AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La cuite de l'année [ouvert à tout le monde sauf Cassandre]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1020

Voir le profil de l'utilisateur
01 janvier 2007
00h00

5...
4...
3...
2...
1...

BONNE ANNEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!


La fête battait son plein dans la baraque 386 du quartier ouvrier de la cité Nimbus de Sheffield. Les nombreux invités d'Irving Whitaker, composés d'élèves de Poudlard, étaient déjà fortement imbibés par le Whisky Pur Feu et par une forte envie de s'amuser. Et Jeremy n'était pas le dernier d'entre eux... Lorsque le décompte prit fin, le jeune homme fit exploser le bouchon d'une bouteille de champagne tandis que les bises et les exclamations pleuvaient autour de lui. Tout en servant les verres qui se présentaient, ou plus exactement en reversant de l'alcool partout, Jeremy souhaita bonne année à ses amis. Un baiser pour Georgiana, un ébouriffage de frisettes pour Irving, une tape virile pour Killian, une tape toute aussi virile et un salut étrange avec Danny, un câlin pour Juliet, un autre pour Olivia, un troisième pour Nora, une bise pour Artémis et un "bonne année, bonne santé" pour les ceux qu'il connaissait moins...

Ensuite, il fallut boire le champagne, faire une bataille de confettis, boire de la biéraubeurre, danser comme des fous sur les musiques à la mode, boire du Whisky Pur Feu, écouter les Dark Boursouf qui se produisaient pour la première fois en public, boire des cocktails en vantant les talents musicaux de leurs amis (et surtout la voix de rockeuse sexy de Juliet), et puis bien évidemment trinquer à l'arrivée d'une nouvelle année. 2007 serait à n'en pas douter une année exceptionnelle, emplie d'évènements passionnants tels que des mariages glamours, des extinctions d'animaux à cause de l'activité destructrice des moldus ou encore que l'élection de nouveaux chefs d'Etat.

Oui, Jeremy était plus qu'heureux d'en finir avec 2006... Entre deux verres de rhum, le jeune homme s'isola un moment à l'extérieur, savourant la fraîcheur de l'hiver et s’octroyant quelques minutes d'introspection et d'auto-apitoiement. L'année avait pourtant été particulièrement belle sur un certain nombre d'aspects. Elle avait vu la naissance de belles amitiés et d'une romance bien partie pour durer, ainsi qu'un formidable voyage en Laponie et quelques belles victoires de Quidditch. Pourtant, depuis quelques jours, les pensées de Jeremy étaient teintées d'amertume.

La fête de Noël chez les Baker avait été...mouvementée, c'était le moins qu'on puisse dire. Le grand dîner traditionnel avec les cousins, qui était d'ordinaire tranquille et joyeux, avait commencé par de petites piques sibyllines entre les adultes et avait très vite dégénéré en véritable règlement de comptes. Sous les yeux ébahis de Jeremy et Taylor, leurs parents s'étaient mis à se balancer vacheries et vaisselle à la figure tandis que leur oncle en rajoutait une couche et que leurs grands-parents riaient sous cape. Après s'être réfugiés dans la chambre de Jeremy, les jeunes avaient écouté les explications du cousin Gaétan qui, comme d'habitude, savait tout sur tout. A en croire son cousin, le couple brinquebalant que formaient les parents de Jeremy semblait sur le point d'imploser. Rien de bien neuf, avait rétorqué Taylor, à juste titre... Seulement voilà, cette fois-ci, les choses étaient plus graves : d'après les rumeurs familiales, madame Baker aurait prit un amant, un parent d'élève de Poudlard...

Jeremy n'en avait rien cru, jusqu'à ce que sa mère elle-même lui laisse sous-entendre que c'était vrai. Étonnamment, Jeremy n'avait pas été aussi touché que ce qu'il aurait pensé par la perspective d'un divorce entre ses parents. Ses parents leur jouaient ce couplet depuis si longtemps que son frère et lui avaient presque hâte que les choses changent... Mais il ne pouvait s'empêcher d'être monumentalement en colère contre sa mère, cette hypocrite qui avait reproché pendant des années à son père son comportement de séducteur, tout ça pour finir par le tromper. Cela dit, en ce soir de réveillon, Jeremy n'éprouvait pas plus de sympathie pour son père. Lorsqu'il lui avait parlé de ses projets d'entrer à Bristol pour étudier les métamorphoses, Gregory Baker n'avait rien trouvé de mieux à faire que de lui reprocher son abandon du Quidditch. Alors que Jeremy s'attendait à ce qu'on le félicite pour les deux Optimal qu'il avait obtenu en arithmancie et en potion (ce qui était une première pour lui), il n'avait récolté que du mécontentement parce que "tu n'as même pas été repéré par Griffit !".

Particulièrement remonté contre sa famille, Jeremy était donc boudeur. La perspective de faire la fête pour le nouvel an était donc plus que bienvenue, et il s'était jeté à coeur perdu dans les festivités. Il avait besoin de s'amuser, d'oublier ces derniers mois riches en émotions diverses, de danser, de manger et de boire plus que de raison... Comme il n'était pas le seul de ses amis à vouloir oublier certaines choses dans l'alcool et les amusements, la soirée s'annonçait plutôt mouvementée. Lorsqu'il sentit que l'auto-apitoiement était sur le point d'avoir raison de sa bonne humeur, Jeremy décida de retourner se mettre au chaud.

*C'est moi ou la Terre tourne trop vite ?...*, songea-t-il en jetant un dernier regard à la rue plongée dans l'obscurité. Avançant d'un pas peu stable, il finit par rejoindre l'intérieur. Après avoir attrapé une énième bouteille de bière, le jeune homme arpenta la maison à la recherche de ses amis. Avisant Juliet, il passa un bras autour des épaules de son amie et s'exclama :

"Aaaah voilà la plus belle ! Enfin euh, la deuxième plus belle", se rattrapa-t-il en vérifiant que Georgiana n'était pas dans le coin. "Héééé Samaël ! Viens là mon pote !"

Il attrapa le pauvre Poufsouffle qui n'avait rien demandé de son bras libre et entraîna ses deux amis dans un coin du salon.

"Wouhouuu ! Trop cool ! Woh, j'crois que j'ai un peuuuu picolé. Eh, j'ai une super idée ! Venez on fait un jeu ! HE VENEZ LES GENS, ON FAIT UN JEU !"

Puis il s'assit à même le sol, un sourire béas aux lèvres, tout en songeant que le lendemain serait quand même cruellement dur...


Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Irving sortit de la salle de bain de l’étage avec un sourire niais imprimé sur ses lèvres. C’était officiel : Il était complètement bourré. Il savait que lorsqu’il se mettait à parler à son reflet dans le miroir, il avait généralement atteint un état avancé d’alcoolisation mais il pouvait encore sauver les apparences en évitant de se rouler par terre.
Butant contre un pied de la commode du couloir, le gryffondor manqua de tomber et se raccrocha in extremis à la rambarde qui surplombait le salon. En bas, la musique jouait fort et la fête battait son plein. Irving bloqua d’ailleurs quelques minutes secondes, la bouche entrouverte, pour observer ce spectacle. Tous ses copains (-et les copains de ses copains-) étaient là pour passer ce moment avec lui. Même Jared et Josef, ses amis d’enfance, étaient revenus de France, pour fêter le passage à la nouvelle année à la cité Nimbus. Irving devait avouer que cela lui faisait un bien immense de se retrouver au milieu de tous ses potes. Il en avait particulièrement besoin en ce moment, tant les nouvelles de St-Mangouste n’étaient pas bonnes. Il avait même failli tout annuler en apprenant que les médecins interrompaient momentanément le traitement de son père car il était trop faible mais Vivianne avait insisté pour que la fête soit maintenue. Finalement, Irving ne pouvait que s’en féliciter et il ressentait un immense sentiment de gratitude envers tous ses amis. En effet, ce soir, il aimait tout le monde et il avait envie de le clamer haut et fort. Il regretterait probablement ce qu’il allait faire dès que l’alcool se serait estompé mais pour le moment, c’était le cadet de ses soucis.
Avisant Artémis qui montait à l’étage pour manifestement se rendre aux toilettes, Irving l’intercepta sur la dernière marche:

« Artémiiiiiis, Merci d’être là, lança-t-il en la serrant dans ses bras comme s’ils étaient des amis de longue date, Je suis trop content que tu sois venue, poursuivit-il en parlant à quelques centimètres de son visage, Merci d’avoir appris la valse à Danny, depuis il arrête pas de m’parler toi ! J’l’ai pas vu comme ça depuis Sophie. Il est trop heureux et c’est grâce à toi, t’es vraiment géniale, souffla-t-il avec un large sourire benêt. Il fit claquer un baiser sonore sur la joue de la jeune fille avant d’indiquer la porte des toilettes du doigt, Tu voulais p’t-être allé pisser là ? ajouta-t-il en passant du sombral à l’hippogriffe, Y a plus de papier toilettes, j’ai mi des mouchoirs à la place… » conclut -il en descendant les marches, tout en s’efforçant de ne pas tituber. Bien sûr, il était persuadé de faire illusion mais c’était loin d’être le cas puisqu’il manqua de faire tomber plusieurs photos de famille qui étaient accrochées dans la montée d’escalier.

Lorsqu’il arriva au pied des marches il posa ses bras sur les épaules de Juliet et Donald qui étaient côte à côte puis il se mit à sautiller sur place en criant :

« Dark Boursouf ! Dark Boursouf ! Dark Boursouf ! »

Oubliant littéralement qu’il s’était promis de ne jamais chanter en public, il se mit à entonner la composition que le groupe avait fait découvrir aux autres convives un peu plus tôt dans la soirée ( lorsqu’Irving était encore capable d’enchainer trois accords sur sa guitare) :

« A Poudlard on s’ennuie,
Vous voyez Silverster ?
On peut pas rire avec lui,
Il vous colle à tout heuuure ! »


Un grand « Yeeeaaah» , qui se voulait rock n’roll mais qui ne l’était vraiment pas, ponctua cette phrase tandis qu’il s’éloignait en direction de la cuisine pour se faire un nouveau shooters de Whisky Pur-feu. Il trinqua d’ailleurs avec Samaël Smith –ce type était vraiment trop cool quant il était pas métamorphosé en canard- puis il revint dans le salon, une bouteille de bièraubeurre dans une main et un toast au pâté de « quelque-chose de bon » dans l’autre. Il balaya la pièce du regard et découvrit Jared Moses, installé sur le canapé, en grande conversation avec Nora.

Jared avait toujours eut un faible pour la Poufsouffle lorsqu’il était encore à Poudlard et le jeune homme tentait visiblement sa chance avec elle ce soir, à en juger par les regards charmeurs qu’il lui lançait depuis le début de la fête. S’était logique après tout, Nora était vraiment somptueuse ce soir. Irving aurait bien aimé être à la place de son copain mais il s’était résigné depuis le match entre Gryffondor et Serpentard et il n’envisageait plus qu’une relation platonique avec son amie. Aussi, lorsqu’il vint s’asseoir entre les deux protagonistes sur le canapé, il leur décrocha, à chacun, un large sourire sincère. Il posa une main sur leur genoux respectifs avant de déclarer, sans subtilité aucune :

« Jared, Nora, ça serait vraiment trop cool que vous finissiez ensemble. Vous feriez un super couple… Bien assorti et tout…»

Sans qu’il ne sache trop pourquoi, les larmes lui montèrent aux yeux et il se mit à renifler bruyamment :

« Ouai, ça serait vraiment génial… clama-t-il sans parvenir à retenir un sanglot.

Bordel de Troll. Il n’allait quand même pas se mettre à chialer et gâcher la soirée ! Une larme roula sur sa joue et il l’essuya sur son épaule avant de renifler bruyamment :

« Putain on dirait pas comme ça mais j’uis vraiment heureux! » tenta-t-il avec un sourire qui s’apparentait davantage à une grimace. Fort heureusement, un événement salutaire vint interrompre ce bref moment hautement pathétique :

« 10
9
8
7


« C’est le décompte ! s’exclama-t-il subitement, les yeux brillants, oubliant instantanément sa petite baisse de moral.

Il monta debout sur le canapé et se joignit aux autres pour hurler un tonitruant « BONNE ANNEE ! »

Le reste de la soirée fut assez floue. Irving se souvenait juste que la première personne qu’il avait embrassée en 2007 était Nora. Il avait d’ailleurs longuement profité de cette étreinte avant d’aller bécoter tous les autres. Ensuite, il avait soufflé dans une langue de belle-mère pendant ce qui lui semblait être quelques minutes, mais qui était en vérité plus d’une heure, et enfin, il avait dansé, bu, chanté, dansé, bu, vomi, dansé, bu.

Après plusieurs heures de débauche, Irving pogotait toujours sur du bon gros rock moldu en compagnie de quelques autres convives aussi imbibés que lui. Tandis qu’Irving faisait tourner son tee-shirt au dessus de sa tête et qu’il se retrouvait torse nu (ne lui demander pas pourquoi, il ne le sait même pas lui-même) Jeremy traversa le salon pour rejoindre Juliet et Samaël dans un coin. Les trois septièmes années s’assirent au sol pour manifestement jouer à quelque chose et le Gryffondor ne résista pas à l’envie soudaine de leur sauter dessus (oui, l’alcool donne vraiment des idées bizarres.) Il prit donc tout son élan pour tenter un magnifique saut de l'ange mais se vautra finalement comme une pauvre bouse sur Jeremy. La tête contre les pieds de Juliet et les chaussettes collées sur le nez de Jerem’, Irving était néanmoins le plus heureux des hommes. Il éclata de rire en se redressant et s’installa entre Samaël et la chanteuse charismatique des Dark Boursouf.

« Vous jouez à quoi ? demanda-t-il en attrapant une bièraubeurre qui avait roulé sous le canapé. Il la décapsula avec ses dents et cracha la capsule en direction de Jared qui était toujours occupé à draguer Nora : « Oh les tourteraux ! Vous venez jouer ? »

Comment ça Irving tentait une diversion pour séparer Nora et Jared… mais pas du tout ! Il voulait juste jouer avec toooous ses copains ! D’ailleurs McWilde devait venir lui aussi :

« Hé Donald ! Viens on va rigoler ! » Héla-t-il avant de boire une nouvelle gorgée de liquide.








(Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait totalement fortuite. )


Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1983

Voir le profil de l'utilisateur
« BONNE ANNEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !! » hurla Juliet, sa voix se mêlant à celle de ses camarades/amis/connaissances/personnes qu’elle venait de rencontrer et qu’elle considérait déjà comme des amis de très longue date.

Sautillant sur place, la jeune femme bondit sur Olivia pour l’embrasser sur la joue, fit de même avec Jeremy, Samaël, Irving… Embrassa Killian, et puis souhaita la bonne année à une tonne de gens qu’elle connaissait plus – ou moins – à grand renfort de sourire.

La fête battait son plein depuis quelques heures dans la maison du quartier ouvrier de la cité Nimbus. En effet, Irving avait organisé une fête où plusieurs de ses camarades – et d’autres que Juliet ne connaissait pas au début de la soirée – s’étaient retrouver afin de fêter le passage à l’an 2007. Quoique… Si le compte à rebours n’avait pas eu lieu, la jeune femme ne se serait probablement pas souvenue qu’elle était là pour ça, vu comme elle était – légèrement, énormément – imbibée. Adressant un sourire à Danny, elle prit part aux festivités, enchaînant bataille de confettis, première production des Dark Boursouf, séance de danse – qui ne ressemblait à rien – sur la piste improvisée… Tout cela entrecoupé par des besoins vitaux : boire du champagne, boire de la bièraubeurre, boire du Whisky, boire des cocktails… Bref, des besoins vitaux qui se résumaient très facilement en un mot : boire.

Attrapant un verre de whisky qu’on lui tendait, la Gryffondor le vida d’une traite, et après l’avoir reposé sur ce qu’elle supposait être une table – à moins que ce ne soit un lavabo – elle regarda à droite et à gauche, cherchant ses amis. Ou plutôt, cherchant un peu de compagnie, sachant que passé une certaine heures, tous les invités étaient devenus ses amis.

Avisant Olivia, elle avança vers elle, un immense sourire aux lèvres.

« Héééé Ollie ! T’sais que j’t’aime beaucoup hein ? J’vous aime tous beaucoup hein ! » lança-t-elle à la cantonade.

Après ce passage, la suite lui sembla beaucoup plus floue. Elle se souvenait avoir ingurgité quelques – ou plusieurs ? – verres d’alcools en plus, qu’on l’avait complimenté sur sa voix, elle avait beaucoup dansé, aussi. Et puis s’était retrouvée affalée aux côtés de Samaël, où elle était en ce moment même, une cigarette moldue dans la bouche, les yeux très – trop – brillants, les joues rougies, le sourire plaqué sur le visage.

« Hé, Sammy… » commença-t-elle, avant d’être interrompue par Jeremy qui l’attrapa par les épaules.

« Jeremyyyyyyyy, le plus be… Euh ouais, le deuxième plus beaaau ! » répondit-elle avant de se laisser entraîner dans un coin du salon par son meilleur ami et Samaël.

Le gardien proposa alors de faire un jeu, allant même jusqu’à l’hurler, afin de rameuter le plus de monde possible. Approuvant son idée, elle se joignit à lui, jusqu’à ce qu’Irving leur saute dessus, écrasant copieusement Jeremy. Eclatant de rire, la jeune femme ébouriffa ses cheveux.

« Irviiiiiiing ! J’crois qu’t’as un peu picolé aussi… » commenta-t-elle, en attrapant à nouveau des verres qui passaient près d’elle pour en fourrer un dans les mains de son ami avant de commencer à vider le sien. Ça sert à ça, les amis.

« Ooooh je sais à quoi on joue ! » s’exclama-t-elle alors qu’elle n’avait encore pas la moindre idée.

Elle y réfléchit un instant, et fut subitement frappée par une illumination – façon de parler.

« Ah ouais, j’connais un jeu, mais putain, je sais plus comment il s’appelle… » elle jeta un coup d’œil à Killian avant de poursuivre : « T’sais Killian, le jeu où tu dois dire un truc que tu n’as pas fait et ceux qu’ils ont fait boivent… »

Elle ferma les yeux avant de les rouvrir et de déclarer :

« Aaaah bah ouais, voilà, le « Je n’ai jamais… » ! Venez les gens, on fait ça, ça va être drôle. »

Avalant une autre gorgée du liquide, elle promena un regard sur l’assemblée. Elle était persuadée que c’était une bonne idée. Bonne idée… ? Encore fallait-il le prouver.



Avatar par classwhore
Donald McWildeCinquième annéeavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
C'était fou comme le monde changeait quand il était flou. Et le plus formidable, c'est qu'il y avait deux fois plus de monde qu'au début de la fête, mais pourtant, aucun nouveau visage. L'explication ? Donald avait bu, pour la première fois de sa vie. Il le savait, même si son esprit embrumé était incapable d'aligner deux pensées cohérentes. Mais cette fois, ce n'était pas la même chose : il n'avait pas trempé le bout du petit doigt dans le verre à pied de son oncle. Non, il avait bu véritablement, au goulot de la bouteille, d'un geste dur et viril. Personne ne s'était rendu compte qu'il faisait partie des plus jeunes de la fête, qu'il n'avait que treize ans, qu'il n'avait jamais bu d'alcool de sa vie. Ni qu'il ne tenait pas l'alcool. Deux filles absolument identiques s'approchèrent de lui. Fait étrange : plus elles s'approchaient, plus elles devenaient une. Donald crut entendre : « Ça va ? » Il eut un rire qui ressemblait à un bêlement. « Ça va très bien ! » La créature le laissa planté là. Soudain, Donald vécut le moment le plus étrange de toute sa vie : le sol tanguait. Paniqué, il posa ses deux mains par terre et se mit à crier :

« Tous aux abris, un tremblement de terre ! »

Curieusement, personne ne l'écouta. Sentant une fatigue indescriptible l'écraser de tout son poids, le jeune garçon chancela et vint s'appuyer sur la chambranle de la porte. Cet instant de répit lui remit les idées en place. Où était-il ? Dans le salon d'Irving Whitaker. Quel jour était-on ? Le 31 Décembre, le dernier jour de l'année, presque le premier. Qui était-il ? Donald Gontrand Adhémar McWilde, premier du nom. Quand Irving l'avait invité à son réveillon, Donald avait explosé de joie. Un peu parce que c'était la première fois qu'on l'invitait à une fête (ou à quoi que ce soit), beaucoup parce que ça voulait peut-être dire qu'Irving était son ami. Donald était content qu'Irving soit son ami. C'était vraiment quelqu'un de chouette, Irving. La quantité de gens présente ce soir-là en était la preuve. Donald buta contre une armoire à glace ; solidarité entre canards, il s'excusa auprès de Samaël Smith. Continuant sa traversée, il se mit à rire comme un dément. Puis il se retrouva une dizaine de mètres plus loin, sans qu'il sut comment il était arrivé là. Il avait l'impression que deux secondes s'étaient écoulées depuis le « tremblement de terre », et une heure aussi. Puis il se retrouva à faire du strip-tease sur une table. Une fille s'évanouit. On dirait plus tard que c'était à cause de l'alcool, mais Donald proclamerait haut et fort que c'était parce qu'elle l'avait vu torse-nu. Peut-être n'avait-il pas tort, mais pas dans le sens où il l'entendait.

Encore plus tard, il se retrouva à côté de Juliet, sans savoir le pourquoi du comment. Il fit un sourire béat à la jeune femme qui s'était dépassée durant leur première prestation. Dark Boursouf. Donald en avait encore des étoiles dans les yeux : lui arrivant en avance, trainant sa batterie, le début de la chanson, les invités battant des mains, leur tube entonné encore et encore... Il s'en souviendrait toute sa vie, même si la suite du concert avait été on ne peut plus floue. C'était leur premier succès. Comme si Irving avait entendu les pensées du jeunes garçon, le sixième année, passablement éméché, vint s'appuyer sur leurs épaules (même si cela faisait une sacrée différence de hauteur) en scandant le nom de leur groupe. Malgré sa bouche pâteuse et son mal de tête lancinant, Donald ne s'était jamais senti aussi bien. À sa place. Il était mieux ici que lors de son Noël en famille, assez décevant (qui aimerait recevoir un dictionnaire comme cadeau de Noël ?) Il entonna à la suite du guitariste :

« Quand je vois Dérébusor... »

Il fut coupé par une présence des plus gênantes : son estomac. D'une main molle, il attrapa un chapeau sur la tête d'un invité et vomit tripes et boyaux dedans. Il se sentait drôlement mieux quand il rendit le chapeau-récipient à son propriétaire. Le compte à rebours avait commencé.

10 !
9 !
8 !
7 !


Fou de joie, Donald s'arrachait la gorge en cœur :

« Dix ! Neuf ! Sept ! Onze ! Six ! Quatre-vingt seize virgule quarante neuf ! »

Quelqu'un, sûrement l'ami d'un ami d'une amie d'un ami d'Irving, calma son euphorie :

« Tu ne sais même pas compter... Que tu es bête ! »
« C'est ce qu'on me dit souvent, j'ai fini par le croire ! » rit Donald.

6 !
5 !
4 !
3 !
2 !
1 !


« JOYEUSES PÂÂÂÂQUES ! » hurla Donald qui n'avait plus les idées très claires. Personne ne lui fit remarquer qu'il avait un léger décalage car tous étaient occupés à se serrer dans les bras. Donald en profita pour embrasser le plus de gens possible – le contact ne lui était pas souvent permis –, filles, garçons, mutants, boursoufs, yétis et hippogriffes dégénérés. Il lécha la joue de Jeremy Baker, serra à en étouffer cette superbe vipère d'Olivia Fowler, bécota la joue de Juliet, serra la main de Samaël sans cracher dedans avant, embrassa une fille qu'il ne connaissait pas en pleine bouche, se prit une baffe. Plus tard, Donald dirait qu'il se rappelait chaque instant du reste de la nuit ; la vérité, c'est qu'il n'en avait aucun souvenir. Rien, le vide total. C'est seulement bien plus tard qu'Irving le héla. Le petit garçon hésita un quart de seconde. Se joindre à un groupe de septième année ? En était-il capable ? L'accepteraient-ils comme Irving l'acceptait ? Il les rejoignit quand même, et s'installa à côté d'un dénommé Jared en disant à Irving :

« Merci de m'avoir invité, ton réveillon est génial ! »

Juliet proposa de jouer à « Je n'ai jamais... ». Donald, un peu engourdi, s'exclama :

« Cool ! »

Après un court instant d'intense réflexion, il se reprit :

« Euh, c'est quoi ? »

Certes, on allait se moquer de lui. Mais comment pouvait-il savoir qu'il allait picoler encore plus ? C'était la première fois qu'on l'invitait à ce genre de fête.
Clara GuipureSeptième annéeavatar
Messages : 233

Voir le profil de l'utilisateur
Cette fête était tout simplement ho-rrible, décréta intérieurement Clara avec un ton qui aurait fait pâlir Anastasie et Javotte Cassandre Harper et Cécilya Richardson de jalousie. Elle ne savait d'ailleurs pas trop comment elle y avait atterri. Oh, c'était peut-être Ashley, le copain de James, qui les avait tous invités, alors qu'elle ne savait pas trop si lui-même pouvait y aller, mais James avait dit oui alors elle aussi... A l'époque où ils étaient amis. Depuis leur dispute, elle trouvait à peu près tout ho-rrible. C'était horrible de mettre les pieds dans la Grande Salle alors qu'elle le voyait, assis à la table des Poufsouffle, saluer gaiement Amely et Emma; horrible de faire le voyage avec lui dans le Poudlard Express, d'essayer de plaisanter pour apaiser la situation et de ne pas le voir réagir; horrible de voir le cadeau de Noël qu'elle lui avait fait rester sur son lit car elle n'avait pas osé l'envoyer.

Une fois n'était pas coutume, sa mère avait remarqué que quelque chose tracassait sa fille. Clara lui avait raconté l'histoire - enfin, sa version de l'histoire. James avait été vexé que Clara lui offre une robe Guipure qu'il avait pris pour une robe de femme alors que c'était une coupe d'homme spécialement faite pour être assortie à celle de Clara. Et depuis, malgré toutes ses tentatives d'explications et d'excuses, il ne lui parlait plus. Mrs Guipure, outrée de ce manque d'éducation, avait conseillé à sa fille d'oublier ce goujat et l'avait encouragée à se rendre à la soirée du nouvel an à la cité Nimbus pour se changer les idées. C'était son frère, Elijah, qui l'avait emmenée par transplanage d'escorte, après que Clara eu été inspectée sous tous les angles par sa mère et que celle-ci l'eu déclarée "magnifiquement présentable". Elijah l'avait laissée après moult recommandations: tiens-toi correctement, reste loin des garçons, ne bois pas, ça perverti les jeunes filles. Elle avait fait sa petite fille gentille et dit oui à tout. De toute façon, ce n'était pas difficile. Elle se tenait toujours correctement, il n'y aurait aucun garçon qu'elle voudrait approcher, et boire, quelle idée!

Il lui suffisait de regarder l'état des convives pour savoir qu'elle avait parfaitement raison d'éviter l'alcool. La plupart titubaient pitoyablement en racontent des choses bizarres, certains transformaient leurs vêtements en torchons, quand ils ne vomissaient pas dessus, et d'autres faisaient d'étranges déclarations aux accents de sincérité effrayant. Il ne manqueraient plus qu'elle se mette à révéler toutes les bêtises qu'elle avait dite! Cette situation fit prendre à Clara sa première bonne résolution pour 2007: ne jamais boire un verre. Résolution qui ne tint pas cinq minutes une fois les coups de minuits passés.

En effet, venir n'avait pas été une bonne idée. Elle n'était pas à sa place chez Irving. Tout le monde buvait et riait, titubait, vomissait. Clara n'osait penser à ce qu'on dirait sur elle si elle osait se comporter de la sorte et tâcher sa robe! Pourtant, ce n'était pas l'envie de faire comme eux qui manquait! Elle étouffait, à devoir tenir son rôle de fille aimable, souriante, tirée à quatre épingle, à devoir faire plaisir à sa mère, son frère, et à faire semblant d'ignorer le malaise qui la suivait depuis que James ne lui parlait plus. Si elle s'était écoutée, elle aurait vidé toutes les bouteilles à elle toute seule.

Pourtant, imperceptiblement, elle s'était détendue depuis le début de la soirée. Elle avait adoré le tube des Dark Boursouf, les paroles sur les profs de Poudlard étant tellement véridique. Aussi, quand un Irving passablement éméché repris d'une voix éraillée l'un des couplets, elle fredonna avec lui les quelques notes. "A Poudlard on s'ennuie..." Mais Irving rigolait avec ses amis et Clara n'avait personne avec qui faire de même. Elle était restée dans son coin toute la soirée, ne cherchant même pas à savoir si Emma et Amely étaient venues. Et elle se recrispa.

Quand le compte à rebours commença, elle fit l'effort de paraître joyeuse et entonna le décompte avec tout le monde. "5, 4, 3, 2, 1... BONNE ANNEE!" dit-elle en levant son verre... qui fut renversée par un gamin de Gryffondor qui l'embrassa. Outrée, Clara lui donna un gifle retentissante.

"Non mais ça va pas la tête! Beurk, en plus tu pues!"

L'odeur de vomi qui se dégageait de la bouche de Donald McWilde n'était en effet pas des plus ragoutantes. S'éloignant précipitamment du malotru, Clara parti à la recherche d'une serviette et de quoi faire passer le goût. Mais de l'eau, elle n'en trouva point. Elle tomba plutôt sur une bouteille de Whisky Pur Feu à moitié vide. La considérant un instant avec circonspection, elle finit par hausser les épaules. C'était trop tentant. Les autres, bourrés, avaient l'air si heureux! Pourtant, elle savait que pas mal d'eux avaient des problèmes, écoutant les rumeurs de Poudlard. Il paraissait que Whitaker avait une autorisation spéciale pour quitter l'école, ce qui laissait supposer quelque chose de grave, que Baker avait perdu son grand-père, que Wilson avait des problèmes de famille, qu'Artémis Nott s'était faite humilier par Richardson, la pauvre. Et pourtant, ils semblaient tous s'amuser comme si de rien n'était. Elle les enviait.

Viens, viens, lui disait la bouteille. Commencer 2007 comme s'est fini 2006 n'est pas une option envisageable pour que l'année parte d'un bon pied. Bois-moi, au moins tu oublieras tout ce qui ne va pas. Et puis, qui pourrait te critiquer de boire un peu, ce soir? C'est la soirée où jamais! Tu prendras une potion anti-gueule de bois avant de rentrer chez toi demain, et ta famille ne remarquera rien. Parce qu'après tout, c'est de ça qu'il s'agit, n'est-ce pas? A trop vouloir être parfaite, tu vas passer pour la coincée de service. Je ne sais pas ce qui est le pire pour les autres, de voir la fille Guipure faire la fête comme tout le monde ou de finir par la confondre avec la Reine du Bal de Laponie et ses manières de mémé conservatrice?

Il n'y avait pas à hésiter!

"A ma nouvelle meilleure amie!" dit-elle très sérieusement à la bouteille avant d'en boire une longue gorgée.

Dix minutes et deux verres plus tard, elle se sentait beaucoup mieux. James? Bah, il ne savait pas ce qu'il ratait. Sa mère? Elle pouvait aller se faire voir. Son frère? Il avait sûrement fait pire! Et puis zut, elle avait envie de s'amuser. Elle remarqua justement un groupe qui se rassemblait dans un coin. Que des gens biens: Baker, Wilson, McWilde... bon, un peu jeune mais y'avait pire. D'ailleurs, l'un d'eux proposait de jouer à "Je n'ai jamais".

"Oh, je peux jouer?" demanda-t-elle, toute guillerette, en s'approchant du petit cercle. "On jouait à ça quand j'étais petite, avec des dragées surprises de Bertie Crochue. Mais ça doit être plus drôle avec de l'alcool!"

Véridique, pour une fois. Sauf qu'elle n'avait jamais dit la vérité dans ce jeu et qu'alcool ou non, elle ne commencerait pas ce soir. Enfin, elle l'espérait! Cela lui remit quelque peu les idées en place et, s'asseyant, elle posa son amie la bouteille devant elle, mais un peu loin quand même. Genre, on partage. Elle ferait semblant de boire, hein?

"Bon, qui commence? On tourne en cercle?"



Swing my heart across the line
In my face is flashing signs, seek it ouf and ye shall find
Oh, I feel so wrong, doing the right thing
Oh, I feel so right, doing the wrond thing
I could lie, couldn't I, couldn't I?
So no more counint dollars, we'll be counting stars
Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1975

Voir le profil de l'utilisateur
Nora jouait avec son verre, répondant par de brefs sourires aux blagues que lui racontait Jared, rosissant à ses compliments, et fuyant un peu son regard. Le jeune homme ne l’avait pas lâché de la soirée, ce garçon était plus collant que Danny Sneals en personne –ce qui n’était pas peu dire. Mais elle devait reconnaitre qu’il était également plus mignon, et puis ilétait gentil. Elle était bien consciente que Jared Moses était un jeune homme très agréable, et elle était vraiment flattée qu’il semble s’intéresser à elle –bien qu’elle ne sache pas s’il s’agissait d’un intérêt véritable ou s’il était lié au whisky pur feu- mais il lui manquait quelque chose. Ce n’était pas Irving.

« Tu veux faire un tour dehors ? » lui proposa-t-il avec un sourire absolument adorable.

C’était tentant. Très tentant. Mais elle avait un peu bu, et elle savait qu’elle n’était pas vraiment attirée par Jared. Elle l’aimait bien
parce qu’il était gentil, qu’il s’intéressait à elle et que c’était agréable, mais rien de plus. Elle ne voulait pas lui laisser de faux espoirs, or elle ne savait pas du tout ce qui pourrait se passer si elle le suivait à l’extérieur. Elle essaya de convaincre qu’il voulait peut-être juste prendre l’air, sans succès. Même elle n’était pas assez naïve pour se persuader que cette invitation était parfaitement innocente.

« On est bien là, répondit-elle maladroitement. Et puis il doit faire froid, et je…je n’ai pas pris de veste. »

Excuse absolument ridicule. Personne ne se promenait sans veste un 31 Décembre. Il allait penser qu’elle le prenait pour un idiot, ce qui n’était pas le cas.

« Je te prêterai la mienne. »

Nom d’un Poufsouffle, ce garçon était attentionné en plus d’être gentil, et drôle, et assez mignon. On ne pouvait pas repousser un garçon comme ça, c’était inhumain. Et puis elle n’en avait pas vraiment envie, de le repousser, finalement. Terriblement indécise, elle se contenta de sourire, de replacer une mèche de cheveux derrière son oreille, et de vider son verre. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’il y avait à l’intérieur, c’était Jared qui le lui avait servi après qu’ils aient partagé une bieraubeurre, mais le liquide lui brûla la gorge et n’avait pas vraiment de gout. Néanmoins, elle le sirota lentement, pour gagner du temps.

Elle fut finalement soulagée de voir Irving venir s’asseoir entre elle et Jared, voilà qui lui laisserait le temps de tergiverser quant à
sa réponse. Loin de l’aider, le Gryffondor ne fit que l’enfoncer d’avantage en déclarant soudainement qu’elle et son ami feraient un joli couple. *QUOI ?* Elle ne savait pas du tout comment traiter cette information. Cela voulait dire trop de choses. Premièrement, Irving était complètement bourré. Deuxièmement, Jared était peut-être vraiment intéressé par elle. Et Troisièmement, Irving ne l’était pas, puisqu’il jouait les entremetteurs. Elle s’était fait des idées. Elle aurait dû
s’en douter, Irving et elle étaient amis. Elle s’était trompée en croyant qu’il pouvait y avoir plus entre eux. Un peu (beaucoup) déçue, elle vida la fin de son verre. C’était vraiment infect, et ça avait l’air assez fort, tant mieux.

Le Gryffondor ne s’arrêta pas là puisqu’il se mit à sangloter en assurant qu’il était vraiment heureux. Hum…oui…Donc comme tous les gens heureux, il se mettait à pleurer, évidement. Nora commençait à se demander si tout ça se passait vraiment ou si ce qu’il y avait dans son verre n’était pas plus fort qu’elle ne le pensait.

« Irving, tu…ça va ? » demanda-t-elle finalement en lui caressant le dos.


Le jeune home n’eut jamais l’occasion de répondre à sa question car le décompte commença et il bondit aussitôt, débout sur le canapé. *Cinq* Jared se levait, faisait le tour du sofa pour venir se placer du coté de Nora. *Quatre* Elle échangea un sourire avec lui, avant de lever les yeux vers Irving, debout à côté d’elle. *Trois* Lequel elle voulait embrasser en premier ? *Deux* Elle reposa son verre sur la table basse. *Un* Elle sauta sur ses pieds pour se retrouver elle aussi debout sur le canapé.

« Bonne annééée ! » cria-t-elle à l’unisson avec tous les autres invités, sauf McWilde qui semblait s’être trompé de fête et qui leur souhaita à tous de joyeuses pâques. *Qui avait servi de l’alcool à un adolescent de douze ans ?*

Nora se tourna ver Irving et le serra dans ses bras dans une longue étreinte. Il n’y aurait peut-être que de l’amitié entre eux, mais il était son meilleur ami, c’était lui le plus important. Et ça le resterait toujours. Alors que le Gryffondor s’éloignait pour aller embrasser le reste des invités, Nora attrapa la main que Jared lui tendait pour l’aider à descendre du canapé. Une fois au sol, il ne lâcha pas sa main.

« Bonne année Nora » souffla-t-il.

Pourquoi il chuchotait alors que tout le monde hurlait ? Nora n’eut pas le temps de résoudre cet épineux mystère car le jeune homme se pencha vers elle pour poser ses lèvres sur les siennes. Et rien. Pas de feux d’artifices, de papillons, ou d’autres réactions plus ou moins réalistes ou originales que l’on trouvait dans tous les bouquins. Oh c’était très agréable, et elle répondit d’ailleurs à son baiser, mais ce n’était pas extraordinaire. C’était juste ça un premier baiser ? Pourquoi tout le monde en faisait toute une histoire alors ? Elle se sentit rougir à la seconde où ils se séparèrent et dévisagea un instant Jared sans rien dire.

« Bon anniver…euh…bonne année ! »lança-t-elle finalement avec un sourire maladroit auquel le jeune hommerépondit par un clin d’œil.

Il attrapa alors leurs deux verres vides sur la table et lui demanda si elle voulait boire quelque chose, elle accepta et il s’éloigna parmi la foule d’invités. Nora en profita pour souhaiter la bonne année à tout le monde, elle serra dans ses bras plus de monde qu’il n’y avait d’invités, Samaël eut droit à trois étreintes, Juliet à au moins cinq, et elle fit deux fois la
bise à Olivia Fowler, mais personne ne s’en rendit compte. Entre un bisou et un câlin elle essayait de faire un peu le clair dans sa tête. Elle avait embrassé Jared, bon, et ensuite ?

*Et si tu arrêtais de te prendre la tête ?* lui souffla une petite voix.

C’était une bonne solution. Jared retournait en France dans quelques jours, ils ne se verraient sans doute plus jamais après cette soirée, elle n’avait rien à perde. Tout le monde était là pour s’amuser, elle pouvait bien en profiter un peu. Ce n’était pas tous les jours que ça lui arrivait après tout. Elle reprit donc la direction du canapé où le jeune homme l’attendait et elle se ne dégagea pas quand il passa un bras autours de ses épaules. Elle accepta avec un sourire le verre qu’il lui tendait et ils trinquèrent à cette nouvelle année 2007. Elle n’avait aucune idée de comment elle devait se comporter mais tout se déroula le plus naturellement du monde. Ils se remirent à discuter, même si elle avait de plus en plus de mal à tenir des propos cohérents et qu’elle riait un peu trop à ses blagues, et sans trop qu’elle ne sache comment ils recommencèrent à s’embrasser. Ça, c’était toujours un peu bizarre. Elle n’arrivait pas à se débarrasser d’une étrange sensation de malaise. Ils furent interrompus au beau milieu d’une imitation plus ou moins brillante de l’accent français, que Nora avait eu l’occasion d’entendre beaucoup à la maison pendant les vacances puisque Paul ne quittait plus Amely, car Irving cracha une capsule de bierraubeurre dans leur direction. Le Gryffondor était assis en compagnie de Juliet, Jeremy, Donald, et quelques autres invités et les invita à jouer avec eux. Elle ne s’expliquait pas pourquoi mais elle était tout de même soulagée de pouvoir s’éloigner un peu de Jared, pourtant ils passaient un bon moment, mais
elle ne savait plus trop quoi penser et un jeu lui changerait les idées.

Elle se leva donc et, alors que Jared s’installait à coté de Donald et se décalait un peu pour lui laisser une place, elle se glissa entre Irving et Samaël. Ce n’était ni très gentil, ni très délicat, mais c’était mieux comme ça. Elle adressa un large sourire à toutes les joueurs et hocha la tête quand Juliet proposa de jouer à « Je n’ai jamais.. ». Elle y avait joué quelque fois dans son dortoir, avec Jane et Artémis mais ça promettait d’être bien plus drôle ce soir. Il fallait dire que de savoir qui n’avait jamais terminé l’Histoire de Poudlard n’avait rien d’excitant, sauf pour Jane. Clara Guipure se joignit à eux et demanda qui commençait.

« Je propose de laisser notre hôte démarrer la partie ! » lança-t-elle en se tournant vers Irving avec un grand sourire.

[Tapé depuis mon téléphone, j'avais trop envie, pardonnez les erreurs de mise en page]


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël ne savait pas vraiment pourquoi il était venu, sans doute parce que Juliet avait beaucoup insisté, peut-être aussi parce qu'il voulait voir autre chose que ses sœurs pour le nouvel an. Le réveillon en famille c'était cool mais cette année, il avait eu l'opportunité de voir autre chose, alors il aurait été bête de ne pas en profiter et puis il serait avec ses amis, Juliet, Jeremy. Et peut-être qu'il pourrait en profiter pour reparler à Olivia. Ils n'avaient pas vraiment eu l'occasion de se reparler depuis la dernière fois et Samaël était prêt à entamer une amitié avec la Gryffondor. Sa folie et sa bonne humeur lui manquait un peu.

Alors si au début, il s'était senti de trop au fil de la soirée et des verres, il avait réussi à trouver sa place, il avait bu avec Juliet, avait trinqué avec Irving, qui était décidément vraiment super cool (même lorsqu'il était complètement bourré), avait écouté le super tube des Dark Boursouf. Il avait même hurlé d'hystérie avec les autres lorsque le premier couplet avait été entonné. Signe indéniable que Samaël Smith n'était plus totalement sobre.

Avait alors commencé le décompte.

3
2
1


"BONNE ANNEE"

Le poufsouffle avait alors embrassé et serré dans ses bras toutes les personnes qui passaient devant lui, il avait donc dû étouffer Nora et Juliet plus d'une fois, faire un bisous baveux à Jeremy, secouer énergiquement la main du petit Donald, faire un gros câlin à Olivia et à Irving dans la même foulée. Il était heureux d'être là. Et la soirée avait continuée comme, elle avait commencé, Sam vit plusieurs verres disparaître au fur et à mesure qu'il les buvait. A un moment, il trouva un canapé et s'affala dessus, il fut bientôt rejoint par Juliet.

"Hey Ju' ! Comment tu vas ?"

La jeune fille n'eut pas le temps puisqu'ils furent rejoint par Jeremy qui les entraina dans un coin du salon où il s’installèrent, il proposa alors un jeu lorsque Irving leur sauta dessus. Samaël éclata de rire lorsqu'il vit les pieds du garçon sous le nez de Jeremy, alors que Juliet déclarait à quel jeu ils allaient jouer, Irving s'installa entre Juliet et lui. Ils furent alors rejoint pas Donald et Clara. Alors qu'il était décidé qu'on allait jouer au "je n'ai jamais..."

Samaël, déjà bien imbibé, se fit alors la réflexion qu'il n'allait peut-être pas voir la fin de la soirée, tandis que Nora s’installait entre Irving et lui.

"Hey Nora ma capitaine préférée !"

Il lui fit un gros bisous baveux sur la joue et passa son bras autour de ses épaules alors qu'elle suggérait qu'Irving lance le jeu.




Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
Artémis n'avait jamais bu avant cette soirée. Le lendemain, elle se dirait probablement qu'elle ne boirait plus jamais, mais si les conséquences n'étaient pas graves, il y avait fort à parier qu'elle recommencerait.

Arrivée en compagnie de Nora en début de soirée, elle avait tout d'abord été timide, ne sachant pas trop comment se comporter avec Danny, ni avec Irving, ni... bon, avec personne en fait, comme d'habitude. Mais dès que tout le monde était arrivé, quelqu'un lui avait tendu une bouteille, elle avait bu, et depuis tout allait mieux. Oh, bien sûr, au début, une petite voix énervante ressemblant à celle de Théo lui avait sermonné un refrain moralisateur du style "une jeune fille de bonne famille ne doit pas se donner en spectacle comme cela", mais elle l'avait envoyé paître. Comme elle le lui avait dit quelques jours plus tôt, il n'avait pas le droit de lui dicter sa conduite; Oh, et si elle rentrait le lui dire, maintenant, lui montrer qu'elle était une grande fille indépendante qui faisait ce qu'elle voulait?

Non, non, on s'amusait trop ici. D'ailleurs, elle fut tirée de sa rêverie par Irving qui descendait les escaliers qu'elle montait. Encore plus éméché qu'elle, le garçon se lança dans une grande déclaration qui l'aurait fait fuir si elle avait été sobre. "Ouii, moi aussi j'suis contente d'être là!" gazouilla-t-elle alors qu'Irving la prenait dans ses bras. "T'es vraiment trop sympa comme gars!" Il lui parla de valse et de Danny et la jeune fille répondit un peu à côté: "Mais on va pas pouvoir danser la valse, là, c'est pas vraiment la bonne musique... M'enfin j'peux lui demander s'il veut essayer!"

Oubliant son envie d'aller aux toilettes, elle redescendit dans la salle et chercha Danny. Irving était déjà occupé à pleurer entre Nora et le gars-qui-draguait-Nora. "Eh, Danny, Danny!" cria Artémis, trouvant enfin son chevalier-pas-très-servant, "y'a Irving qui pleure et faut qu'on danse la valse pour le réconforter!" Elle lui pris la main d'autorité et se planta à quelques mètres du canapé, essayant maladroitement de reproduire la danse gracieuse qu'elle maîtrisait si bien d'habitude. Mais le sol et la musique avaient formé une alliance contre eux et elle écrasa les pieds de plusieurs personnes avant d'arriver à enchaîner une passe vaguement correcte. Heureusement, le compte à rebours commençait. Criant joyeusement avec les autres, elle leva son verre de elle-ne-savait-trop-quoi.

"5, 4, 3, 2, 1, BONNE ANNEE 2007 !"

Elle sauta dans les bras de Danny, lui plantant un gros bisou sur la joue (il devait lui rester suffisamment de lucidité pour ne pas l'embrasser, ce qui tombait à point, déciderait-elle sûrement le lendemain), puis se retrouva elle ne savait-trop comment dans les bras de Jeremy Baker qui lui fit la bise... ce qui, combiné avec l'alcool, lui fit dépasser un nouveau stade de happy feel.

Artémis remarqua que le gars-qui-draguait-Nora était devenu le gars-qui-embrassait-Nora et cria "hip hip hip hourra!" en ébouriffant les cheveux de son amie par dessus le canapé. Pourtant, elle sentait confusément que ledit gars n'aurait pas du embrasser Nora, et elle se dit qu'il faudrait qu'elle trouve pourquoi; Irving savait probablement! Puis elle remarqua que certains convergeaient vers un coin de la salle et suivi le mouvement. Apparemment, on allait jouer à un jeu. S'asseyant entre Irving et Juliet, elle en profita pour lui demander, désignant peu discrètement du pouce Jared:

"Eh, pourquoi il embrasse Nora, l'autre là?"

Puis elle essaya difficilement de se concentrer pour écouter ce que chacun disait. Mais même si elle ne comprenait pas tout, elle s'en fichait. Tout le monde rigolait, elle aussi, la vie était belle.


[HRP: Alors si j'ai bien suivi, dans le cercle on a, dans l'ordre: Donald - Jared - Clara - Samaël - Nora - Irving - Artémis - Juliet - Killian - Jeremy]


100e HUNGER GAMES


4

District
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Tout le monde avait l’air particulièrement enthousiaste à l’idée de participer au jeu et Irving ne dérogeait pas à la règle, même s’il n’avait aucune idée de la manière dont cela se jouait. Fort heureusement, il n’était pas le seul puisque Donald, qui venait de prendre place dans le cercle, semblait dans le même cas que lui.

« Attend y a Ju’ qui explique ! » lança-t-il au gamin avant de reporter son attention sur la chanteuse charismatique des Dark Boursouf qui s’était lancée dans une explication :

« Le jeu où tu dois dire un truc que tu n’as pas fait et ceux qu’ils ont fait boivent… »

« Aaaaaah ok, s’exclama Irving avant d’observer Donald, J’sais pas toi…mais moi j’ai toujours rien compris ! » lâcha-t-il cependant en éclatant de rire. Bon. C’était un jeu où il fallait picoler, il n’avait pas besoin d’en savoir plus. Irving allait pouvoir finir de se miner la tête, Et Merlin seul savait qu’il en avait vraiment besoin puisque Jared était justement en train d’emballer Nora sur le canapé un peu plus loin. Détournant les yeux de ce spectacle, le gryffondor avisa la bouteille de bièraubeurre qu’il avait entre les mains avant de décider qu’il lui fallait un truc beaucoup plus fort ( et moins diurétique ) pour supporter sereinement ce qu’il venait de voir. Il attrapa donc un verre vide sur la table basse du salon qu’il tendit en l’air en criant :

« J’ai rien à boiiiire ! »

Telle une apparition divine, (*Merci Merlin !*)la fille Guipure se matérialisa dans le cercle avec une bouteille entre le bras:

"Oh, je peux jouer?"

Irving posa une main sur sa poitrine et tendit l’autre en direction de Clara, avant de déclamer, tel un comédien de théâtre récitant du Shakespeare :

« Viiiienns beautéééé celeste avec ton merveilleux breuvaaaaage ! Faiiites doooonc une place pour la déééeeesse du Whisky-Pur-Feeeu ! » ajouta-t-il à l’intention des autres participants.
Clara s’installa au côté de Samaël en disant qu’elle jouait déjà à « Je n’ai jamais » quand elle était petite :

« Pourquoi, j’y ai jamais joué quant j’étais p’tite, moi…
lança-t-il pour lui-même avant de lever le regard en direction du canapé, OH JARED ! Pourquoi on a pas joué à ça quant on était petits ? » cria-t-il en voyant la main de son ami caresser la hanche de Nora. Comme Jared ne semblait pas prêt à relâcher son étreinte, Irving se renfrogna quelques secondes. Il croisa d’ailleurs le regard de Juliet et Jeremy qui étaient les seuls autour de cette table bouteille à savoir qu’il avait un petit faible pour la capitaine des Poufsouffle. Il leur adressa donc un haussement d’épaule fataliste avant de se pencher pour attraper la bouteille que Clara venait de poser au centre du cercle.

« Déesse du Whisky-Pur-Feu, puis-je ? » demanda-t-il pour la forme avant d’interroger les convives du regard en claironnant un, Qui tourne à vide ? »

Il resservit quelques verres-dont le sien- et se réinstalla à côté de Sama…ah ben non, à défaut d’être métamorphosé en canard, Samaël avait muté en Artémis !

« Heeeeeyyyy ! Salut Keuuupine ! » s’exclama-t-il en enlaçant la Poufsouffle, J’imite vachement bien Kelly Murdoch, hein ? » ajouta-t-il très fier de lui.

Pour toute réponse, la jeune fille lui demanda pourquoi un gars embrassait Nora.

« Ben, parce que c'est son mec. Jared. Répondit Irving en observant du coin de l’oeil les deux tourtereaux, Mon pote. Ajouta-t-il néanmoins avec un sourire, il est vraiment cool comme gars… »

C’était vrai. Jared était un gars génial. Durant toute leur enfance et leurs quatre premières années à Poudlard, Jared, Josef et Irving avaient été les meilleurs amis. Les trois garçons avaient fait les quatre cents coups ensemble et le Gryffondor connaissait les jumeaux mieux que personne. Au fond de lui, il savait que Jared se conduirait bien avec Nora. C’était vraiment le garçon rêvé pour elle. Il était gentil, drôle, attentionné et même sportif puisqu’il avait intégré l’équipe de quidditch de sa maison à Beauxbatons… Oui, c’était le garçon idéal pour la fille idéale…

« C’était mon voisin avant, reprit-il après s’être perdu dans ses pensées, Il habitait la maison de….ARRRGGGH !, s’exclama-t-il subitement en se prenant la tête entre les mains.
Il laissa ses doigts glisser doucement sur son visage et jeta un regard hagard à Samaël et Artémis :

« … j’avais oublié qu’Harper était ma nouvelle voisine ! Souffla-t-il, Vous voulez pas lui envoyer un cognard dans la face au prochain match, s’il vous plait ! Sauvez-moi ! »

Tandis qu’Irving était occupé à supplier les deux batteurs de Poufsouffle, Nora et Jared rejoignirent enfin le cercle. L’ex-gryffondor s’installa entre Donald et la Déesse-du-Whisky-Pur-Feu et Nora vint s’asseoir à côté de lui. Alors que Samaël était occupé à la cajoler, Irving lui adressa le sourire « je-suis-content-pour-toi » même si, en vrai, il avait trop les boules.

« Je propose de laisser notre hôte démarrer la partie ! » lança alors la blondinette.

« J’vais l’faire mais avant, où sont Georgy et Dan’ ? GEORGYYYYY d’AMOÛR ! DANNY !Claironna-t-il avant de se tourner vers Jeremy, J’s’rai toi, j’m’inquiéterai…Je suis sûr que Georgia a succombé au charme légendaire du bassiste des Dark Boursouf…. »

Bon, il parlait mais tout le monde attendait qu’il commence le jeu, aussi il reprit en s’éclaircissant la voix :

« Ok, c’est bon, j’y vais … »

Irving leva donc son verre devant lui, se concentra sur le liquide doré qui tournoyait dans le récipient puis lança :

« Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! »

Il but alors une grande gorgée de whisky et toussota. Jared éclata de rire avant de lui jeter une chaussette malodorante (d’où sortait-elle celle-là ?) sur le visage:

« Mais c’est pas à toi d’boire patate ! C’est les autres qui doivent picoler ! Trouve un truc que t’as pas fait et que les autres ont fait ! »
« Mais il est nul ce jeu, moi j’veux boire ! » répondit Irving en bougonnant.
« Putain, t’es vraiment trop bourré Ving’ ! » surenchérit Jared en riant de bon cœur.
« J’uis pas bourré ! C’est Juliet qu’a mal expliqué ! »se défendit-il en envoyant la chaussette sale sur la jeune fille.

« Bon J’recommence, reprit-il en reprenant sa position initiale, je n’ai jamais…. fait parti d’une équipe de quidditch ! AHAHAH ! Buvez bande de sportifs m’as-tu-vus !, cria-t-il, revanchard, en les pointant du doigt, Hé Jared, Essaye pas d’esquiver ! » ajouta-t-il en vérifiant que tous les joueurs descendent leur verre…

« Quant à toi Donald, Je suis responsable de toi ce soir ! Tu ne boiras pas UNE goutte d’alcool ! Parole de Whitaker ! »

Hum, sans commentaire...


Killian GrayAncien personnageavatar
Messages : 155

Voir le profil de l'utilisateur
BlUEEAAARK.

Dégoûté, Killian saisit un tissus par terre, qui ressemblait fortement à un t-shirt, et s'essuya la bouche avec. Punaise, qu'est-ce qu'il adorait boire... Mais les effets secondaires, il s'en passait volontiers. C'était tellement pas sexy. Avisant une baguette magique posée sur un canapé, Killian se lança un des seuls sortilèges qu'il ait jamais appris et sut réaliser : toute odeur de vomi avait maintenant disparu. Il s'autorisa un sourire suffisant, ravi d'avoir encore l'esprit de lancer un tel sortilège, et d'y arriver qui plus est. Puis, laissant tomber le t-shirt et la baguette à même le sol, dans la délicate flaque de vomi, il se détourna du coin de la pièce, embrassant la salle du regard. Tous ses potes étaient là, dans un état plus ou moins pitoyable. Ils avaient franchement aucune résistance à l'alcool, ces minables ! Lui, au moins... Oh putain, c'était pas un chat vert, là, qui s'approchait dangereusement d'Ashley, sur le mur ?

Se précipitant vers lui, du moins aussi rapidement que le lui permettait son état -punaise, le sol il danse aujourd'hui !-, il le prit par le bras et l'éloigna brusquement du mur. Il lui prit le visage dans les mains et, paniqué, il s'exclama :

" MON POTE ! T'AS FAILLI TE FAIRE BOUFFER PAR UN CHAT VERT ! JE T'AI SAUVÉ TA VIE MEC ! "

Le secouant brusquement, il répéta, comme si Ashley n'avait pas compris, ou comme s'il n'était pas certain d'avoir compris lui-même ce qu'il disait :

" UN CHAT VERT MEC ! "

Puis, brutalement, il éclata de rire et, passant un bras sous celui d'Ashley, il l’entraîna vers une table. Il saisit deux bouteilles de whisky-pur-feu et, riant toujours, en tendit maladroitement une à son pote ; seulement, dans son impatience, il lui renversa un peu de l'alcool sur son vêtement. Aussitôt, Killian porta une main à sa bouche, s'exclamant un grand "Ouuuuuuuups !" en pouffant comme une petite gamine. Puis, bien décidé à se faire pardonner son geste maladroit, il entreprit de retirer le t-shirt d'Ashley, le regard braqué dans le sien.

" J'suis désolé, vieux. Mais enlève ton t-shirt. C'est pas bien de porter des vêtements mouillés. Ca fait sex, hein, mais tu vas tomber malade. En plus t'es super musclé, pas vrai ? Han ouais, t'es musclé pote, et... Oh putain tes lèvres sont vachement prêt quand même, " ajouta-t-il.

Il s'était légèrement rapproché de lui pour pouvoir le déshabiller plus facilement et, maintenant, il était quand même super proche de lui. Et puis, des lèvres étaient des lèvres, hein, que ce soient celles de nana ou de mec, pas vrai ? Et puis Juliet était pas à côté de lui, là, et pourtant il avait vachement envie d'embrasser quelqu'un. Il adorait embrasser les gens. Surtout quand il était de super bonne humeur comme maintenant. Ouais. Il voulait vachement embrasser... Putain ! Qu'est-ce qu'il foutait !?

Se reculant précipitamment, Killian observa fixement Ashley. Y avait un problème avec ce mec, à chaque fois ils finissaient dans ce genre de situation, punaise. Puis, éclatant à nouveau de rire, il s'exclama :

" Putain, combien de bouteilles me suis mangée pour avoir envie de t'embrasser, bro ! "

Puis, haussant les épaules - il était trop bourré pour essayer de compter - Killian reprit Ashley par le bras, sa bouteille en main et, buvant au goulot, il se dirigea, plein d'entrain, vers sa Juliet d'amour. Lorsqu'ils arrivèrent près d'elle, Ashley étant forcé de suivre, Killian lâcha brusquement son bras et courut vers sa copine. Il s'écrasa contre elle et la serra fort contre lui.

" JULIEEEEEEET. Chanteuse sex de cette génératioooooooooon. YEAAAAAAAAAAAAH ! Je t'aiiiiiime ma rockeuuuuse ! "


Puis, lui prenant les mains, il l’entraîna dans un pas de danse en hurlant d'une voix atrocement fausse les paroles de leur nouvelle chanson - damn il était trop trop fier de sa copine ; elle gérait le coquelicot rouge de la tante Yvonne quoi ! Puis, Killian s'immobilisa en voyant que certains commençaient le décompte. Il sourit alors largement et, levant sa bouteille vers le ciel, il hurla :

" CIIIIINQ ! QUAAAATRE ! TROIIIIIIIS ! DEUUUUUUUUX ! UUUUUUUUUUUUUUN ! BONNE ANNÉÉÉÉÉÉÉÉ ! "

Il saisit Juliet par la hanche et déposa un looong baiser sur ses lèvres puis, rieur, enchaîna les baisers - sur les joues cette fois - ainsi que les câlins, les tapes viriles, les simples sourires et encore des câlins et des bisous. Aaah, il adorait le contact, les sourires, les cris et les rires des débuts d'année ! Puis, une fois les embrassades terminées, Killian retourna près de Juliet, souriant.

" Que cette année soit trop cool, qu'on se fasse plein de bisous et qu'on s'aime longtemps, yeah ! " s'exclama-t-il avant de l'embrasser une nouvelle fois.

Oh, il aimait Juliet. Puis il aimait tout le monde d'ailleurs. Mais Juliet serait peut-être pas suuuuuper contente si il embrassait d'autres gens. En tout cas, lui, il aimerait pas que sa Juliet ait ses lèvres ailleurs que sur les siennes, d'abord. C'est à cet instant que Jeremy arriva, flattant Juliet au passage, compliment que Juliet rendit, se rattrapant in extremis, d'ailleurs. Fronçant les sourcils, il allait prendre Ju par la hanche - c'était la sienne d'abord - mais déjà Jeremy la prenait pas les épaules et l'entrainait dans un coin de la salle. EH OH. Il allait faire quoi avec sa copine dans un coin, son meilleur pote, là ?

Prenant une nouvelle bouteille en main, il but trois longues gorgées puis se dirigea vers eux, décidé à se réapproprier sa copine... Avant de se rendre compte qu'ils ne comptaient que lancer un jeu et que Juliet avait même laisser de la place pour lui. Souriant, il s'exclama :

" HAN OUAAAAAIS ! UN JEUUUUUUU ! "

Se précipitant vers eux, il fit une glissade plus ou moins maitrisée et se laissa tomber près de Juliet. La prenant par les épaules, il la serra contre lui, les doigts pianotant sur sa peau.

" On joue à quoiiiiiii ? "

Ce fut Juliet qui finit par choisir et, lorsqu'elle lui demanda de l'aide, Killian fronça un instant les sourcils avant de s'exclamer :

" Je n'ai jamais ! Aha, j'adooooooooore ce jeu. J'suis trop trop trop fort, je finis toujours touuuuuuuutes les bouteilles ! "

Bon, c'était pas vraiment le but, mais il s'y éclatait quand même. Rapidement, d'autres personnes rejoignirent le cercle, et le jeu débuta. Killian riait pour rien devant le spectacle que ses potes lui offraient. Lorsqu'Irving s'exclama « Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! » et qu'il but une gorgée, le rire de Killian se mua en un hurlement de rire et il s'écria :

" LE WILLY S'EST FAIT RACHELLE ! HAAAAAAN ! "

Mort de rire, il n'écouta même pas les moqueries du mec qui emballait la petite Nora depuis tout à l'heure et murmura à l'oreille de Juliet :

" Me suis toujours demandée si elle était bonne, tu sais, chérie ? Mais je suis trooooop sur que t'es mille fois mieux, hein. "

Finalement, Irving s'exclama autre chose et c'est avec un nouveau rire que Killian saisit la bouteille, prenant une grande gorgée.

" Je suis un sportif m'as-tu vu ! Je suis un sportif m'as-tu vu ! " chantonna-t-il, encourant les autres à se joindre à lui.

Han, comment il adorait ce jeu. Et puis les gens étaient carrément trop drôles quand même, quoi.

" C'est à qui maintenant ? Parce que sinon j'en ai trop plein de cool les gens, hein ! Et puis, ooooh, faut que je vous dire un secret ! "

Il adressa un grand sourire mutin à la petite assemblée et, se penchant vers le milieu, il murmura :

" Vous saviez que je suis trooooop grave amoureux d'Ashley ? "

Ricanant comme une petite pouffiasse, Killian s'exclama :

" Ouais ouais, même qu'il m'a déjà embrassé ! Mais chut hein, faut pas le dire à Juliet, elle va être jalouse ! " rajouta-t-il brusquement avant de se rappeler que Juliet était tout près de lui. Rougissant, il murmura : " Oops, I did it agaiiin ! " avant de se remettre bêtement à rire. Juliet allait pas être conteeeeente. Mais en vrai il l'aimait pas autant que Juliet, Ashley, hein. C'était juste un mec trop grave au potentiel coolos quoi ! Vouais vouais. Alors pourquoi il avait dit ça, lui ? Han, il était trop con. Trop bourré aussi. Et puis non, il aimait tout le monde en vrai.

" JE VOUS AIIIIIIIIIIIIIIME ! Et même que j'ai jamais fait de partouzes moi ! "



Hello, I'm Awesome !
Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
Artémis était au milieu d'une réunion de gens bourrés. Comme tout groupement de gens... hum, disons, joyeux, la conversation de celui-ci était quelque peu décousue. De tous, Clara Guipure semblait être celle qui se maîtrisait le plus, mais elle n'avait pas bu tant que ça et avait des années de pratique derrière elle. Elle était cependant assez joyeuse pour ne pas trouver Whitaker complètement ridicule lorsqu'il la nomma déesse du Whisky Pur Feu. A vrai dire, le narcissime habituel de Miss Guipure fut complètement flatté d'être comparée à une déesse, et elle céda son breuvage magique de bonne grâce à son hôte.

"Bien sûr mon humble vénérateur, bois!"

Mais celui-ci s'était déjà trouvé une autre déesse à cajoler: Artémis, qui profitait de l'instant présent, complètement inconsciente de ce que pouvait bien en penser Clara. Enfin, Irving avait une manière de cajoler assez bizarre, parce que Kelly Murdoch donnait plus envie de partir en courant que de rester. Artémis songea que s'il faisait pareil avec Nora, en effet, les choses n'avanceraient jamais avant 2050, au moins!

"Ouais, mais Murdoch elle fait peur! T'es un peu moins cool comme ça, mais c'est pas grave."

Profitant du bras passé autour de ses épaules, elle se laissa aller contre Irving qui lui expliquait pourquoi Jared embrassait Nora. Sauf qu'elle n'était pas bête, elle avait compris que si Jared embrassait Nora, c'était qu'ils étaient ensemble, elle savait que les enfants ne naissaient pas dans les chous, merci. La question c'était pourquoi c'était Jared, puisqu'il paraissait s'appeler Jared, qui embrassait Nora. Parce qu'enfin, c'était pas à lui de faire ça.

"Nan mais pourquoi c'est son mec, je voulais savoir!" protesta-t-elle donc. "C'est pas lui son Prince Charmant!"

Mais ça n'intéressait visiblement pas Irving puisqu'il piqua une crise de panique et lui demanda d'envoyer des Cognards sur Harper au prochain match de Quidditch. Pour être honnête, Artémis, même saine d'esprit, n'avait rien contre; Harper ne s'en était jamaise prise à elle, mais il paraîssait qu'elle était encore plus méchante que Richardson, ce qui était quelque chose. Pis si elle était méchante avec sa nouvelle keupine Irving, elle voulait bien lui faire plaisir.

"Ouaip keupine Irving, je veux bien, mais après tu fais mes colles avec Hellsoft à ma place!"

Non parce qu'elle voulait bien être une gentille Poufsouffle, mais pas une gentille poire. Elle failli cependant maudire Irving et aller encourager Harper à le réduire en charpie comme il appelait Georgiana et Danny à se joindre à eux. Elle avait... ah non ouf, elle n'avait pas embrassé Danny. Parce qu'il n'avait pas la même classe qu'au bal, là maintenant tout de suite. Bon, elle non plus mais voilà, elle était bien là contre Irving et Danny les ferait bouger, et elle n'avait pas envie. Point. Après peut-être. Après sûrement.

Irving commença par un je n'ai jamais étrange. Artémis n'y réagit pas, elle s'en fichait de l'infirmière et du concierge. Mais la Déesse du Whisky Pur Feu cria un "quoiiii?!" qui lui fit penser à Swann Twilfit. D'ailleurs, elle n'avait jamais vu Twilfit bourrée, faudrait peut-être qu'elle demande si quelqu'un l'avait vue. Ca devait être drôle! Mais Irving hurla soudain qu'ils devaient tous boire parce qu'ils étaient des sportifs m'as-tu vu.

"Ben, c'est bien d'être un sportif m'as-tu vu", grogna-t-elle en portant son verre à ses lèvres. "Au moins les gens ils sont sympa! Surtout quand tu gagnes! Eh venez les sportifs, on trinque!"

C'était trop cool de trinquer, elle se retrouvait dans le même groupe que Jeremy, et que Samaël, ca c'était du groupe, du groupe de grands. Personne ne pourrait plus la traiter de sale mangemorte ou de, comment elle disait l'autre peste, là? Insignifiante? "Eh pan, prend ça Richardson!" dit-elle en claquant son verre contre les autres. Puis elle se laissa retomber contre Irving, très contente d'elle.

Gray partit ensuite dans un délire bizarre, ça devait être un truc de moldu. Il avait jamais fait de partouze, c'était bien, elle non plus, et elle n'avait pas envie de commencer. D'ailleurs, est-ce que quelqu'un buvait là-dedans? Non, apparemment pas. Le jeu continua. Ce fut le tour de Clara Guipure, qui posa une question somme toute très banale mais aussi très dérangeante:

"Je n'ai jamais embrassé un garçon."

...avant de boire une grosse gorgée de son verre de Whisky Pur Feu. La partie lucide de l'esprit d'Artémis trouva étrange qu'une fille si jeune (et du dortoir de Cécilya-j'arriverai-vierge-au-lit-conjugal), boive à cette réponse. Elle devait sûrement mentir, ou pas, c'était vrai qu'elle était très belle et toujours bien mise. Les garçons devaient se bousculer pour être avec elle! A vrai dire, la joueuse elle-même ne sait pas si Clara ment ou non, parce que le mensonge serait plus drôle et plus en accord avec les manies du personnage ("n'avoir embrassé personne, je vais passer pour une sainte nitouche, hors de question de ruiner ma réputation comme ça!"), mais la vérité correspondrait plus à son environnement social. De toute façon, la joueuse écrit avec Artémis et vous donnera donc la réponse plus tard, parce qu'il y a fort à faire.

En effet, la partie lucide du cerveau étant occupée à savoir si oui ou non, Clara Guipure avait embrassé un garçon, la partie embrumée se retrouva chargée de résoudre le dilemme du Poufsouffle. Que je vous explique: Artémis n'avait encore jamais embrassé un garçon (non, elle n'a pas embrassé Danny, espèces de shippeurs!). Mais Artémis n'avait pas plus envie que Clara de passer pour une sainte nitouche; vous imaginez les moqueries et tout ce qu'on raconterait sur elle? Non, non. Donc, il faudrait boire pour éviter ce fâcheux malentendu. Hélas, son côté Poufsouffle et copine-de-Nora-l'hônnete lui interdisaient de raconter un mensonge, même par le biais d'un jeu alcoolisé et dont, par conséquent, tous les propos étaient sujets à caution. D'où le dilemme du Poufsouffle: ne pas boire ou mentir, il faut choisir.
Comme nous l'avons déjà dit ci-dessus, cette épineuse question était à la charge de la partie embrumée qui n'arrivait pas à trancher et trouva donc un moyen original de résoudre le problème: comme Artémis était appuyée contre Irving, elle lui attrapa la nuque d'une main et planta ses lèvres sur les siennes pendant une, deux, trois secondes... avant de le relâcher et de boire son verre d'un trait.

Avisant les regards étonnés de ceux qui étaient en état de percevoir l'étrangeté de la situation, elle se justifia maladroitement:

"Ben quoi? Au moins vous avez une preuve que je mens pas!"


100e HUNGER GAMES


4

District
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1020

Voir le profil de l'utilisateur
Pour le plus grand plaisir de Jeremy, son idée très élaborée qui consistait à faire un jeu eut un succès certain. Bientôt, ils furent tout un tas de jeunes gens en état d'ébriété à se rassembler pour faire un "je n'ai jamais", sur une proposition de Juliet. Juliet et lui faisaient la paire quand il s'agissait de trouver des idées stupides qui séduisaient le plus grand nombre ! Il allait lui en faire la remarque lorsqu'il perçut un regard un peu étrange de Killian, qui ne tarda pas à les rejoindre, et décida donc de se taire. Sans savoir pourquoi, le jeune homme se sentait un peu mal à l'aise et décida donc de reporter son attention sur les autres participants, accueillant avec enthousiasme une Serpentard à qui il n'avait jamais parlé de sa vie. Sa méfiance ordinaire envers tout ce qui portait le blason argent et vert aurait dû l'empêcher de se montrer amical, mais l'alcool aidant, il se sentait d'humeur à fraterniser avec l'ennemi... Surtout quand l'ennemi n'était nulle autre que la Déesse du Whisky Pur Feu !

"Ouaiiiis Clara la déesse avec nous ! J'adore ta meilleure amie !", s'écria-t-il avant de boire au goulot de sa propre bouteille.

La demoiselle proposa alors de commencer le jeu, ce à quoi il répondit avec enthousiasme, bondissant sur place.

"C'est parti, je veux découvrir touuuus vos secrets !"

Lorsque Nora, qui était collée à un amie d'Irving, proposa que ce dernier ouvre la partie, Jeremy posa sur sa collègue capitaine un regard malfaisant. Comment pouvait-elle embrasser ce bellâtre alors que tout Poudlard savait que Nora était destinée à Irving ? Jeremy avait déjà prévu d'être parrain d'un de leurs nombreux enfants blonds et bouclés et n'était pas prêt à y renoncer... Et puis surtout, cela lui tordait le coeur d'imaginer ce que le pauvre Irving devait ressentir. C'était comme si Aaron ou Killian embrassaient Georgiana sous ses yeux. Nul doute que le Gryffondor ne le prendrait pas aussi bien qu'Irving, qui était remarquablement stoïque face à la situation. Jeremy crut bien l'entendre échanger quelques mots à ce sujet avec Artémis, mais la musique trop forte l'empêcha de comprendre le contenu de leur conversation.

Quoi qu'il en soit, Irving ne se laissait pas abattre puisqu'il appela à corps et à cris Danny et Georgiana, avant de lui dire d'un ton narquois :

"J’s’rai toi, j’m’inquiéterai…Je suis sûr que Georgia a succombé au charme légendaire du bassiste des Dark Boursouf…"

"N'importe quoi !", souffla Jeremy, dont l'état alcoolisé l'empêchait de trouver une meilleure répartie. "Et pis tu f'rais mieux de t'occuper de ta Georgia d'amour à toi, hein, d'abord !"

Après un nouveau regard malfaisant en direction de Nora et du bellâtre, Jeremy parcourut tout de même la pièce des yeux. Mais où était sa chérie ? Bien sûr, il ne s'inquiétait pas du tout du fait que Danny ait pu la séduire, mais il aurait bien voulu qu'elle participe au jeu... Heureusement, son attention fut bientôt détournée par le plus juteux des ragots.

"L'infirmière et le concierge à moitié nus ?!? La chance ! Ca alors ! C'est nul je croyais que miss Bloomwood préférait les vrais hommes comme le professeur Nolan... Mais faut croire qu'elle préfère les concierges ronchons..."

Jeremy s'interrompit quand il s'aperçut que personne ne l'écoutait et se renfrogna, ronchon à son tour. Il but une longue rasade de sa bouteille lorsqu'Irving continua sa croisade contre les sportifs arrogants et m'as-tu-vus, puis enfin le jeu devint intéressant. Qui eut cru que les Serpentard savaient s'amuser ? Clara assura donc qu'elle n'avait jamais embrassé un garçon, avant de boire pour détromper sa propre affirmation. Eclatant de rire, Jeremy leva sa bouteille à son tour et s'exclama :

"Celle-là elle est pour toi Vingounet mon amour !"

Mais au moment où il apporta la bouteille à ses lèvres, Jeremy faillit tout recracher sur la personne en face de lui. Irving était bien trop occupé par lui répondre, les lèvres d'Artémis étant collées sur les tiennes...

"Héééééé !", protesta Jeremy en faisant de grands gestes, collant par inadvertance une baffe à Killian. "Hé mais ça suffit les tourtereaux ! C'est n'importe quoi ! Je suis pas content ! Et où sont Danny et Georgia d'abord ?"

Jeremy se leva à moitié pour chercher ses deux camarades. Danny devait occuper les lèvres d'Artémis pour qu'elle cesse d'accaparer Irving pour qu'il empêche son copain d'accaparer Nora pour qu'ils puissent faire de beaux enfants blonds et bouclés. Georgiana devait venir lui faire un bisou parce qu'il ne l'avait pas vue depuis au moins vingt minutes et que c'était beaucoup, beaucoup trop. Mais ni l'un ni l'autre ne semblaient en vue, aussi Jeremy décida-t-il de se battre seul pour sauver le couple de Nora et Irving.

"A mon tour ! Alors..."

Il s'interrompit une seconde, le temps de réfléchir à un moyen de pousser ses deux amis à s'avouer leurs sentiments sans que sa question ne soit trop évidente. Voyons, il pourrait demander qui n'avait jamais fantasmé sur une attrapeuse de Quidditch ! Là, Irving serait obligé de boire, et tout le monde comprendrait... Oui, mais le problème c'est que Jeremy aussi serait obligé de boire, ce qui était une très mauvaise idée vue la façon dont ses mains commençaient à trembler. Un éclair de génie - relatif, le génie - traversa alors le regard du jeune-homme qui s'exclama, tout fier de sa question :

"Je n'ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch !"

Il réalisa presque aussitôt que Nora n'était pas la seule capitaine dans le cercle, et rougit comme une pivoine, secouant la tête devant sa propre bêtise.

"Zut, c'tait pas ça ma question, c'était, enfin, vous voyez, parce que à cause des bisous là...Roh, puisque c'est ça, je me mêle de mes affaires. Non parce que bon hein faut pas pousser Crispin dans les orties à la fin."

Puis il se pencha sur son voisin et chuchota à toute allure :

"Killian sauve moi je dis n'importe quoi, la prochaine fois que je parle, bâillonne-moi ou fait quelque chose ok vieux ?"


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1975

Voir le profil de l'utilisateur
Avant de lancer le jeu Irving appela Georgiana et Danny, tout en lançant à Jeremy qu'il devrait s'inquiéter pour sa dulcinée qui était peut-être tombée sous le charme légendaire du bassiste des Dark Boursoufs. Nora se pencha un peu en avant avec un sourire espiègle pour jeter un regard en coin à Artémis pour savoir ce que son amie pensait du "charme légendaire" du bassiste en question mais son amie ne fit pas attention à elle, occupée à se laisser aller dans les bras d'Irving qui avait un bras autours de ses épaules. Cette vision la troubla un peu mais lui arracha finalement un sourire, elle était contente qu'Artémis et Irving soient amis. Le Gryffondor commença alors en parlant de Bloomwood et Silvester, à moitié nus dans un lit à l'infirmerie, l'information en fit sourire plusieurs mais ne fit réagir que Killian, Jeremy et Clara, quoique de manière radicalement différente.

Une fois un petit rappel des règles passé, Nora trinqua avec tous les autres joueurs de Quidditch. Les verres s’entrechoquèrent en renversant de l'alcool un peu partout.

"Bien dit Artémis ! lança-t-elle. Vive les sportifs arrogants et m'as-tu-vu !" Et elle vida son verre.

Elle qui s'était arrangée pour ne pas trop boire jusqu'à présent ne répondait plus de rien si le jeu continuait à ce rythme. Preuve que l'alcool agissait déjà, elle se mit à rire bêtement aux déclarations de Killian, visiblement fou amoureux d'Ashley. Il finit par déclarer qu'il n'avait jamais fait de partouze, ce à quoi personne ne but. Puis vint le tour de Clara qui prétendit n'avoir jamais embrassé de garçon avant de boire une grande gorgée de son verre pour démentir cette affirmation.

Nora but une grande gorgée également et faillit s'étouffer en voyant Jeremy Baker vider son verre lui aussi. Elle éclata de rire face à cette révélation surprenante et se tourna vers Irving et Artémis pour voir ce qu'ils en pensaient. Son rire lui resta en travers de la gorge. Artémis et Irving s'embrassait. Artémis et Irving s'embrassait. ARTÉMIS ET IRVING S'EMBRASSAIENT. Ce n'était pas tant le fait qu'Irving embrasse une autre fille qui le dérangeait, même si ça la dérangeait quand même, parce qu'elle avait compris depuis longtemps qu'ils ne la considérait que comme une amie, il avait même essayé de la caser avec son meilleur ami, et il avait réussi. Mais pourquoi Artémis ? Pourquoi sa meilleure amie ? Pourquoi la seule personne qui devait se douter des sentiments que Nora éprouvait vraiment pour Irving, même si elle ne les lui avait jamais confié ouvertement.

"Mais...ce...c'est pas le but du jeu..." bredouilla-t-elle sans que personne ne l'entende. Elle savait qu'il y avait des jeux où il fallait embrasser différentes personnes dans le cercle, même qu'il fallait une bouteille, mais...mais ils ne jouaient pas à ça là !

Incapable de savoir quoi penser, elle vida la seconde moitié de son verre d'une traite. Jeremy hurla tout haut ce que son cœur criait tout bas en protestant que c'était n'importe quoi. Oui, c'était n'importe quoi. N'importe quoi qu'elle embrasse Jared, et n'importe quoi qu'Irving embrasse Artémis. C'était n'importe quoi cette soirée, mais tant pis. Elle était venue pour s'amuser et elle n'avait pas l'intention de gâcher son réveillon à cause de ça. Elle attrapa la bouteille qui trainait au milieu du cercle, la leva en direction d'Irving et d'Artémis, qui expliquait que grâce à ce baiser on ne pouvait pas l'accuser de mentir.

"Tous mes vœux de bonheur !" Elle remplit son verre le vida une nouvelle fois. Sa voix était plus amère et rocailleuse que d'habitude mais personne ne s'en rendrait compte.

Wahou, la pièce était plus bruyante d'un coup. Et le sol vachement moins...horizontal. Deux Jeremy avouèrent alors n'avoir jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch. Pourquoi il y avait deux Jeremy d'ailleurs ? Peu importe, quoiqu'il en soit Nora ne but pas à ce tour là, ce qui n'était pas une mauvaise chose d'ailleurs. Malgré elle, elle tourna la tête vers Irving, oubliant Jared qui vidait son verre en face d'elle, sans savoir quelle réaction elle espérait. S'il buvait, il y avait de bonnes chances que ça la concerne, mais qu'est-ce que ça pourrait bien lui faire maintenant qu'il avait embrassé sa meilleure amie et qu'elle avait embrassé le sien ? Et s'il ne buvait pas, elle saurait qu'elle n'avait rien perdu finalement.


Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1983

Voir le profil de l'utilisateur
Ce soir, ils étaient tous joyeux. Joyeusement souriants, joyeusement blagueurs et certes, joyeusement éméchés. Ils avaient probablement des gestes déplacés les uns envers les autres d’ailleurs. Mais qu’importe, ils ne s’en souviendraient probablement plus au réveil. En songeant au réveil, Juliet grimaça légèrement. Ce dernier risquait d’être très – très – difficile. Haussant les épaules, elle attrapa un verre, le porta à ses lèvres, et après l’avoir vidé, commençait déjà à oublier que le lendemain serait probablement très dur. Reportant son attention sur le petit groupe qui se formait, elle adressa un grand sourire à Samaël avant de chercher les autres joueurs des yeux… Et de tomber sur Nora et Jared, un garçon qui avait commencé sa scolarité à Gryffondor et qu’elle avait dû voir quelques fois. Elle songea qu’il y avait quelque chose qui clochait. Elle tentait vainement de se rappeler quoi lorsqu’elle croisa le regard d’Irving. Oh merde. Merde, merde, merde. Irving et Nora. Irving qui aimait Nora et Nora qui embrassait un de ses amis. Bordel de Troll. Lançant un regard interrogateur à Jeremy, Juliet se penchant vers lui pour déclarer :

« Hé, Jer’, j’crois qu’il y a un problème. Genre Irving et Nora, c’est pas Irving et Nora, mais Nora et Jared. J’pense que ça va pas le faire. Pour Irving, j’veux dire. »

Légèrement confuse dans ses paroles, elle secoua la tête et se contenta de désigner du menton le nouveau couplé en hochant la tête. Puis, levant la tête vers son petit ami qui la maintenait contre lui, elle se décala légèrement afin de s’asseoir entre les jambes de Killian pour pouvoir s’appuyer sur lui.
Alors qu’Irving hurlait un tonitruant « Qui tourne à vide ? », Juliet leva son verre bien haut avant de le tendre vers Irving en s’exclamant un « Moi ! » tout aussi sonore pour couvrir le brouhaha. Une fois son verre remplit, elle entreprit de le siroter plus lentement que les précédents, attendant que le jeu commence. Elle écouta l’imitation parfaite d’Irving de Kelly Murdoch et en ria avec les autres. Tandis que des « Keupines » surgissaient dans la foule.

Après plusieurs minutes d’attentes – où la Gryffondor fut occupée à finir son verre, embrasser Killian, rire pour une blague un peu nul de quelqu’un dont elle avoir oublié le prénom – Irving commença enfin.

« Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! »

Regardant autour d’elle pour voir qui buvait – intriguée par la phrase – Juliet se rendit compte que le guitariste des Dark Boursouf buvait pour sa propre phrase.

« Putaaaaaaaaaaaaaaaaain » jura-t-elle avant d’éclater de rire.

Alors qu’elle s’apprêtait à demander à Irving comment s’était terminé la rencontre – oh Merlin, la tête de Silvester à ce moment là ! – Killian se pencha vers elle pour lui murmurer qu’il s’était toujours demandé si elle était bonne, tout en lui assurant qu’il était persuadé qu’elle était milles fois mieux. Trop éméchée, elle se contenta de rire une nouvelle fois avant de passer sa main dans les cheveux de son petit ami pour ensuite l’inciter à baisser la tête et enfin déposer ses lèvres sur les siennes. Baiser rapidement interrompu par Irving qui s’exclama qu’il n’avait jamais fait parti d’une équipe de Quidditch. Attrapant joyeusement un verre, Juliet le leva pour trinquer avec les autres, avant de le descendre.

« Mais nous sommes fiers d’être des sportifs m’as-tu-vus, ouais ! » S’exclama-t-elle avant de reprendre : « Non mais d’ailleurs, j’nous trouve pas vraiment arrogants… Guitariste m’as-tu-vus va ! » ria-t-elle pour taquiner son ami.

Alors qu’elle attendait le prochain « Je n’ai jamais » Killian se pencha vers le centre du cercle pour murmurer qu’il était amoureux d’Ashley. Fronçant les sourcils, elle tourna la tête vers lui tandis qu’il s’exclamait que le jeune Gryffondor l’avait même embrassé. Encore une fois, elle était fort heureusement trop imbibée pour que la phrase la touche réellement. Cependant elle déclara tout de même :

« Héééééé ! Mais j’aime pas trop ça, moi. Genre, j’peux aller embrasser une fille pour la peine ? » Elle tenta de se lever, et faute d’y arriver, rester appuyée contre le jeune homme. « Oh, bordel, j’arrive pas à me lever. Tant pis. »

Son petit ami déclara finalement qu’il n’avait jamais fait de partouze. Ne se saisissant pas d’un verre, elle se retint de s’écrier « Ah bah c’est déjà ça ! » et se contenta de fixer les verres remplit d’alcool qui semblait la narguer.

« J’veux booooire. »

« Je n’ai jamais embrassé de garçon. »

« Merciiii déesse du Whisky pur-feu ! Et Jeremy et Irving, vous buuuuvez ! Ah ouais, et du coup, toi aussi Killian ! » fit-elle avant de vider un verre.

… Pour ensuite tomber sur Artémis, qui embrassait Irving. Oh merde. Mais merde, merde, merde quoi ! Qu’avaient-ils donc tous ce soir, à embrasser n’importe qui ? Elle ne se mettait pas à embrasser Jeremy ou Samaël, elle ! Nora et Irving devaient être vraiment complètement bourrés ce soir pour se tromper de personne !

« Hé, mais vous vous trompez pas de personne là en fait ? » demanda-t-elle, mais peut-être trop bas pour que cela soit entendu. Puis, remarquant l'air triste de la capitaine des Poufsouffle, elle lui sourit gentiment, avant de lancer un regard interrogateur à Irving pour ensuite lui montrer discrètement Nora. La jeune femme reporta alors son attention sur le jeu.

Alors qu’elle tentait de réfléchir à un « Je n’ai jamais », Jeremy lança le sien tout fort :

"Je n'ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch !"

Lançant un regard malicieux à Killian, elle saisit un verre et le vida. Avant d’éclater de rire.

« Bah ouais, à défaut d’avoir embrassé une fille hein ! » s’exclama-t-elle avant de capturer ses lèvres et de souffler un « Mais je déconne, je t’aime. »

Réfléchissant quelques secondes, Juliet leva les yeux au plafond, en quête d’inspiration. Puis, son visage s’éclaira tandis qu’elle lançait :

« Oh j’sais ! Les gars, c’pour vous ! Je n’ai jamais embrassé une fille ! »

Elle regarda la majorité des garçons présents descendre leur verre, un immense sourire aux lèvres. La soirée s’annonçait bien.



Avatar par classwhore
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël ne sut pas trop qui les rejoint pour jouer, trop occupé à loucher sur son verre vide et sur la bouteille que Clara avait ramené, il entendit cependant Irving se lancer dans une imitation plutôt réussi de Kelly Murdoch ce qui le fit éclater de rire. Bon il lui fallait pas grand chose pour rire dans l'état dans lequel il était mais quand même c'était drôle.

Il attrapa ensuite la bouteille de Whisky et remplit son verre, il put ensuite sereinement reporter son attention sur le cercle de personne qui l'entourait alors qu'Irving commençait. Mais il n'avait pas dû comprendre le jeu puisqu'il vu à sa propre affirmation.

« Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! »


Il fallut bien une bonne minute pour que l'information pénètre le cerveau embrouillé de Sam.

"QUOI ?! Mais c'est pas juste ! Han mais nan je suis pas d'accord, ça casse les fantasmes là !"

C'était quoi ça, pourquoi tous les gars à peu près potable de Poudlard se mettaient en couple ? Il n'y avait franchement pas de justice, il ne pourrait plus rêver du concierge. Bon en fait, il avait jamais rêvé de lui mais on savait jamais, peut-être qu'un jour. Mais là nan, c'était clairement plus possible. Il secoua la tête avant de trinquer avec les autres et d'avaler son verre lorsqu'Irving dit qu'il n'avait jamais fait parti d'une équipe de Quidditch.

"C'est cool d'être un sportif m'as-tu vu ! Hein Jeremy ?"

Killian partit alors dans une déclaration d'amour bizarre et comme Sam n'avait jamais fait de partouze non plus, ben son verre resta plein. Mais ce qui suivit l'obligea à vider son verre plus d'une fois.

"Je n'ai jamais embrassé un garçon."

Sam gloussa avant de vider son verre, il en avait même embrassé plus d'un et plus d'une fois. Il lança un regard à Juliet qui vidait aussi son verre. Bizarrement beaucoup de garçons vidèrent leur verre, ce qui était bizarre, ils étaient pas tous gay si ? Oh et puis après tout, il s'en fichait. Il ne remarqua pas que le bisou d'Artémis pour Irving avait dérangeait la plupart des invités, il se contenta juste de remplir son verre et de le vider aussi sec à cause de :

"Je n'ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch !"


Il poussa un profond soupir et remplit à nouveau son verre en se promettant qu'à la prochaine négation, il ne le viderait pas.

"Je n’ai jamais embrassé une fille !"

Mais, il fut obligé de boire, à son plus grand regret.

"Zut raté, Ju' t'abuses ! tu pouvais pas demander, je sais pas moi, je n'ai jamais préféré les garçons aux filles ? Ah bah non, ça marchait pas non plus. J'aurais dû boire quand même."

Samaël poussa un profond soupir et regardant son verre à nouveau vide eut une idée de génie.

"Je n'ai jamais vraiment été hétéro !"

Idée de génie ou pas, il venait juste de révéler un truc qu'il aurait peut-être mieux fait de garder pour lui.




Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
La grande majorité des joueurs semblaient particulièrement heureux d’être d’orgueilleux sportifs m’as-tu vu : Killian frétillait comme un smiley : yep : , Artémis semblait presque revancharde et seule Juliet ne se trouvait pas si arrogante que ça :

« Guitariste m’as-tu-vus va ! » ajouta-t-elle d’ailleurs pour le charrier.

« Chanteuse prétentieuse ! »
répondit-il en la pointant du doigt, mêlant son rire au sien.

Artémis se laissa alors tomber contre lui et Irving lui ébouriffa les cheveux affectueusement. L’alcool avait du bon parfois, songea-t-il en observant les convives rires aux éclats devant les déclarations de Killian, l’ambiance n’aurait jamais été aussi détendue sans une bonne rasade de whisky pur-feu ! Il en était persuadé. De plus, cela lui permettait de rencontrer des gens plutôt cools, à qui il n’aurait surement jamais parlé en temps normal. Bien sûr, il aurait bien aimé passer la soirée à vivre une nouvelle aventure de Nora l’intrépide et Irving l’audacieux mais il devait se faire une raison : Ce soir, son amie avait mieux à faire…

Irving se frotta les yeux avec ses paumes et tenta de fixer son regard sur la fille Guipure qui lança un « Je n’ai jamais embrassé de garçon. » avant de boire une grande goulée de Whisky. Le gryffondor ricana devant tant d’empressement et reporta son attention sur Juliet qui venait de l’interpeler :

«Et Jeremy et Irving, vous buuuuvez ! »

Ah, oui ! C’est vrai ! Il avait déjà embrassé un garçon lui aussi. Le jeune homme adressa donc un sourire charmeur à Jérémy, accompagné d’un haussement de sourcil suggestif, avant d’approcher son verre du sien pour trinquer :

« En souvenir du bon vieux temps mon chér… »

Néanmoins, Irving n’eut jamais l’occasion de terminer sa phrase puisque la main douce d’Artémis posée sur sa nuque le déstabilisa quelque peu. Oubliant la très jolie déclaration d’amour de son pote Jerem’, le gryffondor tourna légèrement la tête pour voir ce que voulait la Poufsouffle qui captura ses lèvres dans un baiser impromptu.

Les trois secondes de contact lui parurent une éternité et lorsqu’Artémis mit fin à cette étreinte, Irving resta quelques secondes interdit, comme si son cerveau mettait un temps fou pour analyser ce qui venait de se passer :
Une fille venait de l’embrasser, lui, Irving Whitaker, le binoclard frisé…
*Bordel de troll* songea-t-il en esquissant un sourire béat à l’intention de la Poufsouffle.
…mais cette fille s’était Artémis Nott, la nana que convoitait son pote Danny depuis des mois…
*Bordel de troll* pensa-t-il cette fois en cherchant Dan’ du regard dans la salle sans parvenir à le trouver.
…et elle était également la plus proche amie de Nora…

« Putain d’Bordel de troll ! » s’exclama-t-il en posant ses mains jointes devant sa bouche ! Ce n’était vraiment pas bon. Pas bon du tout ! Comme pour appuyer ses pensées embrouillées, Jeremy claironna un « C'est n'importe quoi ! Je suis pas content !» et Juliet lui adressa un regard interrogateur.

Irving leva les paumes vers le ciel afin de faire comprendre à ses amis qu’il n’y était pour rien. C’était vrai après tout, il n’avait pas l’impression d’avoir dragué Artémis ce soir. Ou alors il aurait dragué tous les membres de cette soirée ! Non, Artémis n’avait pas succombé à son charme de guitariste m’as-tu-vu : Elle avait juste eut besoin de prouver qu’elle ne mentait pas en disant qu’elle n’avait jamais embrassé de garçon, et elle avait choisi le premier qu’elle avait sous la main pour appuyer ses propos… C’était juste un acte isolé, dans un jeu débile, sans conséquence… Vraiment ? Le gryffondor avait envie d’y croire mais la petite (très petite) part sobre de son être lui disait que ce simple baiser allait déclencher une réaction en chaine incontrôlable. Déjà, il y avait Danny. Danny, son pote romantique qui écrivait des poèmes où Amour rime avec Toujours. A n’en pas douter, le Poufsouffle allait qualifier ce baiser de Très Haute Trahison ! Irving savait bien que, même avec des explications, le cœur tendre de Dan serait irrémédiablement brisé. Et puis, il y avait Nora…

Le gryffondor passa une main dans ses cheveux avant de tourner la tête en direction de son amie, ne sachant pas trop comment se comporter. Il lui décrocha alors un sourire un peu gêné tandis qu’elle se penchait pour attraper la bouteille de la déesse du Whisky Pur-Feu.


"Tous mes vœux de bonheur !" lança-t-elle avant de vider son verre.

Néanmoins, quelque chose dans sa voix était différent. C’était peut être dû à l’alcool qu’elle avait bu mais il y avait autre chose. Comme une pointe d’amertume. Nora faisait comme si de rien n’était, elle observait Jeremy distraitement mais Irving, lui, ne la quittait pas des yeux. Il la dévisageait résistant à la folle envie de lui demander cash ce qui n’allait pas, oubliant les autres assis autour d’eux…

"Je n'ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch !"
lança alors fièrement le gardien des gryffondor avant de se rendre compte de sa boulette.

Irving l’aurait bien charrié d’ailleurs, mais il était trop occuper à scruter Nora, fébrile.

*Regarde moi. Regarde moi.* pensait-il en boucle tandis qu’elle s’appliquait à l’ignorer.

Et puis, doucement, elle tourna finalement ses jolis yeux gris dans sa direction et le temps sembla s’arrêter une nouvelle fois. Irving retint sa respiration quelques secondes tandis que le brouhaha de la pièce semblait comme submergé par les battements de son propre cœur. Ses doigts se crispèrent sur son verre puis il le porta à ses lèvres et le bu, d’une traite, sans quitter Nora des yeux. Il reposa le récipient lourdement sur le plancher avant de s’essuya la bouche sur son poignet.

Voila. Il l’avait fait. Il ne savait pas si le message était passé, elle paraissait aussi bourrée que lui- mais au moins, il n’avait rien à se reprocher. D’une certaine manière, il lui avait fait comprendre ce qu’il ressentait pour elle.

Le jeune homme reporta alors son attention sur les autres joueurs qui n’avaient, semble-t-il , rien remarqué de la situation. Seul Jared l’observait, perplexe.

Sous le regard inquisiteur de son ami d’enfance, Irving se sentit soudainement terriblement mal à l’aise. Pourquoi attendait-il que quelqu’un s’intéresse à Nora pour se manifester ? Pourquoi se conduisait-il comme un blaireau ? S’il continuait comme ça, il allait vraiment perdre tout ses potes ce soir !

Soucieux de ne pas envenimer davantage la situation, Irving se tourna vers Artémis et balbutia une excuse pour prendre congé momentanément « J’reviens, j’vais chercher un tee-shirt ».

Il prit lourdement appui sur l’épaule de sa camarade et tituba jusqu’au pied des escaliers. Il avait vraiment, vraiment trop bu ! Il gravit les marches difficilement avant de s’enfermer dans la salle de bain à double tour pour reprendre ses esprits… Zen. Calme. On arrête les conneries.
Il voulu s’asperger le visage d’eau mais quelqu’un avait déjà vomi dans le lavabo et le malotru avait même oublié de nettoyer après son passage… (Cela dit, la joueuse sait que c’est Irving lui-même qui est l’auteur de ce carnage.) Le jeune homme grogna quelque peu mais ne s’avoua pas vaincu : il actionna la douche et passa sa tête entière sous le jet glacé. Il resta là, sans bouger pendant quelques minutes, s’efforçant de faire le vide dans sa tête et il ne redescendit qu’après avoir prit une bonne résolution: Eviter de faire imploser toutes ses amitiés ce soir.

C’est donc fraichement requinqué et tout ruisselant, qu’Irving revint finalement dans le salon toujours sans tee-shirt. Il s’efforça de ne croiser ni le regard de Nora, ni celui de Jared et il ne récupéra pas sa place d’origine jugée trop dangereuse par rapport à sa récente résolution. Il vint donc s’asseoir entre Jeremy et Donald au moment où Samaël faisait semble-t-il son coming out.

« Ben merde alors ! S’exclama-t-il abasourdi.

Smith, le gars que toutes les lapones rêvaient d’embrasser, homo. Boooon, OK. Après tout, on était plus à une révélation près ce soir !

« En tout cas ! Y en faut du courage pour oser annoncer ça devant tout le monde ! » *Ou alors il faut vraiment être complètement défoncé…* pour le coup j’propose de boire à ta santé vieux ! » Lança-t-il en attrapant, à la volée, le verre des mains de Donald McWilde «Hééé, J’t’ai dit qu’tu buvais pas d’alcool toi ce soir ! »


Killian GrayAncien personnageavatar
Messages : 155

Voir le profil de l'utilisateur
Après avoir crié une énième bêtise, Killian se remit à rire bêtement. C'était une horreur quand il buvait trop, il passait ses soirées à rire pour tout et n'importe quoi - surtout n'importe quoi, d'ailleurs. Cependant, réagissant - avec du retard - à comment Juliet avait réagi à son aveu d'amour sincère pour Ash, Killian fronça les sourcils et murmura au creux de son oreille :

" Hé, le fait que j'ai embrassé un autre que toi, ça te donne juste envie d'embrasser quelqu'un d'autre aussi ? C'est tout ? Genre... C'tout ? "

Bon. Il était un peu déçu quand même. Il pensait que Juliet l'aimait plus fort que ça. Mais peut-être qu'elle le croyait pas vraiment, aussi... Bah, tant pis, lui il savait qu'il aimait tout le monde très fort et zut à ceux qui le croyaient pas. L'amour c'était le bien d'ailleurs, il l'avait toujours dit, ouaip d'abord !

Légèrement distrait, il revint sur terre lorsque Juliet lui mis un verre rempli entre les mains, disant qu'il devait boire lui aussi. Ah, pourquoi ? Avisant que tout le monde ou presque buvait, il supposa que c'était quelque chose que tout le monde devait faire fréquemment. Genre se doucher avec quelqu'un du sexe opposé, ouais. Et oh pétard, est-ce que le bouclé se faisait embrasser par la Nott junior ?! Oh pétard !

" Juuuuuuu ! Regarde les namoureux ils s'embrassent ! Viens je vais te montrer ce qu'ils font ma Juliet, " ajouta-t-il en l'embrassant délicatement.

C'était cool les amoureux, c'était cool de faire des bisous aux gens et surtout à sa Juliet hein, parce qu'il l'aimait très fort et adorait lui montrer comme ça. Surtout qu'elle était belle, et qu'elle embrassait super bien, donc il se sentait vraiment bien quand elle était contre elle, que ses lèvres jouaient avec les siennes, que ses mains griffaient son dos et que les siennes se perdaient dans ses cheveux et...

" Pfiouuu, j'ai chaud ! Un verre s'vous plait les potes ! "

Puis, Jeremy demanda qui n'avait jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch et, réalisant que ça l'incluait dans le lot, il rougit comme un gamin et lui fit promettre de le bâillonner la prochaine fois qu'il voudrait parler. Éclatant de rire, Killian lui ébouriffa les cheveux et murmura :

" T'inquiète vieux, j'te surveille, compte sur moi ! Fin s'tu pouvais faire gaffe à ce que je dis, aussi ; Juliet va me r'tomber dessus demain, ça va être du lourd s'tu veux mon avis... "

Seulement, il vit Juliet boire un verre à la phrase de Jeremy et se retourner vers lui, mutine, lui disant que c'était à charge de revanche. Sa bouche s'entrouvrit sous le choc et, déçu, il passa son regard de Juliet à Jeremy, puis de Jeremy à Juliet puis de...

« Mais je déconne, je t’aime. »

Ce bout de phrase, murmuré après un nouveau baiser, le rassura profondément. Damn, il était quand même pas jaloux de son meilleur pote, si ? Évidemment que Juliet avait craqué pour lui, vu comment il était beau gosse quoi ; il trainait pas avec des merdes. Et puis, de toute façon, Juliet était avec lui non, pas avec Jerem, alors pourquoi il se stressait comme ça ? Et si ça se trouvait, elle parlait pas de Jeremy hein, mais de Nora... Ou encore d'O'Connor, ou du capitaine de Serdaigle hein, d'abord ! Oui, évidemment, il était con. Totalement con. Pfff, quelle idée d'être jaloux, lui alors ! Finalement, Killian saisit un verre et but lui aussi :

" Cui-là c'est pour Highlands ! Elle est capitaine maintenant, d'abord. Et puis, c't'une sacrée bombasse sur son balai, hein, que quelqu'un dise le contraire ! "

Puis, réalisant qu'il venait encore de complimenter une nana devant Juliet, il se tourna vers Jeremy et s'exclama :

" Putain, sérieux, demain j'suis mort moi ! "

Finalement, Juliet s'exclama un " Je n'ai jamais embrassé une fille " et il grimaça ; c'était teeeellement excitant, pourtant. Mais en soit, c'était quand même mieux. Enfin il s'en foutait de qui avait embrassé Juliet avant, tant qu'il l'était le seul à le faire maintenant. Puis, évidemment, il se servit un nouveau verre et, avec un léger hoquet, le but cul-sec.

" Pfiouuuuu, il déchire ton Whisky Irving ! " s'exclama-t-il, avisant le bouclé qui s'était assis près de Jerem.

Tiens, il était pas à côté de Nott Jr tout à l'heure ? Chelou. Il hallucinait maintenant. Donc ils s'étaient jamais embrassés ? Haaaaan, mais pourtant il était persuadé d'avoir embrassé Juliet pour lui expliquer ce qu'ils faisaient, même... Attendez, Juliet était réelle, pas vrai ? Comme pour s'en assurer, Killian prit brusquement sa main, passant son autre main dans ses cheveux, soupirant de soulagement en réalisant qu'elle existait bel et bien.

" Chérie, j'ai eu trop peur, j'ai cru un instant que t'existais plus... Et..."

Killian s'apprêtait à poursuivre sa phrase lorsqu'il entendit la réplique de Samaël et, aussi bourré était-il, elle percuta totalement.

"Je n'ai jamais vraiment été hétéro !"

Il éclata de rire, persuadé qu'il s'agissait d'une bonne blague, et but rapidement un verre. Seulement, en réalisant que Sam ne prenait toujours pas de verre, son rire s'étrangla et se transforma rapidement en une moue dégoûtée. C'était quoi cette vanne bidon, là, qu'il boive donc, c'est bon, on avait compris que c'était une blague ! Sa main se crispant sur son verre, il fit rapidement le tour du cercle et, choqué, il remarqua qu'Ashley non plus n'avait pas bu. Se remémorant le baiser d'il y a quelque temps, ses lèvres formèrent une nouvelle fois une grimace des plus choquées. Putain, ce gars était un pédé ! Il l'avait embrassé ! Et il avait certainement prit son pied, hein, à le draguer, alors qu'il faisait semblant d'être gêné ! Putain, c'était dégueulasse. Et pourquoi Irving voulait porter un toast à ce mec ? Il allait pas bien, c'était dégueulasse ! Qu'est-ce qu'il lui prenait là ! N'importe quoi !

Se relevant brusquement, Killian laissa tomber son verre par terre, lançant un regard dégoûté à Ashley. Au pire, Samaël, il l'avait jamais aimé, qu'il soit homo il s'en foutait. Mais Ashley, c'était dégueulasse. Ce mec avait voulu sortir avec Clara, avait même une nana et voilà qu'il était qu'une tapette ?

" Vous êtes dégueulasses putain. En quoi faut porter un toast là ? Hors de question que je reste avec des tafioles pareilles ! J'me casse, putain, et m'approchez pas, bande de pédés ! "

Bourré, ses paroles étaient légèrement plus crues que ce qu'il aurait dit en vérité. Mais il était franchement dégoûté, notamment par Ashley, qu'il aurait jamais cru capable d'un tel vice. Reculant prestement du cercle, comme s'il était infesté, il murmura à Juliet :

" J'vais dehors appeler mon père. "

Puis, après un dernier regard dégouté pour Ashley et Samaël, sans tenir compte des têtes choquées qu'il avait suscité chez certaines personnes, Killian se détourna, enfonçant brutalement ses mains dans les poches. Il se dirigea vers l'extérieur, prit une bouteille sur une des tables et s'assit sur une marche d'escalier. Il tira de ses poches une cigarette et un briquet ainsi que son portable ; une fois sa clope allumée, sa bouteille ouverte, Killian composa le numéro de son père et, d'une voix éraillée, s'exclama dès que le "bip" résonna :

" Bonne année p'tit vieuuuux ! "

Un éclat de rire lui répondit avant que son père ne hurle un bonne année en retour dans le combiné. Grimaçant, Killian s'écria :

" Grave comment tu cries, y a du monde au Sucré ?

" Y'a toujours du monde au Sucré, p'tit morveux. Mais on s'éclate bien, ouais. Même que ton pote Anton il a ramené de la came pure qui déglingue ! "

Avec un petit sifflement, Killian répondit :

" Dingue, je pensais pas qu'il arriverait à s'en procurer ! Fais-moi un p'tit stock pour le trimestre, vieux, avant qu'il y ait plus rien. J'vais pas tarder je pense, d'ailleurs...

" Hé quoi, la fête s'épuise déjà chez toi ? P'tit jeunes sans endurance ! "

" Pas ça. Pas envie d'en parler. "

Le dégout était encore bien ancré en lui et rien que d'y penser lui donnait la gerbe. Putain, Ashley, une tafiole. Qui l'aurait cru, hein ? Un mec aussi cool. Aussi branché, classe et style. Une illusion, surement, hein. Un homo pouvait pas avoir de potentiel cool. Ca faisait un peu mal à l'orgueil qu'une aussi bonne recrue, soit-disant, se retrouve être un petit pédé. Soupirant, Killian poursuivit :

" Allez vieux, continue à fêter, j'arrive bientôt ; garde-moi de la vodka, hein ! Le whisky, j'en ai ma claque là. "

Puis, il raccrocha. Soudainement épuisé, Killian laissa retomber sa tête sur le mur et prit une longue taffe de cigarette.

Putain. Ashley était gay.



Hello, I'm Awesome !
Donald McWildeCinquième annéeavatar
Messages : 207

Voir le profil de l'utilisateur
Le cercle s'élargissait peu à peu. Donald était impressionné que tant de monde veuille jouer à un jeu, et il en conclut qu'il faudrait s'habituer à la foule puisqu'il envisageait de devenir célèbre. Dans leur petit groupe plus si petit s'étaient ajoutés : la Déesse de Whisky Pur Feu - c'est le seul nom la désignant que Donald retint, ainsi qu'elle était jolie et qu'il avait déjà vu sa tête quelque part -, Artémis Nott, qui semblait beaucoup plus joyeuse qu'à son habitude, Killian Gray - Donald n'en revenait pas d'être assis non loin d'un Dieu -, Samaël Smith, l'armoire à glace. Bref, une joyeuse compagnie, qui rendait le Gryffondor (n'ayant jamais été aussi bien entouré) littéralement euphorique.

« Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! »

Appuyant les exclamations de ses camarades, Donald s'exclama :

« QUOI ? Silverster s'est tapé Miss Bloomwood ? »

Une partie de lui était déçue : il avait toujours eu un petit faible pour la charmante infirmière. En première année, il avait essayé de se couper le doigt pour qu'on l'emmène à l'infirmerie mais au final, il avait écopé une retenue sans voir le joli sourire de la belle Miss Bloomwood. Et voilà que son ennemi déclaré, tout frais débarqué à Poudlard, se la mettait dans le sac sous les yeux de son jeune rival aux efforts acharnés depuis trois ans. Injustice ! Mais d'un autre côté, Donald jubilait. Irving venait de lui fournir une arme redoutable contre le concierge. Si le Gryffondor ne révélerait pas que Silverster avait un frère taulard, cette découverte constituait une carte de plus dans sa manche pour leur prochain affrontement. Il pourrait bien lui faire peur avec des insinuations comme "le confort des lits de l'infirmerie". Il éclata d'un tonitruant.

Irving révéla alors que son jeune invité ne boirait pas une goutte d'alcool. Vexé qu'on le prenne pour un "petit", il répondit :

« De toute façon c'est trop tard, t'aurais dû y faire attention avaaaant ! »

En effet, le troisième année était loin d'être sobre. Ça n'empêchait pas qu'il était trop jeune pour finir la soirée ivre-mort, mais ça, il y penserait après. Il ne voulait pas être mis à l'écart.

« ...je n’ai jamais... fait parti d’une équipe de quidditch ! AHAHAH ! Buvez bande de sportifs m’as-tu-vus ! »

Donald qui n'avait jamais été et ne serait jamais un sportif les regarda faire, blasé et légèrement déçu. La jolie blonde enchaîna :

"Je n'ai jamais embrassé un garçon."

Et elle but une grosse gorgée de Whisky Pur Feu. Alors la mémoire revint à Donald : c'était elle, la fille qu'il avait embrassée et qui lui avait donné une baffe en lui disant qu'il puait quelques heures plus tôt (bien sûr, on ne sent pas la rose quand on vient de vomir). Il adressa un sourire de tombeur à la Déesse du Whisky Pur Feu et se concentra à nouveau sur le jeu : jusqu'ici, aucune question ne lui avait permis de se saouler encore plus. C'était la première fois qu'il buvait, et il aimait être bourré (même si ce serait moins drôle le lendemain au réveil).

"Je n'ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch !"

Le plus amusant, c'est que Jeremy Baker posait cette question. Donald ne put s'en empêcher : il attrapa un verre dans lequel un fond de Whisky Pur Feu croupissait et le finit avec un gros bruit de déglutition. Et à sa grande surprise, Irving, Juliet et Jared burent aussi. Irving observait Nora Weaver si fixement que le coeur de Donald en fit des bonds : non il n'était pas un gros romantique, c'était l'alcool, bien sûr. Quant à Juliet, Donald ne fut pas surprit : ne l'avait-il pas vue dans les bras du capitaine de l'équipe de Gryffondor quelques heures plus tôt ? Certes elle n'était pas rousse, mais pour le jeune garçon, ce n'était pas une grande différence. Les couleurs de cheveux avaient toujours varié très vite dans les bras de Killian Gray, alors pourquoi pas Juliet ? En parlant de Killian Gray, celui-ci leva aussi son verre pour la nouvelle capitaine de l'équipe de Serpentard, alors que sa petite amie était... à côté de lui. Ça commençait vraiment à dégénérer.

« Oh j’sais ! Les gars, c’pour vous ! Je n’ai jamais embrassé une fille ! »

Donald fut ravi de se resservir et de boire une autre gorgée (n'avait-il pas embrassé la Déesse du Whisky Pur Feu ?) pendant qu'Irving ne le regardait pas. D'ailleurs, où était-il, Irving ? Soudain paniqué par le sol qui se penchait de plus en plus, le troisième année regarda fébrilement autour de lui et vit le sixième année revenir vers eux et s'asseoir entre Jeremy et lui. Plus inquiet qu'étonné, Donald se pencha vers Irving et voulut lui demander ce qui n'allait pas, mais déjà ce dernier levait son verre en l'honneur de Samaël Smith qui déclarait ouvertement son homosexualité. Donald leva son propre verre et renchérit :

« A la santé de Samaëëël ! Puisses-tu trouver mieux que Silverster ! *si ce n'est pas déjà fait* » ajouta-t-il en se remémorant la phrase de dépit du Poufsouffle quand il avait appris que le concierge fricotait avec l'infirmière.

Puis Irving lui arracha son verre des mains. Rendu légèrement irascible par l'alcool, Donald essaya de récupérer son verre des mains de son ami en protestant vertement :

« Hé, c'est pas juste ! Irving je... »

Pourtant, il se tut et se rassit. Killian Gray venait d'éclater. Ça dégénérait. Donald qui n'était pas assez lucide pour réfléchir aux paroles du jeune homme ne comprenait plus rien à la scène qui se déroulait. La situation le dépassait complètement. Il en profita pour attraper un autre verre et le vider cul-sec, ce qui dénotait avec l'immobilité des membres du cercle. Chancelant, il s'appuya contre Irving en regardant God finir son éclat et leur tourner le dos.
Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1983

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que Killian lui demandait si le fait qu’il avait embrassé une autre qu’elle lui donnait simplement l’envie d’embrasser quelqu’un d’autre aussi, Juliet se tourna vers lui et plongea ses yeux dans ceux du garçon, devenue légèrement plus sérieuse.

« Non, en vrai j’aime pas vraiment que tu embrasses d’autres personnes que moi, tu vois. J’aime pas du tout ça même. » déclara-t-elle avant de prendre possession de ses lèvres.

Se calant plus confortablement contre son petit ami, elle suivit le jeu avec attention, buvant distraitement au goulot d’une bouteille. Alors que le Serpentard demandait à Jeremy de surveiller ce qu’il disait, la Gryffondor esquissa un large sourire malicieux. Puis, tandis qu’après avoir bu au « je n’ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch » et après avoir avoué qu’elle à Killian qu’elle déconnait et qu’elle l’aimait, ce dernier leva son verre pour le vider à son tour, mentionnant Joy. Fronçant les sourcils, Juliet se tourna vers Jeremy et lui demanda :

« Jeremy, je compte sur toi pour me rappeler que je dois me rappeler de me souvenir de ce qu’a dit Killian. » fit-elle en se tournant vers ce dernier.

Mais l’alcool aidant, elle rangea bien rapidement les paroles dans un coin de son cerveau, et se concentra sur le jeu. Samaël venait de déclarer ouvertement qu’il n’avait jamais été véritablement hétéro. Souriant à son ami, Juliet leva son verre pour lui porter un toast avec d’autres participants, elle remarqua qu’Ashley ne vidait pas son verre non plus, le fixa quelques secondes, sentit Killian s’agiter derrière elle, se retourna, le regarda avec un regard interrogateur et finalement, son cerveau bien qu’imbibé d’alcool, réussit à additionner A+B.

« "Vous êtes dégueulasses putain. En quoi faut porter un toast là ? Hors de question que je reste avec des tafioles pareilles ! J'me casse, putain, et m'approchez pas, bande de pédés ! " »

Trop estomaquée par les paroles que venait de prononcer son petit ami, Juliet l’entendit lui murmurer qu’il sortait pour appeler son père. Un silence pesant s’abattit sur la pièce. Observant Samaël, Juliet lui adressa un vague sourire désolé, lâcha un profond soupir, tenta de se relever et pour y parvenir s’aida de l’épaule de Jeremy.

« J’y vais. » commença-t-elle « Enfin, j’vais le voir quoi, j’reviens. »

Marchant, enfin plutôt titubant, vers la porte, la jeune femme baissa les yeux et remarqua le sol copieusement arrosé d’alcool, ainsi que ses cheveux, qui étaient également bien trempés de Whisky. Poussant la cloison qui la séparait de la sortie, la Gryffondor avisa Killian qui parlait à son père, lui mentionnant qu’il comptait rentrer bientôt. Croisant les bras, elle attendit qu’il ait raccroché avant de se rapprocher de lui. Se positionnant devant lui, elle se contenta de le fixer, silencieuse, tentant de rassembler ses idées pour lui sortir une phrase qui ressemblerait à une phrase. Avisant son paquet de cigarette moldue, elle en attrapa une et saisit le briquer des mains du jeune homme pour l’allumant. Tirant longuement dessus, elle rejeta la tête en arrière pour souffler la fumée, la regardant monter dans légèrement dans le ciel avant de disparaître.

« Killian… » débuta-t-elle.

Magnifique phrase, nous sommes tous d’accord.

« Je… Je t’avoue que j’te comprend pas vraiment » poursuivit la jeune femme avec la voix éraillée. Elle toussa un peu et reprit : « J’veux dire, j’sais hein, j’ai pas à te faire la morale, mais… Pourquoi ? Enfin… Qu’est-ce que ça te fait, si Sam ou Ash sont homosexuels ? C’est pas comme s’ils allaient te sauter dessus… Bah ouais hein, c’est pas parce que je suis hétéro que je vais sauter sur tous les mecs qui passent. Puis sérieusement, ils ont rien fait, c’est pas comme si c’était un crime. Tu l’aimes bien Ashley non ? Et pourtant il était gay avant. Tu m’expliques ce que ça change ? »

Elle laissa s’écouler quelques secondes et continua :

« Merde Killian je déteste te faire la morale. » elle soupira, attrapa la bouteille que le jeune homme avait apporté, la porta à ses lèvres et sentit le liquide lui brûler la gorge. « Mais ils n’ont rien fait de mal. Et ils ne méritent absolument pas que tu les traites comme ça, tu sais. »

« Sérieusement, je t’aime vraiment Killian. Mais ce que tu penses d’eux, je ne le cautionne absolument pas. D'ailleurs, je trouve ça con même. Terriblement con. » elle secoua la tête, « je crois même que tu as de la chance que je sois carrément trop bourrée pour m’énerver. » lâcha-t-elle, en se promettant de lui en reparler de l'engueuler le lendemain - en supposant qu'elle soit avec lui, évidemment.

Tirant une nouvelle fois sur sa cigarette, elle le dévisagea. Maintenant qu’elle était sortie de l’ambiance festive qui régnait chez les Whitaker, elle était quasiment épuisée. La situation y était pour beaucoup également.

« Qu’est-ce que tu vas faire ? » lui demanda-t-elle.

Et si d’un côté elle avait envie de rester avec le jeune homme, elle n’avait aucune envie de laisser là ses amis, surtout après ça.



Avatar par classwhore
Ashley ReynoldsSixième annéeavatar
Messages : 298

Voir le profil de l'utilisateur
Ashley était soulagé, sacrément soulagé de pouvoir passer le réveillon du Nouvel An avec ses potes, plutôt que coincé chez lui avec ses parents et son insupportable grand-mère paternelle, et les insupportables cousins qui allaient avec. Pourquoi diable ses parents les avaient-ils invités, ceux-là, hein ?! Bref, il n’avait pas à s’en faire, le principal était que, cette année, il n’avait pas à les supporter pour le Jour de l’An. Il allait passer un réveillon tellement génial que son père en serait jaloux. Alors qu’il formulait cette pensée, il vit Killian se précipiter sur lui, et lui tirer brusquement.

" MON POTE ! T'AS FAILLI TE FAIRE BOUFFER PAR UN CHAT VERT ! JE T'AI SAUVÉ TA VIE MEC ! "

Le Gryffondor éclata de rire. Visiblement, Killian avait l’air de passer lui aussi un formidable réveillon.

« Oh, merciiii, mec, honnêtement, je sais pas comment j’aurais fait sans toi, là ! »

Mais son pote n’eut pas l’air de saisir le ton ironique de sa phrase et insista :

" UN CHAT VERT MEC ! "

Ils se mirent à rire, et Killian décida d’aller les réapprovisionner en Whisky-Pur-Feu, et en reversa une bonne partie sur le t-shirt d’Ashley, qui n’y aurait pas prêté attention, si Killian ne s’était pas mis à pouffer comme une Gryffondor de douze ans et ne lui avait pas retiré ledit t-shirt. Cette dernière information mis d’ailleurs un certain temps avant d’arriver au cerveau d’Ashley. Ce n’est qu’au moment où quelque chose du genre « Attention. Warning. Danger. Killian enlever t-shirt. » atteignit ses neurones qu’il réalisa que son pote avait décidemment dû beaucoup boire, mais vraiment, vraiment beaucoup.

« Euh, ça va mec, tu te sens bien, là ? »

" J'suis désolé, vieux. Mais enlève ton t-shirt. C'est pas bien de porter des vêtements mouillés. Ca fait sex, hein, mais tu vas tomber malade. En plus t'es super musclé, pas vrai ? Han ouais, t'es musclé pote, et... Oh putain tes lèvres sont vachement prêt quand même "

« Oui, je trouve aussi, bro. Un peu trop près à ton goût, peut-être ? Mais là, c'est toi qui l'a cherché ! »

Il rit. Lui, ça ne le dérangeait pas. Au contraire. Il lui suffirait juste de…

" Putain, combien de bouteilles me suis mangée pour avoir envie de t'embrasser, bro ! "

Ashley se mit à rire bêtement. En effet, il se le demandait. De même, que se passait-il dans sa tête à lui, hein ? C’est son AMI, Kiki. Et on n’embrassait pas ses amis. Ashley, je te l’ai déjà expliqué, alors obéit. Et arrêtes de boire, ça te donne visiblement des idées étranges. En plus, il est à Juju, Kiki.
Mais cela ne sembla pas perturber Killian outre mesure, et il entraina son ami à travers la pièce en l’attrapant vers le bras, sans même lui dire pourquoi, avant de le lâcher et de partir en courant, toujours sans dire pourquoi. Ce mec était décidemment trop drôle. Ashley resta planté là un instant, sa bouteille à la main, à rire tout seul comme un idiot, puis se dépêcha de rejoindre tout le monde pour le compte à rebours, et hurla avec eux. Il entendit un gamin de sa maison commencer à compter n’importe comment et, trouvant cela stupide, il se mit à faire pareil.

« QUAAAATRE ! HUUUUIT ! DOOOOUZE ! QUARANTE-TREIZE ! BONNE ANNEEEEEEE ! »

Et puis il se mit à rire à sa blague idiote. Sur ce qui c’était passé ensuite, Ashley n’en avait qu’un vague souvenir très flou. Il se souvenait être retourné chercher une bouteille, puis plus rien jusqu’à ce que Irving s’exclame « Je n’ai jamais vu l’infirmière et le concierge à moitié nus allongés sur un lit d’l’infirmerie ! » , avant de d’avaler une copieuse gorgée de whisky, ce qui causa à la fois l’hilarité et la perplexité d’Ashley. Lui qui pensait que le concierge était gay ! (Bah quoi, ça lui arrivait souvent de séquestrer Sexy Jayden de jeunes hommes dans son bureau !)
Les deux « Je n’ai jamais » suivant n’intéressèrent pas beaucoup Ashley, qui se disait que, décidemment, il n’était pas près de boire durant ce jeu si cela continuait ainsi. C’est alors que Killian, qui était visiblement bien imbibé ce soir, diverti l’assemblée.

" Vous saviez que je suis trooooop grave amoureux d'Ashley ? Ouais ouais, même qu'il m'a déjà embrassé ! Mais chut hein, faut pas le dire à Juliet, elle va être jalouse ! "

Ashley explosa de rire. Killian était décidemment quelqu’un de bien différent lorsqu’il était saoul, songeait-il en repensant à la réaction disproportionnée qu’il avait eu lors de ce fameux baiser.

« Ouais, mec, moi aussi, je t’aime ! »

Puis, lorsque Juliet, la propriétaire à priori exclusive de Killian, émit des protestations, Ashley la rassura.

« T’inquiètes pas, Ju, lui non plus n’aime pas tellement ça ! Je me suis pris le rateau de ma vie !»

" JE VOUS AIIIIIIIIIIIIIIME ! "

Il riait aux larmes. Vraiment hilarant, ce mec.

" Et même que j'ai jamais fait de partouzes moi ! "

Oui, décidemment, il n’était pas près de boire à ce jeu. Enfin, ça, c’était ce qu’il croyait, jusqu’au « Je n’ai jamais embrassé un garçon », où, tout en buvant son verre, il jeta un coup d’œil, plus ou moins discret, pour voir qui buvait. Bah quoi, il se renseignait, en toute innocence ! Le « Je n’ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch » fut également l’occasion de boire.

« Attendez, attendez, sur ce coup-là, faut que je boive au moins trois fois ! »

Bah oui, O’Connor, Jeremynette, et le capitaine de Serdaigle, ça faisait trois.
Oui, Ashley bu à ce jeu plus qu’il ne pensait qu’il ne le ferait, puisque même au « Je n’ai jamais embrassé une fille », il pu boire. Il rit en pensant à la première (et presque seule) fille qu’il embrassée. Il avait neuf ans, et avait supplié sa cousine Diana, qui avait onze alors, de l’embrasser « juste pour voir comment ça fait ».
En revanche, il y avait autre chose qu’il n’avait pas prévu. Cette autre chose imprévue, ce fut Smith qui la causa.

"Je n'ai jamais vraiment été hétéro !"

Ashley se tourna vers le Poufsouffle, légèrement étonné. Alors ça, il ne s’y attendait pas du tout ! A croire que le gaydar d’Ashley était aussi pourri que celui de sa joueuse !
Après un instant d’hésitation, et après avoir vu 98% des personnes présentent boire, Ashley ricana légèrement, avant de s’exclamer :

« Hé, vous savez quoi, les gens ? MOI NON PLUUUUUS ! »

Ce n’est qu’après avoir prononcé cette phrase que Ashley se sentit légèrement mal à l’aise, malgré Irving qui proposait déjà de boire à la santé de Sam. Il s’excusa mentalement auprès de Lorena tout en maudissant les idées stupides de James. Puis il se maudit lui-même pour les avoir suivies.

*J’ai peut-être encore fait une connerie, non ?*

Pour se rassurer, il jeta un coup d’œil aux personnes qui se trouvaient là, et il fut effectivement rassuré, il n’y avait que des gens cools. Mais il y en avait un autre, qui avait apparemment décidé de faire une connerie. Il vit son pote Killian se lever, et sentit son cœur se serrer, pressentant ce qui allait venir. Oui, il n’y avait que des gens cools, mais les gens cools ont parfois de très mauvais côtés eux-aussi, Ashley.

" Vous êtes dégueulasses putain. En quoi faut porter un toast là ? Hors de question que je reste avec des tafioles pareilles ! J'me casse, putain, et m'approchez pas, bande de pédés ! "

Le Gryffondor aurait voulu ne pas baisser les yeux sous le regard dégouté de Killian, mais il ne pu s’en empêcher, son courage de Gryffondor l’avait quitté pour un instant. S’il avait un peu regardé autour de lui, il aurait vu que les autres n’approuvaient pas la conduite du Serpentard, mais Ashley s’en fichait. Ce n’était pas ce qui comptait. Il regarda Juliet se lever à son tour pour rejoindre Killian. Non, il se foutait bien des autres. Tout ce qui comptait à ses yeux à cet instant-là, c’était que son pote le méprisait. Et ça faisait mal, bordel de troll. Il resta quelques longues minutes en état de choc, indifférent à tout ce qui se passait autour de lui, regardant fixement son verre, qu’il finit par vider d’un trait.

« S’cusez-moi. »

Il se leva, alla remplir son verre, et le bu jusqu’à la dernière goutte, puis décida de sortir à son tour et enfila sa veste. Si Killian avait dit de telles horreur, c’était parce qu’il était saoul, il ne le pensait pas. Ashley tentait désespérément de s’en convaincre, mais au fond, il n’y croyait pas. Il sortit donc à son tour, et vint se planter juste devant Killian et Juliet. Il fit un vague sourire déprimé à celle-ci avant de se tourner vers le jeune homme.

« Soit tu es vachement, vachement bourré, soit t’es un putain de connard. J’espère sincèrement que c’est la première solution qui est la vraie. »

En vérité, Ashley ne savait pas vraiment pourquoi il était sorti le rejoindre. Qu’espérait-il, à la fin ? Que Killian s’excuse platement ? Non, il savait bien que ce n’était pas son genre. Non, tout ce qu’il voulait, c’était qu’ils puissent rester amis. Malgré…ça.

« Merde, Killian, t’es un mec cool, quoi, et les mecs cools, ils font pas ça ! Tu…tu te rends compte que c’est blessant, ce que t’as dit ? Putain, mec, j’te comprends pas. »

Il soupira, ne sachant pas véritablement quoi dire. Il se sentait…vide, complètement vide, et essayait désespérément de trouver un sens aux paroles de Killian.

« Si t’as dit ça uniquement parce que je t’ai embrassé il y a…des semaines, sache que c’était pour rire. Et aussi parce que je suis tellement nul pour draguer que je savais pas quoi faire d’autre ! »

Il rit doucement en disant cela, retrouvant légèrement le sourire. Il avait jugé préférable de ne pas lui dire que, malgré cela, il avait bien aimé l’embrasser. Comme quoi, parfois, il savait être raisonnable.

« Sérieux, mec, y’a pas de quoi m’en vouloir ! Y’a pas de quoi s’énerver comme ça, par le caleçon de Myrdhin Merlin ! Je t’aime bien, bro…bon, OK, c’est pas forcément le truc à dire là, maintenant, mais bon, je veux dire…je t’aime bien comme James, mais James au moins, il est gentil avec moi ! Mais je veux qu’on reste potes. Et puis tu m’as sauvé d’un chat vert, mec, tout à l’heure, alors c’est que tu m’aimes bien aussi, non ? Enfin, j’aimerais qu’on reste potes, quoi. Vraiment. Je veux dire, ce serait débile qu’on soit plus ami juste pour un truc aussi sans importance que ça. Franchement, Killian, qu’est-ce qu’on s’en fout que je sois gay ou pas, ça change rien, bordel ! Je suis toujours le même qu’avant. C’est juste que tu sais un truc de plus sur moi, c’est tout. »

Le Gryffondor laissa échapper un petit soupir, et persistait à espérer que Killian ne pensait pas ce qu’il avait dit. Parce qu’on ne dit pas des trucs pareils à ses potes, pas volontairement. Ashley était certain qu’il n’aurait jamais fait ça, lui. Si un de ses potes lui avait dit un truc comme ça, il lui aurait fait un gros câlin, ou aurait juste dit « Eeeuh, ouais, et alors ? C’est pas graaaave, on s’en fout ! ». Mais Ashley savait bien que son câlin, il pouvait toujours l’attendre. En revanche, le « C’est pas grave, on s’en fout », il aurait bien aimé l’entendre.


 SAMEO FOREVER  

Citation :
 @ Daisy Mason : Ashley c'est... Indescriptible


Nora WeaverAubergisteavatar
Messages : 1975

Voir le profil de l'utilisateur
Nora soutint le regard d'Irving, qui lui apparaissait légèrement flou après les quelques verres qu'elle venait de vider. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle espérait. Quelques heures auparavant elle aurait adoré qu'il vide son verre et aurait passé le reste de la soirée à se demander si il partageait ses sentiments, au moins un peu, avec un sourire niais collé au visage. Mais il l'avait presque poussé dans les bras de Jared un peu plus tôt dans la soirée, avant d'embrasser Artémis, le message paraissait clair. Peut-être vaudrait-il mieux qu'il ne boive pas finalement. Mais le jeune homme leva son verre, et le vida d'une traite en la regardant droit dans les yeux. Nora le fixa, interdite, alors que son cœur menaçait d'exploser dans sa poitrine. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Et si cela voulait dire ce qu'elle pensait, qu'est-ce qu'elle devait faire de ça ? Quoiqu'il en soit elle était encore suffisamment sobre pour savoir que ce n'était pas une question à résoudre maintenant, au risque de faire n'importe quoi.

Elle eut l'impression qu'une éternité s'était écoulé quand le Gryffondor se leva finalement en balbutiant qu'il allait se chercher un t-shirt. Complètement chamboulée, la jeune fille suivit son ami du regard et tomba sur...Jared, qui les observait en fronçant les sourcils. Il était visiblement le seul à avoir suivi ce qui venait de se passer. Elle l'avait presque oublié. Qu'est-ce qu'il allait penser maintenant ? A tous les coups il allait s'imaginer qu'elle et Irving se fichait de lui depuis le début. Nora tenta de se raisonner en se disant que c'était peut-être elle qui accordait à ce geste plus d'importance qu'il n'en avait. Peut-être que ça ne voulait rien dire, qu'il avait fait ça pour rire. Non, il ne l'aurait pas regardé de la sorte si ça avait été le cas, quoi qu’avec l'alcool...Nora décida d'arrêter de tergiverser pour y repenser plus tard, si toutefois elle s'en souvenait. Elle adressa donc un vague sourire d'excuse à Jared qui lui répondit par un regard interrogateur.

Plutôt gênée, Nora reporta son attention sur le jeu. Elle ne but pas quand Juliet assura n'avoir jamais embrassé de fille. Puis vint le tour de Samaël qui avoua n'avoir jamais été vraiment hétéro. La jeune fille vida son verre avant de remarquer que Samaël ne touchait pas au sien, et qu'Ashley non plus. Wahou. On en apprenait des choses en donnant aux gens quelques verres de whisky. Jamais elle ne s'en serait douté ! Irving proposa de boire à la santé de Samaël et ce n'est qu'à ce moment que la Poufsouffle se rendit compte qu'il était réapparu entre Donald et Jeremy, toujours sans t-shirt. Est-ce qu'elle avait imaginé tous les derniers évènements ? Peu importe, elle leva son verre et trinqua avec la plupart des autres convives.

"A Sam et Ashley ! lança-t-elle en adressant un large sourire à son batteur. Vous êtes vraiment courageux les gars !"

Elle qui était incapable de gérer un échange de regard avec Irving en public n'aurait jamais eu le courage de faire une telle annonce devant tout le monde. Alors que le jeu aurait pu reprendre paisiblement Killian Gray se leva soudainement et libérait tout un flot de paroles insultantes à l'égard de Samaël et d'Ashley, avant de quitter la pièce, bientôt suivi par Juliet et Ashley. Voilà qui jetait un froid...Nora se tourna vers son voisin le plus proche pour voir comment les autres réagissait et elle se retrouva face à Artémis. Décidant de faire comme si de rien était, après tout son amie n'avait rien fait de mal puisqu'elle n'était pas officiellement sensée connaitre les sentiments de Nora, elle se pencha un peu vers elle.

"Il était sérieux là ou c'est l'alcool ? l'interrogea-t-elle. D'ailleurs tu as bu combien de verres toi ?" ajouta-t-elle en riant en remarquant que sa camarade avait l'air bien plus joyeuse que d'habitude.

Intérieurement, elle se mit à prier pour qu'Artémis lui réponde qu'elle était complètement ivre. Avec un peu de chance elle n'avait embrassé Irving que sous l'influence de l'alcool et ne s'en souviendrait même pas. Quoiqu'il en soit, un silence tendu commençait à s'installer parmi le petit cercle de joueurs et Nora se mit à espérer que quelqu'un se chargerait bientôt de dédramatiser la situation car elle se sentait un peu mal à l'aise. A vrai dire, elle ne savait pas si c'était du au récent coup d'éclat de Killian ou à Jared qui ne la quittait pas des yeux et dont elle s'appliquait à ne pas croiser le regard.


Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1020

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Jeremy Baker le Mar 1 Jan 2013 - 22:55, édité 1 fois
Un certain nombre de joueurs burent à la question de Jeremy, ce qui en disait long sur le potentiel de séduction des capitaines de Quidditch, conclut-il en riant. Mais ce qui l'intéressait plus particulièrement, c'était de voir si son ami bouclé allait boire... Lorsqu'il vit l'intensité romantique avec laquelle Irving regardait Nora tout en levant son verre, Jeremy fit des bonds de joie dans sa tête. Il attendait avec impatience que la jolie blonde largue son Jared pour sauter sur Irving, mais rien de la sorte ne se produisit. Ronchonnant mentalement, Jeremy ne remarqua même pas qu'Ashley buvait trois fois, dont probablement une fois pour lui. Il ne s'attarda cependant pas sur sa déception puisque la soirée semblait sur le point de prendre un tour encore plus intéressant...

"Je n'ai jamais vraiment été hétéro !", lâcha alors un Samaël visiblement bien trop imbibé. Jeremy leva un regard étonné sur le Poufsouffle avant d'avaler la fin de sa bouteille. Vu que Samaël ne se décida pas à boire, il en tira la logique conclusion... Samaël était gay ! Voilà qui sonnait faux dans l'esprit embrumé de Jeremy. Après tout, s'il avait été amené à fréquenter le Poufsouffle, c'était parce qu'il était le petit-ami d'Olivia, à l'époque... Mais l'erreur est humaine, et Samaël avait sans doute du réaliser progressivement que les femmes ne l'attiraient pas. En tout cas, cela ne devait pas être une révélation facile pour lui. Les homosexuels n'étaient pas très bien acceptés dans la société sorcière. Ils faisaient face à des moqueries, voire à du dégoût, et avaient parfois du mal à trouver un emploi. Voilà pourquoi Jeremy était surpris que non pas un, mais deux de ses camarades fassent leur coming-out ce soir...

Lui-même n'avait rien contre la chose. L'idée lui avait même traversé l'esprit l'an passé, mais seulement un quart de secondes avant qu'il ne l'écarte définitivement. Il n'était pas gay, mais le fait que Samaël le soit ne l'atteignait pas spécialement. Le Poufsouffle n'avait jamais eu le moindre geste déplacé envers lui, il le voyait comme un copain, et se moquait de ce qu'il pouvait faire dans l'intimité...même s'il ne tenait pas spécialement à en connaître les détails. Bref, il avait un avis plutôt neutre sur la question, même si sa réaction aurait probablement été différente s'il s'était agit d'un ami plus proche... Plusieurs personnes portèrent donc un toast en l'honneur des courageux, auquel Jeremy participa. Mais le manque de tolérance des sorciers était visiblement partagé par les moldus, vu la réaction plus que disproportionnée qu'eut Killian...

"Vous êtes dégueulasses putain. En quoi faut porter un toast là ? Hors de question que je reste avec des tafioles pareilles ! J'me casse, putain, et m'approchez pas, bande de pédés ! "

Eberlué, Jeremy observa Killian, puis Juliet, puis Ashley s'en aller. Puis, lorsqu'il réalisa à quel point les paroles de Killian devaient être dures à entendre pour Ashley et Samaël, il poussa un juron entre ses dents. Parfois il avait tellement honte d'être l'ami de Killian ! Se sentant désolé pour le Poufsouffle, Jeremy passa son bras derrière Irving qui s'était glissé à côté de lui et serra doucement l'épaule de Samaël en signe de soutien.

"Killian peut être vraiment con !", lâcha-t-il soudain, rompant le silence gêné qui s'était instauré. "J'vais lui casser la figure !"

Mais le Gryffondor ne parvint pas à se mettre sur ses pieds, son sens de l'équilibre balayé par l'alcool. Jeremy retomba à moitié sur Irving et s'excusa avant de porter sa bouteille à ses lèvres pour se remettre de ces émotions. Vide.

"Bordel de troll", grommela-t-il en farfouillant ses poches à la recherche de sa baguette. "Accio bouteille ! Accio ! Accio j'ai dis !"

Après deux essais infructueux, Jeremy parvint enfin à faire voler jusqu'à lui une bouteille pleine et l'ouvrit prestement. Il avait besoin d'alcool, ce réveillon devenait sinistre. Ce n'était pourtant pas faute d'essayer de mettre l'ambiance ! Réalisant que celle-ci était retombée après les frasques de Killian, Jeremy décida de rattraper le coup.

"Bon les gars, faut pas se laisser abattre ! On est en 2007 bordel de troll ! Alors puisque le premier jeu était moisi je propose un changement !"

Il n'était plus temps pour la subtilité ou pour la découverte des secrets. Trop de secrets avaient déjà été découverts ! Puisque cette soirée devenait n'importe quoi et que tout le monde embrassait déjà tout le monde, Jeremy décida de donner un petit coup de pouce au destin. Tout en posant sa bouteille vide au centre du cercle, Jeremy songea que ce n'était pas plus mal que Georgiana ne participe pas à leurs jeux stupides...

"Le jeu de la bouteille ! Je pense que vous connaissez tous le principe...Bon, on fait soft sur les bisous, ma chérie rôde ! Et pis y'a des ptits jeunes parmi nous, pas vrai Donald ? Bon allez c'est parti !"

Et, d'un geste preste, Jeremy fit tourner la bouteille.


Lancer de dé :
1 - Jeremy
2 - Irving
3 - Donald
4 - Clara
5 - Nora
6 - Jared
7 - Samaël
8 - Artémis



MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Jeremy Baker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé à 8 faces' : 6

--------------------------------

#2 'Dé à 8 faces' : 4


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël regarda tous les joueurs boire alors que lui même ne faisait aucun geste pour porter son verre aux lèvres. Après tout il avait dit la vérité, même s'il avait sincèrement aimé Olivia, pendant leur relation, il avait quand même ressenti une sorte d'attirance pour Darren, il en était donc venu à la conclusion qu'il avait toujours plus ou moins préféré les garçons et que donc il n'avait jamais vraiment été hétéro. Il remarqua néanmoins qu'Ashley non plus ne buvait pas, Samaël fit un léger clin d’œil au Gryffondor et leva son verre dans sa direction.

Sam remarqua alors qu'Irving avait bougé de place puisqu'il demanda à ce qu'on porte un toast pour avoir eu le courage d'une telle déclaration. Mais en fait, il ne s'en était même pas rendu compte, c'était sorti tout seul, il n'y avait rien eu de courageux. Mais les autres semblaient penser le contraire puisqu'ils levèrent tous leur verre et burent tous en leur honneur.

Le jeune homme rougit légèrement, il était heureux que tout le monde le prenne aussi bien et l'accepte tel qu'il était, ça aurait été vraiment douloureux autrement. Il leva donc son verre et but avec les autres. Enfin, il pensait que tout le monde avait accepté puisque Killian Gray décida de se faire remarquer en lui jetant un regard dégouté accompagné d'une tirade des plus sympathique.

" Vous êtes dégueulasses putain. En quoi faut porter
un toast là ? Hors de question que je reste avec des tafioles pareilles
! J'me casse, putain, et m'approchez pas, bande de pédés ! "


Samaël fut sincèrement touché par les paroles du Serpentard et l'alcool aidant la peine fit place à la colère. Il essaya alors de se lever pour aller en coller une à cet espèce de gros homophobe mais il dut vite se rendre à l'évidence que ses jambes refusait de le porter correctement puisque c'est tout titubant qu'il hurla :

"Non mais je te permets pas de causer comme ça ! spèce de connard ! Ouai c'est ça vas-y dégage, je veux pas voir ta sale gueule d'homophobe."

C'est à ce moment là que ses jambes le lâchèrent, il se retrouva plus ou moins assit à sa place les jambes sous lui, devenues complètement inutiles. Il sentit alors la main de Jeremy sur son épaule en signe de réconfort.

"Killian peut être vraiment con ! J'vais lui casser la figure !"

Mais Jeremy n'arriva pas à se lever, Sam fit donc un sourire de remerciement au jeune homme. Il aimait beaucoup le soutien du jeune homme, alors que Juliet et Ashley sortaient pour aller parler à Killian. Sam ne savait pas trop pourquoi Ashley sortait puisqu'à tout les coups, il allait sûrement se faire insulter. Des fois les Gryffondors réfléchissaient pas beaucoup.

Jeremy lança alors une nouvelle idée de jeu, le jeu de la bouteille. Samaël trouva l'idée excellente et lorsque la bouteille fut arrivée au centre du cercle et qu'elle eut désigné une fille, vaguement déjà vu quelque part et un garçon qu'il avait sûrement déjà vu aussi, il ne put s'empêcher de s'égosiller.

"Le Bisou, le bisou, le bisou !"

Il remplit à nouveau son verre et le vida cul-sec en se disant que franchement l'alcool et les jeux c'était trop bien quand même. Au moins ça empêchait les gens de penser aux imbéciles et ça c'était cool.




Killian GrayAncien personnageavatar
Messages : 155

Voir le profil de l'utilisateur
Killian ferma les yeux. Dans son esprit défaitiste, embrumé, défilaient les souvenirs de son amitié avec Ashley, qu’il lui faudrait bientôt enterrés. Il revoyait leurs saluts réguliers, il revoyait le grand sourire du jeune homme, sa bonne humeur inaltérable, l’insouciance qui pétillait dans ses yeux d’enfant. Killian revoyait ces soirées passées ensemble, où il pervertissait peu à peu cette âme innocente, où il se laissait aller à des fous rires phénoménaux en sa compagnie.

Ashley, son pote, son super pote qui gérait tout, qui défonçait la baraque, faisait frémir les orties de la tante Auguste, qui vivait au bout de la rue principale de son quartier, et qui puait la bière à trois kilomètres à la ronde, cultivant des orties sur ses fenêtres pour que les abrutis du quartier ne viennent pas s’y asseoir en pleine nuit et foutre le tapage. Killian vénérait cette nana, qu’il trouvait incroyable. Puis, brusquement, ses pensées revinrent sur Ashley.

Ashley, qui était homosexuel. Comment était-ce possible ? Il semblait normal, pourtant. Comment n’avait-il pas pu voir cette tare qui grandissait en lui ? Il n’était ni efféminé, ni faiblard, juste un mec bien comme il fallait… Était-il vraiment gay, tout compte fait ? N’était-ce pas l’alcool qui lui avait fait dire des conneries ? Et, s’il l’était, au fond, qu’est-ce que cela changeait ?

Il aime les mecs, pauvre con, voilà ce que ça change !

Mais il n’allait pas sauter sur tous les mecs pour cela, pas vrai ? Il ne l’avait pas fait avant et ne le ferait pas maintenant, pas vrai ? Il n’était pas devenu pédé en une soirée. Alors s’il ne l’avait pas agressé avant, pourquoi maintenant ?

Le pédé t’a quand même roulé une pelle, tu te souviens, sale ivrogne ?

Mais Killian lui avait demandé de le draguer. C’était super chelou comme situation. Évidement qu’il allait flirter, embrasser ; c’était le jeu pas vrai ? « Drague-moi » qu’il lui avait dit, comme un con. Juste parce qu’il s’emmerdait, qu’il voulait passer le temps, parce qu’il y avait soi-disant du potentiel en ce mec. Alors ce n’était pas grave, si ? Il l’y avait incité, aussi. C’était pas une pulsion, dans les vestiaires, dans un placard, dans les couloirs sombres. C’était juste un putain de délire. Pas vrai ?

Tu m’expliques pourquoi tu cherches des excuses à ce con, là ?

Écrasant brutalement son mégot par terre, Killian se renfrogna plus encore. Il ne lui cherchait pas d’excuses, merde ! Il ne voulait même plus entendre parler de lui. C’était qu’un pédé. Un malade mental qu’il fallait internet et soigner pour aller mieux.

Mais, merde quoi ! C’était Ashley ! Son pote Ashley !

Le mec normal de la bande !

Comment était-ce possible ?

« Bordel, bordel, bordel ! » jura furieusement Killian en se prenant la tête dans les mains.

Il devait arrêter de penser à Ashley comme son pote. Il ne l’était plus. Pas en étant comme ça. C’était impossible. Ça le rebutait trop. Il ne voulait pas d’un pote de la race Fitcher. Il ne voulait pas d’une tafiole. Et qu’est-ce que dirait son père ?

Son putain de père qui contrôlait sa vie de merdeux. A cause de lui et de ses idées à la con qu’il lui avait transmises et faites acceptées, Killian avait quasiment perdu Juliet, Olivia et Jeremy. Et, maintenant, il allait perdre Ashley pour le même genre d’idées ?

« Les tafioles ça se fréquente pas. Vas pas te faire contaminer, mon gars. T’es fait pour aimer les gonzeses et leur nichons ; les nanas sont faites pour t’aimer toi avec tes poils et ton membre. C’est comme ça que ça marche, Killian. Le reste, t’oublies. Tu dénigres. Ils ne sont pas normaux. »

Alors Killian avait toujours pensé comme cela. Suivant aveuglement l’idéologie et la vie de son père, persuadé qu’il s’agissait de la Vérité Vraie, des seules paroles dignes de son illustre attention. Et, peu à peu, il ouvrait les yeux. Il se rendait compte de sa stupidité mais surtout de sa lâcheté. C’était tellement plus simple de fermer les yeux et se de laisser guider, pétard à la bouche. Pourtant ne clamait-il pas son indépendance absolue ? Que idiot cela faisait-il de lui, qui se terrait derrière les avis de son père sans s’en forger par lui-même. Indépendant, un vaste mot. La liberté, vivre seul, vivre con ; il s’était tellement planté.

Et, bien qu’étant totalement au courant de cela, de l’étendue de son imbécilité, Killian était incapable de tirer un grand trait au feutre noir grosse pointe sur toutes ces idées. Elle lui donnait un chemin à suivre, un sens à sa vie, une manière de réfléchir. Elles lui assuraient l’amour et le soutien de son père, quand il ne pouvait compter sur celui d’une mère. Mais cela valait-il de perdre des amis, des amours ?

Il ne savait pas. Supposait que non. Et, après tout, pourquoi essayer de changer maintenant ce qu’il pensait depuis plus de dix ans ? C’était peine perdue. Il accepterait jamais les gays. Il ne les trouverait jamais normal. Il ne les encouragerait jamais, ne les soutiendrait jamais. Hors de question. Alors ça changeait quoi, au final, de se donner la peine de faire semblant ?

Ashley. Un ami.

Voilà pourquoi ça en valait la peine. Parce que ce mec a la coolitude décelée par ses yeux professionnels était devenu un peu plus qu’une simple recrue coolie. C’était Ashley, quoi. Ash. Son pote. Et, merde. Qu’est-ce qu’il avait besoin de foutre la merde avec son homosexualité à la con ?

Se rallumant illico une clope, Killian faillit la faire tomber en sentant une personne s’approcher de lui. Juliet. Évidemment. Elle venait lui faire la morale, surement, l’enfoncer et lui dire combien elle était déçue. Évidemment. Il avait du décevoir plein de monde. Il semblerait qu’ils allaient devoir s’y habituer, s’ils voulaient de lui dans leurs amis. Il était une déception constante. Des merdes qui se suivent et s’ensuivent. Il était un con, mais avait été élevé pour devenir le parfait petit merdeux de première.

Soupirant, il n’écouta qu’à peine les paroles de Juliet. Il la connaissait trop bien, il savait ce que son visage fatigué signifiait, ce que la lassitude dans son ton voulait dire. Il savait qu’elle lui en voulait d’avoir encore tout gâché, de jouer l’imbécile et de se concentrer sur des détails si peu importants comme celui-ci alors qu’Ashley était son ami, non ? Alors, qu’est-ce que ça changeait, véritablement ?

Cette question, il se la posait depuis tout à l’heure. Se la ressassant sans fin. Et, toujours la même réponse. Rien. Rien parce qu’Ashley n’avait jamais été déplacé avant, et Killian savait très bien qu’il ne le serait jamais. Parce que le fait qu’il aimait les mecs ne changeait pas son caractère, sa gueule d’ange et ses habitudes insouciantes, innocentes. Il était toujours le même imbécile heureux qu’il adorait tellement. Alors, quoi ? Qu’est-ce qu’il allait faire ? La dernière question de Juliet retentit, et se suspendit fatidiquement dans les airs. Qu’allait-il faire ? Bordel de Dieu. Si Lui le savait, c’était déjà un exploit. Alors comment Killian, pauvre gars perdu et bourré de Serpentard, qui n’aspirait qu’à se la couler douce au Sucré le restant de sa vie, pouvait-il en avoir la moindre idée ?

Prenant la bouteille des mains de Juliet et en descendant une bonne partie d’un coup, Killian soupira une énième fois.

« Je t’aime aussi. Et t’as pas intérêt à me lâcher parce que j’ai eu une éducation de merde, d’un petit con raciste, homophobe et machiste. »

C’est tout ce qu’il réussit à lui dire. D’une voix grave, éraillée, complètement dévastée par la cigarette et l’alcool qui lui brulait la gorge. Après tout, c’est tout ce qui la concernait. Le reste, c’était entre Ashley et lui. Elle n’était pas la lesbienne, dans l’affaire. C’était sa petite-amie, la putain de femme qui lui avait accordé sa confiance et son amour, à lui, petit con de première. Bordel, quand est-ce qu’il avait effectué un acte assez généreux pour mériter Juliet ? Et, du plus profond de son cœur, il souhait que cette soirée n’affecte en rien leur relation. Parce que, sérieusement, il avait besoin de cette nana. Vitalement.

Et, brusquement, le problème principal de la soirée fait son apparition devant lui. Ashley. Tout aussi gauche, tout aussi innocent qu’avant. Juste un peu bourré, et énormément vexé. Killian détourne le regard, refusant de croiser ses prunelles.

« Soit tu es vachement, vachement bourré, soit t’es un putain de connard. J’espère sincèrement que c’est la première solution qui est la vraie. »

Navré de te décevoir, je ne suis qu’un sale con. Ne relevant toujours pas la tête, Killian ferma longuement les yeux, tirant inlassablement sur sa cigarette.

« Merde, Killian, t’es un mec cool, quoi, et les mecs cools, ils font pas ça ! Tu…tu te rends compte que c’est blessant, ce que t’as dit ? Putain, mec, j’te comprends pas. »


Killian ne faisait qu’écouter, écouter videment, n’osant toujours pas croiser son regard, n’osant pas dire un mot qui ficherait encore plus la merde, essayant simplement de gagner un peu de temps, quelques secondes pour qu’il se décide, pour qu’il y arrive, pour qu’il oublie toutes ces conneries et se souvienne bien qu’Ashley n’est que son pote avant tout, un mec comme les autres, et que ce qu’il faisait de ses attributs ne le concernait tellement pas.

« Si t’as dit ça uniquement parce que je t’ai embrassé il y a…des semaines, sache que c’était pour rire. Et aussi parce que je suis tellement nul pour draguer que je savais pas quoi faire d’autre ! »

Ouais, ouais, ça il le savait, évidemment, il avait bien vu comment Ashley se démerdait comme un âne auprès des nanas, durant les soirées qu’ils avaient passé ensemble. Il avait bien vu qu’il était pas à l’aise. Il avait juste foutu ça sur le compte de l’âge, parce que c’est encore un gamin quelque part, et que tout le monde ne naissait pas comme lui, charmeur et doué dès le départ. Évidemment.

« Je t’aime bien comme James, mais James au moins, il est gentil avec moi ! »

Il avait vu tout cela. Mais il l’avait jamais vraiment compris, n’y avait pas prêté attention. Il avait été un pote de merde. Comme toujours. Et, s’il continuait, il le serait pour la vie. Indéfiniment. Le petit merdeux, pote de merde, qui mérite simplement de crever tout seul, qui n’est pas aussi sympa que James, James qui accepte tout, qui est gentil, qui fait attention à son pote. Parce qu’être canon et sexy ne servaient pas à grand-chose, dans les véritables relations humaines. Et, ça, il ne s’en rendait compte que maintenait. Il réalisait qu’il fallait faire attention à l’autre. L’écouter, l’observer, s’y intéresser. Pas seulement parler de soi. Accepter l’autre, aussi. Comme il était. En entier. Même si ça ne nous plaisait pas. Parce qu’il est ainsi, et que tu es comme cela, et que ça sera toujours de cette façon, peut importe ce que tu feras, ce qu’il se passera.

« Enfin, j’aimerais qu’on reste potes, quoi. Vraiment. Je veux dire, ce serait débile qu’on soit plus ami juste pour un truc aussi sans importance que ça. Franchement, Killian, qu’est-ce qu’on s’en fout que je sois gay ou pas, ça change rien, bordel ! Je suis toujours le même qu’avant. C’est juste que tu sais un truc de plus sur moi, c’est tout. »

Et Killian le savait, tout cela. Il le savait bien. Il se rendait bien compte, plus qu’avant, au fur et à mesure que ses amis parlaient, qu’il avait été un véritable idiot, et qu’il avait pourtant une chance de réparer cela. Mais il avait toujours pensé que les gays étaient anormaux, qu’il ne fallait pas les fréquenter. Que c’était risqué, dangereux. Il s’était habitué, sans s’en rendre compte, à les insulter, les dénigrer et reculer comme s’ils avaient la peste quand ils s’approchaient. Et ça, il ne pouvait pas le changer d’un coup. Il avait besoin de temps. Il fallait qu’ils comprennent. Il ne pouvait juste pas se lever, sourire, et le serrer contre lui en s’excusant. C’était contre sa nature. Contre les idées qu’il suivait depuis des années. Et même s’il se rendait compte aujourd’hui que c’était idiot, parce qu’Ashley était toujours aussi cool et adorable qu’avant cette révélation, ça demeurait un choc énorme. Un pas trop grand à faire ce soir.

Seulement, aurait-il une autre chance ? Aurait-il la possibilité de s’excuser, plus tard ? Ashley sera-t-il aussi gentil et coulant que Juliet ? Non, évidemment. Il avait suffisamment blessé de gens, il ne pouvait être excusé à chaque fois. Cela finirait par cesser. Et pourquoi pas cette fois-ci ? Pourquoi ne perdrait-il pas un ami aujourd’hui, et définitivement, parce qu’il n’aurait pas eu les couilles de s’avancer et de dire un simple « D’accord, on s’en fout de ça ». Alors ? Que devait-il faire ? Avoir des couilles, remettre tout en cause, risquer d’avoir énormément de mal, se faire humilier par son père, mais garder un ami ? Ou bien leur cracher à la figure, risquer de les perdre tous les deux, mais garder le soutien inaltérable de son père ? Son père. Bordel, qu’il aille au diable !

Écrasant brusquement sa clope, qui lui brulait maintenant les doigts, Killian se redressa brutalement et s’approcha d’Ashley, osant poser son regard sur lui. Et, en voyant sa gueule innocente, son petit sourire, son envie de croire à leur amitié, Killian sut qu’il avait fait le bon choix. Encore un pas et, en quelques mouvements, Ashley était plaqué contre lui en une étreinte sincère. Il le regrettera peut-être, surement même. Il aura du mal à accepter les autres. Il ne supportera jamais qu’il embrasse un autre mec. Il ne lèvera pas un verre à son courage. Mais il pouvait au moins l’accepter un minimum, parce qu’il restait son putain d’adorable Ashley.

« Mais me dis plus jamais que tu m’aimes, pauvre gars. »

Et, sans un autre mot, la gorge douloureuse, il se dégagea, reprit sa bouteille et prit la main de Juliet.

« On rentre ? »

Il caillait, dehors.

(J'aurais mis le temps, j'ai changé tous les plans, mais j'espère que ça te convient, H d'amour.)



Hello, I'm Awesome !
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La cuite de l'année [ouvert à tout le monde sauf Cassandre]

Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La cuite de l'année [ouvert à tout le monde sauf Cassandre]
» Bonne année !!! TOUT LE MONDE !!!!
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Salle d'entrainement. (Ouvert a tout le monde)
» La Demeure de la Marchande des Ténèbres [RP Libre ouvert à tout le monde]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Cité Cosmos de Sheffield, :: Le Plat,-