AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Jour d'orage [PV Irving]

Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1915

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 28 Octobre 2006

Nora descendait les escaliers menant au hall d'entrée, les mains rivées au fond de ses poches, pensive. Elle avait reçu la veille une lettre de sa sœur qui l'avait un peu déstabilisé. En effet, dans une missive précédente, elle avait demander à ses parents l'autorisation de passer le soir du nouvel an chez Irving et ceux-ci avaient accepté, même si son père avait apparemment opposé une certaine résistance, pour la forme. La jeune fille avait été folle de joie et avait déjà projeté d'inviter Artémis, comme Irving le lui avait proposé. Mais la lettre d'Amely était arrivé et depuis une sorte de boule au creux de son ventre refusait de disparaitre.

Elle se sentait coupable. Sa sœur lui reprochait de l'abandonner le soir du réveillon alors qu'elles ne s'étaient pas vu depuis plusieurs mois et elle avait raison. Amely avait toujours raison. Nora se souvenait parfaitement de ce qu'elle avait ressenti quand elle avait appris que son ainée ne passerait pas les vacances d'été avec elle et qu'elle ne pourrait même pas la voir avant la rentrée. Elle s'était sentie abandonnée, presque trahie. Ça lui avait fait mal et elle ne voulait à aucun prix infliger ça à sa grande sœur. Ce serait égoïste.

Sa décision était prise, elle passerait le nouvel an avec sa sœur. Ce qui la tracassait, c'était que cette décision ne l'enchantait pas. Et il n'y avait pas que la déception de ne pas passer cette soirée avec Irving, il y avait autre chose. Et elle n'aimait pas ça. La jeune fille avait l'impression de tout faire de travers en ce moment. Il y avait eu sa discussion avec Irving le jour du match, elle ne savait pas ce qu'elle avait dit de mal mais le jeune homme était parti chercher son écharpe et n'était jamais revenu. Et voilà que maintenant elle blessait sa sœur en agissait avec un égoïsme qui ne lui était pas habituel, enfin, c'était les termes d'Amely.

Cependant, son enchainement de faux-pas allait devoir continuer encore un peu puisqu'elle allait devoir dire à Irving qu'elle ne pourrait finalement pas venir, après lui avoir confirmé sa présence il y a deux jours. Nora était presque persuadée que son meilleur ami prendrait bien la nouvelle et qu'il comprendrait, mais était tout de même légèrement anxieuse. Elle avait remarqué la mauvaise humeur du Gryffondor ces temps-ci, et ne pouvait qu’espérer qu'il serait dans un de ses bons jours.

La blondinette se retrouva devant la grande porte et se joignit au groupe d'élèves qui descendait le parc en direction des grilles pour se rendre au village. Elle devait retrouver Irving à la sortie de l'école, pour qu'ils aillent à Pré-au-lard ensembles. Elle avait décidé de lui annoncer la mauvaise nouvelle directement, comme ça ils pourraient vite se changer les idées autours d'une bieraubeurre. Et puis, elle aurait la conscience tranquille. Cette idée la tracassait depuis deux jours et elle avait hâte de s'en débarrasser. Arrivant au niveau des grilles, elle finit par apercevoir son meilleur ami et se força à lui sourire. Alors qu'elle s'approchait elle se sentit de plus en plus mal à l'aise.

Cette gêne la dérangeait. Elle n'avait jamais eu à se forcer pour sourire à Irving jusqu'à aujourd'hui. Tout avait toujours été simple entre eux. Elle se contentait d'être elle-même, et ils étaient bien. N'importe où, n'importe quand, même au beau milieu d'un lac gelé, ils étaient bien ensemble. Mais depuis quelque temps, quelque chose avait changé. Elle voulait croire que ce n'était qu'elle qui était mal à l'aise à l'idée de devoir décommander pour le nouvel an alors qu'ils s'étaient tellement réjouis à l'idée de le passer ensemble, mais elle commençait à croire qu'il y avait autre chose.

Elle le salua et ils se mirent en marche. Elle se força à parler de la victoire des rouges et or de la semaine passée, espérant que cela mettrait le Gryffondor de bonne humeur. Nora observa son meilleur ami un instant, il n'avait plus cet air insouciant qu'il arborait avant, mais n'avait pas l'air particulièrement énervé contre quoi que ce soit. Elle n'avait ps d'excuses pour ne pas lui dire.

*Un peu de courage Nora !* se morigéna-t-elle intérieurement.

Ce n'était rien du tout après tout. Ils passeraient le prochain nouvel an ensembles ! Ce n'était jamais que reporté cette soirée d'un an finalement. Et puis, il comprendrait. Elle était sûre qu'il comprendrait.

"Il faut que je te dise, euh...commença-t-elle en fixant ses pieds. Je pense pas que je pourrai venir finalement, pour le nouvel an."

Voilà, c'était dit. Ce n'était pas si terrible finalement. D'ici deux minutes tout ça serait de l'histoire ancienne et ils pourraient aller se réchauffer au Trois Balais ou aller faire un tour chez HoneyDucke. Elle esperait juste qu'il ne serait pas trop déçu, lui faire de la peine était bien la dernière chose qu'elle voulait.

[/]


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Les mains rivées au fond des poches de son traditionnel sweat à capuche, Irving gratouillait le sol avec ses pieds. Les graviers roulaient sous ses baskets rapiécées tandis qu’il attendait Nora devant les grilles de l’école. Le jeune homme ne savait d’ailleurs pas trop dans quelles dispositions il allait retrouver son amie. Le week-end précédent, il avait quitté le match sans un mot et il avait clairement évité sa compagnie toute la semaine. Allait-elle être fâchée ? ou distante ?
De telles réactions seraient parfaitement légitimes puisqu’il avait pleinement conscience de son comportement puérile. Cependant, il fallait avouer qu’il avait eut du mal à digérer les sous-entendus de la poufsouffle. Après avoir ressassé les paroles de Nora des nuits durant, il avait finit par prendre de bonnes résolutions: Il n’allait pas gâcher leur amitié puisque c’était le seul truc à peu près positif dans sa vie en ce moment.
En effet, d’après la dernière lettre de sa mère, son père était de plus en plus fatigué. Pour Irving, s’était déjà une véritable torture d’être cloué à Poudlard sans avoir la possibilité d’épauler sa famille dans cette épreuve, alors il n’allait pas anéantir la seule chose qui lui apportait un peu de réconfort en ce bas monde…

Relevant la tête en direction du château, il reconnut la chevelure blonde de Nora au milieu d’un groupe d’élève qui quittait Poudlard. Soufflant pour se donner un peu de contenance, il sortit les mains de ses poches, secoua les bras le long de son corps, et sautilla sur place comme un sportif en pleine préparation. Il était fin prêt pour redevenir, Irving, le bon copain rigolo, mais fallait-il encore que son amie veuille bien de lui !

Tous ses doutes s’envolèrent lorsqu’il découvrit Nora avec un sourire aux lèvres. Elle ne lui en voulait visiblement pas pour ce qu’il s’était passé la semaine précédente. Elle parla même du match avec un certain détachement. Irving commenta lui aussi la dernière rencontre, assurant qu’il aurait beaucoup aimé voir, en vrai, le petage de câble d’O’Connor, mais que malheureusement, il s’était retrouvé enfermé, sans sa baguette, dans la salle de bain Gryffondor par un vilain farceur. Ce n’était qu’un odieux mensonge visant à expliquer son absence pendant le match mais Irving ne se sentait pas le courage de révéler la véritable raison de sa disparition.

« J’uis sûr que c’est Ben-Le-Boulet qui a fait le coup !
lança-t-il en rivant ses mains au fond de ses poches, D’ailleurs, j’t’ai expliqué que ce gamin a léchouillé Jeremy pendant l’Action/ Vérité ?» demanda-t-il en arborant une mine mi enthousiaste, mi dégoutée.
Finalement, ce n’était pas difficile de redevenir le bon pote amusant. Il suffisait de mettre ses soucis au placard et de parler pour ne rien dire. Il était presque aussi doué qu’un Serpentard pour cacher ses émotions véritables ! Alors qu’il se demandait s’il aurait eut sa place dans la maison Vert et argent, Nora rompit le silence en balbutiant :

"Il faut que je te dise, euh... Je pense pas que je pourrai venir finalement, pour le nouvel an."

Irving s’arrêta tout net en fronçant les sourcils.

« Pourquoi ? » lança-t-il précipitamment sur un ton légèrement accusateur qui fit se retourner les élèves qui marchait devant eux. Se rendant compte qu’il s’était peut être montré un peu trop abrupt, il se rapprocha de son amie et reprit d’une voix plus basse qui trahissait l’incompréhension.

« Si c’est ton père qui s’inquiète, je suis sûre que ma mère pourra lui envoyer un hibou pour le rassurer. Dit lui qu’y aura des filles sérieuses comme Georgy et Artémis… et puis, s’il faut, tu peux lui écrire qu’il n’y aura pas d’alcool à cette fête! »

Espérant que ses arguments feraient mouche, Irving attendit la réaction de son amie.


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1915

Voir le profil de l'utilisateur
Nora fut réellement soulagée de retrouvé le Irving blagueur et enjoué qu'elle avait toujours connu. Il lui expliqua même qu'il n'avait pas pu la rejoindre au match car Ben-le-boulet l'avait enfermé sans sa baguette dans la salle de bain des Gryffondors. La jeune fille se permit même de se moquer gentiment de son ami pour s'être laissé avoir par le deuxième année. Elle s'en voulait presque de gâcher cette bonne ambiance tout juste retrouvée avec sa mauvaise nouvelle. Mais plus vite elle la lui aurait annoncé, plus vite ils pourraient profiter joyeusement de la journée.

La Poufsouffle était donc plutôt confiante au moment ou elle lui avoua qu'elle ne pourrait finalement pas venir, même si elle n'était pas complètement rassurée. Elle épia avec attention la réaction d'Irving, qui s'arrêta subitement en fronçant les sourcils.

« Pourquoi ? »

Elle fut à la fois étonnée et un peu blessé par le reproche à peine voilé qu'elle devina dans la question de son ami. Celui-ci reprit néanmoins plus doucement, et à voix plus basse, en lui expliquant que si c'était son père qui s'inquiétait, sa mère pouvait lui envoyer un hiboux pour le rassurer. Nora secoua la tête de gauche à droite pour indiquer au Gryffondor qu'il faisait fausse route. Il continua néanmoins en suggérant qu'elle explique à son père qu'il y aurait des filles sérieuses, et qu'il n'y aurait pas d'alcool.

Nora hésita un instant à appuyer cette version, à rejeter la faute sur ses parents pour se dédouaner. Irving ne lui en voudrait pas si elle prétendait que c'était la décision de ses parents, donc totalement indépendant de sa volonté. Mais elle ne voulait pas mentir à son meilleur ami, elle savait qu'elle pouvait être honnête, qu'il comprendrait.

"Non, c'est pas ça, il y a pas de problème avec mes parents c'est juste que..."

Elle ne savait pas trop comment présenter la chose. Dans sa tête c'était simple, Amely lui avait écrit qu'elle était déçue, et Nora s'était rendu compte qu'elle avait eu un comportement égoïste en l'abandonnant le soir du réveillon, mais elle n'était pas sûre qu'Irving comprenne ça. Sa sœur n'avait rien eu à lui demander, une remarque avait suffit pour que Nora se décide, mais elle ne voulait pas que le Gryffondor croit qu'elle est simplement changé d'avis, sans motif légitime.

"C'est Amely je...Elle était triste que je sois pas là, on s'est pas vu cet été alors je...Ce serait égoïste de l'abandonner. Je suis désolée."

Nora adressa un rapide sourire d'excuse à Irving avant de recommencer à fixer le bout de ses pieds. Elle avait envie que ça se termine vite. Elle espérait qu'il conclurait d'un simple "ok" un peu déçu et qu'ils pourraient ensuite passer l'après-midi à revenir sur le pétage de plombs d'O'Connor, à siroter une bieraubeurre et pourquoi pas vivre une nouvelle aventure de Nora l'Intrépide et d'Irving l'audacieux, elle avait toujours voulu visiter la cabane hurlante...Ragaillardie par tout ces projets, la jeune fille releva finalement la tête vers son meilleur ami.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Tandis qu’Irving cherchait des solutions afin de convaincre le père de Nora, son amie lui révéla que ce n’était pas ses parents qui posaient problème. Le jeune homme haussa les sourcils en essayant de deviner le motif de la rétractation de la Poufsouffle.
Ne voyant pas d’autres causes possibles, il finit par proposer :

« Bon, si tu veux j’peux inviter Jane… Mais elle a pas intérêt d’ se moquer d’la tapisserie de mon salon ! » Ajouta-t-il, passablement irrité à l’idée de voir Jane Mason critiquer le petit pavillon familiale.

A part l’absence de sa camarade de dortoir, Irving ne voyait pas ce qui pouvait freiner Nora. Néanmoins, pour elle, il était prêt à faire quelques efforts et endurer la présence de l’exécrable fille de leur enseignante d’Etudes des Moldus à son réveillon. Malheureusement, à en juger par l’attitude gênée de Nora, ce n’était toujours pas ça le souci. Le jeune homme se baissa légèrement pour capter le regard de Nora puis il finit par demander en haussant légèrement les épaules:

« Bon ben, explique-moi alors ? »

"C'est Amely je...Elle était triste que je sois pas là, on s'est pas vu cet été alors je...Ce serait égoïste de l'abandonner. Je suis désolée."

Irving resta quelques secondes interdit. Il cligna des yeux plusieurs fois, le temps que la connexion se fasse dans son cerveau : Nora ne venait pas à son réveillon parce que Madame Amely Weaver était triste.

« Wahou. » Finit-il par dire en jetant un regard désabusé en direction du ciel, J’suis pas sûr d’avoir bien compris là… » ajouta-t-il en secouant la tête de gauche à droite.

A vrai dire, il avait très bien entendu la chose mais il n’avait pas envie d’y croire. Il ne pensait pas que son amie soit capable de le planter aussi superbement, juste parce que sa poufiasse de sœur avait claqué des doigts ! Il chercha à intercepter une nouvelle fois le regard de Nora, espérant y déceler une indication qui irait à contresens de ses déductions, mais son amie s’obstinait toujours à regarder le sol. Le gryffondor dû vite se rendre à l’évidence : Nora le laissait vraiment tomber.

Toutes ses bonnes résolutions s’envolèrent d’un seul coup tandis qu’il s’éloignait de quelques pas de son amie. Comment pouvait-elle lui faire ça maintenant ? Nora savait très bien qu’il n’était pas au mieux de sa forme en ce moment et elle l’abandonnait lâchement ! Le jeune homme se sentait trahi par la seule personne en qui il avait pleinement confiance.

Pourtant, il avait toujours été là pour elle : C’était lui qui lui avait amené ses repas dans les gradins du stade lorsqu’elle s’entrainait sans relâche, lui qui lui remontait le moral lorsqu’ Amely décommandait un rendez-vous, lui qui l’avait invité cet été tandis que sa sœur n’était même pas capable de transplaner une journée pour venir la voir….

Irving se mordit la lèvre en regardant la cime des arbres pour tenter de se calmer et faire taire le sentiment d’injustice qui l’assaillait. Malheureusement c’était impossible. Il pouvait ressentir dans sa poitrine toute la tension accumulée des dernières semaines rejaillir telle une vague dévastatrice pour inonder tout son être. Plus que de la déception, il ressentait maintenant de la colère à l’encontre de Nora. Nora, l’égoïste qui ne se rendait pas compte qu’il était au bout du rouleau.

Lorsqu’il reposa ses yeux sur elle, ce fut pour lui adresser un regard dur et froid. La mâchoire contractée, il s’approcha de d’elle et souffla entre ses dents :

« T’as raison, passe le réveillon avec Miss Amely… Vous vous voyez tellement peu souvent, ça serait dommage de ne pas en profiter,
commença-t-il d’une voix sourde emprunte d’ironie, la merveilleuse Auror aura surement plein de choses à raconter à son insignifiante petite sœur ! » cracha-t-il avec aplomb.

Il voulait lui faire mal. Il voulait la blesser. Lui faire ressentir la douleur qu’il ressentait lui-même. Lire la souffrance dans ses yeux. On ne jouait pas impunément avec lui sans en payer le prix fort. Il avait été odieux et il n’allait pas s’arrêter là…


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1915

Voir le profil de l'utilisateur
Nora continuait de fixer ses pieds, s'empêchant presque de respirer, en attendant la réaction du Gryffondor. Elle ne releva la tête que quand il lui fit clairement comprendre d'une remarque désabusée qu'elle l'avait blessé. Levant un regard désolé vers son meilleur ami elle vit que celui-ci s'était éloigné de quelques pas. Elle s'en voulait atrocement. Elle n'avait pas voulu lui faire de la peine et elle ne supportait pas de le voir comme ça.

"Irving, je suis désolé..."

Et elle l'était sincèrement. Jamais elle n'avait eu l'intention de lui faire du mal et elle n'aurait pas pensé qu'il réagirait comme ça. Ce n'était qu'une fête finalement, et même si elle pouvait comprendre sa déception -étant elle-même déçue- elle n'avait pas imaginé que ça prendrait une telle ampleur. La jeune fille resta plantée au milieu du chemin, un regard inquiet posé dans le dos du Gryffondor et jouant nerveusement avec ses doigts. Elle avait envie de s'approcher de lui et de lui répéter inlassablement à quel point elle était désolé, elle voulait le serrer dans ses bras et comprendre qu'il la pardonnait lorsqu'il lui rendrait son étreinte.

Décidée à s'expliquer avec Irving, elle fit un pas en avant mais au même moment le Gryffondor se retourna et la figea sur place en lui jetant un regard dur et froid. Il ne l'avait jamais regardé comme ça, quelque chose venait de échanger et la jeune fille sentit son cœur se serrer. Elle avait beau chercher, elle ne voyait plus aucune trace de bienveillance ou de douceur dans ses yeux qui semblaient même d'un bleu plus foncé. Et c'était de sa faute, c'était à cause d'elle qu'il était comme ça.

« T’as raison, passe le réveillon avec Miss Amely… Vous vous voyez tellement peu souvent, ça serait dommage de ne pas en profiter » souffla-t-il entre ses dents d’une voix sourde emprunte d’ironie.

Elle savait qu'Irving ne portait pas Amely dans son cœur, même si elle n'avait jamais compris pourquoi, mais ne pouvait-il pas la comprendre ? Comprendre que sa sœur lui manquait constamment et que la dernière chose qu'elle voulait c'était de lui faire de la peine. Parce qu'elle savait comme elle avait souffert quand Amely était partie cet été et elle ne voulait pas lui infliger ça. Elle aurait voulu lui expliquer tout ça, mais les paroles d'Irving lui coupèrent le souffle, lui faisait l'effet d'une giffle.

«La merveilleuse Auror aura surement plein de choses à raconter à son insignifiante petite sœur ! » cracha-t-il avec aplomb.

Toutes les certitudes de la jeune fille volèrent en éclat. Elle ne voulait pas y croire, elle refusait de croire qu'il pensait réellement ce qu'il disait. Ce n'était pas possible. Il ne pouvait pas la voir comme ça. Pas lui. Pourtant, les yeux emplis de colère et de détermination du Gryffondor lui firent comprendre qu'il était honnête. Elle était insignifiante pour lui. Elle avait cru, pourtant, qu'elle était au moins un peu spéciale. Elle pensait qu'ils étaient meilleurs amis, qu'ils comptaient l'un pour l'autre, et elle réalisait que ce n'était pas le cas.

Ses yeux se remplirent de larmes. Elle avait mal, et elle ne comprenait pas. Comment son meilleur ami pouvait-il être celui qui la blessait comme ça ? Petit à petit, la colère se joignit à la tristesse. Elle se souvint de la première chose qu'il lui avait dit, le jour de leur rencontre "Tu es la sœur d'Amely Weaver", ce jour là elle ne lui en avait pas voulu, parce qu'elle savait qu'elle ne pouvait pas être plus que ça pour lui. Mais réaliser, après une année passé avec lui, qu'il la considérait toujours comme ça était trop dur. Elle lui en voulait de lui avoir fait croire qu'elle était spéciale alors que ce n'était pas le cas. Réalisait-il seulement à quel point il lui faisait mal ?

Elle ne se laisserait pas faire. Il ne la détruirait pas comme ça. Il ne pouvait pas balayer un an d'amitié et s'en sortir indemne. Il devait souffrir aussi. Cette histoire ils l'avaient construite à deux, et il n'y avait pas de raison pour qu'il la détruise tout seul. Elle ne voulait pas être spectatrice et le regarder envoyer voler en éclat tout ce dont en quoi elle croyait. Sentant une rage inhabituelle l'envahir, la jeune fille serra les points pour essayer de contenir ses larmes avant de darder sur son meilleur ami un regard noir.

"Elle aura toujours plus de choses à raconter qu'un pauvre type dans ton genre ! cracha-t-elle alors qu'une première larme coulait sur ses joues. Je vois pas pourquoi j'irai perdre mon temps avec toi..."

Elle ne se reconnaissait pas, elle avait l'impression d'entendre quelqu'un d'autre parler. Elle voulait s'arrêter, tout de suite, mais elle était comme lancée dans un train à pleine vitesse. Impossible de sauter en marche, c'était trop tard. La colère avait prit le dessus et elle était incapable de penser à autre chose qu'à sa volonté de faire souffrir Irving autant qu'il la faisait souffrir en ce moment.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Sa phrase assassine eut l’effet d’une claque sur Nora. La jeune femme sembla abasourdie quelques secondes avant que ses yeux ne se remplissent de larmes. Irving retint momentanément sa respiration devant ce spectacle. Il était complètement incapable de savoir si cela le satisfaisait ou si ça l’attristait. C’était comme si son cerveau était engourdi et qu’il refusait d’interpréter les sensations qu’il ressentait. Il dévisageait toujours Nora lorsqu’elle lui assena, à son tour, une pique cinglante en réponse à sa remarque sur Amely :

"Elle aura toujours plus de choses à raconter qu'un pauvre type dans ton genre ! Je vois pas pourquoi j'irai perdre mon temps avec toi..."


Ce fut la phrase de trop. Celle qui fit définitivement pencher la balance du mauvais côté. C’était décidé. Irving s’en fichait des larmes de Nora. Elle pouvait bien pleurer autant qu’elle voulait, il ne serait pas là pour la consoler. Il avait été bien bête de la réconforter lorsqu’elle doutait, de la faire rire lorsqu’elle était triste. Voila comment il était remercié aujourd’hui… N’écoutant que la colère sourde qui lui vrillait les entrailles, le jeune homme s’approcha à quelques centimètres du visage de la poufsouffle :

« Un pauvre type dans mon genre ? J’crois qu’t’es mal placée pour me donner des leçons de ce côté-là !
articula -t-il avec véhémence, Tu crois que t’es quoi toi ? Non mais sérieusement regarde, toi ? » Répéta-t-il en s’éloignant légèrement.

Il la détailla alors de haut en bas en arborant une mine dégoutée.

« Parce que Madame est capitaine de quidditch elle se croit supérieure aux autres, hein ? C’est ça ? J’uis p’t-être qu’un pauvre type mais moi, au moins, je sais où est ma place… Regarde la vérité en face : T’as autant de charisme qu’un boursouflet nouveau-né. T’arrives pas à la cheville de Jerem’ ou d’Georgiana alors arrêtes cinq minutes avec tes grands airs arrogants ! » s’écria-t-il avant de faire une courte pause pour reprendre sa respiration.

Son cœur battait à tout rompre et il pouvait sentir le sang pulser dans ses tempes. Les mots s’étaient enchainés facilement, sans qu’il n’ait à réfléchir à ses propos. D’ailleurs, Il ne s’était pas soucié de savoir s’il pensait réellement ses dires. Il darda donc un regard sombre en direction de la jeune fille avant de lui souffler :

« Franchement, tu m’écœures… »

Voila. C’était dit. Nora le rendait malade et elle venait de s’ajouter à la liste des nombreuses choses qui le révulsaient déjà: La maladie de son père, les murs gris de Poudlard, l’absence de sa famille, l’indifférence de ses amis, les gens heureux, les devoirs, les cours, les profs, … et maintenant même les larmes qui coulaient sur les joues de la Poufsouffle le répugnaient. Il avait envie qu’elle arrête ça immédiatement. Il voulait lui hurler que ce n’était pas à elle de pleurer. Elle devait stopper son cinéma. Elle devait se taire. Tout de suite. Sinon il allait exploser.
Ne pouvant plus supporter une seconde de plus cette situation, le jeune homme se recula de quelques pas avant de brandir sa baguette devant lui.

Il ne savait pas qu'il allait regretter bien vite ce qu'il s'apprêtait à accomplir…


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1915

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Nora continuait de fixer Irving d'un regard noir, les mains tremblante de rage et en proie à une colère qui ne lui était pas familière. Elle espérait qu'elle avait su frapper juste, elle espérait qu'il souffrait autant qu'elle avait mal. Le nœud au creux de son ventre l’empêchait presque de respirer, son cœur martelait ses cotes beaucoup trop fort, le sang battait à ses tempes et ses yeux la brûlaient. Jamais elle n'aurait penser qu'Irving la ferait se sentir si mal, mais le jeune homme qu'elle avait en face d'elle n'avait plus rien de son meilleur ami.

« Un pauvre type dans mon genre ? J’crois qu’t’es mal placée pour me donner des leçons de ce côté-là ! articula -t-il avec véhémence, Tu crois que t’es quoi toi ? Non mais sérieusement regarde, toi ? » Répéta-t-il en s’éloignant légèrement d'elle.

Nora serra les dents pour empêcher ses larmes de coulait. Elle ne pleurerait pas, pas pour lui. Il la dévisagea de haut en bas avec une expression de dégout qui la révolta. Qui était-il pour la jauger de la sorte ? Il croyait qu'il valait mieux qu'elle hein ? Il se pensait supérieur ? Pourtant il ne valait rien ! Elle ne voyait même pas ce qu'elle avait pu trouvé chez le Gryffondor, tout en lui la répugnait ! Elle lui rendit son regard dégouté alors qu'il lui déversait un nouveau flot de paroles blessantes.

« Parce que Madame est capitaine de Quidditch elle se croit supérieure aux autres, hein ? C’est ça ? J’uis p’t-être qu’un pauvre type mais moi, au moins, je sais où est ma place… Regarde la vérité en face : T’as autant de charisme qu’un boursouflet nouveau-né. T’arrives pas à la cheville de Jerem’ ou d’Georgiana alors arrêtes cinq minutes avec tes grands airs arrogants ! »

Nora encaissa sans broncher, essuyant rageusement les larmes qui avaient coulé malgré elle sur ses joues. C'était donc ça la vérité, il n'avait jamais cru en elle, il n'avait fait que lui mentir. Elle n'arrivait pas à le croire. Comment avait-il pu prétendre qu'il la soutenait, qu'il était sûr qu'elle y arriverait, alors qu'il pensait ça d'elle. Le pire, c'est qu'elle savait qu'il avait raison. Il disait vrai en assurant qu'elle ne rivaliserait jamais avec Jeremy ou Georgia, et c'était ce qui lui faisait le plus mal. Parce que quand elle doutait, quand elle avait envie d'abandonner, il était toujours celui qui l'aidait à se relever et à avancer. Et maintenant elle n'avait plus rien. Il la laissait tomber.

"Peut-être que je serai jamais aussi douée que Jeremy, ou que Georgiana, mais au moins j'essaye. J'essaye de faire quelque chose moi ! s'écria-t-elle en haussant le ton. Toi qu'est ce que tu fais, avec ton attitude de perdant ? T’arrivera jamais à rien. Tu resteras toujours qu'un pauvre loser !" hurla-t-elle finalement, le souffle court.

Ils se dévisagèrent un moment, froidement. Rien n'indiquait qu'ils avaient un jour partagé une sincère amitié, et à vrai dire à cet instant elle ne s'en souvenait même plus. Tout ce qu'elle savait c'est qu'ils étaient engagé dans cette lutte, et qu'elle voulait le blesser autant qu'il la blessait. Elle avait mal, et il devait partagé sa souffrance. Elle ne réfléchissait pas à ce qu'elle disait, comme si elle était incapable de penser, la colère dictait chacune de ses paroles et toute autre émotion semblait avoir disparu.

« Franchement, tu m’écœures… »

Nora hocha lentement la tête. Ouai, elle l’écœurait, et lui il la rendait folle. Il lui donnait envie de pleurer, de s'arracher les cheveux et de frapper dans tout ce qu'elle avait sous la main. Elle le détestait.

"Je veux plus te voir..." souffla-t-elle, le regard noir.

Elle voulait enterrer cette histoire, pour toujours. Oublier les piques assassines et les remarques blessantes, oublier le regard assassin d'Irving, son expression de dégout. Peut-être qu'alors, elle se souviendrait de leur amitié, mais pour le moment elle en était incapable. Le Gryffondor recula de quelques pas et sortit sa baguette de sa poche. La jeune fille lui jeta un regard horrifié, il n'allait pas oser ? Non, il ne le ferait pas. Elle ne le laisserait pas faire. Son expression de peur laissa place à une détermination provocante.

"On sait tous les deux que tu peux pas aligner deux sortilèges, laisse tomber..."

Nora aurait pu sortir sa propre baguette, mais elle ne le fit pas. Cela aurait été reconnaitre qu'elle l'en croyait capable, et elle ne s'abaisserait pas à ça. Elle jaugea donc le Gryffondor d'un œil mauvais, essuyant à nouveau les quelques larmes sur ses joues, bien décidée à ne plus en verser une seule pour lui.


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Il était peut-être un loser, un perdant-comme elle le disait si bien - mais il avait tout de même réussi quelque chose aujourd’hui : Il lui avait fait découvrir ce que l’on ressentait lorsque l’on était trahi. A en juger par les larmes qu’elle peinait à contenir, il avait pleinement accompli sa mission.

"Je veux plus te voir..."
souffla-t-elle, le regard noir.

Pour la première fois depuis le début de l’après-midi, ils étaient d’accord sur quelque chose. Irving ne voulait plus avoir à faire à elle. Plus Jamais. Il se demandait même comment il avait pu envisager que ça aille plus loin entre eux. A partir de maintenant, s’en était fini de leur amitié. Le jeune homme sortit donc sa baguette d’un geste rageur afin de mettre un terme à cette discussion. Au moment où il accomplissait son geste, il décela une expression de surprise et de peur mêlée, sur le visage de sa camarade.

« Tu penses vraiment que… »
commença-t-il complètement abasourdi devant cette réaction infondée.

Il ne prit même pas la peine de finir sa phrase tant il était dégouté. Nora le pensait-elle capable d’un tel geste ? Si c’était le cas, elle ne le connaissait vraiment pas. Cependant, l’expression horrifiée de la jeune fille se mua rapidement en une moue arrogante. Plus déterminée que jamais, elle lui asséna alors un ultime coup de poignard :

"On sait tous les deux que tu peux pas aligner deux sortilèges, laisse tomber..."

La mâchoire d’Irving se contracta tandis qu’il se mordait la langue jusqu’au sang pour s’empêcher de lui hurler dessus. Tout son être tremblait de rage et il luttait difficilement contre l’envie de lui prouver qu’elle avait tord… Il fallait qu’il parte. Vite. Sinon il allait finir par commettre l’irréparable.

Compte-tenu de l’état de tension extrême dans lequel il se trouvait, le jeune homme fit donc un immense effort de concentration afin de réaliser le bon geste pour effectuer son appel. La main légèrement tremblante, il agita sa baguette devant lui sans que rien ne se produise. Il ramena son bras doucement le long de son corps, sans quitter la Poufsouffle des yeux. Les battements de son cœur résonnait jusque dans son crâne et il avait l’impression que même Nora, qui était de l’autre côté du chemin, les entendait. Ils restèrent quelques secondes à se toiser en silence avant qu’une énorme détonation ne retentisse, suivie d’un crissement de pneus strident. Un grand bus violet venait de s’immobiliser juste à côté d’eux, faisant s’élever du sol, un gros nuage de poussière. Irving fronça légèrement les sourcils mais il ne bougea pas d’un iota. On entendit alors le bruit d’une porte qui s’ouvre, d’un marche-pieds qui se déplie, puis une petite voix s’éleva de l’épaisse fumée.

« Bonjour monsieur-dame, Bienvenue à bord du Magicobus ! Transport d’Urgence pour sorcières et sorcier en perdition ! "

La silhouette d’un tout petit bonhomme finit par se dessiner juste entre Irving et Nora au milieu du halo poussiéreux. Le contrôleur les regarda tour à tour avant de s’adresser à la Poufsouffle :

« Des bagages ? »


« Non c’est juste pour moi. » répondit Irving d’un ton abrupt.


Il n’avait pas le droit. Il le savait très bien, mais à ce moment précis, plus rien ne comptait. Il voulait juste partir loin, tout quitter afin de rejoindre les rares personnes qui pouvaient le comprendre.
Tout en s’approchant de quelques pas du petit homme, il farfouilla dans les poches de son sweat pour en sortir son porte-monnaie. D’une main fébrile, il compta rapidement les onze mornilles nécessaire pour le règlement du trajet. Dire qu’avec cet argent, il avait prévu de payer un verre à son amie. Il grimaça légèrement en chassant cette pensée de son cerveau, puis il déposa les pièces dans la main du contrôleur en annonçant :

« Londres. »



Enfin, sans même accorder un dernier regard à Nora, il monta dans le Magicobus.




[Fin du RP pour Irving ]


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1915

Voir le profil de l'utilisateur
Nora continua de fixer Irving avec défi, le regard dur mais les yeux brillants de larmes. Elle ne ressentait plus rien. La tristesse, la colère, la haine, toutes ces émotions contradictoire s'étaient mélangé et ne formaient plus qu'une boule dans sa gorge. Elle avait juste mal. Le Gryffondor leva sa baguette et elle ne bougea pas, il n'allait pas faire ça. Il l'agita d'un mouvement du poignet, et rien ne se produisit. Rien ne bougea et ils continuèrent à se toiser en silence. Elle serra les poings pour empêcher ses mains de trembler et ravala ses larmes.

Alors, une détonation sourde vint crever le silence qui s'étaient abattu sur eux et elle recula d'un pas. Un bus violet s'arrêta dans un nuage de poussière, juste à coté des deux adolescents. Une porte s'ouvrit en grinçant pour laisser apparaitre un petit bonhomme qui leur demanda s'ils avaient des bagages, Nora ne prit même pas la peine de lui répondre d'un signe de tête. Elle fixait le magicobus sans le voir, les yeux dans le vague. Elle ne comprenait pas ce qui se passait, son cerveau refusait tout bonnement d'analyser la situation. Irving partait, et elle ne voulait pas savoir si elle en était heureuse, triste ou soulagée. Elle ne l'entendit même pas annoncer sa destination et l'observa simplement monter à bord sans se retourner. Avant qu'elle n'est eut le temps de s'en rendre compte, elle se retrouva de nouveau au cœur d'un nuage de poussière, seule cette fois.

Ses mains cessèrent de trembler, et les battements de son cœur redevinrent doucement réguliers. La colère retombait peu à peu et, alors qu'elle sa calmait, la scène se jouait dans son esprit encore et encore. Et à chaque fois qu'elle la revivait, elle regrettait un peu plus cette dispute. Elle commençait à réaliser, elle comprenait. C'était fini. Toute trace de rage disparut, elle se laissa submergée par la tristesse et les larmes se remirent à rouler sur ses joues, en silence. Qu'est-ce qu'elle avait fait ?

Ça n'avait pas pu se passer, c'était impossible. Elle n'avait pas pu dire ces choses horribles, lui jeter ces regards noirs, penser tout ce mal de lui. Nora reprit doucement le chemin du château, espérant que marcher la calmerait, mais plus elle avançait plus elle prenait conscience de ce qui c'était passé, de ce qu'elle avait dit et de ce qu'elle avait fait. Comment c'était arrivé ? Ça ne pouvait pas se finir comme ça. Tous les souvenirs de l'année précédente lui revinrent brusquement en mémoire et elle se mit à pleurer de plus belle. Ils étaient amis, les meilleurs amis, il avait toujours été là pour elle, comment elle avait-pu lui faire du mal ?

Sans savoir vraiment pourquoi, elle se mit à courir. Le vent lui fouettait le visage sans parvenir à sécher ses larmes, elle avait les poumons en feu et le souffle court mais elle ne se serait arrêter pour rien au monde. Elle avait mal mais ça n'égalerait jamais la souffrance qui lui étreignait le cœur et les regrets qui pesaient lourdement sur ses épaules. Elle avait mal mais elle ne méritait que ça. Une fois passées les grilles du château, elle se précipita jusqu'à sa salle commune sans se soucier des quelques regards interrogatifs qu'on lui lança, elle traversa rapidement sa salle commune et se laissa tomber à plat ventre sur son lit, enfouissant son visage dans son oreiller pour étouffer ses sanglots.

Elle pleura jusqu'à que plus une larmes ne puisse s'échapper de ses yeux asséchés et rougis, avant de se redresser pour s'asseoir au bord de son lit. Ça allait un peu mieux, elle se sentait fatiguée, stupide, elle avait honte et le goût amer du regret dans la gorge, mais elle avait moins mal.

Ses yeux se posèrent alors sur la lettre de sa sœur, encore sur sa table de chevet. Elle tendit le bras et parcourut la missive des yeux sans vraiment la lire, elle la connaissait par cœur. Mais les mots semblaient prendre un nouveau sens maintenant, ils sonnaient faux. Ce n'était pas Amely qu'elle abandonnait, c'était Irving. Et si elle manquait tant à sa sœur, pourquoi était-elle partie trois mois cet été sans presque donner de nouvelles ? Ce n'était qu'un tissus de mensonges tout ça. Ce n'était pas elle qui s'éloignait, ce n'était pas elle qui gommait petit à petit sa sœur de sa vie. C'était Amely qui était partie, c'était elle qui n'écrivait jamais, c'était elle qui devenait inaccessible, et pour la première fois de sa vie Nora lui en voulait. Parce que c'était injuste. Injuste que ce soit elle qui souffre, elle qui se sacrifie pour sa sœur, au point de perdre son meilleur ami, et elle qui n'ait rien en retour. Elle ne demandait pas grand chose, une lettre de temps en temps, un peu de reconnaissance, de l'attention. Et elle n'avait rien.

Elle jeta la lettre à terre et se laissa retomber en arrière sur son lit, attrapant sa tête entre les mains. Elle ne se reconnaissait pas, elle ne pensait pas comme ça d'habitude. Qu'est ce qui lui prenait ? D'abord Irving, maintenant Amely. Ses doigts se crispèrent nerveusement dans ses cheveux blonds, elle aurait voulut les arracher, pour faire sortir toutes ces pensées horribles de sa tête. Elle voulait retrouver son meilleur ami, et elle voulait que son ainée redevienne la sœur parfaite qu'elle avait toujours pensé avoir. Mais c'était trop tard, elle avait perdu les deux. Irving ne lui adresserait plus jamais la parole, et elle ne pouvait plus penser à Amely sans s'interroger sur celle qu'elle était vraiment. Elle se sentait perdue, elle n'avait plus de repères.

Nora laissa son regard se promener sur le plafond, qui lui semblait atrocement bas et écrasant tout à coup. Elle entendait les cris et les exclamations qui montaient de la salle commune, mais elle se sentait seule. Et elle avait froid. Elle se roula en boule, couchée sur le coté et son regard se promena sur le mur ou était punaisées quelques photos. Elle et sa sœur à noël dernier, Irving, Georgiana, Danny et elle le soir de l'anniversaire de Swann...Qu'est ce qui lui restait de tout ça maintenant ? Son chat sauta sur le lit et vint se pelotonner contre elle, tentant peut-être de lui apporter un peu de réconfort.

Une nouvelle fois, les larmes lui montèrent aux yeux, et elle posa les paumes de ses mains sur ses paupières fermées pour les empêcher de couler. Elle avait assez pleuré, et ça ne servait à rien de toute façon. Ça ne balayerait pas les horreurs qu'elle avait dites à Irving, ça n'effacerait pas ses doutes sur Amely. Ça ne changerait rien.

Bercée par ses larmes et complètement vidée de toute énergie elle finit par s'endormir et ne se réveilla que quand ses camarades rentrèrent de Pré-au-lard. Elle les écouta raconter leur sortie en souriant, elle bavarda avec elles comme si de rien était, mais tout avait changé. Elle se sentait différente, et elle n'aimait pas ce qu'elle était devenue. Elle détestait cette amie indigne et déloyale, cette petite sœur infidèle et détestable. Elle sentait qu'elle avait perdu quelque chose, c'était comme si il lui manquait un bout d'elle même. Mais comment quelque chose qui n'était pas là pouvait-il faire si mal ?


RP Terminé


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Jour d'orage [PV Irving]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Si tu entends un hurlement un jour d'orage, il se pourrait que je ne sois plus très loin... Surtout prend garde car je n'aime pas les intrus...
» La fleur s'ouvre à la lumière du jour, tandis que l'orage éclate... [Anastasia ~]
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-