AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La proposition [Roy & Zephyr]

Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 63

Voir le profil de l'utilisateur
25 novembre 2009

La nouvelle avait été destructrice et sans appel. Zephyr devait bien admettre qu'il ne l'avait pas vu venir. Il ne s'attendait pas à ça. Il aurait accepté un départ, une fuite dans un nouveau pays. Encore une. Mais cette disparition soudaine l'avait laissé anéanti. Il n'arrivait pas à y croire. Tout était si confus. Pourtant la vie continuait, il ne pouvait pas se permettre de se laisser abattre. Il avait une vie à mener en Angleterre, des animaux qui comptaient sur lui. Et un projet d'évolution pour son exposition. Plusieurs en réalité, il voulait exporter l'idée dans d'autre ville que Leopoldgrad pour se faire de la publicité.

L'attentat avait traumatisé bon nombre de sorciers et sorcières et il avait semblé à Zephyr qu'ils avaient besoin de réconfort. Quoi de mieux pour aider les gens à aller mieux que la compagnie d'un animal ? S'occuper d'autrui aidait souvent à avancer. Et la douceur et l'empathie des petits animaux étaient souvent apaisant. Lui même utilisait cette thérapie régulièrement. Il voulait donc que son projet soit visible pour le plus grand nombre. C'était pour cette raison qu'il franchissait actuellement les portes des Folies Sorcières. Chimère sur les talons.

"Je ne pense pas que nous aurons l'occasion de voir Joséphine tu sais. Elle doit certainement travailler et il serait impoli de la déranger."

Il esquissa un léger sourire en direction de son Fléreur. Il n'était pas rare qu'ils conversent de cette façon. Il interprétait sans doute un peu trop à son avantage les interventions de sa compagne à quatre pattes mais il ne devait jamais être trop loin de la vérité. Dans le cas contraire, Chimère se serait sans doute manifestée de façon peu appréciable. Il avançait donc d'un bon pas tout en continuant de parler jusqu'à ce qu'il arrive devant ce qui semblait être la réception. Il fut accueillit par un homme à l'air revêche qui semblait s'ennuyait ferme. Un badge sur sa poitrine indiquait qu'il se nommait Elias.

"Bonjour, s'exclama Zephyr avec un grand sourire. J'aimerai rencontrer Roy Calder s'il vous plaît."

L'homme haussa un sourcil et fixa Chimère sans un mot avant de reporter son attention sur le Magizoologiste.

"Et en quel honneur ?"

"Il se trouve que j'ai un projet à lui présenter, répondit Zephyr sans se départir de son sourire. Je suis certain que ça va l'intéresser."

"A votre place, je ne serais pas aussi optimiste, répliqua le dénommé Elias. Ne bougez pas, je vais voir ce que je peux faire. Et gardez votre chat près de vous. Ce serait dommage qu'il se perde."

"Oh, ce n'est pas un chat, c'est un Fléreur. Les gens confondent souvent..."

"Mouai si vous le dites."

Zephyr haussa les épaules alors que l'homme s'éloignait en direction des étages. Il se tourna avec un sourire vers Chimère qui commençait à grogner légèrement.

"Calme toi enfin. Je suis certain que cet Elias est très gentil. Cet endroit ne peut pas employer de mauvaises personnes. Joséphine y travaille et puis, c'est très joli ici."

Il se baissa pour caresser la tête de Chimère avec un sourire apaisant. Elle avait parfois tendance à cracher sur les gens qu'elle n'appréciait pas trop ou qu'elle trouvait louche. Sans aucune justification aux yeux de Zephyr. Il trouvait qu'elle exagérait parfois. Mais après tout, personne n'était parfait.



I'm just watching
The flowers grow
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1903

Voir le profil de l'utilisateur
Roy n’aimait pas beaucoup être ennuyé par des visiteurs impromptus, qui n’avaient pas la décence de le prévenir de leur arrivée. Les Folies Sorcières recevaient régulièrement des démarcheurs venant proposer divers contrats avec les entreprises dont ils étaient les représentants, et Roy prenait en général la peine de les accueillir et les écouter. Du moins quand ils faisaient l’effort de faire les choses dans l’ordre. Aussi, quand Elias vint lui parler d’un certain Zephyr qu’il ne connaissait ni de Merlin ni Morgane, il pesta tout en surveillant la façon dont Fergus face à lui mélangeait les cartes de poker sur la table.

« Sérieusement ! Je n’attends personne, moi, c’est pas le moulin de sa mère, ici.

-Il semble assez confiant sur les motifs de sa visite, monsieur Calder, répondit stoïquement le majordome.
-De quoi il a l’air ?
-Eh bien, pas vraiment d’un publicitaire, il… n’a pas une allure très classique, répondit Elias, avec une certaine perplexité. Il est venu avec un Fléreur.
-Ha ! Tu te lances enfin dans le trafic de créatures magiques, Roy ? lança Fergus, un grand sourire aux lèvres. J’avais un oncle spécialiste dans la fabrication de faux permis de possession de créatures, ça lui rapportait une petite fortune, tu n’imagines pas le nombre de gens qui sont prêts à…
-N’essaye même pas de me distraire, toi, j’ai vu ce que tu viens de faire avec tes mains. Il fit un signe de tête à Elias. Amenez-le ici. »

Roy eut à peine le temps d’entamer sa partie avec Fergus que l’homme pénétrait dans la salle du casino où ils étaient attablés, uniquement occupée par les employés en cet après-midi. Il jeta un oeil à l’allure du visiteur, qui affichait une mine parfaitement candide, puis il passa à son Fléreur, au regard plus méfiant que celui de son maître. Nulle hostilité n’émanait de ce jeune homme, et Roy comprit assez vite ce qu’Elias avait voulu dire en le décrivant. Il n’avait pas l’air d’un commerçant, encore moins d’un trafiquant, qui possédaient tous deux en général une aura de suffisance, comme si ils portaient dans leur mallette le contrat de l’année. Il y avait quelque chose d’un peu incongru dans l’allure de ce Zephyr, sur lequel Roy ne parvenait pas tout à fait à poser le doigt. Mais il n’en dit rien, se contentant de reporter un oeil laconique sur sa partie. Son ton ne fut pas hostile, mais pas beaucoup aimable non plus lorsqu’il engagea la conversation :

« Si vous aviez pris rendez-vous, vous auriez su que je n’aime pas être interrompu pendant une partie de poker. Mais puisque vous êtes là… Que puis-je faire pour vous, monsieur ? »



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 63

Voir le profil de l'utilisateur
Elias mit un peu de temps à revenir mais cela n'inquiéta pas Zephyr outre mesure. Il était prêt à attendre tout le temps qu'il faudrait. Et cet endroit était loin d'être ennuyant. Son regard se laissait distraire par les moulures au plafond et les tableaux luxueux exposés dans le Hall. Un léger sourire amusé s'étira sur ss lèvres lorsqu'il vit un angelot lui tirer la langue. Il sentit Chimère se coller contre lui et grogner légèrement. Ce qu'elle pouvait être caractérielle parfois. Le jeune homme poussa un soupir avant de s'accouder au comptoir.

Il se redressa prestement lorsque le majordome réapparut et l'invita à le suivre. Zephyr se laissa entraîner dans le dédale de couloirs jusqu'à une grande pièce composée essentiellement de salle de jeux. Quoi de plus naturel pour un casino ? Il baissa le regard sur Chimère et vit sa queue se hérisser. Il fronça les sourcils alors qu'il croisait son regard. Hors de question qu'elle fasse un caprice. Il était ici pour étendre son projet mais également pour Klemens. Et il ne repartirait pas sans réponses. Il s'avança donc dans la pièce et se dirigea vers une table occupée de deux hommes. Le plus petit des deux s'adressa à lui d'un ton presque agacé. Toutefois, le Magizoologiste ne se démonta pas et esquissa un sourire légèrement gêné.

"Excusez-moi, je n'ai pas pensé à prendre rendez-vous. Ce qui est un peu bête de ma part vous en conviendrez. Mais j'ai été tellement emporté dans mon élan que j'en ai oublié les bonnes manières, il leva les yeux au ciel en riant légèrement. Je me présente Zephyr Von Schwartberg, Magizoologiste."

Il passa une main dans la poche intérieure de sa veste et en sortit une carte de visite qu'il tendit à Roy.

"Je suis ravi de vous rencontrer enfin Monsieur Calder. J'ai beaucoup entendu parler de vous."

Il esquissa un doux sourire avant de s'avancer et de poser une main sur le dossier de la chaise la plus proche de lui.

"Si je viens vers vous, c'est parce que j'aimerais que nous formions une sorte de partenariat."

Il fit une pause pour plonger son regard dans celui de son interlocuteur. Il avait le sentiment qu'il se moquait bien de ce qu'il pouvait lui raconter. Il venait d'interrompre sa partie de poker et il devait certainement le déranger. Mais après tout, il avait accepté de le recevoir et rien ne l'y avait obligé. Alors il pouvait maintenant au moins faire semblant de l'écouter pendant quelques minutes.

"Je peux m'asseoir ?"

Il tira le siège devant lui sans attendre de réponse et s'y installa. Laissant une place à Chimère sur ses genoux. Il esquissa un sourire enjoué avant de reprendre.

"Je pense que comme tout le monde, vous avez entendu parler de l'attentat de Leopoldgrad ?, il attendit une semblant de réponse de Roy avant de continuer. Il y a eu beaucoup de victimes. Que ce soit physiques ou psychologiques. Et je ne parle même pas des nombreuses pertes humaines. Cet attentat a laissé la population anglaise démunie. Les répercussions psychologiques sont énormes. Et je ne doute pas que beaucoup de personnes se sont réfugiés dans votre établissement afin de trouver une certaine forme de réconfort. Peut-être une façon d'oublier pour d'autre. Je ne sais pas. Mais c'est ce qui m'amène aux Folies Sorcières aujourd'hui. J'ai pu remarquer que les animaux ont généralement une bonne influence sur les personnes. Le fait de s'occuper d'un animal, de passer un peu de temps avec lui apaise. Il peu réconforter aussi. Dans cette optique, j'ai récemment mis en place à Leopoldgrad une thérapie par les animaux magiques. Je pense que c'est important que les victimes et leurs familles puissent évacuer leurs douleurs et leurs détresses quelque part. Je ne pense pas avoir de solution miracle. Mais si ça peut aider quelques personnes, je tente le coup."

Zephyr fit une légère pause pour laisser à Roy le temps d'intégrer ce qu'il venait de dire. Il posa une main sur la tête de Chimère et caressa légèrement l'arrière de sa tête avant de reprendre la parole.

"J'aimerais, si vous êtes d'accord, mettre à votre disposition quelques animaux magiques. Rien de bien dangereux ni de trop gros mais pas non plus d'animaux clichés si vous voyez ce que je veux dire. Je sais d'avance que vous allez me rire au nez si je vous propose d'accueillir vos clients avec des Boursoufs. Même si ce sont des créatures bien plus intelligentes qu'on le croit. Mais si êtes prêt à laisser une chance et une place à ses animaux, peut-être qu'une nouvelle clientèle se développerait dans votre établissement. Et s'ils souhaitent encore approfondir l'expérience, je serais ravi de les accueillir à Leopoldgrad. Votre établissement serait comme une porte d'entrée à la thérapie. Ou un endroit où se détendre un moment à apprendre à prendre soin de ces animaux. Je mettrait bien évidemment à votre disposition des soigneurs qualifiés pour s'occuper de mes créatures et rester auprès de vos clients."

Il avait déjà en tête quelques noms d'animaux. Et il était prêt à installer lui même les enclos et à rendre les pièces vivables pour ses petits protégés. Il voulait faire les choses bien. Rendre le monde animal accessible aux sorciers.

"Bien évidemment, le tout serait accompagné d'une petite exposition sur le monde animal pour ceux qui le souhaitent et ceux que ça intéresse. Je pense que sur les murs des couloirs qui mèneraient aux animaux cela pourrait être bien. Ce serait comme une immersion progressive si on peut dire. Qu'en pensez-vous ?"

Zephyr esquissa un grand sourire en direction de Roy.

"Vous n'êtes pas obligé de me donner votre réponse aujourd'hui. Je peux tout à fait vous laisser plus de temps pour réfléchir."

Il n'était pas pressé. Et surtout, il n'avait pas encore abordé la raison secondaire qui l'amenait et qui l'avait poussé à aller voir Roy Calder plutôt que Mildred Magpie.

"Je serais ravi de travailler avec vous. Klemens m'a tellement parlé de vous dans ses lettres que j'étais vraiment impatient de vous rencontrer."

Zephyr voulait découvrir l'homme qui avait aidé Klem lorsqu'il en avait eu besoin. L'homme qui l'avait remplacé et qui semblait avoir occuper une grande place dans la vie d'adulte de son meilleur ami. Il en aurait presque éprouver une forme de jalousie s'il n'avait pas connu tous les tenants et aboutissants de cette amitié.



I'm just watching
The flowers grow
Roy CalderChef de la mafiaEn ligneavatar
Messages : 1903

Voir le profil de l'utilisateur
Les Folies Sorcières brassaient tout un tas de personnes différentes, venues de tous horizons plus ou moins insoupçonnés. A force de rencontres inattendues, Roy avait pris l’habitude de voir passer le pas de son établissement des personnes dont on ne voyait à priori pas ce qu’ils venaient faire ici. Cela ne l’empêcha pas de se demander ce que ce magizoologiste venait chercher ici, tout en tendant sa main avec politesse une fois que l’homme se fut présenté.  

« Roy Calder, co-gérant de cet établissement. Il désigna Fergus à ses côtés, qui détaillait visiblement du regard l’animal qui accompagnait l’homme. Fergus Avner, un de mes associés. »

Zephyr renchérit en disant qu’il avait beaucoup entendu parler de lui, compliment que Roy ne pouvait guère lui retourner. Peut-être que cet homme était très pointu dans son domaine et était reconnu dans son milieu, mais Roy n’en avait aucune culture. Sa curiosité fut piquée quand il mentionna la proposition d’un partenariat, autant que sa méfiance. Un partenariat avec un magizoologiste ? Curieux de voir ce qu’il comptait lui proposer, le trafiquant le laissa s’asseoir face à lui et Fergus, qui avait récupéré les cartes et les mélangeait distraitement, tout en prêtant attention à l’échange.

Son entrée en matière fit froncer les sourcils à Roy, qui ne put s’empêcher de demander d’où sortait cet homme et son manque de délicatesse. Etant donné le drame que représentait l’attentat de Leopoldgrad pour le pays, c’était assez étrange et indélicat de lui demander s’il en avait « entendu parler », avec ce sourire enjoué. Roy n’avait pas fait qu’en entendre parler, il avait manqué d’y perdre sa meilleure amie, mais il se retint de lui sortir une telle réplique sarcastique et le laissa dérouler le reste de son discours.

La lumière se fit progressivement sur les liens entre l’attentat et la proposition qu’il venait lui faire. Roy échangea brièvement un regard avec Fergus, qui paraissait aussi perplexe que lui. Il tenta de se projeter dans l’idée que lui exposait Zephyr, une sorte de thérapie par le contact animal qui se tiendrait dans son cabaret. L’efficacité ou non de cette thérapie ne questionnait pas Roy, il voulait bien croire le spécialiste sur ce point, en revanche, il doutait fortement que ce genre de projet pouvait trouver sa place dans son établissement. Il voulut expliquer plus précisément les raisons de sa réticence à Zephyr quand il lui annonça qu’il lui laissait le temps de réfléchir. Mais ce dernier conclut par une dernière information qui fit tomber un voile sur le visage du trafiquant.

Roy ne s’attendait pas du tout à ce que le nom de Klemens surgisse dans la conversation, c’est pourquoi il mit un certain temps à réagir. Il ne pensait pas que lorsqu’il avait dit plus tôt qu’il avait « beaucoup entendu parler de lui », il se référait à une éventuelle connaissance commune, et non à la renommée de son cabaret. Par un réflexe d’auto-défense, sa figure se composa un masque de froideur, tandis qu’il réfléchissait à toute vitesse. Qui était cet homme pour connaître son lien passé avec lui, et surtout venir l’étaler en public, dans son propre cabaret ? Quelqu’un qui ne savait visiblement pas que le nom de Klemens pouvait rappeler celui de Klemens Dabroski, un nom associé à un terroriste abattu par la Milice quelques mois plus tôt. Quelqu’un qui n’avait pas compris que Roy, avec la position qu’il tenait, n’avait aucun intérêt à se faire associer à lui publiquement. Heureusement que le seul témoin présent était Fergus, un homme qui avait connu Klemens aussi par le passé, et qui n’allait donc pas poser de questions embarrassantes. Mais qu’en savait Zéphyr ? Rien, il avait été parfaitement imprudent. Ou incroyablement ignorant.

Roy ne chercha pas à savoir ce que cet homme connaissait ou non des derniers éléments de la vie de Klemens. Peut-être ignorait t-il même qu’il était mort. Profondément agacé par la façon dont Zephyr le mettait dans une position inconfortable, son regard luisit d’une certaine menace quand il répliqua :

« Je ne sais pas à quand remonte votre dernier échange, mais je n’ai rien à voir avec l’homme dont vous parlez, vous feriez mieux de vous en souvenir. »

Roy capta le regard étrange que Fergus posa sur lui. Il crut y voir de la circonspection, comme s’il se demandait pourquoi il adoptait une attitude si catégorique, et en même temps une certaine désolation. Sa mort prématurée l’avait touché lui aussi, et il regrettait probablement que Klemens ait emprunté un tel chemin, que lui et Roy ne se soient jamais réconciliés. Sans être très proche du loup, Fergus avait passé quelques bons moments en sa compagnie, et celle de Toni, Jayce et les autres. La rupture qui avait séparé Roy et Klemens avait eu une répercussion sur leur petite bande aussi, puisque personne n’avait plus revu le polonais après ça.

Le trafiquant était conscient de cela et il attribua le silence méditatif de son ami à un moment de regret intérieur. Entre eux deux, c’était Roy le plus touché, et c’était aussi pour cette raison qu’il n’avait aucune envie d’évoquer la mémoire de Klemens avec un inconnu. Il l’avait fait une fois, une seule, en présence d’Esteban. C’était juste après son décès, à un moment où Roy était donc suffisamment vulnérable pour se laisser aller à faire tomber le masque. Mais cela n’arriverait plus, il se l’était promis. Il avait beaucoup risqué en faisant s’évader Klemens de sa prison, un sacrifice qui avait été vain. Roy ne comptait guère s’exposer davantage, ce dramatique chapitre devait être clos, il ne pouvait pas se permettre d’être considéré par d’anciennes connaissances de Klemens comme la personne à aller voir pour obtenir des informations. C’était dangereux pour sa couverture, et c’était trop pour ses nerfs. Le fait qu’ils n’aient jamais pu se réconcilier avant sa mort brutale était suffisamment lourd à porter sans que des amis de Klemens ne viennent régulièrement lui rappeler ce lien perdu qui les avaient unis autrefois.

Alors il mit sèchement fin aux espoirs de Zéphyr.

« Si c’est pour lui que vous êtes venu, vous pouvez partir tout de suite. »


ll lui laissa le temps de réagir, de s’en aller s’il en avait envie, tout en le scrutant du regard. Roy fit l’effort de se rappeler le début de leur conversation pour y réagir, comme il avait l’intention d’y réagir avant que Zéphyr n’évoque la mauvaise personne.

« Pour votre proposition, en toute honnêteté, je pense que vous vous trompez de public. Vous avez raison sur le fait que les gens viennent chercher du réconfort, un moyen d’oublier leurs problèmes en venant ici. C’est probablement le cas aussi de ceux qui vont pousser la porte de votre cabinet pour voir vos animaux. Mais je tiens une affaire de divertissement, pas un établissement thérapeutique. Je vends de la distraction de luxe, des plaisirs plus ou moins inavouables à mes clients. Ce qui les intéresse en venant ici, c’est de perdre la tête dans la folie des jeux d’argent, dans les courbes d’une belle danseuse de revue, ou dans des cocktails savamment élaborés. Croyez-moi, c’est une clientèle suffisamment fructueuse pour que je me contente d’imaginer tous les moyens de la satisfaire, plutôt que chercher à l’élargir à un public plus… innocent, peut-être. »

C’était en tout cas l’image que lui renvoyait l’activité proposée par Zéphyr, celle d’un moment innocent et pédagogique passé avec des créatures magiques, très à propos dans un musée ou un zoo, mais qui ne collait pas à l’image des Folies Sorcières selon Roy. Il ajouta toutefois, car il n’était pas forcément fermé à l’idée d’un partenariat, tant que Zephyr pouvait proposer d’autres termes au contrat :

« Le seul intérêt que je pourrais avoir à faire venir des créatures magiques ici, c’est de monter avec elles un spectacle sur la scène du cabaret, par exemple. Mais si vous avez d’autres idées à proposer, je vous écoute. »


Spoiler:
 



  - Power goes by and leaves me blind -
   
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La proposition [Roy & Zephyr]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nouvelle ou une proposition politique ?
» Proposition de Partenariat > Les Apôtres Noirs
» PROPOSITION LOTO YSHL
» Proposition de partenariat
» Proposition éventuelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-