AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 You break me down, you build me up, believer [Juliana & Hayden]

Hayden McNeilAncien personnageavatar
Messages : 29

Voir le profil de l'utilisateur
25 février 2010 - QG de la résistance.

Hayden agita sa baguette pour allumer un feu en dessous de sa casserole avant de s'adosser à la table, les yeux perdus dans le vague. Il revenait d'une planque de plus de cinq heures et il lui restait seulement deux heures avant de commencer au BDA. Il étouffa un bâillement et étira son corps endolori d'être resté trop longtemps sans bouger. Il jeta un coup d'oeil aux notes qu'il venait d'écrire et ensorcela les feuilles de papier pour qu'elles volent jusqu'au bureau de Lilly, Clarissa et Janet. La plupart des résistants leur faisait un rapport à l'oral, mais Hayden n'était pas souvent au QG en même temps qu'elles du fait de son travail prenant et de sa vie de famille. Il culpabilisa un instant en songeant qu'il ne serait pas auprès de sa fille et de sa femme ce matin et se promis de rentrer plus tôt ce soir pour aller chercher Louise à l'école.

Hayden était entré dans la résistance quelques semaines auparavant. Après la mort de Juliana, l'envie de continuer son combat était devenue comme une obsession pour lui. Depuis son poste au BDA, il voyait déjà les abus du régime, les victimes de la milice, les victimes de Skye... S'il n'avait pas agi dans un premier temps, c'était aussi parce que sa position au ministère - en tant que frère d'une résistante très recherchée - mettait en danger sa famille. L'attention s'était légèrement détournée de la famille McNeil au fil des mois, et Hayden avait pu faire part de son idée à Eileen. Cette conversation s'était terminée en une violente dispute, opposant les deux époux. Eileen était farouchement opposée à l'idée que son mari aide activement la résistance, alors que leur fille était encore sans défense. Bien sûr, elle comprenait ses raisons, bien sûr, elle aussi voyait tous les jours les abus du gouvernement, bien sûr, elle aussi voulait aider, voulait participer. Mais il y avait leurs enfants. Et ils ne pouvaient pas faire comme lors de l'Année de la Terreur et les confier à leurs grands-parents pour qu'ils les emmènent à l'étranger. Hayden avait hésité, flanché, mais l'image du corps calciné de Juliana lui était revenu en mémoire, et il s'était décidé.

Ils avaient finalement fait tous les deux des concessions. Eileen avait accepté son engagement dans la résistance, mais avait décidé, elle, de rester en dehors de ça. Hayden avait compris, lorsque sa femme avait pris la décision de rester en retrait, qu'elle faisait ça pour s'assurer que, s'il mourrait un jour, elle ne pourrait être accuser de complicité et pourrait continuer à s'occuper de leurs enfants. Cette pensée lui avait vrillé le coeur. Hayden, quant à lui, lui avait promis de ne pas se donner corps et âme au Lexit et de modérer son engagement. Surtout, il lui avait fait le serment de faire attention à lui. Il ne pouvait pas lui promettre plus, mais avait consenti à ne pas se laisser aveugler par le désir de vengeance.

Un gargouillement de son estomac le tira de ses pensées et il agita sa baguette pour faire léviter une quantité de pâtes jusque dans la casserole.

Une fois la décision de rejoindre la résistance prise, Hayden avait très simplement contacté Clarissa Nimbus de Pompadour. Lui-même avait fait partie de la Salamandre lors de la guerre, et il savait que le mouvement avait repris du service depuis quelques mois. Clarissa l'avait alors orienté vers le Lexit, le mouvement de réunification de la résistance. Là-bas, il avait reconnu plusieurs de ses collègues Aurors, dont, sans surprise, Seamus qui l'avait accueilli à bras ouverts. Hayden avait rapidement compris que sa condition d'Auror était un atout pour le Lexit et il s'efforçait de glaner discrètement des renseignements au BDA.

Hayden secoua distraitement la poêle, dans laquelle il avait mélangé des lardons, des oignons et des champignons tout en se massant la nuque de sa main libre.

Finalement, l'espionnage, le double-jeu, tout cela était devenu une seconde nature chez lui, entre son métier d'Auror qu'il exerçait depuis plusieurs années, et son engagement chez les Mardoliens.

L'homme jeta un coup d'oeil à sa montre et soupira en songeant à la journée de travail qui l'attendait. Alors qu'il mélangeait pâtes et garnitures dans un grand plat, un craquement derrière lui le fit sursauter. Il porta instinctivement une main à sa poche en se retournant.

"Oh." souffla-t-il en découvrant une jeune femme brune aux yeux bleus. "Excusez-moi, vous m'avez surpris."

Il se détendit et désigna le plat fumant.

"Vous en voulez ?" proposa-t-il, avant de se rendre compte qu'il était 7h30 du matin. "C'est davantage l'heure des tartines, mais je n'ai pas dîné hier, alors..." expliqua-t-il en haussant les épaules.


Avatar : shadows. sur Bazzart
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1274

Voir le profil de l'utilisateur


La nuit avait été courte pour Juliana. Trois heures de sommeil seulement. Le service avait duré jusqu'à minuit, puis elle était restée tardivement avec Joel et Desmond, pour évoquer le Lexit et préparer leurs prochaines missions. Maintenant que leur situation commençait à se stabiliser et que la résistance retrouvait un second souffle, s'organisant peu à peu, les idées fusaient de nouveau. C'était motivant, mais également extrêmement fatiguant : la Tortue Repue les occupait déjà à plein temps, et il fallait encore trouver du temps et de l'énergie pour la résistance. Car le régime n'attendrait pas de les laisser dormir... Roy l'avait avertie : les yeux de la milice se portaient partout, y compris sur Manchester.

Pour cette raison notamment, Juliana avait pris la décision de s'impliquer d'avantage dans les activités du Lexit. Joel, sous les traits d'Alyssa, prenait la tête de leur petite cellule et faisait office de chef, mais Juliana participait peu à peu à d'avantage de missions sur le terrain. Aujourd'hui, elle allait travailler avec un membre du Kraken dans le cadre d'une mission d'infiltration à Liverpool. Elle était à la fois impatience et nerveuse à l'idée de cette expédition, se sentant un peu rouillée de la baguette. Si leur plan échouait et que des combats s'engageaient, il lui faudrait retrouver ses réflexes de duelliste. Heureusement, elle avait échangé quelques sorts avec un membre de DPP hier, plus pour se rassurer qu'autre chose.

Elle arriva au QG aux petites lueurs de l'aube, une bonne heure avant sa mission. Juliana avait besoin d'un temps de réveil et de préparation psychologique. De plus, elle n'avait pas encore eu bien le temps de fréquenter ce lieu, ce qui pouvait s'avérer instructif. Connaître et échanger avec les autres membres de la résistance pouvait être utile.

Avant toute chose, elle avait besoin d'un petit déjeuner, et surtout d'un café. Il lui faudrait de l'énergie aujourd'hui. Se dirigeant vers la cuisine, elle sentit son estomac gargouiller quand une odeur de champignons et de lardons frits lui parvint. Les narines frémissantes, elle pénétra dans la pièce avec l'espoir de pouvoir piquer de son repas à cette personne encore plus matinale qu'elle. Son regard clair tomba sur la silhouette familière d'un homme, que son cerveau ne reconnut pas instantanément. Trahie par un craquement du parquet, elle le vit se retourner, pour lui révéler un visage infiniment connu...

Hayden.

C'était comme de voir un fantôme. Le fantôme de son frère, surgi d'un passé qu'elle pensait oublié pour de bon. Son coeur fit une embardée violente dans sa poitrine, et elle s'arrêta momentanément de respirer, ses grands yeux pâles écarquillés sous l'effet du choc. C'était Hayden, c'était bel et bien son frère, elle reconnaissait ses traits, sa carrure, son odeur, sa voix, si familiers et si lointains à la fois. Une vague d'amour intense la submergea, si forte qu'elle manqua de se précipiter dans ses bras, mais son instinct de survie la retint.

Elle se laissa tomber sur la chaise la plus proche, appuya ses bras tremblants contre la table en bois, et parvint à esquisser un maigre sourire.

"Bonjour", et la voix d'Anya brisa le silence. "Je veux bien, merci."

Elle n'était plus Juliana, se répéta-t-elle mentalement, elle était Anya. Anya, Anya, Anya. Aux yeux d'Hayden, il n'y avait plus de Juliana - il n'y aurait plus jamais de Juliana. Tentant d'ignorer les assauts de son coeur, qui se tordait de douleur, elle s'efforça d'agir normalement pour ne pas éveiller les soupçons. Croisant ses mains pour les empêcher de trembler, elle l'observa à la dérobée, pendant qu'il s'affairait.

Contrairement à elle, Hayden était resté exactement le même. Il avait toujours aimé cuisiné, songea-t-elle en se rappelant leurs moments de complicité dans la cuisine des McNeil. Que faisait-il là, au QG de la résistance ? Il était toujours auror, non ? Il y avait quelque chose qui n'allait pas dans cette image, l'un des frères McNeil en plein QG du Lexit, comme s'il y était chez lui. En dépit du choc, les questions commençaient à fuser dans son esprit. Et s'il était là pour espionner le FREE ? A qui allait son allégeance aujourd'hui ? Grady lui aurait-il parlé ? Aurait-il trahi ses secrets auprès de son père ? Non, il n'aurait jamais pu faire cela !

"Je suis affamée, et ça a l'air délicieux. Vous avez l'air d'être bon cuisinier, et je m'y connais", ajouta-t-elle pour faire la conversation, et se laisser le temps de réfléchir. "Au fait, je m'appelle Anya."

Elle ne pouvait s'en empêcher : elle avait besoin de se rapprocher de lui, de le voir de plus près. Juliana se leva de sa chaise et se dirigea vers Hayden pour préparer du café. Du coin de l'oeil, elle l'observa. N'était-ce pas une nouvelle ride au coin de son oeil ? N'y avait-il pas quelque chose de différent, dans l'expression de son visage ? Et ces nouveaux cheveux blancs ?

Peut-être qu'il avait changé aussi, finalement.



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Hayden McNeilAncien personnageavatar
Messages : 29

Voir le profil de l'utilisateur
Hayden ne nota pas le malaise de l'inconnue et mélangea distraitement son plat pour bien répartir la garniture. Comment pouvait-il se douter du trouble de la jeune femme qu'il avait en face de lui ? Comment pouvait-il se douter que cette inconnue était en réalité sa petite-soeur ? Pour l'Auror, Juliana était morte quelques mois plus tôt, assassinée. Il l'avait enterré, il l'avait pleuré, pleuré et encore pleuré, jusqu'à ce que ses yeux deviennent aussi secs que du papier. Il avait voulu transformer sa douleur pour en faire une force - pour continuer ce combat qu'elle avait commencé. La force lui était venue, mais la douleur restait, lancinante, lui tordant le coeur.
Et rien, rien ne pouvait lui faire penser que sa soeur se trouvait là, en face de lui, bien vivante, sous une apparence qu'il ne lui connaissait pas. Pas une mimique, pas un geste, pas un regard, pas un sourire - parce que Juliana était morte, et que l'accepter avait déjà été suffisamment douloureux.

"Je vous sers une assiette, alors !" lança Hayden en agitant sa baguette en direction d'un placard pour faire léviter une assiette jusqu'à lui. Il sépara le plat en deux parts à peu près égales, tout en écoutant la jeune femme qui s'était présentée à lui sous le nom de Anya.

"J'ai toujours pensé que, quand on devenait parents, on devenait un peu cuisiner en même temps." sourit Hayden. "Et j'ai quatre enfants." précisa-t-il, alors qu'un doux sourire s'affichait sur ses lèvres. Il sortit le nécessaire pour dresser la table, tout en continuant la conversation : "Je reconnais que ce n'est pas un repas très équilibré... Mais c'est le plat préféré de ma fille. Elle est dans la période où elle refuse de manger la moindre chose verte. Et, devinez quoi ? Une majorité des légumes sont verts. La semaine dernière, ma femme est revenue du marché avec un poireau, et elle nous a piqué une crise pour ça." expliqua Hayden avec un petit rire.

L'homme posa les deux assiettes fumantes sur la table, et prit place sur une chaise. Après une nuit à surveiller des miliciens dans le froid et un silence absolu, Hayden était ravi de cette rencontre fortuite. La journée qui l'attendait au BDA n'allait pas être de tout repos, et cet instant insouciant était plus qu'apprécié. Puis, à vrai dire, Hayden avait toujours été un papa complètement gaga de ses enfants et se faisait un plaisir de partager des anecdotes amusantes sur la fratrie.

"Je m'appelle Hayden, enchanté." lança-t-il, avant d'ajouter : "Donc, vous vous y connaissez en cuisine ? C'est votre passion, un métier...?" tenta-t-il de deviner en portant sa fourchette à sa bouche.

Hayden avait toujours apprécié cuisiner, depuis son plus jeune âge. Aidan n'était pas un prodige des fourneaux, loin de là, et leur mère avait toujours apprécié avoir quelqu'un pour la seconder en cuisine. Lorsqu'il avait rencontré Eileen, cette dernière lui avait raconté être une vraie calamité avec des poêles dans les mains - et à présent, il confirmait parfaitement cette information. C'était donc majoritairement lui qui faisait la cuisine pour leur famille. Cela lui avait toujours plu. Pendant longtemps, il avait partagé cette passion avec Juliana et passait souvent de longs moments avec elle, dans la cuisine, à élaborer des plats ou des desserts tout en plaisantant. Ce souvenir lui laissa un goût amer en bouche, qu'il s'empressa de chasser avec une gorgée de café.


Avatar : shadows. sur Bazzart
Juliana McNeilRésistante DPPavatar
Messages : 1274

Voir le profil de l'utilisateur
Les mains de Juliana se mirent à trembler, manquant de faire tomber les deux tasses de café. L'évocation de sa jeune nièce, Louise, la prit par surprise et ce fut comme si on lui avait mis un coup dans la poitrine. Son coeur se serra violemment tandis que les souvenirs de l'enfant s'imposaient à elle. Louise... Juliana avait toujours eu un rapport particulier avec les enfants d'Hayden, de par leur faible écart d'âge, elle se considérait comme une grande soeur d'avantage que comme une tante. Sa proximité avec Grady, en particulier, était telle qu'elle n'aurait pu imaginer le rayer de sa vie. Mais elle avait dû se résoudre à oublier les autres, comme ses frères, ses parents et chaque membre éloigné de leur famille. Pour survivre à cette séparation, Juliana avait adopté une technique très simple et terriblement efficace : ne plus jamais penser à eux, jamais.

Et elle y parvenait. Sa vie avait changé si radicalement, et elle avait dû faire tant de sacrifices, qu'elle parvenait à ranger tout ce qui avait trait à avant dans un recoin de sa mémoire. Au quotidien, Juliana ne pensait qu'à son restaurant, ses projets, DPP, éviter la milice. Son entourage, ses proches, c'étaient Roy, Joel, Irina, Desmond. Hayden et les McNeil n'avaient plus de place dans cette vie là, plus depuis que son corps carbonisé avait été retrouvé dans une vieille maison isolée.

Mais il avait suffit d'une simple anecdote, dans la bouche d'Hayden, pour faire revenir les McNeil à la vie. Soudain, ils étaient là, si proches et accessibles, comme avant. Et Louise, par Merlin ! Louise avait dû tant changer et évoluer depuis la dernière fois qu'elle l'avait vue. C'était une enfant, et les enfants grandissaient si vite et changeaient tant... Juliana retrouverait-elle Louise un jour, sous sa propre identité et non sous couvert de l'image d'Anya ? Et si elle avait ce bonheur, la petite se souviendrait-elle seulement d'elle ? Rien n'était moins sûr.

Ces pensées l'avaient tellement remuée qu'elle ne put empêcher les larmes d'embuer ses yeux bleus. Pendant qu'Hayden lui parlait joyeusement, elle vint poser les tasses de café et s'installer face à lui, devant son assiette fumante, en tentant de faire bonne figure.

"Oui, j'adore la cuisine", commença-t-elle en baissant la tête, ses longs cheveux venant dissimuler son visage dépité. C'était un geste familier, un geste de Juliana, comme il l'avait vue faire mille fois. Elle laissa échapper un sanglot, et cacha momentanément son visage dans ses mains. Merlin, il fallait qu'elle se ressaisisse, elle ne pouvait pas se permettre d'exposer sa couverture, même pour Hayden, aussi tentant que cela soit. Il en allait de leur survie à tous les deux, de la survie de toute sa famille - y compris celle de Louise. Séchant son visage, elle s'efforça de regarder son frère, et esquissa un maigre sourire.

"Excusez-moi. Excusez-moi, c'est stupide, c'est juste qu'en vous entendant, je... je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ma famille. Elle me manque beaucoup", révéla-t-elle en un souffle.

Pour se donner une contenance, elle fit tourner sa fourchette dans son assiette de pâtes et goûta le plat d'Hayden. Son estomac en grogna de contentement, et elle se sentit instantanément mieux - la nourriture avait toujours été son meilleur moyen de réconfort.

"C'est très bon", commenta-t-elle avec sincérité, en parlant la bouche pleine. "Pour vous répondre, oui, je suis cuisinière, j'ai ouvert récemment un restaurant de cuisine méditerranéenne à Manchester."



Jennifer Lawrence, merci à Roy ♥
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

You break me down, you build me up, believer [Juliana & Hayden]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» scratch build : thunderbolt : W.I.P
» Connaissez-vous Prison Break ?
» [Build HoH] Ritu Spike
» .-. I break , I borrow , I live , I lose .-.
» Break It Down [Swann Neige]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-