AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Les binômes des professeurs [Spéciale dédicace à Swann !] (Marianne)

Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 277

Voir le profil de l'utilisateur
15 Janvier 2007

Andrew dévala les dernières marches qui le séparaient du hall en sifflotant. Il avait passé une excellente journée, avait croisé trois fois Sasha dans les couloirs et s'était mis à coté d'elle en Défense Contre les Forces du Mal où il avait réussi son sortilège au bout de la quatrième fois. Puis en Botanique, il avait pu se mettre à coté d'Aby et ils avaient bien rigolé en parlant de la rumeur qu'ils avaient lancé en Décembre, concernant Cindy et Ahren, en décembre. Elle tenait super bien et tout le monde en parlait encore ! C'était assez marrant ! Même si Cindy avait tenté de lancer de la terre sur Aby, de manière "accidentelle". Mais il avait suffi qu'Andrew lui dise que ce n'était vraiment pas sympa pour qu'elle semble sur le point de pleurer. Il ne comprenait vraiment pas cette fille. Mais bon, il essayait de faire avec vu qu'elle semblait décider à passer les sept années à venir à ses cotés.
Pour rajouter à sa satisfaction, sa maman lui avait envoyé une énorme boite de Chocogrenouilles, Suzie lui avait envoyée sa première lettre toute écrite de sa main et l'équipe de son père avait gagné brillamment un match contre les Frelons. Et Gowan l'avait même soutenu ! Ils avaient passé la soirée dans la Salle Commune, tout collés contre la radio qui rediffusait le match, poussant des cris de joie dès qu'Olivier Dubois bloquait le Souaffle. Et il le faisait souvent, à vrai dire. Alors rien ne pouvait entamer sa bonne humeur, même pas le devoir qu'il avait à faire ! Le Professeur Mason les avait mis en binôme pour travailler sur l'électricité et Andrew se retrouvait avec une fille de Poufsouffle, Marianne Wolf. Il ne la connaissait pas, il savait juste qu'elle trainait avec Keller mais il avait décidé de ne pas lui tenir rigueur de ça. Après tout, elle avait l'air plutôt gentille et Cindy lui avait dit que Sasha avait dit qu'elle pensait que Keller restait juste avec Marianne pour ne pas être toute seule. Enfin, c'est ce qu'elle lui avait lancé quand ils s'étaient battus dans la Grande Salle, enfin quand Keller avait sauvagement attaqué Sasha après l'avoir traitée de Sang-de-Bourbe, toujours selon Cindy. Il aurait volontiers démonté la tête de Keller, mais quelqu'un d"autre s'en était chargé à sa place. Pour être tout à fait honnête, il aurait préféré que ce soit lui qui vole au secours de Sasha. Si ça faisait comme avec Cindy, c'était loin de le déranger. Bien au contraire.

Secouant la tête pour penser à autre chose, il entreprit de se diriger vers la Salle Commune de Poufsouffle. Théoriquement, il n'était pas censé savoir où elle était. Mais Henry lui avait filé le tuyau, sans qu'il sache d'où il savait ça. Il avait beau être insupportable, Hallchurch savait plein de trucs utiles sur Poudlard ! Et de toute manière, il n'avait pas l'intention d'entrer chez les Poufsouffle, il n'avait pas peur du professeur Mason mais le professeur Hellsoft serait moins compréhensive. Puis il ne savait même pas comment rentrer. Il avait juste donné rendez-vous ici à Marianne, histoire qu'ils se retrouvent facilement. Comme ça ils allaient pouvoir aller travailler. il aurait préféré être avec Gowan, ou Sasha ou Aby mais le Professeur Mason avait dit qu'il "s'entendrait bien" avec Marianne. Bon, il s'entendait bien avec beaucoup de monde mais n'avait pas forcément envie de devenir le meilleur ami de la copine de Keller. Surtout que ce dernier avait dû lui dire plein de trucs méchants sur lui dès qu'il avait appris qu'ils travailleraient ensemble. Il n'avait rien contre Marianne en plus, à l'origine. C'était juste Keller qu'il détestait. Il jeta un coup d’œil à sa montre qui avait l'écran brisé par une chute d'un arbre dans le parc, une longue histoire, et constata qu'il était tout pile l'heure. Est-ce qu'elle serait à l'heure ? Il n'avait pas vraiment envie de finir tard, il y avait du hachis Parmentier au dîner...Il releva la tête en entendant une porte s'ouvrir et aperçut sa camarade qui sortait de sa Salle Commune. Parfait !

- Hé, salut Marianne ! lança-t-il en s'approchant d'elle. Ça va ? Prête pour le travail ? Je me suis dis qu'on pourrait aller travailler dans une salle de classe vide, y'en a une au cinquième étage. La bibliothèque est bondée, mes amis de Gryffondor n'y ont pas trouvé de place. Mais comme on peut pas travailler dans la même Salle Commune, une salle de classe vide me parait bien. Ça te va ?

Il commença à marcher vers les escaliers qui menaient au hall, la Salle Commune de Poufsouffle étant située près des cuisines, et se retourna pour vérifier que Marianne le suivait bien. Elle avait l'air toute timide, pas comme Sasha et Aby. Sasha était loin d'être timide au contraire et Aby était plutôt volubile, alors d'habitude, ils parlaient. Même Cindy était une grande bavarde ! En fait, toutes les filles qu'il connaissait parlaient. Et pas Marianne. Un peu surpris, il entreprit de lancer la conversation.

- T'aimes bien l'Etude des Moldus ? Moi ça me plaît ! Je suis un fils de sorciers donc je ne connaissais pas tout, mais ma mère est née-moldue alors ça aide. Puis mon beau-père est moldu - parce que mes parents sont divorcés - alors je connais quand même des trucs. D'ailleurs, comme il est prof de physique...

Réalisant que Marianne ne savait pas forcément ce qu'était un professeur de physique-chimie, il fit une pause pour réfléchir. A vrai dire, il ne savait pas exactement lui non plus ce que c'était. Sa mère avait bien tenté de lui expliquer, Doug aussi, mais ça restait un peu flou. Fronçant les sourcils, il laissa échapper une onomatopée élégante du genre "euuuuuuh".

- C'est un professeur qui enseigne des trucs moldus comme l'électricité, justement, enfin... Tous les trucs qui font marcher le monde moldu ! s'exclama-t-il, pris d'une soudaine inspiration. Enfin, du coup, je lui ait écrit afin qu'il nous envoie des trucs biens pour notre devoir, des trucs qu'on trouve pas forcément dans les livres sorciers mais qui sont pas très compliqués. Comme ça, on aura une super note !

Farfouillant dans son sac à la recherche de la lettre de son beau-père pour la montrer à Marianne, il tomba sur sa boite de Chocogrenouilles. Ravi, il en attrapa deux et en tendit une à sa camarade.

- T'en veux ?


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. ©️ by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Marianne WolfDeuxième annéeavatar
Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur
Elle allait sortir. Non, elle ne sortirait pas. Elle allait sortir. Non, elle ne sortirait. Elle allait sortir…oh, et puis non, elle ne pouvait pas. Mais il fallait qu’elle sorte… Elle vérifia l’heure pour la centième fois au mois depuis sept minutes. Il fallait qu’elle sorte maintenant, sinon, elle n’aurait plus le courage de le faire. Mais qu’est-ce qui était pire ? Sortir de la salle commune maintenant, être en avance de cinq minutes, et qu’Andrew soit mal à l’aise de l’avoir fait attendre ? On lui avait toujours dit que c’était malpoli d’arriver en avance. Mais moins que d’arriver en retard. Tergiversant encore quelques minutes devant la porte, Marianne finit par faire demi-tour, et retourna dans son dortoir chercher un huitième rouleau de parchemin vierge. Oui, parce que c’était déjà son cinquième demi-tour. Une fois revenue devant la porte, il était l’heure. Elle se décida donc enfin à franchir la porte et à sortir dans le couloir, ses huit rouleaux de parchemin dans les bras. Elle avait à peine mis un pied dans le couloir qu’elle aperçu Andrew et lui fit un grand sourire.

- Hé, salut Marianne !

« Bonjour Andrew ! J ne t’ai pas trop fait attendre, j’espère ? »

Se traitant mentalement de cruche pour avoir traîné autant, elle s’arrangea tout de même pour éviter de trop rougir.

-Ça va ? Prête pour le travail ?

« Oh oui, toujours ! Je…je suis ravie de travailler avec toi, Andrew ! »

Et là, elle ne pu s’empêcher de rougir. Qu’est-ce qui lui prenait, enfin ? Andrew n’était qu’un stupide impur qui détestait Ahren. Et si elle aurait pu le pardonner pour la partie « stupide impur », la seconde partie était impardonnable.

-Je me suis dis qu'on pourrait aller travailler dans une salle de classe vide, y'en a une au cinquième étage. La bibliothèque est bondée, mes amis de Gryffondor n'y ont pas trouvé de place. Mais comme on peut pas travailler dans la même Salle Commune, une salle de classe vide me parait bien. Ça te va ?

Bon, visiblement, il n’était peut-être pas si stupide que ça. Marianne ne voyait rien à redire à ce qu’il venait de proposer, aussi s’empressa-t-elle d’accepter. Elle le suivit donc gentiment, quelques pas derrière lui, ne sachant si elle devait parler ou non. Avec Ahren, la question ne se posait même pas. Elle se contentait de l’écouter avec fascination, avant d’approuver béatement, même si parfois, elle se permettait de donner son avis. Là, elle ne savait pas quoi faire. Elle ne connaissait pas du tout le Gryffondor, et ne voulait pas paraître encombrante ou ennuyeuse. Elle était encore en train de se demander ce qu’il attendait d’elle lorsqu’Andrew se décida à lancer lui-même la conversation.

- T'aimes bien l'Etude des Moldus ? Moi ça me plaît ! Je suis un fils de sorciers donc je ne connaissais pas tout, mais ma mère est née-moldue alors ça aide. Puis mon beau-père est moldu - parce que mes parents sont divorcés - alors je connais quand même des trucs.

Marianne était légèrement mal à l’aise. Elle ne savait pas quoi dire. Devait-elle dire ce qu’elle pensait ou rester évasive ? Après tout, elle aurait bien aimé avoir une note correcte à ce devoir, et sa note dépendait de sa coopération avec Andrew. Donc mieux valait ne pas le froisser.

« Je…j’aime pas trop ça. J’en vois pas tellement l’intérêt. »

Mais cela s’entendait à sa voix qu’elle était gênée, et qu’elle se retenait de dire quelque chose comme : « Comment oses-tu prendre plaisir à t’abaisser à étudier ces être stupides ! ». Oui, parce qu’elle avait finalement décidé de remplacer le qualificatif « effrayant » par « stupide » pour parler des moldus. Ahren avait raison, il ne fallait pas montrer qu’elle avait peur d’eux. C’était ridicule, c’était comme avoir peur d’une fourmi. Mais c’était effrayant, une fourmi, ça avait plein de pattes et ça grimpait partout. Et puis « stupide » se rapprochait un peu du mot « effrayant », puisqu’après tout, la bêtise était quelque chose de terrifiant.
Même si elle était assez peu intéressée par ce que disais Andrew – elle n’avait pu retenir un regard dégouté lorsqu’il avait évoqué le remariage de sa mère avec un moldu – Marianne se força à l’écouter. Il lui parla donc de ce fichu moldu qui enseignait un truc bizarre à d’autres moldus. La Poufsouffle s’en fichait complètement et trouvait étrange que Andrew lui en parle, si elle avait été dans un tel cas – horreur et damnation, elle osait à peine imaginer une chose pareille – elle aurait tout fait pour que personne n’en sache rien. Mais si le moldu d’Andrew pouvait l’aider à avoir une bonne note, tant mieux, il fallait bien que les moldus servent à quelque chose. Après, ce n’était pas de leur faute s’ils n’avaient aucun intérêt, ces pauvres bêtes. Elle acquiesça donc vaguement, souriant gentiment. Son sourire s’agrandit et devint plus que sincère lorsqu’il lui proposa des Chocogrenouilles.

« Oh oui, j’adore ça ! »

Elle prit la friandise qu’elle lui tendait et rougit.

« Merci, c’est gentil ! »

Les Gryffondors pouvaient donc être sympathiques. C’était bon à savoir. Bien décidée à faire un effort pour remercier le garçon, elle réfléchit à ce qu’elle pourrait bien lui dire. Grignotant élégamment sa Chocogrenouille, une idée lui vint.

« Ils sont aussi bons que les nôtres, les bonbons moldus ? »

Le pire, c’était que cela l’intéressait vraiment. Pourquoi est-ce qu’on apprenait pas ça, en étude des moldus au lieu d’apprendre des choses inutiles, hein ?



Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 277

Voir le profil de l'utilisateur
Ravi de voir que Marianne pouvait lui parler - et donc n'était pas complètement braquée contre lui suite à des propos de Keller - il lui adressa un sourire rayonnant avant de se pencher sur la question. Il était certes fils de sorciers mais était un vrai Sang-Mêlé, qui avait baigné dans les deux cultures. Sa mère tenait une librairie moldue, même s'il y avait un rayon réservé aux sorciers et il avait fréquenté une école moldue tout en était au courant pour la magie et le Quidditch. Et il avait eut beaucoup d'occasions de goûter à des bonbons moldus ! Son meilleur ami Bobby - enfin, son ancien meilleur ami Bobby vu qu'ils ne se voyaient plus qu'aux vacances et que Gowan était là maintenant - était un fan de bonbons.

- Hum... Disons qu'il y a plus de variétés de bonbons chez les moldus ! Mais ils sont beaucoup moins magiques que les Fizwizbiz, évidemment. Mais ils sont très bons ! Attends, deux minutes...

Tout en continuant de marcher, il fit basculer sa besace sur le devant et fouilla dedans. Plusieurs livres, des plumes, une liasse de parchemins, deux bouteilles d'encres, son emploi du temps, plusieurs emballages vides de Chocogrenouille, deux Quidditch-Mag, une lettre de sa mère, sa cravate qu'il avait retirée tout à l'heure, une pomme et enfin ce qu'il cherchait, ce qui allait avec la lettre de sa mère. Un paquet de bonbons moldus. Extirpant le paquet un peu froissé, il le tendit à Marianne.

- Non, je ne suis pas une confiserie ambulante et je ne suis pas payé pour favoriser le diabète ! fit-il en riant. Mais goûte, c'est délicieux !

Atteignant le couloir qu'il voulait, il se dirigea vers la quatrième salle à droite, qui n'était utilisée que par le Club de Bavboules tous les dimanches après-midi. Poussant la porte, il déposa son sac et se hissa sur une autre, ses pieds se balançant dans le vide. Désignant la salle d'un geste du bras, il ricana.

- Pas le grand luxe, mais c'est plus pratique que la bibliothèque bondée !

Puis il se pencha pour prendre son sac et en ressortit la lettre de sa mère et donc celle de son beau-père qui y était agrafée. Il la parcouru en diagonale avant de relever les yeux vers Marianne.

- Oh, j'ai oublié de te demander ! Pourquoi tu trouves pas ça intéressant, l'étude des moldus ? Tu connais déjà, t'es née-moldue ?

Ce n'est qu'après avoir posé sa question qu'il se rendit compte que c'était bête. Ahren Keller n'aurait jamais choisi une amie née-moldue. Un peu amer, il haussa un sourcil.

- Nan, oublie, j'ai rien dit. C'est pas vraiment le genre de Keller que de choisir une amie née-moldue, aussi gentille soit-elle.

Parce qu'elle avait l'air gentille, Marianne. Pas foncièrement agressive, comme son copain Keller. Puis elle avait été répartie à Poufsouffle, elle ne pouvait pas être si désagréable que ça, non ? En tout cas, elle ne semblait pas. Mais elle devait avoir un arbre généalogique irréprochable pour que Keller daigne lui adresser la parole. Il l'aurait dédaignée si un moldu s'était glissé dans son arbre généalogique. Puis il avait dû lui seriner l'esprit avec plein de choses méchantes contre lui, n'ayant sûrement toujours pas digéré sa raclée et le fait que personne ne l'aime. Sauf Marianne. Décidant de mettre les choses au clair avant tout début de travail, il adressa un sourire en coin à Marianne et appuya ses paumes sur le rebord de la table.

- Je ne sais pas ce que Keller a pu te dire sur moi, Marianne. Même si j'en devine sérieusement la substance. Mais je tenais à te dire que je ne mords pas, je ne suis pas méchant et je me suis battu avec Keller parce qu'il s'en prenait à quelqu'un. C'est tout. Je ne t'ai pas dit de devenir ma meilleure amie, mais sache juste que je suis pas vraiment ce que Keller décrit avec tant de hargne.

En revanche, Keller - lui - était bien un sale gosse mal-élevé, agressif et méchant. Là, c'était la pure vérité. Et tout le monde le savait maintenant. Sauf Marianne, tiens. Étrange, elle devait pourtant voir le comportement de son ami, non ? Ou alors elle fermait les yeux pour ne pas voir le vrai coté de Keller.



Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. ©️ by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Marianne WolfDeuxième annéeavatar
Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur
Andrew adressa un grand sourire à Marianne lorsqu’elle posa sa question. Elle se sentit rougir, mais ne baissa pas les yeux, comme elle le faisait d’habitude. Au lieu de ça, elle adressa un gentil sourire innocent eu Gryffondor. Elle écouta attentivement sa réponse et le regarda fouiller dans son sac. Elle y jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, puisque, d’après sa grande sœur, on apprenait beaucoup sur les gens en observant leur sac. Et celui d’Andrew avait l’air incroyablement bordélique fouillis. On ne lui avait jamais appris à ranger correctement ses affaires ou quoi ? Marianne avait horreur du fouillis. C’était agaçant, on n’y retrouvait rien, et ça faisait moche. Mais au fond, le sac d’Andrew lui faisait plus l’effet d’une malle au trésor que d’un truc agaçant. Ça donnait même plutôt envie de jeter un coup d’œil dedans. Mais déjà le petit garçon sortait quelque chose de froissé de son sac et le tendit à la Poufsouffle. Intriguée, Marianne prit ce qu’il donnait, et, en y regardant de plus près ; et surtout, en se fiant à l’odeur, elle en déduisit qu’il s’agissait de bonbons moldus. Elle ne voulait pas vexer Andrew mais…c’était sans danger de manger ça ? C’était d’une drôle de couleur, tout de même. Par magie, on pouvait mettre des couleurs étranges, mais les moldus avaient dû mettre des choses vraiment bizarres pour obtenir des bonbons bleus. Sa méfiance dû se voir sur son visage, puisqu’Andrew se mit à rire.

- Non, je ne suis pas une confiserie ambulante et je ne suis pas payé pour favoriser le diabète ! Mais goûte, c'est délicieux !

Elle rit timidement, puis, malgré ses réticences, elle céda à l’envie de goûter ces drôles de petites choses, et jugeant que ce serait fort impoli de refuser, elle plongea donc sa main dans le petit sac, y prit un bonbon et le glissa rapidement dans sa bouche. C’était bon. Etrange, inhabituel, mais bon. Cela avait même un petit aspect…magique. Mais cela, jamais elle ne l’admettrait.

« C’est…différent. Mais c’est bon. Mais bizarre, quand même. Enfin, c’est…différent, quoi. »

Bref, elle n’était pas convaincue. Ses bonnes vieilles confiseries sorcières étaient bien meilleures, tout de même, et puis au moins, elle savait ce qu’il y avait dedans. Marianne se sentait courageuse d’avoir osé gouter cela. Et, forte de cette nouvelle expérience dont elle pourrait toujours parler en étude des moldus, histoire que la prof ne la croit pas nostalgique de l’époque de Voldemort, elle suivit Andrew jusqu’à l’endroit qu’il avait choisi pour travailler. C’était une petite salle vide. Au moins, ils seraient au calme, ici. Et Andrew avait l’air d’être de son avis. Un peu hésitante au premier abord, elle finit par s’asseoir à côté de lui.

« Oui, on sera bien ici. »

Elle regarda le Gryffondor sortir des papiers de son sac. Il avait l’air de vouloir travailler, ce que Marianne apprécia beaucoup. Elle s’était décidemment trompée sur le compte des Gryffondors. Ils n’étaient visiblement pas tous des voyous ignares.

- Oh, j'ai oublié de te demander ! Pourquoi tu trouves pas ça intéressant, l'étude des moldus ? Tu connais déjà, t'es née-moldue ?

Quoique, finalement, elle ne s’était pas trompée à ce point-là, puisque le petit garçon venait de se montrer franchement stupide. Elle grimaça légèrement. Non, franchement, elle avait d’une née-moldue ? Beurk, quoi.

« Pas du tout, enfin ! »

La Poufsouffle en rit même un peu, tellement c’était une question idiote.

- Nan, oublie, j'ai rien dit. C'est pas vraiment le genre de Keller que de choisir une amie née-moldue, aussi gentille soit-elle.

Et voilà, comme d’habitude, on venait à parler d’Ahren. Cela finissait par agacer Marianne, d’ailleurs. Chaque fois qu’elle parlait à quelqu’un de son année, ou pas d’ailleurs, on finissait par lui parler d’Ahren et s’étonner qu’elle apprécie sa compagnie. Flûte alors, les gens ne s’intéressaient donc à elle uniquement pour cela ? C’était vexant, enfin. Et puis est-ce qu’elle critiquait les amis des autres, elle, hein ? Alors quel besoin lesdits autres éprouvaient-ils sans cesse le besoin de critiquer le sien ? Andrew lui sourit, mais Marianne ne lui rendit pas son sourire. Elle attendait ce qui allait venir. Elle voulait bien être gentille, d’ailleurs, elle ne savait pas trop comment faire autrement, mais il était hors de question qu’elle laisse un stupide Gryffondr pro-moldu dire des horreurs sur Ahren !

- Je ne sais pas ce que Keller a pu te dire sur moi, Marianne. Même si j'en devine sérieusement la substance. Mais je tenais à te dire que je ne mords pas, je ne suis pas méchant et je me suis battu avec Keller parce qu'il s'en prenait à quelqu'un. C'est tout. Je ne t'ai pas dit de devenir ma meilleure amie, mais sache juste que je suis pas vraiment ce que Keller décrit avec tant de hargne.

Marianne prit un petit temps de réflexion avant de répondre. Elle finit par rire gentiment.

« Tu sais, Ahren ne passe son temps à parler de toi, hein ! On a des sujets de conversation bien plus intéressants ! »

Elle avait dit cela en riant, mais elle n’en pensait pas moins. Ces Gryffondor, toujours à se croire le centre du monde ! Bah, cela avait un côté attendrissant, une fois l’agacement passé.

« Et puis, tu sais, je vois bien que t’es pas méchant. Je suis assez grande pour me faire mes propres opinions. Alors je suis amie avec qui je veux ! Et puis je suis sûre qu’Ahren ne s’en prendrait pas à quelqu’un sans raison, s’il l’a fait, c’est que cette personne l’avait mérité ! »

C’était bien un Gryffondor, lui, à vouloir se faire passer pour un héros alors qu’il n’avait probablement aucune idée des raisons qui avaient poussé Ahren à faire une telle chose. Enfin…si Ahren s’en était réellement pris à quelqu’un, bien sûr.


Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 277

Voir le profil de l'utilisateur
Marianne était quelqu'un de vraiment sympa, à rire tout le temps ainsi. Cela faisait sourire, cela mettait de bonne humeur. Andrew installa le paquet de bonbons sur une table entre eux deux pour qu'ils puissent se servir autant qu'ils le voulaient. Le travail, oui, mais dans de bonnes conditions ! Et on ne pouvait pas carburer intellectuellement sans sucre dans le sang ! C'était l'un de ses mots d'ordre et il s'appliquait à le suivre. Ça et "Gryffindor rules the world and Gryffindor Quidditch Players rules the universe" ainsi que "Flaquemare Forever" et "Ahren Keller est un abruti fini". Quand Marianne lança qu'elle était amie avec qui elle voulait, il leva les deux mains en signe de "moi-j'ai-rien-fait".

- Bien sûr que t'es amie avec qui tu veux !

Même si c'est un abruti arrogant, discriminant et complètement trépané. Keller, en l’occurrence. Il ne voyait pas vraiment ce qu'on pouvait lui trouver mais bon, les Poufsouffle étaient des gens gentils. Il le fallait, pour supporter un type tel qu'Ahren Keller. Néanmoins, il tiqua sur les mots de Marianne, qui semblait avoir une version quelque peu erronée de l'histoire. En même temps, cela avait fait le tour des premières année que Dubois et Keller s'étaient battus. Avec plein de versions différentes, impliquant ou non Cindy, un vampire, des sortilèges et même un Troll, sorti on ne savait d'où. Le dernier truc, c'était sûrement à cause du physique de Keller mine de rien. Mais la véritable version était que Keller s'en était pris à Cindy pour rien et qu'Andrew l'avait frappé et qu'ils s'étaient battus jusqu'à l'intervention de Virtanen où ce menteur de Keller avait essayé de se dédouaner parce qu'il n'était qu'un lâche incapable d'assumer ses actions.

- Par contre, je suis désolé de te dire que "Ahren" s'en prend à des gens sans raison. Je peux te citer deux exemples d'ailleurs.

Andrew attrapa un bonbon qu'il décapita d'un coup de dent. Il y avait non seulement l'affaire avec Cindy, l'initiale, et la semaine dernière, Keller s'en était pris à Sasha devant toute la Grande Salle et lui avait jeté un sort alors qu'elle venait juste discuter avec lui. Parce qu'entre Marianne, Aby et Sasha, toutes les filles étaient décidément trop gentilles avec lui. Il avala sa bouchée et croisa les bras.

- La fois où je me suis battu avec Keller, j'étais en faute. Mais si cette histoire a commencé, c'est parce qu'il insultait Cindy Hamilton, tu sais, à Serpentard parce qu'elle avait eut le malheur de le bousculer accidentellement dans le couloir.

Et encore, Cindy avait de la chance d'être de Sang-Pur parce qu'il était persuadé que Keller aurait été encore plus hargneux si elle avait été Née-Moldue. Comme si le statut du sang influençait la personne que nous étions ou nos capacités ! Théorie complètement débile.

- Si en sortant dans le couloir, quelqu'un te bouscule parce qu'il ne regarde pas où il va, tu vas vraiment l'accabler d'injures ?

Vu comment Marianne avait l'air gentille, cela l'étonnerait. Il ne comprenait pas comment elle avait pu devenir amie avec un type comme Keller, égoïste et méchant. C'était un mystère. Il demanderait à Aby, elle devait sûrement savoir des choses sur cette affaire. Après tout, elle essayait de sympathiser avec Ahren - allez savoir pourquoi - et devrait être au courant pour Marianne.

- La deuxième fois, il a lancé un sort à mon amie Sasha quand elle est venue lui demander comment ses vacances s'étaient passées. Tu pourras vérifier, ça c'est passé au milieu de la Grande Salle. Alors excuse-moi, mais j'appelle ça s'en prendre aux autres sans raison.

Keller avait dû mentir à Marianne, ce n'était pas possible sinon. Ou alors elle était vraiment trop naïve.


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. ©️ by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Marianne WolfDeuxième annéeavatar
Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur
Il était amusant, Andrew, de croire qu’Ahren parlait de lui. Le Serdaigle avait plutôt l’air de se moquer complètement d’Andrew, si vous vouliez l’avis de Marianne. Elle se demandait pourquoi le Gryffondor insistait tant sur ce sujet. Comme s’il voulait la protéger. La petite fille sourit. La protéger d’Ahren ? C’était totalement ridicule ! C’était son ami, et il était gentil avec elle. Elle n’avait aucunement besoin d’une quelconque mise en garde, malgré ce que semblait penser les autres. Marianne faisait confiance à Ahren, une confiance aveugle. Lui, il savait ce qui était bien et ce qui était bon pour elle. Alors certes, elle se laissait beaucoup influencer par lui, mais c’était plutôt volontaire de sa part.

« Tu sais, je suis sûre que si vous arrêtiez de faire vos têtes de mules, vous pourriez vous entendre ! »

Mais c’était typique des garçons de cet âge, et des Gryffondor encore plus, de s’entêter pour un rien et de faire durer éternellement la discorde.
A la réflexion, Andrew et Ahren ne seraient probablement jamais amis, même s’ils mettaient leurs différents de côté. Ahren ne tolérerait sûrement jamais un tel ami des moldus. Et vu la façon dont Andrew parlait du Serdaigle, il ne le tolérerait probablement jamais non plus. Peut-être étaient-ils tout simplement trop différents. C’était dommage. Mais après tout, ne disait-on pas que les opposés s’attiraient ? Marianne frappa sa joueuse, qui, de manière totalement vile s’était mise à militer pour le Andren dans son post.
Marianne aimait rêver que tout le monde était ami avec tout le monde. Mais elle savait bien que c’était impossible, ou, tout du moins, qu’il faudrait envoyer certaines personnes sur la Lune pour que cela soit un jour possible. Tiens, oui, envoyons donc Sasha Benson sur la Lune, ça règlerait beaucoup de problèmes. La Poufsouffle avait beau être gentille, il y avait vraiment des gens qu’elle ne pouvait pas voir en peinture. Rectification, une personne qu’elle ne pouvait pas voir en peinture : Sasha Benson. Elle l’agaçait, cette Miss-je-sais-tout qui se donnait des grands airs avec ses lectures pour adultes. Et puis elle l’avait déjà vue tourner autour d’Ahren une ou deux fois. Marianne avait un mot d’ordre, elle aussi : se méfier des Serpentard.
Mais Andrew tenait visiblement à lui démontrer à quel point Ahren était détestable. Par politesse, Marianne décida de le laisser dire. Si ça lui faisait plaisir, après tout…

« Vas-y. Explique-moi donc. »

Elle était certaine que, quoiqu’il dise, ce serait exagéré. Il détestait trop le Serdaigle pour se montrer juste et impartial dans sa version des faits. Mais Ahren ne devait non plus se montrer très juste lorsqu’il parlait d’Andrew. La différence était que Marianne préférerait sûrement le point de vue de son ami à celui du Gryffondor. Il était certain qu’elle apprécierait peu d’entendre critiquer Ahren.

- La fois où je me suis battu avec Keller, j'étais en faute. Mais si cette histoire a commencé, c'est parce qu'il insultait Cindy Hamilton, tu sais, à Serpentard parce qu'elle avait eut le malheur de le bousculer accidentellement dans le couloir.

Elle avait bien évidemment, comme tout le monde, en fait, entendu parler de cette histoire, en long, en large et en travers, de manière plus ou moins déformée. Mais contrairement aux autre, elle avait eut droit à la vraie histoire, celle que Ahren lui avait racontée.

« Donc il y a une raison. Il ne l’a pas attaquée sans raison, il lui a reproché de l’avoir bousculé. »

Certes, cela pouvait paraitre un peu excessif comme réaction. Mais ce n’était pas cela qui comptait. Ce qui comptait, c’était qu’Andrew avait tort : Ahren avait bel et bien eut une raison de s’en prendre à Cindy Hamilton.

- Si en sortant dans le couloir, quelqu'un te bouscule parce qu'il ne regarde pas où il va, tu vas vraiment l'accabler d'injures ?

« Non, bien sûr que non ! Mais Ahren…ce…c’est dans son caractère, c’est tout. Ça a dû le mettre de mauvaise humeur. Ou peut-être qu’il l’était déjà. Ça arrive à tout le monde, d’être de mauvaise humeur. Et puis il faut reconnaitre que c’est très agaçant, les gens qui ne font pas attention aux autres. »

Bousculer accidentellement quelqu’un, cela pouvait arriver à tout le monde aussi. Cela lui était déjà arrivé à elle, et cela lui arriverait encore. Mais là n’était pas la question. Elle n’avait pas pour but de prendre le parti de Cindy, mais de défendre Ahren. De toute manière, Cindy avait déjà l’air d’avoir quelqu’un pour la défendre. Alors qu’il y avait très peu de personnes prêtes à défendre le Serdaigle, pour la bonne et simple raison qu’il n’était pas très apprécié. Marianne trouvait cela un peu étrange, d’ailleurs. Peut-être les autres étaient-ils trop impressionnés par Ahren pour se lier d’amitié avec lui. Mais c’était tout de même absurde de préférer Cindy Hamilton à Ahren. La petite fille se retint pourtant de le faire remarquer Andrew, chacun ses gouts, après tout. Et puis tout le monde avait le droit de faire des erreurs, cela pouvait arriver, et un jour le Gryffondor se rendrait peut-être compte qu’il s’était trompé sur le compte d’Ahren. A ce moment-là, Andrew deviendrait leur ami, et Benson serait verte de jalousie. Mais ce jour-là était bien loin d’arriver un jour.

- La deuxième fois, il a lancé un sort à mon amie Sasha quand elle est venue lui demander comment ses vacances s'étaient passées. Tu pourras vérifier, ça c'est passé au milieu de la Grande Salle. Alors excuse-moi, mais j'appelle ça s'en prendre aux autres sans raison.

« Désolée Andrew mais… »

*Mais ton amie Sasha n’est qu’une vile manipulatrice, une Serpentard de la pire espèce, une gueuse qui a tendu un piège à Ahren !*

« Mais ce n’est pas exactement ce qui s’est passé. Déjà, ils avaient décidé d’un commun accord de se battre en duel. Donc lancer des sorts lors d’un duel, c’est normal, il me semble. Mais peut-être que tu ne le savais pas. Peut-être que Sasha ne t’as pas dit la vérité sur ce qui c’est passé. Et en plus, elle a fait semblant de pleurer pour faire intervenir un grand pour qu’il fasse du mal à Ahren ! Mais peut-être que tu n’étais pas au courant non plus…Alors excuse-moi, Andrew, mais moi j’appelle ça être malhonnête. »


Marianne rougit brusquement en se rendant compte de ce qu’elle venait de dire. Ce n’était pas très gentil. Mais c’était la vérité. Cela l’étonnait, d’ailleurs, que le Gryffondor ne soit pas au courant de ce qui s’était vraiment passé. Lui qui donnait l’impression d’avoir beaucoup d’amis fidèles, il n’avait eut personne pour lui raconter la vérité. Sasha elle-même ne lui avait rien dit. C’était un peu triste. Andrew devait être déçu.

« Tu peux bien penser ce que tu veux d’Ahren, mais lui, au moins, il ne ment pas à ses amis ! »

Echec et mat. Marianne avait le sentiment d’avoir gagné la partie. Maintenant, ils pouvaient se concentrer sur leur travail et faire en sorte d’avoir une bonne note dans cette fichue matière. Elle était certes embarrassée de ne pas s’être montrée très sympathique, mais elle parvint à se persuader que le fait qu’il ait dit des choses peu sympathiques sur Ahren justifiait tout.
La petite fille piocha un bonbon dans le sachet que le Gryffondor avait posé sur la table et en grignota un petit bout en adressant un petit sourire en coin à Andrew. Ahren serait fier d’elle, elle en était sûre.


Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 277

Voir le profil de l'utilisateur
- Hé, je ne te permets pas !

La phrase était sortie toute seule et il s'était crispé sans même s'en rendre compte. S'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était qu'on s'en prenne à ses amis, surtout de manière aussi injuste. Sasha ne lui avait pas menti, Sasha ne lui mentait pas. C'était le genre de fille qui assumait ce qu'elle faisait et ce qu'elle disait et donc pas le genre à mentir pour se donner le beau rôle. Et surtout pas à lui. Keller avait encore dû partir dans des divagations paranoïaques, où il n'était qu'une pauvre petite victime de tous les grands méchants élèves de Poudlard. Si on l'écoutait, il était l'innocence même, un ange tombé du ciel qui était le bouc émissaire - sans raison, évidemment ! - de toute l'école. Ben voyons. Keller cherchait la bagarre ! Il était méchant, agressif et complètement abruti et prétentieux. Il cherchait à se battre parce que c'était le seul moyen qu'on lui accorde un peu d'attention. Sinon, il était tellement insignifiant que tout le monde l'ignorait. Et ils avaient bien raison d'ailleurs !

- Ce n'était pas un duel, répliqua Andrew en fronçant les sourcils. Keller a attaqué Sasha uniquement parce qu'il adore se battre avec les autres. Et il l'a traitée de Sang-de-Bourbe ! ajouta-t-il avec force. Même s'il y avait eu un duel, depuis quand on traite les gens comme ça ? C'est la pire insulte du monde et ça rappelle quelques personnes bien sympathiques qui suivaient un psychopathe tout aussi sympathique du nom de Voldemort !

Il était né en 1995, tout comme Marianne sûrement. Et leurs familles, et eux bébés, avaient connu la guerre et les Mangemorts. Son père était de Sang-Pur depuis quelques générations et n'avait pas eu de souci à se faire. Sa mère en revanche était Née-Moldu. Quand Voldemort était revenu au pouvoir, ses parents étaient déjà séparés. Son père avait demandé à Percy Weasley, un de ses amis qui travaillait au Ministère, de supprimer Sarah et son adresse des fichiers de la Commission qui traquait les Nés-Moldus. Sa mère vivait dans un village moldu et tenait une bibliothèque pour les moldus et n'avait donc pas été inquiétée, protégée en plus par ses grands-parents paternels qui vivaient près d'eux. Mais Andrew savait que sa tante Rosaleen avait combattu à Poudlard, à seize ans et que ses parents avaient perdu des amis durant la Bataille et pendant l'Année des Ténèbres. Ce n'était pas encore à leur programme d'histoire mais pour être né chez des sorciers, il savait ce qui s'était passé et ce qu'on avait fait aux nés-moldus, même aux enfants de onze ans qui avaient reçu une lettre pour Poudlard. Il y avait eu beaucoup de morts dont des élèves de Poudlard et la guerre avait laissé plein de traces. Et Keller, ce petit abruti, continuait de prôner les mêmes idées dangereuses et débiles. Et rien que pour ça, il le détestait.

- Alors excuse moi Marianne, mais moi, j'hésite à appeler ça de la bêtise ou carrément du Néo-Mangemorisme.

Oui, il inventait des mots. Et alors ? Keller était bien du genre à vouloir se débarrasser des "inférieurs". Inférieur lui-même, oui ! Sasha, avec un père moldu, elle le battait à plates coutures quand elle le voulait. Et Keller le Pigeon avait beau avoir plein d'ancêtres sorciers, Andrew savait très bien que sur un balai, il l'écraserait sans pitié. Aby était bien plus futée que lui, en étant Sang-Mêlée et Gowan, qui était né dans une famille moldu, valait tellement plus que cet idiot ! Le sang ne changeait strictement rien, Keller aurait été un crétin fini et borné peu importe sa famille.

- Tu peux bien penser ce que tu veux de mes amis mais eux au moins, ils ne veulent pas se débarrasser de la moitié de la population sorcière !

Définitivement agacé, Andrew jeta un regard noir à Marianne avant de décapiter férocement un bonbon d'un coup de dent pour se calmer. Comment pouvait-on défendre un abruti comme Keller ainsi ? Mais le débat allait tourner en rond, chacun campant sur ses positions. Attrapant la lettre de son beau-père dans son sac, il la tendit à Marianne. Doug lui avait écrit plein de choses intéressantes sur le sujet qu'ils devaient traiter.

- J'espère que Keller ne t'en voudra pas de suivre les conseils de moldus, lança-t-il hargneusement.

Ce type lui tapait prodigieusement sur le système, même à distance. Il avait tout de même un pouvoir de nuisance impressionnant, quand on y pensait ! Un vrai professionnel.


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. ©️ by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Marianne WolfDeuxième annéeavatar
Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur
Marianne soupira. Elle qui avait espéré travailler tranquillement en agréable compagnie, dans une ambiance bon enfant en évitant tout sujet épineux, c’était visiblement raté.

« C’est toi qui a commencé ! »

On lui avait toujours dit que les Gryffondor étaient bornés, mais jusqu’à présent, elle n’en avait pas vraiment eu confirmation. Mais le première année avait l’air de faire partie des gens bornés, au plus grand désespoir de Marianne qui ne savait jamais comment se comporter avec ces personnes-là, puisqu’il refusait d’entendre raison. La Poufsouffle hésita l’espace de quelques microsecondes, rougit et l’interrompit :

« Si ! Je...je t'assure que si ! Tu n’auras qu’à demander à ton amie, ou à des gens qui étaient à côté à ce moment-là, tu verras bien ! »

Elle n’aimait pas que l’on critique Ahren. Chaque fois que quelqu’un disait la moindre méchanceté, prononçait la moindre critique, elle se sentait agressée, personnellement visée par les remarques qu’elle jugeait désagréables et déplacées. Cela pouvait certes paraitre ridicule, mais Marianne avait toujours l’impression que non seulement les gens n’aimaient pas Ahren, mais en plus, ils lui reprochaient à elle d’être amie avec lui. Alors rapidement, elle avait décidé que s’attaquer à Ahren, c’était s’attaquer à elle. Malheureusement, elle n’avait rien de bien menaçant qui aurait pu en dissuader certains de recommencer. Certes, elle était une bonne sorcière, plutôt douée avec sa baguette, mais ses talents restaient du niveau d’une première année, ce qui n’était pas très inquiétant, ni très dissuasif, même pour un autre élève de première année. Même si avec le temps, elle parvenait parfois à s’affirmer un peu, un sentiment de gêne et de honte l’envahissait aussitôt après, ce qui l’empêchait souvent de se défendre correctement, alors elle avait appris à faire semblant de rester indifférente, même si pour cela, elle n’était pas très douée non plus, des rougeurs apparaissant rapidement sur son visage. Marianne ne montra donc pas vraiment de trace extérieure de son agacement croissant, se contentant de bouillir intérieurement. De toute manière, on lui avait toujours dit qu’une fille en colère, ce n’était pas joli. On lui avait également affirmé que son joli visage était sa principale qualité, son meilleur atout. La petite Poufsouffle s’efforçait par conséquent de contenir toute manifestation physique de l’énervement qui la gagnait. Pour qui se prenait-il, ce Gryffondor ? Pensait-il donc que les idées de cette petite Benson étaient meilleures, plus intelligentes, peut-être ? Balivernes. Il n’y avait rien de plus dangereux. Mais Andrew semblait piqué au vif et déversait son venin sur Ahren en guise de défense de son amie. Elle se fit intérieurement la remarque qu’il avait l’air de ne jamais perdre une occasion de cracher sa haine. Et cela agaçait prodigieusement Marianne. C’était avec elle qu’il était actuellement, c’était avec elle qu’il parlait, et il ne faisait que critiquer un absent. C’était désagréable et plutôt lâche, pour un Gryffondor. La fillette avait beau essayer de rester impassible, lorsqu’Andrew prononça le terme saugrenu de « néo-mangemorisme », elle jugea qu’il avait dépassé les bornes.

« Pour qui est-ce que tu te prends, à la fin ? On est venus pour travailler en paix, pas pour que tu critiques sans cesse Ahren sans raison valable. Tu le trouve haineux, mais regarde-toi un peu, qui est le plus haineux, là, hein ? Et quel est ce besoin étrange de parler tout le temps d’Ahren ? »

C’était agaçant, à la fin. Et puis que savait Andrew de leurs pensées, au final ? Il n’y avait personne de mieux placé qu’elle-même pour savoir ce qu’elle pensait. Et il n’était aucunement question d’un quelconque « néo-mangemortisme ». Le Gryffondor n’avait aucune raison de les accuser de ce genre de choses. C’était honteux de dire des choses comme ça. Ahren ne souhaitait la mort de personne, elle en était certaine, il fallait être complètement fou pour vouloir une chose pareille !

« Ce n’est pas vrai du tout, d’abord ! Et puis tu ne le connais même pas, tu lui as juste tapé dessus. On ne juge pas les gens qu’on ne connait pas, enfin ! »

Sa chère famille moldue ne lui avait pas appris ça ?
Vexée, agacée et déçue du comportement d’Andrew, Marianne se renferma sur elle-même, un peu mal à l’aise tout de même. Elle n’avait pas été très gentille et s’en voulait un peu. Mais il l’avait cherché, non ? La Poufsouffle garda le silence, la tête baissée. Elle attrapa sèchement la lettre qu’il lui tendait et la parcourue rapidement des yeux, sans prendre la peine de relever la remarque désagréable qu’il venait de faire. Elle se contenta de hausser les épaules, convaincue qu’un garçon de ce genre ne valait pas la peine qu’elle perde contenance ou qu’elle essaye de lui expliquer quelque chose qu’il n’était de toute manière pas capable de comprendre. En plus, il ne voudrait probablement rien entendre. A croire que d’être le fils d’une personne célèbre montait à la tête et poussait à se croire plus intelligent que tout le monde. Ce n’était pas très important, de toute façon. Elle se moquait bien de l’avis d’Andrew puisqu’Ahren ne l’aimait pas. Ce qui comptait, c’était que Marianne, elle, comprenait, elle était sur le droit chemin, et un jour, bientôt peut-être, elle l’espérait, le monde se rendrait compte qu’Ahren et elle avaient raison. Oui, bientôt, cela arriverait, elle en était convaincue. Les gens finiraient par se lasser du MIM et de leurs idées dénuées de tout bon sens, et reviendraient en courant chercher refuge auprès des valeurs ancestrales pleines de logique et de justesse, et les choses seraient à nouveau comme elles devraient être.

« Il serait peut-être temps qu’on commence à travailler, non ? »

Finalement, ils étaient vraiment tous stupides et bornés, ces Gryffondor. Andrew n’était pas différent des autres. Marianne était bien contente de ne pas être de sa maison. Le manque de courage était certes souvent considéré comme un défaut, mais la fillette n’était pas lâche non plus, loin de là, et si elle avait fait preuve d’un peu plus de témérité, elle n’aurait peut-être jamais été amie avec Ahren. Lui non plus n’aimait pas trop les Gryffondor, et il avait bien raison. Marianne fit malgré tout un petit sourire à Andrew, bien décidée à ne pas se montrer puérile. Elle voulait faire comme Ahren le lui avait appris, lui prouver qu’elle était bien au-dessus de tout ça, bien au-dessus de lui, même, et qu’elle était capable de faire preuve d’un minimum de respect et de bonne volonté, elle.


Andrew O. Dubois-CavillQuatrième annéeavatar
Messages : 277

Voir le profil de l'utilisateur
Sasha n'était pas une menteuse. Il en était sûr et persuadé. C'était même quelqu'un de franc et d'honnête qui disait tout ce qu'elle pensait. Ou du moins à lui. Enfin, il en avait l'impression. Mais il avait confiance en elle et n'allait sûrement pas changer d'avis à cause d'Ahren Keller. Il avait confiance en tous ses amis, que ce soit en Gowan, Sasha, Aby, Bobby... Et il ne changerait pas d'avis. Oui, il était têtu et borné, comme son père selon sa mère. Mais le Choixpeau le lui avait dit ! Mais il n'avait pas l'impression que c'était un mal, d'avoir une foi inébranlable en ses amis. Bien au contraire ! Et Marianne devait avoir la même, lui souffla une petite voix qui ressemblait désagréablement à celle d'Henry. Si Henry devenait la voix de sa conscience, il allait avoir une vie sérieusement difficile, songea-t-il fugacement. Parce qu'aussi étrange que cela pouvait-être, Marianne était l'amie de Keller. Il avait du mal à concevoir comment on pouvait apprécier ce type, mais c'était le cas. Et donc elle défendait son ami. Ce qui était logique. Et il aurait fait exactement la même chose. N'était-ce pas d'ailleurs ce qu'il venait de faire ? Soupirant, il se forca à ne pas réagir quand Marianne s'emporta. Il aurait bien eu des choses à répondre, mais n'avait pas envie d'aggraver la situation. Après tout, elle avait raison sur certains points. A peu à contre-coeur, il prit la parole.

- T'as raison, grommela-t-il.

Merlin, qu'est-ce qu'il détestait faire ça. Évidemment, il n'avait pas toujours raison, loin de là, mais n'aimait pas le reconnaître. Une question de fierté, sûrement. Mais bon, il n'avait pas vraiment le choix. Et pas foncièrement envie de se disputer vraiment avec Marianne au point d'en gâcher leur devoir commun. Par contre, il détestait vraiment les binômes des professeurs ! Tout aurait été plus simple s'il avait travaillé avec Aby, Sasha ou Gowan ! Bon, Henry était tellement Serdaigle que c'était insupportable de bosser avec lui, mais au moins, ils étaient d'accord sur pas mal de points. Et puis ils se connaissaient et traînaient ensemble au quotidien, avec les autres garçons de Gryffondor, donc c'était plus forcément plus facile. Et il y avait toujours Gowan pour les séparer quand ils s'emportaient.

- Keller est ton ami, je le trouve pas fréquentable, Sasha est mon amie, tu la trouves pas fréquentable... On est quittes, je suppose ! L'essentiel c'est qu'on soit fréquentables tous les deux, non ? tenta-t-il avec un petit sourire.

Enfin, il avait l'impression d'être fréquentable, personne ne lui avait jamais dit le contraire et il s'entendait bien avec pas mal de gens à Poudlard, surtout à Gryffondor en fait. Et puis, avant qu'ils ne se mettent à parler de Keller, Marianne était plutôt sympa. C'était un sujet sensible, dirons-nous.

- Bossons-donc ! J'ai envie d'avoir une bonne note, bah comme toi je suppose ! C'est en étude des moldus que je peux regagner des points, vu que je suis Sang-Mêlé, et en vol surtout ! ajouta-t-il avec enthousiasme.

Malheureusement, cette matière n'était qu'un première année et c'était bien la seule où il pouvait décrocher un O sans faire quoi que ce soit. Il n'était pas franchement mauvais en potions et plutôt bon en DCFM. Il avait les capacités de s'en sortir, disait tout le temps sa grand-mère, ce qui manquait, c'était la volonté de travailler. Oui, il avait tendance à tout remettre à demain et il préférait faire des activités peu constructrices avec ses amis plutôt que de s'enfermer à la bibliothèque pour travailler. C'était le spécialiste des devoirs faits à la dernière minutes en s'abîmant les yeux à la bougie dans la Salle Commune, tandis que Gowan avait déjà abandonné et s'était endormi la joue sur son livre de sortilèges. Il avait toujours fait cela, même à l'école primaire moldue. Son moment préféré avait été lorsqu'il s'était cassé le bras en tombant de balai. On lui avait réparé d'un coup de baguette à Sainte-Mangouste, mais sa mère avait dû quitter la librairie précipitamment pour l'accompagner et avait donc dit aux clients que son fils venait de se casser le bras. Il avait donc dû garder un plâtre pendant tout un mois pour faire croire qu'on le lui réparait à la moldue. Et son maître de l'époque l'avait dispensé de tous les devoirs et lui photocopiait les cours. Quelle belle époque !

- On ne parle plus de choses... contrariantes, d'accord ? Je suis désolé de t'avoir mise en colère, c'était pas mon intention. On oublie ?

Après tout, il avait déjà un ennemi à Poudlard, et sûrement pour les sept ans à venir, c'était largement suffisant. Il tendit le paquet de bonbons à Marianne.

- Je suis prêt à te soudoyer à la sucrerie, je suis un pro dans ce domaine, avoua-t-il avec un sourire faussement menaçant.

Le médecin du village lui avait même dit qu'il finirait diabétique à ce rythme-là. Mais les bonbons, c'était trop tentant. Et après tout, le dentiste disait toujours qu'il finirait avec des caries à toujours grignoter du sucre mais il n'en n'avait jamais eu pour le moment ! Comme disait son père, les médecins, c'étaient que des arnaqueurs, rien ne valait un Médicomage. Mais sa mère détestait qu'il dise ça, elle disait que c'était taper sur les moldus.

- On redevient bons camarades de classe ?

Avec leurs fréquentations respectives, ils ne seraient sûrement jamais amis. Mais rien ne les empêchait de rester courtois en classe. Et en plus, il ne voulait pas donner du grain à moudre à ce fichu Keller, qui se retiendrait sûrement pas de taper sur lui. Pas littéralement, évidemment, vu qu'il frappait comme un moucheron. Andrew avait failli penser "comme une fille" mais il s'abstenait depuis qu'il avait vu la batteuse Lauren McGowan. Et dire que l'année prochaine, il tentait sa chance contre elle. Mourir jeune faisait les légendes, qu'on disait. Mais bon, tout de même.

HRP : H, je pense que tu peux conclure


Andrew Dubois-Cavill
Gryffondor domine le monde. Les joueurs de Quidditch de Gryffondor dominent l'univers. Et Flaquemare aussi. ©️ by anaëlle.



Avatar par Merenwen.
Marianne WolfDeuxième annéeavatar
Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur
Elle s’en voulut immédiatement de s’être emportée. Qui était-elle pour s’énerver après lui ainsi ? Elle n’était pas sa mère, et elle n’était pas non plus son amie. Elle ne valait pas mieux que lui après tout, à se mêler ainsi de ce qui ne la regardait pas en lui faisant des reproches, certes, la petite fille estimait avoir seulement réagit à une provocation et avait vaillamment défendu Ahren, ce dont elle était assez fière, mais elle n’aurait pas dû réagir ainsi et se mettre en colère. C’était mal de se mettre en colère. Il fallait régler les choses pacifiquement, même avec les Gryffondor. Elle se mordilla la lèvre, et jeta un regard inquiet à Andrew, espérant ne pas l’avoir blessé. Ce n’était pas son but, elle voulait seulement que tout le monde arrête de sans cesse critiquer Ahren juste parce que la mode était aujourd’hui aux pro-moldus en tout genre.
Heureusement, Marianne fut vite rassurée. Andrew admit qu’elle avait raison. La petite Poufsouffle releva les yeux vers lui et lui adressa un grand sourire. Tout était bien qui finissait bien, alors ?
C’était stupide de disputer comme ça, alors que d’un premier abord, ils s’aimaient bien. Elle sourit encore plus lorsqu’elle l’entendit dire que l’important c’était qu’ils soient tous les deux fréquentables.

« Tu as raison ! Et tu le répéteras pas à Ahren mais…quand tu ne dis pas de choses vilaines, je t’aime bien ! »

Maintenant que les choses étaient au clair et qu’ils semblaient s’être réconciliés, il ne leur restait plus qu’à se mettre à travailler avec sérieux, ce dont Marianne espérait Andrew capable – et on ne savait jamais avec ces Gryffondor. Cela pouvait être pratique, d’avoir des origines moldues, cela pouvait rapporter de bonnes notes. Il était presque chanceux, Andrew. Presque, parce que malgré cela, Marianne ne l’enviait pas du tout, elle comptait juste profiter de cet avantage. Elle avait été très déçue de ne pas être en binôme avec Ahren, et de tomber sur son ennemi juré, Gryffondor de surcroit. Mais finalement, ils allaient peut-être très bien réussir ce devoir, et puis Ahren ne lui avait-il pas demandé de se lier avec leurs camarades ? Elle pouvait donc apprécier Andrew sans culpabiliser…même s’il valait mieux que cela ne parvienne pas aux oreilles d’Ahren. Mais celui-ci serait probablement rassuré de savoir que les idées nauséabondes de Benson n’avait pas véritablement fait d’adeptes, pas même parmi ceux qui étaient censés être ses amis. Marianne chassa cela de ses pensées, puisqu’elle était réconciliée avec Andrew à présent, elle devait cesser de penser ce genre de choses. Sasha était son amie, tant pis pour lui, c’était son problème. Tout le monde ne pouvait pas avoir la chance d’avoir la compagnie d’Ahren. Le cerveau de Marianne se concentra donc sur le sujet de leur travail, écoutant distraitement son camarade lui raconter à quel point il aimait l’étude des moldus. Il semblait apprécier cela essentiellement pour les bonnes notes, ce qui rassura la petite fille. Au moins, il n’aimait pas ça juste pour les moldus.

- On ne parle plus de choses... contrariantes, d'accord ? Je suis désolé de t'avoir mise en colère, c'était pas mon intention. On oublie ?

« Bien sûr ! Je n’aurais pas dû m’énerver non plus, ce n’était pas très gentil de ma part. »

Elle lui sourit, et se dit que, finalement, ils n’étaient pas tous stupides, ces Gryffondors. Andrew était même gentil, et il ne semblait pas rancunier puisqu’il lui tendit à nouveau son paquet de bonbon. Tant mieux, Marianne non plus n’était pas rancunière…et en plus ils n’étaient pas mauvais, ces bonbons. Et cela non plus Ahren ne serait pas obligé de le savoir.

« Bouh, j’ai peur ! Tu risques de me faire céder, si tu me menaces comme ça ! Tortionnaire ! »

Elle avait rit de bon cœur à sa plaisanterie et répondu sur le même ton, contenant son fou-rire tant bien que mal. Elle n’était pas très courageuse, ni très forte d’esprit. Marianne était une petite fille naïve et fragile, pour ne pas dire faible, elle n’était pas faite pour résister à la pression. Ses parents étaient bien contents qu’elle soit si jeune. Souvent, ils se disaient que si elle avait connu la guerre, si elle avait été à Poudlard ou dans le reste du monde sorcier à cette époque-là, elle aurait probablement été une délatrice malgré elle, obnubilée par sa propre survie, paniquée, le cœur brisé de trahir ses proches, sans cesse écartelée entre les deux camps. Non, tout le monde le savait et le voyait, Marianne n’était pas quelqu’un de solide. Elle avait besoin de quelqu’un en qui elle avait confiance pour la rassurer et la guider, et ses parents étaient bien contents qu’elle ait choisit Ahren pour cela maintenant que sa famille n’était plus là pour le faire. Au moins, elle avait de bonnes fréquentations, on ne pouvait pas lui faire le moindre reproche à ce propos.
Mais malgré tout cela, dont elle ne se rendait pas vraiment compte, la fillette se sentait parfaitement capable de résister à une attaque aux sucreries moldues, idée qui lui paraissait plutôt amusante. Elle rigolait bien, avec Andrew, ça lui changeait un peu de ses habitudes. Oh, elle adorait Ahren, elle l’idolâtrait même parfois, mais on ne riait pas beaucoup avec lui, on parlait plus de choses sérieuses et intéressantes, et c’était très bien aussi. Ses camarades de dortoir était également très sympathiques, mais l’humour d’Andrew lui paraissait inhabituel et rafraichissant, et Marianne appréciait cela. Aussi, lorsque le petit Gryffondor lui demanda s’ils pouvaient redevenir bons camarades, Marianne acquiesça vivement de la tête.

« Bien sûr ! »

Cela aurait été dommage qu’il en soit autrement. Après tout, cela avait bien commencé, cela devait bien se terminer. « Happy end », comme on disait. Et même qu’ils allaient avoir la meilleure note de la classe ensemble, grâce aux moldus d’Andrew. Il fallait bien qu’ils servent à quelque chose, ces gens-là.

RP TERMINE


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Les binômes des professeurs [Spéciale dédicace à Swann !] (Marianne)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les binômes des professeurs [Spéciale dédicace à Swann !] (Marianne)
» spéciale dédicace pour Pierre Ju
» Pour une occasion très spéciale !
» Les Boucles de Spa (Spéciale de Saive)
» [RP] Une invitation spéciale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Salles de cours,-