AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Moonage Daydream [Virgil & Emma]

Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
15 janvier 2010

Les cours venaient à peine de reprendre et une certaine morosité c'était installée chez Emma. Les vacances lui avaient bien plus profitables qu'elle ne l'avait espéré. Elle avait craint que ses parents ne soient trop à ses petits soins et ils l'avaient été. Les regards qu'ils posaient sur elle en disait long sur leur inquiétude à son sujet. Le repas de Noël avec sa grand-mère avait été un calvaire. Elle sentait tous les regards compatissants sur elle, elle sentait qu'ils attendaient de voir si elle allait craquer ou si elle allait garder contenance. Ses oncles et tantes avaient été débordants d'attentions toutes plus hypocrites les unes que les autres. Comme s'ils en avaient réellement quelque chose à faire de son bien être. Une année de plus, elle avait regretté l'absence de Théo.

Elle aurait eu un peu plus de courage, elle aurait certainement été chercher le compagnie de son cousin. Mais elle n'avait pas eu ce courage et surtout, elle n'avait pas eu la force de décevoir une fois encore sa famille. Elle sentait bien qu'elle était sur le point de devenir leur nouveau boulet. Elle ne voulait être un poids pour personne. Elle souhaitait simplement trouver sa place. Vivre sa vie comme il le fallait et comme elle l'avait rêvé. Dans ses illusions et son mode parfait. Elle ne voulait plus souffrir. Elle ne voulait plus se souvenir de ses crimes. Elle voulait faire taire la culpabilité qui la tenait réveillée la nuit. Elle voulait faire partir les cauchemars qui la réveillaient en sueur et le cœur battant la chamade quand elle avait enfin fini par trouver le sommeil.  

Elle avait trouvé une solution provisoire à ses troubles du sommeil mais les potions ne pouvaient pas être une solution permanente. Elle ne voulait pas devenir dépendante même si trouver enfin un peu de repos était appréciable. Elle retrouvait presque une vie normale et surtout, un sommeil normal. Son visage avait retrouvé un aspect plus humain, les cernes ne lui mangeaient plus autant le visage. Mais ses cauchemars la hantaient la journée en contrepartie et ses crises d'angoisse ne faisaient que s'amplifier. Elle espérait simplement qu'elle ne serait pas emportée dans l'une d'elle au cours de sa ronde.

Ses devoirs de préfète en chef impliquaient une surveillance plus accrue des couloirs. Même si les rondes étaient équitablement réparties entre les préfets, il n'en restait pas moins qu'elle se devait d'être irréprochable. Elle était censée être un modèle pour les plus jeunes. Même si dernièrement, elle avait eu l'impression de n'être un modèle pour personne. Elle avait déjà bien du mal à se guider elle-même, ce n'était pas pour aider les autres. Malheureusement, elle n'avait pas eu son mot à dire là-dessus. Forbes avait suffisamment insisté pour qu'elle garde son badge.

Elle se retrouvait donc au beau milieu de la nuit, à errer dans les couloirs, à la recherche d'un potentiel élève qui aurait eu la mauvaise idée de sortir de son lit après le couvre-feu. Elle s'arrêta quelques instant à une des fenêtres d'un couloir menant aux salles de classes. Elle observa un moment la pleine lune avant de continuer son chemin. C'est une lueur tremblotante et une odeur étrange qui l'interpella. Fronçant les sourcils, elle se dirigea vers la salle du professeur Corrigan et l'ouvrit sans aucune douceur pour prendre le fautif sur le fait. Elle fixa froidement l'élève et la cigarette qu'il tenait en main. Son identité ne la surprit même pas, Virgil Forbes était connu comme le loup blanc pour ses violations de règlement.

"Je peux savoir ce que tu fais ici après le couvre-feu ?"

Elle prit son air le plus hautain et le plus méprisant possible. Après tout, n'était-ce pas lui qui s'amusait à parler dans son dos depuis que Dave l'avait quitté ? Il était l'un des premiers à la considérer comme hautaine et condescendante sans même n'avoir jamais échangé la moindre parole avec elle. Et elle n'était clairement pas d'humeur à essayer de lui faire changer d'avis à son sujet. Qu'il croit ce qu'il voulait après tout, elle s'en moquait éperdument.

"Fumer est interdit dans l'enceinte de l'école. Deux règles allègrement bafouées. Je pense qu'une semaine de retenue ne te fera pas de mal. Et bien entendu, ton père en sera informé demain matin."

Elle le toisa sévèrement avant de reprendre.

"Maintenant éteins moi ça et suis-moi, je te ramène à ton dortoir."

Elle éteignit d'un sort sa cigarette et lui intima d'un mouvement de tête à se présenter à la porte pour sortir et le suivre jusqu'à son dortoir. Restait à voir si il allait obéir sans montrer la moindre résistance.

"Je te préviens, je rajoute une semaine de retenue à chaque minute supplémentaire que tu rajoutes à ma ronde."  


Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes
16 ans- 6ème année Gryffondor.

Il ne savait pas trop ce qui l'avait amené dans la salle de son Professeur de Défense Contre les Forces du Mal mais il était là depuis quinze bonnes minutes à se promener dans la pièce, parcourant distraitement les livres posés sur les étagères: Sorts & contre-sorts, Manuel de Legillimencie, Protéger son esprit des intrusions, Sorts insolites...
Ce dernier livre retint l'attention de Virgil, il l'attrapa, le feuilleta  pour en extraire quelques perles:
Grincedent: Formule "Grincendo" provoque le bruxisme chez votre adversaire.
Slapclap:  Formule: "palmis caedebat" Une personne frappée par un Slapclap s'auto-gifle.

Virgil laissa échapper un franc éclat de rire à la lecture de ce dernier sort en se promettant de le tester à la prochaine séance du club de duel. D'ailleurs c'était peut-être ce club de duel qui l'avait amené ici... Du moins, ses organisateurs, à savoir son père et Thelma Corrigan. A cette pensée, son sourire s'évanouit et il reposa le livre sur l'étagère pour s'allumer une cigarette. Il tira profondément dessus et souffla quelques ronds de fumée qui se volatilisèrent dans les airs.

C'était un petit plaisir interdit et mesquin qu'il s'accordait ce soir. Enfumer la salle de classe de sa professeur de DCFM. Il l'avait appréciée, l'année dernière en tant que prof, vraiment, même s'il n'en avait rien laissé paraitre  -il avait une réputation à tenir- mais cette année... Pwah !
Il faut dire qu'elle avait facilité l'intégration de son père au sein de l'équipe de Poudlard de manière un peu trop efficace: Et vas-y qu'on bavarde en salle des profs, qu'on crée un club de duel, qu'on s'assoit à côté à table à midi et qu'on ricane comme deux adolescents... Peut-être qu'il faisait un fixette mais tout cela lui semblait bien réel et ne lui plaisait pas du tout.

Virgil secoua la tête et rejoignit l'estrade où siégeait le bureau de Corrigan. Les tiroirs étaient fermés -logique- ne révélant rien aux intrus. Pas un effet personnel, une plume ou un encrier. Rien. Aucun trophée à ramener pour parader dans la salle commune de Gryffondor.

Au lieu de ça, le jeune homme s'assit à la place de son professeur, posa les pieds sur son bureau et, la clope au bec, il immortalisa la pause avec son tout nouveau Pear One offert par sa mère à Noël. Il examina la photo -il avait l'air un peu trop souriant, ça lui filait un air benêt- aussi la refit-il en arborant cette fois une expression de voyou. Voila qui était mieux.

Il la montrerait à Kasya, songea-t-il en rangeant son appareil dans sa poche puis d'une démarche lente il rejoignit le fond de la classe en prenant de longues bouffées de nicotine.

La Mandragore lui manquait.

Il avait arrêté depuis que son père avait menacé de l'écorcher vif s'il le reprenait avec un joint. Il ne comptait plus le nombre de sorties à Pré-Au-Lard qu'il avait raté à cause des punitions pour avoir été pris sur le fait en train de se droguer. C'était pour ça que Kasya l'avait quitté au profit de Damon Drop. Ce cognard lui avait offert des shots de whisky pur feu à la Tête de Sanglier... Et voila. Elle avait oublié Virgil. La garce ! songea-t-il avec amertume.

Il ne lui montrerait pas sa photo. Mieux, il la montrerait à tout le monde, sauf à elle.

Plus de Kasya et plus de mandragore...Enfin presque plus.

Il s'était offert un énorme joint durant les vacances chez sa mère. Il avait profité de l'absence de cette dernière à la journée pour se rouler un magnifique pétard mais il avait fait un tel bad-trip que Casey et Gaby s'en étaient rendu compte et qu'ils avaient appelé Dean à la rescousse, ne sachant pas quoi faire face aux hallucinations de Virgil. L'ainé de la famille avait embarqué les trois frères dans sa chambre étudiante à Bristol et il avait prétexté aux parents vouloir faire "Une soirée entre frangins". Il avait ajouté qu'il ramènerait tout le monde pour le petit déjeuner du lendemain et c'était ce qu'il avait fait. Sauf qu'au lieu de mater tous ensemble un match de foot moldu à la tv en mangeant de la pizza, Dean, Casey et Gabriel avaient veillé Virgil jusqu'à ce qu'il retrouve ses esprits et qu'il arrête de voir des Doxys lui voler devant les yeux.

Au petit matin, il ne se souvenait pas avoir eu aussi honte de toute sa vie. Pire que la fois où Magpie l'avait choppé dans la salle des arts. Dean ne lui avait rien dit, ni les autres d'ailleurs, et c'était peut-être ça le pire mais il avait senti qu'il n'avait pas intérêt à recommencer. Virgil s'était juré de ne plus jamais leur faire une frayeur pareille...

La mandragore s'était fini...du moins, plus devant ses frères. En attendant, il avait encore le droit à la cigarette, droit qu'il s'était octroyé de lui même.

Alors qu'il scrutait la pièce du regard à la recherche d'un petit objet à subtiliser il repérera une pile d'anciens manuels scolaires remisés dans un coin. Il devait dater des années quatre vingt dix, au moins, à en juger par leurs couvertures démodées et leur état de décomposition avancé. Virgil en attrapa un, le feuilleta rapidement et s'arrêta subitement sur une gravure représentant un loup garou assoiffé de sang. Sa respiration se bloqua nette. Il parcourut alors le chapitre des yeux et s'arrêta sur la liste d'indices pour reconnaitre un loup-garou et sur les meilleures façons pour le tuer.

"...Empoisonnez-le avec de la viande fraiche, Plantez lui un couteau à lame d'argent en plein coeur. La décapitation reste une technique efficace et radicale..
.."

Virgil déglutit difficilement et observa la page, comme hypnotisé. Il attrapa alors sa cigarette, souffla dessus pour raviver son incandescence et cola le bout enflammé sur la tête du loup de l'illustration.  La  gueule ensanglantée brula lentement et laissa vite la place à un trou qui se propagea sur les deux autres pages suivantes.

"Crève." murmura-t-il avant de souffler pour éteindre le brasier.

Parlait-il du loup-garou ou de cette ignoble leçon ? Personne ne pouvait le savoir et certainement pas Emme Blackbonnes qui venait d'entrer dans son dos.

Lorsqu'elle prit la parole, Virgil sursauta vivement. Il avait baissé sa garde et il ne l'avait pas entendu arrivé. Il se retourna, cachant la pile de livres derrière lui et lui fit face, reprenant bien vite son air désinvolte qui ne le quittait pas en public. Il était grillé, il le savait, mais il ne perdrait pas la face devant la Préfète en Chef.

"Je révise pour le Club de duel."  Il pointa du menton l'étagère qu'il avait examiné un peu plus tôt, " Y a plein de conseils intéressants là-dedans."

Pure foutaise, il savait bien qu'Emma n'était pas dupe mais il ne voulait pas qu'elle remarque les manuels remisés dans le fond de la pièce derrière lui.

Elle le gratifia de son regard le plus méprisant -celui que Virgil savait si bien imité-, le genre de regard qui vous fait sentir comme une merde, un moins que rien.

Il détestait ça.

La jeune femme ne tarda pas à remarquer la cigarette qu'il tenait toujours entre ses doigts et elle ne résista pas à l'envie d'user  de son petit pouvoir en lui donnant une semaine de colle et en lui disant, non sans une certaine condescendance malsaine, que son père allait être informé. Non mais pour qui se prenait-elle pour évoquer ainsi son paternel ?

"C'est Londubat mon directeur de Maison. C'est lui que tu dois prévenir." grogna-t-il.

C'était la procédure normale pour tous les élèves pris en faute. Le préfet prévenait le directeur de maison qui lui-même prévenait les parents. Virgil connaissait ce processus par cœur tant il l'avait expérimenté au fil des ans. Le préfet-en chef n'avait pas à outrepasser ces droits en prévenant directement son père. Certes, au final Jonah serait mis au courant de cette incartade mais pour Virgil l'identité du messager était une grande différence: Il n'avait pas envie que ce soit Blackbonnes qui vende la mèche. Elle passait déjà assez de temps avec son père pour son programme de remise en forme ou un truc du genre.
Jonah était assez secret sur le sujet et son fils ne savait pas vraiment en quoi consistait les entrevues régulières entre Emma et son père. Cela relevait de la rééducation suite aux blessures d'Emma, lui semblait -t-il,  mais il n'en était pas vraiment sûr...

Ce qu'il savait par contre c'était que Blackbonnes comptait bien rentabiliser son badge en le punissant abusivement. Elle éteignit sa cigarette d'un mouvement de baguette et lui  intima de la suivre immédiatement s'il ne voulait pas une semaine de sanction supplémentaire.

Virgil partit d'un rire sans joie tout en s'approchant d'elle. Les même menaces, le même air revêche que Magpie -les imprimés léopard en moins:

"Je sais pas où tu vas les caler tes deux semaines de retenue Blackbonnes car j'ai déjà un agenda bien chargé en terme d'heures de colle." C'était vrai, il était privé de sortie à Pré-Au-Lard et il était collé tous les soirs jusqu'à la semaine prochaine pour, entre autre, avoir rendu un devoir hors-délais en potions, ne pas avoir ranger ses livres la bibliothèque (C'était sévère mais il se gardait bien de dire qu'O'Brien l'avait averti au moins quatre fois avant de sévir) et pour être arrivé cinq minutes en retard en cours d'Etudes des Runes (Juste cinq minutes !), Va falloir prendre rendez-vous."

Les colles n'avaient plus vraiment un effet dissuasif sur lui, c'était devenu une triste habitude dans son quotidien. La plupart du temps il devait ses punitions à une attitude peu consciencieuse, des négligences diverses, des oublis...et quelques manquements au règlement, comme ce soir. Rarement -voir jamais- pour insolence envers un professeur. Il connaissait la limite à ne pas dépasser.

"En tout cas je note que tu es tout à fait prompt à faire respecter le règlement quand ça ne touche pas tes amis. Bizarrement tu étais moins zélée l'année dernière quand c'était ta copine Barclay qui retrouvait Carter en plein milieu de la nuit pour faire des rondes... Le sous-entendu était on ne peu plus clair. Tu t'es bien gardée de les dénoncer, hein ? De le dire à leurs parents ? Pas vrai ? souffla-t-il d'un air qui se voulait détendu. Il était tombé sur Marlène et James un soir l'année précédente après le couvre-feu. Ils étaient censés faire une ronde mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils n'étaient pas particulièrement occupés à faire respecter le règlement de l'école... Bien au contraire ! En fait ça sert à ça le badge de Préfet-En-Chef: Être au dessus des lois, "Faites ce que je dis et pas ce que je fais." Vous avez tout compris..." lâcha-t-il avec un seul objectif: Faire germer un peu de culpabilité dans le cerveau de Blackbonnes.
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
Pourquoi fallait-il toujours qu'on la prenne pour une idiote ? A chaque fois c'était la même chose, tous les élèves qui se faisaient prendre sur le fait inventaient une raison absurde pour justifier leur écart de conduite. Comme si Virgil était réellement ici à réviser pour le cours de duel. Elle se retint de hausser les yeux au ciel et se contenta de le fixer durement en énonçant sa punition. Evidemment, il tiqua lorsqu'elle évoqua son père. Elle concédait que ce ne devait pas être agréable d'avoir son père en prof à l'école mais s'il se tenait tranquille, le désagrément serait certainement moindre. Malheureusement pour Virgil, il semblait qu'il se faisait prendre à chaque fois. Elle répondit néanmoins d'une voix posée à son accusation à peine voilée.

"Je sais pertinemment qui je dois prévenir pour ton incartade. Ne t'en fais pas, le professeur Londubat sera prévenu ce soir même. J'ai vu de la lumière en passant près de son bureau, il ne dort pas encore. N'est-ce pas un heureux hasard ? Je suis donc quasiment sûre qu'il parlera à ton père demain matin d'où ma remarque."

Comme si elle avait besoin qu'on lui rappelle ce qu'elle était censé faire lorsqu'elle prenait un élève hors de son lit. Sa punition était peut-être excessive mais elle était à bout de nerf, la journée avait été longue et elle souhaitait juste retrouver son lit. Et l'attitude du Gryffondor commençait à lui taper sérieusement sur le système. Non content de se moquer éperdument du règlement, il faisait preuve d'une confiance en lui et d'une insolence hallucinante. Il aurait mieux fait de l'écraser, elle aurait peut-être laissé couler. Mais la façon qu'il avait eu de la prendre de haut et de croire qu'elle allait gober ses mensonges l'avait agacé au plus haut point. Elle lui envoya donc son air le plus condescendant alors qu'elle éteignait sa cigarette d'un mouvement de baguette et lui intimait l'ordre de la suivre. Evidemment, il se sentit obligé d'en rajouter une couche avec une arrogance hors norme. Elle se retint de soupirer fortement, il commençait à lui donner sérieusement la migraine.

"Ne t'en fais pas pour ça, je trouverais bien un moyen de te les caler quelque part. Quitte à t'emmener avec moi pendant mes rondes. Et je t'assure que contrairement à ce que tu penses, ce n'est pas une partie de plaisir."

Elle était prête à laisser tomber et à lui faire signe d'avancer mais Virgil semblait ne pas vouloir s'arrêter là. Elle dut se retenir pour ne pas le gifler de rage. Comment osait-il ce petit connard prétentieux ? En quel honneur se permettait-il de la juger de cette façon ? Il ne la connaissait même pas. Tout ce qu'il savait d'elle c'était ce qu'il avait pu entendre de rumeurs puériles. Elle se redressa légèrement avant de se tourner à nouveau vers lui et le toiser froidement.

"Je ne vois pas ce que Marlène et James viennent faire ici ? Est-ce que par hasard tu les vois dans le couloir ? Moi non ! Dois-je te rappeler que je n'étais pas Préfète en Chef l'année dernière ? Je ne faisais pas non plus mes rondes avec eux et respectant le règlement, je n'ai pas pu les surprendre à faire quoique ce soit de répréhensible. Donc non, je n'avais rien à dénoncer. Sans preuves, c'est difficile de condamner quelqu'un. Ce qui n'est clairement pas ton cas ce soir. Tu es là bien droit face à moi avec ton air arrogant à m'accuser de choses complètement hors propos. Donc vas-y, je t'écoute, qu'ai-je fait moi de répréhensible ? Quels sont tes preuves ? Vas-y avance tes arguments comme quoi je profite de mon pouvoir et en abuse ! Tu sais quoi... je ne suis pas certaine que Gaby pense comme toi. Il n'a jamais eu à se plaindre des cours de soutien que je lui donne ou encore des décisions que j'ai prise au club des supporteurs de Serpentard. Et crois le ou non mais mon insigne s'il ne tenait qu'à moi, je la jetterais à la poubelle. Je n'ai pas choisi d'être à ce poste mais visiblement certaines personnes insistent pour que je le garde. En conséquence, je m'efforce de faire mon travail convenablement. Et cela passe par te donner une retenue pour non respect du règlement. Je ne vois aucun abus de pouvoir à ça."

Elle avait énoncé des faits tout en le regardant froidement. Elle n'aimait pas vraiment se faire accuser de choses complètement idiotes. Elle n'était pas responsable des actes de Marlène et James. Elle n'avait rien à se reprocher, elle ne savait d'ailleurs pas grand chose de ces soit-disantes rondes crapuleuses. Mais si Virgil voulait s'exprimer sur le sujet qu'il ne se gène pas, elle se savait innocente. Elle ne pouvait pas prendre la responsabilité des erreurs de tous les préfet-en-chef précédents, ce serait sans fin.    


Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes
6ème année Gryffondor

Mais bien sûr ! Elle comptait aller voir Londubat plutôt que son père. Elle le prenait vraiment pour un boursouflet de trois semaines. Virgil n'y croyait pas une seconde. Il était sûr qu'elle avait projeté d'aller cafeter directement à son cher Jonah avant qu'il ne lui fasse remarquer qu'elle outrepassait ses droits en squeezant son directeur de maison. Maintenant, elle se justifiait et tentait de ne pas perdre la face, ni plus ni moins. Virgil était un adepte de cette technique, il savait reconnaitre ses semblables quand il en voyait et Emma était un beau spécimen !

Elle poussait même le vice jusqu'à lui dire qu'elle s'assurerait qu'il fasse ses colles avec elle. A cette idée, Virgil laissa échapper un léger rire désinvolte.

"T'arriverais pas à gérer une seule seconde. Je te saoulerais trop et tu irais vite prévenir mon paternel pour le supplier de t'aider, la mit-il au défi en aplatissant ses cheveux sur son front passablement gras.

En vérité, l'idée de passer ses soirées à errer dans les couloirs le séduisait particulièrement. Il aurait  accès à quasiment toutes les salles de classe, pourrait fouiner à sa convenance et  ramener des souvenirs -comme il les appelait- de chaque endroit visité. Kasya serait surement impressionnée. Le seul point négatif dans l'histoire, c'était la présence de Blackbonnes. Certes elle était l'alibi parfait -quoi de plus honorable que d'aider la Préfète en Chef dans sa ronde- mais il faudrait qu'il supporte son petit air supérieur de pimbêche tout du long, et ça, Virgil savait déjà qu'il aurait beaucoup de mal à le faire.

Voila  qu'elle recommençait à le toiser d'ailleurs, constata-t-il en levant ses yeux cernés en direction de la jeune femme. Dean avait hérité de l'irrésistible fossette au coin des lèvres quand Virgil s'était vu attribuer deux chaudrons sous ses yeux bleus. Merci la génétique !

En tout cas Emma réagissait particulièrement bien à sa petite tirade sur Marlène et James. On pouvait même dire que Virgil avait fait mouche en l'accusant de complaisance envers ses amis. Voila qu'elle se sentait encore une fois obligée de se justifier auprès de lui, alors qu'objectivement, il n'était rien, et elle n'avait aucun compte à lui rendre. Il l'avait piqué, constata-t-il avec une certaine satisfaction malsaine, et Emma était immédiatement montée sur ses grands hippogriffes, évoquant tour à tour sa méconnaissance des incartades de ses amis, son sens du devoir, Gaby -Gaby ? Bordel de troll mais qu'est ce qu'il venait faire dans la conversation celui-là ?- et enfin cette insigne de Préfète-en Chef qu'elle avait visiblement du mal à assumer. Cet aveu de faiblesse étonna Virgil mais il n'en laissa rien paraitre. Il aurait presque pu être touché par cette révélation  mais il était trop occupé à chercher les failles d'Emma pour prendre l'ascendant psychologique sur  elle.

"C'est bon ? t'as fini ? souffla-t-il d'un air las en clignant lentement des paupières. Il passa ses mains sous ses yeux, comme pour lisser ces cernes et ajouta, tu as oublié de prendre tes médocs ou quoi ?"

Le jeune homme contourna les bureaux pour venir se poster en face d'elle.

"C'est vrai, on ne peut rien te reprocher, commença-t-il d'un air fourbu, tu n'abuses pas de ton pouvoir, tu fais respecter l'ordre, tu aides les plus jeunes et tu es impliquée dans la vie associative de l'école, tu es miss parfaite ! lâcha-t-il en écartant les bras, Et après tu t'étonnes de voir les profs insister pour que tu gardes ta petite médaille." ajouta-t-il en donnant une pichenette inoffensive dans le badge de préfète.

"On récolte ce qu'on sème Blackbonnes." dit-il en la devançant pour quitter la pièce. Il s'appuya sur le mur du couloir, face à la porte de la salle de classe pour continuer à l'observer, Bon. On va le voir ce Londubat  ?" s'enquit-il en rivant ses mains au fond de ses poches.

Il savait que ce genre d'attitude pouvait faire sortir n'importe qui de ses gonds et il voulait surtout éviter qu'Emma découvre le livre brulé qu'il avait laissé au fond de la classe. Aussi, il n'hésita pas une seconde avant d' asséner le coup de grâce.

"Barclay ne t'a vraiment pas parlé de ses rondes crapuleuses avec Carter ? s'étonna-t-il en haussant un sourcil, vous étiez pas si proches que ça finalement alors..."

Quitte à se faire traiter comme une merde, autant que ce soit pour de vraies raisons...
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
Virgil commençait sérieusement à lui taper sur le système en cherchant à avoir le dernier mot. Qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? Il avait un besoin de reconnaissance accru ou quoi ? Le pauvre petit chéri était incompris et en pleine crise existentielle ?Grand bien lui fasse mais qu'il arrête de lui faire perdre du temps. Sa mâchoire se serra légèrement sous sa provocation. Qu'est-ce qu'il croyait ? Qu'elle n'était pas capable de le maîtriser ? Un sort de mutisme et un bloc-jambe à la première incartade et le tour était joué. Malgré les apparences, elle savait parfaitement se servir de sa baguette magique.

"Mais bien sûr !, lâcha-t-elle dans un soupir las. C'est mon sport préféré d'aller tout répéter à ton père."

Elle leva les yeux au ciel d'exaspération. Comme si elle n'avait que ça à faire de ses soirée, un compte rendu précis des bêtises de Virgil Forbes. Ce type avait un sacré melon, il ne se prenait vraiment pas pour de la bouse de dragon.

"Descend de ton balai, j'ai autre chose à faire de mes journées et de mes entretiens avec ton père. Ta vie et tes incartades ne sont pas le centre du monde."

Pour qui se prenait-il ? Merlin ? Et encore même Merlin devait être beaucoup moins arrogant que le Gryffondor. Elle essayait de cacher son agacement du mieux qu'elle pouvait mais ce n'était pas simple face à un cognard pareil. Et quand il l'attaqua directement elle vit rouge. Elle ne sut pas trop pourquoi mais elle décida de se justifier. Elle n'avait aucun compte à lui rendre après tout, c'était lui qui était en faute, pas elle. Peut-être un besoin de parler ou juste une façon comme une autre de se dédouaner de ses autres fautes. Elle se rendit compte trop tard de son emportement, se mordant la joue intérieure lorsque Virgil se montra une fois de plus complaisant et moqueur. Les railleries du jeune homme la touchait bien plus qu'elle ne le laissait paraître. Surtout lorsqu'il insinua qu'elle était parfaite.

Mais c'était de sa faute, à insister pour montrer qu'elle était sans défauts, elle prenait le revers. Elle se mordit l'intérieure de la lèvre pour ne pas répliquer. Elle allait le regretter, elle le savait pertinemment. Elle fixa en silence le doigt du Gryffondor effleurer son insigne. Si seulement, il savait. Son insigne n'était pas le reflet de sa valeur. Seulement une récompense malsaine pour avoir dénoncé Ana Sorden. Elle n'avait aucun mérite. Elle resta aussi stoïque que possible tentant de faire passer la nausée qui montait en elle. En un sens, il avait raison, elle avait récolté ce qu'elle avait semé et elle avait espéré s'en sortir indemne. Mais la vie ne fonctionnait pas de cette façon. Un jour ou l'autre, il fallait bien qu'elle paye le prix de son crime.

Elle profita du départ du jeune homme pour reprendre une contenance et inspirer profondément. Elle ne pouvait pas craquer devant lui, pas maintenant. Pourtant, elle sentait déjà les sueurs froides couler le long de son dos. La crise d'angoisse n'était pas loin. Mais elle ne pouvait pas se permettre de laisser ses nerfs se relâcher maintenant. Elle fronça donc les sourcils et inspira posément avant de rejoindre Virgil dans le couloir. Elle hocha la tête lorsqu'il suggéra d'aller voir Londubat. Bonne idée, au moins, elle serait débarrassée de lui et elle pourrait aller se coucher. Mais elle faisait erreur en croyant que son supplice allait prendre fin.

Elle resta interdite face à la pique qu'il lui cracha en pleine figure. Qu'est-ce qu'elle lui avait fait pour mériter autant de méchanceté ? Que ce soit aujourd'hui dans ce couloir que les années précédentes. Il n'avait jamais manqué une raison de se moquer d'elle ou de ses amis. Elle le fixa un long moment avant de secouer la tête sans rien dire passant devant lui pour rejoindre le bureau du professeur Londubat. Elle rongeait sa rancœur, cherchant une raison à cette haine qui n'avait pas lieu d'être. Pourquoi se montrait-il aussi méprisant à son égard ? Elle n'avait pas l'impression d'avoir été désagréable avec lui. Elle ne lui avait même jamais vraiment parlé avant ce soir.

"Pourquoi tu te sens obligé d'être un cognard fini en permanence ?, finit-elle par demander d'une voix lasse après un long moment de silence. Pas étonnant que tu n'ais pas vraiment d'amis."

Elle avait bien remarqué que sa grande copine Kasya ne lui adressait plus vraiment la parole depuis quelques temps. Ils étaient toujours ensemble d'habitude. Mais dernièrement les choses avaient changé. Emma ne s'était pas vraiment interrogé sur le pourquoi du comment, ça ne la regardait pas après tout. Mais elle était tellement fatiguée de la mesquinerie de Forbes qu'elle avait fini par dégainer les armes à son tour.  


Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes
6ème année Gryffondor

Virgil ressentit une pointe de déception en voyant Emma passer devant lui sans un mot. Il aurait pourtant parié qu'elle était à deux doigts de l'implosion quelques secondes plus tôt et voila qu'elle reprenait la maitrise de ses nerfs au moment le plus amusant... C'était pas juste. Le jeune homme hasarda un regard dans la salle de classe vide du professeur Corrigan, scruta la pile de livres du fond dans l'obscurité et quitta à contre cœur son mur pour suivre Blackbonnes en direction du bureau de Londubat. Le jeu était terminé.

Il était toujours quelques pas derrière elle, les mains dans les poches, lorsqu'elle lui demanda pourquoi il se sentait obligé de se conduire comme un cognard fini en permanence. Le qualificatif lui tira un léger sourire. Ainsi donc, elle l'avait remarqué, lui, le cognard. Il avait enfin réussi à se forger cette petite réputation de bad-boy à laquelle il tenait tant. Il préférait de lui être connu à Poudlard pour de mauvais actes plutôt que d'être ignoré de tous ou pire, identifié comme un fayot dans le genre de Blackbonnes.

Il répondit finalement à la Préfète après quelques secondes de réflexion:

"Parce que je suis doué pour ça... Il haussa les épaules et ajouta d'un ton las, et puis, honnêtement, j'aime bien." Une partie de lui se réjouissait du malheur, de la tristesse ou de la colère des autres. Il avait toujours été comme ça. Petit, il tirait les cheveux de Claire Kane jusqu'à ce qu'elle hurle et une fois il avait coincé les doigts de Casey dans la charnière de son parc. Virgil avait serré, serré, jusqu'à ce que le sourire de son petit frère s'efface et qu'il se mette à pleurer à chaudes larmes. Avec l'âge, il avait appris à canaliser un peu son plaisir sadique mais parfois il avait quelques réminiscences du passé. Il ne cherchait pas à se l'expliquer, c'était dans sa nature. Il se fichait de passer pour le dernier des tarés auprès de Blackbonnes,  au contraire, c'était même cool d'avoir cette réputation un peu sulfureuse...Du moins dans une moindre mesure. Il n'aurait pas aimé par exemple qu'elle tombe sur le livre brûlé tant il n'assumait pas son geste. Un peu taré oui, complètement détraqué non.

La seconde tirade de la Préfète le tira de ses pensées et ses petits yeux bleus se firent plus perçants. C'était un paradoxe chez Virgil: Tout son être transpirait la nonchalance sauf son regard vif qui trahissait parfois son intérêt soudain.

"C'est l'hôpital qui se fout de Sainte-Mangouste, dit il en accélérant le pas pour se trouver à sa hauteur, on ne peut pas dire que tu sois vraiment entourée à part par mon frère de 11 ans -ouah trop la classe- et mon père qui, je te le dis en passant, est payé pour que t'ais l'impression d'avoir des amis sur terre."

Virgil n'appréciait pas le sous entendu d'Emma. Il avait des amis, lui. Du moins, il appartenait à une bande. Certes il n'en était pas le mâle alpha, Damon Drop, détenait le rôle titre, mais lui, il avait le rôle du gars imprévisible, mystérieux, ce qui n'était déjà pas si mal, non ? Ils étaient toute une bande de potes, abonnés aux blagues graveleuses et lourdes. Ses amis ne brillaient pas par leur intelligence mais ils étaient populaires, ils fumaient de la mandragore en cachette et certains parvenaient même à se procurer de la Mona Lisa à Bristol. Que demander de plus ? A défaut d'avoir vraiment du succès avec les filles, Virgil savait au moins qu'il ne les laissait pas indifférentes. Soit on le détestait, soit on l'appréciait tel qu'il était. Elles étaient une majorité dans le premier cas mais cela ne le gênait pas outre mesure.

Tant que Kasya appartenait toujours à la deuxième catégorie.Mais était-ce encore le cas ?

Virgil chassa ce questionnement de son esprit et s'empressa d'ajouter d'un ton dur:

"Toi, depuis qu'Barclay est partie et que Marchebanck t'as largué, t'as plus personne, alors me fais pas la leçon, s'te plait."
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
Emma attendit presque fébrilement la réponse de Virgil. Elle ne comprenait vraiment pas ce qui le motivait. Elle fut légèrement déçue lorsqu'il répondit qu'il était doué pour ça et qu'il aimait ça. Ce n'était pas une raison suffisante et recevable à ses yeux. Il devait y avoir plus que ça. Mais après tout, il faisait bien ce qu'il voulait. Il aimait les jeux malsains tant mieux pour lui. Du moment qu'il se contente de jouer les arrogants et qu'il ne passait pas à l'acte. Qu'il ne se transforme pas en Ana Sorden, c'était tout ce qu'elle demandait. Evidemment, il ne passa pas à côté de sa seconde remarque et il s'empressa de sauter à pied joint dedans. Elle leva les yeux au ciel dans l'obscurité et se retint de soupirer tellement il était prévisible.

Dans un sens il n'avait pas tort, depuis le départ de Marlène, James et Dave, elle se sentait plus isolé que jamais. Mais elle ne devait pas admettre qu'il avait raison. Elle ne devait pas montrer qu'il l'avait touché. Elle était une sang-pure et les personnes de sa condition ne laissaient pas apparaître leurs sentiments. Elle était plutôt douée pour paraître hautaine et condescendante. Faire comme si rien ne l'affectait. La perte de ses amis était une souffrance bien plus importante qu'elle ne voulait bien l'admettre. Malgré les sorties à Pré-au-Lard, elle avait du mal à combler le vide.

"Je ne te fais pas la leçon... Je trouve ça juste dommage... Parce que moi même si Marlène, James et Dave ne sont plus là, je sais que si j'ai un problème, je peux compter sur eux. Est-ce que tu peux en dire autant de tes "amis" ?"

Elle savait pertinemment ce qu'était réellement les amis de Virgil. Une bande où tout le monde était pote avec tout le monde quand tout allait bien. Mais il suffisait qu'un micro problème se glisse entre eux et leur belle amitié explosait en éclat. C'était de l'amitié de façade. Une amitié qui n'était là que pour les apparences et pour combler la solitude d'un groupe partageant des valeurs douteuses vis-à-vis du règlement. Mais elle ne jugeait pas Virgil, il faisait ce qu'il voulait. Si cela lui convenait comme ça alors tant mieux pour lui.

"Tu as raison, je suis actuellement seule à Poudlard. Mais je préfère la solitude à une amitié feinte. Ce doit être fatiguant de jouer un rôle en permanence. Je préfère être moi-même avec mes amis."

Elle lui jeta un léger coup d’œil. Elle avait perdu son air hautain et elle le regardait désormais avec une certaine curiosité. Elle n'avait plus vraiment besoin de sa carapace. Forbes hurlait plus qu'il ne mordait. C'était assez amusant de comparer les frères Forbes, pas un ne se ressemblait. Casey était plutôt timide et assez réservé. Elle ne pouvait pas dire grand chose sur lui. Gaby c'était le petit plein de joie de vivre qui parlait beaucoup et très fort. On savait tout de suite lorsqu'il était dans la salle commune. Emma trouvait ça attendrissant et très drôle, il lui faisait penser à Lucas sur certains points. Quant à Virgil, c'était le Bad Boy de la tribu. Dean qui était parti l'année dernière était plus posé. C'était le gentil garçon qui aidait tout le monde. Le sage des quatre frères. Chacun dans une maison différente et les choix étaient parfois étrange. Autant pour Dean et Casey, ça ne faisait pas vraiment de doute mais pour Gaby et Virgil, elle avait la sensation que si les maisons avaient été échangés, ils n'auraient pas été plus malheureux. Mais c'était ce que montrait les apparences. Ils devaient au fond avoir des qualités propres à leurs maisons qu'elle n'avait jusque là pas encore soupçonnée.

"Et je trouve que tu es un peu dur avec ton frère de onze ans. Il est très drôle, tu devrais passer un peu plus de temps avec lui."

Elle lui adressa un regard moqueur avant de continuer son chemin vers le bureau du professeur Londubat. Ils n'étaient plus très loin maintenant.


Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes

Emma semblait avoir retrouvé son calme, du moins en façade. Virgil était incapable de dire si ses propos l'avaient blessé mais si ce fusse le cas, elle n'en laissa rien paraitre. Il préférait quant elle s'énervait, là il avait l'impression de parler avec une sorte de psychomage cherchant à lui tirer les vers du nez plutôt qu'à une camarade d'école.

"C'est le moment où je suis censé pleurer parce que j'ai soi-disant pas d'amis ? C'est ça ? l'interrogea-t-il en éludant le sujet d'une pirouette, Non mais sérieux tu me préviens si je dois chialer, je raterai ça pour rien au monde !" insista-t-il avec un sourire narquois.
Il laissa échapper un petit rire moqueur en secouant la tête de gauche à droite, ne daignant pas apporter une réponse sincère à la Préfète.
Pouvait-il, réellement, compter sur ses potes ? Rien n'était moins sûr. Il se plaisait à penser que Kasya serait là pour lui en cas de besoin mais elle avait pris ses distances ces derniers mois. Au fond, Virgil savait très bien que s'il avait un réel problème il n'irait pas trouver Damon Drop, ni un autre gars de la bande, il se tournerait vers Dean, son frère qui l'avait dépanné plus d'une fois. La dernière en date remontait à quelques semaines lorsque son ainé l'avait accueilli chez lui durant son bad-trip.

Instinctivement, Virgil fit tourner son paquet de cigarette au fond de sa poche. Encore et encore. Merlin ce qu'il avait envie de s'en griller une ! Il ne serait pas contre l'idée d'émietter un peu de Mandragore aussi, songea-t-il en visualisant un joint parfait mais Emma le tirait une seconde fois de ses pensées avec une nouvelle tirade tout droit sortie de Psychomage Magazine.

"Tu es toi-même avec tes amis ? Tu veux dire que quand tu pavanais au bras de Marchebank ou quant tu cancanais avec Barclay tu étais toi-même ? Il haussa les sourcils de stupéfaction mais l'ironie transparaissait dans le son de sa voix,  L'angoisse !"

C'était simple, quand Emma était en confiance, elle ricanait d'un rire cinglant, gloussait comme une oie et s'affichait volontiers avec son air condescendant... Si c'était vraiment ça sa vraie nature, il n'y avait vraiment pas de quoi être fière ! songea Virgil.

Il bifurqua sur la gauche dans un long corridor. Il ne leur restait plus qu'à traverser la cour intérieure au bout du couloir et monter un étage pour arriver au bureau de Londubat. Plus l'échéance approchait plus Virgil ralentissait le pas. Il n'avait aucune envie de se trouver face à son directeur de maison, ni d'avoir à subir ses mêmes sermons qu'il avait déjà entendus des dizaines de fois. Aussi quant Emma évoqua Gabriel, Virgil se montra volontairement plus loquace, surtout dans l'espoir de gagner un peu de temps.

"Je passe déjà assez de temps avec Gab', je te le garantis, toutes les vacances scolaires c'était déjà largement suffisant. Merlin soit loué, il a été réparti chez Serpentard, j'aurais pas supporté de l'avoir à Gryffondor, ajouta-t-il en mimant un frisson d'horreur, heureusement qu'il a de l'ambition, c'est ça qui m'a sauvé, Gabriel avait un profil qui convenait aussi bien au Vert et Argent qu'au Rouge et Or mais il avait expressément insisté auprès du Choixpeau pour être réparti dans la maison de Salazar. Comme son papa chéri. Pathétique. Tu sais qu'il veut être Capitaine de l'équipe de quidditch et Préfet dès sa cinquième année ? Pas étonnant que vous vous entendiez bien tous les deux, Entre fayots, manqua-t-il d'ajouter en posant ses pupilles perçantes sur Emma.

Virgil adorait son petit frère. Vraiment. Mais ils n'étaient pas fait pour vivre constamment l'un avec l'autre. Gaby était effectivement très drôle -il ne comptait plus les barres de rire qu'ils avaient eu tous les deux, bien plus qu'avec Casey et Dean réunis- mais il était aussi épuisant à parler tout le temps, trop curieux et c'était un véritable cafteur. Virgil n'avait qu'une crainte, que Gabriel finisse par balancer aux parents son incartade des vacances de Noël.

Le jeune homme évacua cette pensée désagréable d'un soupir et poussa la lourde porte qui donnait sur la cour. Le froid glaçant lui fit rentrer le cou dans le col de son pull et il leva immédiatement les yeux en direction des fenêtres du bureau de Londubat , un étage plus haut.

"Hé, c'est éteint ! Londubat est couché !" lâcha-t-il en accompagnant sa remarque de son premier vrai sourire de la soirée." C'est vraiment dommage !" ajouta-t-il en faisant quelque pas dans la neige fraiche.

Les ennuis étaient relégués à demain matin ! Il avait toute la nuit devant lui avant que son directeur de maison, ou pire, son père, ne lui tombent dessus. Pour le coup, il n'avait clairement pas envie d'aller se coucher tout de suite.

"Écoute je te propose un deal, s'exclama-t-il alors en se tournant vers la préfète, On prend un peu d'avance sur ma sanction et je fais mon heure de colle dès ce soir en te tenant compagnie."

Il l'interrogea du regard et poursuivit:

"Allez quoi Blackbonnes, fais moi cette fleur. Demain je vais me faire démonter, tu le sais bien. Tu veux vraiment que j'aille me morfondre toute la nuit dans mon dortoir auprès de mes amis -qui ne sont même pas mes amis d'ailleurs si j'en crois tes dires-  lança-t-il dans l'obscurité,  Je suis sûr qu'il y a un cœur qui bat sous cette insigne bien lustrée de Parfaite Préfète en Chef." poursuivit-il sans parvenir à se départir de son air railleur, Et puis tu dois encore me dire pourquoi tu passes tant de temps avec mon père ? Ça va forcément finir par jaser si vous poursuivez vos petits rendez-vous sans donner d'explications."

Il avait dit cela avec la même désinvolture que tout le reste, en s'attendant à être rabroué par la Préfète, pourtant son questionnement était réel et sincère. Pourquoi Emma et Jonah se voyaient-ils si régulièrement ? La préparait-il pour une sorte de concours ? Le professeur Baker leur avait dit qu'il avait pris des cours particuliers avec son professeur de Métamorphose afin d' intégrer Lycaon, peut-être en était-il de même pour Emma ? Projetait-elle un périple en terre moldue ?
Virgil était curieux d'avoir une réponse.
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
Evidemment, Virgil ne répondit pas sincèrement à sa question. Encore une fois, il utilisa l'ironie pour ne pas répondre. Emma leva imperceptiblement les yeux au ciel mais ne répliqua pas, il ne voulait pas être sérieux tant pis pour lui. Qu'il se complaise dans son rôle, elle ne pouvait rien pour lui après tout. Elle avait choisi de se montrer plus avenante mais elle n'aurait peut-être pas aussi confiante. Le Gryffondor n'avait clairement pas envie de se montrer mature. Il préférait continuer à jouer les insolents qu'il ne vienne pas se plaindre par la suite.

"Tu sais très bien ce que j'ai voulu dire. Il y a une différence entre ce que je montre de moi quand je suis en société et ce que je suis réellement dans l'intimité. Je ne me pavanais pas réellement à son bras mais je concède que j'ai pu avoir une attitude légèrement démesurée. Quand à mes cancans avec Marlène, je pense que tout le monde à un plaisir malsain à répandre et à écouter les rumeurs. Tu es le premier à le faire si je ne me trompe pas. Tu apprécies particulièrement raconter que Dave m'a largué comme une vieille chaussette. Mais c'est sensiblement plus compliqué que tu ne le penses."

C'était la première fois qu'elle reconnaissait ouvertement ses erreurs. La première fois aussi qu'elle admettait avoir un double visage. Sa carapace lui pesait de plus en plus mais elle était nécessaire pour la protéger. Le sujet devenait étrangement intimiste et elle préféra changer de sujet. Elle lança donc une petite remarque sur Gabriel. Étrangement, Virgil mordit plutôt bien et commença à déblatérer sur son petit frère. Elle esquissa un demi-sourire en l'entendant parler. Il avait beau faire les caïds, ça se voyait qu'il l'appréciait malgré tout. Elle hocha néanmoins la tête lorsqu'il évoqua les ambitions de Gaby.

"Oui, il m'en a parlé. J'imagine qu'il réussira s'il s'en donne les moyens."

Elle porta distraitement le regard sur sa montre pour regarder l'heure avant d'accélérer légèrement l'allure. Elle n'avait pas l'intention de passer la nuit dans les couloirs du château. Virgil ne semblait pas cet avis malheureusement, il traînait de plus en plus les pieds à mesure qu'ils approchaient du bureau du professeur Londubat. Ce qui en soit n'avait rien d'étonnant, il ne voulait pas se faire disputer et c'était clairement ce qui l'attendait au bout du chemin. Le froid glaçant du mois de janvier lui mordit les joues alors qu'elle mettait un pied dans la neige fraîche. Elle redressa le col de sa cape et jeta un regard désabusé en direction des tours. Il n'y avait plus une seule lumière d'allumée et la joie non dissimulée de Forbes l'agaça prodigieusement.

"Rien ne m'empêche d'aller le réveiller."

Emma lui jeta un regard en coin avant de soupirer légèrement lorsqu'il commença à argumenter. Visiblement, il ne voulait pas aller se coucher et il cherchait à gagner du temps. Elle fronça les sourcils tout en réfléchissant à ses arguments. Elle était plus qu'épuisée et une bonne nuit de sommeil ne lui aurait pas fait de mal. Elle allait refuser fermement lorsqu'il avança d'autres arguments et mieux encore, il semblait pour la première fois de la nuit sincère dans ses paroles. Elle put déceler la pointe d'ironie mais laissa couler, elle commençait à avoir l'habitude. Mais ce fut la fin de sa phrase qui la figea sur place. Son regard se perdit dans la neige. Elle ne se sentait pas prête à expliquer le pourquoi du comment mais effectivement, les rumeurs devaient aller bon train.

Pourquoi Jonah Forbes passait autant de temps en sa compagnie ? Pourquoi est-ce qu'il lui donnait des cours particuliers de Quidditch ? Pourquoi ils semblaient avoir dépassé un certain stade ? Il restait son enseignant mais au fond, il semblait y avoir plus. En tout cas pour Emma, il y avait plus. Il avait obtenu sa confiance, il avait réussi à faire en sorte qu'elle se dépasse et qu'elle accepte un peu mieux l'attentat. Plus important encore, il l'aidait à s'accepter elle-même. Elle resta longuement silencieuse à se demander si elle devait parler de son choc post-traumatique à Virgil. Ce qu'elle devait dire ou non. Ce qu'elle se sentait prête à partager. Elle redressa un regard voilé sur le jeune homme alors que les mots sortaient d'eux mêmes.

"Il m'empêche de mettre fin à mes jours."

Sa voix semblait avoir claquée sèchement dans le silence de la nuit. Elle se rendit compte des conséquences que pourrait avoir ce genre de phrase et surtout de ce que Virgil pourrait en faire. Elle attendait déjà les premières moqueries, les railleries quand à sa lâcheté et à sa réelle volonté d'en finir. Elle ne serait plus là si elle avait réellement voulu passer à l'acte. Elle n'avait fait que émettre des hypothèses, elle y avait songé mais n'avait pas vraiment eu le courage de le faire. Elle poussa un soupir las avant de pousser un peu plus l'explication, il ne faudrait pas que le Gryffondor se fourvoie.

"Après l'attentant... j'ai eu un choc post-traumatique... Du moins, c'est comme ça que les psychomages appelle mon état. Beaucoup de choses me sont passés par la tête alors ton père me surveille. Il veille à ce que j'aille mieux... Mais certaines images restent en boucle dans ma tête, c'est juste... invivable. Je veux juste mettre fin à tout ça... J'ai donc envisagé d'intégrer le programme MémoRise. Ton père m'aide dans mon projet en me mettant en contact avec les personnes en charge du projet."

Elle avait fixé un point au dessus de l'épaule de Virgil tout au long de son explication. Le regard dans le vague, elle pouvait plus facilement feindre l'indifférence. Maintenant, il serait libre de raconter ce qu'il voudrait et de penser ce qu'il voulait également.



Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes

Rien n'empêchait Emma d'aller réveiller Londubat mais Virgil savait pertinemment qu'elle n'irait pas déranger leur enseignant dans ses appartements privés. Certes il s'était rendu coupable d'un manquement au règlement mais il n'avait mi la vie de personne en danger. Si les professeurs nommaient des Préfets c'était justement pour ne pas être dérangés quand un ou deux élèves trainaient dans les couloirs quelques heures après le couvre-feu. En soit, Virgil n'avait rien fait de répréhensible, en tout cas rien qui justifie de déranger Londubat dans son lit. Sa sanction pouvait largement attendre le lendemain.

Emma parut hésiter quelques instants entre le raccompagner jusqu'à sa salle commune ou répondre à ses interrogations. Alors qu'elle semblait encore évaluer la question, Virgil frissonna et souffla entre ses mains jointes pour se réchauffer. Il n'avait pas prévu sa cape d'hiver tant il pensait éviter cette partie là du château -Ce n'était pas une bonne idée de trainer la nuit non loin du bureau de son directeur de maison- mais il ne voulait pas pour autant se mettre en marche de peur que Blackbonnes décide de le ramener à bon port. Il resta donc immobile à creuser un trou dans la neige avec sa basket jusqu'à ce qu'elle brise le silence avec sa remarque.

Virgil crut dans un premier temps qu'elle plaisantait, ou qu'en tout cas, elle cherchait à le choquer, à entrer dans son jeu, jouant à celui qui serait le plus provoquant. Le jeune homme laissa donc échapper un léger rire avant de souffler d'un air mi-narquois mi dubitatif:

"Ah ouai carrément..."

Son regard chercha celui d'Emma dans l'obscurité, pour tenter d'y lire une pointe de défi mais il ne perçut rien de cela dans ses yeux... Bien au contraire.
Putain d'Bordel de troll. Elle était sérieuse.

"Tu t'fous de moi, là ?" dit-il en clouant ses mains au fond de ses poches. Pourtant il connaissait déjà la réponse. Blackbonnes n'avait pas l'air de plaisanter.  Il s'approcha d'elle pour l'observer un peu mieux à la lumière de la lune et expira plusieurs bouffées de buée sous le coup des températures négatives. Qu'est ce qui pouvait bien aller mal dans la vie de cette fille pour qu'elle pense au suicide ? Comme elle le disait elle-même, elle avait des amis, des bons résultats, elle était Préfète en Chef et elle n'était pas dégueulasse physiquement... Qu'est ce qui ne tournait pas rond chez elle ?

Et chez toi, qu'est ce qui ne tourne pas rond ? répondit sa conscience.

Pourquoi passait-il son temps à s'évader dans un monde parallèle avec sa mandragore ? Pourquoi ne rendait-il jamais ses devoirs à temps ? Pourquoi , alors qu'il avait une famille aimante et des facilités en classe...
Il n'était pas sûr d'avoir une réponse le concernant, contrairement à Blackbonnes qui ne tarda pas à lui expliquer les raisons de son mal-être.

L'attentat de Leopoldgrad lui avait laissé des séquelles invisibles. Elle disait traverser un choc post-traumatique. Honnêtement, si Dean n'avait pas été une des victimes, Virgil se serait très probablement moqué d'Emma. Au moins pour la forme, pour conserver cette image de caïd à laquelle il tenait tant:  Après les phrases dignes de Psychomage Magazine voila qu'il avait l'impression d'être dans une série moldue sur l'univers hospitalier avec son jargon médical et ses moments émouvants, cherchant à vous tirer les larmes.

Le genre de série que regardait sa mère avec un paquet de mouchoir posé sur ses genoux. Virgil s'était toujours demandé si elle pleurait réellement à cause des scènes dramatiques ou si ces moments lui permettaient juste de lâcher prise devant ses enfants sans ressentir la moindre culpabilité.  Peut-être que c'était sa vie en générale - l'échec de son mariage, la personnalité de ses garçons-qui  étaient la véritable raison de ses pleurs...

Virgil évacua cette pensée d'un soupir et releva légèrement la tête lorsqu'Emma évoqua le programme Mémorise. Ce qu'elle vivait devait être particulièrement insoutenable pour qu'elle en arrive à de telles extrémités.  Et voila que son père, le preux et valeureux Jonah,  l'aidait à surmonter cette épreuve... C'était presque amusant d'imaginer son paternel s'acheter une conscience en  secourant une adolescente alors qu'il avait laissé tomber sa femme et qu'il n'était pas capable de voir la pression qu'il faisait subir à ses enfants. Presque.

Virgil s'approcha un peu plus d'Emma pour l'évaluer du regard. Elle était courageuse de lui avoir dit ça car il pouvait très bien se servir de ses révélations pour lui nuire. Du moins, si elle le poussait dans ses retranchements. Mais l'heure n'était plus aux affrontements, estima-t-il en sortant son paquet de cigarette de sa poche. Il le montra à Emma comme pour lui demander la permission et  sortit finalement une clope qu'il alluma avec l'extrémité de sa baguette. Après avoir tiré une latte, il la tendit à la jeune femme sans un mot.

Honnêtement que pouvait-il lui dire ? La prendre en pitié ? La snober ? Se moquer d'elle ? Lui dire de se bouger les fesses pour retrouver le goût de vivre ? Non merci, Jonah s'en était surement déjà chargé en plus. Il préférait être fidèle à lui-même et éviter de lâcher des commentaires types qu'elle avait surement entendus déjà mille fois.

"Allez c'est cadeau, insista-t-il pour qu'elle prenne la cigarette, c'est bon, Blackbonnes personne n'en saura rien. "
Si elle acceptait sa main tendue, il n'irait pas rapporter à qui que ce soit. En ça, il était un bon Gryffondor loyal: C'était impensable qu'il joue les balances.
Virgil frissonna une nouvelle fois et tira sur les manches de son pull pour recouvrir ses mains. Le silence s'était installé entre eux depuis un peu de temps maintenant mais quelque chose le turlupinait dans les propos d'Emma :

"C'est bizarre que mon père t'aide pour Mémorise. lâcha-t-il alors en levant les yeux vers les étoiles. On pouvait voir le W de Cassiopée et la Grande Ourse aussi, constat-t-il avant de reprendre,  Ça lui ressemble pas. Son mantra c'est plutôt "Toute expérience est bonne à prendre" ou "Tout ce qui ne te tue pas te rends plus fort"  enfin, tu vois le genre..."
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
La réaction de Virgil ne se fit pas attendre, évidemment, il pensait qu'elle plaisantait mais son regard ne laissait aucun doute. Ce n'était pas le genre de sujet sur lesquels elle plaisantait. Peut-être que le Gryffondor trouvait ça amusant mais c'était loin d'être son cas. Il sembla comprendre assez rapidement qu'elle n'avait pas tenté de le provoquer avec sa remarque lorsque pour la première fois de la soirée il sembla gêné.

"Je suis sérieuse."

Elle n'avait pas le cœur à rire de toute manière. Elle ne bougea pas d'un pouce lorsque le jeune homme s'approcha d'elle pour la dévisager. Elle garda le regard baissé pour cacher les larmes qui commençaient à lui monter aux yeux. Elle ne pouvait pas se permettre de craquer maintenant et certainement pas devant lui. Elle prit une profonde inspiration avant de redresser le regard pour expliquer plus en détails les raisons de son mal-être. Étonnamment, il resta silencieux un long moment avant de s'approcher encore un peu plus d'elle. Sa proximité avait quelque chose de dérangeant et en même temps, c'était assez rassurant. Il ne se moquait pas d'elle, il la prenait au sérieux et il ne s’apitoyait pas sur son sort non plus. C'était appréciable, elle ne s'attendait pas à autant de délicatesses de sa part.

Elle n'eut pas le cœur de lui interdire la cigarette qu'il porta à ses lèvres. Elle pouvait très bien faire comme si elle n'avait rien vu. Elle n'était plus à ça près. Elle le regarda néanmoins surprise lorsqu'il lui tendit le bâtonnet de nicotine. Elle hésita longuement, ce n'était pas raisonnable. Elle savait que ce n'était pas bon que les risques de maladies mortelles étaient possibles. Mais à forte consommation, ce n'était pas une latte qui allait la tuer. Et puis, elle était curieuse d'essayer. Elle fixa incertaine Virgil avant qu'il n'insiste pour qu'elle prenne la cigarette. Ce qu'elle finit par faire après un long moment d'hésitation. Après ça, il ne pourrait pas dire qu'elle était coincée. Enfin... si elle ne s'étouffait pas avec la fumée avant... Elle toussota lorsque la fumée lui brûla la gorge et lui picota les yeux. Elle ne s'était pas attendue à ça et c'est en crachotant légèrement qu'elle retendit la cigarette à son propriétaire.

"Merci, souffla-t-elle simplement en le dévisageant. On peut se mettre à l'abri si tu as froid..."

Elle désigna la porte encore entrouverte derrière eux. Le Gryffondor pourrait toujours fumer à la fenêtre. Elle n'était finalement plus autant pressée de rejoindre son dortoir. Elle resta un moment silencieuse laissant le sixième année rompre le silence. Emma le fixa étonnée de voir à quel point il avait raison en parlant de son père. Elle hocha légèrement la tête avec un sourire en coin.

"Il n'est clairement pas enchantée de m'aider mais... je ne lui ai pas laissé le choix. C'était ça ou... il avait ma mort sur la conscience. Il essaye bien de me faire changer d'avis avec son programme de remise en forme mais jusqu'à présent les résultats ne tendent pas à me faire céder. Je suis déterminée à aller au bout. Sauf si effectivement, il arrive à me prouver que j'ai tort. Mais j'en doute... je suis encore capable de dire ce que je suis capable de supporter ou non. Et là... c'est clairement l'épreuve de trop."


Elle se mordit la lèvre inférieure en constatant qu'elle en avait trop dit. Mais après tout, ce n'était pas vraiment un secret qu'elle avait témoigné au procès Sorden. Personne ne connaissait la raison exacte mais son implication n'était pas secrète. Elle poussa un léger soupir avant de poser un regard doux sur Virgil.

"J'ai entendu dire que Dean était à Leopoldgrad aussi ce jour là... Comment va-t-il ?"

Après tout, elle se rappelait très bien du jeune homme. Il n'avait qu'un an de plus qu'elle et elle l'avait souvent remarqué en salle des arts ou dans le parc à chahuter avec ses amis. Elle espérait qu'il vivait mieux la chose qu'elle.



Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes

"Non j'ai pas froid." mentit-il en s'efforçant  de dégager son cou du col de son pull.

Si Emma avait accepté de tirer une bouffée de cigarette dehors, rien ne lui garantissait qu'elle le laisserait faire à l'intérieur. Là, il était tranquille, il pouvait fumer à sa convenance en écoutant les plaintes de la Préfète. Il n'irait pas jusqu'à dire qu'il se l'était mis dans la poche -son côté Parfaite Préfète allait surement revenir au galop- mais il comptait bien profiter égoïstement de ce petit moment de répit avant d'aller rejoindre son dortoir. Il marcha donc dans la neige fraiche jusqu'au coin de la cour et nettoya un banc d'un sortilège chauffant afin de s'installer plus confortablement. Du plat de la main, il tapota la place à côté de lui pour inviter Emma à le rejoindre puis il bascula la tête en arrière, un bras accoudé sur le dossier pour regarder les étoiles.

Il trouvait ça aussi flippant que magnifique. L'infiniment grand côtoyant l'infiniment petit. Eux, lui, Blackbonnes et ses problèmes existentiels. En silence, il l'écouta développer ses explications sur le rôle que jouait son père dans sa rémission. Cela lui ressemblait davantage. Vouloir à tout prix convaincre Emma qu'elle était dans le faux. Jonah était bien incapable d'imaginer que des personnes puissent être différentes de lui. Emma avait semble-t-il une autre conception des choses et Jonah peinait à l'accepter... Virgil esquissa un sourire à cette idée tant il se reconnaissait dans ce constat puis il reporta son attention sur la Préfète qui affirmait savoir ce qui était le mieux pour elle. Elle savait ce qu'elle était capable de supporter et Leopoldgrad était l'épreuve de trop.

"C'est sûr qu'une DBD réglerait tous tes problèmes. Dans le genre solution radicale y a pas mieux." ironisa-t-il, la cigarette au coin des lèvres et les yeux toujours rivés sur le cosmos.

Il ne savait pas ce qu'elle entendait pas "épreuve de trop" mais il se doutait que cela avait avoir avec l'affaire Sorden. Elles étaient plusieurs élèves de Serpentard à s'être encanaillées auprès de la Mardolienne -elle et Sasha Benson entre autres- et Virgil savait, comme tout le monde, qu'elles avaient témoigné au procès de l'ex-Reine de Beauté Automnale.

Emma ne semblait pas particulièrement prête à évoquer cet épisode de sa vie puisqu'elle enchaina rapidement sur Dean. Ainsi donc elle savait que son frère était lui aussi présent à Leopoldgrad le jour de l'attentat. Virgil se tourna légèrement sur le côté pour lui faire face et s'appuya sur sa main en faisant mine de réfléchir.
Il n'aimait pas penser à cette journée, surement parce qu'il avait eu la peur de sa vie. Voir son père partir sur les lieux du drame, apprendre que Dean faisait partie des victimes et qu'il avait été transféré d'urgence à Sainte Mangouste... Et puis l'attente. Longue. Beaucoup trop longue. Le genre d'attente où l'on a le temps d'envisager le pire. Il avait cru qu'il allait gifler Gabriel ce jour là:

"Tu crois que papa va revenir ? Tu penses que Dean est mort ? Qu'est ce qu'on va faire s'ils ne reviennent pas tous les deux ? "

Gab' avait verbalisé les craintes que Virgil partageait si bien qu'il avait préféré s'isoler et laisser Casey réconforter son petit frère plutôt que d'assumer son rôle d'ainé de substitution. Il s'était défilé et il n'aimait pas penser à ça.

"Dean c'est une putain de machine de guerre, répondit-il alors avec désinvolture comme si le sujet ne l'atteignait pas personnellement, Même dans l'apocalypse il trouverait du positif." finit-il par dire.

Ce n'était pas faux. Dean soutenait à qui voulait l'entendre que l'attentat l'avait fait grandir et qu'il y voyait plus claire dans ses priorités maintenant. Virgil imaginait non sans mal à quel genre de priorités il faisait référence: Devenir un virtuose reconnu et mettre le grappin sur ce mec de deux fois son âge avec qui il jouait au quidditch. Du moins c'est ce que Virgil avait cru comprendre. Dean n'avait jamais évoqué son homosexualité avec lui mais Virgil l'avait surpris, un soir d'été,  en train d'embrasser le vendeur de glace de la station balnéaire où ils passaient leurs vacances en famille. Il avait vu où les mains du glacier s'étaient baladées et Virgil n'avait plus commandé une seule glace du mois d'août.

C'était un autre moment qu'il n'aimait pas se remémorer mais dont il tirait une certaine satisfaction. Dean n'était pas aussi parfait que Jonah pouvait l'imaginer...  Il avait ses failles, lui aussi, et ses secrets.

Un peu comme Blackbonnes qui se montrait étonnamment confidente ce soir. Pourquoi lui parlait-elle? Elle aurait pu évoquer ce sujet avec n'importe qui - Barclay et Marchebank à commencer par eux- mais il avait fallut que ça tombe sur sa pomme. C'était un choix étonnant. Il n'était pas particulièrement digne de confiance et ils ne s'étaient même jamais parlés jusqu'à aujourd'hui.

"Tu te rends compte que si tu adhères au programme Mémorise, cette soirée sera surement effacée de ta mémoire, dit-il alors avant de pousser son raisonnement un peu plus loin, j'en saurais plus sur toi que toi-même sur toi, ajouta-t-il avec un sourire étrange et malsain. L'idée lui plaisait à vrai dire, Tu te rappelleras pas qu'on a échangé ses mots, qu'on s'est assis sur ce banc, que tu m'as parlé de tes projets d'effacement de mémoire, de Leopoldgrad et de Sorden."

Il se tut quelques instants en constatant sa bourde et reprit:

"Bon, ça, tu l'as pas fait directement mais... à demi-mots, j'ai compris quoi, dit-il en haussant vaguement les épaules, Y pas besoin d'être légillimens pour comprendre."
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur


Emma ne releva pas le mensonge de Virgil. Il tremblait de froid mais elle n'insista pas, après tout le fait de rentrer romprait sans doute la trêve implicite qui existait entre eux. Elle lui suivit donc sur le banc en rabattant un peu plus les pans de sa cape sur elle. Elle suivit son regard et commença elle aussi à observer les étoiles. C'était tout simplement magnifique, elle prenait peu le temps de regarder le ciel et ce qu'il y avait autour d'elle en général. Il y avait pourtant des paysages à couper le souffle mais elle était trop souvent focalisé sur ses problèmes. Cette tendance nombriliste lui avait déjà joué des tours par le passé, il fallait qu'elle travaille sur elle pour ne plus se montrer aussi egocentrée.

Elle passa au dessus de la réflexion ironique qu'il lâcha et se concentra sur les étoiles. Elle trouvait une certaine paix intérieure dans son observation, elle en vint à aborder Dean et hocha la tête à la réponse du Gryffondor. Sa réponse ne l'étonnait même pas. Il y avait des personnes qui arrivaient à surmonter n'importe quelle épreuve. Des forces de la nature qui arrivaient à passer au dessus des obstacles. Pour elle, c'était un peu plus compliqué que ça. Jonah et Dean Forbes semblaient être fait du même bois alors que Virgil lui semblait sensible. Peut-être était-ce pour cela qu'il ressentait le besoin de se faire remarquer en défiant l'autorité. Quelque soit la raison, Emma comprenait un peu ce besoin d'attention. Ce même besoin qui l'avait poussé dans les filets d'Ana Sorden.

Un filet de fumée s'échappa de ses lèvres alors qu'elle soupirait. Le froid commençait à lui geler le bout du nez et ses doigts s'engourdissaient de plus en plus. Mais elle ne voulait pas bouger, elle était plutôt bien et sa discussion avec Virgil avait du sens pour une fois. Elle avait trouvé une oreille inattendue et complaisante à défaut de compatissante. Mais au moins, il ne démontait pas point par point ses arguments pour tenter de lui faire changer d'avis. Son regard se posa sur lui alors qu'il avançait une théorie intéressante. Elle réfléchit un moment avant de se figer lorsqu'il évoqua Sorden. A aucun moment, elle n'avait laissé entendre qu'elle parlait d'elle. Mais évidemment, c'était évident quand on connaissait son implication au cours du procès. Elle resta un long moment silencieuse à fixer Virgil.

"Effectivement, il y a peu de chance que je m'en souvienne. Surtout maintenant que tu viens de prononcer son nom. Tout ce qui concerne cette femme et l'attentat seront effacés de ma mémoire. Je me souviendrais de cette soirée avec toi sur ce banc mais je ne me rappellerais pas de quoi nous avons parlé. Et en toute honnêteté, je m'en fiche. Que tu saches une chose que j'ignore dans le futur ne me nuira que si tu viens me dire en face que je me suis fait effacer la mémoire. Mais qu'est-ce que ça t'apporterait franchement ? D'autant qu'il y a des chances que mon projet soit mis en application pendant les vacances d'été. Après mon départ de Poudlard, je doute qu'on se revoit un jour. Et même si c'était le cas quelles seraient les probabilités que tu viennes me parler ? Tu me détestes. Je représente tout ce que tu détestes. Tu l'as dit toi même, je suis miss préfète parfaite."

Elle continua à le fixer un moment avant de reporter son attention sur le ciel.

"Donc vraiment, quel intérêt ?"



Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes

"C'est pas faux." répondit-il sans chercher à la contredire. Il tira une dernière fois sur sa cigarette et fit disparaitre le mégot d'un Evanesco avant de reporter ses yeux mi-clos sur la jeune femme.
Merlin, les filles ! Vraiment toutes les mêmes ! Promptes à prêcher le faux pour savoir le vrai... Seulement c'était mal connaitre Virgil. Non, il ne lui ferait pas ce plaisir de lui dire qu'il lui trouvait quelques qualités en dépit de son horrible tendance au perfectionnisme.
Elle croyait quoi sérieux ? Qu'il allait lui servir une tirade au clair de lune du genre, "Je ne te déteste pas, Emma, j'ai découvert qu'un être complexe et sensible se cache sous cette carapace de parfaite préfète."

Il n'était pas Feodor et il n'avait pas vocation à l'être. Emma avait beau être déprimée et suicidaire, Virgil ne comptait pas se fourvoyer en se montrant trop compatissant. Pourtant il devait bien admettre que cette conversation lui était agréable. L'impression de braver l'interdit juste sous le nez de Londubat y était surement pour quelque chose. La satisfaction d'avoir réussit à détourner la Préfète de sa mission première également, mais il y avait autre chose.

La tournure de leur échange n'était pas pour lui déplaire: Ces histoires de suicide, d'effacement de mémoire... Virgil avait rarement l'occasion de parler de sujet aussi profonds, du moins pas de cette manière. En effet, avoir  recours à une DBD était une blague fréquente dans sa  bande "Virtanen nous a collé un devoir pour demain, je vais faire une DBD." ou encore " Si Corrigan ramasse les parchemins je me jette sous le magico-bus !" mais jamais aucun de ses amis n'avait avoué avoir eut des idées suicidaires.

Sans aller jusqu'à cette extrémité, Virgil s'était souvent demandé ce qui se passerait s'il disparaissait. Pas dans le sens mourir, non, il n'avait jamais envisagé attenter à ses jours, plutôt dans le sens s'évanouir comme un mégot après un "Evanesco". Terminé. Disparu.

En ça, il se trouvait d'étranges points communs avec Emma Blackbonnes mais il ne se sentait pas prêt à les lui révéler.

Le jeune homme poussa un léger soupir et relégua ce constat dans un coin de son cerveau. Il y reviendrait plus tard, se dit-il en reportant son attention sur le ciel étoilé, à l'instar d'Emma. Il croisa ses mains sous ses bras pour avoir plus chaud, étendit les jambes devant lui et renversa la tête sur la tranche du dossier du banc pour avoir moins mal au cou. S'il n'avait pas fait des températures avoisinant zéro degré il aurait été parfaitement bien.

"Dommage que tu n'adhères pas à Mémorise plus tôt... , reprit-il alors en se remémorant les dires de la préfète. Tu aurais pu oublier ma petite infraction au règlement de ce soir ." Il sourit aux étoiles et ajouta de but en blanc: " Tu sais comment ils vont faire le tri dans tes souvenirs ? je veux dire, comment être sûr qu'ils ne vont rien oublier... "

La question l'intéressait vraiment. Depuis qu'il avait lu un souvenir dans le cerveau de Nelly Horrocks il s'était beaucoup documenté sur la Légilimancie, l'Occlumancie et les manipulations mentales au point de passer des nuits entières à lire des ouvrages que Kasya avait empruntés pour lui à la bibliothèque - Il y était interdit jusqu'à la fin janvier.

"Est-ce qu'ils conservent tes souvenirs quelque part au cas où tu changes d'avis un jour ? lui demanda-t-il alors, imaginons, commença-t-il en se tournant légèrement vers Emma, Je te déteste tellement que j'ai envie de gâcher ta nouvelle vie insouciante en te révélant que tu t'es fait effacer la mémoire. C'est une hypothèse, tempéra-t-il, Je te dis que tu t'es compromis avec une mardolienne, que tu as été victime de l'attentat de Leopoldgrad et je t'avoue que tu as batifolé avec le fils du Ministre -Le truc que tout le monde voudrait oublier, ça faisait trop longtemps qu'il n'avait pas cherché à vexer Emma. Non seulement il ne pouvait pas résister à l'idée mais il ne voulait surtout pas laisser croire qu'il s'attendrissait, Tu aurais un moyen de vérifier mes dires ?" s'enquit-il alors.
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
La remarque de Virgil lui tira un sourire. Même en se faisant effacer la mémoire, cet incident n'aurait pas été effacé. Du moins pas avec ce qu'elle avait compris du projet. Ce n'était pas toute sa mémoire et tous ses souvenirs qui étaient effacés. Juste ceux comportant Ana Sorden et Leopoldgrad. Toutes les conversations s'y rapportant et sa convalescence. Le reste resterait, elle se rappellerait ses moments d'errance et de solitude. Elle n'y verrait rien en rapport avec les horreurs qu'elle avait vécu mais elle se souviendrait seulement d'avoir été seule. Elle penserait que l'éloignement de Clara serait dû à la mort de Anwar et Priam. Ce qui en soit était le cas. Mais elle ne se rappellerait pas avoir été elle-même à Leopoldgrad. Donc l'incartade de Virgil serait encore présente dans sa mémoire après.

La question du Gryffondor était intéressante et pertinente et il était le seul à la formuler. Elle-même se l'était posée mais elle n'avait pas encore les réponses. Elle n'avait pas encore eu le loisir d'avoir un entretien avec les psychomages en charge du projet. Elle n'avait pas encore tous les détails. Tout ce qu'elle savait, elle l'avait lu dans des brochures. Un rire lui échappa lorsqu'il évoqua Dave. S'il tentait de la vexer, c'était raté. Elle ne regrettait rien de son histoire avec le fils du ministre, ils avaient passé de très bons moments ensembles et ils étaient désormais amis. Elle devait bien admettre qu'au fond, elle ressentait encore un petit quelque chose pour le jeune homme mais elle ne savait pas si l'inverse était vrai. Le mieux était sans doute de passer à autre chose et de laisser les choses se faire naturellement.

"Je ne sais pas exactement comment ça va se passer. Je n'ai encore eu aucun entretien. Tout ce que je sais, je l'ai lu dans des brochures. J'ai lu qu'ils arrivaient à cibler certains souvenirs en particulier. Je pense qu'ils doivent utiliser une sorte de pensine donc peut-être qu'ils gardent une trace de tout ça..."

Un soupir lui échappa alors qu'elle tournait la tête vers Virgil.

"Mais honnêtement si je vais au bout et si vraiment tu me racontes tout ça, il y a peut de chance que je te crois. A moins que tu m'apportes la preuve de ce que tu avances."

Elle esquissa un demi-sourire avant de reporter son attention sur les étoiles. Elle pouvait se montrer têtue quand elle voulait et pour ce genre de chose encore plus. Pourquoi croirait-elle un type à qui elle avait parlé une seule fois ? Il n'y avait aucune raison que ce qu'il raconte soit vrai. D'autant plus quand on savait qu'il ne la portait pas dans son cœur, vu sa réputation, ce genre de racontar n'était qu'une façon de la faire souffrir ou de la tourner en ridicule.

"Les apparences étaient ce qu'elles sont, je vais simplement croire que tu essayes de te moquer de moi en me faisant croire des mensonges ridicules. Ce serait bien ton genre de faire ça pour un pari non ?"

Elle lui adressa un regard narquois. Les choses ne joueraient pas en sa faveur. Mais sa question était pertinente. Si l'envie lui prenait de vouloir vérifier par elle-même, le pourrait-elle ? Ses souvenirs seraient-ils conservés quelque part ? Une question qu'elle devrait poser lors de ses entretiens. Elle dévisagea un moment Virgil songeuse avant de détourner la tête. Pourquoi se montrait-il aussi froid et insensible avec tout le monde ? Ses interrogations montraient bien qu'il n'était pas que ça. Qu'est-ce qui le torturait donc à ce point ?

"Je peux te poser une question ?, ce n'était qu'une simple question théorique puisqu'elle enchaîna presque aussitôt. Pourquoi tu déteste autant ton père ? Il n'a pas l'air aussi horrible que ça. Tu es très dur avec dans ta façon de parler de lui. Pourquoi ? Il y a des pères bien pire que le tien tu sais..."

Mais après tout, elle ne vivait pas avec Jonah. Elle ne pouvait s'empêcher de penser que si le professeur Forbes avait été son père, elle n'en serait sans doute pas là aujourd'hui. Il ne faisait aucun doute que Anthony Blackbonnes avait des sentiments pour sa famille mais il n'en laissait jamais rien paraître. Il se contentait d'être une présence autoritaire mais jamais il ne lui avait montré son soutien. Sa mère l'avait fait à sa place. Elle parlait pour deux et Emma n'avait jamais réellement su ce que son père pensait. Elle n'avait jamais demandé non plus, elle avait bien trop peur qu'il l'ignore ou pire qu'il s'emporte contre elle de poser ce genre de questions.



Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes

La réponse de la préfète le déçut un peu. Il aurait bien aimé savoir comment se déroulait ce genre d'intervention magique. Peut-être pourrait-il poser deux ou trois questions à Meredith Kane la prochaine fois qu'il la croiserait ? La responsable de Skye était une intime de ses parents et Virgil la voyait encore assez régulièrement notamment pendant les vacances scolaires, il pourrait surement profiter d'un moment pour se retrouver en tête à tête avec elle, loin de Jonah. Si son père le surprenait à s'intéresser à quelque chose il allait tirer des plans sur la comète et vouloir que son fils aille faire un stage professionnel avec les laborantins de Skye. Il rêverait pour lui d'une carrière au Ministère et finirait par traiter Virgil comme un trophée de quidditch qu'on expose fièrement. Jonah le faisait déjà avec Dean alors pourquoi pas avec lui. Ce dernier ne comptait pas se laisser instrumentaliser. Il était hors de question qu'il donne à son père cette satisfaction !

Enfin, il s'égarait. Virgil s'était mis à agiter sa jambe nerveusement sans même s'en rendre compte. Il changea donc  légèrement de position sur le banc, rentrant de nouveau le cou dans le col de son pull puis il se concentra pour reprendre le fil de la conversation d'Emma. Elle affirmait qu'elle ne le croirait pas s'il venait la trouver, un jour, pour lui annoncer qu'elle s'était faite effacer la mémoire. Logique. Il n'était ni Barclay ni Marchebank, il n'y avait aucune raison pour qu'elle accorde du crédit à ses propos. De plus elle avait raison en affirmant qu'il n'était pas vraiment une personne digne de confiance pourtant il ne pouvait pas s'empêcher d'aller jusqu'au bout de son raisonnement.

"Je pourrais te montrer mes propres souvenirs de cette conversation dans une pensine par exemple, émit-il en guise d'hypothèse, tu verrais qu'ils ne sont pas trafiqués et forcément plus nets et plus vrais que les tiens."

Il se tut, tentant de se mettre dans la peau de la jeune fille.

"Tu te rendrais compte que tout ce que tu crois vrai n'est en fait ...qu'une illusion. Que tous tes proches te mentent depuis des années. Tu imagines le pouvoir de nuisance d'une telle révélation ?" Dit-il en relevant légèrement la tête du dossier pour regarder Emma. Virgil semblait davantage fasciné par l'idée qu'inquiet à vrai dire " BOUM ! Toutes tes certitudes voleraient en éclats..., ajouta-t-il en mimant une explosion avec ses mains,  Tu ne saurais plus à qui faire confiance... Tu te sentirais seule et tu aurais envie d'en finir avec ce monde de merde, avec tous ces putains d’hypocrites qui t'ont laissé construire ta vie sur un mensonge... Cette révélation te laisserait déprimée. Suicidaire."Il marqua une pause avant de souffler "Retour à la case départ."

Virgil  haussa légèrement les épaules et ajouta non sans malice " Mais rassures toi, je suis sûr qu'il doit y avoir une garantie dans leur programme, un truc du genre "Si vous découvrez que vous vous êtes fait effacer la mémoire, on vous efface ce souvenir à un tarif préférentiel ! - 50% pour votre deuxième passage à Skye" ricana-t-il d'un air mauvais.

Bonjour le cercle vicieux !

Pour le coup, Emma ne semblait pas prompte à s'imaginer dans cette situation puisqu'elle changea rapidement de sujet. Lorsqu'elle lui demanda si elle pouvait lui poser une question, il articula un "Non."  sans même attendre la suite de sa phrase. Son père était un adepte de cette formulation: Il faisait mine de demander poliment votre accord avant de vous poser une question totalement  indiscrète. Blackbonnes n'échappait pas à la règle.

Virgil bascula la tête en arrière et grogna en entendant son interrogation. Pourquoi fallait-il toujours que son paternel revienne sur le tapis ?

"Tu as des actions chez Psychomage Magazine ? C'est ça ?" dit-il en relevant la tête.

C'était la deuxième fois de la soirée qu'elle essayait de lui tirer les vers du nez sur des sujets qu'il ne comptait pas aborder avec une illustre inconnue. Libre à elle de lui raconter toute sa vie, sans filtre, mais elle ne pouvait pas lui demander la même chose en retour. Sa relation avec son père était...compliquée et il n'entendait pas livrer son ressenti à la Préfète. Il ne savait même pas ce qu'il ressentait réellement à l'égard de Jonah alors poser des mots sur leur relation était au dessus de ses forces.

"Détester." répéta-t-il en secouant la tête, "Je te déteste", "je déteste mon père", ma parole, tu n'as que ce mot à la bouche. Rassures-moi Blackbonnes, tu sais quand même qu'il existe tout un panel d'émotion entre aimer et haïr ?" lui dit-il d'un ton légèrement condescendant presque aussi horripilant que le sien. Il n'aimait pas se faire asticoter et il comptait bien le lui faire comprendre.
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur

La curiosité de Virgil sur le sujet devenait dérangeante. Des frissons glacées commencèrent à glisser le long de sa colonne vertébrale. Elle ne voulait pas envisager ce dont parlait le jeune homme, ça ne lui arriverait pas n'est-ce pas ? Il ne ferait pas ça. Il n'en avait pas le droit. Pourquoi chercher à savoir ce qui se produirait si. La question ne se posait même pas pour le moment. Elle ne voulait pas savoir. Pourquoi continuait-il ? Il cherchait juste à la torturer un peu plus ? Elle était à deux doigts de se lever et de le laisser en plan. Ses jambes tremblaient de terreur alors qu'elle s'imaginait revivre l'horreur à nouveau. Ce serait même pire, tout le peu de confiance qu'elle avait en ses proches serait détruite. Ou alors était-ce un cercle vicieux comme le suggérait le Gryffondor.

Elle ne voulait pas le savoir en fait. Et écouter Virgil était une mauvaise idée en réalité, lui laisser prendre autant de contrôle sur elle-même était une erreur. Il fallait qu'elle oublie ce qu'il venait dire qu'elle chasse de son esprit ses phrases assassines. Sinon à quoi bon ? Autant en finir tout de suite. Mais elle ne laissa rien paraître de son conflit intérieur et s'intéressa au sixième année qui ne semblait pas prompt à se dévoiler. Emma leva les yeux au ciel lorsqu'il lui demanda si elle avait des actions chez Psychomage Magazine. Ce qu'il pouvait être crétin.

"Et toi tu as des actions chez Emmerdeur le Mag ?"

Il ne voulait pas parler, très bien, libre à lui de se confier ou non. Ce n'était pas une raison pour se montrer condescendant.

"J'ai connaissance du panel oui merci. Mais à ta tête et à ta façon de te comporter, la subtilité est pas évidente. Faut dire que t'es pas très expressif et pas très recherché dans tes réparties."

Elle le toisa du même regard qu'il venait de la gratifier et se leva du banc.

"Bon, j'ai froid. On rentre."

Le charme était rompu, il avait eu le moyen de continuer leur petite discussion, il ne l'avait pas saisi tant pis pour lui. Elle n'allait pas se laisser mourir de froid pour un mec qui ne faisait que l'insulter et la rabaisser dès qu'il avait cinq minutes de libre. Elle avait cru que pour une fois, il faisait preuve d'intelligence et de maturité. Visiblement, elle s'était trompée.

"Ta punition est toujours maintenue au fait. C'est pas parce que tu as fait semblant de t'intéresser à moi ou même d'écouter mes problèmes que tu ne feras pas les quinze prochaines nuits en ronde avec moi."

Elle lui adressa un sourire cynique.

"Tu vas devoir me supporter encore un peu, moi et mes réflexions dignes de Psychomage Magazine."

Elle lui tourna le dos pour rejoindre l'intérieur du château quand son regard s'arrêta sur l'une des fenêtres. La lumière était éteinte mais elle avait cru voir une ombre bouger. Sans doute un fantôme. Ou peut-être autre chose. Elle se figea, la peur commençant à s'emparer d'elle. Les paroles de Virgil revenant en boucle tambouriner contre ses tempes. "Tu te rendrais compte que tout ce que tu crois vrai n'est en fait ...qu'une illusion." "Retour à la case départ." "tous tes proches te mentent depuis des années" " Tu ne saurais plus à qui faire confiance..." "Suicidaire."

Ce dernier mot tournaient en boucle dans son esprit l'empêchant de respirer. Puis d'autres souvenirs remontèrent sans préavis. La maison en feu. Les cris de la petite fille. L'éboulement à Leopolgrad. La sensation d'étouffement. La même sensation qu'elle ressentait à présent. Elle hoquetait de douleur, l'air commençait à lui manquait, ses yeux la brûlaient et elle voyait de plus en plus trouble. Sa main serrait fort la porte pour ne pas tomber. Elle était à la dérive. Sa crise d'angoisse l'avait prise par surprise et elle suffoquait littéralement. Elle qui avait réussi à se contenir jusqu'à présent s'était laissée surprendre comme une débutante. Et plus elle tentait de lutter, de garder une contenance devant Virgil, plus c'était pire. Elle finit par abandonner en se laissant tomber contre la porte, les genoux contre sa poitrine pour retrouver un semblant de respiration. Le cœur encore emballé et la crise loin d'être passée.



Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
MétamorphomageMolduEn ligneavatar
Messages : 1111

Voir le profil de l'utilisateur

Virgil Forbes, le connard

Bingo ! Emma avait beau essayer de faire croire qu'elle avait gagné la partie, Virgil savait bien qu'il avait réussi à la pousser à bout. Leur petite guéguerre avait repris et il avait remporté la première manche. Elle était piquée, il pouvait le deviner à ses remarques lapidaires et à son ton sec, constata-t-il en la voyant se lever brusquement.

Virgil masqua difficilement le sourire que la scène lui inspirait. Lui qui avait essayé de la pousser dans ses retranchements tout au long de la conversation -enfin presque tout le long-, il avait finalement réussi à la faire sortir de ses gonds.  Bon, il est vrai qu'il serait bien resté plus longtemps à discuter sur ce banc, fumant cigarette sur cigarette, mais toutes les bonnes choses avaient une fin. Leur trêve était terminée, ils redevenaient la Préfète-En-Chef et le Perturbateur. Juste retour des choses au final.

Le sixième année se leva donc lentement et  s'étira longuement -très longuement-  avant de consentir à suivre la jeune femme, les deux mains au fond des poches, bien décidé à trainer la patte jusqu'au dortoir.

"Tu m'en vois ravi." répondit-il tandis qu'elle affirmait à qui voulait l'entendre que sa punition était maintenue et qu'il devrait l'accompagner dans ses rondes durant les quinze prochaines nuits. Ne comprenait-elle pas qu'il était heureux de cette issue ? L'enfermer dans son dortoir aurait été une punition nettement plus cruelle ! Là, il allait pouvoir se promener la nuit dans le château tout en éprouvant les nerfs d'Emma. Il sentait que cela allait devenir son jeu malsain favori, surtout si elle lui ressortait son petit air supérieur.

Il cherchait justement une nouvelle répartie pour embêter la préfète lorsque cette dernière sembla chanceler devant la porte. Si elle glissait dans la neige, elle pourrait toujours courir pour qu'il l'aide à se relever, songea-t-il en s'approchant d'elle.
Pourtant quelque chose était différent. Il ne voyait pas son visage d'où il était mais elle respirait ...bizarrement. Virgil fronça les sourcils et comme elle n'avançait pas davantage, il s'arrêta à bonne distance d'elle.

"Blackbonnes ?" fit-il en inclinant légèrement la tête sur le côté.
Merlin, elle était presque flippante avec ses sons de gorge et ses râles étranges. Virgil retint une grimace de dégout avant de laisser échapper une exclamation de surprise au moment où elle se laissa tomber au sol dans la neige, suffocante, les jambes repliées contre elle.
Bordel de troll. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui ? Il avait vraiment un mauvais karma avec les Préfètes de Serpentard: Après la crise de pleurs de Nelly voila qu'Emma lui faisait une crise d'angoisse, ou quelque chose du genre. Il n'était pas spécialiste, à vrai dire, mais il avait bien l'impression qu'il s'agissait de ça, encore fallait-il qu'il en ait le cœur net. Il se pencha donc en avant et tira sur l'épaule de la préfète pour l'obliger à se retourner dans sa direction. La jeune femme pivota et il constata avec horreur que c'était encore pire que ce qu'il avait imaginé: Emma était toute crispée, elle haletait, comme si elle peinait vraiment à respirer.

"Et merde !" pesta-t-il en se redressant. Que pouvait-il faire ? La planter là ? C'était tentant vu comme elle venait de se conduire avec lui... Mais tôt ou tard, cela lui reviendrait dans la tête. Il le savait, cela finirait par se savoir et il n'avait aucune envie de subir le courroux de l'équipe professorale pour avoir laisser étouffer la Préfète en Chef. Il sortit donc sa baguette et hésita un instant sur l'identité de la personne à prévenir en premier. Son père ? Londubat ? Silvester ? Il n'avait aucune envie de les voir, tous autant qu'ils étaient mais il ne pouvait pas pour autant laisser Blackbonnes s'asphyxier devant lui.

Peut-être pouvait-il essayer quelque chose ? Après tout, cette crise ressemblait à s'y méprendre à un bad trip. C'était une situation qu'il savait gérer. Et même bien. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait fait revenir Kasya et même Damon, une fois, l'été dernier. Virgil lui avait caressé les cheveux en lui soufflant des mots réconfortants jusqu'à ce que Drop retrouve ses esprits. Les deux garçons n'en avaient plus jamais reparlé depuis. Virgil savait donc faire face à ça alors il se donna une minute pour essayer de calmer la jeune fille avant d'appeler les secours.

Il posa sa baguette dans la neige et s'agenouilla à côté d'Emma pour l'obliger à déployer les genoux et à étendre ses jambes. Elle ne risquait pas de respirer convenablement si elle restait repliée sur elle-même.

"Allez Blackbonnes" lui dit-il en passant un bras autour de ses épaules  pour l'obliger à s'allonger un peu "Respire lentement." articula-t-il posément, Tu es à Poudlard, tout va bien. Respire."

Il disait les mêmes mots à Kasya lorsqu'elle voyait voler des sombrals devant ses yeux après avoir un peu trop abusé de Mandragore ou de Mona Lisa. Pourtant Emma semblait toujours en proie à sa crise tant sa respiration était saccadée.

"Il ne peut rien t'arriver. Tu es en sécurité. Respire doucement, Emma" répéta-t-il en abandonnant l'utilisation du nom de famille un peu trop impersonnel pour la situation.

Il inspira et expira lentement, comme pour imprimer un rythme à suivre et jeta un regard en direction de sa baguette. Si Emma ne se calmait pas, ne serait-ce qu'un peu, dans les secondes qui suivaient, c'était décidé, il réveillerait Jonah.
Emma BlackbonnesPréfète en ChefEn ligneavatar
Messages : 428

Voir le profil de l'utilisateur
Une voix semblait s'adresser à elle dans tout ce flou. Le monde tournait autour d'elle, elle n'arrivait plus à se concentrer sur rien. Sa respiration était difficile, chaque inspiration lui coûtait. Elle était tétanisée par l'angoisse, elle ne savait plus quoi faire. Plus comment réagir. Tout ce qui comptait c'était réussir à respirer. Faire entrer de l'air alors qu'elle en manquait. Elle sentit une main l'obliger à allonger ses jambes, elle lutta à peine trop obnubilé par sa recherche désespérée d'oxygène. Elle se focalisa ensuite sur la voix. Elle lui parlait, elle avait utilisé son prénom. Ce fut plus facile ensuite. Quelque chose se débloqua en elle. Sa respiration se fut plus apaisée, elle réussit à reprendre un rythme normal. Inspiration. Expiration. Inspiration. Expiration.

Elle ferma les paupières alors que le monde arrêtait de tourner autour d'elle. Tout reprenait sa place, elle sentit les larmes silencieuses couler le long de ses joues. Elle ne tenta même pas de les arrêter. Il y avait tellement longtemps qu'elle n'avait pas eu de crise aussi importante que celle là. La honte commençait lentement à l'envahir, elle avait voulu éviter que Virgil n'assiste à ce spectacle affligeant et il était le premier témoin de sa déchéance. Elle inspira profondément avant d'essuyer les larmes sur ses joues. Elle rouvrit les paupières et posa les yeux sur le jeune homme qui la tenait encore.

"Je suis désolée, murmura-t-elle mortifiée. Je ne sais pas ce qui s'est passé."

En réalité, elle le savait plus que bien mais elle ne le reconnaîtrait pas devant le Gryffondor. Elle avait encore un minimum de fierté. Elle se redressa pour se défaire de son étreinte involontaire et tenta de se lever. Elle était encore faible mais elle réussit néanmoins à se mettre sur ses jambes. Elle refoula la nausée qui montait en elle d'une profonde inspiration avant de s'appuyer contre le mur derrière elle. Elle fixa ensuite Virgil un moment sans comprendre ce qu'il faisait encore là. Il aurait très bien pu en profiter pour filer. Personne n'en aurait rien su et ce n'est pas elle qui aurait été vendre la mèche. Elle aurait bien fini par se calmer toute seule à un moment donné. Elle appréciait néanmoins qu'il soit resté pour l'aider.

"Merci d'être resté... C'est gentil."

Emma lui adressa un faible sourire avant de détourner le regard et de fixer les étoiles. Elles avaient eu un effet apaisant sur elle auparavant, peut-être qu'elles auraient encore cet effet. Elle ne savait pas quoi dire pour rompre le silence gênant qui s'installait entre eux mais il ne faisait aucun doute que Virgil trouverait alors autant le laisser parler.


Emma Blackbonnes


Sur une idée originale de Vigounet pour la signa et ava de Daisy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Moonage Daydream [Virgil & Emma]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (Charlie) moonage daydream
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?
» Emma Harper
» 00. You're having my baby (18/08/2011) | Emma Pillsbury & Will Schuester

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Salles de cours,-