AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Mascarade [Famille O'Connor]

Ulrich KellerPersonnage décédéavatar
Messages : 736

Voir le profil de l'utilisateur
Mardi 2 janvier 2007 ~ 20h30
Le chalet dans lequel croulait Lawrence sentait le renfermé. L'homme qui y était séquestré l'était lui-même depuis qu'il avait compris que la volonté de son tortionnaire ne faiblirait pas. Aujourd'hui était le grand jour et le prisonnier le savait. La veille au soir, Ulrich l'avait averti que son calvaire prendrait fin dès le lendemain.
En ce début de soirée, le jeune homme n'avait pas manqué à sa parole. Il était passé dans cette habitation devenue prison pour prélever une mèche de cheveux de sa victime.
Pour son plan, le Serpentard avait prévu toute une trame dans les moindres détails, une histoire dont il orchestrerait chaque note minutieusement.
Après avoir avalé une infime partie de la potion couleur ciment au goût infâme, il attendit patiemment que la transformation s'effectue. D'après ce qu'il en avait appris , son corps ne revêtirait cette apparence que durant une petite heure. Il devrait donc attendre un peu avant de se rendre jusqu'à sa demeure cible. C'est qu'il tenait à montrer son vrai visage à ses victimes.
Le temps s'écoula lentement, Ulrich jaugeant froidement l'être qui avait davantage maigri lors de ses quelques semaines passées en captivité. Une fois le moment propice arrivé, enfilant de vieux vêtements qu'il avait trouvé parmi les effets personnels qu'avait son prisonnier avec lui, le jeune homme étouffa un soupir. Bon sang ce que sa nouvelle apparence était infâme !

- " Je reviendrai te chercher plus tard, vieil homme. Lorsque j'aurai réglé leurs comptes à ses pourritures. Tu reconnais ceci ?", fit-il en montrant la baguette en bois de noyer de sa victime, " Je vais l'utiliser pour mes desseins. Je pense que tu comprends où je veux en venir n'est-ce pas ?"

Sortant de l'habitation qu'il prit soin de verrouiller, il transplana jusqu'à la demeure où jusqu'alors ses futurs proies se sentaient en sécurité. Le château était entouré par d'épais murs semblables à la muraille d'un château fort. Deux grilles perçaient une entrée dans les fortifications. Arrivé devant ses dernières, un vague sourire aux lèvres, le Serpentard fit face à quatre clébards pour le moins méfiant. C'était quelque chose qu'il avait prévu. La raison principale pour laquelle il avait enfilé cette apparence prenait d'ailleurs tout son sens à cause d'eux. Puisque le loup était contraint de se faire invité dans la bergerie, celui-ci avait trouvé l'idée ingénieuse que de prendre l'apparence de son futur bouc-émissaire. Tout du moins jusqu'à ce qu'il passe les portes du château qui s'élevait plus haut... A droite du grillage se trouvait une sorte de boitier : une sonnerie magique plus ou moins élaborée qu'il avait repéré lors de son inspection. L'engin nécessitait que le sorcier, après avoir pressé l'unique bouton, y dépose sa baguette pour être reconnu et ensuite associé au reflet qu'il renvoyait. Selon le bon vouloir du propriétaire des lieux, il était alors autorisé à y pénétrer.

Lançant le processus, Ulrich déposa bientôt la baguette de McGraph. Après plusieurs minutes qui lui parurent une éternité, la grille s'ouvrit devant lui. Peu enclin à se laisser attaquer par les chiens encore présents, le jeune homme garda sa main dans la poche contenant sa baguette d'emprunt. Même s'il la détestait, il n'avait guère le choix. Utiliser la sienne aurait été bien trop dangereux actuellement. A son grand soulagement, les animaux restèrent à bonne distance de lui, le scrutant avec méfiance. Si seulement ils savaient que d'ici une heure leurs maîtres seraient déchiquetés en pièce...

Parvenant au pied de l'escalier menant à l'entrée, il put voir sa future première victime l'attendre au pied de ceux-ci. Dès qu'il l'eut rejoint, le jeune homme dut prendre sur lui pour ne pas directement le réduire en miettes. Aussi se serina-t-il en se disant qu'il valait bien mieux attendre d'être à l'intérieur pour parfaitement calculer la situation.

- "O'Connor, je viens te souhaiter la bonne année. Cela fait bien longtemps que je t'ai vu.", lui fit-il avec un sourire forcé en espérant que son hôte aurait l'intelligence de le faire entrer.

Ce dernier accéda aux voeux du Serpentard puisqu'il l'invita à entrer pour le conduire jusqu'au salon. Les lieux étaient déserts, complètement déserts... Ou était donc sa femme et leur descendance aussi pourrie qu'eux ?

- " Shauna est absente ? " questionna-t-il avec un peu trop de froideur.




Avatar/Signature : Ben Barnes.
Propriétaire de : Ulrich ♥️ Jayden ♥️ Nathanaël ♥️ Uriel ♥️ Georgiana ♥️ Dorian ♥️ Cecilya
Elu le personnage le plus vile d'Aresto
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Darina O'Connor
Cousine du grand Darren O'Connor

Ce soir-la, Darina voulait prendre des risques. Briser la solitude de sa chambre et s'amuser à se faire quelques frayeurs. Bien que l'heure de la nuit soit des plus avancée, la jeune fille déambulait et se cachait au détours des longs corridors du grand manoir de Connorset. Nul doute que si sa mère Shauna l'attrapait à une heure aussi tardive en chemise de nuit, elle recevrait la plus formidable correction de sa vie! Mais à vrai dire elle s'en fichait éperdumment. C'était le prix à payer pour se sentir libre. N'ayant plus le droit de sortir de la demeure des O'Connor, Darina n'avait plus de contact avec le monde extérieur, et éprouvait un réel manque de ne plus pouvoir courir à travers les champs et de pouvoir discuter avec sa petite voisine sang-mêlée. Mais voila, sa détestable mère lui faisait désormais entièrement son éducation. Shauna passait l'intégralité de son temps à la brimer et lui laver le cerveau avec des préceptes d'un autre âge qui n'avait pour but que de la faire devenir une parfaite petite nostalgique à la cause des Mangemorts. Et Shauna O'Connor ne manquait pas d'imagination pour corrompre l'esprit de sa fille...
Pas plus tard que la semaine dernière, sa mère l'avait punie pour avoir dissimulé sous son lit, un livre d'origine moldu, intitulé "le Petit Prince". Ce dernier lui avait été remit par le père de sa jeune voisine, et elle n'avait point eu l'occasion de lui rendre. Après avoir brulé le livre dans la grande cheminée du salon, l'effroyable Shauna avait alors enfermé dans l'obscurité de la cave la jeune fille, tout en lui demandant de méditer sur sa faute et d'implorer son pardon.
Presque muette dans la vie de tous les jours, la jeune fille s'était tout de même extirpée de cette horrible punition, en prononçant à voix haute des paroles haineuses à l'encontre des impurs. Bien évidemment, Darina ne voulait point voir disparaitre les moldus dans les flammes d'un feu vengeur, mais c'était la seule manière de s'extirper des châtiments que lui infligeait sa mère. Car jamais son père ne lui venait en aide, préférant s'isoler dans son bureau plutôt que d'affronter les colères récurrentes de Shauna. Depuis son éviction au ministère, ce dernier était devenu aussi taciturne que solitaire et n'adressait pratiquement plus la parole à sa fille...

La jeune fille arriva au détour d'un couloir, et tendit prudemment la tête afin d'appréhender le danger. Aucun son n'émanait de la chambre parentale. Pourtant aussi bien sa mère que son père ronflaient comme des sonneurs, comme deux ogres souffrant d'apnée du sommeil. A quatre pattes, la fillette se précipita dans l'ombre d'une commode, puis continua sa dangereuse progression dans le couloir du premier étage du manoir. Se plaquant aux murs recouvert de tapisserie vieillotte, elle avança doucement jusqu'à ce qu'un lumière transperçant la porte vitrée du salon lui signale la présence d'un risque. Son cœur rebondissait de peur dans sa poitrine, mais elle ne perdait pas de vue un horrible bibelot situé de l'autre coté de la porte lumineuse. C'était son objectif, l'unique but qui lui permettrait de rentrer sagement dans sa chambre et sous ses couvertures. Le bibelot en question, était une petite statuette miniature en bois, qui prenait la forme d'un sorcier invoquant la marque des ténèbres. La nuit venue, Darina se plaisait à faire disparaitre ses objets d'art dont chérissait tant sa mère et qui était d'une horreur absolue; cette dernière retournait d'ailleurs souvent ses soupçons sur les voisins de sang-mêlée qui ne pouvaient être, à ses yeux, que de sombres voleurs sans foi ni loi.

Pour repérer ses ennemis, Darina jeta alors lentement un œil au travers des carreaux vitrés de la porte du salon familial.



Comme bien souvent ses derniers jours, ses parents se disputaient, où du moins sa mère parlait comme du poisson pourri à son père pour bien lui faire intégrer à quel point il était devenu inutile. Bien que la violence ne soit que verbale, elle atteignait parfois des limites qui auraient pu choquer une jeune fille de l'âge de Darine. Mais voilà, cette dernière malgré ses dix ans, s'était forgée une carapace et ne comptait plus sur l'amour de ses parents. D'ailleurs il n'en était plus question, et elle les détestait autant qu'il se haïssait mutuellement. Le manoir de Connorset ne cachait en vérité qu'une vaste hypocrisie familiale qui ne s'attachait qu'à défendre son titre, plutôt que de véhiculer de l'amour entre ses membres.

Sa mère Shauna parlait d'argent, de testament, de médaillon, de gobelins, de Gringotts et de choses qui dépassaient totalement une jeune fille d'à peine dix ans. Elle retenue seulement dans ce flots d'insultes, le prénom de son cousin, Darren, ce qui éveilla alors sa curiosité...
Cai il faut avouer, ce dernier était la seule personne qui lui apportait quelque peu de réconfort, et son départ précipité de l'été dernier l'avait profondément déprimée. En effet, Darina n'avait cesser de pleurer durant des mois, ce cousin un brin arrogant mais qui avait l'art et la manière de la faire rire dans les temps les plus durs pour elle. Souvent, alors qu'elle était plus jeune, il lui avait fait la lecture et raconter des histoires effrayantes ou un preux chevalier luttait contre des dragons cracheurs de feu, pour libérer une princesse au sommet de sa tour. Darina se percevait toujours comme cette princesse esseulée, et Darren était en quelque sorte ce chevalier qui venait la libérer, du moins la sortir de son quotidien morose.
Mais voila, depuis la violente dispute qui avait opposé sa mère et lui, il n'était plus question de le revoir un jour sous le toit du manoir. Du moins jusqu'à cette nuit, ou Darina espionna une sombre discussion où il était justement question de son cousin...

"... si nous n'arrivons pas à le faire revenir ici-même et signer ses foutus papiers, on peut toujours s'asseoir sur la fortune de ton frère! Il faut que tu écrives à Darren, pour le convaincre, car pour ma part, il ne veut plus m'écouter! Tu n'as qu'à lui faire de fausses promesses, comme une proposition de métier après ses études, bref n'importe quoi! Une fois revenu entre nos murs, on le contraindra à nous reconnaitre comme les héritiers légitimes. Un sortilège comme l'Imperium fera l'affaire! Nous n'auront plus qu'à rejoindre Gringotts et laisser Darren convaincre ses maudits gobelins que l'argent de son père doit être reversé dans nos coffres! Nous pourrons lever nos dettes, et Darren ne nous sera de plus aucune utilité! On le fera alors disparaitre d'une manière ou d'une autre..."

Ces paroles étaient terrifiantes et Darina se plaqua la bouche pour ne point pousser un cri horrifiée. Bien que très jeune, elle sentait qu'une menace planait sur son cousin, et elle devait tout faire pour le prévenir. Mais comment envoyer un hibou? Quelles était l'adresse de Poudlard? Autant de questions dont Darina n'avait point de réponse.

Alors qu'elle restait comme pétrifiée à coté de la porte vitrée, une ombre floue envahie la surface de celle-ci, alors qu'un bruit de pas lourds s'approchaient terriblement de sa position. Dans un réflexe de survie, Darina se jeta derrière un guéridon pour avoir apparaitre in-extremis son oncle Franklin dans l'embrasure de la porte vitrée. Ce dernier se retourna quelque secondes, puis pointant son index dans sa direction, il cracha son dépit à la face de sa mère.

"Tu es devenue complètement folle, tu m'entends! Jamais je ne tuerai le fils de mon défunt frère, tu m'entends!"

Shauna prononça une vague réponse à voix basse, dont Darina s’évertuant à se dissimuler dans l'ombre ne saisit malheureusement qu'un vague murmure. En tout cas celui-ci eu pour mérite de choquer considérablement son père, qui tremblant de rage et voulant rétorquer, n'arriva point à prononcer le moindre mot. Il se contenta alors de prendre la direction du grand escalier d'un pas décidé, passant à moins d'un mètre de la position de Darina, sans la voir; cette échappée belle fit hurler de rage sa tante.

"Tu peux t'enfuir comme un lâche! Comme toujours! Incapable de prendre de prendre la moindre responsabilité! Tu es encore pire qu'un vulgaire sang-de-bourbe!!!"

Le danger finit par retomber alors que le père de Darina disparaissait au loin, et la jeune fille poussa alors un profond soupir de soulagement. S'assurant que sa tante n'était pas prête à sortir elle aussi du salon, elle se décida enfin à s'éclipser discrètement en direction de sa chambre. La nuit avait eu son lot d'émotion forte, et il était temps de se glisser sous ses couvertures. Se faufilant dans la l'obscurité telle une petite souris, elle finit par rejoindre son havre de paix et sa chambre située au second étage.
Elle peinait à retrouver son souffle après sa course effrénée, et nul doute qu'elle ne fermerait pas l’œil de la nuit après ce qu'elle venait d'entendre. La tête calée contre son oreiller, ses pensées allaient pour son cousin, dont elle savait qu'il courait un grave danger. Alors qu'elle cherchait comment lui apporter son aide, la petite fille ne pouvait encore imaginer que la personne la plus en danger à l'heure actuelle n'était autre qu'elle et non Darren...


*****


Shauna O'Connor
Tante de Darren O'Connor

Shauna enrageait de ne point avoir de réponse de la part de Darren!
Elle avait beau multiplier les courriers l'incitant à rejoindre le manoir de Connorset pour les vacances de Noël, ce mécréant restait prostré dans son mutisme et sa rancune liée à leurs dispute de l'été dernier. Bien que sa tante Shauna l'avait expulsé de manière assez virulente ce jour-la, elle se rendait bien compte à présent qu'elle avait grandement besoin de lui. Car le jeune homme était la clef qui lui ouvrirait les portes du coffre de Devlin O'Connor à Gringotts, et en cela il revêtait à ses yeux une importance capitale. A la mort du père de Darren durant la grande guerre, Shauna avait prit un grand soin à lui dissimuler le fait que la totalité des biens de son père lui revenait de droit et en cela le départ de sa mère lui avait grandement facilité les choses.

En effet en devenant les tuteurs légitimes de Darren, oncle Franklin et tante Shauna pouvait espérer obtenir une procuration sur la fortune de Devlin O'Connor, mais malheureusement pour eux, celle-ci fut rapidement bloquée par les intransigeant et procéduriers gobelins de Gringotts. Ces derniers stipulaient que pour pouvoir accéder au contenu du coffre du défunt père, l'oncle et la tante devaient obligatoirement présenter un accord écrit et signé de la main même de Darren O'Connor, et seulement une fois que celui-ci aurait obtenu sa majorité. De plus le médaillon familial permettant d'ouvrir le coffre demeurait entre les mains de la justice magique, réquisitionné par le bureau des Aurors, comme étant une preuve de guerre à l'encontre de la personne de Devlin O'Connor. Le dossier sur la culpabilité du père de Darren était pourtant entériné depuis des lustres, mais malgré cela la justice s'évertuait à conserver cet emblème de la famille dans leurs archives. Les demandes répétées pour le récupérer de l'influent oncle Franklin O'Connor ne donnèrent aucun résultat, ce qui avait pour don d'irriter la tante Shauna, impatiente de mettre la main sur une fortune qui pourrai combler l'intégralité de leurs dettes. L'impétueuse tante avait d'ailleurs passé ses nerfs sur Darren à un moment ou elle ne pensait plus avoir aucune forme d'espoir de récupérer ce fichu médaillon. Mais voila...
Au moment où l'administration judiciaire paraissait enfin vouloir lever l'interdiction qui reposait sur l'objet, Shauna apprit que celui-ci avait d'ores et déjà retiré par un mystérieux intermédiaire. Proche de l'hystérie, la tante soupçonna rapidement la mère de Darren de l'avoir devancée et trouver un habile subterfuge pour s'en emparer.
Connaissant le désamour qui existait entre la mère et le fils, Shauna tenta alors de faire revenir à elle le jeune serpentard dans le but bien avoué de savoir si ce dernier était en possession de la précieuse breloque. Mais ce dernier ne lui offrit aucune réponse.

En cette froide soirée de Janvier, le salon du manoir de Connorset ne résonnait que du crépitement des flammes dans la cheminée et du martèlement régulier de la grande horloge. Franklin O'Connor s'évertuait alors à lire un magazine sportif sur le Quidditch, tandis que sa femme buvait coupe sur coupe d'une liqueur magique à base de citron. Depuis quelque temps, Shauna O'Connor était portée sur la bouteille, l'alcool lui permettant d'oublier quelque peu la date fatidique ou les huissiers magiques viendraient se saisir de ses meubles et de ses bibelots d'une valeurs inestimables, dans le but d'éponger la dette faramineuse contracté par son mari. En effet, l'ancien comptable avait contracté un très mauvais placement à Gringotts, dont le court s'était effondré suite à la victoire surprise du MIM, et qui fut le début programmé d'un long déclin. Bientôt les O'Connor devrait se résoudre en plus de la perte de leurs revenus, à se débarrasser du manoir ancestral qui faisait leurs fierté, s'ils voulaient conserver la tête au dessus de l'eau.

Et Shauna ne pouvait se résoudre à cela!
Elle qui n'avait jamais travaillé, vivant sur les rentes de son mari, se voyait déjà en train de travailler dans l'une de ses poissonneries infâmes qui pullulait au sein du quartier magique de Belfast. Un frisson de dégout la saisit au moment où elle imagina qu'elle pourrait être amenée à fréquenter des nés-moldus. Comble de l'horreur pour une femme dont la seule évocation des impurs suffisait à lui soulever le cœur! Elle avait d'ailleurs tenter de mettre en place un Parti Extrémiste Pro Sang-pur dont les thèses résolument racistes furent logiquement invalidées et non conforme aux règles qui régissaient désormais le pouvoir politique. Cet échec n'avait que renforcé la haine de la tante de Darren, et plomber ses économies suite aux dépenses liées à sa campagne avortée.

Le tic-tac régulier de l'horloge résonnait de plus bel dans le salon et agaçait désormais prodigieusement la tante Shauna dont les effets de l'alcool prenait le pas sur sa lucidité. Alors que l'apathie de son mari la faisait fulminer intérieurement, elle braque son regard d'acier sur lui dans le but de le faire réagir et de crever l’abcès. Même s'ils n'avaient plus rien à se dire depuis des décennies, il devait clairement aborder le sujet brulant de Darren ce soir précis!
Elle reposa alors bruyamment son verre sur la surface de la petite table en verre située non loin du canapé dans lequel elle était assise.



Franklin O'Connor relava alors la tête de son journal pour croiser le regard brulant de haine de sa femme. Sans desserrer les mâchoires, il lui demanda alors laconiquement.

"Quel nouveau problème embrume l'esprit de ma tendre et douce épouse? Serait-ce l'alcool qui viendrait à lui manquer?"

Shauna ne sourcilla même pas à cette remarque désobligeante sur sa consommation excessive d'alcool. Depuis la perte de d'emploi de comptable au ministère de Franklin O'Connor, le couple était désormais habitué à ne se parler qu'en s'insultant. Shauna ne dérogea pas cette règle en usage et apostropha à son tour de manière virulente son époux.

"Non! Je regarde juste une grosse larve qui se prélasse dans son fauteuil, et qui passe ses journées à regarder les résultats sportifs, au lieu de se trouver un autre emploi! Boire m'aide juste à supporter l'image de ce qu'est devenu celui qui fut mon mari..."

Franklin jeta alors son journal sur la table basse en chêne, et posa un regard déjà lassée sur son épouse aigrie et irrascible.

"Quelle divine surprise! Ma femme demeure toujours aussi avare en compliment! Il me semble pourtant que mes revenus et mon travail ont durant des années suffit à ton bonheur, et justifié tes trop nombreuses dépenses en matière de chirurgie esthetico-magique. Non? Dommage que l'amabilité ne soit pas comprise dans le prix, car je crois que je l'aurai préféré à tout ces pseudos artifices de beauté devenus si fades avec le temps..."

Shauna saisit alors brusquement sa coupe de liqueur de citron et expédia sans ménagement son contenu au visage de l'ancien comptable. Ce dernier sortit alors un mouchoir en soie de sa poche pour s'essuyer tranquillement le visage, puis répondit calmement avec ironie.

"Cette fois-ci, c'est officiel! L'alcool va nous manquer!"

Enragée par le ton flegmatique et désinvolte de son mari, les lèvres de Shauna se pincèrent, avant que les traits de son visage n'expriment plus qu'une immense rancœur.

"Et l'argent aussi va nous manquer, espèce de troll! Si je n'étais pas la seule à ramer dans cette galère, et que tu te décidais enfin à lui envoyer un courrier qui l'encouragerait à nous revenir, alors peut être on pourrait profiter de la fortune de ton frère qui croupit depuis des années à Gringotts! Je persuadée qu'il dispose du médaillon, alors il nous faut ce maudit Darren! Tu vas nous mettre sur la paille avec tes dettes, alors c'est à toi de te racheter!"

Franklin O'Connor s'enfonça dans son fauteuil, croisant les bras derrière sa nuque.

"C'est vraiment touchant l'amour que tu portes à notre petit neveu. Mais tu devrai savoir depuis le temps que Darren n'est qu'un imbécile, et qu'il n'en fera qu'à sa tête! Jamais je ne pourrai le convaincre. Et puis je te rappelle que s'il a mit les voiles, c'est uniquement de ta faute et non la mienne..."

Shauna s'enfonça dans son canapé, comme pour marquer une distance avec ce mari dont elle avait une furieuse envie de gifler.

"C'est exactement pour cela que je te demande de lui écrire! Que les choses soient claire si nous n'arrivons pas à le faire revenir ici-même et signer ses foutus papiers, on peut toujours s'asseoir sur la fortune de ton frère! Il faut que tu écrives à Darren, pour le convaincre, car pour ma part, il ne veut plus m'écouter! Tu n'as qu'à lui faire de fausses promesses, comme une proposition de métier après ses études, bref n'importe quoi! Une fois revenu entre nos murs, on le contraindra à nous reconnaitre comme les héritiers légitimes. Un sortilège comme l'Imperium fera l'affaire! Nous n'auront plus qu'à rejoindre Gringotts et laisser Darren convaincre ses maudits gobelins que l'argent de son père doit être reversé dans nos coffres! Nous pourrons lever nos dettes, et Darren ne nous sera de plus aucune utilité! On le fera alors disparaitre d'une manière ou d'une autre..."

Les yeux de Franklin O'Connor s’agrandirent comme deux œufs de dragon à l'écoute de cet affreux plan prémédité. C'est presque dans un murmure qu'il exprima sa désapprobation.

"Est ce que tu es en train de me dire que tu serais prête à user d'un impardonnable pour prendre le contrôle de l'esprit de Darren... et de le tuer par la suite afin de ne laisser aucune preuve...?"

Shauna trancha aussi sec.

"C'est parfaitement résumé!"

Franklin n'attendit pas une seconde supplémentaire et se leva de son fauteuil pour rejoindre la sortie. Shauna médusée lui demanda alors subrepticement "Ou vas-tu?", ce à quoi Franklin répondit dans la seconde "J'ai besoin de prendre l'air!"
Puis ouvrant la porte vitrée, il se retourna vers celle qui fut un jour la femme qu'il aimait.

"Tu es devenue complètement folle, tu m'entends! Jamais je ne tuerai le fils de mon défunt frère, tu m'entends!"

Le visage de Shauna s'assombrit, et elle répondit alors de manière assez surprenante.

"Comme si Darren était réellement son fils..."

Franklin O'Connor ne savait trop quoi répondre à cette dernière phrase et préféra s'en détourner brusquement, laissant derrière lui sa femme enragée. Le visage déformée par la haine, elle hurla alors sa colère.

"Tu peux t'enfuir comme un lâche! Comme toujours! Incapable de prendre de prendre la moindre responsabilité! Tu es encore pire qu'un vulgaire sang-de-bourbe!!!"

La tante de Darren voulut un instant boire une rasade dans son verre, mais celui-ci était vide depuis son geste de colère à l'encontre de son mari. Furieuse, elle le jeta alors dans le feu de cheminée, sans savoir que bientôt ce sera à son tour d'être jeté dans les flammes de l'enfer...


*****


Franklin O'Connor
Oncle de Darren O'Connor

Furieux contre sa femme, Franklin dévala, quatre à quatre, les marches du grand escalier. Il avait sincèrement besoin d'un bon bol d'air après ce que venait de lui déclarer Shauna au sujet de ses plan contre son neveu, car même s'il ne portait pas clairement ce petit crétin de Darren dans son cœur, il éprouvait un certain scrupule à agir de la sorte.
N'y avait-il pas une meilleure méthode pour se refaire une santé financière?
Après tout, peut être devrait-il contacter Darren, pour simplement lui parler d'homme à homme. Alors peut être qu'une solution de partage de l'héritage serait alors envisageable.
Mais est-ce que Shauna serait prête à partager l'immense fortune de son frère avec le rejeton de Karen O'Connor? Rien n'était moins sur...
Franklin n'était pas dupe et avait bien comprit d'où venait la haine de sa femme à l'encontre de la mère de Darren. Avant que leur histoire d'amour ne débute, Shauna avait été éperdument amoureuse de son frère ainé. En matière de séduction chez les frères O'Connor, l'ainé Devlin avait toujours été celui qui avait le plus grand pouvoir attractif, son charisme et son coté bad-boy lui conférant des atouts majeurs en matière de séduction; alors que le benjamin, Franklin de par son coté rondouillard et gentillet devenait plus le confident de ses demoiselles, et possédait déjà la bonhommie d'un comptable. Mais à la longue, il s'était habitué à cet état de fait, son frère serait toujours le séducteur, le plus fort, étant pour lui comme une sorte de héros.
Même mort durant la grande bataille de Poudlard, il resterait à jamais ce martyr pour une cause si juste qui ne devait qu'amener un certain ordre dans le monde sorcier bafoué par les nés-moldus.
Quelle triste époque!

Alors qu'il venait de rejoindre le perron du manoir, et que l'air frais emplissait enfin ses poumons. Il fut saisit par le silence impressionnant de la nuit et de ce décor extérieur qui contrastait sérieusement avec les remarques criarde de son insupportable épouse qui résonnaient encore à l'intérieur du Manoir. L'envie de se promener dans le parc éclairé par la seule lumière de la lune, lui traversa l'esprit, mais il s’arrêta, en voyant ses chiens relevés leur têtes, comme aux abois.

Une ombre inquiétante se mouvait jusqu'à lui ...

Tout en posant une main sur sa baguette, Franklin plissa ses paupière afin de mieux discerner l'intrus qui venait jusqu'à lui. Puis il demanda d'une voix rauque qui se voulait impressionnante.

"Qui va la? Vous êtes sur une propriété privée!"

Mais lorsque l'inconnu arriva à sa hauteur et que son visage entra dans la lumière du manoir, Franklin reconnut le visage de cette vieille fripouille de Lawrence McGraph. Malgré sa dégaine de clochard et ses cheveux ébouriffés, il était reconnaissable entre tous. Alors qu'elle œuvrait dans son Parti politique extrémiste, Shauna avait proposé plusieurs contrats à ce sorcier, dont bon nombre étaient d'infliger des corrections parfois mortelles à des nés-moldus. Cet homme était même devenu très proche du clan o'Connor et un fervent nostalgique à la cause des mangemorts, avant d'avoir quelques démêlé avec la police...

"Lawrence!? Et dire que je vous croyais au fond d'une geôle d'Azkaban! Quel bon vent vous amène?"

En disant cela, Franklin pensa immédiatement que sa femme avait déjà dû proposer un contrat à ce sorcier mercenaire, et que celui-ci pouvait bien être à l'encontre de Darren...

"O'Connor, je viens te souhaiter la bonne année. Cela fait bien longtemps que je t'ai vu."

Franklin se mit alors à rire aux éclats, comme cette remarque était particulièrement cocasse.

"Comme si un homme de votre trempe se déplaçait seulement pour présenter ses vœux! Mais permettez moi alors de vous présenter également les miens. Une bonne année et une bonne santé surtout!"

D'un geste de la main, il incita alors son invité à le suivre à l'intérieur. Traçant la route, Franklin traversa le grand Hall du manoir dans lequel les immenses colonnades donnait au lieu une empreinte grandiloquente. L'intérieur du manoir était à la mesure de l'égo surdimensionné de ses propriétaires. L'hôte des lieux indiqua alors une petite porte qui conduisait à un salon privé, qui servait plus de fumoir à vrai dire que de lieu de repos. Souvent Franklin avait reçu des gestionnaires important du monde magique afin d'étudier de près la comptabilité de leurs affaires. En faisant cette petite halte, l'ancien comptable du ministère voulait savoir si Shauna n'avait pas déjà entamé des projets derrière son dos sans le consulter.

"Si je me souviens bien, vous êtes amateurs de cigares, monsieur McGraph? Enfin pas n'importe quel cigare, bien entendu? Ceux du monde sorcier qui ne laisse aucune trace de cendre, ni aucune odeur pestilentielle comme ceux de ces dégénérés de moldus! A moins que vous vouliez boire quelque choses?"

Lawrence McGraph restait étrangement immobile. Cet étrangement bouillonnant dans la vie de tous les jours lui apparaissait en cette soirée d'un calme froid impressionnant, comme un serpent s’apprêtant à frapper sa proie.
Franklin fit un petit geste de la tête pour inciter son invité à lui répondre, mais ce dernier détourna le sujet pour en venir directement au fait.

" Shauna est absente ? "

Franklin leva alors sur lui un sourcil circonspect...



Au moins Lawrence ne perdait point de temps, et cela n'était pas pour déplaire à Franklin qui lui désigna un siège moelleux pour qu'il puisse s'asseoir. Puis Franklin tenta de déceler les véritables raisons de sa venue et de comprendre cette attitude froide et si inhabituelle.

"Vous savez comment sont les femmes, monsieur McGraph! Lorsqu'on les épouse, leurs visages sont purs et angéliques. Mais une fois le mariage bien consumé, et bien, elles ne deviennent que cachotières et hystériques. Croyez-moi, aujourd'hui vous ne voudriez pas la voir..."

Franklin se tapa alors sur le ventre, une fois de plus, comme si sa remarque était tordante. Mais tout à coup, le sérieux revient subitement assombrir son visage, ce qui révélait qu'il voulait connaitre désormais les véritables raisons de la venue de Lawrence.

"Dites-moi, pourquoi voulez-vous parler à ma femme? Si vous me le dites, je vous donnerai le double de ce qu'elle vous a proposé. Cela concernerait-il mon neveu, Darren...?"

Soudain, Franklin se figea, comme frappée par la stupeur. Le visage familier de Lawrence semblant subir une inquiétante métamorphose, pour dessiner les contours d'un inconnu...

"Mais votre visage... quelle est donc cette diablerie? Non! Serait-ce du polynec..."

Franklin comprit peut être trop tard qu'il avait à faire à un tueur masqué. Pris par surprise, il tenta avec l'énergie du désespoir de mettre sa main sur sa baguette...
Ulrich KellerPersonnage décédéavatar
Messages : 736

Voir le profil de l'utilisateur
"Comme si un homme de votre trempe se déplaçait seulement pour présenter ses vœux! Mais permettez moi alors de vous présenter également les miens. Une bonne année et une bonne santé surtout!"

Le jeune homme sous les traits de Lawrence McGraph ne put s'empêcher de sourire. Il n'avait pas tort : son prisonnier n'était pas de ce genre-là. C'était un lâche tout comme celui qui lui faisait face. Ulrich espérait juste que Franklin O'Connor était une cible moins facile que la précédente. Quel intérêt y aurait-il à désarmer une seconde larve ? Quel plaisir prendrait-il à sa vengeance s'il n'avait pas l'opportunité de se divertir un peu de leur brève agonie ? Les voir se trainer à ses pieds comme les déchets de l'humanité qu'ils étaient, les torturer quelque peu histoire de leur faire regretter leurs actes tout en leur laissant entrevoir la possibilité de leur survie. Tout ça et bien d'autres choses encore juste avant qu'il ne les brise définitivement !
Le propriétaire de la demeure l'entraina à l'intérieur. Le hall aux proportions immenses montraient bien la démesure et l'aisance que ce genre de racailles pensaient avoir. Vivre dans un tel luxe après les abominations qu'ils avaient commises ? Quelle plaisanterie que cette justice mise en place par les sorciers après la seconde guerre !

"Si je me souviens bien, vous êtes amateurs de cigares, monsieur McGraph? Enfin pas n'importe quel cigare, bien entendu? Ceux du monde sorcier qui ne laisse aucune trace de cendre, ni aucune odeur pestilentielle comme ceux de ces dégénérés de moldus! A moins que vous vouliez boire quelque choses?", lui fit-il après lui avoir indiqué une petite porte un peu plus loin.

Face à une telle remarque, le jeune homme garda son masque impassible. Dégénérés hein ? L'homme comprendrait assez tôt qui avait été le réel dégénéré. Soucieux d'en démordre le plus vite possible et sachant pertinemment bien que le polynectar n'en avait plus que pour quelques minutes, Ulrich dirigea la conversation vers son épouse, Shauna. Les mangemorts n'étaient guère réputés pour être honnête. Il ne manquerait plus que sa cinglée de femme ne l'attaque sournoisement par derrière. Oh bien sûr, la situation n'en serait pas dangereuse pour lui. Ne s'était-il pas entrainé jusqu'à l'épuisement durant toutes ses années ? Lisant, pratiquant, se blessant tout en auto-détruisant le gamin enjoué et rêveur qu'il avait été il y a fort longtemps... Non ce qui le dérangeait c'était l'idée de devoir se presser dans ce qu'il avait prévu. Avoir deux cibles à la fois rendrait certes les choses beaucoup plus passionnante mais cela pourrait également diviser par deux la satisfaction qu'il éprouverait à se débarrasser d'eux en une seule fois.
Son interlocuteur, le visage circonspect, lui désigna un siège moelleux où s'installer mais il n'en fit rien.

- "Vous savez comment sont les femmes, monsieur McGraph! Lorsqu'on les épouse, leurs visages sont purs et angéliques. Mais une fois le mariage bien consumé, et bien, elles ne deviennent que cachotières et hystériques. Croyez-moi, aujourd'hui vous ne voudriez pas la voir... Dites-moi, pourquoi voulez-vous parler à ma femme? Si vous me le dites, je vous donnerai le double de ce qu'elle vous a proposé. Cela concernerait-il mon neveu, Darren...?", lui lança O'Connor Senior en se tapant le ventre comme si sa plaisanterie était amusante.

Un rictus mauvais apparut sur le visage qui commençait peu à peu à reprendre son apparence d'origine, d'Ulrich tandis qu'il jaugeait froidement la charogne bedonnante qui lui faisait face.

- " Si vous saviez comme j'ai envie de la voir ...", ricana-t-il, " Mais son tour viendra, n'est-ce pas ? Les O'Connor s'entretueraient-ils ? "

Son apparence lui revenait ce que sa proie n'allait pas tarder à remarquer d'ailleurs. Fermant les yeux quelques instants, Ulrich attendit un sourire glacial plaqué sur les lèvres, sa réaction.

"Mais votre visage... quelle est donc cette diablerie? Non! Serait-ce du polynec..."

L'aisance avait cédé sa place à de la stupeur sur le visage de Franklin O'Connor ce qui provoqua l’hilarité du jeune homme. Aurait-il donc tous cet air idiot lorsqu'il entrerait en scène ? Il lui faudrait sans doute pimenté un peu le jeu sinon la tâche bien qu'amusante au final pourrait se manquer clairement de nouveauté. Jetant un oeil à l'homme qui lui faisait face, Ulrich sortit la baguette en noyer de Lawrence McGraph. Cette baguette le répugnait tellement... Cependant utiliser sa propre baguette en bois de cerisier se serait révélé être une erreur monumentale de débutant inexpérimenté, d'imbécile. Or ce n'était pas son cas. Depuis des années il peaufinait son plan. Ce n'était certainement pas pour se trahir maintenant !

- " Etonné ? Surpris, peut-être ? ", s'amusa-t-il, " Effectivement vous avez été fort imprudent, O'Connor. Vous cherchez votre baguette ?"

D'un accio, le Serpentard fit venir à lui la baguette en bois de prunellier à lui. Jouant avec cette dernière, il jaugea méchamment et avec froideur l'homme bedonnant lui faisant face. Pitoyable ...

- " Devrais-je vous la rendre ? Hum... Je ne crois pas non. Voyez-vous, je ne suis pas stupide et je sais pertinemment bien que vous me tueriez dans l'instant. Or je me suis entrainé à recevoir des doloris mais pas des avada. Et j'ai une mission..."

Verrouillant la porte et pointant en suite la baguette de noyer sur Franklin, un sort le projeta à travers la pièce. Se dirigeant pour garder le contact visuel avec sa cible, Ulrich s'arrêta à bonne distance, la baguette toujours pointée sur O'Connor.

- "Tu dois te demander qui je suis n'est-ce pas ? Ce n'est pas le pathétique torchon qui te sert d'épouse qui m'a chargée de ton cas ni ton neveu qui s'avèrent, somme toute, être mes proches cibles, rassure-toi.", sourit-il.

S'installant dans un des fauteuils à disposition tout en gardant son regard sombre fixé sur l'homme, le jeune homme croisa les jambes tout en affichant un rictus mauvais.

- " Nous allons faire un peu d'histoire... Wilhem Keller cela te dit-il quelque chose ? Oh très certainement, j'en suis sûr. Tu as du le croiser à Poudlard. Oh et tu dois te souvenir de cette pourriture d'Alexander aussi. Et bien je suis son cadet, Ulrich. Malheureusement pour toi, le gamin pleurnichard et rêveur que tu as du croisé complètement effrayé aux côtés de sa soeur décédée, a largement grandi en laissant derrière lui peur, doute, pitié et coeur."

Se remettant sur son séant, il commença à tourner autour de l'homme au sol.

- " Tu dois te demander ce que tu as à voir là dedans hein ? Et bien c'est simple j'ai décidé de prendre ma revanche sur les crevards qui ont tué ma soeur. Et ça commence par les O'Connor. Mais n'aies crainte, tu ne vas pas mourir de suite, je vais m'amuser un peu avant cela. Ca ne serait pas divertissant sans cela. "

D'un mouvement du poignet un sectum sempra se dirigea vers O'Connor sous le regard impitoyable et dénué du moindre sentiment du Serpentard.




Avatar/Signature : Ben Barnes.
Propriétaire de : Ulrich ♥️ Jayden ♥️ Nathanaël ♥️ Uriel ♥️ Georgiana ♥️ Dorian ♥️ Cecilya
Elu le personnage le plus vile d'Aresto
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Franklin O'Connor
Oncle de Darren O'Connor

Malgré son réflexe de survie, Franklin ne fit que frôler sa propre baguette qui s'envola dans les airs en direction de son agresseur. L'ancien comptable du ministère retint un juron alors qu'il se présentait désormais devant un intrus dangereux dont il ne connaissait toujours pas les motivations exactes. Sa main ne fit que palper sa poche vide, alors l'inconnu se raillait déjà de lui.

" Etonné ? Surpris, peut-être ? Effectivement vous avez été fort imprudent, O'Connor. Vous cherchez votre baguette ?"

Levant alors les yeux, Franklin constata que sa baguette reposait désormais dans les mains du jeune homme mystérieux. Ce dernier d'un accio savamment mené venait de la subtiliser et se trouvait donc en position de force. Mais la surprise passée, Franklin O'Connor ne se laissa pas démonter. Remontant le ceinturon de son pantalon qui glissait sur sa bedaine, le sorcier arbora un air menaçant à l'encontre de son intrus.

"Tu vas me la rendre immédiatement, gamin! Avant que je ne m’énerve pour de bon! En plus de l'utilisation d'une potion interdite de Polynectar, tu te trouves sur une propriété privée, alors évites d'aggraver ton cas! Le jeu est terminé! Rends la moi!"

Franklin fit alors un pas en direction du jeune inconnu, tendant sa main vers lui d'un geste aussi déterminé que persuasif. Mais le jeune homme ne semblait pas se résoudre à la lui rendre.

" Devrais-je vous la rendre ? Hum... Je ne crois pas non. Voyez-vous, je ne suis pas stupide et je sais pertinemment bien que vous me tueriez dans l'instant. Or je me suis entrainé à recevoir des doloris mais pas des avada. Et j'ai une mission..."

Franklin fronça les sourcils comme si cette discussion prenait une tournure insensée. Désireux d'abréger cette mascarade qui lui avait fait suffisamment perdre de temps, Franklin fit un nouveau pas en direction du jeune homme. Grondant de sa voix rauque, il lui fit comprendre que ce petit jeu avait assez durée...

"Mais de quoi tu parles? Une mission? Te tuer? Que signifie cette plaisanterie? Serait-ce ma femme qui t'envoie?"

Franklin ne réussit point à faire un autre pas en direction de l'inconnu, car celui-ci passe immédiatement à l'action. Usant de sa baguette, l'inconnu verrouilla la porte du fumoir, et à l'aide d'un autre sort, projeta Franklin contre une vieille commode. Sous le choc des livres et divers bibelots tombèrent sur le sol, alors que l'oncle de Darren restait prostré par cette attaque soudaine. La voix teintée de mystère du jeune homme résonna lors à nouveau, laissant toujours planer le doute sur ses véritables intentions.

"Tu dois te demander qui je suis n'est-ce pas ? Ce n'est pas le pathétique torchon qui te sert d'épouse qui m'a chargée de ton cas ni ton neveu qui s'avèrent, somme toute, être mes proches cibles, rassure-toi."

S'essuyant la sueur qui commençait à lui perler le front. Franklin dévisagea avec plus d’intérêt son agresseur. Peu à peu, il intégrait la notion de danger, et réalisait le fait que sa vie se trouvait suspendue à un fil...
Il posa alors la seule question qui s'imposait pour comprendre ce qui se tramait dans la tête de cet inquiétant personnage.

"Pourquoi...?" bredouilla-t-il.

Faisant preuve d'une incroyable décontraction, l'intrus s'en alla alors s'asseoir dans l'un des fauteuils moelleux dont était pourvu le fumoir du manoir de Connorset. Son rictus traduisant qu'il éprouvait même un certain plaisir dans cette situation d'agression. Franklin afficha une mine dédaigneuse, tout en écoutant le récit qui levait un peu le voile de mystère qui enveloppait ce sinistre visiteur nocturne...

" Nous allons faire un peu d'histoire... Wilhem Keller cela te dit-il quelque chose ? Oh très certainement, j'en suis sûr. Tu as du le croiser à Poudlard. Oh et tu dois te souvenir de cette pourriture d'Alexander aussi. Et bien je suis son cadet, Ulrich. Malheureusement pour toi, le gamin pleurnichard et rêveur que tu as du croisé complètement effrayé aux côtés de sa soeur décédée, a largement grandi en laissant derrière lui peur, doute, pitié et coeur."

Franklin ouvrit alors des yeux arrondis de stupeur, presque aussi rond que sa bedaine.
Bien sur que le nom de Keller lui était familier. Durant la guerre et sous l'égide de Devlin o'Connor, de nombreux mangemorts étaient venus séjourner dans le manoir de Connorset, et il soupçonnait avoir déjà croisé au moins l'un des deux. Fouillant dans les souvenirs lointain de cette période trouble, il se rappelait vaguement d'un Alexander. Mais c'était un jeune homme valeureux tout acquis à la cause des mangemorts...

Que venait-il faire dans cette histoire de famille?

Shauna et lui-même n'avait que très participé au conflit, offrant simplement l'hospitalité aux mangemorts de passage. Il est vrai que Shauna avait dénoncé par courrier au ministère plusieurs famille de nés-moldues ou de sang mêlée dont les pensées allaient à l'encontre du seigneur Voldemort, et lors de sa campagne, elle avait milité pour la libération des magemorts emprisonnés à Azkaban. Mais en aucun cas, cela ne méritait un châtiment aussi tardif et disproportionné!
L'inconnu finit par se relever et tracer des cercles autours de lui comme un vautour devant une dépouille mortelle. Franklin lui jeta alors un regard hagard présentant cette menace au dessus de sa tête.
Il balbutia son incompréhension.

"Mais je n'ai strictement rien à voir la dedans... Je ne suis qu'un honnête comptable..."

Mais le jeune homme ne l'écoutait plus, il n'entendait plus que sa propre folie et sa soif de vengeance. Ses propos devint alors terrifiant.

" Tu dois te demander ce que tu as à voir là dedans hein ? Et bien c'est simple j'ai décidé de prendre ma revanche sur les crevards qui ont tué ma soeur. Et ça commence par les O'Connor. Mais n'aies crainte, tu ne vas pas mourir de suite, je vais m'amuser un peu avant cela. Ca ne serait pas divertissant sans cela. "

Un éclair surgit alors de la baguette de l'agresseur nocturne, et vint frapper de plein fouet le malheureux Franklin O'Connor. Celui-ci se tordit immédiatement de douleur alors que des lames lui fendaient la chair de toute part. Franklin poussa un hurlement de douleur, roulant sur lui même sous les effets dévastateur de cet horrible sortilège du sectum sempra. Les yeux exorbités par la terreur, il contempla un instant sa chemise se maculer de sang. L'homme qui venait de le frapper étant sans pitié. Un tueur né...
La bedaine haletante et baignant dans une marre de sang, Franklin fixa alors son tortionnaire d'un regard qui l'implorait d'en finir avec lui. La voix entrecoupée par la souffrance que lui provoquait les coupures, il finit même par le supplier.

"Vas-y... Tue un innocent si cela te chante... Si tu penses que cela va te rendre ta sœur... c'est totalement stupide...mais une fois que tu en auras finis avec moi... ne fait aucun mal à ma femme... et la petite... pour l'amour de dieu..."

Mais son visage se crispa lorsqu'il croisa le regard sanguinaire du jeune homme. Celui-ci était venu pour accomplir un massacre et rien ne l’arrêterait. Alors qu'il sentait sa mort s'approcher, Franklin tourna alors un regard attristé vers un large cadre qui ornait l'un des murs du fumoir. Ses yeux ne pouvait quittait les visages radieux de sa femme et de sa petite fille.




* Pourvu qu'il ne leurs arrivent rien de mal...* pensa t-il naïvement l'espace d'une seconde.

Mais très vite sa raison reprit le dessus sur la douleur. Ce terrifiant bourreau n'allait pas en rester la. Une fois qu'il en aurait terminé avec lui, il monterait les escalier pour tuer à tour de rôle Shauna et sa fille, Darina...
Il devait les aider et les prévenir du danger. Malgré la porte close, elle entendrait sans doute ses hurlements. Rassemblant ses forces, il s'époumona dans l'espoir que du salon, Shauna pourrait l'entendre...

"A l'aide! Au secours! On cherche à me tuer! Shauna, Darina, sauvez-vous! Cet homme est un fou dangereux!!!"


Bien que sachant qu'il allait trouver sans doute la mort, pour calmer à jamais ses cris, Franklin espérait avoir été entendu. Peut être venait-il de sauver la vie de sa femme et de son enfant...
Ulrich KellerPersonnage décédéavatar
Messages : 736

Voir le profil de l'utilisateur
- "Mais je n'ai strictement rien à voir la dedans... Je ne suis qu'un honnête comptable..."

Un honnête comptable ? Comment cet abominable personnage pouvait-il donc être si présomptueux pour affirmer pareille vilénie après tout ce qu'il avait fait, les rangs qu'il avait rejoint autrefois et son passé ? Si Franklin O'Connor était un honnête citoyen alors lui-même était un ange de pitié et d'amour.
Certes, le Serpentard était empli de bons sentiments et ne faisait que soulager la société sorcière des olibrius qui la parasitaient encore. Ce qu'il accomplissait était la logique même qu'aurait du appliquer le gouvernement d'après-guerre ! Sa mission ne serait peuplé que de services rendus aux Royaumes-Unis ... mieux au monde. Mieux encore que tout cela, ses actes lui permettaient de se divertir tout en punissant de la meilleure manière qui soit ceux qui avaient fait de sa vie un enfer et avait créé le monstre qu'il était. Après tout, l'affirmation inverse qu'il avait faite à Adamson était erronée : il n'était qu'une carcasse décharnée dans laquelle se reclusait une sombre âme brisée.
Après lui avoir expliqué la raison pour l'avoir impliqué dedans, Ulrich lui lança un sectum sempra. Il s'agissait d'un sort que le jeune homme affectionnait particulièrement. Sa victime comme prévu se fit éventrée de plusieurs balafres sanguinolentes. Le maléfice était douloureux ... Le Préfet-en-chef en avait, par le passé, fait les frais lorsqu'il s'entrainait. Voulant s'endurcir, il n'avait eu la vie sauve cette fois là que grâce à l'aide de leur elfe de maison.
Jetant un coup d'oeil à sa proie, le regard implorant qu'il lui lança ne provoqua chez lui qu'un franc rictus suivi d'un petit rire méprisant.

- "Vas-y... Tue un innocent si cela te chante... Si tu penses que cela va te rendre ta sœur... c'est totalement stupide...mais une fois que tu en auras finis avec moi... ne fait aucun mal à ma femme... et la petite... pour l'amour de dieu..."

Un innocent ? Lui rendre sa soeur ? Etait-il réellement et sincèrement aussi naïf ? Le Serpentard savait pertinemment bien que rien ne pourrait jamais lui rendre Susan. Son retour n'arrêterait d'ailleurs certainement plu ses pulsions et il l'éliminerait sans doute sans pitié puisqu'il était persuadé que ce ne serait jamais qu'une ombre d'elle-même. Aucune magie ne pouvait faire revenir les morts intacts pas même la nécromancie.

- " C'est toi qui est vraiment stupide, O'Connor !", cracha-t-il en ricanant, "Penses-tu donc que j'en ai quoique ce soit à faire que ma soeur adorée revienne ?"

Se levant, Ulrich vint se placer au dessus du corps bedonnant de l'oncle. S'agenouillant à sa hauteur, il le saisit par ses cheveux et avança son visage vers lui.

- " Si Susan revenait, penses-tu que cela changerait quelque chose, vieil homme ?", cracha-t-il avec mépris, " Je n'hésiterais pas un seul instant à l'abattre sur le champ si c'était le cas pour abréger les outrages fait au corps de ma tant aimée ainée par une âme étrangère. En prime, crois-tu sincèrement que j'aie traverser l'enfer pour pouvoir renoncer ? Tu divagues."

Relâchant l'homme, Ulrich se releva et se retourna pour voir l'objet que son opposant à terre semblait regarder. Une photo ... Trompeuse à en juger par les relations sous-entendues qui semblaient désormais reliés les membres du clan O'Connor. Il n’espérait tout de même pas essayer de l'attendrir ? A cette simple pensée, un rictus mauvais apparut sur les lèvres du jeune homme. Pitoyable ... Pathétique vraiment !

- "A l'aide! Au secours! On cherche à me tuer! Shauna, Darina, sauvez-vous! Cet homme est un fou dangereux!!!"

Le cri de la loque a ses pieds réveilla la colère de celui qui le surplombait. Aussi vif que l'éclair, il lança un silencio qui cloua le bec de l'homme.

- " Comme c'est fâcheux, O'Connor. Vraiment ! Tu es un double crétin et tu sais pourquoi ?"

Foulant du pied le corps de Franklin, Ulrich bailla légèrement avant d'afficher une mine surprise.

- " Tu as perdu tes mots on dirait. Mais... c'est vrai c'est moi qui t'ai infligé cela. Tu es un imbécile quand tu penses qu'elles m'échapperont pour commencer. Ces chiens que tu as traité avant tant d'indifférence et sur lesquels tu espères pouvoir compter si elles venaient à s'enfuir dans le jardin, sont malheureusement fort influençable. Je ne crains donc que leurs souffrances soient plus douloureuses si elles choisissent cette option. Enfin... les alerter n'a fait que raccourcir ta vie et me mettre très sérieusement en colère en me privant des divertissements que j'avais prévu à ton égard."

S'éloignant quelque peu, le jeune homme prit un air contrit.

- " Dommage ... Mais je suppose que cela devait arriver, n'est-ce pas?", soupira-t-il avant de pointer sans même un regard ou un once de sentiment sa baguette sur Franklin, " Avada Kedavra."

Réajustant sa veste, le Serpentard quitta la pièce en direction de celle que pourrait occuper Shauna O'Connor.




Avatar/Signature : Ben Barnes.
Propriétaire de : Ulrich ♥️ Jayden ♥️ Nathanaël ♥️ Uriel ♥️ Georgiana ♥️ Dorian ♥️ Cecilya
Elu le personnage le plus vile d'Aresto
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1132

Voir le profil de l'utilisateur

Shauna O'Connor
Tante de Darren O'Connor

Shauna O'Connor enchaînait les verres à un rythme effréné afin d'oublier la lâcheté de son époux! Ce dernier était dans l'incapacité chronique de se comporter en homme et de prendre les décisions courageuses qui les sauveraient de leur situation financière précaire. La tante de Darren commençait à être excédé à l'idée de toujours devoir accomplir les sales besognes. Mais si le fait de se débarrasser de son encombrant neveu, lui ouvrait l'accès à l'immense fortune qui reposait dans le coffre de Devlin O'Connor à Gringotts, alors elle le ferait sans hésiter, même si pour cela elle devait entrainer avec elle son boulet de mari. Car l'idée de devoir travailler comme couturière magique au coté de sang impurs l'horrifiait encore plus que de devoir outrepasser ses principes moraux.
Si Darren devait être manipuler et mourir pour son propre bien être personnel, alors il ne fallait point hésiter!
Elle contraindrait Franklin à lui écrire le lendemain, et alors tout ne sera plus qu'une question de temps pour mettre la main sur l'héritage des O'Connor. Elle s’apprêtait à poser son verre et plonger son attention sur les précieux documents qu'elle avait réunit pour mener à bien son vol d'héritage, lorsque un hurlement terrifiant remonta du rez de chaussée pour la prévenir d'un danger imminent.

"A l'aide! Au secours! On cherche à me tuer! Shauna, Darina, sauvez-vous! Cet homme est un fou dangereux!!!"

Shauna resta quelques secondes interloquée face à ce message d'alerte, comme ci cette situation inhabituelle lui était inconcevable.




Shauna O'Connor finit tout de même par se lever, et tenter de recouvrir ses esprits pour réagir efficacement face au danger. Dans sa panique muette, la première chose essentielle à ses yeux fut d'identifier clairement le danger et de se diriger prudemment vers l'origine des cris. Franklin ne hurlait qu'en de rares occasions, de par son flegme légendaire. Certes, il râlait perpétuellement, mais au grand jamais sa voix n'avait atteint une telle intensité dramatique.

Une terrifiante évidence s'imposa, celle qu'un danger bien réel rôdait au rez de chaussée.

En mère résolument indigne, Shauna n'eut aucune pensée pour sa fille, car ce qui lui importait le plus était de sauver sa peau. De plus, la tante de Darren savait pertinemment depuis longtemps que si le manoir de Connorset devait recevoir une visite dangereuse, elle serait la première personne menacée! En effet, Shauna ne comptait plus ses ennemis et les menaces de mort qui débordaient de sa boite au lettre magique depuis sa dernière tentative de candidature aux dernières élections. Promulguer des thèses néo-mangemorts et parler d'éradication de la vermine moldue n'avait pas pour vocation de lier des amitiés nombreuses. Pas plus tard que l'année dernière, une manifestation pro-sang purs organisé dans le Belfast magique avait d'ailleurs soulevé la masse populaire contre elle, pour s'achever dans l'affrontement direct. Plusieurs blessés dans les deux camps furent à déplorer, ce qui entraina un coup de frein définitif à sa campagne de haine.
Dans l'esprit de Shauna, la colère succéda bien vite à la peur, car l'idée que des militants cracmols viennent souiller le sol de son manoir, lui était tout bonnement insupportable. Elle maudissait aussi ses chiens de garde qui n'étaient utile que pour aboyer contre les corneilles. Lorsqu'elle aurait la main mise sur la fortune de Devlin, elle se promettait d'enrôler un corps de garde expérimentée, ainsi que des pièges magiques pour éloigner les infectes moldus de sa propriété.
Shauna arriva devant le corridor qui conduisait à l'escalier principal, où elle s'arrêta un bref instant pour tendre l'oreille et démasquer un éventuel danger. Mais le couloir restait effroyablement silencieux.



Shauna hésita longuement avant de s'engager en direction de son escalier, et se demanda pour la première fois ce qui était advenu à son époux. Depuis ses hurlements, c'était le calme plat. Peut être poursuivait-il dans le parc le maudit visiteur nocturne, en lui faisant payer son effraction à grands coups de sortilèges interdits?
Shauna ne doutait point des compétences magique de son mari, et l'évidence s'installa que si un duel s'était engagé entre lui et une racaille moldue, alors il se serait imposé sans difficulté. Un être inférieur ne pouvant soumettre plus pur que lui.
Ses pensées racistes eurent pour mérite de la rassurer et elle s'avança d'un pas décidé en direction du petit balcon qui dominait le grand hall. Se penchant au dessus de la balustrade, elle ne dénota de prime abord, aucune présence manifeste, seul le tic-tac de la grande horloge troublant le silence nocturne.
Plissant les yeux afin de décrypter les ténèbres, elle s'attacha à se concentrer en direction du bureau de son époux, où la porte était à demi ouverte. Une tache sombre et mouvante sur le sol l'intrigua alors au plus haut lieu. Shauna mit longtemps avant de comprendre que ceci n'était en réalité qu'une immense tache de sang qui inondait le marbre du manoir. Elle porta une main tremblante sur sa bouche ouverte d'effroi, mais se ressaisit bien vite, en se disant que cela ne pouvait qu'être le sang impur de l'intrus.
C'est d'une voix peinant à retrouver son calme qu'elle tenta de démêler la réalité de la situation.

"Franklin...? Mon trésor... Est-ce que tout va bien pour toi en bas...?"

C'est à cet instant que la porte du bureau s'ouvrit en long et sinistre grincement, pour en laisser sortir une ombre d'apparence bien humaine mais au combien inquiétante. La masse ténébreuse enjamba la marre de sang, et Shauna vit alors apparaitre une silhouette étrangère qui n'appartenait en rien à son mari. Horrifiée, Shauna vit alors se matérialiser un inquiétant jeune homme dans la faible lumière du grand hall...
Complètement terrifiée par cette sinistre présence qui levait désormais ses yeux de prédateurs sur elle, Shauna resta pétrifiée.



Fort heureusement pour elle, son instinct lui insuffla l'adrénaline nécessaire pour lui donner la capacité de s'enfuir. Ce jeune homme n'était rien d'autre qu'un assassin, et elle oublia bien vite la marre de sang et la mort de Franklin pour se concentrer sur sa propre survie. Elle devait déclencher l'alarme magique qui se trouvait dans sa chambre, ce qui provoquerait un vacarme salutaire qui ferait à coup sûr fuir l'imposteur. Prenant ses jambes à son cou, Shauna prit à le chemin inverse, et elle ne tarda point à passer devant le salon qu'elle venait tout juste de quitter. Un improbable soupçon lui traversa alors l'esprit.

Et si tout cela était savamment orchestré? Si ce n'était qu'une manière détournée de mettre la main sur les précieux documents familiaux des O'Connor? Darren malgré son âge cherchait peut être lui aussi a récupéré la fortune? Le médaillon disparu, cette visite nocturne, tout cela n'était peut être qu'un habile stratagème pour récupérer la fortune de son père...
La panique alimentait la paranoïa de Shauna, qui finit par s'engouffrer dans le salon pour récupérer un dossier, d'une importance capitale à ses yeux. Elle entendit alors les pas de l'assassin derrière elle qui faisait grincé le planché en bois du corridor. Manquant pousser un hurlement, elle sortit du salon en toute hâte, pour obliquer en direction de sa chambre.
Shauna s'y engouffra et referma la lourde porte en chêne derrière elle. Dans un geste précipité, elle sortit sa baguette pour la braquer en direction de l'entrée. D'une voix frémissante elle prononça alors un sortilège d'emprisonnement.

"Collaporta!"

Un bruit de succion scella alors la porte, la protégeant sans doute de l'intrus. Shauna poussa alors un profond soupir de soulagement, se sentant à nouveau en sécurité dans la quiétude familière de sa chambre. Elle osa l'oreille sur la la porte, mais aucun bruit de pas venait pour l'instant troubler son sentiment d'apparente sécurité.
Une évidence s'imposa alors elle, elle devait absolument mettre en lieu sûr les précieux documents familieux et le testament de Devlin. Elle se tourna alors vers un grand tableau qui ornait l'un des murs de la chambre. Il ne s'agissait rien de moins qu'un auto-portrait de Shauna o'Connor, qui avait pour mérite de dissimuler l'ouverture d'un coffre-fort, où l’infâme tante de Darren cachait essentiellement ses bijoux. Cette dernière l'ouvrit et y glissa les précieux parchemins enroulés.

Un bruit métallique lui fit subitement tourner la tête, alors que la poignée de la porte se mouvait de façon préoccupante. Le mystérieux assassin se tenait devant la porte de chambre. Plutôt que de rester silencieuse, et se terrer dans sa peur, la tante Shauna sentit une colère digne des O'Connor monter en elle. Fermant brusquement son coffre et omettant de remettre le tableau droit, elle se précipita en direction de la porte!
Elle entama alors un monologue railleur avec l'étranger qui se tenait de l'autre coté de la paroi en chêne.



"Dégage de chez moi sale vermine! Tu n'as absolument rien à faire ici! Tu crois que j'ai peur de toi? Mais tu rêves, sale pourriture! Sache que dans quelques secondes je vais déclencher l'alarme qui protège notre manoir, et une centaine de brigadiers magique vont bientôt te capturer, maudit assassin!"

Shauna ponctua ses paroles de faits, se dirigeant dans un coin de la pièce et tira sur un cordon pour enclencher l'alarme magique. Du moins elle l'espérait, car aucun son ne se produisit. N'ayant point d'argent à gaspiller en ces temps si dur pour les O'Connor, Shauna avait négligé de la faire réviser depuis longtemps. Et aucun doute celle-ci ne fonctionnait plus...
Folle de rage, elle se précipita alors vers la porte et hurla sa haine.

"Je ne sais pas qui tu es, mais si tu viens pour une sombre raison politique pro-moldue, sache que je ne regrette rien! Moldus, Cracmol, Sang de bourbe, vous n'êtes à mes yeux que des des dégénérés à éradiquer! Des erreurs de la nature à exterminer jusqu'au dernier! Alors reste de ton coté de la porte et va au diable, car nous ne serons jamais du même monde!"

La situation de danger, ainsi que sa consommation excessive d'alcool avait pour résultante de désinhiber la tante Shauna dans ses pensées racistes. Peut être se sentait-elle aussi en sécurité derrière sa porte blindée de renfort magique?
Pensant avoir porter un coup fatal à la volonté de son assassin, Shauna éclata d'un rire mauvais, du même rire sadique qu'elle avait eu lors du procès à mort de Caricia Molten, une jeune étrangère moldue qu'elle avait dénoncée dans l'ombre aux mangemorts lors de la grande guerre...

Nul doute Shauna O'Connor se sentait en sécurité... mais pour combien de temps?
Ulrich KellerPersonnage décédéavatar
Messages : 736

Voir le profil de l'utilisateur
Prendre la vie était tellement facile décidément. A ses pieds, toute vie avait quitté le corps de Franklin O'Connor qui le fixait de ses prunelles vides et creuses, bien plus qu'elles ne l'avaient été lorsqu'il était encore de ce monde. Ulrich devait avoué que celui à qui il venait d'ôter la vie ne manquait pas de cervelle. Après tout, n'était-il pas parvenu à échapper à toute purge en continuant de parasiter la société sorcière ? Le Serpentard avait entendu pas mal de rumeurs concernant l'habilité de son opposant mais il était déçu... Peu de combat, aucun challenge ! Au final, Franklin O'Connor s'était avéré être une pathétique cible montrant peu d'opposition ou de rage de vivre. Son épouse ainsi que sa progéniture ne devait guère valoir mieux mais la simple pensée qu'il commençait à honorer la mémoire de sa soeur tout en purgeant les nuisibles de son monde, lui rappela qu'il était loin de perdre son temps avec ce divertissement.

Evitant de fouler du pied pareil déchet, Ulrich enjamba le corps inerte et bedonnant du vieil homme juste avant de relever ses pupilles sombres pour vriller ceux de Shauna O'Connor. Celle-ci après être restée pétrifiée finit par s'enfuir vers les étages provocant un rictus mauvais sur les lèvres de son futur assassin. Lentement, d'une démarche digne d'un félin, le jeune homme prit son temps pour gravir les escaliers, diminuant petit à petit les mètres qui le séparaient de sa prochaine proie. Brièvement il la vit sortir de ce qui devait être le salon pour s'élancer vers une autre pièce dont elle verrouilla l'accès. Restant brièvement de l'autre côté du panneau, le Serpentard se saisit finalement de la poignée pour tenter de s'octroyer un passage vers la pièce où se trouvait sa proie. L'idée que cette tentative puisse provoquer l'augmentation de la crainte qu'éprouvait Shauna le faisait jubiler d'avance. Laissant ses doigts se balader le long du mur, il lança de sa main disponible quelques sortilèges qui eurent pour effet de faire imploser par petits endroits la cloison.

- "Dégage de chez moi sale vermine! Tu n'as absolument rien à faire ici! Tu crois que j'ai peur de toi? Mais tu rêves, sale pourriture! Sache que dans quelques secondes je vais déclencher l'alarme qui protège notre manoir, et une centaine de brigadiers magique vont bientôt te capturer, maudit assassin! Je ne sais pas qui tu es, mais si tu viens pour une sombre raison politique pro-moldue, sache que je ne regrette rien! Moldus, Cracmol, Sang de bourbe, vous n'êtes à mes yeux que des des dégénérés à éradiquer! Des erreurs de la nature à exterminer jusqu'au dernier! Alors reste de ton coté de la porte et va au diable, car nous ne serons jamais du même monde!"

Les paroles de l'ignoble créature prisonnière dans sa cage autour de laquelle il tournait tel un chat attendant le meilleur moment pour attraper un oisillon, provoquèrent le ricanement d'Ulrich qui s'éleva et se résonna dans tout le couloir. Du même monde ? Non effectivement, ils n'avaient jamais été du même monde et ne le seraient jamais. Une nouvelle différence s'ajouterait de surcroit, d'ici peu puisqu'elle rejoindrait les enfers où ce qui s'en rapprocherait.
Attendant patiemment tout en continuant de faire courir ses fins doigts pâles le long du mur, le cri strident annonçant le déclenchement de l'alarme se fit attendre. A n'en pas douter la radinerie des occupants du bâtiment se voyait chèrement payée.

Le jeune homme allait revenir vers la porte lorsqu'il remarqua une frêle silhouette recroquevillée dans l'angle du couloir un peu plus loin. De longs cheveux noirs et des yeux de la même couleur l'observaient calmement malgré l'espèce de terreur qu'il pouvait percevoir. Darina O'Connor portait encore sur ses joues la trace de larmes récentes. Qu'avait-elle vu exactement ? Cette simple question remettait à elle seule la manière dont le Serpentard pouvait l'aborder... Sa mère n'en ferait probablement pas grand cas préférant sa propre survie à celle d'une gamine qu'elle semblait déjà peiner à considérer comme sienne alors qu'elle en était la génitrice biologique.

- " Bonjour, jeune fille.", murmura-t-il en lui lançant un sourire empli de douceur et cachant loin du regard de l'enfant qui lui faisait face, le monstre tapi qui était jusqu'alors sortit de sa tanière, " Darina, c'est ça ? Je suis un ami de ton cousin. Il m'a envoyé pour venir te délivrer de tes parents qui complotaient un vilain tour contre toi et Darren. Tu viens ?"

Le Préfet-en-chef ne lui avait pas donné son nom à dessein et il ne le ferait probablement pas tant qu'il ne la tiendrait pas fermement auprès de lui. Bien sûr, ça ne faisait aucun doute que ce serait le cas sous peu mais mieux valait être prudent. Il était à deux doigts d'avoir réussi sans l'ombre d'une seule bévue. Peu de personne pouvait se taguer de parvenir à une liquidation parfaite du premier coup. Darina, de son côté, s'était redressée, les yeux remplis de terreur. Au vu de son attitude, il sut qu'elle s'en irait.

- " N'aies crainte, Darina. Surtout ne t'enfuis...", commença-t-il.

Mais avant qu'il n'ait eu le temps de terminer sa tirade, la cousine d'O'Connor esquissait un mouvement de fuite qu'il étouffa dans l'oeuf d'un informulé.

- "... PAS, sale gamine ! Serait-ce trop vous demandez à vous, les O'Connor d'arrêter de lutter en vain ! ", tonna-t-il en s'avançant à grande enjambée vers l'enfant à laquelle il rendit la liberté.

La saisissant brusquement et sans ménagement par le bras, il la traina de force jusque devant la porte de la pièce qu'occupait son implacable mère. Plaquant Darina devant lui tout en l'enserrant de son unique bras libre, Ulrich guetta le battant qui s'évertuait à ne pas bouger d'un pouce.

- " Shaaaunna, très chère. A ta place je sortirais. Qui sait ce qui pourrait arriver à ta précieuse petite fille si tu ne t'exécutais pas ?"

Observant avec avidité l'unique sortie dont disposait la propriétaire des lieux à l'exception des hautes fenêtres dont elle ne souhaiterait certainement pas sauter, Ulrich commença à remettre avec amusement les mèches qui revenait dans le visage de la malheureuse cousine de Darren. Chacun de ses mouvements faisait trembler davantage de peur la pauvre fillette qui avait cessé de se débattre.

- " Pathétique...", murmura-t-il à son oreille avant de s'adresser à la génitrice de la proie qu'il tenait, " Comme je vois, tu n'es guère mieux que ces vermines que tu sembles tant détester, Shauna O'Connor. Ton enfant se trouve entre mes griffes et te voilà qui t'enferme dans ton mutisme en n'ayant aucun égard pour la chair de ta chair. Très bien, si c'est ainsi alors je vais ranger mon élégance et entrer, très chère."

Pointant la baguette de Lawrence droit devant lui, la porte du salon explosa en miette tandis qu'il se mettait à l'égard, Darina toujours coincée contre lui, pour éviter toute agression de la part de l'ignoble bonne femme. Lorsque la poussière provoquée par l'explosion se fut dissipée, le jeune homme jeta un coup d'oeil à l'intérieur de la pièce. Dans toute sa vanité, Shauna O'Connor se tenait droite devant la grande baie vitrée du salon. Elle se retourna pour le fixer de tout son mépris qui se trouvait être largement réciproque.
Avant qu'elle ne puisse dire ou faire quoique ce soit, Ulrich la désarma.

- "Darina ma...

La suite s'éteignit dans la gorge de la femme alors que le Serpentard lui lançait un sort de silence. Inutile qu'elle verse dans le dramatique en faisant soudainement une déclaration maternelle à sa fille dont le destin lui importait peu il y a de cela quelques minutes.

- " Oh non, je ne crois pas que je te laisserai terminer ton discours qui je n'en doute pas était fort touchant.", déclara-t-il avec mépris et moquerie avant de se pencher vers Darina, " Vois donc le courage de ta chère mère, fillette. C'est tout ce dont les mangemorts peuvent offrir. C'est triste pour toi, petit trésor."

Regardant l'horloge, une moue contrite apparut sur les traits du jeune homme : il était en retard ! S'il ne se pressait pas, il serait en retard pour le dîner et Kathrina se poserait des questions et s'inquièterait. De plus il avait encore fort à faire en se débarrassant notamment de Lawrence. Non, il devait très clairement se presser même s'il éprouvait l'irrésistible envie de jouer encore quelque peu avec ses proies.

- " Pour ton information, nous ne faisons effectivement pas partie du même monde. Je fais partie des sorciers de sangs purs respectables alors que tu fais partie de la basse classe composée de mangemorts et autres vermines du même acabit. Tu aurais du disparaitre en même temps que ton maitre, très chère, mais je vais me faire une joie de t'expédier auprès de lui en réparant cette erreur."

Pointant la baguette de McGraph sur Shauna, Ulrich suspendit quelques instants pour la fixer avec arrogance.

- " Au fait, mon nom est Ulrich, Ulrich Keller. Je pense qu'il est bon de savoir qui t'a achevée, pourriture."

D'un adroit mouvement de baguette, le sort projeta la tante d'O'Connor à travers la grande fenêtre à croisillon tandis que le sorcier bâillonnait adroitement la gamine qu'il retenait toujours prisonnière.

- " Veux-tu arrêter de pleurer comme une madeleine et d'essayer d'hurler après elle ! ", tonna-t-il à son encontre, " Tu pourras faire tout ce que tu voudras, elle est morte."

Et comme pour la forcer à faire face à la réalité, Ulrich l'entraina de force jusqu'au trou béant qu'avait laissé le passage de la tante Shauna. Dans le jardin, sur la pelouse fraichement tondue et impeccablement entretenue, le corps inerte et sans vie de sa précédente proie était allongé de tout son long.

* De la nourriture pour les chiens ... Rien de plus ! *

A ses côtés, Darina s'était mise à trembler, son corps agité de spasmes incontrôlés liés sans doute à la peur qu'il lui inspirait.
La relâchant, Ulrich lui caressa doucement la joue comme il l'avait fait tant de fois avec Kathrina.

- " Tu n'as rien à craindre de moi, Darina. Maintenant ferme les yeux, veux-tu, et respire calmement... Tranquillement. Tout ira bien, petite fille.", lui murmura-t-il gentiment tout en s'éloignant petit à petit de la gamine qui s'était exécutée.

Lorsqu'il fut à bonne distance, la baguette mangemorte se dressa à nouveau face à son avant-dernière victime de la soirée.

- " Bonne nuit...", murmura-t-il avec pitié avant de lancer l'avada Kedavra sur l'enfant qui s'effondra au sol, morte.

Une fois son acte accomplit, les événements s'enchainèrent pour le Serpentard. Après avoir rapidement transplané jusqu'au chalet où était prisonnier Lawrence McGraph, il ramena le vieillard au manoir des O'Connor où il l'exécuta sans cérémonie au milieu du grand hall, un rictus aux lèvres. Essuyant toute trace de son passage, Ulrich se rendit dans le jardin et fit face au bâtiment vers lequel il pointa sa propre baguette pour faire tout s'effondrer. En plus de mourir, les O'Connor disposaient désormais d'une tombe à la mesure de leur démesure.

Ce soir, en rentrant au manoir, peut-être le sommeil du jeune homme serait-il moins hanté de cauchemars ... ?




[ RP terminé ]




Avatar/Signature : Ben Barnes.
Propriétaire de : Ulrich ♥️ Jayden ♥️ Nathanaël ♥️ Uriel ♥️ Georgiana ♥️ Dorian ♥️ Cecilya
Elu le personnage le plus vile d'Aresto
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Mascarade [Famille O'Connor]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La famille O'Connor (6/7)
» La Mascarade
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-