AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Correspondance entre la folie et la raison.

Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
Lundi 24 avril 2006

Deux mois, celà faisait deux mois qu'Harmonie était ici. Deux mois qu'elle avait commis l'irréparable. Deux mois que sa vie avait changé à jamais. Son arrivée ici n'avait pas été facile, à ce que les médicomages disaient, elles refusaient que quiconque l'approche. Ayant peur de les blesser ou de les tuer. Mais à force de petrificus totalus, de divers sorts ou de potions, Harmonie avait enfin recouvré une partie de son esprit.

Elle n'avait aucun souvenir de son arrivée ici. Choc post-traumatique que disait les médecins. Cela ne faisait qu'une semaine à peine qu'elle s'était stabilisée. A présent, elle acceptait de manger, de marcher dans les couloirs, de se laver... Elle recommençait à vivre tout simplement. Mais les nuits étaient devenues un enfer pour la jeune femme, toutes les nuits, elle se revoyait lancer le doloris sur Sean, et toute les nuits elle se reveillait en hurlant et en obligeant le personnel soignant à la stupefixer pour lui administrer une potion de sommeil sans rêves.

Mais aujourd'hui, Harmonie avait accepté les lettres de ses proches. Un stagiaire médicomage avaient ouvert toutes ses lettres après lui avoir demandés... Et il avait mis de côtés toutes les lettres de Lucas, jugeant leurs contenus trop dangereux pour son état mental encore fragile. Les premières lettres de Nathanaël aussi avaient été mises de côtés.

Elle aurait pû dès son "réveil" recevoir de la visite de ses proches... Mais elle ne se sentait pas encore prête à affronter leurs regards... Pas encore.

Après la lecture des lettres, Harmonies avaient un peu mal au coeur. Toutes ces lettres ne parlaient pratiquement que de banalités, Du fait qu'elle leur manquait... Aucune ne mentionnait ce qu'elle avait fait... Comme si ce n'était pas de sa faute si elle était là.

Son regard s'arreta sur un paquet de lettres qu'elle n'avait pas encore lue. Les lettres de Darren. Malgré toute la volonté dont elle faisait preuve, la jeune fille était incapable d'ouvrir ces lettres.

Darren, son frère... Elle lui avait fait tant de mal. Elle l'avait laissé seul, elle l'avait abandonné. Qui maintenant serais là pour l'écouter? Qui donc sera là pour lui maintenant? Darren ne donnait pas sa confiance facilement.

Soudain l'esprit d'Harmonie s'éclaira , il y avait bien quelqu'un qui avait réussi à être assez proche du jeune homme, mais aux dernières nouvelles leur dernière rencontre avait tourné au drame à cause de Lorgan.

Harmonie s''empara d'une plume et commença à écrire.

" A Natasha L. Damian

Je sais que l'on est loin d'avoir été proche toute les deux, mais s'il te plait, finis de lire cette lettre avant de la jeter. Pas pour moi, non. Pour Darren.

Oui, c'est bien Harmonie Fernoys qui t'écrit. Je sais que ce que j'ai fait est horrible, je ne mérite aucun pardon. J'aimais Sean, et je l'aime toujours, mais suite à une horrible méprise, et à toute la rage accumulée depuis la mort de mes parents... J'ai pêté un plomb.
Je ne sais pas ce qui s'est raconté après mon départ... Mais Darren n'y est pour rien. Oui, il partageait avec ma famille l'idée que les sangs de bourbe ne mérite pas le statut de sorcier mais lorsque j'ai lancé l'Endo... Quand j'ai torturé Sean... Ce que j'ai vu dans le regard de Darren, c'était indéfinissable. Il semblait détruit.

Mais Darren comme moi n'avons pas eu une enfance facile. Tout les deux, on est né parmi les mangemorts. Oui, ils ont fait des erreurs, oui ils méritaient d'être enfermés voire tués... Mais c'étaient quand même nos parents. Alors oui, on a voulu les défendre, les défendre eux pas leurs actes.

Crois moi, Darren est loin d'être un monstre. Ne le laisse pas tomber. J'ai vécu 7années entières pratiquement 7 jours sur 7 avec lui. Et jamais, jamais il n'avait regardé une fille comme il t'a regardé toi. Je le connais, et je pense qu'il est amoureux de toi, oui amoureux.

Et il aura besoin de toi. Je me refuse à ce qu'il devienne le monstre que je suis devenue. Refléchis y. Darren fait peut-être des erreurs mais lorsque l'on découvre l'homme derrière le masque, tu ne peux plus t'en passer.

Harmonie Fernoys"
Natasha L. DamianAncien personnageavatar
Messages : 286

Voir le profil de l'utilisateur
Fin Avril, déjà. Dans un peu plus de deux mois, elle quitterait pour une sixième année consécutive le collège et y reviendrait, encore une fois, une dernière fois. Ce serait une année étrange, très étrange. Albéric ne serait plus. De même pour Sean, Keller, Butler, Davidson et... et Darren. Ses yeux se fermèrent tandis qu'elle laissait retomber sa tête sur son oreiller. Darren, absent. Darren, dans le monde adulte, dans la vie active ? Ou plutôt enfermé dans un endroit quelconque, à ressasser sa haine contre le monde ? Contre elle ? Non, pas elle. Il l'oublierait, c'était évident. Elle n'était qu'un coup parmi les autres, même pas accompli. Alors pourquoi se souviendrait-il d'elle ? De Lorgan, il se souviendrait sûrement. Après tout, elle au moins avait eu droit à l'esquisse d'une relation avec lui. Les mains de la jeune fille jouèrent avec ses draps, nerveuses. L'année n'était pas encore terminée, tout compte fait. Elle avait peut-être encore une chance pour rattraper tout ça, rattraper le désastre qu'avait été l'anniversaire de Swann, qu'avait été leur chance de réussite ensemble bien avant cet évènement, même. Mais Darren en aurait-il envie ? Et elle, jusqu'où pouvait-elle aller pour ça ? Et puis, n'était-ce pas complètement idiot de commencer une relation deux mois avant qu'ils ne soient obligatoirement séparés ?

Natasha n'y avait jamais pensé, à cela, avant aujourd'hui. Aussi, la constatation fut effroyable, violente, et ses traits se crispèrent. C'était voué à l'échec. Leur relation. Voué à l'échec, c'était certain. Mais... Mais n'y avait-il pas ce proverbe moldu, qu'elle avait vaguement entendu, qui disait "Qui ne tente rien n'a rien ?"

Natasha se releva brusquement de son lit, forte de cette conclusion, et décida de sortir prendre l'air, n'ayant aucune envie de déjeuner. Cependant, se rappelant qu'il y avait la livraison des courriers, ce matin-là, elle se fit une raison et se dirigea vers la Grande Salle. La jeune fille s'installa à la table de sa maison, saisit distraitement une pomme et croqua dedans, attendant que les hiboux et chouettes fassent leur apparition.

Rapidement, ces derniers arrivèrent, et Natasha donna distraitement quelques mornilles à un hibou quand il lui tendit la Gazette des Sorciers. Elle y jeta un rapide coup d'oeil mais son attention fut rapidement accaparée par un hibou qui lui était complètement inconnu, se déposa devant elle, montrant sagement sa patte, à laquelle était accrochée un parchemin aux sigle de St-Mangouste. Les sourcils de Natasha s'élèverent alors qu'elle saisissait la lettre, la crainte qu'il soit arrivé quelque chose à Shelba, par exemple, grandissante. Alors qu'elle débarrassait, fébrile, le hibou de son message, la jeune fille jeta un rapide coup d'oeil à Swann, à la table de Serpentard, et sentit un immense sentiment de soulagement en voyant qu'elle n'avait pas de missives semblables à la sienne. Mais d'oú provenait cette lettre, alors ?

Natasha se releva, saisissant son journal, la pomme et la missive puis se dirigea vers le parc. Elle avait une heure de libre, ce matin, et elle souhaitait en profiter pour respirer un peu.

Arrivée dans un coin tranquille, Natasha s'assit à même le sol et ouvrit, légèrement inquiète, l'enveloppe. A peine avait-elle lu les premières lignes qu'une exclamation stupéfaite lui échappa. Pourquoi diable Harmonie Fernoys lui écrivait ? Pourquoi citait-elle Darren ? Et elle, pouvait-elle lire sans craintes cette lettre ? On racontait des choses à propos d'Harmonie, des choses horribles, et les doigts de Natasha tremblèrent un instant, avant qu'elle ne se reprenne. C'était stupide, elle était à St-Mangouste, depuis plusieurs mois déjà, et devait être attentivement surveillée. Aussi, Natasha se permit de poursuivre sa lecture, ses sourcils se haussant de plus au plus au fil de celle-ci.

Lorsqu'elle fut terminée, la jeune fille laissa tomber la lettre, plus que stupéfaite. Cette missive, son contenu, c'était... C'était du grand n'importe quoi. Oui, Darren était convaincu par les idéaux de son père. Oui, ce dernier était un mangemort. Mais, en soit, Natasha s'en fichait un peu de ça. Peu lui importait ce qu'il pensait, du moment qu'il ne tentait pas de la convaincre. Et puis, Darren n'était pas son père. Elle le savait...enfin, normalement. Elle réalisa, en relisant la lettre d'Harmonie, qu'elle connaissait vraiment peu Darren. Et... Et cette dernière qui disait qu'il l'aimait... L'aimer, elle ? C'était impossible, Harmonie délirait.

Elle se releva lentement, la main crispée sur les missives, et se dirigea à grands pas vers la volière. Rendue, elle saisit une plume dans son sac et la trempa précipitamment dans un encrier. Ses mains, tremblantes, se posèrent sur une feuille de parchemin trouvée dans son cartable.

"Chère Harmonie"

Natasha s'interrompit aussitôt et effaça rapidement grâce à un evanesco. C'était trop familier et, comme le disait Fernoys, elles n'étaient pas si proches.

"Harmonie,

Ta lettre m'a hautement surprise. Je ne m'attendais pas à ça, certainement pas venant de toi : comme tu l'as toi-même dit, nous ne sommes pas très proches. Je ne peux, cependant, qu'apprécier ton initiative qui montre, une nouvelle fois, ton inquiétude et l'importance de la relation que tu tiens avec Darren.

On dit des choses sur toi, il est vrai. Elles sont plus ou moins réalistes, plus ou moins horribles, et je dois m'avouer heureuse que tu m'énonces la vérité. Ne dit-on pas qu'un péché avoué est à moitié pardonné ? Je ne sais pas si ici, tu es coupable ou victime, et ce n'est pas à moi de juger. Je te remercie simplement de m'avoir dit tout ceci.

Concernant Darren... Je ne le jugerai jamais pour les actes de son père. Je désapprouve votre manière de penser, c'est vrai, je ne mentirai pas. Mais... Du moment qu'il ne tente pas de m'y convaincre, pourquoi le refuserai-je pour ceci ?

Tu dis penser qu'il m'aime. Cela me parait impossible. Enfin, je le connais si peu... Tu ne voudrais pas... Non, excuse-moi, c'était une idée stupide. Mais je... Harmonie, pourrais-tu me dire qui il est vraiment ? Pourrais-tu m'aider, parce que je le veux vraiment, parce que je sais que ce n'est pas un monstre. Du tout. Mais j'ai conscience que ce serait, peut-être, le trahir en m'en disant plus sur lui. Et, peut-être que ce que j'apprendrais ne m'aidera pas à l'apprécier. Je ne sais pas, je n'ai aucune idée des révélations que tu pourrais me faire. Conditionnel, je ne t'oblige en rien. Réflechis-y seulement, comme tu m'as demandé de réfléchir à Darren.

Je te remercie pour cette lettre, une fois encore. Et, ne t'inquiète pas pour Darren, je ne pourrais pas le laisser tomber. C'est idiot, je le connais si peu, mais je m'y suis attachée. Certainement pas ce qu'un Serpentard ferait, n'est-ce pas. Et vu que Darren ne me connait pas non plus, la logique veut que tes suspicions soient fausses... Enfin, j'arrête avec ça.

Bonne journée, Harmonie.

Natasha Damian."



Avatar & Signature : Kaya Scodelario  
Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Harmonie avait confié sa lettre au personnel soignant, celui ci lui avait demandé à qui il devait l'envoyer; Harmonie lui avait simplement montré le nom sur l'enveloppe avant de retourner dans sa chambre en pleurant. Elle avait l'impression de trahir son presque frère, oh bien sûr c'était pour son bien. Mais avec cette lettre, elle avait l'impression d'accepter que plus jamais elle ne sortirait d'ici, que plus jamais personne ne viendrait la voir, mais qui voudrait rendre visite à une folle.

Sa place n'était pas ici, non, sa place était à Azkaban. Quand elle avait réalisé ce qu'elle avait fait, elle voulait qu'on l'enferme, qu'on l'envoie près de Lucas, au moins pour le voir une dernière fois. Elle en regrettait cette période où elle était arrivé ici sans se souvenir de quoi que ce soit. Comment peux t'on vivre quand on sait tout le mal qu'on a pu faire.

Mais comment avait-elle pu douter de Sean? Comment avait-elle pû croire une seule seconde qu'il s'était joué d'elle? Comment avait-elle pu douter de son amour? Tout les souvenirs de leur couple lui revenait comme des poignards en plein cœur. Leurs baisers où Sean rougissait si fort et qu'il semblait parfois ne plus respirer, son cœur qui battait si fort lorsqu'elle se réfugiait dans ses bras, cette minuscule façon de la serrer un peu plus fort contre lui, si minime qu'il ne s'en rendait pas compte lui même, lorsqu'il devait se séparer pour ne pas être découvert.

Harmonie ouvrit les yeux et s'étonna de se retrouver dans son lit, les bras attaché au lit, l'esprit complétement vaseux.

" Vous voilà enfin à nouveau parmi nous Miss Fernoys, cela fait presque trois heures que nous essayons de vous récupérer. lui confia le médicomage en face d'elle en repliant son exemplaire de la gazette du sorcier. Vous aviez fait des progrès considérable et ils ont failli s'envoler en un seul instant. Nous avons dû nous y mettre à quatre pour vous remettre ici. Que s'est -il passé? "

Harmonie baissa la tête silencieusement, elle comprenait que si c'était lui et non Louis qui se trouvait ici, c'est que durant son absence, elle avait blessé le jeune stagiaire. Était-elle condamné à faire du mal à tous ceux qui l'approchaient? Sa réponse n'eut besoin que d'un mot "Sean"

" Je vois. J'en informe le psychomage. Je ne plaisante pas Miss Fernoys, il faut que vous en parliez à quelqu'un. Le psychomage est là pour ça?

" Est ce qu'il va b... mieux?


" Je n'en sais rien. Vous avez reçu du courrier durant votre 'absence'. Je vais vous laisser. Mais pour votre propre sécurité et celle du personnel soignant, je ne peux pas vous laisser sortir de votre chambre. Si vous voulez y répondre, glisser l'enveloppe sous la porte nous ferons le nécessaire. "

Harmonie vit le médecin sortir de sa chambre et entendit distinctement le verrou de sa porte se déclencher. Elle se retrouvait à nouveau seule. Elle observa ses poignets où les traces des sangles qui l'avaient immobilisés rougissaient encore sa peau. Elle vit sur la table de chevet une petite enveloppe ouverte.

Au fur de sa lecture, Harmonie se sentait quelque peu libéré, Natasha était quelqu'un de parfait pour Darren. Elle ne prit pas plus le temps d'y réfléchir et s'empressa d'y répondre.

" Natasha,

Je suis contente que tu as pris le temps de lire ma lettre. quand j'ai commencé à t'écrire, je pensais que rien qu'en voyant mon nom tu allais bruler cette lettre sans la lire. Alors imagine mon étonnement lorsque le médicomage m'as transmis ta réponse. Après tout, qui voudrais parler avec une folle?

Crois moi, ce que j'ai fait est loin d'être pardonnable. Je suis totalement coupable, je le sais. Ma folie n'excuse rien. Jamais Sean ne pourra me pardonner, pas après l'horreur que je lui ai fait subir. Ce que j'ai fait me hante chaque nuit. Et le pire, c'est que personne ici n'est capable de me dire comment il va? Peut-être as tu des nouvelles de lui? Par pitié, Natasha, dis moi au moins s'il est toujours à Poudlard, donnes moi des nouvelles, je préfère encore des mauvaises nouvelles que ce vide.

Mais je m'éloigne de ce dont quoi je voulais te parler. Darren. Je pense aussi qu'il n'appréciera pas que je parle de lui avec toi. Mais à quoi bon. Il vaut mieux pour lui qu'il m'oublie.

Celà me rassure que tu apprécies Darren malgré sa manière de penser. Mais tu sais, perdre un proche est déjà assez dur. Mais Darren a dû y faire face seul. Sa mère ne partageait pas sa douleur. Lorsque l'on s'est rencontré en première année, on partageait la même douleur. Darren ne montre pratiquement pas sa douleur, mais ce n'est pas pour ça qu'il est insensible bien au contraire.
Chez moi, Nathanaël était trop absorbé à faire vivre le peu de famille qui nous restait, et Ambre était trop jeune pour comprendre. Alors quand le jour de Noël, Nath' a ramené Darren à la maison... On partageait notre douleur et elle nous semblait moins pesante.

Tu crois que je me trompes quand je dis qu'il t'aime? Mais qu'en penserais tu si je te disais que parfois je lui parlais mais il était ailleurs, et quand je suivais son regard je tombais sur toi. Si tu savais comme je t'en ai voulu quelquefois. Lorsqu'il m'a annoncé qu'il allait à Pré au Lard avec toi pour la St Valentin... Je me suis sentie trahie. J'avais l'impression d'être abandonné. Avant toi, jamais Darren ne m'aurais laissé seule pour une sortie.

Mais à présent que je ne suis plus là. Qui réussiras à le soutenir et à l'aimer si ce n'est toi?

Tu dis t'y être attaché. Crois moi, les serpentards aussi le peuvent.

Avec tout mes remerciements.

Harmonie"



Harmonie replia la lettre sur elle même et s'empressa de la mettre dans l'enveloppe. Mais avant de la glisser sous la porte, elle tint à rajouter une note à sa lettre.

" PS: Je regrette de ne pas t'avoir connu avant. Peut-être aurions pû nous être amies. "
Natasha L. DamianAncien personnageavatar
Messages : 286

Voir le profil de l'utilisateur
Une fois la lettre écrite et envoyée, Natasha était retournée au château, attendant avec une impatience singulière la réponse de sa destinataire. Normalement, si elle la recevait bien aujourd’hui et lui répondait aussitôt, elle aurait peut-être une missive le lendemain…

Et ce fut effectivement le cas. Fébrile, Natasha observa un grand hibou, le même que la veille, se déposer maladroitement devant elle. Sans plus attendre, elle saisit la lettre et, après avoir donné à boire au hibou, quitta la Salle Commune. Ce faisant, elle observa distraitement les alentours et sourit d’un air rassurant à Jonathan, qui semblait s’inquiéter de la voir quitter ainsi la Grande Salle depuis quelques jours. Cette fois-ci, au lieu de prendre la direction du parc, comme elle l’avait fait hier, elle se dirigea aussitôt vers la volière. Arrivée, elle ouvrit la lettre, et s’assit le plus confortablement possible sur une pierre, son regard lisant déjà avec une grande hâte les mots d’Harmonie.

Au fil de sa lecture, Natasha se sentit légèrement pâlir. La souffrance d’Harmonie était palpable, autant celle créée par Sean que celle datant d’il y a bien plus longtemps, partagée avec Darren. Natasha n’avait aucune idée de ces souffrances qu’ils partageaient. Elle se doutait bien qu’il y avait une raison pour qu’ils soient aussi proches, mais elle n’aurait jamais imaginé que cette raison vienne d’un mal. Elle retrouva un peu de couleur, néanmoins, au paragraphe sur Darren et l’amour qu’il lui portait, selon Harmonie. Bien qu’ayant peu d’espoir sur leur relation, ce que disait sa meilleure amie lui faisait hautement plaisir… Oh, évidemment, elle ne s’y attendait aucunement ! Encore moins à ce qu’Harmonie la jalouse – Natasha, en réalisant ses sentiments grandissants pour Darren avait envié à un point inimaginable la relation qu’il entretenait avec Fernoys. Aussi, oui, malgré tout cela, Natasha rosissait de plaisir. Ses joues cependant tournèrent au rouge honteux en lisant la suite du message. Quelle idiote avait-elle fait ! Evidemment que les Serpentard peuvent aimer ! Harmonie ne lui avait-elle-même pas clamé, dans sa lettre précédente ? Oh, quelle idiote elle faisait !

Natasha s’apprêtait à répondre immédiatement à la missive quand ses yeux se posèrent sur le post scriptum, qui lui avait échappé. Elle se figea et, lentement, un léger sourire triste fleurit sur ses lèvres. Oui, elles auraient pu être amies. Elles n’étaient pas si différentes, tout compte fait. Amoureuses, fières… Oui, elles auraient pu. Elles le pouvaient toujours. Parce qu’Harmonie était internée, elle n’avait plus le droit aux amitiés ? Natasha en doutait. Oh, peut-être que ce n’était pas bien vu d’être amie avec une folle mais qu’en avait-elle à faire ! Oui, elle serait amie avec Harmonie, quoiqu’en pensent les autres.

Chère Harmonie,

Je comprends ton étonnement, concernant ma réponse. Cela me désole un peu, néanmoins, parce que j’imagine que ta situation ne doit pas être évidente à vivre, tous les jours. Personne ne te contacte ? Les visites sont-elles interdites ? Dis-moi un peu ; n’est-ce pas trop dur à vivre ? Sache que, si jamais tu as besoin de parler, de hurler, de pleurer, je suis là, ne serait-ce que par lettres.

Je…Ta détresse me touche pleinement. Je ne comprends pas pourquoi ils ne t’informent de rien, cela te soulagerait certainement. Aussi, sache que Sean est revenu à Poudlard pour la rentrée, il y a environ une semaine. Je n’ai pas eu l’occasion de lui parler, avec ce qui s’est passé. Vois-tu, certains olibrius ont pensé qu’il serait amusant de faire passer notre salle commune pour la volière ! Aussi, c’était un gros bazar, ces derniers jours. Tout n’est rentré dans l’ordre que récemment. Enfin, revenons-en à Sean ! Je disais ne pas avoir eu le temps d’échanger avec lui, mais je l’ai vu. Il…Il semblait aller bien. Un petit peu. Je ne peux néanmoins t’en dire plus, je suis désolée.

Je ne suis pas certaine de vouloir faire quelque chose à l’encontre des souhaits de Darren. Ne risque-t-il pas de mal réagir, s’il venait à l’apprendre ? Je suis persuadée que tu finiras par sortir de cet hôpital, Harmonie, aussi je ne voudrais pas que cet échange se retourne contre toi.

Oui, sois rassurée, j’apprécie Darren. Je n’étais pas au courant de cette douleur partagée. Je n’ose imaginer combien cela a du être difficile. Je comprends un peu mieux, je crois, comment vous en êtes arrivés à être si proches. Vu le temps qui s’est déroulé depuis cette rencontre, depuis ce jour de Noël, je suppose que dire « désolé » serait des plus stupides mais je le pense sincèrement. Désolée pour ce que vous avez traversé, pour cette douleur qui vous unis, pour ce qui se passe actuellement. Désolée pour tout cela.

Je dois t’avouer t’avoir jalousé aussi. Intensément. Tu es si proche de Darren, tu le connais si bien, comment en aurait-il pu être autrement ! Personnellement, je ne lui parle que très peu, des brèves discussions polies au tournant d’un couloir. Je n’ai jamais été proche de lui comme tu l’ais. Je ne le serais probablement jamais. Aussi, oui, je t’ai enviée.

Alors, quand tu me dis qu’il me regardait, que tu as pu être jalouse de moi, aussi horrible que cela puisse être, je ne peux m’empêcher d’être intensément ravie. Ainsi, promis, je tenterai de le soutenir et de l’aimer. Je ne sais pas s’il me laissera le faire, mais j’essayerai. Une question, cependant. Dans deux mois, l’année s’achève. Darren quittera Poudlard. Supposons que nous soyons arrivés à quelque chose, supposons que ce quelque chose dure. Je ne pourrais le soutenir éternellement. Et arriverais-je à lui faire confiance, alors qu’il est loin de moi ? Je m’avance loin dans le futur, multipliant les hypothèses, mais ceci me démange vraiment. Si nous arrivions à quelque chose, sera-t-il fidèle ? Tu sais qu’il fricotait avec Lorgan. Il la reluquait même de haut en bas durant notre déjeuner, à la St-Valentin. Et je dois penser que tout ira pour le mieux ? Malgré tout ce que tu me dis, je doute être la réelle personne qu’il souhaite, finalement. Peut-être que Kelsey est mieux pour lui. Au moins, elle sera en sa compagnie, l’an prochain.

Enfin, je ne souhaite plus m’étendre sur ceci, c’est stupide, nous ne sommes encore nulle part, pourquoi m’imaginer tout un futur et des doutes ? Je reviendrais simplement sur ton post scriptum. Ce n’est pas long, une seule phrase. Pourquoi ne pas être amies, maintenant ?

Natasha.




Avatar & Signature : Kaya Scodelario  
Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
[Si je calcule bien nous sommes mardi 25 avril.

Après qu'Harmonie ai glissé sa missive sous sa porte, elle s'était recroquevillé sur le chassis de fenêtre. Observant inlassablement les passants. Tout ces gens, libres d'aller et de venir... Harmonie regrettait amèrement de ne plus pouvoir faire de même. Elle ne pouvait pas sortir de cet établissement, et suite à sa crise de tout à l'heure, elle ne pouvait même plus sortir de cette pièce.

Lorsque le verrou de sa porte s'ouvrit de nouveau, Louis fit son apparition avec un plateau repas. Le jeune homme avait un bandage autour de son avant-bras. Harmonie s'excusa tout en détournant la tête.
Louis assura qu'il ne soufrait presque plus et lui posa le plateau sur une petite table. Il dû bien attendre deux voir trois heures avant que la jeune femme ne vienne avaler deux cuillerées de purée de potiron.

Cette nuit là encore, Harmonie fût prise de terribles cauchemars. Elle se voyait jeter l'Avada sur Sean, mais au moment où le sort toucha le jeune homme, celui ci ce métamorphosa en sa mère, puis son père, Darren, Ambre, Louis, Shamee Fuller, Mélodie, Natasha, Rachel Woods... bref toutes les personnes qu'Harmonie avait connues et appréciés. Elle se réveilla en sursaut, hurlant de plus belle .

" Félicitations! " siffla une voix dans sa chambre. Harmonie paniqua et scruta toute sa chambre. Des cadavres recouvraient le sol et les murs semblaient avoir été peint de sang.

" Félicitations, Harmonie, tu fais maintenant partie des mangemorts."[/b] lui siffla un Voldemort à l'oreille avant de l'étreindre.

La jeune fille se réveilla dans le monde réél. Les bras qui l'étreignaient n'étaient pas ceux du seigneur des tenèbres mais de Louis.

Une potion de sommeil plus tard, Harmonie se réveilla dans sa chambre totalement épuisée. Des ronflements la firent sursauter mais elle s'aperçut bien vite qu'il ne s'agissait que de Louis qui s'était effondré sur le fauteuil.

A son chevet, Harmonie trouva une lettre, surement Natasha. Effectivement, c'était bien elle.

Harmonie fût touchée que Natasha demande de ses nouvelles, et qu'elle lui propose une oreille attentive. Même si elle avait des centaines d'oreilles ici... Elle ne se sentait pas le coeur à tout dévoiler à de parfaits inconnus.

Le peu de nouvelles qu'elle lui apporta de Sean la rassurèrent quelque peu. Elle versa une larme lorsque Natasha affirmait qu'elle sortirait un jour.

Elle avala d'une traite le passage concernant Darren, et sourit lorsqu'elle lut que Natasha lui proposait son amitié.

La jeune déséquilibré voulut y répondre immédiatement, mais son bloc de papier était vide. Pourtant elle ne se souvenait pas l'avoir vidé. Et son crayon avait disparu. Mais comment diable pouvez t-elle répondre à la serdaigle sans papier ni crayon.

Son regard tomba sur son infirmier, celui ci avait entre son corps et le fauteuil , une pochette de renseignements médicaux. Harmonie se glissa discrètement hors de son lit et s'avança jusqu'à Louis. Lentement elle parvint à extirper le dossier. Elle avait enfin de quoi écrire même si ce n'était pas forcément le meilleur support. A présent, il lui fallait un crayon. Elle chercha durant quelques secondes jusqu'à ce qu'un Louis ayant toujours les yeux fermés lui en tende un.

[b][color=white]" Il s'appelle revient!"[/color] lui souffla t-il avant de s'assoupir de nouveau.

" Hopital Ste Mangouste.

Date : Natasha,
Nom du patient : Excuse moi pour ce prénom support inhabituel, mais mon bloc est totalement vide, surement dûe à la crise que j'ai eu Date de naissance :
cette nuit. Oui, ce n'est pas pour rien que Age : je suis enfermée ici. Depuis ce que j'ai fait subir à Sean, j'ai eu des crises Motif de la consultation : extrêmement violentes. Je n'ai aucun souvenir de mon arrivée ici jusqu'à il y a un peu plus d'une semaine. Néanmoins depuis mon arrivée ici, j'ai déjà blessé de nombreux infirmiers et médicomages. Je suis dangereuse! Je ne le nies pas. Hier on a autorisé mes proches à me rendre visite, mais j'ai peur. Peur de les blesser, j'ai peur de Symptômes : moi et de ce que je pourrais faire.
Donc tu vois, je te remercies de croire qu'un jour, je sortirais d'ici... mais je ne pense pas. Et même si cela arriverait un jour, ce serait pour me transférer à Azkaban. Alors je préfères d'autant plus cet endroit.

Je te remercies pour les nouvelles que tu me donnes de Sean. J'ai mal au coeur du fait qu'il ne soit rentré il n'y a qu'une semaine, mais au moins s'il est revenu c'est qu'il va un peu mieux.

Pour la douleur de Darren, ne t'excuses pas, Tu ne pouvais pas savoir, et tu n'y est pour rien. Ce n'est pas toi qui as tué nos parents. Ce sont leurs idéaux. Idéaux qui me semblent de plus en plus absurdes. A quoi bon tuer? Cela ne sers absolument à rien.
Faire souffrir ne sers à rien, se venger ne peux que nous rendre fou. Regarde moi. Toutes les nuits je me revois envoyer ce doloris à Sean, toute les nuits je me revois tenter de lui lancer le Suivi: sortilège de mort... Et toute les nuits je vois ce sortilège vert frapper toutes les personnes que j'ai apprécié et aimé. Cette nuit, j'ai même rêvé que le seigneur venait me féliciter pour avoir intégré le rang des mangemorts. Qui voudraient continuer à vivre après ça? Qui pourrais encore tuer à part des fous?

Pour répondre à ta question sur ce qu'il arrivera l'année prochaine s'il se passe quelque chose entre toi et Darren. J'aurais envie de dire que lorsque Darren se rapproche de quelqu'un, il lui reste fidèle... mais peut-être pas de la manière à laquelle on pense. Darren n'oublieras jamais les personnes qui lui sont proches, tu pourras toujours compter sur lui.
Et si effectivement vous êtes arrivé à quelque chose... Je pense qu'il lui sera très difficile de t'oublier.

Mais en ce qui concerne Lorgan, c'est assez dur à accepter mais malgré que Darren soit fou de toi, il n'en reste pas moins un homme. Lors de ton repas de St Valenti, cette blonde décolorée a surement dû le tenter à mort avec une tenue ultra courte... N'est-je pas raison? Aussi bah c'est difficile de résister à la tentation. Imagine (je ne sais pas si tu aimes les chocogrenouilles) que tu tentes de perdre du poids pour rentrer dans une superbe robe, et que quelqu'un n’arrêtes pas de te mettre des chocogrenouilles au bord des lèvres. Bah je te mets au défi de ne pas en croquer un morceau.

Lorgan est loin d'être une femme pour Darren, il risque de faire encore beaucoup d'erreur, mais elles finiront bien par disparaître. Il fera des erreurs mais continueras à t'aimer.

Je vais devoir te laisser , Louis (mon infirmier) me reclame son crayon.

Avec toute mon amitié.
Harmonie




Natasha L. DamianAncien personnageavatar
Messages : 286

Voir le profil de l'utilisateur
Vendredi 28 Avril

Natasha avait reçu il y a deux jours la réponse d’Harmonie mais elle n’avait pas eu le temps d’y répondre, débordée par les devoirs à rendre et toutes ses préoccupations d’adolescente. Mais, maintenant qu’elle était en weekend, Natasha avait amplement, ou peut-être pas, le temps de répondre à la jeune fille !

Bâillant, la Poursuiveuse prit un flacon d’encre, une plume et un parchemin dans son sac puis fouilla dans ses affaires pour retrouver la lettre d’Harmonie. Une fois que ce fut fait, elle se planta dans la salle commune, l’observa d’un œil critique et opta finalement pour une place sur la grande table où elle avait eu une discussion des plus importantes avec Aaron Finnigan. D’ailleurs, il faudrait qu’ils se parlent tous les deux, ça faisait longtemps !

Elle dévissa son pot d’encre, y trempa sa plume et écrivit d’une calligraphie soignée un « Chère Harmonie, » puis suspendit sa plume. Depuis le temps, et à cause du nombre de cours appris, elle avait oublié le contenu de la lettre ! Aussi, soupirant, elle la reprit en main et la lut brièvement, son esprit notant toutes les choses qu’elle avait à lui dire. Une fois que ce fut fait, elle replongea sa plume dans le liquide noire et reprit la lettre :

Chère Harmonie,

Je m’excuse de te répondre aussi tardivement, j’ai eu une période assez chargée, notamment avec les devoirs à rendre. Nous sommes à présent en weekend et j’ai donc largement le temps pour te répondre et j’espère que nous pourrons discuter amplement durant les deux jours à suivre : le courrier étant plus rapide durant la fin de semaine.

Ne t’inquiète pas pour le support, ça m’a même fait rire de tomber sur ça : je m’y attendais si peu ! Mes rires se sont bien évidemment interrompus en lisant la suite de ta lettre. Je suis désolée de ce qui t’arrive et, même si tu penses ne jamais t’en sortir, je ne peux qu’espérer que tu ailles mieux, Harmonie, espérer qu’un jour tu ne te craindras plus, que tu n’auras plus de crises, que tout s’améliorera pour toi.

Si tu le souhaites, et si cela ne finira pas par te faire plus de mal qu’autres choses, je pourrais tenter de te faire parvenir quelques nouvelles sur Sean le plus fréquemment possible. Dis-le-moi si tu le veux.

Je ne peux qu’avouer être heureuse que tu en viennes à considérer les idéaux qui ont pourtant bercé ta vie stupides. J’espère que Darren finira par en arriver à cette même conclusion ! Évidemment, tuer ne sert à rien, faire souffrir non plus : pourquoi rajouter de la peine et de la douleur sur une Terre qui en souffre déjà bien assez ? Je frissonne quand tu parles de mangemorts. As-tu jamais rêvé les rejoindre, autre fois ? Excuse cette question personnelle, un peu trop peut-être, mais elle me démange vraiment. Croyais-tu à leurs idéaux à ce point-là ?

Pour Darren… Tes propos me font sourire ! J’ai l’air d’une belle idiote amoureuse, moi, à rire comme une nouille devant une feuille ! Pourtant, c’est bien le cas, et tant pis : j’espère vraiment qu’il ne m’oubliera pas, que nous arriverons à quelque chose ! Si jamais cela arrive, je te jure que je t’informerais aussitôt !

Je comprends ce que tu veux dire pour Darren et j’avoue mes réactions être exagérées… Même si je suppose que tu me comprennes aussi ! La jalousie transforme bien des femmes, et c’est mon cas. Quoiqu’il en soit, tes propos m’aideront certainement à faire plus confiance à Darren : il faut que j’accepte qu’il est un homme, effectivement. (Dois-je préciser à nouveau le sourire idiot qui fleurit sur mes lèvres en lisant ces simples mots : « que Darren soit fou de toi » ? Je suis pathétique !)

Je te laisse-là, Harmonie, avec la promesse de t’écrire rapidement,

Natasha. »


De nombreuses autres lettres furent échangées durant le weekend et la semaine qui suivis, les deux jeunes filles discutant avec plaisir des années Poudlard, des quelques souvenirs communs qu’elles avaient et de tout ce qui constituaient leur vie, comme elles l’auraient fait si elles se seraient tenues face à face, fébriles et pleines de leurs vies d’adolescentes.

Cependant, quand Natasha prit la plume, en ce 3 mai 2006, c’était pour une toute autre raison que de simples bavardages d’amies : elle avait une grande nouvelle à annoncer à Harmonie ! Trempant sa plume dans l’encre et la posant sur le papier, elle coucha les mots sur le parchemin, fébrile et un petit sourire niais aux lèvres :

Chère Harmonie !

Je m’excuse d’avance pour l’étalage de sentiments, de guimauve et de bonheur qui va suivre ! Mais j’en ai une véritable raison, ne fait donc pas cette grimace-là ! Tiens toi bien, je n’en reviens toujours pas moi-même :

Darren m’a embrassé ! Nous sortons ensembles !

Je te laisse imaginer le grand sourire idiot que j’arbore aujourd’hui, ainsi que les petits papillons qui dansent dans mon ventre ! Je suis tellement heureuse ! Je te remercie de m’avoir permise d’y croire, Harmonie, vraiment ! Oh, et tu aurais du entendre sa déclaration ! Darren est juste adorable ! Je l’aime, Harmonie, si tu pouvais savoir combien je l’aime !

Je suis ridicule, pas vrai ? Mais je m’en fiche, vraiment, je m’en fiche, je l’aime et c’est tout !

Je vais te laisser, maintenant, je t’envoie une dizaine de baisers, avec une immense câlin, tant qu’à faire, mais aussi la promesse de passer te voir cet été en compagnie de Darren ! J’ai véritablement envie de te voir et je ne doute pas que tu lui manques énormément.

Milles baisers,

Natasha !




Avatar & Signature : Kaya Scodelario  
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Correspondance entre la folie et la raison.

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» La folie des BAM ! [FINI]
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Sainte-Mangouste,-