AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 So we meet again [Kessy & James]

James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
17 février 2010

James se concentra sur son rythme cardiaque alors que son souffle s'accélérait. Des écouteurs d'un Ipod moldu vissés dans les oreilles, il ferma les yeux et continua à courir sur un tapis de course magique. Il était là depuis presque deux heures, et sentait cette douce sensation s'emparer de son corps, alors que ses muscles se contractaient sous l'effort.

Le jeune homme était arrivé au centre de sport accompagné de Thomas, un apprenti ambulancier, qui était un habitué de la salle. Il avait proposé à James de venir avec lui au début de la semaine, qui avait répondu par la positive, curieux de connaître le fonctionnement des salles de sport sorcières. Car, si James n'avait jamais été un grand fan du Quidditch, il avait fréquenté les salles de sports moldues durant les vacances qu'il passait chez ses parents, et avait apprécié pouvoir faire ses footings autour du lac de Poudlard. Depuis le début de sa formation, il avait mis le sport de côté, et cela lui manquait. Courir était un moyen pour lui de se vider la tête et de dépasser ses limites.

James ralenti doucement l'allure de sa course, tout en sentant son coeur frapper contre sa poitrine. Thomas l'avait abandonné vingt minutes plus tôt, lorsqu'il avait reçu un patronus de sa soeur qui lui demandait de venir garder sa nièce en urgence. James avait pris la décision de rester, se sentant doucement gagné par l'euphorie que lui procurait le sport. Il quitta finalement le tapis, et attrapa sa bouteille d'eau qu'il vida entièrement, résistant à l'envie de s'étendre de tout son long sur le sol et d'y mourir tranquillement. Il se força à faire quelques pas et sentit ses jambes trembler. Prenant quelques instants pour s'étirer, James saisit ensuite sa serviette et s'essuya le visage tout en reprenant sa respiration. L'envie irrépressible de prendre une douche puis de dormir s'empara de lui et il se dirigea vers les vestiaires pour se rafraîchir le visage avec de l'eau, changer de vêtement et s'asperger de déodorant.

Il ouvrit la porte des vestiaires et se dirigea lentement vers la sortie, se demandant s'il préférait transplaner ou prendre le magicobus jusqu'à Liverpool. Il se rappela de sa dernière expérience de magicobus, grimaça, et venait de se décider pour le transplanage, lorsqu'il tomba nez à nez avec Kessy.

C'était peut-être la rencontre que James redoutait le plus lorsque Thomas l'avait convaincu de venir à Léopoldgrad. James et Kessy étaient sortis ensemble pendant quelques mois, avant de se séparer - certes. En réalité, James n'avait rien contre la jeune femme, qu'il appréciait. Mais elle était ensuite sortie avec Grady - son meilleur ami - et la situation était devenue légèrement étrange - soit. Le problème, c'était que Grady et Kessy s'étaient séparés sur une conversation plutôt houleuse, à croire ce que lui avait raconté Grady, et James ne savait pas trop comment se positionner par rapport à cette rupture. Selon les livres que Marlene lisait, il fallait choisir son camp, et comme il était plus proche de Grady que de Kessy, alors il devait être du côté de Grady et ne plus jamais adresser la parole à Kessy. Mais James était James, et il ne se voyait pas ignorer complètement la jeune femme, alors qu'elle était en face de lui !

"Salut !" lança-t-il enfin en lui adressant un sourire. "Comment ça va ?"

Il se passa une main derrière la nuque, gêné. Une odeur de déodorant et de sueur lui parvint, et il baissa le bras en se retenant de rire. Une douche, et vite.
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 113

Voir le profil de l'utilisateur
Les bras de Kessy croulaient sous le poids des sacs de shopping lorsqu'elle franchit les portes des Galeries Paracelse ("La magie vit plus fort"). Avec tout ce qu'elle venait d'acheter, elle avait de quoi refaire sa garde-robe. C'était d'ailleurs ce qu'elle était venue faire ici, et s'estimait plutôt satisfaite de ses achats. A force de voir passer les plus élégantes sorcières du pays dans les rues branchées de Leopoldgrad, Kessy sentait ses goûts vestimentaires évoluer. Plus working girl et moins ado, son style changeait et elle se tournait plus volontiers vers des marques d'une gamme plus haute. C'était d'autant plus aisé depuis que K&K commençait à dégager de sérieux bénéfices, lui permettant de délaisser les étals de Promaj ou de Mangouste. Oui, le centre de fitness magique fonctionnait bien ces temps-ci, et leur nombre d'adhérents explosait.

Il fallait dire que Kessy y consacrait une part non négligeable de son temps. Si elle s'octroyait des pauses pour pouvoir assister à divers événements et soigner son réseau - particulièrement important pour le business - elle travaillait néanmoins mille fois plus que certains de ses anciens camarades de Poudlard, devenus apprentis ou fonctionnaires. Elle avait vite découvert que devenir auto-entrepreneuse impliquait de se consacrer corps et âme à la réussite de son projet. Heureusement, elle s'était pris de passion pour son entreprise, et adorait ses collègues, qu'il s'agisse de Kalamity et Dave ou des coachs qu'ils avaient engagés. Alors la jeune femme, qui avait toujours suivi ses études en dilettante, découvrait aujourd'hui qu'elle était capable de travailler... et même d'aimer ça !

Et puis, il fallait bien le dire : si cela pouvait lui permettre des séances de shopping gargantuesques, alors cela en valait largement la peine. Bien qu'il s'agisse de son jour de congé, elle décida malgré tout de passer voir K&K. Peut-être en profiterait-elle pour courir un peu et éliminer ce sorbet au yaourt allégé qu'elle s'était offert... Ployant sous le poids de ses sacs, elle sortit du centre commercial et traversa la place à petits pas empressés. Inutile de s'attarder devant le chantier de la March Bank. Autant par réflexe que pour éviter la vision de la banque, elle sortit son Pear One et consulta les photos rigolotes que Kaly lui avaient envoyé sur SnapeChat (nouvelle appli' ainsi nommée en hommage au célèbre héros de guerre). Elle rit au filtre de niffleur que Kaly avait mis sur son joli minois.

En équilibre précaire avec ses douze sacs et son nez plongé dans son Pear One, Kessy ne vit pas tout de suite le jeune homme qui sortait du club au moment où elle allait y entrer. La voix de James la fit sursauter, et elle redressa un visage interdit vers son ex petit-ami.

"Oh ! Salut", lâcha-t-elle avec une seconde de retard. "Je ne savais pas que tu étais inscris ici", commenta-t-elle avec surprise. Un sourire ravi étira ses lèvres. De tous les clients qu'elle avait envie d'avoir... Des images de James, les muscles bandés par l'effort sur le Balai Mécanique, ou bien torse nu sous la douche des vestiaires, apparurent dans son esprit et elle observa un instant les traces de sueur sur sa peau. Il avait levé le bras et son odeur caractéristique, accentuée par l'effort, vint lui chatouiller les narines, lui rappelant d'autres temps... Hum. Focus, concentration.

"Je vais bien, et toi ? Ca fait longtemps que tu viens chez K&K ? Oh, viens, je vais t'offrir une boisson énergisante su-per efficace, comme ça tu pourras me raconter... Ça fait longtemps que je n'ai pas pris de tes nouvelles !"

D'un geste de tête, elle l'invita à le suivre à l'intérieur, pressée de se débarrasser de son encombrant fardeau.


James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
Cela lui faisait toujours un peu étrange de croiser Kessy, son grand sourire et ses manières exubérantes. Lorsqu'elle était encore avec Grady, James avait dû s'habituer à la voir chez eux, affalée sur son canapé, en pyjama dans la cuisine. Au début, accepter que son meilleur ami sorte avec son ex petite-amie avait été assez difficile. Kessy n'avait pas été une fille parmi d'autres. Ils étaient restés plusieurs mois ensemble - c'était, à vrai dire, sa toute première relation sérieuse. Mais pour le bonheur de son meilleur ami, James avait ravalé ses sentiments et s'était finalement fait à la situation. En réalité, il avait même pu renouer des liens avec la jeune femme, retrouvant avec elle une complicité amicale.

"Ca va ! Non, c'est la première fois que je viens, j'accompagnais un ami qui est un client régulier." expliqua-t-il. "Généralement je cours à l'extérieur, mais vos machines sont vraiment sympas !" lança-t-il avec enthousiasme, avant d'emboîter le pas à Kessy qui l'avait invité à boire une boisson énergisante.

Il songea un instant à Grady. Il savait que sa rupture avec Kessy avait été douloureuse, d'autant plus quand on en connaissait les raisons. James, en bon Poufsouffle, culpabilisa un instant, persuadé de trahir la loyauté qui allait à son frère de cœur (et, par la même occasion, ses convictions politiques qui le poussaient à regarder le gouvernement avec un regard différent.) Mais il était déjà en train de suivre Kessy. Après tout, un moment avec elle ne l'engageait à rien, et ne trahissait quiconque ou quoique ce soit. Ce n'était pas comme s'il invitait Kessy à venir dîner - à la pensée même de ce moment au comble de la gêne, il esquissa un sourire.

Une fois arrivés à destination, James s'adossa contre le mur le plus proche - il ne faisait pas bien le fier, les muscles de son dos lui procurant une étrange sensation de tiraillement.

"Alors, quoi de neuf ?" s'enquit James en portant son regard sur Kessy. "Ca a l'air de bien fonctionner, ici !" constata-t-il en lui lançant un sourire.

James, étant moldu, connaissait les salles de sport depuis des années. Mais c'était une première pour les sorciers, à qui le concept paraissait totalement novateur. Evidemment, la façon dont Kessy avait façonné l'établissement (autour du bien-être, de la nourriture saine, du suivi régulier des membres...) jouait énormément dans le succès de cette affaire.

"A peine sortie de Poudlard et déjà chef d'une entreprise à succès... Tu peux être fière de toi !" sourit-il en levant un pouce en direction de la jeune femme. Contrairement à beaucoup d'autres garçons, James avait toujours su que, derrière le physique parfait de Kessy, se cachait une personnalité forte et étonnante, qui ne reculait devant aucune difficulté.
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 113

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy ne chercha pas à retenir un gloussement de plaisir quand James complimenta les machines du club. C'était toujours agréable de recevoir des compliments sur l'entreprise qu'elles avaient créé avec Kalamity, mais lorsque la critique positive provenait de son ex petit-ami, elle avait une saveur particulière.

"Je suis contente qu'elles te plaisent !", répondit-elle avec enthousiasme, tandis qu'ils traversaient le hall. "Il faut absolument que tu essaies le balai mécanique, tu vas adorer !"

James aimait les sensations fortes : il suffisait de voir quel métier il avait choisi. Il n'y avait pas plus de secousses que dans une ambulance magique, elle s'en souvenait distinctement pour être monté à bord de l'une d'entre elles lors de l'attaque de la banque. Ce n'était pas un sujet qu'elle tenait particulièrement à évoquer, cela dit. Kessy se dirigea d'un pas dynamique vers le petit espace cafétéria, vide de tout client à cette heure, et salua joyeusement son collègue qui tenait la caisse. Attrapant deux boissons Red Skull, elle en tendit une à James et ouvrit l'autre pour elle.

"100 % naturel, et 100 % efficace, pour sorciers actifs et sportifs !", lâcha-t-elle d'un ton exagérément enthousiaste, parodiant la publicité qui passait régulièrement au centre commercial voisin.

Ils s'installèrent autour de l'une des petites tables de fer forgé et James l'interrogea au sujet du succès de son entreprise - l'un de ses sujets préférés !

"Ça fonctionne très bien, oui", répondit-elle avec un sourire si large qu'il dévoila deux rangées de dents éclatantes de blancheur. "Il faut dire qu'on est sur un marché de niche" - comme le lui avait expliqué Dave. "Les sorciers pratiquent plusieurs sports individuels mais connaissent très mal les disciplines moldues, en-dehors du running bien sûr... J'étais persuadée que ça pouvait plaire à plein de monde. Quel sport pour les sorciers qui ont le vertige, qui n'aiment pas les sports de balle ou les sport d'équipe, quel sport pour les jeunes cadres aux emplois du temps surchargés, ou pour les mères de famille qui n'ont pas beaucoup de temps pour elle ? Ici tous ces gens peuvent trouver leur bonheur..."

Elle s'interrompit pour boire quelques gorgées de Red Skull, et reprit aussitôt avec un débit de parole accéléré :

"Et moi, je m'éclate ! J'adore décliner le concept à l'infini, réfléchir à de nouveaux cours, de nouvelles adaptations magiques des sports moldus, c'est génial ! Et puis diriger une entreprise, c'est plutôt cool. Surtout parce que c'est Dave qui s'occupe des aspects les plus pénibles, entre nous..."

Elle préférait s'occuper de la partie sportive, du management ou encore de la comm'. L'administratif, la paperasse et la finance, très peu pour elle. Oui, Kessy et Kaly étaient bien aidées, entre le travail de Dave, et l'argent de Leopold. Ce dernier leur avait avancé l'argent nécessaire au lancement de leur entreprise, et elles le lui remboursaient mois après mois, maintenant que le club faisait des bénéfices. Finalement, K&K était en train de devenir une affaire de famille, ce qui n'était pas pour lui déplaire.

"Et toi alors ? Comment ça se passe, à l'hôpital ?", s'enquit-elle en dévisageant James de ses yeux en forme d'amande. "Est-ce que ça te plait ?"


James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
James écouta attentivement Kessy lui parler de son commerce. Il ne comprenait pas exactement les termes qu'elle employait et James fut impressionné par son professionnalisme. Le jeune homme ne s'était jamais vraiment intéressé au commerce - d'ailleurs, ça n'avait jamais été une profession de prédilection dans sa famille, ce qui n'avait pas aidé à accroître son intérêt pour une profession dont on parlait très peu à Poudlard. C'était dommage, songea-t-il en observant la joie qui se lisait très clairement sur le visage de Kessy. A l'école, on les dirigeait la plupart du temps vers des métiers communs au monde de la magie : Auror, Médicomage, Guérisseur, Langue-de-Plomb... Mais on ne poussait pas suffisamment les élèves à entreprendre des projets personnels.

"Tu as l'air d'avoir vraiment trouvé ce qui te passionne, c'est super !" s'exclama James avec un grand sourire franc. Il leva son Red Skull pour trinquer avec son amie. "A Kessy Brooks, et à la future entrée en bourse de son entreprise !" lança-t-il en riant.

C'était moins gênant qu'il n'aurait pu l'imaginer, finalement, songea-t-il. Après sa rupture avec Kessy, ils étaient restés amis, mais les choses n'étaient assurément plus comme avant. Lorsqu'elle s'était mise en couple avec Grady, il avait bien été obligé de la voir régulièrement, et leur relation s'était trouvée apaisée. Mais depuis que Grady et elle s'étaient séparés, il avait appréhendé de revoir la jeune femme. Il ne voulait pas choisir de "camp", mais s'il le fallait, il aurait bien évidemment choisi celui de Grady, même si perdre l'amitié de Kessy le blesserait assurément. Grady était son frère de cœur, la famille qu'il s'était choisi à son arrivée à Poudlard.

"Ca se passe très bien ! Honnêtement, je me suis un peu dirigé vers cette formation par hasard, à la sortie de Poudlard. Et finalement, j'adore ce que je fais. C'est à la fois stimulant physiquement et intellectuellement. Il faut savoir faire face aux situations stressantes, savoir agir vite en gardant son sang-froid. Et puis j'aime me dire que j'aide les gens, à mon échelle, bien entendu, je sais que je ne fais pas le travail d'un médicomage mais..." il haussa les épaules. A l'hôpital, certains médicomages malveillants se plaisaient à critiquer le travail des ambulanciers, des infirmiers, des brancardiers... Alors que James était certain qu'ils n'en seraient pas capables eux-mêmes !

"En tout cas, c'est vraiment un métier qui me plaît. Je m'y sens à ma place, tant dans les soins qu'on doit réaliser dans l'urgence qu'au sein de l'équipe." expliqua-t-il. "En même temps, tu me connais, je n'aurai jamais pu faire un métier qui m'oblige à rester derrière un bureau de 9h à 18h ! Je serai devenu fou." plaisanta-t-il.

Il but deux gorgées de sa boisson et laissa passer un court silence avant de reprendre :

"Et sinon, à part l'entreprise, comment tu vas ?" Il n'osait lui demander directement si elle s'était remise de sa rupture de Grady, et ne voulait pas vraiment aborder le sujet de peur de la blesser.
HRP:
 
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 113

Voir le profil de l'utilisateur
Kessy trinqua avec James sans chercher à retenir son sourire. Le succès de son entreprise, c'était bien la seule chose qui tournait rond dans sa vie en ce moment, alors elle n'allait pas bouder son plaisir. Elle fut également heureuse d'apprendre que la vie professionnelle de James se déroulait bien. Qu'il parvienne à trouver sa voie n'était pas gagné d'avance, elle se souvenait bien des discussions qu'ils avaient pu avoir à ce sujet lorsqu'ils sortaient ensemble. A Poudlard, les jeunes sorciers n'avaient souvent pas la moindre idée des centaines de métier qu'il était possible d'exercer, à part les quelques professions les plus connues, si bien qu'il était facile de s'orienter. Au final, ils exerçaient tous deux des métiers qu'ils n'auraient pu imaginer deux ans en arrière.

"C'est clair", rit Kessy quand James affirma qu'il ne se voyait pas derrière un bureau toute la journée. Elle se mit à enrouler une longue mèche de cheveux autour de son doigt, tout en considérant son ancien camarade du regard.

"Je trouve que c'est un boulot qui te va bien, il faut avoir du sang-froid, être brave et généreux, comme toi", affirma-t-elle avant de plonger le regard dans son Red Skull en sentant une sensation familière l'envahir. Par Holga, le temps avait beau passer, croiser son regard lui faisait toujours le même effet... Heureusement, James finit par l'interroger sur sa vie en général, ce qui la força à se concentrer sur la conversation.

"En dehors de l'entreprise, ça... va", répondit-elle lentement, avec une moue mi-figue, mi-raisin. Comment lui dire qu'elle se plongeait quasi-exclusivement dans son travail chez K&K pour ne pas penser à tout le reste ? En temps normal, Kessy aurait laissé parler sa fierté, et aurait cherché à montrer à son ex que sa nouvelle vie était absolument géniale. Mais, parce qu'elle avait besoin de s'épancher, et parce que le temps avait passé, elle répondit honnêtement, son enthousiasme initial retombé : "Honnêtement, ce n'est pas évident en ce moment. Depuis l'attaque, je veux dire... C'est difficile de ne pas y penser, quand je passe devant la banque en chantier tous les jours, ou quand je vois... Dave..."

Comme toujours quand elle pensait à son demi-frère, un voile de tristesse passait sur son visage. Un puissant cocktail d'émotions négatives l'envahissait, auquel elle n'était pas accoutumée, et qui lui faisait peur. Alors elle tentait d'étouffer cela derrière son entrain habituel, pour que personne n'y voit rien.

"Et en plus, je n'ai pas grand monde à qui en parler, ces temps-ci... Enfin, heureusement qu'il y a Kaly", conclut-elle avec un sourire. En réalité, elle parlait de tout à Kalamity, sauf de cela. Le seul qui avait su trouver des mots pour l'apaiser un tant soit peu était son père, car il répondait à ses questions, sur la sécurité du pays, les terroristes et ce que la milice pouvait faire pour assurer leur sécurité. Toutes ces questions qui ne l'avaient jamais intéressée... Avant.

"Et toi, comment ça va ?", souffla-t-elle doucement, pour ne pas s'éterniser sur son propre sort.


James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
James esquissa un sourire à l'entente des compliments de Kessy, et la remercia d'un hochement de tête, espérant que le rouge qui colorait ses joues serait couvert par l'effort physique qu'il venait de fournir. Le jeune homme n'était pas réellement habitué aux compliments. A Poudlard, il était un élève "moyen" et ne se démarquait que dans quelques matières. Oh, bien sûr, on le trouvait sympa, drôle, attachant ; mais il s'agissait là de qualificatifs qu'on aurait pu attribuer à la majorité de ses amis. Les compliments que la jeune femme venait de lui faire lui allaient droit au cœur. Un peu embarrassé, James prit une longue gorgée de sa boisson, en écoutant attentivement son amie.

James était de garde, le jour où la banque s'était effondrée. Il avait conduit comme un fou pour arriver sur les lieux de l'accident. Pendant tout le trajet, il n'avait pas échangé un seul mot avec la médicomage qui était montée avec lui. Le seul regard qu'elle lui avait adressé - résigné, lassé et apeuré à la fois - avait suffi à lui faire connaître l'étendu des dégâts qu'ils allaient trouver une fois sur place. Depuis ce jour, James avait dû mal à trouver le sommeil. Il revoyait parfois le visage tordu de douleur d'une femme qui était décédée piétinée par la foule et qui venait maintenant hanter ses nuits. Il frissonna à cette pensée et étendit le bras pour serrer délicatement la main de Kessy.

"Je n'ai pas vécu la même chose que toi, mais je suis arrivé sur les lieux après et... Honnêtement, j'y pense tous les jours." avoua-t-il. Il retira sa main et lui adressa un petit sourire. "Tu peux toujours m'en parler, si tu veux." proposa-t-il. "Ou ne pas m'en parler. Parler d'autre chose. Par exemple, de comment tu traumatises tes élèves en leur hurlant dessus pendant tes cours !" lança-t-il en riant. "J'te jure, si tu étais prof à Poudlard, tu ferais de la concurrence à Hellsoft." poursuivit-il pour détendre un peu l'atmosphère.

James n'était pas toujours à l'aise avec les sentiments des autres - surtout avec ceux de Kessy, à vrai dire, parce qu'il ne savait pas trop comment se positionner. Avec Emma, ou Amely, c'était plutôt facile : quand elles étaient tristes, il leur faisait un câlin, leur disait quelques imbécilités, et elles retrouvaient le sourire. Dans ce contexte, c'était plus délicat : Kessy était son ex petite-amie, mais aussi l'ex petite-amie de Grady, et il n'était pas bien certain des gestes qu'il pouvait avoir envers elle. En toute honnêteté, James trouvait les relations humaines bien compliquées.

"A part tout ça, ça va plutôt bien." répondit-il lorsque Kessy lui retourna sa question. "Le boulot, la coloc, les copains, les soirées... La routine quoi !" Il n'osait pas trop aborder des sujets plus personnels, comme Grady - pourtant, il était allé voir Grady dans son élevage de licorne, la semaine dernière, et c'était vachement cool ! "D'ailleurs, on n'a pas trop eu le temps d'en parler, mais comment ça se passe, avec ton père, ta belle-mère, et toute la famille ?" interrogea James. C'était quand même une sacrée histoire, de découvrir que le ministre de la magie était en réalité son père !
Kessy Brooks-MarchebankProf de Zumbaavatar
Messages : 113

Voir le profil de l'utilisateur
Une vague de gratitude envahit Kessy quand James étendit le bras pour poser sa main sur la sienne, en signe de compassion. Elle n’avait guère l’habitude qu’on lui témoigne de la compassion par rapport à ce qui s’était passé à Leopoldgrad, et avait du mal à trouver auprès de qui s’épancher. Il y avait ceux qui avaient leurs propres plaies à panser, et qu’elle ne souhaitait pas accabler d’avantage ; ceux qui ne comprenaient pas toute l’étendue de l’horreur de ce qui s’était passé, ou qui étaient trop égocentriques pour s’intéresser aux états d’âme d’autrui. Et il y avait ceux qui, sans forcément le dire explicitement, mais sans forcément le cacher, ne désapprouvaient pas complètement la résistance, ou critiquaient suffisamment la politique de son père pour réellement compatir avec la fille du ministre et le triste sort de la famille Marchebank… Au premier rang de ceux dont les opinions politiques étaient trop éloignées pour qu’ils puissent rester en bons termes, il y avait Grady, meilleur ami de James. Kessy s’estimait donc heureuse que ce dernier accepte de lui parler encore, et même, de l’écouter.

« Ca se passe… le mieux possible, au vu des circonstances », répondit-elle en haussant les épaules. « Je ne me plains pas, mon père et ma belle-mère font de leur mieux pour m’accueillir au sein de la famille et pour faire en sorte que je m’y sente bien. Je me rends régulièrement au Manoir pour voir mon demi-frère Nicholas. Il est tellement mignon, regarde ! »

Brandissant son Pear avec la dextérité d’une habituée, elle agita une photo de bébé Nicholas qui gazouillait sur les genoux de son frère Dave, le regard blasé dans son fauteuil.

« Il va trop ressembler à son frère, plus tard », s’extasia-t-elle avec un sourire affectueux. « Je passe beaucoup de temps avec Dave aussi. Contre son gré, parfois, il faut être honnête, je pense qu’il va finir par me détester, mais je ne veux pas le laisser seul. Ce n’est pas évident car on est vraiment différents de caractère, et puis on n’était pas proches du tout à Poudlard, mais travailler sur K&K ensemble nous a aidé à faire connaissance – c’est notre directeur financier – et maintenant je le harcèle un peu pour m’assurer qu’il a quelqu'un s’il a besoin de quelque chose ou juste, de parler. »

Avec ses deux frères, Kessy s’était découvert de nouveaux instincts protecteurs. Elle s’était déjà férocement disputée avec des gens qui critiquaient Dave ou Leopold, et préféraient rayer des gens de sa vie plutôt que de faire la moindre concession sur ce sujet. Que ceux qui les critiquaient viennent donc voir Dave tenter de se reconstruire, voir

« Quand je vais au Manoir, je vois à quel point la situation est compliquée pour tout le monde. Mon père travaille énormément, il rentre exténué, renfermé, préoccupé, même moi je le vois. Rosaleen fait de son mieux pour entretenir le foyer, jongler entre le bébé, ses frangins et ses études mais ce n’est pas facile non plus. Quant à Dave… c’est une lutte de tous les jours pour lui. Je m’en rends bien compte. Et tous pleurent beaucoup Griselda, que je n’ai pas eu la chance de bien connaître, mais c’était visiblement le pilier de la famille, sans elle c’est comme si une absence se faisait sentir en permanence. Alors mon rôle là-dedans c’est d’amener de la joie, de la fraicheur, de les soutenir du mieux que je peux. Souvent je ne peux pas grand-chose, et c’est futile, mais bon, il y a suffisamment de choses graves et sérieuses dans leurs vies, je crois. Un peu de Kessy ne peut pas leur faire de mal, en tout cas, pour l’instant, ils ne me virent pas. »

Les mots se bousculaient dans la bouche de Kessy, qui sentait à quel point cela lui faisait du bien de parler de tout ça. Ces derniers mois avaient été pleins de gros changements et de chocs pour elle, mais si elle soutenait tout le monde – sans qu’on le lui demande d’ailleurs – personne ne la soutenait, elle.

« Excuse-moi », souffla-t-elle en réalisant qu’elle s’était épanchée bien plus qu’elle n’en avait l’habitude. « T’as sûrement pas envie d’entendre tout ça. »




James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
« Il est mignon ! » approuva James en observant la bouille du petit frère de Kessy.

Pour une fois, c’était la vérité. La dernière fois qu’on lui avait montré amoureusement la photo d’un enfant, il avait dû se concentrer pour maintenir un sourire ébahi sur son visage. Paige, une ambulancière qui était rentrée de congé maternité quelques mois plus tôt, lui avait fourré son Pear dans les mains en pépiant sur son fils – une merveille, selon elle. Et que dire à une jeune maman sur son bébé ? « Bon, il n’est pas terrible, mais ça s’arrangera sûrement plus tard » ? « Ne vous en faîtes pas, j’ai lu que les marques sur son crâne s’effaceront au fil des mois » ? Non, bien sûr que non. « Mais qu’il est mignon ! » s’était exclamé James en observant attentivement la photo, cherchant à savoir si la forme étrange du crâne était due à la lumière ou non. Nicholas, lui, était véritablement un bébé mignon, avec ses grands yeux curieux et ses petites mains potelées.

Le jeune homme resta silencieux, écoutant avec attention Kessy lui conter ses premiers pas dans l’univers des Marchebank. En l’espace de quelques mois, on avait trouvé à Leopold Marchebank deux filles cachées : Kessy, et Cassandre Harper – une Gryffondor au caractère bien trempé. James n’imaginait même pas comment on pouvait réagir face à une telle nouvelle. Kessy semblait comblée et heureuse de la nouvelle, mais c’était peut-être aussi parce qu’elle n’avait jamais connu son père, et que la perspective de le voir entrer enfin dans sa vie la réjouissait. Mais Cassandre – à ce qu’il en savait – avait été élevée par sa mère et son père (enfin l’homme qu’elle avait cru être son père biologique). Apprendre que cet homme n’était pas réellement son géniteur… Cela devait être une véritable claque.

Mais si Kessy semblait heureuse, alors c’était le principal. Elle avait gagné une nouvelle famille – et quelle famille… Les sentiments de James envers le régime étaient mitigés, mais tendaient plus vers la désapprobation ferme. Au moment de l’élection de Marchebank, il avait été séduit par sa politique et par son ouverture d’esprit – même si la perte d’Alan Fiennes avait été un grand choc pour le Poufsouffle, qui appréciait ses réformes, surtout celles qui concernaient les moldus. Mais plus les mois passaient, plus James commençait à douter du bienfondé de la politique du gouvernement. Il y avait les nouvelles sur Skye, qui avaient fuitées dans un journal dirigé par un mouvement résistant – qui lui posaient un véritable problème éthique. Et puis il y avait son travail. Toutes ses missions où ils récupéraient des hommes et des femmes, souvent grièvement blessés – et qui décédaient parfois malgré les soins prodigués. Bien vite, James n’eut plus la possibilité de fermer les yeux sur cette vérité. Et enfin, il y avait Juliana McNeil, la tante de Grady, décédée puis trainée dans la boue par le gouvernement. Le jeune homme s’était senti profondément désolé pour la famille McNeil, qu’il connaissait bien et qu’il appréciait beaucoup, et encore plus pour Grady, qu’il savait très proche de sa marraine.

« Mais non, ne t’excuse pas ! » s’exclama James. « Ca me fait plaisir que tu puisses me parler de ça. »

Surtout que leur passé était plutôt compliqué, entre leur relation, leur rupture, sa relation avec Grady, la rupture explosive avec Grady…

« Je suis sûre que tu leur apportes beaucoup. » affirma-t-il un adoptant un ton doux, conscient que la jeune femme avait dû traverser des périodes très sombres. « Et en effet, un peu de Kessy, ça doit être l’ingrédient qui égaye leurs journées. Ils ont de la chance de t’avoir. » Le jeune homme resta silencieux quelques instants, craignant de choisir maladroitement ses mots. « Ils ont sûrement traversé des épreuves très dures, ces derniers temps, mais toi aussi… Tu tiens le coup ? Tu arrives à prendre un peu de temps pour toi ? » questionna-t-il. « En plus un endroit comme celui-ci, ça doit occuper toutes tes journées ! Tu trouves encore le temps de sortir un peu ? »
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

So we meet again [Kessy & James]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Leopoldgrad,-