AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 #ParsABrighton [Noah & Maeva]

Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
28 juillet 2010

Le soleil brillait haut dans un ciel bleu, seulement parsemé de quelques nuages blancs. Une paire de lunettes de soleil posées sur le nez, Maeva finissait sa glace au chocolat, sa main droite enlacée contre celle de Noah.

Ils étaient arrivés hier matin et, depuis, la jeune fille n'avait pas cessé de sourire une seule fois. Ils avaient prévu ces vacances depuis si longtemps qu'elle avait bien cru qu'elles n'arriveraient jamais, jusqu'à ce que, enfin, ils posent leur valise dans le minuscule studio qu'ils avaient loué pour la semaine. Ce n'était pas très grand - sûrement plus étroit que le dortoir des filles à Gryffondor - mais il avait le mérite de les accueillir tous les deux, sans escaliers glissants les empêchant de rejoindre le lit de l'autre pour la nuit. Oui, décidément, Maeva était aux anges, ses soucis temporairement chassés par le soleil et la présence de son petit-ami.

C'était particulièrement agréable de pouvoir être ensemble à l'extérieur de château qui n'était pas le lieu idéal pour mener une relation amoureuse. D'autant plus que Noah et Maeva n'étaient pas du genre à étaler leur amour au grand jour et n'étaient pas très promptes aux démonstrations d'affection en public, ce qui réduisait drastiquement les moments où ils pouvaient agir comme un couple sans se sentir épiés par leurs camarades. Dans un sens, heureusement qu'ils étaient préfets et que, par conséquent, ils pouvaient s'offrir le luxe de se retrouver, parfois un peu tard, en dehors de la salle commune pour passer un peu de temps ensemble - quand Peter ne les surprenait pas en plein milieu du couloir, évidemment.

Dans l'anonymat des rues de Brighton, Maeva pouvait saisir la main de Noah, l'enlacer et l'embrasser sans se soucier du regard des autres, malheureusement un peu trop présent à Poudlard, et rien n'aurait pu lui faire plus plaisir. Ils vivaient dans un 20 mètres carrés salle de bain comprise - et Noah n'allait pas tarder à râler parce qu'elle commençait déjà à laisser traîner ses affaires partout - mais ils étaient tous les deux et c'était tout ce qu'elle demandait et tout ce qu'elle avait attendu avec impatience depuis qu'ils avaient réservé ces vacances, de nombreux mois plus tôt pour bénéficier du tarif le plus bas.

Ce matin, après avoir paressé de longues heures dans leur lit - c'était la première fois qu'ils dormaient véritablement ensemble, en dehors de chez leurs parents respectifs - les deux Gryffondor avaient englouti un petit-déjeuné qualifié du "petit-déjeuné des vacances" avant de partir découvrir la ville. Et tout ce qu'elle découvrait était à la hauteur de ses espérances, depuis les petites rues piétonnes, jusqu'aux parcs verdoyants en passant par les grandes plages de galets qui s'étendaient à perte de vue. Au cas où ils étaient pris d'une fulgurante envie de se baigner, ils avaient revêtu leurs maillots de bain et pris des serviettes de bain, glissées dans le sac à main de Maeva agrandi pour l'occasion.

"Tu veux qu'on descende sur la plage ?" demanda-t-elle en tournant la tête vers son petit-ami pour l'observer.

Elle était définitivement de bonne humeur pour proposer une telle chose. Peut-être même qu'elle se baignerait. Une fois dans la semaine. Peut-être.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 238

Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'était un secret pour personne que Noah était le fils à sa maman. Cette petite semaine de vacances qu'il s'offrait avec Maeva était le résultat de longues tractations avec sa mère qui ne cachait pas son inquiétude à le savoir seul, loin de la maison, avec une fille par-dessus le marché. Pourtant elle avait déjà rencontré Maeva plusieurs fois et ne s'était jamais montrée hostile à leur couple mais "c'était une chose de l'accueillir à la maison, une autre de les laisser seuls en pleine nature, dans un camping moldu où on ne savait jamais ce qui pouvait arriver". Quand Noah avait fait remarquer qu'il était désormais majeur, responsable et autorisé à lancer des sortilèges en cas de besoin, Diana avait fait une espèce de moue qu'il n'avait pas trop su interpréter. Oui, son petit garçon unique grandissait, il fallait qu'elle se fasse à l'idée. Ce n'était pas comme s'il n'était pas digne de confiance.

Mais ce qui turlupinait sa mère semblait être d'une toute autre nature et il avait vite saisi le problème. Noah avait cru que le sol allait à tout moment se dérober sous ses pieds pour lui permettre de s'enterrer dix mètres sous terre quand elle l'avait pris à part pour lui demander s'il savait lancer un sortilège de contraception. A quel point était-ce gênant d'en parler avec sa mère ? Le pire étant que ce n'était pas spécialement mieux d'en parler avec son père moldu non plus et qu'il avait eu droit aux deux prêches, son père avait simplement été un peu moins lourd, mais Noah était désormais paré, en sortilèges comme en préservatifs. Les joies d'avoir des parents divorcés, on recevait deux fois la même leçon. Évidemment, il n’avait pas su s’empêcher de le raconter à Maeva, parce qu’il lui racontait absolument tout, et elle lui avait bien ri au nez. Il n'avait pas trop insisté non plus en râlant : il savait que sa petite amie aurait largement préféré avoir ce genre de disputes insignifiantes avec sa mère plutôt que de rester toujours sans nouvelles, des mois après sa disparition.

Ces vacances étaient aussi là pour leur permettre de se vider la tête et apprécier leurs moments à deux, sans se soucier de parents, d'école ou autre sujet pénible. Il n'y avait que très peu de personnes avec qui Noah pouvait passer tout son temps sans jamais se sentir envahi, contrarié ou fatigué -clairement les crétins de service qui lui servaient de camarades de dortoir, à l'exception de Nils, n'en faisaient pas partie- mais Maeva était l'une d'elles. Ils étaient là depuis seulement une journée et Noah se sentait à l'aise, juste comme il le fallait. Il était détendu, content de passer toute une semaine avec son amoureuse, loin des professeurs pour les surprendre dans les couloirs ou de parents pour les surveiller.

Noah était donc sur son petit nuage -mais il ne fallait pas trop le dire parce que c’était niais- à marcher main dans la main avec sa petite amie, en dégustant en glace, comme deux vacanciers à qui tout souriait. Brighton était un bon compromis quand il s’agissait de passer quelques jours à la mer sans se ruiner. Quand Maeva lui proposa d’aller faire un tour sur la plage, sa réponse fut toute trouvée, avec son familier sourire narquois sur les lèvres :

« Je veux bien descendre s’il n’y a pas trop de monde. Et je veux bien tremper mes pieds si l’eau n’est pas trop froide. »

Voilà, ça c’était davantage Noah Forester, il fallait pas trop non plus montrer qu’il était très content d’être là. Pour le coup, il savait que Maeva était un peu comme lui sur le sujet de l’eau, parce qu’ils avaient déjà eu l’occasion de se baigner ensemble -de façon tout à fait clandestine dans la salle de bains des préfets donc il ne fallait pas trop en parler- et elle avait à peu près une tolérance d’un degré d’écart avec la température de l’eau qu’elle jugeait « bonne ». Lui c’était un demi-degré, ça allait, ils pouvaient se comprendre.

Ils parvinrent à trouver un coin de plage relativement préservé du monde et Noah choisit un emplacement le plus loin possible d’une famille de cinq enfants -quelle idée de faire cinq gosses et de les emmener tous en même temps sur une plage, déjà- qui faisaient bruyamment des cratères dans le sable. Il laissa Maeva installer les serviettes au sol, pendant qu’il retirait son bas pour laisser apparaître son short de bain. Il garda son T-shirt, peu désireux de l’enlever si l’eau n’était pas bonne pour la baignade, parce qu’il avait une peau de vampire et que sa mère lui avait répété quinze fois qu’il ne fallait pas s’exposer directement entre midi et quatorze heures et qu'il était très exactement treize heures douze. Il attendit que Maeva soit prête et eut un sourire en la découvrant en maillot de bain.

« On va tester l’eau ? »


Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva leva ostensiblement les yeux au ciel face à la réponse de Noah, un sourire barrant toutefois son visage et contrant sa mimique agacée.

« Tu sais très bien que je t’y trainerai de force de toute façon. » rétorqua-t-elle avec un même air narquois.

Elle préféra toutefois se laisser entraîner vers la grande plage de Brighton et observa les lieux quelques instants pour trouver le meilleur coin où poser leurs affaires. De toute évidence, pas près des terrains de volley où retentissaient tantôt cris de victoire, tantôt cris de frustration et où le sable, soulevé par les mouvements des joueurs, volait dans les yeux des vacanciers. Non, décidemment pas là, songea Maeva en suivant son petit-ami vers un coin plus reculé de la plage où seuls cinq bambins se bagarraient joyeusement sous le regard affectueux (ou affligé, elle ne pouvait dire) des parents.

Laissant tomber son sac sur le sol, la jeune fille sortit deux serviettes qu’elle entreprit de disposer sur le sable – en bataillant avec le vent qui les pliait dans tous les sens, évidemment -  puis quitta ses vêtements pour dévoiler son maillot de bain. Elle rangea ses affaires dans son sac à main – en suivant scrupuleusement le conseil d’Eden et en cachant ses effets personnels dans un vieux tube de crème solaire qu’elle avait emporté – et se redressa pour faire face à Noah. Son sourire la fit gentiment rougir – et pourtant, ce n’était pas la tenue la plus légère qu’elle avait porté devant lui – et elle reprit contenance en se dirigeant d’un pas enthousiaste vers l’étendue d’eau salée.

Enthousiasme qui diminua très nettement lorsqu’elle sentit le sable mouillé sous ses pieds. Le sable était déjà froid, ce qui ne laissait rien présager de bon quant à la température de l’eau. Elle s’approcha toutefois un peu plus et attendit quelques secondes qu’une vague suffisamment forte vienne lui lécher les pieds. Ce fut en sautillant qu’elle accueillit cette dernière alors que la morsure du froid lui tirait une grimace.

« Mais elle est gelée ! » commenta-t-elle d’un ton outré, s’attirant les regards moqueur de deux baigneurs, parfaitement à l’aise dans l’eau.

Qu’ils n’aillent pas lui servir le refrain du « quand on est dedans, elle est bonne » parce qu’elle avait déjà la sensation que son sang ne circulait plus dans les extrémités de son corps ; d’ailleurs, ses pieds ne devenaient-ils pas bleus ?

La seule chose qui réconfortait Maeva c’était que son petit-ami n’en menait pas plus large qu’elle ; si bien qu’elle eut un grand sourire amusé, qui se mua bien rapidement en sourire machiavélique. S’il y avait une chose qui pouvait lui faire accepter de subir encore un peu plus longtemps la souffrance liée au froid, c’était bien la perspective d’embêter Noah.

D’un mouvement savant de pied, elle lança une grande gerbe d’eau sur ce dernier avant de s’enfoncer en riant dans l’eau – en réprimant tant bien que mal un cri de surprise lorsque l’eau atteignit ses cuisses ; ce qui donna un son ressemblant davantage au cri d’un bébé boursouf. Elle croisa les bras sur sa poitrine, et l’observa avec un air de défi.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 238

Voir le profil de l'utilisateur
« Je sais très bien et je trouve que la notion de consentement dans notre relation est à revoir, d’ailleurs » répliqua Noah, avec la verve qu’il pouvait avoir quand il était en forme.

En l’occurrence, il était en forme, de bonne humeur et content d’être ici, au soleil, avec sa copine. En vérité, il se laissait traîner volontiers, ils avaient bien choisi leur journée pour sortir à la plage : il faisait beau, avec ce qu’il fallait de vent pour que ce soit agréable. Ils trouvèrent leur petit coin de bonheur dans une partie de la plage pas encore envahie par les touristes. En quelques minutes, Noah se retrouva près de l’eau et il eut le même frisson que Maeva, tout le long de sa colonne vertébrale, quand une vague vint lui lécher les pieds. Son commentaire fut sans appel :

« Whoo ! Je rentre pas là-dedans. »

Pourtant il faisait si beau, l’eau était toute propre et donnait l’impression d’être accueillante, avec la bonne température, c’était si fourbe. Noah n’avait pas besoin de beaucoup plus que cette petite expérience désagréable pour décider de revenir vite fait bien fait vers sa serviette de plage, histoire d’attendre quelques heures dans l’espoir que l’eau aurait reçu suffisamment de rayonnement solaire d’ici là pour avoir une température acceptable. Mais évidemment, Maeva se sentit obligée de profiter de la situation pour lui envoyer une vague d’eau sans prévenir, parce qu’elle était comme ça, plus fourbe que tout. Noah resta figé par l’espèce de claque glacée qu’il reçut, les bras écartés, pendant l’espace de deux secondes.

« Haaaan… ! »

Elle partit dans un grand éclat de rire juste devant lui : elle était fière d’elle en plus ! Sur le coup, Noah fut pris entre l’envie de courir vers sa serviette telle une grosse victime pour retrouver un peu de chaleur et celle de chercher vengeance. Ce fut la posture de faiblesse dans laquelle Maeva se mit toute seule qui le décida, car Noah put se rappeler d’une chose : elle aussi, elle était une grosse frileuse. Sa figure figée d’indignation et de surprise se transforma en un sourire revanchard.

« Ok, tu vas tellement le regretter. »

Il fondit sur elle dans un mouvement qui brassa de grandes quantités d’eau et les éclaboussa tous les deux. Son plan était de réussir à la porter pour la jeter dans l’eau tel un sac de patates encombrant mais évidemment, comme Maeva tenait plus de la tigresse que de la patate, rien ne se passa comme prévu. Entre cris de protestation et éclats de rire, ils finirent tous les deux à genoux dans le sable, avec de l’eau jusqu’aux épaules. Un bras placé devant lui contre les attaques de sa petite amie, Noah finit par déclarer forfait :

« Stop ! Pause ! Stupéfix ! »

Il n’avait pas sa baguette avec lui malheureusement, donc cela ne restait qu’une incantation vaine et triste. Il parvint à attraper le poignet de Maeva pour faire cesser le combat et l’attirer vers lui, sous l’eau un peu moins froide maintenant mais pas tout à fait bonne pour autant.

« Je propose un câlin de la trêve et de la chaleur humaine » suggéra t-il en claquant un peu des dents.


Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
Maeva observa Noah avec un regard de défi, pendant les quelques secondes où ce dernier sembla hésiter sur la marche à suivre. La fraîcheur de l'eau lui mordait la peau et elle sentit un long frisson lui parcourir le dos. Elle resta cependant immobile, bien décidée à ne pas abandonner ce combat qui démarrait si bien pour elle, à en croire l'expression outrée qui s'était peinte sur le visage de son petit-ami.

Il ne tarda d'ailleurs pas à riposter en accourant vers elle en soulevant ainsi de monstrueuses quantités d'eau qui l'éclaboussèrent en lui tirant une exclamation à la fois indignée et horrifiée. Elle se sentit quitter le sol et se tortilla pour glisser hors des bras de Noah, lui grimper sur le dos et tenter de le noyer dans les cinquante centimètres d'eau dans lesquels ils pataugeaient gaiement. Malheureusement, Maeva n'avait pas pour elle la force physique ; elle n'avait jamais été très sportive, et en plus, Noah avait pris l'avantage sur elle dans ce domaine lorsqu'il avait brusquement grandi quelques années auparavant, si bien qu'il la dépassait à présent d'une dizaine de centimètres (Maeva essayait parfois de lui faire croire qu'elle mesurait 1m70 mais elle n'avait jamais dépassé un 1m69). Son ingéniosité et sa relative souplesse lui permit de ne pas se laisser submerger par les attaques de Noah - quel traître ; sauf qu'elle avait trahi avant lui - et elle riposta de plus belle.

Noah finit par déclarer forfait, saisissant son poignet pour l'interrompre dans sa dernière offensive et hurlant des sorts qui n'avaient aucune portée puisque leurs baguettes étaient restés dans le sac de Maeva. Elle s'immobilisa alors, les joues rosies par le rire - ou peut-être par le froid, et se laissa entraîner contre son petit-ami qui grelottait. Au contact avec la peau froide du jeune homme, Maeva s'aperçut qu'elle claquait des dents également.

"De la trêve ? Ah non, j'ai gagné." s'offusqua Maeva en glissant ses bras autour du cou de Noah. "Mais comme je suis une copine formidable, j'accepte quand même le câlin." acheva-t-elle avec un sourire en se blottissant contre lui et en effleurant le creux de son cou d'un baiser.

Ils restèrent quelques instants enlacés, se délectant de la chaleur que leur procurait cette étreinte, avant que Maeva ne se dégage doucement après un dernier baiser déposé sur les lèvres de Noah. En se détournant, elle croisa le regard d'un nageur qui les observait, mi-attendri mi-moqueur, et ses joues se colorèrent de rouge.

"On remonte ?" proposa-t-elle en tendant la main à Noah. "Avec tes bêtises je vais probablement mourir de froid ou attraper la mort, au choix." Elle eut un sourire impertinent, l'observant un instant, et rajouta avec une innocence feinte : "Faudrait que tu retires ton t-shirt. Il est trempé, ça va te donner froid."

Trop dommage.


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Noah ForesterPréfetavatar
Messages : 238

Voir le profil de l'utilisateur
« Parce que j’ai bien voulu te laisser gagner, objecta Noah avec toute la mauvaise foi dont il était capable. Tu vois, toi aussi, tu as un copain formidable. »

Il lui sourit et la laissa venir contre lui en passant les bras autour de sa taille pour la rapprocher davantage. Cette petite lutte avait été drôle, mais fatigante, c’était plutôt agréable comme manière de faire une trêve. Il profita pleinement de la proximité de Maeva pour se réchauffer et avoir son quota de tendresse. Il n’y avait pas à dire, les vacances, c’était bien mieux sans les parents, c’était beaucoup plus agréable de pouvoir s’embrasser sans avoir à regarder à droite à gauche ou subir des oeillades équivoques. Il saisit la main que lui proposait sa petite amie avec un sourire.

« Mes bêtises ? répéta t-il. Je suis outré ! C’est pas moi qui ai commencé je te signale. Tsss, c’est pas sérieux pour une préfète-en-Chef. »

Une lueur malicieuse pétillait dans le regard que Noah posa sur elle. Elle avait reçu la nouvelle quelques jours plus tôt et l’en avait informé par hibou. Ils s’étaient promis de fêter cela dignement quand ils se verraient pour leurs vacances en amoureux. Noah était plutôt content pour elle et convaincu que les professeurs avaient fait le bon choix. Maeva avait la bonne dose d’autorité et de sympathie pour être une Préfète-en-Chef à la fois efficace et appréciée. C’était un rôle qui lui seyait à merveille, contrairement à lui, il était d’ailleurs bien content d’y avoir échappé. Il préférait laisser les autres prendre la position de leadership.

Noah avançait dans le sable, pas mécontent de retourner à leur emplacement, vers les serviettes bien chaudes et sèches qui leur tendaient les bras. Son dos était tourné côté Soleil mais le vent claquait, ce qui l’empêchait de réussir à se réchauffer complètement. C’était même plutôt désagréable de sentir son T-shirt mouillé se coller à sa peau, poussé par le vent. La remarque de Maeva était donc tout à fait juste. Mais étrangement, en voyant le petit sourire insolent qu’elle affichait, il avait l’impression que le fait qu’il ait froid n’était pas le premier souci. Il eut un mouvement de la tête désapprobateur et amusé à la fois.

« Eh bien. On vient d’arriver et tu veux déjà me déshabiller ? »

Mais puisque c’était si gentiment demandé… Il fit tomber le T-shirt, sans remords. Profitant de détourner l’attention de sa petite amie pendant quelques secondes, il lança en se préparant à démarrer :

« Le premier à la serviette a gagné ! »

Gagné quoi, c’était une bonne question. Noah n’attendit pas de la résoudre avant de s’élancer en courant.


Maeva HellsoftPréfète en Chefavatar
Messages : 189

Voir le profil de l'utilisateur
"Ne sois pas insolent, ou je te mets en retenue." répliqua Maeva en le défiant du regard, trahie par son sourire.

Elle avait reçu son insigne quelque jour auparavant et, évidemment, avait prévenu Noah aussitôt. Elle avait été un peu déçue lorsqu'elle avait appris qu'il ne serait pas son binôme cette année, même si elle n'avait pas mis trop d'espoir dans cette hypothèse. Noah, tout élève sérieux qu'il était - bien plus sérieux qu'elle, elle le reconnaissait volontiers - n'avait jamais manifesté la volonté de devenir préfet-en-chef et n'avait pas forcément le caractère pour, étant un peu trop taciturne pour prendre la tête de la petite équipe de préfets - composée tout de même de vingt-quatre personnes. Maeva, qui avait un caractère plus fort, s'imposait plus facilement dans un groupe et était alors plus légitime dans ce nouveau rôle qu'on lui avait confié. Au moins, avait-elle relativisé, comme elle serait responsable des plannings des rondes, elle pourrait s'arranger pour en passer un maximum avec son petit-ami - tous les deux avaient très vite compris comment joindre l'utile à l'agréable dans ces situations...

Un vent frais (pas de doute, malgré le soleil, ils étaient définitivement en Angleterre) la fit frissonner et la tira hors de ses pensées. Elle découvrirait bien assez vite qui serait son futur binôme et, pour le moment, elle préférait profiter des moments qu'elle pouvait passer en tête à tête avec son petit-ami. La réplique de ce dernier lui tira un sourire amusé et elle haussa les épaules.

"Plains-toi." lança-t-elle en riant.

Ce n'était pas elle, en tout cas, qui allait se plaindre, songea-t-elle avec un sourire en coin, en laissant son regard parcourir la peau désormais dénudée de Noah. Elle avait bien senti son regard sur elle lorsqu'elle s'était déshabillée et, en toute logique, c'était à son tour de profiter un peu de la situation.

Mais pas trop longtemps, de toute évidence, car Noah se lança dans une course effrénée jusqu'à leurs serviettes. Maeva s'élança à sa suite - non sans avoir poussé une exclamation parfaitement indignée. Il ne lui fallut pas très longtemps pour s'apercevoir que la course était perdue d'avance pour elle et, en plus, le sable soulevé par leurs pas se collait à sa peau encore humide. Super.

Elle arriva aux serviettes quelques secondes après Noah et s'effondra sur la sienne, le coeur battant à la chamade sous l'effort.

"T'as triché, Forester." lança-t-elle avec toute la plus jolie mauvaise foi dont elle était capable de faire preuve - même si, en toute honnêteté, elle avait raison. "Et en plus, t'as triché de la pire des manières !" Elle l'observa un instant en secouant la tête, ses yeux pétillants de malice. "Tu peux toujours courir pour avoir gagné quelque chose."


Avatar : praimfaya sur Bazzart
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

#ParsABrighton [Noah & Maeva]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yannick Noah
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...
» Le topic officiel de l'idylle clandestine entre Noah et Amanda
» [Scénario de Février] Equipe n°2 (Eileen, Maeva, Nelly, Susannah & Noah)
» rendez vous...(pv avec Noah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-