AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Entre rugby et commérages...[Aaron & Swann]

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1123

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 9 décembre 2006


Après avoir tracé d’un geste habile un trait d’eye-liner sur chaque paupière, Swann observa son reflet dans le grand miroir de la salle de bain des préfets. Elle était parfaite. La robe courte qu’elle s’était confectionnée mettait en valeur la finesse de ses jambes et elle s’était même autorisée un profond décolleté tentateur pour l’occasion. En effet, elle était bien décidée à surprendre son chéri aujourd’hui puisque cela faisait une éternité qu’ils n’avaient pas eut l’occasion de se retrouver en tête à tête. Malheureusement, plusieurs choses la préoccupaient dernièrement, l’empêchant de profiter pleinement de ces retrouvailles.

Tout d’abord, il y avait l’affaire Harris. Elle avait encore beaucoup de mal à concevoir que cet homme austère et froid puisse être son père. Il était tellement différent d’elle que cela lui semblait inconcevable… Pour le moment, elle n’avait parlé de cette découverte qu’à Aaron et Natasha en leur demandant de garder cette information pour eux. Elle n’avait pas envie que tout Poudlard soit au courant, sauf si bien sûr, elle le décidait.

Ensuite il y avait la convocation de Margot Adamson. En effet, depuis les révélations de Darren lors du match, la directrice de Serpentard avait décidé d’enquêter sur Ulrich. Un certain nombre d’élève était d’ailleurs convoqué dès le lendemain pour parler du préfet-en-chef et Swann était particulièrement mal à l’aise face à cette situation. Bien qu’il soit dans ses habitudes de médire sur le dos d’Ulrich sans montrer le moindre scrupule, elle éprouvait cette fois-ci, une certaine gêne de voir cette affaire devenir de notoriété publique. Swann aurait largement préféré qu’Adamson se montre plus discrète et qu’elle mène son enquête à la méthode Serpentard : Au détour d’un couloir, ou à la fin d’un cours, en tapinois, sans éveiller les soupçons du préfet-en-chef. Malheureusement ce n’était pas le cas, et Swann devait supporter tous les jours le regard faussement bienveillant de son homologue qui devait surement se demander quelles allaient-être ses révélations à leur directrice.

Soupirant légèrement face à ce constat, la préfète accrocha deux perles noires à ses oreilles avant d’enfiler une longue cape d’extérieur par-dessus sa petite robe. Ce n’était pas le moment de se pourrir la vie avec Ulrich ! Elle devait absolument profité de cette petite trêve dans ses devoirs d’élève, de préfète et de fille exemplaire. La jeune femme sortit donc de la salle de bain, emmitouflée dans son vêtement hivernal, et prit la direction du hall, croisant en chemin plusieurs pensionnaires qui se rendaient également à Pré-Au-Lard. Lorsqu’elle déboucha dans le parc, le vent glacial se glissa sous son épais manteau et elle regretta momentanément son choix de tenue. Fort heureusement, Aaron l’attendait déjà à l’endroit prévu.

« Alors, es-tu prêt pour ta journée surprise ? » demanda-t-elle après s’être hissé sous la pointe des pieds pour l’embrasser. Elle lui avait juste demandé de se tenir devant les grilles à midi, lui cachant volontairement l’intégralité du programme de la journée.

« Si tu veux bien, ne perdons pas de temps, il fait un froid de Samaël ici! » ajouta-t-elle en glissant sa main froide dans celle de son compagnon et les deux jeunes gens transplanèrent immédiatement devant l’enseigne de l’hippogriffe cendré. Si Swann avait su, par avance, que ce lieu serait irrémédiablement lié à son histoire familiale comme étant l’endroit où elle avait appris l’identité réelle de son géniteur, elle aurait probablement choisi un autre restaurant pour son rendez-vous avec son amoureux, mais maintenant, il était trop tard. Elle était néanmoins décidée à faire bonne figure et à ne pas s’apitoyer sur son sort aussi elle se pencha vers Aaron et lui souffla « J’espère que tu as faim. » avant de s’adresser à la lourde porte : « Bonjour, nous avons réservé au nom de Twilfit. »

L’hippogriffe sculpté pivota sur ses gonds afin de les laisser entrer dans le hall délicieusement chauffé. Swann adressa un petit sourire satisfait à Aaron avant de se tourner vers le serveur qui s’était dirigé vers eux pour récupérer leurs affaires. La jeune femme se débarrassa de sa cape, dévoilant ainsi sa tenue, avant d’emboiter le pas du serveur qui -fort heureusement- n’était pas le même que lors de sa dernière visite. Ce dernier les installa dans un coin du Salon de Cristal, près d’une large baie vitrée donnant sur la lande environnante.

« Désirez-vous un apéritif messieurs, dames ? »
questionna le serveur.

« Mettez-nous une bouteille de vin des elfes, s’il vous plait » répondit la jeune fille en faisant mine de s’y connaitre. Elle avait vu que sa mère avait commandé ce breuvage lors de son repas avec le professeur Harris, enfin avec son père, euh…Edmund, cela devait forcément être un excellent produit. Le serveur fit apparaitre une bouteille poussiéreuse avant de les servir. Il ajouta une petite assiette garnie de bouchées puis il s’éloigna silencieusement. Swann le suivit des yeux quelques secondes avant de plonger son regard bleu dans celui de son compagnon.

« Enfin seuls ! Je désespérai que l’on puisse avoir un moment à nous » lança-t-elle en faisant glisser ses loutoubins contre la cheville du jeune homme. Alors, que penses-tu du cadre ? demanda-t-elle en le scrutant toujours, Est-ce assez bien pour Monsieur le Président du club le plus populaire de Poudlard ? » Ajouta-t-elle avec un sourire espiègle.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Swann avait parlé d'une surprise, et cela inquiétait Aaron. Non qu'il n'ait pas confiance en Swann, au contraire. Il se connaissaient maintenant suffisamment pour savoir ce qui plairait à l'autre ou pas, grosso modo. Mais le problème, c'est que c'était un peu le monde à l'envers. Normalement, c'était à lui de faire des surprises à Swann. D'ailleurs, il en avait envie. Il voulait voir son regard surpris et ravi, mais... Swann était difficile à surprendre car elle était elle-même surprenante. Depuis qu'elle l'avait réquisitionné pour la sortie de décembre, Aaron se creusait la tête pour la surprendre à son tour... le jour de la Saint-Valentin. Certes, c'était dans longtemps, mais vu le peu d'imagination dont il faisait preuve à ce niveau là, s'y prendre en avance ne serait pas du luxe.

Il se regarda une dernière fois dans le miroir. Il aurait aimé s'habiller entièrement moldu pour l'occasion, mais il n'avait rien de suffisamment distingué qui plairait à sa petite amie, et il tenait à lui faire plaisir. Aussi avait-il pris la veste T&T qu'il avait acheté pour le mariage du professeur Londubat, assortie d'un jean sombre et droit. Il avait gardé ses chaussures d'uniforme, reléguant ses converses favorites au placard. Swann n'avait jamais fait de commentaires dessus, mais ses regards parlaient pour elle. Et de toute façon, elles prendraient l'eau en plein mois de décembre.

Après s'être vaguement coiffé et déclaré satisfait de son apparence soignée-mais-pas-trop, il saisit un manteau sombre et bien coupé - cadeau de son père pour ses dix-huit ans - quitta son dortoir et rejoignit le point de rendez-vous donné par sa petite amie. Il était à l'heure, un peu en avance, même. Resserrant l'écharpe de Serdaigle qu'il portait pour la première fois, il espéra que Swann ne serait pas en retard.

Alors qu'il l'attendait, il croisa plusieurs personnes qui se rendaient aussi dans le village sorcier. Il y eu Franklin et Amy (la seconde lui tira la langue comme il se moquait gentiement d'elle), la petite Sasha Benson, membre de son équipe de rugby, et Juliet Wilson qu'il salua de loin. Il était encore gêné par leur récente aventure et surtout, préoccupé. Miss Bloomwood n'avait aucune idée de ce qu'il avait incurgité, mais avait identifié formellement du venin d'accromentule dans son sang. Elle ne semblait pas s'en inquiéter à outre mesure, car elle lui avait dit que c'était un produit utilisé en cours de Potions, et qu'il avait du en inhaler. Sauf qu'il ne suivait plus Potions. Heureusement, Juliet n'avait pas informé tout Poudlard de l'incident et semblait même se préoccuper de son sort... contrairement à Jeremy qui passa devant lui sans le voir, trop occupé à dévorer Georgiana du regard, ce qui lui donnait un air niais qui aurait mérité d'être pris en photo. Aaron se jura de le taquiner à ce sujet plus tard.

Soudain, Swann apparu dans son champ de vision, pimpante comme toujours. Elle lui sauta dessus et l'embrassa, enthousiaste. Aaron lui rendit son baiser et l'aurait attrapée par la taille si le froid et leurs épaisses couches de vêtements ne lui avaient pas suggéré de se rendre vite dans un endroit plus agréable.

"Prêt? Je meure d'impatience!" dit-il avec un sourire sincère. Maintenant qu'elle était là, son inquiétude s'était envolée. Swann gérerait tout, comme toujours, et il fallait mieux profiter d'une journée à laquelle il ne pourrait rien changer plutôt que se faire du mourron à propos de surprise qu'il n'avait pas trouvé ou de potions étranges dont il ne lui avait pas parlé.

Il laissa Swann les faire transplaner jusqu'à leur destination. Lorsqu'ils atterrirent, il lui fallu quelques secondes pour se remettre du choc. Il n'avait jamais été dans cette rue auparavant, ni dans le restaurant dans lequel sa petite amie l'emmenait, mais il reconnu tout de suite. Darren lui en avait déjà parlé. C'était l'Hippogriffe Cendré, le restaurant de bou... hum, le plus huppé de Pré-au-Lard. Son inquiétude revint au galop; il avait eu raison de s'inquiéter. Swann ne pouvait pas l'emmener . Bon, peut-être qu'il se trompait et qu'ils allaient aller manger ailleurs. Hélas...

« Bonjour, nous avons réservé au nom de Twilfit. »

Les paroles de Swann confirmèrent son intuition. Déjà, le fait qu'elle l'invite et prenne l'initiative était un peu embarassant, mais comment pouvait-elle penser que cela lui ferait plaisir? Enfin, l'attention le touchait, mais il était surtout horriblement gêné. Il n'était pas habitué à ce genre d'endroit, et il n'aurait jamais les moyens de payer!

"Euh... Swann..." commença le garçon, cherchant une formulation correcte pour s'exprimer sans blesser sa petite amie.

Malheureusement, le service du restaurant était impeccable, et avant qu'il ne trouve ses mots, un serveur s'avança pour les débarasser. Swann semblait bien connaître le lieu, puisqu'elle donna son manteau naturellement et avec un sourire. Ne voulant pas paraître malpoli, il suivit le mouvement en s'efforçant d'afficher un air naturel. Il ne se sentait tellement pas à sa place qu'il fut incapable d'admirer la tenue que Swann lui avait réservé. Et dire qu'il se pensait soigné en quittant son dortoir! Il aurait du mettre le costume complet pour ne pas détonner dans le luxe ambiant.

Suivant Swann pour s'installer à leur table, il la laisse commander. Elle était parfaitement à l'aise et avait même ses habitudes ici. Ce n'était pas surprenant, d'ailleurs. Après tout, sa mère avait réservé un salon entier pour parler au professeur Harris, alors elle devait venir manger ici tous les dimanches! Inconsciente de son trouble, Swann entreprit une petite séance de séduction. Elle frotta ses jambes aux siennes et, avec ce sourire qu'il aimait tant, lui fit par de son contentement pour leur journée en tête à tête.

"Alors, que penses-tu du cadre ? Est-ce assez bien pour Monsieur le Président du club le plus populaire de Poudlard ?"

Ah, cette question ne pouvait pas être anodine. Elle s'était peut-être rendue compte de sa confusion. Mais il ne voulait surtout, surtout pas la froisser. Il admirait l'attention, c'était vraiment gentil de sa part. Mais c'aurait dû être à lui de l'inviter au restaurant (sauf que s'il faisait l'erreur de lui dire ça, elle allait le larguer manu militari pour cause de "machisme avéré" ou une bêtise du genre). Bien sûr, il n'aurait jamais pu se permettre une table à l'Hippogriffe Cendré, mais elle n'en avait pas conscience. D'ailleurs, c'était la première fois que lui-même percevait qu'ils n'appartenaient vraiment pas à la même classe sociale. Le gouffre sorcier-moldus avait jusque là réussi à masquer cette différence. Souhaitant lui témoigner sa bonne volonté, mais pas lui mentir, il tendit la main par dessus la table pour saisir la sienne, tendit qu'il bloquait les jambes de Swann entre ses pieds, possessif.

"Seulement co-président" la taquina-t-il, sachant qu'elle était particulièrement fière de son statut. C'était du Swann tout craché ça. Ambitieuse pour elle comme pour lui. "C'est vraiment magnifique, ma chérie, mais, enfin, comment dire... Etre Président des Mordus ne me donne pas vraiment... hum, les moyens de venir ici..."

Il se crispa un peu, attendant la réaction de Swann. Il espérait qu'elle comprendrait, qu'elle ne se mettrait pas en colère, et formulait déjà une dizaine de réponses pour lui expliquer son malaise, pour l'apaiser si elle se vexait, pour que leur journée ne soit pas gâchée par un problème aussi bassement matériel.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1123

Voir le profil de l'utilisateur
Comme à son habitude, Aaron fit le modeste puisqu’il répondit qu’il était seulement le co-président du club des Mordus. Swann lui adressa un regard amusé. Il fallait toujours qu’il reste humble, refusant presque d’admettre qu’il avait acquis une petite notoriété au sein de l’école. Bien sûr, il n’était que le co-fondateur, comme il le disait si bien, mais les élèves ne s’y trompaient pas. C’était lui qu’il venait trouver dès qu’ils avaient des questions sur l’organisation du club. Franklin était certes un jeune homme enthousiaste et passionné mais seul Aaron possédait la rigueur nécessaire et les qualités d’un meneur d’homme.

« Soit… » Consentit-elle cependant pour lui faire plaisir.

Avec le temps, elle avait appris à ne pas brusquer son chéri. Aaron pouvait se montrer tellement têtu parfois, qu’elle préférait le laisser dans sa douce ignorance ou dans sa fausse modestie, au choix. Elle lui adressa donc un simple sourire mutin tandis qu’il attrapait sa main avant de poursuivre :

"C'est vraiment magnifique, ma chérie, mais, enfin, comment dire... Etre Président des Mordus ne me donne pas vraiment... hum, les moyens de venir ici..."

La jeune femme balaya les craintes de son compagnon de sa main libre.

« Ne t’ai-je pas dit que je m’occupais de tout aujourd’hui ? Minauda-t-elle avec un sourire coquin. C’était toujours plus élégant formulé de la sorte plutôt que de répondre bassement : « C’est moi qui règle l’addition » En effet, la préfète travaillait tous les étés depuis plusieurs années, elle avait donc les moyens de s’offrir un petit extra de ce genre, même si Aaron semblait douter. Ne souhaitant pas épiloguer pendant des heures sur le sujet, elle attrapa son verre avant de déclarer : Et si nous trinquions ? »

Elle fit alors tinter son verre contre celui du jeune homme en ajoutant solennellement :

« A cette journée, loin de Poudlard et de ses nombreux pensionnaires… »

Même si Swann aimait être entourée, elle devait avouer qu’elle appréciait de se retrouver loin de l’agitation de l’école. Ce tête à tête avec Aaron lui rappelait les deux mois délicieux qu’ils avaient passé ensemble cet été. Si l’on omettait l’après-midi avec les moldus, bien entendu.

« Nous sommes tout de même plus tranquille ici qu’au Trois-Balais… lança-t-elle après avoir bu une gorgée de l’excellent vin des elfes, mais je dois avouer que j’ai hésité longuement entre l’hippogriffe cendré et le salon de thé de miss Piedoddu… ajouta-t-elle en pinçant les lèvres pour ne pas éclater de rire, mais Jeremy et sa nouvelle copine avait déjà réservé… » conclut-t-elle avec un large sourire en reposant son verre.

Jeremy et Wright. Qui l’aurait cru. Autant la Serpentard estimait le capitaine des gryffondor -même s’il s’était conduit très bizarrement lors de la dernière soirée mousse- autant elle n’appréciait guère cette empotée de Georgiana. Et d’après ce qu’elle en savait, Aaron non plus. Cela devait être assez embêtant de ne pas s’entendre avec la petite-amie de son meilleur-pote. C’était un peu comme si Nat’ quittait Darren et se mettait en couple avec Ulrich…
Cette hypothèse arracha une grimace de dégout à la préfète qui fit tourner le vin dans son verre avant de reporter son regard bleu sur son chéri :

« Allez j’arrête, on avait dit pas de commérages, mais avoue que c’était tentant quand même…» Elle entremêla ses doigts à ceux d’Aaron en songeant à tous les derniers potins croustillants dont elle avait envie de parler : La liaison entre Wright et Baker, Smith qui avait embrassé un autre homme aux trois-balais, la dispute entre Lorgan et Katy Scott, les expériences de Gray en matière de séduction qui passait de Reynolds à Wilson, la née-moldue Harrington qui pactisait avec le diable à la bibliothèque ou encore Fernoys qui avait réintégré l’école au grand damne de Sean,…

Il y avait tant de sujets passionnants qui malheureusement n’intéressaient pas Aaron. Retenant un petit soupir – après tout, elle pourrait parler de tout cela avec Nat’ ce soir-, la jeune fille fit donc dériver la conversation sur un sujet qui les concernaient tous les deux :

« Alors, as-tu réfléchis aux matières moldues que tu vas suivre l’année prochaine à l’université ? Je suis sûre que tu obtiendrais d'excellents résultats en Informatique ! En plus, tu as déjà un thème tout trouvé pour "le projet dans le monde moldu sans l'aide de la magie" de 2ème année: La réalisation du fameux site Internet de Poudlard !» lança-t-elle avec un large sourire.

En effet, la réforme de l’enseignement proposée par le gouvernement imposait aux élèves de poursuivre des études supérieures en choisissant des modules moldus après les ASPICS. De plus, les sorciers qui refuseraient de suivre cette initiation ne pourraient pas travailler dans le monde magique . Swann avait accueilli cette nouvelle avec anxiété. La jeune fille ne se voyait pas continuer ses études puisqu’elle avait vraiment hâte d’entrer dans la vie active. Elle voulait ouvrir son propre commerce, développer le marché de T&T et devenir une créatrice de mode incontournable ! Il était hors de question de faire patienter ses projets encore deux longues années ! Fort heureusement, Margot Adamson, lui avait dit qu’elle pourrait entamer une activité professionnelle en parallèle de ces études universitaires. Cette nouvelle avait rassurée Swann qui s’était immédiatement mise à chercher un nouveau local stratégique pour l’essor T&T. En effet, la jeune femme voulait ouvrir un magasin qui servirait de passage entre le monde sorcier et le monde moldu. T&T pourrait donc commercialiser ses produits dans les deux univers. L’idée était géniale et la préfète n’était pas peu fière de l’avoir eue ! Néanmoins, elle n’en avait parlé à personne pour le moment, préférant se renseigner convenablement sur la démarche à suivre pour faire aboutir un tel projet. La première étape était d’ailleurs de choisir convenablement son module moldu :

« Personnellement je vais prendre l'unité « Stylisme » qui est davantage orienté sur les savoir-faires…» analysa-t-elle, et j'espère que le module "coopération magique et moldue" m'apportera tout ce que je veux savoir en matière de commerce moldu... conclut-elle en buvant une nouvelle gorgée de vin des elfes.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Bon, en fait, il n'aurait pas du stresser, Swann ne comprenait pas son problème. Pire, elle ne semblait même pas voir qu'il y en avait un, ou qu'il ait une quelconque importance. Elle lui assura qu'elle paierait - quoique de manière plus diplomatique. Aaron renonça à discuter. Il ne voulait pas gâcher la journée en insistant lourdement et en brisant l'idée que Swann se faisait de ses habitudes chez les moldus. Ce n'était pas le but, il lui en reparlerait une autre fois.

"Trinquer? A quoi?" répondit-il donc en saisissant son verre malgré tout.

Il fut surpris de sa réponse. Miss Twilfit en aurait-elle marre d'être le centre d'attention. Non, c'était impossible. Elle adorait être sous le feu des projecteurs. A moins qu'il ne l'influence comme elle l'avait influencé? Alors que lui devenait une personne public, c'était elle qui freinerait des quatre fers? Non, il ne fallait pas rêver, même si c'avait le mérite d'être une idée marrante.

"Loin de Poudlard? Et moi qui croyais qu'il n'y avait rien de mieux qu'un placard à balais" plaisanta-t-il, faisant allusion à leur dernière entrevue à l'école.

C'était que trouver des coins tranquilles à Poudlard était difficile, et ils n'étaient pas spécialement originaux en cherchant un peu de tranquillité dans un placard. Aaron avait vu tellement de couple s'y faufiler ou en sortir en douce qu'il se demandait pourquoi Silverster n'avait pas encore supprimé les placards à balais de l'école. Rusard était bête, c'était une évidence... Silvertser compatissait peut-être avec eux, même si Aaron en doutait. Il avait beau être sympathique et arbitrer le rugby, il semblait prendre son travail à coeur.

Le jeune homme fronça les sourcils quand Swann parla du salon de thé de madame Piedoddu. Il y était allé une fois, en cinquième année, pour faire plaisir à une fille dont il avait déjà oublié le nom et n'y retournerait pas, même pour les beaux yeux de Swann. C'était d'un mièvre jamais vu. Même le roman préféré de sa soeur, dont il avait lu trois pages avant de le refermer pour éviter la crise cardiaque, n'était pas de taille face Madame Piedoddu. D'ailleurs, en parlant de ça, le second tome était sorti cet été et Aaron n'avait pas placé leur sortie chez les moldus par hasard: cet après-midi là, Amy organisait une conférence au sommet avec ses copines pour parler de leurs impressions. Et Aaron était prêt à revivre cent fois le fiasco plutôt qu'à rester chez lui écouter les groupies converser sur le sujet. Aussi, quand Swann lui apprit que Jeremy y avait emmené Georgiana (parce que vu le caractère, ça ne pouvait pas être l'inverse), il eu une moue dégoûtée:

"Heureusement que tu as plus de goût! De toute façon, je n'y aurai pas mis les pieds!"

Swann décida alors d'arrêter les commérages. Aaron eu un sourire, sachant qu'elle faisait cela pour lui. Attrapant plus fermement sa main, il décida de la taquiner:

"Oh, mais Georgiana et Jeremy, ce ne sont pas des commérages, c'est de l'information!" Il lui décrocha un clin d'oeil moqueur avant de poursuivre: "N'empêche, je me demande ce qu'il lui trouve. Elle est vraiment insupportable. Et puis, quelle idée de l'emmener là-bas, elle va l'étriper!"

Bon, il fallait admettre que la Harpie s'était calmée depuis l'année dernière. Elle hurlait moins et semblait plus sociable. Quant à Jeremy, cela lui ferait sans doute du bien que quelqu'un le secoue de temps à autre! En fait, ils se complétaient bien tous les deux, Aaron devait l'admettre. Il avait été heureux d'apprendre que le béguin de son ami était réciproque, mais ne l'avait montré qu'en charriant joyeusement le Gryffondor pour lui rendre la pareille. Et, comme il ne voulait pas être en mauvais terme avec la nouvelle petite amie, il se tenait aussi éloigné d'elle que possible. C'était, il le savait, le meilleur moyen pour éviter les clash. D'ailleurs, Jeremy n'agissait-il pas de la sorte avec Swann? Non, il avait été invité à son anniversaire, ils s'entendaient un peu.

Cessant de taquiner sa petite amie, Aaron lui posa un baiser sur la main et ouvrit le menu. Il ne connaissait pas la moitié des plats qui s'y trouvaient, aussi fit-il mine de lire. Mais la question de Swann sur leur année suivante eu vite toute son attention.

"Ton choix est surprenant, qui eu crû que tu voulais t'orienter vers la mode! Boon, d'accord, j'arrête!" dit-il devant son expression. "Je pense que c'est un bon choix. Le module de coopération te permettra d'en savoir plus, et comme tu sais déjà ce que tu veux faire et ça ne pourra que t'apporter plus de... euh, créativité. D'ailleurs en parlant de ça, tu vas participer encore au concours du fil d'or?"

Pour sa part, Aaron ne savait pas trop ce qu'il allait faire. Il avait beau avoir assuré Sean, l'année dernière, que les professeurs connaissaient les passerelles vers les universités moldues, il n'en avait pas l'impression. Il était allé voir le professeur Virtanen qui ne lui avait donné aucune réponse, et de toute manière, il ne savait pas ce qu'il voulait faire.

"Pour ma part, je ne sais pas..." avoua-t-il franchement. "Je t'avoue que cette fac m'offre un répit parce que s'il avait fallu travailler dès l'année prochaine... Je ne sais même pas si je veut aller chez les moldus ou chez les sorciers!"

Oui, c'était dur de choisir. Jusqu'à l'année dernière, il avait clamé haut et fort qu'être un sorcier, c'était naze, et qu'il serait informaticien comme son père après l'école. Mais il avait changé. Rien que le fait d'avancer sur son Ipod l'encourageait à continuer la sorcellerie. Il y avait trois jours, il avait réussi à écouter dix secondes de musique! Il en avait parlé à Swann et Jeremy, tout fier, n'osant pas le dire aux autres de peur d'affronter un échec. Mais concilier magie et technologie le passionnait. C'était un domaine inexploré qui assoiffait sa curiosité de Serdaigle. Il se sentait pionnier, porteur d'une nouvelle génération high-tech qui défierait tous les possibles. Il avait envie d'être à la tête de cette vague. C'était un équilibre entre ses deux univers, et il aimait ça. C'était dans l'air du temps, dans l'air du MIM, c'était révolutionnaire et retourner à un Ipod normal, cela le... rendrait triste. Quand il y pensait ou essayait d'en parler, il n'arrivait pas à mettre des mots sur tous ces sentiments, et pour ses auditeurs, cela devenait quelque chose de très confus, si bien qu'il finissait par conclure "j'me comprends".

"Je voudrais faire quelque chose d'utile, mais quoi? Ce qui m'intéresse n'est sûrement pas enseigné..."

Il regarda Swann d'un air un peu dépité.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1123

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsqu’Aaron évoqua, plus ou moins subtilement, leur dernière entrevue dans le placard à balais, la jeune femme roula des yeux. Ce lieu sordide n’était pas vraiment confortable et, à choisir, elle préférait le calme de la salle des arts à une heure avancée…

« En tout cas aujourd’hui, on ne devrait pas finir la journée dans un placard poussiéreux. »
lança-t-elle en lui adressant un clin d’œil.

Restant volontairement évasive pour ne pas lui gâcher la surprise, la jeune femme poursuivit gaiment la conversation autour du nouveau couple de Gryffondor, avant de se raviser, tant elle était persuadée que ce sujet n’intéressait guère son amoureux. Néanmoins, ce dernier fit remarquer que la relation entre Georgiana et Jeremy n’était pas de l’ordre des commérages mais de celui de l’information. La préfète ne put retenir plus longtemps un éclat de rire cristallin.

« Attention Aaron … Tu parles comme une commère qui essaye de se donner bonne conscience !
lança-t-elle en ouvrant le menu, il n’y a pas de mal à aimer les ragots tu sais, assume ton côté cancan ! plaisanta-t-elle en l’observant brièvement par-dessus la carte.

Elle aimait bien l’embêter gentiment. En effet, ils avaient trouvé une sorte d’équilibre dans leur relation, entre taquineries et gestes tendres. Les déclarations d’amour enflammées n’étaient visiblement pas dans leur nature respective et, pour le coup, ils étaient particulièrement bien assortis… Comme pour confirmer ce constat, Aaron lui déposa un tendre baiser sur la main avant de plaisanter au sujet des modules moldus qu’elle comptait choisir l’an prochain.

"Ton choix est surprenant, qui eu crû que tu voulais t'orienter vers la mode! Boon, d'accord, j'arrête!" ajouta-t-il néanmoins en découvrant la mine faussement sévère de la préfète. Il reprit plus sérieusement, lui révélant qu’il estimait qu’elle avait fait de bon choix –même si elle n’en doutait pas- puis il lui demanda si elle comptait se représenter cette année au concours du Fil d’Or.

« Bien sûr, répondit-elle catégorique en reposant la carte devant elle. Le thème de cette année devrait être dévoilé avant la fin du mois, j’ai hâte de le connaitre. Mais quoiqu’il en soit, je vais concevoir une tenue résolument avant-gardiste. Je n’ai pas pris assez de risque l’année dernière et je compte bien surprendre le jury cette fois. Ajouta-t-elle d’un air entendu.

En effet, Swann ferait tout pour gagner le prestigieux concours cette année. Elle avait même réussi à convaincre sa mère d’embaucher un vendeur supplémentaire au magasin afin qu’elle ait plus de temps pour se préparer sereinement au Fil d’or ! Sheba faisait d’ailleurs passer des entretiens depuis quelques jours, mais ils n’avaient rien donné pour le moment… La préfète espérait que sa mère trouverait une personne distinguée et compétente puisqu’il y avait fort à parier que Swann ne retravaillerait pas de si tôt au T&T du Chemin de Traverse. Effectivement, si ses projets d’avenir se concrétisaient, la jeune femme ouvrirait une filiale en parallèle de ses études à la faculté. Tout était clair pour elle, mais visiblement, pour Aaron, c’était nettement plus compliqué…

« Je ne sais même pas si je veux aller chez les moldus ou chez les sorciers!" finit-il par avouer.

Swann tiqua légèrement mais elle se garda de faire le moindre commentaire. Elle ne comprenait pas pourquoi Aaron hésitait entre les deux mondes. Bien sûr, le mode de vie moldu était fascinant mais elle avait du mal à concevoir que l’on puisse renier la magie en poursuivant une carrière professionnelle sans lien avec elle.

« Tu n’es pas obligé de choisir l’un ou l’autre, tu sais. Intervint-elle finalement en faisant signe au serveur, surtout avec la politique actuelle qui est clairement orientée vers l’ouverture. Je suis sûre que tu peux combiner tes racines moldues et ta culture magique d’adoption… » ajouta-t-elle juste avant que le garçon n’arrive à leur table pour prendre leur commande, Alors pour moi ce sera une formule Chimère avec en entrée, le veaudelune sur son lit de verdure suivi d’un filet de Boullu. » lança-t-elle avec un sourire poli. Aaron énonça lui aussi son menu avant de poursuivre la conversation :

"Je voudrais faire quelque chose d'utile, dit-il légèrement dépité, mais quoi? Ce qui m'intéresse n'est sûrement pas enseigné..."


« Ne te focalises pas sur les matières enseignées, tu dois avant tout définir quelle est cette chose utile que tu souhaite réaliser. Veux-tu faciliter la vie des moldus ? des sorciers ? Ou alors celle des nés-moldus qui n’arrivent pas à écouter leur Ipod dans les endroits magiques ? » plaisanta-t-elle en faisant référence au dernier exploit de son chéri qui avait réussi à faire fonctionner le dit-objet durant quelques secondes dans l’enceinte magique de Poudlard.

Tout en songeant à cette prouesse, Swann fut soudainement frappée par un éclair de lucidité. Elle se redressa sur son siège et scruta Aaron avec insistance. Ce n’était pas si bête après tout. Il était la personne idéale. L’intégration des nés-moldus était justement un axe de travail important pour le gouvernement actuel. L’article, qui était paru quelques jours plus tôt dans la gazette du Sorcier, expliquait d’ailleurs que le pouvoir en place avait mandaté une équipe afin de concevoir un site Internet pour Poudlard, dans le but de servir de couverture aux nés-moldus. Swann voyait parfaitement Aaron œuvrer pour ce genre de groupe de recherche ! Ses compétences et ses connaissances des deux univers étaient des avantages indéniables.

La jeune femme attrapa donc son sac à main et lança un Accio afin de récupérer son carnet d’adresse qui était à l’intérieur. Elle le posa sur la table, tourna les pages frénétiquement en chuchotant « A…B…C…D…E… F ! »
Le jeune femme vint poser le calepin en face d’Aaron puis elle pointa du doigt une adresse :




« Tu dois lui écrire. Explique-lui ton parcours, dis-lui qui tu es, d’où tu viens, ce que tu aimes dans la vie. Raconte-lui pour l’Ipod ! Dis-lui que tu veux faire quelque chose d’utile pour la communauté! Je suis sûre qu’il prendra la peine de te répondre… Allez Aaron,
ajouta-t-elle avec une petite moue suppliante, il faut savoir créer sa chance parfois ! »


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Swann lança un regard plein de sous-entendu lorsqu'il fit allusion au placard poussiéreux "dans lequel ils ne finiraient pas aujourd'hui". Oh, ça, c'était intéressant, très intéressant... Aaron ne posa aucune question pour ne pas donner à Swann de raison de l'asticoter davantage - il n'était pas sûr que s'embrasser langoureusement soit toléré dans ce genre de restaurant - mais ne put s'empêcher de se demander ce qu'elle portait sous sa robe déjà très affriolante.

"J'essaye, j'essaye" se contenta-t-il donc de répondre, au sujet d'assumer son côté cancan. "Je ne crois pas avoir le choix, avec toi de toute façon! Grand dieu, que vas-tu faire de moi?"

La question, lancée sur un ton humoristique, le travaillait pourtant. Il s'apercevait bien qu'il avait évolué depuis qu'il connaissait Swann. Ca ne le dérangeait pas, mais il se demandait comment juste une personne avait pu le motiver assez pour prendre la tête du club des mordus, organiser un tournoi de rugby, prendre partie contre Maïa et Mike, connaître deux trois choses à la mode... à la mode, lui! Lui qui avait toujours refusé d'être une fashion victime moldue, trouvant les coupes des adolescents de son âge parfaitement ridicules.

En parlant de mode, Swann lui exposa ses idées pour le concours du Fil d'Or cette année. Aaron ne savait pas ce qu'elle avait fait l'année dernière, mais il ferait l'effort de s'y intéresser cette fois-ci. Après tout, avec les objectifs professionnels de Swann, il y avait fort à parier que ses projets "avant gardistes" se retrouveraient chez les moldus d'ici quelques années! Il espérait que les idées précurseures de sa petite amie ne l'étaient tout de même pas trop. Le Royaume-Uni était déjà bien gâté niveau excentricités vestimentaires, et il n'avait pas envie que les sorciers viennent donner des idées trop étranges à des moldus déjà très imaginatifs.

"Pour moi ce sera une formule Hippogriffe, s'il vous plait. Avec du foie d'accromentule en entrée et un pavé de Pitiponk en plat principal."

Comme le serveur s'éloignait, Swann lui conseilla de trouver un équilibre entre les deux mondes et de chercher à ce qu'il voulait faire réellement plutôt que les cours qu'il pourrait suivre. Elle n'avait pas tort. Certes, la politique actuelle du ministère de la magie était intéressante, mais concrètement, qu'y avait-il à faire? Quels emplois? Aaron se rendait compte qu'il réfléchissait de manière typiquement moldue. Les sorciers n'avaient pas cette culture des études et du métier précis, ils faisaient leur bonhomme de chemin sans se soucier énormément de la finance. C'était sans doute dû à la petite taille de leur communauté. Le chômage ne semblait pas être un problème pour eux.

"Je ne sais pas... je crois que j'ai envie de faire comprendre les moldus aux sorciers et l'inverse. D'aider les gens comme moi à passer d'un monde à l'autre sans tout perdre."

Car c'était ce qu'il avait ressenti, les premières années de sa scolarité. Il était arrivé, seul, dans un monde qu'il ne connaissait pas et qui ne lui laissait pas le choix. Le collège moldu aurait été une aventure suffisante pour lui, mais le destin l'avait envoyé chez les sorciers. Il ne connaissait personne, ne comprenait rien, n'avait pas la même culture que ses camarades, ni le même état d'esprit. Lui n'avait pas vécu une guerre, ne comprenait pas quelle était l'importance du Sang. Il regrettait juste d'avoir atterri chez les fous plutôt que d'être resté tranquillement au collège de quartier, avec ses amis qui le comprenaient de moins en moins chaque année. Il ne pouvait communiquer avec eux qu'occasionnellement, et, à mesure que leur accès à la technologie avait augmenté, il s'était retrouvé isolé. Heureusement qu'il avait rencontré Jeremy dans le Poudlard Express, qui lui avait expliqué brièvement quelques trucs bien magiques, sinon son entrée à l'école aurait été une véritable catastrophe!

"Parce qu'on ne nous laisse pas le choix, mais on ne nous aide pas non plus..."

En fait, ce qu'il voulait faire, c'était assez simple. Restait à trouver des études et un métier qui correspondrait à ses objectifs! Pour cela, il avait la chance d'avoir Swann comme petite amie. Jamais à court d'idée, celle-ci lui mit soudainement son carnet d'adresses sous le nez, complètement excitée. Lorsqu'il lu à qui elle voulait qu'il écrive, il manqua l'arrêt cardiaque.

"Mais... enfin, comment tu as son adresse? Tu le connais?!"

Sa question fut coupée par le serveur qui apportait leurs entrées. Le remerciant, Aaron prit ensuite le carnet des mains de la jeune fille pour lire et relire l'adresse qui surplombait la sienne. Swann était folle.

"Je ne peux pas écrire au premier ministre, voyons!" s'exclama-t-il enfin.

Tout à son trouble, il avait utilisé l'appellation moldue. Car pour lui, c'était ce que Fiennes était, un premier ministre. Le chef de la communauté. Certes, il ne demandait pas l'aval de la reine, mais ça revenait au même. Il avait sûrement autre chose à faire que de se préoccuper de l'avenir d'un élève inconnu de 17 ans. Et pourtant, il n'arrivait pas à quitter les lignes des yeux. Swann avait raison. Fiennes portait la communauté dans une direction idéale pour quelqu'un comme lui. C'était son heure, son temps, il était en adéquation avec son époque. Oui, il avait un profil intéressant, ne pas le reconnaître serait être faussement modeste et ce n'était pas son genre. Mais quand même... les nés-moldus étaient légions à Poudlard. Un Sang-Mêlé s'y connaissait sûrement mieux que lui dans les deux domaines, il n'y avait qu'à voir la culture de la petite Scavo, et elle n'avait que onze ans. Et les Sang-Mêlés avaient des relations dans les deux mondes. Lui, il n'en avait pas. Ses parents étaient juste informaticiens, et son seul contact magique était la fille de Sheba Twilfit. Même si Swann connaissait très bien le ministre, celui-ci avait des fonctions trop important pour donner un coup de pouce à son petit-ami de récente date.

"Enfin, je comprends ce que tu veux dire mais... mais il ne va jamais s'occuper de mon cas, même Darren a plus de chances d'être pistonné que moi..."

D'ailleurs en parlant de Darren, ce n'était pas lui qui entrait, escortant Natasha?


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1123

Voir le profil de l'utilisateur
Lorsqu’Aaron lui demanda si elle connaissait personnellement le ministre, Swann esquissa un petit sourire pincé avant de répondre :

« Je n’irais pas jusque là… Disons simplement que c’est un excellent client de T&T et que j’ai un peu fouiné dans le fichier clients du magasin… Il faut bien que je développe certaines qualités représentatives de ma maison !
lança-t-elle pour se justifier.

Elle avait d’ailleurs récupéré un certain nombre d’adresses qui lui serviraient surement un jour. Des personnalités très diverses se côtoyaient donc dans ce petit carnet : Parmi les élus, des étoiles montantes de la politique, des personnages influents dans les médias ou la culture, quelques stars du quidditch, Hermione Granger-Weasley, William Scavo, Richard Dalnox, Alyson Fowler, James Smith,… Bref, tout ce qui constituait le gratin sorcier actuel. D’ailleurs, la préfète espérait bien leurs envoyer à tous, dans un futur proche, des invitations pour fêter l’ouverture de son premier magasin… Malheureusement Aaron, ne semblait pas raisonner comme elle puisqu’il s’exclama subitement :

"Je ne peux pas écrire au premier ministre, voyons!"

« Ministre de la Magie, réctifia-t-elle avant de remercier le serveur qui venait d’amener son entrée, Et pourquoi pas. »ajouta-t-elle le plus naturellement du monde en déposant sa serviette sur ses genoux.

Elle scruta alors son compagnon afin qu’il lui donne des arguments valables pour justifier sa position, même s, à ses yeux, il n’en existait aucun.

"Enfin, je comprends ce que tu veux dire mais... mais il ne va jamais s'occuper de mon cas, même Darren a plus de chances d'être pistonné que moi..."


La jeune femme avala une petite bouchée de Veaudelune avant de balayer les arguments de son amoureux :

« Laissons Darren de côté tu veux bien, commença-t-elle en se tapotant la bouche avec un coin de sa serviette, je ne te demande pas d’écrire au ministre et d’attendre patiemment qu’il s’occupe de ton cas comme tu dis, lança-t-elle avant de poser une main sur l’avant-bras d’Aaron, Bien sûr, c’est à toi de définir ton projet professionnel, et à personne d’autre, mais… il ne faut pas négliger certaines opportunités et, parfois, il faut aussi savoir bousculer le destin. » ajouta-t-elle en relâchant son étreinte.

« Et puis, ce n’est qu’une lettre après tout. Cela ne t’engage à rien. Il ne te répondra peut-être pas – d’ailleurs, il vaut mieux partir en se disant cela- mais ton profil peut aussi l’intéresser. Essaye, et tu verras bien ! »

Elle ponctua cette dernière tirade par un large sourire enjôleur.
Mettre toutes les chances de son côté, telle était la philosophie de Swann Twilfit et la jeune femme espérait bien transmettre un peu de son ambition à son chéri. Elle savait bien que ce genre de chose n’était pas dans sa nature mais Aaron aurait tord de ne pas l’écouter cette fois. Malheureusement, il ne semblait pas vraiment concentrer sur leur conversation puisqu’il regardait dans le fond de la pièce. La jeune femme se retourna afin de voir ce qui avait attiré son attention et elle découvrit Darren qui prenait place de l’autre côté du salon de Cristal. Elle lui adressa un sourire poli avant de se retourner vers Aaron :

« Je pensais qu’ils avaient réservés pour 13h, commenta Swann en reprenant une bouchée de Veaudelune, J’espère que Darren se conduira bien cette fois, ajouta-t-elle en faisant référence au dernier repas à l’hippogriffe cendré entre son amie et de l’ex-capitaine, je crois que Nat’ commence sérieusement à perdre patience avec lui… »

En effet, il fallait avoir les nerfs bien accrochés pour supporter les sautes d’humeur du Serpentard et Swann commençait sérieusement à s’inquiéter pour Natasha. Son amie devait à la fois épauler Darren, qui semblait être dans une période difficile depuis sa démission de l’équipe, et subir son égo surdimensionné ! Néanmoins, l’ex-Capitaine semblait disposé à faire des efforts, vu le nombre de paquets cadeaux qu’il avait emmené avec lui aujourd’hui. La préfète reporta alors son attention sur Aaron qui paraissait toujours observer O’Connor :

« Vous avez l’air de mieux vous entendre tous les deux depuis quelques temps non ? A ce qui parait, tu as réussi à le débaucher pour qu’il intègre ton équipe de rugby… Qui l’aurait cru ! Darren, jouer à un sport Moldu ! En tout cas, Fiennes aurait tord de se passer d’un jeune homme aussi persuasif que toi ! » Ajouta-t-elle en lui décrochant un clin d’œil.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Swann avait des arguments percutants, il fallait le reconnaître. Elle avait raison sur le fond, il fallait savoir forcer le destin. Sauf que voilà, forcer le destin du ministre de la magie, ce n'était pas la même chose que forcer le destin de n'importe quel employé du ministère. Il fallait des relations et un ego qu'Aaron ne possédait pas. Encore qu'il puisse probablement s'arranger pour l'ego, s'il continuait à écouter les propos de sa petite-amie. Mais il ne pouvait pas prendre une décision là maintenant tout de suite, il fallait qu'il réfléchisse, qu'il aille voir si le professeur Virtanen ne pouvait pas lui donner des idées d'orientation, et qu'il précise surtout dans sa tête ce que lui-même voulait. Sachant que continuer la conversation serait vain, têtus qu'ils étaient l'un comme l'autre, il acquiesça aux paroles de Swann.

"Bon, d'accord, j'y réfléchirai..."

Il entama ensuite son entrée, et fut surpris de la qualité des mets. Oh bien sûr, il s'attendait à de la bonne chaire dans ce restaurant étoilé, mais il n'était pas sûr que le Pitiponk soit quelque chose de très goûteux. Eh bien, il avait eu tord de douter, les sorciers étaient très doués en nourriture exotique. Encore un avantage de la magie, supposa-t-il. Décidément, il lui trouvait beaucoup d'avantages ces derniers temps. Il fallait dire que Swann n'y était pas pour rien... Celle-ci remarqua elle aussi l'arrivée de Darren, et son côté commère - où peut-être tout simplement son côté fille, Aaron ne savait jamais trop où était la limite - repris le dessus. Elle lui fit part de sa surprise de les voir là si tôt et de l'état d'esprit de Natasha quant à son couple.

"Tu m'étonnes" se contenta de répondre le garçon. Il avait beau apprendre à apprécier Darren, il fallait reconnaître que le Serpentard avait un caractère difficile, voire carrément épouvantable dans sa manière de traiter les filles. Si lui s'était permit de parler à Swann comme il parlait à Natasha, il aurait fort à parier que la jeune fille l'aurait quitté avec perte et fracas, ne lui laissant que l'empreinte rouge vif de sa main sur sa joue.

« Vous avez l’air de mieux vous entendre tous les deux depuis quelques temps non ? A ce qui parait, tu as réussi à le débaucher pour qu’il intègre ton équipe de rugby… Qui l’aurait cru ! Darren, jouer à un sport Moldu ! En tout cas, Fiennes aurait tord de se passer d’un jeune homme aussi persuasif que toi ! »

Aaron ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel devant l'entêtement de Swann. A croire qu'elle essayait de le battre.

"Entre ma persuasion et ton ambition, on devrait aller loin, tous les deux!" Il assorti sa remarque d'une pression sur les jambes de Swann, toujours emmêlées aux siennes sous la table. Un baiser aurait été plus romantique, mais il doutait que le pavé de Pitiponk et le Veaudelune se marient bien. Et puis, ils étaient dans un endroit pour riches, alors il fallait se comporter correctement.

Le jeune homme reporta un instant son regard sur Darren, qui s'installait face à Natasha, songeur, cherchant comment répondre à la question de Swann. Oui, ils s'entendaient mieux. Il en était d'ailleurs le premier surpris. Il n'avait jamais pu encadrer O'Connor et il n'avait pas l'impression que celui-ci ait beaucoup changé. Etait-ce Aaron qui avait appris à ignorer son sale caractère? Peut-être. Ou peut-être la soirée sur la plage lui avait-elle permi de découvrir quelque chose d'intéressant derrière la carapace de l'arrogant O'Connor. Comme par exemple, le fait qu'il avait des sentiments comme toute personne normalement constituée. Il avait juste une manière un peu violente de s'exprimer.

"Oui, il va intégrer mon équipe de rugby. Jeremy va être ra-vi." avoua-t-il. "Ne me demande pas comment j'ai fait pour le convaincre, je n'en ai aucune idée! Peut-être qu'il avait juste besoin de quelque chose pour compenser son arrêt du Quidditch."

Mais ce n'était pas une réponse. Swann se demandait probablement pourquoi lui était allé chercher Darren, et si au début il avait mis son propre orgueil de côté pour lui faire plaisir, leur relation allait maintenant plus loin. Darren était grandiloquent, arrogant, énervant, voire carrément agressif et même franchement déprimant par moments, mais il avait aussi ce côté brut et franc qui changeait agréablement. Tous les amis d'Aaron étaient légers, gentils, adolescents. On ne pouvait pas vraiment dire que ces qualificatifs seyaient au Serpentard. Il avait avec lui une relation un peu binaire, typiquement masculine, et hors de ses autres problèmes. Comme Swann, Darren permettait à Aaron d'envisager le monde sous un autre angle. C'était intéressant, trop tentant pour sa curiosité de Serdaigle.

"Tu sais, je me suis toujours demandée comment Natasha faisait pour le supporter, mais elle a peut-être raison après tout. S'il est capable d'être... ami" - il hésita sur le mot - "avec un né-moldu comme moi, il y a beaucoup d'espoir."

Ouaip. Peut-être qu'avec du temps, un peu de tolérance, beaucoup de patience et énormément d'espoir, Darren deviendrait quelqu'un de bien. Aaron l'espérait, en tout cas, il détesterait s'être trompé sur le compte du garçon le plus détesté de l'école. S'il y avait une chose qu'il n'appréciait pas, c'était de passer pour un imbécile. Aaron avala deux bouchées de son plat pour laisser à Swann le temps de méditer ces informations, puis rompit le silence qu'il jugeait un peu inconfortable. Il se sentait bien incapable d'expliquer plus précisément ce qui le poussait à fréquenter le Serpentard, et il y avait par ailleurs un autre sujet qu'il lui semblait important d'aborder aujourd'hui.

"Mais assez parlé de moi! A ton tour!"

Il marqua une courte pause, réfléchissant à la meilleure formulation à employer, et fini par demander d'une voie posée:

"Comment ça va, avec tes parents?"

Aaron avait volontairement employé le mot au pluriel, car il se doutait que Swann n'avait pas de problèmes qu'avec son père, après cette révélation fracassante. Lorsqu'elle lui avait expliqué la vérité, il était resté ahuri. Ce coincé de Harris ne pouvait pas être le père biologique d'une fille aussi extravertie et inventive que Swann, c'était impossible. Ce prof était barbant et endormant au possible quand rester tranquille avec sa fille dans les alentours relevait du sport olympique. Mais apparemment, c'était bel et bien vrai. Swann était la fille du professeur Harris. Une telle révélation ne pouvait pas laisser la jeune fille de marbre, aussi Aaron estimait-il qu'il était de son devoir de petit-ami de l'aider à traverser cette épreuve.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1123

Voir le profil de l'utilisateur
Comme toujours, Aaron se sous-estima en sous-entendant que Darren avait accepté de jouer au rugby simplement pour compenser son arrêt du Quidditch. Swann ne croyait pas du tout à cette théorie ! Si O’Connor avait voulu continuer une pratique sportive, il aurait pu faire n’importe quoi d’autre qu’un sport moldu. La préfète ne savait pas ce qu’avait dit son cher et tendre pour le convaincre, mais il avait su faire preuve d’une grande persuasion !

« En tout cas tu as du mérite, souligna-t-elle, j’ai l’impression qu’il est de plus en plus irritable ces derniers temps. Il s’est encore énervé sur une première année pas plus tard qu’hier soir… »

Pour une broutille en plus. Cindy Hamilton s’entrainait au Sortilège de lévitation en faisant planer son rapeltout dans la salle commune. Darren était sortit des dortoirs brusquement et s’était cogné contre l’objet volant. Il était rentré dans une colère monstre avant de piétiner sans ménagement l’objet de la fillette. Swann avait réparé l’artefact magique sans trop de difficultés mais les sautes d’humeur du Serpentard commençaient sérieusement à taper sur le système de tous les verts et argents.

"Tu sais, je me suis toujours demandée comment Natasha faisait pour le supporter, mais elle a peut-être raison après tout. S'il est capable d'être... ami avec un né-moldu comme moi, il y a beaucoup d'espoir."

Swann haussa légèrement les sourcils en entendant le mot « ami »… Etaient-ils devenus si proche l’un de l’autre ? C’est vrai qu’Aaron trainait moins avec Jeremy depuis que ce dernier avait entamé une liaison avec sa Harpie, mais de là à devenir ami avec Darren, le chemin était long…

La jeune femme n’eut cependant pas le temps de s’appesantir sur cette formulation puisque son chéri changea brusquement de sujet en lui demandant comment se passait sa relation avec ses parents. Swann, interrompit son geste, sa fourchette s’immobilisant à quelques centimètres de sa bouche. Elle jeta un regard sévère en direction d’Aaron avant de froncer légèrement les sourcils :

« Si c’est une blague, je ne trouve pas ça drôle, commença-t-elle posément en reposant ses couverts dans son assiette, Edmund Harris n’a rien d’un père, chuchota-t-elle en se penchant au dessus de la table, tu as bien vu comment il se conduit en cours de Sortilèges. Il m’ignore. Il fait comme si je n’étais pas là. »

La jeune fille secoua la tête de gauche à droite avant d’arborer un air pincé :

« De toute manière, je n’ai pas besoin de lui. J’ai réussi à vivre dix-sept ans sans père et je m’en suis très bien sortie, n’est-ce pas? » Lança-t-elle avec une pointe de défi dans la voix.

Elle ne supporterait pas qu’on la contredise sur ce point. Même sans père, elle était devenue une jeune fille tout à fait respectable et parfaitement équilibrée et jamais elle n’avouerait que l’indifférence d’Harris à son égard la touchait plus que de raison.

« Quant à ma mère, j’attends les vacances afin que l’on puisse avoir une petite discussion toutes les deux, reprit-elle en saisissant sa fourchette, je n’arrive toujours pas à croire qu’elle m’ait caché cela pendant tout ce temps. » ajouta-t-elle avec amertume…
La jeune fille mâcha sa bouchée de Veaudelune sans parvenir à complètement masquer son énervement. En effet, plus le temps passait, plus elle en voulait à Sheba. Elle ne comprenait pas que sa mère ne lui ait pas révélé ce secret plus tôt. Pourtant, Swann était une jeune fille mature, qui aurait pu comprendre la situation, et elle devait avouer qu’elle se sentait particulièrement vexée d’avoir été tenue à l’écart de la vérité pendant des années.

Certes, il y avait de quoi être irritée, mais était-ce une bonne raison pour gâcher le petit moment romantique qu’elle avait préparé avec tant d’ardeur ? Assurément non. Elle préparait cette surprise depuis des mois et il était hors de question qu’elle la saborde. La jeune femme soupira et s’essuya la bouche sur un coin de sa serviette avant de briser le silence qui s’était installée :

« Excuse-moi, je ne devrais pas m’énerver sur toi. Tu n’y es pour rien. C’est juste, qu’en ce moment c’est un peu difficile pour moi de gérer tout cela. »

Elle entremêla ses doigts à ceux de son amoureux pour se faire pardonner avant d’ajouter, dépitée :

« Et Comme si tout cela ne suffisait pas, c’est demain qu’Adamson m’auditionne pour l’histoire avec Ulrich… J’ai vraiment un mauvais pressentiment, tu sais, précisa-t-elle légèrement inquiète, Et s’il arrivait à l’embobiner ? Si elle ne me croyait pas ? »

Elle secoua la tête doucement avant de souffler :

« Je déteste ce type. Si tu savais comme je redoute les rondes que je dois faire avec lui le soir. Brrr, il me fait froid dans le dos. »

Cependant, au moment où elle disait ces mots, des éclats de voix attirèrent son attention dans le fond de la pièce. La préfète se retourna vivement pour découvrir Natasha, debout, en proie à une colère sourde. En effet, son amie venait d’arracher le collier qu’elle portait autour du cou pour le jeter sur Darren.

« Oh Merlin ! » souffla Swann en portant une main devant sa bouche.

Ce dernier, furibard, lui intima de s’asseoir mais Natasha resta droite comme un i avant de lui cracher une longue tirade au visage :

" Tu n'es qu'un pauvre idiot ! Comment as-tu pu ?! Comment peux-tu simplement m'annoncer cela ?! Comment peux-tu croire qu'avec ces simples bijoux et accessoires tu aurais pu m'acheter ? Tu me prends pour qui, O'Connor ! Pour une simple putain que l'on paie pour gagner un silence, ou tout autre service ?! Pour qui tu me prends ! Vas te faire voir, O'Connor, vas te faire voir ! Vas retrouver Lorgan ! Vas la prendre dans une arrière salle, va pouponner son gamin ! Son gamin ! "


La main toujours devant la bouche, Swann reporta son attention sur Aaron. Merlin avait-elle bien compris ? Lorgan-enceinte-de Darren ? Ce n’était pas possible.

« Dis-moi que ce n’est pas ça ! » souffla-t-elle à l’intention de son amoureux.

Ce gougeât de Darren n’avait pas osé tromper sa meilleure amie avec cette trainée de Lorgan ! Ce-n’était-pas-possible ! Comment avait-il pu préférer Kelsey, la vulgarité incarnée, alors qu’il avait Natasha ! Sidérée, la préfète secoua la tête et reporta de nouveau son regard sur le couple mais son cœur rata un battement lorsqu’elle vit la main de Darren fendre l’air et s’abattre sur la joue de son amie. Le bruit de la claque raisonna tellement fort dans le restaurant que la préfète en eut le souffle coupé.
Merlin, il venait de la frapper. Il avait osé lever la main sur Natasha.
Sans qu’elle ne sache trop comment, Swann se retrouva au milieu du salon de Cristal, la mâchoire serrée et sa baguette à la main.

Ami ou pas ami, Darren allait payer cher ce qu’il venait de faire.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Visiblement, Aaron avait encore des progrès à faire en matière de tact. Il réalisa cela quand Swann lui répondit sèchement que sa blague n'avait rien de drôle, alors qu'il ne comptait pas du tout faire de blague. Il voulait juste savoir où elle en était. Mais son comportement brusque et fermé par rapport à la question fournit la réponse que le Serdaigle attendait: elle n'avait toujours pas digéré l'histoire. C'était compréhensible, vu l'ampleur de la nouvelle, mais tant de violence chez Swann était déroutant. Elle alla même jusqu'à affirmer qu'elle se débrouillerait toujours mieux sans lui, comme avant. Aaron savait que c'était faux. C'était une chose de faire sans quelque chose qu'on ignorait, une autre de refuser sciemment de cogiter sur la question.

"Bien sûr que tu t'en es sortie." répondit-il donc d'un ton réservé lorsqu'elle posa cette question réthorique puis enchaîna sur sa mère. "Je comprends que tu sois en colère contre elle, mais peut-être que tu ne devrais pas te braquer contre Harris. Il n'était pas au courant non plus et il ne doit pas savoir comment réagir..."

Il s'arrêta là. Pour lui, Harris était tout simplement sous le choc et ne savait que faire de l'élève qu'il avait en face de lui, aussi se contentait-il de faire l'autruche et de la considérer comme une élève, justement. Mais Swann ne faisait pas mieux en se réfugiant derrière sa colère butée. Aaron espérait que cet état d'esprit lui passe, qu'elle ne condamne pas son père trop rapidement et ne passe pas à côté de quelque chose juste parce qu'elle était bornée. Swann pouvait lui donner tous les conseils du monde sur les réseaux professionnels, il pouvait lui aussi distiller quelques avis à propos de gestion de crise. Mais Swann n'était pas encore en état de les entendre.

Il allait se réfugier dans un silence prudent pour ne pas l'énerver davantage quand elle s'excusa spontanément. Attendrit par sa bonne volontée, il répondit à la caresse de sa main.

"Il n'y a pas de mal, je comprends."

Swann lui avoua ensuite qu'elle redoutait cette histoire avec Ulrich. Ah, Keller. Aaron n'avait jamais apprécié le Préfet-en-Chef qu'il avait toujours trouvé d'une fadeur sans nom. Toujours propre sur lui, toujours aimable mais jamais réellement sociable, il lui semblait être l'incarnation parfaite du lèche-botte, chose qui ne collait pas du tout avec les amitiés qu'il se choisissait: des sorciers prônant la pureté du Sang. Aaron avait toujours pris Ulrich pour un imbécile qui refusait de renoncer à ses idéaux mais était en même temps dévoré par l'ambition et essayait donc de faire passer la pilule pour ne pas sacrifier sa carrière.
Mais il s'était apparemment trompé. Car Swann n'était pas la seule à lui avoir raconté le caractère violent de Keller. Darren en avait fait les frais, au même moment, mais Jeremy lui avait aussi raconté la violence avec laquelle il traitait son jeune frère. Jeune frère qui prônait pourtant les mêmes idéaux que son aîné, et que celui-ci aurait donc dû protéger, encourager, admirer. Oui, il y avait définitivement quelque chose qui clochait chez les Préfet-en-Chef. Aaron ne savait pas quoi, mais espérait que le professeur Adamson tirerait cela au clair.

"Il n'y a pas de raison qu'Adamson ne te croie pas, tu n'es pas le seul témoin dans l'histoire. Si elle parle à Darren et Jeremy, et même si elle voit à quel point Ahren déteste et craint son frère, elle comprendra toute seule."

Du moins, l'espérait-il. Mais le soucis, c'était qu'il n'y avait peut-être pas grand chose à comprendre. Ulrich était peut-être seulement un gamin de plus traumatisé par la guerre, traumatisme qui s'exprimait par une tendance à la violence quand il s'énervait trop. A moins qu'il ne soit carrément schyzophrène, la directrice des Serpentard ne pourrait pas faire grand-chose. Mais il ne voulait pas inquiéter Swann. Il allait lui demander comment il se comportait avec elle pendant les rondes, si elle ne pouvait pas inviter un autre Préfet à se joindre à eux, quand des éclats de voix bien connues attirèrent leur attention.

Aaron leva les yeux vers Darren et Natasha qui se disputaient vivement. Celle-ci arracha un collier de son cou avant de hurler au visage du Serpentard. L'esprit d'Aaron avait peine à réaliser ce qu'elle hurlait à travers tout le restaurant. Lorgan, enceinte de Darren? Et puis quoi encore? Darren sortait avec Natasha, Darren aimait sincèrement Natasha. Aaron en était certain, parce que c'était l'une des rares choses dont Darren ne parlait pas. Mais Darren était un con, un macho, un imbécile. Qui avait trompé sa copine avec Lorgan et qui, encore plus stupide, annonçait à ladite copine qu'il allait être père. Stupide, oui.

Mais ce que Darren avait fait restait encore pardonnable. Certes, tromper sa copine, ça ne se faisait pas, les filles n'aimaient généralement ce genre de choses (pas plus que les garçons, mais c'était un autre débat). Que Lorgan tombe enceinte, c'était une chose qui pouvait arriver et le jeune homme avait adopté le meilleur comportement dans cette situation en étant honnête avec sa petite amie dès le début, au lieu d'attendre la naissance du gamin. Bon, le faire au milieu d'un restaurant était stupide, mais on ne pouvait pas demander à Darren de faire dans la finesse. Il savait probablement à quoi il s'exposait en révélant tout cela à NAtasha et la colère de cette dernière était parfaitement légitime. Du point de vue d'Aaron, la tournure des évènements, si elle était désolante, n'avait rien de surprenant.

Il n'était donc pas en colère comme Swann, justement profondément atterré par les actes de Darren. Et cela aurait pu en rester là si ce dernier n'avait pas franchi toutes les limites de l'acceptable. Il commença par s'indigner du fait que le collier était cassé. Juste une manière de détourner la conversation. Puis il pris la défense de Kelsey. Encore compréhensible. Natasha n'aurait pas du s'énerver contre Kelsey, après tout elle avait juste profité de la faiblesse de Darren. Darren méritait de prendre sa rage en pleine face, mais Lorgan n'était même pas là pour se défendre. Et, summum de l'effort, il finit par dire qu'il n'avait pas le droit, c'était tellement pour O'Connor, de reconnaître ses torts. Phrase après phrase, Aaron arrivait ainsi à garder son calme, à ne pas condamner Darren. Il le sentait impardonnable, mais ce n'était pas son histoire, et il regardait tout cela avec la commisération du spectateur en pleine désapprobation.

Jusqu'à la gifle. Jusqu'aux dernières paroles autoritaires.

"Car je t'ai choisis entre toutes pour devenir un jour ma femme! La mère de mes enfants! On ne quitte pas le grand Darren o'Connor! Tu m'entends?"

"Oh putain" souffla Aaron, sidéré. Il se leva promptement, prêt à retenir la seconde main de Darren, mais Swann fut plus rapide. Elle était déjà à mi-chemin de la table du couple, baguette sortie. Aaron bondit à son tour pour l'empêcher de faire une bêtise. Il l'attrapa par la taille d'une main et la força à baisser le bras de l'autre.

"Non, Swann, ne fais pas ça, ça ne fera qu'empirer les choses."

De peur qu'elle ne l'écoute pas, il lui arracha carrément sa baguette et la jeta vers leur table.

"Il faut les séparer avant que ça ne dégénère. Je m'occupe de Darren, je te laisse Natasha. D'accord? Elle en aura besoin."

Avant de partir à l'entente de nouveaux cris, il l'embrassa rapidement. Il était désolé que leur journée soit gâchée par leurs amis respectifs, mais c'était fait. Swann allait naturellement vouloir trouver son amie pour s'assurer qu'elle n'allait pas trop mal, et Natasha aurait besoin d'elle. Quant à lui, il avait quelques trucs à expliquer à Darren sur sa façon d'agir.

En repassant devant elle quelques minutes plus tard à la suite de Darren, il lui murmura:

"On se retrouve après, je t'aime."

Parce qu'au moins eux, leur couple allait bien.

[HRP: Darren et Nat, je vous laisse déterminer la façon dont Aaron vous sépare, ou tout simplement dire qu'il part et qu'Aaron le suit.]

[RP Terminé]


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Entre rugby et commérages...[Aaron & Swann]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les commérages des commères [Evy]
» Zone de commérages
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-