AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Certaines souffrances n'ont pas de remèdes [PV Harmonie]

Sean FitcherAncien personnageavatar
Messages : 273

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 30 Avril 2006



Sean avait toujours détesté mentir. Non seulement il préférait adopter des valeurs telles que l'honnêteté et l'intégrité, mais en plus il était mauvais menteur. Il rougissait et bafouillait plus que d'ordinaire dès qu'il voulait raconter le moindre petit mensonge. Et pourtant depuis quelques temps il était passé maitre dans ce domaine. Il répondait en hochant la tête aux professeurs qui lui demandaient s'il allait bien, se montrait optimiste quand aux examens et aux cours dans les lettres pour ses parents, et il y a quelques jours il avait même assuré à Miss Bloomwood qu'il se sentait "nettement mieux". L'infirmière n'était sans doute pas dupe, il était maigre comme jamais et plus pâle que le Baron Sanglant, mais elle avait abandonné l'idée de lui faire parler de ça. Et maintenant tout le monde le laissait s'étouffer dans sa bulle de solitude, et ça lui convenait, finalement. S'il avait d'abord détester cet isolement, s'il en avait voulut aux autres de le rejeter, il comprenait maintenant que de toute façon personne n'aurait rien pu faire pour lui. La seule personne qui pouvait le comprendre était enfermée à Ste-Mangouste. C'était elle qui détenait toutes les réponses, et peut-être la clé qui lui permettrait enfin d'aller mieux.

Le Serdaigle n'avait eu aucun mal à rédiger une lettre à l'intention de son directeur de maison, sur laquelle il avait apposé une signature qui aurait très bien pu être celle de son père, informant le Professeur que Sean devrait s'absenter pour l'après-midi pour se rendre à l'enterrement de sa grand-mère paternelle. Cette dernière était morte il y a presque dix ans, ça ne pouvait lui causer de tort. Mr.Virtanen avait rapidement accepté, et présenté toutes ses condoléances à Sean en le gratifiant d'un regard qui disait clairement "Pauvre gamin, il ne manquait plus que ça..". Il avait donc toute l'après-midi devant lui. Il ignorait s'il aurait le courage d'aller jusqu'à Ste-Mangouste mais s'éloigner un peu de Poudlard ne pourrait pas lui faire de mal...

Dans les rues de Londres, la tête baissée et les mains enfoncées dans les poches, il hésitait. Il avait besoin de voir Harmonie, pour savoir, pour comprendre. Il savait que c'était le seul moyen d'obtenir les réponses à certaines de ces questions, avait-elle agit sous l'emprise de la folie ? Le haïssait-elle ? Et pourquoi ? Est-ce qu'elle regrettait ? Mais il avait peur d'y aller. Parce que la Harmonie qu'il voulait voir était celle qu'il avait fréquenté pendant des mois, la jeune fille douce, rêveuse et un peu fragile, or il craignait de se retrouver face à la fille qui avait faillit le tuer. Il avait peur de recroiser un regard plein de haine, des traits déformés par la rage et l'envie de détruire. Ce n'était pas cette Harmonie là qu'il voulait voir, plus jamais, mais il ne savait pas à quoi s'attendre. Et lui même n'était pas sur de ce qu'il ressentait pour elle, il ne pensait pas la détester, ne l'aimait plus non plus, la craignait un peu, la regrettait beaucoup. C'est alors qu'il remarqua une petite mercerie, coincée entre deux imposantes maisons. La Harmonie qu'il connaissait adorait tricoter, et sans doute s'ennuyait-elle, il pouvait au moins faire ça pour celle qu'il avait aimé.

Sean entra dans la boutique, sous le regard dubitatif d'une vieille caissière aux cheveux d'un orange criard. Il se promena un moment au milieu des boutons et divers ruban avant d'arriver dans un rayon où étaient regroupées pêle-mêle des pelotes de laine de toutes les couleurs. Combien en fallait-il pour faire un écharpe ? Une ? Deux ? Quatre ? Dix ? Il haussa les épaules et choisit finalement trois pelotes de laine mauve, une couleur qui irait bien avec les yeux et le teint d'Harmonie. Sean n'avait peut-être plus rien de l'artiste qu'il avait été, mais il savait encore marier les couleurs. Le jeune homme chercha une paire d'aiguilles, et paya ses achats avec le peu d'argent moldu qu'il avait. L'heure tournait et il était peut-être temps de se diriger vers Ste-Mangouste.

A peine une vingtaine de minutes plus tard, il était dans le hall de l’hôpital et n'avait qu'une envie : partir en courant. Il commençait à croire qu'il avait eu tort de venir. L'endroit lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Il s'était réveillé ici il y a deux mois, deux os du bras brisés, tous les muscles endoloris, d'affreuses images plein la tête, anéantis. Aujourd'hui son bras avait guéri, la douleur physique s'était atténuée, mais les cauchemars étaient toujours là. Et il avait le sentiment qu'ils le seraient toujours. Comme gravés à jamais dans les sombres recoins de son esprit, prêts à resurgir dès qu'il s'endormait où s'il osait un jour attraper un pinceau.

"Suivant, grogna la sorcière chargée de l’accueil des visiteurs. Vous êtes majeur ? demanda-t-elle en détaillant Sean de haut en bas. Il hocha la tête. Mouai, bon. Vous venez voir qui ?

-Harmonie Fernoys, répondit-il faiblement.

La femme ouvrit un lourd registre dont elle parcourut quelques pages avant de s’arrêter sur un nom qui lui fit froncer les sourcils.

-Vous êtes sûr mon p'tit ? Parce que si j'étais vous, je...

-*Non absolument pas*Oui.

-Bon, comme vous voulez. Votre sac.

-P...Pardon ?

-Votre sac, vous pouvez pas rentrer avec n'importe quoi ! rétorqua-t-elle comme si c'était une évidence.

Sean tendit son sac à la sorcière qui l'ouvrit et fouilla son contenu sans ménagement. Elle en sortit différent tubes de peinture, des pinceaux complètement séchés, des crayons, des papiers froissés, un porte monnaie, sa baguette, les trois pelotes de laine, et la paire d'aiguille qu'elle agrippa.

-Je garde ça, c'est dangereux.Vous pourrez les récupérer en sortant. Vous avez des objets tranchants sur vous ? Sean fit non de la tête, préférant ne pas savoir pourquoi elle lui osait de telles questions.

Le jeune homme se garda bien de lui préciser que les pinceaux étaient aussi pointus que les aiguilles, et repris son sac. Il ne voyait vraiment pas ce à quoi des pelotes sans aiguilles pouvaient servir, mais on dirait qu'il allait devoir s'en contenter. A moins qu'Harmonie ne sache tricoter avec des pinceaux.

-Troisième étage, couloir de gauche, chambre 34. Y aura un type devant normalement, dites lui que c'est Rosie qui vous envoie."

Sean remercia la sorcière d'un signe de tête et se dirigea vers l’ascenseur Il était encore temps de faire demi-tour. Les portes dorés se refermèrent sur lui. Il avait eu tort d'être venu. "Troisième étage". Mais c'était trop tard, il était là. Il avança dans le couloir de gauche avec une lenteur considérable et finit par tomber nez à nez avec un sorcier à peine plus âgé que lui, "Louis" comme l'annonçait son badge.

"Je suis désolé, vous ne pouvez entrer que si...

-Je...C'est, enfin...Rosie me..m'envoie.

-Bien, vous pouvez y aller alors. Je reste là si jamais....si jamais."

Si jamais quoi ? Sans laisser le temps à Sean de se poser plus de question, le dénommé Louis ouvrit la porte de la chambre 34, le poussa à l'intérieur et la referma derrière lui. Le Serdaigle releva lentement la tête pour finalement croiser le regard d'Harmonie.
Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
Dimanche, pour Harmonie, c'était un jour comme un autre. Toutes ses journées ici se ressemblaient. Et pourtant, toute sa vie était différente. La semaine passé, elle avait eu le droit de lire ses premières lettres. Depuis, elle correspondait de temps en temps avec Natasha. Mardi, elle avait eu la visite de Nathanaël, et malgré un petit incident, tout c'était bien passé. Nathanaël avait mentionné le nom de Sean et la jeune fille s'était crispée et avait commencée une crise. Louis avait réussi à la contrôler mais la jeune fille s'était entaillé et brulé la main avec sa tasse de thé brulante.

Mercredi, estimant que la jeune fille avait fait de réels progrès, le psychomage l'avait autorisé à peindre dans sa chambre. Et depuis ce jour, la jeune fille ne cessait de tenter de peindre avec ses doigts (les pinceaux et autres étant estimés trop dangereux) sur le mur de sa chambre. Au moins, elle avait une occupation, mais la jeune fille était loin d'avoir le talent de son petit ami. Aussi, dans sa chambre, sur le seul mur disponible, trois semblant de silhouette ornait le mur. Une silhouette blonde qui était censé représenter sa soeur Mélodie. Une silhouette brune avec des taches vertes sur le corps représentait Darren, et une autre silhouette brune mais avec des taches bleus représentait Sean. Les trois personnes qui ont le plus tenues à son coeur, les trois personnes dont deux à qui elle avait fait du mal.

Et ce dimanche, Harmonie était à nouveau en train de tenter de peaufiner Sean, Darren et Mélodie n'étaient encore que des esquisses mais Sean commençait à prendre forme dans la chambre de la jeune fille. Elle était concentré, de la peinture rouge au bout des doigts, et aussi sur la joue droite vu que quand elle réfléchissait, elle posait sa main sur cette joue. Du coup, elle n'entendit pas la porte de sa chambre s'ouvrir ni Sean rentrer. Et même si elle l'avait entendu, elle ne ce serait pas retournée sachant que c'était forcément Louis. Qui d'autre pourrait-il venir la voir?

" Comment j'ai pû oublier ça? Dit-elle au Sean peint. Voyons mon amour, ne rougis pas! Rigola t-elle en rajoutant du rouge sur les joues. T'as jamais pû t'en empêcher, je t'ai toujours connu comme ça et je t'ai toujours aimé comme ça! "

Harmonie se retourna pour essuyer ses doigts et vit le véritable Sean. Mais elle ne fût en rien choqué. Elle commençait à avoir l'habitude que son imagination lui joue des tours. Elle voyait le jeune homme assez régulièrement.

" Tiens tu t'es changé depuis ce matin. Ca te va bien! sourit-elle au jeune homme. Mais qu'est ce que j'ai fait de toi? Tu m'aimais et moi tout ce que j'ai trouvé à faire, c'est tenter de te tuer. Tu m'éttones que plus personne ne veux me voir, c'est mieux comme ça d'ailleurs, qui voudrait voir une folle. Ah, non, essaye pas de parler, j'ai déjà eu assez de crise comme ça parce que j'ai l'image mais pas le son. Lança t'elle lorsque le jeune homme ouvrit la bouche. Mais par Merlin, pourquoi faut-il que tu sois aussi pale... et aussi maigre! Même mes hallucinations doivent me rappeler l'horreur que je t'ai fait. On dirais un fantôme.

Elle s'avança jusqu'à la porte et y frappa.

" Il ya un problème? s'étonna Louis.

" Oui, j'ai à nouveau des hallucinations. J'aurais besoin d'une potion.


" Des hallucinations de quel genre?


" Je vois à nouveau Sean.

" Mademoiselle Fernoys! Il est vraiment là. "

Harmonie scruta le regard de son aide-soignant, s'attendant à le voir dire "Non, c'est une blague, je vais chercher une potion. " Mais il ne fit que la retourner et lui répéter qu'il était vraiment là. Avant de ressortir en adressant un "Je suis derrière la porte" au jeune homme.

Harmonie resta un long moment interdite, gravant chaque détail du jeune homme dans sa mémoire. Il n'avait plus rien du jeune homme qu'elle avait connu. Il était affreusement pâle et maigre. Harmonie aussi avait maigri mais pas à ce point.

" Tu es vraiment là?"
hésita t'elle.
Sean FitcherAncien personnageavatar
Messages : 273

Voir le profil de l'utilisateur
Harmonie ne l'avait visiblement pas entendu entrer puisqu'elle ne se retourna pas. Le jeune homme hésitait à annoncer sa présence. Elle lui tournait le dos, faisant face à un mur sur lequel elle était en train de...peindre. Sean n'aurait jamais imaginé que la première chose qu'il ressentirait en voyant Harmonie serait la jalousie, et pourtant c'était le cas. Parce qu'elle, elle parvenait à vaincre ses démons en s'échappant grâce au dessin. C'était comme si les rôles s'étaient inversé, lui se promenait avec des pelotes de laine et elle avait de la peinture plein les mains. Il baissa les yeux vers ses propres mains, immaculées depuis deux mois. Il devrait essayer le tricot. Harmonie parlait toute seule, s'adressant à ce qui ressemblait à une silhouette tachée de bleue. Sean fronça les sourcils en écoutant les paroles de la jeune fille, qui parlait à son mur comme si c'était lui qui se trouvait en face d'elle. Les rumeurs disaient peut-être vraies, elle était sans doute folle. Pourtant, elle ressemblait bien plus à la jeune fille qu'il avait connu qu'au monstre qui s'était trouvé en face de lui. Peut-être sa passion dévastatrice s'était-elle changé en folie créatrice. Il la préférait comme ça, même enfermée dans son monde. Peut-être sa passion dévastatrice s'était-elle changé en folie créatrice. De toute façon c'était mieux comme ça, la réalité était bien dure, alors autant la fuir comme elle le pouvait.

Harmonie finit par se retourner et le cœur de Sean loupa un battement. Il attendait, anxieux, la réaction de celle qui avait été sa petite amie. Il n'existait pas de conventions pour ce genre de retrouvailles, et aucun comportement ne semblait adapté. Ils ne pouvaient décemment faire comme si rien ne s'était passé, mais ne pouvait pas garder éternellement le silence.

"Tiens tu t'es changé depuis ce matin. Ça te va bien !"

Le Serdaigle sentit son cœur se serrer, pensant qu'elle ne le reconnaissait pas. Peut-être le prenait-elle pour un stagiaire ou un médecin. Mais les paroles qui suivirent lui montrèrent qu'elle se rendait bel et bien compte de qui il était. Pourtant elle lui parlait comme s'ils venaient de se quitter. Il voulut lui demander ce qui se passait mais elle l'interrompit, le priant de garder le silence. Sean ne savait quoi penser. Par certains aspects, il retrouvait celle qu'il avait toujours connu, mais certains indices lui faisait réaliser qu'il l'avait perdu. C'était comme si elle vivait dans un univers différent, elle lui semblait hors d'atteinte. Tout ce qu'il pouvait espérer, c'était qu'elle souffrait moins dans son monde à elle que lui dans celui qu'ils avaient jadis partagé.

"Mais par Merlin, pourquoi faut-il que tu sois aussi pale... et aussi maigre! Même mes hallucinations doivent me rappeler l'horreur que je t'ai fait. On dirais un fantôme."

C'était donc ça, elle le prenait pour une hallucination. Le voyait-elle souvent dans ces divagations, comme lui la voyait dans ces cauchemars ? Mais la jeune femme qui se trouvait devant lui n'avait pas grand chose à voir avec celle qu'il voyait en pleine nuit. Avec ses grands yeux clairs et le visage tâché de peinture, elle avait plus l'air d'une enfant perdue. Mais l'était-elle définitivement, perdue ? Et lui finirait-il par s'égarer aussi ? Il était venu avec l'espoir que voir Harmonie l'aiderait à aller mieux, mais finalement ce n'était bon ni pour lui ni pour elle. Sa présence faisait délirer la jeune fille, et il ne pouvait que réaliser qu'il était complètement seul. La seule qui aurait pu le comprendre, la seule qui connaissait toute l'histoire, ne se rendait même pas compte qu'il était là. Elle s'avança vers lui et il crut un moment qu'elle avait retrouvé la raison, mais elle frappa à la porte, faisant arriver le jeune stagiaire en moins d'une seconde. Elle lui demanda une potion contre la hallucination, expliquant qu'elle voyait encore Sean. Le stagiaire du lui répéter plusieurs fois que ce n'était pas une vue de son esprit et qu'il était vraiment là avant qu'Harmonie ne se retourne finalement vers Sean.

Elle le fixa en silence. Il essaya de chercher dans son regard quelque chose, n'importe quoi qui lui prouverait qu'elle était encore là, quelque part sous la folie. Il avait besoin d'elle. Quelque chose c'était brisé entre eux, plus jamais aucune forme d'amour ne pourrait les unir, mais ils étaient liés par leur désespoir, leur isolement. Ils étaient en proie au même démons et les seuls à pouvoir se comprendre.

" Tu es vraiment là ? " demanda-t-elle finalement d'une voix hésitante.

Il hocha la tête sans un mot. Il avait des dizaines de questions, des doutes qui le torturaient en permanence, mais aucune envie de les poser. C'était pourtant pour ça qu'il était venu, il le savait, mais pour le moment il voulait juste essayer de la retrouver. De revivre un peu le passé, même pour quelques heures. Il avait envie d'oublier. Il ouvrit son sac et en sortit quelques pinceaux.

"Tu sais, tu...Tu y arriverais mieux si...avec ça." Il désigna du regard le mur couvert de peinture.
Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
[Miracle, le papier-crayon ça marche lol]

Il était là, il était vraiment là! Mais comment pouvait-il être là? Pourquoi? Harmonie était complètement perdue. de toutes les personnes qu'elle s'attendait à voir débarquer ici, Sean était loin d'être en tête... Il était même le dernier à vrai dire.

Mais il était là; juste devant ses yeux. en chair et en os. Ce n'était pas une hallucination.

" Tu sais, tu... Tu y arriverais mieux si... avec ça!"

Harmonie vit Sean lui tendre un bout de bois. Ne tenait-il si peu à la vie pour lui demande de la tuer. Étais -ce réellement ce qu'il voulait? En Finir? Est-ce pour ça qu'il était venu?

Harmonie se retrouva à nouveau dans ses cauchemars. Non! Plus jamais elle ne pourrait refaire une chose pareille. plus jamais. Elle n'était même pas certaine d'être capable de tenir à nouveau une baguette un jour... Alors tuer...

" Non Sean, je... Je ne peux pas... Ne... Ne me demande pas ça... Je pourrais... Je ne sais même pas comment... Comment j'ai pû aller jusque là... Je ne veux pas... Je ne veux plus jamais... Je refuses de... De te faire du mal... Je t'aime Sean, mais ne me demande pas de te tuer pour ça!"

Harmonie fixait avec horreur les bouts de bois du jeune homme. Mais d'ailleurs... Pourquoi avait-il deux baguettes? Et pourquoi ces baguettes avait-elle... des poils? Soudain la lumière se fit dans l'esprit de la jeune fille.

" Des pinceaux?"

L'ancienne serpentarde se rapprocha doucement du jeune homme. Après tout peut-être son esprit lui jouait-il un tour. Elle avança prudemment sa main... Et éclata d'un rire franc de soulagement lorsqu'elle sentit les brins entre ses doigts.

"Si tu savais à quel point tu m'as fait peur! Faut pas me faire des frayeurs pareilles, mon amour!"

ajouta t-elle en collant un baiser sur la joue du jeune homme.

" C'est sûr que je ne suis pas Van je sais pas quoi, mais même avec des pinceaux je doute de pouvoir faire mieux. Faudrait que tu me donnes des cours. Viens voir!"

Aussitôt elle prit la main du jeune homme dans la sienne et se dirigea vers le mur.

" Tout le monde ici dit que je suis folle, mais j'ai bien le droit d'essayer de faire quelque chose de ressemblant, non? Alors Monsieur Sean Fitcher, je vous présente Mélodie Fernoys (elle désigna la tache blonde), Darren O'Connor (la tache brune) et... Sean Fitcher! Oui je sais c'est très loin d'être ressemblant!"

Harmonie rigola d'un rire franc, mais se stoppa lorsqu'elle sentit comme une présence derrière elle.

" Très loin d'être ressemblant en effet !" lui dit le fantôme de sa soeur.

Harmonie sourit à sa soeur et regarda son petit ami, elle attrapa un pinceau, et lui lança:

" Allez y, maître je suis prête pour mon premier cours!"

Enfin elle était heureuse, Sean, Mélodie... Il ne lui manquait plus que Darren pour que son bonheur soit complet.


Sean FitcherAncien personnageavatar
Messages : 273

Voir le profil de l'utilisateur
Sean ne s'était pas attendur à voir Harmonie afficher une expression horrifiée en lui tendant deux vulgaires pinceaux, un peu abimés en plus, depuis le temps qu'ils trainaient dans son sac. La Serpentard se lança alors dans une explication confuse comme quoi elle ne pouvait pas le faire, qu'il ne pouvait pas lui demander ça...Le jeune homme la regarda en fronçant les sourcils, perplexe, en se demandant ce que "ça" pouvait bien signifier. Mais il commençait à croire qu'il était inutile de chercher un sens au propos de son ancienne camarade. Elle termina en assurant qu'elle ne pouvait pas le tuer et se fut au tour du Serdaigle d'afficher un air horrifié. Quoique...ce n'était pas si grotesque que ça comme idée. C'était peut-être ce que tout le monde s'était attendu à ce qu'il fasse, finalement. Était-ce la fin la plus logique ? La seule façon de sortir de cette histoire ? C'était ce que semblait penser Harmonie en tout cas...Avant qu'il n'aie eut le temps de s'étendre plus longtemps sur cette sombre perspective, Harmonie identifia enfin les bouts de bois qu'il lui tendait comme des pinceaux et il hocha la tête.

Elle s'approcha lentement de lui et il dut faire des efforts pour ne pas faire un pas en arrière. Il n'était pas sûr d'avoir envie de se retrouver si près d'elle tout de suite, elle l'effrayait un peu, et le souvenir de leur dernière rencontre était encore brûlant dans son esprit. Si tendu qu'il était, il sursauta en l'entendant éclater de rire.

"Si tu savais à quel point tu m'as fait peur! Faut pas me faire des frayeurs pareilles, mon amour!"

Le Serdaigle la dévisagea avec des grands yeux pour savoir si elle plaisantait, mais elle paraissait sincère. Elle agissait comme si ils formaient encore un couple, or c'était impensable après ce qui s'était passé entre eux. Ils formaient peut-être une paire, mais c'était celle d'un agresseur et de sa victime, et ça il n'était pas prêt de l'oublier. Il se raidit quand Harmonie déposa un baiser sur sa joue, et commença à douter. Il était jaloux, il enviait affreusement son ex-petite amie de pouvoir faire comme si rien de s'était passé. C'était comme si elle reprenait là où ils s'étaient arrêté, en oubliant le dernier épisode. Lui en était incapable, mais il pouvait toujours rentrer dans son jeu, le temps d'une après-midi, juste pour essayer.

Aussi se laissa-t-il faire quand elle l'attrappa par la main pour l'entrainer vers le mur où elle avait commencé à peindre. Tout en marchant elle assura qu'elle aurait besoin de cours, et qu'elle n'était pas "Van je sais pas quoi."

"Van Gogh" corrigea-t-il machinalement.

Harmonie lui désigna alors une tâche blonde sur le mur, ressemblant très vaguement à une silhouette humaine, qu'elle lui présenta comme sa sœur, puis une brune censée représenter Darren O'Connor, et enfin une bleue qui était apparemment lui-même. Il hocha la tête sans savoir quoi dire. Il était vrai que ce n'était pas très ressemblant, mais une petite voix lui conseillait de ne pas vexer Harmonie, son instinct de survie sans doute.

"Ce...C'est un b...bon début." lança-t-il finalement.

La Serpentard éclata à nouveau d'un rire franc mais se stoppa net pour se retourner et sourire franchement à...à rien. Qu'est ce qu'elle pouvait bien regarder comme ça ? Il n'obtiendrait sans doute jamais de réponse à cette question puisqu'Harmonie attrappa un pinceau et assura qu'elle était prête pour son cours de peinture. Pour le première fois depuis longtemps, un sourire passa furtivement sur le visage de Sean qui fouilla dans son sac à la recherche de quelques tubes de gouache. Mais ses doigts frôlèrent quelques chose de doux et pelucheux qui n'avait rien à voir avec ce qu'il cherchait. Il se rappela alors des pelotes de laine qu'il avait acheté un peu plus tôt pour Harmonie. Il les sortit de son sac pour les lui offrir avant qu'il n'oublie.

"Tiens tu...tu aimais tricoter, alors je...Voilà."

Pourquoi parlait-il d'elle au passé à présent ? Elle n'était pas morte ! Il se souvint aussi qu'il n'avait plus d'aiguilles puisque cette fichue bonne femme de l'accueil les lui avait confisqué. C'était malin, offrir des pelotes de laine sans aiguilles. Qu'est ce qu'elle allait bien pouvoir faire avec ça ?
Harmonie FernoysAncien personnageavatar
Messages : 282

Voir le profil de l'utilisateur
Heureusement pour Sean, Louis était resté près de la porte. Seul Merlin savait comment cela ce serait terminé s’il n’avait pas été là. Lorsque Harmonie vit les pelotes, elle se jeta avec précipitation (1)dessus. Elle caressa avec joie la laine parme (2). Elle entendit Mélodie émettre une protestation (1) comme quoi des pelotes byzantines (2) auraient été préférable pour la confection (1) d’un bonnet. Surtout si elle l’agrémentait de rayures prune (2) et orchidée (2). Mais Harmonie ne fit pas attention (1) à elle et serra son petit ami dans ses bras.

«Avec des aiguilles ça aurait été parfait ! Mais je me doute que cette goule de secrétaire ne t’en as pas donné l’autorisation. Mais bon avec du temps, il faut du temps pour apprendre à tricoter sans aiguilles." La jeune femme colla un nouveau baiser sur la tempe de son visiteur. Ce dernier n’opposant aucune résistance face à cette démonstration d’affection, elle se permit de glisser ses lèvres jusqu’à celle légèrement entrouverte de celui qu’elle aimait. Elle attendait cela avec impatience depuis son arrestation. Elle recula alors de quelques millimètres, juste assez pour voir les pétales brûlants de son amant prendre une coloration écarlate. Harmonie ne demanda pas plus d’explications et recommença à faire danser avec celle de son partenaire. Sa respiration se faisant haletante, elle se raccrocha à l’homme en face d’elle . Harmonie en profita pour caresser la mâchoire de son amant, jouant avec les quelques poils présents… Des poils ? La jeune femme ouvrit les yeux afin d’effectuer une vérification. Des yeux ébène mais incroyablement sexy donnèrent confirmation à ses doutes. Cependant, notre jeune fille laissa ses préoccupations de côté et referma ses paupières sur ses prunelles azurs pour prolonger le baiser. Elle s’apprêtait à laisser à laisser sa main glisser dans le dos du jeune homme quand un « Coupez ! » mit fin à ses espoirs sans qu’elle puisse émettre la moindre réclamation.

"
Romantique! Oui je vous l'accorde ce baiser était follement romantique monsieur Keller! lança le producteur. Cependant Excusez moi de provoquer votre séparation; mais vous êtes attendu sur le plateau d'à coté. Miss Nott vous y attend pour film un film avec un certain lion; la même scène qu'ici je crois. Mais ne vous inquiètez pas, Miss Fernoys s'est déjà entrainée pour cette scène avec Monsieur Diggory et Monsieur Louis Helsys. Ne la poussez pas plus à la tentation.

Mais même si le grand, magnifique, ténébreux, mystérieux Ulrich Keller s'en allait, Harmonie se permit de lui pincer une dernière fois les fesses avant sa disparition. Elle se retrouva donc face à un Sean Fitcher, insignifiant, petit, timide rougissant... bref elle se sentait comme quelqu'un à qui on servait du fromage blanc nature après avoir gouté une forêt noire.

* On récapitule! Yeux? Cyan mais sans vie. Cheveux? courts mais d'un brun banal. Joues? Rose cerise. C'est bon nous sommes bien en face de Sean Fitcher. Oh Merlin, faites que ça se termine vite, que j'aille prendre la place d'Artémis avant qu'ils n'aient fini leur prise... Au pire, j'irais rejoindre Louis.*

Notre pauvre Harmonie ,au régime sans sucres, se replaça donc face à son prétendant et le reprit dans ses bras. Un "Action!" lui donna le signal. Elle recommença son texte et colla un nouveau baiser sur la tempe du serdaigle. Sans agitation, elle entama de prendre ses lèvres, pestant intérieurement contre l'inaction du jeune homme. Oh bien sûr, Sean avait son charme mais elle apprécierait un peu plus de participation de sa part.

" Il y a des mois que j'attendais celà. Pour reconquérir ton amour, je serais prête à n'importe quoi, je t'aime Irving, euh... Jéremy, Non! Killian? Oh zut"

Effectivement Harmonie avait complétement oublié le nom de son ancien amoureux. Mais pouvions nous réellement lui en vouloir? Après tout, tout ces garçons était diablement sexy. Même Irving s'était monstrueusement amélioré depuis la St Valentin. Cependant cette incartade ne plut pas au producteur qui l'obligea à refaire la scène et pour de bon cette fois ci, sous peine de la réaliser avec Danny Sneals. Cela rendit de suite son sérieux à la jeune fille.

Finalement, la serpentard se mit face à Sean Fitcher. Elle se souvint que son personnage n'avait pas embrassé d'homme depuis plus de deux mois. Aussi, elle embrassa avec passion le bègue et enfuit son visage larmoyant dans le cou du jeune homme.

"Est-ce que tu me pardonneras un jour? Pour reconquérir ton amour, je serais prête à n'importe quoi. Je t'aime, Sean. S'il le faut, je serais là, je serais là où je ne pourrais plus jamais te faire du mal."

Rapidement, la jeune femme s'empressa de poser à nouveau ses lèvres sur celles du serdaigle. Mais juste après elle l'embrassa dans le cou. Peut-être le garçon s'était-il débattu mais l'amour, seul l'amour lui avait permis de ne pas s'en rendre compte. Elle ne s'était plus senti aussi bien depuis des mois. Elle était comblée. Sean était dans ses bras et Mélodie lui souriait... tristement.

" Ne crois pas ce que tu vois sœurette. Il n'est pas là ! Comme moi non plus je ne suis pas là. Tout ceci n'est qu'un rêve . Mais tu peux le faire devenir réel. Tu peux ramener ton amour un jour. Il te suffit de mettre fin à ce rêve et je serais là, je serais là avec toi, avec Sean, Darren, papa, maman. Oui Harmonie, ils sont vivants!"

Obnubilé par son désir de revoir sa famille au complet, de revoir sa mère tricoter avec ses aiguilles jaune d'or, son père lui prêter son masque blanc de lait afin qu'elle joue avec lui à "Attrape le moldu!". Que Nathanaël aille avec elle courir dans les champs de blé encore verts. Que Lucas lui apprenne le nom des étoiles dans la nuit noire. Que Mélodie lui laisse mettre du vernis à ongle bleu d'acier, ce qui ne manquerais pas de faire enrager sa mère.

" Yeux couleur de cendre, yeux malheureux comme elle le dit souvent. Si nous refaisions encore crier maman? Qu'en dis tu? Après elle culpabilise et nous fait des pancakes. " lui proposa sa soeur.

Sans même s'en rendre compte, Harmonie était complétement perdue dans ses pensées. En écoutant sa sœur, elle avait mis à néant tout le chemin depuis le début, tout les progrès qu'elle avait réalisé ses derniers mois s'était envolé.

Aussi, Harmonie regarda la pelote dans sa main. Mel lui avait dit qu'elle devait mettre fin à ce rêve. Et le seul moyen était de mettre fin aux jours du rêve qu'elle tenait dans ses bras.

" J'essaierais de changer les principes de mes parents. Je te promets qu'ils ne te feront aucun mal. Nous sommes faits pour être ensemble. Ils comprendront, ils accepteront. " rassura Harmonie en déroula une pelote tout en gardant Sean près de soi. [HRP : En résumé, elle lui fait un câlin et déroule la pelote dans son dos]

Aussi subtilement que l'aurais fait un serpent , Harmonie fit très rapidement le tour du jeune homme... Maintenant la laine serré autour du cou du jeune homme.

" Je le fais pour nous. Tu dois mourir. Il le faut, je veux revoir le monde réél. Les choses qui ont tué notre amour n'existent pas, ce n'était qu'un rêve."

Elle sentit Sean se débattre. Mais elle refusait de lâcher. Il le fallait pour qu'elle retrouve toute sa famille. Elle pourrait enfin présenter Darren à sa mère.

* Oui Darren, tu vas connaître ma famille, notre famille. Et même si ta fierté a bati un mur, si fort soit-il tu n’échapperas pas au carnaval des Fernoys. "

Harmonie en pleurait de joie, au fur et à mesure que l'air disparaissait des poumons du serdaigle, sa famille se rapprochait. Sa mère se dessinait près de sa soeur, instinctivement elle avança avec sa victime jusqu'à elle.

" Maman! Tu es enfin là maman! J'arrive ! Sean aussi ! Je l'aime, maman. Et toi aussi tu vas l'adorer. La vie est un ruisseau si profond que je ne peux ne le traverser toute seule. Mais je sais que tous ensemble nous y arriverons. "

Mais alors que Sean commençait à prendre une teinte indigo, Louis entra en trombe dans la chambre. Il tenta de la faire lêcher prise mais eût besoin de deux de ses collègues afin de liberer Fitcher.

Mais alors qu'elle se débattait, Harmonie vit sa famille disparaître au fur et à mesure que l'on l'éloignait.

*********

Trois jours plus tard


Harmonie se réveilla, totalement groggy. Elle se trouvait dans une minuiscule pièce totalement capitonné. Les murs ivoires se confondaient avec le sol écru. Elle même portait une camisole de force lui empechant de se servir de ses bras.

La porte s'ouvrit sur Louis. Celui ci lui amenait un plateau repas. Mais la jeune femme refusait d'avaler quoi que ce soit.

" Harmonie, fais un effort s'il te plait. Ca me fait déjà assez mal au coeur de te voir ici, dans cet état. Ne me force pas non plus à te gaver. " supplia le jeune médicomage en lui carressant les lèvres de sa cuillère.

" N'y a t'il vraiment pas de chances? Je veux dire, est ce que ça c'est vraiment produit?" Pour toute réponse Louis hôcha la tête.

" Il va un peu mieux, il reprend le train pour Poudlard demain matin. "

Mais alors qu'il avit probablement dit ça afin de l'apaiser. Cette phrase termina d'enfonçer le clou dans sa poitrine. Sean lui, était libre. Il pouvait aller là où il voulait, prendre le train si ça lui chantait...Mais comme elle aurait aimé elle aussi, prendre le train demain matin ; quelle que fût la destination du voyage (4)!Mais non, sa folie l'avait enfermé ici, loin de tout ceux qu'elle aimait... sans personne à qui dire: "Je t'aime!"

[HRP : Mise en évidence des défis Adaptation (1), Arc-en-ciel (2) et Song-post (3) en cours. Défi page 27 (4)]


Sean FitcherAncien personnageavatar
Messages : 273

Voir le profil de l'utilisateur
Sean se demandait bien ce qu'Harmonie allait pouvoir faire avec trois pelotes de laine, sans aiguilles, et s'était attendu à ce que la jeune fille soit déçue mais elle ne se formalisa pas de ce "détail" et le serra dans ses bras. Le Serdaigle se raidit, instinctivement, alors que sa camarade assurait qu'avec le temps, elle apprendrait à tricoter sans aiguilles. Il n'était pas vraiment sûr que ce soit possible, mais après tout ce n'était pas lui l'expert en tricot. Harmonie lui colla alors un bisou sur la tempe et il s'efforça de ne pas reculer, pour ne pas la vexer. Le jeune garçon resta donc étrangement immobile, songeur.

Qu'est ce qu'il était venu chercher, au juste ? Il ne voulait plus d'une relation avec Harmonie, c'était certain. Jamais il n'arriverait à oublier ce qui c'était passé entre eux, c'était comme marqué au fer rouge dans sa mémoire. Les souvenirs de cette attaque lui revenaient à chaque fois qu'il croisait les yeux bleus de la Serpentard, et il ne parvenait plus à la voir comme avant. Non, ce n'était pas la Harmonie d'il y a quelques mois qu'il était venu chercher, mais lui-même. Il avait l'impression d'être mort depuis bientôt deux mois et avait espéré qu'en remontant le temps il retrouverait ce qu'il avait perdu en route. Il était à la recherche de tout ce qui lui manquait aujourd'hui, l'espoir, l'imagination...Maintenant il lui semblait évident que ce n'était pas dans cette chambre d’hôpital qu'il allait les trouver, qu'il allait se retrouver. Ça n'arriverait nul part ailleurs non plus. Il avait changé, définitivement, et il était inutile de chercher désespérément à redevenir le garçon qu'il était il y a quelques semaines, celui-là était mort, tué de la main d'Harmonie. Il aurait voulut pouvoir oublier ça, mais c'était au dessus de ses forces.

La jeune fille choisit ce moment pour venir poser ses lèvres sur les siennes, et le cœur de Sean s'arrêta sous l'effet de la surprise. Mais une fois l'étonnement passé, rien. Il ne savait pas s'il avait vraiment aimé Harmonie, mais il avait éprouvé des sentiments à son égard, une certaine tendresse, et là rien. Était-ce à cause de ce qui s'était passé entre eux ? Ou s'était-il définitivement fermé à se genre de sentiments ? Lui n'était pas, ou plus, amoureux d'Harmonie, mais qu'en était-il de la jeune fille ? Elle avait voulu le tuer, elle avait souhaité le voir mourir sous ses yeux, et maintenant elle l'embrassait. Avait-elle agit sous le coup de la folie quand elle l'avait agressé ou était-ce maintenant qu'elle perdait la raison ? C'était une question à laquelle il n'aurait probablement jamais de réponse, et pourtant c'était la question qui changeait tout. Laquelle des deux Harmonies était la vraie ? Pouvait-il se fier à celle qui était contre lui en ce moment ? Non, sans doute que non. A qui pouvait-on encore se fier de toute façon ? Alors qu'il s’apprêtait à mettre fin à ce baiser vide de sens, les lèvres d'Harmonie quittèrent les siennes pour aller se réfugier dans son cou, et il sentit des larmes lui rouler sur la peau.

Elle pleurait, et il ne savait pas pourquoi. Et même si il ne l'aimait plus, le bruit de ses sanglots le faisait souffrir. Il aurait voulu la réconforter, ou au moins la comprendre, mais elle lui échappait complètement. Il aurait tout donné pour lire dans ses pensées, pour voir ce qui se passait dans sa tête et essayer de la faire aller mieux. Mais rien de tout cela n'était en son pouvoir et il se contenta de poser maladroitement une main dans le dos de la Serpentard.

"Est-ce que tu me pardonneras un jour? Pour reconquérir ton amour, je serais prête à n'importe quoi. Je t'aime, Sean. S'il le faut, je serais là, je serais là où je ne pourrais plus jamais te faire du mal."

La pardonner ? Il aurait fallu qu'il lui en veuille pour ça, et il n'était pas certain de lui en avoir un jour voulu. Il s'était senti trahi, évidement, mais s'était laissé dominer par l'incompréhension, qui avait balayé toute forme de rancœur ou de reproche. Tout ce qu'il avait cherché, c'était des réponses, il se fichait bien d'avoir un coupable, il voulait juste comprendre, et c'était incompréhensible. Et si personne n'avait su apporter de réponses à ses questions, c'était parce qu'il n'y en avait pas.
Elle l'aimait. Du moins, elle disait qu'elle l'aimait. Mais qui était à l'origine de cette déclaration, Harmonie ou la folie dont elle était victime ? Et si c'était vrai, qu'est-ce qu'il pouvait bien lui répondre ?

"Je te p...pardonne Harmonie, m...mais je..."

Harmonie ne lui laissa pas le temps d'aller au bout de sa phrase, qu'il ne savait pas comment finir de toute façon, et se lança dans des explications aussi confuses qu’intrigantes. Elle lui assura qu'elle réussirait à convaincre ses parents, qu'ils ne lui feraient aucun mal, qu'ils accepteraient. Sean resta bouche-bée, sans savoir si il devait la mettre face à la cruelle vérité, à savoir que ses deux parents étaient décédés, ou s'il devait la laisser dans l'illusion. Elle était sans doute plus heureuse dans sa bulle, si ses parents y étaient encore en vie, aussi prit-il la décision de ne rien dire.

Soudainement, plus rapide qu'un Serpent, Harmonie se glissa derrière lui et Sean sentit quelque chose lui serre la gorge. Il porta ses mains à son cou et comprit qu'elle avait enroulé sa laine autours. Elle était en train de l'étrangler, elle essayait de le tuer, encore. Il s'était fait avoir, il avait vraiment cru qu'elle regrettait, que c'était un malheureux incident, mais visiblement non. Les yeux du jeune homme s'emplirent de larmes alors que l'air quittaient peu à peu ses poumons. Il se débattait sans conviction, se contentant de tirer sur la laine qui lui enserrait la gorge, lui brûlant la peau. Il aurait sans doute pu se débarrasser d'Harmonie d'un violent coup de coude, mais il n'en fit rien. Il avait la tête qui tournait et ses pensées s'embrouillaient. Et si il arrêtait là ? S'il cessait de lutter, s'il abandonnait ? C'était tellement facile, il n'avait qu'à la laisser faire.

" Je le fais pour nous. Tu dois mourir. Il le faut, je veux revoir le monde réel. Les choses qui ont tué notre amour n'existent pas, ce n'était qu'un rêve."

Non, ça n'avait rien d'un rêve, c'était un cauchemar. Sa vie devenait trop dure, et il ne parvenait pas à remonter la pente. Il n'avait plus envie de se battre, plus envie de faire des efforts pour ne rien avoir à récolter au final. Harmonie avait sans doute raison, il devait mourir. C'était sans doute le mieux pour lui maintenant. Il se demandait si on était heureux, quand on était mort ? Mais une chose était sûre, on était plus malheureux, et il n'aspirait qu'à ça. Ayant prit sa décision, Sean laissa ses bras retomber le long de son corps en grimaçant alors qu'Harmonie resserrait l'étreinte meurtrière de la laine sur son cou. C'était bientôt fini, il le savait, il se sentait déjà plus apaisé, libre. Sa vue se voilà, et la voix d'Harmonie lui parut si lointaine qu'il ne comprit pas ce qu'elle disait.

Brutalement, il retomba à genoux sur la sol et l'air s'engouffra à nouveau dans ses poumons. On le secoua par l'épaule, en lui criant quelque chose qu'il n'entendit pas. Il distinguait à peine les couleurs autours de lui, mais il y avait des mouvements de blancs, et des cris. Il sentit quelqu'un le relever et le pousser hors de la pièce, la porte se referma sur lui et une autre voix prit le relais alors qu'il s'effondrait contre le mur. Il avait le tournis, il avait froid mais était en sueur et il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Adossé au mur il ferma les yeux alors qu'une voix de femme se distinguait parmi les cris et hurlements.

"Monsieur Fitcher, nous devons prévenir quelqu'un, qui sont vos parents ? Vous êtes scolarisé ?"

Il ne comprit pas un traitre mot de ce qu'elle racontait, mais ce n'était pas Harmonie. Ou était-elle passé ? Pourquoi n'était-elle plus avec lui ? Elle avait voulut le tuer, qu'est ce qu'elle allait devenir maintenant ? Ces personnes en blanc, qu'allaient-elle lui faire ?

"Ha...Harmonie."

Et lui où était-il ? Il rouvrit les yeux trop rapidement, voulut faire un pas mais perdit connaissance.

*******


Quelques heures plus tard

Sean ouvrit difficilement les yeux, et les referma aussitôt, agressé par la lumière du jour et la blancheur éclatante de la pièce. Une chose était sûr, il n'était pas dans son dortoir, peut-être était-il en train de rêver ? Quand il parvint enfin à voir distinctement autours de lui, les récents évènements ne tardèrent pas à lui revenir en mémoire. Il porta une main à son cou et sentit une trace légèrement enflée, à l'endroit où la laine lui avait brûlé la peau. Non, il ne rêvait pas, tout ça était bien arrivé, et il nageait en plein cauchemar. Sauf que de ce cauchemar il ne s'en réveillerait pas, parce que c'était sa réalité. Il avait faillit s'en échapper, pourtant, il avait été à deux doigts de prendre la seule sortie possible, mais il était toujours là, vivant. C'était une pensée qui ne lui faisait aucun effet. En se redressant un peu il fut étonné d'apercevoir son directeur de maison, assis sur une chaise à l'autre bout de la pièce.

"L'enterrement de votre grand-mère, hein ? Un mensonge idiot qui aurait pu vous coûter bien trop cher Monsieur Fitcher..." déclara ce dernier d'un ton calme, bien qu'un peu froid.

Le Serdaigle mit un moment à comprendre les propos du professeur Virtanen. La vulgaire imitation d'un mot de ses parents était bien le cadet de ses soucis ! Ça lui assemblait appartenir à un autre monde, à une autre époque. Il se fichait complètement d'avoir menti, il se fichait de savoir si son directeur s'était inquiété, il se fichait de tout. Plus rien n'avait d'importance, il s'était passé trop de choses graves pour s'intéresser encore aux futilités. Et Sean en avait marre, des choses graves, il ne voulait plus être le personnage principale du drame de sa propre envie et ne demandait qu'à retrouver la tranquillité. Et il avait faillit y arriver...il savait comment y accéder maintenant. Il connaissait le chemin pour fuir et s'était à lui de décider de sa route.



RP TERMINE
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Certaines souffrances n'ont pas de remèdes [PV Harmonie]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Remèdes de grans mère (santé)
» Petite Harmonie & Boule de Granit
» Présentation de Harmonie Cullen. [validée]
» L'argent n'a pas d'odeur mais certaines femmes ont du flair
» Quand l'harmonie prend tous son sens. [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Sainte-Mangouste,-