AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Le coin des hiboux

NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur


Le matin dans la Grande Salle, les hiboux apportent des nouvelles de l'extérieur: une lettre d'un frère, une Beuglante de parents, un colis de chez les Sorciers Facétieux, la Gazette du Sorcier, le Chicaneur, Sorcière Hebdo... Lisez bien les documents qui suivent, ils peuvent être importants pour vos personnages. Et pour vous...
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
La Gazette du Sorcier, 17 juillet 2006
Édition spéciale


INCENDIE CRIMINEL AU MINISTERE DE LA MAGIE :

LES A.S.P.I.C. BRULENT !




La nuit du 16 au 17 juillet restera longtemps gravée dans les mémoires des pompiers-sorciers de Londres. A 23h45, l'alarme a été donnée par monsieur Donavan Weaver, un officier des transports magiques, qui a vu de la fumée alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui. Un étage entier a malheureusement brûlé avant que les valeureux soldats du feu ne parviennent à stopper l'incendie, aux alentours de deux heures du matin. « Il ne s'agissait pas d'un feu ordinaire », témoigne Alex Fusetout, pompier-sorcier de quarante-trois ans. « En vingt ans de métier, c'était la première fois que je voyais de telles flammes, immenses, pourpres et violettes, incroyablement destructrices ». Fort heureusement, aucuns dégâts humains ne sont à constater mais les locaux concernés ont brûlé entièrement, ne laissant derrière eux qu'un petit tas de cendres...

L'hypothèse d'un incendie criminel, qui était déjà quasiment confirmée par la simple nature des flammes, est corroborée par le contenu des lieux concernés. En effet, outre une montagne de paperasse administrative qui ne manquera guère qu'aux employés concernés, ces locaux contenaient les très attendus résultats des A.S.P.I.C (Accumulation de Sorcellerie Particulièrement Intensive et Contraignante) de l'année scolaire venant de s'achever. Selon Margot Adamson, directrice-adjointe à l'école de sorcellerie Poudlard, toutes les copies des élèves s'y trouvaient ainsi que les lettres contenant les résultats qui devaient être envoyées aux concernés dès le 18 au matin. « C'est une véritable catastrophe », commente l'enseignante en potions de quarante-sept ans. « Personne au ministère n'a gardé de copie des résultats, ce qui signifie que les élèves devront repasser les A.S.P.I.C. C'est terrible pour les élèves, dont la plupart sont déjà entrés dans la vie active ou débutent une nouvelle formation en septembre, et c'est une perte d'argent phénoménale pour le ministère et pour Poudlard. »

La directrice de l'école de sorcellerie, Minerva McGonagall, s'est rendue se matin à Londres pour discuter des conséquences d'un tel événement avec le ministre. Le conseil d'administration de l'école devrait se réunir d'ici jeudi. Le candidat de l'APPEL à la succession du ministre, Percy Weasley, a témoigné de sa sympathie à l'égard des élèves concernés. « C'est une terrible nouvelle et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas pénaliser les élèves. Si l'APPEL reste au pouvoir, nous organiserons probablement une nouvelle session d'examens durant la dernière quinzaine d'août ». Interrogés, ses deux concurrents, monsieur Warlock du SPAM et monsieur Fiennes du MIM, n'ont pas tenu à s'exprimer si tôt sur le sujet. Mais ils tournent chacun leurs pensées vers les élèves. Quant à savoir ce qu'ils envisagent pour remédier à cette situation au cas où ils parviennent au pouvoir, il semble probable qu'ils maintiennent la solution proposée par monsieur Wealsey. Néanmoins, le MIM a déjà a plusieurs reprises énoncé sa volonté de réformer et de moderniser l'éducation, et notamment l'éducation supérieure. Difficile donc de faire des pronostics, à l'heure où les électeurs vont être appelés aux urnes.

Quoi qu'il en soit, il semblerait que les considérations politiques ne soient pas étrangères à cet incendie. Même si pour l'heure les motivations ayant poussé ce ou ces personne(s) à brûler les copies d'examens restent floues, nul doute que les aurors parviendront à faire la lumière sur cette affaire. Le bureau des aurors bruissait de rumeurs ce matin, et c'est un Harry Potter au visage fermé qui nous a reçu, guère disposé à livrer un nom aux journalistes. Même si l'un de ses collègues et ami, Ron Weasley, tenta de dédramatiser la situation en évoquant « un élève insatisfait par ses résultats d'A.S.P.I.C », l'ambiance était pesante et les regards étaient fuyants. Ici, la bataille du deux mai est fraiche dans les mémoires, témoignant d'une société agitée. Une source haut-placée ayant souhaité rester anonyme a même murmuré le mot de « terrorisme », qui évoque à nos oreilles sorcières les lointaines nouvelles du monde moldu. On se rappelle ainsi des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, ou encore des attentats de Londres de l'été dernier. Selon lui, ce n'est qu'une première étape avant des évènements plus graves...

Incendie politique annonciateur de temps sombres ou simple acte désespéré d'un élève ? Toutes les interprétations sont possibles. Une chose est sure, les anciens élèves de septième année de Poudlard sont les premiers concernés. Interrogés, deux d'entre eux nous livrent une réaction contrastée :


Darren O'Connor, Serpentard :


« Cette histoire est un pur scandale! Mais rendez-vous compte, c'est la première fois dans toute l'histoire de cette école de magie millénaire que des élèves de septième année vont être contraint et forcés de revenir passer leurs examens! Nous sommes les pauvres victimes d'un complot odieux qui, si vous voulez mon avis, est d'origine purement politique! Cet incendie criminel n'est rien d'autre qu'un terrifiant acte de sabotage pour porter atteintes aux règles ancestrales qui régissent cette école, et comme par hasard cela intervient dans un contexte électoral indécis ou un affreux parti politique pro-moldus prône le changement et la réforme du système d'éducation. Étrange, non?

Cessons de nous montrer naïfs et de croire aux coïncidences! On cherche à détruire le monde sorcier et pour cela, l'intelligentsia du MIM veut porter un coup décisif qui fasse pencher la balance en sa faveur! Plutôt que de chercher des élèves fautifs, les aurors devraient orienter leur enquête vers les personnes ayant directement accès à cette aile du ministère! Je suis même persuadé que certains professeurs de Poudlard ne sont pas étrangers à cette sale histoire!
A titre personnel et en tant que véritable sorcier de souche pure, je peux vous certifier que j'ai été la malheureuse victime d'un harcèlement et d'un acharnement sans limite de la part de cette nouvelle mouvance politique pro-MIM qui a contaminé au fil du temps l'école de Poudlard! Oui, parfaitement, je suis la victime d'une sinistre logique qui ne cherche qu'à détruire les enfants de sorciers au détriment des autres...

Non monsieur! Je ne vais pas me taire! Car il est essentiel que que le monde sorcier soit au fait de certains traitements qui sont devenus monnaie-courante au sein de notre triste école! Pendant cette année scolaire, j'ai eu l'impression de déranger. Au nom de quoi? De mes origines pures? De mon statut? Au fil du temps les choses se sont onversées de manière dangereuse...

Je tiens à dire que j'ai subi des punitions humiliantes et dégradantes! Une professeur, dont je tairai le nom mais qui se reconnaitra sans doute du haut de sa gratifiante fonction de directrice de maison, a même osé me demander de classer des articles d'origine moldue, tout en exerçant un savant travail de propagande visant à faire l'apologie de tout ce qui n'était pas sorcier! C'est purement inacceptable! La politique n'a rien à faire dans une école! Et le MIM encore moins!

Maintenant mon seul espoir réside dans le résultats des prochaines élections, en espérant que la majorité des votants feront le seul choix qui s'impose pour luter contre cette dangereuse idéologie du MIM! Sinon notre monde sorcier va finir comme cet étage du ministère, c'est à dire en cendre! Je ne peux pas et je ne veux pas envisager que les élèves de septième année soient condamnés de repasser une année scolaire dans son intégralité! C'est purement inacceptable au vue des efforts et des sacrifices que nous avons consentis! 
Si l'avenir ne me donnait pas raison, je pense qu'il serait de notre devoir à tous de lutter contre cette affreuse et cruelle injustice! »



Juliet E. Wilson, Gryffondor :


« Je dois vous dire que je suis encore sous le choc. En sortant des A.S.P.I.C, je ne pensais pas que je devrais les repasser une nouvelle fois ! En plus, l’idée de « faire brûler le Ministère » c’est pas vraiment intelligent. Même moi je ne l’aurais pas fait. Je veux dire, si c’est une blague, elle est de mauvais goût ! Et croyez moi, question blague, je m’y connais un peu. Et franchement, ce n’est vraiment pas drôle. Des gens attendaient avec impatience les résultats des examens (oui, je vous jure que ça existe les gens comme ça, je n’ai jamais comprit pourquoi ils étaient comme ça). Et plusieurs avaient déjà trouvé une formation pour l’année prochaine. Vous me direz, je m’en fiche un peu moi. Ou plutôt je m’en fiche carrément. 

Par contre je ne suis absolument pas d’accord avec l’idée de nous faire repasser nos A.S.P.I.C lors des quinze derniers jours d’août. Nous venons de sortir d’une année particulièrement tendue (enfin pour certain hein) à cause de ça et les dernières semaines ont été particulièrement stressantes à cause des examens et des révisions. Nous annoncer comme ça que l’on doit repasser nos A.S.P.I.C, c’est nous gâcher nos vacances. Vous ne pouvez pas nous les donner d’office plutôt ? Comme ça tout le monde est content. 

Bon après, c’est pas de la faute du Ministère hein. Enfin je ne crois pas. Puis bon, on va dire que ça m’arrange en soit, je suis certaine d’avoir raté les potions. En tout cas, ça nous arrangerait tous bien si vous nous donnez nos A.S.P.I.C d’office. 
Je ne sais pas si c’est vraiment possible en même temps. Enfin bref, faîtes quelque chose, parce que ça va être grave chiant cette histoire de « vous devez repasser vos A.S.P.I.C »


Le résultat de l'enquête des aurors tout comme le résultat des élections seront donc déterminants pour le futur de ces jeunes, qui sont révoltés par cette situation.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
Une de la Gazette du Sorcier, 1 Aout 2006



Extraits des pages 2 et 3 de la Gazette du Sorcier, 1 Aout 2006



Extrait de la page 7 de la Gazette du Sorcier, 1 Aout 2006
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
14 août 2006, extrait d'articles de la presse magique

La Gazette du Sorcier : Une huitième année à l'école!
Le moins que l'on puisse dire, c'est que notre nouveau gouvernement tient ses promesses: le soir de son élection, le ministre Fiennes avait en effet annoncé qu'une décision serait prise dans le 15 jours au sujet de l'avenir des étudiants de 7e année à Poudlard, dont les ASPICs sont partis en fumée en juin. Privés de diplôme, ces jeunes étaient depuis presqu'un mois dans l'attente d'une déclaration qui déterminera leur avenir. La sanction est tombée: redoublement pour tous.
[...]

"Nous l'avons annoncé dès le départ" a expliqué hier soir Mr Fiennes, "nous avons de grands projets de réforme en matière d'éducation. Bien que je condamne les criminels qui ont réduit à néant les efforts de nos jeune en incendiant les locaux de correction, j'estime que nous devons saisir cette chance pour commencer encore plus tôt notre chantier. Le MIM a toujours été en désaccord avec les programmes rigides et figés imposés à Poudlard par le Ministère, et nous avons le soutien de l'équipe pédagogique pour faire évoluer les choses. Ce redoublement des jeunes n'est que la première pierre d'un édifice que nous construirons dans les années à venir, et vous en saurez plus sur le chantier d'ici moins d'un an." [...]

Sorcière Hebdo: plus de beaux gosses à Poudlard!
[...]Le Ministre a précisé qu'il comprenait fort bien que de jeunes gens pleins de vie puissent être désappointés par cette mesure radicale. Ne souhaitant pas les enfermer plus longtemps dans un monde trop enfantin, le gouvernement a, en accord avec la direction de l'établissement, décidé de règles spéciales qui s'appliqueront aux 8e années. "Etant donné qu'ils sont tous majeurs, nous n'avons plus de raison de leur imposer l'internat. Ils pourront rentrer chez eux le soir et sortir de l'école durant le week-end." a déclaré Minerva McGonagall, directrice. "Tout ceci se fera bien évidemment dans les limites du raisonnable, ils seront obligés d'assister aux cours et de respecter le règlement de l'école, comme ils l'ont fait durant sept ans." Malgré cette mise en garde, on est libre de se demander si de telles limites seront respectées. En effet, plusieurs jeunes nous ont déjà signalé qu'ils comptaient bien profiter de cette liberté pour sortir entre copains... où en amoureux! "C'est merveilleux, cette nouvelle liberté! Je n'avais pas envie de travailler cette année, je vais pouvoir en profiter pour m'amuser une année de plus avec mon chéri. On pourra aller prendre une chambre à Pré-au-Lard et on ne sera plus obligé de se cacher dans l'école!" s'exclame, ravie, une redoublante de Poufsouffle, qui souhaite rester anonyme. Cette concession de l'établissement sorcier, réputé pour sa rigidité, marquerait-elle le début d'une nouvelle ère où les professeurs comprendraient enfin la flamme qui anime les jeunes? Il en serait plus que temps, surtout quand l'on sait que l'équipe enseignante ne se prive pas de vivre, elle: des témoins affirment avoir croisé trois des directeurs de maison dans le Londres moldu, et les évènements ayant eu lieu au mariage du professeur Londubat ne sont plus à rappeler [...]

Le Secret Magique: première décision scandaleuse
[...]"Cette décision prive le monde magique de jeunes travailleurs pour une année complète, c'est dangereux" a estimé pour sa part Mr Warlock. Il avoue ne pas comprendre non plus la décision du gouvernement d'ajouter l'étude des moldus aux matières obligatoires de tronc commun dès première année. "Faire une annonce pareille à deux semaines de la rentrée n'est pas rationnel. Il souhaite donc submerger le professeur Mason - qui est également directrice de la maison Poufsouffle, je le rappelle - de travail? Comment va-t-elle pouvoir donner des cours de qualité à nos enfants?"
Interrogés sur la question, les parents d'élèves s'indignent: "mon fils redouble déjà sa 7e année et en plus, on veut faire passer un ASPIC dans une matière qu'il n'a jamais étudié? C'est n'importe quoi" s'exaspère Mr Smith, dont le fils, Anton, ajoute qu'il ne voit pas l'intérêt d'étudier les moldus. "Nous sommes des sorciers, nous vivons dans notre monde. A quoi bon étudier des choses qui ne nous serviront jamais? Je préférerai qu'on mette Vol obligatoire pendant 7 ans, ce serait bien plus utile pour ceux qui veulent entamer une carrière dans le Quidditch!"
Aucune des personnes que nous avons rencontré ne semble croire à l'assurance du gouvernement selon laquelle l'étude des moldus sera soumise au même régime que, par exemple, les Sortilèges: obligatoire jusqu'aux BUSEs uniquement, et la suite dépendant de la volonté de l'élève et de ses résultats. "Ils commençent par nous imposer une matière, puis ils nous imposeront leurs coutumes!" déplore, inquiète, Mrs Ombrage[...]

Le Chicaneur: enfin des érudits au pouvoir!
[...]Et c'est bien à un progrès sans précédent que nous assistons depuis deux semaines. Parmi la batterie de mesures annoncées par le Ministère de la Magie, plusieurs doivent être considérée comme un progrès pour la recherche et la science. En effet, selon une source bien placée, le redoublement des 7e année aurait pour but d'augmenter significativement les effectifs de l'école afin d'attirer les Ronflaks Cornus. En effet, de récentes études ont montré que les Ronflaks Cornus aimaient particulièrement être entourés d'enfants et que cela accélérait leur croissance. On peut aussi citer l'annonce d'une harmonisation du secret magique, qui, selon le chef des Oubliators, consistera en la publication d'une fable générale à raconter à tous ceux qui ont des proches moldus pour mieux passer inaperçu: plus besoin pour les né-moldus de prétendre aller à l'école en Asie pour justifier leur absence, le Ministère leur donnera une histoire toute prête qui servira également, a-t-il été dit, à se reconnaître entre sorciers dans le monde moldu. Cette décision est encore plus avisée qu'il n'y paraît, car elle permettra à nos chercheurs de se mêler plus facilement à nos voisins pour étudier la faune magique qui se cache dans les "appareils électroniques" moldus et les détraquent. Face à tant de bonnes résolutions, on ne peut que se réjouir que la progression de la recherche biologique soit l'une des priorités du MIM !
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
Une nouvelle forme d'Impérium?


Depuis quelques temps à Ste Mangouste, une jeune fille perturbe la quiétude des médicomages. Nommée Harmonie Fernoys, elle a été admise en février dernier suite à un désordre psychologique. Ne vous fiez pas à son jeune âge, à son visage angélique ou encore à son prénom, cette jeune femme a tout d'une psychopathe. En effet, l'étudiante à Poudlard aurait, sans aucune raison apparente, agressé l'un de ses camarades. Selon certaines rumeurs, elle aurait poussé le vice jusqu'à lui infliger un sortilège Doloris. Pourquoi, alors Miss Fernoys est internée à Sainte-Mangouste et non à la prison d'Azkaban? C'est la question que nous avons posé à Gregorien House.

"Ce drame n'est que la conséquence de la folie de la jeune femme. Miss Fernoys n'a jamais montré de comportement violent auparavant, aussi cet accès de violence ne peut être dû qu'à un grand choc psychologique ou autre chose de significatif? Depuis son séjour ici, notre patiente semble extrêmement perturbée. Elle a énormément de remords. La plupart du temps, Miss Fernoys a un comportement absolument normal... cependant, il lui arrive de devenir extrêmement violente, soudainement, sans aucune raison apparente."


Nous savions déjà que la folie pouvait pousser certaines personnes à commettre des choses horribles (souvenez vous d'une mangemorte extrêmement célèbre Bellatrix Lestrange!), cependant le médicomage House, ainsi que d'autres de ses collègues, ont des doutes quant à la maladie mentale de la jeune femme. Mikaella Queenes, médicomage spécialiste, témoigne ainsi:

" Lorsque nous sommes allés chercher Miss Fernoys à Poudlard, avec l'aide de deux aurors, j'ai remarqué des tâches au sol. L'infirmière scolaire m'a assuré que c'était un jus de citrouille qu'elle aurait tenté de faire boire à la jeune femme, mais que celle-ci, dans un accès de panique, aurait renversé sans en boire une goutte. Cependant, j'ai remarqué une coloration étrange de ce jus, aussi en ai-je prelevé un échantillon afin de l'analyser. Après diverses analyses, nous avons pû isoler une potion inconnue mélangée à ce fameux jus."

Ces résultats soulèvent une foule de questions: pourquoi une potion a-t-elle été mélangée à la boisson de Miss Fernoys? Quel effet avait-elle? Dans quel but? Mrs Bloomwood, infirmière à Poudlard, ne peut répondre à ces questions. Il a par ailleurs été démontré qu'elle n'avait en sa possession aucun ingrédient susceptible d'entre dans la fabrication du breuvage. L'équipe de médicomages, quant à elle, a une théorie sur le sujet.

"Au vu le comportement étrange de la jeune femme, il se peut qu'elle n'ait pas agressé son camarade intentionnellement. La potion peut laisser supposer que miss Fernoys était sous l'influence d'une nouvelle potion, ayant des effets similaires à l'Imperium ou provoquant la folie. La mixture retrouvée à l'infirmerie pourrait être l'antidote, permettant d'effacer toute trace de manipulation mentale et d'envoyer la jeune fille à Azkaban." déclare encore le Dr House. "Mais étant toujours sous l'influence de la première potion, la jeune femme se bat pour récupérer sa personnalité et le contrôle de son corps."

Celà pourrais être une possibilité, mais la faible dose de liquide qu'à pû récupérer Miss Queenes n'a pas permis de vérifier cette hypothèse. De plus, cette explication, loin de répondre aux précédentes interrogations, en soulève de nouvelles. Qui voudrait se servir de la jeune Harmonie pour commettre un pareil crime? Ni la jeune fille, ni sa victime n'ont d'ennemis connus. Des bruits de couloirs parlent de partisans de l'attaque du 2 mai, commise, entre autre, par des orphelins de guerre qui souhaiteraient se venger des Sang-Purs et mangemorts. D'autres évoquent d'anciens mangemorts ou encore un nouvel ordre maléfique. Le jeune médicomage attitré à la jeune femme, Louis Helsys, nous propose quelque chose de plutôt bouleversant et plausible.

" Etant devenu assez proche de la jeune femme, j'ai eu l'occasion de lire son courrier. Harmonie a un grand frère, Lucas, enfermé à Azkaban parce qu'il était un mangemort. Je vous passerais les détails de ses lettres mais elles sont plutôt violentes. Vous n'êtes pas sans savoir que le jeune homme qu'elle a aggressé étais son petit ami... et qu'il était né de parents moldus. Harmonie vient d'une famille d'anciens mangemorts, et vu la violence dans les lettres de son grand frère celà ne m'éttonerait pas qu'il ai manipulé sa soeur après avoir appris ... cet écart. "

Punition du grand frère? Annonce d'une nouvelle secte? Retour d'anciens mangemorts? Ou simple folie? Toujours est t-il que suite à ses suppositions, la jeune femme va pouvoir réintégrer la société en continuant d'être surveillée. Cela a commencé avec des sorties sur le chemin de traverse qui se sont déroulées sans encombres. Si l'état de la jeune femme le permet, il se peut qu'un retour à l'école Poudlard soit à envisager. Alicia Jones, jeune médicomage souhaitant se spécialiser dans les potions, aura la charge de découvrir la nature de la potion ingérée par la jeune femme. Elle pourra étudier le comportements de Miss Fernoys et analyser les restes de potions présents dans le sang de la jeune femme. Miss Fernoys sera sans cesse surveillée par Miss Jones, et devra réintégrer Ste Mangouste chaque nuit. Il reste à espérer que cette réintégration à Poudlard ne donne pas suite à d'autres drames.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur

C'est dans un luxueux hôtel londonien que je retrouve Ana Sorden, la nouvelle professeur d'Arithmancie de Poudlard, afin de parler avec elle de son élection de "Beauté Automnale" organisée par votre magasine préféré. Ana a remporté le concours grâce à de magnifiques clichés mettant en valeur sa beauté sculpturale, dont les deux ci-dessous qui ont été les plus appréciés.




Bien décidée à tout connaitre sur le nouveau visage de Poudlard, je m'installe confortablement avec ma plume à papote, prête à vous livrer tous les petits secrets de Miss Ana ! Cette dernière semble très à l'aise, comme si elle était déjà une grande habituée des médias.



Rita Skeeter : Alors, installons-nous confortablement, voulez-vous, Miss Sorden ?

Ana Sorden : Avec plaisir, je suis très heureuse d'être avec vous pour cet entretien !

RS : Vous venez de remporter notre concours "Beauté Automnale", élue la plus belle femme de cette saison par nos lectrices ! Et ce n'est pas volé... Comment vous sentez-vous par rapport à ça ?

AS : J'avoue en être flattée ! Et je remercie les lectrices pour m'avoir apportée leurs votes! J'avoue qu'être belle et le
demeurer est une lutte de tout les instants, et mes efforts se voient ainsi récompensés !


RS : A votre âge, quels sont vos secrets ? Nos lectrices se damneraient pour une peau parfaite comme la vôtre !

AS : C'est vrai que ma peau est parfaite et le temps ne semble pas avoir d'emprise sur elle. Mais pour cela je surveille continuellement mon alimentation, ni trop salé, ni trop sucré. Et telle une reine de l'ancienne Égypte moldue, je prends régulièrement des bains de lait d’ânesse pour conserver la blancheur de ma peau...

RS : Les hommes doivent être fous de vous... D'ailleurs... Avez-vous quelqu'un dans votre vie en ce moment ? Une telle beauté !

AS : J'avoue que mon travail me prend beaucoup de mon temps, et que je ne suis pas toujours disposée au jeu de séduction. Et même si les hommes ne se gênent point pour contempler ma beauté, je ne leurs accorde que très peu d'intérêt. Cela me flatte évidemment... mais en femme active et déterminée, je privilégie ma carrière et mon nouveau poste à Poudlard.

RS : Néanmoins malgré votre carrière prenante, vous avez déjà été mariée, n'est ce pas ?

AS : Oui c'est exact ! J'ai été mariée autrefois... mais malheureusement les belles histoires ne se terminent pas toujours bien. Mon regretté mari est décédé suite à un tragique accident d'équitation, et il ne me reste plus que des souvenirs de lui...

RS : Pouvez-vous nous en dire plus ? Je peux comprendre que cela soit privé, mais nos lectrices aimeraient tellement en savoir plus sur vous, leur beauté idéale...

AS : C'est très difficile pour moi que d'en parler... Je suis persuadée que vos lectrices comprendront l'immense chagrin que peut envahir une femme qui vient de perdre l'homme de sa vie. Howard Galister, tel était son nom, restera à jamais gravé dans mon cœur...

RS : Howard - paix à son âme - disposait d'une fortune assez conséquente...

AS : Il est vrai que nous ne vivions pas dans le besoin... C'était un artiste sculpteur de renommée mondiale, dont je conserve d'ailleurs avec soin nombreuses de ses œuvres comme le vestige de notre amour...

RS : Je le croyais pourtant antiquaire...

AS : Howard l'était également. C'était un collectionneur hors pair qui savait dénicher les artiste en devenir. Mais sa vocation première était purement artistique... Mais nous dévions quelque peu, non ? Ne sommes nous pas ici pour parler de moi ?

RS : Oh, bien sûr que si Professeur Sorden. Parlons un peu de votre nouveau poste. Vous venez d'être nommée à Poudlard après de longues années de bons et loyaux service à Salem. Soyez franche : quelle école préférez vous ?

AS : C'est une question difficile à laquelle je serai bien incapable de répondre. Salem représente mes racines, l'école ou j'ai grandis et appris mon métier d'Arithmancienne. Et Poudlard est un rêve, une fin en soi ! Sans doute l'apogée de ma carrière.

RS : L'apogée de votre carrière ? Ne pensez-vous pas que pour une femme telle que vous d'autres voies peuvent s'ouvrir ? Après tout, vous êtes belle, encore jeune, forte et intelligente... De plus, j'ai entendu dire que vous vous intéressiez de très près à la politique...

AS : Je suis jeune, en effet ! Et bien entendu je suis parfaitement au fait qu'une personne qui ne nourrit pas un minimum d'ambition est vouée à ne vivre que dans le regret d'être passée à coté de sa vie. Mais je ne désire point bruler les étapes. Chaque chose en son temps... Pour ce qui est de la politique, je ne vois pas où vous voulez en venir ?

RS : Et bien... Après quelques recherches, j'ai appris que vous souteniez le MIM, financièrement parlant.

AS : Et bien vous êtes bien informée, car j'ai en effet aidé à financer une grande partie de la campagne du MIM. Mais cela s'arrête là. Je trouve qu'il est important de s'engager auprès des causes qui me semble justes, et le MIM, de par ses idées novatrices va permettre d'apporter les changements nécessaires à un monde sorcier vieillissant.

RS : Vous êtes donc pro-moldue ? Est-ce que cela risque de se ressentir dans votre enseignement ?


AS : Dire que je suis une pro-moldue, c'est quelque peu exagéré ! Je pense simplement que monde sorcier et monde moldu ont chacun des choses à apprendre l'un de l'autre. L'Arithmancie reflète cet état de pensée et s'impose comme une sorte de passerelle entre nos deux mondes...

RS : Vous êtes donc pro-moldue ! Vos idées politiques ne vous ont-elles pas pénalisée lors de votre arrivée à Poudlard ? J'ai entendu dire que de nombreux professeurs étaient très conservateurs. Le Professeur Harris, le Professeur Dérébusor, le Professeur McGonagall... Comment l'équipe enseignante a t-elle accueillie ? Ils sont si soudés, si élitistes et peu enclins au changement...

AS : Je pense que vous parlez de choses qui vous dépassent complètement. Je suis entourée de personnes éminemment réfléchies et qui ne m'ont jugée que pour mes compétences en tant que professeur d'Arithmancie. Poudlard est amenée à changer, c'est certain. Et je ne pense pas que les noms que vous citez soit contre ce changement inéluctable. Je désirerai simplement un verre d'eau, s'il vous plait...

D'un coup de baguette magique, je sers un verre d'eau à Ana qu'elle saisit de sa main parfaitement manucurée.

AS : Merci bien.

RS : Même si cela reste difficile de se faire une place dans ce monde, vous possédez des qualités indéniables, n'est-ce pas ?

AS : Oui cela ne fait pas l'ombre d'un doute ! Je pense être la personne la plus compétente à mon poste et je suis vouée à un grand avenir !

RS : Quelles sont vos plus grandes qualités et vos défauts, selon vous ?

AS : En qualités, je dirais : la détermination, le courage, le perfectionnisme, l'intelligence et l'ambition... Pour ce qui est des défauts, laissez moi réfléchir... Je dirais que je peux me montrer parfois trop sensible, et un peu trop autoritaire sans doute. Cela vous convient ?

RS : Je suis sûre que cela conviendra à nos lectrices... Professeur Sorden, pensez-vous que le proverbe "Qui se ressemble s'assemble" est juste ?

AS : Je n'ai rien contre ce proverbe. Il traduit une certaine vérité, je trouve. Pourquoi cette question ?

RS : Parce que quand vous me dites "Perfectionnisme", "Intelligence" ou "Ambition", je pense tout de suite à notre cher Richard Dalnox national, et je pense que nos lectrices seront d'accord avec moi ! Connaissez vous ce très cher Richard, Ana ?

Ana semble soudainement agacée.

AS : Il se trouve que nos chemins se sont déjà croisés, notamment lors de la campagne du MIM. Un homme admirable, en effet. Mais en quoi cela a un rapport avec le sujet de cet entretien ? Richard Dalnox souhaitait postuler comme "beauté automnale" ?

RS : Quel sens de la réplique ! C'est très drôle, Miss Sorden ! Avouons que ce cher Richard ferait un très joli Mister Automne, vous ne trouvez-pas ?

AS : Pourquoi ne pas le lui proposer directement? Je suis persuadée qu'il pourrait éventuellement se prêter au jeu, du moins dans la catégorie plus beau sourire... Je ne suis pas suffisamment en contact pour pouvoir vous répondre à sa place.

RS : Ce n'est pas ce que j'avais cru comprendre...

AS : Pardon ?

RS : En effet, j'étais à la soirée de Victoire du MIM, et vous sembliez très proches, vous et Monsieur Dalnox... Vous ne vous êtes pas quittés de la soirée. Vous étiez d'ailleurs resplendissante ce soir-là. Une robe Fanel, n'est-ce pas ? La célèbre maison de couture française ?

AS : Merci pour le compliment ! C'est exact je possède une robe Fanel parmi ma collection ! J'ai beaucoup voyagé et particulièrement dans les capitales de la mode. Pour ce qui est de cette soirée-la, je ne me souviens guère. Le champagne coulait à flot....

RS : Vous buvez beaucoup et régulièrement, Ana ? Mon photographe Bozo a pris énormément de photos, si cela peut vous rafraichir la mémoire...

AS : Je vous demande pardon ? Justement c'est parce que je ne bois pas régulièrement que l'alcool me monte rapidement à la tête. Je trouve cette question un brin déplacé. Des photos ? Aucune qui ne prouve quoique ce soit, non ?

RS : Si, bien sûr. Je connais mon métier, Miss Sorden, mes photos prouvent toujours quelque chose. Et en l’occurrence, que vous et Monsieur Dalnox êtes très proches contrairement à ce que vous soutenez. Voyons Ana ! Nous sommes entre nous, vous pouvez absolument tout me dire sans crainte ! Nous avons toutes nos petites faiblesses et il n'y a pas de mal si la vôtre s'appelle Richard. Au contraire, c'est un homme charmant et respectable, la fierté du gouvernement Fiennes. Un homme de goût et de confiance, assurément. D'ailleurs, regardez ce cliché. Vous semblez jalouse, lorsqu'une jeune militante vient présenter ses respectes à Monsieur Dalnox ! La jalousie n'est-elle pas une marque d'affection ?

Je lui tends le cliché en question, pris par le talentueux Bozo, mon fidèle photographe qui immortalise pour vous les moments primordiaux qui vous tiennent à cœur.




AS : Et bien je suis désolée de devoir réduire à néant votre fantasme de nous voir ensemble, mais Richard et moi n'entretenons que des rapports purement professionnels. Mais si vous voulez, je peux vous le présenter ou du moins lui dire à quel point vous le trouvez irrésistible....

RS : Quel humour Ana, c'est un délice ! Mais revenons à des choses moins... frivoles. Quels sont vos projets pour Poudlard ? Vous vous dites ambitieuse... Pourquoi rester alors simple professeur ? Minerva McGonagall n'est pas éternelle ! Surtout lorsque l'on connait son âge !

J'éclate de rire, mais Ana ne semble pas partager mon trait d'humour.

AS : Évidemment que je souhaite évoluer. Mais pour l'instant la personne la plus à même de diriger une école comme Poudlard reste Minerva McGonagall. Une véritable légende vivante ! Je pense au poste de Directrice de maison, mais cela n'est pas un choix individuel. Cela viendra en temps voulu.

RS : Quelle maison vous irez le mieux à votre avis ? A force de vous parler, je dirai Serpentard. Mais peut-être avez vous eu une jeunesse un peu trop débridée pour la légendaire retenue de cette maison ! En effet, ma petite stagiaire, la charmante Sophie Heavenface, a quelque peu fouiné dans de vieux dossiers américains et y a déniché quelques petites choses croustillantes...

AS : Je ne souhaite pas me prononcer la dessus, par respect pour les professeurs en place. Une jeunesse débridée ? Cela veut dire que vous ne me trouvez point jeune ? Ce n'est pas l'avis de vos lectrices qui ont voté pour ma beauté intacte, et ce malgré le poids des années.

Sophie a fait un travail merveilleux pour faire réapparaitre ces quelques clichés :




RS : Pourquoi vos parents ne vous ont-ils pas empêché de sortir, si vous ne tenez pas l'alcool, comme vous l'avez dit ?

AS : C'est un scandale ! D’où vous vienne ces photos ? Toutes à fait innocentes au passage !

RS : Oh, Ana, une bonne journaliste ne révèle pas ses sources, voyons ! Ils ne s'occupaient pas de vous ? Vous avez eu une enfance difficile ? Je vois les larmes qui perlent dans vos yeux ! Une enfance difficile, c'est cela ? Vous étiez maltraitée ? On préférait vos frères et soeurs ? Gardez-vous des liens avec votre famille ?

AS : Je ne vois pas en quoi je suis coupable d'un quelconque méfait ? J'ai été jeune, je me suis amusée... Comme tout le monde, y compris-vous Miss Skeeter. J'ai fréquenté des hommes. Et alors ? Est-ce mal de profiter des privilèges de sa beauté ?


RS : J'avais cru comprendre que feu votre mari était l'amour de votre vie... N'avez-vous pas l'impression de le trahir ? Vous avez une drôle d'expression, Ana. Mes questions vous mettent-elles mal à l'aise ?

AS : Voyons ! Sur ces photos j'ai à peine une vingtaine d'années ! Je ne connaissais pas encore mon mari.

RS : Vous n'avez pas encore répondu aux questions sur votre famille...

AS : C'est trop personnel et je n'aime pas la tournure de cet entretien, nous étions sensés parler ma beauté ! Je ne connais point mes parents, c'est cela que vous voulez savoir ?

RS : Comment cela est-ce possible ? Une deuxième Harry Potter ? Les orphelins sont très à la mode, ces temps-ci !

AS : J'ai été abandonné à mon plus jeune âge et recueillie par la directrice Christabella Morrow qui s'est comportée comme une véritable mère pour moi !

RS
: Oh, comme c'est touchant. Vous les américains savaient faire preuve de générosité. Parlons encore un peu de votre beauté, voulez-vous ?

AS : Je préfère.


RS : Un dernier conseil beauté à donner à nos lectrices ? Comment traitez vous les signes de vieillesses qui apparaissent ?

AS : Je n'ai pas de signes de vieillesse ! Donc aucun aucun conseil à donner.

RS : Pourtant, sur certaines photos...

Je lui tends ce cliché :



AS : Vous êtes réellement mesquine, vous savez ?

Nous échangeons encore quelques mots et malgré quelques petites piques de ma part, Ana reste calme et courtoise. Enfin un professeur sachant faire preuve de diplomatie !
La semaine prochaine, un entretien exclusif avec le fils de Célestina Moldubec qui s'exprimera à propos des conflits d'héritages qui secouent sa famille suite à la mort de sa mère, célèbre chanteuse fortunée.











NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur

COURRIER DES LECTRICES


Bonjour !
Fidèle lectrice depuis des années, je prends aujourd'hui ma plume pour vous faire part de mon mécontentement. J'ai toujours beaucoup aimé votre magazine et les interviews qui y étaient faites mais depuis l'arrivée de Rita Skeeter, éjectée de la Gazette, cela a changé.
Je n'apprécie pas le ton pris avec le professeur Sorden dans votre numéro de la semaine dernière. Quelle agressivité de la part de Mrs Skeeter ! Sans aucune raison étant donné que le professeur Sorden est restée courtoise et polie. Je trouve dommage d'inviter des personnalités du monde magique pour les descendre en flèche.
Personnellement, j'apprécie beaucoup le professeur Sorden qui semble être une femme tout à fait respectable qui a su garder de la classe face à des questions indiscrètes. Cela n'est pas donné à tout le monde.
Félicitations, Professeur !

Miss Eleanor Stevenson



Cher Sorcière Hebdo,

J'ai toujours apprécié le magasine que je lis depuis que je suis adolescente. Je tenais à dire que j'appréciais beaucoup la nouvelle rubrique sport et "Sorts de Bricolages" ! Les femmes ne se consacrent pas toujours à la mode, elles ont d'autres centres d’intérêt et je trouve ça bien de trouver un magasine aux horizons variés. Continuez comme ça !
Néanmoins, j'ai été déçue. Je ne suis pas très râleuse d'habitude, mais quelle est l'intérêt d'être aussi désagréable avec vos invités ? C'est une interview, pas un ring de catch et encore moins l'occasion pour Rita Skeeter de se défouler ! J'ai toujours évité sa rubrique dans la Gazette du Sorcier, peu adepte des lynchages publics alors j'ai été assez mécontente de la retrouver dans mon magasine préféré. Sorcière Hebdo a toujours eu un esprit positif et je trouve dommage de gâcher ça à cause d'une langue aussi acérée que celle de Rita Skeeter.

A bon entendeur...
Madison Bell



Chère Rita Skeeter,

Ne nous faites pas croire que VOUS n'avez pas de signes de vieillesse à votre âge. Je suis sûre que vous vous tartinez de potion tous les matins, vous devez ressembler à une apothicaire ambulante.

FutureMrsBaker



Hello !

Tout d'abord, je tiens à préciser que je trouve le professeur Sorden un peu prétentieuse (mais c'est très Américain comme caractéristique) et je ne trouve pas que participer à ce genre de concours soit très compatible avec la très vénérable fonction de professeur (Spéciale dédicace à ma professeur de maison préférée, j'ai réussi mes ASPIC grâce à vous !). Mais je trouve que le ton employé par Skeeter est juste hallucinant. Non mais pour qui elle se prend ? Le professeur Sorden est restée courtoise et elle se fait totalement agresser par une Skeeter enragée. Je comprends qu'elle soit fâchée de s'être faite virée de la Gazette, mais quand même, faut se calmer !

L. V



Bonjour,

Le numéro de la semaine dernière était comme toujours excellent. Je tenais à adresser quelques mots au Professeur Sorden pour lui assurer mon soutien face au traitement déplorable que lui a infligé Mrs Skeeter. Un magasine de votre qualité ne devrait pas s'abaisser à insulter ses invités pour faire du chiffre, vous n'en n'avez pas besoin.
Professeur Sorden, je voulais aussi ajouter que vous êtes absolument magnifique et que je vais m'empresser de tester votre conseil pour le bain ! Merci pour le partage, cela donne espoir de voir des femmes aussi belles à notre âge.

Amicalement,
Rosemary Dawson-Belby



Ana, mon amour,

Au premier de tes mots, mon cœur s'est emballé. Laisse-moi donc te dédier ces humbles poèmes, pour satisfaire mon cœur désireux de ton attention. J'espère que ces quelques vers réchaufferont ton coeur glacé par ce si terrible veuvage. Oh, Ana ! Laisse moi-être ton sauveur ! Accroche toi à la bouée de mes mots et rejoins dons mon paquebot !

Reste, mon âme, tout près de moi
Où pourrai-je enfin t'embrasser ?
Défaisons et froissons nos draps
Nacrons nos lèvres épicées
Éveil soudain de tous mes sens.


Ton image, Ana, aussi tendre que l'océan en folie,
M'emmène au sein des cyclones terribles
De tes yeux argentés
Et me fait glisser dans des nuages roses
Tel un colibri à qui tu donnes ses ailes...
Puis l'aurore...
Mon rêve s'éteint au plus profond de mes désirs
Ô sublime luciole, quel est le soleil qui te fera de l'ombre ?



Les échos bleus des plages des tropiques
Sont comme la tendre couleur de tes yeux de princesse
Les éclairs fascinants, le tonnerre qui réplique,
Tes cheveux blonds en sont la forteresse.
J'écoute la mer mourir sur le rivage,
Et j'entends ton souffle, sublime sirène...
Un colibri rouge s'enfuit loin de sa cage,
Mais c'est à toi, Douceur, que mes yeux appartiennent...


Albert, qui t'aime plus qu'il n'aime son âme.


NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
LE NOUVEAU PROJET DE FIENNES : UNE UNIVERSITÉ MAGIQUE A LA RENTRÉE PROCHAINE

Par Sophie Heavenface, en exclusivité pour la Gazette du Sorcier.


Depuis son élection il y a quelques mois, le Ministre Alan Fiennes est présent sur tous les fronts et mène ses projets dans tous les domaines. Le monde magique est en train d'être réformé sous toutes les coutures et l'éducation de nos jeunes sorciers, pourtant figée depuis des siècles, n'y coupe pas.
Profitant de l'incendie des locaux de correction des ASPICs l'été dernier, le Ministre de la Magie avait fait redoublé tous les élèves de septième année de l'école Poudlard, une décision très critiquée par la population. Fort de cette opportunité, il avait rendu l’Étude des Moldus obligatoire pour tous au moins jusqu'aux BUSES. C'est la première fois depuis l'ouverture de l'école qu'on assiste à un changement aussi radical dans les programmes d'études. Monsieur Fiennes aurait pu s'en tenir là, en estimant que cinq ans de cours sur les moldus suffiraient à la jeune génération au cas où elle se retrouverait à rencontrer des moldus...

Néanmoins, le gouvernement estime qu'il peut encore prendre d'autres mesures pour ouvrir le monde magique au monde moldu, comme le souhaitait le MIM (Mouvement pour l'Intégration des Moldus) lors de sa campagne. En effet, après une enquête des plus minutieuses auprès de sources infiltrées, il est apparu qu'un projet d'université destinée aux jeunes sorciers se dessinait. Depuis plusieurs mois, des commissions travaillent dans le plus grand secret pour établir un dossier solide qui serait mis en place avant septembre prochain pour que les futurs diplômés de Poudlard puissent en profiter au plus vite.
Même si je n'ai pu obtenir que des extraits de ce dossier, la volonté du Ministère est pourtant claire : offrir aux jeunes sorciers une formation post-Poudlard afin de mieux les préparer au monde professionnel. Jusqu'ici, les élèves sortaient avec leurs ASPICs en poche et étaient formés sur place par des sorciers plus expérimentés. Néanmoins, ce système a montré ses limites l'année dernière, lors de la mort d'un patient de Sainte-Mangouste, soigné par un jeune diplômé. L'émoi provoqué par cette affaire avait poussé le gouvernement Kingsley à envisager une huitième année à Poudlard destinée uniquement à la formation professionnelle, idée vite abandonnée car contrée par de nombreux inconvénients.

Et il semblerait que le gouvernement Fiennes s'inspire de cette idée pour monter sa propre réforme.
En effet, des heures de cours de "contrôle" seraient instaurées dans cette université afin de contrôler le niveau des jeunes gens en formation. Quelques heures par semaine, ils se rendraient à l'université afin que des enseignants agrées vérifient leurs connaissances et corrigent leurs erreurs éventuelles. Cette mesure permettrait une harmonisation des connaissances des jeunes travailleurs et permettrait de garantir une certaine sécurité lorsqu'ils exerceront. Ces heures de contrôles seraient facultatives mais pour pouvoir travailler à la fin de leur formation, les jeunes sorciers seraient de toute manière obligés de passer le diplôme de l'université. Sans ce diplôme, il leur serait interdit d'exercer dans le monde magique.

Mais le projet ne s'arrête pas là. En plus de ces heures facultatives de contrôle seraient imposées des heures obligatoires de cours sur la coopération moldus - sorciers. Une demi-journée par semaine, les anciens élèves de Poudlard seraient rassemblés afin d'étudier les liens entre magie et moldus. Ce système semble être une prolongation de l’Étude des Moldus devenue obligatoire à l'école. De plus, une autre demi-journée serait consacrée à l'étude d'une matière complétement moldue afin de parfaire leur formation. Il semble que les élèves pourront choisir cette matière moldue afin qu'elle corresponde le plus possible à leur formation professionnelle.
Ces heures seraient absolument obligatoires, même pour ceux qui ne souhaitent pas continuer à apprendre des choses après Poudlard. Ceux qui ne sont pas formés ailleurs, dans d'autres Académies Magiques par exemple, pourront prendre plus de cours dans cette université magique s'ils le souhaitent, dont on ne connait pas encore tous les enseignements proposés.

Afin de s'assurer du respect des règles de l'université et pour éviter que les jeunes étudiants ratent ces heures de cours sur les moldus, le gouvernement semble vouloir tout simplement interdire aux personnes ayant fait l'université buissonnière le droit d’exercer dans le monde magique. Cette solution radicale montre la détermination du Ministre de la Magie à développer chez les sorciers la connaissance des moldus.
Il semblerait que ces cours obligatoires soient étendus sur deux ans afin de permettre aux jeunes gens ayant fini leur formation professionnelle courte d'entrer tout de suite dans le monde du travail sans s'encombrer d'autres enseignements.

Ce projet - s'il est mis en place - signerait un bouleversement immense dans le monde magique et amène de nombreuses questions. Le Ministère de la Magie n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet et semblait plutôt surpris que nous soyons au courant. Quoi qu'il en soit, il semble que le Ministre Fiennes n'ait pas fini de nous surprendre. Affaire à suivre.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
UNE GRÈVE CHEZ LES ELFES DE MAISON DE POUDLARD !


Même s'il semble que le Conseil d'Administration ait tenté de garder l'information secrète, les courriers paniqués de certains élèves ont fait éclater le secret quelques à peine après le début du mouvement.
Selon nos informateurs dans l'école, les Elfes de Maison employés en cuisine, à la laverie et pour l'entretien du château ont décidé de ne plus accomplir la moindre tâche avant d'avoir obtenu des améliorations de leurs conditions de travail. Menés par leur toute nouvelle déléguée salariale, Winky, les elfes - pourtant employés depuis des années dans l'école - ont revendiqué un salaire, le droit aux congés payés et à des repos réguliers. C'est une première dans cette espèce, pourtant exploitée depuis des années par les sorciers. "Les elfes de maison sont bien traités ici." a déclaré un membre du Conseil qui souhaite garder l'anonymat. "Bien mieux que dans certaines familles. Ils sont logés, nourris, blanchis. Il est aberrant qu'ils veulent plus. Je veux dire, ils ne sont pas humains. Pourquoi devrait-ils être payés pour une tâche qu'ils ont le devoir d'accomplir ? C'est naturel pour eux de nous servir." Hermione Granger, fondatrice de la S.A.L.E (Société d'Aide à la Libération des Elfes) a affirmé être "très choquée par ces propos" et "absolument ravie de la situation." La jeune femme, grande héroïne de guerre et amie du grand Harry Potter, milite depuis des années pour les droits des Elfes de Maison. "Évidemment, je ne souhaite pas à Poudlard des difficultés. Mais les Elfes de Maison ont des droits et je suis très heureuse qu'ils en prennent conscience et qu'ils le revendique. C'est comme ça que les choses vont avancer et que les mentalités vont changer. J'invite le Conseil d'Administration de l'école à commencer des pourparlers avec les leaders du mouvement. Le monde change, il est temps de s'y faire. Une fois que les Elfes de Maisons auront vu leurs droits reconnus, ils reprendront le travail. Pourquoi nous seraient-ils inférieurs ? Tout sorcier qui travaille est payé. Cela doit être la même chose pour les Elfes. Ils sont nos égaux. Ils parlent, ont une conscience, font de la magie... Il est scandaleux qu'ils aient été tenus en esclavage si longtemps. Les mentalités changent. Et c'est une grande avancée pour notre monde. Nous voguons vers une société plus juste et plus équitable. Nous ne pouvons décemment pas dire non à cela."

Interrogée sur leurs motivations, la meneuse du mouvement, Winky, a été ferme dans sa réponse. "Winky avait un bon ami, autrefois. Un très bon ami. C'était un Elfe libre et il était très heureux. Il travaillait ici, avec Winky. Et Albus Dumbledore le payait ! Et lui donnait des jours de congés ! Et Albus Dumbledore était très content de le faire, qu'il disait. Et Dobby, l'ami de Winky, était très heureux aussi. Il est parti maintenant, Dobby... Cela rend Winky triste. Mais Winky a compris comment Dobby pourrait continuer à vivre, dans les esprits. Il faut continuer son combat : il voulait que les Elfes soient libres et payés. Vous savez, Winky a été très malheureuse pendant des années, l'année dernière encore. Mais maintenant, Winky va mieux. Et Winky veut continuer le combat de son ami Dobby. Alors, Winky en a parlé aux autres Elfes. Et s'ils étaient pas d'accord au début, ils le sont maintenant. Parce qu'ils se sont rappellés les yeux de Dobby. Ils pétillaient tout le temps, vous savez. Les yeux de Dobby. Parce qu'il était heureux. Il était heureux d'être un Elfe libre. Il était heureux, Dobby, vraiment très heureux..." Les allégations comme quoi Poudlard aurait déjà payé un Elfe de Maison n'ont pas encore pu être vérifiées mais quoi qu'il en soit, les Elfes campent sur leurs positions. Ils réclament cinq Gallions par mois, deux semaines de vacances pendant l'été et deux jours de congés par mois.
En attendant, les élèves et les professeurs de l'école - vidée d'une partie de ses occupants en raison d'un voyage en Laponie - sont obligés de se débrouiller tout seuls. Chaque matin, les tâches sont réparties. Il faut s'occuper du linge, du ménage et de l'entretien du château. Pour les repas, chacun doit se débrouiller en cuisine. Certains Elfes compatissants sont venus indiquer la place des ingrédients, tout en précisant qu'ils soutenaient quand même le mouvement. Quoi qu'il en soit, la situation semble bloquée. Le Conseil d'Administration ne semble pas vouloir céder à cet "affreux chantage" tandis que les Elfes de Maisons sont très sûrs d'eux. "Ils ne peuvent pas nous renvoyer" affirme Kimy, un jeune Elfe. "Ils ont trop besoin de nous. Regardez-moi cette pagaille ! Les sorciers ne savent pas se débrouiller tout seuls."

Iulia Smithson
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
L'université magique confirmée

Des rumeurs avaient été entendues, le Ministre Fiennes l'a confirmé: il y aura bien une université magique ouverte à la rentrée prochaine.

Il s'agit du premier grand chantier d'envergure du nouveau ministère, et de la réponse à l'une de ses promesses électorales. En effet, l'année dernière, plusieurs incidents causés par de jeune diplomés d'ASPICs avaient créé une polémique, notamment lorsque l'un d'eux avait causé la mort d'un patient de Sainte Mangouste. Mr Fiennes, alors en campagne, avait promis une réformation de l'éducation de nos jeunes sorciers. S'il avait surpris tout le monde en annonçant le redoublement des septièmes années, ce projet d'université rend sa décision cohérente.

Mr Fiennes a défendu son projet dans un discours d'une heure trente face aux journalistes et à l'opposition. "Il s'agit d'un cursus de deux ans, obligatoire pour tous nos jeunes. Un examen final, à l'issue de ses deux ans, permettra la délivrance de l'ANPE (Attestation Nationale Pour l'Emploi). Sans ce diplôme, il sera impossible pour les étudiants d'exercer dans le monde magique. Le but est de promouvoir une véritable égalité des chances, une harmonisation des diplômes internationaux et de pouvoir nous étendre dans le monde moldu sans violer le secret magique." Ce projet, d'après Mr Fiennes, est une réponse appropriées aux problèmes de formation du monde sorcier ainsi qu'à l'évolution que son parti souhaite mettre en place. Selon la feuille de route donnée par le gouvernement, l'enseignement universitaire se découpera en quatre modules, dont les notes finales devront être supérieures à une moyenne définie pour obtenir l'ANPE.

Tout d'abord, sera instauré un cours correspondant à l'orientation choisie par l'étudiant après l'obtention de ses ASPICs. Par exemple, un étudiant de l'académie de Bristol suivra un cours général de métamorphose avancée. Les jeunes admis dans une institution reconnue par le ministère n'auront à suivre qu'un seul cours magistral par semaine. Selon Mr Fiennes, il s'agit d'harmoniser les savoirs entre nos différentes académies, mais également au niveau européen. Afin de garantir la qualité d'enseignement des institutions privées, les étudiants devront passer, en fin de cursus, une épreuve diplomante qui contrôlera que l'institution leur a délivré une formation adéquate et leur permettra d'exercer.
Pour les étudiants qui ne seront pas admis dans un établissement d'études supérieures, qui ont un projet particulier ou qui souhaitent s'orienter vers une carrière au ministère, des cours complets seront donnés à l'université tout au long de la semaine, pour leur permettre d'avoir un véritable bagage. "C'est une véritable égalité des chances que nous instauront par ce biais", a martelé le ministre. "Des aménagements seront même possibles pour leur permettre de trouver des stages."

Les trois autres modules, cependant, sont loin de faire l'unanimité tant ils semblent orienté politiquement. En effet, ils ont tous pour objet le monde moldu.

Le second cours que les élèves devront suivre est tout bonnement un cours moldu! "Les étudiants devront choisir une matière enseignée dans une université moldue, qui est en rapport avec leur sujet d'étude. Par exemple, un étudiant à l'Académie des Arts pourra suivre un cours d'histoire des arts." développe un employé du ministère qui a aidé à la mise en place du projet.

Selon le ministère, ce cours est directement en lien avec le troisième module, intitulé "coopération magique et moldue". "Nous n'avons jamais caché notre volonté de nous étendre" a expliqué le Ministre. "Le monde magique est en pleine expansion, nous ne pouvons pas continuer à nous cacher dans trois lieux en Angleterre. Nous avons besoin de davantage d'espace, mais nous ne pouvons priver les moldus du leur. La meilleure façon est donc de coopérer avec eux. Le marché moldu est très vaste et offrira à nos travailleurs de splendides occasions de développer leurs carrières." Ainsi, ce cours apprendra aux jeunes les bases du fonctionnement de la société moldue, au niveau social et économique, ainsi que les différents endroits ou une collaboration est possible. "Afin de rendre ce cours plus tangible, nous travaillons à la mise en place au Ministère d'une section dédiée à cette coopération. Elle recencerait les moldus connaissant le secret magique, souhaitant s'associer avec nous, les différentes inventions possibles pour investir le monde moldu sans que ceux-ci se doutent de notre existence. Comme annoncé durant la campagne, une équipe planche déjà sur un site internet de l'école Poudlard, afin que tous les élèves nés-moldus puissent raconter la même histoire et se retrouver dans leur monde natal sans passer pour des fous." a commenté Richard Dalnox, le bras droit du ministre.

Alors que les trois autres modules sont composés de cours magistraux non obligatoires, la seule condition de délivrance du diplome étant la réussite à l'examen, le dernier cours sera un TD, ou "travaux dirigés". Donné par un professeur référent à un groupe d'une quinzaine d'élèves, le TD est obligatoire et s'étendra sur une demi-journée. La première année sera majoritairement composées d'excursions dans le monde moldu afin de familiariser les élèves avec leur technologie. "Si nos citoyens connaissent ce monde, ils provoqueront moins d'interférences et nous pourront réaffecter nos Oubliators à tes tâches plus cruciales." affirme un haut représentant du Ministère. "Notre politique d'éducation est prévue sur le long terme et offre des solutions durables à des problèmes centenaires." Mais lors de la seconde année, les élèves iront plus loin. En effet, ils seront évalués tout au long de l'année sur leur capacité d'adaptation. Ils devront réaliser un projet dans le monde moldu sans l'aide de la magie. Il pourrait s'agir d'un stage, d'un partenariat moldu-sorcier, ou bien d'un exposé en université moldu qui serait jugé par des professeurs ignorant notre existence. Ne pas assister à ce cours entraînera des sanctions, a averti le Ministre. Les jeunes se verront obligé d'effectuer des travaux d'intérêts généraux, et si leurs absences sont trop répétées, l'ANPE leur sera refusée et ils ne pourront exercer dans le monde magique.


Voici pour la composition de l'université. Quant à la question du lieu, le Ministre a déjà une réponse: "Nous avons pensé que chaque partie du royaume avait droit à son lieu magique. L'Angleterre a déjà le ministère, l'hôpital et le chemin de traverse; Poudlard se trouve en Ecosse. Il ne reste donc que le Pays de Galles qui n'a pas de haut lieu sorcier. Nous sommes actuellement en négociations avec les autorités moldues pour implanter l'université à Aberystwyth. Il s'agit de la ville idéale: elle est assez petite pour ne pas trop attirer l'attention, et peuplée essentiellement par des étudiants moldus, ce qui favorisera l'intégration de nos propres étudiants. De plus, l'université possède trois campus." Selon le Ministre, les autorités céderaient l'un des campus, le Old College, situé face à la mer, aux professeurs sorciers, pour que ceux-ci puissent enseigner sans crainte d'être surpris par des moldus. Les cours moldus auraient lieu sur les deux autres campus, qui se trouvent sur la colline principale de la ville.

"Les moldus sont très compréhensifs et heureux que nous cherchions à maintenir des relations saines avec eux", a conclu Mr Fiennes. "Ils sont prêt à aider nos étudiants à trouver un logement en résidence étudiante, ou en ville, pour ceux qui ne peuvent transplaner. De plus, nous mettrons des zones de portoloin et de transplanage à disposition. Les premiers temps, un escouade d'Aurors et d'Oubliators seront affectés à cette zone pour que la transition se passe sans heurts."

L'annonce a bien évidemment provoqué des remous au sein de la société sorcière. Voici des témoignages de lecteurs:

Une hérésie économique
"C'est catastrophique! Cela signifie que nous allons avoir trois ans durant lesquels aucun jeune n'entrera sur le marché du travail. A croire que Monsieur Fiennes ne comprend rien à l'économie sorcière. Mieux vaut un étudiant qui se trompe une fois dans sa vie que pas de médicomage du tout!"
Dr. Weir, Gynécomage à Ste Mangouste

Une idée qui mérite d'être creusée
"En tant que né moldu, je suis heureux que le ministère s'intéresse et forme les sorciers à la société voisine. Mais il est trop préoccupé par ceux qui ne savent rien des moldus pour penser à ceux qui viennent justement de ce monde. Je sais tout ce qu'il y a à savoir sur eux et pourtant on va me bloquer un jour par semaine pour apprendre des choses que je sais depuis ma naissance! Il serait bien que le Ministère dispense les né-moldus de certains modules."
Aaron Finnigan, 7e année à Poudlard

Hors de question que j'y mette les pieds!
"Moi, j'ai déjà un avenir tout tracé: je quitte enfin l'école et je vais prendre la succession de mon père, qui est un Sang-Pur et n'a rien à voir avec les moldus. Alors, pourquoi m'imposer d'étudier des gens que je n'aurai jamais besoin de cotoyer de ma vie? Pourquoi m'interdire de travailler honorablement alors que j'ai déjà toutes les connaissances nécessaires à ma disposition? A l'évidence, le MIM continue de s'enfoncer"
Anton Smith, 7e année-bis à Poudlard

Une idée lumieuse!
"Je suis vraiment ravie que notre nouveau Ministre prenne les choses en main! Sorcière de Poufsouffle, j'ai rencontré un né-moldu avec lequel je me suis mariée. Au début, et encore aujourdhui, les choses n'ont pas été simples. J'ignorais tant de choses de nos voisins que j'accumulais les gaffes, et sa famille me prend encore pour une folle. De plus, je vois mes enfants à l'aise avec des choses dont j'ignore tout et je me sens presque handicapée. Il est vraiment bien de donner la culture moldue à nos enfants."
Anne Onyme, vendeuse sur le chemin de traverse

Une initiative intéressante pour le marché du travail
"Je ne peux qu'applaudir l'initiative du ministère. Ouvrir notre marché au monde moldu ne peut que nous apporter le progrès. Ils ont beaucoup de choses à nous apprendre, tant ils savent se débrouiller avec la magie. Et j'ai toujours trouvé frustrant, en tant qu'infirmier, de ne pouvoir soulager les maux de mes amis moldus alors que tout serait réglé avec un simple sortilège! Je crois que l'échange sera bénéfique pour tous."
Louis D, infirmier à Ste Mangouste
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
Compte rendu de conseil de discipline

Élève : O'Connor, Darren, 7e année bis, Serpentard

Date : 18 décembre 2006, 18h00


Compte-rendu transmis à monsieur O'Connor et à l'ensemble des membres du Conseil d'Administration.



Etaient présents : Formation restreinte du CA : la directrice Minerva McGonagall, les directeurs de maison M. Adamson, D. Mason, P. Virtanen, C. Hellsoft, cinq représentants des parents tirés au sort parmi la liste des élus (E. Harper, D. Weaver, S. Twilft, M. Reynolds, L. Seroso). Etait également présent l'élève concerné et sa mère Karren O'Connor.

Conseil de discipline convoqué par : M. Adamson, directrice de Serpentard

Motifs : Des problèmes de discipline et d'insolence récurrents chez Monsieur O'Connor qui lui a valut plusieurs avertissements de la part de ses enseignants au fil des ans, et qui a occasionné plusieurs plaintes de la part de professeurs et d'élèves. Ce problème a atteint son apogée à l'issue du match de Quidditch Gryffondor/Serpentard durant lequel monsieur O'Connor a tenu des propos diffamatoires et déplacés à l'encontre de sa directrice de maison, qui a donc convoqué ce conseil.

Rappel de certains faits d'armes marquants de monsieur O'Connor :
Année 2005-2006 :
- Rôle trouble dans l'attaque de S. Fitcher par sa camarade, miss Fenroys
- Participation à un duel nocturne avec plusieurs autres élèves qui a provoqué de nombreux dégâts dans l'inestimable salle des Trophées, dont certains n'ont pu être réparés
Année 2006-2007 :
- Violence et menaces à l'égard d'une élève de Gryffondor
- Les propos tenus lors du match de Quidditch

Déclaration des directeurs de maison :
- M. Adamson : "Je pense que nous avons été trop indulgents avec Darren dans le passé. Pour ma part, avec le recul, je pense lui avoir accordé une confiance trop grande et avoir passé sous silence un certain nombre de ses problèmes de comportement parce que c'est malgré tout un garçon intelligent, un bon élève et un joueur de quidditch brillant. Il a beaucoup de potentiel, mais malheureusement il a dépassé les bornes et nous ne pouvons laisser passer un tel comportement. Il n'est pas le seul à dépasser régulièrement les limites et j'espère que ce conseil permettra de mettre un frein à ces problèmes de discipline récurrents chez un certain nombre de nos élèves les plus âgés. Ce n'est pas acceptable, c'est pourquoi je pense que nous devons réagir fermement. Cela étant dit, monsieur O'Connor s'est excusé publiquement et je ne pense pas que l'exclusion définitive soit appropriée...Si les A.S.P.I.Cs n'avaient pas brûlé, cet élève aurait déjà quitté Poudlard depuis plusieurs mois."

- C. Hellsoft : "Toute sa scolarité, Mr. O'Connor a fait preuve de violence, d'intolérance et d'insolence. Poudlard a été plus que généreux envers cet élément perturbateur, dont de nombreux camarades et professeurs se sont plaints au fil des ans, quand ils n'ont pas marchés dans ses pas. J'estime ce conseil de discipline tout à fait justifié, et, si je suis également contre le renvoi de l'élève, j'attends une sanction exemplaire. Il est primordial de montrer que l'école ne tolère pas ce genre de comportement et de l'amener à réfléchir et à mûrir, sans quoi j'ai bien peur qu'il ne trouve jamais sa place dans la société actuelle. La punition doit donc être tout aussi exemplaire que pédagogique. J'attends de Mr. O'Connor qu'il nous montre un changement profond et durable, sans quoi je demanderai des sanctions plus sévères."

- D. Mason : " Je pense qu'il faut garder à l'esprit que les propos tenus à l'issue du match de Quidditch - que je trouve évidemment complètement déplacés - ont été prononcés dans un moment de dépit et de colère et que ce n'était pas quelque chose de prémédité, que monsieur O'Connor n'avait pas la ferme intention de nuire à qui que ce soit. C'est pourquoi je ne suis pas pour l'exclusion définitive. Comme le souligne le professeur Adamson, cet élève aurait dû quitter l'école l'année dernière, avec très sûrement ses ASPICs en poche au vu de ses excellents résultats. Un blâme inscrit dans son dossier qui sera accessible aux futurs employeurs, afin de marquer les esprits et de montrer la position ferme de l'école quant à ce genre de comportements, me semble plus juste. Au vu de ses excuses publiques, Monsieur O'Connor semble prêt à revenir dans le droit chemin et à terminer sa scolarité sans la moindre anicroche. "

- P. Virtanen : "Monsieur O'Connor n'étant pas un élève de ma maison je ne me suis jamais personnellement préoccupé de ses problèmes de comportements. Néanmoins, ceux-ci devenant récurrents et de plus en plus graves, une sanction plus sévère semble nécessaire puisque celle précédemment prises par sa directrices ou les autres professeurs ne semblent pas avoir d'impact. A force de nous montrer trop indulgents nous risquons d'encourager d'autres élèves à suivre son exemple, il faut donc que ce conseil de discipline serve d'exemple. Toutefois je partage l'avis de ma collègue, une exclusion définitive serait inappropriée dans la mesure ou monsieur O'Connor devrait avoir déjà valider ses ASPIC, il serait donc injuste de l'empêcher de réussir ses examens."

- Conclusion de Minerva McGonagall : L'exclusion me parait en effet peu recommandée, vu la situation particulière de nos septième année bis. Néanmoins cette solution n'est pas à exclure si votre comportement ne change pas, monsieur O'Connor, j'espère que vous le comprenez bien !

Déclaration de l'élève : "J'aimerai attirer votre indulgence, et m'éviter toute sanction disciplinaire de trop grande envergure, car je regrette profondément l'acte inqualifiable auquel je me suis livré. Je tiens à dire pour ma défense que j'étais sous le coup d'une très vive émotion, beaucoup de choses se bousculaient dans ma tête, et je pense avoir agi sous le coup d'une profonde déception. Au coeur de la Grande Salle et devant tout le monde, j'ai présenté des excuses publiques à notre inestimable directrice Margot Adamson, et j'espère sincèrement qu'elle pourra me pardonner un jour mes propos irrévérencieux. Sans vouloir me victimiser, j'aimerai indiquer au conseil d'administration, que je traverse actuellement des déboires familiaux qui me poussent parfois à agir de manière disproportionnée. J'ai parfaitement conscience de la gravité de mes actes, et je peux vous certifier que jamais plus je n'agirai d'une quelquonque manière qui puisse troubler l'ordre et la discipline de cette école. En vue de mes projets d'avenir, il est absolument vital pour moi de boucler ma dernière année d'étude. Encore une fois, j'adresse mes plus sincères excuses..."

Commentaires des parents d'élève : Se rangent à l'avis des professeurs, veulent une sanction ferme mais se prononcent contre l'exclusion de Poudlard étant donné les circonstances et l'histoire familiale de l'élève.

Décision adoptée par vote : Un blâme inscrit dans le dossier de monsieur O'Connor.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
12 janvier 2007

Attentats aux USA

Un petit groupuscule terroriste sème la pagaille aux Etats-Unis depuis quelques mois. Se faisant appeler « les mardoliens », nom d’origine encore inconnue, ils revendiquent plusieurs attentats contre le secret magique commis dans les Etats de nos amis américains.

Ainsi, la torche de la Statue de la liberté a bougé au vent comme une vraie flamme durant quelques minutes samedi dernier, attirant l’attention effarée des touristes moldus venus visiter la célèbre œuvre d’art.

Mais ce coup de théâtre n’est que le dernier d’une longue série. Leurs premières tentatives avaient tout de l’amateurisme. C’est ainsi que l’année dernière, dans la petite ville de Forks, des habitants ont certifié avoir assisté à la transformation de loups-garous la nuit de la pleine lune. Forks est connue pour être une ville où les loups-garous américains se rassemblent périodiquement, et la forêt est donc pourvue de sortilèges repousse-moldus, qui semblent-ils n’ont pas fonctionné cette nuit-là. L’enquête a prouvé que les loups-garous n’étaient pas à l’origine de la faille. A l’époque, les autorités magiques avaient crus à une défaillance accidentelle de la barrière.

Mais très vite, il a fallu se rendre à l’évidence : d’autres crimes étaient commis un peu partout dans le pays. Ainsi, des réunions de sorciers dans les rues moldues, en plein jour ont eu lieu à Mystic Falls, Salem, ainsi que tous les grands lieux sorciers connus des moldus via les légendes.

Jusqu’à l’attaque de la Statue, les autorités étaient réticentes à établir le lien entre ces faits divers. En effet, les Etats-Unis sont très vastes et une administration aussi centralisée que la notre est impossible, ce qui fait que chaque Etat est très indépendant. Néanmoins, le Ministère Fédéral de la Magie a reçu après ce coup d’éclat un parchemin enchanté qui revendiquait l’action par un groupe appelé mardoliens. Nous n’en savons pas plus à l’heure actuelle mais le Ministre Américain a déjà déclaré que les Aurors enquêtaient et surveillaient le territoire étroitement pour ne pas permettre à ce groupuscule de briser le secret magique, revendication qui serait au cœur de leur message.

A Washington, Annette Applebaum, correspondante de la Gazette du Sorcier.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
DE LA LIBERTÉ


Sommes-nous dans un pays libre ?
La question que je vous pose aujourd'hui n'a pas de but philosophique, loin de là. Ce que j'attends, c'est une réponse claire, immédiate et concrète. Actuellement, dans le monde magique de Grande-Bretagne, sommes-nous libres ? Sommes-nous libre de penser ce que l'on veut, de dire ce que l'on veut, d'écrire ce que l'on veut ? Pouvons-nous le faire ? Un journaliste peut-il prendre sa plume et attaquer sans complaisance le pouvoir en place, sans craindre de réprimandes ?

La première réponse qui vous viendra à l'esprit sera oui. Oui, nous sommes libres. De nos actes, de nos pensées, de nos écrits. Ce n'est plus comme avant, direz-vous, comme lors de la guerre. Nous sommes libres désormais, il n'y a pas de doutes là-dessus. Vous me répondrez que les journalistes ne se privent pas d'attaquer le pouvoir sans complaisance, qu'il suffit de feuilleter un journal pour tomber sur un article de ce genre. Vous pousserez même le vice jusqu'à dire que nous sommes encore plus libres qu'avant la guerre. Qu'est-ce qui a pu me passer par l'esprit pour me poser une telle question ? Bien sûr que nous sommes libres ! Moi, journaliste, je devrai le savoir, non ? Ne suis-je pas libre de faire ce que je veux, ne suis-je pas libre de prendre ma plume pour dénoncer quelque chose qui doit l'être ?

Et je vous répondrai oui. Oui, je suis libre de prendre ma plume pour dénoncer. Et ce que je vais dénoncer aujourd'hui, c'est justement ce manque de liberté. Nous ne sommes pas dans un pays libre, sachez-le. Car dans un pays libre, un journaliste ne sera pas pénalisé par le pouvoir parce qu'il a eut le culot de s'en prendre aux plus grands, à ceux qui avaient des relations. Dans un pays libre, un journaliste ne sera pas trainé en justice parce qu'il a eut le malheur de déplaire à certains. Dans un pays libre, je n'aurai pas besoin de prendre ma plume actuellement comme je le fais. Les plus perspicaces auront compris que je parle du scandale qui agite en ce moment le pays et qui concerne une journaliste dont le nom vous est sûrement plus que familier.

Je ne suis pas ici pour débattre, pour défendre ou pour argumenter sur les agissements et les méthodes de Rita Skeeter. Là n'est pas mon propos. Ce que je dénonce aujourd'hui, c'est les raisons de ce déchaînement. Rita Sketter a toujours fait dans la provocation, je ne le nierai pas. Mais elle était l'une des seuls qui osait s'en prendre aux plus grands, qui le faisait encore il y a quelques mois. Sa plume a fait chuter ceux qui étaient le plus haut, sans jamais craindre quoi que ce soit. Car malgré tout ce que l'on peut reprocher à Rita Skeeter, elle incarnait l'essence de la liberté de la presse. Oui, c'est un grand débat. Oui, certains vont froncer les sourcils devant ces mots. Je ne suis pas ici pour défendre les méthodes de Rita Skeeter ni pour remettre en cause le travail de la justice. Mais personne ne pourra nier qu'elle ait jamais reculé devant les menaces des plus grands, qu'elle ait jamais renoncé à dénoncer les agissements coupables de certains de nos politiciens. Ici, je ne fais ni un éloge, ni une critique. J'énonce des faits.

Et j'énonce un fait en particulier : si Rita Skeeter tombe si soudainement, c'est parce qu'elle a froissé la sensibilité d'une égocentrique. D'une égocentrique qui avait des relations. Ici, je ne citerai pas de noms. Justement parce que nous ne sommes pas dans un pays libre et qu'un mot de trop, un mot de plus, m'entrainerait dans les abimes où on a laissé tomber Rita Skeeter. Ici, je ne pourrai pas dénoncer clairement les responsables de cette affaire. Parce que nous ne sommes pas dans un pays libre. Nous sommes dans un pays où des femmes peuvent corrompre leurs amants haut-placés dès qu'elles sont contrariées. C'est dans ce pays que nous vivons aujourd'hui, c'est dans ce pays que l'on bafoue la liberté de la presse. C'est dans ce pays où le pouvoir claque des doigts pour déstabiliser les médias. Alors vous me direz que ce n'était qu'une journaliste pour un magazine que l'on peut facilement classer de futile, je peux vous le concéder. Mais si aujourd'hui, les journalistes "futiles" sont écartés, que deviendront ceux de nos quotidiens d'actualité demain ? On reviendra bien vite à cette période d'avant-guerre, où la Gazette du Sorcier aurait très bien pu s'appeler la Gazette du Ministère. Sachez-le, consœurs et confrères, quand la liberté de la presse est bafouée une fois, elle le sera encore. C'est un cercle infernal.

Mais je refuse. Je refuse de voir mon pays tomber dans ce vice. Alors, pendant qu'il est encore temps, je prends ma plume pour dénoncer la corruption de certains membres du gouvernement, qui n'ont pas la force de résister à des femmes trop exigeantes. Et j'accuse. J'accuse une femme hautaine et méprisante et un homme faible et lâche. Je ne citerai pas de noms, je le redis encore une fois. Car tenter de me faire tomber serait vous afficher aux yeux du monde. Et je vous adresse un avertissement qu'il vous faudra garder à l'esprit. Vous tomberez. Vous avez joué vos petits jeux, vous avez fait chuter les autres. Et un jour, cela sera votre tour. Et j'y assisterai avec délectation. Et j'y participerai. Parce qu'à partir de ce jour, je peux vous assurer une chose : vous ne serez jamais tranquilles. Je traquerai le moindre élément qui permettra de montrer à toute l'opinion publique votre vrai visage. Et votre chute annoncera le retour de la liberté dans ce pays. Et je serai heureuse d'y avoir participé. Alors je vous salue. Et je vous dis à bientôt. Retenez bien mon nom, surtout vous Madame.

Car il sera votre perte.

Sophie Heavenface
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur

DALNOX ET POUDLARD

Hier, Richard Dalnox, le Directeur du Département de la Justice Magique se trouvait à Poudlard pour inaugurer une nouvelle serre offerte par le Ministère de la Magie. Si l'inauguration s'est déroulée sans anicroches, le discours prononcé par le numéro deux du gouvernement fait déjà beaucoup parler de lui.

"Pour le bien de nos enfants." Ce sont les mots employés hier par Richard Dalnox lors de son discours à l'école de Sorcellerie Poudlard lorsqu'il a pris la parole après l'inauguration d'une nouvelle serre de botanique qui pourra contenir des plantes tropicales rares. Après avoir évoqué l'Histoire de Poudlard et l'importance qu'avait l'école dans notre société et ce depuis des années, monsieur Dalnox s'est tourné vers l'avenir en affirmant que l'école et le Ministère devrait toujours travailler main dans la main "pour le bien de nos enfants". La Gazette du Sorcier vous livre les moments forts de cette intervention en exclusivité.

" Si je suis présent aujourd'hui, c'est pour honorer la collaboration qui lie le Ministère et Poudlard. Toujours main dans la main pour le meilleur, pour protéger le monde magique et forger l'avenir tout en protégeant le passé. Si de nombreux directeurs et directrices de Poudlard sont ensuite devenus Ministre de la Magie, c'est parce qu'ils savaient que même en quittant leur poste de professeurs, ils pourraient continuer à garder un œil bienveillant sur la jeune génération. Et encore aujourd'hui, c'est avec dévouement que chaque membre du gouvernement place l'école dans ses priorités. Car nous ne devons jamais oublier que les enfants d'aujourd'hui seront les adultes de demain et que nous devons les protéger et les orienter au mieux afin de faire perdurer notre monde dans de bonnes conditions. Chaque professeur de Poudlard a toujours eu à cœur de servir son pays en s'impliquant ainsi dans la vie de nos jeunes, sous la bonne garde du Directeur ou de la Directrice. Car voilà le pilier moteur de notre monde ! Le pilier insoupçonné, celui qui reste dans l'ombre, humble et attentif. Et aujourd'hui, j'aimerai rendre hommage à tous ces hommes et ces femmes, tous ces grands sorciers qui ont pris la tête de notre école. Certains sont plus connus que d'autres, je ne me risquerai pas à citer le grand Albus Dumbledore, par exemple ! Mais ils ont tous été des grandes figures de notre société. Et depuis des années déjà maintenant, c'est le vénérable Professeur McGonagall qui assure cette honorable fonction. Professeur, sachez que le Ministère de la Magie et tout le monde sorcier vous offre sa gratitude éternelle. Vous êtes une grande femme, Professeur, et nous vous remercions pour tout ce que vous avez offert à des générations entières d'enfants, moi y compris. A la fin de l'année, le Professeur McGonagall nous quittera. Après des années de loyaux services, après avoir vécu deux guerres, après s'être engagée politiquement aux cotés de grands hommes [...] après avoir été une figure majeure de notre vie. Et malgré le déchirement que nous cause votre départ, moi même ne puis-je imaginer l'école Poudlard sans vous, il nous faut désormais nous tourner vers l'avenir [...] Car le départ du Professeur McGonagall ne doit pas signifier la rupture entre le Ministère et Poudlard. Il faudra continuer cette collaboration, cette entente, il ne faudra pas rompre l'équilibre parfait qui s'est installé entre les deux Institutions au fil des années [...]

Mais nous, le Ministère, avons une foi inébranlable en Poudlard. Nous savons que le Conseil d'Administration et tous ses honorables membres saura prendre la bonne décision quant au successeur de Minerva McGonagall. Il saura choisir quelqu'un d'expérience, quelqu'un avec une ouverture vers le monde, que ce soit le reste des autres grandes puissances magiques comme les États-Unis ou le monde moldu auquel nous nous ouvrons peu à peu. Il saura choisir quelqu'un de ferme, d'apprécié, quelqu'un qui saura apporter du renouveau à l'école, tout en maintenant les traditions qui sont si chères à nos cœurs. Nous ne pouvons pas rester éternellement tournés vers le passé, il est temps de s'ouvrir à l'avenir et au changement. Chaque directeur a su apporter son propre changement, qui a toujours été bénéfique pour l'école. Albus Dumbledore, le grand Albus Dumbledore, a complètement rompu avec la ligne de son prédécesseur. Pour les grands résultats que nous connaissons ! Le monde est en pleine mutation et l'école et le Ministère ne doivent pas se séparer maintenant. Nous devons continuer de marcher main dans la main pour le bien de notre société. Il est temps que Poudlard monte dans le train de la mutation, comme nous l'avons tous fait en élisant le Ministre Fiennes. Mais nous avons tous une foi aveugle en Poudlard, qui a toujours su agir avec raison et faire les bons choix pour le bien de nos enfants. Car ici, c'est ce qui va se jouer. Nous n'allons pas élire un simple directeur d’établissement, non ! Nous allons élire le modeleur de notre avenir ! Et ce choix est primordial. Le choix sera-t-il fait de retomber dans les travers du passé, qui ont entrainé les horreurs que nous connaissons ? Ou pourrons-nous enfin nous tourner vers un avenir éclatant ? Le Conseil d'Administration sait que le Ministère sera avec lui quoi qu'il arrive. Mais le futur Directeur de Poudlard ne devra pas oublier que nous devons rester liés si nous voulons avancer main dans la main pour le bien de nos enfants. Alors, n'oubliez jamais cela. Votez pour le bien de nos enfants."


Richard Dalnox a été ovationné à la fin de son discours par les nombreux partisans du MIM présents. Néanmoins, de nombreuses questions se posent suite à ses déclarations. Le Ministère, pourtant censé être impartial, s'immiscerait-il dans les affaires de Poudlard ? "Le Ministère et Poudlard ont toujours été liés, on ne peut pas dire le contraire" a déclaré un parent d'élève présent. "Moi je suis plutôt content que Dalnox donne la position du gouvernement. Poudlard ne pourra pas fonctionner sans être soutenu par le gouvernement, alors il est important d'élire quelqu'un qui saura prendre cela en compte. Moi, je suis pour." C'était l'avis majoritaire hier parmi la population, qui comprenait l'initiative de Dalnox même si beaucoup ont "déploré" que le Ministère reconnaisse sciemment qu'il intervenait à l'école. "On s'en doutait toujours un peu, mais quand même, c'est différent de l'entendre." a déclaré une commerçante du Chemin de Traverse. Et à la question concernant le soutien qu'elle va apporter au candidat qui se rapprochera le plus du Ministère, sa réponse est claire "Oui, évidemment ! Je ne peux pas voter, mais je vais me renseigner sur les candidats. Le MIM fait des choses très bien pour le moment et il est important qu'on l'aide à continuer dans ce sens !" Les réactions étaient donc majoritairement positives chez la population, qui affirme qu'il faut continuer de soutenir le MIM jusqu'au bout, également à Poudlard. "Vous imaginez, si Poudlard et le Ministère s'affronte ? Ça serait une castrophe ! Non, moi, je suis d'accord avec Dalnox, l'école et le Ministère doivent travailler ensemble."

John Warlock, le président du SPAM a affirmé que c'était "scandaleux" que le MIM veuille installer un de ses partisans à la tête de l'école. "Poudlard doit rester une Institution indépendante et le gouvernement ne doit pas s'en servir pour y assoir sa politique !" Le Ministre de la Magie lui-même a pris du recul quant aux affirmations de son numéro deux. "Monsieur Dalnox a agi sans nous consulter. Je pense personnellement que Poudlard doit faire son choix seule, sans influence extérieure, y compris celle du gouvernement." Des tensions entre les membres du MIM ? Le porte-parole du parti affirme que non et que tout va bien entre les deux hommes. Percy Weasley, ancien candidat de l'APPEL, choisit lui un juste milieu. "Je pense en effet que le Ministre n'était pas au courant de l'intention de monsieur Dalnox et qu'il n'aurait de toute manière pas pu intervenir. Je pense que Monsieur Dalnox est animé par une volonté de bien-faire et qu'il s'est laissé emporter. Mais je maintiens que le Ministère ne doit pas intervenir dans les affaires de l'école." "Ce n'est pas intervenir dans les affaires de l'école !" proteste un membre du Conseil d'Administration. "Monsieur Dalnox a eu raison. Nous ne pouvons pas diviser le monde magique en deux, entre le Ministère d'un coté et l'école de l'autre. Désormais, je sais pour qui je vais voter. J'ai confiance dans le gouvernement. Je sais qu'il veulent ce qu'il y a de mieux pour nous et pour nos enfants. Alors oui, moi, je vais voter pour le mieux. Je vais voter pour Ana Sorden."

L.B. Pringles
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
Décret d’Education n°37

Introduction
L’équipe pédagogique a le regret de constater depuis le début de l’année scolaire une recrudescence de mauvais comportements au sein de l’établissement. Violence entre élèves, irrespect envers les adultes, non port de l’uniforme et possessions de drogues et autres objets illicites, toutes ces situations se sont répétées continuellement depuis le début de l’année. On a enregistré une hausse de 30% des retenues et des retraits de points effectués, ce qui est prouvé par le remplissage anormalement faible des quatre grands sabliers.

Comme les mesures traditionnelles se sont avérées inefficaces pour endiguer ces comportements irrespectueux et irresponsables, l’équipe pédagogique adopte le décret d’éducation suivant :

Article 1er
Il est rappelé aux élèves que le port de l’uniforme est obligatoire les lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 17h ainsi que pendant les cours tardifs d’astronomie. L’uniforme doit être porté correctement, sans qu’aucune modification personnelle d’aucune sorte ne lui soit appliquée. L’absence ou le port d’un uniforme non conforme entrainera une exclusion automatique de cours, et, en cas de répétition, une mention au dossier.

Article 2
Les élèves doivent respect et obéissance à tous les adultes de l’établissement, qu’il s’agisse des professeurs ou du personnel médical et encadrant. En cas de litige avec l’un des responsables, l’élève doit aller voir son directeur de maison ou, si le litige est avec celui-ci, un autre adulte et non se rebeller ou tenter de faire justice lui-même. En cas d’irrespect envers un membre de l’équipe pédagogique, les sanctions traditionnelles (retenues, pertes de points) restent valables et seront appliquées plus strictement à l’avenir. S’ajouteront des mentions au dossier scolaire de l’élève, ainsi qu’une exclusion de cours en cas de comportement constant. En cas de comportement particulièrement grave, la sanction pourra être une interdiction d'examen ou un conseil de discipline et une mention sera portée au dossier scolaire.

Article 3
Les rapports entre élèves doivent eux aussi être respectueux. En cas de désaccord, les élèves doivent aller en parler à un adulte et non chercher à faire justice eux-mêmes. Tout acte de violence physique ou morale et d’irrespect sera puni de retenues, retraits de points, mais aussi conseil de discipline.

Article 4
La liste des objets interdits par le règlement est annexée au règlement de l’école et publiée dans le bureau du concierge. Cette disponibilité ôte toute excuse aux élèves en possession des biens prohibés. De plus, il est rappelé que les cigarettes et drogues sont interdites par la loi n°28-25353 du Ministère de la Magie. Afin d’endiguer le phénomène de propagations de ces réseaux illicites, des fouilles inopinées des dortoirs et salles communes seront mises en place dans le courant de l’année. Tout élève surpris en possession d’un objet interdit à l’école encoure des retenues, pertes de points et mention au dossier scolaire. Tout possesseur d’objets illicites nommés à la loi sus-cité fera l’objet d’un conseil de discipline et ce sans le moindre avertissement préalable.

Article 5
Afin que les élèves ne profitent pas des exclusions de cours comme d’un moyen de détente, ce décret instaure une salle de permanence où les punis seront escortés par un elfe de maison et devront rester jusqu’à la fin de leur exclusion durant les heures de cours. Durant leur présence en salle de détention, les élèves qui ne font pas réellement leur travail scolaire se verront affecter des travaux d'intérêts généraux tels que du classement retranscription. Leur baguette leur sera ôtée durant ce temps.

Conclusion
Le présent décret est d’application immédiate.
Les notes au dossier scolaire seront, si nécessaires, transcrites au dossier moldu que l’école met en place pour les élèves souhaitant s’orienter dans le monde voisin après l’école.
Les mesures traditionnelles graduelles (perte de point, retenues, mention au dossier, conseil de discipline, exclusion temporaire, exclusion définitives) restent applicables en supplément des mesures prises par ce décret.
Il est rappelé que la sanction finale en cas d’irrespect répété du règlement conduit à l’exclusion définitive du collège, accompagné du bris de baguette et de l’interdiction à vie d’exercer la magie.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur
Compte rendu du conseil de discipline

Élève Gray Killian, 6e année, Serpentard
Lundi 9 avril 2007, 18h.

Compte-rendu transmis à monsieur Gray et à l'ensemble des membres du Conseil d'Administration.

Etaient présents : Formation restreinte du CA : la directrice Minerva McGonagall, les directeurs de maison M. Adamson, D. Mason, P. Virtanen, A. Sorden (en remplacement du professeur Hellsoft), cinq représentants des parents tirés au sort parmi la liste des élus (W. Scavo, J. Smith, EJ. Pilliwickle, H. Anderson, A. Blackbonnes). Etaient également présent l'élève concerné, ainsi que Chloé Hellsoft et Jeremy Aven, témoins des faits.

Conseil de discipline convoqué par : M. Adamson, directrice de Serpentard

Motifs : Monsieur Gray a, depuis le début de sa scolarité, été la source de problèmes de discipline, de respect, d'insolence et d'assiduité au sein de l'école. Il a reçu plusieurs avertissements de la part de ses enseignants, et fait l'objet de plaintes de la part d'élèves et de leurs parents. Le matin du 5 avril, le professeur Hellsoft, en congé, a trouvé monsieur Gray ivre dans un couloir de l'école, une bouteille de Whisky Pur Feu à la main qu'il proposait au jeune Jeremy Aven. Ces évènements ont conduit à la convocation du collège disciplinaire.

Rappel de certains faits d'armes marquants de monsieur Gray :
Année 2005-2006 :
- Surpris dans le parc en compagnie d'une camarade, comportement indécent.
- Mr Gray a pris parti dans une fronde menée contre le professeur Dérébusor.
Année 2006-2007 :
- Violence en plein milieu de la Grande Salle, Mr Gray a cassé le nez d'un jeune camarade.


Déclaration des directeurs de maison :
- M. Adamson : "Je vote pour l'exclusion définitive. Cette décision s'impose d'elle-même étant donné les actes de Mr Gray, et son manque de volonté de se plier aux plus basiques règles de la vie au sein d'une école. Par deux fois cette année, des élèves de première année ont été pris à partie par monsieur Gray et nous ne pouvons tolérer de tels agissements plus longtemps. Par ailleurs, il ne me semble pas dans l'intérêt de l'élève de le maintenir scolarisé alors qu'il ne montre aucun intérêt pour la vie en communauté ou pour l'apprentissage de la magie, comme en témoigne son dossier scolaire."

- A. Sorden: "Je ne suis pas dans cet établissement depuis longtemps, mais j'ai déjà eu affaire à monsieur Gray trop de fois dans l'année. Il m'a fait plusieurs propositions indécentes, quoique très flatteuses, et ne se gêne pas pour reluquer ses camarades d'une manière intolérable dans une école. De plus, je crois pouvoir affirmer qu'il fume des plantes de catégorie 3, interdites par le ministère, dans l'enceinte de Poudlard. Cet enchaînement perpétuel d'enfreintes au règlement et aux lois est inadmissible et Monsieur Gray aurait été exclu depuis longtemps s'il ne s'agissait que de moi. Je rappelerai à l'assemblée que nous avons mis en place de nouvelles règles de comportement et qu'elles doivent être appliquées de façon stricte et irréprochable pour le bien de l'établissement. Je vote donc pour l'exclusion pure et simple."

- D. Mason : "J'ai toujours prôné une certaine politique de compréhension vis à vis des actes des élèves. Le dernier acte de Monsieur Gray était certes scandaleux mais je pense qu'il était lié à un état de détresse émotionnelle passager. Monsieur Gray n'est pas un élève modèle mais je pense qu'un renvoi définitif ne ferait qu'aggraver sa situation actuelle. Il faut néanmoins marquer le coup vis à vis des nouveaux décrets d'éducation et pour rappeller aux élèves que ce genre de comportements n'est pas admis dans notre école, aussi je vote pour une exclusion jusqu'à la fin de l'année, Monsieur Gray ne revenant que pour passer ses examens. Peut-être que rester loin de l'école lui fera prendre conscience de ses actes."

- P. Virtanen : "J'estime que le rôle d'une école telle que Poudlard est d'éduquer les jeunes sorciers et de les mener sur la bonne voie, la tolérance doit donc être le maitre mot. Toutefois l'équipe enseignante a déjà fait preuve de beaucoup de tolérance à l'égard de Monsieur Gray et malgré des sanctions diverses et variées, il ne semble pas apprendre de ses erreurs. De plus, il a dépassé les bornes en mettant à plusieurs reprises des élèves plus jeunes en danger. Une exclusion définitive, si elle est loin d'être une sanction idéale, serait dans l'intérêt de l'école étant donné la violence dont peut faire preuve Monsieur Gray. Je vote pour l’exclusion. "

- Conclusion de Minerva McGonagall : J'ai enseigné à Poudlard plus de cinquante ans, et jamais je n'avais du en arriver à de telles extrémités. Je suis désolée de devoir prendre une décision d'une telle ampleur si près de la fin de ma carrière, mais je le ferai. Monsieur Gray ne montre aucun intérêt à la vie en communauté, à l'apprentissage de la magie. Tant que son comportement n'était pas dangereux et ne portait préjudice qu'à lui-même, son maintien dans l'école pouvait être envisagé, mais voilà plusieurs fois qu'il s'en prend aux autres, choses que je ne saurai toléré. Comme l'ont recommandé mes directeurs de maison, monsieur Gray sera donc exclu de Poudlard.

Commentaires des parents d'élève : Au vu des antécédents et du comportement de monsieur Gray, nous nous rangeons à l'avis du corps professoral.

Décision adoptée par vote : Exclusion de l'établissement. Un représentant du ministère viendra le mardi 10 mai 2007, à midi, briser la baguette de monsieur Gray qui lui a été confisquée en conséquence de cette décision. Mr Gray pourra demander un recours avant le début de la procédure, et son dossier sera dans ce cas transféré au Magenmagot. En cas d'absence de contestation, un document lui sera remis par le représentant ministériel lui signifiant toutes les conséquences de ce bris de baguette, et notamment l'interdiction à vie de pratiquer la magie. Monsieur Gray peut demeurer dans l'école jusqu'au mardi 10 mai, 18h, suite à quoi il sera escorté, avec ses effets personnels, jusqu'au lieu de son choix.
NarrateurNarrateuravatar
Messages : 290

Voir le profil de l'utilisateur

Sorcière Hebdo
Edition du 14 mai 2007

Destitution d'Ana Sorden: un scandale!

C'est une première dans l'histoire de Poudlard: la directrice remplaçante des Gryffondor, la Reine de Beauté Automnale Ana Sorden, a été publiquement destituée de ses fonctions par la directrice titulaire, Chloé Hellsoft, censée être en congé maternité.

Le samedi 12 mai, les élèves de Gryffondor ont eu la surprise de voir leur directrice remplaçante afficher un décret d'éducation dans leur salle commune, comportant toute une série de règles visant à lutter contre "des comportements scandaleux". Les élèves, se disant choqués par ces restrictions, en ont appelé à leur directrice permanente, le professeur Hellsoft. Le lundi matin, la directrice Minerva McGonagall annonçait que celle-ci reprenait ses fonctions de direction immédiatement.

De nombreux parents et élèves sont choqués par cette décision si rapide. Le professeur Sorden méritait-elle un tel traitement? Sorcière Hebdo a pu se procurer en exclusivité une copie du papier, et force est de constater que les mesures prises sont tout à fait acceptables. Il est demandé aux jeunes de porter l'uniforme réglementaire, de se tenir correctement et interdit les "effusions publiques".

"J'ai toujours estimé le professeur Sorden", confie une élève de Gryffondor qui préfère rester anonyme, "et j'ai été bouleversée par la réaction de mes camarades. Ils l'ont traitée de tous les noms alors que c'est une très bonne enseignante. Elle est plus stricte que le professeur Hellsoft et elle a raison! Ma petite soeur est en première année et elle a été choquée par le comportement de certains Gryffondor, qui batifolaient dans le parc où chantaient des chansons insultantes sur nos professeurs."

D'autres élèves trouvent également le comportement de certains adolescents complètement déplacé. Une amie de la jeune fille confie que c'est un groupe de fortes têtes qui a parlé en leur nom, sans les consulter au préalable. "Ils sont allés la trouver chez elle, dans son appartement!" dit-elle, scandalisée. "C'est une honte qu'elle ait accepté de les écouter. Sans doute parce qu'il y avait sa fille." Il est en effet surprenant qu'une enseignante en congé maternité ait son mot à dire sur les décisions de celle qu'elle a personnellement choisi pour s'occuper de ses élèves en son absence.

Nous avons contacté le professeur Sorden, qui s'est dite profondément choquée par cette humiliation publique: "On m'a confié la direction d'une maison, j'assumais simplement mes responsabilités. Il m'est reproché d'avoir des standards de comportement plus exigeants que le professeur Hellsoft, c'est un comble!"

Et un comble, c'en est un en effet, à un mois à peine du vote du CA de Poudlard pour élire la nouvelle directrice de Poudlard. D'après ses proches du professeur d'arithmancie, il pourrait s'agir d'une vendetta visant à la déstabiliser et à favorier l'éelction de Margot Adamson, la sous-directrice actuelle. Il n'est un secret pour personne qu'elle et le professeur Hellsoft sont amies: la première est même la marraine du bébé de la seconde. Cette même source assure à votre magasine que Chloé Hellsoft a organisé un dîner voici deux semaines, auquel était présentes toutes les membres féminines de l'équipe à l'exclusion du professeur Sorden.

On ne peut que regretter un comportement si peu professionnel, mais cela ne doit pas surprendre venant du professeur Hellsoft. Après tout, cette dernière, non contente d'avoir engagé une relation intime avec un collègue, a nommé l'un de ses élèves parrain de sa fille Lou. De là à penser que son intervention vise à protéger son autre enfant, Maeva, en troisième année à Gryffondor, il n'y a qu'un pas. Il faut également se rappeler de son divorce d'avec James Smith, le célèbre joueur de Quidditch, qui à l'époque avait laissé entendre qu'elle n'était pas une femme aussi intègre qu'il n'y paraissait. Il n'en avait pas dit plus pour protéger sa fille des rumeurs malfaisantes que l'on pouvait lire dans certains journaux.

Reste à savoir pourquoi la directrice des Gryffondor a usé de son influence sur la vieille directrie. Simple manoeuvre politique pour voir une amie à la tête de Poudlard? Protection de sa fille et de ses propres intérêts? Jalousie envers le professeur Sorden? On a en effet entendu dire que le professeur Virtanen se lasserait de la volcanique enseignante pour s'intéresser à la Reine de Beauté Automnale, et on le comprend aisément. En effet, est-il besoin de rappeler qu'Ana Sorden est une femme brillante et belle, dont la renommée n'est plus à faire? Meilleure élève de sa génération à l'école de Salem, puis professeur émérite de ce même établissement, elle est ensuite devenue enseignante à Poudlard, a été nommée Reine de Beauté Automnale par notre journal, ce qui lui a valu un fort soutien de la part de la population sorcière. Cette femme de coeur tente désespérément de moderniser notre école, chose que Poudlard semble égoïstement lui refuser.




La gazette du sorcier
Edition du 15 mai 2007

L'arrogance américaine

La destitution d'Ana Sorden suite à la publication d'un décret d'éducation fait la une des journaux depuis le début de la semaine. L'affaire est simple: directrice temporaire de la volcanique maison Gryffondor, l'américaine a souhaité imposer ses propres règles aux jeunes. Les élèves, choqués par ces restrictions arbitraires et mesquines, en ont référé à leur "directrice légitime", pour reprendre leurs propres termes.

Et le décret a, en effet, de quoi choquer: si une ou deux dispositions peuvent se comprendre et s'inscrire dans la lutte contre les comportements à risque que l'équipe met en place depuis quelques mois, la plupart sont beaucoup plus arbitraires: interdiction des réunions de groupe, de jouer de la musique, de faire du bruit dans la salle commune, d'avoir des notes inférieures à A, ou encore injonction faites aux jeunes filles (uniquement!) de se tenir correctement.

"On est allé la voir dans son appartement dans l'aile des professeurs" raconte un membre de la délégation Gryffondorienne. "Elle était très surprise mais elle a vite compris qu'on ne se permettrait pas de venir pour rien et elle nous a écouté." Les détails sur les évènements intervenus durant le week-end demeurent encore flous, mais le lundi matin, le professeur McGonagall elle-même a déclaré devant toute la grande salle que le professeur Hellsoft reprenait immédiatement et pleinement ses fonctions de directrice de Gryffondor, mais pas ses cours, qui seront assurés jusqu'à la fin de l'année par ses deux remplaçantes. Des élèves rapportent également que leur directrice s'est rendue à son tour dans leur salle commune pour leur notifier que le décret d'éducation était sans effet. Elle les aurait félicité d'être venu lui parler plutôt que de se lancer dans une vendetta contre le professeur Sorden.

Cette dernière s'est longuement épanchée auprès de Sorcière Hebdo mais a refusé de nous parler. Chloé Hellsoft a, elle, accepté de nous recevoir mais a su conserver une neutralité toute professionnelle: "Je les ai félicité car c'était un comportement très inattendu de leur part. Les Gryffondor sont de nature rebelle et irréfléchie, on aurait pu s'attendre à ce qu'ils règlent le problème seule. Mais ils ont agit de manière responsable et mature. Ils m'ont fait confiance, ce qui me touche beaucoup."

Interrogée sur son ressenti des évènements, elle confesse: "Nommer le professeur Sorden a la tête des Gryffondor était une erreur. Il est évident qu'elle ne comprend pas le caractère des élèves de cette maison. Cela vient sans doute du fait qu'elle n'est pas à Poudlard depuis suffisamment longtemps pour appréhender pleinement l'histoire de l'école, des Gryffondor et la culture anglaise."

Difficile de ne pas être d'accord avec cette version des faits, tant le décret d'éducation rappelle ceux pris à la sombre époque de la Grande Inquisitrice. Certaines formulations employées par le professeur Sorden sont les mêmes que celles de ces décrets abrogés, et font preuve d'un arbitraire pire encore. L'enseignante a également eu affaire à un groupe de musique qui chantait des chansons peu élogieuse à son sujet, et n'a apparemment pas été satisfaite des punitions infligées aux élèves visés, préférant priver toute une maison de ce loisir. Mrs Sorden a sous-estimé la cicatrice que Mrs Ombrage a laissé dans la mémoire collective. Parents comme enfants fustigent ce décret jugé unanimement injuste:

"Ce décret montre un mépris pour les élèves en difficulté absolument scandaleux" déclare Mrs Thompson. "Mon fils a toujours été très travailleur mais il a plus souvent des E que des A, et on devrait le punir pour ça?" Et le fils de renchérir: "Le professeur Virtanen a été nommé directeur des Serdaigles et cela se passe très bien, parce qu'il a prit le temps de les connaître, il s'est renseigné sur la maison. Je suis sûre que le professeur Sorden n'en a pas fait autant, elle est trop préoccupée par ses rides. Elle est très autoritaire et exige qu'on lui obéisse au doigt et à l'oeil, on n'a jamais le droit de s'exprimer avec elle."

Cette affaire risque de coûter définitivement sa victoire à la candidate au poste de directrice de Poudlard. "Les erreurs grossières de Mme Sorden montrent qu'elle est inapte à diriger une maison. Dès lors, comment croire qu'elle pourra gérer une école?" confie un membre du CA. Les arguments des détracteurs de l'enseignante sont en effet son grand autoritarisme et son incapacité à prendre en compte les sensiblités, ou même à travailler en équipe. "Mrs Sorden était directrice temporaire, elle n'avait donc pas à prendre de décisions arbitraires de cette ampleur sans concertation avec le reste de l'équipe enseignante. Moi-même je ne me serai pas permise de prendre une telle décision sans en discuter avec le professeur McGonagall." explique Mrs Hellsoft.
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Le coin des hiboux

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le coin des hiboux
» Le coin des hiboux
» Le coin des hiboux
» Le bon coin
» Colline de coin de table

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Administration :: Panneau d'affichage, :: Archives 2006-2007,-