AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Somebody I used to know [Roy & James]

James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 307

Voir le profil de l'utilisateur
9 mai 2010

James avait erré longtemps - très longtemps - dans Bristol après la discussion qu'il avait eu avec Marlene. Il avait besoin de se vider la tête, de se changer les idées, de respirer l'air marin de la ville. Il avait marché, visage fermé, pendant plus d'une heure, oscillant entre envie d'hurler et de fondre en larmes - mais les garçons ne pleuraient pas, alors il se contentait de frapper dans le moindre caillou qui se trouvait sous sa chaussure.

Il se retrouva bien malgré lui devant les Folies Sorcières, attiré par la lumière et le bruit qui s'en dégageait. Il allait faire demi-tour, mais une silhouette attira son attention. Il observa un instant Roy Calder, hésita à faire un pas vers lui.

En vérité, il n'avait envie de voir personne, de ne parler à personne. Il voulait rentrer chez lui, frapper dans un oreiller, hurler sous sa douche, évacuer sa haine contre le mur de sa chambre. Il ne bougea pas.

"Salut." lança-t-il d'un ton incertain à son aîné, qu'il avait connu alors qu'il faisait le mur à Poudlard avec Grady - une douce époque, songea-t-il. Il l'avait recroisé quelques fois, lorsqu'il était venu avec ses collègues ambulanciers.


Roy CalderGros canardavatar
Messages : 2010

Voir le profil de l'utilisateur
Roy n’était pas franchement de bonne humeur lorsque James se présenta au pas de son cabaret. Il était sorti pour envoyer un Patronus à Toni à cause d’une sombre histoire autour d’un nouveau fournisseur qui avait tenté de les entuber, exactement le genre de déconvenue qui avait tendance à le mettre quelque peu sur les nerfs. Et quand Roy était énervé, il avait tendance à se défouler sur quelqu’un -en l’occurrence Toni- et il valait mieux ne pas se trouver sur son chemin.

Mais James Carter ne méritait pas vraiment d’encaisser un Roy de mauvaise humeur, surtout pas quand on voyait la tête qu’il faisait. Ce fut la première chose que le mafieux remarqua, en s’approchant un peu. Il avait les traits tirés, la mine défaite. Même sa voix était différente, loin de l’assurance et la bonne humeur qu’il lui connaissait. Il avait même l’air un peu perdu, comme s’il s’était retrouvé là par hasard.

« James ? Ça fait un bail. » Interloqué, Roy rangea sa baguette dans sa poche et s’approcha de quelques pas pour mieux voir son visage dans la pénombre. « Ça va ? T’as une sale tête. »


James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 307

Voir le profil de l'utilisateur
"Ouais." lança James lorsque Roy mentionna qu'ils ne s'étaient pas croisés depuis longtemps.

Depuis qu'il sortait avec ses collègues ambulanciers, il venait moins souvent aux Folies Sorcières - notamment parce qu'il était particulièrement pénible de passer le Check-Point de Bristol le soir. Le jeune homme s'approcha de Roy, indécis quant à la conduite à tenir. Sa question lui tira un sourire sans joie.

"Ah. Ouais." répéta-t-il.

Il avait effectivement une sale tête - puisqu'il avait appris la mort de son amie, passé une nuit blanche penché sur de vieux journaux et rompu avec sa petite-amie, et tout cela en moins de vingt-quatre heures - pouvait-on appeler cela un combo gagnant ? Probablement.

"Une de mes amies est morte, hier." lança-t-il en guise d'explication, désirant peu s'étendre sur cette pente glissante, au cas où il perdait une nouvelle fois le contrôle de lui-même et se mettait à hurler, en plein Bristol, que la milice était responsable de la mort de Samantha. "Et j'ai quitté ma copine." Il se racla la gorge, un peu gêné de se confier à son aîné. "Et j'avais plus d'bière dans mon frigo." ajouta-t-il pour garder contenance, sa pointe d'humour étant bien vite contredit par son regard hagard et sa mine grave. "Et toi, ça va ? T'as pas l'air de super humeur non plus." lança-t-il en haussant les épaules.


Roy CalderGros canardavatar
Messages : 2010

Voir le profil de l'utilisateur
Est-ce qu’il était bourré ? Cette pensée traversa Roy en le voyant assez peu réactif dans ses réponses. Il fronça les sourcils, perplexe. James avait l’air de flotter dans un flou total. Mais son ton changea un peu dès le moment où il révéla ce qui le tourmentait. Sans l’ombre d’une introduction, il lui annonça qu’il venait de perdre une amie et de rompre avec sa copine. Rien que cela, très bien. Roy acheva de franchir la distance entre eux pour pouvoir poser sa main sur son épaule. Voilà, la tête que tirait James, son ton et sa vie des dernières vingt-quatre heures lui faisaient tout à fait de la peine, maintenant, alors il répondit :

« On s’en fout de moi. Tu veux rentrer boire un verre et me raconter ce qui s’est passé ? »

Il lui désigna l’intérieur du cabaret d’un geste de la main.


James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 307

Voir le profil de l'utilisateur
James avisa la main que Roy avait posé sur son épaule, les yeux toujours dans le vague. Sa longue marche l'avait laissé épuisé et hébété, si bien qu'il ne savait même pas ce qu'il faisait sur le parvis des Folies Sorcières, en ce soir de mai. Il considéra un instant la proposition de Roy, hésitant à la refuser pour repartir chez lui.

Mais il s'imagina, assit sur son canapé, en se rejouant encore et encore la scène de sa rupture avec Marlene. Il allait retomber sur les journaux et ne pourrait résister à la tentation de se replonger dedans. Il allait repasser la nuit penché sur de petits caractères noirs, déchiffrant les abus et horreurs du régime.

"Ok." acquiesça-t-il finalement en suivant Roy à l'intérieur du cabaret magique.

Le bruit ambiant l'agressa immédiatement, ainsi que la foule, trop dense et trop compact, qui le plongeait dans une toute autre atmosphère que celle dans laquelle il avait vécu depuis l'annonce de la mort de Samantha. Lui, habituellement si fêtard, si prompt à rire et à s'amuser, se sentait en décalage total. Les deux hommes s'arrêtèrent au bar, et James s'y accouda.

"J'vais vous prendre un Whisky, s'il-vous-plait." demanda-t-il au barman, un grand homme métis aux yeux étrangement clairs. Ce dernier acquiesça en attrapant une bouteille, tout en interrogeant du regard Roy.


Roy CalderGros canardavatar
Messages : 2010

Voir le profil de l'utilisateur
Le semblant d’humour que conservait James pour se donner une contenance semblait s’être envolé. Il avait l’air simplement plongé dans ses moroses pensées, maintenant. Lui qui aimait l’ambiance du casino en temps normal n’avait même pas l’ombre d’un sourire sur son visage quand ils pénétrèrent à l’intérieur. Il avait seulement besoin d’un alcool fort, visiblement.

« Un deuxième » confirma t-il à Ignacio.

Il n’y avait rien de plus triste que de boire tout seul quand on était déjà triste. Roy posa sa main sur l’épaule de James, dans une tape amicale.

« Voilà, le souci de la bière est réglé, lança t-il en référence à sa petite plaisanterie de tout à l’heure. Il ne s’attendit pas vraiment à ce que James sourit, vu ce qui lui était tombé dessus… Un peu plus sérieux, Roy demanda doucement : « Qu'est-ce qui s'est passé avec cette amie et avec ta copine ? »


James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 307

Voir le profil de l'utilisateur
James fit tourner machinalement le liquide ambré dans son verre, le regard perdu dans le vide. Il se sentait épuisé - après tout, il avait dû dormir environ sept heures durant les trois derniers jours.

"Mon amie, c'est l'ambulancière décédée sur la route de Skye, hier." annonça-t-il d'un ton neutre, bien que les muscles de son cou se tendirent sensiblement à cette mention.

Il garda le silence un instant, pensif. Il avait désespérément besoin de parler à quelqu'un de ses doutes, de ce qu'il avait découvert en filigrane - et encore plus depuis sa conversation avec Marlene, qui l'avait laissé furieux et frustré. Roy était le seul adulte qu'il connaissait - si le mot "adulte" pouvait s'appliquer à lui - et qu'il fréquentait régulièrement. Bien sûr, il avait aussi ses collègues à St Mangouste, mais il avait besoin de parler à quelqu'un extérieur à ce milieu.

Sauf... Sauf que les murs avaient des oreilles, songea-t-il en jetant un coup d'oeil inquiet autour de lui. Le barman s'occupait d'une cliente qui réclamait un "cocktail alcoolisé, mais très peu, parce qu'avec mon foie, vous comprenez..." et semblait plutôt occupé par cette demande.

"Et avec ma copine..." il haussa les épaules. "On s'est engueulés parce qu'on a des divergences d'opinions un peu trop importantes sur les évènements." confia-t-il en baissant inconsciemment le ton.

Et c'était peu dire.


Roy CalderGros canardavatar
Messages : 2010

Voir le profil de l'utilisateur
« Oh… »

Roy n’avait pas spécialement fait gaffe à la nouvelle dans le journal -il ne lisait pas systématiquement les faits divers- mais il avait été mis au courant par sa soeur, dans la journée. Irina lui avait envoyé un hologramme sur son Pear One, lui annonçant qu’une des anciennes camarades de classe d’Adrian était décédée dans un accident… Il avait donc envoyé un message à son petit frère, un « Ça va ? J’ai appris pour la fille qui a eu un accident d’ambulance, elle était dans ta promo ? » la réponse : « Ouais. Ça va. ». Bon. « Si t’as besoin d’en parler, je suis là ». « Ok ». La communication et le partage de ressenti dans la famille Calder étaient très au point.

James avait l’air beaucoup plus atteint et Roy en ressentit une certaine peine pour lui. Il avait déjà perdu des amis proches, peu importait combien on voulait faire croire le contraire, au fond, c’était toujours très douloureux. Et se noyer dans quelques verres de whisky ne donnait même pas l’illusion de se sentir mieux. Il but malgré tout le sien, en soutien au jeune homme, puis posa sa main dans son dos.

« Je suis désolé, James. »

Il lui donna une légère tape, sans savoir quoi dire d’autre. Il n’avait jamais été très doué avec les mots dans ce genre de cas beaucoup trop sérieux et tristes pour qu’il puisse faire des blagues. Il était simplement là et il espérait que ça aidait un peu James, qui n’avait pas qu’un seul sujet de préoccupation ce soir. Il était en double deuil ce soir, puisque c’était fini avec sa copine aussi, visiblement. Roy n’avait jamais eu l’occasion de la rencontrer, il avait simplement entendu James en parler, parfois et il lui avait toujours donné l’impression d’être plutôt heureux et amoureux -ce qui était toujours une bonne raison de le chambrer, bien sûr. Il n’aurait jamais pu deviner que leur couple battait de l’aile, James n’avait jamais donné cette impression.

Roy fronça les sourcils devant ses aveux, qu’il semblait contenir. Des divergences d’opinions ? L’espèce de regard inquiet qu’il jeta autour de lui et le ton bas qu’il emprunta rendait perplexe le trafiquant. Quoi que soit la divergence à laquelle James faisait référence, il n’avait l’air pas très à l’aise d’en parler ici. Roy lança un bref regard vers son barman, dont la fonction principale était d’ouvrir ses oreilles -il le savait puisqu’il était celui qui lui avait donné ce job-, puis décida qu’il valait mieux se déplacer un peu.

« Tu veux qu’on en parle plus calmement ailleurs ? »

Son bureau ferait bien l’affaire, il y avait un coin canapé confortable, des bouteilles d’alcool, et surtout, beaucoup moins de tapage. Roy entraîna James vers le couloir que seules quelques personnes pouvaient emprunter en temps normal : ce soir, il pouvait se considérer comme un membre VIP. Avec un signe de tête pour les deux Veilleurs à l’allure de gorilles qui patrouillaient près de l’entrée de son bureau, Roy poussa la porte de son antre tout de bois sombre et de cuir de dragon -avec un charmant cactus sur le bureau, issu d’une soirée dont il préférait ne pas se souvenir. Il alluma d’un coup de baguette magique les lampes à huile réparties dans la pièce, ce qui donna un aspect beaucoup plus rassurant et confortable à la pièce.

Quelques minutes plus tard, Roy avait pris place sur un fauteuil face à James et versait deux nouveaux verres de whisky sous ses yeux.

« Ça fait longtemps que ça va pas avec ta copine ? Je pensais que vous étiez bien… Sur quoi vous vous êtes disputés ? » demanda t-il en poussant d’un geste le verre vers le jeune homme.


James CarterBriseur de Coeuravatar
Messages : 307

Voir le profil de l'utilisateur
James hocha simplement la tête lorsque Roy lui proposa de parler dans un endroit plus calme, avant de se laisser entraîner dans un couloir du casino qu’il n’avait jamais fréquenté auparavant. S’il avait été dans son état normal, il aurait probablement chambré Roy sur le fait que prétexter une discussion sérieuse pour attirer de jeunes garçons dans son bureau était une méthode vieille comme le monde et qu’il était flatté. Mais le jeune homme était à des lieues de penser à faire un trait d’humour et il se contenta donc de suivre son aîné, le visage fermé, tourné vers ses idées moroses.

Il se retrouva bien vite installé dans un fauteuil, un nouveau verre de Whisky dans la main. Il observa un instant la pièce dans laquelle il se trouvait – le bureau de Roy, très sûrement – et reporta son attention sur ce dernier, l’interrogeant du regard. James n’était pas l’homme le plus subtile que ce monde ait porté – à vrai dire, il était même très peu subtil, même s’il maintenait que Grady l’était encore moins que lui. Il était toutefois loin d’être stupide – bien qu’un peu naïf – et la proposition de Roy, juste après qu’il ait mentionné ses divergences d’opinion avec Marlene, ne lui semblait pas être une coïncidence.

« On était bien, c’est vrai. » répondit cependant prudemment James, en jouant avec son verre.

Il avait envie de faire confiance à Roy, de lui expliquer qu’il était persuadé que Samantha avait été tuée par la milice parce qu’elle avait désobéi à un ordre, parce qu’elle avait refusé d’être complice du régime et d’amener un homme à Skye. Il voulait lui énumérer toutes les informations qu’il avait récupéré, ci et là, qu’il avait analysé pendant des heures et des heures. Et, plus encore, il avait besoin qu’on le croit. Il avait besoin que quelqu’un lui dise que non, il n’était pas en train de devenir fou, contrairement à ce qu’avait sous-entendu Marlene quelques heures plus tôt.

« On s’est disputé parce qu’on n’était pas d’accord sur les circonstances de la mort de mon amie. » avoua-t-il d’un ton qu’il voulait neutre, mais dans lequel on pouvait clairement distinguer son anxiété.

Il but une longue gorgée de sa boisson, et le Whisky lui brûla violemment la gorge, toujours aussi nouée que les heures précédentes. Sa gorge, son estomac, ses muscles, tous semblaient se tordre à la fois sous la douleur et sous la fatigue. Son cerveau lui, dopé à la caféine et désormais à l’alcool, fonctionnait à plein régime.

« Roy… » débuta-t-il en se balançant légèrement vers l’avant, hésitant sur ce qu’il pouvait – ou non – lui révéler.

Il ne voulait pas non plus se mettre inutilement en danger avec ce genre de confession – il savait bien de quoi étaient capables les miliciens.

« Est-ce que je peux te faire confiance ? » demanda-t-il finalement de but en blanc, en fronçant les sourcils et en s’appuyant contre le dossier du fauteuil.

Si James était bien certain d’une chose à propos de Roy, c’était que ce dernier était un homme de parole ; un homme loyal envers ses proches, comme l’étaient environ tous les Gryffondor « pur-jus ». Il restait à savoir si James lui était suffisamment proche pour que Roy n’appelle pas la milice aux Folies Sorcières, sitôt ses doutes partagés…


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Somebody I used to know [Roy & James]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» All i wanted was you [PV James Stanford]
» Présentation de James-Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Bristol, :: Les Folies Sorcières,-