AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Un autre lancé de dés [Secret Santa 2018 - Samantha pour Dave]

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1317

Voir le profil de l'utilisateur
Secret Santa:
 


24 décembre 2018 - univers alternatif de Noël

« La milice. Ils l’ont arrêtée, ils l’ont tuée. Tu dois me croire… »

Dave se réveilla en sursaut et s’accrocha aux bras de son fauteuil, passablement secoué. Il balaya les pénombres d’un regard hagard, et sentit le rythme anarchique de ses battements de cœur s’apaiser à la vue familière du petit salon. Tout allait bien, il se trouvait en sécurité, en 2018, dans la quiétude de son Manoir. Son rêve avait été saisissant de réalisme, de ces songes qui vous poursuivent encore un peu après le réveil, mais il ne s’agissait bien que d’un rêve et il n’était pas mécontent de retrouver la réalité, par Salazar ! Les détails s’estompaient déjà, mais quelques images glaçantes fusaient encore dans sa mémoire, la silhouette exsangue et furieuse de Lauren dans le recoin sombre d’une cellule, le visage doux de Samantha en tête d’un article funèbre, et la statue de son père, dans l’avenue d’une ville gigantesque, itinérante. Son père bien vivant, qui régnait d’une main de fer sur une Angleterre déchirée…

Les aiguilles lourdes de l’horloge murale lui apprirent qu’il avait dormi trop longtemps. Secouant sa tête pour en ôter les dernières bribes de son rêve, Dave referma l’ouvrage ancien sur lequel il s’était endormi et se leva en époussetant sa robe de sorcier ouvragée. Après avoir rangé soigneusement son ouvrage, Dave se hâta dans les couloirs du Manoir et dévala quatre à quatre les escaliers pour se rendre à la cave, où il sélectionna une bonne bouteille – mais pas trop bonne non plus, il ne se rendait pas chez de fins connaisseurs, il ne fallait pas gâcher. Alors qu’il s’apprêtait à partir, Dave se ravisa pour se diriger vers le grand salon, où il trouva la seule autre occupante du Manoir. Pelotonnée sous une couverture, un livre immense étendu sur ses genoux rachitiques, Griselda Marchebank tourna la tête vers Dave. Un sourire fendit son visage ridé comme un pruneau à la vue de son arrière-arrière-petit-fils. Dave dut presque plier son grand corps en deux pour déposer un baiser sur sa pommette osseuse.

« Joyeux Noël mon petit. Embrasse les demoiselles pour moi. »

« Tu es sûre que tu ne préfères pas que je reste avec toi ? »

« Oui, oui, file donc, je serai très bien toute seule avec Les chroniques de Roktar le gobelin des Alpes, et une bonne tasse de ragnarov. »

« Joyeux Noël, alors. »

Chaque année, c’était le même rituel. Dave abandonnait son ancêtre le 24 au soir, puis l’emmenait passer la journée du 25 avec la totalité de la famille Warlock, y compris les mômes braillards d’Eliott et de Charlotte. Le 26, en revanche, Griselda et Dave passaient la journée aux fourneaux en compagnie de Kessy, qui les étourdissait de sa conversation joyeuse et de ses talents pâtissiers. Quand ils avaient de la chance, Cassandre Harper daignait les gracier de leur présence pour déguster un morceau de bûche.

Depuis l’emprisonnement de son père et de sa tante, et la révélation de plusieurs de leurs sombres secrets, Dave avait appris à faire une petite place à Kessy, sa demi-sœur cachée – qui, cachée, ne l’était plus. Cette relation se tissait lentement au fil des années mais, bien qu’initialement très réticent, Dave avait fini par se laisser gagner par la volonté de retrouver une forme de cellule familiale. Restaient les Warlock, bien sûr, au sein desquels il conservait toute sa place, mais le mépris que chacun éprouvait pour son père y était à peine voilé et il ressentait parfois le besoin de se retrouver avec les quelques rares personnes qui avaient des raisons de se sentir aussi trahi que lui. Avec Griselda et Kessy, ils s’étaient serré les coudes, unis par quelque chose d’assez indéfinissable, quelque chose qui poussait aussi Cassandre à ne pas les rejeter complètement de sa vie. C’était ce goût acre de la trahison qui ne vous quittait jamais vraiment, cette amertume de la déception, ce cœur qui se tordait chaque fois qu’il pensait à lui. Depuis la solitude de sa cellule, Leopold parvenait encore à jeter son ombre malfaisante sur eux.

A Noël, c’était toujours plus dur, alors Dave se tenait occupé. La tradition du réveillon du 24, née depuis sa sortie de Poudlard et maintenue depuis, était inébranlable et il était impensable qu’un jour, il ne se tienne pas. C’était d’ailleurs le meilleur moment, celui où il retrouvait une toute autre forme de famille : la famille que l’on choisit. Et ils s’étaient choisis à l’âge de onze ans, autour de leur premier réveillon de Noël, alors que la Grande Salle avait revêtu ses plus beaux atours.

Son sac de cadeau à la main, Dave quitta le Manoir et se matérialisa un instant plus tard devant la porte de la maison de Lauren et Samantha. Il sourit intérieurement en avisant la couronne qui accueillait les visiteurs – Sam, véritable lutin de Noël, aimait toujours autant décorer leur maison dans ses moindres recoins. Du haut de ses vingt-sept ans, elle se comportait encore comme une grande enfant, cherchant souvent à dérider ses deux compères plus renfrognés. Depuis sa morsure, elle cherchait à compenser le temps perdu à chaque pleine lune en insufflant un peu plus de joie au reste du mois.

Après avoir fait sonner la cloche, Dave attendit quelques secondes que la porte d’entrée s’ouvre sur le visage peu amène de Lauren. Comme  à son habitude, son amie n’avait pas fait d’effort vestimentaire particulier, en revanche elle arborait un somptueux serre-tête à bois de renne, sur sa chevelure ébène. A en juger par son air profondément blasé, elle ne le portait pas de son plein gré, et Dave ne chercha pas à réprimer son rire face à cette vision réjouissante.

« Bonjour, mère Noël. »

« Va te faire cuire un œuf de dragon. »

Loin de se formaliser de cet accueil peu chaleureux, Dave attira Lauren pour une brève étreinte, avant de s’engouffrer dans l’entrée. Ses narines frémirent en sentant les bonnes odeurs qui émanaient de la cuisine, où il trouva une Sam affairée à répartir l’apéritif dans des ramequins. A son tour, il la salua d’une étreinte, qui la laissa quelque peu surprise. Dave n’était pas le plus tactile des amis mais il avait ce soir comme un sentiment, une impression, de soulagement ou de gratitude. Les réminiscences de son rêve, probablement. Dave tendit sa bouteille de vin à la jeune femme, puis se dirigea vers le salon où il s’installa dans un fauteuil près de la cheminée. Lauren le rejoignit, trois verres à la main, et s’assit dans le canapé face à lui.

« Alors ça y est, vous avez terminé tous les travaux ? », s’enquit-il en balayant la pièce du regard. Les deux jeunes femmes avaient acheté cette maison il y a plusieurs années, alors qu’elle n’était à l’époque qu’une épave, avec dans l’idée de la retaper entièrement. Depuis, Dave avait toujours connu cet endroit en travaux, et ne s’était jamais offert pour les aider – le bricolage, ce n’était vraiment pas son truc, préférant donner un coup de main à Sam dans la gestion financière et administrative de son entreprise de fabrication de balais. De plus, Lauren et Sam s’amusaient beaucoup trop à peindre, fabriquer, poncer et réaménager pour qu’il les prive de ce plaisir… Mais aujourd’hui, tout semblait fini, le salon avait été transformée en une pièce à vivre chaleureuse. A l’extérieur, un grand terrain bordé d’arbres leur permettait de mener quelques parties de Quidditch endiablées, elles avaient même fait monter deux cercles sur poteaux à cet effet.

« Pas tout à fait, on réfléchit à ajouter un second étage, en fait », expliqua Lauren, « avec une salle de jeu pour entreposer nos jeux de société moldus et magiques et puis, une chambre d’ami… »

Son regard s’était fait malicieux. Il est vrai qu’il arrivait à Dave de passer de nombreuses nuits sur le canapé des filles, chaque fois qu’ils passaient la soirée à parler jusqu’au bout de la nuit et qu’il avait la flemme de transplaner jusqu’à son lit, chaque fois qu’il avait envie de compagnie aussi.

« Excellente idée, ça. J’espère qu’elle sera prête pour ma prochaine déconvenue sentimentale », répondit-il avec un petit rire d’auto-dérision. La dernière fois qu’il avait squatté le canapé de ses amies, c’était parce que sa dernière petite-amie en date, Hester, l’avait jeté comme une vieille chaussette après la querelle dispute de trop. Soit-disant qu’il avait « mauvais caractère », c’était vraiment n’importe quoi, comme le lui avaient d’ailleurs assuré Lauren et Sam. Les trois amis avaient toujours été d'une compagnie exquise, ce n'était pas de leur faute si leurs congénères étaient trop snobs pour s'en rendre compte.

« Si tu les choisissais mieux, aussi », répliqua Lauren en levant ostensiblement les yeux au ciel.

« A sa décharge, on n’aime jamais ses copines », commenta la voix amusée de Sam qui venait de surgir dans le salon, faisant virevolter l’apéro jusqu’à la table-basse en agitant sa baguette.

« Bah, oui. On ne va pas partager notre Dave avec n’importe qui. »

Par le passé, Dave avait pu s’agacer de ce côté possessif que ses deux meilleures amies déployaient son égard, alors même qu’il pouvait paradoxalement se sentir exclu de leur relation. Mais avec le temps, leur trio avait su trouver son nouvel équilibre. Les filles avaient été très présentes pour lui lorsque « l’affaire Marchebank » avait éclaté, et que son père, nouvellement élu, avait été éjecté du pouvoir pour être emprisonné. A l’inverse, Dave avait su accompagner Samantha dans chacun de ses combats militants, il était présent après chaque pleine lune – comme ce soir, d’ailleurs, comme en attestait les cernes immenses qu’elle avait tenté de dissimuler avec du maquillage. Il ne ratait jamais un match de Quidditch de Lauren, du moins, tant que le match durait moins de cinq heures, et ils célébraient tous les trois chaque victoire.

« Comment ça va le boulot, Dave ? », s’enquit Sam en s’installant à côté de Lauren sur le canapé, tandis que sa petite-amie servait le vin. « Pas trop dur ? »

« Non, je travaille sur une convention financière de partenariat entre Gringotts et la BAMA, la banque magique américaine, c’est très intéressant, on prévoit à l’article 4 que… »

« Ouuula je vous arrête tout-de-suite, on n’a pas dit qu’on ne parlait jamais de boulot le 24 ? Non parce que je ne voudrais pas m’endormir avant d’avoir ouvert mes cadeaux… »

Dave tira puérilement la langue en direction de Lauren, puis jeta un coup d’œil vers le sapin où il avisa une jolie pile de paquets colorés.

« C’est vrai, et je ne voudrais pas plomber l’ambiance en évoquant ton dernier match, Lauren… », répliqua-t-il d’air air faussement innocent. Le match en question avait fini par une écrasante défaite de son équipe, après que l’attrapeur se soit pris un cognard en plein crâne et ait atterri à Sainte Mangouste. Avisant le visage furibond de Lauren, Sam bondit du canapé et se dirigea vers le sapin pour attraper deux cadeaux, qu’elle fourra dans les mains de ses amis.

« Bon, de toute façon, les cadeaux c’est toujours à l’apéro ! Joyeux Noël ! »

Pendant que Lauren déballait la dernière création de Samantha, un balai flambant neuf, le prototype de sa nouvelle collection, Dave découvrait avec plaisir son habituelle bouteille de whisky pur feu, cent ans d’âge. Il y avait certaines choses qui ne changeaient décidément pas avec les années, et comme toujours, il appréciait la tradition, se retrouver année après année, avec ses meilleures amies, pour manger de bons mets, échanger les mêmes cadeaux qui font toujours plaisir et finir par parler politique, un peu alcoolisés, en refaisant le monde pendant la moitié de la nuit… Ces habitudes, elles le confortaient, le rassuraient. Chaque 24 décembre au soir, lorsque sonnait minuit, Lauren, Sam et Dave se retrouvaient, et le monde était en ordre.

Après qu'ils aient fini leur déballage et mangé plus que de raison, Dave, les deux mains sur son ventre bien rempli, lança à la cantonnade :

« Une petite partie de Risk version sorciers ? »

Ils s'installèrent à même le sol, sur le parquet devant la cheminée et disposèrent leurs petites armées d'aurors miniatures sur la carte. Tandis que Dave se lançait à la conquête du Canada depuis l'Angleterre, un nouveau flash de son rêve le traversa et il esquissa un sourire. Il avait comme une drôle d'impression, en faisant rouler ces dés dans la paume de sa main. Une douce chaleur l'envahissait, comme s'il réalisait subitement la chance qu'il avait d'avoir ses amies auprès de lui, comme si cela ne s'était joué à rien.

« Bah qu'est-ce que t'as, le sucre de la bûche t'es monté à la tête ? Ou bien le vin ? Tu tiens vraiment pas l'alcool, Dave, c'est pitoyable. »

« Non non, c'est rien. Prépare-toi à mourir, Lauren ! »

Et il fit valser ses dés sur le plateau.
Fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Un autre lancé de dés [Secret Santa 2018 - Samantha pour Dave]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» * Secret Santa *
» [CADEAUX] Secret Santa.
» INTRIGUE DE NOËL ❊ (TG) Le Secret Santa
» Secret Santa ◘ Petit papa Noël...
» Secret Santa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-