AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La confusion des sentiments [Joy & Nathan]

Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Le 10 novembre.

Nathan était tranquillement assis dans le parc, tout seul. Il n’avait pas souhaité être en compagnie personne aujourd’hui. Il avait donc passé le plus clair de sa journée à dormir. On était samedi et il fallait bien en profiter. Le jeune homme ressentait le besoin de se reposer, même s’il ne faisait pas grand chose la semaine. Alors que le soleil commençait à décliner, Nathan jugea qu’il ‘était préférable de continuer sa sieste à l’intérieur de la salle commune. Tandis qu’il se relevait tant bien que mal, il songeait aux moelleux canapés de la salle.

Une fois debout, Nathan marcha un instant afin de se dégourdir les jambes. Il resta un moment debout, à observer le ciel. C’était beau, un ciel. Ces derniers temps, le jeune homme devenait particulièrement niais et ça se ressentait. Vraiment. Le moindre petit papillon l’émerveillait, il voulait acheter des philtres d’amour, il rêvait de jolis nuages en barbapapa. Il devait se ressaisir et redevenir le jeune homme qu’il ‘était avant. Et puis, lorsqu’il rentrerait chez lui, son pote John se moquerait de lui, assurément. Lorsqu’ils étaient plus jeunes, ils taquinaient tous deux la voisine de John parce qu’elle était amoureuse, mais là, Nathan était arrivé à ce stade. Voire pire. Elle, c’était une fille, et les filles avaient le droit d’être amoureuse. Les garçons aussi, mais ça faisait tellement moins viril, un garçon qui rêvait d’emmener sa princesse sur un grand cheval blanc et qui passait à travers un nuage de paillettes. Non, décidément, il devait se ressaisir.

Le jeune homme reprit la direction du château. Il ne voyait même pas pourquoi est-ce qu’il pensait à tout cela. Il n’était pas amoureux, après tout. Il l’avait juste vue une fois dans le Poudlard Express et ... Mais pourquoi est-ce qu’il pensait encore à Joy ? Le jeune homme secoua la tête. Il s’était dit d’arrêter d’y penser puisque de toute façon, jamais elle ne l’aimerait. Lui, il aimerait bien avoir une copine. Juste pour la première fois de sa vie. Il avait 15 ans, après tout. C’était l’âge, non ? Il se demandait pourquoi est-ce qu’aucune fille ne voulait de lui.

Alors qu’il pénétrait dans le château, Nathan fut surpris par le contraste de température qu’il y avait entre l’intérieur et l’extérieur. Il se passa la main dans les cheveux afin de se recoiffer. Il fallait être impeccable en toute situation. Avant de regagner la salle commune, Nathan eût envie de se balader un peu. Alors, il emprunta les couloirs. L’esprit ailleurs, il ne vit pas Joy qui était au bout du couloir. Et, lorsqu’il l’aperçut, lorsque ses neurones se connectèrent (chose qu’ils faisaient rarement), le coeur de Nathan se mit à battre la chamade. Se serinant intérieurement, il se dit qu’il devait vraiment se ressaisir. Pourtant, il voulait vraiment lui parler aussi. Balayant ses bonnes résolutions d’un geste de la main, Nathan s’approcha de la jeune fille. Alors, dans une voix tremblante qui se voulait assurée, Nathan lança :

« Salut ! Tu te souviens de moi ? »

De toute manière, elle avait intérêt à se souvenir de lui, sinon Nathan ne s’en remettrait pas.



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Songeuse, Joy sortit de la salle de cours. Elle n'avait pas beaucoup suivi aujourd'hui. Elle était taraudée par divers problèmes d'importances variables, allant du Quidditch au devoir d'Arithmancie. Si le Quidditch n'avait jamais été un problème pour elle, l'Arithmancie, si. Elle avait tout juste réussi les épreuves aux BUSEs, grâce à un peu de son savoir et beaucoup de chance (et aussi grâce à l'élève la précédent qui avait gravé des réponses sur sa table), mais n'en restait pas moins peu douée avec les nombres. L'unique raison qui l'avait poussée à garder cette matière en sixième année était la volonté de son père de faire d'elle une brillante politicienne.

Le Quidditch était aussi une source d'ennui, ces temps-ci. Depuis la démission d'O'Connor au match, l'équipe et même tout Serpentard était dans l'incertitude totale concernant l'identité du futur capitaine. Joy n'était pas stupide, elle avait bien remarqué certains regards – Swann entre autres – mais elle se refusait à croire – à espérer – qu'elle pouvait être l'heureuse – la malheureuse – élue. Rien que la perpective de constituer une nouvelle équipe était un fardeau. Le semblant de cohésion qui avait pointé le bout de son nez lors du match était désormais écartelé. Joy regrettait presque de ne plus être comme autrefois le pion d'un homme plus vieux et autoritaire qu'elle. Le Quidditch était alors un jeu insouciant, et il le resterait toujours, mais pas de la même manière.

Elle empruntait un nouveau couloir quand ses yeux s'ouvrirent en grand : Nathan Dale se tenait devant elle, au moins aussi éberlué qu'elle par cette rencontre inattendue. Elle faillit laisser choir son sac de cours mais le rattrapa juste à temps et le serra contre sa chemise bien coupée, juste en dessous de sa cravate vert et argent. En ces temps troublés, le Gryffondor était bien le cadet de ses soucis. Car oui, si minime soit-il, il était un souci, dans le sens où Joy s'escrimait à l'éviter depuis leur rencontre dans le Poudlard Express. Cependant, ces derniers temps, elle avait légèrement relâché sa vigilance, et voilà qu'elle tombait sur lui. Il semblait visiblement autant gêné qu'elle quand il lui demanda si elle se souvenait de lui.

Et comment, elle se souvenait de lui ! Elle avait bien essayé de l'oublier, mais toutes ses tentatives s'étaient révélées vaines. Pourquoi ? Elle l'ignorait. Ou plutôt, elle ne voulait pas le savoir. Elle était pourtant persuadée que lui l'avait oubliée, mais n'avait pas voulu prendre de risque inutile. En y repensant, la Serpentard s'interrogeait sur la nature du risque. Si risque il y avait. Elle était stupide ! Pendant quelques instants, elle fut tentée de répondre « T'es qui toi ? » mais se ravisa : c'était trop méchant. La seule chose que Nathan Dale lui avait faite était de l'agacer au plus au point, mais ça, au fond, ce n'était pas sa faute.

« Euh... oui. »

Joy trouvait cela suffisant, mais il lui était souvent arrivé de remarquer que ça ne suffisait pas à la plupart des gens. Aussi ajouta-t-elle, mal assurée :

« P... Pourquoi ? »
Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Comme il l’avait espéré, Joy se souvenait de lui En plus, elle avait un petit peu hésitante. Le « heu » de sa phrase voulait tout dire. Enfin, pas vraiment, mais ça voulait peut-être dire qu’elle était troublée. Il y a avait deux sortes de trouble : le bon trouble qui veut dire que Joy n’est pas insensible à son charme – Nathan esquissa un sourire à cette pensée – et le mauvais trouble qui veut dire qu’elle a juste envie de le congédier – et là, il fit une grimace. Bien sur, le mauvais trouble n’existait que chez lui, mais peut-être que Joy était aussi atteinte de cette maladie.

Puis, la jeune fille lui demandait pourquoi est-ce qu’il posait cette question. Le jeune homme fronça un instant les sourcils. Cette question était assez inutile. Répondre que oui, elle se souvenait de lui était assez suffisant. Nathan se gratta la tête en réfléchissant à une réponse plausible. Le jeune homme devait ressembler à un abruti, mais soit. Il répondit donc :

« Pourquoi ... Je te demande ça ? Heu bah ... C’était juste pour savoir si tu te souvenais de moi .. »

Et Nathan se maudit intérieurement. Il avait toujours des drôles d’excuses ou de réponses. Mais là, ça dépassait tout entendement. Si Joy décidait de partir et de le laisser seul au milieu du couloir, il n’en serait même pas étonné. Sérieusement, qu’est-ce qu’une fille comme elle pouvait faire avec lui. Nathan venait de comprendre pourquoi il n’avait jamais à réussir à séduire les filles. Il était bien trop bête, ça devait être ça. Il ne suivait pas les cours, il était complètement paumé quand on parlait de sortilèges et la dernière fois qu’il avait essayé de changer une aiguille en allumette, il avait obtenu une sorte de bâton en bois orange avec deux pompons mauves qui pendaient aux extrémités. Devant ce triste constat, Nathan secoua la tête et dit :

« Bref, ça n’a aucune importance. »

Cependant, sa mère lui avait bien appris qu’il ne fallait jamais abandonner. Puis après tout, ce n’était pas de sa faute s’il était comme ça. Et si Joy ne l’aimait pas, tant pis pour elle. Ou pour lui. Il voulait rajouter quelque chose. Juste pour lui parler et entendre sa voix. Il vit qu’elle avait son sac collé à elle. Il lança donc sans réfléchir :

« Tu ne veux pas poser ton sac ? Ca va finir par te faire mal au dos ! »

Et il lui fit un petit sourire qui se voulait rassurant. Il espérait juste que Joy serait sensible à ses attentions. Un gentilhomme galant se serait précipité pour lui lever le sac des mains, mais il avait peur de se prendre une magistrale gifle s’il s’approchait un peu trop près d’elle. Nathan se demandait ce qu’elle pensait vraiment de lui. Et il fit quelque chose qu’il n’avait pas encore fait auparavant. L’espace d’une fraction de seconde, il se vit avec Joy, assis sous un arbre, sa main dans la sienne. A cette pensée, le jeune homme ne put s’empêcher de contenir un sourire niais.



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que le jeune homme s'embrouillait dans ses explications, Joy se frappa mentalement la tête avec la paume de sa main. Elle aurait aimé que le Gryffondor - même si il faisait plus penser à un Poufsouffle - ait un peu plus de répartie ; au moins, avec une bonne joute verbale, le jeu aurait été un peu plus amusant. Mais c'était affligeant ; le jeu ne valait même pas la chandelle. Ce serait inintéressant de répliquer juste pour le plaisir d'avoir le dernier mot. Heureusement, Dale commença à se rendre compte qu'il piétinait en concluant que ce n'avait aucune importance, puis il lui proposa de poser son sac. Joy n'y voyait aucun intérêt. Poser son sac dans le couloir ? Donc rester dans le couloir ? Et pourquoi pas dormir dans le couloir pendant qu'on y était ? Paniquée, elle repoussa cette idée loin dans sa mémoire par peur que Nathan soit télépathe et trouve l'idée bonne. C'était bien son genre.

« Ça va aller. »

La poursuiveuse soupira et fit quelques pas pour s'asseoir sur un de ces bancs en pierre encastrés sous les fenêtres. Son cours commencerait dans un quart d'heure et la salle était à deux pas : de plus, elle en avait assez d'être sur la défensive à longueur de journée. Nathan Dale, elle était sûre qu'il était trop bête pour représenter une quelconque menace pour elle. Elle n'avait pas toujours été méfiante à ce point. Elle se souvenait même que quelques années auparavant, elle était réservée, farouche et distante de nature mais souriait beaucoup plus souvent. Elle était aussi plus serviable, moins indifférente à ce qui l'entourait. C'était elle qui, en troisième année, avait appris à Kelly Murdoch comment faire ses lacets. Elle avait même des réminiscences d'avant Poudlard, la première fois qu'on lui avait proposé d'aller chez T&T, la boutique qu'elle admirait tant chaque fois qu'elle passait devant. Que s'était-il passé entre temps ? Comme dans toutes les écoles moldues ou sorcières ; deux trois moqueries quotidiennes, cruauté juvénile, une fragilité mal dissimulée et une crainte du regard des autres. Elle avait perdu le sourire. On lui avait volé son sourire. Et elle en voulait à Poudlard entier.

*Arrête de tergiverser et dis quelque chose !*

Joy ne dit rien : elle n'aimait pas parler, et en plus, s'il y a avait avantage en la compagnie de Nathan Dale, c'était bien que le silence ne provoquait pas le gêne, ce qui n'était pas le cas avec tout le monde. La Serpentard resserrait le noeud de sa cravate verte et argent lorsque son regard s'arrêta sur l'avant-bras du jeune homme qui lui faisait face. Sous les manches de sa chemise remontées, sa peau était barrée d'une longue estafilade. Joy suivit la ligne de la cicatrice de ses yeux marron interrogateurs. En désignant l'avant-bras du Gryffondor, elle ne put d'empêcher de demander :

« Comment tu t'es fait ça ? »


[HRP : désolée pour le temps de réponse ><]
Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Un silence pesant s’était installé entre les deux jeunes gens. Nathan voyait que Joy réfléchissait à quelque chose. A quoi pouvait-elle penser ? Peut-être qu’elle craignait que Nathan le retienne. Cela ne le dérangeait aucunement de passer du temps avec elle, ils pouvaient même passer la nuit ici, Nathan en serait heureux. Il ne dit rien. Le jeune homme n’aimait pas le silence. Il trouvait que le silence faisait du bruit. Un bruit assourdissant, presque plus bruyant que le bruit lui-même. Le Gryffondor adorait parlait. Pourtant, il n’avait pas envie de parler, là. Avec Joy, ils ne s’étaient rencontrés que deux fois. La première fois, il n’avait fait que parler, jusqu’à se ridiculiser. Il ne voulait pas que cela se produise une nouvelle fois. Même s’il nourrissait des espoirs qui semblaient vains, il avait tout de même une fierté. Et cette dernière le poussait à garder le silence.

Cependant, il voulait dire plein de choses. Son sujet de prédilection restant néanmoins la météo, étant donné qu’il était un peu limité niveau scolaire. La météo, était un sujet commun à tous les êtres non ? Il ne se voyait pas parler d’émissions de télévision ou de jeux vidéos avec Joy. De toute manière, elle était sorcière. Quand il vit le regard de cette dernière remonter le long de son bras, Nathan s’aperçut qu’il avait les manches relevées. Il abaissa de suite sa manche, en devenant tout rouge. Il espérait qu’elle n’avait rien vu. Cependant, la question qu’elle lui posa lui prouva le contraire.

Comment dire qu’il était tombé d’un balai en deuxième année ? Elle qui était une excellent joueuse le prendrait surement pour un gros nul. Nathan était tenté de lui raconter qu’il s’était battu avec un gars qui faisait deux fois sa taille et son poids, mais ça ne semblait pas vraiment crédible. De toute manière, les mensonges n’étaient pas bon signe, dans une relation. Alors, il dit en rougissant :

« Heu ... En fait, je suis tombé d’un balai et heu ... Je me suis ouvert le bras. Enfin, je ne sais pas comment je me suis débrouillé pour me l’ouvrir. Je suppose qu’il y avait des pierres tranchantes par terre et que je suis tombé dessus. »

Puis Nathan eût un rire forcé qui n’exprimait aucune joie, plutôt de la gêne. Et il ajouta :

« Tu dois trouver ça nul, hein ? T’es trop forte au Quidditch pour tomber et t’ouvrir le bras ! »

Le jeune homme fût presque fier d’avoir réussi à lui glisser un compliment. Il esquissa même un petit
sourire .



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Dale paraissait gêné. Très gêné, et Joy comprit pourquoi quand il lui expliqua comment il avait récolté la cicatrice qui lui traversait l'avant-bras. Mais au vu de son rire amer, ce qu'il dissimulait était peut-être plus qu'une blessure physique. Parfois, une simple chute peut détruire des idéaux. *Mais qu'est-ce que je raconte ?* se secoua Joy qui commençait à s'imaginer n'importe-quoi. Elle écouta le Gryffondor lui glisser habilement un compliment qu'elle ne releva pas : elle cherchait fébrilement une réponse à ce "tu dois trouver ça nul". Certes, au premier abord, ce n'est jamais très glorieux de tomber de son balai.

« Ce n'est pas vrai ! Même les joueurs les plus expérimentés ne sont pas à l'abri d'une chute de balai... »

Joy se rendit compte que ses paroles pouvaient être mal interprétées ; elle avait du mal à exprimer le fond de sa pensée, comme toujours.

« Pas que je sois une joueuse expérimentée, au contraire ! »

Puis elle ajouta d'une voix mal assurée :

« Bon, de là à s'ouvrir le bras, il y a une marge, mais... »

Elle reprit son souffle et conclut avec une esquisse de sourire :

« Ça fait un peu blessure de guerre. »

Nathan Dale avait quelque-chose de vulnérable dans ses gestes et dans son regard. Joy se demandait si il avait déjà vécu de mauvaises expériences mais elle n'ignorait pas que l'enfance forge le caractère. Elle en était un exemple : habituée depuis toujours à vivre entre une mère effacée et quasi-inexistante et un père avare en compliments, elle s'était enfermée dans sa coquille. Le peur de mal faire qui avait grandi en elle l'avait rendue maladroite : cela expliquait pourquoi elle perdait cette maladresse une fois sur un balai, quand elle avait la certitude de ses capacités sur le manche. Au fil des ans, elle s'était construit une carapace pour y cacher dessous toute sa fierté et ses ambitions, afin de se protéger. Ça n'avait pas toujours marché, au contraire, son renfermement l'avait rendue plus fragile, mais aussi plus méfiante, l'avait aigrie en quelque sorte.

Une idée trottait dans la tête de Joy, et plus elle la retournait dans son cerveau, plus elle se mettait à galoper. Nathan Dale aimait-il le Quidditch ? Pour la Serpentard, il était impensable de ne pas aimer ce noble sport, qu'on le pratique ou pas. En tant que joueuse, le Quidditch était une partie de sa vie, et même, au vu du peu de vie qu'elle avait vécu, toute sa vie. Malgré la sueur et l'épuisement, les entraînements étaient son rayon de soleil de la semaine. Le bois dur de son balai entre ses doigts, le tissu rêche de son vieux pull vert sur son menton, le cuir usé de ses chausses sur ses mollets, l'air piquant et vif lui fouettant le visage, voilà des sensations qui illuminaient les soirées de Joy. L'adrénaline, l'instinct, les réflexes, tout ce qu'elle aimait développer quand elle devait construire une stratégie dans les situations d'urgence. Au vu des ses résultats scolaires irréguliers, la stratégie était son bloc, son pilier. Elle savait que c'était le seul domaine dans lequel elle pouvait entièrement compter sur sa propre personne.

« Cet accident... il est récent ou il a eu lieu quand tu était petit ? »
Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Quand il la vit réfléchir, Nathan se posa quelques questions. Certaines fois, il aimerait vraiment être dans les pensées des personnes pour essayer de lire dedans, pour les espionner sans qu'ils ne s'en rendent compte. Et là, cette envie devenait de plus en plus grande. En effet, il voulait vraiment savoir pourquoi Joy réfléchissait comme cela. Nathan avait deux options. Soit elle était époustouflée par son immense courage, par sa bravoure de pur Gryffondor, soit elle le prenait pour un gros débile. A cette pensée, Nathan se renfrogna subitement. Puis en réfléchissant, le jeune homme se rendit compte que plus le temps passait, plus il devenait susceptible. Et puis il imaginait toujours des situations rocambolesques dans lesquelles il était un preux chevalier sauvant le monde entier à l'aide de son grand cheval blanc ... Décidément, il avait une bien trop grande image de lui même. Il devait vraiment redescendre sur terre. Le jeune homme perdit son air renfrogné aussi vite qu'il était venu, et reprit la position dans laquelle il était avant cette réflexion existentielle. De plus, lorsqu'il vit que Joy s'emmêlait dans ses explications, Nathan ne pût s'empêcher de faire un petit sourire plein d'affection; un peu comme une grand mère qui s'extasie devant ses petits enfants qui se roulent dans la boue. Certes, cette comparaison n'était pas très flatteuse, mais c'était la seule qui venait à l'esprit de Nathan à cet instant. Alors, il lança :

"Bien sur que si ! Je peux te dire que tu es expérimentée ! D'ailleurs, lors du math Serpentard/Gryffondor, tu t'en es admirablement bien sortie ... Même si je suis quand même ravi de savoir que mon équipa a gagné!"


Le jeune homme était vraiment heureux. Heureux de voir que cette Joy qui était d'ordinaire si froide et distante s'ouvrait peu à peu à lui. Elle commençait à parler un peu plus, elle était un peu moins crispée. Et le bonheur qui s'était emparé de lui se fit davantage présent lorsque Joy fit une petite blague. Elle fit une moitié de sourire. Néanmoins, ce dernier était assez grand pour que les yeux de la jeune fille se plissent un peu et pour que Nathan puisse apercevoir ses dents. Devant cette vision du paradis, Nathan se fit violence pour ne pas tomber dans un coma irréversible. Alors, en prenant bien soin de ne pas montrer dans quelle était de pure joie il était, il lança sur un ton faussement modeste :

"Tu ne le sais peut-être pas mais ... Je suis une guerrier ma chère !"

Le Gryffondor espérait que sa blague fasse son petit effet. Puis, lorsque Joy retourna dans ses pensées, Nathan eût le même souhait que tout à l'heure : espionner la jeune femme dans ses pensées. Pourtant, Nathan n'eut pas l'occasion de rêver trop longtemps aux merveilleuses pensées que Joy pouvait avoir. En effet, elle lui demanda si elle s'était fait cela il y a longtemps. Nathan était tenté de dire qu'il s'était fait cela lorsqu'il avait 18 mois. Il était monté sur un balai, avait traversé toute la Grande Bretagne, seulement, il avait été pris dans une folle tempête alors il était tombé sur un rocher. Or, cela était tout sauf crédible. Il était juste monté sur un balai à douze ans pour essayer d'entrer dans l'équipe même s'il était nul en vol, mais cela était nettement moins classe. Mais comme il n'avait pas envie de mentir, il dit en rougissant encore plus que précédemment :

"Hé bien ... J'avais douze ans. Tu sais, en première année, j'étais vraiment nul en vol mais je me suis pas démonté et j'ai voulu réessayer, pour essayer d'entrer dans l'équipe. Sauf que voilà, j'étais encore plus nul que l'année précédente et je me suis cassé la figure ... Je te donne le droit de te moquer !"

Le jeune homme était vraiment désespéré face à son cas. Il demanda alors sans s'en rendre compte :

" Mais comment tu fais toi ? Pour être parfaite en toutes circonstances ? Pour jouer si bien au Quidditch ? "



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
« Merci, grommela Joy qui ajouta : Mais ça ne nous a pas empêché de perdre.... »

Elle était une Serpentard. Sauver l'honneur, c'était quelque chose ; remporter la victoire, c'en était une autre. Mais le sujet était clos : maintenant, les choses étaient différentes. Joy était incapable de prédire une victoire ou une défaite, elle ne pouvait qu'espérer, et travailler. Ce n'était qu'en s'usant à l'effort qu'elle aurait le mérite de parvenir à ses fins, elle l'avait compris, c'est pourquoi elle ne perdait pas son temps. Elle s'entraînait à viser, à tirer, à faire des attaques et des feintes dès qu'elle avait un peu de temps libre, empiétant parfois sur ses devoirs. c'est ainsi qu'elle se retrouvait parfois débordée, à apprendre ses leçons sous la couette à une heure du matin. Paige n'était pas dupe ; en revanche, Kelly n'y voyait que du feu.

Au "ma chère" de Nathan Dale, Joy se renfrogna un peu plus. Pour qui se prenait-il ? Qu'elle sache, ils ne se connaissaient quasiment pas. Elle était réservée et elle n'avait pas l'habitude qu'on lui parle aussi... familièrement. Pas que ce soit insultant. Mais plutôt non-conventionnel. La Serpentard écouta le Gryffondor lui raconter son accident. Elle trouvait que c'était courageux de sa part de dire la vérité qui n'était pas vraiment glorifiante ; franchise que Joy n'avait pas, elle. Mais après tout, c'était un rouge et or. Joy fut légèrement désappointée qu'il soit "nul en vol". Elle aurait aimé avoir en face d'elle un jeune prodige du Quidditch, auquel on aurait coupé les ailes après un accident tragique et rêvant de remonter sur un balai. Mais elle se dit que la réalité n'était jamais rose et qu'elle était stupide d'imaginer des choses pareilles.

« Je ne vais pas me moquer, c'est bien d'être persévérant là où on est en difficulté... »

Morale : faites ce que je dis, pas ce que je fais ! Quand Joy butait sur un obstacle, elle s'esquivait. Toujours. Elle se faisait cette réflexion quand Nathan lui dit qu'elle était "parfaite un toutes circonstances". Estomaquée, Joy le regarda comme si une trompe avait poussé à la place de son nez. Parfaite ? Elle ? C'était la pire ineptie qu'elle n'ait jamais entendue de sa vie. Comment pouvait-on être aussi aveugle ? Il y avait des centaines de filles bien plus parfaites qu'elle dans cette école.

« Personne n'est parfait, répondit-elle d'un ton glacial. Et pour jouer bien au Quidditch, il n'y a aucune prédisposition : il faut s'entraîner. »

Joy ne croyait même pas cette dernière affirmation : même en s'entraînant, n'importe qui ne pouvait pas être bon en Quidditch. Même avec tous les entraînements du monde, Kelly n'aurait jamais le niveau d'un première année. Cependant, un peu hésitante, Joy demanda :

« Et tu n'aimerais pas... remonter sur un balai ? »
Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsque Nathan vit que ses plaisanteries ne firent pas l'effet attendu, il se renfrogna un peu. Et puis, Nathan voyait que malgré son "Je ne veux pas me moquer", la jeune fille était déçue. Il était évident que c'était nettement plus glorieux d'être doué sur un balai, d'être le meilleur en vol, que d'être un imbécile qui arrive à s'ouvrir le bras alors qu'il est à 30 centimètres d'altitude. Nathan ne releva pas, en attendant ce qu'elle allait dire. Lorsqu'il entendit son ton froid, le jeune homme n'eût plus vraiment envie de continuer la conversation.

C'est vrai, il faisait de son mieux pour essayer de se rapprocher d'elle, de la détendre un peu, et la seule chose qu'elle faisait c'était être froide. Peut-être qu'il n'y avait vraiment aucune chance pour que ça marche entre eux. Nathan était persuadé que même avec toute la volonté du monde, il n'arriverait jamais à approcher cette fille. Le jeune homme avait beau être déterminé, c'était au dessus de ses forces. "On ne fait pas boire un hippogriffe qui n'a pas soif", disait un vieil adage, et Joy en était un exemple parfait.

Cependant, une pointe d'espoir refit surface quand elle lui demanda s'il aimerait remonter sur un balai un jour. Peut-être que derrière cette innocente question, Joy voulait lui donner des cours. Nathan s'imagina un instant sur un balai. Il ne pouvait vraiment pas. Il ne voulait pas. Il ne supporterait pas d'être en hauteur, avec l'angoisse de retomber. Pourtant, il avait envie de dire qu'il voulait remonter, juste pour voir ce que Joy lui répondrait. Il serait prêt à endurer une autre chute, juste pour voler à côté d'elle, ou la voir à son chevet à l'infirmerie. De toute manière, il était évident qu'il allait tomber. Cependant, il dit avec entrain :

" J'adorerais remonter sur un balai, oui ... "

Puis, décidant qu'il fallait être tout de même un petit peu honnête, Nathan jugea utile d'ajouter :

" Mais je t'avoue que j'ai quand même un peu peur de retomber."

Il n'avait pas un peu peur, il avait carrément trop peur de se casser la figure. Surtout que cela serait d'autant plus humiliant qu'il sera avec Joy. Nathan aimerait bien qu'elle lui apprenne à voler. Il pourrait faire semblant de la bousculer et puis après, il s'excusera de l'avoir bousculé, et il l'embrassera. Un peu comme dans les films, ces trucs qui ne se produisent jamais dans la réalité. Cependant, Nathan demanda avec un petit sourire qui en disait long sur ses pensées :

"Mais pourquoi tu veux savoir ça?



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Dale ne voulait pas remonter sur un balai. Joy voyait bien qu'il ne disait pas la vérité - elle-même jouait la comédie les trois quarts du temps, elle avait observé le comportement et les mimiques trahissant un menteur et avait appris à les reconnaître. Ce pouvait être un simple frémissement dans la voix ou au contraire un entrain trop appuyé, un regard fuyant ou trop fixe, une remuement des narines. Oui, Joy avait découvert un phénomène étrange chez certaines personnes quand elles mentaient : leurs narines palpitaient. Bien sûr, sa technique de détection de mensonges était loin d'être infaillible. C'était juste le fruit de longues années d'observations minutieuses et silencieuses et de déductions dans l'ombre. Beaucoup de gens sous-estimaient ce qu'on pouvait apprendre en faisant semblant d'être occupé. *A Poudlard, les murs ont des oreilles à rallonge*, pensa Joy distraitement, avec le visage d'une petite Serdaigle du nom de Scavo flottant dans son esprit, curieusement.

Nathan avoua qu'il avait quand même la frousse de tomber. Il était trop franc pour son propre malheur. N'était-ce pas un Gryffondor ? Joy savait qu'ils n'étaient pas tous aussi courageux qu'ils ne le laissaient croire, mais elle ne comprenait pas comment une personne normalement constituée pouvait avoir peur de simplement tomber d'une trentaine de centimètres. Elle n'avait qu'une idée très approximative de ce que pouvait être un traumatisme ou une phobie : d'après la connaissance qu'elle avait du monde, il y avait la bravoure ou la lâcheté, l'audace ou la prudence. Chérissant trop ses petites habitudes pour prendre des risques, elle se situait dans la catégorie de forte prudence, mais refusait d'admettre faire parfois preuve de lâcheté.

Joy fut troublée par l'intensité du regard que lui lançait le prétendu Gryffondor, mais n'en laissa rien paraître pour qu'il ne pense pas qu'elle soit déstabilisée par son petit sourire. De plus, c'était complètement faux : elle n'en avait rien à faire. S'appliquant à garder un visage impassible, elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. Nathan Dale était tout sauf le tact et la discrétion, qualités qui lui faisaient furieusement défaut.

« Je posais cette question... pour savoir si c'était possible d'avoir si peur d'un simple balai, railla-t-elle. Puis elle se reprit : Enfin, je ne suis pas très objective... »

Joy tourna trois fois sa langue dans sa bouche pour bien choisir ses mots : surtout, ne pas mettre la charrette avant l'hippogriffe.

« Parce que pour moi, voler, c'est plus qu'un passe-temps. »

Au début, quand elle avait commencé à voler, elle voyait plus le Quidditch comme une activité qu'elle aimait beaucoup. S'élever dans le ciel, c'était comme se libérer de la pression du sol, s'aérer de tous les soucis du quotidien. Puis sa vision du sport avait changé quand en dehors des entraînements, elle avait eu la sensation d'étouffer, d'être traquée de toutes parts, d'être une grande courge maladroite, ridicule et mal dans sa peau. Quand elle était sur son balai, elle ne faisait plus rien tomber, elle ne voyait pas ses boutons d'acné, elle n'était plus Joy Highlands : elle était Joy et son balai. Elle en avait conclu que le Qudditch était sa passion, cette certitude s'accentuant un peu plus chaque fois que le Souafle passait de ses mains à l'un des cercles d'or.

« Tu as une passion, toi ? »
Nathan DaleSixième annéeavatar
Messages : 79

Voir le profil de l'utilisateur
Nathan redescendit très rapidement de son petit nuage. Elle ne voulait pas l'aider à remonter sur un balai. Elle se foutait complètement de lui, d'ailleurs. En fait, peut-être qu'elle ne s'intéressait même pas à lui. Elle semblait ailleurs quand il lui parlait, elle se moquait de sa peur de tomber. Cependant, Nathan était un vaillant Gryffondor (enfin, il le pensait) et ne devait pas se laisser démonter pour autant. Il fallait qu'il prenne l'hippogriffe par le bec, même si cela lui porterait préjudice !

Le jeune homme réfléchit alors à une stratégie assez délicate et subtile pour que Joy ne la remarque pas. Cependant, cela semblait difficile à faire. Comment lui faire comprendre que Nathan avait des sentiments pour elle, sans qu'elle ne s'en rende compte. C'était pourtant difficile de dire ce genre de choses sa,s être remarqué non. Nathan choisit alors de répondre tout d'abord à la question posée par Joy, sans tenir compte de ses remarques concernant sa peur.

Décidant qu'il avalit mieux commencer maintenant son travail de charmeur, Nathan lui fit un large sourire qui se voulait élégant et sophistiqué. Il lui dit alors :

" Des passions ? Hé bien quand j'étais encore dans le monde moldu, je passais beaucoup de temps à jouer au football avec mes amis. Tu vois ce que c'est ? C'est un sport moldu. Et bien j'adorais y jouer ! Et toi, as-tu des passions ?"

Nathan attendat la réponse de Joy lorsqu'il trouva une idée qui lui semblait extraordinaire. S'il proposait à Joy de lui apprendre à jouer au football ? Cette idée fit son petit chemini lorsqu'il s'imagine Joy en train de courir après un ballon, toute en sueur. Cette image dégoûta Nathan qui effaça immédiatement cette idée de son cerveau.

Le jeune homme tenta de trouver une autre solution. Il sentait que leur conversation allait prendre fin. Alors, il tenta le tout pour le tout, décidant que s'il se prenait un râteau, ça serait tant pis pour lui. Nathan prit alors une profonde inspiration. En masquant les tremblements de sa voix, il demanda :

" Ca te dit de me rejoindre demain après-midi dans le parc ? On pourrait peut-être un peu plus parler de nos ... Passions !"

Le jeune homme retint son souffle, en attendant la réponse de Joy.



Liam Paynes. Kit par Swann, merci à elle !
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
« Le football ? Je connais vaguement... » marmonna Joy en éludant la question.

Honnêtement, ça ne l'intéressait pas. Quoi de plus stupide que de courir après un ballon en le poussant encore plus loin à chaque fois qu'on le rattrape ? C'est tout ce qu'elle savait de se sport, c'est-à-dire un jeu collectif comme le Quidditch, l'ivresse du vol en moins. Le reste, elle ne voulait pas le savoir. Découvrir les sports moldus ne rentrait pas dans ses objectifs, et c'est pour échapper à ces pratiques de barbares qu'elle avait refusé s'essayer le rugby. Et puis quoi encore ? Le ballon n'était même pas rond, les règles adaptées aux voyous pour qu'ils puissent se mettre des châtaignes dans ce qu'on appelait la mêlée, on manquait de se faire écraser par des poids lourds rentre-dedans à chaque fois qu'on attrapait le ballon dans les mains et en plus de ça, il fallait courir comme des dératés pour au final se traîner dans la boue ! Et puis quoi encore ? Joy qui faisait un jour ces réflexions à Paige s'était vue interrompre par une jeune Serdaigle blonde pleine d'aplomb qui lui avait dicté : "Le rugby est un sport beaucoup plus subtil qu'il n'y parait au premier abord". La poursuiveuse n'y croyait pas.

« J'aime le Quidditch. »

Cette réflexion était si pertinente ; heureusement qu'elle la faisait à quelqu'un qui semblait fasciné quand elle souriait. Ainsi, s'il fixait ses dents, il ne remarquerait peut-être pas la stupidité de son affirmation. Elle était poursuiveuse, ça aurait été surprenant qu'elle n'aime pas le Quidditch. Il y avait plusieurs façons d'aimer un sport : l'aimer parce qu'on aime y jouer, et l'aimer parce qu'on aime le regarder. Elle faisait partie de la première catégorie, lui de la deuxième. Pouvait-il comprendre ce qu'elle ressentait quand elle disait qu'elle aimait le Quidditch ? Pas plus qu'elle pouvait comprendre ce qu'il ressentait quand il disait qu'il aimait le football. Ou alors si. C'était juste le sport qui changeait. Joy n'était pas certaine qu'elle puisse considérer ça comme une passion, mais elle n'aimait pas grand chose d'autre - observer les gens et faire des potions, voilà en gros à quoi se résumaient ses "passions".

Le Gryffondor lui proposa alors de se voir le lendemain dans le parc avec un sous-entendu gros comme sa personne, qui donna à Joy des envies de lui mettre une baffe phénoménale. Elle se retint en se disant qu'il ne valait pas la peine ; il y avait des gens comme ça qui pensaient être votre meilleur ami cinq minutes après vous avoir rencontré. Elle n'allait pas frapper toute cette catégorie de la population. Elle n'allait frapper personne, d'ailleurs, parce qu'elle trouvait qu'une personne giflant une autre était aussi ridicule que celle se la recevant. Elle réfléchit donc le plus rapidement possible au comportement à adopter et prit une décision d'urgence.

« Non-ça-ne-me-dit-pas-j'ai-mieux-à-faire-que-de-passer-du-temps-avec-toi, » articula-t-elle à toute allure.

En bénissant une porte qui s'ouvrit à trois pas de là, la Serpentard conclut avec au faux sourire :

« Tiens, c'est l'heure de mon cours, au revoir ! »

Joy se leva précipitamment et marcha à grands pas vers son échappatoire, attrapa la poignée de la porte entrouverte et l'ouvrit en grand pour pénétrer à l'intérieur...

... d'un placard abritant ces chers Jack et Katy.


[RP TERMINE]
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La confusion des sentiments [Joy & Nathan]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Présentation Virginie/Nathan.
» « Je dégueule sur la facilité des sentiments. » (Elena.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-