AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Stan [JR Kristen & Mildred]

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White, 6ème année Gryffondor

28 février 2010

Perchée sur ses chaussures à semelles compensées violette à paillettes, Kristen vérifiait que tous les costumes ainsi que chaque accessoire étaient bien rangés à leurs places respectives. A défaut de décrocher le rôle titre de Peggy Black dans la pièce du même nom, elle avait endossé le titre de régisseuse au sein de l’Atelier Théâtre. Avec la mort d’Anwar Kabache – leur si précieux Guacamole- le projet avait été mis en stand bye ces derniers mois mais Mildred Magpie avait estimé qu’il était temps d’honorer dignement la mémoire d’Anwar en relançant l’atelier. Un nouveau casting pour le personnage de Guacamole allait être organisé courant Mars avant de reprendre les répétitions. Mildred avait justement mandaté Kristen pour l’aider à remettre l’atelier sur pied pour la plus grande joie de cette dernière.

La jeune Gryffondor était tellement fière et honorée de passer un peu de temps avec sa romancière préférée ! Elle n’en revenait pas de la chance qu’elle avait de pouvoir l’approcher de si près et d’être autorisée à graviter au cœur même de son intimité (pas celle que l’on frôle avec une bulle de jacuzzi, l’autre !).

Mais surtout, Kristen était flattée d’avoir l’opportunité d’épauler Mildred dans l’épreuve qu’elle traversait. En effet, depuis plusieurs semaines, son auteure favorite faisait l’objet de railleries incessantes de la part de certains élèves et même de sorciers et sorcières adultes. Tout ça à cause de son vil camarade de classe : Virgil Forbes. Ce dernier avait profité d’un moment de faiblesse de Mildred pour capturer des images d’elle, à son insu, et les diffuser sur les réseaux sociaux magiques. Comment pouvait-on être aussi méchant ? Kristen ne comprenait pas ce genre de comportement et elle s’était empressée de témoigner tout son soutien à Mildred en lui envoyant de nombreux dessins, des lettres parfumés et des poèmes .
Personne ne méritait d’être traité ainsi, et encore moins Mildred Magpie ! Kristen avait pleuré en lisant le communiqué de la romancière qui rendait compte de sa détresse et de ses tourments. Elle avait failli mourir dans l’effondrement de la March’Bank, pourquoi était-on si dur avec cette femme admirable ? Heureusement, elle pouvait compter sur le soutien de tous fans et, surtout, sur celui de la plus fidèle d’entre eux…

« J’ai fini de ranger les costumes Miss Magpie, tout devrait être prêt pour la reprise, dit Kristen d’une voix flutée en rejoignant Mildred occupée à relire le script de la pièce dans un coin de la salle des arts. L’adolescente tira une chaise et s’assis en silence face à la romancière qu’elle couva d’un regard tendre. Ses lèvres brillantes de gloss s’étirèrent légèrement lorsqu’elle enchaina d’un ton enjouée, Ah oui, je voulais vous dire : J’ai finis « La Belle et Le Gnome » ! Mildred lui avait donné -enfin vendu- sa dernière nouvelle la veille et Kristen l’avait dévorée durant la nuit, j’ai adoré ! Dreadmildya est tellement forte ! Même lorsque Virgollum tente de la déstabiliser en faisant courir d’odieuses rumeurs à son encontre, elle ne flanche pas ! Un véritable exemple pour toutes les jeunes sorcières du monde magique ! Je suis tellement impatiente de lire les deux autres nouvelles de la trilogie…, ajouta-t-elle à l’intention de la romancière.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
En règle générale, Mildred Magpie n'aimait pas perdre son temps dans cette pièce toujours en désordre et qui fleurait bon la naphtaline. La Diva romancière détestait également la promiscuité avec ces adultes de taille réduite que l'on appelait communément enfant ou adolescent. En effet, ces humanoïde en miniature avaient cette sale manie de toujours vouloir vous parler trop près du visage, alors qu'ils n'étaient rien d'autre que des nids à microbes ambulant! Mais pour préserver une réputation quelque peu malmenée depuis son scandale de la Saint-Valentin, il était préférable de cacher cette aversion pour les sorciers et sorcières en culotte courte. De plus, elle avait son projet de comédie musicale à relancer ; Et ce, même si la disparition du jeune Anwar avait signé la mort de son Guacamole, et ralentit considérablement les travaux de son Atelier Théâtre. Mais la romancière n'était pas du genre à lâcher une affaire qui pouvait lui rapporter un beau pactole. Flairant la bonne affaire, la milliardaire savait que la mort du petit Anwar apportait cette touche d'émotion et d'âme supplémentaire qui manquait auparavant à sa création. Une bénédiction médiatique dont il aurait été stupide de se priver. Voila pourquoi Mildred Magpie relançait son adaptation théâtrale des Hauts de Hurlelune, et s'évertuait de la placer comme le dernier hommage rendu au défunt petit Anwar. L'opportuniste romancière savait que cette stratégie allait payer! Après tout, manipuler les émotions du public et de ses lecteurs, c'était l'essence même de son job!

Et en terme de manipulation, Mildred faisait des heures supplémentaires dans la salle d'art pour être certaine de se retrouver auprès de sa plus grande fan. Kristen White était un modèle de dévotion et une fan à la loyauté sans faille. En plus de faire preuve d'un zèle incroyable dans son Atelier Théâtre, la jeune Gryffondor ne cessait de bombarder de courrier sa romancière préférée. Une saga épistolaire jusqu'alors à sens unique, puisque la Diva des Folies de Sorcières ne perdait jamais de son temps précieux à lui répondre. La plupart du temps, les lettres fleuries de Kristen finissaient leur envol dans la corbeille de la rédactrice en chef de Multiplettes, sans même avoir été lu. Mais depuis l'odieux scandale, la donne avait totalement changé. La quête de reconnaissance et l'esprit de revanche qui animait la sorcière avaient poussé celle-ci à s'intéresser de près aux écrits de la jeune fan, et à l'envisager d'une toute autre manière. En effet, dans sa guerre qui l'opposait au fourbe Virgil, Kristen White pouvait devenir sa meilleure carte et une formidable alliée...

Voilà pourquoi quand la jeune fille s'installa en face d'elle pour lui adresser la parole, Mildred mit un point d'honneur à ne pas l'ignorer ou l'écouter d'une oreille distraite, bien au contraire... Pour la toute première fois, la romancière couva son admiratrice d'un regard empreint de tendresse, avant de lui accorder une attention totale et purement intéressée.


"Tu fais de l'excellent travail, ma Kri-Kri d'amour. C'est grâce à des petites fées comme toi que les rêves se réalisent! "

Premier compliment d'une longue liste qui n'avait pour but que d'amadouer la jeune fan, et préparer le terrain d'atterrissage d'un machiavélique service. Mildred Magpie posa hypocritement une main sur son cœur quand Kristen lui confia avoir adoré sa dernière nouvelle. Cette dernière n'était rien autre qu'un pamphlet déguisé contre l'immonde Virgil, et une manière pour la romancière d’extérioriser la rage intérieure qui lui tordait les boyaux.  

" Ainsi tu as aimé ma nouvelle, quel bonheur que de l'apprendre ! Chaque jour, je mesure la chance qui est la mienne de pouvoir bénéficier du soutien de fan inconditionnel comme toi. Sache que les mots touchants de ta lettre et ton adorable dessin de licorne resteront à jamais gravés dans ma mémoire... Tu n'imagines pas à quel point cela m'a aidée à surmonter l'ignoble scandale dont j'étais la victime... " D'un geste badin de la main, Mildred Magpie fit mine de balayer ce mauvais souvenir, pour poursuivre sur un ton plus léger. "Mais parlons de choses plus réjouissantes! J'adore tes chaussures, elle sont si élégantes et raffinées, elles viennent d'une boutique de luxe? "

Certainement pas! En vérité, les chaussures à semelles compensées de Kristen n'avait rien de très luxueux. A vrai dire, Mildred les trouvait même hideuses. Il ne s'agissait encore que d'une tentative pathétique de Kristen pour copier le style inimitable de sa romancière préférée. A coté des escarpins dorés et hors-de-prix de la millionnaire, les pauvres chaussures de la Gryffondor faisaient cruellement tâche dans le décor. Mais Kristen n'aurait probablement jamais les moyens de s'offrir des escarpins taillés mesure par des grands créateurs. Voila pourquoi, Mildred Magpie jugea bon de ne point briser cette douce chimère et la volonté de la jeune fille à vouloir lui ressembler.


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White

Kri-Kri d’Amour.
Si Kristen n’avait pas porté une couche de fond de teint épaisse comme la glace gelée du lac, ses joues et son cou se seraient probablement empourprés. Elle n’avait trouvé que ce recours pour masquer son émotion qui se lisait systématiquement sur son visage. Son nouveau teint ultra couvrant –Pèche melba, c’était le nom de la nuance- ne la trahissait pas ! Certes, on ne devinait plus ses adorables taches de rousseurs sous son maquillage mais elle n’avait jamais aimé ça de toute manière. Mildred était rousse et elle avait une peau parfaite sans la moindre éphélide, elle, et Kristen ne demandait qu’à lui ressembler.

Ses cheveux si lisses, sa posture parfaite, son sourire ravageur ! Il n’était pas rare que Kristen observe Mildred à la dérobée, cherchant à analyser et copier son style,  ses mimiques ou son vocabulaire. La jeune femme avait adopté plusieurs gestes de la romancière et elle comptait bien profiter de ces moments privilégiés avec elle pour glaner encore quelques informations  sur son idole.

Elle s’apprêtait d’ailleurs à sortir La Belle et le Gnome de son sac pour obtenir une dédicace –Kristen s’entrainait à imiter l’écriture de Mildred ce dernier temps- lorsque la conversation prit une tournure plus intime. En effet, l’auteure la remercia pour le dévouement dont elle avait fait preuve suite au scandale de la St-Valentin. L’expression de l’adolescente changea du tout au tout : Ses (trop ?) fins sourcils  s’arquèrent en une expression de profonde tristesse.

« C’est horrible ce qu’on vous a fait subir ! assura-t-elle en se penchant légèrement en avant. Elle avait envie d’attraper la main de Mildred pour la serrer fort mais elle avait peur que son geste soit déplacé. Pouvait-elle toucher son idole ? Elle n’était pas vraiment sûre de pouvoir se permettre tant de proximité, Personne ne mérite un tel traitement ! reprit-elle, C’est vous qui avez prévenu les secours lors de l’effondrement de la March’Bank, vous qui êtes remontée dans les étages pour aider les victimes coincées dans les décombres ! J’ai lu votre témoignage –Mon Fall Away- et ça m’a bouleversée !

Rien que d’y penser Kristen en avait les larmes aux yeux ! Il suffisait qu’elle songe au moment où, dans le récit, Mildred ordonnait à son banquier de léguer toute sa fortune aux victimes de l’attentat si jamais elle ne ressortait pas vivante de sa mission de sauvetage dans les étages supérieurs pour que Kristen soit envahie d’une vive émotion.

« C’est pas juste qu’on vous ai privé de la soirée de commémoration alors que vous étiez la véritable héroïne de cette tragédie. Personne n’était en mesure de comprendre ce que vous avez traversé ni à quel point cette épreuve a été difficile pour vous ! »

Kristen secoua sa longue chevelure auburn et fronça légèrement les sourcils dans une parfaite imitation de Mildred ( ) :

« Quand je pense à Forbes qui a profité de ce moment de faiblesse pour vous humilier ! Quel gougeât ! »

Elle ne l’avait jamais aimé celui-là avec ses airs de rebelle en mousse !

« En tout cas je suis contente que vous ayez trouvé un peu de réconfort dans mes lettres et dans mes poèmes, reprit-elle d’un ton radouci en couvant Mildred d’un regard presque protecteur.

La romancière était sans cesse la cible de détracteurs ou de jaloux. Ses fans étaient les seuls à prendre soin d’elle, les seuls à la comprendre véritablement. Kristen entrevoyait les fêlures de son idole mais elle estimait que cela ne la rendait que plus humaine et attachante.

Mais Mildred n’était pas du genre à se laisser abattre et elle conclut rapidement cette conversation d’un geste de la main. Cette force de caractère et cette capacité à rebondir était admirables ! songea Kristen avant de laisser échapper un petit rire gênée : Mildred Magpie venait de remarquer ses chaussures ! Merlin ! En plus elle les trouvait jolies !

« Je les ai acheté chez « Miss Chik »  (Oui avec un K à la fin, c'est tellement plus chic...)  Sur le Chemin de Traverse. Elles existent en rose, en vert et en bleu ! »  expliqua-t-elle ravie de pouvoir partager ses conseils mode avec Mildred, comme l’auraient fait deux amies.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
Bien qu'elle soit venue dans un but sournois, la romancière éprouva soudainement une grande tendresse pour cette jeune fan qui lui vouait une admiration et un soutien indéfectible. Touchante de sincérité, Kristen ne trichait en rien et vivait intensément ce délicieux moment partagé avec sa star préférée. Face à autant d'adulation, le visage fardé de Mildred Magpie finit par se plisser de satisfaction. Comment ne pas tomber sous le charme de cette merveilleuse petite réplique d'elle-même ? Certes, elle n'était qu'une pâle copie du chef d’œuvre, mais tout dans sa manière de s'habiller et dans son attitude trahissait une réelle volonté de rendre hommage à sa dramaturge préférée. Si Mildred devait l'utiliser à des fins vengeresses, elle se jura intérieurement de la prendre sous son aile de pie. D'une manière ou d'une autre, elle se devait de récompenser la gracieuse petite Kristen pour son affection ô combien réconfortante en ces temps si troublés. La romancière loucha une dernière fois sur les chaussures bon marché de la fan, avant de tacher se montrer moins condescendante.

"Miss Chik? Je dois avouer que je ne connaissais pas. En tout cas, les paillettes sont vraiment du plus bel effet, et elles collent parfaitement avec l'éclat de tes jolis yeux... "

L'espace de quelques secondes, le course du temps sembla s'arrêter. Les propos de Mildred Magpie demeurèrent suspendus dans le vide, son regard inexpressif s'accordant à la perfection avec sa bouche mi close. Nul doute que la romancière devait trouver quelque chose de glamour dans cette posture digne d'une poupée gonflable. Rien ne semblait pouvoir troubler la surface de cet océan de superficailité, quand tout à coup une vive émotion quasi hystérique embrasa le regard de la romancière.

"Tu sais quoi! Pourquoi ne ferions-nous pas une sortie shopping toutes les deux ? Je te montrerai les meilleures boutiques de luxe de Leopoldgrad, là où tous les meilleurs stylistes et créateurs de mode se réunissent pour nous offrir des robes scandaleusement affriolantes ! Et si cette idée te tente, je te propose même de prolonger la soirée au cœur de mon palace, où tout n'est que luxe et volupté ! Ainsi tu pourrais éventuellement y découvrir en avant-première les avancées de mes futurs projets d'écriture. Qu'en penses-tu? "

Cette proposition aussi spontanée qu’irréfléchie surprit la romancière dans ses savants calculs de perfide manipulatrice. Pourquoi vouloir perdre son temps avec une vulgaire gosse ? N'était-elle pas venue dans le seul but de lui soumettre une odieuse mission à l'encontre du fourbe Virgil ? Pour trouver la potiche idéale pour accomplir ses basses manœuvres ? Alors pourquoi cherchait-elle à copiner avec une vulgaire adolescente de seize ans ? Était-ce pour elle une manière de combler un manque ? Une absence ? Non ! Elle ne pouvait se laissait aller à pareille faiblesse !
Consternée par cette stupide et émotive proposition, Mildred se devait de refermer au plus vite l'odieux tiroir de son âme qu'elle venait malencontreusement d'ouvrir.

"Enfin, je dis cela, mais je doute que mon emploi de temps puisse me le permettre... "

Mais rien ne pouvait plus éteindre l'incendie qu'elle venait d'embraser dans l'esprit de sa fan inconditionnelle....


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White


Kristen rougit de plaisir en entendant le compliment de Mildred Magpie. Elle n’en revenait toujours pas qu’une femme aussi prestigieuse prenne le temps de remarquer les paillettes sur ses chaussures où l’éclat de ses pupilles.

«  C’est à grâce à vous Miss Magpie si j’ai l’air si émerveillée ! confessa-t-elle en baissant les yeux sur sa manucure leopard revisitée en violet et noir, Vous n’imaginez pas ce que ça me fait d’être dans la même pièce que vous. De pouvoir vous regarder, vous parler… »

Kristen releva les yeux en direction de Mildred pour lui accorder un sourire timide à mille lieux de rendre compte de son agitation intérieure. Elle vivait cet instant comme une déclaration d’amour. Le grand saut dans l’inconnu , les papillons dans le ventre : Elle brûlait d’admiration pour Mildred, elle le lui avait déjà dit des dizaines de fois dans des courriers ou lors de dédicace mais aujourd’hui elle avait l’impression d’avoir franchi un nouveau cap dans sa relation avec la romancière : Elles étaient devenues proches, intimes…. Et cela ne faisait que renforcer l’affection sincère et véritable que Kristen nourrissait à l’égard de Mildred.

« J’ai tellement de chance de pouvoir vous accompagner et vous épauler dans la mise en place de la pièce et j’aimerai tellement pouvoir passer encore plus de temps avec vous ! »

Quelques heures par semaine c’était bien trop peu aux yeux de Kristen et visiblement sa grande amie semblait partager son point de vue. En effet, Mildred suggéra de prévoir une séance de shopping, en tête à tête, dans les boutiques de luxe de Leopoldgrad.


« Oh Merlin ! lâcha Kristen en abandonnant toute réserve. Sa bouche s’arrondit de stupeur tandis qu’elle posait ses deux mains à plat sur ses joues : Vraiment ? Vous êtes sérieuse ? demanda-t-elle avant de pousser un petit cri aiguë d’hystérie, Hiiiiiiiiiiiii ! »

La jeune femme se leva de son siège, sautilla sur place et contourna la table pour attraper Mildred dans ces bras.
Elles allaient faire les magasins, ensembles, et Mildred –sa Mildred- venait de l’inviter chez elle ! Kristen pouvait bien se permettre ce gros câlin un peu trop familier : Après tout, c’est ce que les amies faisaient !

« Oh merci,merci,merci,merci ! » répéta-t-elle tel un mantra, vous ne pouviez pas me faire plus plaisir ! Elle n’arrivait pas à y croire ! Elle se voyait déjà dans les rues de Leopoldgrad, bras dessus, bras dessous avec sa Mildy. Derrière elles, marchant à bonne distance, un employé des Folies occupé à faire léviter leurs sacs remplis de tenues de luxe. Elles montraient dans un carrosse et rejoindraient ensuite une somptueuse demeure où Kristen pourrait lire en avant première les nouvelles de sa romancière préférée … Le paradis sur terre…du moins avant que Mildred Magpie ne soulève quelques incompatibilités d’agenda.

Kristen relâcha prestement son étreinte. Elle était peut-être allée trop loin avec cet énorme câlin, songea t-elle en tirant légèrement sur sa mini jupe qui avait tendance à remonter un peu sur ses hanches. Il fit quelques pas en arrière et afficha un sourire contrit.

« Oh…bien sûr je comprends, vous êtes très occupée, articula-t-elle,  Je ne suis même pas sûre que mon père me laisse aller à Leopoldgrad  en plus –surtout depuis l’attentat- , dit-elle en haussant vaguement les épaules, mal à l’aise, et puis, je n’ai pas vraiment les moyens de m’habiller dans les boutiques de luxe vous savez, ajouta-t-elle, préférant prendre les devant pour s’éviter une trop lourde déception, Peut-être que nous pourrions envisager une telle sortie quand j’aurais terminé l’école ?  suggéra-t-elle toutefois, pleine d’espoir dans la voix.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
Si Mildred Magpie était d'une nature profondément tactile et démonstrative avec les autres, multipliant notamment les accolades et les caresses avec ses employés de Multiplettes pour les récompenser de leurs efforts ; La réciproque ne se vérifiait pas toujours. En effet, telle une oeuvre d'art dans un musée, il était interdit d'oser penser effleurer la star sans un accord explicite de sa part. De plus sous l'effet de l'émotion, les fans avaient une fâcheuse tendance à sentir la transpiration, et Mildred n'aimait guère sentir se contact moite venir se coller contre ses robes ou tailleurs hors de prix. Mais voilà, Kristen était Kristen, et il était impossible de lui refuser un câlin. La jeune fille était comme ce petit chaton qui faisait les yeux doux pour obtenir une coupelle de lait. Voilà pourquoi malgré un sourire crispé, la romancière ne se déroba pas aux petits bras tentaculaires de sa plus grande fan. Dans cette étreinte chaleureuse, Mildred pouvait sentir les battements frénétiques du petit cœur de sa fan comblée. Même pour une femme aussi égocentrique que Mildred Magpie, c'était purement attendrissant...

La Diva Romancière regretta amèrement d'avoir balayé l'enthousiasme communicatif de la jeune fille, pour une fausse question d'agenda. Pourquoi se priver de l'adulation d'une fan? Constat triste et alarmant, Mildred pouvait compter ses véritables amis sur les doigts d'une seule main. Certes Ronald Klump flattait ses tympans de sorcière vénale en lui récitant affectueusement les bénéfices et l'état de ses finances. Ce bedonnant d'Anderson Bannerman lui écrivait également les plus beaux des poèmes, et en lisant sa prose, elle en arrivait même à oublier sa calvitie pour se laisser aller dans un désir aussi secret que solitaire. Mais que ce soit pour l'un ou pour l'autre, cette admiration était tronquée par une motivation carriériste ou personnelle. Alors que rien ne pouvait égaler la sincérité et la pureté de l'amour d'une fan! Sans sa base de fidèles lecteurs, l'auteure des Hauts de Hurlelune n'aurait point bâtie son empire et engraissée sa fortune. Sans l'admiration d'une jeune fille comme Kristen, elle ne serait probablement aujourd'hui qu'une artiste ratée et une vieille pimbêche vendant ses charmes pour une poignée de galions dans une immonde taverne du port de Bristol. Il n'y avait pas de mystère! Mildred puisait sa force régénératrice dans l'adulation de la jeunesse pour ses écrits. Quand la solitude venait la frapper de plein fouet, Mildred se plaisait à imaginer un beau jouvenceau fantasmer sur elle, ou une jeune demoiselle tout faire pour ressembler trait pour trait à son illustre modèle. Sans l'amour inconditionnel et les compliments réconfortants de ses fans, il y a longtemps que la romancière croupirait sous la surface gelée d'un lac. Voilà pourquoi, elle se devait de rallumer la flamme d'espoir dans les Yeux de Kristen.

Mildred lui caressa délicatement la joue, pour lui faire relever un menton devenu désespérément trop bas sous le coup de la déception.

"Attends jeune fille, je ne dis pas que la chose soit impossible. Il faut simplement que je trouve une date dans mon agenda digne d'une Ministre de la Magie. Bref, décaler des rendez-vous ou des conférences. Mais sois rassurée, ma priorité ira toujours en faveur de fan telle que toi... "

Mildred lui offrit son plus mielleux sourire avant d'ajouter.

"Si cela t'intéresse, et pour convaincre ton père, tu n'auras qu'à lui dire que je te réserve une place de stagiaire dans une rubrique de Multiplettes. Crois-moi, c'est l'expérience idéale pour un futur métier dans la Presse Magique. Je sais que Abigail Scavo m'en a déjà fait la demande, mais ton dossier pourrait se retrouver en pole position... Surtout si tu venais à me rendre un précieux service dans un proche futur... "

Au travers de cette dernière phrase aussi énigmatique que sournoise, la romancière venait de glisser une machiavélique inception dans l'esprit de sa fan préférée. Mais plutôt que de se montrer trop insistante, Mildred choisit d'accompagner sa basse manœuvre d'un florilège de paillettes, de manière à aveugler tout sentiment méfiant. Voilà pourquoi, elle extirpa de son sac à main en peau de serpent nacré un incroyable et précieux cadeau.

"Oh, mais que je suis distraite! J'allais presque en oublier ton cadeau ! Tiens c'est pour toi! J'espère que cela te fera plaisir! " Elle tendit un petit paquet rose enrubanné et fleurit de fausses fleurs satinées. Se gargarisant déjà de sa surprise, Mildred poussa sa jeune fan à en découvrir plus rapidement le contenu.

"Mais vas-y ma Krikri d'amour, ouvre-le! Ne joue pas les timides! "

Derrière l'emballage de ce paquet cadeau, se trouvait un précieux trésor pour tout fan absolu de la romancière : Le tout premier ouvrage encore non publié de la seconde nouvelle de sa trilogie romanesque. Un ouvrage merveilleux et dédicacé que Kristen allait avoir la primauté et le privilège de découvrir avant tout le monde...


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White

Kristen releva vivement les yeux sur Mildred lorsque cette dernière tempéra quelque peu sa dernière remarque. Leur journée shopping restait tout à fait envisageable avec quelques  aménagements dans l’emploi du temps de la romancière,  bien sûr. Un large sourire éclaira le visage de l’adolescente et ses yeux pétillèrent d’émotion lorsque Mildred émit l’idée de la prendre en stage dans une rubrique de Multiplettes.

« Vraiment ? Vous pensez que cela pourrait-être possible ? s’enquit-elle en serrant ses petits poings contre son cœur battant. Elle s’imaginait déjà dans les différents services du célèbre journal. Non seulement, elle pourrait se rendre aux Folies Sorcières, cette institution magique incontournable, mais en plus, elle découvrirait l’envers du décor : Les bureaux des journalistes, la salle de rédaction, l’atelier d’impression ! « J’aimerai tellement voir le service culture ! avoua-t-elle en se rasseyant sur son tabouret qu’elle avança légèrement vers Mildred, Vous savez je pourrai même aider ! Je lis très vite très très vite même-  et je pourrai proposer des critiques sur la littérature adolescente, si vous voulez.  » La mention de la candidature d’Abigail Scavo doucha toutefois son enthousiasme. Kristen ne voulait pas prendre la place de la jeune rédactrice en chef de Miniplettes qui faisait un travail remarquable pour faire vivre son journal au sein de l’école. La Gryffondor dévorait littéralement les pages de la revue hebdomadaire –surtout la rubrique potins- et elle estimait qu’Aby était surement la plus disposée à obtenir ce stage. Elle rédigeait déjà des articles depuis longtemps et elle avait monté, seule, ce projet de Journal de Poudlard… Un terrible sentiment d’imposture étreignait Kristen.

« Peut-être pourriez-vous nous prendre en stage toutes les deux ? » suggéra-t-elle pour faire taire ce sentiment de culpabilité. Certes elle ne voulait pas usurper la place d’Aby mais elle ne souhaitait pas, non plus, faire une croix sur cette merveilleuse opportunité qui s’offrait à elle.

L’adolescente hocha docilement la tête lorsque Mildred évoqua un service à lui rendre pour obtenir le stage – Elle ferait tout ce que Mildred voudrait si la romancière leurs garantissait , à elle et Abigail,  une période de formation en entreprise dans ses locaux- puis elle reporta son attention sur le curieux paquet rose que son idole venait de sortir de son sac.

« C’est pour moi ? » s’étonna-t-elle. Mildred Magpie, la femme qui avait un emploi du temps de Ministre de la Magie, avait trouvé un moment pour lui acheter un cadeau et l’empaqueter si joliment… Whaaa. » Le cœur de Kristen allait exploser dans sa poitrine. Elle ne se souvenait même pas du dernier cadeau qu’on lui avait offert, comme ça, sans raison apparente. Peut-être n’en avait-elle jamais reçu d’ailleurs ! Certes elle était particulièrement gâtée par sa famille à Noël ou pour son anniversaire mais ce cadeau inattendu avait une tout autre saveur. Mildred l’invita d’ailleurs à l’ouvrir et Kristen ne se fit pas prier plus longtemps. Elle déscotcha soigneusement le papier pour ne pas l’abimer –elle comptait bien le conserver et le glisser dans son journal intime ce soir- et découvrit avec une joie non dissimulée le contenu du paquet.

« La deuxième nouvelle de la trilogie ! s’exclama-t-elle en levant des yeux émerveillés sur Mildred, La légende de Bocahontas, lut-elle à voix haute avant de se plonger frénétiquement dans la lecture de la quatrième de couverture. « Une rencontre merveilleuse avec un unicornboy, une course effrénée contre la mort ! » Merlin ! Cette histoire avait l’air tout aussi prometteuse –si ce n’est davantage- que la Belle et le Gnome…
Jesse Butterfly… Kristen se surprit à songer à l’allure séduisante de ce jeune chevaucheur de licornes, un mélange savant entre Donald McWilde et James Carter, saupoudré d’un peu de Professeur Baker. Le mix parfait ! La jeune fille poussa un soupir d’extase avant de gratifier Mildred de son plus beau sourire.

« Merci mille fois, je ne sais même pas quoi vous dire ! ajouta-t-elle en détournant le regard aussi gênée que comblée, d’abord la journée shopping, ensuite le stage et maintenant ça ! » Elle pressa la couverture de Bocahontas contre sa poitrine et ajouta, C’est trop! »

Trop beau…pour être vrai, termina sournoisement son cerveau. Se pouvait-il que Mildred cherche à gagner ses faveurs avec des cadeaux ? Voulait-elle la manipuler pour une obscure raison ? Kristen avait la réputation d’être une fille un peu naïve mais elle était loin d’être bête. Pourtant elle ne pouvait pas se résoudre à donner plus de crédit à ce scénario. Mildred avait toujours été très gentille avec elle, répondant systématiquement à toutes ses missives –avec un courrier type, certes, mais tout de même. La romancière était plus que jamais dévouée à ses fans et ce, depuis toujours. Elle n’était pas capable de la moindre perfidie ! Ce genre de scénario alambiqué ne pouvait exister que dans ses romans et certainement pas dans sa vie personnelle, Kristen en était persuadée…

« Vous avez parlé d’un service à vous rendre tout à l’heure, commença-t-elle toutefois, presque malgré elle, Vous vouliez dire quoi par là ? » demanda-t-elle timidement.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur

En voyant le regard de sa jeune fan s'embraser littéralement de mille feux face à la beauté incandescente de la couverture de son futur best-seller, Mildred Magpie comprit immédiatement qu'il était temps pour elle d'avancer les pions machiavéliques de sa stratégie anti-Virgil. Pour éviter toute complication judiciaire et préserver sa réputation déjà bien écornée par le vent du scandale, rien ne devait relier la romancière sans scrupule à cet infâme garnement qui avait osé la trainer dans la boue ; Trouver une méthode qui puisse éradiquer le virus sans avoir à se contaminer. Dans cette optique sécuritaire, la candide et loyale Kristen était la candidate parfaite pour être les petits bras armés d'une vengeance perfide et anonyme. Bien entendu, il était exclu pour l'écrivaine vaniteuse d'avoir à sacrifier sa précieuse alliée lors de cette basse manœuvre ! En effet, l'égo de la romancière quadragénaire se nourrissait des flatteries, et Mildred ne pouvait imaginer sa vie sans la passion débordante de ses plus fidèles admirateurs. Kristen était sans doute la plus adorable et dévouée de toutes ses fans hystériques, et chacun de ses compliments insufflait à la romancière une énergie aussi vitale que rafraichissante. Au point que la Diva des Folies Sorcières en était même arrivée à éprouver une certaine tendresse à l'égard de cette jeune fille qui voulait tant lui ressembler. Hors de question donc pour son orgueil personnel de se priver d'une telle source de ravissement.

Les paupières fardées de l'hypocrite écrivaine papillonnèrent alors que Kristen jouait les gênées face à autant de gentillesse. Se doutait-elle que rien n'était gratuit avec Mildred Magpie?

"Mais voyons ma chérie, je ne vois rien de trop excessif dans le fait de faire plaisir à ma plus fervente et adorable lectrice. Hormis mon génie littéraire, si je suis devenue la plus grande artiste intemporelle, c'est grâce aussi à l'adulation de jeunes filles telle que toi ! Quelque part, je te dois mon bonheur actuel * et ma richesse * C'est donc la moindre des choses que de pouvoir te rendre heureuse à mon tour... "

Toujours aussi tactile, Mildred accompagna ses propos mielleux d'une nouvelle et délicate caresse sur la joue empourprée de son admiratrice. Aussi humble que timide, cette dernière ne semblait pouvoir accepter l'idée que sa déesse puisse vouloir se pencher sur sa vie misérable. Et pourtant pour la première fois dans son âme égoïste, Mildred Magpie éprouvait une aspiration toute nouvelle : Celle de sublimer la vie d'une autre personne que la sienne ! L'espace d'un instant, Kristen devenait cette petite poupée humaine qu'elle aurait grand plaisir de façonner à son image. Certes, il y avait du boulot, mais Mildred se voyait bien lui prodiguer de précieux conseils de beauté tout en faisant les boutiques de luxe de Leopoldgrad. Il y avait urgence, tant son uniforme de Gryffondor ne flattait pas sa silhouette voluptueuse. Mais pour l'heure, les préoccupations de la romancière n'étaient pas de jouer les reines du shopping avec l'adolescente...

Sans même avoir à embrayer sur le sujet à l'ordre du jour, Kristen s'engagea d'elle-même sur la pente dangereuse de la conspiration. Et il ne fallut pas plus d'une seconde à Mildred pour saisir cette précieuse perche vengeresse.

"Oui j'aurai éventuellement un petit service de rien du tout à te soumettre... Et si tu l'acceptes, je ferai en sorte que tu puisses accéder rapidement à un stage dans les sphères du service culture de Multiplettes. Si elle le désire également, ton amie Abigail Scavo pourrait t’accompagner... Après tout, rien ne m'est impossible en mon royaume ! "

Que Dieu soit loué pour d'avoir créé dans le cœur des hommes, un aussi merveilleux instrument que celui du chantage. Seulement, quelques grammes suffisaient parfois à faire pencher la balance en votre faveur, et Mildred Magpie ne doutait pas une seconde de pouvoir conquérir la motivation de sa jeune fan. En cela, la romancière exprima ses doutes et ses craintes au sujet du nabot diabolique qui l'avait honteusement calomniée lors de la soirée de commémoration.

"Je suppose que tu connais assez bien Virgil Forbes? Ce voyou insolent qui a osé profiter d'un instant de faiblesse de ma part pour me piéger lamentablement sans l'ombre d'un scrupule ; Et bien, je crains que ses fourberies n’aillent au-delà de tout ce que j'aurai pu imaginer. Tu peux me croire, la vilénie de Virgil dépasse de loin le stade de la simple goujaterie, pour s'inscrire dans celui plus terrifiant de la truande... "

Suspense oblige, Mildred Magpie marqua quelques secondes de silence, avant de faire claquer sa langue dans sa bouche.

"Déformation professionnelle ou non, j'ai mené ma petite enquête à son sujet, et je me suis rendue compte qu'il s'adonnait, dans l'ombre de Poudlard, à toutes sortes de sombres trafics mettant en danger la santé des élèves de cette école. De mes propres yeux, et sous mon apparence de pie, j'ai vu Virgil chercher à revendre de la Mandragore et une drogue encore plus dangereuse répondant au nom terrifiant de Volubilis. Tu peux me croire, Kristen, j'ai fais tous ce qui est en mon pouvoir pour mettre un terme à ce drame en devenir, mais... "

Mildred secoua tragiquement la tête avant de poursuivre ses accusations :

"De par son père le Directeur des Serpentards, je crains que Virgil ne soit protégé et bénéficie d'une certaine immunité. C'est tout bonnement scandaleux ; On n'a même osé me reprocher de l'avoir maltraité, juste parce que j'ai tiré ce garnement par les oreilles. Mais dans quel monde vivons-nous? Je me le demande... " Signe de son profond dédain, Mildred leva un menton narquois et désabusé. "Bref ma parole ne semble n'avoir guère de crédit aux yeux de la direction, surtout depuis les derniers évènements où Virgil cherche sans aucun doute à me décrédibiliser et me faire payer le prix de mes révélations. Il est nécessaire que quelqu'un d'autre s'ajoute à ma plainte, pour que la direction de cette école se décide enfin à agir contre cette fripouille de Gryffondor. Crois-moi, Kristen : La volubilis est un poison et il y urgence! J'ai peur qu'un malheur ne finisse par survenir si personne n'ose le dénoncer... "

La romancière releva un regard plein d'espoir sur sa fan dévouée.

" Toi, mon ange, tu voudrais bien m'aider à éviter qu'une telle tragédie ne se produise, n'est-ce pas? Tu me fais confiance? "



Pull me into your arms, Say I'm the one you own
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White


Oui, Mildred avait bien un « petit service » à lui demander en retour. Toutes ces attentions n’étaient donc pas gratuites… Kristen baissa les yeux sur ses mains jointes, légèrement mal à l’aise. Elle avait confiance en Mildred, et elle se doutait qu’elle ne lui demanderait  rien d’insurmontable ou d’illégal, mais elle préférait tout de même être au clair avec cela. Plus vite elle saurait ce que la romancière attendait d’elle, mieux elle se porterait… Toutefois Mildred ne se sentait pas prompte à lui révéler immédiatement la teneur de ce service et préféra planter le contexte en évoquant Virgil Forbes. A la mention de ce nom, le visage de Kristen se crispa de mépris.


« Bien sûr que je le connais, il est dans mon année et dans ma maison, dit elle comme s’il s’agissait d’un véritable calvaire *…et c’est un gros cognard* songea-t-elle bien qu’elle se refusa à se montrer si vulgaire devant sa romancière préférée, C’est un garçon très antipathique et il aurait mérité d’être exclu de l’école après ce qu’il vous a fait. »

C’était la première fois que Kristen abordait directement ce sujet avec Mildred. Certes elle lui avait témoigné son soutien à de nombreuses reprises avec des lettres, des dessins ou encore des poèmes mais elle n’avait pas encore eu l’opportunité de le faire de vive voix, si ce n’est un peu plus tôt. Elle renouvela d’ailleurs son soutien à la rédactrice en chef de Multiplettes avec force.

«Tourner cette vidéo holographique alors que vous étiez en plein moment de faiblesse était un acte abject ! Vous savez, je me suis renseignée et il risque une amande pour avoir osé diffuser des images de vous sans votre consentement, ajouta-t-elle en se redressant sur son siège, revigorée à cette idée. Kristen avait fait de très sérieuses recherches dans les livres de droits de la bibliothèque de Poudlard et elle ne comprenait pas le fait que Virgil s’en soit tiré avec une simple punition, Vous étiez au plus mal et il s’est servi de vous pour faire le buzz, insista-t-elle en fronçant légèrement les sourcils Après tout ce que vous avez fait pour les victimes de l’effondrement de la Marchebank : Votre témoignage, votre fondation … C’est un gougeât ! »

Kristen en tremblait presque. Bizarrement, elle était encore plus outrée à l’idée que Virgil s’en soit prit à Mildred plutôt qu’à elle. La romancière avait fait tellement, tellement, pour les victimes de l’attentat que la jeune femme ne comprenait pas la disgrâce dont elle était victime actuellement. C’était injuste et scandaleux et tout était de la faute du cadet des Forbes…

« Son frère serait peut-être mort sans vous ! Vous seule avez donné l’alerte ! »
s’exclama-t-elle, le cou rosi par l’émotion. (Son fond de teint couvrant était vraiment efficace.)

Kristen s’emballait quelque peu  mais elle n’en avait cure. Cette profonde injustice à l’égard de Mildred Magpie la mettait tout simplement hors d’elle. La jeune femme se calma toutefois lorsque Mildred poursuivit son exposé en affirmant que la vilénie de Virgil dépassait largement le stade de la simple goujaterie, pour s'inscrire dans celui de la truande.

L’adolescente inclina légèrement la tête sur le côté avant de se pencher un peu en avant.

« Que voulez-vous dire par là ? »
chuchota -t- elle comme une conspiratrice.

Les yeux fardées de Kristen s’arrondirent de stupeur lorsque Mildred clarifia son sous-entendu. Ainsi donc, Virgil Forbes se livrait à des activités de dealer de Volubilis ? Merlin mais comment était-ce possible ?

L’adolescente savait très bien que son camarade était un fumeur de Mandragore. Il trainait avec Damon et Kasya et toute leur petite bande de « zombies ». Kasya rentrait souvent tard dans leur dortoir le soir, empestant la cigarette et d’autres odeurs plus…exotiques, dirons-nous, mais jamais, au grand jamais, Kristen n’aurait soupçonner qu’ils puissent consommer des drogues aussi dures que la Volubilis ! Classée niveau 4 en terme de dangerosité par le Ministère de la Santé Magique ! Il ne s’agissait pas d’un « simple » joint –même si, aux yeux de Kristen, l’usage de drogue n’était jamais anodin-  mais bel et bien d’un véritable poison que Virgil Forbes écoulait donc au sein de l’école en toute impunité.

« Il faut en parler au professeur Mason ! s’empressa de répondre Kristen, si vous l’avez vu, de vos yeux, vous ne pouvez pas garder ça pour vous ! »

Kristen avait une entière confiance en la directrice de Poudlard qui s’était toujours montrée juste envers les élèves toutefois Mildred tempéra quelque peu ses propos. En effet, elle affirma que Virgil bénéficiait très certainement d’un traitement de faveur, grâce aux fonctions de son père au sein de l’équipe pédagogique de l’école. Mildred avait d’ors et déjà essayé de le dénoncer mais il n’y avait pas eu de suite…si ce n’est une odieuse vidéo holographique d’elle, devenue virale depuis.  

Kristen secoua la tête comme si cette éventualité était tout bonnement impossible. Les enseignants et les dirigeants de Poudlard étaient garants du cadre et du respect scrupuleux des règles. Ils ne transigeraient jamais, même pour leurs propres enfants… N’est-ce pas ?

Pourtant, Kristen était forcé de constater que Virgil  n’avait quasiment pas été puni suite à l’affaire de la Saint-Valentin. Il pavanait à la bibliothèque,  dans les couloirs du château avec son attitude mi-arrogante mi-indolente  tandis que quasiment tous les élèves se moquaient de Mildred dans son dos. Ce constat raviva le sentiment d’injustice qui étreignait Kristen un peu plus tôt. Non seulement Virgil se moquait de tout et de tout le monde mais en plus il mettait en danger bon nombre d’élèves. Si les propos de Mildred étaient vrais –et Kristen n’en doutait pas- il fallait que cela cesse.

« C’est donc ça le service dont vous avez besoin :Vous voulez juste que je vous aide à faire en sorte que Virgil Forbes n’empoisonne pas tous les élèves de Poudlard… » souffla-t-elle passablement rassurée à cette idée. Elle avait eu si peur d’être déçue par la demande de sa romancière préférée. Kristen avait presque honte d’avoir douté de Mildred ! Mais au fond, cet acte lui ressemblait tellement: Mildred pensait toujours aux autres, avant de penser à elle. Quel altruisme !

« Je suis prête à vous aider, assura Kristen en posant ses deux mains à plat sur celle de Mildred oubliant toute retenue cette fois, mais je ne vois pas comment. ajouta-t-elle. J’ai beau passer beaucoup de temps avec Virgil en cours ou dans la salle commune, je ne l’ai jamais vu dealer quoique ce soit, pas même de la mandragore. Il ne parle pas trop avec les autres élèves d’ailleurs si ce n'est pour se montrer désobligeant,… il est vraiment très discret dans ses transactions, pensa-t-elle tout haut, je ne peux donc pas témoigner dans votre sens, malheureusement. » finit-elle par dire, l’idée de faire un faux témoignage ne lui effleurant même pas l’esprit...
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
Même si Mildred n'aimait guère que l'on lui étreigne les mains sans son consentement, elle se laissa aller à plus de familiarité et de promiscuité avec sa touchante jeune fan. Quelque peu dépasser par les évènements, les hésitations de la jeune Gryffondor ne trahissait point une volonté de s'engager aux côtés de sa romancière préférée, mais soulignait plutôt une personnalité dans laquelle ne reposait aucune forme de malveillance ou de machiavélisme. Kristen était une jeune fille profondément gentille, digne des princesses pures et innocentes qui émaillaient les récits de Mildred Magpie. Là où la vile romancière prenait un malin plaisir à trouver une manière dérobée et sournoise de détruire la vie des personnes qui osaient la contrarier dans ses plans, la Gryffondor cherchait une façon de faire éclater la vérité. Avec une naïveté désarmante, elle prétexta à son idole qu'il lui était difficile de témoigner d'un méfait qu'elle n'avait malheureusement point constaté de ses propres yeux. Mildred comprit rapidement que pour réussir à convaincre cette jeune fille éprise de justice, il lui faudrait ajouter un autre stratagème que le simple chantage affectif...

Dans cette optique persuasive, la sournoise Mildred chercha à rassurer la Gryffondor, tout en lui caressant tendrement les mains.

"Ma chérie... Je n'ai ni l'envie de t'exposer, ni l'intention de te contraindre à faire un faux témoignage. En aucun cas, je te mettrai en danger. Tu es beaucoup trop importante à mes yeux ! Mais ne pouvant moi-même dénoncer les sombres agissements de Virgil, je crains que le pire ne soit à venir... "

Mildred secoua tragiquement la tête, avant de laisser glisser sa tentative de manipulation sur la pente de l'émotionnel et de la culpabilité.

"J'ai bien peur qu'un beau matin, tu ne tombes malheureusement sur le corps sans vie de l'un de tes camarades de dortoir. Overdose fatale, dans laquelle un de tes amis se verra faucher en plein vol par les effets dévastateurs de cette drogue mortelle. Une innocente victime qui te contemplera de son regard vide et caverneux, avec une expression encore figée sur le visage traduisant toute l'étendue de son incompréhension et le regret éternel de devoir quitter ses proches et sa famille aussi abruptement. Une tragédie qui aurait pu être évitée sans la présence de l'ignoble Virgil... "

Mildred laissa glisser sa main de couguar défraichi le long du bras sa jeune fan, avant de poser celle-ci affectueusement sur son épaule.

"Et ce qui m'effraie encore davantage, c'est l'idée de te voir dévorée par un odieux sentiment de culpabilité, alors que tu n'es responsable en rien de cet acte monstrueux. Je tremble pour toi, si le pire venait à se produire. Toute ta vie, tu regretteras de n'avoir point dénoncé les agissements néfastes d'un truand quand il était encore temps. Et moi-même, par un effet domino dévastateur, je serai bouleversée et déprimée de t'en avoir parlé. Je perdrai alors le gout de l'écriture, et j'irai me cacher sur une île pour me laisser mourir dans l'indifférence générale... "

Avec insistance, Mildred plissa son regard pour laisser perler une larme de crocodile au coin de ses yeux, afin d'apporter encore plus de tragique à sa prose.

"Alors je le demande ma douce Krikri : Doit-on attendre que le pire ne se produise ? Ou devons-nous plutôt trouver un moyen d'agir et de prévenir Poudlard du danger mortel qui rôde dans les dortoirs Gryffondor ? Est-ce que la perfidie de Virgil vaut mieux que la vie de l'un de tes camarades ? Doit-on encore perdre plus de temps ? " Mildred marqua une seconde avant d'ajouter : "Alors qu'une simple lettre anonyme rédigée de ta douce main innocente et glissée discrètement sous la porte du bureau de la Directrice Mason pourrait éventuellement régler cet épineux dilemme... "

Un imperceptible sourire carnassier germa sur les lèvres charnues de la vile romancière...


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Kristen White



Malgré l’introduction qui se voulait  rassurante de Mildred, Kristen était en proie à un sentiment mitigé : Bien sûr, elle souhaitait plus que jamais aider sa romancière préférée. D’ailleurs, c’était un honneur pour la Gryffondor qu’une femme d’exception, telle que sa Mildy, s’en remette à elle. L’adolescente passait du statut de simple groupie à celui d’alliée, de confidente…presque d’amie ! Elle aurait été folle de refuser d’épauler son idole dans sa tâche. Virgil Forbes méritait le renvoi - ne serait-ce que pour ce qu’il avait osé faire lors de la soirée de Saint Valentin- mais Kristen devait-elle se fourvoyer pour autant ? Rien n’était moins sûr !

Avec un père Auror, la jeune femme avait été élevée dans un scrupuleux respect des principes et des valeurs de justice. De plus, elle n’était pas stupide , elle comprenait  parfaitement ce que Mildred attendait d’elle : Un faux témoignage.

Kristen se tortilla sur son siège, particulièrement mal à l’aise à cette idée. Elle lâcha la main de sa romancière préféré et commença à se ronger l’ongle du pouce, la mine soucieuse. Mildred cherchait-elle à la manipuler pour se venger de Forbes ? La jeune femme ne pouvait pas envisager un tel scénario. Son idole n’avait rien de machiavélique, ça non. Kristen voyait Mildred comme une version d’elle-même, plus âgée, plus belle, plus sûre d’elle, hors il n’y avait pas une once de fourberie dans le caractère de l’adolescente. Elle n’avait pas l’impression d’idéaliser Mildy, elle estimait simplement être la seule à vraiment la comprendre, la connaitre.  Elle connaissait par cœur tous ses romans et les multiples lectures de l’adolescente l’avaient, comme qui dirait, rapprochées de son idole. Kristen estimait qu’elle avait su lire entre les lignes et apercevoir la véritable personnalité de la romancière à travers les caractéristiques communes de ses héroïnes : Des femmes fortes, honnêtes et tenaces, toutes éprises de justice !

Kristen voulait ressembler à l’indienne farouche Bocahontas, à la princesse Dredmildyia ou encore à Peggy Black, ce sublime personnage des hauts de Hurlelune. Ces femmes qui n’hésitaient jamais à braver les interdits pour s’opposer à l’oppresseur et rendre le monde meilleur.

Ce n’était pas pour rien si Kristen avait été répartie chez les rouge et or…

La jeune femme leva les yeux sur Mildred et écouta ses propos prophétiques : Elle avait raison. Kristen ne se le pardonnerait jamais si l’un de ses camarades de classe  faisait une overdose de Volubilis. Comment pourrait-elle vivre avec une telle culpabilité ? Devait-elle attendre que le pire se produise pour agir ou n’était-ce pas le moment, au contraire, de se montrer enfin courageuse et de faire honneur à sa maison ?

Ronald Weasley, Harry Potter, Neville Londubat, Hermione Granger… Tous ces héros de la guerre avaient dû, à un moment ou à un autre, être dans l’illégalité. A cette longue et belle liste de Gryffondor justiciers, il faudrait bientôt rajouter un nom : Le sien.

Kristen releva le menton et vrilla ses pupilles brunes dans celles de Mildred. Elle était prête. Prête à prendre sa première décision d’héroïne de roman. « La fin justifie les moyens » songea-t-elle en chassant définitivement l’idée d’être dans le faux.

« Que dois-je écrire ? » finit-elle par dire, d’un air résolu.
Mildred MagpieDirectrice de Multiplettesavatar
Messages : 957

Voir le profil de l'utilisateur
Mildred observa longuement sa jeune fan se tortiller sur sa chaise comme si son séant était subitement devenu brulant ; La Gryffondor allait-elle faire honneur aux préceptes de sa maison et foncer tête baissée dans l'inconnu? La réponse ne tarda point à arriver quand la courageuse groupie releva un regard déterminé à accomplir la mission qui lui était si sournoisement assignée. Honteusement manipulée, Kristen avait donc mordu à l'infâme hameçon lancé par sa perfide sorcière préférée, qui ne reculait décidément devant aucune bassesse pour asseoir sa vengeance contre Virgil. Toucher la corde sensible de son innocente fan s'était révélée une stratégie payante, alors que Mildred Magpie s'installait déjà auprès de sa nouvelle alliée afin de lui dicter les lignes de sa lettre destructrice.  

"Oh ma chérie, ton courage et ta bonté sont dignes de figurer dans les plus beaux chapitres de mes romans! Grâce à toi, de nombreux élèves vont être sauvés de l'affreux trafic de cet irrécupérable rejeton de Virgil. Une héroïne anonyme qui fait honneur au passé glorieux de sa courageuse Maison rouge et or! " Mildred observa un instant la jeune fille avec minutie, avant d'ajouter : "D'ailleurs je ne sais pas si c'est l'éclairage de la pièce, mais je trouve que l'on pourrait presque te donner des faux airs avec la légendaire Hermione Granger! "

C'était un mensonge. Kristen était beaucoup trop grassouillette et manquait cruellement d'élégance pour ressembler à l'héroïne de la deuxième guerre des sorciers. Mais après tout quelle importance? Un compliment gratuit, ce n'était qu'une maigre contribution en échange d'une lettre calomnieuse. Mildred claqua une bise bruyante sur la joue rosie de sa fan dévouée.

"Il me tarde de pouvoir partager du temps avec toi, et de te faire découvrir mon merveilleux quotidien! De plus j'ai hâte de jouer mon rôle de bonne fée et de t'offrir les habits et les conseils de beauté digne de la princesse qui sommeille en toi... " Sans même lui accorder le droit de réponse, Mildred fit glisser une feuille de brouillon devant l'adolescente, avant de lui tendre une plume qui végétait dans un encrier. La romancière commença alors sa dangereuse dictée.

"Voila ce que tu vas écrire : Très chère Directrice Mason, je me dois de vous écrire pour vous informer d'une chose affreuse! Ce qui se passe dans la noirceur des dortoirs Gryffondor, vous pouvez me croire ce n'est pas joli-joli...

*****

Quelques heures seulement après l'odieuse dictée, sur les hauteurs de la Tour des Gryffondors...

Bien entendu une lettre calomnieuse n'avait aucune forme d'importance si elle n'était point accompagnée d'une preuve intangible. Virgil devait comprendre la leçon, et la règle irrémédiable que l'on ne s'en prend pas à l'image de marque de la grande Mildred Magpie sans en subir les plus affreuses conséquences. Voila pourquoi, animée des pires intentions du monde, le vol vengeur de l'odieuse pie slalomait entre les hautes tourelles de Poudlard pour trouver un moyen de s'introduire en douce dans la salle commune et les dortoirs Gryffondor. Une petite lucarne en guise de brèche, et le tour était joué : Mildred venait d'atterrir en territoire ennemi!

Retrouvant sa forme humaine, Mildred enleva ses Louboutins pour demeurer la plus silencieuse possible. Même si à cette heure tardive, tous les Gryffondors étaient conviés au grand festin dans la grande salle du Rez-de-chaussée ; Elle devait rester sur ses gardes. Un élève nauséeux ou simplement fatigué pouvait surgir à n'importe quel moment! Mildred avait prit soin de repérer les lieux, et s'était glissée au niveau de la tour le plus proche de l'antre du diablotin Virgil. Mais si la sorcière s'était consciencieusement renseignée dans sa tactique d'approche, rien ne la préparait à la vision de l'espace à vivre de l'infâme garnement. En effet, lorsque la pointe de sa baguette se mit à scintiller pour éclairer la chambrée ténébreuse de son ennemi, le visage de la quinquagénaire se tordit littéralement d'effroi!

"Oh mon dieu! Quelle horreur! Je suis dans la tanière du malin! " frissonna-t-elle

Plaquant instinctivement ses mains sur sa lourde poitrine pour réfréner les pulsations d'un cœur battant la chamade, Mildred manqua chanceler face au décor infernal qui l'encerclait de toute part. Les murs n'étaient que vision de l’apocalypse et monstruosité! Oppressée par cet univers qui n'était pas le sien, Mildred plaqua ses mains sur ses tempes pour empêcher son regard de se poser sur ce spectacle cauchemardesque. Avec ce diable de Virgil, on était très loin des posters de licornes roses et de princes charmant de sa jeunesse. Pressée d'en finir et de quitter cet endroit lugubre, Mildred se pencha rapidement pour tirer la poignée de la valise de l'adolescent qui séjournait sous le lit de l'adolescent déséquilibré. Elle l'ouvrit avant de farfouiller avec dégout dans les affaires de l'adolescent de manière à dénicher une cache susceptible d'abriter sa précieuse Volubilis. Extirpant un sachet contenant la précieuse poudre violette de son décolleté, elle prit grand soin à la glisser dans une doublure de la valise. Le mal était fait, elle n'avait désormais plus qu'à disparaitre incognito et laisser l’engrenage de sa vengeance broyer l'infâme Virgil!

Sauf que le regard de Mildred se posa malencontreusement sur l'étoffe familière de sa gaine ventre plat, fesses bombées, taille 44, qu'elle avait égaré depuis près d'un mois... Les yeux de Mildred s'arrondirent de stupeur tandis qu'elle saisissait son subterfuge de beauté et de finesse. Par Merlin, que faisait sa gaine au milieu des caleçons bariolés de l'adolescent? Quel genre de pervers pouvait se permettre de dérober ce genre de chose!? Horrifiée, la romancière balaya l'intérieur de la valise avec la pointe lumineuse de sa baguette, et finit par tomber également sur son tube de rouge à lèvre aphrodisiaque parfumée au gingembre. Juste affreux! Mais rien ne la préparait à la vision de son petit canard vibromasseur piégé dans le creux d'une chaussette au couleur du club moldu de Manchester United. Mildred Magpie se sentit comme violée dans son intimité, alors qu'elle extirpait de sa prison malodorante son petit canard au sourire lubrique.

"Mon Ducky, mon caneton, tu étais donc là... Pendant tout ce temps où je te cherchais... Tu étais prisonnier des griffes de ce monstre pervers! " Mildred serra les dents pour ne point cracher la violente colère qui grimpait en elle. "Il va me le payer ce petit salaud! Je vais nous venger! Je te le promets mon Ducky! "

A contrecœur, elle reposa son petit canard vibromasseur dans sa prison de laine, avant de repousser d'un coup de pied mauvais la valise sous le lit de l'ignoble kleptomane. Il était grand temps de s'éclipser alors que les rires des élèves remontaient peu à peu des profondeurs de la tour des Gryffondors. Bientôt les lieux allaient grouiller de petits diables en culotte courte, signe que Mildred devait s'envoler au plus vite. Pourtant, la sorcière malfaisante sembla hésiter un instant, comme freinée par une pensée soudaine. Si la police magique devait farfouiller sa valise, elle ne voulait pas qu'il retrouve son petit compagnon de solitude. Déjà qu'elle passait pour une chaudière ambulante depuis sa mésaventure sulfureuse avec Leopold Marchebank, inutile de rajouter une ligne à son triste palmarès. Son Ducky allait retrouver sa maison! La romancière fit brusquement demi-tour, arracha le petit canard vibromasseur des affaires de Virgil, et dans la même seconde se transforma sous sa forme volatile. A tire d'aile, elle s'évapora dans les ténèbres du crépuscule alors que les Gryffondors réinvestissaient leur tour. Mildred avait réussit son œuvre : Le piège était placé!

[Rp Terminé]


Pull me into your arms, Say I'm the one you own
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Stan [JR Kristen & Mildred]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Une histoire de clés! [Stan & Gwen ♥]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Mrs. Mildred Aristide is Scrary!!!
» Stan et Victoria : Veux-tu m'épouser ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Salle des arts,-