AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Nouveau départ [PV William]

Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 28 Octobre 2006

[La chanson avec la traduction]

La main de Rachelle resta suspendue au dessus de son coffret à bijoux, immobile. L'infirmière sentit un sentiment de culpabilité s'abattre sur ses épaules quand ses yeux se posèrent sur les quelques colliers et bracelets qui attendait là, pêle-mêle, depuis des années. Parce que cela faisait des années qu'elle ne s'était pas préparée comme ça et, alors qu'elle peinait à attacher une chainette en argent autours de son poignet, elle réalisa ce qu'elle était vraiment en train de faire. Elle s’apprêtait, elle se faisait jolie, comme pour plaire. Elle voyait William dans moins d'une heure, et elle avait envie de plaire. Aujourd'hui elle ne voulait pas se contenter de laisser ses cheveux retomber sur ses épaules, à peine coiffés, ou d'enfiler une blouse blanche sur des vêtements tout juste accordés. Elle voulait être jolie, ou en tout cas elle espérait que William la trouvait jolie, et elle ne pouvait pas s'empêcher de s'en vouloir de désirer ça.

Mécaniquement, ses yeux vinrent se poser sur la photo de Simon qui était posée sur sa table de chevet. Il était là, souriant et lui faisant des signes de la main, il lui fit même un clin d’œil. Agirait-il de la sorte s'il savait ce qu'elle s’apprêtait à faire ? Rachelle soupira, elle était incorrigible, toujours à agir en se demandant ce qu'en penserait Simon. Sa mère ne cessait ne lui faire la morale, mais c'était plus fort qu'elle, elle avait tellement envie qu'il soit fier d'elle, même s'il n'était plus là. Agir comme il aurait aimé qu'elle le fasse était une façon de la garder avec elle, et pourtant voilà qu'elle se préparait avec l'intention d'en séduire un autre. La jeune femme s'assit sur le bord de son lit et attrapa le cadre en argent. Elle posa sur son fiancé un regard plein de questions auxquelles il ne pourrait jamais répondre.

*Did I disappoint you or let you down?
Should I be feeling guilty or let the judges frown?
*

Évidement qu'elle l'avait déçu, sinon pourquoi elle se sentirait si coupable ? Elle lui avait promis, elle lui avait promis des dizaines de fois qu'elle l'aimerait toujours, quoiqu'il se passe. Seulement jamais elle n'avait pensé au cas où il la quitterait. Jamais elle n'avait imaginé qu'un jour elle pleurerait sur son corps glacé, qu'elle tenterait vainement de le réanimer tout en sachant qu'il était trop tard. C'était arrivé trop tôt, trop vite, rien n'aurait pu la préparer à ça. La fin était arrivé presque avec le début, on ne leur avait laissé le temps de rien. Ils avaient des dizaines de projets, tout autant de promesses et tout était parti en fumée, comme ça.

*Cause I saw the end before we'd begun,
Yes I saw you were blinded and I knew I had won
*

C'était ce qu'on lui avait dit en tout cas, ce soir là. "On a gagné". Mais elle n'avait pas compris. Comment tout le monde pouvait-il prétendre qu'ils avaient gagné alors qu'elle avait tout perdu ? Elle était restée des heures, dans la grande salle en ruines, à pleurer en refusant que quiconque n'approche de Simon. Elle ne voulait pas le laisser partir, elle refusait que l'on lui arrache, pourtant elle avait fini par s'y résoudre. Mais elle s'était promis de le garder toujours à ses cotés. Son corps n'était plus à elle, mais elle pouvait faire vivre son âme, elle pouvait maintenir son souvenir en vie et elle l'avait fait.

*So I took what's mine by eternal right.
Took your soul out into the night
.*

Elle lui était restée fidèle si longtemps. Elle avait chéri son souvenir et était restée amoureuse de l'homme qu'elle avait connu. Elle s'était enfermée dans le passé. Ça avait été dur parfois, mais elle avait été forte. Et tout ça pour quoi ? Qu'est ce que ça lui avait apporté au final ? Elle était resté tout à lui, mais ça ne l'avait pas fait revenir.

*It may be over but it won't stop there,
I am here for you if you'd only care
.*

Parfois, la jeune femme se demandait pourquoi elle s'était infligé ça. Mais la réponse était évidente, c'était pour lui. Elle était restée follement amoureuse de lui, même après sa mort, et aurait été prête à tout pour maintenir la flamme de cet amour. Il avait été l'homme de sa vie, et elle était de ces inconditionnelles romantiques qui pensent qu'on ne le rencontre qu'une fois. C'était celui qui était fait pour elle. Celui qui l'avait aimé alors qu'elle n'était qu'une étudiante en médicomagie qui passait tellement de temps à sa fatiguer les yeux sur d'imposants manuels qu'elle se promenait avec d'hideuses lunettes et d'énormes tasses de thé. Il l'avait transformé, il avait fait d'elle une femme. Il lui avait fait découvrir ce que c'était que de se sentir aimée et admirée. Il avait changé toute sa vie ce jour-là, quand il l'avait embrassé sur un banc, dans le jardin de l’hôpital.

*You touched my heart you touched my soul.
You changed my life and all my goals
.*

Elle était devenue quelqu'un d'autre à ses cotés, elle avait pris confiance en elle, elle avait appris à se laisser aller, à écouter son cœur plutôt que sa tête. Il lui avait appris à se laisser guider par ses sentiments, à fermer les yeux et à laisser l'amour parler plutôt que la raison.

*And love is blind and that I knew when,
My heart was blinded by you
.*

Elle avait le sentiment qu'elle ne redeviendrait jamais cette jeune femme amoureuse et insouciante, qui accueillait la vie à bras ouvert sans s'interroger sur les lendemains. Cela avait été la plus belle période de sa vie. Pourtant elle avait vécu dans un appartement minuscule, dans un centre ville bruyant, elle avait parfois travaillé quinze heures par jours, s'étaient évanoui plusieurs fois pendant des interventions chirurgicales, avait raté plusieurs examens, mais elle avait été comblée. Elle avait été heureuse parce qu'il était avec elle. Parce qu'elle avait aussi passé des soirées entières dans ses bras, des heures à l'observer, elle avait construit des tas de projets, fait des dizaines de rêves.

*I've kissed your lips and held your head.
Shared your dreams and shared your bed
.*

Elle se souvenait de chacun de ces instant comme si c'était hier. Elle se rappelait encore de son odeur ou du son de sa voix. Elle avait eut peur que les souvenirs ne s’effacent, mais visiblement ce genre de choses ne s'oubliait pas. Elle garderait toujours en mémoire son rire, ou la façon dont il avait de lui caresser les cheveux quand il la croyait endormi. Non, elle ne l'oublierait jamais.

*I know you well, I know your smell.
I've been addicted to you.*

Elle avait été complètement dingue de lui, mais il était temps qu'elle avance maintenant. Elle ne pouvait plus se permettre d'être amoureuse de cet homme alors qu'il n'était plus là. Continuer à l'aimer comme une adolescente n'avait aucun sens. Ça l'avait aidé au début, à se sentir moi mal, et surtout moins seule, mais elle pouvait tourner la page maintenant. Elle n'avait plus besoin de son fantôme pour vivre, elle était devenue assez fortes et les cicatrices, si elles n'avaient pas disparues, était moins douloureuse maintenant.

*Goodbye my lover.*

Il était temps de lui dire au revoir maintenant. Non, de lui dire adieu. Rachelle serra le cadre en argent contre elle alors que les larmes perlaient à ses yeux. Elle pouvait le faire. Elle devait le faire. Elle ne pouvait pas l'aimer éternellement et son amour ne s'éteindrait jamais si elle refusait de le quitter pour de bon. C'était la chose la plus difficile qu'elle ait jamais eu à faire : reconnaitre que c'était définitivement terminé. S'avouer que que tout était finit, et que ses sentiment devaient disparaitre aussi.

*Goodbye my friend*

Des larmes silencieuses coulaient sur les joues blanches de l'infirmière alors qu'elle se laissait envahir, pour la dernière fois par tout l'amour qu'elle avait éprouvé pour Simon. Elle devrait les refouler maintenant, elle ne pourrait plus se laisser submergé par le passé de la sorte si elle voulait se construire un avenir, mais elle avait besoin de le faire encore une fois. De sentir ces élans de tendresse qui lui déchiraient le cœur au simple souvenir de l'homme de sa vie.

*You have been the one.
You have been the one for me
.*

Il avait été son premier amour, celui qui compte, celui qui change tout. Il avait été son âme sœur. Peut-être que jamais personne d'autre ne lui ferait vivre une chose pareille. Peut-être qu'elle ne retrouverait jamais le véritable bonheur, mais maintenant elle était prête à essayer. La jeune femme ouvrit le tiroir de sa table de chevet et y rangea délicatement le cadre en argent. Elle resta un instant assise, les joues humide, à fixer la surface de sa table de chevet désormais vide.

Après un moment, Rachelle se leva et écrasa du dos de la main les quelques larmes qui coulaient encore lentement sur son visage. Elle se sentait étrangement calme, comme vidée de trop d'émotions contenues. Elle était triste, mais elle n'était pas pour autant malheureuse.

L'infirmière jeta un rapide coup d’œil dans le miroir qui confirma ce qu'elle pensait : elle avait les yeux rouges. Elle espérait que cela s'estomperait sur le chemin pour Pré-au-lard. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas laissé l'infirmerie sans surveillance pendant plus de quelques minutes, elle détestait l'idée qu'il puisse arriver quelque chose à un élève en son absence. Mais quand elle avait demandé au Pr.McGonagall si elle pouvait s'absenter un moment, cette dernière l'avait encouragé à prendre quelques heures pour sortir ce jour là, rappelant qu'en quatre ans de métier Rachelle ne s'était pas absenté une seule fois.

La jeune femme enfila son manteau et sortit donc de l'infirmerie. Elle accueillit avec satisfaction le vent froid qui la sortit un peu de sa torpeur nostalgique et prit le chemin de Pré-au-lard au milieu des élèves qui chahutaient bruyamment. D'ailleurs, elle en aperçut d'eux qui avaient l'air d'avoir une discussion des plus houleuses, ça allait mal se terminer. N'étaient-ce pas les deux originaux avec leur histoire de chat enragé ? Alors qu'elle arrivait au village, elle balaya la foule du regard à la recherche du concierge qu'elle finit par apercevoir un peu plus loin. S’approchant de William en souriant, Rachelle espéra qu'ils trouveraient un lieu pas trop fréquenté des élèves, elle ne tenait pas vraiment à ce que des rumeurs courent sur "le concierge et l'infirmière".

"Désolée, je suis un peu en retard" lança-t-elle avec un sourire d'excuse en espérant que toutes traces de larmes avaient disparu.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Cela faisait plus d'une heure que William admirait son armoire à la recherche d'une tenue correcte. Au début, il avait opté pour une robe de sorcier mais il l'avait vite enlevé, trop classique. Il voulait mettre quelque chose de moins impersonnel, quelque chose qui montrerait sa personnalité tout en le mettant en valeur. Il avait donc décidé de s'habiller Moldu. Il avait donc sorti un costume noir avec une chemise blanche et une cravate noir, c'était très classe, trop classe. Il n'allait pas se marier, il avait juste rendez-vous avec la plus belle femme de Poudlard. Il fallait donc qu'il soit à la hauteur. Il avait été plus que ravie quand Rachelle avait accepté de se rendre à Pré-au-Lard avec lui, il ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle dise oui, persuadé qu'elle le trouvait lourd et inintéressant.

Poussant un immense sourire et pestant contre son incapacité à se décider, il sortit un jean et une chemise. De toute manière vu la chaleur qu'il faisait en cette période de l'année, il serait obligé de mettre une veste s'il ne voulait pas être malade quoique cela lui donnerait une raison supplémentaire d'aller rendre visite à la jolie infirmière.

Une fois prêt, il hésita un instant, devait-il emmener Cocaïne avec lui ? La chouette semblait beaucoup apprécier Rachelle, ce qui était plutôt rare d'ailleurs, il n'y avait donc aucuns risques qu'elle l'agresse mais emmener sa chouette lors d'un rendez-vous ça le faisait moyen. D'un autre côté, William et Cocaïne c'était un tout, ils étaient toujours ensemble, Will n'avait jamais laissé Cocaïne seule depuis qu'il l'avait trouvé, sauf quand cette dernière partait chasser. Mais autrement la chouette l'accompagnait partout et ça ne changerait jamais. Cocaïne était devenue vitale pour le jeune concierge, c'était elle qui l'avait aidé à remonter la pente et ce serait bien mal la remercier que de la laisser dans sa chambre. Pendant un instant, il s'en voulut d'avoir penser à la laisser au château et pour se faire pardonner ses pensées, il lui caressa affectueusement le bout du bec. Cocaïne ferma les yeux de contentement et colla sa tête contre sa joue en un câlin tout doux.

Les mauvaises langues pourraient dire tous ce qu'elles voudraient contre Cocaïne, ils pourraient dire qu'elle était folle et complètement siphonné de la plume, William savait que derrière cette apparente folie se cachait une chouette affectueuse et loyale. Cocaïne ne l'avait jamais déçu, elle avait toujours était là pour lui depuis qu'il l'avait sauvé d'une mort certaine. Will avait retrouvé le sourire grâce à sa chouette. Certain pourrait penser qu'il était fou, que ce n'était qu'une chouette et qu'elle ne pourrait jamais remplacer la présence d'un être humain, et dans le fond c'était vrai. Mais pour William, Cocaïne était plus qu'une simple chouette, c'était son amie la plus fidèle. A partir de là, la question ne se posait même plus, il emmenait Cocaïne. Et si Rachelle ne pouvait pas supporter la chouette et bien tant pis, c'était William et Cocaïne ou personne. Le jeune homme serait certainement très triste mais il était hors de question qu'il abandonne sa chouette.

Il s'empara des bouteilles qu'il avait choisis et les miniaturisa, il avait longuement réfléchit et il en avait conclu qu'emmener Rachelle au Trois balais ou à la Tête de Sanglier ou encore chez Madame Piedoddu s'était beaucoup trop dangereux. Il était quasiment certain que le lendemain de la sortie, une rumeur, comme quoi le concierge et l'infirmière sortait ensemble, circulerait dans toute l'école. Donc pour éviter toutes rumeurs, il avait décidé de l'emmenait dans un endroit à la bordure du village, qu'il avait découvert avec des amis quand il n'était encore qu'un adolescent boutonneux, bon en réalité, il n'avait jamais été l'un de ces adolescents couverts de boutons mais c'était pas grave.

Il sortit de sa chambre et dévala quatre à quatre les escaliers, il était stressé comme s'il n'avait jamais eu de rendez-vous avant, en plus ce n'était pas sensé être un rendez-vous romantique, juste un rendez-vous amical entre deux collègues qui s'appréciaient. William fit alors une liste de tous les sujets qu'il ne devait pas aborder, il ne voulait pas refaire comme la dernière fois. Donc tous mots contenant, médicomagie et fiancé, devaient être abolit des conversations.

Lorsque William arriva à l'entrée du village, Rachelle n'était pas encore arrivée, il se mit donc légèrement en retrait et attendit. La jolie jeune femme ne tarda pas à arriver, elle était plus jolie que jamais, ses joues légèrement rougie par l'air froid, ses cheveux élégamment relevés lui donnait un charme fou et William resta béat d'admiration tandis qu'elle s'excusait pour son retard.

"Ce n'est pas grave", la rassura-t-il avec un sourire. "Si je puis me permettre vous êtes magnifique."

Rougissant légèrement, William saisit la main de Rachelle et tout sourire, lui dit :

"Venez, j'ai pensé que vous ne voudriez pas vous mêler aux élèves alors je vous emmène dans un endroit que j'aime beaucoup, j'espère que ça ne vous dérange pas."


N'attendant pas la réponse de l'infirmière, il l'entraina à sa suite et une fois arrivé dans le champ, il se tourna vers Rachelle et timidement lui demanda :

"J'espère que ça vous plaît, je venais souvent ici quand j'étais adolescent."


Il sortit alors une grande nappe à carreaux rouges et blancs de sa poche, ainsi que les bouteilles et leur rendit leur taille normale.

"Je vous en prie asseyez vous. Qu'est-ce que je vous sers ?"



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
William l'excusa pour son retard et la complimenta en lui assurant qu'elle était magnifique. L'infirmière se sentit rosir bêtement et espéra qu'il attribuait la rougeur de ses joues au froid automnal. Elle le remercia avec un large sourire avant de jeter un coup d’œil aux élèves autours d'eux. Ne pouvaient-ils pas s'éparpiller ailleurs plutôt que de rester là ? Comme si il avait lu dans ses pensée, le jeune homme lui suggéra de s'éloigner un peu des élèves et proposa de l'emmener dans un endroit qu'il aimait bien, à l'extérieur du village. Intriguée, Rachelle approuva cette idée d'un hochement de tête. Le concierge l'attrappa alors par la main pour l'entrainé à sa suite et elle se sentit un peu troublée par ce contact.

*Rachelle, tu n'as plus quinze ans !* se morigéna-t-elle intérieurement.

Elle devenait ridicule. Elle était une adulte, pas une adolescente écervelée, et elle avait déjà donné la main à un homme en public. Secouant légèrement la tête pour en chasser toutes ces pensées futiles hors de sa tête et essayer de réagir comme la femme mature qu'elle était. L'infirmière ouvrit des yeux ronds d'admiration en découvrant l'endroit où William l'avait emmené. Ils n'étaient qu'à quelques minutes de marche de Pré-au-lard et pourtant le lieux était merveilleusement calme. Ils se trouvaient dans un immense champ qui, malgré l'automne déjà bien avancé, était encore fleuri. C'était absolument merveilleux.

"C'est splendide, souffla-t-elle alors que William s'inquiétait de savoir si l'endroit lui plaisait. Il lui expliqua alors qu'il venait souvent ici quand il était adolescent. Cet endroit devait être un véritable piège à filles !" plaisanta-t-elle en tournant sur elle-même pour admirer les lieux.

En se rendant compte de ce que sa phrase pouvait sous-entendre, à savoir que c'était-elle la fille piégée maintenant, l'infirmière se sentit rosir à nouveau. Malgré tout, elle était curieuse de savoir s'il avait emmené beaucoup de jeune fille ici, mais n'oserait jamais lui poser la question ! William sortit alors un grande nappe à carreaux de nul part et plusieurs petites bouteilles qui retrouvèrent vite leur taille normale. Impressionnée qu'il ait tout prévu, Rachelle lui sourit tout en se disant qu'elle aurait du amener quelque chose elle aussi.

"Je vous en prie asseyez vous. Qu'est-ce que je vous sers ?"

"Déformation professionnelle ? lui demanda-t-elle en se rappelant de leur première rencontre quand il était serveur aux Trois Balais. Mais maintenant qu'ils étaient collègue, tant de formalités n'étaient peut-être plus nécessaire. Vous pouvez me tutoyer, enfin tu peux, mais seulement si vous...je veux dire si tu...si vous voulez...Se sentant absolument ridicule, la jeune femme baissa les yeux et se mordilla la lèvre. Elle allait vraiment passer pour une idiote. Je veux bien un verre de vin s'il-vous-plait, s'il-te-plait, oh et puis zut !"

Oui, dans l'état actuel des choses, un verre ne pouvait que lui faire du bien. Elle n'était pas certaine que cela l'aide à arrêter de dire n'importe quoi, mais au moins elle serait moins consciente de son ridicule, c'était toujours ça.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
William fut heureux quand Rachelle souffla que le champ était splendide, il la regarda tourner sur elle même pour admirer la beauté du lieu. Elle était belle, plus belle que toutes les autres. Elle avait sa place dans ce lieu, lui faisait tâche dans ce tableau et perdu dans ses réflexions, ne fit pas vraiment attention à la phrase de la jeune femme. Il entreprit d'installer la nappe et d'inviter Rachelle à s'assoir et alors qu'il lui demandait ce qu'elle voulait, elle sourit.

"Déformation professionnelle ?

Le jeune homme éclata de rire et avant de répondre,

"Je dirais plutôt mauvaises habitudes à perdre"

Il attendit alors la commande de la jeune femme, en se remémorant la phrase qu'elle avait dite un peu plus tôt,

"Cet endroit devait être un véritable piège à filles !"

Rachelle se sentait-elle piégée ? Si oui, pourquoi avoir accepté son invitation ? Il lui semblait pourtant qu'elle l'appréciait au moins un peu. Peut-être avait-il encore une fois était trop vite dans ses conclusions, peut-être faisait-il erreur. Peut-être que Rachelle ne voyait en lui qu'un collègue de plus. Il fut tiré de ses pensées par la jeune femme.

"Vous pouvez me tutoyer, enfin tu peux, mais seulement si vous...je veux dire si tu...si vous voulez...
Je veux bien un verre de vin s'il-vous-plait, s'il-te-plait, oh et puis zut !"

William sourit devant l'embrouillement évidant de Rachelle, c'était mignon, c'était tout à fait le genre de réaction qu'il aurait pu avoir. Il ne comprenait que trop bien ce qu'elle pouvait ressentir en ce moment. La gêne et la honte et la peur aussi, la peur de paraître idiot.

"C'est avec plaisir que j'adopte le tutoiement
, il fit un sourire amusé à la jolie infirmière et servit un verre de vin. Et voilà pour toi."

Il se servit un verre de vin également, il garderait la bouteille de Whisky pour plus tard et repensa à son adolescence dans ce champs. William n'avait jamais emmené aucunes filles ici, sauf Gladys, c'était leur repère, c'était ici qu'ils élaboraient toutes leurs bêtises et le fait que Rachelle le considère comme un Dom Juan le blessait un peu. Il se devait de rétablir la vérité.

"Ça faisait longtemps que je n'étais pas venu ici, ça commençait à me manquer. Il fixa son regard dans celui de la jeune femme et avoua en souriant. Tu sais, tu es la première fille que j'emmène ici. Cet endroit était plus une base secrète pour futur mauvaises blagues qu'un lieu romantique."

Il était beaucoup trop nostalgique ces derniers temps, ça n'allait pas du tout ça, il fallait qu'il se reprenne. Il n'avait pas invité Rachelle pour pleurer sur son épaule. Il voulait passer un bon moment et espérait que ce serait pareil pour la jeune femme.

"Et toi, tu avais un repère secret ?"

De nouveau, son regard accrocha celui de l'infirmière et il lui sourit. Il était heureux, il faisait beau, il était dans son champ, Cocaïne était sage et surtout, il était avec la gentille Rachelle.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Rachelle s'embrouillait dans ses tentatives de tutoiement-vouvoiement, avec le sentiment d'être de plus en plus ridicule, William lui adressa un sourire visiblement amusé et elle se tut. Elle ne savait pas si c'était une bonne chose de le faire rire ou pas, mais espérait qu'il ne souriait pas parce qu'il la trouvait grotesque. D'un autre coté il ne pouvait pas penser grand chose d'autre d'une femme incapable de formuler une phrase correcte.

L'infirmière accepta en guise de consolation le verre de vin qu'il lui tendit et, après avoir rapidement trinqué avec le jeune homme, en vida la moitié. Elle se fichait de boire trop vite, surtout sachant qu'elle n'avait jamais tenu l'alcool, elle voulait juste oublier qu'elle était en train de passer pour une idiote. Ce n'était certainement pas un demi verre de vin qui lui ferait oublier quoi que ce soit, mais ça pouvait toujours la détendre un peu. Souriant à William par dessus son verre, elle se força à se calmer un peu.

Le jeune homme lui avoua alors qu'il n'était pas venu ici depuis longtemps et que cela lui avait manqué. Rachelle acquiesça, la mine songeuse, si elle avait eut un tel endroit elle y serait venu tout le temps. C'était tellement beau, et tellement calme. Elle aurait pu passer des heures ici ! En observant le paysage autours d'elle autours d'elle elle croisa le regard de William et lui sourit. Ce dernier lui avoua qu'elle était la première fille qu'il amenait ici et elle haussa un sourcil, surprise. Cet endroit aurait fait craquer n'importe qui, elle avait du mal à croire qu'il n'est pas essayé d'en profiter.

"Cet endroit était plus une base secrète pour futur mauvaises blagues qu'un lieu romantique." confessa-t-il, faisant rire la jeune femme.

Ah, tout s'expliquait, elle avait affaire à un ancien fauteur de trouble. Cette révélation renvoya Rachelle à sa propre adolescence qui avait du être bien différente de celle de William. Ils avaient passé un an dans la même maison et pourtant elle était incapable de se souvenir de lui comme première année. Elle aurait aimé s'en rappeler pourtant mais à dix-spet ans elle avait d'autres préoccupations que les gamins farceurs, les études par exemple.

"Les élèves vont avoir affaire à un spécialiste alors, ça les changera un peu..."

Rachelle n'avait rien contre le vieux Rusard mais il fallait reconnaitre que William était bien plus sympathique que lui, et beaucoup plus agréable à regarder d'ailleurs. Nul doute qu'il serait également plus compétent, il avait la jeunesse et la vigueur qui avaient cruellement manqué à son prédécesseur ces dernières années. Le jeune homme lui demanda alors si elle avait eu elle aussi un repère secret et elle réfléchit un instant.

"Hum, ça dépend, les rayons au fond de la bibliothèque sont-il acceptés dans la catégorie repère secret ?"

C'était là qu'elle avait passé la plus grande partie de sa scolarité finalement. Tout au fond de la bibliothèque, près de la réserve, contre la fenêtre. Cachée derrière des piles de bouquins plus hautes qu'elle, à apprendre tout ce qu'elle pouvait pour satisfaire sa soif de connaissance intarissable.

Chris aimait la charrier en disant qu'elle était complètement à coté de se jeunesse, il pouvait parler lui qui n'avait fait que passer son temps en retenu et qui avait collectionné les filles plus que les bonnes notes, mais elle n'était pas d'accord. Bon, elle s'était sans doute moins amusé que certaines de ses camarades, mais elle avait passé de bon moment malgré tout. Elle se souvenait des longues soirées à bavarder avec ses camarades de dortoirs, des matchs passés à encourager sa maison sous la pluie, et de plein d'autres bon moments. Et puis, elle s'était rattrapé après. Ce premier amour que ses copines avaient connu à seize ans dans les bras d'un septième année qu'elles adulaient, elle l'avait vécu avec Simon. Finalement elle n'avait rien manqué, petite Serdaigle bêcheuse ou pas.

"Et oui, je plaide coupable : ancien rat de bibliothèque, plaisanta-t-elle. J'ai du avoir une scolarité moins mouvementée que la tienne, je suis sûre que certaines "mauvaises blagues" ont du donné des anecdotes intéressantes !"

Espérant que William lui livrerait quelques unes des anecdotes en question, Rachelle attendit sa réponse en sirotant une nouvelle gorgée de vin.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Rachelle affirma que les élèves allaient avoir affaire à un spécialiste et William éclata de rire.

"Oui, on peut dire ça"


Will ne se serait pas qualifié de spécialiste, c'était juste qu'à l'époque, il préférait plus s'amuser que travailler et surtout c'était aussi une façon de se rebeller contre son père qui attendait tellement de lui, il voulait qu'il soit le meilleur, qu'il ait les meilleurs notes et qu'il reste plongé toute la journée dans des bouquins. Il lui mettait la pression pour qu'il réussisse là où lui même avait échoué. William n'avait jamais compris pourquoi son père en attendait autant de lui, il n'était pourtant pas l'ainé mais peut-être était-ce parce que, petit, il était le plus sage des deux. Et bien à Poudlard tout ça avait changé, il ne faisait rien de méchant bien sûr mais il ne consacrait pas son temps libre aux révisions comme le voulait son père. Il s'amusait plutôt à teindre les cheveux de Teddy O'Neil en vert, c'était plus marrant. Enfin c'était marrant parce que Teddy O'Neil était un affreux Gryffondor premier de la classe agaçant m'as-tu-vu. Sinon ça n'aurait pas été marrant, même pas du tout. Il repensa à la pauvre Rebecca Shuter qui se faisait moquer d'elle parce qu'elle avait un cheveux sur la langue. Will trouvait ça nul et immature et à chaque fois s'arrangeait pour venger la malheureuse Rebecca, le hic c'est qu'elle était tombée amoureuse de lui et William ben, les filles c'était pas son truc, du moins pas à l'époque.

Le jeune homme demanda alors à Rachelle si elle avait eu un repère secret, elle réfléchit un instant avant de répondre.

"Hum, ça dépend, les rayons au fond de la bibliothèque sont-il acceptés dans la catégorie repère secret ?"

William, un instant fut gêné, il avait toujours admiré les rats de bibliothèque pour leur sérieux et leur capacité à rester assis toute la journée, le nez dans un livre. Lui, il avait toujours eu besoin de bouger même petit, alors qu'il était encore à peu près sage, il bougeait, il avait toujours eu horreur de rester tout un après-midi enfermé, les jours de pluie était donc bien difficile pour le petit William.

"Je crois qu'on peut les classer dans la catégorie repère secret, surtout si tu aimais y passer ton temps libre."


Il fit un petit sourire à Rachelle alors que cette dernière avouait avoir été un rat de bibliothèque.

"J'ai toujours trouvé ça mignon les rats de bibliothèque,
William rougit, mais qu'il était bête. Pourquoi, il avait sorti ça ? Enfin, je veux dire, j'ai toujours été fasciné par votre sérieux."

Non mais quel crétin, bravo William, c'était brillant, vraiment. Le concierge regarda alors ses pieds honteux, le boulet avait encore frappé. Rachelle le tira alors de sa dispute intérieure.

J'ai du avoir une scolarité moins mouvementée que
la tienne, je suis sûre que certaines "mauvaises blagues" ont du donné
des anecdotes intéressantes !
"

C'est sûr que sa scolarité avait été mouvementé, déjà, elle avait été animé par la guerre, ça n'avait pas été drôle. Pas drôle du tout même, William n'avait jamais eu aussi peur que cette année là, il y avait eu tellement de mort mais lui n'était pas resté, il avait fui, il aurait du rester pour se battre auprès de Gladys mais il avait eu peur. Il fronça les sourcils et essaya de penser à des souvenirs plus heureux. Un sourire étira alors ses lèvres, il était sûr que Rachelle allait adoré celle là.

"Oui, ma scolarité n'a pas été triste. D'ailleurs, je me souviens de la fois, où avec mes copains de dortoir, on avait repeint les couloirs du cinquième étage en rose. Rusard était fou de rage, c'était marrant, Will éclata de rire en repensant à la tête de Rusard quand il avait vu les murs roses. Mais je crois que mon tag sur Rowena a été ma meilleure blague, la tête de mes copains quand ils se sont levés le lendemain matin."

William avait bien sûr évité de parler de Teddy, il ne savait pas comment Rachelle l'aurait pris mais il pensait qu'elle ne serait sûrement pas très enthousiaste s'il lui apprenait qu'il s'était amusé à changer la couleur de cheveux d'un Gryffondor même s'il avait une grosse tête gonflée.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu'elle lui parlait de son passé de rat de bibliothèque, William lui répondit qu'il avait toujours trouvé ça mignon et l'infirmière
rougit un peu. Rachelle sourit, tout en se demandant comment on pouvait trouver mignon le fait qu'une fille passe des journées entières sans lever les yeux de son bouquin. Quand elle y repensait, elle se demandait comment elle avait fait pour lire autant, et retenir tant de choses. Aujourd'hui elle serait sans doute incapable de réussir une première année de médicomagie. Elle avait oublié plus de la moitié de ce qu'elle avait appris ! Même le programme des ASPIC lui semblait plus difficile que lorsqu'elle les avait passé, mais c'était peut-être son cerveau qui n'était plus aussi vif.

William se reprit en disant qu'il avait toujours admirer le sérieux des accro du bouquin et elle laissa échapper un rire. La plupart de ses camarades l'avaient plutôt habitués à être regarder comme une créature étrange.

"C'est vrai ? La plupart des gens trouvent ça bizarre pourtant..."

Bon, elle avait peut-être été un peu bizarre c'est vrai. A un âge où tout le monde parlait de la Coupe de Quidditch à venir ou de ses histoires de cœur, elle se fascinait pour des choses qui, bien souvent, n'intéressaient personne. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait déboulé dans son dortoir pour annoncer ce qui lui paraissait être la nouvelle du siècle, du genre "Vous saviez que la chaire de Malagrif tacheté causait de violente fièvres et provoquait la malchance ?".

Il lui avait fallut quelques années pour réaliser que ce qu'elle trouvait absolument incroyable n'intéressait personne d'autres et elle avait fini par garder ses découvertes pour elle. Heureusement ses camarades de dortoir avaient toujours trouvé sa curiosité sans borne très drôle et s'étaient contenté de lui lancer un oreiller en pleine figure chaque fois qu'elle se lançait dans un discours sur l'utilisation du Voltiflor dans les potions contre la migraine. Seul Simon avait toujours adoré l'écouter raconter des histoire à dormir debout avec un enthousiasme tout enfantin. Enfin, en tout cas il avait toujours prétendu que ça l'intéressait.

Elle avait tout de même passé de bon moment avec ses camarades de Poudlard et se demandait parfois ce qu'elles étaient
devenues. Néanmoins, la scolarité de William avait du être plus amusante que la sienne et elle lui demanda d'ailleurs s'il n'avait pas quelques anecdotes intéressantes.

Rachelle s'inquiéta un peu en voyant le visage du jeune homme s'assombrir, peut-être avait-elle dit quelque chose qu'il ne fallait pas- mais il retrouva vite le sourire. Il lui raconta alors comment il avait repeint les murs des couloirs du cinquième étage en rose, arrachant un léger rire à la jeune femme, puis il lui parla de son tag sur la statue de Rowena Serdaigle et elle éclata à nouveau de rire.

"J'ai toujours trouvé qu'il manquait quelque chose à cette statue ! confia-t-elle en riant. Je voudrais bien voir ça, parfois j'aimerais pouvoir me faufiler dans la salle commune pour voir ce qu'elle est devenue...ajouta-t-elle avec nostalgie. Mais je crois que les élèves seraient un peu surpris de me voir débarquer, et puis étant donné la promotion de cette année je préfère autant me
tenir éloignée de la salle commune !
"

Rachelle se souvenait parfaitement bien de la jeune Linnet Sneals dont elle avait du rechausser toutes les dents à l'aide d'un sortilège le jour de la rentrée. Le regard terrifiant de la gamine l'avait tout autant dérangé que son sourire édenté et elle espérait ne pas la recroiser de sitôt.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que William s'embrouillait dans sa façon d'annoncer qu'il trouvait cool les rats de bibliothèques, Rachelle sembla surprise de son aveux, en affirmant que la plupart des gens trouvait ça bizarre, il se retint de justesse de dire que ces gens étaient des crétins. Il ne voulait pas choquer Rachelle et puis son emportement aurait peut-être paru suspect. Il aimait beaucoup l'infirmière mais doutait sincèrement que les sentiments soient partagés, puisqu'elle s'évertuait à lui faire parler de son adolescence somme toute très banale. Il lui fit donc part de deux anecdotes relativement drôles qui firent rire la jeune femme.

"J'ai toujours trouvé qu'il manquait quelque chose à cette statue ! confia-t-elle en riant. Je voudrais bien voir ça, parfois j'aimerais pouvoir me faufiler dans la salle commune pour voir ce qu'elle est devenue... Mais
je crois que les élèves seraient un peu surpris de me voir débarquer,
et puis étant donné la promotion de cette année je préfère autant me tenir éloignée de la salle commune !
"

William aussi, avait plus d'une fois voulu retourner dans son ancien dortoir pour observer une dernière fois les gravures qu'il avait faites sur son lit. Pour revoir, la statut de Rowena si austère, qui avait d'ailleurs très vite retrouvée son apparence normale après son tag, au plus grand déplaisir de Will qui avait vu son œuvre disparaître à jamais. Il avait heureusement eu le temps de prendre une photo, il voulait garder un souvenir pour pouvoir la montrer à ses petits enfants plus tard.

"Oui, moi aussi, j'aimerais beaucoup y retourner pour voir si elle a beaucoup changé. J'ai entendu parlé des nouveaux Serdaigles, ils n'ont pas l'air très engageant en effet. Entre la petite Linnet Sneals qui donne l'impression qu'elle va nous sauter dessus à tout moment et le petit Keller qui donne l'impression d'être continuellement constipé à force de vouloir jouer aux durs, Peter n'a vraiment pas de chance cette année."

William observa Rachelle un instant, le soleil venait illuminer sa chevelure rousse et éclairer son visage, le froid rosissait légèrement ses joues, elle était vraiment jolie. Il se dit qu'il avait beaucoup de chance qu'elle ait accepté son invitation, peut-être devrait-il se rapprocher un peu ou lui prendre la main. Mais ce qui s'était passé la première fois qu'ils s'étaient rencontrés lui fit vite renoncer à tout rapprochement. Elle était encore amoureuse de son défunt fiancé et ne semblait pas encore prête pour une quelconque relation autre qu'amical.

"Si tu veux, pendant les grandes vacances quand tous les élèves seront partis, on pourra peut-être aller faire un tour dans la tour des Serdaigles. Enfin si tu en as envie bien sûr."


William rougit légèrement, il espéra qu'elle ne le trouverait pas un peu trop entreprenant avec ses propositions. Peut-être qu'elle ne voudrait plus le revoir après cet après-midi passé ensemble. Il ne voyait pas pourquoi elle ne voudrait pas le revoir mais le cœur des femmes était tellement mystérieux parfois, qu'il fallait mieux s'attendre à tout.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Rachelle évoquait la nouvelle promotion de Serdaigle, William l'approuva en mentionnant les noms de Linnet Sneals et d'Ahren Keller. Pour avoir déjà eu affaire à la première, l'infirmière ne pouvait qu'approuver le jeune homme, mais la mention d'Ahren Keller l'étonna un peu. La jeune femme ne fréquentait pas assez la salle des professeurs pour être au courant des différentes écarts de comportement du jeune Serdaigle et ne pouvait se fier qu'à son frère ainé pour se faire une idée du cadet. Rachelle s'était déjà trouvé face à Ulrich Keller une ou deux fois, en général suite à une blessure au Quidditch, et l'avait trouvé tout à fait charmant. Et puis, il avait été nommé préfet-en-chef et Margot ne tarissait pas d'éloges à son égard, ça devait donc être un très bon élève.

"Ahren Keller serait un cas difficile ? s'étonna-t-elle. Son frère est pourtant adorable ! Rachelle se souvint alors de son propre frère et se corrigea aussitôt. Remarque, ça ne veut rien dire, mon frère en a fait baver à Rusard pendant sept ans..."

Chris avait toujours été à l'opposé de sa sœur ainée. Il était aussi intrépide qu'elle était prudente, aussi volage qu'elle était fidèle et aussi fainéant qu'elle était travailleuse. Rachelle ne s'en était jamais inquiété, elle avait toujours considéré que le comportement de son frère était lié à l'adolescence. Et puis, la compagnie de Chris lui faisait souvent du bien, il trouvait toujours un moyen de la forcer à se détendre et à s'amuser. Néanmoins, à bientôt vingt ans le jeune homme se comportait toujours comme un gamin de tout juste seize ans. Employé chez Weasley&Weasley il passait son temps à sortir et changeait de copine tous les trois jours, quand il n'en avait pas trop en même temps. Elle savait bien que c'était sa façon de "profiter de la vie" mais espérait quand même que cela finirait par lui passer, grandir un peu ne pourrait pas lui faire du mal.

"Et toi, tu as des frères et sœurs ?"

Rachelle regretta sa question à la seconde ou elle eu terminé de la poser. Elle se souvenait que William avait perdu ses deux parents et ne voulait pas le forcer à penser à sa famille. La jeune femme s'était pourtant promis de ne pas aborder le sujet. Quelle idiote elle faisait !

William partageait visiblement les regrets de la jeune femme quant au fait de ne pas pouvoir retourner dans leur ancienne salle commune pour voir si elle avait changé. Il lui proposa de tenter l’expérience pendant les grandes vacances, quand tous les élèves seraient partis. Un grand sourire illumina le visage de Rachelle à cette pensée.

"Oh oui, ce serait avec plaisir ! s'exclama-t-elle avec peut-être un peu trop d'enthousiasme. Rachelle but une nouvelle gorgée de vin pour cacher ses joues rougissantes. Tu passes tes vacances à Poudlard ?" s'enquit-elle sur un ton plus posé.

La plupart des enseignements et membres du personnel retournait chez eux pendant les vacances. Du moins, ceux qui avait un chez-eux. Rachelle passait en général du temps chez ses parents, et avec Chris, mais se retrouvait toujours à passer une partie des vacances au château. Elle aimait quand Poudlard était vide, même si ce n'était jamais vraiment le cas. Binns ne quittait jamais les lieux, Peter ne semblait pas s'absenter souvent non plus, et Rusard était toujours resté là lui aussi. Quoiqu'il en soit elle était ravie de savoir qu'elle pourrai désormais compter sur la compagnie de William, qu'elle appréciait de plus en plus.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu'il parlait du cas Keller, Rachelle sembla surprise, apparemment elle n'avait pas entendu parler du comportement du gamin.

"Il ne ressemble pas du tout à son frère, il se déplace comme un petit roi et d'après ce qu'on m'a raconté, il aurait agressé une élève dans un couloir. C'est une vraie petite teigne ce gamin. En plus, il regarde tout le monde de haut, il a de la chance que je sois pas son père celui-là, ça ferait longtemps que je l'aurais remis à sa place."


William s'était légèrement emporté mais il ne supportait vraiment pas ce genre de gamin qui distribuait de la méchanceté gratuite. Un jour il tomberait de haut et ce serait bien fait pour lui. Il fit un sourire d'excuse à Rachelle qu'elle lui demandait s'il avait des frères et sœurs.

La question de Rachelle le projeta inconsciemment dans son enfance, elle avait été heureuse avec Josh, Anna et Tom. Leur père disputait souvent Josh pour ses bêtises et petit William admirait son aîné. Il était trop fort et la plupart des bêtises de Josh étaient secondées par William mais seul Josh était puni. Cependant l'ainé n'en avait jamais voulu à son petit frère. William en avait beaucoup voulu à son père de traiter les deux frères différemment, de laisser apparaître sa préférence. Et il s'était souvent montré blessant avec lui.

Seems like it was yesterday when I saw your face
You told me how proud you were but I walked away
If only I knew what I know today


Le visage de son père lui apparut alors nettement, cet homme à l'air si sévère qui lui avait affirmé être fier de lui quand il était entré à Poudlard mais lui n'avait pas écouté et quand il était entré en sixième année, alors que son paternel savait déjà qu'il était malade mais ne l'avait dit à personne, William lui avait dit en lui tournant le dos que lui n'était pas fier d'avoir un père comme lui. S'il avait su, il ne lui aurait jamais parlé comme ça.

I would hold you in my arms
I would take the pain away
Thank you for all you've done
Forgive all your mistakes
There's nothing I wouldn't do
To hear your voice again.
Sometimes I wanna call you
But I know you won't be there


Aujourd'hui, il ne lui restait que la honte et les regrets, il aurait tellement voulu faire marche arrière et lui dire qu'il l'aimait mais il était trop tard.

I'm sorry for blaming you
For everything I just couldn't do
And I've hurt myself by hurting you


Il avait tout gâché et il n'avait su que leur faire du mal à tout les deux, il l'avait accusé de sa lâcheté lors de la grande bataille, il l'avait accusé de tellement de choses. A sa mort, il s'en était tellement voulu et il avait prié pour qu'un jour, il lui redise qu'il était fier de lui. Mais c'était trop tard, il ne reviendrait pas.

William but une gorgé de vin afin de faire partir le goût amère qui avait empli sa bouche. Tellement de regret l'habitait et tout ce qu'il savait faire s'était blesser son entourage les uns après les autres. Il se racla la gorge et répondit passivement à la question de Rachelle.

"J'ai deux frères et une sœur."

Voulant se faire pardonner sa morosité, il lui sourit et lui proposa d'aller visiter la Salle commune des Serdaigles pendant les grandes vacances quand le château serait enfin vide.

"Oh oui, ce serait avec plaisir ! Tu passes tes vacances à Poudlard ?"

Will d'abord surpris, fut ensuite ravi de l'enthousiasme de Rachelle.

"Oui, je passe mes vacances au château. Je n'ai nul part où aller de toute façon vu que je logeais aux Trois balais avant. Mon petit frère est en Grèce, ma grande sœur enfin son mari ne voudra sûrement pas que je squatte son canapé pendant deux mois et mon grand frère...
William hésita à révéler la vérité, peut-être que Rachelle ne voudrait plus le voir après ça. Tant pis il tentait, il n'aimait pas mentir de toute façon. Et mon grand frère est en prison donc aucun pied à terre, le château est mon nouveau chez moi."

Voilà Rachelle connaissait une partie de son histoire maintenant, il n'y avait plus qu'à prier pour qu'elle ne parte pas en hurlant. D'ailleurs Gladys n'était même pas au courant que Josh était en prison. Il n'en avait parlé à personne et Rachelle était la première.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Après que William ai présenté à Rachelle le jeune Ahren Keller, qui avait l'air tout à fait détestable, elle lui demanda si elle avait des frères et sœur et vit son visage s'assombrir aussitôt. Persuadée d'avoir fait une gaffe, l'infirmière se mordit la lèvre inférieur en se sermonnant intérieurement. Le jeune homme semblait à présent plongé dans ses pensée et elle n'osa prendre la parole. Elle porta une nouvelle fois son verre à ses lèvres, plus pour se redonner contenance que par véritable envie de boire une gorgée de vin, qui était pourtant très bon.

Alors qu'un silence un peu gêné s'installait, il finit par lui répondre d'un ton laconique qu'il avait deux frère et une sœur. Rachelle hocha la tête et fut soulagée de le voir enfin sourire. Elle se promit de ne plus jamais aborder le sujet "famille" et répondit au sourire de William qui lui proposa de visiter en sa compagnie la salle commune des Serdaigle lors des prochaines vacances. Proposition que Rachelle accepta avec un enthousiasme un peu trop débordant à son goût. Laissant parler sa curiosité naturelle, l'infirmière s'étonna d'apprendre qu'il passait ses vacances et château.

William lui expliqua que son petit frère était en Grèce, que le mari de sa sœur ne voudrait pas qu'il squatte le canapé trop longtemps, ce qui fit sourire la jeune femme, et que son frère ainé était en prison. Il fallut une courte seconde à Rachelle pour analyser l'information. En prison ? Sous le coup de la surprise, elle relâcha l'emprise de ses doigts sur le pieds de son verre, qui s'écrasa dans l'herbe avec un tintement aigu. Mince, ce n'était pas du tout la réaction qu'elle aurait voulut avoir ! Qu'est ce qu'il allait penser maintenant ? Elle ne voulait surtout pas qu'il pense que son regard sur lui avait changé ou qu'elle le jugeait d'après les actes de son frère, ce n'était pas du tout le cas. Elle avait juste été surprise.

"Oh non je...Je suis désolée ! s'excusa-t-elle en sortant sa baguette d'une poche de son manteau pour réparer les dégâts. Ça doit être assez dur pour toi sans que je casse toute ta vaisselle..." reprit-elle en rougissant et en regardant partout sauf en direction du jeune concierge.

Elle avait des tas de questions qui lui traversaient l'esprit. La première était évidement le "Pourquoi ?" qui lui brulait les lèvres mais qu'elle se forçait à retenir, mais elle aurait aussi voulut savoir depuis combien de temps, ce que William en pensait et comment il vivait ça. Jugeant que poser toutes ces questions serait beaucoup trop déplacé, elle choisit de faire ce qu'elle faisait le mieux et de se comporter comme l'infirmière qu'elle était.

"Si jamais tu veux en parler, je suis là..." assura-t-elle avec un doux sourire qu'elle voulait réconfortant.

Joignant le geste à la parole, Rachelle tendit le bras pour poser sa main sur celle de William avant de se cédier à le regarder enfin dans les yeux.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque William annonça que son frère était en prison, le verre de Rachelle tomba au sol et se brisa. Ce qu'il redoutait était exactement en train de se produire, Rachelle ne voudrait plus lui parler à cause des erreurs de son frère et lui se retrouvait éconduit. Il fixa son regard sur les bris de verre qui jonchait le sol, il pensait qu'elle aurait compris mais apparemment ce n'était pas le cas, elle était comme les autres finalement, jugeant avant de comprendre. Il entendit à peine ses excuses, il ne releva la tête que quand le verre fut à nouveau entier et ce qu'il vit lui fit mal au cœur, Rachelle regardait tout sauf lui, elle ne voulait pas le regarder, elle avait sûrement honte d'être en sa présence. Elle devait avoir peur du qu'en dira-t-on, elle ne voulait certainement pas être vu en présence du frère d'un trafiquant de drogue.

William but une gorgé de vin pour faire passer l'aigreur qu'il ressentait, il aurait du se taire. Encore une fois, il avait tout gâché.

"Si jamais tu veux en parler, je suis là..."

William sentit la main de Rachelle se poser sur la sienne, il releva la tête et croisa enfin son regard. Cette phrase, il l'avait déjà entendu quand sa sœur l'avait emmener voir le psychomage après la mort de leur mère. Et à cet instant, il n'avait pas besoin d'un psy. Il retira brusquement sa main, se leva et lui tourna le dos, il n'avait pas besoin de pitié, il voulait juste que Rachelle... Il ne savait pas ce qu'il voulait en fait. Il réalisa alors qu'il s'était comporté comme un imbécile. Il avait certainement blessé la jeune femme en agissant de la sorte. Il revint alors sur ses pas et se rassit, il prit la bouteille de vin et remplit le verre à présent vide de Rachelle.

"Excuse-moi,
il plongea son regard troublé dans celui de l'infirmière. Je ne sais pas ce qui m'a pris."

Il soupira d'un air lasse et s'ébouriffa les cheveux gêné, il n'avait plus qu'à tout lui raconter, ça lui permettrait de faire oublier son coup d'éclat. Il espérait juste que Rachelle ne lui en voulait pas trop.

"Je suppose que tu te poses beaucoup de questions,
il regarda un instant le visage de la jeune femme et reporta ensuite son regard sur ses mains. Il n'osait pas affronter le regard de Rachelle pendant qu'il raconterait l'histoire de son frère. Josh a été emprisonné pour trafic de drogue et je n'ai rien vu, pourtant à l'époque j'habitais chez lui. Au début, je n'ai pas compris et j'ai cru que les autorités faisaient une erreur mais Josh n'a pas nié. A l'époque ça ne m'a pas vraiment affecté, je venais de perdre ma mère alors ce qui m'entourait n'était pas vraiment réel pour moi. Mais il me manque, ça fait presque quatre ans maintenant qu'il est enfermé. Il doit sortir l'année prochaine normalement, j'ai un peu peur que le frère que j'aimais ait disparu."

Il fit un petit sourire triste à Rachelle, il se sentait un peu honteux mais c'était son frère, il ne pouvait ne pas l'aimer. Ils avaient partagé tellement de choses, William aurait tellement voulu que tout reste comme avant qu'ils restent des gosses complices et insouciants.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Quand Rachelle posa sa main sur celle de William celui-ci la retira brusquement. L'infirmière se mordit la lèvre et leva un regard inquiet vers le jeune homme qui s'était levé pour lui tourner le dos. Elle aurait du s'y attendre, après tout elle avait elle-même réagi de la sorte lors de leur premières rencontre, mais elle était malgré tout un peu blessée. Ce n'était jamais agréable de se faire rejeter, mais elle savait que William avait ses raisons. Elle ne savait plus quoi faire maintenant. Elle avait juste voulu l'aider, lui dire qu'elle pouvait l'écouter s'il le voulait. Mais visiblement il ne voulait pas. La jeune femme attendit donc en silence, les yeux baissés sur ses doigts qui jouaient nerveusement avec son verre désormais vide.

Il finit par revenir vers elle et remplit à nouveau son verre, avant de s'excuser. Rachelle lui sourit légèrement, comme pour lui montrer qu'elle ne lui e voulait pas.

"Non, ce n'est rien, c'est normal."

Elle aurait réagi comme lui si il l'avait forcer à parler de quelque chose qu'elle préférait garder pour elle. William supposa alors qu'elle devait se poser plein de questions, et elle hésita à mentir. Elle ne voulait pas risquer de le blesser à nouveau en se montrant trop curieuse, mais d'un autre coté elle ne pouvait pas prétendre que cette histoire ne l'intriguait pas du tout. Elle se contenta donc de hocher la tête en silence.

Le jeune homme lui raconta alors que son frère avait été emprisonné il y a presque quatre ans pour trafic de drogues, et qu'il n'avait rien vu venir. Son frère devait sortir l'année prochaine et William avait peur de ne pas le reconnaitre. Rachelle lui rendit son sourire triste en cherchant ses mots pour essayer de le rassurer. Ça devait être horrible. Elle se demandait comment elle le vivrait si Chris était arrêté pour ce genre de trafic, elle ne pensait pas que ce soit le genre de son frère, mais n'était pas dupe et savait qu'il lui cachait bien des choses. Rien que d'imaginer cette situation la fit frémir.

"Ça ne doit pas être facile, mais je suis sûre qu'au fond Josh sera resté le même. Et il aura besoin de toi quand il sortira, vous retrouvez vite votre ancienne complicité, j'en suis persuadée."

Rachelle adressa un sourire rassurant à William et voulut à nouveau prendre sa main, mais elle suspendit son geste en se rappelant de la réaction du jeune homme et se rattrapa en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, les joues rosissantes.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Après s'être excusé pour son coup d'éclat, Rachelle lui sourit doucement comme pour l'excuser. Il rougit légèrement honteux.

"Non, ce n'est rien, c'est normal."

Elle semblait si bien le comprendre, elle faisait tout pour se montrer gentille et lui, il se comportait comme un crétin égoïste. Il décida donc de lui avouer les crimes de son frère, il ne savait pas pourquoi, il se sentait coupable à la place de son frère, peut-être parce qu'il aurait dû voir que quelque chose n'allait pas. Il était inutile de ressasser le passé mais il avait fait tellement d'erreurs en trois ans, il s'était tellement laissé aller. Il n'avait pas assurer son rôle de frère, pourtant il lui envoyait de longues lettres mais ça ne valait pas la présence physique. Tom aussi lui manquait, il avait longtemps espéré qu'Anna ait été présente pour leur petit frère à la mort de leur mère, lui n'avait rien pu faire, ça faisait cinq ans que Tom était parti, cinq ans qu'il ne l'avait pas revu et pourtant, ça le faisait moins souffrir que l'absence de Josh. Peut-être parce qu'au fond de lui, il savait que son petit frère allait bien. Ou alors tout simplement était-il trop égoïste, peut-être ne se préoccupait-il que des personnes qui comptait vraiment le plus pour lui. Rachelle le tira alors de ses pensées.

"Ça ne doit pas être facile, mais je suis sûre
qu'au fond Josh sera resté le même. Et il aura besoin de toi quand il
sortira, vous retrouvez vite votre ancienne complicité, j'en suis
persuadée
."

"J'espère que tu as raison. Il est hors de question que je répète les mêmes erreurs, je ne l'abandonnerais pas une nouvelle fois. J'ai déjà trop perdu."

Il fit un petit sourire à Rachelle, il était sûr d'avoir pris de bonnes résolutions mais arriverait-il à les tenir ?

"Excuse moi, Rachelle, j'ai tout gâché avec ma mauvaise humeur."


Il prit la main de la jeune femme dans la sienne et plongeant son regard dans le sien ajouta,

"Je te promets que la prochaine fois sera beaucoup plus gaie. Enfin si tu acceptes de me revoir. Je comprendrais que tu ne veuilles pas."

Il lui fit un petit sourire penaud, il se sentait tellement nul. La dernière fois déjà il avait tout gâché. Pourtant, il était sûr d'une chose, il était tombé amoureux de Rachelle Bloomwood et ce dès la première fois qu'il l'avait vu.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Rachelle fut rassuré de voir William lui sourire doucement en déclarant qu'elle avait sans doute raison, et qu'il n'abandonnerait plus son frère. C'était là de bien belles résolutions et elle espérait qu'il les tiendrait, même si elle n'en doutait pas. Les liens fraternels ne se brisaient jamais vraiment, peut-être les retrouvailles seraient-elles un peu difficiles mais elle était persuadée que le jeune homme retrouverait vite le frère qu'il avait toujours connu. Heureuse pour lui, elle lui rendit son sourire alors qu'il s'excusait pour sa mauvaise humeur. L'infirmière balaya ses affirmations d'un geste de la main comme pour lui signifier que ça n'avait aucune importance.

"Ce n'est rien, ce n'est pas de ta faute, lui assura-t-elle avec douceur avant d'ajouter avec un sourire plus malicieux. Et puis, chacun son tour..."

Elle se souvenait parfaitement d'avoir bêtement coupé court à leur première rencontre et s'en être longtemps voulu. Si William l'avait pardonné elle ne voyait pas pourquoi elle ne le ferait pas. Le jeune homme lui prit alors la main et elle le laissa faire. Après qu'ils se soient rejeter mutuellement, ils arrivaient finalement à se tenir la main plus de quelques secondes sans provoquer de crise, cela relevait presque de l'exploit. Et c'était loin d'être désagréable. William avait les mains un peu froides, comme elle. Elle se souvenait que Simon avait toujours les mais chaudes, presque brûlantes. Il riait toujours en la voyant se frotter vigoureusement les mains avant d'examiner un patient et les prenaient toujours dans les siennes pour les réchauffer. Un sourire passa sur le visage de la jeune femme alors qu'elle se remémorait ses souvenirs et elle se força à lever les yeux vers William pour s'accrocher à la réalité.

Elle s'était promis de ne plus vivre dans le passé, il fallait avancer maintenant. Contrairement à ce qu'elle avait longtemps cru, sa vie ne s'était pas arrêter en même temps que celle de Simon, elle avait encore de longues années devant elle. Il fallait qu'elle se concentre sur son avenir, et peut-être qu'il était là, juste sous ses yeux, il était encore trop tôt pour le dire.

"Je te promets que la prochaine fois sera beaucoup plus gaie. Enfin si tu acceptes de me revoir. Je comprendrais que tu ne veuilles pas."

Elle avait envie de le revoir, elle était bien avec lui. Elle ne voulait pas savoir où ça allait les mener, si ça les menait quelques part, elle n'était pas prête à ça, mais elle voulait continuer à le voir.

"Bien sur que j'accepte, répondit-elle en gardant le regard plongé dans les yeux de William. Ce sera avec plaisir."

Sentant ses joues rosirent, elle détourna finalement le regard, un peu gênée, et s'aperçut que le verre du jeune homme était vide. Y voyant une occasion de briser le silence elle se pencha et tendit le bras pour l’attraper.

"Tu veux un autre verre de...?"

L'infirmière laissa sa phrase en suspens en s'apercevant qu'elle était maintenant bien plus près du jeune homme qu'elle ne l'aurait imaginé.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que William s'excusait de son comportement, Rachelle fit un geste de la main pour lui montrer que c'était sans importance.

"Ce n'est rien, ce n'est pas de ta faute, lui assura-t-elle avec douceur avant d'ajouter avec un sourire plus malicieux. Et puis, chacun son tour..."

Le jeune rendit son sourire à la jeune femme en rougissant légèrement, il se souvenait de leur dernière rencontre. Il s'était comporté comme un malotru et Rachelle avait eu raison de partir comme elle l'avait fait. Il n'avait en aucun cas le droit de se mêler de ce qu'elle ressentait.

"J'avais également ma part de responsabilité la dernière fois, je suis, encore une fois, désolé."


La main de Rachelle dans la sienne était un peu froide, mais ce contact avait apaisé William, il se sentait de nouveau bien. Et il lui promis que la prochaine fois serait plus gaie enfin si prochaine fois il y avait.

"Bien sur que j'accepte, répondit-elle en gardant le regard plongé dans les yeux de William. Ce sera avec plaisir."

Will sourit heureux alors que la jeune femme détournait le regard visiblement gênée. Il était heureux qu'elle accepte de le revoir, il espérait sincèrement pouvoir créer quelque chose avec Rachelle même si pour l'instant, il ne savait pas où tout ça allait les mener.

"Tu veux un autre verre de...?"

La jeune femme s'était beaucoup rapprochée de lui alors qu'elle posait sa question, question qui resta inachevée. Ils étaient maintenant à quelques centimètres l'un de l'autre, William plongea son regard dans celui de Rachelle et avant qu'il n'ait pu comprendre ce qu'il faisait, ses lèvres étaient posées sur celle de Rachelle, sa main libre alla se poser sur la joue de l'infirmière et un tourbillon de sensations le traversa, il avait chaud, puis froid. Il était honteux et heureux. Il ne savait pas comment Rachelle réagirait mais il s'en fichait, il profitait de l'instant présent. Il était bien et il embrassait la plus belle des infirmières.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Le regard de Rachelle restait rivé dans celui de William alors qu'elle réalisait à quel point ils étaient proches. Son cœur se mit à marteler si fort sa poitrine qu'elle avait l'impression de pouvoir l'entendre et son cerveau semblait s'être arrêter de fonctionner. Il lui semblait avoir une phrase à terminer mais elle avait perdu toute capacité de raisonnement. Elle réalisait simplement qu'elle devait avoir l'air stupide et qu'elle était silencieuse depuis trop longtemps. Avant qu'elle n'est eu le temps de formuler la moindre pensée rationnelle, le jeune homme posa ses lèvres sur les siennes.

C'était comme un premier baiser. Elle se laissait envahir par des sensations qu'elle n'avait plus éprouvé depuis trop longtemps. Ce contact ravivait une flamme qu'elle avait cru éteinte et elle se surprit à répondre au baiser de William qui posa une main sur sa joue. Ses doigts étaient froids, et pourtant elle sentait sa peau la brûler là où il la touchait. Fermant les yeux, Rachelle se laissa aller au souvenir de ce que cela faisait d'être comme ça avec quelqu'un. C'était agréable, c'était doux et plein de tendresse. Elle se sentait comme une adolescente qui embrassait pour la première fois, la maladresse en moins. Maintenant qu'elle retrouvait ces sensations elle réalisait à quel point cela avait pu lui manquer.

Ce premier baiser avec William la ramena inévitablement à son dernier baiser avec Simon, huit ans auparavant. Ils étaient à la tête de sanglier, tous les deux avaient préparé rapidement de quoi venir en aide à Mrs Pomfresh et s’apprêtaient à rejoindre Poudlard pour sauver autant de vie qu'ils le pourraient. La mine grave, avec cet air sérieux qu'il prenait quand il exerçait, il s'était approché d'elle pour lui prendre la main et l'avait entrainé dans le passage secret. Une fois de l'autre coté, il l'avait embrassé avant de lui murmurer qu'il l'aimait, qu'ils se retrouveraient tout à l'heure et qu'elle devait faire attention, puis ils s'étaient séparé.

Un sentiment de culpabilité qu'elle s'était pourtant efforcé d'ignorer la fit s'écarter de William. Craignant de lever les yeux vers lui, elle garda la tête baissée en proie à un dilemme intérieur. Elle avait apprécier ce baiser, et même plus que ça. Elle s'était presque senti renaitre. Mais le plaisir avait été en partie par cette douleur, de plus en plus faible mais toujours présente, au creux de son ventre. Elle avait bien envie de l'ignorer, de faire comme si elle n'était pas là et d'embrasser le jeune homme à nouveau, mais c'était impossible.

Un silence pesant s'installa et elle se mordit la lèvre tout en jouant nerveusement avec ses mains. Elle devait dire quelque chose. Il fallait qu'elle dise quelque chose. Elle appréciait vraiment William mais elle ne savait pas ce qu'elle voulait. Elle ne souhaitait surtout pas le perdre, c'était certain, mais ne savait pas si elle préférait qu'ils soient amis ou plus qu'amis. Elle ne voulait pas mettre de mot là dessus. Mais garder le silence était peut-être la pire des réactions et elle ne pouvait pas torturer le jeune homme plus longtemps.

"Je..."

Je quoi ? Je rien du tout. Je suis perdue. Je suis heureuse, et malheureuse. J'ai encore envie de t'embrasser mais aussi de m'enfuir en courant. Je ne sais pas ce que je veux et je suis une parfaite idiote. Voilà.

A cours de mots, la jeune femme releva finalement la tête pour sourire à William. Elle ne savait pas trop ce que ça voulait dire exactement. Mais elle savait ce que ça ne voulait pas dire. Ce baiser ne l'avait pas dérangé, bien au contraire.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Il sentit Rachelle répondre à son baiser et une centaine de petites étoiles explosèrent dans son estomac, son cœur battait la chamade, ses oreilles devait être toutes rouges puisqu'elles le picotaient mais il était heureux. Il avait eu peur qu'elle le repousse et qu'elle parte en courant ou pire qu'elle le gifle. Ça aurait la honte assurée là, les gifles c'étaient pour les gueux sans cœur.

Le baiser prit alors fin lorsque la jeune femme s'écarta de lui, un peu surpris, William resta un instant hébété alors que Rachelle gardait la tête baissée comme honteuse, comme si elle regrettait ce baiser. Will ne comprenait pas, il pensait qu'elle avait apprécié pourtant, elle lui avait rendu son étreinte.

Un silence pesant s'installa entre eux, le jeune homme ne comprenait pas ce rejet, ce manque de réaction de Rachelle et ça commençait doucement à lui faire mal. Il ne savait pas quoi faire, quoi penser, elle ne disait rien, elle restait là à regarder ses mains. Qu'était-il sensé faire ? Qu'était-il sensé comprendre ? Avait-elle été blessée par son manque de tact ? C'est vrai qu'il n'avait pas beaucoup réfléchi avant de l'embrasser mais enfin s'il avait réfléchi ça aurait perdu tout son charme.

Ou peut-être n'était-elle pas encore prête pour une relation autre que de l'amitié, dans ces cas là, il attendrait, il saurait être patient et il lui prouverait qu'il tenait vraiment à elle et que ce n'était pas juste histoire de la mettre dans son lit. Il ne voulait pas ça pour Rachelle, il voulait qu'elle soit heureuse, elle le méritait. Il voulait toujours voir un sourire sur ses lèvres, il voulait le plus beau pour elle. Et si pour ça, il fallait qu'il ne soit que son ami et bien soit.

"Je..."

La jeune femme n'avait pas relevé la tête, Will attendit la suite qui ne vint jamais. Elle... Quoi ? Elle l'aimait bien ? Elle le détestait ? Elle se moquait de lui ?

"Tu ?"

Il voulait la suite, elle ne pouvait pas le laisser comme ça avec un simple "Je..", c'était trop facile. Il fallait qu'elle lui dise ce qu'elle ressentait, sinon comment il pouvait répondre à ses attentes ?

Elle leva alors la tête vers lui et elle lui sourit, William souffla imperceptiblement de soulagement, au moins, elle ne lui en voulait pas et elle avait du apprécier puisqu'elle lui souriait.

Le jeune homme se sentit rougir, il avait bien envie de l'embrasser à nouveau mais c'était pas sûr qu'elle le prenne bien cette fois là. Il ne fallait pas trop tenter le sort non plus. Il prit la bouteille de vin, plus pour s'occuper que par réel soif, et voulut remplir son verre quand il s'aperçut que la bouteille était vide.

"Oh, y en a plus !"


Phrase des plus loquaces, il s'améliorait de jour en jour, il fallait croire que l'art d'être un boulet ça ne s'arrangeait pas avec l'âge. Dans le cas de William, c'était même le contraire, ça empirait.

"Je suis désolé, je n'ai amené qu'une seule bouteille
, le jeune homme rougit contrit. J'espère que tu ne m'en veux pas trop."



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Rachelle put voir William rougir un peu quand elle lui sourit et se morigéna intérieurement : voilà qu'elle le mettait dans l'embarras ! Évidement qu'il était gêné, il ne pouvait en être autrement avec la réaction qu'elle avait eu. Ce qu'elle pouvait être stupide parfois ! Dans son travail elle était toujours sereine, et réfléchie. Elle analysait les situations avec méthodologie pour faire les bons choix, et savait toujours être prévenantes et réceptive aux attentes des autres. Mais dès qu'il s'agissait de relations humaines dépassant la simple cordialité entre collègues ou celle d'une infirmière avec son patient, elle perdait ses moyens. Peut-être parce qu'aucun livre ne traitait de ce genre de sujet. On devrait en écrire un : "Gérer les relations humaines", il faudrait sans doute au moins dix volumes, mais ce serait sans doute un ouvrage utile à des tas de gens.

Elle n'arrivait même pas à déterminer ce qu'elle ressentait, et n'allait donc certainement pas essayer de le formuler. Alors que le silence revenait, toujours aussi tendu, William attrapa la bouteille de vin et voulut se resservir, mais constata finalement qu'elle était vide.

"C'est dommage"

Par Rowena, leur niveau de conversation était tombé bien bas ! Elle avait vraiment tout gâcher. Elle aimait bien discuter avec William, et aurait voulu qu'ils continuent de se parler comme avant. Mais elle avait tout gâché et maintenant ils étaient incapable d'échanger autre choses que des futilités.

"Je suis désolé, je n'ai amené qu'une seule bouteille, s'excusa-t-il en rougissant. J'espère que tu ne m'en veux pas trop."

Ce n'était pas à lui de s'excuser, Rachelle le savait bien. Elle se sentait coupable et aurait voulu s'excuser elle aussi mais elle ne savait pas comment s'y prendre. Elle ne pouvait décemment pas lui dire clairement "Je suis désolée d'avoir réagit comme ça mais je pensais à mon ex-fiancé", elle allait le blesser et il ne voudrait sans doute plus jamais lui adresser la parole. Cela aurait été une réponse honnête, mais elle aimait vraiment bien William et ne voulait pas prendre le risque de mettre fin à leur relation, quelle qu’elle soit.

"Il n'y a rien à reprocher, commença-t-elle sans préciser à quoi elle faisait référence exactement. Et pour la bouteille non plus."

Ce n'était pas très explicite, mais peut-être comprendrait-il ainsi que la première partie de sa phrase faisait référence à leur baiser et non à la bouteille. L'infirmière secoua légèrement la tête pour chasser ses réflexions insensées. Ne pouvait-elle pas clairement lui dire qu'elle était désolée et qu'elle avait apprécié ce baiser plutôt que de parler avec des codes ? Et bien non elle ne pouvait pas, elle n'était pas douée pour dire ces choses là. Elle discutait sans problèmes des sentiments et des problèmes des autres, mais tout se compliquait dès qu'il était question des siens.

Puisque les mots ne pouvait rien pour elle, Rachelle rassembla le peu de courage qu'elle avait et se pencha vers William pour l'embrasser.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
William se sentait un peu bête avec sa bouteille vide dans les mains, il la posa dans l'herbe à ses côtés, il ne faisait que s'excuser aujourd'hui et entre chaque excuse, un grand blanc se faisait sentir. Il aurait tellement voulu faire machine arrière et ne jamais l'avoir embrassé, à cet instant, ils seraient certainement en train de discuter tranquillement. Au lieu de ça, Will ne savait sur quel pied danser avec Rachelle, il avait peur de la faire fuir avec sa maladresse.

"Il n'y a rien à reprocher. Et pour la bouteille non plus."

Au début, le jeune homme crut qu'elle parlait de la bouteille quand la jeune femme avait dit qu'il n'avait rien à se reprocher. Mais apparemment ce n'était pas le cas, William se prit alors à rêver que peut-être Rachelle essayait de lui faire comprendre que finalement ce baiser lui avait vraiment plu. Mais, il se fustigea mentalement, il ne fallait pas qu'il se réjouisse trop vite, peut-être avait-il mal compris les propos de l'infirmière, peut-être avait-il laisser parler son imagination et entendu ce qu'il avait voulu entendre ou compris ce qu'il voulait comprendre. Cela revenait au même au final, il n'était pas beaucoup plus avancé qu'avant. Il ne savait toujours pas comment se comporter.

Rachelle se pencha alors vers lui et posa ses lèvres sur les siennes, les premières secondes d'étonnement passées, il répondit au baiser de la jeune femme. Il se laissa alors envahir par le flot d'émotions que cette étreinte faisait naitre en lui. Plus rien n'existait, il n'y avait plus que la sensation des lèvres de Rachelle sur les siennes. Il y aurait pu avoir le déclenchement de la troisième guerre mondiale à ce moment même qu'il n'en aurait rien eu à faire. Il était l'homme le plus heureux du monde à cet instant même. Il posa doucement sa main sur sa joue et la lui caressa doucement avant de mettre fin à ce baiser. Il se pencha alors à son oreille et murmura tendrement "Merci".



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
William répondit à son baiser et lui caressa doucement la joue, déclenchant un frisson de plaisir chez la jeune femme. Elle se sentait bien. Pour une fois elle ne s’interrogeait pas pour savoir si elle avait bien agit ou pas, elle ne voulait pas réfléchir sur ce qu'elle était en train de faire, ou penser aux conséquences. Elle profitait, tout simplement. Le jeune homme finit par mettre fin à leur baiser et se pencha vers son oreille pour lui murmurer un "Merci" qui la fit sourire. Ce serait plutôt à elle de le remercier, s'il n'avait pas pris l'initiative elle serait toujours en train de tergiverser pour savoir s'il y avait plus de l'amitié entre eux. Posant sa main sur celle que William avait amené sur sa joue, elle lui sourit en rosissant un peu.

"Je suis désolée pour tout à l'heure, avoua-t-elle finalement. Je crois que j'étais...un peu surprise."

Surprise, elle l'avait peut-être un peu été. Mais elle n'était pas naïve au point de ne pas savoir ce qu'un homme cherchait quand il emmenait une femme dans un champ de fleur avec une bouteille de vin. Elle avait compris dès le départ que ce rendez-vous n'était peut-être pas qu'amical, mais ce baiser l'avait déstabilisé. En partie parce qu'elle n'aurait jamais pensé pouvoir ressentir à nouveaux des sensations qu'elle avait crues mortes depuis longtemps mais aussi parce que le souvenir de Simon s'il s'était manifesté, n'avait pas été aussi vivace que d'habitude, et n'avait pas éclipsé William.

Elle était peut-être prête, désormais, à envisager une relation autre qu'amicale. Certains diraient qu'il lui avait fallu beaucoup trop de temps, elle trouvait qu'elle avait pris le temps qui lui fallait. Néanmoins, elle craignait toujours que les choses aillent trop vite. Elle avait besoin d'y aller doucement et se demandait quelle serait la tournure des évènements. Elle ne voulait pas que ça devienne concret tout de suite, que ça prenne une ampleur démesurée et qu'elle se sente dépassée. Elle se connaissait et savait qu'elle fuirait si c'était le cas. Et elle n'avait pas envie de tout gâcher, elle voulait vraiment tenté le coup.

"Est ce que ce...ça pourrait rester entre nous, pour l'instant ?" chuchota-t-elle finalement.

La dernière chose qu'elle voulait était que leurs collègues soient au courant. Elle avait besoin de s'habituer à l'idée avant. Quant aux élèves, elle espérait qu'ils ne le sauraient jamais. Elle avait toujours détesté être au centre de ragots et diverses rumeurs. Heureusement, ça n'avait jamais été le cas pendant sa jeunesse étant donné que la seule "personne" avec qui on aurait pu lui prêter une relation était son bouquin de botanique. Les seules personnes ayant jamais jaser sur sa vie amoureuse était ses camarades de médicomagie, quand elle avait commencé à sortir avec "le Dr. Humford", mais les ragots avaient bien vite cessé, les étudiants devant retourner à leurs manuels de cardiologie et autre joyeusetés.
William SilversterAncien personnageavatar
Messages : 261

Voir le profil de l'utilisateur
Rachelle posa sa main sur celle de William et lui sourit en rougissant.

"Je suis désolée pour tout à l'heure. Je crois que j'étais...un peu surprise."

William lui sourit tendrement, il était heureux, elle ne le repoussait pas et elle semblait ressentir plus que de l'amitié pour lui, que demander de plus ?

"Ce n'est rien, j'ai agit sans réfléchir. Ce n'est pas de ta faute, je veux dire, c'est normal que tu ais été surprise. Enfin, non mais je comprends que tu ais été surprise."


Will rougit comme une tomate, encore une fois, il s'était embrouillé dans ses paroles et il était passé pour un crétin. Il espérait que Rachelle aimait les boulets parce que sinon ça n'allait pas durer longtemps entre eux, elle allait vite se lasser. Et puis, il allait falloir gérer le regard des autres, Will n'était pas encore près à l'annoncer à tout le monde, enfin si ça ne le dérangeait pas vraiment mais c'est plutôt que si ça ne durait pas très longtemps, il ne voulait pas que tout le monde sache qu'il ne savait pas garder longtemps une relation amoureuse et que du coup on dise de lui qu'il était un coureur de jupon instable.

"Est ce que ce...ça pourrait rester entre nous, pour l'instant ?" chuchota Rachelle.

William regarda la jeune femme et lui sourit,

"Je pensais à la même chose. Je veux apprendre à te connaître Rachelle, avant que tout le monde ne commence à nous regarder avec des sourires en coin. Je n'aime pas ça. Et puis, ça nous permettra d'aller à notre rythme. "

Le jeune homme ne voulait surtout pas brusquer Rachelle, c'était la dernière chose qu'il souhaitait, il n'aimait pas mettre la pression ou exiger quoique ce soit. Si Rachelle voulait prendre son temps et bien ils prendraient leur temps, en échange, il attendait juste qu'elle ne le trompe pas avec un autre. Il n'était pas vraiment partageur.



Team Ornithorynques
Rachelle SilversterAncien personnageavatar
Messages : 176

Voir le profil de l'utilisateur
Rachelle espérait ne pas avoir blessé William en lui demandant si leur relation pouvait rester secrète. Elle ne voulait pas qu'il croit qu'elle avait honte, ou qu'elle ne voulait pas quelque chose de sérieux. C'était plutôt qu'elle ne savait pas ce qu'elle voulait justement, le temps le lui dirait. Elle préférait laisser les choses venir toutes seules que de chercher à mettre des étiquettes tout de suite. Le jeune homme la rassura en lui disant qu'il pensait justement à la même chose, ce qui fit sourire l'infirmière.

"Je veux apprendre à te connaître Rachelle, avant que tout le monde ne commence à nous regarder avec des sourires en coin. Je
n'aime pas ça. Et puis, ça nous permettra d'aller à notre rythme.
"

La jeune femme hocha la tête alors que son sourire s’agrandissait. C'était peut-être la meilleure sortie à Pré-au-lard qu'elle ait jamais passé, la plus romantique en tout cas. Il fallait dire qu'à Poudlard elle avait surtout profité de ses sorties pour boire un verre avec des amies ou rester à travailler dans la salle commune, profitant que celle-ci soit déserte. Elle avait l'impression d'avoir de nouveau quinze ans, et ce n'était pas désagréable. Ce n'était que maintenant qu'elle se laissait vivre à nouveau qu'elle réalisait ce qu'elle avait manqué pendant neuf ans. Comme si elle avait longtemps été endormie pour ne se réveiller que maintenant. Le soleil lui semblait briller un peu plus fort, le ciel paraissait plus bleu, tout était un peu mieux, comme si elle avait eu un voile sur les yeux et qu'ils avaient maintenant disparu.

La jeune femme laissa son regard se promener autours d'elle pour profiter de cette réalité soudainement plus attrayante. Se souvenant de l'instant ou elle avait découvert cet endroit magnifique, Rachelle se tourna vers William et lui adressa un large sourire.

"Je le savais, que cet endroit était un piège à fille..."

Elle ponctua sa phrase d'un clin d’œil. Elle ne se sentait pas piéger le moins du monde, au contraire. Elle ne se souvenait s'être sentie si libre depuis des années. Elle avait l'impression que tout était possible, que la vie était à elle, alors qu'il n'y avait pas si longtemps elle considérait encore que sa vie s'était éteinte avec celle de Simon.



RP Terminé
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Nouveau départ [PV William]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» Besoin d'un nouveau départ
» Nouveau départ [PV William]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-