AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Don't Look Back In Anger [Nora & Irving]

Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
22 Janvier 2010, Mallowsweet.

Le vent soufflait sur les collines de Mallowsweet tandis que Nora et Irving avançaient dans la nuit noire en direction de leur auberge. Pour beaucoup de couple, la soirée en amoureux qu'ils venaient de passer ensemble aurait été considérée comme un fiasco.

Le repas réservé chez l'une des meilleure table du quartier sorcier d'Exeter n'avait été qu'une succession de déconvenues (il avait fallut qu'ils réservent le jour où le chef était en arrêt maladie) et le spectacle comique auquel ils étaient censés assister ensuite avait été remplacé, à la dernière minute, par un concert de fado, musique triste et mélancolique par excellence.
Bref, un ratage complet.

Depuis sa discussion avec sa petite amie en décembre dernier, Irving avait pris conscience qu'il était sur la mauvaise pente et qu'il devait se ressaisir. Sa relation avec Nora n'était plus tout à fait la même et ils avaient beau être amoureux, cela ne suffisait plus à les rendre heureux.

Face à ce constat, Irving avait fait les démarches pour rencontrer un psychologue et il essayait, chaque jour, de positiver. C'était loin d'être simple et il se sentait encore régulièrement surmené, déprimé et particulièrement  irritable mais il tentait de prendre sur lui pour ne pas trop incommoder Nora. Même l'organisation de cette soirée en tête à tête lui avait parue compliquée:  Il avait fallu attendre la fin de la période touristique des fêtes de fin d'année, accepter de faire une entorse dans leur budget serré (alors qu'ils devaient encore finir de réparer une dernière chambre à l'auberge !) et même refuser quatre clients de dernières minutes.

Autant dire que le début de soirée n'avait pas été particulièrement agréable. Tout sonnait faux ! Leurs échanges cordiaux semblaient forcés, manquant de naturel ou de spontanéité. Irving essayait de faire bonne figure mais cela ne fonctionnait pas. Il se mettait trop la pression pour un moment qui aurait dû être simple et couler de source.  Mais, bizarrement, les choses s'étaient arrangées progressivement au fur et à mesure que leur repas en amoureux tournait à la catastrophe.

"Je pense que ce que j'ai préféré c'est... l'heure et demi d'attente entre l' plat et l' dessert. Quoique, j'hésite avec le moment où l'serveur a renversé la soupe de poisson sur ma veste." lança Irving en resserrant son bras autour des épaules de Nora.

A défaut de s'apitoyer sur leur sort, ils avaient finalement pris le partie de rire de ce désastre. Chaque déboire avait contribué à briser la glace qui s'était instaurée entre eux depuis ces derniers mois et , pour la première fois depuis longtemps, Irving se sentait bien.

Ses soucis étaient toujours en embuscade, bien sûr, et il devait s'efforcer, à chaque instant, de ne pas gâcher ce moment en songeant à tous les problèmes qu'il n'avait pas encore réglés mais il y parvenait. Il s'accrochait à cette soirée, à  cette parenthèse heureuse, qu'il espérait bien prolongée ce soir dans l'intimité de leur chambre.

Tout en marchant toujours, Irving déposa quelques baisers sur la tempe et sur la joue de sa petite amie avant de lui souffler à l'oreille.

"J'ai passé une excellente soirée."

Il lui accorda une sourire et s'arrêta finalement pour l'attirer tout contre lui et l'enlacer entre ses bras.

"Promets moi qu'on retournera se faire postillonner dessus par une chanteuse de fado." murmura-t-il, son front collé au sien.

La phrase pouvait paraitre légère mais il y avait une once de sérieux et de gravité dans le ton d'Irving, comme s'il voulait, plus que tout, retrouver un peu d'insouciance et de complicité dans leur existence.

Comme pour appuyer ses dires, il se pencha pour embrasser longuement Nora mais il fut finalement interrompu, au bout de quelques instants, par un raclement de gorge dans la nuit noire. Instinctivement, Irving porta une main à sa baguette tout en tentant de percer l'obscurité du regard.

-Qui est là ? s'enquit-il sans pour autant lâcher Nora. Sa tendre étreinte s'était muée en une prise plus ferme autour de ses épaules.  Il y avait peu de chance pour que de simples clients attendent minuit passé pour obtenir une chambre aussi Irving était prêt à transplaner sur le champs s'il percevait le moindre danger.

- C'est moi Irving. C'est Tara. Un lumos éclaira le visage de sa grande sœur, lui donnant un air fantomatique.

-Qu'est-ce qui se passe ?
demanda Irving, loin d'être rassuré.

Sa sœur n'avait pas pour habitude de venir le trouver chez lui en plein milieu de la nuit sans même prendre le temps de lui envoyer un patronus.

-Tu as des problèmes ?
s'enquit-il en faisant quelques pas dans sa direction.

- Tout va bien, ne t'inquiète pas ! assura-t-elle en posant sa main sur l'avant-bras de son frère pour le rassurer. Elle reporta son attention sur Nora et ajouta, excusez-moi je ne voulais pas vous faire peur en débarquant sans prévenir ici. Je pensais vous trouver à l'auberge mais je me suis souvenue trop tard que vous étiez à un spectacle ce soir. Elle accorda un sourire à Irving qu'il ne lui rendit pas. Il était inquiet et il voulait connaitre la raison de sa venue ici. Tara se racla la gorge et poursuivit. Je ne voulais pas vous déranger en envoyant un patronus. C'était déjà tard lorsque nous sommes arrivés, alors nous avons préféré attendre.

-Nous ?

Irving reporta son attention derrière sa sœur et sonda l'obscurité. Il crut percevoir un léger mouvement, tout près de la porte d'entrée de l'Auberge, si bien qu'il dégaina sa baguette et articula un  Lumos. Le halo éclaira deux enfants, serrés l'un contre l'autre. Un garçon d'une dizaine d'années à peu près et sa petite soeur, incontestablement. Les même cheveux bruns, le même teint pale et surtout, les mêmes yeux, semblables à des billes  sombres et opaques, qui vous observent d'un air mi craintif mi vengeur.

" C'est Nora et Irving dont je vous ai parlé." souffla Tara en s'adressant aux deux gamins, visiblement incapable de les rassurer un tant soit peu. Elle n'avait jamais été très maternelle et Irving savait combien Tara était mal à l'aise avec les enfants. D'une certaine manière elle semblait soulagée de ne plus être seule avec eux et Irving pouvait aisément la comprendre. Lui aussi, il n'était pas très doué dans ce domaine.

"Nora, Irving, je vous présente Sybille et Finn. Ils auraient besoin d'un endroit où dormir...pendant quelques temps." annonça Tara en reportant un regard lourd de sens en direction de son frère et de sa petite amie.


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Ils n'étaient tout simplement pas fait pour les rendez-vous galants. Les dîners au restaurant, les quatuors à cordes et les pièces de théâtre, ce n'était pas fait pour eux. Ils avaient essayé pourtant, avec toute la bonne volonté du monde, mais cela avait été un véritable fiasco. Leurs échanges manquaient de naturel et de chaleur. Ils essayaient tous les deux de faire comme s'ils se sentaient à l'aise dans ce grand bistrot à nappes blanches, sans parvenir à se convaincre l'un ou l'autre. Cela lui avait semblé une bonne idée pourtant, cette soirée romantique, comme une pause dans leur quotidien parfois oppressant. Elle s'était réjouie de cette initiative d'Irving, dans laquelle elle avait vu un signe que les choses s'arrangeaient enfin, qu'ils pouvaient recommencer à vivre, à profiter l'un de l'autre et à passer de bons moments.

Nora avait attendu cette soirée avec impatience toute la semaine et s'était même apprêtée pour l'occasion, abandonnant ses épais pulls en laine et ses bottes en caoutchouc pour la première fois depuis trop longtemps. En coiffant soigneusement ses cheveux blonds, quelques heures plus tôt, elle avait été incapable de se souvenir de la dernière fois où elle avait porté des bijoux, ou même une simple robe. La soirée d'inauguration de l'auberge peut-être...Ce soir elle avait eu envie de plaire, à nouveau, de lui plaire. Elle voulait qu'il la regarde encore comme il avait pu la regarder autrefois, elle voulait retrouver leurs sourires d'avant, leur complicité d'avant, leur "eux" d'avant.

Mais leur "eux" d'avant n'avaient pas été au rendez-vous et elle n'avait pas réussi à combler cette distance invisible qui les séparait. Elle en était venue à se dire qu'elle s'était fait de faux espoirs, qu'elle avait placé ses attentes trop haut. Peut-être qu'ils ne redeviendraient jamais ceux qu'ils avaient été avant, que leur couple avait définitivement changé, que la simplicité de leur relation appartenait au passé. Elle était sur le point d'accepter cette triste constatation quand la soirée avait commencé à virer au désastre. Rien, absolument rien ne s'était déroulé comme prévu. Et heureusement. C'était la meilleure chose qui aurait pu leur arriver.

Parce que Nora l'intrépide et Irving l'audacieux n'étaient pas faits pour les rendez-vous galants un peu trop guindés. Ils étaient faits pour l'imprévu, pour l'aventure et pour la spontanéité. Tout ce dont leur couple avait besoin c'était d'un poisson trop salé, d'un restaurant surchauffé, d'un serveur à l'accent canadien ridicule, et d'une chanteuse de fado qui postillonnait. Ce n'était certainement pas l'idée que la plupart des couples se faisaient du rendez-vous idéal, mais aux yeux de Nora cette soirée avait été parfaite. Parce que c'était comme ça qu'ils fonctionnaient le mieux, tous les deux. Ils étaient devenus amis en tombant dans un lac gelé, il était normal qu'ils aient besoin d'une petite dose d'aventure pour entretenir leur flamme.

Au fur et à mesure qu'ils enchainaient les surprises et les déconvenues, à grands renforts de fous rires et de regards entendus, elle avait finalement retrouvé cette complicité toute naturelle qui avait toujours été leur force. Et qu'est-ce que cela faisait du bien, songea-t-elle en riant à la remarque de son petit-ami sur les meilleurs moments de la soirée, incluant un incident s'étant soldé par la rencontre entre sa veste et la soupe de poissons.

"Je t'aime même si tu sens le saumon..." répondit-elle avec un regard tendre où pointait une lueur de moquerie.

Elle se laissa aller contre le Gryffondor qui déposa un baiser sur sa tempe et se surprit à sourire, tout bêtement. A sourire à personne, juste comme ça, parce qu'elle était bien. Elle aurait voulu figer ce moment pour en profiter le plus longtemps possible, à défaut de quoi elle le grava dans sa mémoire, comme un souvenir auquel elle pourrait repenser quand les choses seraient plus difficiles. Parce qu'elle n'était pas dupe, tous leurs problèmes n'allaient pas s'envoler en une soirée. Mais maintenant ils savaient qu'ils en étaient capables, qu'ils pouvaient encore être heureux, et ça changeait un peu les choses.

"Moi aussi, répondit-elle, blottie dans les bras d'Irving. Et tu sais très bien que si on réserve un spectacle de fado un jour il sera remplacé par une démonstration de claquettes...ajouta-t-elle en riant. Alors je te promets qu'on ira voir un spectacle de claquettes."

Elle plaisantait, évidement, mais sa promesse n'était pas complètement vide de sens. Elle avait réalisé ce soir à quel point ils avaient besoin de moments comme celui-ci pour s'échapper un peu de leur quotidien. Ils devaient se promettre de faire ça plus souvent.

Nora répondit au baiser d'Irving en se hissant sur la pointe des pieds pour se presser davantage contre lui. Elle glissa une main dans ses boucles brunes, savourant le goût de ses lèvres comme si elle l'embrassait pour la première fois. Enfin, ils se retrouvaient. Depuis combien de temps n'avaient-ils pas été si proches, émotionnellement comme physiquement ? Trop longtemps. Cet agréable moment fut toutefois de courte durée puisqu'ils furent brusquement interrompus par un raclement de gorge.

Nora sentit son coeur bondir dans sa poitrine et retint aussitôt sa respiration. Elle n'osa même pas bouger pour s'emparer de sa baguette, perdue quelque part au fond de son sac. Figée par la peur, elle essaya d'empêcher son esprit de s'affoler, sans succès. Et si c'était la milice ? S'ils avaient été découverts ? Si on venait les arrêter ? Elle s'autorisa finalement à respirer en entendant la voix de Tara, la grande soeur d'Irving, s'élever dans l'obscurité. Un lumos ne tarda pas à venir éclairer le visage de cette dernière et Nora se détendit un peu, avant de réaliser qu'il n'était pas normal que Tara débarque à l'auberge au beau milieu de la nuit. Son anxiété tout juste retombée repartit soudainement en flèche. Elle fut à peine rassurée quand la jeune femme leur assura que tout allait bien. Si tout allait bien que faisait-elle ici à une heure si avancée ?

La réponse se trouvait derrière elle et se tenait près de la porte d'entrée de l'auberge. Un petit garçon d'une dizaine d'années et une petite fille plus jeune, dont il était difficile de deviner l'âge. Elle était minuscule mais son visage fermé et son regard sombre lui donnait presque des allures d'adulte. Sybille et Finn, leur présenta Tara. Ils avaient besoin d'un endroit où dormir. Sous le coup de la surprise, Nora parvint à peine à articuler un "bonsoir". Elle posa un regard plein de questions sur la jeune médicomage, sans oser les formuler à voix haute devant les deux enfants. Qui étaient-ils, et où étaient leur parents ? Pourquoi les amener ici et pourquoi débarquer au beau milieu de la nuit ? Elle imaginait bien quelles pouvaient être les réponses à ces questions, mais elle espérait se tromper.

Complètement prise au dépourvu, et incapable de savoir quoi dire, elle fouilla dans son sac à la recherche des clés de l'auberge et se fraya un chemin jusqu'à la porte d'entrée en se faufilant entre les deux enfants. Perturbée, elle dut s'y reprendre à deux fois pour insérer la clé dans la serrure mais la porte finit par s'ouvrir sur le salon plongé dans l'obscurité, sous un concert d'aboiement de Looping.

"Allez-y, il fait meilleur dedans, souffla-t-elle à l'attention des deux enfants avec un sourire qui se voulait chaleureux.. Ne faites pas attention à lui, il va se calmer !" ajouta-t-elle alors que le chien s'agitait à ses pieds en aboyant joyeusement, complètement étranger à la tension qui régnait.

Elle éclaira la pièce d'un coup de baguette mais aucun des deux enfants n'amorça le moindre mouvement. Nora fit quelques pas dans le salon pour les inviter à la suivre, ils ne bougèrent pas.

"Je veux pas rester ici."

La voix de la fillette, plus grave qu'on aurait pu l'imaginer, résonna dans le silence pesant qui s'était installé. Ce qui aurait pu passer pour un caprice d'enfant prenait une toute autre dimension du fait des circonstances. Il était évident que ces enfants n'avaient pas une situation facile, sans quoi ils ne seraient pas là, et Nora ne savait pas comment agir avec eux.

"Essaie au moins pour cette nuit, d'accord ? On va te trouver un lit confortable pour que tu puisse dormir bien au chaud, et on en reparlera demain matin, tu veux bien ?" suggéra-t-elle d'une voix douce.

"Nan." Complètement démunie face au manque de coopération de la fillette, et par l'absence totale de réaction de son grand-frère, Nora jeta un regard de détresse en direction d'Irving. Allaient-ils vraiment devoir héberger des enfants contre leurs gré ?

Leur soirée légère et leur moment d'insouciance lui paraissaient soudainement très loin et elle retint un soupir de résignation. La vie arrêterait-elle un jour de semer des obstacle sur leur route chaque fois qu'ils parvenaient à se relever de l'épreuve précédente ?


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
A l'instar de Nora, Irving avait mille questions à poser à  sa sœur. Qui étaient ces deux gamins ? Que leur étaient-ils arrivés ? Pourquoi devaient-ils bénéficier d'une protection de la Salamandre en plein milieu de la nuit ?

Car c'était bien de cela qu'il s'agissait, Irving n'était pas dupe. Seule la résistance pouvait les réquisitionner  à cette heure si tardive.  Il tenta d'interroger Tara du regard mais cette dernière éluda sa requête d'un bref mouvement de la tête.
*Plus tard.*Semblèrent dire ses yeux bleus.

Nora prit alors la direction des opérations, invitant tout le monde à rentrer à l'intérieur pour se mettre au chaud. Merlin bénisse sa petite amie qui savait toujours comment réagir dans ce genre de situation. Elle n'était pourtant pas très à l'aise -Irving percevait ses doutes et ses interrogations malgré son sourire chaleureux- mais au moins elle se conduisait en hôte digne de ce nom... Contrairement à lui.

"Excellente idée ! " s'exclama-t-il d'un ton un peu trop enjoué pour que ce soit naturel. Il tapa des mains et frictionna ses paumes entre elles quelques instants avant d'ajouter d'un ton entendu, il gèle ici !"

Il était soucieux de se montrer aussi accueillant que Nora mais son enthousiasme retomba bien vite devant le refus catégorique de la petite Sybille. Enfin "petite" n'était pas l'adjectif qui lui seyait le mieux. Elle avait beau ne pas dépasser un mètre en taille, il émanait d'elle  une aura charismatique et impérieuse que son grand frère ne possédait pas. Finn semblait frigorifié sur place et Irving était persuadé qu'il ne rentrait pas à l'intérieur uniquement pour ne pas désobéir à sa sœur. Ils étaient dans une impasse...

Mais c'était sans compter sur Looping qui déboula comme l'éclair entre toutes leurs silhouettes immobiles, passant de l'un à l'autre pour leur faire la fête. Dans un concert de jappements, il salua avec entrain Nora, posa ses deux pattes enneigées sur Irving qui protesta bruyamment et gratifia les mains de Tara de léchouilles. Cette dernière esquiva bien vite en affichant une grimace dégoutée: Sur son échelle des créatures horribles peuplant notre monde, les chiens arrivaient juste derrière les enfants.

Le chiot -qui n'en était plus vraiment un aux vues de sa taille - fut tenu en respect par Sybille qui l'empêcha d'approcher d'elle d'un simple "Nan." ferme et autoritaire.

*La bougresse !*
songea Irving en reportant son attention sur sa petite amie. Cela faisait des mois qu'ils tentaient d'éduquer Looping et cette gamine arrivait à se faire respecter sans le moindre effort ! Le chien aboya docilement tout en restant à bonne distance de Sybille et préféra rejoindre Finn qui sortit de sa réserve pour  accueillir Looping.

"Salut toi..." Dit-il en s'accroupissant dans la neige pour se mettre à la hauteur du chien. Looping, ravi de trouver un partenaire de jeu, inonda le visage du garçon de coup de langue sous le regard horrifié de Tara. Finn ne s'en formalisa pas et laissa même échapper un léger rire en caressant la tête du jeune chien.

Le regard d'Irving passa de cette scène attendrissante (ou plutôt dégoutante du point de vue de Tara) à Nora qui se tenait toujours dans l'embrasure de la porte d'entrée. Il y avait une brèche dans laquelle ils devaient s'engouffrer, il était sûr que Nora pensait comme lui alors il fit quelques pas en direction de Finn pour s'agenouiller à côté de lui.

"Il s'appelle Looping, dit-il en tapotant les flancs du chiot, Un ami à nous l'a trouvé dans la forêt, abandonné. Nora a décidé de le recueillir et de s'occuper de lui."

Le jeune Finn releva son visage pale en direction de l'ancienne Poufsouffle. "Il était petit quand vous l'avez trouvé ?" demanda-t-il alors, d'une voix douce et fluette.

"FINN !"

L'avertissement avait claqué dans l'air. Sybille n'était pas contente. Elle fusillait du regard son ainé comme si elle l'avait pris en flagrant délit d'une grosse bêtise. Son frère baissa les yeux quelques instants,visiblement honteux.

"Non mais jusqu'à preuve du contraire ton frère a encore le droit de s'exprimer non ?" lâcha Tara visiblement excédée par le comportement de la fillette. Elle se l'était coltinée toute la soirée et visiblement, elle saturait.  " Il doit te demander la permission avant de parler ? C'est ça ?"

Très sincèrement, Irving adorait sa sœur mais là, il avait juste envie qu'elle la ferme...


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
La situation semblait comme suspendue. Nora, las bras ballants, à l'entrée du salon, restait muette face à la réaction de la petite-fille. Petite-fille qui s'exprimait comme une adulte et qui avait l'air particulièrement sauvage. Le regard de la Pousfouffle passa d'Irving à sa soeur, mais le premier semblait tout aussi perdu qu'elle, et la seconde souhaitait visiblement être n'importe où ailleurs qu'ici. La tension au sein de leur groupe insolite s'épaississait et l'atmosphère devenait pesante. Un courant d'air froid s'engouffrait dans le salon et Nora frissonna. Le silence fut alors brisé par un aboiement strident et une boule de poils beige déboula à toute allure sur le perron.

Nora gratta gentiment la tête de son chien sans lui accorder vraiment d'attention, trop occupée à essayer de trouver une issue à cette situation délicate. Looping ne se laissa pas décourager par le manque de considération de sa maitresse et fit la fête à Irving, puis à Tara -visiblement ravie de cette accueil- avant de se diriger vers Sybille. Cette dernière le tint toutefois à distance d'un "nan" sec. Nora fronça les sourcils en voyant le chien s'arrêter dans sa course et modifier sa trajectoire pour se diriger vers Finn. Looping n'obéissait à personne, pas même à elle ou Irving -et ce n'était pas faute d'essayer ! Ils n'avaient pas encore réussi à dresser le jeune chien, et il n'était pas normal que la fillette y soit ainsi parvenue.

Son grand frère eut une réaction beaucoup plus adaptée pour un enfant et s'agenouilla pour caresser Looping. Mettant de côté ses doutes et interrogations au sujet de Sybille, Nora croisa le regard d'Irving et esquissa un sourire encourageant. Ils tenaient une occasion d'adoucir un peu la situation, ils ne pouvaient pas la laisser filer. Le Gryffindor s'accroupit à côté du petit garçon pour lui raconter l'histoire de l'adoption de Looping. Nora appuya les paroles de son petit-ami d'un sourire et hocha la tête quand Finn lui demanda si le chiot était encore bébé quand ils l'avaient trouvé.

"Oui il était minuscule, il..."

Elle fut coupée par une voix sèche qui claqua dans l'air froid comme un coup de fouet. La petite soeur venait de rappeler son frère à l'ordre et le fusillait d'un regard noir, comme s'il avait fait quelque chose de mal. Stupéfaite, Nora s'apprêtait à demander ce qui n'allait pas, mais elle fut devancer par Tara qui perdait patience. Les choses ne se déroulaient pas du tout comme prévu. Sauf que rien n'avait été prévu, en fait. Ce n'était pas exactement comme ça que Nora avait imaginé la fin de sa soirée. Comment s'étaient ils retrouvés à devoir négocier avec deux gamins qu'ils étaient censés héberger -pour des raisons obscures- dont une petite fille qui semblait se méfier d'eux et refusait de coopérer -pour des raisons toutes aussi mystérieuses ? A deux doigts de craquer et de s'agacer elle aussi, Nora ferma une seconde les yeux pour retrouver un semblant de calme.

"Ce que Tara voulait dire... reprit-elle, hésitante. C'est que Finn a le droit de jouer avec Looping s'il veut, non ? Il n'y a pas de problème. Si ce n'était leur présence ici au beau milieu de la nuit. Qu'est-ce qui t'embête ?
- On ne reste pas ici, lui répondit la fillette avec un regard vide. Inutile de s'attacher.
- Au contraire vous allez rester ici un petit moment, rétorqua Tara avec agacement, s'attirant un regard surpris de Nora. Comment ça un petit moment ? D'ailleurs si on pouvait déjà rentrer à l'intérieur, il pèle...
- Non. Je ne les connais pas. Je ne leur fait pas confiance. On ne reste pas ici."

Nora avait suivit l'échange entre Sybille et Tara, complètement désemparée. Elle n'en revenait pas. La gamine ne leur faisait pas confiance ? Et eux alors, ils étaient censés accepter de les héberger, elle et son frère, sans savoir qui ils étaient ou quels dangers ils pouvaient représenter pour eux ? Nora et Irving avaient déjà leur propre crime à cacher, ils avaient mieux à faire que de recueillir des enfants au passé trouble, pourtant ils étaient prêts à courir le risque. A quoi bon si c'était ainsi qu'ils étaient remerciés ?

Nora soupira. Elle n'avait ni la force ni l'envie de se disputer avec une enfant à ce sujet. Si la petite voulait de leur aide, Nora était prête à la lui offrir. Mais si elle n'en voulait pas, elle n'allait pas la forcer. Elle aurait voulu pouvoir lui dire tout ça, la mettre face à ses choix et lui montrer à quel point son comportement était puéril, mais elle n'en fit rien. Parce que la gamine ne devait pas avoir plus de six ans. Comment pouvait-on lui reprocher d'être puérile ? La Poufsouffle se mordit la lèvre, hésitante. Elle ne voulait pas brusquer la fillette mais quelque chose dans son attitude, dans son regard, rendait difficile de l'envisager comme une enfant.

"Je ne te connais pas non plus, répondit-elle finalement, abandonnant son ton doux pour se montrer plus ferme. Et je n'ai aucune raison de te faire confiance. Mis à part le fait qu'il s'agissait à priori d'une petite fille de six ans. Mais si tu as besoin d'aide, nous voulons bien t'héberger chez nous un moment. Uniquement si tu en as envie. Alors tu peux entrer, ou rester dehors, mais il va faire très froid cette nuit et la première ville est très loin d'ici. A des dizaines de kilomètres, au bas mot. A toi de voir..."

Plantant la fillette là, Nora fit quelque pas supplémentaires dans le salon et retira son manteau qu'elle déposa sur la dossier d'une chaise, priant pour que son petit manège fonctionne. Elle n'osait même pas se retourner vers la porte d'entrée, craignant de voir que le frère et la soeur n'avaient pas bougé. S'ils n'entraient pas, elle abandonnait. Tant pis pour la culpabilité ensuite, elle vivrait avec. Elle voulait bien aider, elle voulait bien prendre des risques, mais elle n'allait pas kidnapper des enfants.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Comme Nora, Irving tiqua légèrement lorsque Tara émit l'hypothèse que les deux gamins restent chez eux un petit moment. "Comment ça un petit moment ?" Sembla dire le regard d'Irving à destination de sa sœur. Bien que Nora et lui se soient mis à la disposition du Lexit, ils avaient tout de même leur mot à dire sur les personnes qu'ils accueillaient au sein de l'auberge. C'était la condition sine qua none pour qu'ils participent activement au réseau résistant.

Bien sûr, ils étaient prêts à accueillir des enfants à bras ouverts mais c'était sans compter avec le non consentement de ces derniers. Si Finn ne semblait pas complètement fermé à l'idée de passer un peu de temps avec eux, ce n'était clairement pas le cas de la petite Sybille qui s'évertuait à tenir tête à Nora.
D'ailleurs, sa chérie était loin de se laisser faire. Irving la découvrit sous un jour nouveau, prête à se montrer accueillante et bienveillante mais certainement pas prompte à se plier en quatre pour des personnes qui ne voulaient pas de son aide. Sûre d'elle -du moins, en apparence- elle posa un ultimatum à la petite Sybille d'un ton ferme.

A cet instant, un constat le frappa de plein fouet. Irving venait de prendre conscience d'une chose: Nora ferait une excellente mère de famille, sachant parfaitement naviguer entre douceur et fermeté suivant la situation. C'était bien la première fois qu'il l'envisageait ainsi et qu'il se rendait compte à quel point elle excellerait dans ce rôle. Il la visualisa alors entourée d'une ribambelle d'enfants blonds et bouclés, et fut étonné de ne pas ressentir son traditionnel sentiment mi dégouté mi inquiet à cette idée. C'était beaucoup trop étrange d'ailleurs... Il suivait une thérapie, ils galéraient avec Nora pour faire vivre l'auberge, leur couple avait frôlé la rupture un mois plus tôt alors ce n'était clairement pas le moment d'avoir des désirs d'enfants !

Merlin, était-ce vraiment cela qu'il venait de ressentir ? Une envie de paternité ?
Il en resta  abasourdi durant quelques secondes et chassa finalement cette hypothèse de son cerveau. Il avait d'autres boursouflets à fouetter et devait, notamment, prêter main forte à Nora. Ils étaient une équipe et ils devaient faire front ensemble...même si leur adversaire n'était qu'une gamine de sept ans à priori inoffensive.

Irving décida donc d'emboiter le pas de sa petite amie et rentra à l'intérieur de l'auberge. Il ôta ses chaussures trempées, posa sa grosse veste sur le porte manteau et demanda.

"Vous avez mangé ? Je peux vous faire réchauffer du ragoût si vous voulez."
"Oh oui avec plaisir ! répondit Tara en le suivant, On a rien avalé depuis midi !"

Tandis que sa sœur enlevait ses couches de vêtements une à une, Irving posa sa main sur la poignée de la porte d'entrée, prêt à la refermer. Il jeta un coup d'œil à Sybille, droite et fière dans ses bottes, toujours dehors puis à Finn qui grelottait un peu plus loin, en retrait. Bon. C'était à lui maintenant de faire preuve d'un peu de jugeote pour que les enfants veuillent bien rentrer parce qu'il était sûr d'une chose: Nora et lui ne vivraient pas particulièrement bien l'idée de laisser deux gamins seuls dehors par une nuit aussi froide.

"Tu veux bien nous aider à rallumer la cheminée ? dit-il alors à l'intention de Finn, Il faudrait rajouter quelques bûches", ajouta-t-il en désignant le tas de bois juste devant la maison.

Le garçonnet dansa d'un pied à l'autre tandis que son regard passait de lui à Sybille puis au tas de bois. Il sembla hésiter quelques instants mais ce furent les jappements joyeux de Looping à l'intérieur de l'Auberge qui semblèrent le convaincre. Sans accorder le moindre regard à sa sœur, il partit en courant en direction des bûches et en ramena deux à l'intérieur. Il s'arrêta sur le seuil pour ôter ses souliers à l'aide de ses orteils et traversa le salon pour aller poser les deux morceaux de bois dans l'âtre sous les léchouilles affectueuses de Looping.

"Il y a des allumettes sur la tablette." lâcha Irving en se hissant sur la pointe des pieds pour observer Finn derrière les fauteuils.  Il reporta alors son attention sur Sybille qui n'avait pas bougée d'un cheveux. Devait-il lui dire de rentrer une énième fois ? Fermer la porte et la laisser dehors ?

"Je vais chercher le chaudron de ragoût, on va le faire réchauffer dans la cheminée. C'est meilleur. " lui dit-il alors. Elle en avait très certainement rien à faire mais Irving ne se voyait pas lui fermer la porte au nez. Légèrement mal à l'aise, il se racla la gorge et rejoignit donc la cuisine en plantant la gamine sur le perron.
Alors qu'il attrapait le plat à mijoter et la vaisselle pour mettre la table dans la salle à manger il entendit la porte claquer. Sybille était-elle rentrée ? Rien n'était moins sûr...


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Nora fut soulagé d'entendre Irving prendre la relève et proposé à leurs visiteurs inattendus de manger un morceau. Voilà qui devrait mettre tout le monde d'accord. Tara fut la première à entrer dans l'auberge et Nora profita de ce cours instant loin des deux enfants pour questionner la jeune femme.

"Qu'est-ce qui se passe ? Et qu'est-ce que...Qu'est-ce qui est arrivé à leurs parents ? chuchota-t-elle alors que Tara se défaisait de quelques couches de vêtements.
- Plus tard, lui répondit cette dernière en jetant un coup d'oeil en direction de la porte où Irving était en pleine négociation avec les deux enfants -les deux orphelins ?. Quand ils seront couchés. Nora hocha la tête avec un soupir. Désolée de vous imposer ça, ajouta Tara avec un maigre sourire.
- Non ne t'excuse pas, on a proposé d'aider, on savait dans quoi on s'engageait."

Ils avaient mis l'auberge à la disposition du Lexit en connaissance de cause, ou presque. Ils s'attendaient plutôt à héberger des résistants de passage qu'à accueillir des enfants, mais ils s'étaient préparé à être sollicités sans préavis et sans avoir beaucoup d'informations. La situation se révélait toutefois plus frustrante que Nora ne l'aurait imaginé. Elle était quelqu'un de plutôt serviable et elle n'aurait pas hésité une minute avant d'accepter de protéger des enfants innocents, mais elle aurait en savoir un peu plus sur ces enfants avant de les accueillir chez elle, ne serait-ce que pour ne pas faire de gaffe malheureuse. Qui étaient-ils ? D'où venaient-ils ? Et pourquoi leurs parents n'étaient pas avec eux ?

Toutes ces questions resteraient encore sans réponse un moment, à en croire l'évolution de la situation. Les deux enfants étaient encore sur le pas de la porte, autant dire qu'ils n'étaient pas prêts d'aller se coucher ! Nora fut un peu soulagé et adressa un sourire encourageant à Irving quand son petit-ami réussit à convaincre le jeune Finn de ramener des bûches pour le feu.

Nora suivit le jeune garçon, attrapant au passage la boite d'allumettes sur la tablette, et les lui tendit pour qu'il allume le feu. Le garçon lui avoua d'une toute petite voix qu'il avait un peu peur des allumettes et ne savait pas très bien s'en servir. Attendrie, la Poufsouffle fit craquer une allumette et la déposa sous les bûches, tout en lui promettant de lui apprendre à le faire sans se brûler. Nora et Finn sursautèrent en même temps en entendant soudainement la porte claquer.

La jeune femme se redressa prudemment et jeta un regard inquiet à Irving dans la cuisine, avant de se retourner avec appréhension vers la porte d'entrée, espérant découvrir que la jeune Sybille était entrée à son tour. Quoiqu'elle ait dit, elle n'était certainement pas prête à laisser une enfant de six ans passer la nuit dehors ! Un poids s'ôta de ses épaules quand elle avisa la petite silhouette de la gamine, droite dans ses bottes et toujours vêtue de son épais manteau noir.

Elle était entrée mais elle ne semblait toujours pas disposée à se montrer un peu plus coopérative. Nora frissonna face au regard noir de la fillette, qui avait quelque chose de glacial. Mais les pupilles sombres de Sybille n'étaient pas posées sur elle, la petite fille fusillait son frère du regard comme s'il venait de faire une terrible erreur. Il y avait entre eux un étrange rapport de force que Nora ne parvenait pas à comprendre. Sybille devait être plus jeune que Finn de plusieurs années, et pourtant il lui était complètement soumis. Elle semblait avoir beaucoup de pouvoir sur lui, bien plus qu'une petite soeur n'aurait dû en avoir.

Cette impression la dérangeait depuis leur rencontre avec les deux enfants mais plus le temps passait plus Nora commençait à douter qu'il s'agisse de simple enfants. Quelque chose lui disait que la situation était encore plus compliquée qu'elle n'y paraissait. On leur cachait quelque chose. Le regard de Nora passa de la fillette à Irving, puis à Tara, tandis qu'elle se demandait s'ils partageaient son ressenti. Elle aurait aimé pouvoir discuter avec eux en privé. C'était visiblement un souhait partagé par d'autres puisque le silence tendu qui s'était installé fut brusquement rompu par une requête formulée d'une voix autoritaire.

"Je veux parler avec Finn. Sybille n'avait pas quitté son frère des yeux et ce dernier fixait le bout de ses chaussettes en tordant ses mains.
-Bien sûr, installez-vous dans le salon...répondit Nora avec une ébauche de sourire, comme si elle n'avait pas compris ce que la petite voulait dire.
- Seuls." précisa cette dernière.

Un peu déstabilisée par la demande -ou plutôt l'ordre- de la fillette, Nora tourna à nouveau un regard perdu en direction d'Irving. Théoriquement, il n'y avait rien de mal à laisser une soeur et son frère échanger quelques mots en privé, mais il y avait quelque chose dans l'attitude de Sybille et Finn qui faisait sentir à Nora que les choses n'étaient pas ce qu'elles semblaient. Elle reporta finalement son attention sur Finn qui regardait toujours le sol dans une attitude presque...craintive ?

"Est-ce que...Tu veux rester deux minutes avec ta soeur ?" s'enquit-elle d'une voix douce.

Elle aurait aimer pouvoir accrocher son regard, et attendre une réponse sincère, mais elle avait l'impression que le jeune garçon n'était pas complètement libre dans ses choix.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsqu'Irving pénétra dans le salon avec son ragout entre les mains, il eut l'impression que le temps c'était figé. Tara et Nora observaient Sybille qui fusillait du regard Finn qui lui-même semblait perdu dans la contemplation de ses chaussettes humides. Le regard de l'ancien Gryffondor passa des uns aux autres et il croisa finalement les yeux de sa petite amie qui avait reporté son attention sur lui. Ils perdaient complètement le contrôle de cette soirée, c'était indéniable. Pourquoi était-ce plus facile d'être directif et de poser ses conditions avec des résistants chevronnés plutôt qu'avec ces enfants ? Justement parce qu'ils étaient des gamins. Du moins en apparence. Plus la soirée avançait plus Irving avait l'impression d'avoir un caporal chef de la Milice caché  sous les traits de la petite Sybille.

Ce fut elle, justement, qui rompit le silence en exigeant une entrevue seule avec son frère. Vu le ton employé, Finn n'avait pas intérêt à dire "non" et Nora ne manqua pas de demander personnellement au petit garçon s'il avait vraiment envie de s'isoler avec sa tyrannique sœur. Irving s'approcha de la cheminée en quelques enjambées, déposa  son chaudron dans l'âtre et s'efforça d'analyser rapidement la situation.
Nora avait raison, ils devaient s'assurer que Finn n'était pas complètement sous l'emprise de Sybille et qu'il n'agissait pas sous la contrainte. Instinctivement Irving vérifia s'il avait bien sa baguette sur lui -au cas où- puis il se tourna vers la fillette qui était toujours emmitouflée dans ses vêtements d'hiver sur le tapis de l'entrée. Il ne savait pas si elle avait vraiment l'âge de son apparence- ni si Sybille était son véritable prénom d'ailleurs- mais elle était là et Finn aussi. Si la résistance avait décidé de les envoyer à l'auberge c'était pour leur sécurité. Ils étaient en danger. Ils en avaient tous conscience ici ce soir: Les enfants comme les adultes. A quoi bon faire dans les faux-semblants ? se dit Irving en se plaçant à mi chemin entre les deux gamins.

Ils étaient probablement terrorisés, inquiets et ...méfiants. Qu'aurait-il voulu entendre s'il avait été à leur place ? se dit Irving en les regardant tour à tour.  Son regard se posa sur la fillette et il se racla la gorge avant de se lancer.

"Écoute Sybille, on va pas s'mentir, vous êtes là  pour vot' sécurité, dit-il le plus posément possible, J'sais pas c'que vous avez traversé avant d'être envoyé chez nous, j'en ais aucune idée, ajouta-t-il en secouant la tête d'un air désolé, mais on n'est pas vos ennemis."

Finn le regardait maintenant avec ses grands yeux sombres, comme un lapin hypnotisé par un lumos. Il semblait prêt à bondir au travers du salon pour fuir par n'importe quel trou de souris. Et Merde. Irving avala sa salive - il n'aurait peut-être pas dû parler de danger imminent - mais il constata toutefois qu'il avait réussi à capter l'attention de la fillette.

"Comment en être sûr ?" s'enquit-elle alors, "Comment être sûr que vous nous voulez pas de mal ?" répéta-t-elle en serrant la mâchoire.

"Euh...Et bien.... Théoriquement vous pouvez être sûrs de rien, -ce n'était pas la réponse que Sybille attendait, Irving en avait conscience mais il ne pouvait pas non plus lui mentir, si ? Le regard que lui jeta Tara voulait clairement dire "Mais pourquoi tu leurs balances ça dans la gueule ? Mens leurs Bordel de Troll !" mais Irving préféra suivre son instinct et continuer sur sa lancée. " On va devoir se faire confiance les uns les autres: Vous prenez des risques en acceptant d'vous installer ici, chez des inconnus, chez nous, dit-il en les désignant lui et Nora, mais on prend aussi des risques en vous accueillant." Il essayait de se montrer le plus pédagogue possible-Jeremy aurait été fier de lui. "On est prêt à prendre ce risque ce soir et pour les nuits suivantes mais, comme Nora vous l'a d'jà dit, on vous obligera pas à rester si vous en avez pas envie."

"Vous allez nous chasser ?" demanda alors Finn d'un air fébrile.

"Non j'disais juste qu..."

"Je veux pas partir moi, je veux rester,
lança le gamin à l'intention de sa sœur à l'autre bout de la pièce, je veux pas retourner à la maison, implora-t-il en agrippant fermement la manche de Nora, S'il vous plait. Je veux pas, ajouta-t-il au bord des sanglots.
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
La situation ne semblait pas sur le point de s'arranger, constata Nora face au regard dur de la petite Sybille et à celui, craintif, de Finn. Elle ne comprenait rien à ce qui se passait et sa seule certitude était qu'on leur cachait quelque chose. Il était difficile de savoir quoi dire quand on ne savait pas vraiment à qui on s'adressait, et Nora ne savait plus quoi faire pour tenter de calmer le jeu. Chaque fois qu'ils parvenaient à résoudre un problème, ils devaient affronter un nouveau blocage. Elle avait cru la partie gagnée pour la soirée quand Sybille s'était enfin décidée à entrer mais cette dernière n'avait pas fini de leur compliquer la tâche et elle exigeait maintenant de parler seule à son grand-frère, ce qui ne semblait pas ravir ce dernier.

Elle fut soulagée de voir Irving prendre les devants et s'adresser à Sybille sur un ton peut-être un peu trop grave pour une fillette de six ans -si toutefois c'était réellement son âge. Si la petite soeur écoutait Irving avec une méfiance évidente, n'hésitant pas à exprimer ses doutes à voix haute, son frère paraissait complètement terrifié. Nora appuya les paroles de son petit-ami d'un hochement de tête quand il assura qu'ils allaient devoir se faire confiance, même s'ils ne se connaissaient pas.

Si Sybille et Finn avaient été envoyés ici, c'était qu'ils n'avaient pas d'endroits plus sûrs où aller. Une auberge qui logeait régulièrement des résistants en fuite n'était pas le meilleur endroit pour accueillir des enfants. La milice pouvait parfaitement tout découvrir d'un jour à l'autre, d'autant plus que la protection de résistants n'était pas le seul secret des jeunes aubergistes. Sybille et Finn prenaient un risque en s'installant ici, mais Nora et Irving en prenaient également en acceptant de les héberger. Il était évident que les deux enfants avaient eux aussi des choses à cacher. Ils avaient certainement de bonnes raisons d'être méfiants mais il fallait qu'ils comprennent que Nora et Irving étaient de leur côté et qu'ils n'avaient rien à craindre d'eux, ce que le Gryffondor s'efforçait d'expliquer à la fillette.

Finn perçut visiblement cette mise au point comme une mise en garde puisqu'il s'inquiéta brusquement, paniqué à l'idée que Nora et Irving puissent le chasser lui et sa soeur. Décontenancée, Nora sursauta quand le jeune garçon s'accrocha désespérément à la manche de son gilet. Il suppliait sa soeur de bien vouloir rester ici et semblait terrifié à l'idée d'être renvoyé chez lui. Remettant à plus tard ses questionnements sur ce qu'une telle attitude pouvait bien cacher, Nora se pencha pour pouvoir regarder Finn dans les yeux.

"Personne ne te forces à retourner à la maison, assura-t-elle d'une voix douce. Tu restes ici pour l'instant, d'accord ? Tout va bien, affirma-t-elle, bien que rien ne lui permette d'y croire pour le moment. Vous restez ici, répéta-t-elle pour calmer le petit garçon. Pas vrai Sybille ?" ajouta-t-elle en tournant la tête vers la fillette, de l'autre côté de la pièce.

Face à la peur et à l'angoisse de son frère, comment pourrait-elle encore parler de partir ? Pourtant la petite fille hésita, son regard passant du visage livide de Finn à celui d'Irving.

"On reste, s'il-te-plait, intervint la voix fluette de Finn qui cherchait désespérément à rallier sa soeur à sa cause. Je veux pas retourner à la maison. Je veux pas qu'ils nous trouvent aussi."

Nora ne put s'empêcher de jeter un regard inquiet en direction de Tara. Qui étaient "ils" et pourquoi Finn était-il terrifié de la sorte ? Mais la jeune femme ne lui répondit que par un haussement d'épaules et Nora ajouta cette question à la liste déjà trop longue de tout ce qu'ils ignoraient sur les deux enfants.

"S'il-te-plait..."

En guise de réponse, Sybille défit un à un les boutons de son manteau, l'ôta d'un geste rapide, et s'en débarrassa, et le posa soigneusement sur l'accoudoir d'un fauteuil. Nora échangea un regard rapide avec Irving et lui adressa un maigre sourire. La partie semblait gagnée, du moins pour le moment. Nora avait de plus en plus de mal à se montrer optimiste et se doutait bien qu'il ne se passerait pas longtemps avant leur prochaine confrontation avec la fillette, aussi préférait-t-elle ne pas lui laisser l'occasion de changer d'avis.

"Bien, on peut peut-être...euh...passer à table ?Si vous avez faim. joignant le geste à la parole, elle agita sa baguette et cinq assiettes jaillirent d'un placard pour venir s'installer sur la table de la salle à manger, rapidement suivies par les couverts et les verres. Vous pouvez vous laver les mains dans la salle de bain en haut des escaliers, si vous voulez" ajouta-t-elle à l'intention de Finn, qui avait retrouvé tout son calme, et de Sybille qui continuait de les observer avec méfiance.

D'un regard, la soeur invita son frère à la suivre et les deux enfants disparurent dans l'escalier. Nora regretta un instant sa proposition et tendit l'oreille pour être sûr que Sybille n'en profiterait pas pour essayer de convaincre Finn de partir.  Si elle s'inquiétait un peu à l'idée de savoir les deux enfants seuls à l'étage, elle était soulagée de pouvoir enfin échanger avec Tara sans risquer d'être entendus par ces derniers. Elle se doutait bien que la soeur d'Irving n'avait pas toutes les informations non plus, mais peut-être avait-elle connaissance de quelques éléments qui pourraient les aider à comprendre ce qui se passait.

"Qu'est-ce que...? commença-t-elle sans vraiment savoir par où commencer. Qui étaient-ils ? D'où venaient-ils ? Où étaient leurs parents ? Pourquoi Sybille était-elle si étrange ? Est-ce qu'il y a quelque chose qu'on devrait savoir ?" demanda-t-elle à voix basse en jetant un coup d'oeil en direction de l'escalier pour s'assurer que les enfants ne revenaient pas.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Irving retint un soupir de soulagement lorsque Nora parvint enfin à faire plier Sybille. Certes, il avait fallu que Finn la supplie pour qu'elle daigne quitter son manteau mais elle paraissait prompte à passer la soirée avec eux. Enfin ! L'ancien Gryffondor répondit au léger sourire de sa petite-amie par un bref hochement de tête avant d'aller remuer son ragout qui réchauffait paisiblement sur le feu. Il était temps de passer à table, ces gamins devaient mourir de faim s'ils n'avaient rien mangé depuis des heures. Nora leurs suggéra d'ailleurs de monter se laver les mains avant le repas  et les deux enfants obtempérèrent. En voyant sa petite amie tendre l'oreille dans les escaliers, Irving interrompit ses mouvements de rotation pour se montrer le plus silencieux possible et ne pas racler la cuillère au fond du chaudron. Ils restèrent en suspens quelques instants -se regardant tous les trois en silence- mais aucun bruit suspect ne leurs parvint. Irving finit par hausser les épaules puis il abandonna sa louche dans la casserole pour rejoindre les deux femmes en quelques enjambées. Il interrogea Tara du regard tandis que Nora verbalisait ses questionnements.

"Je n'en sais guère plus que vous, souffla Tara en attrapant une enveloppe en papier kraft dans la poche intérieure de son blouson, ce sont leurs papiers d'identité. Leurs nouveaux, précisa-t-elle en tendant la lettre à Nora. Le LEXIT disposait de plusieurs infiltrés au Ministère qui étaient en mesure de fournir des faux plus vrai que nature, je leur ai fait réviser toute l'après-midi mais je pense que Finn aura besoin de relire tout ça à tête reposée."

Elle se tut un bref instant pour se racler la gorge et reprit.

"Ils sont arrivés à St-Agnès lundi avec ce qui semble être leur père. Du moins ce qu'il en reste. Le gars a été torturé et il a complètement vrillé la carte, expliqua-t-elle en faisant tourner son index sur sa tempe, un vrai légume ! Tara prenait rarement des pincettes pour parler de ces choses là. Pas de trace de la mère, rien, nada. Ils étaient escortés par un  résistant qui avait briefé les deux gosses avant: Interdiction formelle de révéler leur véritable identité, sinon...,Elle fit glisser son index sur son cou pour appuyer ses paroles, couic."

"Bref les gosses sont terrorisés, ils ne mangent pas, il ne dorment pas et ils chouinent. Une parfaite définition de l'enfer sur terre pour Tara Whitaker,  Enfin Finn chouine, rectifia-t-elle, Sybille elle se contente de garder les yeux grands ouverts sans bouger. Semblable à un spectre immobile, Tara mima quelques secondes la fillette avant d'ajouter, carrément flippante !"

Irving jeta un regard à Nora. Il était sûr qu'elle avait eut la même impression que lui. Sybille paraissait si sûre d'elle pour son âge. Presque mature... Tant pis, il devait poser la question même si sa sœur le prenait pour un idiot.

" Tu...tu es sûre que ce sont des enfants ?" murmura-t-il en coulant un regard en direction des escaliers pour s'assurer qu'ils n'étaient pas surveillés par le regard inquisiteur de la petite fille.

"Je me suis posée la même question au début mais quant il a fallu que je change les draps de Sybille tous les matins je me suis dit que c'était vraiment qu'une putain d'gosse. Tara observa Irving et Nora tour à tour- Elle fait pipi au lit- se crut-elle obligée de préciser. Quoiqu'il en soit - et qui qu'ils soient- vous les avez chez vous pour une durée indéterminée. Ils ne figurent pas sur la liste des prioritaires pour une exfiltration.  Tara se pencha légèrement et chuchota "J'ai l'impression que les cadres du LEXIT veulent les garder à l'œil mais je me trompe peut-être." puis elle se redressa pour finir, Quelqu'un du groupe devrait venir demain pour vous amener des vêtements à leurs tailles et de l'argent pour subvenir à quelques besoins. Peut-être qu'il sera en mesure de vous donner plus d'info, mais, moi, c'est tout ce que je sais." conclut-elle en croisant les bras.
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Nora écouta attentivement les maigres informations que Tara avait à leur communiquer tout en parcourant rapidement le contenu de l’enveloppe que la jeune femme venait de lui remettre. Elle en sortit plusieurs documents, dont deux pièces d’identité sur lesquels figuraient les photos de Finn et Sybille. Il s’agissait de leurs nouveaux papier, fournis par la résistance. Ce n'était donc surement pas leurs vrais prénoms.

« On les fera réviser demain quand ils auront dormi, répondit-elle quand Tara expliqua que Finn aurait surement besoin de réviser sa nouvelle identité. Ils doivent être fatigués. »

Nora frémit et échangea un regard horrifié avec Irving alors que sa sœur leur expliquait que celui qui devait être le père des deux enfants avait été torturé et avait complètement perdu l’esprit. Elle espérait que Sybille et Finn n’avaient pas assisté à cette horreur. Son ventre se noua et elle sentit la paume de ses mains devenir moites. Elle ne supportait pas qu’on parle de torture, non seulement parce que c’était inhumain mais également parce que cela lui rappelait immanquablement le doloris que lui avait infligé Dalhiatus. Combien de minutes supplémentaires aurait-elle résisté avant de devenir un légume, elle aussi ?

Tara poursuivit ses explications et leur apprit que les enfants avaient été mis en garde par un membre du LEXIT sur ce qu’ils risquaient si leurs véritables identités étaient découvertes. Nora grimaça, convaincue que ce résistant avait terrifié les deux gamins plus qu’ils ne les avaient protégés. Il n’était pas étonnant que Sybille et Finn se comportent étrangement après tout ce qu’ils avaient vécu. Si le récit de Tara ne leur apprenait pas grand-chose, il justifiait au moins l’attitude craintive de Finn, qui semblait à tout moment sur le point de fondre en larmes. La petite Sybille, en revanche, restait un mystère. Elle ne se comportait pas du tout comme une enfant qui aurait perdu un parent et été menacée par des résistants un peu brusques.  

Irving semblait partager ses doutes puisqu’il finit par demander s’il s’agissait réellement d’enfants. Tara écarta toute autre possibilité en leur expliquant que Sybille mouillait encore son lit –ce qui était effectivement un bon indice. Et visiblement le jeune couple allait devoir changer ses draps pendant un nombre de nuits indéterminées. Nora s’était imaginé que les deux enfants n’auraient besoin d’un toit que pour quelques jours, le temps que la résistance les prenne en charge. Elle réalisait maintenant que le Lexit n’avait pas l’intention de faire quoi que ce soit de plus pour ces enfants que de les déposer chez eux. Il ne s’agissait pas d’un hébergement d’urgence ou d’une solution temporaire. Sybille et Finn n’étaient pas prioritaires pour une exfiltration, ce qui signifiait que la résistance pouvait les laisser attendre ici pendant des mois, si ce n’était plus.

La jeune fille sentit un poids tomber lourdement sur ses épaules. Ils étaient censés prendre ces enfants en charge, réellement. Pas seulement en attendant qu’on leur trouve un meilleur foyer où de vrais adultes sauraient s’occuper d’eux. Comment pourraient-ils faire ça ? Ils arrivaient à peine à s’occuper d’eux-mêmes ! Irving allait de mieux en mieux, mais il sortait de plusieurs mois difficiles et elle-même ne se sentait pas la force de supporter cette responsabilité. On venait de mettre le sort de ces deux enfants entre leurs mains alors qu’eux-mêmes étaient à peine sortis de l’adolescence. Et s’ils n’y arrivaient pas ? S’ils ne parvenaient pas à veiller sur eux ? Si les choses se passaient mal et que le FREE découvrait leur véritable identité ? Elle ne pouvait pas avoir ça sur la conscience, c’était trop. Pourtant ils n’avaient pas le choix, personne ne leur avait demandé leur avis.

Nora hocha la tête avec résignation quand Tara leur assura que quelqu’un passerait demain leur apporter des vêtements pour enfants et un peu d’argent. Ils n’eurent pas le temps d’échanger davantage, des bruits de pas dans les escaliers leur indiquèrent que Finn et Sybille descendaient dans le salon.

« On va pouvoir passer à table, annonça-t-elle en se forçant à sourire, sans rien laisser paraitre de ses doutes. Asseyez-vous où vous voulez ! »

Elle laissa Irving servir les assiettes et prit place à côté de Finn, qui se jeta sur son diner comme s’il n’avait pas mangé depuis deux jours. Même Sybille, qui avait commencé par repousser son assiette et croiser les bras sur sa poitrine, finit par craquer et par attraper sa fourchette. Un silence un peu pesant était tombé sur la tablée, à peine troublé par les gémissements de Looping qui quémandait à manger. De son côté, Nora avait à peine avaler deux cuillères de ragout et boudait déjà son diner. Elle n’avait jamais été une grande mangeuse et perdait facilement l’appétit quand elle était contrariée.

« Je vais préparer les lits, lança-t-elle finalement en se levant. Comme ça vous pourrez aller vous coucher directement après manger si vous voulez. Sa chaise racla le sol alors qu’elle se levait pour quitter la table. Tu me files un coup de main ? » ajouta-t-elle à l’intention d’Irving.

Elle avait besoin de parler à petit-ami seul à seul. Elle savait parfaitement qu’ils n’avaient pas leur mot à dire, et il était évident qu’ils ne pouvaient pas refuser d’héberger les deux enfants. La décision était déjà prise et elle ne comptait pas revenir dessus, mais elle avait au moins besoin d’en parler et de savoir comment il se sentait à propos de tout ça. Elle grimpa rapidement les escaliers et attendit d’avoir refermé la porte de l’une des chambres derrière eux avant de laisser échapper un soupir.

« Drôle de soirée… » commenta-t-elle en se retournant vers le Gryffondor.

Un peu plus tôt, ils plaisantaient de bon cœur à l’idée qu’ils étaient incapables de passer une soirée romantique sans mauvaise surprise, mais elle aurait préféré s’en tenir à la soupe de poisson renversée plutôt que de se retrouver avec deux enfants recherchés sur les bras.

« Qu’est-ce que tu en penses ? »

Elle-même ne savait pas quoi penser. Elle savait qu’elle avait peur de ne pas être à la hauteur, qu’elle se sentait complètement dépassée, et un peu prise au piège, mais elle savait aussi qu’ils n’avaient pas d’autres choix que d’aider ces pauvres enfants –qui qu’ils soient.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Le repas se déroula dans une ambiance pesante. Sans les facéties de Looping, l'atmosphère aurait même été encore plus lourde. Irving qui n'aimait pas, habituellement, voir son chien quémander de la nourriture lorsqu'ils étaient à table toléra exceptionnellement ce comportement. Il n'y avait bien que Looping pour redonner un peu le sourire à Finn. Le garçon tendait un morceau de couenne au chiot qui s'empressait de tout engloutir sans même prendre le temps de mâcher !
Sybille quant à elle bouda une grande partie de son repas mais elle ne fut pas la seule. Nora toucha à peine à son assiette, signe qu'elle était particulièrement contrariée. Irving lui jetait quelques regards de temps en temps, pressé qu'ils puissent enfin se retrouver seuls pour discuter de tout cela. Il n'aimait pas voir Nora soucieuse... La dernière fois qu'il l'avait vu aussi préoccupée, il s'était engagé à suivre une thérapie pour mieux gérer l'après attentat. Irving commençait tout juste à reprendre pieds - du moins l'espérait-il- et il n'avait pas envie que cet équilibre qu'il essayait de retrouver dans sa relation avec Nora soit anéanti par l'arrivée des deux gamins...

L'occasion de discuter de ces préoccupations ne se fit pas attendre puisque sa petite amie profita d'un prétexte pour l'entrainer à sa suite dans les chambres.

"Vous pouvez donner à manger à Looping en attendant, lança-t-il avant de monter dans les escaliers, ses croquettes sont dans le cellier, ajouta Irving en désignant une porte au bout de la pièce.

Finn se leva pour s'exécuter (sous les jappements enjoués de Looping sautillant sur ses talons) mais Sybille resta à table, sans bouger. Les yeux de Tara passèrent de la fillette à son frère qu'elle gratifia d'un regard qui voulait clairement dire "C'est bon, je gère."
Bien.
Irving monta donc à l'étage en quelques enjambées et pénétra dans la petite chambre aux deux lits jumeaux où Nora l'attendait.

"J'te l'fais pas dire." souffla-t-il en allumant le poêle et en tirant les volets de la fenêtre qui donnait sur la mare devant la maison. Les deux lits étaient déjà prêts à accueillir des invités depuis plusieurs jours déjà et ils n'avaient rien de particulier à préparer, en vérité. ce n'était qu'une excuse pour partager leurs ressentis sur la situation et accorder leurs violons. Irving s'installa donc sur le rebord de la fenêtre et s'accouda nonchalamment sur ses genoux.

"Honnêtement, j'sais pas vraiment quoi en penser, avoua-t-il d'un air pensif, en proposant nos services au LEXIT j'pensais qu'il nous solliciterait pour héberger des adultes en transit pas des gamins pour une durée indéterminée."

Il grimaça légèrement, conscient que ses propos étaient loin d'être bienveillants ou accueillants  mais il savait qu'il pouvait -et surtout qu'il devait- parler en toute franchise à sa petite amie.

"En plus on est même pas sûr à 100% qu'ce soit des gosses... Sybille est vraiment...bizarre." chuchota-t-il soucieux de ne pas prendre le risque d'être entendu.

Tara avait beau affirmer le contraire, Irving était moyennement convaincu. La petite était, dure, intransigeante, clairement sur la défensive...et en même temps quoi de plus normal. Irving ne savait pas ce qui était arrivé aux deux enfants avant qu'ils n'échouent à Mallowsweet mais le moins que l'on puisse dire c'est que l'expérience qu'il avaient vécue avait dû être particulièrement traumatisante. Il suffisait de voir la réaction de Finn un peu plus tôt dans la soirée pour deviner qu'ils étaient passés par des épreuves particulièrement éprouvantes...

"...par contre Finn..."

Irving se tut et posa une main sur son torse, visiblement chamboulé. Le gamin lui avait brisé le cœur lorsqu'il avait supplié Nora pour rester. Il paraissait réellement terrifié par ces "ils" qui risquaient de les retrouver, lui et sa sœur. Ces gamins étaient-ils réellement en danger ? Et si oui, Irving et Nora étaient ils aptes à les protéger et à s'occuper d'eux ?

L'ancien Gryffondor devait se montrer pragmatique et ne pas se laisser submerger par ses inquiétudes. Procéder efficacement,  poser  le pour et le contre pour rester clairevoyant. Il s'efforçait de suivre les conseils d'Emma Winston afin de ne pas perdre pieds. Il se tut donc quelques instants pour analyser la situation et finit par exposer son point de vue à Nora.

"On ne peut pas les laisser tomber,
commença-t-il alors. Il connaissait assez Nora et lui-même pour savoir qu'ils ne pourraient jamais refuser l'hospitalité à ces enfants, enfin, surtout à Finn. Il devait avoir sensiblement le même âge que le gosse mort dans l'effondrement de la March'bank. Irving avait conscience de faire un transfert mais c'était plus fort que lui. Il ne pouvait pas abandonner un deuxième enfant à son triste sort.  Jamais. Malgré ses réticences, ses inquiétudes, c'était inscrit dans son ADN, par contre on peut demander à en savoir un peu plus sur eux, tempera-t-il, S'ils sont réellement en danger, il faut qu'on l'sache ! On peut peut-être lister quelques questions auxquelles le membre du LEXIT qui doit passer demain devra impérativement répondre pour qu'on accepte de garder les enfants, comme, j'sais pas moi,... Il réfléchit un moment avant d'énumérer, Est-ce qu'ils sont activement recherchés par la Milice ? Leur apparence physique est-il connue des Miliciens ? Tu vois, des trucs du genre...Histoire qu'on soit pas pris au dépourvu."

Il observa Nora pour savoir ce qu'elle pensait de cette idée, l'interrogeant du regard, tant il ne voulait pas non plus lui forcer la main. Ils savaient parfaitement, tous les deux, que leur couple traversait une phase difficile (enfin qu'Irving traversait une période difficile qui rejaillissait sur Nora) et qu'ils ne pouvaient pas occulter cet état de fait. De plus, ils étaient jeunes et inexpérimentés avec les enfants... Étaient-ils capable d'offrir un cadre sûr et protecteur à Sybille et Finn qui en avaient terriblement besoin ? Rien n'était moins sûr mais pourtant, Irving avait envie d'y croire.

"Après, je sais qu'tu penses que c'est p't-être pas le meilleur moment pour nous d'être responsables de deux gamins alors qu'on a déjà du mal à gérer nos propres problèmes, souffla-t-il avec un léger sourire contrit, j'pense la même chose mais...  il se redressa légèrement, J'ai quand même envie d'essayer. J'ai l'impression que c'est l'occasion pour nous d' inverser la tendance, faire un truc bien pour une fois. "

Racheter ses fautes, en quelque sorte...


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Nora s'approcha du poêle qu'Irving venait d'allumer et frotta ses mains l'une contre l'autre pour les réchauffer. Les épais murs en pierre de l'auberge lui donnaient beaucoup de charme mais n'avaient certainement jamais connu de véritable sortilège d'isolation. Il ne faisait jamais très chaud à l'auberge, en dehors de la pièce à vivre où un feu crépitait en permanence dans la cheminée. Nora avait toujours été frileuse et se promenait en général emmitouflée dans un épais pull en laine, souvent emprunté à Irving, mais elle avait exceptionnellement opté pour une robe ce soir et elle se sentait glacée, sans savoir si cela était uniquement dû à la faible température ou plutôt à la peur qui lui nouait l'estomac.

Elle rendit sa grimace à Irving quand ce dernier affirma qu'il ne s'attendait pas vraiment à ce que le LEXIT leur confie des enfants pour une durée indéterminée. Ce n'était pas exactement ce à quoi ils s'étaient préparés, effectivement. Elle avait encore du mal à réaliser ce qu'on leur demandait. Elle ne comprenait pas. Comment avait-on pu penser qu'ils seraient les personnes les plus indiquées pour s'occuper de deux enfants ? Ils étaient à peine adultes, ils n'étaient pas censés être envisagés comme des gardiens potentiels.

"Elle est peut-être juste perturbée..." s'entendit-elle répondre au commentaire d'Irving sur la petite Sybille.

Elle ne pouvait pas s'empêcher de prendre la défense de la fillette. Pourtant elle lui faisait froid dans le dos, elle l'effrayait même, mais depuis que Tara leur avait livré quelques informations sur le parcours des deux enfants, Nora s'inquiétait de ce qu'ils avaient pu vivre. Le comportement de Sybille n'avait rien de celui d'une petite-fille de six ans, mais peut-être avait-elle connu des traitements qu'une petite-fille de six ans ne devrait jamais connaitre.

"... il a l'air complètement terrifié..." termina-t-elle quand son petit-ami évoqua Finn.

Le jeune garçon lui faisait mal au cœur. Elle avait été frappée par la panique qui l'avait saisi un peu plus tôt et par la peur qu'elle avait vue dans son regard. Il était terrifié par ces "ils" mystérieux. Elle aurait tant voulu pouvoir le protéger. Elle aurait voulu être en mesure de s'assurer que plus personne ne lui ferait jamais de mal, qu'il n'aurait plus rien à craindre. Mais elle ne savait même pas qui ils redoutaient, et doutait de sa capacité à le protéger contre ses détracteurs, qui qu'ils soient.

Elle appuya d'un hochement de tête les paroles de son petit-ami. Bien sûr que non ils ne pouvaient pas les laisser tomber. Aux yeux de Nora la question ne se posait même pas. Ils ne pouvaient pas refuser leur aide à des enfants qui en avaient besoin. Ce qu'elle avait besoin de savoir ce n'était pas si oui ou non ils allaient héberger Sybille et Finn mais comment. Ils ne savaient rien d'eux, et de la façon dont ils étaient censés les prendre en charge et les protéger.

"Oui, bonne idée, approuva-t-elle alors qu’Irving listait les questions qu'ils pourraient poser au membre du LEXIT qui devait passer les voir le lendemain. Leur apparence ne peut pas être connue de la Milice, réfléchit-elle à voix haute. Ce serait beaucoup trop risqué ici, avec les clients. Ils risquent de croiser du monde à l’auberge. On ne pourra pas les cacher, constata-t-elle alors que des dizaines de questions supplémentaires s'entrechoquaient dans son esprit. Ce ne serait pas bon pour eux de vivre enfermés de toute façon. Mais qu'est-ce qu'on va dire aux gens ?"

Irving et elle étaient bien trop jeunes pour être en charge de deux enfants. Les clients et les gens du village voisin se poseraient inévitablement des questions. Ils allaient devoir trouver une explication crédible, et rapidement.

"Finn aura 11 ans en juillet, poursuivit-elle en réfléchissant à toute vitesse. Les dates de naissance étaient les premiers éléments qu'elle avait regardé sur les faux papiers d'identité remis par Tara. Il est censé entrer à Poudlard en septembre, comment est-ce qu'il va faire avec une fausse identité ? Et..."

Elle s'interrompit brusquement et s'assit sur le bord d'un lit en soupirant. Elle réfléchissait trop vite. Elle s'inquiétait de la rentrée scolaire de Finn alors qu'elle n'était même pas certaine qu'il s'agisse de son véritable prénom, ou de son vrai âge. C'était ridicule. Elle se concentrait sur des détails alors qu'il lui manquait les informations les plus élémentaires. Mais elle avait besoin de se raccrocher au peu de choses qu'elle savait, aux dates, aux détails, comme pour oublier qu'ils avançaient dans le noir le plus complet.

Complètement dépassée, elle se contenta de hausser les épaules quand Irving poursuivit en affirmant que ce n'était pas le bon moment pour leur couple d'accueillir deux enfants chez eux. Y avait-il seulement un bon moment pour ce genre d'imprévu ? Elle ne s'inquiétait pas pour eux. Ils traversaient un moment difficile, et elle avait eu peur que leur couple ne survive pas à ces derniers mois, mais ils étaient toujours là. S'ils avaient tenu bon jusque-là, ils tiendraient encore, elle en était persuadée. Elle refusait d'envisager le contraire. L'arrivée de Sybille et Finn serait une épreuve supplémentaire, mais rien qu'ils ne puissent affronter ensembles. En revanche, elle savait que si les choses devaient mal tourner, ils ne s'en relèveraient pas.

"Et si on y arrive pas ? répondit-elle d'une petite voix. Si on arrive pas à les protéger ? répéta-t-elle, la gorge nouée. Si on fait une erreur, si "ils" les retrouvent ? Et si c'est nous qu'ils trouvent ? La milice ne les avait pas encore identifiés mais continuait de rechercher les meurtriers de Dalhiatus. Si jamais il leur arrive quelque chose à cause de nous ?"

Plus elle posait de questions plus elle sentait l'angoisse monter en elle. Elle avait trop peur. Peur de ne pas être à la hauteur, peur de ne pas réussir à les aider, peur de ne pas pouvoir les sauver. Comme ils avaient été incapable de sauver le petit garçon de Léopoldgrad dont elle ne connaitrait jamais le prénom.

"S'il leur arrive quelque chose... Je pourrai pas...souffla-t-elle finalement, au bord des larmes. Pas un autre enfant..."

Incapable de résister plus longtemps, elle laissa échapper un sanglot et sentit des larmes chaudes rouler sur ses joues. Elle les essuya précipitamment et s'efforça de se calmer. Elle avait déjà trop pleuré, elle devait être forte maintenant. Irving avait besoin d'elle, Sybille et Finn avaient besoin d'elle, ce n'était pas le moment de craquer. Elle se força à respirer profondément et retrouva son calme aussi vite qu'elle l'avait perdu.

"Désolée, souffla-t-elle dans un murmure avec un sourire contrit. Ils doivent nous trouver longs, on devrait redescendre..."


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Nora souligna à juste titre que l’apparence des deux enfants ne pouvait pas être connue des Miliciens. Leur physique avait peut-être été modifié magiquement avant que Tara ne les escorte jusqu’à Mallowsweet. Tout était possible. Mais sa petite amie soulevait une autre question tout aussi pertinente : Comment allait-il justifier la présence de ces deux gamins dans leur auberge auprès des gens du village, de leurs amis, de leurs familles ?

« Peut-être que l’agent du LEXIT va nous proposer un scénario, suggéra Irving sans vraiment y croire. Il ne pouvait même pas dire qu’ils gardaient des enfants d’amis : Finn avait dix ans et eux à peine neuf ans de plus ! Ils étaient presque de la même génération : On confiait des gamins…à des gamins, songea l’ancien Gryffondor en observant Nora se réchauffer les mains près du poêle. Elle avait toujours eu une apparence juvénile mais elle lui semblait encore plus jeune  aujourd’hui…et presqu’ aussi terrifiée que Finn. Irving devait impérativement mettre au point une histoire plausible au cas où le membre du LEXIT ne leurs propose rien de probant. Tout en se rongeant l’ongle du pouce nerveusement, il passa en revue ses différentes connaissances : Qui aurait pu leur confier ces deux enfants ?

«J’ai une idée, souffla-t-il alors après quelques minutes de réflexion, tu t'souviens des frères Moses ? Elle devait forcément se rappeler de Jared puisqu’ils s’étaient embrassés tous les deux lors du réveillon 2007, Leurs parents sont originaires de Guernesey. Tous les étés, Jared et Josef passaient deux s'maines chez leur tante, sur l’île, et l’année de mes neuf ans j' les ai accompagné chez cette femme qui venait tout juste d’avoir un petit garçon. Je m’en souviens bien. On s’amusait à lui enlever sa sucette pendant qu’il dormait et l' but du jeu c’était d' le faire sans l' réveiller, Trois points s’il ne bougeait pas, deux points s’il gigotait en gardant les yeux fermés, zéro point s’il se réveillait, moins trois points s’il pleurait, J’y suis retourné trois étés d’affilés avant mon entrée à Poudlard, Il devait même avoir quelques photographies dans les albums de famille. Des clichés de lui et des Frères Moses portant  leurs petit cousin aux cheveux aussi noir que son regard devant la maison de leur tante. On pourrait très bien prétendre que Finn était ce bébé, proposa-t-il, j'veux dire : Jared et Josef sont installés en France maintenant, il y a peu de risque pour que quelqu’un vienne leur demander si c' qu’on dit est vrai. Et Guernesey ne fait pas partie du Royaume-Uni bien qu’on y parle anglais. Ils ont leur propre gouvernement, leur propre institut de Magie. Irving l’avait même visité un été, Et l’île est totalement indépendante ! On peut dire que leur mère est fatiguée pour je-ne sais-quelle-raison et qu’ on nous a confié les petits pour les mettre au vert et qu’ils découvrent l’Angleterre. Normal que j' rende ce service à la femme qui m’a accueilli plusieurs étés d’affilé lorsque j’étais un terrible garnement, assura-t-il, Qu’est-ce que tu en penses ? demanda-t-il alors en cherchant l’approbation dans les yeux de Nora, On peut en parler au gars du LEXIT demain et voir s’il souhaite nous aider à mettre en place cette couverture… »


Irving était plutôt fier de lui, il était persuadé que cela pouvait fonctionner mais visiblement ce n’était pas forcément le cas de Nora. Il n’était même pas sûr qu’elle l’ai écouté  tant elle semblait accaparée par ses pensées et ses questionnements.

 Le visage d’Irving s’affaissa légèrement lorsqu’elle verbalisa ses craintes –leurs craintes- à voix haute. Elle avait commencé par un « et… » hésitant mais elle enchaina bien vite sur une série d’inquiétudes plus angoissantes les unes que les autres. Ces suppositions étaient loin de rassurer Irving tant il savait que sa petite-amie disait vrai.

Et si, et si, et si…

Ils pouvaient envisager le pire, certes, et être pétrifiés à l’idée d’aider Finn et Sybille mais ils pouvaient aussi voir les choses autrement. Choisir de ne pas se laisser submerger par cette inquiétude. Refuser de subir, de se faire engloutir par la peur et résister. Ils avaient un objectif commun : Aider ces enfants et ils devaient œuvrer dans ce sens. Bien sûr, cela n’allait pas être simple, ils en avaient conscience, mais ces pensées négatives ne leurs seraient d’aucun secours, bien au contraire. Si Irving avait appris quelque chose auprès d’Emma Winston, c’était bien cela.

« Il leurs arrivera rien, assura-t-il d’une voix ferme, autant pour se convaincre lui-même que pour convaincre Nora. Il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour préserver ces enfants, Septembre c’est loin et quoi qu’il en soit, on va aborder ce problème avec le membre du LEXIT demain, dit-il en s’approchant du lit pour venir s’asseoir à côté de Nora et  l’enlacer d’un bras, On est pas seuls, souffla-t-il tandis qu’elle séchait déjà ses larmes en s’inquiétant d’être trop longue,… Et on est forts. Plus forts que c’qu’on croit, ajouta-t-il . Nora ne venait-elle pas de reprendre le contrôle d’elle-même en quelques secondes ? Et n’avait-elle pas porté Irving à bout de bras ces derniers mois alors qu’il était au plus mal ? Ils étaient valeureux et volontaires, … On va faire ce qu’il faut pour qu' l’histoire s' répète pas et tout va bien se passer, d’accord ? »

Non, ils ne seraient pas de nouveau témoin ou responsable de la mort d’un enfant. Non, Irving ne ferait pas tout foirer avec son énervement, son défaitisme et sa propension aiguë à l’auto-apitoiement. Il ne pouvait plus se permettre le moindre écart, le moindre faux pas, la moindre erreur. Pour une fois, il allait faire un truc bien : Ils allaient réussir, ensembles.


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Nora posa sa tête sur l’épaule d’Irving, qui s’était assis à côté d’elle pour l’enlacer, et se laissa convaincre par ses paroles rassurantes. Au fond d’elle, une petite voix continuait d’avoir peur, de craindre qu’il n’arrive quelque chose à Finn et Sybille par leur faute, qu’ils n’arrivent pas à les protéger. Mais elle fit taire ses angoisses et hocha lentement la tête quand son petit-ami affirma qu’il ne leur arriverait rien. Elle pouvait lister au moins dix raisons différentes de penser le contraire, mais elle choisit de le croire.

Il avait raison, ils pouvait y arriver. Ils avaient déjà surmonter pire que ça, ils pouvaient le faire. Ils étaient forts, oui. Ce n’était eut-être pas évident à ce moment précis, alors qu’elle séchait ses larmes dans les bras d’Irving, mais elle était forte, elle devait s’en convaincre. Et Irving l'étaient aussi. A eux deux ils pouvaient tenir le coup. Ils avaient leurs moments de faiblesse, chacun leur tour, chacun à leur façon, mais ils avaient tenu jusque-là, et ils tiendraient encore. Ils n’avaient qu’à s’en convaincre et à tout faire pour qu’il en soit ainsi.

"Oui, tu as raison, souffla-t-elle. Tout va bien se passer, répéta-t-elle pour achever de s'en persuader. Et c'est une bonne idée, ton histoire de bébé de Guernesey, je pense que c'est crédible. Finn a le bon âge, et Sybille pourrait très bien être née après ton dernier été là-bas, ça tient la route !"

Cela pourrait facilement convaincre leurs amis et familles, et les gens du village, mais serait-ce assez convaincant si la Milice venait à les interroger ? Nora préférait ne pas réfléchir à cette hypothèse et chassa ce scénario de son esprit. De toute façon, s'ils venaient un jour à être questionner par la Milice, le fait de cacher deux enfants recherchés ne serait pas leur plus gros secret à cacher... Mais elle ne devait pas penser à ça. Tout allait bien se passer, Irving l'avait dit.

Ils étaient montés à l'étage depuis déjà un moment et ne devraient pas tarder à redescendre. Nora, qui avait retrouvé son calme et un peu d'optimiste, se releva et balaya rapidement la pièce des yeux, espérant que Finn et Sybille la trouveraient assez chaleureuse et accueillante. Si elle avait eu davantage de temps, elle aurait aimé ajouté quelques peluches sur les lits, ou des livres pour enfant dans la bibliothèque presque vide qui se tenait dans un coin de la pièce, mais ils auraient tout le temps de faire des aménagements plus tard.

C'était un peu perturbant, de réfléchir à ce genre de changement, et de penser qu'ils allaient devoir s'occuper de deux enfants pendant une durée indéterminée. C'était une situation qu'elle ne se serait pas imaginé vivre avant plusieurs années. Évidement Sybille et Finn n'étaient pas leurs enfants, et ils n'en avaient la charge que de façon temporaire, mais c'était une lourde responsabilité pour un jeune couple. Elle espérait qu'ils sauraient y faire et qu'ils ne se laisseraient pas déborder.

"Tu sais que je ne me suis jamais occupée d'enfants avant ? lança-t-elle alors qu'elle réalisait l'ampleur de la tâche qui les attendait. Enfin, à part Ahren et Kathrina, mais ils étaient déjà adolescents quand ils sont venus vivre chez mes parents. Tu as clairement plus d'expérience que moi dans ce domaine, reprit-elle. Irving avait plusieurs neveux et nièce et avait été plus habitué à la présence de jeunes enfants. Tous nos espoirs reposent sur toi, conclut-elle avec sérieux, avant de lui lancer un sourire amusé. Sans vouloir te mettre la pression, bien sûr."

Mieux valait en rire qu'en pleurer, après tout. Ils n'étaient surement pas les personnes les plus aptes à prendre en charge deux enfants en état de choc, mais ils feraient de leur mieux, et cela devrait suffire pour l'instant.

"On y retourne ?" lança-t-elle en tendant une main à son petit-ami.

Il aurait été tentant de se cacher à l'étage encore un moment avant de redescendre affronter la réalité et ses surprises pas toujours bienvenues, mais elle ne voulait pas faire attendre les enfants trop longtemps, et Tara encore moins. De toute façon, ils ne pourraient pas fuir leurs nouvelles responsabilités éternellement, ils allaient devoir affronter cette nouvelle épreuve ensemble. Mais tout allait bien se passer.

Tout allait bien se passer, se répéta-t-elle alors qu'ils redescendaient l'escalier menant au séjour. Et pendant un temps, elle en fut réellement persuadée.

RP Terminé


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Don't Look Back In Anger [Nora & Irving]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déchirée [Nora-Grady-Irving]
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Azénora
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-