AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Je vous trouve un charme fou [Joséphine & Zephyr ]

Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
8 juin 2010

L'appréhension lui nouait l'estomac depuis le matin, il avait changé cinq fois de tenue avant de finalement se décider pour un ensemble relativement décontracté. Ce n'était qu'une visite d'aquarium et du shopping après tout, rien de réellement formel comme un dîner. Même si ses sentiments s'étaient développés à mesure que le temps passait et il n'avait encore jamais osé se déclarer. Peut-être parce qu'il avait peur que ce ne soit pas réciproque, parce que Joséphine avait cet éclat qui laissait entendre qu'il n'avait pas sa place à ses côtés. Il était bien trop timide pour avouer ce qu'il avait sur le cœur. Il croisait la jeune femme quasiment tous les jours mais ils n'échangeaient que des banalités d'usage. Jusqu'à présent cela avait parfaitement convenu à Zephyr mais plus ça allait et moins il était à l'aise en sa présence, ses sentiments naissants commençaient à le ronger de l'intérieur.

Il lissa une dernière fois une mèche rebelle que lui renvoyait son reflet avant de croiser le regard de Chimère, il aurait presque pu dire qu'il était narquois. Il haussa un sourcil amusé avant de se détacher de son miroir, c'était ridicule, il n'était pas du tout comme ça d'habitude, son apparence ne lui importait que peu. Il esquissa un léger sourire à son Fléreur qui venait de se frotter contre ses jambes en ronronnant comme si elle confirmait son choix. Au moins, il plaisait à quelqu'un, c'était déjà ça. Il attrapa le bouquet de fleurs qu'il avait été acheter un peu plus tôt, enfila une veste légère et sortit de chez lui avec un sourire un peu niais sur le visage. Il n'avait que le palier à traverser et il était devant la porte de Joséphine, il inspira profondément avant de frapper quelques coups contre le battant de la porte. Un immense sourire s'esquissa sur son visage alors que cette dernière s'ouvrait sur la jeune femme.

"Bonjour Joséphine, lâcha-t-il en le tendant le bouquet. Comment allez-vous ?"  

Il resta sur le pas de la porte alors qu'elle trouvait un vase pour ses fleurs et esquissa un léger sourire lorsqu'il la vit revenir vers lui d'un pas aérien. Il se surprit à l'observer dans les moindres détails alors qu'elle s'avançait vers lui, elle possédait une grâce naturelle et une prestance éblouissante, tout semblait s'éclairer lorsqu'elle était là. Il se sentit rougir légèrement alors qu'elle s'arrêtait devant lui, il lui présenta son bras, pour qu'elle le prenne, avec un petit sourire complice.

"Prête ? Promis, je vais essayer de ne pas trop ennuyer en détails futiles sur tous les poissons que nous verrons."

Une lueur amusée traversa son regard alors qu'il s'engageait dans les escaliers en direction de la rue. Ils ne mirent pas longtemps à arriver à l'aquarium qui se trouvait à côté de la place principale. Ils entraient dans un nouvel univers et le regard de Zephyr se mit à pétiller légèrement, il dut se retenir pour ne pas laisser son excitation exposer en plein jour mais intérieurement il bouillait. Des espèces plus extraordinaires les unes que les autres se trouvaient là. Il entraîna Joséphine vers un bassin qui avait attiré son regard et s'arrêta devant avec fascination.

"Incroyable... Ils ont un Kelpy !!! Je m'attendais à des Verlieux ou des Boullus, les plus communs mais un Kelpy ?! Jamais."

Il s'approcha au plus près de la rambarde et observa avec fascination le cheval à la crinière de jonc qui le fixait. Il se tourna avec agitation vers Joséphine pour lui expliquer de quoi il retournait exactement.

"J'imagine que vous vous demandez ce qu'un cheval fait dans un aquarium mais c'est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait. Le Kelpy peut prendre la taille et la forme qu'il souhaite, il prend souvent la forme d'un cheval pour attirer les humains dans l'eau. Ne montez jamais sur leurs dos où vous seriez entraînés dans les profondeurs. Ce que les moldus appellent le Monstre du Loch Ness est un bel exemple de Kelpy. Je crois que c'est le plus gros encore en liberté en Europe."

Son admiration n'était pas encore passé alors qu'ils avançaient vers un nouvel aquarium rempli de Rémora. Leur couleur argentée refléta le flamboyant des cheveux de Joséphine et Zephyr se tourna vers elle pour l'observer à la dérobé, la dévorant du regard. Son souffle se fit légèrement plus court alors qu'une nervosité nouvelle s'emparait de lui, il prit une profonde inspiration pour retrouver son calme.

"On dit que les Rémora porte bonheur au pêcheur. Ils sont protégés pour leurs grandes propriétés magiques..."

Il se tut dans sa tentative de se changer les idées, il ne pouvait plus se taire alors que la proximité de la jeune femme le rendait tout à la fois euphorique et nerveux. Il déglutit difficilement avant de se tourner face à la jeune femme.

"Ecoutez Joséphine... Il faut que je... hum... que je vous dise quelque chose."

Merlin que c'était compliqué ! C'était bien la première fois qu'il faisait ce genre de chose, il n'avait tellement pas l'habitude de parler de ça. Il tourna une seconde la tête vers les poissons argentés pour se redonner du courage.

"Il se trouve que je vous apprécie... beaucoup. Vraiment beaucoup, je veux dire et euh... je me demandais si... Enfin... vous..."

Il se perdit dans les yeux noisettes de la danseuse, perdant le fil de ce qu'il voulait dire. Il était ridicule, les joues cramoisies de gêne alors qu'il tentait vainement de déclarer sa flamme.

"... Vous me plaisez beaucoup et... je me demandais si vous pourriez envisager l'idée de... Et bien, je ne sais pas... Passer plus de temps avec moi... ?"  

Il se mordilla l'intérieur de la lèvre instinctivement pour canaliser son appréhension, le regard fixé au sol sans oser la regarder à présent. Et si elle le rejetait ? Et bien, il aurait essayé au moins. Il était d'une maladresse émotionnelle phénoménale mais cet essai ne pourrait pas lui nuire même si un refus ferait mal. Il s'obligea donc à relever le regard sur Joséphine.




SPIRIT ENIGMA
© FRIMELDA
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine avait eu un mal fou à sortir de son lit. Elle avait travaillé jusque dos ce matin et était encore fatiguée quand son réveil avait sonné en fin de matinée. Elle aurait voulu pouvoir dormir toute la journée mais elle avait rendez-vous avec Zéphyr en début d'après-midi et elle n'avait pas envie de décaler. Elle lui avait déjà fait le coup la dernière fois, elle ne voulait pas le décevoir une seconde fois. La danseuse s'était donc arraché au moelleux de sa couette pour se trainer jusque dans la douche. Une fois réveillée par de longues minutes sous l'eau chaude, la perspective de cet après-midi en ville lui apparaissait nettement plus réjouissante.

Elle appréciait beaucoup la compagnie de Zéphyr, qu'elle trouvait agréable et rafraichissante. Son enthousiasme était contagieux et elle prenait toujours plaisir à échanger quelques mots avec lui quand ils se croisaient dans les escaliers. Le fait qu'il soit plutôt mignon et complètement sous son charme le rendait encore plus appréciable. Joséphine n'était pas aveugle, et son voisin n'était pas particulièrement doué pour dissimuler ses intentions. La danseuse était bien évidement consciente que cette sortie à l'aquarium était un rencard, mais comptait sur la timidité maladive du jeune homme pour qu'il ne se passe rien.

Elle faisait celle qui ne voyait rien et essayait de ne pas l'encourager, espérant qu'il finirait par abandonner l'idée. Elle appréciait réellement le jeune homme, mais elle ne pouvait pas lui laisser de faux espoirs. Elle ne se mettrait jamais en couple avec lui, tout simplement parce qu'elle n'avait pas l'intention de se mettre en couple avec qui que ce soit. Son style de vie était difficilement conciliable avec une relation sérieuse. Bien sûr, elle n'avait rien contre un flirt de temps en temps ! Toutefois, elle n'était pas certaine que ce soit ce que Zéphyr voulait. Elle ne le connaissait pas encore assez bien mais il avait plus l'air de chercher la femme de sa vie plutôt qu'un coup d'un soir.

Elle enfila une jolie robe d'été à fleur et terminait de se boucler les cheveux à l'aide de sa baguette quand des coups frappés à la porte lui indiquèrent que Zéphyr l'attendait. Elle vaporisa un nuage de parfum devant elle et passa au travers en se dirigeant vers la porte d'entrée, qu'elle ouvrit avec un immense sourire.

"Oh c'est adorable ! Elles sont magnifiques !"

Evidement, il avait acheté des fleurs. C'était vraiment très gentil. Et vraiment pas nécessaire. Le pauvre faisait clairement fausse route. Peut-être devrait-elle lui dire maintenant qu'il pouvait abandonner tous ces efforts ? Ou peut-être pouvait-elle en profiter encore un peu, le temps de se faire offrir son entrée à l'aquarium et peut-être un diner ? Voilà qui semblait une bien meilleure option. Après tout elle ne faisait rien de mal en acceptant un bouquet de fleurs ! Les bons amis s'offrent toujours des fleurs, c'est bien connu.

Joséphine fit deux fois le tour de son minuscule appartement avant de se rappeler qu'elle ne possédait pas de vase, et dut se résoudre à lancer un sortilège d'amplification sur un verre à pied. Le résultat était un peu original et pas très stable, mais très design.

"Très bien, et vous ? répondit-elle en passant son bras sur celui que lui offrait le jeune homme. Mais non vous ne m'ennuierez pas ! le rassura-t-elle. Je n'y connais rien en poisson, vous pourrez m'apprendre quelque chose !"

La seule chose qu'elle savait sur les poissons, c'était comment les marier avec la bonne bouteille de vin blanc, un talent qu'elle se garda bien de partager avec son interlocuteur.

Les deux voisins se retrouvèrent rapidement à l'entrée de l'aquarium, qui se trouvait tout à côté de leur immeuble, et Joséphine s'amusa de la façon dont les yeux de Zéphyr se mirent à briller alors qu'ils pénétraient dans la première salle. Un enfant le matin de noël. Elle se surprit à sourire malgré elle et écouta avec attention ses explications à propos de l'étrange cheval aquatique qu'ils avaient sous les yeux.

"J'ai toujours aimé les chevaux, soupira-t-elle en admirant la magnifique crinière de l'animal. Je montais souvent quand j'étais plus jeune. Elle avait même possédé sa propre licorne, mais c'était un peu compliqué à expliquer sans déballer toute l'histoire familiale qui allait avec. Et vous, vous êtes bon cavalier ?" s'enquit-elle avec curiosité.

Ils délaissèrent bien vite le Kelpy pour se rapprocher d'un grand bassin rempli d'énormes poissons argentés qui, à en croire les dires du zoologiste, avaient la faculté de porter bonheur.

"Vous y croyez vraiment ?" s'étonna-t-elle.

C'était ridicule comme certains sorciers pouvaient être superstitieux. Et elle disait ça alors qu'elle était voyante ! Zéphyr devait réellement être convaincu par la soit-disant chance apportée par les Rémora puisqu'il choisit ce moment pour se jeter à l'eau. Joséphine sut où il voulait en venir à la seconde où il annonça vouloir lui parler de quelque chose. Elle hésita à l'arrêter tout de suite mais n'eut pas le coeur de l'interrompre et se contenta de l'observer en priant pour qu'il change d'avis. Ce qu'il ne fit pas.

"Oh..." fut la seule chose qui lui échappa quand il lui demanda si elle avait envie de passer plus de temps avec lui, parce qu'elle lui plaisait beaucoup.

Elle avait envie de répondre oui, honnêtement. Elle le trouvait mignon, il la faisait rire, et il était gentil avec elle, c'était plus de qualités que n'en avaient eu ses dernières conquêtes toutes réunies. Mais c'était tout ce qu'elle pourrait lui donner : un peu de temps ensembles. Elle ne serait jamais sa petite-amie, encore moins sa femme, et il y aurait toujours les Folies, l'Aile Ouest, les clients. S'il savait ce qu'elle faisait réellement de ses nuits il ne se tiendrait probablement même pas là, devant-elle. Et quand bien-même il affirmerait que cela ne le dérangeait pas, il finirait par ne plus le supporter. Elle avait déjà essayé, elle avait joué à ce jeu-là et elle avait perdu. Ça ne marchait jamais. Cela faisait longtemps qu'elle avait choisi entre son métier et sa vie de couple. Et c'était le premier qui avait gagné.

"J'adorerais passer plus de temps avec vous, répondit-elle, sincère. Mais...Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, poursuivit-elle avec une grimace d'excuse. Je ne veux pas d'une relation sérieuse, expliqua-t-elle. Jamais. Autant tuer tout espoir de retournement de situation tout de suite. C'est juste que ce n'est pas vraiment compatible avec mon métier..."

Il devait bien se douter qu'elle n'était pas qu'une simple danseuse aux Folies Sorcières. Un salaire de danseuse n'avait jamais payé un appartement en plein centre de Léopoldgrad, et les danseuses ne rentraient pas chez elles à sept heures du matin, alors que le Cabaret était officiellement fermé depuis des heures. Il finirait bien par additionner 2 et 2...



Zephyr Von SchwartzbergMagizoologisteavatar
Messages : 133

Voir le profil de l'utilisateur
Un hochement de tête accueillit la révélation de Joséphine sur les chevaux. C'était presque évident en réalité, toutes les femmes aimaient les chevaux, leur port altier, leur grâce naturelle et l'impression de puissance qu'ils dégageaient. L'aveu de la jeune femme était presque normal finalement. Ce n'était pas du tout un jugement de la part de Zephyr, juste une constatation. Toutefois, il ne s'attendait pas particulièrement à ce qu'elle lui avoue qu'elle avait été une cavalière émérite. Il esquissa un léger sourire et secoua négativement la tête, il n'était pas un cavalier du tout, il trouvait cela gênant de monter sur le dos d'un autre être humain pour se déplacer. Il partait du principe que les animaux étaient comme eux et que ce qu'il n'aimerait pas qu'on lui fasse, il ne le faisait pas aux créatures.

"Non, j'aime énormément leur présence à mes côtés mais je ne monte pas. J'ai toujours peur de les blesser par inadvertance."

Il esquissa une petite moue désolée avant de reporter son attention sur les Kelpy et d'entraîner la jeune femme vers les Rémoras. Il n'avait jamais cru en leurs facultés porte-bonheur, ce n'était que des racontars de marins mais il fut pris d'une impulsion, c'était maintenant ou jamais. La réaction de la jeune femme, cependant, lui fit l'effet d'une douche froide, il aurait mieux fait de s'abstenir, leur relation allait être gênante désormais. Il hocha doucement la tête, il comprenait, elle avait le droit de ne pas partager ses sentiments après tout, il avait été bête de penser qu'elle pourrait s'intéresser à lui. Il ne releva pas tout de suite la remarque sur son travail, il avait bien conscience qu'elle n'était pas uniquement danseuse, il paraissait souvent naïf mais il ne l'était pas tant que ça... Il avait conscience de certaines choses quand même, la vie ne lui était pas totalement inconnue.

"Je... comprends."

Il esquissa un léger sourire pour tenter de garder bonne figure, il fallait qu'il reste détaché de tout ça et qu'il ne montre pas qu'il était peiné. Il sentit Chimère se coller contre sa jambe et fut surpris et touché par son geste. Il baissa les yeux sur elle et son sourire se fit plus franc, lui redonnant le courage d'affronter le courage de sa voisine.

"Et je n'y crois pas. Au pouvoir porte-bonheur des Rémonas, je veux dire, précisa-t-il avec un demi-sourire en coin. Sinon, ce n'est pas cette réponse que vous m'auriez donnée."

Son sourire se fit amusé alors qu'il tentait de rendre la situation moins pesante, plus détendue. L'humour était toujours une façon de détendre l'atmosphère après tout. Il porta son attention à nouveau sur le bassin remplit de poissons avant d'esquisser un doux sourire.

"Nous continuons ? "  

Il avança de quelques pas jusqu'à un nouveau bassin, il s'arrêta pour l'observer une seconde, attendant que Joséphine le rejoigne. Il aurait voulu éclipser toute la gêne qui aurait pu persister de son aveu mais d'un autre côté, il ne pouvait pas. Elle avait le droit de savoir ce qu'il était prêt à faire pour elle. Elle devait le savoir avant d'envisager de refuser de le fréquenter plus. Il n'était pas très doué pour ce genre de choses, les sentiments ce n'était pas son sujet de prédilection. Il n'intéressait pas les femmes ou alors il ne le voyait pas, il était beaucoup trop accaparé par ses créatures pour se soucier réellement de ce qu'il autour de lui. Depuis Klemens, il n'avait rien ressenti d'aussi fort et une fois de plus, il voyait ses espoirs douchés. Il n'avait même pas cherché à parler à son ami à l'époque mais aujourd'hui, il avait la sensation qu'il devait quand même essayer. Au moins insister un petit peu. Il inspira profondément avant de tourner la tête vers la danseuse alors qu'elle observait les poissons à côté de lui.

"Ça ne me dérange pas vous savez... Votre travail."

Il rougit légèrement alors que son regard ne la lâchait pas, cherchant presque à capter le sien.

"Cela ne doit pas être un problème si vous aimez ce que vous faites. A partir du moment où nous en avons conscience tous les deux, je ne vois pas où est le problème. Et je n'ai jamais laissé entendre que je souhaitais quelque chose de sérieux. Je veux juste... Je vous apprécie beaucoup Joséphine et j'aime votre compagnie. Je souhaiterais simplement apprendre à mieux vous connaître. Je ne vais pas mentir en disant que je ressens plus qu'une amitié à votre égard mais... Je ne veux pas non plus que vous vous refusiez une opportunité de trouver le bonheur simplement parce que vous avez peur que ce ne soit pas compatible avec votre métier. Je... Honnêtement, ça ne me dérange pas du tout, je suis suffisamment ouvert d'esprit pour comprendre que vous avez des envies ou des besoins qu'un seul homme ne puissent combler. Je veux simplement votre affection, cela me suffirait."

Il lui accorda un léger sourire alors que son regard sondait le sien. Il n'avait jamais été très porté sur le sexe, il n'avait pas besoin de ça pour vivre. Pour lui, une relation ne se construisait pas sur ça, il n'en avait pas besoin pour se sentir en harmonie avec lui même ou pour savoir qu'il n'appartenait qu'à une seule personne. Son corps et son esprit étaient deux choses totalement différentes et pour lui la notion de fidélité était une question de mentale uniquement. Sa première et unique fois avait été un échec total et c'était peut-être de là aussi qu'il en avait conclu qu'il n'avait pas besoin de ça. Mais il n'avait pas vraiment aimé ça non plus, s'il fallait le faire pour rendre quelqu'un heureux, il était prêt à le faire mais lui même n'éprouvait aucun désir pour personne.

Il y avait longtemps qu'il s'était fait à l'idée d'être différent des autres, à commencer par sa relation avec les animaux et avec la vision qu'il avait du traitement qui leur était infligé. Il savait aussi que Joséphine ne partagerait pas toute sa façon de vivre et il ne lui demanderait pas non plus de se plier à ses exigences. Il n'exigeait de personne de faire comme lui ou de devenir comme lui. Il avait l'ouverture d'esprit d'accepter chaque personne avec ses qualités et ses défauts, avec sa façon de vivre et de voir le monde. Il voulait qu'on l'accepte comme il était sans qu'on l'oblige à changer sa façon d'agir, comment pouvait-il en retour exiger quoique ce soit des autres et leur imposer quoique ce soit ? C'était ça le respect mutuel dû à toute personne et c'était encore plus vrai dans une relation de couple.

"Croyez-vous pouvoir envisager de passer plus de temps avec moi en sachant cela ? Je comprendrais si la réponse reste non. J'ai conscience de ne pas être la personne la plus intéressante ou même la plus palpitante de votre entourage."  

Son sourire se fit compréhensif et légèrement amusé. Il avait beaucoup de défauts et il était bien trop souvent dans son monde pour se permettre d'être intransigeant.



SPIRIT ENIGMA
© FRIMELDA
Joséphine ChevalierDanseuse aux Folies Sorcièresavatar
Messages : 54

Voir le profil de l'utilisateur
Joséphine soupira intérieurement face à la mine déconfite de son voisin. Le pauvre sourire qu'il tenta de lui adresser ne suffisait pas à masquer sa déception et la danseuse sentit comme un pincement au coeur. Elle détestait faire ça. Elle en avait éconduit des hommes, pourtant, mais c'était toujours plus facile de rembarrer un type un peu lourd dans un bar que de refuser les avances d'un jeune homme comme Zéphyr, qu'elle appréciait sincèrement.

Et justement parce qu'elle l'appréciait, elle ne pouvait pas envisager une relation avec lui. Il n'y avait aucune chance que ça marche, à long terme. Ils étaient deux personnes radicalement opposées, attendaient certainement des choses très différentes d'une relation, et elle avait un métier avec lequel il était difficile de mener une vie de couple normale. Ça ne pourrait que mal se terminer. Ce n'était même pas pour protéger le jeune homme, elle n'avait pas cet esprit chevaleresque qui poussait parfois les gens à sacrifier leur bonheur pour les autres, elle était trop égoïste pour ça. C'était avant-tout pour se protéger elle-même.

Elle avait fait l'erreur, plus jeune, de penser qu'elle pouvait aimer comme tout le monde. Elle s'était trompée. Ce n'était pas seulement son métier, c'était toute sa façon d'être avec les autres, et d'envisager l'amour. Elle avait connu ses premiers clients alors qu'elle n'avait jamais eu de vrai petit-ami. Elle avait eu quelques flirt à l'école, mais jamais rien de sérieux. Peut-être avait-elle été amoureuse du beau Camille, à Beauxbatons, mais elle avait à peine quatorze ans et ses sentiments s'étaient surtout exprimés dans son journal intime. Joséphine était passée directement des amourettes d'adolescente aux clients du Chaudron rouge, sans transition, et pendant des années elle n'avait connu que ces deux extrêmes. Les rares fois où elle avait essayé quelque chose de plus classique, elle s'était planté. Elle ne savait pas faire ça, elle ne savait pas aimer les gens normalement, à la fois physiquement et sentimentalement.

La danseuse se força à répondre au sourire de Zéphyr alors qu'il tentait une plaisanterie au sujet de l'absence évidente de pouvoir porte-bonheur des Rémonas. Elle lui emboita le pas en direction d'un nouveau bassin, trainant un peu des pieds. Elle n'avait plus envie de continuer cette visite. La gêne entre eux était palpable et ce qui aurait pu être un moment agréable s'annonçait plutôt comme un long clavaire silencieux. Elle était occupée à chercher une excuse crédible pour prendre congé du jeune homme quand celui-ci reprit soudainement la parole.

"Ça ne me dérange pas vous savez... Votre travail."

A la façon dont il se mit à rougir, il avait conscience qu'elle ne se contentait pas de danser aux Folies Sorcières. Elle retint de justesse un éclat de rire quand il parla de ses soi-disant besoin qu'un seul homme ne pouvait satisfaire. Ce n'était pas tant ses envies que son compte en banque qu'elle essayait de combler, mais elle se garda de faire le moindre commentaire. Elle était touchée par l'insistance de Zéphyr et elle était assez tentée d'accepter sa proposition, mais elle n'était pas certaine qu'ils soient vraiment sur la même longueur d'ondes.

"Ça vous conviendrait vraiment ? s'étonna-t-elle, un peu surprise. Une relation libre ?"

Joséphine essayait de ne jamais juger les gens sans les connaitre - si, elle essayait. Mais elle échouait systématiquement et finissait inévitablement par coller des étiquettes sur toutes les personnes qu'elle rencontrait, généralement moins de quinze minutes après avoir fait leur connaissance. Et elle n'avait pas vraiment classé Zéphyr dans la catégorie "libertin". Mais il ne tenait qu'à lui de lui prouver qu'elle s'était trompée !

"Je serai ravie de passer plus de temps avec vous, répondit-elle finalement avec un sourire sincère. Mais à vos risques et périls..."

Elle lui jeta un bref regard d'avertissement, comme pour lui donner une dernière chance de revenir sur sa proposition. Elle l'avait prévenue, elle ne cherchait pas de relation sérieuse, et encore moins exclusive. Si cela lui convenait, tant mieux, et sinon tant pis pour lui, il l'apprendrait à ses dépends ! Après tout c'était un grand garçon, il pouvait prendre ses décisions tout seul. Joséphine se débarrassa des derniers doutes qui polluait son esprit et décida de n'écouter que ses envies. Et elle avait envie de prendre un peu de bon temps avec Zéphyr !

"Par contre il va falloir arrêter avec le vouvoiement, reprit-elle avec le même regard menaçant, un sourire mutin étirant le coin de ses lèvres maquillées. Beaucoup trop dix-neuvième siècle ! Elle glissa son bras sous celui du jeune homme et se remit tranquillement en marche. Et tu es très intéressant ! ajouta-t-elle avec un regard plus doux. Personne ne m'avait jamais parlé du pouvoir porte-bonheur des Rémonas avant aujourd'hui ! Avoue, c'est ta manœuvre pour faire craquer les filles ! Elles sont obligées de dire oui, sinon ce serait contredire la science !"

Elle éclata d'un rire léger en rejetant ses cheveux en arrière. Si c'était effectivement une technique de drague, elle s'était faite avoir comme une débutante ! Pourtant, son instinct lui disait que ce n'était pas elle qui venait de se faire piégée...



Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Je vous trouve un charme fou [Joséphine & Zephyr ]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joséphine R. Sedgwick (Gryffondor)
» Joséphine Lacroix [terminé]
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »
» 1, 2, 3 ... jouez avec moi [Joséphine]
» josephine khadri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs, :: Leopoldgrad,-