AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Match de Quidditch Gryffondor/Serpentard [RP sans tour de jeu]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Dim 28 Oct 2012 - 10:35, édité 4 fois
Samedi 21 Octobre 2006

Horace Gullivern-16 ans-Gryffondor


Horace se racla la gorge bruyamment. Il aurait voulu faire quelques vocalises, histoire d'échauffer sa voix après deux mois sans exercices mais il s'était levé en retard et avait tout jute eu le temps d'aller déjeuner avant de se rendre au terrain de Quidditch. De toute façon, après des années et des années de pratiques, il n'avait plus vraiment besoin d'échauffement. Horace était devenu un commentateur professionnel, si bien qu'il se prenait souvent a commenter tout ce que lui ou Jeremy faisaient à la façon d'un événement sportif, ce qui agaçait prodigieusement le capitaine des Gryffondors.

Les tribunes étaient bien remplies et Horace sentit comme toujours un profond sentiment de joie en regardant les gradins qui se partageaient entre rouge écarlate et vert émeraude. Ce qu'il pouvait aimer les match de Quidditch ! Le sport en lui-même l'intéressait beaucoup, mais c'était surtout l'ambiance des rencontres qu'il adorait. Il n'aimait rien de plus qu'une foule vibrante d'émotion, réagissant à chacune des actions et applaudissant à s'en faire mal aux mains. Le rôle de commentateur lui convenait donc parfaitement ! De toute façon, il n'aurait jamais pu intégrer une équipe car Horace avait le vertige. Il hurlait comme une fille rien qu'en montant sur un tabouret, alors sur un balais...Son premier cours de vol avait d'ailleurs été un véritable désastre puisqu'il avait paniqué à la seconde où ses pieds avaient quitté le sol, éclatant même en sanglots. Le professeur de vol lui avait par la suite confié le rôle d'arbitre-remplaçant-observateur-responsable du matériel, mais le Gryffondor n'était plus jamais monté sur un balais !

Horace jeta un regard mauvais aux banderoles des verts et argents, parfaitement réussies comme d'habitude. Le club des supporters des Serpentard était visiblement bien mieux tenu que l'équipe qu'il soutenait. Horace avait eu vent de quelques tensions dans l'équipe des Serpents...

"Bienvenue à tous et à toutes et merci d'êtres venus si nombreux ! D'ailleurs les tribunes deviennent un peu trop petites pour contenir huit années d'élèves, il faudrait remédier à ça Professeur McGonagal, commença-t-il, s'attirant un regard réprobateur de la directrice. Quoiqu'il en soit je vous souhaite à tous un excellent match ! Est-ce que vous êtes prêêêêêts ?"

Aucune réponse, si ce n'était quelques applaudissements enjoués sans doute venus de ses amis qui ne voulaient pas le laisser se ridiculiser. Bon, visiblement il n'avait pas encore le talent du chanteur des Bizzar's sisters pour déchainer les foules, mais ça viendrait, peut-être. Pas découragé le moins d'une monde, Horace reprit la parole.

"Comme vous le savez tous le match d'aujourd'hui opposera la formidable équipe de Gryffondor à celle de Serpentard. Pourquoi vous me regardez comme ça Professeur Adamson ? Ah,ouai, les Serpentard sont formidables aussi...grommella-t-il de façon à peine audible. Ce math étant très attendu de tous, ne patientons pas plus longtemps et accueillons avec un tonnerre d'applaudissement maitrisé l'équipe des Serpentard emmené par Darren O'Connor. Rappelons que lors du même match l'an dernier O'Connor avait terminé sur le balais de l'attrapeuse adverse, la question est donc de savoir si il tiendra enfin toute un match sans nous offrir de chute rocambolesque, Horace éclata de rire, trouvant sa propre remarque particulièrement drôle, opinion que ne partageait visiblement pas son enseignante de potions. Juste derrière le capitaine, la belle Joy Highlands, suivie de Kelly la bécasse, euh pardon : Kelly Murdoch, et Gillian Davies qui seront les poursuiveurs de cette saison. Viennent ensuite le gardien Anton Smith et les deux batteur Killian Gray et Lauren McGowan. Vous vous demanderez sans doute où est passé Ulrich Keller et je vous répondrai que je n'en sais rien, vous obtiendrez sans doute plus d'informations auprès de Swann Twilfit."

Horace laissa le temps aux verts et argent d'encourager leur équipe, mais pas trop longtemps hein, c'était l'ennemi tout de même ! Apres un délais qui lui parut raisonnable, le commentateur fit a nouveau raisonner sa voix dans la stade.

"Et accueillons tout de suite sous un déluge d'applaudissements l'équipe des Gryffoooondors ! Youhouuuu ! Pardon professeur Adamson ? Partial ? Ah, oui, c'est possible, pardonnez moi...L'équipe est une fois de plus menée par le fort, l'incroyable, l'extraordinaire Jeremy Baker, aussi connu sous le diminutif de Jeremynette. Désole mon pote c'était plus fort que moi, ajouta Horace en ricanant. Le capitaine est immédiatement suivi de ses trois sublimes poursuiveuses, j'ai nommé : Juliet Wilson, Olivia Fowler et Eva Jackson, je vous ai déjà dit qu'elle était folle de moi ? Si c'est vrai ! Suivent ensuite nos deux inséparables batteurs : Matthew Mayweather et Lorena Seroso. Et pour finir notre harpie d'attrapeuse que nous aimons quand même : Georgiana Wrigt ! Bonne chance à eux !" lança-t-il avant de se mettre a applaudir avec ardeur.

Tournant les yeux vers le ciel d'un blanc opaque au dessus de sa tête, Horace réajusta ses lunettes sur son nez et crut judicieux d'ajouter une minute-météo.

"Nos joueurs ont de la chance aujourd'hui, pas le moindre signe de pluie, en revanche vous avez tous pu remarquer le brouillard, espérons que cela ne les pénalisera pas trop. D'un autre coté les batteurs de Serpentard n'ont visiblement pas besoin de brouillard pour viser leur propre capitaine...Ah ah ah. McGowan, inutile de t'énerver sur la pelouse, garde ton énergie pour les cognards. Je crois vous avoir tout dit, je laisse maintenant le soin à Madame Bibine le soin de lancer le match. Et que Gryffondor gagne ! Enfin...Que le meilleur gagne ! Ça revient au même...

Mrs.Bibine s'avança au centre du terrain et laissa s'envoler le vif d'or puis elle libera les cognards et, après un coup de sifflet suraigu, lança le souaffle en l'air. Le match pouvait commencer.

[HRP : Avec un tel brouillard il se pourrait bien qu'il y ait des blessés, faites attention à vous, et méfiez vous des dés ! Ils détermineront les résultats le moment venu mais pourraient bien intervenir avant pour faire tomber quelqu'un de son balais...Bon match ! N'hésitez pas à faire parler Horace dans vos post ]
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1117

Voir le profil de l'utilisateur
En bon capitaine, Jeremy fut prêt à entrer sur le terrain longtemps avant que le match ne commence. En attendant que ses coéquipiers n'arrivent et se préparent, il faisait les cent pas dans le vestiaire, autant pour atténuer son anxiété que pour réveiller son corps fatigué. Ses pensées convergeaient vers la dernière rencontre contre Serpentard, au printemps dernier. Les choses avaient bien changé depuis lors. Il ne voulait plus spécialement écraser O'Connor, ce capitaine d'équipe en disgrâce qu'il trouvait plus pitoyable qu'autre chose, mais bien battre la maison des vert et argent dans son ensemble. Quoi qu'on en dise, il y avait quelque chose de pas net à propos des membres de Serpentard... A croire que le Choixpeau y envoyait tous les cas sociaux. Il en avait après O'Connor, mais aussi après Keller, après Killian, et après cette gamine qui avait essayé de lui faire un croche-patte la veille pour qu'il ne puisse pas jouer aujourd'hui.

Étonnamment, mobiliser ainsi son agressivité l'aidait à raviver son esprit de compétition, qui semblait s'être fait la malle ces derniers temps. Le Quidditch ne l'enthousiasmait plus autant qu'auparavant... Peut-être était-ce simplement dû à la fatigue qui ne semblait pas le quitter depuis quelques jours. L'an dernier, il avait passé la veille du match à élaborer des stratégies, mais cette année, il s'était couché avec les première année et avait dormi dix heures de suite. Pour autant, il ne se sentait pas plus en forme aujourd'hui... Heureusement, il aimait de plus en plus son équipe et rien que pour cela, il était content de jouer. Il espérait simplement que le sort leur soit un peu plus favorable que l'an passé, où ils avaient manqué la Coupe malgré de bons résultats.

Quand tous ses coéquipiers furent prêts, un quart d'heure avant le match, il arrêta de tourner comme un lion en cage et leur adressa un petit discours de son ton le plus motivé.

"Mes amis, j'espère que vous êtes prêts à faire de la pâté de Serpentard ! Si les rumeurs sont vrais, leur équipe est complètement désolidarisée, c'est un atout. Quant à nous, nous sommes encore plus forts, avec un trio de poursuiveuses qui fonctionne. Nous avons vu l'an passé qu'O'Connor pouvait être battu. Cette année, la Coupe est à nous !"

Puis il conclut par les mêmes paroles que son idole Olivier Dubois avait adressé à son équipe pendant la première année d'Harry Potter, de nombreuses années auparavant :

"C'est la meilleure équipe que Gryffondor ait eu depuis des années. Nous allons gagner. Je le sais."

Il ajouta quelques conseils plus techniques, mentionnant au passage le brouillard qui pouvait être particulièrement dangereux. Puis il ouvrit la porte du vestiaire pour laisser entrer les quelques camarades de Gryffondor qui tenaient à venir les encourager. Une petite silhouette se glissa timidement jusqu'à Jeremy, qui l'accueillit avec un sourire :

"Salut Juliette, comment vas-tu ? Heureux de voir que tu portes nos couleurs aujourd'hui !"

La petite Diggory portait en effet une écharpe rouge et or autour de son cou fin. Elle lui adressa quelques paroles d'encouragement, puis désigna l'appareil photo qu'elle avait emmené avec elle.

"Taylor m'a demandé de lui envoyer une photo de ton équipe", expliqua-t-elle, "tu crois que ce serait possible de la faire maintenant ?"

"Une photo ? D'accord, mais seulement si tu m'en fais une copie ! J'irai l'afficher dans la salle commune des Serpentard une fois qu'on les aura battus."

Il se tourna vers ses coéquipiers éparpillés dans le vestiaire et leur demanda de se rassembler rapidement pour prendre une photo pour son frère. Drôle de façon de se préparer pour un match, songea-t-il, mais au fond cela ne pouvait que les détendre. Et puis il serait content d'avoir un souvenir de ce match, après coup ! Enfin, s'ils gagnaient bien sûr, mais cela ne faisait aucun doute. Jeremy alla donc prendre la pose avec les autres, passant pour les besoins de la photo un bras autour de la taille de Georgiana, puis sourit en essayant de ne pas avoir l'air trop crispé.

"Dites Souaffle !", ordonna Juliette avant de prendre une photo, puis une deuxième. "Parfait, merci beaucoup ! Bonne chance !"

Le moment d'entrer sur le terrain étant imminent, le petit groupe s'éparpilla aussitôt tandis que chacun attrapait son balai. Jeremy, cependant, décida impulsivement de retenir Georgiana quelques instants. Le bras toujours autour de sa taille, il lui murmura quelques mots à l'oreille :

"Fais moi plaisir, cette fois, si O'Connor tombe, laisse-le s'écraser."

Certains joueurs disaient qu'il était mauvais de souhaiter du mal à son adversaire, que c'était mauvais pour le karma. Mais Jeremy n'avait jamais été superstitieux...

"Tes cheveux sont trop jolis pour être arrachés par ce crétin !"

Puis, prit d'une subite inspiration, il déposa un léger baiser sur la joue de l'attrapeuse avant de s'éloigner tout aussi brusquement. Depuis quelques temps, il se disait qu'il fallait vraiment qu'il tente sa chance auprès de Georgiana, ne serait-ce que pour éviter d'avoir des regrets, mais...Bon sang, ce qu'il pouvait être maladroit ! Des jolis cheveux ! Il n'aurait pas pu trouver plus cliché, à moins de parler de ses yeux peut-être... Essayant de se concentrer à nouveau sur le match qui l'attendait, il attrapa son balai et se dirigea vers la sortie des vestiaires. Les commentaires très partiaux d'Horace, couplés par les réprimandes d'Adamson, le firent rire...Du moins jusqu'à ce qu'il en arrive à parler de lui.

"L'équipe est une fois de plus menée par le fort, l'incroyable, l'extraordinaire Jeremy Baker, aussi connu sous le diminutif de Jeremynette. Désole mon pote c'était plus fort que moi."

"T'es mort mon pote...", commenta-t-il à mi-voix, les joues rosies à l'idée que toute l'équipe connaisse ce surnom ridicule.

Comme toujours, il se sentit beaucoup mieux une fois dans les airs. L'angoisse, le stress et la fatigue restèrent au sol, tandis qu'il s'envolait pour se poster devant les buts de Gryffondor, galvanisé par les applaudissements nourris de la foule.

"On n'y voit pas à trois mètres", grommela-t-il entre ses dents. A moins d'un coup de chance, le match allait durer des heures... Comment repérer un vif d'or sans aucune visibilité ? Il n'eut pas le temps de s’appesantir sur la question, cependant. Le match commençait.



Merci à Juliet Ship
Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 292

Voir le profil de l'utilisateur
Affublé de bannières aux couleurs de Gryffondor, de panneaux aux slogans accrocheurs, d'une épaisse écharpe autour du coup et de traits épais rouge et or sur les joues, Andrew était le parfait Gryffondor soutenant l'équipe de sa maison.

- Dépêchez ! lança t-il à ses copains qui le suivait péniblement. Les meilleurs places sont en haut de la tribune !

Derrière lui, Gowan, John et Paul - un nouveau copain de Poufsouffle - portaient d'autres bannières lourdes comme un dragon. Andrew préparait son coup depuis deux semaines. Son père lui avait toujours affirmé que le soutien du public était très important dans un match. Et un Dubois ne faillissait jamais à son devoir envers Gryffondor ! Les garçons s'étaient levés tôt, motivés par un Andrew surexcité pour venir décorer les tribunes comme il se doit. Il avait entendu dire que le Fan-Club des Serpentard était très actif et très talentueux. Et hors de question de se laisser battre par les supporters d'une équipe adverse ! Aidé de nombreux Gryffondor qui s'étaient laissés portés par l'enthousiasme des plus fanatiques, de nombreux œuvres visant à soutenir l'équipe avaient été réalisées. Et en bon fan, Andrew s'était proposé de venir tout installer avant le match. Il avait même travaillé des sortilèges spécialement pour ça !

- Les Serpentard ne verront pas le coup venir, jubilait-il en accrochant une bannière avec l'aide de Gowan.
- Sont pas aussi malades que toi, en même temps, râla John en faisant néanmoins un tri dans les pancartes.
- Mary Coldwater a vraiment fait des trucs supers ! s'extasia Paul, pourtant Poufsouffle dans l'âme.
- C'est l'esprit d'équipe, affirma fièrement Andrew en montant sur un banc pour être plus à l'aise.

De là, il voyait tout le stade vide devant ses yeux. C'était vraiment super. Bientôt, il serait rempli d'élèves surexcités, prêts à se laisser porter par l'émotion du match. Souriant largement, il fit un bond pour redescendre sur le sol de la tribune. Gryffondor vs Serpentard était toujours un match passionnant, selon son père. C'était surtout son premier match à Poudlard. Et sûrement pas son dernier. Et un jour, il ne serait plus dans les tribunes, mais sur le terrain. C'est son nom à lui qui serait écrit sur une de ces bannières. Bientôt, c'est son nom à lui qui sera cité dans les chansons de supporters.
Extatique, il retira son écharpe malgré le froid de ce mois d'Octobre pour la passer à Paul. Peu importe le froid qui lui mordait les joues et la fumée qui sortait de sa bouche à chaque respiration, Paul ne devait pas faire tâche dans le paysage.

- Ce matin et pour toute la durée du match, t'es un Gryffondor mon pote.

Ce dernier lui adressa un sourire rayonnant, ravi de se voir intégrer comme ça. Il n'avait jamais réussi à se rapprocher de ses camarades de Poufsouffle, trop timide pour aller vers eux. Alors, Gowan l'avait pris sous son aile, sans qu'il n'ait rien eut à faire. Les Poufsouffle n'étaient pas méchants pourtant, au contraire. Mais la famille de Paul avait toujours été à Gryffondor et il avait été très déçu de ne pas y avoir été envoyé. Peut-être voulait-il rattraper le coup en restant avec eux ? Impossible à dire, il parlait si peu...
Laissant de coté Paul pour le moment, Andrew dégaina sa baguette. Avec ce brouillard, ses étincelles rouge et or seraient du meilleur effet !


OOOO

Quelques heures plus tard, le stade était rempli à ras-bord et les garçons parfaitement bien placés comme l'avait prédit Andrew. Les places du haut évitaient de se tordre le coup contrairement à celles en contrebas ! Tout bon supporter le savait ! Grignotant un bout de toast déjà froid, Andrew guettait l'entrée des joueurs sur le terrain. A sa droite, Henry - qui les avait rejoint avec le petit déjeuner - grelottait tellement que ses dents s'entrechoquaient. Pauvre petite nature ! Bon, il est vrai qu'Andrew commençait sérieusement à avoir mal à la gorge sans son écharpe, mais tant pis ! Il allait se réchauffer dès que le match allait commencer. On bougeait tellement !
Tous les Gryffondor avaient reçu une bannière ou une pancarte, savamment distribuées par Andrew et ses nouveaux copains supporters de toutes les années. Ils s'étaient assurés que personne ne reste les mains vides. Même Cassandre Harper qui râlait au début s'était retrouvée avec un énorme drapeau avec un lion dessiné dessus. Personne ne devait échapper à la fièvre Gryffondorienne ! Leur équipe allait gagner et Andrew aimait se dire que c'était aussi un peu grâce à eux, les supporters, qui consacraient un peu - ou tout leur temps - à une équipe.

Il se mit à applaudir frénétiquement à l'évocation de la formidable équipe de Gryffondor. Horace Gullivern avait vraiment tout compris ! Et comme indiqué par le présentateur, il applaudit mollement la pâle équipe de Serpentard. Il ne l'avait jamais vue en action, mais il était sûr que celle de sa maison était bien meilleure. Partial ? Non, honnête ! L'évocation des membres de l'équipe rouge et or provoqua une vague d'applaudissement dans sa tribune, portant Andrew au comble de la joie. Même Henry, si coincé d'habitude, avait sifflé avec enthousiasme. Ravi, Andrew lui adressa un sourire rayonnant. Y'avait pas à débattre, le Quidditch c'était vraiment trop cool.
Il sauta sur ses pieds en voyant les joueurs décoller pour aller se mettre en position et se mit à crier avec enthousiasme malgré sa voix un peu rauque. Il était quasiment sûr d'être malade le lendemain, mais tant pis ! Le jeu en valait la chandelle. Au moment où Jeremy Baker allait se positionner devant ses buts Mary Coldwater - dans la tribune voisine - lança le premier chant de supporter. Hors de question de laisser de la place aux Serpentard ! Andrew se mit à crier avec joie. Son équipe allait gagner, il en était sûr.

Au placard les Serpentard,
bande de petits vantards !
Vous vous croyez stars
Votre jeu n'est qu'un canular !
Vous vous frottez à un rempart :
Les Gryffondor sont maitres dans cet art !
Allez, les lascars !
On va vous rentrer dans le lard !
Retournez donc vous cacher dans le noir !
C'est ce qui va le mieux aux tocards!





Donald McWildeCinquième annéeavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Quelle ambiance, quelle ambiance ! Donald en avait le coeur qui pétille. Les Gryffondor réunis pour supporter leur équipe, qui allait gagner ! Euphorique, le petit garçon escalada les gradins (portant sur le dos un grand sac très suspect) pour venir se placer juste derrière un petit groupe de premières années complètement déchaînés (tout ce qu'il aimait). Ils brandissaient des décorations tout à fait honorables (mais moins bien que ce qu'il avait préparé) et chantaient en coeur un hymne que Donald s'empressa d'apprendre et de répéter. Dans la cohue, il demanda à sa voisine :

« C'est quoi déjà le sort pour amplifier la voix ? »

N'ayant pas bien entendu, elle le fit répéter et lui rappela que ce sort était le Sonorus. Donald lui hurla un remerciement et à la suite de l'hymne entonné par ses camarades de maisons, il sortit sa baguette, se lança un Sonorus et continua par des paroles de son invention dont il n'était pas peu fier :

Serpentard, bande de tocards
Lâches, fuyards et couards
Cessez de proférer vos bobards
Les Gryffondor sont des revanchards
Ce soir nos deux cognards
Ne vous épargnerons pas les cocards !


Ravi de l'effet créé, il ajouta :

Jeremynette, on t'aime !



Il continua de hurler sa joie/rage/haine (rayer la mention inutile) avec les autres, mais cette fois sa voix se fondit dans la masse, car l'effet du sort était terminé. Il ovationna chacun des membres de son équipe, complètement fou, mais pas plus que le petit garçon juste devant lui. Pour y mettre un peu du sien, il sortit de son sac posé à côté de lui un objet non moins volumineux qu'il avait dégoté à Pré-Au-Lard peu auparavant et se mit à frapper dessus de toutes ses forces, dans ce qui voulait être un rythme qui accompagna l'hymne encore scandé de toute part.


Il avait l'air d'un fou, mais il s'en fichait : de toute façon, tout Poudlard était déjà au courant.

Quand Horace - Donald aimait bien Horace - eut fini de parler, le petit brun décida qu'il était temps de hisser les couleurs de Gryffondor. Il déroula son oeuvre, réalisée de ses propres mains (encore heureux, parce que si quelqu'un l'avait aidé en plus !) sur le drap (plus très) blancde son propre lit et la brandit. La bandorole des Serpentard ne lui arriverait pas à la cheville.


Swann Twilfit n'aurait qu'à bien se tenir !
Darren O'ConnorFugitif sous couvertureavatar
Messages : 839

Voir le profil de l'utilisateur
L'ambiance dans le vestiaire des Serpentards était des plus électriques. La journée houleuse des sélections avait laissé des traces, et Darren O'Connor fit son entrée dans les vestiaires sans même prendre la peine de saluer ses coéquipiers. Le capitaine s'était clairement sentit trahie par ces derniers, et en rancunier confirmé, il avait décidé de se taire et ne point faire de discours qui puisse envenimer encore un peu plus cette situation des plus tendue.
Aujourd'hui, pour préserver ses chances, seule la victoire importait, et il comptait bien pour cela ramener le vif d'or. Même si pour cela, il devait se battre contre sa propre équipe et contre des Gryffondors qui ne cessaient de fanfaronner...
Darren O'Connor avait beau avoir bon nombre de défauts, il ne reculait jamais devant une situation aussi périlleuse soit-elle, l'adversité semblant le stimuler plutôt que de le faire reculer. Darren avait en lui, clairement la rage de gagner! Vaincre ou mourir, le vif d'or ou la mort, la légende ou l'humiliation, lui-même ou ce satané blondin de malheur, tels étaient les enjeux de ce match!
Darren alla dans un coin du vestiaires ou siégeaient déjà ses trois sous-fifres : Anton Smith, Gillian Davies et Kelly Murdoch...
Le capitaine adressa un petit geste du menton à ceux-ci, avant de tâter la température.

"C'est quoi cette ambiance macabre? Rassure-moi, Anton, ils vont bien jouer? "

Anton Smith fit une petite mine dépitée, avant de déclarer sur un ton proche d'être des condoléances :

"Je crois qu'ils sont totalement démotivés, et je ne sais pas s'ils seront au maximum pour ce match. En plus, je ne sais pas si tu as remarqué mais Ulrich ne s'est même pas donné la peine de venir..."

Le visage de Darren exprima un réel dégout à l'évocation du nom de l'infâme ex-batteur...

"Première bonne nouvelle de la journée! Nous n'aurons point à éviter les cognards de Ulrich le tordu! Je ne comptais pas le faire entrer en jeu de toute manière, il a bien fait d'aller faire une petite partie de pêche dans le lac... s'il pouvait se noyer d'ailleurs, cela m'arrangerait!"


Kelly gloussa comme une pintade à la remarque de son capitaine, qui ne prit même pas le temps de la fusiller du regard. Gillian Davies quant lui s'affairait à lustrer ses chaussures avec un tel soin, que l'on pouvait presque voir son propre reflet dans celles-ci!

"Gillian! Le Quidditch, cela se pratique sur un balai et non à la course à pieds! Tes godasses ont s'en fiche éperdument!"

Gillian secoua énergiquement la tête comme un petit chien bien dressé, et commença alors à épousseter son balais avec une petite brosse en barbe de Gryffon.

"Je tiens à éliminer la moindre micro-particules de mon balai pour gagner en aérodynamisme et vitesse, pour fendre ainsi l'air tel un albatros domptant une tempête océane..."

Darren resta quelques instants un brin interloqué, contemplant Gillian comme s'il s'agissait du dernier des imbéciles, puis il tira Anton Smith à lui pour lui parler au creux de l'oreille.

"Je ne pensais jamais avoir à te dire cela, Anton! Mais je compte sur toi pour assurer nos arrières, car tu es la seule personne à laquelle je puisse entièrement faire confiance! Joy Highlands a beau être la meilleure, je la soupçonne d'ambitionner mon poste de capitaine, elle va tous faire pour saborder le match. C'est obligé! Killian Gray et Lauren McGowan m'ont clairement déçu aux sélections, et je ne parle pas des deux clowns que j'ai embarqué dans cette parodie d'équipe!"

Anton Smith haussa les épaules, et bien qu'écervelé il posa alors la seule question qui en vaille la peine, à voix basse pour ne point se faire entendre de Gillian et Kelly :

"Alors pourquoi avoir évincé Ulrich et fait entrer ta dinde sexy et l'autre intello à deux noises?"


Darren n'avait lui-même pas de réponse à lui accorder. Tout ce qu'il pouvait dire, c'est qu'il aurait fait n'importe quoi pour évincer Ulrich de l'équipe, même s'il eut fallu embaucher un boursouf comme batteur. Kelly Murdoch, il avait voulu se la taper au début, mais ses remarques stupides et vide de sens commençaient à sérieusement lui taper sur le système, et Gillian était aux antipode de ce que devait être un vrai mec, trop efféminé pour en être un et trop poilu des jambes pour être une gonzesse.
Anton Smith se rendit de l'autre coté pour rejoindre la ou le reste de l'équipe s'était regrouper, scindant le vestiaire vert et en argent en deux clans bien distincts : les Pro-O'Connor et les Anti-O'Connor...

Darren scruta alors ses ennemis et finit par remarquer une chose assez rassurante, Lauren McGowan semblait se concentrer comme à son habitude, la tête basse et les poings serrés. Alors que Darren la scrutait, cette hyène furibarde de Lauren releva sur lui un regard assassin qui aurait terrifié un Magyar à pointes! Darren fit toutefois semblant de s'en formaliser, mais c'est lui qui détourna le premier les yeux dans ce duel de regard noir.
Kelly Murdoch finit par se redresser et se tenir en face de Darren, lui offrant un rempart aussi dérisoire qu'insipide entre lui et Lauren.

"Trop la classe internationale Darrichounet! Je suis toute excitée que d'entrer sous les acclamations de la foule! Wahouuu, ça doit être un truc de malade! ça va être méga trop bien que de voir mes keupines morte de jalousie dans les gradins! ça doit être dix fois plus mieux que sa perte de virginté!"

Darren la saisit alors par le bras, lui intimant une pression visant à la faire taire pour de bon!

"La seule chance que tu disposes dans ce match, est le fait que les cognards adverses ne pourront jamais t'atteindre à la tête, vue comme cette dernière est réduite! je te demanderai juste une chose, dès que tu as le souaffle, tu te débrouilles pour le balancer sur Gillian ou Joy, mais tu ne tentes rien qui ne puisse me foutre la honte! C'est bien clair?"


La mâchoire inférieure de Kelly Murdoch tombas sous l'effet d'une immense incrédulité.

"Bah je pige pas un truc, Darrichounet... Pourquoi dès que j'ai soif je dois balancer Gillian sur Joy???"

Darren se frappa le front, Kelly était vraiment d'une idiotie sans nom qui aurait fait se bouffer les nez à Voldemort en personne!
Les yeux du capitaine s'embrasèrent!

"Écoute, espèce de dinde décérébrée, tu vas voir un truc rond, pas plus grand que l'un des nichons de Kelsey, qui se ballade sur le terrain. Faut juste le chopper et se faire des passes! C'est pourtant simple, non!"

Une lueur scintilla alors dans le regard bovin de Kelly Murdoch, qui se frappa dans les mains, avant de rire franchement.

"C'est top cool, méga trop délire le truc! En gros y'a un implant mammaire de Kelsounette qui se ballade sur le terrain, et faut qu'on se fasse des passes avec!"

Darren soupira et abandonna ses explications dérisoires :

"C'est à peu près ça, Kelly...
En parlant de Kelsey, tu pourrais me rendre un service. A la fin du match si tu la vois, transmet lui ce message! Et sois discrète ou il t'en coutera!"


Kelly acquiesça de manière stupide avant de demander :

"Et il faut que je lui rende son implant mammaire ou pas?"

Darren l'abandonna, excédé, prenant la direction de la sortie des vestiaires ou les vivats de la foule se faisaient entendre de plus belle. En passant près du groupuscule des Anti-Serpentards, il leur adressa alors une petite recommandation :

"Si vous ne le faites pas pour moi, tachez de le faire pour l'honneur de l'équipe! La maison Serpentard ne peux pas se permettre de perdre une deuxième fois de suite contre ces bouffons! Je veux le scalpe de fichu blondin de malheur! Alors réagissez comme des pros! Et non comme une bande de vulgaire gamins!"


Sans se soucier de leurs réponses, il pénétra enfin sur le terrain, ou cet abruti de Horace Gulivern chauffait déjà les gradins. Enfourchant son balai, Darren prit la direction des gradins serpentard, pour chauffer son public!
Il harangua alors la masse verte et argent de son cri de guerre :

"Le vif d'Or ou la mort!"

La foule exaltée, se sentant pousser des ailes, entonna alors un chant pas très respectueux à l'encontre de l'équipe adverse.












Nul doute que les serpentards,
vont nous offrir une belle victoire!

Contre une équipe de bras cassés,
c'est la victoire assurée!

A mort! A mort! Les Gryffondors!!!
A nous! A nous! le Vif d'or!!!

Le petit Baker est un froussard,
qui pleurniche contre serpentard!

Wilson est belle mais pas fufutte,
le parc n'est pas un lieu de rut!

Fowler est aussi bavarde,
qu'une pov' pie dans son arbre!

Jackson est célèbre chez les moldus,
mais au quidditch elle est à la rue!

La gringalette de Seroso,
est moins épaisse qu'un moineau!

La harpie de Wright est aussi douée
dans le ciel, qu'un sanglier!

Serpentard, Serpentard, dans l'histoire!
Gryffondor, Gryffondor, au-dehors!
Darren ne jeta pas même un regard à son équipe qui venait de rejoindre le terrain, ni même pour l'arrogant Baker qui allait très prochainement rejoindre le camp des perdants. L'attrapeur se contenta de rejoindre le ciel en direction de Georgiana Wright qui restait en vol stationnaire dans l'attente du début de match.
Darren la toisa un instant, avant de lui parler d'une manière peu coutumière.

"C'est peut être mon dernier match de Quidditch, et je n'ai pas d'autre alternative que de vaincre!"


Il marqua un long et inhabituel silence, comme si les mots peinait à sortir de sa bouche, puis il finit par dire à l'attrapeuse rouge et or :

"Je n'ai jamais eu l'occasion de te remercier pour ton geste de l'année dernière. Mais si tu n'avais pas dévié ton vol, je ne serai probablement pas la aujourd'hui pour te parler, et te dire... Merci!"

Il dévia alors son regard émeraude vers le sol, le brouillard rendant la visibilité exécrable, puis lâcha un simple et efficace :

"Que le meilleur gagne!"


❝ Darren O'Connor ❞
×××××× est Michelle Middleton ×××××××
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir passé une partie de la journée allongé sur son lit à lire et relire les lettres de sa mère et de ses soeurs, Irving décida finalement de se préparer pour aller voir le match. A vrai dire, il n’avait pas spécialement envie d’y assister, mais il ne voulait pas qu’on le questionne après la rencontre sur sa non-présence dans les tribunes. Pourtant, plusieurs de ses amis étaient sur le terrain, à commencer par Georgiana, mais rien n’y faisait, il n’arrivait pas à se réjouir de cette fête. Néanmoins, il s’y rendait tout de même afin de tenir compagnie à Nora qui voulait « jauger ses adversaires » disait-elle.

Soupirant de désarroi, le jeune homme se hissa sur ses jambes en enfilant un sweat gris par-dessus son tee-shirt des Bizarr’Sisters. Après avoir chaussé à la hâte sa vieille paire de basket, il pesta pendant de nombreuses minutes en cherchant son écharpe rouge et or. Après moult jurons prononcés, le jeune homme sortit de son dortoir, sans cache-nez. Dans la salle commune vide, il enjamba les plumes et les morceaux de parchemins laissés au sol par les élèves qui s’étaient occupés de la réalisation des banderoles, puis il rejoignit les couloirs déserts du château.
Il descendit rapidement les étages –sa cheville étant pleinement remise de sa fêlure- avant de déboucher sur le parvis de l’école. Le froid automnal lui arracha une nouvelle plainte et il rabattit d’un geste vif sa capuche sur sa chevelure bouclée. Il eut une petite pensée pour Georgy en découvrant le parc baigné dans un épais brouillard, le vif d’or allait être difficilement repérable avec cette météo. Rivant ses deux mains au fond des poches, il approcha du stade d’un pas lent. Plus les chants et les clameurs émanaient du stadium, plus Irving se renfrognait devant autant d’allégresse.
Alors qu’il avait atteint le pied de la tribune Gryffondor, il entendit un cliquetis au dessus de lui. Le jeune homme leva la tête pour découvrir une silhouette qui escaladait l’estrade avec un énorme sac à dos. Certains gryffons étaient vraiment bizarre parfois, pourquoi ne prenait-il pas l’escalier comme tout le monde ? songea Irving en grimaçant. Son énorme paquetage devait surement cacher quelque chose de compromettant, pensa-t-il finalement en grimpant les marches qui menaient en haut des gradins.

Lorsqu’il déboucha au sommet, le Gryffondor fut immédiatement assailli par un de ses petits
camarades de maison qui s’adressa à lui avec enthousiasme :

« Tu as de la chance, il nous reste juste une pancarte ! » s’exclama le prénommé Gowan.

Irving arbora une moue maussade avant de répondre :

« J’veux pas d’panneau, j’viens juste voir le match. »

« Tout le monde a son écriteau ! » surenchérit le garçon avec un large sourire en désignant les personnes présentes dans la tribune . Effectivement, chaque élève avait une petite affiche à l’effigie de l’un des joueurs de l’équipe. Même Cassandre Harper avait son panneau « I LOVE GEORGIANA ». Irving attrapa donc l’affiche que lui tendait le garçon et l’observa fugitivement avant de s’exclamer :

« HEIN ? Non sérieux, C’est une blague ? Tu crois que je vais me trimballer ce truc pendant tout le match ? »
Ronchonna-t-il en montrant la pancarte réalisée par on ne sait quelle groupie :



Mais au même moment, La tribune des Rouge et Or entra en ébullition puisque l’équipe de Gryffondor pénétrait sur le terrain…

« Y a pas moyen que je garde ce truc! Cria le jeune homme pour couvrir la clameur de la foule, Eh ! EH J’TE PARLE ! »

Malheureusement, Gowan fut bien vite happé par la marée humaine laissant Irving avec son écriteau « Jeremynette, à poil ! ». Le sixième année poussa un soupir agacé puis il tenta de se frayer un chemin au milieu des supporters du haut de la tribune, son affiche encore entre les mains. Il espérait que Nora ne tarderait pas à le rejoindre, car il avait beau être entouré de centaine de personnes, il se sentait terriblement seul. Trouvant finalement un petit coin de banc à côté d’un groupe de première année, Irving s’y installa mais il regretta vite le choix de cet emplacement lorsque le gamin à côté de lui se mit à chanter :


Au placard les Serpentard,
bande de petits vantards !
Vous vous croyez stars
Votre jeu n'est qu'un canular !
Vous vous frottez à un rempart :
Les Gryffondor sont maitres dans cet art !
Allez, les lascars !
On va vous rentrer dans le lard !
Retournez donc vous cacher dans le noir !
C'est ce qui va le mieux aux tocards!

Irving tourna lentement son visage en direction du gosse qui lui hurlait dans les oreilles. Il espérait bien que son regard noir suffirait à le faire baisser d’un ton. Malheureusement le gamin semblait complètement subjugué par ce qui se passait sur le terrain, ignorant littéralement le sixième année! Irving s’apprêtait justement à lui faire une remarque lorsqu’un puissant battement sourd retentit juste dans son dos. L’onde de choc traversa littéralement les entrailles du sixième année qui se retourna vivement pour voir l’origine de ce bruit. Posté juste derrière lui, Donald McWilde jouait frénétiquement de la grosse caisse en chantant un hymne de sa composition. Pour la centième fois de la journée, Irving poussa un long soupir, et malheureusement pour lui, ça ne serait vraisemblablement pas le dernier…


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
Swann observait avec un regard attendri les banderoles et les pancartes réalisées par le camp adverse. C’était vraiment mignon tout plein. Cette profusion de forme, de couleurs et de fautes d’orthographe n’était pas sans lui rappeler les colliers de nouilles qu’elle offrait à Sheba pour la fête des mères lorsqu’elle avait quatre ans: Un cadeau fait avec le cœur, certes, mais véritablement hideux…
« Gryffondor » et « Bon gout » ne feraient jamais bon ménage de toute manière, songea-t-elle en se retournant pour observer sa propre tribune.
Malgré les tourments qui agitaient la salle commune de Serpentard depuis le fiasco des sélections, les élèves de sa maison avaient répondu présents en ce jour de match. Ils respectaient quasiment tous le dress-code imposé par le club de supporter à savoir robe grise, écharpe verte. On pouvait trouver de nombreux défauts aux verts et argents mais il fallait reconnaitre que, dans l’adversité, ils faisaient tout pour sauver les apparences et feindre parfaitement l’unité. Swann espérait d’ailleurs que son équipe ferait honneur à ses supporters, en ne faisant pas étalage de leur désaccord pendant le match. Les tensions durant les sélections étaient arrivées aux oreilles de Rebecca Edelstein, si bien que tous les Gryffondor étaient au courant du trouble qui agitait l’équipe des verts et argent. Cependant, la jeune femme comptait sur un sursaut d’orgueil de la part de ses camarades sportifs. Pendant l’heure à venir, ils ne devraient pas se tromper d’adversaire. Ils étaient contraints de battre Gryffondor avant de pouvoir régler leur problème. Un point c’est tout. Serpentard passait avant la guerre de succession qui agitait l’équipe.
Après tout, on leur demandait juste d’être de bon disciple de ce cher Salazar : Faire semblant, simuler l’entente parfaite en faisant croire que le malaise du collectif n’était plus qu’un lointain souvenir et que tous les joueurs étaient pleinement derrière leur capitaine. Juste le temps de la rencontre.
Swann osait espérer que Joy était assez intelligente pour régler les conflits en huit-clos mais elle doutait fortement que McGowan ou Gray aient cette capacité de réflexion…
Cependant, il fallait voir le bon côté des choses, au moins Ulrich ne faisait pas partie de l’effectif et il ne pourrait pas envoyer un cognard sur son propre capitaine cette fois…

Comme s’il lisait dans ses pensées, Gulivern rappela à tout le stadium cette absence :

« Vous vous demanderez sans doute où est passé Keller et je vous répondrai que je n'en sais rien, vous obtiendrez sans doute plus d'informations auprès de Swann Twilfit."


La jeune femme jeta un regard désabusé en direction du commentateur. Elle ne comprenait pas que l’on choisisse quelqu’un d’aussi partial ! Cela faisait d’ailleurs partie des propositions d’aménagement qu’elle voulait faire au conseil d’Administration de l’école : Le commentateur ne devrait appartenir à aucune des deux maisons qui s’affronteraient pendant le match. C’était logique après tout. Gulivern était clairement anti Serpentard et il attisait la haine entre les maisons avec ses sous-entendus douteux ! Le conseil ne pouvait pas laisser passer cela à l’heure où la réhabilitation de leur maison était au centre des préoccupations ! Le discours d’Harry Potter au 2 mai allait d’ailleurs dans ce sens. « Serpentard »et « Mangemort » étaient liés dans l’inconscient collectif et cela n’était vraiment pas bon pour l’image de Poudlard de cantonner la maison vert et argent à son rôle de vilain petit canard…

D’ailleurs Swann voulait prouver que les vert et argent avait de nombreuses qualités et elle était bien décidé à le montrer aux yeux de tous, lors de ce match. Le club des supporters s’était particulièrement activé pour prévoir une animation digne de cette première rencontre. Les membres avaient fait preuve de persévérance, travaillant jusqu’à des heures avancées pour fabriquer les banderoles. Ils s’étaient réparti les taches avec méthode : Swann avait chapeauté la réalisation du grand tiffo et elle avait délégué la fabrication des kakémonos à une petite équipe supervisée par Sasha Benson. Cette fillette s’avérait être une excellente recrue pour le club. Elle était une force de proposition et elle avait des qualités indéniables de management que Swann avait immédiatement exploité.
Après avoir réalisé leur œuvre tous les soirs de la semaine, le fruit de leur travail allait enfin être exposé aux yeux de tous ! Swann espérait que le professeur Adamson serait fière de leur banderole et qu’elle viendrait féliciter tous les membres du club, quelque soit l’issue du match.
Les joueurs de leur équipe allaient d’ailleurs bientôt entrer sur le terrain. C’était le feu vert pour déplier l’énorme tiffo sur le gradin et révéler les kakémonos suspendus au coin des tribunes. Lorsque Darren posa un pied sur la pelouse du stade, Swann fit signe aux membres de dérouler le gigantesque drap qui recouvrit rapidement tous les supporters Serpentard :




Les deux kakémonos furent déployés simultanément afin de révéler la superbe animation de la tribune Vert et Argent. Swann fut vite ensevelie sous le drap épais que les élèves faisaient onduler en le secouant frénétiquement. Bien qu’elle ne puisse pas admirer ce spectacle des gradins d’en face, elle ne doutait pas de la réussite de leur projet. Aaron devait d’ailleurs prendre quelques clichés pour elle depuis la tribune des Serdaigle et elle espérait que le brouillard ne serait pas trop dense…



Secouant toujours le grand drap, les élèves se mirent à entonner en chœur la chanson de la rencontre. Comme un seul homme, la voix des Serpentard s’éleva du haut des tribunes vertes.
L’accord absolu. Une harmonie parfaite, visuelle et sonore, qui contrasta immédiatement avec le désordre et la cacophonie de la tribune Gryffondor…
Oui, les Serpentard étaient vraiment les maitres de l’illusion et Swann était finalement plutôt fière de cette caractéristique, propre à sa maison.


Sasha BensonQuatrième annéeavatar
Messages : 335

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha était toute excitée à l'idée de vivre son tout premier match de Quidditch. La fillette, comme toutes ses camarades de dortoir, s'était levé bien trop tôt pour un samedi matin et n'avait pas arrêter de s’enthousiasmer à propos de la rencontre à venir. La petite fille avait enfilé une grosse écharpe verte par dessus sa robe grise, pour respecter le dress-code imposé par le club des supporters et avait, comme toujours, posé un serre-tête assortis sur ses cheveux impeccablement coiffés. La Serpentard fut parmi les premières à grimper dans la tribune des verts et argents et se plaça donc au premier rang, tout au milieu.

Cette place était parfaite, ainsi elle pourra faire signe aux deux garçons qu'elle avait chargé de déployé les kakémonos quand le moment viendrait. Sasha avait beaucoup aimé préparer le match, Swann lui avait confié la charge d'une petite équipe, et elle avait adoré ça. Elle avait beaucoup aimé pouvoir commander un peu, et avoir des responsabilité. Aussi la fillette s'était-elle investi autant qu'elle le pouvait dans la préparation du match, pour que Swann soit fière d'elle, et elle espérait qu'elle avait fait du bon travail. La tribune des Serpentards allait être magnifique ! Sasha posa d'ailleurs un regard dubitatif sur la tribune des rouges et or, qui avait l'air bien moins organisé que la leur. Elle avait décidément atterri dans la meilleure des maisons ! Quoique...Il était peut-être un peu tôt pour se prononcer, les verts et argent n'avaient pas encore gagné le match. Il fallait à tout prix qu'il gagne, non seulement parce que ça "redorerait un peu leur blason", comme dirait Swann, mais surtout parce que Sasha avait parié un paquet entier de chocogrenouilles contre Andrew.

Sasha fronça les sourcils quand le commentateur prit la parole. Elle ne connaissait pas cet Horace, mais c'était une horreur ! Il s'exprimait comme un pied, faisait des commentaires déplacé et était affreusement partial ! Son discours était décousu et ses blagues vaseuses, et en plus il n'avait même pas une belle voix ! Sasha ferait un bien meilleur commentateur ! D'ailleurs...ce machin qui s’appelait Horace devait bien être en sixième ou septième année, d'ici un an ou deux sa place serait vacante...Et la fillette se sentait de plus en plus intéressé par ce rôle. Cela lui permettrait de se faire connaitre de toute l'école, sans avoir à mourir de froid pendant des entrainements de Quidditch interminable, tout en s'entrainant à parler en public. Elle irait se renseigner auprès du Professeur Adamson. En attendant la petite fille devait mener à bien sa mission, d'une importance ô combien notable, à savoir donner le signal pour dérouler les kakémonos à la seconde même ou Swann lancerait le signal pour le déploiement du drap.

La fillette se retourna donc pour guetter le signal de la préfète-en-chef, installée quelques rangées plus haut. En l'apercevant elle lui adressa un immense sourire et de grand signes de la main, trop contente d'avoir une amie qui faisait partie des grands. Swann était vraiment trop géniale, Sasha espérait qu'elle serait comme elle dans quelques années. Alors que cette calamité d'Horace annonçait l'arrivée de l'équipe de Serpentard, Swann lança le déploiement du drap et Sasha fit aussitôt un signe de tête aux deux élèves chargés de dérouler les kakémonos. Parfaite synchronisation ! Qu’est ce que ça devait être joli ! Elle espérait qu'Andrew en prenait plein la vue...

"Sasha, lève les bras !" La pressa Cindy, qui portait un énorme Chouchou vert pour l'occasion.

La fillette s’exécuta, leva les mains vers le ciel pour faire onduler le drap avec ses camarades, mais elle était bien évidement trop petite. Elle ne s'en préoccupa même pas et continua de sautiller, les bras lever, en poussant des cris de joie. Elle reprit ensuite, en cœur avec les autres Serpentard, la chanson composée par leur maison. Les Gryffondor ne pourraient pas faire mieux avec leurs affiches truffées de fautes !



Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Nora grimpa quatre à quatre les escaliers en bois menant au sommet des tribunes en s'excusant auprès de toutes les personnes qu'elle bousculait sur son passage. Elle avait promis à Irving de le retrouver avant le début du match et ne voulait pas être en retard. Parvenue en haut des marches, un peu essoufflée, elle se fraya un chemin parmi la foule qui avait déjà empli les tribunes, essayant tant bien que mal de n'écraser aucun pied. Elle fut alors assaillie par deux élèves plus jeunes qu'elle, dont un la pointait du doigts.

"Adversaire en vue !" s'écria-t-il en s'approchant d'elle, faisant sans doute référence à son nouveau statut de capitaine.

Nora éclata de rire, amusée par les deux Gryffondor tout peinturluré de rouge et d'or, et leva les deux mains en signe de cessez-le-feu.

"Du calme, je viens en paix." plaisanta-t-elle

"Alors tu dois porter nos couleurs !" s'exclama un des deux gamins.

Sans lui demander son avis il lui traça alors un épais très rouge sur sa joue droite, avant de faire pareil sur la gauche, laissant le soin à son acolyte de se charger du maquillage doré. Une fois transformée en véritable supporter de Gryffondor, Nora fut autorisée à passer par les deux jeunes gens, qui s'attaquèrent à une Serdaigle en lui imposant de se promener avec une pancarte ou Juliet Wilson était...à son avantage. Finalement, Nora ne s'en tirait pas trop mal avec son maquillage.

La jeune fille entreprit de trouver Irving dans la foule, se dressant sur la pointe des pieds pour essayer de voir au dessus des centaines de têtes qui lui masquaient la vue. Qu’est ce qu'elle n'aurait pas donne pour faire dix centimètres de plus ! Après plusieurs minutes de recherches infructueuses, elle aperçut enfin le Gryffondor, caché sous la capuche de son sweat gris. Remarquant qu'il n'avait pas vraiment l'air de partager la joie et l'excitation de ses camarades, Nora fronça les sourcils et hâta le pas. Elle crut vite comprendre les raisons de l'énervement de son ami quand, en arrivant à sa hauteur, elle fut agressée par le son sourd d'une grosse caisse, qui appartenait à Donald McWilde. Ce plaisantin allait rendre tous les élèves de sa maison complètement sourds s'il continuait.

"Désolée je suis en retard !" lança-t-elle en se plantant face à lui.

C'est alors que Nora remarqua l'affiche qu'Irving tenait entre ses mains. Un sourire amusé et un peu moqueur se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle reconnu Jeremy, à moitié nu, et elle éclata carrément de rire en lisant l'inscription. Toujours morte de rire, elle se laissa tombée sur le banc à coté de son meilleur ami en se tenant les cotes.

"Jolie pancarte ! pouffa-t-elle. C'est toi qui l'as faite ? demanda-t-elle sur un ton faussement innocent. Pourquoi tu la caches comme ça voyons ?" ajouta-t-elle, moqueuse.

Souhaitant à tout prix voir le Gryffondor brandir sa pancarte, Nora se rapprocha un peu et se mit à le chatouiller, espérant que ça lui ferait lever les bras. Elle préférait largement se concentrer à embêter Irving qu'à analyser le jeu et les stratégies de ses adversaires, qu'elle savait bien plus doués qu'elle de toute façon. Que ce soit Darren ou Jeremy ils avaient tous les deux plusieurs années d’expérience, alors qu'elle avait été incapable de s'assurer du bon déroulement des sélections. Elle avait de plus en plus l'impression que ses adversaire n'allaient faire d'elle qu'une bouchée, et elle préférait ne pas savoir à quelle sauce elle allait être mangée.


Abigail ScavoAncien personnageavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
Toute de rouge et or vêtue, Abigail Scavo courrait à perdre halène dans le parc de Poudlard, son sac en bandoulière battant contre son ventre. Si elle manquait le début de son premier match à Poudlard, elle n'allait pas s'en remettre ! La fillette était aussi excitée par la perspective de la fameuse rencontre entre Serpentard et Gryffondor que les autres, mais elle venait seulement de terminer sa banderole gigantesque. Elle l'avait confectionnée dans l'intimité de son dortoir, les rideaux de son lit à baldaquin fermés afin d'être sure que personne ne l'observait. Bon, peut-être que certains la verraient déplier la pancarte au début du match, mais moins de personne étaient au courant, mieux cela valait...

Car, une fois n'est pas coutume, Aby allait se mêler d'affaires qui ne la regardaient absolument pas, à savoir les tensions internes à l'équipe de Serpentard. Certes, une gamine de Serdaigle aurait dû faire comme le reste de sa maison, à savoir se garder prudemment de prendre partie dans ce derby passionné, mais elle n'était pas n'importe quelle gamine de Serdaigle... Elle savait repérer une bonne histoire lorsqu'elle en voyait une sous le nez, or c'était le cas. Ces dernières semaines, elle avait prêté une oreille particulièrement attentive aux ragots portant sur les problèmes internes à cette équipe, et avait décidé d'y mettre son petit grain de sel, ni vu ni connu. Après tout, une histoire où le méchant finissait par l'emporter et où les personnages les plus intéressants s'écrasaient en silence n'était pas une bonne histoire ! Il était temps que le bon peuple de Serpentard appelle à la tête d'O'Connor... En espérant que la célèbre Harpie de Gryffondor attrape le vif d'or, bien sûr.

Avec soulagement, elle constata que le match n'avait pas encore commencé, et s'arrêter quelques secondes pour admirer le magnifique tifo des Serpentard. Aby se hâta de monter dans les gradins et se fraya un chemin jusqu'à une place vide, à côté de Pilli, une élève qui avait l'air plutôt avenante. Enfin, avenante selon Aby, qui n'avait souvent pas la même perception de la réalité que les autres... En hâte, elle sortit sa banderole de son sac, la déplia et l'agrandit d'un coup de baguette. Puis elle prononça le fameux Wingardium Leviosa qu'elle avait appris à maîtriser dans cette optique, et l'envoya s'envoler au-dessus de la tribune des Serpentard.


Son petit acte politique achevé, Aby reporta son attention sur les joueurs, un petit sourire satisfait aux lèvres. Voilà qui apprendrait à O'Connor à évincer son héros du moment, le mystérieux préfet-en-chef... Malgré tout, la fillette portait les couleurs de Gryffondor. Pour l'instant, les quatre équipes étaient à égalité dans le classement, donc il n'y avait pas vraiment de choix stratégiques à faire, et puis elle aimait bien le capitaine de cette équipe. Aby sortir de son sac une paire de multiplettes, l'instrument indispensable pour la curieuse qu'elle était, et les pointa en direction des tribunes de Gryffondor. Voyons quelles banderoles ils avaient...par la culotte de McGonagall ! Mais que faisait la capitaine de Poufsouffe au beau milieu d'une tribune ennemie, peinturlurée comme une supportrice des rouge et or ! Sous ses yeux curieux, Nora Weaver se mit à chatouiller son voisin, un garçon plutôt vieux dont elle n'était pas sûre de savoir le nom. N'était-ce pas lui, cet Irving qui était devenu blond l'espace de quelques jours ? Voilà donc la clef du mystère, peut-être était-elle là pour ce garçon... Abigail tritura ses multiplettes pour zoomer sur le Gryffondor, et poussa une exclamation stridente :

"Mille milliards de mille sabords ! Irving est homosexuel !"

C'était, tout du moins, la seule explication logique au fait qu'il tienne une pancarte affichant Jeremy Baker à moitié nu entre ses mains... Abigail plissa les yeux pour essayer de lire l'inscription qui accompagnait l'image, mais c'était impossible avec tout ce brouillard. A la fois désapointée et excitée par cette nouvelle révélation, elle abaissa ses multiplettes et constata qu'elle avait attiré l'attention de sa voisine.

"Oups, désolée. Je m'appelle Aby, au fait, et toi c'est Pilli non ?"

Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 292

Voir le profil de l'utilisateur
Andrew était complétement extatique et sautillait comme une fillette avec son copain Gowan, qui se laissait complétement porter par l'esprit par l'esprit du match.

- C'est trop cool ! hurla le jeune McGregor avec son accent écossais à couper au couteau.
- Quoi ? lança Andrew. Parle plus fort, j'entends pas !
- Je disais c'est trop cool !
- DE QUOI ?
- LE MATCH !
- OUI ET ?
- C'EST TROP COOOOOOOOL ! s’époumona finalement Gowan dans l'oreille d'un élève plus âgé assis devant lui, Whitaker quelque chose. DÉSOLÉ ! ajouta-t-il à l'adresse de ce dernier. POUR TON TYMPAN ! C'EST PAS DE MA FAUTE, C'EST LE TAMBOUR !
- ARRÊTEZ DE CRIER ! lança Henry Hallchurch de toute la force de sa voix.
- OUAIS, JE CONFIRME, ON VA GAGNER ! approuva Andrew en battant des mains.

Par Merlin, le Quidditch, c'était vraiment trop cool. Il n'avait plus de voix, plus de force et plus de tympans à cause du tambour d'un nouveau venu - super idée au passage - mais qu'est ce qu'il était content ! Contrairement au garçon devant lui, Whitaker, qui semblait plutôt fâché. Ce qui était vraiment dommage dans un match aussi super que celui-ci ! L'ambiance était absolument géniale. Andrew entreprit de le dérider en criant encore plus fort ses chants de supporters, afin que lui aussi se laisse happer par la bonne humeur communicative des Gryffondor.

En face, les Serpentard avaient déroulés des bannières si impressionnantes qu'il en était resté bouche bée. Ça c'était du travail et ses maigres bannières ne faisaient pas vraiment l'affaire face aux décorations Serpentard. C'était tout bonnement impressionnant. Il avait certes entendu dire par Sasha qu'ils avaient fait du très bon travail, il n'imaginait pas que ce serait à ce point. C'était presque des bannières professionnelles, du genre qu'on achète dans les clubs. Avec leurs petites pancartes dessinées au feutre, ils étaient ridicules. Et pourtant, ils y avaient mis du cœur. Il s'étaient appliqués à faire quelque chose de joli, qui rende bien, avait tout fait tous ensemble et travaillé dans la bonne humeur, pour se faire écraser dès les premières minutes par les Serpentard. Même leurs chants de supporters étaient plus longs et plus travaillés ! Réprimant d'un coup de paupières les larmes qui lui étaient venues aux yeux, Andrew fusilla du regard les bannières vertes et argent qui lui faisait face. C'était vraiment trop injuste.
Dépité, il se rassit sur son banc. Il avait vraiment espéré faire sensation avec tout leur travail de décoration mais c'était peine perdue. Il n'avait même plus le cœur à lancer ses étincelles, dont il était pourtant très fier. Il avait passé des nuits à les mettre au point, manquant plusieurs fois de mettre le feu à son baldaquin, au plus grand désespoir d'Henry. Mais s'il faisait des étincelles, il était quasiment sûr que les Serpentard viendraient casser tout son contentement en faisant apparaitre un gigantesque serpent en feu d'artifice ou il ne savait quoi. Quelque chose de bien mieux que ses misérables étincelles.

Il n'y avait plus qu'à espérer que les Gryffondor gagnent le match, pour au moins retirer quelque chose de positif de cette journée. Attristé, il se remit debout sur son banc pile à temps pour voir une gigantesque pancarte prônant la démission de O'Connor s'envoler de la tribune des Serdaigle. Il n'y avait bien qu'eux pour faire des choses sérieuses durant un match !
A coté de lui, Henry cherchait désespérément à attirer l'attention du garçon au tambour, postillonnant à chaque cri un peu plus dans les cheveux bouclés du garçon de devant. Réprimant un rire moqueur, Andrew se racla la gorge et se pencha vers la pauvre victime d'Henry.

- Euh, bonjour, excuse-moi - désolé de te couper - ajouta-t-il à l'adresse d'une fille blonde qui n'était rien d'autre que...

Il cligna rapidement des yeux pour faire le point.

- Haaan, mais t'es Nora Weaver, la Capitaine des Poufsouffle ! Enchanté ! lança-t-il en tendant la main pour serrer la sienne, percutant au passage le nez de Whitaker. Désolé, grimaça-t-il.

Il allait vraiment croire que les première années lui en voulait.

- J'suis Andrew Dubois-Cavill ! expliqua-t-il à Nora. Et c'est trop bien de voir les capitaines des autres équipes soutenir les autres. J'trouve ça génial !

Les Poufsouffle étaient vraiment cool. Cet acte de bonne foi avait redonné le sourire à Andrew, soudainement. Sa mère disait toujours qu'il lui en fallait peu pour être heureux et elle n'avait pas tort. De nouveau souriant, il se pencha vers Whitaker.

- Au fait, t'as du crachas dans les cheveux ! C'est Henry qui postillonne !

Puis, se tournant vers le garçon au tambour un peu plus loin il hurla de toute la force de ses poumons :

- EH ! LE GARÇON BOUMBOUM ! MON COPAIN VEUT TE DIRE QUE Y'A DES FAUTES SUR TA PANCARTE ! MAIS SUPER TAMBOUR ! C'EST TROP CLASSE !

Surtout que les Serpentard n'avaient pas de tambour, ça, il n'y avait pas pensé. De nouveau dans l'ambiance, il se mit à siffler et à conspuer l'équipe adverse, faisant fi des tympans alentours.

- ALLEZ GRYFFONDOR ! ALLEZ BAKER ! ALLEZ JULIET, T'ES TROP COOL ET T'AS UN BALAI TROP COOL ! A BAS SERPENTARD, BANDE DE TOCARDS !

Surtout qu'il avait parié avec Sasha et qu'il n'allait pas perdre l'occasion d'avoir des Chocogrenouilles gratuites.


Georgiana WrightAncien personnageavatar
Messages : 395

Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui était un grand jour pour l'équipe des rouge et or, la jeune femme le savait mieux que n'importe qui. Le pire dans l'histoire est qu'une partie du résultat final reposait sur ses épaules. D'habitude, elle ne s'inquiétait pas de ce genre de détails mais dernièrement les sentiments étranges qu'elle ne parvenait pas à identifier et qu'elle éprouvait à l'égard de son capitaine la rendaient un peu étrange et gauche ce qu'elle détestait par dessus tout. De plus, l'année dernière ce vaniteux O'Connor qu'elle avait eu la trop grande bonté à l'évidence de sauver avait tenté par tous les moyens de l'empêcher d'attraper le vif d'or. Aussi avait-elle une revanche à prendre sur ce crétin en espérant qu'il aie le bon sens de bien vouloir rester sur son balai sans aventure rocambolesque encore qu'il utiliserait en bon serpentard pour excuser sa piètre performance.

Arrivant dans les vestiaires, elle vit Jeremy qui faisait les cents pas visiblement nerveux.

* Et bien ... Ca commence bien.*

En d'autres circonstances et par le passé, la jeune femme lui aurait probablement envoyé une taquinerie qui malgré l'apparente agressivité qu'elle dégageait, aurait permis à Jeremy de se détendre un peu. Cependant, actuellement cela l'aurait contraint à le regarder et leurs regards auraient fini par se rencontrer la faisant probablement rosir. C'était hors de question qu'elle se ridiculise ainsi à quelques instants du premier match de la saison. Dès la semaine suivante ou même lors de la prochaine sortie à Pré-au-lard, elle tenterait d'attraper pour régler définitivement l'espèce de malaise qu'elle sentait entre eux. Après tout, elle faisait partie de la maison de Godric Gryffondor et un courage sans faille était l'une de leurs caractéristiques premières. Après tout que pourrait faire Baker si éventuellement, il avait plus de jugeote que Whitaker et venait à comprendre qu'il ne la laissait pas indifférente ? A part lui dire que ce n'était pas réciproque, il ne pouvait rien lui arriver. Elle doutait fortement qu'il lui retire son poste pour quelque chose comme ça ou qu'il ébruite la nouvelle. Ce n'était clairement pas son genre mais peut-être que son attirance la rendait aveugle...

Un quart d'heure avant le début du match, l'entièreté de l'équipe se retrouva face à leur capitaine pour le traditionnel discours d'avant-match. Bien qu'écoutant la tirade du jeune homme, Georgiana laissa son regard se promener sur les vestiaires en prenant bien soin d'éviter celui du blond. Vivement qu'elle puisse enfourcher son balai et se concentrer sur le vif d'or ! Nerveuse la jeune femme tritura entre ses doigts une mèche de sa longue crinière de feu. Sa mésaventure de l'année précédente avec O'Connor ne l'avait pas dissuadée de les laisser détacher. Aussi s'acharnait-elle sur une pauvre mèche ce qui désespèrerait certainement sa mère lorsqu'elle verrait l'état de ses pointes comme toujours ...

Alors qu'elle allait prendre son balai dans son casier, Jeremy laissa entrer les quelques gryffondors venus encourager un ami. Parmi ceux-ci se trouvait une petite fille auquel le jeune homme fit la conversation brièvement. Lorsqu'il se tourna à nouveau vers eux, Georgiana, qui se trouvait au centre de la pièce avec son fidèle "destrier", prit soin de trouver subitement très intéressant le manche de son balai qu'elle avait poli la veille. Ce fut certainement son soudain intérêt pour ce dernier qui provoqua sa surprise par la suite lorsqu'elle sentit un bras encerclé sa taille. Regardant autour d'elle, elle vit l'ensemble de ses coéquipiers qui s'étaient assemblés autour d'elle pour apparemment faire une photo de groupe. Remontant de l'extrémité du membre jusqu'à son possesseur, la jeune femme resta muette de stupeur lorsqu'elle vit qu'il s'agissait de Jeremy,rougissant violemment de sorte de parvenir à prendre la même teinte que sa tenue de Quidditch. La photo aurait probablement attisé sa colère face à la tête d'idiote qu'elle aurait fait si Wilson n'avait attiré son attention en lui mimant de sortir son plus éclatant sourire. Rigolant face à la gestuelle de la jeune femme, un sourire se dessina sur les lèvres de l'attrapeuse juste à temps.

Une fois les clichés pris, l'équipe se dispersa. Peu encline à rester bêtement dans la situation qui était la sienne, la jeune femme allait s'éloigner mais le bras de Jeremy la retint. Levant les yeux vers lui, elle le regarda visiblement étonnée. Qu'avait-elle fait encore ? Il ... Il n'avait rien vu de son attitude pitoyable d'il y a quelques minutes n'est-ce pas ?

* Par Merlin, je ne vous demande jamais rien alors faites qu'il n'ait rien vu. *

-"Fais moi plaisir, cette fois, si O'Connor tombe, laisse-le s'écraser."

Les mots qu'il lui murmura à l'oreille eurent l'effet d'un électrochoc sur Georgiana qui frissonna légèrement. Bon sang ! La voilà qui réagissait n'importe comment !
Secouant la tête pour reprendre ses esprits, elle murmura timidement en baissant les yeux pour éviter qu'il ne la voit virer encore au rouge :" Je... Je tenterai d'éviter de mettre en danger la réussite de l'équipe, promis.".

- "Tes cheveux sont trop jolis pour être arrachés par ce crétin !"

Le capitaine ponctua sa phrase d'un baiser sur sa joue. Surprise et plus que troublée, Georgiana releva les yeux vers le jeune homme qui s'éloignait déjà. La bouche légèrement entrouverte, ses doigts entrèrent en contact avec l'endroit où les lèvres de Jeremy s'étaient posées quelques instants plus tôt.Venait-il vraiment de faire ce qu'elle pensait qu'il avait fait ? N'avait-elle pas rêvé ? En tout cas, maintenant, il devait l'avoir prise pour une idiote finie avec l'air ahuri qu'elle avait mais elle n'en avait cure trop perturbée par ce qu'il venait de se passer.

- " Jeremy... je... ", commença-t-elle mais l'équipe était déjà sortie la laissant seule.

L'attrapeuse aurait pu rester dans cette position pour une longue durée et rater ainsi un match qu'elle attendait avec impatience depuis le précédent dans lequel elle avait affronté Serpentard si la voix d'Horace ne l'avait pas sortie de sa torpeur. Sortant des vestiaires, elle courut rejoindre ses camarades qui allaient s'envoler. Enfourchant son balai, elle sortit à leur suite et s'éleva directement pour prendre sa place bien au dessus des autres pour être sûre de repérer le vif d'or.

A leur suite entra l'équipe de Serpentard. Comme à l'accoutumée Twilfit avait préparé des banderoles pour soutenir les siens et Merlin seul savait combien ils en avaient besoin si les rumeurs concernant la mésentente au sein de l'équipe étaient fondées. Plantant là ses coéquipiers, O'Connor partit chauffer la foule de leurs supporters.

- "Le vif d'Or ou la mort!", hurla-t-il à l'attention de ceux-ci.


Décidément il y avait des choses qui ne changeraient jamais. Même dans la situation qui était la sienne, le Serpentard trouvait encore assez de vanité pour adopter un tel comportement. Ca en était pitoyable.
Pitoyable et pathétique était également le chant qui résonna en réponse à sa tirade. Les Serpentards ne parviendraient jamais à jouer dans le respect. C'était une notion dont ils étaient totalement dépourvus.
Peu inquiétée par la moquerie qu'ils pouvaient sortir la concernant, la jeune femme regarda attentivement chacun de ses coéquipiers pour voir leur réaction. Aucun d'entre d'eux ne lui apparaissant blessés par les propos tenus, elle se rassura et put se reconcentrer sur la tâche qui lui était dévolue.

Son opposant justement venait de la rejoindre et la toisait désormais comme à son habitude. Roulant des yeux, Georgiana garda le silence. Si ça avait été Nora ou l'attrapeur des Serdaigle alors la jeune femme se serait laissée aller à la conversation et aux encouragements mais il s'agissait d'O'Connor, le vaniteux serpentard qui méprisait quiconque et n'avait d'égard que pour sa propre personne. Au vu de leur dernier affrontement, elle s'attendait à ce que ce dernier vienne encore remettre en doute sa victoire contre lui l'année précédente. Après suivraient probablement des insultes à peine dissimulées comme c'était usuellement le cas.

"C'est peut être mon dernier match de Quidditch, et je n'ai pas d'autre alternative que de vaincre!"

Légèrement déconcertée, Georgiana tourna son regard brièvement vers l'attrapeur adverse, un sourcil haussé. Il n'espérait quand même pas l'adoucir ou l'avoir de la sorte ? Il ne pensait tout de même pas que pour la simple raison qu'il était incapable de garder son poste de capitaine vu son odieux comportement égocentrique, elle allait le laisser gagner ? Elle s'appelait Georgiana pas Nora... Même son amie en question ne serait pas aussi naïve pour mordre à l'hameçon. Peu encline à prendre la parole sans indice supplémentaire sur l'état d'esprit du jeune homme, la Gryffondor resta silencieuse se contentant de scruter les alentours en prenant soin de toujours l'avoir dans son champ de vision. On ne savait jamais ...
Après un long silence qu'elle ne brisa pas, O'Connor reprit enfin la parole.

- "Je n'ai jamais eu l'occasion de te remercier pour ton geste de l'année dernière. Mais si tu n'avais pas
dévié ton vol, je ne serai probablement pas la aujourd'hui pour te parler, et te dire... Merci!"


Venait-elle bien d'entendre un remerciement de la part d'O'Connor ? L'examinant rapidement du regard, elle tenta de voir s'il s'était blessé d'une quelconque manière mais cela ne semblait pas être le cas. Haussant les épaules, elle resta concentrée sur son match. Elle avait sans doute mal compris le sens de ses paroles.

-"Que le meilleur gagne!"


Définitivement exaspérée par la nouvelle attitude d'O'Connor qui étrangement ne paraissait pas être une façade qu'il avait confectionné pour la piéger, Georgiana tourna légèrement son balai vers le jeune homme.

- " Ecoutes, O'Connor, je ne sais pas à quoi tu joues aujourd'hui mais si tu tentes de me déstabiliser, je suis au regret de t'informer que tu perds ton temps. N'essaie pas de m'amadouer non plus. Ton dernier match dis-tu ? Pourquoi à ton avis ? Si tu avais un brin de respect pour les gens qui forment ton équipe,si tu les considérais plus comme des camarades alors tu pourrais arriver à la cheville de capitaine tel que Nora ou Jeremy. L'année dernière, lorsque j'ai eu la bonté de tenter de te prévenir pour ensuite venir te récupérer sur mon balai au lieu de voir ta grande gueule de crétin s'écrabouiller sur le sol, tu m'as joué le pire tour possible en tentant par tous les moyens de m'empêcher d'attraper le vif d'or."

Avant qu'il n'ait le temps de protester pour éventuellement lui sortir une excuse sur le fait que ce genre de procédés étaient répandus puisqu'il faisait partie des Serpentards, la jeune femme leva la main pour l'intimer au silence.

- " Ton statut de Serpentard n'excuse en rien le comportement que tu as eu. On peut être un Serpentard et avoir ce qu'on appelle communément de la dignité. J'ai connu de plus viles serpentards que toi qui en avait bien plus que tu n'en auras jamais. A la soirée Mousse, des bribes qui me restent vu l'état dans lequel j'ai été en seconde partie de soirée, je ne vois qu'un O'Connor ampli de vanité qui m'a déjà amplement remercié en tentant de m'humilier. Je n'ai donc pas besoin de tes remerciements. C'est dans ma nature d'être stupide de la sorte. Nos places eussent été échangées qu'une pierre tombale avec mon nom aurait été, à l'heure actuelle, tout ce qu'il reste de moi."

Gardant le silence quelques instants tout en parcourant les alentours du regard, Georgiana vint finalement planté ses yeux couleur turquoise dans ceux du Serpentard.

- " Que je gagnes ou que je perdes, cette fois, je te ferai payer durement toutes paroles méprisables que tu pourrais avoir à l'égard de mon équipe. Cela dit, je vais faire comme si j'étais tombée dans ton minable piège bien que ce ne soit pas le cas."

Flanquant une légère tape faussement amicale sur l'épaule d'O'Connor, Georgiana arbora le temps d'un battement de cils, un sourire.

-" Bonne chance, O'Connor ! Tâche de rester sur ton balai cette fois ! Voler en tandem n'est pas l'une de mes activités favorites et j'ai fait une promesse que j'aimerais respecter. "

Se mettant à bonne distance de son opposant, la jeune femme entreprit de chercher le vif d'or. Avec ce brouillard, la tâche allait être ardue...




 
Georgiana Vivien Wright
Harpie des Gryffondors ♥️
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Ce n’était pas possible. Il devait absolument trouver une autre place, loin de ces gamins surexcités et survitaminés. Certes, il aimait bien Donald avec lequel il avait eut l’occasion de parler musique lors de leur retenue de la semaine précédente, mais là, c’était juste pas possible. Les trois gosses installés derrière lui hurlaient dans les oreilles depuis cinq bonnes minutes et ils étaient encore plus bruyants que les beuglantes de sa mère ( ce n’est pas peu dire !)
Alors qu’Irving s’apprêtait à changer de place pour fuir ces garnements, Nora se planta devant lui en s’excusant de son retard. Le gryffondor esquissa un léger sourire en découvrant le visage peinturluré de son amie avant de se décaler sur le banc pour lui laisser une place pour s’asseoir. Mais avant qu’il n’ait le temps de lui dire quoique ce soit, Nora éclata de rire. Il n’y avait pas besoin de chercher bien loin la cause de son hilarité : En effet, Irving avait bien vu le regard amusé de son amie se poser sur la pancarte « Jeremynette à poil ».


"Jolie pancarte ! C'est toi qui l'as faite ? demanda-t-elle sur un ton faussement innocent après s’être installé à ses côtés. Pourquoi tu la caches comme ça voyons ?"


« J’aimerai que ma passion pour les capitaines de quidditch à moitié nu reste secrète…» répondit-il sur un ton un peu bourru en posant la pancarte à plat sur ses genoux. Il était bien décidé à planquer cette affiche, ne souhaitant, en aucun cas, passer pour un fan complètement gaga de Jeremy. Malheureusement, Nora en avait décidé autrement : Afin de le dérider quelque peu, elle se lança dans une séance de chatouillis qui visait à lui faire brandir le panneau.


« Nora…arrête ! C’est pas du jeu !" ronchonna Irving en plaquant ses bras contre ses flancs.

Indifférente à ses suppliques, la jeune fille poursuivit de plus belle. Gigotant comme un strangulot hors de l’eau, Irving finit par abdiquer. Les coudes toujours serrés contre ses hanches, il brandit un doigt juste sous les yeux de Nora en s’exclamant :

« Ok ! Ok ! Je le fais mais juste une demi-seconde ! »

Joignant le geste à la parole, il dégaina sa pancarte au moment même où Abigail Scavo avait sa paire de multiplette braquée sur lui. (Dommage)

« Voila ! J’lai fait ! T’as gagné ! » lança-t-il en esquissant tout de même un léger sourire. Même lorsqu’il n’allait pas très bien, son amie avait le don pour lui remonter le moral avec de petites intentions. Il avait vraiment de la chance de l’avoir. Les cris de ses voisins de derrière et le son de la grosse caisse devenaient presque supportables en sa présence. Il lui adressa donc un sourire plus franc avant de se souvenir qu’il avait quelque chose à lui annoncer. En effet, dans sa dernière lettre, sa mère lui avait proposé d’organiser le réveillon du nouvel an chez lui avec ses amis ! Irving ne se voyait pas passer la Saint-Sylvestre sans Nora , il se pencha donc vers elle et commença :

« Faut qu’jt’e parle d’un truc ! Ca t’dit d’faire le nouvel… »
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une bouille outrageusement souriante s’immisça entre les deux amis, arrachant un sursaut de recul à Irving.

« Euh, bonjour, excuse-moi »

« Qu’est-ce’tu veux ? » demanda Irving en fronçant légèrement les sourcils.

Déjà que ce gamin lui cassait la tête avec ses rimes en –ARD depuis dix minutes, voila que maintenant il venait interrompre sa conversation avec Nora. Le gosse voulut d’ailleurs s’excuser auprès de la jeune fille mais il reconnut instantanément les traits de la capitaine des jaunes sous le maquillage rouge et or.

- Haaan, mais t'es Nora Weaver, la Capitaine des Poufsouffle ! Enchanté ! lança-t-il en tendant la main, raclant au passage le nez d’Irving. Sous le coup de la douleur, le Gryffondor se massa l’arrête du nez quelques secondes, en scrutant le première année d’un regard mauvais.

« T’excuses surtout pas, hein ! » lança-t-il passablement énervé.

« Désolé ! » répondit rapidement le gamin avant de tourner une nouvelle fois un visage rayonnant en direction de Nora. Le prénommé Andrew se présenta -Irving ne prit pas la peine de retenir son nom à rallonge- puis il vanta les mérites de Nora, saluant son fair-play et révélant combien il trouvait cela génial.
Effectivement, c’était vraiment cool pour son amie d’entendre tous ces compliments, mais Irving avait un peu l’impression d’être le fantôme de la tribune : Genre, il était là, mais le gamin ne lui accordait aucun intérêt ! Cet Andrew n’avait-il pas remarqué qu’il les avait interrompus en pleine conversation ? Pourtant, le sixième année ne demandait pas grand-chose : Il voulait juste que le gosse n’ignore pas sa présence et qu’il les laisse discuter tranquillement.
Face à l’impolitesse du gamin, il lui attrapa donc le coude pour le forcer à se retourner vers lui :

«Super ! lança-t-il d’un air faussement enjoué, Bon, maintenant dis-nous c’que tu veux ? » répéta-t-il avec plus de sérieux.

« T'as du crachas dans les cheveux ! C'est Henry qui postillonne ! » répondit le gamin.

Irving passa une main dans ses boucles brunes avant d’arborer une mine dégoutée. Effectivement, il y avait un truc collant dans sa chevelure.

« PUuuuuuuutttttttttaainnn ! lança-t-il en se retournant vivement, C’est l’quel Henry ? demanda-t-il en regardant tour à tour les gosses positionnés juste derrière lui. Une fois que les camarades d’Henry eurent montré du doigt le susnommé, Irving poursuivit : Si tu continues à m’cracher d’ssus, j’te jure qu’tu vas t’prendre un coup d’Jeremynette à poil ! Menaça-t-il en brandissant sa pancarte devant lui, et j’peux te garantir que ça fait pas du bien !
Sans prêter attention au double sens que pouvait avoir ses paroles, Irving se réinstalla en bougonnant. La grosse caisse de Donald résonnait toujours et Andrew machin-truc-muche venait de se remettre à hurler des mots en –ARD dans son oreille.
Irving poussa un soupir excédé avant de tourner un regard désabusé en direction de Nora :

« J’vais péter un câble… » Souffla-t-il à sa voisine.


Every day of your life is a leaf of your story which you write
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Les chatouillis incessants de Nora finirent par avoir raison de la volonté d'Irving qui céda et accepta de brandir sa pancarte "une demi-seconde", Nora trouvait ce délais beaucoup trop court mais mit fin à la torture et admira le Gryffondor montrer sa pancarte à tout le monde en pouffant de rire. Elle regrettait de ne pas avoir d'appareil photo pour immortaliser ça. La jeune fille fut ravie de voir que son ami avait retrouvé le moral, elle l'avait trouvé un peu préoccupé ces temps-ci. Elle répondit donc franchement au sourire qu'il lui adressa tout en se demandant ce qui pouvait le tracasser de la sorte.

Elle aurait vraiment voulu lui parler de son père, mais ce n'était ni le moment ni le lieu pour ça, elle se promit cependant de le faire plus tard. Même s'il n'abordait pas le sujet de lui-même, peut-être que ça lui ferait du bien d'en parler, quoique...en fait elle n'en savait trop rien. Mais si jamais il avait besoin d'en parler et qu'elle ne lui en donnait pas l'occasion elle s'en voudrait, sauf que si elle abordait le sujet alors qu'il ne le voulait pas, ça ne l'aiderait pas non plus. Occupée à tergiverser sur le bon comportement à adopter, Nora sursauta quand Irving s'écria soudainement :

« Faut qu’jt’e parle d’un truc ! Ca t’dit d’faire le nouvel… »

Elle ne saurait pas ce qu'était ce "truc" tout de suite car la tête d'un petit garçon souriant fit soudain irruption entre elle et Irving. Le jeune Gryffondor s'excusa de les couper et, reconnaissant Nora, la salua avec enthousiasme en honorant son fair-play. La jeune fille sera la main que le petit lui tendait en rosissant un peu, elle n'avait vraiment pas l'habitude qu'on la reconnaisse comme ça. Il n'y a encore pas si longtemps la plupart des élèves de l'école connaissaient à peine son prénom, cela faisait même cinq ans que Lorgan l'appelait "Amely" les rares fois où elle avait à lui adressé la parole.

"Euh...enchantée Andrew ! Et puis...merci ?" répondit-elle, flattée mais un peu mal à l'aise.

Irving semblait pressé de se débarrasser du gamin puisqu'il le pressa de leur dire ce qu'il leur voulait. Le peu de bonne humeur qu'elle avait tenté de lui faire retrouver semblait avoir bien vite disparu. Et la réponse du gamin n'allait pas arranger les choses puisqu'il expliqua qu'Irving avait du crachat dans les cheveux parce qu'un dénommé Henry postillonnait. Nora grimaça, réprimant tout de même un sourire face au ridicule de la situation. Envie de sourire qui la quitta bien rapidement quand elle vit son voisin se retourner vivement à la recherche du coupable.

La jeune file haussa les sourcils, un peu surprise par la réaction du Gryffondor. Non pas que les gamins ne l'aient pas cherché mais elle se serait plutôt attendu à la voir râler et rabattre sa capuche sur sa tête. Il y avait vraiment quelque chose qui n'allait pas. Au lieu de ça il menaça Henry d'un "coup de Jeremynette à poil" expression qui fit arquer un sourcil à Nora. Il faisait bien évidement référence à la pancarte, mais sortit de son contexte...

« J’vais péter un câble… » Souffla-t-il en se réinstallant o coté d'elle.

Elle hésita un instant à lui demander si tout allait bien, mais ce n'était pas forcément le genre de conversation qu'on avait en hurlant par dessous le vacarmes d'une foule en plein évènement sportif. Non, pour l'instant tout ce qu'elle pouvait faire c'était essayer de lui faire passer un bon moment malgré ce qui pouvait le tracasser. Cependant, ça n'allait pas être facile au milieu de ce boucan.

"Je suis persuadée que tu as été un première année bruyant et surexcité toi aussi ! lança-t-elle en souriant. Tu veux qu'on change de place ?" cria-t-elle pour couvrir le bruit. Qui avait eu l'idée d'amener une grosse caisse ?

N'attendant pas la réponse du Gryffondor, elle l'attrappa par la main et entreprit d'escalader les gradins. Elle bouscula plusieurs personnes sur son chemin et se confondit en excuses à chaque fois mais l'imposante pancarte d'Irving encourageait la plupart des élèves à s'écarter pour les laisser passer. Ils finirent par arriver au tout dernier rang, plus silencieux. Nora s'approcha alors de deux filles de troisièmes années.

"Il y a des garçons qui distribuent des pancartes de Jeremy Baker un peu plus bas !" lança-t-elle en pointant les Gryffondors qui l'avaient maquillé.

Les deux filles se levèrent aussitôt avec des exclamations aigus, laissant deux places sur le banc. Bon, c'était un peu diabolique, presque digne d'un Serpentard, elle avait un peu honte mais il y avait urgence ! Elle ne pouvait pas laisser Irving tourmenté comme ça !

"Et voilà, presque calme ! On voit un peu moins bien mais on peut compter sur Horace pour nous dire ce qui se passe sur le terrain," déclara-t-elle en souriant.


Mary-Lisbeth PilliwickleAncien personnageavatar
Messages : 81

Voir le profil de l'utilisateur
Pilli était arrivé tôt afin d’avoir une bonne place dans les tribunes du stade. C’était là l’occasion pour elle d’évaluer le jeu de ses futurs concurrents et de déceler d’éventuelles failles dans leurs tactiques respectives. Elle n’avait pas spécialement d’équipe favorite, puisque son handicap l’empêchait de se souvenir de la grande majorité de ses camarades, mais elle s’était tout de même renseignée sur l’identité des titulaires après les sélections de chaque maison. Comme tout Poudlard, elle avait eut vent des discordes au sein de l’équipe Serpentard mais la jeune fille restait méfiante : C’était peut-être une ruse de la part des vert et argent qui visait à faire croire qu’ils étaient affaiblis… Les disciples de Salazar étaient parfaitement capables de ce genre de basses manipulations !
Mais pour l’heure, elle devait surtout observer avec attention le jeu des autres batteurs. Josh, la capitaine de Serdaigle lui avait d’ailleurs fait un rapide topo sur les quatre élèves qu’elle allait devoir surveiller durant la rencontre :

« Pour Serpentard, Killian Gray et Lauren McGowan, aussi redoutables l’un que l’autre. Leur point fort : Surement la plus grosse force de frappe de Poudlard. Leur point faible : Deux égos surdimensionnés qui les empêchent d’œuvrer efficacement ensemble.
Pour Gryffondor, Lorena Seroso et Mathew Mayweather. Leur point faible : Deux gabarits assez fluets. Leur point fort : L’entente parfaite, ils sont amis à l’extérieur et cela se voit sur le terrain, ils forment le duo le plus complémentaire de l’école. »


Forte de ses informations, Pilli attendait le début du match avec impatience, regardant le stade se remplir doucement. Peu avant le coup d’envoi, une petite gryffondor vint d’ailleurs s’asseoir juste à côté d’elle. Ne savait-elle pas que la tribune Rouge et Or était en face ? Il suffisait pourtant de jeter un œil à leur collection de banderoles et d’affiches (qui aurait fait pâlir de jalousie les mannequins en couverture de Têtu et Playboy) pour s’en apercevoir ! Mais la jeune fille semblait bien trop occupée avec son affiche géante anti-Serpentard. En effet, au moment de l’entrée des joueurs, la fillette fit léviter son œuvre jusqu’au dessus des tribunes vert et argent sous le regard amusé de Pilli.
La Serdaigle n’eut cependant pas le temps de complimenter sa cadette pour son acte, puisqu’un commentaire d’Horace attisa sa curiosité. Non, ce n’était pas l’horrible surnom du capitaine des rouges qui avait attiré l’attention de Pilli, mais plutôt le prénom de l’une des poursuiveuses de Gryffondor : Juliet. Le même prénom que l’inconnue qui l’avait escorté jusqu’à St-Mangouste le jour de son accident.
Mary-Lisbeth se leva donc pour observer cette mystérieuse joueuse qu’elle ne connaissait alors que sous le nom de Wilson. Malheureusement, la distance était trop grande et Pilli n’arrivait pas à discerner les traits de son visage. Tandis que la Serdaigle plissait les yeux pour essayer de reconnaitre cette Wilson, sa petite voisine s’exclama soudainement révélant l’homosexualité d’un certain Irving. Pilli se retourna vivement vers sa camarade en haussant les sourcils. Elle n’avait pas la moindre idée de qui était Irving,-et à vrai dire, elle s’en fichait- mais la paire de multiplettes que la fillette tenait entre ses mains attira immédiatement son regard.

"Oups, désolée. Je m'appelle Aby, au fait, et toi c'est Pilli non ?" s’exclama d’ailleurs la petite gryffondor.

Le regard de Mary-Lisbeth passa des jumelles au visage rayonnant de la gamine. Elle avait l’air bien brave cette petite ! Elle ne rechignerait surement pas à l’idée de lui prêter ces multiplettes quelques instants, juste le temps pour Pilli de voir, plus en détail, le visage de la poursuiveuse rouge et or.

« Ouep, c’est ça, répondit-elle de sa voix éraillée avant de demander, Dis moi Aby, tu me prêterais tes jumelles deux minutes ? Je veux juste voir un truc … »

La fillette lui tendit l’objet en question et Pilli reporta vivement son attention sur le terrain. Malheureusement, la grosse tête d’O’Connor lui barrait la vue. La Serdaigle jeta donc un œil en direction des tribunes gryffondor afin de chercher le visage de Juliet sur les banderolles. Après avoir vu des pancartes aussi diverses que variées, elle tomba enfin sur une représentation de Wilson :


Non, décidément, cette fille ne lui disait rien, et heureusement d’ailleurs. Tout en rendant les Multiplettes à sa voisine, elle demanda tout de même:

« Toi qui est à gryffondor, tu la connais bien Juliet Wilson ? »


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1285

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël était arrivé juste avant l'entrée des deux équipes sur le terrain. Il avait donc eu le temps d'apercevoir les pancartes de Juliet et Jeremy en petite tenue ainsi que les pancartes de demandes en tous genres adressés aux joueurs de Gryffondors. Les Serpentards s'étaient montrés beaucoup plus soft et avaient réaliser un espèce de drap avec le nom de tous les joueurs de l'équipe Serpentard. Le drap recouvrait complètement les supporters des verts et tandis qu'il était déployé deux étendards étaient lâchés de chaque côté de la tribune Serpentard. C'était magnifique, il n'y avait pas d'autres mots. Les Gryffondors avec leurs vulgaires pancartes pouvait aller se rhabiller. Les chants raisonnèrent dans tout le stade.

Les chansons des deux équipes utilisaient un langage fleuri, ce qui fit froncer les sourcils du Poufsouffle. Sam n'était clairement pas venu pour supporter l'une ou l'autre équipe, il se fichait royalement de l'issue du match. Il était venu avant tout pour observer ses futurs adversaires, surtout les batteurs, voir comment ils occupaient le terrain, leurs petits secrets stratégiques. Lui pourrait ensuite agir en conséquence, de ce qu'il en avait pu observer par le passé, les deux batteurs de Gryffondor semblaient ne faire qu'un. Pour l'équipe de Serpentard, il faudrait voir. Il avait tout de même était déçu d'apprendre qu'Ulrich Keller avait été évincé de son post de batteur. Mais O'Connor n'était pas connu pour sa jugeote, d'ailleurs la nomination de Kelly Murdoch le démontrait.

Samaël détestait avoir des pensées méchantes mais Murdoch n'était franchement pas fine, cette fille avait un QI d'huître et encore c'était méchant pour l'huître. Cette fille était vraiment stupide. La nomination de Gillian Davies ne semblait d'ailleurs pas réfléchit non plus, ce mec était une plaie ambulante, il se croyait drôle et fier de ce qu'il représentait. Samaël n'arrivait pas à déterminer pourquoi, il n'aimait pas le Serpentard, il n'était pourtant pas plus désagréable qu'un autre.

En plus, il ne semblait clairement pas se prendre la tête sur ce que les autres pensaient sur son style vestimentaire sur sa façon d'agir, sur ses relations amoureuses. Il ne fallait pas se leurrer Gillian Davies était gay. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure mais Gillian n'avait pas de complexes. Et sans que Sam ne s'en aperçoive, il était petit à petit devenu jaloux de l'aisance avec laquelle Davies vivait son statut de mec efféminé.

Pourtant Sam n'aurait pas dû être jaloux, il n'avait plus de soucis de couple, il n'avait pas encore tout à fait éclairé ses regards égarés en direction des garçons qui l'entourait mais il n'était pas efféminé et n'avait plus de complexe d'infériorité donc aucune raison valable pour expliquer ses sentiments vis à vis de Gillian.

Il ne pouvait plus regarder le Serpentard sans éprouver d'arrières pensées, c'était assez déstabilisant. Enfin, il s'y ferait comme à beaucoup d'autres choses, pour l'instant, il fallait qu'il se concentre sur le match qui se déroulait sous ses yeux et encourager Juliet au passage.




Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 4036

Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir copieusement disputé le jeune gryffondor, Irving se réinstalla en rabattant sa capuche sur sa tête d’un geste vif.

« Je suis persuadée que tu as été un première année bruyant et surexcité toi aussi ! »
lui lança alors Nora en souriant.

Irving ouvrit la bouche pour démentir, mais il la referma aussitôt en se souvenant de son premier match en temps que supporter Gryffondor. A l’époque, il avait été obligé de rendre visite à Miss Bloomwood après la rencontre tellement il avait eut mal à la gorge. En effet, en compagnie des jumeaux Moses, il avait encouragé son équipe pendant tout l’affrontement et brandit fièrement son écharpe rouge et or, si bien qu’il avait attrapé froid…

A bien y réfléchir, il s’était conduit exactement de la même manière qu’Andrew et Henry – le crachat en moins-. Légèrement honteux face à son comportement, le jeune homme baissa les yeux sur ses mains jointes. Il était de plus en plus à fleur de peau en ce moment. La moindre contrariété le rendait furax, il en avait conscience, mais il n’arrivait pas à lutter contre ça. Depuis la maladie de son père, il avait beaucoup de mal à mettre des mots sur ce qu’il ressentait. Il y avait de la tristesse, bien sûr, parfois même de la peur, mais il éprouvait aussi d’autres sentiments qui le rendaient hargneux : Il se surprenait à envier le bonheur de ses camarades, il était en colère contre les gens heureux qui semblaient ne pas avoir de soucis… Pourquoi ne pouvait-il pas être comme eux ? Complètement insouciant, à chanter des hymnes à la gloire de Gryffondor ?
Au fond de lui il savait bien que cette agressivité n’était pas justifiée mais cela lui servait d’exutoire pour extérioriser ses tourments.

Devinant visiblement son trouble, Nora lui proposa alors de changer de place. La grosse caisse était tellement assourdissante, qu’Irving hocha simplement la tête en guise de réponse. Les deux amis se levèrent donc à l’unisson et traversèrent la tribune pour aller s’installer un peu plus haut. Malheureusement, il n’y avait pas de place assise, mais c’était sans compter avec la débrouillardise de son amie :

"Il y a des garçons qui distribuent des pancartes de Jeremy Baker un peu plus bas !" lança la poufsouffle à deux adolescentes.

Les jeunes filles dévalèrent littéralement les tribunes avant même qu’Irving n’ait le temps de leur proposer sa pancarte « Jeremynette à Poil ».

« Ouahou, s’étonna-t-il en s’asseyant à côté de Nora, je vais essayer ce prétexte la prochaine fois qu’y aura la queue aux douches des Gryffondor…ça marchera p’t-être ! » plaisanta-t-il pour se faire pardonner son comportement légèrement agressif, …enfin bref…, poursuivit-il un peu penaud en cherchant ses mots.

Il aurait bien raconté la raison véritable de son énervement mais il ne pouvait décemment pas dire : « Depuis que mon père est malade j’ai envie de tuer tous les gens contents. » Non, ça ne se faisait pas. Aussi, il préféra poursuivre la conversation qu’il avait entamée avec Nora juste avant qu’Andrew ne les interrompe :

« Ah oui au fait ! Ma mère m’a proposé d’inviter quelques copains pour le réveillon du nouvel-an à la maison ! Ca te dit de passer la St-Silvestre à Sheffield ? Comme ça, on pourrait fêter nos un an d’amitié dignement! » conclut-t-il avec un large sourire.

Effectivement le temps était passé drôlement vite. Pourtant Irving se souvenait de cette journée de décembre comme si c’était hier : Il revoyait parfaitement la frêle silhouette de Nora courant dans le parc, ses longs cheveux s’entremêlant dans le vent, tandis qu’elle essayait d’attraper sa lettre qui ne faisait que s’envoler. Après sa rencontre avec la jeune fille, tout s’était enchainé : Il avait trouvé de nouveaux amis, Georgiana et Danny, puis il avait même réussi à mettre de côté ses idées reçues sur les joueurs de Quiddich… Tout ça, grâce à elle…

Il la regarda quelques secondes du coin de l’œil et songea instantanément au drôle de moment qu’ils avaient partagé dans la forêt interdite. Bien sûr, depuis ils avaient longuement parlé de l’attaque du monstre, de la bataille contre le saule cogneur et de la cheville cassée d’Irving, mais, aucun des deux n’avait évoqué ce qui aurait pu se passer juste avant le scintillement de la lumière bleuté…

Légèrement troublé par les différents scénarios que fomentait son esprit, Irving se racla la gorge et riva son regard sur le terrain :

« Bon j’espère que Georgy va donner une bonne leçon à O’Connor ! » lança-t-il d’un air décidé.


Every day of your life is a leaf of your story which you write
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur
Horace Gullivern-16 ans-Gryffondor


Horace plissait les yeux derrière ses lunettes pour essayer de distinguer ce qui se passait sur le terrain, tout en pestant intérieurement contre la magnifique bannières des Serpentard, il fallait toujours qu'ils fassent dans les grandes pompes ceux-là ! Les pancartes des Gryffondors étaient bien plus marrantes de toute façon ! Il espérait d'ailleurs pouvoir récupérer une affiche de Wilson à la fin du match, ça ferait très bien au dessus de son lit...

Apercevant enfin la grosse balle rouge qu'il cherchait du regard depuis plusieurs seconde, Horace se jeta sur son micro.

"Le souaffle est entre les mains des verts et argent, qui se rapprochent dangereusement buts adverses, vas-y Jereeeem, laisse rien passer ! Ah, finalement le souaffle passe chez les Gryffondors ! Kelly, il faut faire des passe aux membres de son équipe, quelqu'un lui a appris les règles ? Wilson à la balle, elle la passe à Fowler et...Par la barbe de Merlin devinez qui est dans le public ! "

Horace cligna des yeux plusieurs fois, pour être sûr qu'il n'allait pas dire de bêtises, mais c'était bien lui. Le grand, l'unique, le redoutable, le célèbre....

"Richard Griffit ! Recruteur pour les grandes équipes des Frelons de Wimbourne et des Canons de Chudley ! Sans vouloir vous mettre la pression mes très chers joueurs, votre avenir se joue maintenant, mais je dis ça comme ça...Bon, où en est ce match ? Oulla ! Je viens de voir un cognard de McGowan filer et je n'aimerais pas être celui qui va le recevoir !"

Les acclamations des deux maisons adverses ne faiblissaient pas et les joueurs semblaient tous aussi motivés les uns que les autres. Ça allait être un beau match, Horace en était persuadé ! Cependant, avec tout ce brouillard il ne voyait pas grand chose et le commentateur avait peur de louper ce qui se passait en plein ciel. D'ailleurs, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas vu les attrapeurs ! Où en était le score d'ailleurs ?

"Nous sommes à 30 contre 20 en faveur des rouges et or, allez-y vous êtes les meilleurs ! Ne me regarder pas comme ça Professeur Adamson !"
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Mar 30 Oct 2012 - 18:42, édité 1 fois
Lauren McGowan
6ème année
Serpentard



L'ambiance était morose dans le vestiaire des Serpentard. Lauren était adossée au mur, le regard noir, faisant rebondir sa batte à un rythme régulier contre son genoux, arrachant à son articulation maltraitée un craquement à chaque nouveau coup. Le bruit finit par dégouter Gillian Davies qui s'éloigna d'elle pour aller s'asseoir un peu plus loin en entreprendre de lustrer ses immondes chaussures. Ce n'était pas trop tôt ! La batteuse cessa alors son petit jeu et s'échauffa rapidement. Échauffement qui consista à faire craquer ses doigts bruyamment, à faire quelques grands cercles avec ses bras et une douzaine de tractions en s'accrochant à son balais qu'elle avait fait léviter à l'aide d'un sortilège. Une fois ses exercice finit, la Serpentard jeta un regard moqueur à Anton Smith, persuadé que cet empoté était incapable de faire cinq pompes sans devenir aussi rouge que le souaffle qu'il était censé arrêter.

Le capitaine finit par faire son entrée, arrachant un grognement à la batteuse. Elle ne le supportait plus celui-là, et si elle était là aujourd'hui c'était pour sa maison, pour elle, mais certainement pas pour ce connard. Bien sur elle voulait la victoire, comme toujours, mais pour imposer le respect aux autres maison et pour flatter son propre orgueil, non pas pour augmenter encore un peu plus l'égo déjà surdimensionné de Darren. Lauren savait que si ils perdaient le match, O'Connor dégageait, mais elle n'allait pas saboter la rencontre pour autant. Parce que si il était viré, le meilleur joueur de l'équipe serait nommé capitaine, et ce joueur ne pouvait être qu'elle ! Décidée à montrer à tout le monde qu'elle était la plus douée, Lauren baissa les yeux pour se concentrer, les poings serrés. Elle ne fit absolument pas attention à ce qui se passait autours d'elle, jusqu'à ce qu'elle sente un regard se poser sur elle.

Relevant lentement les yeux, la Serpentard croisa le regard de son Capitaine, qu'elle soutint. Elle ne baisserait pas les yeux, jamais. Son regard était noir, dur, alors qu'elle ne lâchait pas le regard de jeune homme. Un sourire méprisant se dessina sur les lèvres de Lauren en voyant le "Grand" Darren O'Connor détourner les yeux. Ça lui apprendrait tiens. Personne ne défiait un McGowan du regard ! La jeune fille se replongea dans son exercice de concentration.

"Si vous ne le faites pas pour moi, tachez de le faire pour l'honneur de l'équipe! La maison Serpentard ne peux pas se permettre de perdre une deuxième fois de suite contre ces bouffons! Je veux le scalpe de fichu blondin de malheur! Alors réagissezcomme des pros! Et non comme une bande de vulgaire gamins!"

Elle rêvait où il venait de les traiter de gamins le petit merdeux prétentieux là ? Lauren haussa les sourcils, il parlait de professionnalisme, vraiment ? Celui qui avait engagé la bécasse ? C'était risible ! La batteuse soupira le plus bruyamment possible. mais cala son balais contre son épaule et suivit le reste de l'équipe dehors. Le capitaine soit-disant si professionnel se serra pas la main à son adversaire et décolla avant même que l’intégralité de son équipe ne soit entrée sur le terrain, histoire d'aller chauffer la foule avec son éternel : "Le vif d'Or ou la mort!"

"Espérons qu'il n'attrapera pas le vif alors...." railla la batteuse entre ses dents serrées, assez fort pour que ses coéquipiers l'entendent.

Au coup de sifflet de Mrs Bibine, Lauren s'envola, bouillante de rage. Les victimes de ses cognards allaient souffrir aujourd'hui, elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelque chose et les rouges et or seraient parfait pour lui servir à ça. La serpentard se jeta sur le premier cognard qui s'envola avec une rapidité terrifiante et l'envoya de toute ses forces sur une silhouette rouge, il y avait trop de brouillard pour qu'elle sache qui elle avait visé, mais peu importe, c'était du Gryffondor. On n'y voyait pas à deux mètre, mais elle s'en fichait, tout ce qu'elle devait faire, c'était éviter de viser sur tout ce qui était vert, sauf si elle reconnaissait O'Connard ou Kelly la bécasse, qui venait de faire une superbe passe....à l'équipe adverse.

Après tout, elle pouvait toujours exploser le crâne de sa "keupine" et accuser le brouillard...C'était une idée tentante.
Juliet E. BakerPoursuiveuse pour FlaquemareEn ligneavatar
Messages : 2193

Voir le profil de l'utilisateur
Juliet était assise sur le banc des vestiaires des rouges et or, respirant profondément. Elle venait de se changer et attendait ses coéquipiers, suivant machinalement des yeux les pas de son capitaine, visiblement nerveux. Elle devait faire le vide. Et aujourd’hui encore plus qu’un tout autre jour. Elle n’avait pas le choix et se devait de tenir ses soucis, ses sentiments, ses craintes, ses émotions loin du terrain. Prenant une grande inspiration, la jeune femme ferma doucement les yeux et baissa légèrement la tête. L’enjeu de ce match était énorme, et elle le savait. Elle jouait son avenir, au moment où justement, la plus grande partie de ses certitudes étaient en train de s’effondrer. Et pourtant elle n’avait pas d’autre choix que de donner le meilleur d’elle-même dans ce match. Pour son équipe, évidement. Mais aussi pour elle. Pour plus tard. Pour le « après » Poudlard. Une période qu’elle ne pouvait pas imaginer pour l’instant. Chassant ces pensées de son esprit, la Poursuiveuse releva la tête. Jeremy faisait toujours les cents pas, et le reste de l’équipe était arrivé. Eva, semblait anxieuse, et Juliet lui envoya un sourire qu’elle voulait rassurant. Se remémorant avec un léger amusement l’état dans lequel elle était le jour de son tout premier match. Un état qui revenait généralement à chaque fois. Un mélange d’anxiété, de stress, et pourtant une joie évidente.

Un quart d’heure avant le début du match, le Gardien commença une tirade encourageante, déclarant que Gryffondor n’avait jamais eu de meilleure équipe depuis des années. Souriant, Juliet hocha doucement la tête. Sur ce point, elle ne pouvait qu’être d’accord. L’équipe de rouges et or était soudée, surtout en comparaison avec celle des Serpentard d’ailleurs. Ecoutant avec attention les quelques conseils techniques que Jeremy était en train de proférer, la jeune femme nota l’information sur le brouillard non sans une légère grimace. Il ouvra ensuite la porte des vestiaires, laissant passer leurs camarades qui tenaient à les encourager personnellement avant le début du match. Un énorme sourire s’étira doucement sur ses lèvres lorsqu’elle aperçut sa petite sœur, qui se tenait en retrait. Elle savait pertinemment que Leah n’assisterait pas au match et était profondément touchée de sa venue. S’avançant jusqu’à elle, Juliet s’agenouilla pour être à sa hauteur et la prit dans ses bras. Sentant la tête de sa sœur se nicher au creux de son cou, elle se mit à lui caresser doucement les cheveux. Après quelques secondes d’étreintes, Leah se dégagea doucement et la Poursuiveuse lui déposa un baiser sur la joue, murmurant un « Merci ma belle ». La jeune Leah la fixa un instant, avant de lui adresser un semblant de sourire, et de tourner les talons pour regagner son dortoir, la tête baissée et le pas pressant. Suivant la silhouette de sa sœur jusqu’à ce qu’elle disparaisse à l’angle d’un couloir, Juliet s’apprêtait à sortir. C’est à ce moment là qu’elle reconnue Juliette Diggory, qu’elle avait rencontré cet été, qui parlait à Jeremy. Elle se remémora, un léger sourire aux lèvres, le joyeux couple qu’elle formait avec Taylor, le petit frère du capitaine. Ce dernier d’ailleurs leur demanda de se rassembler afin que la petite Poufsouffle puisse prendre une photo pour son frère. S’y joignant avec plaisir, la Poursuiveuse attrapa ses coéquipiers par la taille et se mit à sourire. C’est alors qu’elle repéra Georgiana, visiblement gênée, du moins c’était ce que laissait penser son visage, qui commençait à prendre la même couleur que sa tenue de Quidditch. Avisant le Gardien qui était à côté d’elle, Juliet ne pu dissimuler un sourire amusé et mima à l’Attrapeuse de faire son plus joli sourire. Cette dernière s’exécuta, et la photo fut prise. Alors qu’elle se dirigeait vers la sortie en compagnie d’Eva, elle se retourna et surprit Jeremy, les lèvres posées sur la joue de la Harpie des Gryffondor, et ses bras encerclant sa taille. Ravie, Juliet attrapa le bras de son amie et la tira hors des vestiaires.
Elle gagna le terrain en compagnie de son équipe, son balai sur l’épaule. Le moment qu’elle avait passé avec Leah l’avait apaisé, et elle se sentait bien mieux à présent, bien plus concentrée. Elle écouta en souriant les commentaires d’Horace sur les équipes avant de contempler les deux tribunes adverses. Certes, celle des Serpentard était réussie. Cependant elle avait toujours préféré la spontanéité des Gryffondor au snobisme des verts et argent. Du moins, jusqu’à ce que ses yeux tombent sur deux pancartes. Effarée, elle lança un regard au capitaine. Pourquoi donc se retrouvaient-ils à moitié nus sur des pancartes ? Pourtant il n’y avait aucun doute, c’était bien elle. Et c’était également le cas de Jeremy. Volant jusqu’à ce dernier, elle se pencha et demanda :

« Je t’en supplie, par pitié, dis moi que je rêve. Ca ne peut pas être moi sur ça. Je t’en prie, dis moi que j'hallucine et que les pancartes ne sont qu’un fruit de mon imagination. » termina-t-elle en jetant un regard dégoûté à ces dernières.

D’un coup, deux chants s’élevèrent des deux tribunes adversaires. Et si celle des Gryffondor n’était certes pas vraiment élogieuse envers les Serpentards, les paroles de celle des verts et argents laissèrent Juliet ahurie, et disons le, quelque peu furieuse. Outre la gêne, la honte, et un tas d’autres sentiments qui l’avaient envahie lorsqu’elle avait entendu les quelques phrases la concernant, elle trouvait la chanson de ses adversaires vraiment basse. Haussant cependant les épaules et se composant une mine détachée, la Poursuiveuse se força à ne pas réagir. En attendant le début du match, elle alla se mettre en place, passant au dessus des tribunes. Reconnaissant dans la foule le petit Andrew qu’elle avait rencontré cette été, elle lui adressa un sourire et le saluant de la main. Toujours souriante, elle se plaça et attendit le coup de sifflet qui signifierait le début des festivités. Lorsque ce dernier retentit, elle s’élança à la Poursuite des Kelly Murdoch qui avait récupéré le Souaffle. Contre toute attente, cette dernière lui fit la passe. Fronçant légèrement les sourcils, elle vira d’un coup et esquiva de justesse un Cognard qui fonçait sur elle. Repérant Eva, qui volait à sa gauche, elle lui fit la passe et se maintint à portée d’elle. Elle savait qu’Olivia ne serait normalement pas loin, sur sa droite, sûrement. Elle réceptionna la passe que venait de lui faire la blondinette, fonça vers les buts des Serpentard, tira, et regarda la balle entrer dans un anneau. Elle adressa un sourire ravie à ses coéquipières, récupéra le souaffle, fit la passe à Olivia.

Les airs étaient un des lieux où elle se sentait vraiment bien.



Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 2061

Voir le profil de l'utilisateur
Irving parut impressionné par le stratagème de Nora qui ne parvenait pas à se débarrasser de son sentiment de culpabilité, et lança qu'il utiliserait cette technique si un jour il y avait trop de queue aux douche de Gryffondor. La jeune fille rit doucement et s'installa à coté du rouge et or. Ce dernier semblait soudainement se rappeler de ce qu'il voulait lui dire avant que le jeune Andrew ne les interrompe et elle Nora toute son attention à son ami. Il lui proposa de venir passer le nouvel an à Sheffield puisque sa mère l'avait autorisé à inviter quelques amis, un immense sourire fendit alors le visage de la Poufsouffle.

"Bien sur que oui, ce serait génial !" s'exclama-t-elle avec enthousiasme.

Irving ajouta alors que ce serait une bonne occasion pour fêter dignement leur un an d'amitié. Un an déjà ? C'était passé vraiment vite, mais d'un autre coté leur première rencontre lui paraissait lointaine, comme si elle appartenait à une autre vie. Elle se rappelait encore du moment où lui avait tendu sa lettre complètement froissée, après la lui avoir récupérer, et le souvenir de l’eau glacé du lac était gravé dans sa mémoire jusqu'à la fin de sa vie ! Beaucoup de choses avaient changé depuis, et elle se demandait à quoi ressemblerait sa vie aujourd'hui si elle n'avait pas rencontré Irving. Le quotidien lui semblerait bien banal sans rat putréfié ou sans inondation maintenant.

"Un an que je te supporte ? On devrait me décerner une médaille !" lança-t-elle en lui lançant un clin d’œil complice.

Elle avait du mal à croire qu'elle et Irving n'étaient amis que depuis un an, alors qu'il lui manquait dès qu'ils passaient plus de deux jours sans se voir. Leur relation avait vraiment changé depuis, non seulement ils s'étaient rapproché mais en plus elle avait l'impression de ne plus le voir de la même façon...Secouant la tête pour écarter les interrogations qui l'assaillaient, elle se rappela qu'elle aussi avait une proposition à faire au Gryffondor.

"Qu'est ce que tu fais samedi prochain ? Il y a la première sortie à Pré-au-lard, et je voulais savoir si tu voulais m'accompagner, en ami."

En ami ? Mais qu’est ce qu'elle racontait ? Évidement qu'ils iraient en tant qu'amis, elle n'aurait pas du avoir besoin de le préciser. Rougissant un peu, la jeune fille laissa son regard errer sur le terrain, faisant mine de se concentrer sur ce qui s'y passait. En vérité elle ne distinguait pas grand chose à travers le brouillard, mais entreprit tout de même de chercher la chevelure rousse de Georgiana, sans succès. Irving semblait tout aussi concentré qu'elle sur le terrain puisqu'il lança qu'il espérait que leur amie donnerait une bonne leçon à O'Connor.

"Évidement qu'elle va lui donner une bonne leçon, assura-t-elle avec aplomb. Georgiana est super douée."

Et puis, l'équipe de Gryffondor était vraiment bien entrainée. Jeremy avait de l’expérience et il avait largement le niveau pour devenir professionnel, contrairement à elle. La jeune fille était bien consciente qu'elle ne faisait pas le poids face à ses adversaire, elle était ridicule face aux trois autres capitaine. Une espèce de brindille à qui on avait enfilé une tenue de Quidditch trop grande pour elle. Elle ne put retenir un soupir de découragement alors que le coup de sifflet strident du professeur Bibine perçait le brouillard pour retentir dans tous les gradins.


Olivia E. FowlerAncien personnageavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd’hui était le grand jour. Olivia avait hâte de rentrer sur le terrain, mais en même temps, elle appréhendait ce match plus que tout. Ca allait son premier match, et, la peur de perdre, de faire une bêtise ou bien de décevoir ses coéquipiers était grande. Pour se rassurer, elle ne cessait de se répéter que si elle avait été sélectionnée, c’était parce qu’elle en avait les capacités. Pourtant, une mauvaise petite voix dans sa tête n’arrêtait pas de lui dire « Non, si tu es sélectionnée, c’est parce que Jeremy t’aime bien. Tu ne vaux rien, tu es nulle, tu vas perdre ». Malgré ses tentatives de rassurement, la mauvaise petite voix avait réussi à convaincre Olivia qu’elle était mauvaise. Maintenant, ces petites paroles repassaient en boucle dans sa tête, comme une litanie. Ca lui faisait mal à la tête. Le stress lui emprisonnait le ventre. Elle se sentait compressée de toute part, pas à l’aise. Et ce n’était pas trop bon signe. Il ne fallait pas qu’elle rate ce match. Elle se devait d’être au top de ses capacités.

Elle était assise sur un banc dans les vestiaires. Elle n’écoutait pas Jeremy, elle ne le regardait pas s’agiter, elle n’écoutait pas ses camarades. Pour la première fois de sa vie, Olivia était seule. Elle était seule face à la peur de l’échec. Ce sentiment qu’elle ne connaissait pas ne faisait qu’amplifier ses doutes. Enfin, le moment de rentrer sur le terrain arriva. Elle respira un bon coup, et se leva.

Une fois sur le terrain, la peur ne fit que s’accentuer. Elle ne remarqua même pas les pancartes , à l’effigie des joueuses. D’ailleurs, elle ne voyait pas grand chose, avec tout ce brouillard.

Quand elle entendit le sifflet qui signifiait le début de match, Olivia fit abstraction de tout ce qui se passait autour d’elle et enfourcha son balai. Une fois dans les airs, toute son appréhension s’évapora pour laisser place à une envie de tout gagner.

Alors, qu’elle esquivait un cognard, elle rattrapa la passe que Juliet lui avait faite. Olivia se sentit soudainement puissante, avec la grosse balle dans bras. Elle avança un peu, et, ne sachant plus que faire et ne voulant pas tirer de peur de rater le but, elle passa la balle à Eva. Sa camarade se trouvait juste derrière elle. Elle lui lança le souafle, et lorsqu’elle releva la tête, elle eut à peine le temps de voir un cognard arriver droit sur elle. Elle l’évita de justesse et suivit Eva, au cas où sa camarade avait besoin d’envoyer le souafle. Olivia aimait bien les matchs, finalement.


Lorena SerosoAncien personnageavatar
Messages : 260

Voir le profil de l'utilisateur
Comme à son habitude Lorena était arrivée dans les vestiaires avant le reste de l'équipe rouge et or. Elle aimait avoir du temps pour se préparer avant un match, spécialement si c'était le match le plus important l'année : le match contre les serpentards !

Ses coéquipiers arrivèrent les uns après les autres. Lorsque Matthew eut finit de se changer Lorena se dirigea vers lui :

" Alors, prêt ? "

Elle sourit à son ami. Cela faisait un an qu'ils jouaient ensembles, Lorena était contente d'avoir un coéquipier aussi proche d'elle. D'ailleurs toute l'équipe s'entendait très bien; c'est ce qui leur créait une force supérieure à celle des autres.

" Oui, comme d'habitude ! "

Jeremy réunit tout le monde au centre de la pièce et fit son discours d'encouragement. Les discours de son capitaine multipliaient toujours la motivation de Lorena. Après son discours Jeremy fit rentrer les quelques gryffondors qui désiraient leur souhaiter bonne chance. Lorena prit son Nimbus 2005 dans les mains, et s'apprêtait à rentrer sur le terrain lorsque Jeremy appela tout le monde pour prendre une photo. Lorena posa bras dessus, bras dessous avec Matthew et afficha un sourire éclatant.

Les gryffondors étaient prêts, prêts à s'adonner à leur passion, à donner du plaisir au public et à eux mêmes mais surtout à éclater les verts et argent. Horace Gullivern présenta les équipes et Lorena ne put retenir son rire lorsque le présentateur annonça Jeremy sous le nom de " Jeremynette ".

L'équipe rentra sur le terrain, Lorena s'éleva dans les airs et attendit le coup de sifflet. Elle jeta un coup d'oeil aux tribunes et remarqua toute les pancartes faîtes pour eux ce qui la fit sourire.

Le coup de sifflet retentit et le match commença. Lorena fit un tour de stade avant de repérer un cognard qui avait décidé d'embêter Olivia. Il était temps qu'elle s'en occupe.


 



Ashley Rickards   Montage Swann/Irving
Darren O'ConnorFugitif sous couvertureavatar
Messages : 839

Voir le profil de l'utilisateur
Les bras croisés dans une attitude souveraine, Darren contemplait du haut de son balai, les équipes qui s'alignaient à tour de rôle en contrebas. Ce spectacle coloré dans la grisaille épaisse du brouillard formait un contraste saisissant pour le regard. Le capitaine vert et argent se dit que c'était peut être la dernière fois qu'il assisterait à pareil moment dans sa vie, et c'est avec une once de mélancolie qu'il leva les yeux au ciel comme pour y chercher un quelquonque rayon de lumière dans la brume ambiante.
Georgiana Wright se tenait à distance de lui à présent. Elle n'avait pas été tendre dans ses propos, et il se demandait encore pourquoi, il avait essayé bêtement d'enterrer la hache de guerre avec cette harpie furibarde! Mais pourquoi diable la remercier pour son geste? En quoi cela lui avait été utile? En rien! Il avait donné à Georgiana, le bâton pour se faire battre, et elle ne l'avait point manqué. Darren s'était alors très rapidement détourné pour ne point écouter les sarcasmes insignifiant de l'attrapeuse rouge et or...
Au moins il pouvait être fier d'une chose, celle d'avoir esquivé le cérémonial d'ouverture. En faisant mine de saluer son public, Darren avait directement rejoint sa position d'attrapeur, afin de ne point serrer la main crochue de ce satané Jeremy Baker. Nul doute que cela risquait de lui jouer des tours auprès de sa directrice, mais il s'en fichait éperdument. Était-ce bien grave au final? Au pire Margot l’exclurai de son équipe. Et alors? Abandonner une équipe qui ne voulait plus de lui, n'était point le pire des châtiments...
De toute manière, c'était décidé depuis ses désastreuses sélections, Darren ne voulait plus faire partie de cette équipe de vils lâcheurs. Mais dans un sursaut d'orgueil, il espérait partir sur un dernier coup d'éclat, histoire de remettre les pendules à l'heure. Une dernière victoire en guise de camouflet à tous ceux qui ne croyaient plus en lui. Juste pour avoir le divin plaisir de clouer le bec à tous ces faux-jetons qui l'avait trahis, lui leur capitaine, le grand Darren O'Connor! Celui qui les avaient conduit vers deux sacres consécutifs, et qui n'était remercié que par leurs ingratitudes...
La voix atroce d'Horace Gulivern montait dans les aigus en contrebas, signe que le match était sur le point de débuter...
Darren fixa alors avec intensité le centre du terrain, ou l'arbitre s'apprêtait à délivrer le vif d'or.



Le vif d'or s'éleva très rapidement pour s'enfoncer dans l'épais manteaux du brouillard, le rendant presque invisible aux yeux des attrapeurs. Nul doute qu’aujourd’hui, réussir à l’attraper tiendrait autant du miracle que de l'exploit. Darren pique en direction d'un trou nuageux ou venait de disparaitre le précieux petit objet doré, mais celui-ci réapparut juste derrière lui, le narguant presque d'en son effort.
Darren comprit alors immédiatement que dans pareille brume épaisse, il valait mieux se montrer précis que fondre à toute vitesse sur la cible. Le capitaine vert et argent devait juste anticiper les trajectoires du vif, et fondre sur lui dans les espaces quelques peu dégagé par le brouillard. Bref quand le vif montait dans les airs, Darren abandonnait sa poursuite, pour ne l'attaquer uniquement lorsqu'il redescendait de la voute nuageuse. Darren ne voyait plus la position de l'attrapeuse adverse, mais il se dit qu'il devait rester vigilant, car celle-ci pouvait fondre à tout moment sur leur objectif commun...
Alors qu'il était en train d'essayer de transpercer la brume de son regard aiguisé, Darren entendit ce maudit Horace Gulivern s'extasier de voir Gryffondor mener aux points.

"Nous sommes à 30 contre 20 en faveur des rouges et
or, allez-y vous êtes les meilleurs ! Ne me regarder pas comme ça
Professeur Adamson !
"

Darren délaissa alors quelques secondes le vif d'or du regard, pour se préoccuper du spectacle navrant que lui offrait ses coéquipiers en contrebas. Et ils pensaient gagner en jouant de la sorte? La victoire ne reposait-elle pas au final sur ses seules épaules? La position trop regroupée de ses poursuiveurs les empêchaient de trouver des espaces et de contourner la ligne défensive rouge et or.
Gillian se précipitait comme un âne dans le peloton, certes rapide mais terriblement prévisible dans ses mouvements. Et que dire de Kelly Murdoch qui s'amusait à faire cochon-pendue avec son balai, ce qui avait pour seul mérite faire rire la foule, du fait que sa robe de sorcière se retroussait sous le vent, dévoilant ainsi une lingerie fine, aussi étroite que sexy! Cette fichue blondasse ne savait pas voler! Seule Joy Highlands surnageait dans cet océan de médiocrité, tentant d'organiser le jeu et de jouer avec clairvoyance. Elle avait d'ailleurs fait preuve d'habilité en transformant la majorité de ses tirs, Jeremy Baker étant totalement à la ramasse chaque fois que celle-ci était en position de tirer. Malheureusement, les quelques étincelles de beau jeu étaient très vite étouffées par le comportement brouillon des deux autres poursuiveurs.



Incapable d'aligner une phase de jeu correcte, Darren décida de prendre les choses en main...
Faisant piquer son balai, son vol décrivit une large courbe descendante pour passer à proximité de ses poursuiveurs et plus particulièrement de Joy Higlands. A la volée, il s'adressa alors à elle :

"Joy! Sur les phases offensives, prend la tête des opérations! Vous devez absolument les transpercer en usant de la technique de l'attaque en faucon! Leur défense est beaucoup trop dispersée, et il faut en profiter pour les poignarder en leur centre!"


Darren évita alors de justesse un cognard adverse pour remonter en flèche en direction des cieux! C'est alors qu'il le vit...
Le vif d'or venait de crever le manteau de brouillard pour piquer droit sur lui. Il s'agissait d'une formidable opportunité qui lui était donné de donner la victoire au sien. L'attrapeur vert et argent conserva sa trajectoire et son équilibre pour fondre sur l'objet tant convoité. Mais ce dernier obliqua légèrement, refusant à se donner si facilement. Darren tenta alors la figure incroyablement difficile du balai surfé, se mettant debout sur son manche et tendant le bras pour capturer le vif qui allait croiser sa route. Ce ne fut alors qu'une question de millimètre, Darren frôla du bout des doigts le précieux sésame, et poussa un juron de mécontentement en voyant celui-ci lui échapper pour trois fois rien.

"Bordel de Troll! C'est pas possible, je tenais ma victoire! Les dieux du Quidditch ne sont vraiment pas avec moi!"


Darren entama son virage pour fondre à nouveau sur le vif qui demeurait pour l'instant dans la zone ou le brouillard était suffisamment dissipé pour laisser entrevoir quelque choses aux attrapeurs. Darren ne resta pas longtemps seul dans sa poursuite effrénée. Georgiana Wright jaillissant à son tour du brouillard, non loin de lui.

"Laisse tomber la Harpie! Cette fois-ci, la victoire sera mienne!!!"

Darren plongea alors de nouveaux sur le vif, pour devancer la caractérielle attrapeuse rouge et or...


❝ Darren O'Connor ❞
×××××× est Michelle Middleton ×××××××
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Richard Griffit
Recruteur pour les canon de Chudley et les Frelon de Wilbourne



Comme chaque année, Minerva McGonagall lui avait proposé une place de choix dans la tribune professeurs mais Richard avait décliné poliment l’invitation. Même s’il devait avouer qu’il aurait bien aimé faire plus ample connaissance avec la Reine de beauté Automnale du dernier numéro de Sorcière Hebdo, il ne pouvait pas faillir à sa propre tradition.
En effet, depuis qu’il revenait à Poudlard pour dénicher les futures vedettes du Quidditch, il s’était toujours installé dans ses gradins pour assister aux différentes rencontres : La tribune des Eagles Quaffle, le surnom donné à l’équipe de Serdaigle durant sa scolarité.
A cette époque Richard « Ritchy » Griffit, en était le capitaine charismatique. Avec les autres membres du collectif, ils avaient fait de la tribune bleue et bronze leur QG. Ils s’y retrouvaient tous les jours pour passer du temps entre copains, loin du château et de la surveillance des professeurs.
C’était généralement l’occasion pour décompresser entre les cours : Ils réalisaient parfois quelques exercices d’échauffements et de coordination mais la plupart du temps ils chahutaient joyeusement dans un esprit de franche camaraderie.

Richard se remémorait avec nostalgie ce temps passé à user les bancs en bois de la tribune avec ses coéquipiers. C’était dans ce stade que sa passion pour le Quidditch était née. Etant d’origine moldue, il avait découvert ce sport lors de sa première année et il s’était démené pour intégrer l’équipe dès la rentrée suivante. Il avait été promu au poste de poursuiveur, puis de capitaine à partir de sa cinquième année de scolarité. C’était dans ce stade qu’il avait essayé pour la première fois sa Flèche d'argent, le meilleur balai de sa génération. Bien sûr, depuis, les équipes professionnelles volaient sur du Nimbus ou sur de l’Eclair, mais Richard se souvenait parfaitement du moment où il avait posé les yeux sur cette petite merveille du vol. Il était assis exactement à l’endroit où il était installé aujourd’hui. Cinquième rangée en partant du haut.

Ritchy posa sa main sur l’assise avant de faire glisser ses doigts le long de la gravure qu’il avait faite quarante ans plus tôt avec les membres des Eagles Quaffle.



Ses ex-camarades étaient devenus commerçant renommé, politicien reconnu ou encore éleveur de Strangulot et lui seul avait poursuivit une carrière dans le quiddich après qu’un recruteur soit venu le voir à l’issue d’un rencontre.

Aujourd’hui, c’était son boulot. C’était à lui de dénicher la future perle du quidditch. Le nouveau Victor Krum était peut être en train de s’équiper, en ce moment même, dans les vestiaires du stade, et Richard ne le laisserait pas filer ! Il posa d’ailleurs un œil sur sa feuille de match afin de mémoriser les noms, les postes et les numéros des joueurs :




Après avoir étudié quelques minutes son document, il sortit sa paire de multiplettes anti-intempéries et sa plume à papote : Qualité de jeu, caractéristiques, tics, attitudes, gestes d’humeur,… Richard Griffit allait tout noter de chaque joueur. D’ailleurs les membres de l’équipe de Serpentard entraient enfin sur le terrain. Ignorant les animations et les banderoles des deux kop de supporters, le recruteur riva ses yeux dans son viseur avant de commencer à dicter.

« O’Connor, n°7 Serpentard Capitaine : Regard décidé, allure déterminée. Pas un mot pour ses co-équipiers. Préfère aller haranguer la foule. Aime visiblement se donner en spectacle et semble volontairement prétentieux et puant. Salue –ou chambre- l’attrapeuse adverse avant de rejoindre les airs.
Wright, N°7 Gryffondor : Prise de position rapide après la sortie des vestiaires. Attentive mais sereine lors de la chanson Serpentard qui vise clairement à déstabiliser les joueurs rouge et or. Reste ferme et stoïque lorsque son homologue Vert et argent vient lui parler. Assez arrogante pour le poste d’attrapeuse.
Baker,n°1 Gryffondor, capitaine : Attitude d’avant-match qui se veut un peu trop détendue. Souhaite faire le mec cool. Ricane même aux blagues du commentateur. Ne ricane plus du tout lorsque les boutades portent sur lui. Semble nettement plus concentré dans les airs. Est rejoint par sa co-équipière N°6 Wilson : Visiblement atterrée par les affiches confectionnées par son propre camps (pourtant elle est plutôt à son avantage sur ces pancartes). Furieuse à l’issue de la chanson Serpentard bien qu’elle arbore une mine qui se veut détachée. Trop sensible. Facile à atteindre et à décontenancer.
N°4 Gryffondor, Fowler : Paniquée dès l’entrée sur le terrain. Attitude soucieuse et angoissée à l’opposé du comportement de Seroso N°2 qui semble calme et apaisée, aussi bien sur terre que dans les airs.
N°3 Serpentard, McGowan : Enervée avant même le début du match. N’a pas l’air satisfaite de l’entrée sur le terrain de son capitaine. Allure rageuse et nerveuse… »



Richard n’eut pas le temps de détailler les autres joueurs puisqu’un coup de sifflet annonça le début de la rencontre. Quittant ses multiplettes afin d’observer le jeu dans sa globalité, le recruteur ne manqua pas d’ajouter quelques informations à ce qu’il avait déjà dicté. Il souligna donc le regain d’énergie de Juliet et Olivia, il nota les prises de risque et les qualités de management de Darren et il salua la fougue et la détermination de Lauren. Cependant, il pointa également les dysfonctionnements du côté Serpentard avec un Gillian trop brouillon et une Kelly littéralement incompétente. Après ce premier quart d’heure de jeu, Richard finit par dicter…

« Bon début de match de l’ensemble des participants, -Si l’on excepte Murdock et sa culotte rose-, Cependant, quelques joueurs se détachent du lot par leur vol précis et rapide, leur technique de jeu et leur sens du collectif. Ils doivent maintenant confirmer en seconde période.»
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Match de Quidditch Gryffondor/Serpentard [RP sans tour de jeu]

Page 1 sur 3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Match de Quidditch Gryffondor/Serpentard [RP sans tour de jeu]
» [Match de Quidditch ]Serpentard/Poufsouffle Rp (Darren - Nora - Danny + Public)
» Match de Quidditch Serdaigle/Gryffondor [RP sans tour de jeu]
» MATCH #4 - SERPENTARD vs GRYFFONDOR
» Match #1 - POUFSOUFFLE vs SERPENTARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Parc, :: Terrain de Quidditch,-