AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Pyrobatie

Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 661

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Isobel Lavespère le Dim 24 Sep 2017 - 19:47, édité 1 fois
Jeudi 7 Janvier 2010 - Manchester

Il neigeait en ce début de soirée. Des flocons épais et fournis qui tapissaient les trottoirs et les routes, drapant les toits dans un manteau blanc. Son rebord de fenêtre en était maculé lorsqu'elle s'était levée ce matin et elle avait espéré que cela tienne toute la journée pour pouvoir en profiter à la sortie du travail (les fenêtres artificielles de la com' avaient montré de la pluie battante tout l'après-midi, à son grand désespoir). Isy n'aimait pas le froid mais elle aimait la neige. Elle avait dix-neuf ans la première fois qu'elle en avait vu ce spectacle, à Salem. Les températures du Massachusetts étaient monstrueuses, elle ne savait pas comment elle avait pu y survivre ! Elle portait déjà trente-six couches ici... La personne qui marchait à côté d'elle semblait tolérer le froid bien plus facilement, alors qu'elles marchaient dans les rues de Manchester. Il faut dire qu'elle devait avoir l'habitude ! Isobel et son interlocutrice ne se trouvaient pas dans la ville par hasard, à chercher un restaurant (elle-même était prête à prendre le premier venu puisque cela impliquait de se mettre à l'abri de ce vent mordant) : elles avaient décidé de dîner ensemble après avoir passé quelques heures ensemble au Ministère de la Magie, lors d'une réunion de travail. Lorsque tout le monde avait quitté la salle, elles s'étaient retrouvées à discuter et avaient décidé de poursuivre leur entretien dans un cadre un peu plus convivial. Ce n'était pas la première fois qu'elles faisaient cela.

D'habitude, Isobel était assez pointilleuse sur les restaurants, elle fonctionnait beaucoup au bouche-à-oreille ou à l'originalité. Elle fréquentait beaucoup Londres et New-York pour cela, villes cosmopolites, et elle aimait bien découvrir de nouvelles choses. Mais ce soir, elle congelait dans ses bottines - malgré son épaisse paire de chaussettes bien dissimulée - et elle mourrait d'envie de se réchauffer. Elles avaient choisi Manchester parce que c'était un peu animé et parce qu'elles ne connaissaient pas en détails mais elle n'avait pas le courage d'approfondir sa découverte. Isy frotta vigoureusement ses mains gantées entre elle et tapa légèrement des pieds pour bouger un peu. Apercevant une devanture avec une tortue, elle fit signe à sa comparse.

-Ça a l'air très bien, là.

Elle n'en savait rien, mais tant pis. Elle s'approcha de la devanture illuminé et déchiffra rapidement une petite pancarte sur la vitre.

-Oh et puis regarde, ils nourrissent des sans-abris avec les bénéfices, c'est chouette !

Et puis la salle avait l'air chauffée, le seul argument qui lui fallait. La Tortue Repue n'était pas forcément gastronomique mais tant pis, elle s'en passerait.

-Ça te va, Hailey ?


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Hailey Peterson, chef du BDA


Hailey marchait à grandes enjambées dans les rues de Manchester, sa robe d'uniforme virevoltant autour de ses jambes. Elle ne prêtait guère attention aux petits flocons froids qui venaient fondre sur son visage, pas plus qu'à l'air vif qui s'échappait de ses lèvres minces. La neige ne l'avait jamais émerveillée, tant elle avait fait partie de son quotidien, pendant ses longs hivers d'enfance à Chicago. Il était plus rare de la voir recouvrir les villes anglaises d'un manteau épais, et elle aurait pu être sensible au charme de cette ville de briques enneigées si elle n'avait pas été aussi préoccupée.

L'esprit encore pollué par leur longue réunion au sujet de la lutte contre la résistance, Hailey ne prêtait guère attention à la quête d'Isobel pour leur trouver de la nourriture. Elle se fichait bien de ce qu'elle mettrait dans son estomac, si bien qu'elle ne protesta pas lorsque sa collègue s'arrêta au beau milieu d'une petite rue excentrée, devant une vitrine qui ne payait pas de mine. Fronçant ses fins sourcils, elle jeta un coup d'oeil à l'intérieur du restaurant, puis sur la carte affichée en vitrine. "Cuisine méditerranéenne magique", voilà qui ne parlait guère à l'américaine qu'elle était, mais soit. Il s'agissait visiblement d'un petit restaurant familial, peu fréquenté étant donné l'heure à laquelle elles avaient fini leur réunion. Elles pourraient certainement y échanger en toute tranquillité.

"C'est parfait", répondit Hailey, sans commenter la remarque d'Isobel au sujet des sans-abris. Le simple fait qu'il y ait des sans-abris à nourrir la renvoyait à la responsabilité du gouvernement vis-à-vis de ce pays, à la misère sociale qui ne faisait que s'accentuer et aux échecs qu'ils rencontraient. De plus en plus souvent, Hailey se demandait ce qui lui avait pris de quitter son pays natal pour aller se mettre dans ce guêpier ; du moins, elle se demandait ce qui la retenait encore ici. Sa conscience professionnelle, peut-être.

Suivant Isobel à l'intérieur, elle jeta un coup d'oeil rapide à la décoration du restaurant et s'avança vers une serveuse désoeuvrée, occupée à faire des pitreries au comptoir.

"Une table pour deux, s'il-vous-plait", lança-t-elle de sa voix basse. La jeune femme se tourna vers elle et sembla avoir un moment d'arrêt, comme si elle ne s'attendait pas à trouver des clients dans son établissement. Elle prit le temps d'examiner Isobel avant de se décoller de son comptoir. Hailey haussa les sourcils en se retenant de se racler la gorge avec agacement. La journée avait été longue, le restaurant était surchauffé par rapport à l'extérieur, et elle mourrait d'envie de s'installer et d'ôter sa veste.

"Quelque chose ne va pas ? Il fallait réserver, peut-être ?", commenta-t-elle avec ironie, en balayant la salle quasiment vide d'un geste de main.

Son commentaire sembla tirer la serveuse de sa contemplation, et elle détourna son regard d'Isobel pour répondre avec empressement :

"Non non, bien sûr, installez-vous, je vous en prie. Vers la fenêtre, cela vous conviendra ?"

"Parfait."

Hailey se dirigea vers la table située à côté de la fenêtre, dressée pour deux couverts. Elle tira la chaise en bois, ôta sa lourde veste de fourrure avec un soupir de soulagement, et se laissa tomber sans la moindre grâce.

"Je suis fourbue", commenta-t-elle avec un mince sourire à l'intention d'Isobel. "Ces réunions m'épuisent, chaque fois qu'il est là... Je ne sais pas comment tu fais pour bosser aussi souvent avec lui. Il était déjà fatiguant avant mais depuis l'a..."

L'auror s'interrompit en voyant la serveuse revenir avec deux menus, qu'elle leur tendit en souriant.

"Bienvenue à la Tortue Repue ! Vous souhaiterez boire quelque chose pour commencer ?."

"Une biéraubeurre pour moi, merci."

Elle avait besoin d'un petit remontant. Hailey ouvrit la carte et balaya distraitement les menus du regard.

"Enfin, tu as bien du courage pour bosser dans la comm'. Moi, je ne suis vraiment pas assez diplomate pour ça."

Isobel LavespèreChargée de communicationavatar
Messages : 661

Voir le profil de l'utilisateur
À la seconde où Hailey valida le choix du restaurant, même s'il ne payait pas de mine, Isobel poussa la porte à deux mains. Elle avait froid, elle avait faim et elle avait envie de se poser. La salle était surchauffée et son premier réflexe fut de tirer sur son écharpe pour libérer son cou. Elle promena son regard autour d'elle alors que sa comparse demandait une table pour deux à la serveuse en uniforme. Cette dernière se tourna vers elles et eut un temps d'arrêt, observant même Isy longuement. Surprise, elle haussa les sourcils, cherchant à savoir si elles s'étaient déjà croisées quelque part. Son visage ne lui était pas familier mais son inspection fut interrompue par le sarcasme d'Hailey, peu encline à la patience après sa journée de travail. La salle était effectivement vide et cela ne semblait pas gastronomique, les gens ne devaient pas se bousculer au portillon : même à l'improviste, cela ne devrait pas poser trop de problèmes, même s'il était un peu tard. Un peu contrariée par le regard que la serveuse posait sur elle - quoi, elle avait l'air si fatiguée que ça ? - elle la suivit avec Hailey vers la table près de la fenêtre. En espérant qu'il n'y ait pas trop de courants d'air ou d'air qui filtrait : il faisait bien trop froid pour cela et elle n'avait pas envie de tomber malade alors qu'elle venait à peine de reprendre. Elle déposa son manteau de laine avec soin sur le dossier de la chaise en bois avant de s'asseoir, poussant un soupir de soulagement.

- De même, répondit Isy quand Hailey annonça qu'elle était fourbue. Elle passa sa main sur ses épaules tendues. Elle aurait tué pour un massage. La dernière réunion avait été particulièrement compliquée : la présence du Ministre y était pour beaucoup, elles l'avaient senti toutes les deux. Isobel avait pourtant l'habitude et avait appris à s'adapter aux exigences de Leopold Marchebank, comme elle s'apprêtait à répondre, mais l'arrivée de la serveuse avec les cartes ne lui laissa pas le temps.

L'espace d'un instant, elle sentit quelque chose dans son aura qui lui fit froncer les sourcils. Elle ne l'avait pas saisi au début parce qu'elle était physiquement plus éloignée mais... La voix d'Hailey la sortit de son analyse et Isobel secoua la tête. Ou peut-être qu'elle était juste fatiguée.

- Une biéraubeurre aussi, s'il vous plaît, lança-t-elle.

Son impression se dissipa alors que la serveuse s'éloignait et elle chassa tout cela de son esprit, reprenant le fil de la conversation. La carte entre les mains, elle cherchait quoi manger et haussa légèrement les épaules lorsque Hailey souligna qu'elle avait du courage de bosser dans la communication.

- Oui, enfin, moi je suis derrière mon bureau, c'est plutôt toi qui a du courage pour affronter tout ça. Un vague geste de la main pour englober la résistance, Skye, les tensions sociales. J'aime ce que je fais alors ça passe bien. Même si, après ce genre de réunions...

Elle soupira légèrement.

- J'ai l'impression qu'on ne pourra jamais en faire assez pour le contenter, même en se tuant à la tâche.


Isobel Lavespère
I am a villain, a hero, no more and no less, an awful disaster, a beautiful mess. @ ALASKA.

Avatar par foolish blondie.
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1274

Voir le profil de l'utilisateur
Isobel Lavespère et Hailey Peterson, dans son restaurant. Quelles étaient les chances pour que cela arrive ? De tous les restaurants de toutes les villes du pays, elles avaient choisi le sien, ce soir. Comme par hasard, le soir où Joel n'était pas présent ! Il avait fallut que la chef du BDA et l'une des chargées de comm' du régime choisissent la Tortue Repue pour leur petit dîner en tête-à-tête - un soir particulièrement vide en terme de clientèle... C'était un test envoyé par Merlin en personne.

Le coeur battant, Juliana leur tendit les cartes puis se dirigea vers le comptoir et le contourna. Là, elle appuya l'extrémité de sa baguette sur la surface de bois, dissimulée par la machine à biéraubeurre. Une trappe jusque-là invisible apparut et s'ouvrit. Juliana en tira deux petites boucles d'oreille dorée qu'elle accrocha promptement, avant de les dissimuler par de longues mèches de cheveux. Aussitôt, son ouïe se trouva décuplée. Les conversations entre les deux jeunes femmes, à l'autre bout de la pièce, lui parvenaient comme si elle se trouvait à côté. De tous les cadeaux de Roy, c'était certainement le plus pratique, songea-t-elle en refermant la trappe. S'il savait comment elle l'utilisait !

"Parce qu'il est beaucoup trop ambitieux. Rome ne s'est pas construite en un jour. Et pourtant c'est bien ce qu'il essaie de faire avec Leopoldgrad, et je ne parle même pas du reste."

Juliana referma la trappe précautionneusement, puis revint à ses activités de serveuse. Elle s'empara de deux grands verres qu'elle commença à emplir de biéraubeurre onctueuse, tandis que son cerveau réfléchissait à toute allure. Elle ne parvenait pas à décider si cette situation relevait de la malchance ou de la bénédiction. D'un côté, elle risquait de se faire démasquer, et sa propre vie était en jeu. De l'autre...

La haine qu'elle nourrissait à l'égard de ce type de personnes était sans limite. Hailey Peterson dirigeait les aurors, dont les activités relevaient plus du contrôle et de la répression que de l'aide à la population. La sécurité n'était plus qu'une vaste blague dans ce pays, et les aurors passaient plus de temps à boire avec les mafieux qu'à se battre contre eux. En revanche, elle ne comptait pas le nombre de malheureux qui venaient à sa soupe populaire avec de sales histoires à raconter sur les forces de l'ordre... Hailey Peterson était responsable. Sans oublier qu'elle avait été l'amante de Roy.

Isobel Lavespère aidait le ministre à répandre sa propagande et ses tissus de mensonge, elle faisait partie de ceux qui lui permettaient de se construire une image de marque et qui, à l'inverse, l'avaient fait connaître comme une folle dangereuse, une meurtrière en série. A cause de personnes comme elle, Juliana McNeil serait à jamais connue comme une terroriste et une assassine. Sans oublier cette relation qu'elle entretenait avec Roy et que Juliana n'avait jamais su comment qualifier...

Juliana posa les deux biéraubeurres sur son comptoir. Elle reprit sa baguette, la serra doucement pour sentir la chaleur qui en émanait.  

Elles ne verraient rien venir. Leur garde était baissée, Juliana était vive et elle aurait l'élément de surprise. Elle pourrait faire d'une pierre, deux coups. Faire tomber deux éléments du régime. Faire disparaître les corps avant que personne ne se rende compte de rien. Elle avisa le visage enchanteur d'Hailey, songea au nombre de personnes qui se trouvaient dans les geôles d'Azkaban ou les cellules de Skye par sa faute. Elle imagina ce beau visage figé, blême, recouvert de sang, et resserra la prise sur sa baguette. Son coeur s'accéléra, elle hésita.

Puis lâcha l'objet, s'empara des deux verres, et les emporta à travers la pièce dans un tourbillon de jupe et de tablier.

"Vous avez choisi ?"




Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Pyrobatie

Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-