AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Another night [Ignacio & Robin]

Ignacio WalkerMembre des Veilleursavatar
Messages : 6

Voir le profil de l'utilisateur
25 avril 2010

"Un dernier verre pour le retour ?" proposa Ignacio avec un sourire affable aux trois hommes qui étaient encore accoudés au bar.

Le plus jeune d'entre-eux releva la tête et lui lança un regard vitreux. Il paru faire un effort immense pour se redresser et monta son bras à hauteur de son visage pour pouvoir jeter un coup d’œil à sa montre.

"5h40 ?! Oh bordel de troll, ma femme va me laminer." souffla-t-il en laissant tomber sa tête entre ses mains.

"Ouais, ressers donc un verre au petit." intervint l'homme à sa gauche en riant bruyamment.

Ignacio s'empara de la bouteille de whisky et remplit les trois verres avant de les pousser vers ses clients. Ses derniers les descendirent d'un coup, avant de s'extirper tant bien que mal des tabourets du bar, se retenant au comptoir pour éviter de tituber. Le plus jeune se dirigea vers la sortie, accompagné de celui au rire gras. Le troisième, dont les cheveux commençaient déjà à blanchir, ouvrit son portefeuille et retourna la note tel un habitué. Il écarquilla les yeux devant le montant mais reprit bien vite contenance. Il se racla la gorge, et fouilla dans sa bourse - ceci dit bien remplie. Gallions et Mornilles furent vite déposés sur le comptoir, qu'Ignacio compta rapidement.

"Tenez, garder le reste pour vous." indiqua l'homme en refusant la monnaie qu'Ignacio allait lui rendre.

"Merci." répondit le barman en acceptant l'offre. "A bientôt !" lui lança-t-il alors sur son client s'éloignait.

Une fois seul, Ignacio saisit sa baguette et ensorcela des éponges pour nettoyer verres et comptoir - qui avait essuyé quelques gestes malheureux et était à présent imbibé d'alcool. Il s'empara d'un torchon et essuya pensivement les verres propres. Son service touchait à sa fin ; dehors, le soleil commençait déjà à chasser la lune. La soirée s'était déroulée sans encombre - si on oubliait l'homme un brin trop éméché qui avait été escorté dehors par la sécurité vers 1h du matin. Comme à chaque fois qu'il était derrière ce bar, Ignacio ne voyait pas le temps passer : la clientèle des Folies était si nombreuse et si dense, qu'il n'avait que peu de moment de répit. Et, lorsqu'il en avait, il pouvait toujours en profiter pour prêter attention à la scène du cabaret et notamment aux effeuillages et autres danses plus légères...

Plongé dans ses pensées, ce fut un mouvement dans la salle - désormais si calme - qui attira son attention. Il découvrit sans surprise le visage de Robin MacFarlane ; il l'avait déjà aperçu pendant la soirée. Robin et Ignacio se connaissaient depuis qu'il avait pris le poste de barman aux Folies Sorcières. Les deux sorciers ne pouvaient décemment pas se considérer comme des amis - bien qu'Ignacio trouvait Robin très jolie, et indéniablement de bonne compagnie certains soirs... Leurs envies respectives les avaient donc régulièrement conduit dans le lit de l'un et de l'autre, sans pour autant qu'ils ne ressentent un attachement majeur l'un envers l'autre. A vrai dire, Ignacio n'était pas vraiment intéressé par une quelconque relation, encore moins avec Robin, toute jolie, toute danseuse qu'elle était. Ce n'était pas pour cela qu'il était complètement désintéressé, loin de là, songea-t-il en faisant glisser ses yeux sur les courbes de la danseuse qui approchait.

"Bonne soirée ?" questionna-t-il, un sourire en coin.


Robin MacFarlaneDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 84

Voir le profil de l'utilisateur
Robin ôta ses talons hauts avec un soupir de contentement : Enfin ! Elle massa ses pieds endoloris quelques instants et les glissa  dans sa si confortable paire de Dr. Martens  élimée. Après sa représentation de Broom Dance, elle avait passé une grande partie de la soirée en salle pour pousser les clients à la consommation. Nombreux étaient les hommes d’affaires qui appréciaient de passer du temps avec les jolies danseuses des Folies sans forcément souhaiter rejoindre l’Aile Ouest en leur compagnie. Robin avait donc passé une grande partie de la nuit à la table d’investisseurs étrangers de passage en Grande Bretagne. Des chiliens ou des péruviens, elle ne savait pas vraiment, mais elle avait placé les quelques mots d’espagnol qu’elle connaissait pour la plus grande joie des promoteurs charmés par son accent anglais. Elle en avait fait des tonnes mais, vu le  montant élevé de son pourboire, elle ne regrettait pas.

La jeune femme enfila son perfecto en cuir par-dessus sa tenue de travail –elle avait la flemme de se changer- et quitta la loge vide non sans jeter quelques regards autour d’elle. Depuis son agression, elle n’était pas tranquille et elle avait développé de nouveau reflexe –pour ne pas dire une certaine paranoïa- dès qu’elle se trouvait seule.
La jeune femme s’assura donc que  le couloir était bien désert avant de prendre lentement  la direction de la sortie en comptant ses galions durement gagnés. En effet, elle n’était pas pressée ce soir: Matthew avait passé la nuit chez leur père, Dustin était encore en mission à l’autre bout du monde et James –un gars mignon qu’elle avait rencontré en soirée quelques jours plus tôt-  n’avait pas répondu à son message de la veille. Elle n’était pas désespérée au point de le relancer !

Quoiqu’il en soit, personne ne l’attendait chez elle, hors,  elle n’avait pas vraiment sommeil.
Dilemme, se dit-elle en s’immobilisant devant la sortie du personnel. Elle n’avait pas envie de retrouver son appartement vide aussi se ravisa-t-elle. La jeune femme fit demi tour et bifurqua sur la gauche pour rejoindre la salle de spectacle. Ignacio était de service et elle espérait bien se faire payer un dernier verre avant de partir, et pourquoi pas, faire durer un peu la soirée. Bien que le barman ne soit pas le gars le plus intéressant  de la terre il possédait certains atouts, et certaines compétences,  non négligeables… Les deux collègues avaient déjà passé quelques bons moments ensemble et cette relation sans attache semblait leur convenir parfaitement l’un à l’autre. Robin pénétra donc dans la pièce sans aucune appréhension -si Ignacio était disponible tant mieux, sinon tant pis. Elle traversa l’espace encombré de tables encore garnies de coupes vides, de seau à champagne et de cotillons et se laissa choir sur l’un des tabourets du bar.

« Terriblemente aburrido pero lucrativo » répondit-elle à la question du barman. Elle laissa passer quelques secondes de silence avant d’ajouter en guise d’explication :
« … J’étais avec les péruviens. »
Robin désigna de son regard charbonneux l’alcôve où les hommes d’affaires s’étaient installés quelques heures plus tôt et reporta son attention sur son collègue sexy.

« Tu nous sers un dernier verre ? » proposa-t-elle en s’accoudant au comptoir. Elle balaya du regard les bouteilles de Whisky en quête d’un bon malt et poursuivit : Et toi ? ça a été ? Il y a eu un peu de grabuge vers 1h du matin, non ? »

L’affaire avait vite été étouffée par le service de sécurité des Folies. Les Veilleurs avaient escorté l’individu indésirable jusqu’à l’extérieur du cabaret dans la plus grande discrétion mais l’échauffourée n’avait pas échappé à Robin.


Ignacio WalkerMembre des Veilleursavatar
Messages : 6

Voir le profil de l'utilisateur
Ignacio haussa un sourcil face à la réponse espagnole de Robin, avant d'acquiescer avec un sourire amusé lorsqu'elle l'informa de la nationalité de ses compagnons de nuit. Robin était une très belle femme, aux talents de danseuse incontestables et ainsi il n'était pas rare de la voir arpenter les Folies, poussant à la consommation les hommes désireux de passer un peu de temps en sa compagnie. Les femmes étaient formées de telle façon à plaire aux hommes, alors autant employer cela à des fins judicieuses, n'est-ce pas ?

"On l'aura bien mérité." approuva Ignacio lorsque sa collègue lui proposa de prendre un dernier verre. Il sélectionna un bon whisky et le versa dans un verre qu'il fit glisser vers elle, avant de s'en servir un à son tour. Il prit une gorgée du liquide ambré qui lui réchauffa la gorge et lui tira un sourire satisfait.

"Oh, ouais, seulement un gars qui ne tenait pas l'alcool et qui a commencé à chercher des embrouilles auprès du PDG de la Gazette." répondit-il en haussant les épaules. On voyait souvent des scènes comme celles-ci aux Folies Sorcières, mais ces affaires étaient bien vites étouffées par la sécurité, qui n'hésitait pas une seule seconde à escorter à l'extérieur les esprits les plus enflammés, protégeant ainsi les pépites de la clientèle. "Y a rien de pire qu'un homme qui s'écroule avec un whisky." commenta-t-il avec un air dédaigneux. Chez lui, on reconnaissait les hommes, les vrais, pour deux choses : leur capacité à boire sans se mettre à se comporter comme une gonzesse, et leur habilité à gérer leurs problèmes seuls.

Ignacio avala une seconde gorgée de sa boisson, avant d'ensorceler les verres propres qui traînaient sur le comptoir pour qu'ils aillent se ranger docilement sur les étagères. Malgré la longue nuit qui s'achevait, il n'avait pas sommeil pour autant, et se sentait bouillant d'énergie. Demain soir - ce soir, en réalité, se corrigea-t-il mentalement - Solal lui avait confié une mission de filature et l'adrénaline commençait déjà à couler dans ses veines - l'attrait de la paye qui allait avec n'y était pas pour rien. Encore mieux : ce soir, il la jouait solo. Il bossait parfois avec Juan, pour les filatures, mais cette fois-ci son collègue était occupé par une autre mission. Tant mieux, car si Ignacio admirait les talents de Juan pour forcer toutes les serrures qu'il rencontrait, il trouvait son indécision tout simplement insupportable. C'était l'un de ces hommes qui critiquait les actions et les décisions des autres mais seulement après qu'elles aient été exécutées ou prises. Un monday morning quaterback comme disaient les moldus de New York.

"Quoi de prévu pour cette fin de soirée ?" interrogea-t-il en détaillant des yeux la tenue de travail de sa collègue "Y a un péruvien qui t'attend dehors ?"


Robin MacFarlaneDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 84

Voir le profil de l'utilisateur
Ignacio commençait à connaitre ses goûts en matière d’alcool puisqu’il sélectionna, sans lui demander sa préférence, un bon whisky qu’il lui servit sans glace comme elle l’appréciait. Sa bouche encore maquillée se fendit d’un sourire tandis qu’elle murmurait un « Merci ». Le jeune femme huma les effluves corsés du breuvage irlandais et trempa  le bout de ses lèvres pour en boire une infime gorgée. Elle comptait bien faire durer un peu ce moment de détente songea-t-elle en écoutant les explications d’Ignacio.

« Ah oui. J’ai vu qu’il y avait plusieurs dirigeants et  rédacteurs de la Gazette à la table 12, dit-elle distraitement en commençant à ôter une à une les invisibles qui retenaient son chignon, Ils étaient avec ce petit gros bedonnant du Ministère, Bannerman, du service com’… » La jeune femme haussa légèrement les sourcils comme pour laisser le soin à Ignacio d’interpréter ses propos. Ou plutôt son silence qui était nettement plus lourd de sens que ce qu'elle venait de dire.

Journal, ministère… Le lien était vite fait. Il faut dire que les employés du cabaret avaient une place de témoin privilégié. Ils pouvaient observer, à leur guise, les grands de ce monde. Bon nombre de contrats ,de négociations ou d’accords se scellaient aux Folies que ce soit au bar, autour d’un verre, où dans l’aile ouest, auprès des filles. Les employés étaient parfois au courant, avant tout le reste de la population magique, des nouvelles réformes ou encore de tractations exercées par des puissants lobbyistes. Toutefois, il était de leur devoir de rester discrets concernant ce qu’ils voyaient au sein de l’établissement. C’était le prix à payer pour conserver son poste ici, Robin l’avait parfaitement bien compris et Ignacio aussi visiblement.

Elle savait qu’il travaillait, lui aussi, pour les Veilleurs, sans toutefois savoir concrètement en quoi consistait ses missions. Robin occupait une place minime au sein de cette organisation et elle ne posait pas de question sur les actions menées par les autres membres du gang. Elle se contentait de faire son job, à savoir démarcher des clients pour le trafic de baguettes et tenter de remettre la main sur Son Pire Cauchemar. Elle n’échangeait,  sur ces affaires là, qu’avec quelques personnes triées sur le volet: Fergus avec lequel elle entretenait des  relations tendues depuis l’agression, Evan qui était officiellement son binôme attitré pour l’aider dans la traque de ses agresseurs et Roy, le boss. Personne d’autre. Si certain des employés se montraient parfois un peu  trop curieux elle les envoyait poliment se faire voir ! Toutefois, Ignacio ne semblait pas faire partie de ces individus. Au contraire, il paraissait tout aussi déterminé qu’elle à cloisonner hermétiquement les différents pans de sa vie, ce qui convenait parfaitement à la danseuse.  
Dans son cas, Ignacio était soigneusement rangé dans deux cases : La case « collègue de boulot »  qui impliquait forcément quelques échanges sur les sujets de conversations suivants :  La météo, l’affluence aux Folies ou encore le dernier dérapage public de Mildred Magpie , et la case « Bon coup »  qui, pour être honnête, n’impliquait pas vraiment de conversation, si ce n’est convenir de l’heure et du  lieu d’un rendez-vous.

Son collègue ne tarda pas, d’ailleurs, à évoquer à demi mot leur éventuelle fin de soirée commune. Il questionna « innocemment » Robin sur ses projets pour les heures qui suivaient ce à quoi elle répondit par un sourire énigmatique. Ignacio savait parfaitement qu’elle était disponible, elle ne se serait jamais arrêtée sinon, mais il se plaisait à flirter, comme tout bon séducteur qu’il était. La jeune femme prit le temps de libérer sa tignasse brune de toutes ses minuscules attaches avant de daigner  lui répondre. Elle passa ses doigts sur son crâne douloureux -son chignon avait tiré sur son cuir chevelu toute la nuit – puis elle reporta ses yeux de biches sur les magnifiques pupilles bleues de son collègue, indéniablement son atout charme majeur.

« Non, pas de péruvien …mais peut-être un barman.» Elle afficha une petite moue, comme si elle faisait mine d’étudier la situation avant d’ajouter, Enfin, sauf s’il a donné son numéro de Pear One à cette jolie sorcière à la robe bleue qui a passé la soirée entière à le dévorer des yeux depuis le comptoir. »

Robin faisait bien évidemment référence à une cliente excentrique bien connue des employés des Folies. Elle venait avec son mari, producteur à la RITM, tous les soirs, et passait le plus clair de son temps à lorgner en direction d’Ignacio…


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Another night [Ignacio & Robin]

Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-