AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Kro-Mantra(gore) [Maeva & Virgil]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
8 juillet 2010

« Je sais pas moi, une tente ou au moins un duvet ? »

-Non Phil… Je t’ai  déjà expliqué le concept :  C’est comme dans Koh-Mantra, on doit vivre sans le confort moderne. Se débrouiller sans rien…répéta Kasya en hissant son sac de randonnée sur ses épaules.
- Enfin presque sans rien. » corrigea Virgil. Le Gryffondor était penché au dessus de son propre sac ouvert, occupé à réduire  d’un sortilège  plusieurs packs de gobières bon marché Krollimbourg. Mise à part ses litres de boisson, l’adolescent n’avait pas grand-chose d’autre dans ses affaires : Une veste à capuche, un pantalon de jogging -la nuit s'annonçait froide-, du fil de pèche et une boite d'hameçons glanée dans les affaires de vacances de son paternel.

Damon était lui aussi de la partie. Bien qu’il ne soit plus un couple avec Kasya depuis quelques semaines –Ils s’étaient enfin rendu à l’évidence tous les deux ! Pas trop tôt ! – le batteur n’aurait raté pour rien au monde  ce week-end organisé par son ex-copine. La  situation n’était pas simple entre eux mais Philip et Virgil avaient refusé de prendre partie pour  l’un ou pour l’autre, si bien que Kasya et Damon réapprenaient lentement à n’être que des amis, comme du temps de leurs jeunes années.

Damon était justement occupé à trier  quelques feuilles de Madragore pour ce premier week-end festif des vacances, sobrement intitulé « Kro-Mantra(gore)». Officiellement, il souhaitait s’entrainer en vue du véritable Koh-Mantra, officieusement, la petite troupe comptait profiter dignement de la fin des cours en compagnie de quelques autres élèves de leur maison…
Quoi de mieux qu’une petite escapade en plein air pour fêter cela ! Kasya avait tout organisé : elle avait repéré le lieu –un petit terrain plat et sablonneux, non loin d’une rivière se jetant dans la Manche, prévenue leurs camarades et elle avait donné rendez-vous à tout ce petit monde le samedi en tout début d’après-midi. Ils avaient une cabane à construire en vue de leur nuit à la belle étoile, du poisson à pécher  et de l’eau potable à trouver…Mieux valait ne pas trainer.
Les quatre compères transplanèrent donc au point de rendez-vous, situé à quelques kilomètres à pieds de leur futur campement. Plusieurs camarades de Gryffondor les attendaient déjà.

« Yéyéyéyéyéyéyéyéyé ! » claironna Kasya en approchant du petit groupe d’une démarche sautillante, demain, il n’en restera qu’un ! » ajouta-t-elle dans une parfaite imitation de Denis Grognard.
Virgil s’approcha à son tour pour saluer brièvement le petit groupe. Ses yeux clairs cachés derrière ses lunettes de soleil, il planta ses mains dans les poches de son bermuda et ne résista pas à l’envie de se montrer corrosif d’entrée de jeu.

« Tant que ce n'est pas Danielle Coleman qui prononce la sentence irrévocable, moi, ça me va… » souffla-t-il en faisant ironiquement référence à l’arrestation de Curtis Montgomery dont ils avaient tous été témoin un mois plus tôt.


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
« Tu as ce qu’il faut ? » interrogea Lisa en chargeant son sac sur son dos.

Maeva, occupée à lacer ses chaussures de randonnée, hocha simplement la tête. Elle se redressa ensuite et adressa un sourire à son amie qui l’attendait adossée contre la porte de sa chambre. Elle la rejoint en quelques enjambées, et toutes deux dévalèrent les escaliers en direction du salon.

« Eden ? » lança Maeva en cherchant sa belle-mère du regard. Celle-ci ne tarda pas à apparaître, la mine toujours aussi radieuse. « On y va. Est-ce que tu pourras prévenir papa que je suis partie ? »

« Bien sûr Maeva. » Eden eut un sourire à l’égard des deux filles et les approcha pour les embrasser sur les joues. « Est-ce que vous voulez prendre des muffins pour les partager avec vos amis ? » Les deux adolescentes échangèrent un regard embarrassé.

« Oh, tu sais, c’est un weekend dans la nature, le but c’est justement de pêcher notre nourriture, de la faire cuire nous-mêmes… Mais c’est gentil ! » assura Maeva en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille.

« Oh, oui, je vois ! L’indépendance, en quelque sorte. » La mère de famille eut un sourire amusé. « Amusez-vous bien les filles. Pas de bêtises, hein ? »

« Jamais. » Maeva eut un sourire angélique.

Les deux filles se précipitèrent vers la porte pour couper court à toute conversation, prenant garde à leur sac pour qu’aucun bruit suspect ne s’y échappe.

« Ta belle-mère est vraiment trop cool. » commenta Lisa alors qu’elles s’éloignaient de la maison des Smith.

« Ouais. » répondit-elle simplement.

« Cool » n’était même pas un mot assez fort pour décrire sa belle-mère qui était, à son sens, plutôt incroyable. Depuis que sa période « fille-à-papa » était passée, Maeva avait découvert en Eden une personne formidable, toujours prête à lui donner un coup de pouce et à la conseiller. Et, ma foi, lorsqu’on avait Chloé Hellsoft-la-fugitive comme mère et James Smith comme père, cela ne se refusait pas. D’ailleurs, c’était sa belle-mère qui avait convaincu son père de la laisser partir avec ses amis en weekend : elle avait abordé le sujet avec elle avant et, ainsi, lorsque Maeva avait amené la conversation à table, Eden avait tout de suite appuyé l’idée. Son père, peu emballé par l’idée de s’opposer à sa fille et à son épouse, avait préféré accepter sans sourciller. De toute façon, il était souvent ravi que sa fille aînée ne soit pas trop à la maison – elle ne rentrait pas dans le tableau de famille idéal qu’il voulait créer… Un fois l’accord obtenu auprès de son père, Maeva avait toutefois écrit à Peter pour le prévenir qu’elle partait camper un weekend avec des amis. « Papa est d’accord, j’espère que cela ne te dérange pas non plus ? » avait-elle demandé pour lui demander son accord de manière détournée ; il était très compliqué de vivre dans une famille recomposée comme la sienne.

« T’as pris ce qu’il faut ? » demanda Lisa, une fois que les deux jeunes filles aient transplané non loin du lieu de rendez-vous.

« Oui, j’ai pioché dans la réserve de mon père. » acquiesça Maeva avec un sourire malin. Il était bien plus facile de voler de l’alcool à James Smith que de voler la sucette d’un bébé : il en achetait tellement et en stockait tant dans sa cave qu’il ne s’en apercevrait jamais.

« Parfait. » Lisa eut un sourire ravi, avant de lever le bras pour interpeler leur camarade de dortoir : « HE, KASYA ! » Les trois Gryffondor s’enlacèrent avant de saluer les autres membres de leur équipe (#teamrouge)

Kasya, Maeva et Lisa se connaissaient depuis la première année et s’étaient très vite entendues toutes les trois. Si elles ne restaient pas souvent ensemble à Poudlard – chacune avait son propre groupe d’amis – elles se retrouvaient toujours avec plaisir le soir, dans leur dortoir. Maeva et Lisa avaient donc eu la chance de connaître tous les détails de son histoire avec Damon (« Je pense vraiment que c’est le mec qu’il me faut, vous comprenez ? » Bien sûr, disaient-elles en riant, vous formez un beau couple ! « Non mais on vit des temps pas faciles, mais je suis sûre que ça va aller… » Clairement, il faut juste que vous vous laissiez un peu de temps. « C’est vraiment un Cognard en fait, il se fout de moi… » Tu mérites tellement mieux, vraiment.) C’était l’idée de Kasya de se réunir sur un weekend. « Allez, venez ! En plus il y aura Damon, et ce sera tellement plus facile si vous êtes là… » Maeva et Lisa n’avaient pas tardé à accepter.

La jeune fille écouta son amie un sourire aux lèvres, avant d’observer Virgil, qui s’était jeté dans le grand bain de l’humour noir immédiatement en évoquant leur camarade, Curtis, arrêté quelques jours plus tôt par Coleman. Ils n’avaient eu aucune nouvelle de lui depuis.

« Preum’s sur le collier d’immunité si c’est ça. » commenta Maeva en ajustant son sac à dos.

« T’es prêt pour faire Kro Mantra avec Magpie ? » demanda Lisa en se tournant avec Damon, une grimace visiblement dégoûtée peinte sur le visage – la romancière ne faisait pas fureur chez les Gryffondor.
« Parce qu’elle va quand même se trimballer en maillot de bain toute la journée. » renchérit la préfète en secouant la tête.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
« Encore faudrait-il que tu le trouves la première. » répondit lentement Virgil en haussant les sourcils derrière ses lunettes comme pour mettre Maeva au défi. Le Gryffondor  ne la fréquentait pas spécialement à Poudlard, ni Lisa d’ailleurs, mais il savait que Kasya s’entendait relativement bien avec ses deux camarades de dortoir. Il leurs arrivait d’échanger quelques mots dans la salle commune, ou aux intercours, mais leurs conversations s’arrêtaient là. Quand Kasya avait proposé aux garçons d’inviter les deux filles à leur week-end de débauche, Virgil s’était d’abord montré dubitatif. Il comptait boire et fumer plus que de raison et n’avait pas envie de se sentir jugé par une bande de rabat-joie durant deux jours ! Kasya leur avait assuré que Lisa et Maeva pouvaient être nettement plus dévergondées que ce qu’elles paraissaient à l’école et cette simple phrase avait suffit à convaincre Damon et Phillip… Virgil s’était plié à la majorité.
Pour le moment, en tout cas, les deux amies semblaient être relativement dans le ton du week-end. La remarque de Virgil sur Coleman n’avait été accueillie par aucun regard désapprobateur ou condescend et Maeva s’était même payée le luxe de surenchérir dans l’humour noir,  ce qui était un bon point. Restait à savoir si ce comportement allait durer…

« Vous ne croyez pas si bien dire. J’ai vraiment caché un collier d'immunité ! s’amusa Kasya en réajustant son bandana rouge dans ses cheveux, celui qui le trouvera aura droit à un super confort ! » s’exclama-t-elle, visiblement très fière d’elle.
« Deux fois plus de gobière ? »
« Non ! »
« Un duvet et un matelas ? »
« Phiiil… » souffla la jeune femme en roulant des yeux. Visiblement Philip avait du mal avec le concept même du week-end  retour à la nature.
« Une nuit avec toi ? » Kasya fusilla son ex-petit ami du regard. « C’est une blague Kass ! Maintenant qu’on est redevenu pote je peux me permettre de refaire des blagues de mauvais goût ! »
« Parce que t’avais arrêté ? » demanda Virgil en inclinant légèrement la tête pour observer son ami par-dessus ses lunettes.
« Ah.ah. Ah.Très drôle Damon, répondit Kasya, l’air pas amusé du tout, Pour ce qui est du confort, vous verrez bien, c’est une surprise mais je compte sur vous les filles pour pulvériser cette bande de macho et leur chiper le collier sous le nez. Elle esquissa un sourire mauvais avant d’indiquer un étroit chemin de randonnée qui s’enfonçait entre des herbes hautes au milieu d’un bois, c’est par là ! »

Le petit groupe se mit en route en file indienne derrière Kasya qui ouvrait la marche. Lisa, située non loin de Damon , engagea la conversation en lui demandant s’il comptait bien participer à Koh-Mantra …avec Magpie. Le dégoût dans la voix de la jeune femme fut clairement perceptible et Virgil fronça lui aussi le nez, comme s’il venait de sentir une odeur particulièrement nauséabonde en entendant le nom de la romancière.

« Oui, j’ai été sélectionné pour participer à l’émission qui aura lieu à la fin du mois, répondit fièrement Damon, Ce week-end avec vous est un petit entrainement en somme, il fit rouler ses muscles sous son tee-shirt moulant pour impressionner les filles. Quant à notre très chère intervenante en arts, je compte bien n’en faire qu’une bouchée ! »
« J’espère pour toi qu’elle va être éliminée rapidement, parce que franchement, Magpie H24, y a pas moyen !» nota  Phil en se retournant légèrement vers le joueur de quidditch
Maeva fit remarqué, non sans malice, qu’en plus la romancière  allait surement se trimballer en maillot de bain toute la journée. Les adolescents laissèrent échapper en chœur une exclamation entre le rire et la répugnance.

« Supporter ce spectacle est une épreuve nettement plus ardue et exigeante que les mythiques poteaux. » souffla Virgil d’un air sérieux. Il en était convaincu. Il fallait être en mesure d’allier force mentale et capacité de tolérance à l’horreur.
« Ce que vous êtes durs avec elle ! Elle n’est quand même pas si mauvaise… » lâcha Kasya innocemment, de toute évidence ravie de troller la conversation.

Damon s’apprêtait à répliquer lorsqu’il manqua de s’étaler au sol après s’être prit le pieds dans une racine. Les bouteilles tintèrent dangereusement dans son dos tandis qu’il retrouvait l’équilibre in extremis.

« T’as failli tué Ragnarov ! »s’offusqua Kasya en s’arrêtant.
« Qu’est-ce qu’on aurait fait sans lui ! »
« C’est bon… Ça va… Il va bien, grogna le batteur et réajustant sa casquette sur sa tête.  Oui, ils avaient pris l’habitude de personnifier leur bouteille de spiritueux et Ragnarov était depuis plusieurs années le cinquième membre de leur petite bande, d’ailleurs j’espère que vous lui avez amené des copains, les filles, poursuivit Damon pour attirer l’attention sur Maeva et sur Lisa plutôt que sur son dérapage incontrôlé. Ragnarov aime la compagnie de ses semblables… » ajouta-t-il en levant un index.


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
« Pulvériser cette bande de machos », voilà quelque chose qui parlait parfaitement à la jeune fille, qui se retint de lever les yeux au ciel lorsque Damon fit rouler ses muscles sous son tee-shirt moulant. Elle décida toutefois de ne pas se formaliser de son attitude qu’elle savait misogyne ; après tout, elle avait de l’expérience avec père et même avec Darren O’Connor, du temps où il était encore à Poudlard et qu’elle le fréquentait – majoritairement pour énerver sa mère.

« Pas si mauvaise ? » répéta Maeva en soufflant, visiblement dubitative.

Magpie était l’une des pires choses qui étaient arrivées à Poudlard – avec Adonis Greengrass, mais ce temps était révolu, Merlin merci. Tout dans son attitude dérangeait la préfète, depuis sa manière de se pavaner dans le château comme si elle régnait sur les lieux, jusqu’à ses phrases alambiquées en passant par ses romans à l’eau de rose qui sentaient la guimauve fondue à dix kilomètres à la ronde – odeur entêtante absolument écœurante. Il  n’y avait bien que les fayots du club des arts qui pouvaient la supporter, avait-elle décidé quelques mois plus tôt. En d’autres termes : sûrement pas elle.

La jeune fille fut tirée de ses pensées peu amènes pour Mildred par le dérapage incontrôlé de Damon, qui arracha un grand éclat de rire à Lisa. Les amis du jeune homme, quant à eux, étaient bien plus inquiets quant à l’état des bouteilles qu’il portait dans son dos.

« Bien sûr, nous avons amené sa sœur et son cousin Rhum ! » lança Maeva en faisant tinter les bouteilles qu’elle avait dans son sac.

« Peut-être que tu devrais passer Ragnarov à quelqu’un d’autre, Damon, si tu continues à menacer sa vie comme ça… » suggéra Lisa, faussement inquiète.

Le petit groupe continuait à suivre le chemin de terre, se débattant parfois avec les branches qui obstruaient la route. Quand Kasya avait proposé à Maeva et Lisa de se joindre à eux pour le weekend, les deux amies avaient d’abord été un peu réfractaires : elles ne connaissaient pas plus que ça Virgil, Phil et Damon et n’étaient pas forcément très enthousiastes à l’idée d’aller camper une nuit avec eux dans la nature. « Et puis flemme de dormir à même le sol » avait décrété Lisa en s’enroulant dans sa couverture. « Tu sais, avec un peu d’alcool dans le sang, les cailloux deviennent les plus doux des oreillers ! » avait contré Kasya. L’argument était irréfutable et les filles avaient fini par se laisser convaincre.

Maeva n’était pas forcément la personne qu’on songerait à inviter à ce genre de soirée : déjà, parce qu’elle était préfète et ensuite, parce qu’elle n’avait pas eu la tête à s’amuser pendant cette année. La disparition de sa mère l’avait plongé dans une morosité qui l’avait suivi pendant plusieurs mois. Elle commençait tout juste à sortir la tête de l’eau et avait donc décidé que ce weekend serait l’occasion parfaite pour laisser tous ces soucis derrière elle le temps de quelques heures. Encore mieux, c’était parfaitement le genre de sortie que sa mère aurait détesté qu’elle fasse ; pour cette raison, cela lui plaisait encore plus.

« Bon alors Kasya ? Le programme de ce Koh Mantra ? » demanda Maeva en élevant la voix pour se faire entendre de son amie, en tête de file. « Je ne veux pas dire, mais Lisa est notre meilleur espoir si on doit pêcher... » Son amie se retourna vers elle pour lui envoyer un regard meurtrier, auquel elle répondit par un sourire angélique, ignorant le regard curieux que Kasya posait sur elle. « Tu nous as prévu quoi, comme alternative des poteaux ? »

Rester debout après avoir joué dix fois – et perdu tout autant – au beer Quidditch ?  


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Virgil Forbes le Sam 20 Oct 2018 - 8:41, édité 1 fois
Les remarques des deux filles rassurèrent quelque peu Virgil et lui tirèrent même un vague sourire en coin. Contrairement à ce qu’il avait craint initialement, elles semblaient toutes les deux dans le ton de la soirée, constata-t- il en entendant les bouteilles tinter dans le sac à dos de la préfète située juste devant lui dans la file indienne. Lisa ajouta même un petit tacle à l’attention de Damon qui fit rire le petit groupe sauf le principal concerné.

« Ah ouai. Direct. Tu me vannes ! souffla le batteur de Gryffondor en faisant mine de prendre la mouche, On vient de marcher dix mètres ensemble et tu estimes qu’on est déjà assez proche pour ce genre de chose…» ajouta-t-il en levant le menton d’un air supérieur.
« C’est pas comme si vous étiez dans la même classe depuis six ans… » fit remarquer Kasya. Elle roula des yeux ostensiblement. « Et puis ça te fait du bien de te faire chambrer un peu, commenta la jeune femme avec toute l’objectivité d’une ex-petite-amie trompée à de multiples reprises, Il faut faire dégonfler cet ego surdimensionné. »

Kasya se tourna vers Lisa et lui accorda un bref clin d’œil complice qui puait la solidarité féminine. Depuis qu’elle s’était séparée de Damon, Kass’ était dans sa période « Girl Power » et son rapprochement avec Lisa et Maeva ne faisaient que confirmer cette thèse. Bon, au moins, elle ne passait pas son temps à se morfondre. Virgil préférait la voir ainsi -acide,  piquante et révoltée- plutôt que déprimée.

La joute verbale entre les deux ex-amants fut toutefois interrompue par Maeva qui questionna Kasya sur le programme du week end. Elle ajouta ensuite une remarque à l’attention de Lisa dont le sous entendu échappa complètement à Virgil. Ce qu’il perçut, par contre, ce fut le regard noir de Lisa à destination de son amie.

« Le travers qu’elle vient de te jeter… » commenta Virgil en profitant de l’élargissement du chemin pour venir se positionner à côté de Maeva « Perso, ça m’aurait pas plu. » dit-il, en vérité ravi de jeter de l’huile sur le feu.

Les branches n’entravaient plus le chemin qui descendait maintenant en pente douce dans la forêt. Virgil profita donc de ces conditions optimales pour attraper son paquet de cigarettes dans sa poche et s’en allumer une à l’aide de sa baguette. Il inspira une bouffée et reprit à l’attention de Lisa cette fois :

« Par contre j’ai amené le kit de pêche alors je fais partie de l’équipe pêche, dit-il en la pointant de l’extrémité de sa cigarette,  Quelque soit tes compétences halieutiques sur développées. »

Virgil ne savait pas si la remarque de Maeva était du second degré ou si Lisa avait réellement des prédispositions en  pêche – Il penchait clairement pour l’option une- mais il  n’entendait pas se laisser chiper le meilleur poste : Attendre pendant des heures, assis sur un rocher, à l’ombre d’un arbre, voilà ce qu’il comptait faire pendant que les autres s’arracheraient les cheveux pour édifier une cabane potable sous les ordres de Damon qui s’était auto nommé chef de chantier.

Kasya ralentit alors pour venir se mettre à la hauteur de Maeva et Virgil et se lança dans les explications de leur week-end :

« Alors d’abord il va falloir construire un  abri –sans magie-, faire du feu –sans magie aussi-
La jeune femme loucha sur l’extrémité incandescente de la cigarette de Virgil et le gratifia d’un regard agacé.
-On a pas encore vraiment commencé le jeu… »
Elle poussa un soupir sonore et secoua la tête avant de reprendre, Il va falloir pêcher notre repas du soir, trouver de l’eau potable. »
« Pas besoin, l’eau c’est surfait. »
« J’avoue, en plus on a déjà de quoi s’hydrater avec Ragnarov ! »
« Ensuite, épreuve de Beer-Quiddich, les rouges contre les jaunes, les gagnants –enfin, les gagnantes, parce qu’on va forcément vous mettre la pâté-  auront le droit de donner un gage à chaque membre de l’autre équipe. »

Hors de question de se laisser ridiculiser par les filles. Virgil entendait bien gagner ce tournoi, songea-t-il en hochant lentement la tête.
« Est-ce qu’on aura le droit de vous transformer en esclave sexuel ? » demanda innocemment Damon dans l’unique but de faire râler les trois nanas.

Il récolta une œillade assassine de Kasya qui reprit :

« Ensuite, l’épreuve ultime qui allie force mentale et capacité de résistance -  les poteaux version Kro-Mantra : être le dernier debout, le dernier à s’endormir. »
« Et on gagne quoi ? »
« Rien. Avoua Kasya en haussant vaguement les épaules, si ce n’est le titre honorifique et tant convoité de  Vainqueur de Kro-Mantra. »
« C’est nul. »
« Ouai, carrément. Faut au moins gagner un truc… Par exemple, les perdants devront appeler le gagnant « Maître » durant toute notre septième année. » Proposa Damon.

Le batteur avait vraiment quelque chose à régler avec la notion d’assujettissement songea Virgil tandis qu’ils débouchaient tous sur leur lieu de campement non loin de  l’embouchure d’une rivière se jetant dans la Manche.

« On est arrivé ! » claironna Kasya en se débarrassant de son sac de randonnée et de ses baskets qu’elle abandonna dans le sable chaud. Elle avança en direction de l’eau et  se laissa choir au sol face à la mer en poussant un soupir de contentement, les yeux posés sur l’étendue bleue, une petite baignade avant de s’affairer ?" proposa-t-elle en levant la tête vers ses camarades.
 Damon ne tarda pas à entrer dans leur champs de vision, d’hors et déjà délesté de ses vêtements superflus, le corps bronzé, les muscles saillants. Torse nu et en short de bain moulant, il prit quelques poses de statues grecques, esquissa des pas de salsa et se mit à courir comme un dératé pour se jeter dans l’eau. Il disparut de longues secondes sous les vagues et finit par sortir la tête de l’eau à plusieurs dizaines de mètres du bord.

« Elle est trop bonne ! » s’exclama-t-il en secouant sa chevelure comme un chien qui s’ébroue.


Virgil s’était approché sur le bord, juste pour tremper ses pieds. En vérité, il n’était pas fan des activités aquatiques ni des après-midis farniente sur la plage. Il avait une sainte horreur du soleil estival depuis qu’il s’était prit un énorme coup de soleil quelques années plus tôt à Bude, lors des dernières vacances avec ses parents. Depuis, il mettait un point d’honneur en été à conserver sa peau aussi pâle qu’en pleine hiver.

L’adolescent tira sur sa cigarette et reporta son attention sur l’eau miroitante  à ses pieds. Les reflets du soleil lui firent froncer les yeux derrière ses lunettes et il se tourna légèrement en direction de Kasya et Phil restés en retrait sur le sable.

« Bonne… tout est relatif. »

Il balaya l’espace du regard et avisa alors une zone rocailleuse, sur la gauche, parfaite pour la pêche. Lisa n’avait qu’à bien se tenir.

Lancé de dés:
 


Virgil Forbes

NarrateurNarrateuravatar
Messages : 358

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Virgil Forbes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 10 faces' : 8
Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Lisa tourna un regard effaré vers Virgil, qui s’autoproclamait être de l’équipe pêche. Maeva ne put s’empêcher de ricaner en observant son amie, qui était devenue pâle, elle se sortit de cette situation d’une habile pirouette :

« Je passe mon tour, je préfère varier mes compétences et apprendre à construire une cabane. » répondit-elle un peu précipitamment. « Maeva sera une parfaite coéquipière de pêche ! » ajouta la jeune fille en désignant du menton son amie.

La concernée haussa les épaules et hocha la tête, avant de se pencher vers Virgil pour lui souffler, de façon à ne pas se faire entendre par le reste du groupe : « Le plan pêche, c’est un peu la planque pour ne rien foutre pendant que les autres se démènent à construire un abri, non ? »

Cela lui convenait parfaitement, songea Maeva en jetant un coup d’œil à Damon. Elle préférait être assise au bord de la rivière plutôt que d’obéir aux ordres de Damon et de subir ses remarques parfaitement misogynes sur les capacités des femmes ou leur place dans la société. Elle visualisait parfaitement la scène où il lui lancerait un : « Hé, tu te débrouilles pas trop mal pour une fille ! » et où elle s’empresserait de réprimer son envie de lui faire ravaler son ego masculin. Non, décidemment, elle serait bien plus tranquille avec les poissons, pensa-t-elle à l’entente de la proposition de Damon de les transformer en « esclaves sexuelles » si jamais il gagnait le tournoi de Quidditch. Elle ravala la réplique acide qu’elle avait sur le bord des lèvres, par égard pour Kasya qui était quand même sortie quelques mois avec ce bel abruti.

« Tu peux toujours rêver, Damon. Encore faut-il que tu gagnes… » le provoqua-t-elle toutefois, un sourire en coin. Elle n’avait peut-être aucun talent sur un balai – au plus grand désespoir de sa famille paternelle, qui aurait aimé la voir investie des talents de son père – mais elle ne se débrouillait pas trop mal dans ce célèbre jeu d’alcool ; surtout, elle était bien décidée à ne jamais laisser l’opportunité à Damon de réitérer sa petite blague.

Qui, de toute évidence, considérait que toutes les occasions étaient bonnes pour assujettir les femmes.

« Deal. » le défia Lisa en réajustant son sac à dos, s’attirant le regard outré de son amie qui articula un « Jamais. De. La. Vie. » à son intention. « Mais si je gagne, tu devras écrire un discours qui explique pourquoi les femmes te sont supérieures, et le lire dans la Grande Salle pendant le banquet de rentrée. »

C’était osé, ricana Maeva en adressant un clin d’œil à son amie, qui eut un sourire audacieux. Mais il était hors de question qu’elle passe une année entière à se prosterner devant Damon, aussi préféra-t-elle se désolidariser de cette conversation en accélérant le pas pour contempler leur lieu de campement. La rencontre entre la rivière et la manche donnait un lieu plutôt insolite, à mi-chemin entre la carte postale et le papier-peint d’une salle de bain défraichie. D’un savant mouvement, Maeva se débarrassa de ses chaussures et les envoya valser un peu plus loin, alors qu’elle posait son sac sur le sol, faisant tinter au passage les deux bouteilles qu’elle transportait. Elle s’étira un peu, massant ses épaules meurtries par le poids de son sac.

Elle relevait à peine la tête que Damon était déjà dans l’eau, s’ébrouant avec la grâce d’un labrador. « Bonne » grommela Maeva en considérant l’étendue d’eau avec un regard suspicieux, comme si la Manche pouvait être bonne ! Voilà un des mensonges les mieux entretenus de leur époque : la Manche n’était jamais bonne. Au mieux elle oscillait entre « gelée » et « glacée », mais elle ne pouvait pas atteindre une température qui pouvait s’approcher de ce qu’on considérait comme « bonne ». En tout cas, cela faisait bien longtemps qu’elle n’y croyait plus. C’était comme les « Mais si, une fois dedans, elle est bonne ! » Bien sûr, c’était scientifiquement prouvé qu’un froid aussi intense bloquait les terminaisons nerveuses et que, du coup, on ne ressentait plus rien ; ce n’était pour autant qu’elle avait envie de perdre un bras. Elle retira donc pantalon, mais conserva son t-shirt et s’approcha de la mer pour tester une nouvelle fois sa théorie. L’eau qui vint lécher ses pieds lui fit l’effet d’une brûlure sans nom et elle sentit un long frisson lui parcourir le dos. « Bonne », maugréa-t-elle, bien sûr…


Elle resta donc sur le rivage, alors que Lisa entrait dans l’eau avec une facilité déconcertante – un alien, si vous vous posiez la question. Son amie appela d’ailleurs Kasya avec de grands mouvements de bras, sachant pertinemment qu’il était parfaitement inutile d’insister auprès de Maeva. Cette dernière se rapprocha de Virgil – qui semblait aussi attiré par la baignade qu’elle – et allait faire une blague sur leur statut de pêcheurs lorsqu’elle capta son regard. Surprise par son silence, elle tourna la tête pour tenter d’apercevoir ce qu’il regardait, et mit quelques instants à repérer l’objet de son silence.

« Putain. » jura-t-elle à voix basse. « J’y crois pas. » Elle secoua la tête en étouffant un rire. « Tu vas niquer tout le girl-power de Kasya, t’es pénible. » commenta-t-elle avec un sourire amusé.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Quand Virgil vit Maeva s’approcher de lui, les pieds dans l’eau,  il la gratifia d’un regard sans équivoque : Si elle tentait de l’éclabousser, ne serait-ce que d’une simple petite goutte d’eau,  elle s’exposait à de très sérieuses représailles. Le Gryffondor était du genre rancunier –tout le monde le savait- et il n’hésiterait pas à lui rendre l’affront au centuple si elle se risquait à cette petite boutade.

Toutefois la jeune femme avait l’air aussi peu convaincu que lui par la température de la mer contrairement à Lisa qui n’était plus qu’à quelques brasses de Damon, maintenant. Virgil observa les deux Gryffondor se rejoindre et discuter au creux des vagues durant quelques instants en tirant sur sa cigarette. Il n’entendaient pas ce qu’ils se disaient de là où il était mais il était prêt à parier que Damon allait chercher le moyen de sortir avec Lisa ce soir. Il connaissait trop son pote et son sourire ultra-bright de séducteur pour penser le contraire, songea Virgil en glissant ses mains au fond de ses poches, totalement rassuré dorénavant sur les intentions pacifistes de Maeva.

Virgil prit alors une profonde inspiration d’air marin avant de balayer la plage du regard à la recherche d’un spot sympa pour la pêche. Ses yeux se posèrent alors sur quelque chose de brillant, au pied d’un rocher, à seulement quelques mètres d’eux : Une guirlande de…capsules de gobière Krollimbourg?
Ce ne pouvait quand même pas être ça… Si ? L’adolescent laissa échapper un bref rire tandis que Maeva jurait à côté de lui à voix basse. Ils en étaient arrivés à la même conclusion tous les deux : Il s’agissait bel et bien du collier d’immunité. Kasya n’avait pas pu le cacher si mal ! Quelqu’un avait du le trouver entre les rochers et le déposer là, bien en vue sur son caillou isolé. Ce n’était pas possible autrement.

Le Gryffondor se tourna vers Kasya et Philip. Les deux amis  n’avaient rien remarqué, occupés qu’ils étaient  à discuter à demi allongés dans le sable. Damon et Lisa quand à eux faisaient des longueurs dans l’eau fraiche. L’adolescent rejoignit donc le rocher en quelques enjambées pour se saisir du collier puis il retourna à proximité de Maeva, les pieds dans l’eau, non sans afficher un vague sourire supérieur.

« Hum … Pardon ? Le Girl-quoi ? dit-il en faisant mine de ne pas comprendre l’expression de la jeune femme. Il secoua la tête de gauche à droite et ajouta,  je connais pas ce truc. »

Virgil afficha un sourire goguenard, enfila le collier et le glissa sous son tee-shirt pour le masquer aux yeux des autres, on va les laisser chercher un peu, dit-il alors en fixant l’horizon. Il croisa les bras sur son torse, c’est plus marrant. »

Oui, Virgil imaginait bien Damon, Phil et Lisa retourner toute la forêt pour trouver ce foutu collier…déjà autour de son cou.

Le scénario rêvé ! Dommage que Maeva l’ait vu s’en saisir, songea-t-il alors en l’observant du coin de l’œil derrière ses lunettes de soleil.  Il espérait pouvoir compter sur la discrétion de la préfète, sa nouvelle coéquipière de pêche. Si cela n’avait été que de lui, il aurait préféré partir seul, ou à la rigueur avec Ragnarov, plutôt que d’avoir à se trainer la copine de Noah Forester. Même si jusqu’à maintenant elle s’était avérée plutôt amusante et perspicace, Virgil craignait que l’effet de groupe ne la porte plus et qu’elle finisse par enchainer des banalités lors de leur séance de pêche… Même pas en rêve. Si Virgil passait un week-end avec ses copains ce n’était certainement pas pour parler de la pluie et du beau temps avec Maeva Hellsoft ! Il voulait s’amuser. Il venait de subir une semaine entière de classement de fioles de souvenirs sous les ordres de la tyrannique Andréa, il comptait bien profiter un max de ces deux jours pour se vider la tête.

« T’as déjà pêché avant ? s’enquit-il alors en se tournant légèrement vers elle, parce que je te préviens, si ton poisson gobe son hameçon, ne compte pas sur moi pour t’aider… » ajouta-t-il en la regardant par-dessus ses lunettes. Et il ne plaisantait même pas. Maeva devrait se démerder.

« Tu penses peut-être que c’est la planque mais pas tant que ça en fait… » souffla-t-il comme pour la faire changer d’avis,  surtout si tu fais ça avec deux grammes d’alcool dans le sang. »

Alcoolisés, il pouvait leur arriver n’importe quoi : glisser des rochers, se blesser, tomber dans un trou et mourir noyer dans trente centimètres d’eau… Et c’était justement ça qui était amusant : La prise de risque, songea Virgil en esquissant un imperceptible sourire :

« Une petite gorgée de Ragnarov pour se mettre en jambe ? »
proposa-t-il subitement comme pour mettre au défi sa camarade.

Oui, il était quinze heures …Et alors ?


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva observa Virgil cacher le collier d'immunité sous son t-shirt et hocha doucement la tête pour lui signifier qu'elle ne dirait rien. Dommage, pensa-t-elle toutefois, elle aurait préféré trouver elle-même ce collier. Enfin, valait mieux Virgil que Damon, se reprit-elle en glissant un regard vers le jeune homme, occupé à plonger dans les vagues avec sa meilleure amie, qui secouait la tête, mi-amusée mi-dépitée par le spectacle offert.

"Bien sûr, championne de pêche à la mouche catégorie junior, trois années de suite !" ironisa-t-elle lorsque Virgil lui demanda si elle s'y connaissait en pêche. Elle reprit avec un haussement d'épaule : "Je m'y connais aussi bien que n'importe quel jeune, traîné dans les après-midis pêche par ses grands-parents." C'est-à-dire qu'elle savait monter une canne à pêche, fixer et lancer l'hameçon, et attendre que le poisson soit pris au piège. L'avantage, c'est que, contrairement à Lisa, elle n'avait pas peur de cette activité. Son amie était tout simplement terrifiée par les poissons hors de l'eau, qui se retrouvaient à frétiller, le corps luisant et les yeux vides. D'ailleurs, en troisième année, lorsqu'ils avaient affronté un Epouvantard en cours de Défense Contre les Forces du Mal, des milliers de poissons étaient apparus devant la jeune fille, frétillant dans tous les sens à la recherche d'une source d'eau. Cela avait toujours fait rire Maeva que ce qui terrifie le plus Lisa - d'une peur à la figer sur place, sans qu'elle soit capable d'exécuter le moindre mouvement - était un simple poisson.

Maeva n'avait peut-être passé ses journées au bord d'un lac à pêcher quand elle était enfant, mais elle se savait suffisamment débrouillarde pour se sortir de cette situation sans avoir besoin de l'aide de Virgil, qui, visiblement, comptait bien la laisser se démerder toute seule quoiqu'il arrive. Les sous-entendus de son camarades commençaient d'ailleurs à l'agacer - aux dernières nouvelles, elle n'avait jamais fait appel à personne pour l'aider à régler ses problèmes à sa place. Aux côtés de Virgil, Maeva se sentait un peu stupide, comme s'il la considérait comme une enfant à surveiller. Ils avaient le même âge, pourtant, et Maeva ne se sentait pas en décalage avec son camarade pour autant. Il était vrai que Damon, Virgil, Phil et Kasya étaient connus pour ne pas êtes les adolescents les plus sages de leur promotion, mais Maeva n'était pas non plus une Emma Blackbonnes ou une Marlene Barclay ; elle était en somme dans la norme des adolescents, qui se cherchaient encore, testaient toujours leurs limites et s'amusaient souvent de façon stupide ; peut-être moins que Virgil, elle le concédait bien.

Alors, quand Virgil lui proposa de prendre une gorgée de Ragnarov pour "pimenter" un peu leur sortie pêche, Maeva n'hésita pas une seule seconde. Elle avait toujours eu ce besoin de prouver aux autres qu'elle était sympa, cool et amusante - rien à avoir avec l'image de la "fille de Chloé Hellsoft" qu'on attendait qu'elle ait. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas agi de la sorte, mais ce weekend parmi des camarades qui lui étaient inconnus la poussait une nouvelle fois à tout faire pour s'intégrer... Quitte à commencer à boire à quinze heure de l'après-midi. Un air de défi sur le visage, Maeva parcouru en quelques enjambées la distance qui la séparait de son sac et farfouilla à l'intérieur pour y extirper la bouteille d'alcool, qu'elle ramena à Virgil.

"Santé !" s'exclama-t-elle avant de porter la bouteille à sa bouche pour en avaler deux longues gorgées qui lui brûlèrent l’œsophage d'une manière très peu agréable.  

"Tu en veux ?" proposa-t-elle ensuite en tendant la bouteille à son camarade en haussant un sourcil. "Mais je te préviens." lança-t-elle toutefois en observant Virgil, "Si tu glisses et que tu te retrouves dans l'eau, il est hors de question que je mette un seul pied dans la Manche pour te sauver. J'espère que tu sais nager."

Elle esquissa un sourire, alors que l'alcool qu'elle venait d'ingurgiter lui réchauffait un peu les joues.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Bien. Maeva semblait disposer de quelques connaissances élémentaires en pêche, plus que Lisa en tout cas qui avait été catalogué « phobique du poisson » depuis leur cours sur les épouvantards en troisième année. Virgil se souvenait parfaitement de cette séance et il comptait bien faire une petite blague de mauvais goût à sa camarade durant le week-end en déposant, par exemple, un poisson mort dans ses affaires juste pour le plaisir de la voir aussi tétanisée que  dans ses souvenirs.

Virgil en ricanait d’avance,  même si pour l’heure, il devait faire équipe avec Maeva pour tenter de ramener leur repas du soir et l’accessoire indispensable à sa boutade.  L’adolescent reporta donc son attention sur sa binôme attitrée comme pour l’évaluer du regard puis il lui proposa de pimenter quelque peu leur séance de pêche, ce qu’elle accepta volontiers.
En effet, la jeune femme approuva sans  tergiverser sa proposition de boire un peu pour se mettre en condition. Elle alla d’elle-même extraire de son sac une bouteille de Ragnarov, amenée par ses soins, avant d’en boire deux longues rasades comme pour le défier d’en faire autant. A u vu du comportement de Maeva, Virgil allait visiblement passer un bon week-end, songea-t-il sans toutefois verbaliser son ressenti.

Avec les préfètes, c’était quitte ou double : Soit vous aviez à faire à des rabats joies du genre de Blackbonnes ou Harper soit vous tombiez sur un profil à la Horrocks, de fille un peu stricte, en apparence, toutefois prête à s’encanailler à la première occasion. Même si Nelly ne buvait pas une goutte d’alcool, Virgil était bien placé pour savoir qu’elle n’était pas aussi sérieuse et irréprochable qu’elle en avait l’air…Et ce, pour son plus grand plaisir.

L’adolescent chassa les réminiscences de sa très agréable soirée Monopoly de son esprit et tendit  la main pour se saisir de la bouteille proposée par Maeva. Il arrêta toutefois  son geste en entendant l’ultime mise en garde de la préfète. Mise en garde qui l’amusa, en vérité, même s’il n’en laissa rien paraitre. Maeva pouvait être marrante, parfois. Ok. Cool. Tant mieux.
Il l’observa de son regard clair quelques instants et confessa finalement d’un ton parfaitement sérieux:

« Te moques pas, je sais pas nager. »
Virgil resta immobile et parfaitement dans son rôle,  le temps nécessaire pour tenter de duper sa camarade puis il enchaina,… mais t’inquiète, j’ai prévu mes brassards Bocahontas. »

Le Gryffondor afficha un sourire volontairement benêt, attrapa Ragnarov et but deux longues goulées qui lui laissèrent une sensation agréable dans la gorge. Ce week-end s’annonçait parfaitement bien, se dit il en sentant une douce chaleur l’envahir.

« On va pêcher ! » lança-t-il à la cantonade en rendant sa bouteille à la jeune femme.

Kasya et Phil approuvèrent d’un signe de tête tandis que l’adolescent venait  récupérer ses affaires non loin d’eux. Il ne comptait pas partir pêcher sans munition, à savoir quelques bouteilles de Krollimbourg. Il laissa toutefois plusieurs packs sur la plage en demandant à Phil de leurs trouver une place au frais et en garda un, de six, pour lui et Maeva. Il rejoignit ensuite la partie boisée,  cassa une longue branche souple d’un arbre avant de trouver un bon spot sur les rochers. A l’ombre, pour lui, de préférence. Il chercha de longues minutes, sautant de pierres en pierres, traversant des trous d’eau remplis d’algues et finit par jeter son dévolu sur un promontoire  surplombant l’estuaire, la plage et l’emplacement de leur futur campement. Face à lui, la Manche s’étendant à perte de vue. L’endroit idéal, ouvert et vivifiant,  après une semaine passée dans les Archives Mémorielles de Skye. Virgil déposa son sac et son bâton pour s’avancer un peu sur la pointe, en plein vent. La brise releva le col de son polo, plaqua son short sur ses jambes minces et ébouriffa ses cheveux tandis  qu’il sortait son Pear pour immortaliser l’endroit digne d’une carte postale. Il hésita un instant à envoyer l’hologramme à Nelly mais il se ravisa, refusant l’idée d’être le premier à reprendre contact ce week end. L’adolescent  rangea son Pear et avisa alors Maeva un peu plus loin.


« Le fil et les hameçons sont dans la petite poche. » dit-il en désignant son sac du menton. « Il y a des plombs aussi. » ajouta-t-il à l’attention  de sa camarade en revenant précautionneusement sur ses pas. Il ne tenait pas à donner raison à Maeva en chutant des rochers le premier. Il rejoignit la jeune femme et préféra commencer par prendre une gobière qu’il décapsula avec le dos de sa baguette magique avant de monter sa ligne. Ils avaient toute l’après midi pour sortir quelques poissons, ils pouvaient bien s’en prendre cinq avant d’attaquer.

« Vas-y, sers toi, souffla-t-il avant de boire une gorgée de Krollimbourg, le regard rivé sur Damon, Lisa et Kasya occupés à se baigner dans l’eau un peu plus loin. Ils avaient abandonné Phil sur la plage et Damon s’amusait à couler son ex petite-amie.

« Tu veux faire un pari ? s’enquit alors Virgil sans quitter des yeux le trio batifolant dans l’eau salée, Je te fiche mon billet qu’avant la fin de l’année, Damon et Kasya se remettent  ensemble. »


C’était plus fort qu’eux… Ces deux là ne pouvaient pas se quitter, malheureusement. Damon n’appréciait jamais autant Kasya que lorsqu’elle se refusait à lui et Kasya préférait les sales types comme Damon au gars sympa du genre de Phil…Au grand dam de ce dernier.


Virgil Forbes

Nelly HorrocksPréfète en Chefavatar
Messages : 924

Voir le profil de l'utilisateur
Pear de Virgil:
 



Kit par Irving

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
« Ca ira parfaitement avec ma serviette de bain Féodor. » rétorqua Maeva, stupéfaite d’être tombée dans le panneau de son camarade aussi facilement. En même temps, la situation était délicate : si Virgil ne savait effectivement pas nager, elle n’avait pas envie de le blesser en se moquant ouvertement de lui – même si, elle devait bien l’avouer, l’image du Gryffondor avec des brassards de bain était particulièrement cocasse.

Elle suivit Virgil après un dernier regard vers Lisa et Kasya, qui n’avaient d’yeux que pour Damon, et cassa à son tour une branche qu’elle jugea suffisamment souple pour lui servir de canne à pêche, mais suffisamment rigide pour résister si jamais un poisson se débattait violemment. Grimpant sur les rochers en prenant garde à ne pas s’entailler les pieds, la jeune fille observa un instant le paysage qui s’offrait à elle, savourant avec plaisir l’air iodé qu’elle respirait.

Après plusieurs semaines passées chez son père, se retrouver loin de la maison familiale lui faisait le plus grand bien. Là-bas, l’ambiance était pesante, étouffante. Parfois, son père s’absentait quelques jours, lui offrant un répit qu’elle passait à bavarder avec Eden – qui lui apprenait tant bien que mal à cuisiner – ou à jouer avec Felicity, qui grandissait de jour en jour. Mais dès qu’il était là, quelque chose changeait ; c’était comme si tout semblait pareil – même maison, mêmes occupants, même routine – mais qu’un détail ternissait l’ambiance normalement chaleureuse du cottage. Et Maeva n’était pas dupe : ce détail tenait en la personne de James Smith qui ne parvenait pas à digérer sa retraite et sombrait doucement dans l’alcool. Or, il lui suffisait de forcer un peu trop sur la bouteille pour connaître des accès de violence et il n’était pas rare d’entendre sa voix résonner dans le salon de la demeure familiale. Parfois, quand elle descendait voir ce qu’il se passait, elle croisait Eden, les yeux rouges d’avoir pleuré. Une fois, elle l’avait vu masquer, sous un pull très ample, des marques violettes au niveau de ses bras.

La jeune fille s’extirpa tant bien que mal de ces sombres pensées en se dirigeant vers le sac de Virgil pour sortir le matériel dont elle avait besoin pour fabriquer une canne à pêche de fortune. Elle batailla un instant avec le fil – pourquoi s’enroulait-il nécessairement autour de lui-même ? – et finit par en coincer un bout entre ses dents le temps de le nouer correctement autour de la branche. Concentrée sur son travail, elle hocha seulement la tête lorsque le Gryffondor lui proposa une bière. Sa dernière remarque, cependant, eut don de la faire réagir.

« Pas d'accord. » lança-t-elle, la parole gênée par le fil qu’elle avait toujours dans la bouche. Puis, elle prit conscience que ses paroles pouvaient être mal interprétées par Virgil et se dépêcha de nouer le fil pour parler plus librement.

« Je veux dire, j’adore Kasya et je n’ai rien contre Damon. » débuta-t-elle. A part qu’il était atrocement misogyne, mais elle préféra taire cette partie. « Mais quand ils étaient ensemble… » Elle haussa les épaules, Virgil avait dû le remarquer lui-même. « Kasya nous a répété à peu près une cinquantaine de fois qu’elle ne s’engagerait « plus jamais » dans une relation avec Damon. Je suis d’ailleurs censée l’assommer et l’enfermer dans la chambre des Secrets si elle me confie un jour en avoir de nouveau envie. » confia Maeva avec un sourire, tout en observant sa cane à pêche, qui n’était sûrement pas parfaite, mais ferait amplement l’affaire.

Elle tendit le bras pour saisir une Kro qu’elle décapsula, pensive, le regard également tourné vers ses camarades qui chahutaient toujours dans l’eau. L’air de Kasya, en effet, et le regard qu’elle portait sur Damon étaient sans équivoque.

« Moi, je te parie que Kasya et Damon ne seront pas en couple à la fin de l’année. Mais qu’ils vont passer leur temps à flirter. » Elle médita un instant. « Et plus, vu leurs affinités. »

Elle voyait déjà Kasya, le regard brillant, venir la trouver dans le dortoir avec un « il faut que je te raconte un truc » promettant des ragots croustillants, suivi du « je ne sais pas du tout comment c’est arrivé, vraiment, pourtant je te promets que je ne veux pas qu’on se remette ensemble » ainsi que le traditionnel « qu’est-ce que tu en penses, toi ? » Maeva, bonne copine, n’en penserait rien de fâcheux, préférant témoigner son soutien à son amie que de se risquer dans une analyse de sa situation qui était, de toute façon, trop personnelle pour qu’elle s’y risque. Elle se garderait également de se montrer sceptique lorsque Kasya lui assurerait que « vraiment, je ne sais pas du tout ce qui nous a pris ! ». Car il n’y avait qu’à les regarder batifoler dans l’eau pour comprendre.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Sur terre, il existait des personnes programmées pour ne pas être ensemble : Kasya et Damon faisaient assurément partie de ces gens là. Malgré l’attirance évidente qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre, leur relation amoureuse était incontestablement vouée à l’échec.
Nothing. Nada. Il n’y avait rien de positif au fait qu’ils forment un couple. Ils le savaient, aussi bien elle que lui…Et pourtant.
Surement consciente d’être encore légèrement sous le charme du batteur, Kasya avait sollicité le soutien de ses camarades de dortoir pour l’empêcher de retomber dans le panneau.

« Excellente idée, approuva Virgil lorsqu’il fut question d’enfermer Kass dans la Chambre des Secrets pour parer à une éventuelle rechute amoureuse. Il but une gorgée de Krollimbourg et enchaina, De mon côté j’attacherai Damon au Saule cogneur. C’est plus sûr. Souffla-t-il en observant de ses yeux mi-clos son ami jouer les apollon devant les filles. Il se tourna vers Maeva et chassa d’un mouvement de tête une mèche emportée par le vent qui lui barrait les yeux, Il faut qu’on unisse nos forces pour que ce couple ne voit plus jamais le jour. »

Virgil appréciait réellement ses deux amis mais il avait une sainte horreur de leurs disputes incessantes. Damon était un coureur et Kasya s’avérait être la jalousie incarnée. Ils étaient ainsi fait, l’un et l’autre, et rien ni personne ne pourrait les changer : Ils ne pouvaient pas être heureux ensemble. C’était mathématique !

Bien qu’elle soit à l’initiative de leur rupture, Virgil voyait bien que Kasya avait moins de facilité que Damon à passer à autre chose. Il faut dire que Virgil n’était peut-être pas le soutien qu’elle attendait tant il ne faisait ni preuve de bienveillance, ni de gentillesse à son égard. Il était simplement sincère avec elle. Lorsqu’elle lui avait dit, peu de temps avant de rompre « J’ai vraiment l’impression que Damon me prend pour une conne parfois. » il n’avait pas tourné autour du chaudron pour lui répondre « Pas parfois. Tout le temps. »

Un peu violent, certes, mais n’était ce pas le rôle d’un ami ? Vous dire clairement ce que vous refusiez d’entendre ? Tout le monde ne partageait pas cette conception de l’amitié et Virgil se doutait que Maéva et Lisa devaient être nettement plus hypocrites à l’écoute et conciliantes que lui. Kasya avait sans doute besoin d’elles dans sa vie en ce moment, sinon, elle ne les aurait pas conviées à leur petit week-end beuverie.

L’adolescent approuva d’un signe de tête lorsque Maeva évoqua l’éventualité d’une relation purement charnelle entre Kasya et Damon. C’était surement ce qui pouvait leur arriver de mieux, en effet : Pas de sentiments. Kasya y parviendrait-elle ? Rien n’était moins sûr, songea-t-il en regardant le petit groupe batifoler dans l’eau comme un chercheur observe des rats de laboratoire.

A cet instant, le Pear de Virgil vibra dans sa poche. Il détourna son regard de la scène qui se jouait en contrebas et reporta son attention sur son écran, l’air blasé. L’adolescent contint son sourire en découvrant l’expéditeur –il avait bien fait d’attendre que Nelly fasse le premier pas-  mais il esquissa toutefois un bref rictus en lisant le contenu du message. Il commença à pianoter une réponse instantanée et s’arrêta subitement avant de tout effacer et de refermer le clapet prestement.

Une réponse immédiate sous-entendrait qu’il avait attendu des nouvelles de Nelly depuis plusieurs heures –ce qui était tout à fait vrai- mais il ne tenait pas à passer pour un canard pour autant. Nelly pouvait bien attendre un peu. Cela participait au petit jeu de séduction qu’ils entretenaient depuis avril… L’adolescent rangea donc son Pear et but une nouvelle gorgée de gobière, le cœur léger.

Le message de Nelly –aussi banal fut-il- venait de le mettre de bonne humeur et semblait avoir aiguisé ses sens. L’adolescent inspira longuement l’air marin avant d’observer de nouveau le groupe de baigneurs.

« Lisa est avec quelqu’un en ce moment ?
s’enquit-il alors. Il chercha le regard de Maeva et ajouta, …parce que je crois que Damon est sur le coup. » ajouta-t-il avec un vague sourire en coin. Il observa la préfète quelques instants encore et s’enquit alors :
« Au fait ? Noah ne pouvait pas venir ? »
Virgil fronça les sourcils et se tapa subitement  la paume de la main sur le front comme s’il venait d’avoir une fulgurance, ah mais oui c’est vrai ! J’avais oublié : Il était pas invité. »

Particulièrement amusé par sa remarque, le cadet des Forbes afficha un sourire effronté. Il devait bien rester fidèle à sa réputation de poil à gratter après tout. Maeva était une fille plutôt sympa, en soit, mais il ne pouvait pas résister à l’appel de l’inconvenance et à l’envie de pimenter, un peu, leur conversation.


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
"Il faudra au moins ça, oui." commenta Maeva avec un sourire avant de prendre une gorgée de bière.

Il n'y avait qu'à observer le trio que formait Lisa, Damon et Kasya pour se rendre compte que le jeune homme vivait dans le regard des filles et qu'il ne semblait jamais plus sûr de lui que lorsqu'il y avait un individu du sexe féminin dans les parages. Il bombait le torse, rejetait ses épaules en arrière et affichait un sourire ultra bright ; cette technique semblait tellement bien huilée que Maeva se demandait sérieusement si Damon l'employait encore consciemment. Probablement pas, c'était sûrement devenu chez lui comme une seconde nature. Et visiblement cela fonctionnait sur une partie de la gente féminine, songea-t-elle en avisant Kasya qui pouffait suite à une plaisanterie du jeune homme.

"Lisa ?" répéta-t-elle en observant son amie qui, effectivement, observait Damon avec des yeux énamourés. La préfète soupira. "Elle est plus ou moins avec Niels depuis l'année dernière. De façon intermittente." précisa-t-elle.

Niels, comme Noah, partageait son dortoir avec Virgil depuis la première année mais elle ne savait pas s'ils étaient suffisamment proches pour discuter de leurs relations amoureuses. Elle en doutait sérieusement ; d'ailleurs elle ne parvenait pas à imaginer Virgil écouter les confessions du jeune homme quant à ses soucis de couple avec Lisa. Elle retint de justesse un rire à cette pensée.

"C'est un peu mes Damon et Kasya, si tu préfères. Ils passent leur vie à se tourner autour et dès qu'ils sont ensemble, rien ne va pas plus."

Du coup, ils se mettaient en couple et se séparaient ensuite approximativement une fois tous les deux mois. Maeva, après avoir écouté Lisa puis Nils se plaindre de l'autre environ 377 fois en l'espace de six mois était légèrement sortie de ses gonds devant toute la salle commune en qualifiant ses amis de "putains d'inadaptés sentimentaux". Un grand moment, assurément. Pour sa défense, elle venait d'apprendre que sa mère avait fui le pays en lui laissant une lettre, ne la laissant pas dans les meilleurs conditions pour gérer les problème de cœur de ses amis.

Il n'y avait, finalement, que Noah qui avait réussi à l'apaiser et même à la faire rire avec une imitation très juste de la tête de Niels et de celle de Lisa lorsqu'elle les avait planté pour sortir à grands pas rageurs. Noah, que, justement, Virgil s'empressait d'évoquer, visiblement très en forme et d'attaque pour quelques petites piques sur son couple.

Au fil des années, Maeva avait pris l'habitude des regards un peu curieux et des questions indiscrètes sur le couple qu'elle formait avec Noah. "Mais... Ca fait combien de temps que vous êtes ensemble ?" Bientôt deux ans. "Mais... Vous vous êtes mis ensemble super jeunes !" Merci, captain obvious, on avait effectivement quinze ans. "Mais... Vous êtes vraiment bien ensemble ?" De toute évidence, oui. "Mais... Parfois, t'as pas envie de sortir avec quelqu'un d'autre ?" De toute évidence non, puisqu'elle était toujours avec Noah et qu'elle n'imaginait pas une seule seconde se séparer de lui.

Visiblement, le fait qu'un couple se forme aussi tôt à Poudlard et dure dans le temps choquait les mentalités. Vraisemblablement, Maeva, en bonne adolescente tout juste majeure, devait avoir envie de nouvelles choses, et ne pouvait être heureuse que si elle accumulait les conquêtes. Mais quand Maeva écoutait Kasya ou Lisa, elle ne se sentait pas envahie par la jalousie mais, au contraire, par la gratitude d'avoir trouvé Noah si tôt et qu'il fasse désormais partie de sa vie. Elle n'avait besoin d'aucune bénédiction pour être heureuse, et encore moins de celle de Virgil qui ne paraissait pas porter Noah dans son coeur - et c'était, à en croire la tête qu'avait fait son petit-ami lorsqu'elle lui avait annoncé qu'elle partait en weekend avec son camarade de dortoir, plutôt réciproque.

"Oh tu sais," répondit-elle simplement en détournant le regard de la mer pour venir le poser sur Virgil. "même s'il avait été invité, il ne serait pas venu." Elle laissa un moment de silence s'écouler. "Vous n'êtes pas du tout assez cools pour qu'il daigne traîner avec vous." lança-t-elle ensuite d'un ton fataliste, et pourtant ouvertement moqueuse.

A son sens, Noah était bien plus cool que Virgil, Damon et Phil réunis. Il était le genre de garçon discret, bougon - mais il s'améliorait ! - qui méritait d'être découvert. Elle-même avait été plutôt dérouté, par moment, lorsqu'ils étaient encore amis surtout, mais encore maintenant, parce qu'il avait des réactions totalement opposées aux siennes. Mais Noah était une belle personne, un jeune homme humble, droit et loyal qui avait parfaitement sa place chez les Gryffondor ; sauf quand - et elle s'amusait à lui rappeler - il avait été question d'embrasser la fille qui lui plaisait pour la première fois. Noah avait cette force tranquille qui l'apaisait, qui calmait son enthousiaste débordant, son caractère bien trempé et ses accès de colère. Elle l'aidait à passer outre sa timidité, à se dépasser et à sortir de sa zone de confort. Quand ils étaient ensemble, elle avait l'impression de pouvoir déplacer des montagnes ; il lui donnait le sentiment qu'elle pouvait tout accomplir, tout réussir. Que Virgil ne comprenne pas ça, qu'il s'arrête sur le caractère sage de Noah, cela ne l'étonnait mais, bien plus encore, cela ne l'atteignait pas. Pourtant, Maeva avait toujours eu besoin de vivre avec l'approbation des autres. Toujours, sauf lorsqu'il s'agissait de son couple.

Elle offrit toutefois un sourire à Virgil, ravie de sa répartie, tout en testant sa canne à pêche. D'un mouvement un peu hasardeux elle lança sa ligne à l'eau et s'assit sur le bord du rocher, les jambes dans le vide.

"Et toi ? Es-tu atteint par... Mince, comment Magpie dirait déjà..." Elle réfléchit un instant pour retrouver les mots de la sulfureuse romancière et décida finalement d'inventer ses propres termes en reprenant son style grandiloquent "Par la force de l'amour et de la romance, laissant dans ton cœur une faille ouverte et béante ?"

Un petit rire lui échappa. Que Magpie soit obsédée par Virgil ou que ce soit l'inverse, les faits étaient là : l'animosité entre la romancière et le Gryffondor était connue de tous ; et les rumeurs sur l'origine de cela allaient de bon train. Après tout, elle avait même nommé l'un de ses personnages comme lui dans l'un de ses romans.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Virgil partageait sa chambre avec Noah depuis six ans. Six longues années où ils n’avaient pas été fichu de se trouver l’ombre d’une affinité tous les deux. Les choses étaient ainsi faites : Noah Forester resterait pour Virgil, la silhouette informe, dans le fond de la pièce, immortalisée sur les nombreuses photos de leur dortoir : Cette tache en arrière-plan, derrière Damon et Phil, bras dessus bras dessous et tout sourire le dernier jour de leur première année.  Ces pieds dépassant d’un lit à côté de Damon mimant King Kong suspendu à la traverse de son baldaquin en cinquième.

Rien de plus.

Sur le fond,donc, la réponse de Maeva n’étonna pas vraiment Virgil -Forester ne serait jamais venu à l’une de leur soirée, incontestablement- mais ce qui le surprit agréablement en revanche fut le ton ouvertement moqueur de la préfète. Elle était loin de se formaliser de cette petite pique à l’encontre de son cher et tendre et elle se payait même sa tête en retour en affirmant que la petite bande qu’il formait avec Damon, Philip et Kasya n’était vraiment pas assez cools pour son petit-ami.

«Wouuuh ! ça clashe ! » souffla Virgil en grimaçant comme si le fait de ne pas être considéré  comme «cool » par Noah Forester était le déshonneur suprême. Ah, ah. La bonne blague.

«  Méfies-toi on risque de te contaminer avec notre absence totale de coolitude. » La mit-il en garde d’un ton faussement contrit. Il termina sa gobière, attrapa son sac et s’installa sur un rocher non loin d’elle pour commencer la confection de sa canne à pèche, Ton propre mec ne daignera plus sortir avec toi après ce week-end, poursuivit-il en nouant son fil à la branche, tu peux encore partir tu sais. »Il releva les yeux vers Maeva pour l’observer au dessus de ses lunettes de soleil et esquissa un vague sourire en coin, à moins bien sûr que tu ais envie de rester, auquel cas, tu ne vaux guère mieux que nous. Désolé de te l’apprendre. »

Elle n’allait pas lui faire croire qu’elle était venue uniquement pour tenir compagnie à Kasya. L’amitié avait des limites !Virgil était persuadé  que la préfète et Lisa avaient prévu de s’amuser ce soir. Au moins un peu ! Certes, ils n’étaient pas les plus intelligents de Poudlard, ni les plus matures, ni les plus compréhensifs mais ils pouvaient être d’agréable compagnie… Du moins, Philip et Damon, oui.

Virgil reporta son attention le nécessaire de pèche qu’il avait amené et commença à farfouiller du bout des doigts dans sa boite à la recherche de l’équipement idéal. Certes, il aimait bien taquiner Maeva mais il devait tout de même faire son montage avant d’être complètement bourré. Le Ragnarov et la gobière commençaient lentement à faire leur œuvre et Virgil ne comptait pas s’arrêter en si bonne voie, mais seulement après avoir monté une ligne digne de ce nom.

C’était son père qui lui avait appris alors qu’il devait avoir sept ou huit ans. Le flotteur, les plombs,…  en vérité la pèche n’avait pas de secret pour Virgil même s’il n’avait plus pratiqué cette activité depuis des années. Peu adepte de la baignade, la pèche avait rempli ses après-midis de vacances durant toute son enfance. Il partait des heures entières avec Jonah sur la jetée de Bude, ramenait des poissons de roche dans un saut pour les montrer à Agathe restée sur la plage avec ses frères puis il les relâchait… parce que son père l’y obligeait, bien sûr. Une fois, il en avait laissé deux, hors de l’eau, sur un rocher, pour voir combien de temps ils survivaient. Test fort instructif en soit. Grace à cette expérience, il savait, aujourd’hui, que l’agonie d’un poisson  pouvait être très très longue.

Ce passe-temps –la pèche, j’entends, et non pas regarder des animaux mourir- lui était finalement passé à sa rentrée au collège mais il n’avait rien perdu de ses vieux automatismes, constata-t-il en jetant un regard appréciateur à sa ligne avant de se lever. Il accrocha un appât de choix- une grosse crevette récupéré dans un trou d’eau- et alla se positionner non loin de la préfète, à une distance raisonnable d’elle toutefois pour éviter que leurs fils ne s’emmêlent.

Virgil s’assit au bord du promontoire, ses pieds nus suspendus au dessus de l’eau agitée.  Il prit quelques instants pour se caler –ces rochers n’étaient pas des plus confortables- avant de lancer sa ligne dans les flots tumultueux. Parfait. Il pouvait passer aux choses sérieuses maintenant : Cigarette. Gobière. Réponse à Nelly. Dans cet ordre de priorité, s’intima-t-il. Sa clope au coin des lèvres et sa bouteille fraichement décapsulée posée non loin de lui, il s’apprêtait donc à répondre au message de sa camarade lorsque Maeva lui posa une question totalement indiscrète. Sérieusement ? Elle pensait vraiment qu’il allait lui raconter en détail toute sa vie sentimentale uniquement parce qu’ils étaient assis, en tête à tête, sur un rocher face à la mer ? Décidément Maeva ne manquait pas d’humour. Ou alors elle était complètement stupide. Au choix. Virgil secoua légèrement la tête d’un air amusé avant de relever les yeux vers la jeune femme.

« C’est marrant que tu me demandes ça, commença-t-il avant de tirer une bouffée sur sa cigarette, Il y a bien cette fille. Je la connais depuis un petit moment déjà mais je ne l’avais pas trop remarqué avant cette année. Sur le papier, on a rien en commun. Par exemple, elle est préfète, tu vois le genre, poursuivit-il en esquissant une grimace, mais, tu sais, je me suis mi croire à cette histoire des opposés qui s’attirent, tout ça… et je me suis dis, « pourquoi pas ? » Il haussa les épaules et continua. Le souci, c’est qu’elle est déjà prise. Et pas par n’importe qui. Un de mes camarades de dortoir,  le gars le plus branché de l’école, la coolitude incarnée si j’ose dire,… Virgil esquissa un rictus en coin, Je suis sûr que tu vois de quelle nana je veux parler… »
Il ne se fichait pas du tout de sa figure. Du tout.


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
« Pour ça » elle secoua sa bouteille de Kro, « je pense que je suis capable de passer outre votre manque total de coolitude. »

La jeune fille eut un sourire amusé et termina sa boisson en une longue gorgée. Elle était bien contente d’être assise, parce qu’elle commençait à sentir l’effet de l’alcool sur son organisme. Elle fit jouer un instant sa ligne – effleurant le bord de l’eau avec son hameçon – avant de le laisser couler et s’immerger dans les flots. Les poissons avaient intérêt à être conciliants, parce qu’ils étaient leur seule ressource pour se nourrir ce soir et qu’elle ne doutait pas une seule seconde qu’ils auraient envie de se sustenter – notamment pour absorber la quantité phénoménale d’alcool qui avait été amenée.

Si Virgil, Phil, Damon et Kasya semblaient habitués à ce genre de beuverie, ce n’était pas le cas de Maeva. Elle avait fait quelques soirées – les traditionnelles soirées de fin d’année à Poudlard, quelques-unes avec ses amis proches, mais elle n’était pas du genre à enchaîner les verres et à se retrouver, quelques heures plus tard, à vomir l’intégralité de ce qu’elle avait ingurgité. Dans une lueur de lucidité, elle se promit d’être à peu près raisonnable et de respecter une certaine limite : elle n’avait pas envie de finir dans un état lamentable, surtout qu’elle n’était pas entourée de personnes dont elle était particulièrement proche. Elle ne doutait pas que, malgré leurs aspects un peu revêches, Virgil ou Damon ne la laisserait pas se noyer dans la Manche, mais elle préférait que la question ne se pose jamais. Ce sursaut de conscience lui tira un sourire, et elle songea un instant que les campagnes de sensibilisation menées à Poudlard n’avaient pas été totalement inutiles ; à part, bien évidemment, le petit bracelet floqué du slogan accrocheur « l’alcool c’est pas LOL » qu’ils avaient tous reçu à la fin de la séance.

Ce fut finalement la réponse de Virgil qui la tira de ses pensées et elle porta sur lui un regard ouvertement suspicieux, ne s’attendant pas une seule seconde à ce qu’il réponde à une telle question – qui avait juste eu comme but de se moquer de Mildred Magpie, elle le confessait. Le portrait qu’il dressait en filigrane lui fit hausser un sourcil sceptique et la chute qu’il amena lui arracha un rire. Elle hésita un instant entre le rabrouer en se moquant de lui et entrer ouvertement dans son jeu. Elle choisit la seconde option et marqua son ravissement en portant une main à son cœur.

« Si tu savais comme je suis heureuse que tu me dises ça, je n’osais pas y croire. » Elle papillonna un instant des yeux avec exagération, luttant pour ne pas rire ; son sourire hilare trahissait cependant son état d’esprit. « Imagine un peu le rêve : on pourrait organiser des repas de famille le dimanche avec ton père et mon beau-père. C’est mer-vei-lleux. »

Sous tous les aspects, c’était tout sauf merveilleux. Maeva avait suffisamment de difficultés à jongler avec son statut d’élève et de fille de prof pour envisager une telle situation – qui, de toute façon, ne s’envisageait absolument pas. Vraiment pas. Du genre, jamais. Elle avait eu, en plus, la bonne idée de poursuivre Etude des Runes jusqu’aux ASPIC – parce qu’elle aimait véritablement cette matière – mais cela donnait lieu à des situations un peu cocasses dont elle se serait volontiers passée, comme lorsqu’elle se trompait et appelait leur professeur par son prénom ou qu’elle oubliait de le vouvoyer face à la classe. Au début, quand la relation entre Peter et sa mère était toute nouvelle, elle était mortifiée par la honte et n’avait qu’une envie : disparaître sous sa chaise. A présent, elle ressentait toujours une vague gêne – due généralement aux rires que cela suscitait – mais elle faisait son possible pour ne pas s’en formaliser : après tout, ils faisaient partie de la même famille, elle ne pouvait pas occulter ce fait à chaque fois qu’elle suivait son cours.

Virgil aussi devait être passé par cette époque bénie, songea-t-elle en lui jetant un coup d’œil discret. Et encore ! Au moins, le professeur Forbes n’avait pas été le directeur de la maison de Gryffondor, comme Chloé l’avait été pour elle pendant plusieurs longues années…


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Il n’y avait qu’un seul pape de la coolitude dans le dortoir de Virgil si bien que Maeva ne tarda pas à deviner l’identité de la mystérieuse fille qui faisait soit disant battre le petit cœur tout sec et rabougri de Virgil : Elle-même. Loin de se sentir gênée par cette pseudo révélation, Maeva fit mine d’être flattée par cet aveu. A l’instar d’une Peggy Black devant Feodor, elle papillonna des paupières et porta une main sur son cœur comme si cette nouvelle ne pouvait pas lui faire plus plaisir. Elle ajouta même qu’elle n’osait pas y croire !

« Ce conte de fée est bien réel, Maeva, lâcha Virgil en se prenant au jeu de l’amoureux transi. Il replia un genou pour s’accouder sur sa jambe et poursuivit, la mer, les oiseaux, le vent dans tes cheveux, ce que je viens de te dire…Tu imagines le nombre de fille qui rêverait d’être à ta place ? –honnêtement, surement très peu-  Je viens quand même de te faire une putain de déclaration devant l’immensité de l’océan ,Virgil esquissa une grimace malgré lui. Tellement cliché ce truc. Dire qu’il existait des personnes appréciant réellement ces situations pseudos romantiques, Comment peux tu résister à la force des éléments, conjuguée à la force de mon amour pour toi, ajouta-t-il , possédé par l’esprit frappeur de la Sainte Guimauve. On est fait l’un pour l’autre, rends toi à l’évidence… »

Maeva approuva cette tirade en se projetant d’emblée dans un hypothétique  futur commun qu’ils puissent partagés ensemble. Une véritable dystopie aussi catastrophique que terrifiante :  Un repas de famille réunissant Jonah et Peter Virtanen. L’enfer sur terre.

« Aoutch ! Tu veux la jouer à la Roméo et Juliette et qu’on attente à nos vies avant le dessert ? C’est ça ?» s’enquit Virgil en baissant ses lunettes de soleil sur l’arrête de son nez, A moins qu’on meurt d’ennui avant le fromage pour avoir trop écouté ton beau-père parler des runes et mon paternel évoquer les dangers de l’alcool. »

L’adolescent roula des yeux en remettant ses lunettes en place de l’extrémité de son index. Son père avait supervisé la venue d’une association de prévention contre les conduites additives à Poudlard, conférence à laquelle tous les élèves avaient assistés. A cette occasion, Virgil et tous les autres pensionnaires avaient  récupéré un magnifique bracelet  jaune fluo floqué « l’alcool c’est pas LOL » que l’adolescent portait tout à fait ironiquement depuis. Il agita d’ailleurs son poignet gauche avant de se concentrer de nouveau sur les flots tumultueux en contrebas.

« Je crois qu’on peut faire pire que ce repas tu sais, souffla-t-il alors, On invite ma future belle-mère en plus. » Virgil releva les yeux vers Maeva. « Le professeur Corrigan. » cracha-t-il avec une pointe de dédain. Et oui, Maeva n’était plus la seule dans cette situation, Virgil aussi allait devoir composer avec la nouvelle copine de son père à Poudlard. A quoi bon garder cette information secrète. Jonah comptait officialiser cette relation dès la rentrée prochaine de toute manière.

Depuis l’article parut dans Multiplettes tous les élèves soupçonnaient déjà une liaison entre son père et l’enseignante de DCFM mais  Jonah avait enfin officialisé cette rumeur auprès de ses enfants. Il les avait réunis, tous les quatre, avant de partir à New York et leur avait expliqué, ni plus ni moins, qu’il se tapait la Poufsouffle depuis quatre bons mois.
Bon ok, ce n’était pas exactement les termes que Jonah avait employé, certes,  mais le résultat était le même : Virgil allait avoir un nouvel adulte référent sur son dos, à Poudlard et dans sa vie en général. Comme si Agathe et Jonah ne suffisaient pas ! Ses  relations familiales  était déjà assez compliquées avec seulement ses des deux parents alors  voir débarquer sa prof dans son quotidien lui filait des hauts-le cœur.
Jonah avait programmé un repas , fin aout, juste avant la rentrée scolaire, pour faire les présentations officielles mais Virgil n’était pas pressé d’appeler son enseignante par son prénom  ni de lui proposer de te se resservir en salade de fruits.  « Un peu de vin des elfes avec ton fromage Thelma ? » Brrrrr… Il en frissonnait d’avance.

Maeva était passée par là, elle aussi, et Virgil se demandait comment elle avait vécu cette épreuve. Il n’avait jamais remarqué avant, d’ailleurs,  mais leurs situations familiales respectives étaient plutôt semblables…

« T’imagine : Quatre directeurs de Maison réunis autour d’un repas … Il faut vraiment que ta mère revienne enseigner à Poudlard pour que ce scénario de l’horreur puisse voir le jour, grogna Virgil d’un ton désabusé. Il releva les yeux vers Maeva et ajouta « …Enfin,… avant qu’elle revienne prendre son poste, il faudrait d’abord qu’elle revienne tout court. » lâcha-t-il avec sa délicatesse légendaire.

Logique non ?

Toute la population magique savait que Chloé Hellsoft, leur ancienne directrice de Maison et la mère de Maeva, n’avait pas donné signe de vie depuis plusieurs mois. Elle était partie sans donner de nouvelles -en même temps, partager le quotidien du sombre Peter Virtanen pouvait donner des envies d’exil, estimait Virgil- et figurait sur le registre des disparitions inquiétantes du Ministère.

Virgil était peut-être un peu cash en évoquant Chloé de la sorte mais il ne comptait pas faire comme s’il ne savait rien de la situation personnelle de sa camarade. Tout Poudlard parlait de la fuite de l’ancienne directrice de Gryffondor dans le dos de la préfète . Lui, au moins, il préférait évoquer cette disparition devant elle sans se cacher derrière des faux-semblants. Il ne cherchait pas à être blessant –pour une fois- mais il ne comptait pas  éviter le sujet ni servir à Maeva le numéro du camarade  pseudo compatissant, qui lui demande gentiment si elle tient le coup.  La tête inclinée sur le côté et le regard de cocker déprimé qui dit « je comprends ta douleur. » en option.
Très peu pour lui. En plus, il était sûr qu’elle n’apprécierait pas cette fausse proximité entre eux.

Maeva n’était pas la seule à avoir des problèmes et chacun s’efforçait de vivre avec : Nelly et sa folle de mère, Emma et son passif avec Sorden, …même Harper et son nouveau papa encombrant. La vie d’adulte sous entendait devoir faire face à certaines désillusions. Virgil décida donc de poursuivre cette conversation avec le même mordant  et la même irrévérence que précédemment, estimant que c’était, de loin, la meilleure chose à faire.

« Au fond, c’est pas  si grave si ta mère ne vient pas à notre repas, je ne l’ai jamais vraiment aimée tu sais, reprit-il le plus naturellement du monde comme s’il n’évoquait pas la génitrice potentiellement morte de sa camarade,  Elle est beaucoup trop sévère pour moi et puis je suis sûr qu’elle aurait complètement désapprouvé notre union. »

Il avait toujours entretenu des relations dirons nous… tendues avec son ancienne directrice de maison.


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva ne parvint pas à retenir un éclat de rire à la suite des paroles de Virgil, mais accentua sa réaction avec un soupir un peu trop exagéré pour qu’il s’agisse d’un véritable soupir amoureux. Déjà, Maeva n’avait jamais été une adepte des longues déclarations d’amour – ce qui devait bien arranger Noah, ceci dit – mais que ce soit Virgil Forbes qui prononcent de telles paroles, et la situation gagnait encore en potentiel comique.

« Oh Virgil… » Nouveau soupir faussement énamouré. « Je ne te savais pas si poète. Tout ce temps passé avec Magpie, finalement, c’était pour apprendre de telles phrases… »

La jeune femme ricana. Mildred Magpie était l’apogée de la guimauve ; ses romans étaient encore plus indigestes qu’une guimauve de mauvaise qualité. Ses mots, écœurants, vous restaient en bouche et pesaient lourdement sur votre estomac. En théorie, la jeune fille n’avait rien contre la romancière ; elle s’arrangeait seulement pour la croiser le moins possible à Poudlard et restait éloignée de la salle des Arts – de toute façon, elle n’avait aucun talent artistique (la dernière fois qu’elle avait aidé Eden à décorer des cupcakes, ils semblaient tout droit sortir d’une collection pour Halloween). Le conflit entre Virgil et Magpie, cependant, était connu de tous les élèves de Poudlard et était une source intarissable de blagues.

« Héééé, Peter est très intéressant ! » contra-t-elle, avant d’ajouter, avec un sourire malicieusement : « Peut-être que, si tu ne dormais pas en Runes… » Elle secoua la tête avec fatalisme : « La Mandragore c’est la mort, Virgil… »

Elle savait que le professeur Forbes était particulièrement investi dans la lutte contre les produits stupéfiants dans l’enceinte de l’école – et, probablement, contre les produits stupéfiants dans l’enceinte du monde magique, voire du monde moldu aussi. C’était ironique, d’ailleurs, quand on connaissait les activités auxquelles s’adonnaient régulièrement son fils et ses amis. Il aurait peut-être été du rôle de Maeva – préfète, rappelons-le – d’exprimer des inquiétudes quant à l’état de santé de son camarade ; mais elle se sentait tenue par une sorte de solidarité envers Virgil, qui, comme elle, n’avait même pas la chance de pouvoir échapper à la surveillance parentale pendant quelques mois de l’année.

« Duuuuur. » commenta-t-elle lorsque Virgil mentionna sa nouvelle belle-mère. Elle se rappelait avec une netteté étonnante le moment où sa mère lui avait annoncé pas seulement que Peter et elle formaient un couple, mais qu’en plus de ça elle était enceinte de Lou. Grand moment. « Tu vas pouvoir expérimenter les joies d’être en cours avec la copine de ton père. C’est for-mi-dable. »

Elle n’essaya même pas d’enrober la vérité avec des « Oh, mais Corrigan a l’air plutôt sympa ! » C’était vrai, mais ce n’était pas le problème et Virgil le savait très bien. Déjà, accepter que l’un de ses parents refasse sa vie avec quelqu’un d’autre, ce n’était pas une chose aisée, que ce soit à treize ans comme à dix-sept. Mais le véritable problème résidait dans le fait que cette personne en question vive quotidiennement dans le même endroit que soi, parce que cela supposait la croiser tous les jours. Si, en plus de cela, on rajoutait une relation totalement inégalitaire de type professeur-élève, on arrivait au summum de la difficulté. Cependant, qu’on se le dise, Maeva ne regrettait pas une seule seconde que Peter soit entré dans sa vie, bien au contraire. Elle aimait véritablement son beau-père (même si elle était trop pudique pour le reconnaître) et était reconnaissante de la façon dont il continuait à prendre soin d’elle, même si, théoriquement, rien ne l’y obligeait.

Rien ne l’y obligeait parce que, comme le soulignait très délicatement Virgil, sa mère était partie. Maeva se raidit ostensiblement à ces paroles, alors que sa main droite se crispait légèrement sur sa canne à pêche.

« C’est vrai. » lâcha-t-elle simplement en fixant résolument un point à l’horizon.

Que Virgil se rassure : sa mère ne reviendrait probablement jamais. Dans quelques mois, elle serait déclarée comme présumée morte par le ministère et les recherches finiraient par s’arrêter. Maeva, quant à elle, resterait sans mère et sans réponse. Parfois, une toute petite partie d’elle avait envie qu’on leur annonce que Chloé Hellsoft était décédée. Parce qu’alors, au moins, elle pourrait faire son deuil et comprendre pourquoi, tout ce temps, sa mère ne lui avait donné aucun signe de vie. C’était terriblement égoïste, mais, à présent que des mois et des mois de tristesse et d’inquiétude s’étaient écoulés, elle se sentait surtout en colère.

En colère contre sa mère, bien évidemment, qui avait disparu du jour au lendemain sans prendre la peine de lui expliquer quoique ce soit. Et en colère contre ses camarades, qui, sous couvert d’empathie, faisaient preuve d’une curiosité morbide et mal-placée. En colère contre ces « C’est tellement triste ce qui t’arrive » et ces « j’imagine ce que tu dois ressentir », toutes ces petites phrases qui lui donnaient envie d’étrangler son interlocuteur en lui hurlant que non, non il ne savait pas. Il ne connaissait pas jours passés à guetter un hibou, les moments où elle se résignait et où un petit signe – même minuscule – lui faisait retrouver l’espoir auquel elle s’attachait avec la force du désespoir.

La réaction, de Virgil, finalement, changeait agréablement parce qu’elle ne sentait pas de pitié mal dissimulée dans sa voix. Ces dernières phrases lui arrachèrent même un sourire et elle tourna la tête pour observer longuement son camarade.

« Elle aurait carrément désapprouvé, même. Mais le prends pas mal, elle aimait pas grand monde. » commenta Maeva, en employant, sans s’en rendre compte, le passé. C’était un peu dur, peut-être, mais ce n’était pas complètement faux ; Chloé Hellsoft avait toujours été une femme très exigeante envers son entourage, qu’il soit proche comme sa famille ou moins proche comme ses élèves. « On s’en passera à table. Crois-moi, tu préfères encore écouter Peter parler de runes finnoises pendant deux heures que ma mère t’expliquer je ne sais quel principe de divination auquel je n’ai jamais rien compris. » Elle soupira en levant les yeux au ciel. « Si tu veux désespérément rajouter une quatrième personne à ce trio déjà bien gratiné, je peux ramener ma belle-mère. Ou on peut inclure ta chère Magpie, qui semble avoir à cœur ton bonheur… »

Son cœur pesait toujours aussi lourd mais son sourire allégeait un peu sa peine.



Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Virgil Forbes le Mar 27 Nov 2018 - 18:28, édité 1 fois
Virgil remarqua à peine le tressaillement de Maeva à la mention de sa mère. De toute évidence, la préfète  gérait bien la disparition de sa génitrice. Assez bien, en tout cas,  pour ne pas se laisser atteindre par les propos la concernant… ou pour cacher parfaitement ses états-d’âme. Virgil ne savait pas trop. Il ne connaissait pas assez Maeva pour décrypter son regard fixe, perdu dans le vague, mais il nota mentalement de prendre exemple sur son air détaché  la prochaine fois qu’il se sentirait mi en difficulté dans une conversation. L’adolescent  reporta son attention sur le bouchon de sa canne à pêche qui flottait paresseusement dans les flots au pied du promontoire. Il venait sans doute de plomber l’ambiance, songea-t-il avec une pointe de regret -Dommage, il s’amusait bien- mais Maeva reprit la parole après quelques minutes de silence en affirmant que sa mère n’aimait pas grand monde. De là à lire, en filigrane, que Chloé Hellsoft ne l’aimait pas, elle, sa propre fille, il n’y avait qu’un pas. Pas que Virgil franchit allégrement en pensant deviner de l’amertume derrière les mots durs de Maeva.

Virgil avait une relation compliqué avec son père mais il savait au plus profond de lui que Jonah l’aimait. Peut-être moins que Dean, certes, mais son père était soucieux de ses enfants. A sa manière. Il se montrait autoritaire, étouffant, exigeant,… trop peut-être. Les Forbes avait incontestablement un problème de communication, des relations familiales tendues  mais Virgil n’avait jamais douté de l’affection que ses parents puissent lui porter. Jamais. L’adolescent se demandait souvent comment ses camarades arrivaient à s’épanouir avec un parent défaillant. Comment avait fait Nelly après avoir été  harcelée et violentée par sa mère ? Et Maeva abandonnée par la sienne ?

Elles faisaient face. Tout simplement. Avaient-elles vraiment le choix ?

Virgil observa Maeva quelques secondes derrière ses lunettes de soleil. Sa maitrise d’elle-même était impressionnante, réellement, et il appréciait aussi son humour à toute épreuve tandis qu’elle continuait à bitcher sa propre génitrice. Soucieux de donner le change, il  laissa de côté ses pensées intérieures pour poursuivre leur conversation.

« Sérieux. Divination. »  souffla-t-il  en écartant légèrement les bras en signe d’incompréhension. Comment cette matière pouvait-elle être enseignée à Poudlard ? A ses yeux, cette discipline -que Kasya adorait tant-  n’était qu’une vaste supercherie. « Quoique, ta mère était plutôt douée dans son domaine, tempéra-t-il en levant un index. Un jour elle m’a prédit deux heures de colle, et bien, saches qu’ elles ont vraiment eu lieu. » Il fit mine d’être impressionné, Ok, c’est elle qui me les avait donné mais quand même. Reconnais lui au moins ce mérite : C’était une experte.»  lâcha-t-il en décidant d’utiliser à son tour le passé pour parler de son ex-directrice de maison..

Il n’avait fait que copier Maeva. Signe que pour elle, sa relation avec sa mère était belle et bien de l’histoire ancienne.  Virgil quand à lui ne cherchait pas spécialement à se moquer de Chloe Hellsoft  mais plutôt à continuer  l’ échange en conservant le même ton ironique que précédemment. C’était la meilleure chose qu’il puisse faire :  Ne pas changer d’attitude et se conduire avec elle de la même façon qu’avec tous les autres.

La jeune femme ne se fit pas prier pour poursuivre cette discussion pleine de sarcasmes  puisqu’elle proposa d’inviter une autre personne que sa mère en guise de quatrième convive à leur hypothétique repas de famille. Elle suggéra d’abord sa belle-mère, proposition qui ne fit pas particulièrement réagir Virgil. Depuis qu’il avait réussi à empoisonner Mildred grâce à une pâtisserie du Paradis d’Eden, l’adolescent vouait un culte à Miss Rosebury et il ne comptait  pas se montrer médisant envers elle. Le deuxième nom proposé par Maeva lui tira toutefois un large sourire carnassier.

« Tu veux inviter mon amie Mildred ? Mais quelle excellente idée ! Il attrapa sa gobière et en but quelques gorgées avant de poser la bouteille sur sa cuisse, Elle pourra  rappeler à mon paternel sa cuisante défaite en justice et draguer ouvertement ton beau-père. »

Virgil laissa échapper un léger rire mauvais.

« Ne ferait-il pas un joli couple d’ailleurs?  Je suis sûr que Peter rêve d’être une bulle de jacuzzi frôlant l’intimité de Magpie…»

L’adolescent fronça le nez devant cette image mentale qui lui tira une grimace.  Il était sur le point de continuer dans la surenchère lorsqu’une  voix s’éleva derrière eux.

« Ah vous voilà ! Je vous cherchais ! »
Virgil tourna la tête pour découvrir une Kasya dégoulinante d’eau de la tête au pied.
« Dis plutôt que tu cherchais la gobière… »
« J’avoue. » souffla la jeune femme en s’accroupissant près du sac de Virgil pour attraper une Krollimbourg qu’elle décapsula d’un geste expert. Elle but quatre longues rasades avant de lâcher un long soupir de contentement. Visiblement Kasya profitait bien de sa journée.

« Vous parliez de quoi ? » s’enquit-elle en s’asseyant entre Maeva et Virgil. Elle attrapa le paquet de cigarette du Gryffondor qui trainait sur un rocher, s’en alluma une et rabattit ses genoux sous son menton..

« Alors, On venait de se faire une déclaration d’amour mutuelle et on était sur le point de passer aux choses sérieuses quand t’es arrivée. »
récita Virgil d’un ton totalement dépassionné.
« Donc je dérange ? »
« Clairement. » même ton monocorde.
Kasya laissa échapper un léger rire. Elle essuya les goutes d’eau qui perlaient encore sur son visage et ajouta « J’ai toujours pensé que vous vous entendriez bien tous les deux, Elle observa tour à tour ses deux amis, Mais toi. Pas touche, ajouta-t-elle en donnant une petite tape dans l’épaule de Virgil, Elle est prise. »
« Je sais, répondit ce dernier en levant les yeux vers Maeva, le pape de la coolitude. »

A cet instant, le bouchon d ‘une canne à pêche s’enfonça dans l’eau. Ils allaient peut-être enfin pêcher le premier poisson de leur repas du soir…

hors jeu:
 


Virgil Forbes

NarrateurNarrateuravatar
Messages : 358

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Virgil Forbes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 6 faces' : 3
Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Virgil évoqua une probable relation entre Peter et Mildred, Maeva afficha sa plus belle grimace dégoûtée. Elle secoua vivement la tête pour chasser des images qu'elle ne voulait décidément pas avoir à l'esprit. Une bulle frôlant son intimi... Non. Non, s'intima-t-elle en fixant intensément la mer et son hameçon qui était ballotté par les vagues. Non, elle n'y penserait pas.

Heureusement, l'intervention de Kasya lui offrit une diversion inespérée et elle se concentra sur son amie qui avait saisi une Gobière et venait de s'asseoir entre Virgil et elle. Maeva se décala pour lui laisser un peu de place et pour éviter d'être en contact avec l'eau gelée qui dégoulinait des cheveux de la jeune fille. Maeva étouffa un rire à la réponse de Virgil et hocha la tête avec fatalisme.

"C'était pas le bon moment." approuva-t-elle en secouant la tête avec un dépit feint.

Kasya eut un léger rire, avant de rappeler gentiment à Virgil qu'elle était prise. La pique de ce dernier tira un sourire à Maeva qui l'observa avec un regard de défi. "Tu lui arrives pas à la cheville..." souffla-t-elle avec un haussement de sourcil.

Elle ne put malheureusement pas s'étendre sur le sujet car le bouchon de Virgil disparut brusquement dans l'eau. Ce dernier attrapa sa canne à pêche, sous les encouragements de Kasya et, bientôt, une première partie de leur dîner de ce soir apparut sous leurs yeux...

***

La nuit était désormais bien avancée, mais aucun membre de la petite tribu n'avait encore cédé au sommeil. Virgil et Maeva étaient redescendue une heure après la première prise, chargés de deux poissons chacun. La cabane imaginée par Damon avait été rapidement édifiée. Ils avaient passé une petite heure à allumer un feu qui soit un tant soit peu correct, puis était venu le moment de cuisiner. Damon avait observé les trois filles avec insistance, ce qui avait tiré des exclamations outrées à ces dernières. Lisa avait tout simplement refusé d'approcher un poisson mort et était partie ramasser des baies avec Phil, bien content aussi de se débarrasser de la corvée cuisine. Finalement, Damon et Maeva avaient été désignés pour faire cuire la chair, après que Virgil et Kasya aient vidé les poissons. Damon avait été absolument insupportable mais - Maeva le concédait - hilarant également.

Ils avaient dîné face à un soleil couchant magnifique. Puis, les choses sérieuses avaient commencé.

Lisa avait lancé un jeu du bouchon. Les règles étaient simples : le mot "non" était désormais banni. Si quelqu'un le disait, il récoltait le "bouchon" (qui était en réalité une capsule de Gobière). Pour s'en débarrasser, il devait entendre l'un de ses camarades prononcer le mot interdit pour lui lancer la capsule. Le jeu prenait fin dans trente minutes et celui qui possédait le bouchon à ce moment-là devrait se plier à un gage imaginé par les autres. Pour l'instant, c'était Lisa qui le possédait et elle guettait chaque parole de ses camarades pour pouvoir leur lancer l'objet maudit.

En parallèle, ils avaient lancé une partie endiablée de Beer Quidditch, éclairée par le feu qu'ils s'efforçaient de ne pas laisser mourir.

Maeva, concentrée, lança la petite balle qui traversa l'anneau droit et plongea directement dans un verre rempli. Elle leva les bras au ciel et poussa un cri de victoire, avant de taper dans la main de son partenaire.

Ils riaient tous aux éclats lorsqu'un retentissant "Mais non !!" se détacha des conversations. Sans perdre une seconde, Lisa lança la capsule en direction du malheureux...

Jeu du bouchon:
 


Avatar : praimfaya sur Bazzart
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 358

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Maeva Hellsoft' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 10 faces' : 6
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
« Mais noooon ! » Oups.
La bouche de Virgil se scella d’un coup et il se mit à prier pour que personne n’ait entendu ce qu’il venait de dire.  Toutefois c’était sans compter sur Lisa qui lui décrocha un vif regard ravi.
« AAaaaaaaahhh !!!! » jubila la jeune femme en le désignant du doigt, il l’a dit ! il l’a dit !!! » Elle était vraiment trop pressée de se débarrasser du bouchon.
« Maiis balance pas putain, on est coéquipiers Lisa ! » tenta Virgil. Après avoir péché avec Maeva, vidé les poissons avec Kasya il était dorénavant partenaire de Lisa au Beer Quidditch. Tu peux pas me faire ça, on est une équipe, une team,  un binôme de fol… D’une pichenette, Lisa expulsa la capsule de gobière en direction du Gryffondor. A peine l’effleura t-elle au niveau de l’épaule qu’il  poussa un long hurlement comme si Lisa venait de lui envoyer un puissant cognard dans la clavicule « ….iiieeAAAARRRRGGGGHHH » Il se laissa tomber théâtralement aux pieds de Lisa pour enserrer ses chevilles. « Pourquoi tu m’as fait ça ? Pourquoi tu m’as trahi !? »

Le Ragnarov et les gobières ingurgitées tout le long de la soirée faisait clairement leur effet.

« T’as l’boucchhhoooonn ! » claironna Damon en partant d’un grand rire moqueur, c’est pas grave mon pote, c’est juste toi qui va devoir bouffer tout cru les intestins des poissons que vous avez abandonné sur les rochers ! »
« Bwwaaark ! » commenta Kasya en retenant un haut le cœur.
« Allez mon vieux, c’est à toi de tirer ! »
Le batteur attrapa Virgil  par le col de son tee-shirt et l’élastique de son short afin de le remettre debout en un tour de main. Virgil manqua de peu de  s’étouffer -Damon s’était saisi du collier d’immunité en même temps que son col- et il se retrouva sur ses deux pieds avec la désagréable impression d’avoir une guirlande de capsule de gobière imprimée dans la chair tendre de son cou.

Pour le moment, il n’avait révélé à personne qu’il était détenteur du oh-combien-puissant-collier-d’immunité- si ce n’est à Maeva- et il entendait bien se servir de ce précieux artefact si jamais il  était encore détenteur du bouchon dans un quart d’heure…

L’adolescent tira sur son col pour réarranger un peu son tee-shirt tout distendu puis il arbora un petit air arrogant en s’approchant de la zone de tir.

« C’est ça, riez les amis, riez, dit-il en attrapant le mini souaffle, Il positionna la petite balle devant son œil directeur et ferma la paupière de l’autre, prenez-en de la graine, dit-il en s’efforçant de se concentrer sur l’anneau qui ne faisait que se dédoubler devant ses yeux. Il attendit que sa vision se rétablisse et il lança la balle…qui passa au moins à vingt centimètres de l’anneau. Ce fail eut au moins le mérite de déclencher l’hilarité générale.

« Voila Lisa, c’est d’ta faute ça ! rétorqua Virgil plein de mauvaise foi, tu m’as déconcentrée avec ton histoire de bouchon et maintenant on perd ! »
« Et nous, on prend la tête !!! » s’exclama Damon en fonçant droit sur Kasya pour la hisser d’un mouvement rapide sur ses épaules dénudées.
« Yeeaaaahhhh !! » s’exclama la jeune femme, ravie, en les gratifiant tous de deux doigts d’honneur.

Le batteur de Gryffondor  se lança alors dans une espèce de danse autour du feu, Kasya gesticulant en rythme sur ses épaules. Virgil, dont l’esprit embrumé n’avait pas encore perdu toutes ses facultés observa ce rapprochement d’un air soupçonneux.

« Maeva ! dit-il sans quitter Damon et Kasya du regard. MAEVAAAAAAA ! » insista-t-il jusqu’à ce que la préfète vienne le trouver, il faut empêcher ça. Il désigna d’un geste du menton leur deux amis qui semblaient retrouver brusquement leur complicité d’antan, On a signé un pacte sur ce rocher, poursuivit –t-il en passant un bras autour des épaules de sa camarade, il faut qu’on les arrête, que tu fasses diversion. Virgil reporta alors son regard –et son haleine alcoolisée- sur sa voisine tout proche d’elle, ...et j’ai une idée: Et si tu disais « Non » ? »


Virgil Forbes

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva joignit son rire à celui du groupe lorsque Virgil récupéra la capsule de Gobière et s’effondra par terre.

« T’es vraiment une dramaqueen, Virgil. » ricana-t-elle en levant les yeux au ciel.

« Et un mauvais perdant. » commenta Phil lorsque son ami incendia Lisa sur leur défaite imminente. Le jeune homme tituba jusqu’au Souaffle qui avait roulé jusque dans des buissons. « Hééééé Maevaaaaa, on gagne presque hein ? »

« Cinq putains de points et on les dépasse… » répondit Maeva en buvant une gorgée de Ragnarov. « Mais j’suis sûre que si on truque les scores ils s’en rendent pas compte. » souffla-t-elle à son coéquipier.
« T’aurais pu aller à Serpentard, Hellsoft. »

Maeva lui renvoya un regard parfaitement innocent, rendu brillant à cause de l’alcool qu’elle avait ingurgité.

« HE LISA ? LES SCORES C’EST BIEN 20, 19 ET 14 ? » s’écria Phil à l’intention de la jeune fille qui contemplait la danse endiablée qu’avait entamé Damon et Kasya.

Elle tourna un regard un peu vitreux vers eux et plissa les yeux pour les dévisager.

« Ouais. J’sais pas. Ouais. » De toute façon, elle ne pouvait pas vraiment dire non. « T’es pas en train d’essayer de m’entourlouper, Phil ?! » demanda-t-elle cependant, suspicieuse, en se rapprochant du jeune homme.

Ce dernier aborda un air angélique, alors que Maeva cachait un ricanement dans son verre. Elle s’apprêtait à défendre son coéquipier lorsqu’un cri – non, hurlement – lui parvint. La jeune femme tourna la tête vers Virgil et se dirigea vers lui. Comme elle ne marchait plus vraiment droit, elle mit quelques secondes supplémentaires à parcourir les mètres qui les séparaient, faisant attention à ne pas renverser leur table de Beer Quidditch qui tenait dans un équilibre précaire.

« QUOI ? » brailla-t-elle en arrivant vers le Gryffondor. « Oh. » fit-elle en observant le duo Kasya/Damon, plus proche que jamais. Elle secoua la tête pour marquer sa désapprobation. Hors de question de passer encore une année supplémentaire à supporter le couple formé par Kasya et Damon. Elle se laissa entraîner par le bras de Virgil, sans lui opposer une véritable résistance – elle était un peu trop alcoolisée pour s’en rendre compte, de toute façon. Elle fronça cependant le nez en sentant l’haleine de son camarade sur son visage. Sa proposition lui tira un sourire malicieux.

Elle garda alors le silence quelques instants, faisant semblant de méditer cette proposition.

« Tu as raison, il faut faire quelque chose… » lança-t-elle avec un ton désespéré. « Mais… » Elle laissa traîner encore un peu. « Hors. De. Question. T’as cru que j’étais une débutante, Forbes ? » Elle éclata de rire et se dégagea du bras de son camarade pour reporter son attention sur le couple d’ex.

« On va essayer autre chose… » Elle eut un sourire malicieux. « HE DAMON ? CA VA TU GALERES PAS TROP A PORTER KASYA ? » lança-t-elle d’une voix forte. Le jeune homme s’arrêta et lui lança un regard surpris en faisant rouler ses muscles sous son t-shirt.
« Tu m’as regardé, Maeva ? Bien sûr que n… » Il s’arrêta brusquement. « PUTAIN ! » Son coup d’éclat eut don de faire descendre Kasya de ses épaules, tandis que Maeva, hilare, l’observait. « HELLSOFT ! C’est quoi cette alliance avec Virgil làààààà. » maugréa-t-il.

Elle haussa les épaules en le défiant du regard. « La team pêche, que veux-tu, faut se serrer les coudes. »

« Ma vengeance sera terrible… » grogna-t-il en les observant à tour de rôle.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Virgil ForbesSixième annéeavatar
Messages : 144

Voir le profil de l'utilisateur
Allez quoi… un petit « non » de rien du tout, Virgil n’était pas si exigeant que ça, au fond !

« Hors. De. Question. »

L’adolescent  bascula la tête en arrière et roula ostensiblement des yeux à l’entente de la réponse de Maeva.

« Faut savoir donner de sa personne, parfois, pour le bien de tous, reprit-il en reportant son attention sur elle, Il y a des causes pour lesquelles il faut savoir se sacrifier. Des causes plus grandes que soi. Des combats à mener dont l’importance nous dépasse. »

Virgil n’était pas du genre à lâcher. Il n’avait pas un pouvoir de persuasion énorme, certes, mais il ne s’avouait jamais vaincu. Il était bien capable d’insister jusqu’à ce que Maeva finisse par craquer, non pas convaincue par ses idées mais plutôt résignée face à son insistance. La persévérance et l’obstination du Gryffondor n’étaient plus à prouver. Il était déjà à la recherche de nouveaux arguments pour tenter de contraindre la jeune femme au sacrifice ultime lorsque sa camarade de maison  prit les choses en main.

Virgil fronça légèrement les sourcils en l’entendant brailler le nom de Damon –Ok, son tympan gauche venait de décédé, merci- puis il reporta son attention sur le batteur de Gryffondor qui s’était immobilisé près du feu, Kasya toujours hissée sur ses épaules.

La question sournoise de Maeva tira à Virgil une poker face d’anthologie. Comprenant parfaitement où voulait en venir sa camarade, il braqua un regard plein d’intérêt sur son ami bodybuildé. « C’est vrai ça ? Tu galères pas trop ? » semblaient demander ses grands yeux bleus innocents…

« Bien sûr que n… »

L’expression candide de Virgil disparut instantanément. Il tomba à genou dans le sable, les deux poings serrés, et exulta, tel un sportif de haut niveau après une victoire.

« YEEES ! » s’exclama-t-il en se hissant de nouveau sur ses deux jambes pour proposer un high five à Maeva, Cette technique de Serpentard j’y crois pas ! » commenta-t-il.
-C’est exactement ce que je lui ai dit tout à l’heure, surenchérit Phil en s’approchant d’eux la mine ravie.
- Il faut se méfier de toi en fait, souffla Virgil en agitant son index entre Maeva et lui, son sourire indiquant clairement qu’à ses yeux cette caractéristique était une qualité. L’adolescent reporta finalement son attention sur Damon et afficha son air le plus machiavélique.

« Qui est-ce qui va bouffer les entrailles des poissons morts ? Virgil trottina gaiment sur la plage pour attraper la capsule à demi enfoncée dans le sable, C’est notre Dam’s national ! poursuivit-il en passant son bras autour des épaules de son ami pour  lui coller, juste sous le nez, la capsule symbolisant  « le Bouchon », à ce qui parait on peut aspirer les intestins des poissons comme des spaghettis, lui susurra-t-il à l’oreille avec un horrible bruit de succion.

Oui, il jubilait, clairement, et lorsque Damon se plaignit de son alliance avec Maeva, l’adolescent surfa sur la réponse de sa camarade.

« Et ouai mec, fallait venir pêcher avec nous au lieu de batifoler dans l’eau avec les nanas. Que ça te serve de leçon pour le vrai Kho-Mantra, faut être actif sur le camps, mon pote. » Virgil lui tapota dans le dos et lui fourra d’autorité la capsule entre les mains avant de rejoindre les bouteilles d’alcool savamment calées dans le sable. Il attrapa le goulot de Ragnarov et but un gorgeon à même la bouteille.


« Ma vengeance sera terrible… » grogna Damon en les observant à tour de rôle.

« Ta quoi ? Ta… vengeance ?, Virgil afficha une mine faussement attendrie avant de chercher Maeva du regard, le pauvre petit chou, il va nous faire pleurer. »

« Je vais peut-être manger des intestins de poissons, mais vous, vous allez bouffer du sable. » s’exclama alors le Gryffondor bodybuildé en partant en courant dans leur direction, tel un bulldozer. Phil, Kasya et Lisa se mirent à crier pour encourager leurs favoris respectifs tandis qu’une folle course s’engageait.

Dés:
 


Virgil Forbes

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Kro-Mantra(gore) [Maeva & Virgil]

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dream ticket :Obama/Gore
» LA SCENE GORE DU MOIS
» Cauchemar, un matin d'été [GORE]
» Technique de dégradés par Virglum
» Nip/tuck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-