AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Entre le Feu et la Glace [Nelly]

Meredith KaneDirectrice de Skyeavatar
Messages : 179

Voir le profil de l'utilisateur
Meredith Kane & Magdalena Pilar Lourdes de Vasconcelos

Mardi 1er Juin 2010 (09h00), Département de la Justice Magique, Salle d'entretien...

Une heure et toujours pas de trace de Magdalena Pilar Lourdes de Vasconcelos... Assurément la ponctualité n'avait jamais été le point fort de la brillante Tisseuse de Mémoire qui devait se joindre à Meredith Kane en vue de l'évaluation d'une nouvelle candidate au poste de Stagiaire ; Mais ce retard ne donnait pas une image très sérieuse de l'institution alors que la dénommée Nelly Horrocks poirotait depuis trop longtemps sur une chaise dans l'attente de son entretien. Bien que conservant son calme gelé, la Directrice de Skye lorgnait de plus en plus dangereusement en direction de son poignet et de sa montre en or. Perfectionniste à l’extrême, elle détestait quand une situation dérogeait à l'ordre établi, surtout lorsque son agenda lui infligeait un rythme effréné. En effet, plusieurs réhabilitations mémorielles l'attendaient à Skye, dont une dizaine d'une extrême priorité, et la responsable de département de la Santé Magique devait encore convenir d'un rendez-vous avec le dénommé Constantine Égalité, le patron des Mystères et de la recherche magique. Si l'entente était cordiale avec ce dernier, Meredith n'aimait guère jouer avec la patience de ses partenaires privilégiés. Cela faisait pas moins de trois diners d'affaire avec le chef du département des Mystère, qu'elle se voyait contrainte de repousser, souvent du fait de l'actualité brulante et de la recrudescence des foyers de rébellion. Depuis quelques mois, elle travaillait comme une acharnée. Le projet Memo-Rise devenait sa priorité absolue, et une manière comme une autre de lessiver ses déboires personnelles dans le tourbillon de ses objectifs professionnels.

Contrairement au changement sociétal incarné par Leopold Marchebank, son foyer ne lui apportait guère de réjouissance. Son couple ne tenait désormais plus qu'à un fil sur le point de rompre ; Les papiers du divorce et la séparation par consentement mutuel devant être effective au cours de l'été prochain. Aussi irresponsable que méprisable, Douglas voulait s'enfuir avec son infirmière jeunette, laissant derrière lui une famille dans le tourment. Comment pouvait-on se montrer si égoïste? Si Meredith ne s'inquiétait guère pour Claire et Charles, les deux ainés de la famille Kane - Il en était autrement pour les trois autres. Walter et Emmy étant encore scolarisés à Poudlard, et Eva sur le point de l'être... Leur devoir de parent était encore loin de s'achever. Douglas en avait-il conscience alors qu'il ne semblait penser qu'à sa libido et une liberté retrouvée? Où avait-il la tête? Où était passé l'homme responsable qu'elle avait naguère épousé? Certes elle ne lui offrait plus la tendresse des débuts, mais comment pouvait-il oublier leur histoire et ce qu'ils avaient fondé ensemble? Pour Meredith Kane, il n'y avait pas plus grand bonheur que celui de concevoir et fonder une famille... Et elle n'acceptait pas l'idée même que l'on puisse divorcer, et se soustraire à un serment qui se devait d'être éternel. Pour le meilleur et pour le pire... Douglas avait-il oublié? Peut-être n'était-il après qu'un faible, indigne d'être le père de ses enfants...

La Directrice de Skye maudit intérieurement Magdalena de la faire attendre et cogiter de la sorte. Seule à son bureau, elle devait s'occuper l'esprit pour ne point replonger dans le tourment de sa famille sur le point de se déchirer. Meredith s’apprêtait à mener l'entretien toute seule, quand elle entendit les talons hauts de son employées marteler les dalles à l'extérieur du bureau. Sans même prendre le temps de frapper à la porte, la tisseuse de mémoire fit irruption dans la salle d'entretien. Secouant les mains avec empressement, et se précipitant sur sa supérieure hiérarchique, comme si son corps entier était en feu ; Magdalena fit ce qu'elle savait le mieux faire quand elle était prise à défaut : Envahir l'espace et les conversations.

"¡Dios mio! ¡Qué desgracia! Tou n'imaginera pas el tormento qué cela été de venir jusqu'ici! Yé té demande de m'excouser, mi querida, mais por favor... C'est comme si tout les démons dou retard s'étaient agrippés à mis piernas.¡Dios mio! "

Originaire des contrées ensoleillées de l'Andalousie Magique, Magdalena ne s'était jamais dépourvue de son accent épicée du sud, au point même de se demander si elle ne faisait pas exprès de le cultiver. Cela faisait plus d'une vingtaine d'années qu'elle avait migré en direction de l’Angleterre, mais elle conservait toute la saveur et la chaleur de son pays natal. Dans les brumes silencieuses de l'île de Skye, elle offrait un saisissant contraste, tout en se révélant une experte dans l'art de la manipulation mentale des esprits. Magdalena avait longtemps officié au Département des Mystères, mais elle avait rapidement trouvé l’enveloppe de son salaire trop maigre pour satisfaire son train de vie à grandes vitesses. Il faut dire qu'après trois mariages et autant de divorces, Magdalena devait subvenir au besoin de pas moins neuf enfants, sans compter sa nouvelle relation entamé avec un beau et flambeur Milicien. Bref, la tisseuse de mémoire en avait des choses à raconter, et il valait mieux la réfréner plutôt que de la laisser s'emballer durant des heures. Voila pourquoi, Meredith chercha à écourter les explications, en lui souhaitant la bienvenue, avant de lui désigner son siège d'examinatrice.

"Bonjour, Magda. Installes-toi rapidement, je te prie. Il est inutile de faire attendre  davantage notre candidate... "

Dans un déluge de parfum à la fleur d'orangée, Magdalena se débarrassa des nombreuses capes excentriques et chatoyantes qui reposaient sur ses épaules, avant de se tourner vers sa supérieure. Mais bien décidée à raconter ses malheurs sur un ton enjoué, la langue de la tornade andalouse ne tarda pas à se délier.

"Este manana, yé devait emmenait le petit Miguel à la crêche, yé té raconte pas le bordal que c'était dans le réseau de cheminette. A croire que l'on donne des dinero à des incapables! Y despues, ma petite Angelina qué me fait le coup des oreillons!¡Dios mio! Y'en pouvait plus! Et pi mon Roberto... "

Meredith Kane commençait à perdre sérieusement patience, et ne voulait pas entendre sa collègue lui faire le récit de ses déboires de mère célibataire endurcie. De plus, Magdalena n'avait aucune forme de pudeur, et pouvait très vite dévier sur de sujets de l'ordre de l'intime et de la vie privée. Et la frigide et pudique Meredith Kane détestait cela...

"Magda... La jeune Nelly Horrocks nous attends... et nous avons déjà perdu une heure. "

Magdalena bloqua une seconde, comme si elle ne se souvenait plus des raisons de sa présence. Il faut dire que des millions de pensées se bousculaient entre elles, signe d'un esprit toujours en ébullition et imaginatif.

"Nelly Horrocks? ¿Quién es?"

Puis sans crier gare, elle frappa du point sur la table, faisant quelque peu sursauter la si calme Meredith Kane.

"Ah si! Nelly Horrocks! Notre stagiaire du futur! Cela doit être la chica qui m'a indiqué la dirección! Comme d'habitude, yé m'étais perdue dans les étages du ministère! Yé suis descendu au magengamot pour remonter al departemiento des mystères para preguntar un amigo à quel nivel était la santé magique. Et yé suis tombée sur ce petit ange recroquevillée. ¡Dios mio! Increíble! Sans elle, yé pouvait tourner encore des heures dans ce labyrinthe! Ay de mí! "

Bien qu'elle ne doutait aucunement de ses facultés magiques, Meredith Kane se demandait se qui était le pire chez sa consœur de Skye : Son sens de l'orientation ou sa capacité de bavasser sans discontinuer... Plutôt que de de souffler sur les braises de la parlotte, la directrice de Skye appuya sur le bouton d'un petit boitier qui indiquait à sa secrétaire que la candidate pouvait enfin les rejoindre. Wendy ne tarda pas à ouvrir la porte à la jeune élève qui n'était autre que la préfète de la maison serpentard. Un gage de qualité, qui ne faisait que corroborer avec l'excellent dossier scolaire de la jeune sorcière. Sans compter ses nombreux soutiens, comme l'excellente Thelma, la célébrissime Mildred Magpie et la professeur de divination. Sur le papier, Nelly Horrocks incarnait à merveille ce que recherchait Meredith Kane ; Il restait à voir sa motivation et éprouver sa solidité mentale. Contrairement à sa collègue qui farfouillait dans ses fiches en désordre, Meredith s'excusa immédiatement pour le retard.

"Bienvenue à vous. Comme vous le savez peut-être je suis la directrice du projet de réhabilitation mémorielle de Skye : Meredith Kane. J'espère que vous avez fait bon voyage, et je tenais à m'excuser pour le temps d'attente. Maintenant, veuillez-vous asseoir et nous allons vous soumettre à une série de questions. Veillez à y répondre de la manière la plus sincère possible... "

La vasque détectrice de mensonge brillait toujours de son éclat blanc, alors que Meredith Kane lui désignait un siège pour s'asseoir.

"Inoutile dé faire les presentación, on sé connait déjà! " rétorqua Magdelena, signe que l'examinatrice et la candidate s'étaient déjà croisées.


La directrice de Skye allait vite comprendre que les choses ne se passeraient pas de manière aussi conventionnelle que lors de son duo avec Tobias Stern. En effet, c'était sans compter sur l'intervention et la gouaille légendaire de Magdalena. Cette dernière, incapable de garder ses impressions pour elle, se tourna vers sa supérieure.

"Meredith... Yé pense qu'il est inoutile dé interroger cette enfant. Son dossier scolario est absolument perfecto, y même cette vielle bique intraitable dé Mildred Magpie la soutient! Por favor, elle respire la sagesse y le sérieux. No pierdas nuestro tiempo! Vamos! "

Meredith tiqua devant le culot de son employée, et les injures à l’encontre de la personne de Magpie. Tout cela ne faisait guère sérieux. Magdalena était ingérable. Peut-être n'était-elle pas la meilleure personne pour composer un jury d'examen, mais ses capacités était incommensurable. Plutôt que de la contredire devant Nelly, elle l'incita à poursuivre son idée.

"Vas-y, je t'en prie. Nous t'écoutons...  "

Magdalena se tourna alors vers Nelly pour la sonder insidieusement du regard. Un petit sourire aiguisé accompagna son visage anguleux. L'Andalouse lui posa alors la seule question légitime à ses yeux avant de passer à des exercices plus concrets.

"Mi pequena, si tou devais venir à Skye... Qué souvenir? Qué traumatisme choisirais-tu de gommer de tu espiritu? Même una chica adorable et gentille comme toi, doit avoir des choses innommables à se faire pardonner? No? Entiendes lo que digo? Lo siento, yé parle el inglès como una vaca espagnole! "

De peur que Nelly soit troublée par l'accent de sa collègue, Meredith se sentit dans l'obligation d'ajouter de sa vois blanche et claire :

"Dans ton vécu, as-tu des regrets, des choses que tu aimerais changer, ou des traumatismes dont tu souhaiterai te délivrer? "

"Dios mio! ¡Eso es exactamente lo que dije!! "  

Il était temps pour Nelly de jouer les patientes de Sky, et de trouver dans son passé certaines choses innommables à effacer ou transformer...



             
“Meilleur ne veut pas dire meilleur pour tout le monde”
Nelly HorrocksPréfèteavatar
Messages : 883

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Nelly Horrocks le Lun 29 Oct 2018 - 20:06, édité 2 fois
« Rhaaaaa mais j’y arrive pas !! »

Les cheveux de Nelly retombèrent une nouvelle fois sur ses épaules alors qu’elle tentait de se faire un chignon depuis au moins cinq minutes. Sa baguette magique dans une main, la préfète tentait de coiffer ses cheveux ondulés en un élégant chignon qui ne tenait jamais ; il y avait toujours quelques mèches rebelles qui retombaient sur son visage ou alors tout le chignon s’écroulait. Ce qu’elle voulait faire était trop compliqué à réaliser sans magie mais, visiblement, elle avait encore quelques progrès à faire en termes de sorts capillaires.

« Attends… Laisse moi faire, » ricana Chloe en se levant de son lit pour la rejoindre devant le miroir posé dans un coin du dortoir.

Nelly laissa ses bras retomber le long de son corps dans un soupir et abandonna sa chevelure aux bons soins de son amie, suivant les gestes de la jeune femme dans le reflet du miroir.

« - Pas trop stressée ? l’interrogea Chloe alors que ses cheveux s’organisaient magiquement.
- Je préfère ne pas y penser, soupira Nelly en gardant les yeux rivés sur son reflet.
- T’inquiète pas. Ça va bien se passer ! Tu vas gérer de toute manière.
- J’espère, » souffla la préfète en ajustant les manches de son tailleur gris impeccable.

Ce n’était pas comme si elle se rendait au ministère pour un entretien avec Meredith Kane en vue d’un éventuel stage à Skye, après tout. A part ça, elle n’était pas stressée. Bon, ok. Juste un peu, songea la jeune femme en forçant ses muscles beaucoup trop crispés à se détendre. Mais il n’y avait pas de raisons que cela se passe mal ! Elle avait un bon dossier, elle s’était habillée comme une directrice de département et un entretien consistait juste à répondre aux questions et à montrer sa motivation, non ?
Virgil lui avait fait un compte rendu de son propre entretien et, bien que cela l’ait un peu paniquée sur le coup, elle devait avouer qu’avoir une petite idée de ce qui l’attendait l’aidait à relativiser la situation… Elle allait s’en sortir ! La directrice de Skye n’allait pas la manger toute crue ! Elle devait juste rester sereine et avoir confiance en elle, s’encouragea mentalement la jeune femme alors que Chloe terminait son chignon, la mine concentrée.

« Et… Voilàààà », s’extasia cette dernière en écartant lentement les mains comme si le moindre geste brusque pouvait anéantir tous ses efforts à néant.

Nelly tourna la tête sur les côtés pour admirer sa coiffure aérienne tressée ; pas le moindre petit cheveu ne dépassait. Chloe était douée pour ce genre de choses, c’était indéniable. Sans doute avait-elle plus l’habitude que la préfète qui trouvait ce genre de coiffure beaucoup trop travaillée et un poil trop strict... Bon, il était quand même super joli ce chignon.

« Génial, merci beaucoup ! » la remercia Nelly en déposant une bise délicate sur la joue de son amie pour ne point ruiner son maquillage. Merlin, c’est qu’elle allait finir par se comporter comme Kristen White !

La préfète tourna sur elle-même et se dirigea vers son lit pour enfiler de petits escarpins noirs – et dire adieu à ses pieds par la même occasion – et retourna se poster devant le miroir, Pear à la main. Se tenant bien droite, la tête légèrement tournée sur le côté pour mettre en valeur sa coiffure, elle prit son reflet en snape avant de l’envoyer à Virgil avec un « Souhaite moi bonne chance ! ». Puis, se tournant vers Chloe avec un sourire :

« - Ça va, je suis bien ?
- Très bien, la rassura Chloe en agitant la tête. Maintenant vas-y tu vas être en retard ! la somma la Serpentard en ouvrant la porte du dortoir.
- Pense à moi ! Bisouuus »

Elle trouvait Chloe étrangement calme. Peut-être était-ce pour lui transmettre un peu de quiétude ? Ou alors le propre état d’agitation interne de Nelly lui donnait l’impression que le reste du monde était ralenti… Quoiqu’il en soit, la préfète se retrouva rapidement devant la porte de la salle des Professeurs contre laquelle elle frappa trois coups. Le professeur Forbes était censé s’y trouver pour lui donner l’autorisation de sortir du château ainsi que son ticket de Magicobus. Lorsque le directeur  des Serpentard ouvrit la porte, Nelly se composa un visage avenant et adressa un petit sourire à son enseignant.

« - Ah, bonjour Nelly. Tu es prête ?
- Oui. Enfin, je crois, souffla-t-elle avec un petit rire nerveux.
- Voilà ton billet aller/retour, garde le bien. Mr Silverster t’ouvrira les grilles. Je te souhaite bonne chance !
- Merci, professeur. »

Nelly prit le billet de la main de son professeur et lui adressa un dernier sourire avant de rebrousser chemin. Face au professeur Forbes, elle se sentait toujours un peu bizarre depuis qu’elle s’était quelque peu rapprochée de Virgil. Il n’y avait rien d’officiel entre les deux adolescents mais elle avait l’impression que Jonah Forbes la jugeait, la sondait de ses yeux gris. Ce qui était complètement infondé, il ne risquait pas d’être au courant de quoi que ce soit. Mais étant son professeur et le père de Virgil, elle avait toujours l’impression que l’enseignant pouvait être au courant de quelque chose – ou du moins découvrir quelque chose – et se demandait comment il réagirait si la fille qu’il ne voyait probablement que comme une élève parmi d’autres était celle avec qui son fils s’entraînait en cachette à la Legilimancie et celle qui était un peu – mais juste un peu, hein – tombée amoureuse du fils en question… Ses craintes étaient complètement infondées mais c’était toujours étrange de se dire que le père de son crush était son professeur.
******


Le ministère et son agitation, l’atrium et sa gigantesque statue de Leopold Marchebank ; Nelly se sentait un peu perdue au milieu de tous ces sorciers qui savaient où aller et qui marchaient d’un bon pas vers les ascenseurs. La préfète leva les yeux vers le visage avenant de la statue du ministre autour de laquelle virevoltaient des missives ensorcelées : elle se sentait toute petite au bas de cette immense statut de bronze, ce qui était sûrement l’effet escompté.
La jeune femme n’eut pas à attendre longtemps avant qu’on ne l’oriente vers une salle d’attente improvisée dans le recoin de l’Atrium. Une fois assise, la préfète sortit son Pear pour surfer sur les réseaux sociaux histoire de se détendre un peu bien qu’elle n’y prêta pas vraiment attention... Toutes ses pensées étaient orientées vers l’entretien qu’elle s’apprêtait à passer : ce qu’elle devrait dire, ce qu’elle devrait faire, ce à quoi elle devrait faire attention. Elle savait que l’attitude et la présentation jouaient énormément : il fallait donner une bonne première impression et faire attention aux signaux que renvoyait son corps. Se tenir droite, être avenante, sourire, ne pas croiser les jambes ni les bras pour ne pas donner l’impression de se fermer à toute discussion… Tout ça, elle était capable de gérer. Elle était capable de renvoyer l’image de la parfaite petite préfète première de la classe – ce qui était souvent le cas, d’ailleurs.

L’attente fut plus longue que prévue. La préfète n’aurait jamais cru devoir poireauter aussi longtemps sur cette chaise des plus inconfortables… Alors qu’elle réprimait un bâillement, une femme perchée sur des talons hauts déboula quelque peu essoufflée non loin de sa position. La grande brune an nez aquilin tourna un instant sur elle-même, comme perdue, avant que son regard ne se pose sur Nelly.

« Oh por favor querida ! Pouvez-vous m’indiquer le camino pour el departamento de la justicia magique ? Ye me souis perrrrdue et ye suis trrrrès en retarrrrd ! »

Nelly papillonna des paupières, quelque peu déstabilisée par l’accent prononcé de l’excentrique espagnole, avant de pointer un doigt hésitant dans la direction du département de la santé.

« - Par là… Je crois.
- Muchas gracias querida ! »

L’espagnole tendit ses mains vers la préfète comme pour la remercier avant de repartir en trottinant. Un peu plus et cette excentrique inconnue prenait sa tête entre ses mains manucurées pour lui coller une bonne bise… Nelly fronça les sourcils et replongea dans son Pear One ; on pouvait apparemment rencontrer de drôles personnes au ministère, songea la jeune femme en ouvrant Snapechat pour immortaliser ses jambes croisées. Elle venait d’envoyer le snape à Chloe et Virgil en y ajoutant un « Moi qui croyais que Meredith Kane était à cheval sur la ponctualité... » quand une femme se planta face à elle.

« - Miss Horrocks ? Wendy Connors, assistante du professeure Kane. Merci de votre patience, tout est prêt désormais, si vous voulez bien me suivre…
- Oui, bien sûr, » répondit Nelly avec un sourire.

Enfin ! C’était pas trop tôt ! Mais qu’est ce qu’ils fabriquaient dans ce ministère ? Quel bel exemple que d’être en retard pour faire passer un entretien à une éventuelle stagiaire ! On leur demandait à eux, les jeunes, d’être à l’heure, toujours disponibles et, en plus, de dire amen à tout alors que les supérieurs, par contre, pouvaient se permettre d’être en retard sans que cela ne dérange personne… Quelle belle ironie !
La jeune femme suivit docilement l’assistante du Pr. Kane sans émettre le moindre commentaire, néanmoins – se faire remarquer n’était pas une très bonne idée. Wendy Connors la guida dans le département de la justice magique jusqu’à une porte contre laquelle elle frappa avant de l’inviter à entrer d’un geste de la main. La préfète réajusta nerveusement son tailleur, prit une profonde inspiration et entra dans le bureau où l’attendaient deux femmes qui dégageaient deux auras totalement contraires…

La Serpentard salua ses deux examinatrices, un petit sourire aux lèvres, en s’asseyant sur la chaise que lui désigna Meredith Kane. Son regard glissa de la directrice de Skye à l’espagnole excentrique à qui elle avait indiqué le chemin un peu plus tôt. Nelly tâcha de cacher sa surprise et se contenta d’adresser un sourire à l’examinatrice lorsque celle-ci rétorqua qu’il était inutile de faire les présentations.

« Ravie de vous rencontrer, donc, enchaîna la préfète. Et que vous ayez trouvé votre chemin, » ajouta-t-elle, une leur amusée dans les yeux.

La jeune femme suivit ensuite l’échange entre les deux femmes en restant silencieuse, profitant de cet instant pour parcourir le bureau des yeux et évaluer ses deux examinatrices d’un simple regard. La salle était sobre, quelque peu austère même, et devant elle trônait une sorte de Pensine qui dégageait des fumerolles blanches. Quant aux femmes qui lui faisaient face elles étaient radicalement opposées : Meredith Kane se tenait bien droite, son visage était figé et sérieux et rien ne semblait capable de réchauffer son regard de glace. A l’inverse, Magdalena Pilar Lourdes de Vasconcelos rayonnait comme le soleil d’Espagne et rien ne semblait être capable de tarir son énergie débordante… Cet entretien s’annonçait intéressant.

Du moins, c’était ce que Nelly pensait jusqu’à ce que Magdalena de Vasconcelos lance les hostilités en lui posant une question des plus déstabilisantes. L’accent de l’espagnole était très prononcé mais elle avait compris l’essentiel de la question sans les éclaircissements de Meredith Kane… Elles étaient en train de lui demander si elle avait un souvenir dont elle voudrait se débarrasser. Cela ne pouvait être qu’une blague ? Elle était là en tant que candidate à un poste de stagiaire ou en tant que future patiente ? On pouvait se demander…
En tout cas, cette question était clairement indiscrète et elle ne s’y était absolument pas préparée.
Le visage de la jeune femme se figea et elle se tendit imperceptiblement. Oui, elle avait bien vécu un traumatisme dans sa vie. Oui, cela l’avait fait souffrir et continuait de la tourmenter parfois. Oui, fut un temps, elle avait songé à quoi ressemblerait sa vie sans cette partie là de son histoire en elle. Mais aujourd’hui, elle avait grandie et mûrie depuis, et savait que ce qu’elle avait vécu faisait définitivement partie d’elle même et qu’elle ne pourrait pas l’oublier ou le remplacer. Ce qu’elle avait vécu avec sa mère l’avait construite et fait d’elle la jeune femme qu’elle était aujourd’hui alors, non, désormais, si elle en avait l’occasion, elle ne se ferait pas effacer la mémoire.
Pourtant, serait-ce réellement dire la vérité que d’affirmer ce raisonnement ? La vasque détectrice de mensonges se satisferait-elle de cette réponse ? Nelly baissa les yeux sur l’objet enchanté posé quasiment sous son menton alors que les doigts de sa main droite venaient lisser la fine cicatrice blanche sur la peau tendre entre son pouce et son index gauche. Elle avait envie d’affirmer que non, il n’y avait aucun souvenir qu’elle souhaiterait gommer de son esprit, mais elle craignait que la vasque en décide autrement… Lorsque Virgil lui avait parlé de cette fameuse vasque, elle lui avait demandé davantage d’informations et, pour avoir lui-même essayé, l’enchantement ne se laissait pas berner. Et si, alors qu’elle pensait être sincère, les fumerolles du détecteur de mensonge viraient au noir ? Peut-être avait-elle le sentiment de ne pas vouloir oublier ce souvenir mais, qu’au fond, inconsciemment, c’était ce qu’elle désirait… Et si, en réalité, elle se voilait la face depuis le début ? Et si, en son for intérieur, elle ne demandait qu’à oublier son traumatisme ? En fait, la jeune femme avait peur d’être mise face au constat qu’elle n’avait pas si bien accepté son sort, elle qui pensait s’être construite en tirant sa force de ses pires souvenirs.

Lentement, la préfète se redressa quelque peu et releva les yeux sur ses examinatrices, tâchant de faire taire toutes ses pensées. C’est le visage fermé et le ton posé qu’elle donna alors sa réponse :

« Non. Je vis très bien avec mon passé et je n’éprouve aucun regret. J’estime même que mes expériences passées m’ont fait grandir et rendue plus forte... »

Lancer de dès:
 



Kit par Irving

NarrateurNarrateuravatar
Messages : 353

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Nelly Horrocks' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 6 faces' : 5
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 107

Voir le profil de l'utilisateur
Pear de Nelly:
 


Virgil Forbes

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Entre le Feu et la Glace [Nelly]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Socle de glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie,-