AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 La gueule de bois du mois [Samaël & Irving]

Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
1er janvier 2007

C’était la fin du monde. Littéralement. Artémis était clouée au sol dans le salon des Whitaker, incapable de bouger et regardait la maison gelée lui tomber dessus, brique après brique. Une chaise de l’étage manqua de l’écraser, un paquet de pâtes lui explosa au visage, une tuile tomba non loin d’elle… Et ça ne s’arrêtait pas. Elle voulait hurler, se lever, courir, mais elle était immobilisée, incapable de faire le moindre geste. Quand, enfin, après de pénibles effort, elle réussi à se lever, ce fut pour voir une silhouette blonde qu’elle ne détestait que trop lui faire face. Cécilya marchait au milieu du carnage avec un horrible sourire sur son visage, passant auprès des corps des invités endormis ou morts sans s’émouvoir. Au lieu de ça, elle fixait Artémis avec son habituel air supérieur.

"Alors, Artémis ? Encore en train de t'apitoyer sur ton sort comme une pauvre âme en peine sans être foutue de te bouger un peu pour changer la situation ? Toujours aussi pathétique !"

Artémis aurait voulu hurler, faire quelque chose, se défendre, mais elle ne pouvait pas parler, et Cécilya continuait à avancer. Un bloc de glace tomba sur Samaël, tuant le pauvre garçon sur le coup. Artémis voulu hurler d’horreur (on ne tuait pas Samaël, voyons, il était gentil comme tout, il n’avait pas le droit de mourir !) mais cela n’arrêta pas la Serpentard qui continuait à médire :

"La seule dont le frère se fout complètement c'est toi Artémis, pas moi. Tu es incapable de me battre à armes égales sans lui faire du chantage pour qu'il s'éloigne de moi. Je ne rentrerai pas dans ton jeu de gamine ne parvenant pas à se défendre seule et à la loyale. JAMAIS !"

"MENTEUSE !" réussit-elle à hurler, pourtant ses mots sonnaient creux et vides.

Parce que se défendre seule et à la loyale, Artémis s’en fichait. Elle était au-delà de ça. Elle voulait juste être un peu prise au sérieux. Elle avait à peine parlé à Théo depuis ce jour fatidique. Théo qui avait à peine réagi en apprenant le drame de Laponie, Théo qui croyait qu’elle faisait un caprice quand elle lui parlait de sa souffrance. Elle ne lui avait rien offert pour Noël et si elle l’avait remercié du bout des lèvres en recevant son cadeau, c’avait été uniquement pour ne pas décevoir sa mère. Celle-ci s’était d’ailleurs rendue compte que quelque chose clochait. Elle avait bien essayé d’en parler avec sa fille, mais Artémis s’était retranchée dans un silence prudent. Elle savait que si elle lui parlait, sa mère se chargerait de remettre Théo sur le droit chemin manu militari. Mais elle gardait cette carte pour plus tard, car sa bataille contre Cécilya s’était transformée en une bataille contre Cécilya et Théo.

Elle voulait blesser Cécilya, lui faire payer, et elle l’avait fait. Elle se fichait de le faire ou non « à la loyale », car pour elle, ce n’était pas un jeu mais une guerre sans merci. Elle valait mieux que cette pimbêche de Richardson. De toute façon, rien n’était déloyal, dans cette histoire. Elle ne voulait que le respect de la gamine dont son frère s’était entiché, et si cette dernière était trop imbue d’elle-même pour le lui accorder, Artémis l’obtiendrait par la force, en touchant là où ça faisait mal. Soit au cœur de la pomme de discorde, Théo. Contre toute attente, elle avait réussi. Théo ne parlait plus à Cécilya, du moins pas qu’elle ait pu s’en apercevoir. Et bim, dans sa poire. Désormais, lorsqu’elle croisait sa rivale, Artémis lui offrait le même sourire gentil, aimable, poli et surtout parfaitement hypocrite que Cécilya lui avait servi toutes ses années. Evidemment, Richardson ne montrait rien mais il lui suffisait de savoir, de supposer, et de lui prouver qu’elle était capable de choses plus mesquines qu’elle.

Hélas, le problème était que la pimbêche avait été dans le vrai. Théo se fichait d’elle. Il s’était éloigné de Cécilya, parce qu’elle l’avait mis au pied du mur, mais môsieur Nott ne tolérait pas de se faire « dicter sa conduite » et ne parlait donc plus à sa sœur. Celle-ci, qui avait voulu le remercier de l’avoir écouté, avait repris la mouche en voyant sa froideur et jouait donc le même jeu. Il n’avait fait ça que pour être tranquille, pas pour elle. Artémis aurait pu demander à sa mère d’intervenir, mais c’aurait été trop facile. C’aurait aussi donné raison à Cécilya, qui la pensait incapable de se battre d’elle-même, et même si elle ne l’avouerait jamais, la petite peste avait touché juste. Artémis avait besoin de se prouver et de prouver au monde entier ce dont elle était capable. Elle avait aussi besoin de prouver à son aîné qu’elle n’était pas juste une adolescente bien gentille qui faisait ce qu’on lui disait. Et se servir de ses parents aurait été lui prouver qu’au contraire, elle n’était encore qu’une enfant. Et de toute façon, il ne lui aurait présenté qu’une façade polie et gentille pour échapper à la colère parentale, sans vraiment s’intéresser à elle. Ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle ferait craquer Théo également, et s’il ne craquait pas, elle vivrait sans lui. Mieux valait ne pas avoir de frère plutôt qu’espérer quelque chose de cet inconnu égoïste qui vivait sous le même toit qu’elle.

Forte de cette bonne résolution, Artémis osa regarder Cécilya dans les yeux. Celle-ci l’avait quittée du regard et se penchait amoureusement sur Théo, qui dormait non loin de là dans un sac de couchage. Comment, il était venu au nouvel an d’Irving, finalement ? songea Artémis en regardant la scène.

"C’est mon frère !" grogna Cécilya, soudain agressive.

"Si tu veux", répondit la Poufsouffle, sentant une énergie nouvelle courir dans ses veines.

Une volonté qui n’était pas totalement sienne pris le contrôle de la situation, et un énorme bloc de glace écrasa Théo. Cécilya sauta en arrière et poussa un hurlement d’horreur.

Artémis, elle, regarda ce qui restait du corps de son frère, étrangement détachée du spectacle morbide qui s’offrait autour d’elle. Samaël était mort et elle avait ressenti de l’horreur devant cette réalité, pourtant, face à son aîné, ça ne lui faisait rien, ça ne la touchait pas. Il l’avait bien cherché, après tout. Cette mort lui faisait le même effet que ne plus lui parler et l’ignorer. C’était apaisant. C’était plus facile de ne pas s’occuper de lui, de prétendre ne pas avoir de frère, plutôt que de rechercher une approbation qui ne viendrait jamais. Elle ne perdait plus son temps à l’attendre le soir dans la salle commune, et montait bavarder avec Nora et Jane. Elle s’entraînait au Quidditch pour elle et pour son équipe, et non plus pour son nom ou son sang. C’était oui, plus facile. Et puis maintenant, il n’y avait plus rien à attendre, parce qu’il était mort.

Cécilya se releva, pleine de rage. Elle semblait plus grande, tout d’un coup, et dirigea son regard vers Nora et Irving qui dormaient un peu plus loin.

"Hé, Weaver !" cria-t-elle, réveillant Nora en sursaut.

L’attrapeuse regarda autour d’elle, à moitié endormie, quand une énorme cheminée en brique, qui ressemblait fort à celle du manoir des Nimbus de Pompadour, s’abattit sur Irving. Instantanément, Nora se mit à hurler le nom du Gryffondor et à sangloter.

"C’est la faute d’Artémis", cria Cécilya par dessus le carnage. "Tout est de sa faute !"

"Non, c’est pas vrai", balbutia la jeune fille, toujours clouée sur place. Pourtant, cette fois, cela sonnait comme si c’était vrai. "C’est pas vrai ! Elle ment ! NON !"

Et avec colère, elle obligea une table en marbre à balayer sa rivale, qui mourût dans d’atroces souffrances (mais très rapidement quand même). Mais c’était trop tard, le poison insidieux de la Serpentard s’était déjà répandu dans l’esprit de Nora, toujours agenouillée près du corps d’Irving. Elle se redressa et commença à lancer des choses sur son ancienne amie, hurlant avec rage :

"C’est TA faute ! Tout ça c’est de TA faute ! La tienne ! Je te déteste !"

Artémis se protégeait comme elle pouvait des fourchettes, verres, assiettes et autres ustensiles qu’elle recevait, mais elle n’arrivait pas à se faire entendre dans le vacarme destructeur qui l’entourait. Elle avait réussi l’exploit de mettre Nora en colère, ce qui lui vaudrait sûrement une ligne dans le livre des records, mais elle aurait préféré ne pas accomplir ce miracle. Parce que Nora avait raison, c’était de sa faute si Irving était mort, elle avait tous les droits de la détester. Elle ne faisait que des bêtises. Elle avait perdu Théo, Samaël était mort et maintenant même Nora la détestait. Elle fichait tout en l’air. Merlin, ce qu’elle souhaitait mourir en ce moment même. A peine avait-elle formulé ce souhait qu’elle leva les yeux et vit un énorme bloc de glace lui tomber dessus. Et ce fut tout noir.

"NON !" souffla Artémis.

Elle se redressa brutalement et ouvrit les yeux. Elle était bien dans le salon des Whitaker, mais il ne tombait pas des briques laponiennes du plafond, Théo n’était pas là et personne n’était mort. Reprenant sa respiration, elle sortit de son lit de fortune et s’avachit sur le canapé. Par les bas de McGonagall, qu’est-ce qu’elle avait mal à la tête. Ca cognait comme McWilde jouant de la trompette, là-dedans. Elle n’aurait pas du boire autant, elle n’aurait pas du boire tout court. Au moins, elle se sentirait bien et elle n’aurait pas embrassé Irving.

… Attendez une minute, elle n’aurait pas QUOI ? Artémis fit un bond sur le canapé. Non, elle ne pouvait pas avoir fait ça. Si, elle s’en souvenait maintenant, elle avait embrassé Irving.

"Oh non, non, non…" murmura-t-elle, comprenant que son rêve n’était pas si éloigné que ça de la réalité.

Nora devait vraiment la détester. Cette simple idée, accompagnée du mal-être de la gueule de bois et de la fatigue de la nuit passée, suffit à la faire fondre en larme. Elle se roula en boule sur le canapé et pleura toutes les larmes de son corps, incapable de se retenir. Elle avait osé, elle avait fait la pire boulette de la terre. Elle senti vaguement quelqu’un s’approcher d’elle et lui demander ce qui n’allait pas.

"J’ai embrassé Irviiiiiiiiiiiing, voilà ce qui ne va pas !" sanglota-t-elle désespérément.

C’était la fin du monde.


100e HUNGER GAMES


4

District
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Irving ouvrit les paupières.



Il cligna des yeux plusieurs fois, afin de chasser l’image qu’il avait devant lui, mais il dû vite se rendre à l’évidence : Ce n’était pas une hallucination. C’était bien le visage de Donald qui était quasiment collé au sien. C’était bien le souffle chaud du petit Gryffondor qu’il sentait contre sa propre bouche…

« Oh putain… » souffla le sixième année en décollant sa tête du plancher sur lequel il était couché, bordel de troll, ajouta-t-il en se massant la joue quelques secondes pour faire partir la marque des lattes qui s’était imprimée sur son visage. Encore dans les vapes, il hasarda un regard autour de lui et reconnut immédiatement cet endroit familier. Des affiches des Bizarr’Sisters placardées sur les murs, une guitare posée sur un trépied, quelques Sexy Witch cachés sous le lit : Pas de doute, il était dans sa chambre. Alors pourquoi diable s’était-il couché par terre au lieu de prendre place sur son matelas ? Un ronflement émanant de son lit lui apporta la réponse. Le sixième année se hissa donc péniblement sur ses avant-bras pour découvrir qui était l’actuel occupant des lieux : Couché en chien de fusil, un coussin coincé entre ses bras maigres, Danny dormait à poing fermé.

« Oh booordel… » murmura Irving en posant une main sur son crane douloureux. Il en tenait une bonne. Une sacrée bonne même ! Il ne se souvenait pas avoir déjà été en si mauvais état après une cuite ! Le gryffondor s’appuya momentanément contre le lit et enserra sa tête entre ses mains pour tenter de remettre ses idées en place, mais en vain. Il avait surtout besoin de boire un grand litre d’eau avant de pouvoir espérer réfléchir convenablement. Sa bouche était sèche et horriblement pâteuse…

Prenant garde à ne pas réveiller ses deux camarades de chambrée, Irving se hissa hors du duvet tapis dans lequel il s’était enroulé. Il se retrouva donc debout, en caleçon, au milieu de sa chambre et ne pu retenir un nouveau juron en découvrant son corps. Il esquissa quelque pas en direction du miroir qui était fixé sur sa porte et poussa un profond soupir en découvrant son reflet.



Bon, visiblement, il avait fait parti des premiers à s’endormir.

« Puuutain… » souffla –t-il en passant une main dans ses cheveux avant d’attraper la poignée pour sortir dans le couloir qui donnait au dessus du salon.

« Oooh putttain… » gémit-il une nouvelle fois en découvrant l’étendue des dégâts en contre bas. La maison des Whitaker était ravagée ! Il y avait de la nourriture un peu partout au sol, des bouteilles et des verres renversés, des vêtements, des cendriers pleins, des disques, une baguette magique, sa bouée hippogriffe de quant il était petit, des guirlandes de papier toilettes autour des cadres photos du salon, et, au milieu de tout ce capharnaüm, quelques-uns de ses amis qui roupillaient paisiblement.
Il ferma les yeux quelques secondes et décida de s’occuper de tout ça dès qu’il se serait désaltéré…

*De l’eau.* pensa-t-il en se dirigeant machinalement en direction de la salle de bain qui jouxtait sa chambre.

« Oh booordel…. » grogna-t-il en marchant dans une énorme flaque au milieu de la pièce. A croire que quelqu’un avait prit sa douche en dehors de la baignoire, songea-t-il en secouant la tête. Il voulut s’essuyer les pieds sur une serviette mais renonça bien vite en découvrant l’état dans lequel se trouvait ses panards : Ils étaient noirs de crasse avec quelques morceaux de pâté de sombral collé dessous. Cependant, cette vision d’horreur ne fut rien comparée à ce qu’il découvrit au fond de l’évier de la salle de bain. Le jeune homme retint difficilement un haut le cœur devant une mixture verdâtre et malodorante qui bouchait littéralement le conduit d’évacuation. Il parvint tout de même à lutter contre son relent et quitta précipitamment la petite salle de bain en refermant soigneusement la porte derrière lui. Il s’occuperait de ça plus tard… après avoir bu.

Il passa une main lasse sur son visage et s’accrocha à la rambarde pour rejoindre l’escalier qui descendait à l’étage inférieur. Il enjamba les pieds de quelqu’un qui dormait à cheval entre les toilettes et le couloir et s’arrêta quelques secondes devant la porte de la chambre de ses parents pour observer le joli soutien-gorge noir qui ornait le loquet. Au moins, il était sûr que ce n’était pas Samaël et Ashley qui occupaient cette pièce.

Le gryffondor descendit précautionneusement l’escalier en prenant bien garde de ne pas faire grincer les marches piégées avant de rejoindre la cuisine qui était dans le même état que le salon…

« Bordel de troll, grommela-t-il en découvrant le vase préféré de sa mère cassé en mille morceaux au pied du fourneau. Comment allait-il réparer ça ?

*D’abord bois, après tu aviseras !* lui intima son cerveau.

« Ok… » murmura-t-il en se dirigeant vers le point d’eau. Les effluves de mandragores froides posées au fond de l’évier le firent légèrement grimacer mais il n’hésita pas une seconde avant d’ouvrir le robinet à fond pour se désaltérer. Il se délecta de la fraicheur de l’eau pendant une bonne minute et ne s’arrêta que lorsqu’il entendit un « NON » provenant du salon.

Enfilant à la hâte le premier tee-shirt qui lui tombait sous la main, il rejoignit précipitamment la pièce d’à côté pour découvrir Artémis qui pleurait sur le canapé.

"Oh non, non, non…"
gémissait-elle entre deux sanglots.

Le gryffondor s’approcha précautionneusement, en faisant attention de ne pas écraser la main de La déesse du whisky pur-feu ni le pied d’Ashley Reynolds, puis il chuchota à l’intention de la Poufsouffle après s'être penché doucement vers elle :

« Eh Artémis, qu’est ce qui va pas ? »

"J’ai embrassé Irviiiiiiiiiiiing, voilà ce qui ne va pas !"

Le sixième année se redressa brusquement, un peu vexé il faut le dire. Si les rares filles qui l’embrassaient se mettaient à pleurer en se rendant compte de ce qu’elles avaient fait, il était plutôt mal barré dans la vie !
Ne sachant pas trop quoi faire, il passa une main dans ses boucles brunes et resta un peu penaud au milieu de son salon.

« Ben désolé, commença-t-il avant de se dire qu’il n’avait pas à s’excuser après tout, ‘fin bon, c’est pas grave, hein… D’t’manière on était complètement bourré… ça compte pas …» souffla-t-il en haussant les épaules. Il se laissa tomber sur le canapé à côté d’Artémis et regarda fixement un point devant lui, Tout le monde a embrassé tout l’monde hier soir, personne se souviendra d’notre baiser.» ajouta-t-il en espérant sincèrement que Nora n’accorderait pas d’importance à ce petit bisou.


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël avait froid et mal partout. Il ouvrit un œil difficilement puis le deuxième qu'il referma aussitôt à cause de la lumière trop éclatante. Il se tourna sur le dos en grimaçant et se frotta les yeux pour se réveiller, il rouvrit ces derniers qui s'habituèrent finalement à la lumière environnante. Il tourna la tête à gauche et se retrouva nez à nez avec des pieds. Le jeune homme tourna alors la tête à droite et se retrouva le nez dans des cheveux. Premier constat qu'il put faire, il n'était pas seul. Un nouveau frisson de froid le parcourut, ce qui était plutôt étrange puisque logiquement il était habillé. Il décida donc de se lever pour essayer de se repérer et comprendre pourquoi il avait froid.

Lorsqu'il releva le buste, il sentit une terrible douleur lui vriller la tête. *Oh Bordel de Troll*. C'était comme s'il se faisait écraser la tête par un troupeau de sombral, c'était violent. Il resta donc ainsi quelques instants, attendant que la douleur soit moins forte. Ses yeux se posèrent alors sur ses jambes nues. *Oh Bordel de Troll*. Ses mains parcoururent alors son torse à la recherche d'un bout de tissus mais ses doigts ne rencontrèrent que de la peau *Oh mille milliard de Bordel de Troll*.

Samaël se leva d'un bond, déclenchant une nouvelle douleur aiguë dans son crâne. Donald aurait pris ça tête pour un tambour ça aurait fait le même effet. Lorsque la douleur se fit moins présente, il chercha des yeux ses vêtements qui devaient certainement être éparpillés dans toute la pièce. Mais étrangement, il retrouva ces derniers convenablement pliés sur une chaise comme il les laissait habituellement avant de se coucher. Il essaya alors de se souvenir mais il ne réussit qu'à réveiller son mal de tête, il supposa alors que quelqu'un avait dû dire que c'était l'heure de dormir et lui comme un crétin s'était préparé pour dormir, ne gardant qu'un caleçon.

Il poussa un soupir lasse, l'alcool lui faisait vraiment faire n'importe quoi, enfin au moins cette fois, il n'avait pas fini transformé en canard. Il récupéra, en se faufilant entre les pieds et les têtes, ses vêtements et se rhabilla rapidement, hors de question qu'il reste plus longtemps en caleçon. Lorsqu'il entendit un gémissement dans le fond de la pièce, intrigué il décida d'aller voir. Au moment où il rejoignit les responsables du bruit, il entendit Artémis sangloter auprès d'un Irving tout tatoué.

"J’ai embrassé Irviiiiiiiiiiiing, voilà ce qui ne va pas !"

Oulà violent, pauvre Irving, se prendre un râteau comme ça, enfin il sembla bien le prendre du moins c'est ce que Sam comprit lorsqu'il lui dit que ce n'était pas grave et que ça ne comptait pas puisqu'ils étaient bourrés. Et puis, en fait tout le monde c'était embrassé durant la soirée. Il s'approcha des deux adolescents et un flash de la soirée lui revint, Artémis embrassant Irving, déclanchant la colère de Jeremy. Nouveau flash, Artémis embrasse Nora. Un sourire vint fleurir sur les lèvres du jeune homme alors qu'il déclarait,

"Si ça peut te rassurer Artémis, tu as aussi embrassé Nora, un nouveau flash vint troubler sa mémoire. C'était juste après que Killian et Ashley s'embrassent même. Même que tout le monde a été surpris parce que..."

Samaël s'arrêta, il se rappelait du baiser des deux garçons, il revoyait sa surprise parce que Killian était partie avant en hurlant que les gays c'étaient dégueulasses. Et la bouteille les avait désigné et il pensait que jamais Killian accepterait de jouer mais finalement, il avait dû changer d'avis entre temps. Puis sa mémoire lui rappela alors pourquoi Killian était parti en hurlant des paroles aussi peu cool. Le jeune homme se prit alors la tête entre les mains et gémit,

"Oh bordel de Troll ! Mais qu'est-ce que j'ai dit ?, il posa son regard sur Irving et le secouant légèrement s'exclama, Dis moi que j'ai pas dit ça ! Hein j'ai pas fait ça ? Pitié Irving, putain mais qu'est-ce que j'ai encore dit ?"

Là, il pouvait être sûr que tout le monde allait le prendre pour un mec pas normal, l'homosexualité était un sujet tabou chez les sorciers, il n'en avait même pas encore parlé à sa sœur et lui, il balançait ça à des gens qu'il connaissait à peine. Non mais quel crétin.




Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
En se réveillant, Artémis ne pensait pas que la situation puisse être pire, et pourtant. Elle devait avoir une marraine qui tenait plus de la sorcière que de la bonne fée, pour que ce soit Irving qui se retrouve à ses côtés au moment où elle hurlait qu'elle avait faire la pire bêtise de sa vie en l'embrassant? Il allait se vexer, maintenant! Elle se redressa en entendant la voix claire du garçon lui dire qu'il était désolé, avant de relativiser.

"Oh je... je suis désolée, je voulais pas... C'était pas du tout contre toi hein..."

Comme s'il allait la croire. Elle ne pouvait pas lui expliquer pour de vrai pourquoi c'était dramatique, sinon Nora la tuerait. Quoique Nora la tuerait probablement déjà. Ou pas. Nora refusait d'admettre qu'Irving lui plaisait, et vice versa, et puis de toute façon, Nora, tuer quelqu'un? Impensable. Mais c'était justement la gentillesse innée de la Poufsouffle qui rendait l'acte encore plus médiocre. Si Nora avait été une horrible amie, égoïste et méchante, Artémis n'aurait eu aucun remord à embrasser l'homme de sa vie. Mais elle savait que Nora ne dirait rien et encaissera en silence, et cela la rendait d'autant plus coupable. Heureusement, le dit homme de la vie de Nora avait la solution: ils étaient bourrés, personne ne s'en souviendrait.

"Oui, ça compte pas... Tu crois que Nora ne s'en souviendra pas? Elle va me tuer sinon, et je veux pas, elle mérite pas ça, c'est ma meilleure copine, elle est tellement gentille, j'aurai pas du!"

Oh, mais quelle boulette elle faisait! Elle venait de se dire qu'elle ne devait pas empirer la situation pour Nora et elle mettait les pieds dans le plat. Son esprit embrumé par la cuite chercha laborieusement de quoi réagir.

"Non parce que t'es son meilleur ami et tout ça, alors..."

Bon, ce n'était pas glorieux, mais il y avait pire. Et puis si Irving finissait par additionner un et un, ça ne pourrait pas faire de mal... et ça rattraperait peut-être son comportement. Peut-être. Mais Artémis savait que la seule chose qui rattraperait réellement cela serait des excuses en bonne et due forme à Nora, et elle le ferait. Celle-ci ferait mine de ne pas comprendre, mais peu importe, au moins elle l'aurait fait et il serait clair qu'Artémis n'avait pas de vue sur Irving. Heureusement, leur discussion avait réveillé quelqu'un d'autre en la personne de Samaël, et celui-ci se chargea d'alléger l'ambiance en lui rappelant qu'elle avait embrassé Nora aussi. Soulagée de son intervention, Artémis bondit sur l'occasion.

"Ah oui tiens. Bah comme ça, je suis à égalité entre les filles et les garçons."

Même si ce n'était pas exactement ça, parce qu'embrassé Irving n'avait pas fait partie du jeu, et que là était tout le drame. Si ils avaient été désignés, Artémis ne s'en serait pas voulu, mais voilà, elle avait juste... abusé de l'alcool. Oui, voilà, c'était ce qu'il fallait se dire. Tandis qu'elle s'essayait au self-control, méthode qui semblait très bien marcher pour un certain Ulrich Keller, Samaël perdait le sien et se mettait à paniquer à propos de choses qu'il aurait dites. Voyons, qu'est-ce qu'il avait dit, déjà? Artémis chercha mais ne trouva pas. Elle essaya de se repasser le film de la soirée en boucle, mais la bande était légèrement abimée. Aaah, si, elle y était.

"T'as dit que t'aimais les garçons. Mais on s'en fiche, tout le monde aime les garçons. Enfin, sauf les garçons." Y'avait quand même un truc qui clochait. Artémis fronça les sourcils, réfléchit et fini par lâcher: "Et t'es un garçon. Ah..."

La jeune fille ne savait vraiment quoi faire de l'information. A vrai dire, elle n'avait jamais parlé de l'homosexualité avec qui que ce soit. Elle savait que c'était un sujet tabou et avait la sensation confuse que c'était mal, mais elle ne savait pas trop pourquoi. Après tout, Samaël était son partenaire de Quidditch et c'était un garçon tout à fait normal et sympathique, s'il voulait embrasser Irving, elle ne le retenait pas... Au moins, ça serait lui que Nora tuerait, pas elle.

"Mais c'est vraiment grave?" demanda-t-elle. Bien sûr que ça l'était, lui disait sa logique. Combien de fois n'avait-elle pas entendu certains insulter d'autres de "Pédé" et "tapette". Mais bon, tout ça, c'était de la théorie, non? "Non parce qu'en pratique le seul truc nul c'est que tu me trouveras jamais jolie..."

C'aurait pu être de l'humour vaseux, mais ce n'en était même pas. Mais qu'est-ce qui était le pire? Faire des blagues pourries ou être aussi à côté de la plaque qu'Artémis?


100e HUNGER GAMES


4

District
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu’Artémis se confondait en excuse, pour avoir pleuré à l’idée de l’avoir embrassé, Irving se laissa tomber sur le dossier du canapé en articulant un « Pas grave. »

Maintenant qu’il était assis, il n’avait plus aucune envie de se lever. Il devait avouer que le chantier qui régnait dans la petite baraque de la cité Nimbus lui coupait toute motivation. Bon, en même temps, plusieurs invités majeurs étaient encore là, ils resteraient surement pour l’aider à ranger, songea-t-il en regardant toujours fixement devant lui. Néanmoins, les paroles d’Artémis l’interpelèrent légèrement lorsqu’elle affirma que Nora allait la tuer pour ce qu’elle avait fait. Irving esquissa une moue dubitative avant de tourner la tête vers sa voisine :

« Nora tuer quelqu’un ? On doit pas parler de la même personne…ajouta-t-il avant de glisser ses mains derrière sa tête, puis j’vois pas c’qu’elle vient faire là-d’dans d’ailleurs. »

"Non parce que t'es son meilleur ami et tout ça, alors..." répondit Artémis précipitamment.

Irving haussa les épaules avant de fixer de nouveau un point dans le vide devant lui. Meilleur ami ou pas, ils embrassaient bien qui ils voulaient ! Nora ne s’était pas gênée pour rester collée à Jared toute la soirée, il n’avait donc pas à culpabiliser d’avoir échangé un petit-baiser-de-rien-du-tout avec Artémis. Alors qu’il songeait à tout ceci il vit Samaël Smith se lever pour venir réconforter, à son tour, leur amie batteuse.

"Si ça peut te rassurer Artémis, tu as aussi embrassé Nora, »

Irving approuva d’un signe de tête tandis qu’un sourire coquin illuminait son visage… Hum, oui, ce moment était surement l’un des meilleurs de la soirée. Alors qu’il revivait cet instant hautement érotique (qui n’avait pourtant duré qu’une fraction de seconde) le gryffondor fut tiré de ses pensées par Samaël qui ne semblait pas se remettre des révélations qu’il avait faites la veille. Comme si les gémissements ne suffisaient pas à vriller le cerveau d’Irving, le poufsouffle l’attrapa vigoureusement par les épaules avant de la secouer comme un prunier.


« Hééé Sam, grommela-t-il en se sentant sur le point de rendre tout ce qu’il avait ingurgité pendant la nuit, doucement s’te plait ! » implora-t-il en mettant sa main devant sa bouche.

Samaël semblait particulièrement horrifié par ce qu’il avait dit lors du « Je n’ai jamais ». En même temps, il y avait de quoi culpabiliser. L’alcool déliait les langues et les secrets les plus intimes risquaient d’être révélés aux yeux de tous ! Le gryffondor était bien placé pour le savoir. Dire qu’il avait quasiment fait une déclaration d’amour pathétique à Nora en admettant avoir fantasmé sur les capitaines de quidditch ! La honte.
Enfin, heureusement que tout le monde était trop bourré pour s’en être rendu compte…
Cependant, Irving était prêt à parier que les confessions de Samaël avaient nettement plus attiré l’attention des convives, puisque, lui-même, il se remémorait très distinctement les dires du Poufsouffle :

« Ben, t’as juste dit que…ben que… » commença-t-il en cherchant comment terminer sa phrase.
"T'as dit que t'aimais les garçons. Intervint Artémis subitement, Mais on s'en fiche, tout le monde aime les garçons. Enfin, sauf les garçons."

Le gryffondor dévisagea la jeune fille devant ce manque de tact évident. Pourtant, généralement, il ne figurait pas parmi les individus qui se rendaient compte des indélicatesses des autres, mais là, il était prêt à parier que Samaël avait besoin d’entendre autre chose. Soucieux de rattraper la bourde de la Poufsouffle, Irving enchaina :

« Tu fais bien ce que tu veux Sam ! Si tu préfères faire…euh…enfin tu vois quoi… hum….avec des hommes, et ben…tant mieux pour toi ! »


Bon finalement, il ne remettrait plus jamais en cause le tact d’Artémis.

Alors qu’il se tournait vers la jeune fille pour l’inviter à parler - histoire que Samaël oublie ses horribles balbutiements- il découvrit sa camarade en intense réflexion. Après quelques minutes, elle brisa toutefois le silence en révélant que le seul truc nul de l’histoire, c’était que Samaël ne la trouverait jamais jolie. Irving ouvrit la bouche, dévisagea Artémis, reporta son attention sur Sam avant de refermer la bouche.

*Bordel de troll !Artémis est amoureuse de Smith qui lui-même est homo !*songea Irving en écarquillant les yeux.

Pour le coup,le gryffondor se sentait vraiment de trop. Il n’avait pas envie de voir Artémis se prendre une veste magistrale, et c’était surement ce qui allait se passer. A coup sûr Théo Nott avait plus de chance auprès de Samaël que sa petite sœur…
Glissant subrepticement du canapé, Irving finit par souffler :

« Euh, j’crois qu’vous avez des trucs à vous dire…j’vais vous laisser… »


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël lâcha Irving, il n'avait pas l'air dans son assiette. D'ailleurs le jeune homme se recula légèrement vers Artémis, l'idée d'être couvert de vomi ne l'enchantait pas plus que ça. Il se recula mais ne lâcha pas le Gryffondor du regard, il voulait vraiment savoir s'il avait vraiment dit ce qu'il pensait avoir dit.

« Ben, t’as juste dit que…ben que… » commença-t-il

"T'as dit que t'aimais les garçons. Intervint Artémis subitement, Mais on s'en fiche, tout le monde aime les garçons. Enfin, sauf les garçons."

C'était bien ce qu'il pensait, il n'avait pas rêvé, il n'avait pas eu d'hallucination non plus, il avait tout avoué à cause de l'alcool et maintenant, il avait l'air malin. Il allait devoir affronter les révélations qu'il avait faites sans être vraiment certain d'être tout à fait prêt à assumer le fait que tout le monde allait être au courant. A n'en pas douter les têtes allaient se tourner vers lui désormais. Et Artémis qui ne semblait juste de se rendre compte qu'il n'était plus le jeune homme qu'elle pensait qu'il était. Elle venait de mettre le doigt sur ce que tout le monde ou presque pensait dans le monde magique, les garçons avec les filles. Le reste ce n'est pas normal, ce n'est pas naturel. Il allait devoir se confronter à l'intolérance des gens, le dégoût de certain, l'indifférence des autres.

« Tu fais bien ce que tu veux Sam ! Si tu
préfères faire…euh…enfin tu vois quoi… hum….avec des hommes, et ben…tant
mieux pour toi ! »


Oui, il préférait faire avec des hommes. C'était maladroit mais au fond Samaël était touché qu'Irving ne le juge pas. Cependant la tentative du jeune homme pour lui remonter le moral était veine. Il savait pertinemment que pour le reste de la population sorcière, il ne serait rien d'autre qu'un homosexuel, il n'était donc pas normal. Ce genre de chose, le fait qu'il aime un garçon, ça ne se trouvait pas normalement dans la nature. Certain disait que les humains étaient naturellement prédestinés à être un homme avec une femme pour réaliser le cycle naturel de la vie à savoir enfanter, repeupler leur espèce. Deux hommes ou deux femmes ne pouvaient pas procréer naturellement, ça prouvait donc que cette union n'était pas naturelle. La plupart des gens pensait ainsi et cette réalité dégoutait Sam, lui, il se pensait normal, il ne voyait pas en quoi, il était différent. C'était juste qu'il ne retrouvait pas chez les filles ce qu'il y avait chez les hommes. Et pour cela, aux yeux de certaines personnes, il n'était rien d'autre qu'une tare et c'était cette vérité qui lui faisait mal et qui faisait qu'il ne trouvait pas de réconfort dans la tentative d'Irving.

"Mais c'est vraiment grave?"

Était-ce vraiment grave ? Bonne question. Spontanément il aurait dit non, parce qu'il se pensait assez fort pour supporter le regard des autres, il pensait pouvoir compter sur ses amis ou tout au moins Juliet et il était sûr d'avoir le soutien de Zacharias aussi mais aurait-il vraiment la force de supporter toutes les brimades, il n'avait pas eu le temps de s'y préparer, il n'en avait même pas parlé à ses proches, il n'avait même pas pu avoir leurs opinions sur la question. Il ne savait même pas s'ils allaient l'accepter comme il était ou pas. Il allait devoir faire face à tout Poudlard sans savoir s'il était encore accepté parmi les siens ou non. C'était ça qui lui faisait le plus peur et le plus mal aussi. Il avait peur de craquer comme Sean qui avait tenté de jeter sous le Poudlard express. Tout le monde devait être au courant de cette histoire maintenant. Il ne savait pas encore comment, il allait gérer tout ça. Donc, il aurait du répondre non ce n'est pas si grave que ça à Artémis mais il ne le fit pas. Il ne fit pas parce qu'au fond de lui c'était grave. Et il n'était pas prêt.

"Non parce qu'en pratique le seul truc nul c'est que tu me trouveras jamais jolie..."

Samaël ne savait pas si c'était la façon dont Artémis souhaitait lui remonter le moral mais ça eu le don de le faire rire. La façon dont elle avait annoncé ces derniers mots, c'était juste trop drôle. Irving laissa alors sous entendre qu'il voulait partir mais Sam, l'attrapa par le bras.

"Euh nan Irving reste s'te plait."

Hors de question qu'il l'abandonne. Parce que s'il avait trouvé la phrase d'Artémis drôle en fait ça pouvait aussi laisser sous entendre qu'elle était intéressée par lui et du coup c'était carrément galère comme histoire. En plus, il avait pas vraiment envie de gérer une fille qui pleurait tout seul. Il avait été suffisamment seul devant les blessés en Laponie pour ne plus jamais vouloir être seul devant un drame de cette ampleur ou devant des pleurs. Pour lui, ça équivalait à la même chose. Il se tourna donc vers Artémis.

"Tu sais, c'est pas parce que je suis gay que je ne te trouve pas jolie, Artémis. Ça veut juste dire que je ressens des sentiments plus forts pour les garçons que pour les filles."

Oulà, on avait vu plus clair comme explication, enfin bref c'était pas grave. Il se força alors à sourire à la jeune fille tandis qu'il affirmait d'un ton sûr de lui "Et d'ailleurs, tu es une très jolie jeune fille."




Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
Artémis ne se rendit pas compte qu'Irving la dévisageait étrangement comme elle expliquait maladroitement à Samaël son comportement de la veille. Aussi, ce ne fut pas par vengeance qu'elle leva un sourcil inquisiteur dans sa direction comme il bafouillait quelque chose concernant deux hommes dont Samaël qui feraient des trucs ensembles. Il n'avait pas l'air très honnête en disant tout ça. Irving serait-il homophobe? Ca n'était pas le genre du garçon, pour ce qu'elle en savait. Nora le trouvait cool, il devait donc être ouvert, tolérant et gentil... Mais après réflexion, Nora trouvait tout le monde cool, ouvert et gentil, même les imbéciles du genre Anton Smith ou Kelsey Lorgan, alors elle n'était peut être pas une référence.

Ou peut-être qu'il croyait juste que Samaël était amoureux de lui et ne savait pas comment lui expliquer que ses sentiments ne seraient jamais réciproques, vu qu'il était destiné à faire pleins d'enfants avec Nora. Oui, ce devait être ça. Ce Whitaker, alors, il était bien gentil! D'ailleurs, il tenta de partir, renforçant les soupçons d'Artémis. Hum, qui avait dit que les Gryffondors étaient courageux? Samaël semblait être du même avis - et pas du tout amoureux d'Irving, d'ailleurs - puisqu'il le retint avant de se tourner vers elle.

Son co-batteur entreprit de lui expliquer en quoi être gay consistait, ce qui la vexa un peu. D'accord, elle était fatiguée, mais pas stupide non plus. Sa phrase d'avant avait sûrement prouvé le contraire, se morigéna-t-elle en écoutant quand même poliment le garçon. D'ailleurs ce dernier se rattrapa en lui affirmant qu'elle était très jolie. Elle eu un grand sourire à cette remarque. Oh, bon, d'accord, c'était dit par un garçon gay donc, tout de suite, ça perdait en importance, mais quand même, il l'avait dit! Et Samaël était un gentil garçon qui n'avait pas de raison de lui mentir. Le mal de crâne et le cauchemar lui semblèrent soudain bien loin. Son année 2007 commençait vraiment bien, qui n'aimait pas recevoir des compliments au réveil du premier de l'an?

"Oh, c'est trop gentil de ta part" dit-elle en rougissant et en baissant les yeux, ne sachant pas où se mettre. Elle avait l'impression qu'un orchestre jouait une samba endiablée dans sa tête tellement le compliment lui avait fait plaisir. Ce n'était pas tous les jours qu'elle en recevait, ce qui le rendait d'autant plus précieux. "Tu ferais vraiment un super grand-frère, tu sais? Meilleur que Théo en tout cas..."

Disant cela, un détail lui revint à l'esprit: Samaël n'était-il pas dans le dortoir de son frère, par hasard? Si, il lui semblait bien. Mais! Cela voulait dire qu'ils se connaissaient. Et peut-être que Samaël était amoureux de Théo? Artémis n'était pas très à l'aise avec l'homosexualité, mais toute la gêne que le sujet pouvait évoquer disparu quand elle se rendit compte qu'un beau-frère serait de loin bien mieux qu'une certaine Richardson en belle-soeur. Sa mère pouvait bien faire une crise cardiaque et déshériter son aîné, elle s'en fichait, elle voulait Samaël dans sa famille. Elle rendrait Théo gay s'il le fallait! Il devait bien y avoir des potions pour ça, d'ailleurs, les septièmes années n'étudiaient-ils pas l'Amortentia? Il faudrait qu'elle se renseigne.

"Eh, mais tu le connais, mon frère! Il te plait?"

La question était osée, pas du tout du genre qu'elle aurait posé d'habitude. Mais la motivation derrière était immense, et la fatigue de la soirée de la veille aidait grandement à lui faire dire des bêtises. Et puis, l'image de Samaël embrassant Théo... amenait une suite. Olala, songea-t-elle tout d'un coup, horriblement gênée. Elle comprenait maintenant pourquoi Irving avait eu temps de mal à parler tout à l'heure! Elle lança d'ailleurs un regard à ce dernier, espérant une aide de sa part.




100e HUNGER GAMES


4

District
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu’Irving avait presque réussi à quitter subrepticement sa place, Samaël lui attrapa le bras et lui intima de rester, catégorique. Le gryffondor ne se fit pas prier. Il obtempéra à l’ordre du Poufsouffle -qui était beaucoup trop musclé pour que l’on ose le contredire- et il se réinstalla au fond du canapé en croisant ses bras sur son tee-shirt Mickey. Bon, puisqu’apparemment, Samaël voulait qu’il soit témoin de ça, Irving n’avait plus qu’à se faire tout petit et attendre qu’Artémis se fasse jeter en beauté. D’ailleurs, il devrait trouver une phrase sympa pour réconforter la jeune fille une fois que le beau batteur serait partie draguer des garçons. Alors qu’il passait en revue les différentes formules qu’il avait à sa disposition, allant de « T’inquiètes Artémis, t’embrasses super bien ! Tu trouveras forcément quelqu’un ! » à « Samaël est prit mais, tu sais, il reste toujours Danny ! », Irving leva les yeux au ciel en entendant Sam dire à leur amie qu’elle était très jolie. Certes, c’était vrai, même si Irving ne l’avait pas trop remarqué avant. Artémis avait de jolies formes et, quant il n’était pas caché derrière ses cheveux, un très beau sourire. Néanmoins, le gryffondor estimait que ce n’était pas le meilleur moyen d’éconduire une jeune fille que de lui faire tant de compliment. Quoique, ça faisait peut-être mieux passer la pilule, songea-t-il en haussant imperceptiblement les épaules. Cette impression se justifia lorsqu’Artémis se mit à rougir en louant la gentillesse du Poufsouffle. Devant cette scène surréaliste, le regard ahuri d’Irving passa d’un batteur à l’autre : Samaël venait de jeter Artémis et elle le remerciait presque ! Irving devait absolument maitriser cette technique du « je-te-plaque-et-tu-me-remercies. » ! Après tout, ça pourrait toujours lui servir dans le futur.

Cependant, la remarque d’Artémis lui indiqua subitement qu’il faisait fausse route en pensant que la jeune fille était amoureuse de son co-équipier :

"Tu ferais vraiment un super grand-frère, tu sais? Meilleur que Théo en tout cas..."


En entendant cette phrase, Irving comprit enfin la situation. En réalité, Artémis n’en pinçait pas du tout pour Samaël. Elle voyait juste en lui un grand frère potentiel, gentil et protecteur. Irving hocha doucement la tête, fier de sa déduction. Artémis ne cherchait qu’à être rassurée depuis le début de leur conversation. Bon, ok, il avait mi le temps, mais il avait enfin compris.
Bien décidé à plussoyer les dires du beau batteur –lui aussi il avait envie de jouer le rôle du chouette frangin- Irving ouvrit la bouche mais Artémis lui coupa la parole pour demander à Samaël si Théo lui plaisait. Le gryffondor haussa les sourcils et cligna des yeux quelques secondes. La conversation devenait franchement invraisemblable… Est-ce qu’Artémis essayait de caser Théo, avec Sam’, alors que tout Poudlard savait que l’ainé des Nott allait visiblement concevoir une belle ribambelle de petits sang-purs avec Richardson ? Là, il ne comprenait franchement plus rien ! Artémis lui jeta un regard légèrement embarrassé mais Irving était plutôt tenté de prendre le parti de Samaël qui devait se sentir horriblement gêné.

« Artémis, ça s’demande pas des trucs pareil ! souffla-t-il pour venir en aide à Sam’, C’est comme si moi je te demandais, de but en blanc, si Killian ou si Jeremy te plait ! ajouta-t-il en souriant, t’aurais p’t’être pas envie de me répondre, non ?! »

Il reporta alors son attention sur le batteur qui leur faisait face avant de conclure :

« Fin bon, j’dis ça, j’dis rien… »

Après tout, peut-être que Sam’ était intéressé par Théo et qu’il avait là une super opportunité pour arriver à ses fins.


Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël fut légèrement soulagé de voir qu'Artémis ne semblait pas fondre en larme. Au contraire, un sourire vint éclairer son visage alors qu'il affirmait qu'elle était très jolie.

"Oh, c'est trop gentil de ta part. Tu ferais vraiment un super grand-frère, tu sais? Meilleur que Théo en tout cas..."

Sam regarda la jeune fille incrédule, il n'était pas sûr d'avoir bien compris. Elle voulait échanger Théo contre lui ? Le jeune homme n'était pas vraiment contre le fait d'avoir un petit frère ou une petite sœur. Ça devait d'ailleurs être cool, avoir quelqu'un sur qui veiller, qui été heureux d'être important pour lui. Et puis ça avait un petit côté gratifiant, on était l'ainé de quelqu'un, on transmettait son savoir. Oui, il aurait à coup sûr adorer pouvoir être autre chose que le plus petit de la fratrie que l'on couvait parce qu'il était le plus petit. Voir ses sœurs pouvoir être autonomes alors que lui ne pouvait rien faire tout seul. Tout de suite, on accourait vers lui, on l'embrassait, le recoiffait, le traiter comme une petite poupée toute mignonne.

Enfin pas toutes ses soeurs, juste Angèle et Abygaëlle mais c'était déjà bien suffisant. Malheureusement, elles avaient toujours eu cette manie de le surprotéger, même lorsque leurs parents étaient encore là. Angèle, c'était d'ailleurs un peu calmé depuis qu'elle avait eu ses enfants mais Aby agissait toujours autant en mère poule avec lui et c'était parfois très agaçant. Donc oui, il aurait largement pu souffler avec un petit frère ou une petite soeur.

Cependant, il ne pouvait pas enlever à Théo sa petite soeur. Il était certain que même si son ami ne le montrait pas, il aimait tendrement sa soeur et ce serait plus que cruel de sa part que de lui voler Artémis.

"Écoute Artémis, commença le Poufsouffle légèrement gêné. Je suis sûr que Théo, même s'il n'est peut-être pas le frère idéal, fait de son mieux et qu'il t'aime énormément. Donc ce serait injuste de ma part que je prenne sa place auprès de toi. De plus, je pense que je ne serait pas meilleur que lui comme grand frère. Malgré ça, je t'aime beaucoup, Artémis. Tu es une coéquipière géniale et une jeune fille bourrée de qualités. Donc si tu as un souci ou si tu as besoin de te confier ou simplement de parler de tout et de rien... et bien..., je suis là."

Il sourit gentiment à la jeune fille et se passa une main dans les cheveux. Il ne pensait vraiment pas que son année 2007 allait commencer de cette façon. Il jeta un coup à Irving qui semblait bouder sur le canapé.

"Eh, mais tu le connais, mon frère! Il te plait?"

Samaël regarda sa camarade complètement interloqué. Il ne s'attendait vraiment pas à ça. Théo et lui ? En couple ? Déjà pour ça, il faudrait que Théo apprenne qu'il était gay et que son ami soit lui même gay. Chose qui semblait fort peu probable. D'ailleurs, il n'était même pas sûr de la réaction du jeune homme lorsqu'il lui apprendrait son homosexualité. Il n'était même pas certain que Théo l'accepte tel qu'il était lorsqu'il saurait. Et Sam pourrait supporter bien des choses mais le dégout qui apparaitrait peut-être dans les yeux de son meilleur ami, ça, il n'était pas sûr de pouvoir le supporter. Il se racla alors la gorge, peu sûr de ce qu'il allait dire. Alors que Irving avait tourné la tête vers eux et qu'il rouspétait légèrement Artémis.

« Artémis, ça s’demande pas des trucs pareil ! C’est comme si moi je te demandais, de but en blanc, si Killian ou si Jeremy te plait ! t’aurais p’t’être pas envie de me répondre, non ? Fin bon, j’dis ça, j’dis rien… »

Sam lança un sourire de remerciement au Gryffondor avant de poser son regard clair sur sa coéquipière de Quidditch.

"Hum... Tu sais. Théo est mon meilleur ami, juste ça. Il n'y aura jamais plus entre lui et moi. D'une part, parce que Théo n'est pas gay et d'autre part, parce que je suis déjà avec quelqu'un. Et puis, ce n'est pas non plus ce genre de sentiments que j'éprouve à son égard. Il y a d'ailleurs peu de chance pour que ces sentiments évoluent."

Bon sang mais pourquoi il devait se justifier ? C'était vraiment bizarre comme conversation quand même. Et puis, il ne pouvait pas détourner le sujet sur Irving et Nora puisque Artémis avait embrassé le Gryffondor. Ce serait donc très inadéquat comme remarque. "Hé Irving c'était quoi ton regard pour Nora ?"

Indélicatesse complète envers cette pauvre Artémis, la conversation semblait donc partie pour ne tourner qu'autour de sa sexualité et du fait que non, il ne voulait pas être le mari de Théo et que non, ça ne le gênerait pas d'être le grand frère de cœur d'Artémis mais il ne fallait pas que Théo se sente délaissé. Bref situation bien compliquée mais Sam n'avait pas franchement les neurones pour réfléchir à tout ça maintenant.




Artémis NottAncien personnageavatar
Messages : 161

Voir le profil de l'utilisateur
Artémis se contenta de lever les yeux au ciel lorsque Samaël pris la défense de Théo. Ce garçon était vraiment l'incarnation du Poufsouffle, toujours à voir le bien partout. Bon, s'il appréciait Théo, c'était normal qu'il essaye d'arranger les choses, mais elle ne le croirait pas. Son aîné n'était qu'un égoïste arrogant qui n'acceptait pas que sa cadette ose influencer sa petite vie tranquille, rangée et mortellement ennuyeuse. En fait, c'était un macho réactionnaire qui vivait encore au siècle dernier, voilà. Plus la peine d'en parler. Artémis préféra se concentrer sur les compliments qui pleuvaient de la bouche de Samaël. Qu'elle était jolie, pleine de qualité, tout ça... Elle lui adressa un autre sourire rayonnant avant de l'enlacer spontanément.

"C'est vraiment très gentil de ta part, je n'oublierai pas. Et si tu veux parler aussi, d'ailleurs. Ce serai vraiment chouette d'avoir un ami, parce que je n'ai que des filles..."

Elle jetta un regard d'excuse à Irving. Ce n'était pas très poli de dire ça devant lui, mais c'était la vérité. Elle ne connaissait pas spécialement le Gryffondor, qui n'était que l'amoureux de Nora à ses yeux. Et elle ne devait être que "la copine de Nora" pour lui. Tiens, d'ailleurs, peut-être pourrait-elle lui faire cracher le morceau au sujet de leur seul point commun? Contrairement à d'autres, Artémis n'avait pas remarqué le regard de braise qu'Irving avait adressé à Nora, et ne voyait donc aucun inconvénient à en parler, surtout si cela faisait oublier aux autres qu'elle l'avait embrassé. Mais Irving avait d'autres projets, puisqu'il la rabroua énergiquement lorsqu'elle demanda à Samaël si Théo lui plaisait.

Elle haussa un sourcil, affichant une mine vexée et boudeuse. Qu'est-ce qu'il pouvait être obtus, celui-là! C'était bien un Gryffondor, à croire ce que Nora lui trouvait. On parlait d'histoires de coeurs et il trouvait cela indécent? Pas étonnant que les deux tourtereaux ne se soient pas encore déclarés leur flamme. A ce rythme, cela n'arriverait pas avant 2050 et le mariage, voir le premier baiser, au mieux en 2100. Vexée qu'Irving se permette de la rembarrer de cette façon, elle croisa les bras. Elle devait reconnaître qu'il avait raison, mais elle avait juste posé une question innocente, elle, au lieu de paraître gênée parce que Samaël voulait faire des choses avec un autre garçon! Heureusement, Samaël semblait plus raisonnable et lui répondit franchement.

"Tant pis, alors... J'espère juste qu'il trouvera une meilleure femme que Richardson."

Tant pis, et peut-être tant mieux. Artémis avait beau ne pas comprendre ce qu'il y avait de gênant à être gay, elle était modelée par tous ces préjugés qu'elle avait entendu et se demandait si cela changeait quelque chose entre elle et lui. La raison lui répondait non, mais pourtant, elle avait cet étrange malaise en tête. Mais elle appréciait réellement le garçon depuis qu'ils faisaient équipe ensemble, et, au vu de tous les compliments qu'il lui avait fait, elle lui devait bien de paraître normale au possible avec lui. Il semblait dire que tout le monde ne l'accepterait pas avec facilité, et, pour le remercier d'être si gentil avec elle, Artémis ne pouvait que démentir ses peurs. Rassemblant laborieusement ses idées, elle fini par dire d'une petite voix:

"Quoiqu'il en soit, ça ne me dérange pas que tu sois, euh... gay. Je veux toujours jouer au Quidditch avec toi, et si quelqu'un se moque de toi..." Elle aurait voulu dire qu'elle le défendrait, mais c'était si faux qu'elle préféra s'abstenir. Elle était bien incapable de défendre qui que ce soit, et certainement pas elle même, alors protéger un septième année de deux fois sa taille, c'était illusoire. "...eh bien, il ne faut pas le croire."

Plus facile à dire qu'à faire. Elle subissait ce traitement tous les jours et elle avait toujours voulu ne pas croire ce qu'on lui disait, mais une voix perfide dans sa tête s'obstinait à lui rappeler toutes ces méchancetés. Il lui avait fallu longtemps avant d'oser les contredire, et aujourd'hui, elle ne comptait qu'une victoire à son actif. Elle ne souhaitait pas cela à Samaël. Pour détourner ses pensées de sa propre honte, ainsi que de son piètre encouragement à son désormais ami, elle se tourna vers Irving, toujours boudeuse.

"Tu vois, lui ça ne le dérange pas d'en parler, c'est toi qui est coincé! Je m'en fiche, que tu me demandes si Killian Gray ou Jeremy Baker me plaisent. D'ailleurs, ils ne me plaisent pas..." Sa langue fourcha un peu sur la fin de la phrase. Elle n'avait jamais été une très bonne menteuse. Oh, elle n'aimait pas du tout Gray, il était d'un vulgaire insoutenable, et elle avait toujours été choquée de la manière dont il traitait les femmes. Mais il fallait reconnaître que Jeremy avait des atouts non négligeables. "... alors je ne vois pas pourquoi ça t'embêterait si je te demandais si Nora ou Samantha te plaisent!"

Et elle fixa avec curiosité le garçon, priant pour qu'il rougisse et balbutie qu'il aimait Nora. S'il faisait ça, elle allait réveiller la blondinette et les mariait sur le champ.


100e HUNGER GAMES


4

District
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3565

Voir le profil de l'utilisateur
Pour selon que son coming-out remontait simplement à la veille, Samaël parla assez sereinement de son attirance pour les hommes. Il commença par dire que Théo n’était que son ami et qu’il y avait vraiment peu de chance pour que ses sentiments changent à son égard. Le batteur avait l’air si sûr de lui qu’Irving ne le contredît pas, même s’il était bien placé pour savoir que les sentiments évoluaient parfois à notre insu. Il suffisait de voir ce qu’il ressentait aujourd’hui pour Nora…
Se grattant la tête avec son index, le gryffondor chassa cette idée de son esprit et tenta de raccrocher la conversation en écoutant Samaël Smith révéler qu’il avait un copain. Déjà ? Songea le Gryffondor en passant en revue tous les mâles qui trainaient habituellement avec le futur médicomage. A part Théo Nott, Killian et Jeremy, il n’y en avait pas des masses d’ailleurs. Peut-être sortait-il avec Ashley Reynolds, après tout, ce dernier avait fait son coming-out simultanément. Alors que l’image mentale d’Ashley et de Samaël échangeant un baiser plus que passionné fleurissait dans son esprit, Irving se racla la gorge et lissa machinalement son tee-shirt Mickey sur son torse. Il n’était pas encore très à l’aise avec cette histoire, il devait bien se l’avouer. D’ailleurs, Artémis devait être légillimens puisqu’elle s’exclama :

"Tu vois, lui ça ne le dérange pas d'en parler, c'est toi qui est coincé! »

Le gryffondor maugréa légèrement avant de croiser les bras sur sa poitrine dans une attitude butée. Artémis Nott qui le traitait de coincé, c’était StMangouste qui se fichait de Miss Bloomwood ! N’était-ce pas elle qui avait passé toute la soirée mousse cachée derrière sa mèche de cheveux ? Bon ok, la Poufsouffle avait un peu évolué depuis, mais quand même ! Irving n’appréciait pas qu’elle le rabroue ouvertement alors qu’il était juste venu pour la réconforter à la base.

« Je m'en fiche que tu me demandes si Killian Gray ou Jeremy Baker me plaisent, ajouta cette dernière, D'ailleurs, ils ne me plaisent pas alors je ne vois pas pourquoi ça t'embêterait si je te demandais si Nora ou Samantha te plaisent!"

Le gryffondor haussa les sourcils devant le trop plein d’assurance d’Artémis. Finalement, il préférait mille fois la fille timide qu’elle était avant, à l’enquiquineuse qui pose des questions indiscrètes qu’elle était devenue ! Ses histoires de cœur ne regardaient personne d’autre que lui (sauf Jerem’ et Juliet, ça va de soi) et il n’avait pas à se justifier auprès de la poufsouffle !

« Pffff ! N’importe quoi,
bougonna le gryffondor, Nora et Sam sont juste des copines. Si t’as envie d’voir des amourettes de partout et qu’t’es pas capable de comprendre ce qu’est l’amitié, c’est pas d’ma faute ! ajouta-t-il en maugréant.

Puis, soucieux de ne pas laisser la conversation dériver vers ce sujet dangereux, il se leva et souffla d’un ton bourru :

« …Vais m’préparer du café… » puis sans ajouter un mot, il rejoignit la cuisine en songeant à sa troisième résolution de l’année 2007 : « Ne plus chercher à réconforter une fille qui pleure ! »



[RP Terminé]


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

La gueule de bois du mois [Samaël & Irving]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on a la Gueule de Bois - Léane
» J'ai une gueule de bois qui intéresserait un sculpteur.
» Gueule de bois et trou de mémoire ~ [ Gengo ]
» Gueule de bois! [Yamiko]
» Diego - Ma gueule de bois ferait passer Pinocchio pour un vrai p'tit garçon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Cité Cosmos de Sheffield, :: Le Plat,-