et Nora l'appuya en secouant négativement la tête. Ce n'était certainement pas elle qui allait s'opposer à la présence de la créature. Elle avait toujours trouvé la présence des animaux apaisante. Et ils avaient beau ne pas savoir parler, elle les trouvait parfois plus facile à comprendre que les humains. Il suffisait de voir la façon dont Looping venait spontanément la trouver quand elle avait un coup de blues pour comprendre qu'ils étaient doués d'une sensibilité sans pareil.

"Il n'y a pas d'autres créatures dans les parages en ce moment, mises à part la chouette de Mary et Richard, et Looping que vous avez rencontré, assura-t-elle. Oh et Jack, mon chat, mais il passe ses journées à dormir, votre fléreur sera en sécurité ici !"

Il n'était pas toujours bon de mélanger trop de créatures au même endroit, toutes n'étaient pas faites pour vivre ensemble, mais à première vue le fléreur du jeune homme ne craignait rien. A vrai dire, elle s'inquiétait plutôt pour Looping, qui avait la fâcheuse habitude de vouloir jouer avec tous ceux qu'il rencontrait -humains ou animaux. Elle n'était pas certaine que la dénommée Chimère serait ravie de se faire attaquer par un chiot débordant d'énergie. Cela apprendrait peut-être la prudence à l'intéressé après tout !

"Je vous déconseille de l'emmener du côté de la réserve de Dartmoor en revanche, il y a quelques fangieux dans les marécages au nord qui ne sont pas toujours tendres avec les mammifères... ajouta-t-elle avec une grimace. Mais je vous conseille de visiter la réserve si vous avez le temps, surtout si vous aimez les animaux ! Vous êtes vétomage ?" s'enquit-elle en se rappelant justement que leur interlocuteur avait affirmé avoir l'habitude des bêtes.

C'était probablement la voie dans laquelle elle se serait engagée si elle avait eu les ASPIC suffisants et si la vie ne lui avait pas réservé quelques surprises. Contrairement à beaucoup de ses camarades, Nora n'avait jamais eu à se demander ce qu'elle voulait faire plus tard et à s'imposer de longues entrevues avec sa directrice de maison pour envisager des perspectives d'avenir. Elle voulait être vétomage depuis qu'elle avait treize ans, et était une des deux meilleurs élèves de sa promotion en soins aux créatures magiques. Son chemin semblait tout tracé.

Aujourd'hui elle était plutôt loin de là où elle avait imaginé se trouver à 18 ans, mais elle n'en était pas malheureuse. Elle aimait s'occuper des gens au moins autant qu'elle aimait prendre soin des animaux, et elle avait toujours eu le contact facile. Rencontrer les clients de l'auberge lui apportait beaucoup, et les petits boulots de guide qu'elle faisait pour la réserve naturelle lui permettaient de travailler avec les créatures magiques de la région. Elle s'en sortait plutôt bien. Bien mieux qu'elle ne l'aurait espéré quelques mois plus tôt. La vie était difficile ces derniers temps, beaucoup trop, et le destin lui avait paru injuste plus d'une fois, mais elle s'efforçait d'apprécier ce qu'elle avait, même s'il devenait de plus en plus difficile de voir les choses du bon côté.

"Nous avons de la place en ce moment, restez tant que vous voulez !" ajouta-t-elle avec un sourire chaleureux quand Irving demanda à leur nouveau client s'il comptait rester plusieurs jours.

Ils n'avaient pas enregistré beaucoup de réservations pour le mois de novembre, mais seraient certainement beaucoup plus occupés en décembre avec les fêtes de fin d'année. L'auberge offrait un cadre chaleureux et atypique pour célébrer noël et Nora avait déjà hâte d'accrocher des guirlandes lumineuses sur chaque mètre carré du domaine. A vrai dire Irving avait dû l'empêcher de le faire le lendemain d'Halloween, et elle avait promis d'attendre l'arrivée du mois de décembre.


Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Zephyr accueillit la tasse de thé et la part de tarte à la mélasse avec reconnaissance. Il n'avait rien mangé depuis le matin et il commençait à avoir faim. Il avait passé toute la matinée avec ses animaux pour s'assurer que tout allait bien avant qu'il ne parte. Il avait dressé une liste de recommandation à ses partenaires mais il avait toujours un peu de mal à s'éloigner. Ce n'était pourtant pas par manque de confiance en ses collaborateurs. Juste une légère inquiétude de père un peu trop protecteur. Ses créatures étaient comme ses enfants.

"Merci, remercia-t-il chaleureusement avec un immense sourire. Votre tarte a l'air délicieuse."

Il attrapa la fourchette posée sur le coin de l'assiette et la plongea dans le gâteau. Elle était exquise, parfaitement dosée et cuite juste ce qu'il fallait. Un soupir d'aise lui échappa alors qu'il enfournait un deuxième morceau de tarte dans sa bouche. Ce que c'était bon. Il en avait presque oublié son interlocuteur lorsqu'il sentit le regard de Chimère sur lui. Il la fixa alors qu'elle posait des yeux à peine aimable sur Irving. Ce qu'elle pouvait être pimbêche par moment. Il reporta néanmoins son attention sur ses hôtes et en profita pour lui demander si la présence du Fléreur ne les dérangeait pas. Un immense sourire étira ses lèvres à leur réponse.

"Ne vous inquiétez pas, on les confond souvent. La différence est minime en réalité. Mais quand on observe bien, on peut la voir. Les oreilles par exemple, elles sont bien plus grandes que celle d'un chat. Ou encore la queue du Fléreur qui se rapproche plus de celle d'un lion. Mais c'est bien là tout ce qui les sépare. C'est d'ailleurs pour cela qu'il n'est pas rare d'observer des relations inter-espèces. L'hybridation est très courante."

Il aurait pu continuer sur sa lancée encore longtemps si la bienséance ne l'avait pas arrêté. Il esquissa un sourire tout en hochant la tête face aux paroles réconfortantes de Nora et Irving. Un sourire amusé lui échappa alors que la jeune femme le prévenait de ne pas emmener Chimère au marécage à cause des fangieux.

"Elle a l'habitude des animaux dangereux, affirma-t-il. Mais je ferais attention. Même si je reconnais que la présence de fangieux m'intrigue. J'irais faire un tour si ça ne vous dérange pas."

A l'idée de sa future exploration, son regard se mit à briller d'impatience. Il se reprit néanmoins pour répondre à la question de la petite blonde.

"Non, je suis Magizoologiste. Je suis à l'origine de l'Exposition de Leopoldgrad. Je ne sais pas si vous en avez entendu parler. Je ne suis installé que depuis Octobre mais je compte bien rester encore un peu. Je pense en faire une Exposition permanente. Même si dernièrement la situation s'est... compliquée."

Il esquissa un petit sourire triste en songeant à l'attentat qui avait eu lieu récemment. il ne s'en était d'ailleurs pas encore complètement remis. D'où son envie de partir plusieurs jours au lieu d'une visite fugace.

"Je ne sais pas exactement combien de temps je vais rester pour être honnête, un petit sourire désolé naquit sur ses lèvres. J'ai besoin de m'éloigner un peu de Leopoldgrad après ce qui s'est passé."

Son regard se perdit un moment dans le feu. Il voyait encore les décombres tout autour de la tente de l'Exposition. Il entendait encore les cris d'angoisses et de désespoir. Ces derniers avaient été un véritable traumatisme pour lui. Un frisson le saisit et ses doigts se serrèrent sur sa tasse de thé. Tellement d'horreur. Et pour quelle raison ? Il se le demandait encore. Il sentit Chimère se presser contre ses jambes en ronronnant, le tirant de ses pensées.

"Excusez-moi, je ne voulais pas vous mettre mal à l'aise."

Il se passa une main gênée dans les cheveux avant de lever un regard en coin vers ses hôtes.

"Je suis également ici pour retrouver un ami. Il m'a beaucoup parlé de vous dans ses lettres. J'avais hâte de vous rencontrer, un sourire enjoué s'étala sur son visage. Je suis allé à son ancienne adresse mais il avait déménage alors j'ai pensé que son voisin pourrait me renseigner mais il avait quitté les lieux aussi. On m'a gentiment indiqué où je pourrais vous trouver faute de m'indiquer où se trouvait mon ami. La Cité Nimbus semble avoir perdu beaucoup de ses habitants dernièrement."

Une lueur amusée traversa son regard alors qu'il reportait son attention sur Irving.

"Savez-vous où je pourrais trouver Klemens ? Il y a plusieurs mois qu'il a cessé de m'écrire. J'avais promis de le retrouver en Angleterre. Mais sans adresse, je suis bien embêté. Et un peu inquiet de ne pas avoir de nouvelles, je dois bien l'avouer. Mais j'ai l'habitude, c'est du Klem tout craché. Pas de nouvelles pendant des années et pouf, il réapparaît comme par magie."

Zephyr haussa les épaules de fatalité avec un léger sourire désabusé. Il n'était pas vraiment étonné dans un sens. Klemens avait toujours fonctionné de cette façon après sa morsure. Il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. C'était de sa faute après tout si son ami avait vécu l'horreur de la transformation.


I'm just watching
The flowers grow
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3360

Voir le profil de l'utilisateur
Irving était clairement hors de sa zone de confort. Il écoutait Zéphyr avec un sourire poli aux lèvres, son regard passant de Nora au magizoologiste sans qu'il ne puisse réellement participer à leur conversation.  Les deux passionnés  l'avaient perdu au moment où ils avaient évoquer les fangieux des marécages si bien qu'il préférait rester silencieux. Nora était bien plus compétente que lui dès qu'il s'agissait de créatures magiques.

L'ancien Gryffondor arrangea donc  les coussins sur le vieux fauteuil défoncé avant de s'accouder sur le dossier pour écouter les raisons de la venue de Von Schwartzberg.  Toutefois son air tranquille se figea quelque peu lorsque le magizoologiste évoqua Leopoldgrad et sa situation actuelle pour le moins compliquée.  Il était donc le responsable de cette fameuse exposition qui avait été, elle aussi, durement touchée par l'attentat. Irving se redressa quelque peu, croisa brièvement  le regard de Nora avant de reporter son attention sur Zéphyr.

"... Oui c'est terrible ce qui s'est passé..." souffla-t-il comme s'il n'avait fait que lire quelques articles de presse sur cet acte terroriste.

Mal à l'aise, il se racla la gorge et réarrangea les coussins machinalement. C'était difficile pour lui de parler de l'attentat avec un inconnu et le magizoologiste sembla percevoir son hésitation puisqu'il s'excusa presqu'aussi tôt de l'avoir troublé.
"Vous excusez pas, s'empressa de répondre l'aubergiste un peu honteux de ne pas avoir réussi à masquer davantage sa gêne, ... C'est juste que... ça nous a tous beaucoup choqué ici."

Irving afficha un sourire contrit et fut reconnaissant à Zéphyr de changer aussitôt de sujet pour un thème nettement plus réjouissant. Ainsi donc, le magizoologiste recherchait un ami à lui résidant à la Cité Nimbus. Rares étaient les personnes qui employaient encore cette dénomination pour qualifier Cosmos, cet ami était forcément une personne de valeur estima l'ancien Gryffondor avec un regain d'intérêt dans le regard.

"Un Nimbusien ? comment s'appelle-t-il ? Dites moi, je connais tout le monde là-bas." ajouta-t-il enorgueilli.

Pourtant lorsque l'identité de leur ami commun tomba, Irving sentit son cœur se serrer. Il resta interdit plusieurs secondes et baissa finalement  la tête dans un soupir. Ce n'était pas possible. Tout cela ne s'arrêterait-il  donc jamais ? Pourrait-il un jour trouver la paix ? Avoir une conversation normale avec quelqu'un sans qu'il ne soit question d'attentat et de mort !   Non seulement il était fatigué par ce funeste quotidien mais en plus il allait devoir annoncer une terrible nouvelle à cet homme qui semblait se réjouir à l'idée de retrouver Klemens.

Les mains agrippées au dossier du fauteuil et les yeux clos, Irving prit une profonde inspiration et releva la tête pour faire face à Nora puis à Zéphyr.

"Klem. répéta-t-il, Vous parlez de Klemens Dabroski n'est-ce pas ?"

C'était une question rhétorique comme si Irving cherchait à gagner  un peu de temps avant l'annonce fatidique. Pourtant il devait se lancer et ne pas laisser cet homme dans l'ignorance. Vue l'empathie dont  Zéphyr avait fait preuve jusqu'à maintenant, il avait surement deviné, à sa réaction, que quelque chose clochait, il se devait d'abréger cette angoisse.

Soudain la distance qui le séparait du magizoologiste lui sembla énorme et Irving contourna le siège pour rejoindre son visiteur devant la cheminée.

"Il s'est passé quelque chose, souffla-t-il alors en posant une main sur son épaule,  Je pense que vous devriez vous asseoir, ajouta-t-il en désignant le fauteuil.

Irving avala sa salive difficilement et lâcha finalement:

"Klemens est mort. Il y a deux mois de ça."


La douleur et la tristesse marquaient encore les traits de son visage quant il ajouta:

"Je suis tellement désolé d'avoir à vous apprendre ça."



Irving Whitaker
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les amis de mes amis sont mes amis [Nora, Irving & Zephyr]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ♪
» Qui Sont Mes Amis
» Les musiques que vous aimez, mais que vos amis n'aiment pas.
» Hailey Reeves ~ Mes amis, mes amours, mes emmerdes • |
» Les ennemis de mes ennemis sont mes amis (Steve & Dora)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-