AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 "Je crois qu'il faut qu'on parle" [Samaël & Juliet]

Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
2 Novembre 2006

Juliet saisit sa baguette, et descendit les marches qui menaient à son dortoir. Elle traversa la salle commune, et une fois hors de cette dernière prit le chemin du grand portail de Poudlard. Elle devait retrouver Samaël aux Trois Balais en cette fin d’après midi. Sortir lui ferait le plus grand bien, et c’est pour cela qu’elle avait demandé à son ami de l’accompagner. De plus, elle le trouvait préoccupé ces temps-ci, et espérait qu’une petite sortie lui changerait les idées.

Frissonnant lorsqu’elle sortit du château, elle resserra son manteau autour d’elle et pressa le pas. On était seulement début novembre et la température était déjà bien basse. Baissant la tête, la jeune femme gagna les grilles de Poudlard, et sortit.

Pré-au-Lard lui semblait bien vide. En effet, à part quelques groupes qui vagabondaient de boutiques en boutiques, la rouge et or était seule. Etrange vision pour la jeune femme, qui avait toujours connu le petit village bondé lors des sorties.

Atteignant enfin le petit pub, Juliet poussa la porte et entra, se délectant de la chaleur de la pièce. Après avoir jeté balayé la salle du regard, elle avisa le Poufsouffle, déjà attablé, et en quelques enjambés, le rejoignit. Elle lui colla deux bises sur les joues et se laissa tomber sur la chaise en face de lui.

« Salut Sam ! » s’exclama-t-elle, heureuse de retrouver son ami.

Elle enleva son manteau et après l’avoir accroché au dossier de sa chaise, reportant son attention sur le jeune homme.

« Tu vas bien ? » demanda la Gryffondor, d’un ton peut-être un peu trop grave pour que cela passe pour une question banale.

« Enfin… Je te trouve préoccupé en ce moment et... Voilà quoi. »

Passant distraitement une main dans ses cheveux, la jeune femme planta ses prunelles grises dans les yeux de Samaël et attendit, dans l’espoir d’obtenir une réponse.



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Juliet avait invité Samaël aux Trois Balais après les cours et le jeune homme avait tout de suite accepté la proposition. Ça lui ferait du bien de s'aérer l'esprit et peut-être que Juliet voulait lui parler de ses problèmes. Il se devait d'être une oreille attentive pour son amie. Mais ça lui ferait clairement du bien aussi, sa tête s'était transformer en pastèque ces derniers temps, il était complètement perdu vis à vis de ses sentiments et ne savait clairement plus où il en était. C'est donc d'un pas décidé qu'il se rendait au pub du village.

Une fois devant le bar, il poussa la porte et parcouru la salle du regard à la recherche de son amie. Voyant qu'elle n'était pas encore arrivée, il s'installa à une table et attendit. A peine cinq minute plus tard, la jeune fille poussait la porte des Trois Balais et se dirigeait vers lui. Elle lui colla une bise sur chaque joue et s'installa en face de lui.

« Salut Sam ! »


"Salut Juliet", répondit le jeune homme avec un grand sourire.

Il était heureux que Juliet lui ai proposé cette sortie, il n'avait pas vraiment eu l'occasion de rediscuter avec son amie depuis leur discussion dans le parc et ça lui manquait un peu.

« Tu vas bien ? »

Le jeune homme fut surpris du ton employé par Juliet et cette dernière dut s'en rendre compte puisqu'elle s'empressa de se justifier.

« Enfin… Je te trouve préoccupé en ce moment et... Voilà quoi. »

Samaël rougit légèrement, il n'était pas habitué à ce qu'on s'inquiète pour lui, cet intérêt soudain pour ses préoccupations le flattait et en même temps le rendait mal à l'aise. Comment expliquer ses problèmes sans paraître atteint ?

"Euh... Ben ça va. Enfin je veux dire c'est pas pire que d'habitude. C'est juste que en ce moment voilà quoi."

Juliet allait être très éclairé avec une réponse comme ça, qu'est-ce qu'il pouvait être un boulet des fois, c'était hallucinant.

"Tu vas croire que je suis bizarre mais des trucs bizarre m'arrivent en ce moment. Je passe plus de temps à observer les garçons que les filles et je pense à des trucs bizarres en leurs présences. Ça me fait peur. Je sais pas ce qui m'arrive. Tu crois que c'est grave ?"


Sam lança un regard inquiet à son ami, cette situation commençait sérieusement à lui faire peur. Il ne comprenait pas ce qu'il avait et il n'aimait pas ça du tout.




Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
Juliet attendait la réponse de son ami, adossée contre son dossier de sa chaise. Elle le regardait, légèrement inquiète. La jeune femme tenait réellement à Samaël, et ne souhaitait que son bonheur. La première réponse qu’il lui servit ne la rassura guère, et la rouge et or planta son regard son celui du Poufsouffle, l’observant avec douceur.

Elle détestait voir ses amis souffrir. Elle détestait cela autant qu’elle détestait voir sa famille souffrir. Intérieurement elle se jura d’aller demander des comptes à la personne – si personne il y avait - qui avait osé faire du mal à son ami. Hors de question de le laisser seul en tout cas.

"Tu vas croire que je suis bizarre mais des trucs bizarre m'arrivent en ce moment. Je passe plus de temps à observer les garçons que les filles et je pense à des trucs bizarres en leurs présences. Ça me fait peur. Je sais pas ce qui m'arrive. Tu crois que c'est grave ?"

La jeune femme le dévisagea, un sourire aux lèvres. Personne n’avait fait de mal à son ami. Il se torturait tout seul, d’ailleurs. Silencieuse, Juliet regardait le jeune homme. Elle ne voulait absolument pas le mettre mal à l’aise, mais ne voulait pas non plus aborder le sujet trop brusquement. Parce que dans son esprit, ses paroles ne pouvaient dire qu’une seule chose : Samaël était intéressé par les garçons. Bien que cela la surprenait – surtout parce qu’il était sortit avec Olivia, à vrai dire – l’idée ne la choquait pas. Ce n’était pas son genre d’avoir des préjugés, et elle avait toujours haït les gens qui en étaient bourrés, sa tante par exemple, pour ne citer qu’elle.

La rouge et or ne savait pas vraiment quoi dire à son ami. Tout en réfléchissant, elle songea qu’il vaudrait mieux qu’elle le dise à sa manière. D’une façon directe, et pourtant avec la douceur qu’elle pouvait faire preuve avec ses amis. Oui, pourquoi pas. D’un autre côté, elle avait peur de trop le brusquer. De lui coller la réalité en pleine figure. Et elle savait bien – d’expérience personnelle d’ailleurs – que ce n’était pas une bonne chose.

« Sam… » commença-t-elle, légèrement hésitante.

Et si elle se trompait ? Non, ce n’était pas possible. Les paroles que son ami avait prononcées étaient trop justes, trop précises pour qu’elle se trompe.

« Déjà, je te rassure, ce n’est pas grave hein. » poursuivit-elle avec un sourire rassurant.

*Juliet ! Ne tourne pas autour du pot, bordel de troll !*

« Tu vas peut-être me contredire mais… Tu penses pas que… Que tu peux tout simplement être intéressé par les garçons ? » demanda-t-elle, du ton le plus calme, le plus doux et le plus rassurant dont elle était capable.

Observant son ami, Juliet regardait les effets que sa question sur Samaël. Elle avait peur d’avoir lâché une bombe dans l’esprit du Poufsouffle. Et espérait seulement que ce dernier sorte indemne de cette explosion émotionnelle qu’elle pouvait avoir suscité avec sa dernière phrase.



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël dévisageait Juliet inquiet, attendant une réponse à ses problèmes. Elle sembla réfléchir un instant, elle allait certainement lui conseiller d'aller voir l'infirmière ou de consulter un psychomage parce qu'il en avait sérieusement un grain.

« Sam… » commença-t-elle, légèrement hésitante

Samaël se retint de lancer un "Quoi ?" implorant, ce devait sûrement être pire qu'il ne le pensait si elle hésitait comme ça. Que n'osait-elle pas lui dire ? Il avait un problème c'était sûr maintenant. Il allait mourir ? Tous les scénarios possibles défilaient devant ses yeux.

« Déjà, je te rassure, ce n’est pas grave hein. » poursuivit-elle avec un sourire rassurant.

Sam souffla de soulagement, il n'allait pas mourir, enfin il ne savait toujours pas ce qu'il avait et son problème n'était toujours pas résolu. Il avait beau réfléchir, il ne voyait pas ce qui clochait, il ne comprenait pas.

« Tu vas peut-être me contredire mais… Tu penses pas que… Que tu peux tout simplement être intéressé par les garçons ? »


La question de son amie lui fit l'effet d'une bombe. Alors d'après Juliet, il serait gay. Le mot tournait en boucle dans son esprit. Gay, gay, gay, gay. Chaque mot de plus en plus fort de plus en plus violent, il allait devenir fou. Comme s'il avait déjà pas assez de tares comme ça, il fallait que sa sexualité soit anormale elle aussi.

Pendant, un instant, il détesta celui qu'il était, il n'était qu'un ensemble de bizarreries, il ne devrait même pas être là de toute façon. Pourquoi, il pouvait pas être normal bordel de Troll, pourquoi c'était toujours sur lui que ça tombait ce genre de truc.

"C'est pas possible, souffla-t-il enfin. J'étais amoureux d'Olivia pourtant. Je comprends pas. Pourquoi moi ?"


Il lança un regard implorant à Juliet, elle allait sûrement lui dire que c'était une blague. Il ne pouvait pas être... Rien que le fait de le penser le faisait souffrir. Il n'avait rien contre les homosexuels, loin de là. Mais entre les accepter et en être un lui même, il y avait une grande marge. Mais les paroles de Juliet semblaient pourtant logiques, elles expliquaient pourquoi, il se sentait bizarre en présence de garçons qui étaient très mignons. Il comprenait pourquoi il ne regardait plus les filles comme avant.

Il comprenait mais n'était pas encore près à l'accepter, il lui fallait encore un peu de temps et il avait besoin d'un verre. Il se leva et partit commander un truc fort. Il avait besoin d'oublier un peu. Retournant s'assoir avec sa commande, il plongea son regard perdu dans celui de Juliet.

"Excuse moi, mais j'en ai besoin."

Nan mais sérieusement, il était vraiment gay ?




Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir annoncé sa supposition au garçon, Juliet attendait sa réaction, légèrement anxieuse. Elle avait peut-être été trop brusque dans ses paroles ? Aurait-elle dû amener le sujet d’une autre façon ? Bon, de toute façon, elle ne pouvait plus faire machine arrière, elle n’avait plus qu’à attendre, et prier Merlin pour que Samaël réagisse bien.

Prenant le silence de son ami pour de la réflexion, elle se tut également, un regard inquiet posé sur le Poufsouffle.

"C'est pas possible… J'étais amoureux d'Olivia pourtant. Je comprends pas. Pourquoi moi ?"

La jeune femme haussa les épaules, et prit le temps de réfléchir avant de répondre.

« Oui, tu étais amoureux d’Olivia mais… Je ne sais pas, peut-être que maintenant tu préfères les garçons ou… Que tu es attiré par les deux ? »

Omettant volontairement de répondre à la question « Pourquoi moi ? », la rouge et or observa son ami. Il devait être complètement perdu. Alors qu’elle s’apprêtait à prendre la main de Samaël, ce dernier se leva pour commander une boisson au bar. Le suivant du regard, toujours inquiète, Juliet le vit revenir, une boisson alcoolisée entre les mains. Il se rassit en face d’elle, s’excusant pour son choix et précisant qu’il en avait besoin.

Se levant à son tour, elle marcha jusqu’au bar et lança en désignant le Poufsouffle du doigt.

« La même chose, s’il vous plait »

Une fois sa commande préparée, la jeune femme revint vers la table et à son tour reprit place.

« Désolée, j’en ai envie. » se justifia-t-elle, dans l’espoir de détendre l’atmosphère pesante qui s’était installée.

Elle laissa passer quelques secondes, puis, en prenant garde à bien choisir ses mots, commença :

« Sam… Est-ce que les filles t’intéressent ? Pas spécialement en terme d’amour, ma question n’est pas de savoir si tu as quelqu’un en vu, mais est-ce qu’une fille peut t’intéresser ? Et même question, mais avec un garçon ?»



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Juliet lui expliqua alors doucement que, oui, il avait été amoureux d'Olivia mais que maintenant il préférait peut-être les garçons ou alors il n'avait pas de préférence et qu'il aimait les deux.

Samaël se sentait un peu perdu, il avait besoin d'un remontant pour l'aider à réfléchir, il alla donc chercher un verre et quand il revint s'excusa auprès de Juliet. Cette dernière se lava à son tour et partit passer commande quand elle revint, elle tenait la même chose que Sam entre les mains.

« Désolée, j’en ai envie. »

Le jeune homme esquissa alors un sourire amusé, Juliet arrivait toujours à le faire rire même quand ça n'allait pas, elle devait avoir un don. Sam but une gorgée d'alcool et reporta son attention sur Juliet.

« Sam… Est-ce que les filles t’intéressent ? Pas
spécialement en terme d’amour, ma question n’est pas de savoir si tu as
quelqu’un en vu, mais est-ce qu’une fille peut t’intéresser ? Et même
question, mais avec un garçon ?»


Le poufsouffle fronça les sourcils, signe d'intense concentration. Qu'éprouvait-il en présence des filles ?

"Euh... C'est une bonne question Juliet. Je ne sais pas, je pense que oui. Enfin j'en sais rien en fait. Je sais qu'avant je trouvait certaines filles jolies. Je les trouve d'ailleurs encore jolies. Mais de là à dire que je l'ai trouve attirante..."

Il pris conscience que pour savoir ce qu'il en était avec les fille, il faudrait qu'il teste. Il allait donc essayer de déterminer ce qu'il éprouvait en leur présence, pas avec Juliet c'était son amie ce serait trop bizarre.

"Et puis, ben pour les garçons, je sais pas quand je regarde un garçon mignon, je rougis et j'ai chaud, c'est pas vraiment normal. La seule fois où j'ai éprouvé ça c'est quand je suis tombé amoureux d'Olivia. Mais bon, je suis pas tombé amoureux de tous les gars mignons que j'ai croisé, hein. Enfin, je crois pas."


Samaël se prit la tête entre les mains, il était bien avancé avec toutes ses suppositions, il allait falloir qu'il teste ses théories sur les garçons aussi. Il allait avoir l'air fin. Il but une grande gorgée d'alcool, ça l'aiderait peut-être à y voir plus clair.




Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
A l’entente de la question que Juliet venait de lui poser, Samaël fronça les sourcils. Et était visiblement en train de réfléchir et pour ne pas troubler cette réflexion, la jeune femme resta silencieuse et porta son verre à ses lèvres, avant de se plonger dans ses pensées également. Elle comprenait – enfin du moins elle pouvait essayer de comprendre – que ça devait être vraiment perturbant de se poser toutes ses questions. Et puis ça ne devait pas être simple d’en parler. Elle admira le courage dont son ami faisait preuve et se promit intérieurement de l’aider du mieux qu’elle le pouvait à y voir plus clair.

Samaël la tira de ses pensées en prenant la parole. La rouge et or l’écouta attentivement. Il venait de lui dire qu’il trouvait encore des filles jolies, mais pas spécialement attirantes… Alors que lorsqu’il croisait un garçon mignon, il avait chaud et qu’il n’avait ressenti cette sensation que lorsqu’il était tombé amoureux d’Olivia. Il termina en mentionnant qu’il ne pouvait tout de même pas être tombé amoureux de tous les garçons qu’il croisait.
Observant le Poufsouffle, Juliet reprit une gorgée d’alcool et laissa passer quelques secondes avant de prendre la parole :

« Hum… Oui je vois à peu près. Mais tu dis que tu n’as ressenti ça que lorsque tu étais en couple avec Olivia mais, dans un sens, tu la trouvais attirante non ? »

Elle s’arrêta quelques instants avant de poursuivre :

« C’est pas une question piège hein. J’irais pas lui répéter, juré » ajouta-t-elle, malicieuse.

Puis, reprenant son sérieux, elle se mit à réfléchir. Que pouvait-elle donc bien conseiller à son ami ? Quelles questions devait-elle lui poser ? Devait-elle lui dire de faire une sorte de « test » avec un garçon ? Ou alors devait-elle lui expliquer ce qu’elle pensait. Oui, la dernière solution lui semblait être bonne. Après tout, il était venu lui parler pour qu’elle émette son avis non ? Et de toute façon, il était trop tard pour qu’elle se défile. Dans son esprit, c’était bien simple : Samaël était attiré par les garçons. Elle pouvait se tromper, évidemment. Mais après ce qu’elle venait d’entendre, elle aurait du mal à se convaincre qu’elle avait tort. Elle se passa distraitement une main dans les cheveux, planta ses yeux dans ceux de son ami et débuta :

« Je pense que tu es attiré par les garçons. »

Pour la délicatesse et la finesse, on repassera dans quelques années.

« Je peux me tromper hein. Mais… Ce que tu me décris, cette sensation de chaleur, je ne vois pas comment la traduire autrement. »

Elle hésita un peu et pour terminer, demanda :

« Si par exemple… Jeremy, ou O’Connor, ou n’importe quel garçon que tu connais, se déclarait ouvertement gay, qu’il était assit juste derrière toi, et que je te donnais le défi de te lever et d’aller embrasser, tu le ferais ? »

Certes, ses paroles n’étaient pas délicates. Mais elles avaient le mérite de pouvoir peut-être faire avancer le jeune homme dans sa réflexion.



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Juliet but une gorgée d'alcool et sembla réfléchir aux paroles du jeune homme avant de lui demander s'il avait trouvé Olivia attirante lorsqu'ils étaient en couple. Samaël ne comprit pas vraiment où Juliet voulait en venir, ça semblait évident qu'il l'avait trouvé attirante sinon il ne serait jamais sorti avec. Juliet assura alors que ce n'était pas une question piège et qu'elle ne répèterait rien à Olivia. Le jeune homme esquissa un sourire.

"Oui, Olivia m'attirait quand nous étions ensemble. Enfin au début, vers la fin de notre relation, j'avoue que je ne savais pas trop ce que je ressentais. Pourquoi tu me demande ça ?"

Juliet planta son regard dans le sien et affirma qu'il était attiré par les garçons. C'était la deuxième fois que son amie faisait cette affirmation même si cette fois là, elle semblait plus sûre d'elle. Mais Samaël n'était toujours pas prêt à l'accepter. Il prit son verre et but une gorgée, plus pour penser à autre chose que par réel soif.

« Je peux me tromper hein. Mais… Ce que tu me
décris, cette sensation de chaleur, je ne vois pas comment la traduire
autrement. »


Le Poufsouffle hocha la tête pour montrer qu'il avait compris, il était long à la détente mais il arrivait encore à comprendre les paroles de la Gryffondor. Cette dernière sembla alors hésiter.

« Si par exemple… Jeremy, ou O’Connor, ou n’importe
quel garçon que tu connais, se déclarait ouvertement gay, qu’il était
assit juste derrière toi, et que je te donnais le défi de te lever et
d’aller embrasser, tu le ferais ?


Samaël regarda un instant, Juliet et se retint juste à temps de dire "oui, bien sûr". Il fallait qu'il réfléchisse, est-ce qu'il le ferait vraiment ? Est-ce que ça lui plairait ? Il essaya d'imaginer Jeremy ou O'Connor, il retint une grimace en repensant qu'O'Connor était vraiment trop arrogant pour qu'il aille l'embrasser comme ça. Et puis, il n'avait pas envie de se faire transformer en canard.

"Honnêtement, si c'est un défi, je pense que je le ferais. Peut-être pas sur O'Connor par contre, je n'ai pas envie d'être changé en canard une nouvelle fois. Et puis, je serais incapable de te dire si j'apprécierais ou non, tant que j'ai pas essayé."

Il n'avait quand même pas dit ça ? Par la barbe de Merlin, mais quel crétin, il faisait. Il venait clairement de faire comprendre qu'il fallait qu'il essaye. Et si Juliet, le mettait vraiment au défi, juste pour voir, il était vraiment dans la bouse de dragon jusqu'au cou.




Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
"Oui, Olivia m'attirait quand nous étions ensemble. Enfin au début, vers la fin de notre relation, j'avoue que je ne savais pas trop ce que je ressentais. Pourquoi tu me demande ça ?"

A l’entente de cette réponse, Juliet haussa les épaules avant de tenter de formuler une réponse dans sa tête pour la ressortir à son ami après. Elle n’était pas psychomage, et ce n’était pas dans ses habitudes de lire des magazines parlant de psychologie. Elle essayait de dire exactement ce qu’elle songeait, mais ce n’était pas chose facile… Après un temps de réflexion, elle prit la parole :

« Ben… Je ne pense que l’amour va de paire avec l’attirance. Tu peux être attirée par quelqu’un sans l’aimer, je crois. Bon après, je ne suis pas psychomage hein, donc je dis ça comme ça mais… Enfin bref, tu vois ce que je veux dire ? »

Non, il ne voyait sans doute pas, vu comment elle expliquait. Elle allait reprendre une gorgée d’alcool et se rendit compte que son verre était à présent vide. La rouge et or s’apprêtait à en faire la remarque – stupide remarque, soit dit en passant – pour meubler le silence qui venait de s’installer à la suite de la question qu’elle avait posé à Samaël, lorsque ce dernier prit enfin la parole. Un léger sourire malicieux s’étira sur les lèvres de la jeune femme, et il devint immense lorsqu’il prononça sa dernière phrase. « Et puis, je serais incapable de te dire si j'apprécierais ou non, tant que j'ai pas essayé. ». Laissant un grand silence planer sur la petite table, Juliet balaya la salle du regard. Dans un coin, encore debout, deux amies papotaient, leurs affaires à la main. A sa gauche, au bar, un homme buvait tranquillement un verre. Alors qu’elle allait reporter son attention sur le Poufsouffle, découragée – franchement, les sorciers auraient pu faire un effort ce soir là ! – elle repéra un jeune homme assis dans le fond du pub, seul.

Cette idée n’était pas bonne, elle le savait. Et pourtant, quelque chose lui soufflait de le faire. Samaël n’avait rien à perdre – sauf sa dignité, peut-être – mais elle pencha sur son ami et lui désigna du menton le jeune homme avant de murmurer :

« Et lui ? T’es capable ? »

Elle se redressa alors, et fixa le Poufsouffle, une lueur de défi dans le regard et le sourire aux lèvres. Si Samaël hésitait, elle n’aurait absolument aucun scrupule à aller voir le garçon pour lui demander une faveur…



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir avoué qu'Olivia l'avait attiré, Juliet sembla réfléchir avant de sortir une phrase de philosophe.

« Ben… Je ne pense que l’amour va de paire avec
l’attirance. Tu peux être attirée par quelqu’un sans l’aimer, je crois.
Bon après, je ne suis pas psychomage hein, donc je dis ça comme ça mais…
Enfin bref, tu vois ce que je veux dire ? »


Samaël hocha la tête pour montrer qu'il avait plus ou moins compris l'idée. Les paroles de Juliet semblaient logiques, évidentes même, si on devait tomber amoureux à chaque fois qu'on était attiré par quelqu'un on aurait pas fini. Mais ça sous entendait aussi qu'il trouvait les garçons attirants mais sans non plus forcément tomber amoureux. Mais c'était quand même la première étape non ? C'est quand on trouve quelqu'un attirant qu'on ose l'approcher et apprendre à le connaître et petit à petit, on tombe amoureux. Enfin, ça c'était passé comme ça pour Samaël mais il avait peut-être tord.

Il avoua alors ne pas vraiment savoir s'il apprécierait un garçon sans avoir esayé, Juliet commença alors à balader son regard dans le bar. Elle lui désigna alors un magnifique jeune homme du menton. Le coeur de Sam s'arrêta un quart de seconde avant de repartir plus rapidement et plus fort.

« Et lui ? T’es capable ? »


Le jeune homme déglutit difficilement et prit une jolie couleur écrevisse, il se racla la gorge et essaya de former une phrase cohérente.

"Euh, je sais pas peut-être ! Enfin, non Ju'. Je vais pas m'amener comme ça et lui dire, excuse moi c'est pour un test. La honte que je pas me payer. Et puis imagine qu'il soit homophobe, j'ai pas envie de me retrouver transformé en je sais pas quoi."


En réalité, l'idée ne déplaisait pas du tout à Samaël mais il n'avait franchement pas envie de se prendre un vent, il lança un regard d'excuse à son amie et vida son verre d'une traite. Ça l'aiderait à faire passer cette pulsion qui lui commandait de se lever et d'aller embrasser ce beau jeune homme qui semblait avoir trop chaud.




Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
"Euh, je sais pas peut-être ! Enfin, non Ju'. Je vais pas m'amener comme ça et lui dire, excuse moi c'est pour un test. La honte que je pas me payer. Et puis imagine qu'il soit homophobe, j'ai pas envie de me retrouver transformé en je sais pas quoi."

Souriant devant cette remarque, Juliet ne pu qu’hocher la tête. Certes, il y avait des chances – de grandes chances – qu’on le prenne pour un idiot. Et pourtant, la jeune femme avait un bon pressentiment… Ce qui ne voulait rien dire, en soit, car la plupart de ses bons pressentiments étaient erronés, mais tout de même. Elle jeta un nouveau coup d’œil vers le jeune homme et esquissa un sourire avant de reporter son attention sur Samaël, qui rouge comme un écrevisse, se taisait. Une idée commença à germer dans son esprit. Une mauvaise idée. Ou une excellente, selon les points de vues. Elle risquait de passer pour une idiote finie. Et de perdre sa dignité. Ce qui d’ailleurs, n’était pas la première fois… Elle observa quelques secondes le Poufsouffle avant de déclarer :

« Je suis désolée, par avance, pour ce que je vais faire. »

Puis, sans prendre le temps d’écouter la réponse du jeune homme, elle se leva, et se dirigea vers la table où le jeune homme – baptisons le Monsieur Mignon – était installé. Elle s’arrêta devant lui et attendit qu’il lève les yeux vers elle pour s’asseoir brièvement en face de lui.

« Je peux vous aider, mademoiselle ? » commença le garçon, étonné de se voir aborder de la sorte.

« Bonjour, désolée de vous déranger, c’est important… Je discute avec un ami, » débuta-t-elle en désignant Samaël, « et j’ai besoin d’une faveur… Euh, de votre aide, on va dire. »

Haussant les sourcils d’un air étonné, le jeune homme croisa les bras et l’incita du regard à en dire plus. Comment pouvait-elle bien présenter la situation ? Un « Bonjour, j’aimerais juste qu’un de mes amis vous embrasse, vous avez seulement à ne pas bouger ! », lui semblait un peu trop direct. Cependant, comment aborder le sujet autrement ?

« Eh bien c’est… C’est hum, un peu compliqué, comme situation. »

Visiblement énervé du temps qu’elle mettait à formuler une réponse, qui de plus ne l’avançait en rien, le jeune homme lâcha :

« Et donc ? »

« Bon, alors… J’vais juste vous demander de ne pas bouger, de ne pas frapper qui que ce soit, de ne vous mettre à hurler bref, de rester immobile… C’est possible ? »

« Je n’ai pas le t… »

« C’est vraiment important ! » le supplia-t-elle.

Il hocha lentement la tête, et avant qu’il ne puisse changer d’avis, la jeune femme regagna sa place en face Sam, planta son regard dans celui du Poufsouffle et déclara :

« Je viens de lui parler… Tu y vas ? »



Kit par Irving Ship
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Samaël signifiait son refus, Juliet hocha la tête en souriant, elle jeta un nouveau coup d’œil en direction du jeune homme qui était vraiment très mignon et reportant son attention sur lui, elle se leva en déclarant :

« Je suis désolée, par avance, pour ce que je vais faire. »

Horrifié, Sam vit son amie se diriger vers "Monsieur trop Mignon pour être vrai" et s'assoir en face de lui. Le Poufsouffle observa chaques changements d'humeurs qui s'affichaient sur le visage du jeune homme. Il y eut d'abord de l'étonnement, puis un froncement de sourcil, de l'agacement - Sam ne savait pas ce que Juliet lui racontait mais ça ne semblait pas l'enchanter plus que ça - et pour finir un hochement de tête.

Juliet revint rapidement vers lui et lui déclara :

« Je viens de lui parler… Tu y vas ? »

Sam se retint de dire "Euh pour quoi faire ?" étant donné qu'il savait exactement ce que Juliet attendait de lui, il jeta un coup d'oeil à Monsieur Mignon qui n'avait pas bougé puis reporta son attention sur Juliet en soupirant.

"J'espère que tu lui as tout expliqué hein, j'ai pas envie de m'en prendre une."


Il se leva et fixa son regard sur le jeune homme accoudé au bar, il inspira profondément pour faire disparaître son stress et avança lentement vers le bar. Lorsqu'il fut devant Monsieur Mignon, il lui fit un léger sourire.

"Euh salut, je sais pas trop ce que Juliet t'as raconté. M'enfin bon, il parait qu'il faut que je le fasse alors... Je m'excuse d'avance."

Il ferma les yeux et posa rapidement ses lèvres sur celles du jeune homme, étonnamment, ce n'était pas désagréable c'était même plutôt le contraire. Samaël sentit son cœur s'emballer et ses joues rougir, il avait bizarrement chaud et des frissons de plaisir l'envahirent. Il lâcha alors les lèvres du beau jeune homme et se recula, rouge brique.

"Hum, ben merci et puis encore désolé, hein. Au fait, tu t'appelles comment ? Moi c'est Samaël."

Sam était tout gêné, il ne savait pas vraiment ce qu'il se passait dans la tête de Monsieur Mignon et il espérait grandement que ce baiser ne l'avait pas dégoûté.




MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1122

Voir le profil de l'utilisateur

Zacharias Johanson, 20 ans, ex-Serpentard.

Zacharias avait passé une journée des plus exécrables. Il s’était levé, ce matin, et avait comme d’habitude contemplé l’horrible bordel qui régnait dans son appartement. Ce n’était pas nouveau, et pourtant, il avait toujours l’impression de retrouver son appart plus en désordre qu’il l’avait laissé en se couchant. Après avoir prit sa douche et enjambé difficilement un tas de fringue qui jonché sur le sol, et une boîte de pizza vide depuis plusieurs jours, le jeune homme avait gagné sa cuisine, mangé un morceau, avant de partir à la recherche d’un jean, d’un caleçon, et d’une chemise propre. Une fois cela trouvé, il avait revêtit ses vêtements, et avait rejoint la salle de bain pour son petit passage obligatoire du matin. Zacharias aimait être beau. Il aimait être le centre de l’attention, et plus que tout, qu’on le regarde.

Il était ressortit de sa minuscule salle de bain – foutu appartement d’étudiant – et après s’être admiré et avoir arrangé une dernière fois quelques petits détails, était partit pour une énième journée de cours. Il appréciait pourtant, ce qu’il étudiait – les sortilèges – mais les études n’étaient pas sa préoccupation première. Loin de là même. S’il bossait, c’était uniquement pour s’assurer un métier pour plus tard et non par véritable plaisir. Bref, il était donc allé en cours, avait discuté avec ses potes, s’était rendu compte qu’il avait « accidentellement » oublié son compte rendu et avait vivement protesté, soutenu par ses amis, lorsque sa prof – une vraie peau de vache – l’avait menacé de le faire virer. Finalement, il avait obtenu un sursis : il devait rendre son compte rendu demain, sans faute. Cela signifiait une seule chose : pas de sortie ce soir avec les potes. Et cette pensée le désespérait complètement.

Pourtant, une fois les cours terminés, il avait transplané par habitude à Pré-au-Lard, et avait gagné le bar de Rosmerta. Un peu de réconfort avant l’effort, tout de même. Après avoir salué la femme qui tenait le bar, Zacharias avait commandé un whisky, s’était posé au bar et, tout en sirotant sa boisson, avait observé les autres clients. Rien de bien intéressant. Zach devait bien se faire une raison : ce soir, il rentrerait seul, se coucherait seul, et demain il se lèverait seul et n’aurait pas même besoin d’inventer une excuse bidon pour faire partir un charmant jeune homme de son appartement. Non, ce soir, il allait travailler. Merlin que cette pensée l’abattait. Il s’apprêtait à partir lorsque qu’un nouveau venu retint son attention. Ce dernier s’installa seul à une table et brusquement, la soirée s’annonçait bien plus sympathique. L’ex-Serpentard allait rejoindre le jeune brun lorsqu’une jeune femme débarqua et prit place devant lui. Demandant un nouveau Whisky, Zacharias se décida à rester plus longtemps que prévu au bar. De tout façon, plus il se tenait loin de ce fichu compte-rendu, mieux il se portait.

Il suivit de loin l’échange entre la jeune femme et le jeune homme. Echange visiblement déconcertant pour le dernier, qui avait l’air, complètement perdu. Ce n’est qu’une fois qu’il eut croisé le regard de la fille, puis du garçon que sa pensée se confirma et qu’un rictus amusé lui étira les lèvres : cette soirée allée se révéler être plus amusante que prévue. Lorsque la jeune femme se leva pour se diriger vers lui, l’étudiant resta stoïque, lui demandant en quoi il pouvait l’aider, feignant l’étonnement, pour masquer sa réjouissance de voir un peu d’action dans cette soirée qui promettait quelques minutes auparavant d’être monotone au possible. La conversation qu’il avait avec la jeune femme le surprenait tout de fois. Elle quémandait une faveur, et pourtant refusait de lui en dire plus. Finissant par hocher la tête, il accepta, un léger sourire aux lèvres. La fille partit se rasseoir, échangea quelques mots avec son ami qui à son tour se leva et se dirigea vers lui.

"Euh salut, je sais pas trop ce que Juliet t'as raconté. M'enfin bon, il parait qu'il faut que je le fasse alors... Je m'excuse d'avance."

Avant même que Zacharias puisse esquisser le moindre mouvement, ou prononcer la moindre parole, le jeune homme se pencha sur lui et l’embrassa. D’abord surprit, il eut ensuite un sourire amusé et entreprit de répondre au baiser.
Zacharias avait dans sa vie embrassé beaucoup – beaucoup trop d’ailleurs – d’hommes. En soirée bien souvent. Et pourtant c’était généralement lui qui prenait les devants. Cependant, il ne pouvait qu’apprécier ce baiser inattendu et le contact des lèvres du jeune homme sur les siennes.

Jeune homme qui rompit le baiser bien trop vite au goût de l’ex-Serpentard. Cependant, il se reprit bien vite, et adopta l’attitude qu’il réservait à ses conquêtes.

"Hum, ben merci et puis encore désolé, hein. Au fait, tu t'appelles comment ? Moi c'est Samaël."

Levant ses yeux qui fixait les lèvres de Samaël pour les planter dans ceux du jeune homme, il esquissa un sourire devant tant d’innocence et répondit :

« Zacharias. Ravi de te rencontrer, Samaël. »

Il lui adressa un clin d’œil puis consulta sa montre et feignit de s’étonner de l’heure. Il sortit rapidement un bout de papier et un stylo, griffonna l’adresse du lieu où il rendait chaque soir avec ses potes pour faire la fête, se leva et déclara :

« Je suis désolé, mais je dois te laisser… »

Puis, il se pencha à son oreille, et susurra :

« En tout cas, merci… Et si jamais tu me cherches, tu sais où me trouver… A bientôt, Sam. » termina-t-il en utilisant volontairement un diminutif.

Puis, il se retourna et sortit du bar, non sans adresser un dernier sourire au garçon. Il allait venir, Zacharias en était persuadé. Demain, dans trois jours, une semaine, deux... Mais il allait venir.
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël eut le souffle coupé quand le jeune homme lui fit un petit sourire charmeur, inconsciemment le Poufsouffle lui rendit son sourire, quoique sur Sam ce n'était pas charmant mais très niais.

« Zacharias. Ravi de te rencontrer, Samaël."

Le dénommé Zacharias lui fit un clin d’œil et le cœur du jeune homme rata un battement, ce garçon avait vraiment tout pour lui, il était beau comme un dieu, il avait l'air d'avoir de l'assurance et avait un prénom aussi beau que lui. Sam rougit légèrement alors que Zacharias, jetait un coup d’œil sur sa montre et s'étonna de l'heure, il sortit alors un papier et un crayon et griffonna une adresse dessus, il lui glissa le bout de papier dans la main et déclara en se levant,

« Je suis désolé, mais je dois te laisser… »

Zacharias se pencha alors vers lui et lui murmura à l'oreille,

« En tout cas, merci… Et si jamais tu me cherches, tu sais où me trouver… A bientôt, Sam. »

Il sourit à l'entente du surnom donné par le jeune homme, il souffla alors,

"A plus, Zach"

Juliet avait vraiment eu une idée de génie en l'obligeant à aller embrasser ce garçon, il rejoignit son amie un immense sourire aux lèvres alors que Monsieur Mignon quittait le bar. Il embrassa Juliet sur la joue, attrapa sa veste et murmura,

"Merci Juliet, faut que je te laisse mais merci pour tout !"

Il ne lui restait plus qu'à savoir si les filles lui faisait le même effet que cette étreinte avec Zacharias, il en doutait sincèrement. Ce moment avait été magique et en plus, il lui avait laissé une adresse. Il défroissa le bout de papier qu'il avait dans la main et lu : "The Creepy, Fleet Street, Londres." Sam se promis alors d'aller faire un tour dans ce bar un de ces soirs quand il serait complètement fixé sur ses sentiments. Il glissa alors le papier froissé dans une des poches de sa veste et sortit du bar un sourire aux lèvres.


[Rp Terminé]




Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

"Je crois qu'il faut qu'on parle" [Samaël & Juliet]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je crois qu'il faut qu'on parle... [P.V. Janma]
» "Je crois qu'il faut qu'on parle" [Samaël & Juliet]
» Es-tu une illusion ? Si ce n’est pas le cas il faut qu’on parle ! [PV Shaynar] [TERMINE]
» Hanna et Jason: il faut qu'on parle
» Il faut qu’on parle[...] ||Kaitlin & Harley||

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-