AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Thunder [Marlene & James]

James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
24 avril 2010

James déposa un baiser sur le sommet du crâne de Marlene, avant d'étendre ses pieds sur la table basse de la jeune fille. Il était passé lui rendre visite à Manchester, dans son appartement, juste après sa garde à l'hôpital. Normalement, c'était Marlene qui venait à Bristol - à vrai dire, à un moment, tout le monde pensait qu'elle vivait avec eux - mais aujourd'hui, c'était James qui avait fait le déplacement, sa petite-amie étant plongée dans ses cours.

Cela faisait maintenant quelques mois qu'elle avait appris qu'elle pourrait intégrer la première année de médicomagie à partir de septembre. Elle avait été folle de joie, et James n'aurait pas pu être plus fier d'elle : elle avait repoussé sa timidité pour en mettre plein la vue à ce sale prétentieux de directeur des ressources sorcières de St Mangouste. Ils avaient évidemment célébré la nouvelle, mais désormais, la joie était retombée, et Marlene s'était enfermée dans ses révisions - complètement enfermée.

James pouvait le comprendre : devenir médicomage était l'un de ses plus grands rêves, et il savait qu'elle ferait tout pour y parvenir. Il respectait cela, réellement. Mais il ne parvenait pas à ne pas à se sentir exclu de ce futur, des plans qu'elle construisait. Ils en avaient eu aussi, eux, des plans qu'ils avaient construit ensemble. Ils avaient rêvé d'acheter cette vielle bicoque au bord de la plage et de la rénover pendant leurs weekends. Ils en avaient tant rêvé qu'ils avaient même commencé à se renseigner sur des moyens de financement. James y avait cru ; il avait été réellement emballé par cette histoire... Mais, depuis que Marlene avait été acceptée en médicomagie, ils n'en avaient plus reparlé.

James consulta sa montre d'un regard et s'étira.

"Je peux rester encore une heure." l'informa-t-il "Après je dois retourner chez moi pour me changer avant de retrouver les autres chez Ethan." précisa-t-il en faisant référence à l'un de ses collègues ambulanciers.

Tous les jeudi soirs, une soirée était organisée pour les apprentis ambulanciers - les seniors étaient bien évidemment conviés, mais c'était aux plus jeunes d'assurer la logistique. La plupart du temps, ils allaient d'abord chez l'un d'eux avant de se rendre en boîte, aux Folies Sorcières, ou sur les bords de la Tamise. Parfois, ils allaient juste prendre un verre. Ce soir, James allait d'abord chez Ethan avant d'accompagner ses collègues et amis aux Folies Sorcières. Le choix du lieu l'avait fait sourire, surtout qu'il entretenait toujours avec Roy Calder une relation un peu particulière - ce dernier se faisant un plaisir de "prendre en charge son éducation".

"Tu fais quoi, toi, ce soir ?" s'enquit le jeune homme.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene avait eu une journée de travail efficace aujourd'hui et elle était contente d'elle. Depuis qu'elle avait appris que son transfert en première année de Médicomagie avait été accepté, elle avait entrepris de rattraper tout son retard. Elle avait réussi à récupérer des cours d'un élève de troisième année - contre quelques gallions - et son père avait accepté de lui donner la somme pour l'inscrire à Vitmagic pour avoir des cours supplémentaires dans les matières comme les potions ou les sortilèges. Elle avait organisé ses journées autour de ses séances de travail, elle allait à la bibliothèque magique de Londres pour ses journées théoriques et restait chez elle pour la pratique. Elle faisait du 8 heures - 20 heures, tous les jours, voire du rab certains soirs. Cela lui laissait assez peu de temps libre, sachant qu'elle devait aussi faire les courses, son ménage et se ménager du temps pour James mais elle savait que c'était nécessaire. D'excellents élèves arriveraient en Médicomagie l'année prochaine et elle voulait être à la hauteur, prendre de l'avance, c'était une bonne chose. Elle n'avait pas passé les ASPICS correspondants alors elle avait quasiment deux ans de cours à rattraper. Idéalement, elle serait même retournée à Poudlard mais bon, ce n'était pas possible... Quoiqu'il en soit, pour l'instant, elle tenait, malgré la fatigue et la saturation des fois.

Elle s'efforçait d'avoir des moments de répit, comme cette soirée en amoureux avec James. Elle avait arrêté de travailler un peu plus tôt pour faire des courses afin d'avoir de quoi manger ce soir et puis pour se préparer, se faire un peu jolie. Elle avait mis une jupe et elle avait essayé de se mettre du crayon noir : elle avait raté et s'en était mis dans l’œil, du coup, elle avait renoncé. Elle espérait qu'il n'avait pas remarqué ses yeux rouges en arrivant... Ils s'étaient embrassés et installés sur le canapé, pour papoter tranquillement, jusqu'à ce que le drame arrive. Quand il installa ses grandes jambes sur sa table basse, elle eut tout de suite un soupir agacé. Elle lui avait déjà dit mille fois !

- Vire tes pieds de là.

Elle repoussa ses mollets avec sa main en se redressant. Élevée par un militaire, elle était un peu psychorigide sur certaines choses. Par exemple, elle ne laissait jamais son canapé-lit déplié : tous les matins, elle le rangeait et tous les soirs, elle refaisait son lit au carré avant de dormir. Elle aimait bien quand son petit appartement était rangé, surtout que dans un studio, cela faisait vite catastrophique. Elle était en train d'épousseter la table pour enlever la poussière imaginaire des chaussures de James quand il dit quelque chose qui l'interpella. Cessant son mouvement, Marlene le regarda avec surprise expliquer qu'il rentrait chez lui bientôt pour se changer avant sa soirée. Ce n'était pas ce qu'elle avait prévu, elle...

- Bah euh... Je pensais qu'on resterait tous les deux ?

D'habitude, elle se couchait plutôt tôt pour être en forme le lendemain mais cette fois-ci, elle avait arrangé son travail pour qu'ils puissent se dégager du temps.

- Comme c'est ma soirée de libre...



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
James avait longtemps supporté Marlene dans sa nouvelle charge de travail. Il se libérait parfois pour aller déjeuner avec elle lorsqu'elle était à la bibliothèque, passait la voir quand elle dînait. Mais voilà les mois étaient passés, et James s'était fortement lié d'amitié avec ses collègues, qui l'avaient un peu charrié, au début, parce qu'il refusait régulièrement de se rendre aux soirées organisées. "T'es pas encore marié mec, va pas t'enchaîner avant ce jour." lui avait conseillé en riant Gowan, récemment marié et père d'un enfant. James n'avait pas tenu compte de cette remarque, mais il était venu une fois, puis deux, puis trois fois... Jusqu'à ce qu'il s'y rende toutes les semaines. "On n'a qu'une seule vie", se répétait-il lorsqu'il culpabilisait de sortir autant "autant en profiter !".

Lorsque Marlene lui lança qu'elle avait pensé qu'ils passeraient la soirée ensemble, James lui jeta un coup d’œil étonné. C'était bien de penser, mais pour prévoir, c'était encore mieux d'en parler à l'autre, songea-t-il.

"Je n'en savais rien, tu ne me l'as pas dit..." protesta James, un reproche dans la voix. "Et puis tu sais que le jeudi c'est le soir où je sors avec mes collègues de la caserne." poursuivit-il. "En plus j'ai promis à Ethan d'arriver un peu plus tôt pour l'aider à tout installer donc..."

Il esquissa une grimace d'excuse à Marlene. L'option d'annuler sa soirée pour rester avec sa petite amie lui traversa l'esprit - ce serait plus correct envers elle, et c'était vrai qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de passer beaucoup de temps ensemble... Ce n'était qu'une seule soirée, contra sa petite voix intérieure, et ils auraient pleins de soirées qu'ils pourraient encore passer ensemble. Et puis, ajouta-t-elle perfide, tu n'as pas te plier à son programme à elle, le tien est tout aussi important. Après tout, c'était elle qui avait décidé de s'imposer une telle charge de travail, mettant ainsi en péril tous les plans qu'ils avaient construit pour leur futur. Se sachant injuste, mais sans pouvoir réellement arrêter d'y penser, James préféra garder le silence.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene perçut le reproche dans la voix de James et fronça un peu les sourcils. Cela lui était apparu comme évident : c'était sa soirée de libre, il passait la voir... Cela sous-entendait qu'ils resteraient tous les deux, non ? C'est pour ça d'ailleurs qu'elle avait fait les courses et racheté des choses pour lui, pour le petit-déjeuner notamment. La plupart du temps, elle était chez lui et Grady mais c'était bien aussi qu'il se sente bien chez elle, même si son studio était plus petit. En tout cas, son petit-ami ne semblait absolument pas considérer de passer la soirée ici. L'évocation de ses sorties avec ses amis de la caserne la pinça un peu, parce qu'elle s'en sentait toujours un peu exclue - elle ne connaissait pas ces gens - et parce que surtout, c'était tout le temps. Alors qu'il les voyait dans la semaine !

- Bah oui mais comme tu passais ce soir et que c'est ma soirée de libre, j'avais pensé que tu resterais... J'ai même acheté la marque de pizza que t'aimes bien.

Ce qu'elle n'aurait pas fait pour elle-même car elle veillait scrupuleusement sur son poids, de peur de devenir trop grosse. Elle l'était déjà bien assez à ses yeux, quand on voyait la taille des filles sur Instamagic... Mais quand elle voyait James, elle voulait bien faire un effort pour ne pas paraître trop pénible au sujet de l'alimentation, elle avait l'impression qu'il n'aimait pas.

- Tu les vois tous les jours, tes collègues de la caserne... Alors que là, on pourrait rester tous les deux.

Elle se décala un peu sur le canapé pour venir se coller à lui, glissant une main sur sa joue un peu râpeuse. Elle lui adressa un sourire.

- Ça serait bien !



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
"Bah, je t'avais dit que je passerai, mais je ne savais pas que c'était ta soirée de libre, donc j'ai fait mes plans de mon côté aussi..." rétorqua James lorsque Marlene lui expliqua qu'elle avait supposé qu'il resterait pour le dîner.

Lui avait supposé qu'ils continueraient à se voir régulièrement, qu'elle se dégagerait plus de temps pour eux, qu'il n'aurait pas à se glisser dans une case horaire de son programme journalier, songea-t-il amèrement. Elle ne pouvait pas lui en vouloir non plus de vivre sa vie, de sortir avec ses amis. Il prit une longue inspiration. Au fond de lui, il savait aussi que, s'il réagissait de la sorte, c'était aussi pour montrer à Marlene que lui aussi avait des projets, qu'il n'était pas dépendant d'elle et de ses plans.

"Ecoute, Marly... Je ne peux pas annuler au dernier moment, ce n'est pas sympa alors que j'ai dit que j'aiderai à l'installation." expliqua-t-il. "Et puis ça fait longtemps que j'ai prévu cette soirée." ajouta-t-il.

Il se sentait à la fois coupable de laisser sa petite-amie, mais, en même temps, il ne se voyait pas céder une nouvelle fois, sans vraiment comprendre les raisons.

"Mais demain ?" proposa-t-il avec un sourire. "Promis, on se fera une petite soirée tous les deux, chez toi. Et j'apporterai même du vin, et ton gâteau préféré !" proposa-t-il avec entrain.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene était plutôt contrariée de voir la soirée qu'elle avait prévu lui échapper. Puisque James passait, elle avait pensé qu'il resterait, c'était plutôt évident surtout que cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas passé la nuit ensemble... Elle était plutôt vexée qu'il préfère ses collègues à elle surtout qu'il passait la journée entière avec eux. Il les verrait demain, de toute façon !

- Mais tu les vois tous les jeudis ! protesta-t-elle. Et puis même, tu les vois tous les jours, tu bosses avec eux...

Ce n'était pas leur cas, parce qu'elle travaillait énormément et avait deux ans de travail à rattraper en six mois, toute seule. C'était monstrueux et elle débordait de ses planning tous les jours, finissant régulièrement tard le soir pour finir ce qu'elle avait prévu pour la journée. Ce n'était pas comme à Poudlard mais jusque là, ils avaient toujours fait attention à se voir alors elle était agacée que les ambulanciers passent avant elle. Elle secoua la tête quand il proposa demain, parce qu'elle avait justement décalé du travail demain pour se libérer cette soirée...

- Mais demain je peux pas, j'ai modifié mon emploi du temps de boulot pour qu'on ait ce soir, justement, comme tu venais... J'ai arrêté beaucoup plus tôt pour aller faire les courses et tout...



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
"Oui, mais ça fait aussi partie de ma vie, maintenant..." expliqua James lorsque Marlene lui fit comprendre qu'il voyait ses collègues tous les jeudis, et même tous les jours à la caserne. C'était vrai. Mais c'était la façon dont il vivait désormais. Alors oui, il sortait plus souvent ; même beaucoup plus souvent. Mais ses amis ambulanciers avaient le même rythme de vie que lui, ce qui ne lui donnait pas vraiment l'impression d'être en décalage. Et puis avec tout ce qu'ils vivaient à la caserne, ils avaient vraiment besoin de décompresser, de prendre du temps pour eux. Il n'y avait qu'avec eux qu'il pouvait parler aussi librement de ce qu'il vivait au quotidien.

"Oui, mais justement Marlene, tu as modifié ton emploi du temps !" rétorqua James en fronçant les sourcils. "Je sais que tu t'organises pour bosser. Mais moi aussi j'ai une vie, et tu peux pas me faire simplement rentrer dans une de tes cases de planning !"

Il avait horreur de ça : il avait l'impression que leurs rencontres étaient forcées ; que, du coup, ils ne se voyaient que quand ils le pouvaient et pas quand ils en avaient envie.

"Maintenant on doit quasiment prendre rendez-vous pour dîner ensemble. Alors non, tu ne peux pas décider toute seule de ces moments." protesta James en croisant les bras sur sa poitrine.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
- Mais moi aussi je fais partie de ta vie ! protesta Marlene.

Elle ne lui demandait pas d'arrêter de voir ses collègues ou de sortir, elle disait juste qu'il les voyait tous les jours alors que ce n'était pas leur cas. Il pouvait rater une soirée, ce n'était pas grand-chose... Surtout que oui, il sortait tout le temps avec eux, ce n'était pas vraiment révolutionnaire de ne pas les voir une seule fois pour passer une soirée en amoureux avec elle. Mais visiblement non, c'était trop demandé à James qui n'avait visiblement pas envie de rester avec elle ce soir. Elle fronça les sourcils lorsqu'il insista sur le fait qu'elle avait modifié son emploi du temps.

- Oh bah excuse-moi d'essayer de nous organiser du temps à deux !

Oui, elle avait besoin de le planifier pour des raisons pratiques, parce qu'elle avait des journées très remplies mais elle ne voyait pas en quoi c'était mal de partir du principe que James ne la visitait pas pour cinq minutes et de libérer sa soirée, justement pour profiter de leur temps en commun !

- Tu passais ce soir alors je me suis dis que c'était l'occasion mais non, visiblement, c'est toi qui me case dans ton planning, entre deux fêtes ou moments avec tes copains !



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
Évidemment qu'elle faisait partie de sa vie, songea James, un peu agacé. Il ne remettait pas du tout en cause l'amour qu'il lui portait, ni même le fait qu'il adorait passer des moments en tête à tête avec elle. Mais lui aussi avait besoin de vivre ses instants de son côté, de trouver un sens à sa vie. Marlene avait la médicomagie, mais lui... Lui avait construit beaucoup de projets avec la jeune femme, et tous étaient tombés à l'eau maintenant qu'elle avait décidé de recommencer ses études.

"Ne fais pas comme si c'était à cause de moi qu'on passe moins de temps ensemble !"

Il était toujours aussi disponible qu'avant. Bon, certes, il avait une vie sociale plus remplie, mais si leurs heures semblaient autant limitées, ce n'était pas entièrement de sa faute.

"Bien sûr." ironisa James. "Rappelle-moi, déjà, qui de nous deux est occupé tous les autres soirs de la semaine ?" il fronça les sourcils, buté. "Et puis, excuse-moi de ne pas pouvoir accourir à chaque fois que tu me siffles quand tu as du temps libre." lâcha-t-il en s'écartant un peu plus de la jeune femme. Il reprit d'un ton un peu adouci : "Tu as tes projets, et je suis très fier que tu t'investisses autant. Mais moi aussi, j'avais des projets." il laissa passer un court silence. "Alors maintenant, oui, j'ai d'autres projets, d'autres centres d'intérêts, tu ne peux pas me le reprocher."
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene écarquilla grands les yeux face au reproche de James. Alors maintenant, tout allait être de sa faute ! Elle ne s'était pas décidée toute seule à postuler en Médicomagie, elle en avait beaucoup parlé avec James, il l'avait soutenue, ils avaient parlé de la charge de travail que cela entraînerait forcément. Elle ne le prenait pas par surprise, c'était injuste de le lui reprocher maintenant. Piquée, elle croisa ses bras sur sa poitrine.

- Arrête, on savait tous les deux que cela serait des mois difficiles !

Surtout qu'elle n'était pas le genre d'élève à pouvoir se reposer sur des capacités innées : elle travaillait beaucoup pour obtenir ce qu'elle avait, elle s'investissait énormément. Pour rattraper son retard, elle devait apprendre énormément de choses et c'était un poids aussi pour elle. Des fois, elle aurait aimé faire autre chose et retrouver le rythme de sa vie d'avant où ils se voyaient régulièrement mais ils avaient pris cette décision ensemble. Pour autant, James semblait brusquement l'oublier au vu des reproches voilés qu'il lui faisait. Quand il l'accusa de le siffler pour qu'il accoure, elle manqua de s'étouffer d'indignation.

- Pardon ?!

Supposer qu'ils passeraient la soirée ensemble parce qu'il venait la voir, c'était le siffler pour qu'il accoure ? C'était vraiment ainsi qu'il imaginait sa manière de le voir, de voir leur relation ? Comme une distraction ? Le ton plus doux qu'il adopta par la suite ne suffit pas à faire redescendre Marlene qui était déjà énervée. Qu'il rappelle qu'elle avait dû repousser leurs projets communs en raison de ses études la fit bondir du canapé pour s'éloigner de lui, les bras toujours croisés.

- Oh bah oui, c'est moi la grande méchante, évidemment ! Tu crois que moi, je n'ai plus de projets pour nous ? Non, James, j'essaye de faire au mieux pour tout combiner ! Oui, j'ai moins de temps qu'avant mais pour autant, j'essaye de nous garder du temps, des plages mais toi, par contre, tu refuses de décaler une seule soirée, à laquelle tu vas toutes les semaines, avec des gens que tu vois tous les jours ?




James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
Bien sûr qu'il savait ce serait des mois difficiles - à vrai dire, les prochaines années allaient être difficiles. Bien sûr qu'ils en avaient parlé. Et, par Helga, James n'en voulait pas à Marlene d'avoir choisi cette voie, si ardue et pourtant qui lui sied si bien. Il l'enviait presque d'avoir trouvé sa voie, alors que lui nageait en plein doutes. Pour autant, leur relation avait dû radicalement changer, et elle ne pouvait pas lui vouloir d'avoir des difficultés à s'y ajuster.

James se leva à son tour, outré du reproche - à présent très clair - de sa petite-amie. Gardant les bras croisés contre son torse, il la toisa en secouant la tête.

"Je n'ai jamais dit que c'était toi la "méchante" !" fit-il en mimant des guillemets avec ses doigts. "Mais ce n'est pas la question de décaler une seule soirée !" protesta-t-il en commençant à faire les cent pas dans la pièce. "J'ai décalé tous mes projets de vie pour toi." lâcha-t-il finalement. "Ce qu'on avait prévu, Marlene, c'était censé arriver là, maintenant. Pas dans dix ans quand tu auras terminé tes études. Et je suis heureux pour toi, vraiment." ajouta-t-il rapidement, de peur qu'elle ne pense qu'il lui reprochait son choix de réorientation alors que ce n'était pas le cas. "Mais moi, ces projets, c'était tout ce que j'avais pour mon futur. Alors oui, désolé, mais j'ai besoin, aussi, de me construire en dehors de toi." Il cessa ses allers-retours dans le salon.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene eut une légère moue lorsque James répondit qu'il ne faisait pas d'elle la méchante de l'histoire. Elle en avait l'impression pourtant, lorsqu'il disait que c'était elle qui avait complètement changé la donne dans leur relation... Ils en avaient parlé, longuement parlé, il l'avait soutenue dans cette démarche qui n'était pas évidente au début. Elle avait beau sortir de Serpentard, l'ambition n'avait jamais été son fort... Mais sa colère retomba un peu lorsque James lâcha qu'il avait décalé tous ses projets de vie pour elle. C'est vrai, ils avaient rêvé à pas mal de choses tous les deux... Ils voulaient acheter une maison, pas très chère, et la rénover petit à petit pour qu'ils puissent être propriétaires assez jeunes. Ils avaient tous les deux été élevés dans l'idée que c'était important, d'avoir une sécurité financière, ils venaient de milieux plutôt prolétaires et ils faisaient attention à l'argent. Occuper ses week-end à faire des travaux était une possibilité, avant, plus maintenant qu'elle devait travailler énormément pour obtenir son diplôme. Elle devait se consacrer à autre chose. Mais c'est vrai que James, même s'il l'avait soutenue dans cette idée, n'avait pas changé de projet, lui.

- Oh...

Elle était plus gênée qu'autre chose, désormais. Elle avait l'impression que la discussion dépassait largement la simple question de se voir ou non ce soir et l'idée d'avoir une conversation aussi profonde l'angoissait un peu. Elle fit quelques pas vers James, les joues un peu rouges.

- Nos projets ne sont pas décalés de dix ans... protesta-t-elle faiblement. Cinq ans, tout au plus... Et puis peut-être qu'on pourra quand même faire des choses avant, les trois premières années de Médicomagie sont très intenses mais la spécialisation c'est un peu différent... Elle tendit la main pour glisser ses doigts contre les siens. Et puis on peut avoir des projets différents en attendant... Moi non plus je n'ai pas envie qu'on mette notre avenir sur pause pendant cinq ans, tu sais.



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
Le "oh" de Marlene eut pour effet de faire tomber la colère de James. A son ton, le jeune homme su qu'il avait été un peu trop loin, surtout qu'il avait gardé pour lui depuis quelques mois maintenant tout ce qu'il venait de lui dire. Mais c'était un soulagement, dans un sens, car l'ambulancier avait senti à plusieurs reprises que cela l'éloignait au fur et à mesure de sa petite-amie. Cette conversation aurait dû avoir lieu bien plus tôt, songea James. Mais s'il n'avait pas été réparti à Gryffondor, ce n'était pas pour rien : le courage n'était pas sa première qualité, surtout lorsqu'il s'agissait de parler de ses sentiments. Il avait préféré laisser le vase se remplir, encore et encore... Jusqu'à la goutte d'eau.

"Moi non plus, je n'ai pas envie qu'on se mette en pause pendant cinq ans." reprit James en se rapprochant de Marlene. "Mais, soyons honnêtes, ce qu'on avait prévu ne pourra sûrement pas arriver avant quelques années. Et ce n'est pas grave, on ne fait que repousser, mais..." il laissa passer quelques secondes de silence. "Mais moi, j'ai besoin de trouver autre chose en attendant. Je ne dis pas que je vais passer mes soirées dans des bars pendant les cinq prochaines années !" affirma-t-il en riant, avant de reprendre, plus sérieux. "Mais c'est aussi une partie de ma vie, maintenant. Pour l'instant, je m'y épanoui. En attendant de trouver quelque chose de plus... concret. .

Il attrapa la main de Marlene et caressa pensivement sa paume avec son pouce.

"Alors, pour que les cinq prochaines fonctionnent, j'aimerai qu'on prévoit ensemble notre temps, nos moments." lança-t-il finalement. Marlene avait besoin de planifier les choses, et il n'était pas contre, tant qu'il avait son mot à dire sur la situation. "On pourrait le noter ! Bon, par contre, il faudra que ce soit moi qui garde le papier, sinon tu vas encore le perdre, comme notre planning en septième année..." taquina James.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
La tension semblait être retombée entre eux et Marlene se sentit un peu moins oppressée. Ils étaient capables d'avoir de terribles disputes, ils en avaient eu avant même de se mettre ensemble. C'était leur mode de communication. Ils avaient essayé de changer cela en devenant en couple mais des fois, c'était juste plus fort qu'eux et ils se laissaient emporter. Cette fois-ci, ils avaient su gérer la pression et c'était une bonne chose. James s'était rapproché d'elle et adoptait un ton plus doux.

- On peut quand même faire des choses... protesta-t-elle faiblement lorsqu'il lui dit qu'ils ne pourraient pas réaliser leurs projets avant quelques années.

Elle ne partait pas au bagne non plus. Elle avait beau vouloir comprendre James, elle n'aimait pas l'idée qu'il la remplace par des bars et des sorties entre amis, comme s'il n'était plus capable de s'amuser avec elle ou avait besoin de la fuir. Elle n'aimait toujours pas l'idée que cela prenne sur leur temps précieux. Elle garda les yeux baissés, sans répondre, pour ne pas aggraver le débat et relancer leur dispute. Il vint prendre sa main dans la sienne et elle daigna relever la tête pour le regarder.

- Tu as raison, il faut qu'on prévoit, qu'on se garde des moments... Parce que moi aussi je veux que ça marche, je n'ai pas envie qu'on arrête... Sa petite plaisanterie lui tira un sourire et elle secoua la tête. D'abord, c'est toi qui a perdu ce planning. Et on aura juste à le mettre sur nos frigos... Même si elle ne comptait pas oublier les moments où ils étaient censés se voir.

Marlene se hissa sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser, l'invitant à glisser ses mains autour de sa taille. Lorsqu'ils se séparèrent, elle se blottit dans ses bras, parlant contre son torse.

- Tu sais, avant de me lancer pour déposer ma candidature, j'avais peur que ça nous fasse du mal... Parce que c'était un changement de rythme certain. Il faut qu'on continue à faire des choses et à avoir des projets... On ne pourra peut-être pas acheter de maison tout de suite mais on pourrait vivre ensemble quand même, à un moment...



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
Les esprits semblaient enfin calmés. C'était rare, songea James, qu'une de leur dispute soit si vite désamorcée. James et Marlene n'étaient pas les as de la communication, même s'ils essayaient de faire des efforts. La plupart de leurs disputes se terminaient dans les cris, parfois les pleurs, et souvent avec quelques portes claquées. Oh, ce n'était pas une grande surprise, surtout lorsqu'on se souvenait de la relation qu'ils entretenaient avant d'être en couple.

"Je ne perds jamais rien." contra James avec un sourire qui respirait la mauvaise foi. Cela dit, il était vrai qu'il n'avait jamais perdu ce satané papier qui avait visiblement simplement disparu de la circulation.

Le jeune homme répondit au baiser de sa petite-amie et glissa ses mains autour de sa taille pour la rapprocher un peu plus de lui. Il regrettait à présent son coup de colère, même s'il savait que cette conversation leur ferait le plus grand bien. Oui, bien sûr, leurs projets étaient repoussés à quelques années, mais ce n'était pas pour autant qu'ils ne pouvaient plus faire de plans, même si ces derniers devaient forcément être moins ambitieux, compte tenu de la situation. Ils pouvaient toujours partir en vacances ensemble, passer des soirées en amoureux et... Et, habiter ensemble ? James baissa les yeux vers Marlene, comme pour vérifier qu'elle ne plaisantait pas. Ce n'était pas une idée incongrue, après tout. Marlene passait déjà tout leur temps chez James et même Grady s'était habitué à sa présence.

"Ca me paraît être une idée tout à fait raisonnable." souffla James avec un grand sourire en embrassant le front de la jeune femme. Au final, ils vivaient presque déjà ensemble... Une idée lumineuse lui traversa l'esprit, qu'il ne tarda pas à partager : "Hé... Et si tu venais t'installer à Bristol pour le moment ? C'est presque déjà comme si tu vivais là-bas, après tout... On pourrait t'installer un bureau dans ma chambre et tu aurais plein de temps pour travailler, comme je passe presque tout mon temps à l'hôpital." affirma-t-il. "Et puis, comme ça, Grady et toi, vous pourriez continuer à fondre en larmes devant vos émissions... Et je pourrais continuer à faire comme si je ne voyais rien." lâcha-t-il avec un sourire malicieux. "Tu dois avouer que ce serait chouette..." finit-il en lui replaçant une mèche rebelle derrière l'oreille.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
- C'est ça, oui, répondit Marlene en secouant la tête lorsque James affirma qu'il ne perdait jamais rien.

Rien à part sa tête... Elle, elle ne perdait jamais rien ! Son appartement impeccable en était la preuve, elle était même un peu maniaque. Ses bibelots dans sa bibliothèque étaient espacés d'une certaine façon et elle avait un placement particulier pour les coussins sur son canapé. Et surtout, elle avait pris tellement à coeur son poste de préfet-en-chef qu'elle n'aurait jamais pris le risque de perdre un tel document, révélant alors à tous les petits délinquants de Poudlard comment éviter les rondes de tous les préfets de l'école. Mais elle n'insista pas sur le sujet, contente qu'ils se réconcilient un peu. James la serrait dans ses bras et elle y était bien, toute apaisée. Surtout qu'il semblait apprécier son idée, la qualifiant de tout à fait raisonnable. Elle aimait bien l'idée qu'ils vivent ensemble, pas tout de suite évidemment, mais qu'ils se fassent un petit cocon tous les deux, en amoureux. C'était l'objectif qu'elle avait en tête. Mais son petit-ami en avait un bien différent : elle écarquilla les yeux lorsqu'il lui proposa de venir s'installer à Bristol, avec Grady et lui. Il semblait déjà avoir réfléchi au projet : mettre un bureau dans sa chambre et partager des programmes télé avec son meilleur ami (c'est vrai qu'ils avaient des goûts en commun, mais quand même...) Un peu gênée, Marlene se détacha des bras de James.

- Je ne sais pas si c'est une bonne idée de le faire maintenant... Je veux dire, je passe mes journées à travailler et c'est bien d'avoir mon espace pour m'organiser au mieux... Et puis ta présence me déconcentrerait, ajouta-t-elle avec un sourire malicieux. Ça me rend très nerveuse de préparer cette entrée en Médicomagie, je râle même sur les enfants qui jouent dans le parc en bas... Je ne sais pas si ça serait bon pour nous de le faire maintenant. Peut-être plus l'année prochaine ?

Elle n'ajouta pas qu'elle préférait vivre à deux et pas faire une sorte de ménage à trois avec Grady...



James CarterAmbulancier magiqueavatar
Messages : 285

Voir le profil de l'utilisateur
James fit semblant de s'offusquer face à la réponse de Marlene. Il était peut-être un peu désorganisé, mais son désordre était en réalité très ordonné pour lui - il retrouvait toujours ce qu'il cherchait, même s'il était conscient que tout le monde n'empilait pas ses factures sous son lit. Après tout, disait James à ceux qui lui faisaient la remarque, il n'avait jamais oublié de régler l'une de ses factures, et c'était bien le principal, n'est-ce pas ?

Bien sûr, s'il devait vivre avec Marlene, certaines de ses habitudes devraient radicalement changer. Sa petite-amie était plutôt maniaque - elle aimait par exemple lorsque les objets étaient positionnés d'une telle façon et pas d'une autre. Au contraire, James déplaçait son mobilier au gré de ses envies : la semaine dernière, Grady et lui avaient entièrement modifié l'organisation de leur salon pour éviter que le soleil ne se reflète sur leur télévision en fin de journée.

Mais de toute évidence, son emménagement avec Marlene ne se ferait pas avant encore plusieurs mois. Le jeune homme ne pu s'empêcher de soupirer légèrement face à cette décision et se détacha de sa petite-amie. S'il était tout à fait raisonnable, James devait reconnaître que la proposition de Marlene était plus correcte. Il se trouvait simplement frustré de voir une nouvelle fois leurs projets repoussés.

"Ouais..." finit-il par lâcher en s'adossant à la table derrière lui. "Pas sûr que l'année prochaine soit plus propice à un emménagement, entre ta première année de médicomagie et mes gardes d'ambulancier." contra-t-il aussi. "Enfin... On verra sur le moment." proposa-t-il, bien décidé à ne pas lancer un nouveau conflit, qui de toute façon, n'aurait pas de fin.

Il n'avait plus envie de se battre avec Marlene pour ce soir. Leurs disputes - souvent violentes, souvent enflammées - étaient une composante de leur relation bien avant qu'ils ne soient en couple. Ils avaient tous les deux des caractères bien trempés, et étaient surtout têtus, ce qui n'améliorait rien.

"Je te propose un marché, pour ce soir." lança James avec un sourire. "On va au before de ma soirée, et on rentre ici après ? Ca ne devrait pas finir tard, normalement, et au pire on sera partis pour 23h, maximum. Promis. Allez, mes amis meurent d'envie de te rencontrer..." fit-il en battant des cils avec exagération pour la supplier.
Marlene BarclaySage-femmeavatar
Messages : 405

Voir le profil de l'utilisateur
Marlene sentit qu'elle avait un peu déçu James mais n'osa rien ajouter. Elle ne se voyait pas déménager maintenant à Bristol, dans leur colocation de garçon, cela ne serait sûrement pas bon pour son année de travail. Elle avait fixé un véritable planning et cela lui tenait à cœur de le respecter. Quand elle ne le faisait pas, elle se sentait angoissée et elle gérait mal son angoisse. Pour autant, son petit-ami n'avait pas tort lorsqu'il disait que l'année prochaine ne serait pas miraculeusement légère pour eux deux, ils auraient tout de même des obligations importantes. Mais elle n'avait pas envie de plomber un peu plus leur soirée ou bien de se disputer plus en profondeur, alors elle prit le parti de l'optimisme.

- Bah pourquoi pas ! On pourra essayer de trouver du temps, je réviserai sur des cartons ! proposa-t-elle avec un sourire.

Puis l'année prochaine, ça ne voulait pas forcément dire septembre ou février. Cela pouvait être en juin, après les examens... Elle aurait forcément plus de temps, James aurait des vacances alors cela pouvait être un créneau possible. Ils verraient bien le temps venu mais cela lui semblait bien. Ils semblaient tous les deux prompts à faire des concessions ce soir puisque James lui fit une proposition qui lui tira un grand sourire. L'accompagner à sa soirée ? Elle était flattée ! Elle se sentait toujours un peu exclue de ce genre de célébrations et, pour être honnête, elle n'y était jamais à l'aise. Mais qu'il ait envie de l'emmener, cela lui faisait plaisir. Ravie, Marlene hocha la tête.

- Ça me va !

Elle fit un pas vers lui pour lui voler un baiser. Il avait tout de même envie de passer du temps avec elle, cela la rassurait... Et puis, s'ils ne rentraient pas trop tard comme il le promettait, ils auraient leur soirée en amoureux.

- Ça me fait plaisir que tu me proposes, confessa-t-elle avec sincérité, sans se départir de son sourire.



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Thunder [Marlene & James]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hansel & Gretel ? Non, James & Marlène ! •• Mission
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-