AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 The Big Apple [Thelma & Jonah]

Jonah ForbesDirecteur de Serpentardavatar
Messages : 210

Voir le profil de l'utilisateur
20 Juillet 2010

New-York.
Si, durant les premiers jours, Jonah avait craint de ne pas se sentir à sa place dans cette mégalopole, ses doutes s’étaient rapidement dissipés. Comment ne pas avoir envie de vivre dans une ville aussi bouillonnante ? Honnêtement, il n’aurait jamais pensé se sentir aussi bien ici. Ces buildings immenses, cette surpopulation dans les rues à tout heure du jour et de la nuit n’avaient rien d’oppressant au final.
Jonah avait prit un réel plaisir à déambuler sans but sur l’O.A –The Other Avenue- juste pour le plaisir d’observer les gratte-ciels ensorcelés et la foule bigarrée composée d’ habitants du quartier, de travailleurs pressés ou de touristes émerveillés, comme lui. Cette ville était tout simplement fantastique et il regrettait presque de ne la découvrir qu’à quarante ans passé.

L’enseignant avait rejoint les Etats Unis début juillet pour son projet de livre sur la Techno-Magie. Il avait échangé sa maison d’Appleby avec un ami écrivain qui lui avait prêté son loft New-Yorkais en retour. Il jouissait donc d’un parfait pied à terre au cœur même de la ville la plus créative qui soit. Il avait certes été impressionné par Leopoldgrad mais la ville anglaise –aussi moderne soit elle- faisait pale figure à côté de la démesure de la Grosse Pomme.
Ahurissante ? Prodigieuse ? Enorme ? Les superlatifs n’étaient pas assez forts pour qualifier cette ville de rêve...
Ce n’était pas étonnant que tous les entrepreneurs du monde magique se retrouvent là-bas. New-York était par définition une ville stimulante. Par l’intermédiaire de son éditeur américain, Jonah y avait rencontré tout un tas de passionnés de culture moldue, d’inventeurs et de technomages. Logan Vargas lui avait accordé une longue entrevue et ils avaient évoqué ensemble un projet de « Muggle Convention » à Leopoldgard. L’enseignant avait également pu s’entretenir avec, entre autre, un groupe d’ingénieurs de la NASMA (la National Aeronautics and Space Magic Administration), des médicomages spécialisés dans les biothechnologies ainsi que plusieurs philosophes de l’Université de Salem –où il avait d’ailleurs négocié une journée de relâche pour Sasha Benson durant son programme d’été.

En effet, Casey lui avait fait part de son projet d’inviter l’adolescente une journée à New York et Jonah n’avait pu qu’approuver cette excellente idée, en masquant toutefois son étonnement. Sasha et Casey étaient donc amis…première nouvelle. Fort heureusement, la petite Benson était une excellente fréquentation, une gamine promise à un grand avenir, aussi le père de famille n’avait pas hésité une seule seconde au moment de contacter la doyenne de Salem pour prévoir cette sortie… Pour être tout à fait honnête, il aurait accueilli Damon Drop avec nettement moins d’enthousiasme, il devait l’avouer.

Enfin, l’heure des vacances avec ses fils n’était pas encore venue. Il lui restait encore un rendez-vous professionnel à honorer – Celui d’ Abel Laveau, le lendemain – et ensuite, il avait prévu dix jours de congés à New York en tête à tête avec Thelma.

Dire qu’il attendait impatiemment l’arrivée de la jeune femme était un euphémisme : Il ne l’avait pas vue depuis début juillet -plus de quinze jours- alors qu’il avait été habitué à la croiser quotidiennement durant ses dix derniers mois, et à la côtoyer plus intimement encore depuis Avril.

Il ne l’admettrait probablement pas mais cette séparation avait été assez difficile à vivre pour lui d’autant plus qu’il savait que Thelma n’était pas du genre à rester dans sa campagne irlandaise durant ses congés. Il était prêt à parier qu’elle avait participé à la marche masquée et silencieuse de Bristol si tant est qu’elle n’ait pas activement aidé à la destruction du dôme ( Il la savait assez téméraire et investie pour s’y risquer. )

Bien qu’ils communiquassent par Pear quotidiennement, ils n’avaient pas abordé cette question, parfaitement conscients, l’un et l’autre, des liens entre Vargas Corp et Marchebank. Mieux valait rester prudents et ne pas utiliser des moyens potentiellement surveillés par le gouvernement pour évoquer la résistance. Jonah avait toutefois été particulièrement soulagé le soir du 10 juillet quand il avait réussi à la joindre et qu’ils avaient bavardé de tout sauf des actualités brulantes du pays…

Il s’inquiétait pour elle, bien évidemment, mais il savait aussi qu’en temps que femme libre et indépendante, elle détestait qu’il le montre trop. Avec Thelma, Jonah devait sans cesse mesurer ses penchants protecteurs –pour ne pas dire paternalistes- et il essayait tant bien que mal de trouver le bon équilibre entre « se soucier d’elle » et « ne pas l’étouffer ».
Pas simple !

Heureusement, il y avait peu de chance qu’ils se retrouvent dans une position délicate à New-York. Ils allaient pouvoir prendre un peu de recul sur la situation – aussi bien géographiquement que psychologiquement- afin de revenir plus armés que jamais. L’arrestation de Curtis Montgomery leurs restaient clairement en travers de la gorge et Jonah espérait bien profiter de ces congés avec Thelma, loin des oreilles indiscrètes de Poudlard, pour mettre en place un plan de protection des élèves pour la rentrée prochaine… même si dans un premier temps, il devait simplement accueillir dignement sa douce !

L’enseignant s’arrêta donc chez le fleuriste situé en plein cœur de la ville sur l’O.A, face à la MagicoGare. Il jeta son dévolu sur un joli bouquet champêtre et rejoignit la salle d’attente du Terminal 3 réservée aux arrivées par Portoloins Internationaux . Comme il était un peu en avance, il consulta les nouvelles sportives sur son Pear –la ligue de quidditch anglaise était en pleine période de mercato- puis il se leva de son siège et alla se poster devant les barrières de sécurité, son bouquet en main, guettant une chevelure rousse dans la foule des arrivées…

Son visage se fendit d’un large sourire lorsqu’il identifia Thelma au bout du corridor. Quand elle fut enfin à son niveau, il enserra sa taille de sa main libre et posa ses lèvres sur les siennes pour l’embrasser. Merlin ce qu’elle lui avait manqué ! Il se fichait de ressembler à un adolescent amoureux avec son bouquet et son air ravi, il était véritablement heureux de la retrouver enfin. L’enseignant profita encore quelques instants de cette douce proximité puis il interrompit son étreinte sans toutefois se résoudre à relâcher la taille de sa collègue.

«Tiens, c’est pour toi, souffla-t-il en relevant les fleurs entre eux. Il lui accorda un léger sourire « Pas trop difficile avec le décalage horaire ? » demanda-t-il alors, conscient qu’elle avait du se lever au milieu de la nuit pour être ici en pleine journée…


One needs that an infinite patience to wait always what never arrives
Thelma CorriganProfesseur de DCFMavatar
Messages : 248

Voir le profil de l'utilisateur
Installée sur un siège en plastique du terminal des départs internationaux, Thelma suçotait le bout de sa plume en étudiant son questionnaire. Afin qu'elle puisse prendre son portoloin, les autorités de la douane américaines présentes à l'aéroport de Gatwick lui avaient remis un formulaire tellement long qu'il tenait sur 3 cm de parchemin. Dire qu'elle partait en vacances, voilà qu'on lui donnait des devoirs, songea-t-elle avec amusement en inscrivant son nom et sa date de naissance.

"Informations sur la baguette". Tilleul argenté, crin de licorne, 21,4 cm. "Profession" Professeur à l'école Poudlard. "Activités associatives" Membre de l'Unité de Recherche des Nargoles Londoniennes. "Affiliation politique" ... aucune. "Statut marital", "Situation familiale", "Raisons du voyage"... Avez-vous l'intention de commettre un attentat mardolien sur le sol des Etats-Unis ?

Thelma arqua ses fins sourcils roux, corrigea par habitude une faute d'orthographe sur le questionnaire, puis acheva à la hâte de répondre aux questions, toujours plus invasives et saugrenues. Hé bien, le MACUSA n'y allait pas avec le dos de la cuillère, songea-t-elle en rangeant sa plume et son encrier dans son sac à main vert pomme. La jeune femme se redressa, lissa sa robe estivale et se recoiffa rapidement avant de remettre son formulaire aux autorités, accompagné de son passeport. Une sorcière massive en uniforme lui demanda ensuite d'écarter les bras et les jambes pour la fouille, formalité à laquelle elle se soumit de mauvaise grâce. Thelma n'était guère friande de contacts physiques avec des inconnus, encore moins lorsque cela impliquait de vérifier si elle ne dissimulait pas une seconde baguette magique dans son soutien-gorge ou un oeuf de dragon dans sa valise.

Enfin, elle fut autorisée à se diriger vers l'aire d'embarquement, tirant d'une main une valise jaune poussin. Thelma songea qu'il était heureux qu'elle n'ait pas été arrêtée et fichée pendant l'attaque de Bristol, sans quoi elle aurait probablement pu dire adieu à ses vacances... Visiblement, le ministère américain ne laissait pas entrer n'importe qui sur son sol. Légèrement agacée par cette entrée en matière, l'enseignante se débarrassa bien vite de ces pensées négatives en avisant le pneu crevé qui allait la conduire à Jonah dans moins d'une minute. Imitant les cinq autres voyageurs et suivant les consignes qu'on leur aboyait, elle posa un doigt manucuré sur la surface caoutchouteuse et attendit, se laissant envahir par l'excitation à la pensée de ce qui l'attendait.

Après deux interminables semaines de séparation, elle allait enfin retrouver Jonah qui, il fallait bien l'avouer, lui avait terriblement manqué. Après avoir passé toute l'année à le fréquenter au travail, elle s'était habituée à ce qu'il fasse partie de son quotidien. Le contexte de son début de vacances avait rendu d'autant plus difficile son absence, car elle aurait voulu pouvoir échanger avec lui sur ce qui se passait, ses rencontres au sein de la résistance, ses discussions au QG du Lexit et, surtout, l'attaque de Bristol. Thelma avait mis à profit ces premières semaines d'été pour s'investir dans la résistance, et, faisant preuve d'un courage indéniable, pour préparer ses cours de septembre afin de mieux profiter du reste de l'été. Elle avait désormais hâte de laisser derrière elle l'Angleterre et ses problèmes pour découvrir New-York avec Jonah. Lorsque le portoloin international s'activa, lui crochetant le nombril, elle se laissa emporter avec bonheur loin de sa terre natale, avec la sensation de laisser ses soucis au sol.

Le voyage fut plus long qu'à l'accoutumée, car il s'agissait tout-de-même de traverser un océan, aussi Thelma ne fut-elle pas mécontente de sentir le sol sous ses pieds. Vaguement nauséeuse, elle se laissa une minute pour prendre conscience de ce qui l'entourait. Ses co-voyageurs n'avaient pas meilleure mine, et il leur fallut tous quelques instants pour lâcher le vieux pneu et faire quelques pas titubants dans le terminal 3. Quand elle eut suffisamment confiance en ses jambes pour avancer, Thelma se dirigea avec empressement dans le couloir, ses petits talons claquant sur le sol immaculé. Enfin, elle déboucha sur une salle d'attente où se pressaient plusieurs sorciers, qu'elle parcourut du regard. Un large sourire illumina son visage à la vue de Jonah et de son bouquet de fleurs, et elle se hâta vers lui. Abandonnant sa valise, elle se jeta à son cou et répondit longuement à son baiser, envahie par une douce sensation de chaleur. Merlin, c'était bon de le retrouver.

"Merci, elles sont magnifiques !", s'exclama-t-elle en saisissant le bouquet qu'il lui tendait, les pommettes rosies. Thelma n'avait pas l'habitude qu'on lui prête ce genre d'attention. Tant pis si cela faisait d'elle une midinette, elle en était ravie. Tenant son bouquet d'une main, et le cou de Jonah de l'autre, elle ne put s'empêcher de lui voler un deuxième baiser.

"C'est un peu dur, mais avec quelques litres de café, ça ira", répondit-elle en évoquant le décalage horaire, avisant par la fenêtre non loin que le jour était bien présent ici. "Le plus dur, c'est surtout le portoloin, c'est la première fois que j'en prends un si long..."

Se décollant enfin de Jonah, elle rattrapa sa valise pour commencer à marcher avec lui vers la sortie de la MagicoGare. A vrai dire, elle ne sentait pas vraiment la fatigue, trop excitée par son voyage, mais cela la rattraperait certainement le lendemain.

"Et toi, alors, comment ça va ? C'était bien, ces premiers jours ? Est-ce que l'OA est aussi fabuleuse qu'on le dit ? J'ai tellement hâte de découvrir la ville !"

Si la jeune femme avait eu l'occasion d'arpenter l'Europe du nord et l'Europe de l'est dans sa vingtaine, elle n'avait jamais mis les pieds en Amérique. Découvrir une ville aussi légendaire que New-York la mettait en liesse. Le Royaume-Uni était l'une des plus vieilles terres d'accueil de sorciers au monde, mais nombre d'entre eux avaient émigré après la découverte du nouveau continent, avides de partir à la conquête de ses terres et de ses richesses. La communauté magique y était nombreuse, développée et particulièrement variée, chaque Etat ayant ses propres spécificités culturelles magiques. A New York, elle espérait pouvoir apprécier la beauté des grattes-ciels, comme à Leopoldgrad mais avec la dictature en moins...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

The Big Apple [Thelma & Jonah]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partenariat avec Green Apple *-*
» We were not meant to be together – ft. Apple
» { APPLE SPRING } • ressources avatars & codes
» Apple Spring
» → APPLE TREE  Réunion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-