AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Bieraubeurre Quizz... [JR ouvert à tout le Monde]

Aller à la page : Précédent  1, 2
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1251

Voir le profil de l'utilisateur
Madame Rosmerta

Mandat ou pas, la gérante des trois-balais détestait la manière de procéder de cette jeune et arrogante chef de la Milice. N'y avait-il pas un lieu plus propice pour cueillir un jeune suspect? Au pire, pourquoi ne pas attendre que Curtis soit isolé plutôt que d'offrir cette honteuse mise en scène devant un parterre d'innocents? La Milice semblait vouloir se faire mousser, au détriment des Bierraubeurre dont la mousse retombait tristement dans les choppes de sa jeune clientèle hallucinée et immobile. Cherchaient-ils à impressionner la jeunesse? Les effrayer avec leur attitude de grands sorciers justicier? Jadis, même les détraqueurs avaient fait preuve de plus de discrétion quand il avait s'agit de farfouiller son établissement. En s'attaquant au jeune Curtis, la Milice s'en prenait ouvertement à la renommé et la quiétude de son bar! Après cela? Qui osera franchir les portes de son pub pour participer à un Quizz ou boire une bonne mousse? Absolument personne... La rumeur allait se répandre comme une trainée de poudre, et sa clientèle disparaitre comme le foi d'un alcoolique rongé par l'alcool...

Rosmerta éprouva une rancœur viscérale pour la froideur inhumaine dont faisait preuve la chef milicienne. Comment pouvait-elle réciter sa terrifiante petite leçon comme un automate, sans même se soucier des répercussions et des traumatismes que cela engendrer? Comment pouvait-on fanfaronner de la sorte quand il ne s'agissait de venir à trois pour arrêter un vulgaire gamin apeuré qui venait de se pisser de trouille dessus.... C'était lamentable et Dame Rosmerta mourrait d'envie de sermonner cette garce qui malgré son jeune âge se croyait au-dessus de tout. Sans même observer le mandat, et écouter le récital de la Milicienne ; Rosmerta dégaina sa baguette, avant de s'interposer entre la porte de sortie et le milicien qui trainait Curtis. Fusillant du regard l'arrogante Milicienne, elle lui asséna son ressenti et la loi qui régissait son établissement.

"Vraiment? Je n'ai aucunement été averti de votre intervention! Vous entrez et vous interpellez un pauvre garçon sans même vous soucier des traumatismes qu'une telle action peut générer dans l'esprit de ma jeune clientèle! Regardez un peu autours de vous, jeune bécasse! Qui voyez-vous? "

D'un geste circulaire de la tête, Dame Rosmerta désigna la masse silencieuse de ses jeunes habitués.

"Moi, je vois plein d'enfants mineurs! Plein de témoins innocents et traumatisés par votre amateurisme écervelé! Avez-vous pensé aux traumatismes engendré par de telles méthodes!? Sans vous parler de la réputation de mon bar et du manque à gagner infligé par votre stupidité! Sachez que ce lieu comme ma personne sont sacrés! Vous n'avez absolument rien à y faire! En plus de ma propre responsabilité, tous les élèves que vous voyez ici, sont sous la tutelle et la protection de Poudlard! Demandez donc à la Directrice Mason si elle serait disposée à vous laisser rafler l'un de ses élèves en toute impunité!? Je ne crois pas! Elle dirait même d'aller vous faire foutre... dans un langage certes plus châtié que le mien. "  

En plus d'avoir bu quelques verres de trop, Rosmerta était hors d'elle, sans se rendre compte du danger auquel elle s'exposait inutilement. Rien ne pouvait aller à l'encontre d'un ordre de la Milice, et pourtant l'espace d'une seconde elle s'imagina dans la peau d'une Molly Weasley se dressant au devant de la redoutable Bellatrix Lestrange. Rosmerta n'avait jamais eu la chance de fonder une famille ou d'avoir des enfants, mais pour la première elle ressentit un courage digne d'une mère.

"Je ne vous laisserai pas traumatiser mes clients. La seule menace qui met à mal notre sécurité, c'est la vôtre et celles de vos sbires en laisse! Et certainement pas ce pauvre gamin apeuré! Maintenant, je vous le dis une dernière fois : Dégagez de mon bar, jeune béca... "

Malgré son monologue enflammé, Rosmerta n'eut pas le temps de proférer une dernière insulte, qu'un crépitement sinistre jaillit de la pénombre des Trois-Balais pour la projeter sa baguette, sur les lattes de son plancher encore collant de bierraubeure... Que venait-il de se produire? La gérante de bar ne réalisait pas encore à quel point il était inconscient de se dresser contre des baguettes d'élites aguerris. Elle entendit un cri, celui de sa douce et besogneuse serveuse...

"Nooooooon! Je vous en prie ne lui faites aucun mal! Pitié! Je vous en supplie... "

Soucieuse de protéger l'innocente Hazel ; Rosmerta voulut tendre la main dans sa direction pour la prévenir de ne surtout pas intervenir, alors que la tension était à son comble.

[HJ : J'ai édité la fin de mon post, car je tonksais un peu trop la Milice! ]
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1251

Voir le profil de l'utilisateur

Devendra Dickens, Milicien, 64 ans

Devendra balayait l’assistance de son regard implacable. Sa jeune collègue Avalon n’avait eu qu’une phrase à dire pour imposer le silence aux élèves et leurs capes pourpres avaient fait le reste. Les adolescents semblaient sidérés, voir craintifs pour certains. Danielle Coleman n’avait pas perdu de temps pour procéder à l’interpellation de Curtis Montgomery aidé par Jonathan qui avait récité ses droits au gamin. Tout se déroulait globalement sans accroc. Devendra avait légèrement craint une réaction emportée de l’apprenti terroriste mais Montgomery s’était littéralement liquéfié sur place. Au sens figuré, comme au sens propre.

Toutefois,  le vieux milicien le savait d’expérience, les arrestations dans des lieux publics pouvaient très vite déraper et le grain de sable prit l’apparence de la tenancière du café, Mme Rosmerta qui chercha à s’interposer entre le prévenu et ses collègues. Devendra ne changea pas d’attitude pour autant. Pour le moment, Danielle gérait. Elle le leur avait dit un peu plus tôt : Pas d’esclandre. Elle allait présenter le mandat et remettre la vieille hippie à sa place d’un regard froid. Devendra devait juste s’assurer que la subite rébellion de la tenancière du pub ne donne pas d’idée aux plus jeunes. Il parcourut l’assistance d’un regard impénétrable, comme pour étouffer dans l’œuf  la moindre revendication pseudo héroïque. Il était soulagé de ne pas voir ses petits-enfants parmi les clients ce soir. L’ainé d’entre eux, Terrence était seulement en troisième année et il ne disposait pas encore de l’autorisation de sortie pour Pré Au Lard, fort heureusement d’ailleurs.

Pourtant les Miliciens n’avaient aucune honte à avoir. Leur comportement était tout bonnement exemplaire. Danielle avait répondu longuement, presque pédagogiquement, à Rosmerta mais la propriétaire des Trois Balais ne semblait pas mesurer la chance qu’elle avait de ne pas s’être fait embarquer à sa première intervention. En effet, au moment où Jonathan s’apprêtait à accompagner Montgomery vers l’extérieur du pub, la vieille sorcière s’interposa de nouveau. Danielle avait beau avoir présenté tous les papiers relatifs à l’arrestation, la vieille folle commençait à sérieusement à monter dans les tours. Lorsqu’elle sortit sa baguette, le milicien échangea un bref regard entendu avec Avalon et quitta sa posture de couverture. On ne menaçait pas impunément la Chef de la Milice du gouvernement et ses hommes se devaient d’intervenir, non pas pour la protéger –Danielle était assurément une meilleure duelliste que lui- mais parce qu’ils étaient justement là pour faire ce type de boulot à sa place.

« Madame, rangez votre baguette. »

Une première sommation, prononcée d’une voix grave, posée. Devendra avait justement été choisi pour sa capacité à garder son calme face aux plus agités des  contrevenants. On l’appelait M. Propre au sein des différents corps de la Justice Magique : Plus de quarante ans de service pour la PM -dont  huit en tant que baguette d’élite- et pas une seule bavure.
La tenancière du café n’était pas la première personne qu’il voyait agir ainsi. Il savait qu’elle était portée par une sorte de rage qui lui faisait perdre tout discernement aussi enchaina-t-il rapidement sur la seconde sommation, comme l’exigeait le protocole.

« Madame. Rangez votre baguette. »

Le ton un poil plus fort. La mine plus résolue, aussi, et sa propre baguette pointée en direction de la tenancière du café. Il ne la considérait pas comme une menace à part entière –elle ne semblait pas disposer d’aptitude magique hors du commun- mais il craignait surtout l’effet boule de neige.
Aussi, Devendra n’attendit pas qu’elle ait fini de formuler une énième insulte à l’encontre de sa supérieure hiérarchique pour agir. Tout le bar avait été témoin des deux sommations et comme Rosmerta n’avait cure de ses avertissements, il la désarma d’un informulé, net et précis.

La baguette de la sorcière vola au dessus d’une table avant  d’atterrir au sol, aux pieds d’une jeune femme rousse. Ce fut toutefois une autre rouquine qui se manifesta en voulant prendre la défense de la propriétaire des lieux.

« Mademoiselle, restez où vous êtes. » intima Devendra à la jeune serveuse.

Il n’avait pas levé sa baguette dans sa direction, mais sa main libre, ouverte devant lui, la paume vers l’extérieur comme pour contraindre Hazel à ne pas bouger. S’il pouvait éviter, il espérait bien ne pas avoir à mettre en joue une innocente gamine devant tous ses camarades de classe. Rien de telle pour créer la panique.

Maintenant que la principale menace était désarmée, Danielle allait surement reprendre la tête des opérations et calmer tout ce petit monde…
Danielle ColemanChef de la miliceavatar
Messages : 143

Voir le profil de l'utilisateur
Danielle soupira.

La situation ne lui inspirait qu’un profond soupir, une profonde lassitude devant une telle bêtise. Elle considéra Rosmerta un instant, l’air songeur. Elle avait fait preuve d’une rare patience – voire d’une rare pédagogie – envers la tenancière du bar, mais elle ne comptait pas la laisser mener le jeu encore longtemps et la décrédibiliser devant ses hommes et devant des adolescents. Il lui était insupportable qu’on porte atteinte à la milice où à sa qualité de cheffe ainsi.

L’Oubliator avisa la baguette de la vieille sorcière, pointée sur elle, et prit sa décision avant même que cette dernière ne vole dans les airs pour atterrir aux pieds d’une jeune fille rousse à la suite d’un sortilège informulé de Devendra.

Un coup d’œil dans la salle l’informa sur la situation. Curtis – le pantalon mouillé de peur et le visage crispé – était toujours menotté. Jonathan Evans, une main posée sur son épaule, lui intimait de ne pas bouger. Rosmerta – visiblement un peu éméchée – ne représentait plus une menace en tant que telle maintenant qu’elle était désarmée. Sa jeune serveuse – Hazel – avait essayé de lui venir en aide mais semblait à présent figée face à eux, comme si la paume ouverte que Devendra avait tendue vers elle l’avait stupéfixié. Les élèves – silencieux – semblaient suspendus à la situation. Une brève hésitation la parcourut, vestige de la nostalgie qu’elle pouvait ressentir en observant un lieu qu’elle avait tant fréquenté dans sa jeunesse.

Mais Danielle ne faisait ni dans la nostalgie maladive, ni dans le sentimentaliste et ce fut avec sa traditionnelle voix calme qu’elle s’adressa à l’assemblée.

« Mademoiselle, reculez s’il-vous-plait. » intima-t-elle alors à Hazel sans pointer sa baguette sur la jeune fille. Elle n’avait aucune envie de se retrouver à mettre hors d’état de nuire une adolescente devant tous ses camarades de classe.

D’un mouvement de baguette, elle fit apparaître des menottes magiques autour des poignets de Rosmerta qui scintillèrent un instant. Elle échangea un regard entendu avec Avalon qui hocha silencieusement la tête.

« Mrs Rosmerta vous êtes en état d’arrestation pour entrave à la justice. Je vous emmène au ministère. » annonça-t-elle en s’approchant de la vieille femme pour lui intimer de la suivre. « Je suis sûre que vous avez beaucoup de chose à nous dire sur ce que vous pensez de notre système judiciaire. » déclara-t-elle d’une voix froide, qui ne laissait rien présager de bon pour l’interrogatoire de la tenancière. « Davies, Dickens, restez ici pour superviser le retour des élèves au château. » Elle laissa une seconde de silence s’écouler. « Qu’ils rentrent immédiatement à Poudlard. »

Elle échangea un regard avec Jonathan et, comme lui, poussa un peu Rosmerta par l’épaule pour lui faire faire quelques pas. Elle posa sa main sur la poignet du bar, prête à sortir et à transplaner avec leurs deux prisonniers pour les emmener directement dans les cellules de la milice. Faire le choix de laisser Avalon et Devendra ensemble pour gérer les élèves étaient, à son sens, le choix le plus raisonnable : Jonathan aurait tendance à être trop sanguin pour supporter des adolescents comparé à Devendra, bien plus tranquille, qui saurait gérer la situation de manière plus délicate.

Elle tourna la poignet, tandis qu’Avalon, dans son dos, s’éclaircissait la gorge pour prendre la parole :

« Vous avez tous entendu. Nous allons vous demander de rassembler vos affaires et de quitter le bar le plus rapidement possible pour rentrer au château, s’il-vous-plait. » Son ton, pourtant agréable, n’appelait aucune contestation.

HRP:
 


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Bieraubeurre Quizz... [JR ouvert à tout le Monde]

Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» Relations d'un tout nouveau monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-